AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 4 sur 5
[Habitation] The neverending sorrows place
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Mélina Kuders
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle

Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Mélina Kuders, Mar 11 Oct 2011 - 19:22


Mélina fut interrompue dans sa petite pose par un bruit familier de la porte d'entrée. Une visite, mais pourquoi faire? Elle n'avait invitée personne et elle n'avait envie de voir personne. Mélina eut une idée qui lui passa par la tête...et si elle n'ouvrait pas...et si elle laissait repartir cet opportuniste qui venait la déranger, dans son petit monde. Elle n'avait besoin de personne. Cependant, elle décida de se faire violence et prit la direction de l'entrée, en espérant qu'il n'y est plus personne, derrière cette porte.

Mais manque de chance pour elle, il y avait bien quelqu'un et c'était bien la dernière personne à qui elle aurait pensé...enfin, à vrai dire, elle ne s'attendait à voir personne...à part peut-être revoir des personnes chères à son cœur, mais qui avaient disparues à jamais.... Elle devait se contenter de la présence de la chef des aurors qui apparemment avait peur d'être mis à la porte, puisqu'elle bouscula presque l'ancienne poufsouffle pour pénétrer à l'intérieur...Mélina avait envie de lui dire...tu as une envie pressante?mais elle n'avait pas envie de rentrer dans de longues joutes verbales avec son amie. Elle se contenta de la regarder se débarrasser de sa cape...attendant que cette dernière s'explique sur cette visite imprévue et dont Mélina se serait bien passée, surtout avec une potion sur le feu, non, cela ne l'arrangeait pas du tout, mais là elle n'avait pas vraiment le choix, il fallait qu'elle fasse avec ce contre temps qui était de taille...elle se doutait bien qu'elle n'était pas arrivée devant sa porte, par hasard...ses longs silences et ses longues absences allaient faire l'objet d'une discussion houleuse et étant chez elle, elle ne pourrait pas en échapper.

Croisant les bras, déjà exaspérée avant même que son amie ouvre la bouche...elle attendit...attente qui lui parut longue...très longue. Enfin, elle ouvrit la bouche...et d'entrer de jeu, les hostilités étaient lancées...reproches...je dirais plutôt un début de lynchage avec au service Céleste, comment allait répliquer son adversaire...excuses, contre attaque...non...Mélina utilisa le silence et se contenta de quelques gestes. Elle se disait en elle-même, j'ai oublié de lui envoyer des nouvelles, et alors, en avait-elle envoyer...elle, ben pas à sa connaissance...c'est sur que lorsqu'on est chef des aurors, on est dispensé.... Elle se contenta de mettre son point dans la poche, mais pour combien de temps...ça cela restait à déterminer. Céleste continua son tour du salon comme si elle vérifiait la propreté et cela agaça rapidement la gérante du Sanglier Rieur...qui perdit patience.

Dis moi, tu es venue pour vérifier si le ménage est fait?

La petite peste continua son tour et arriva dans la cuisine, en déblatérant...quelles réflexions...comme cela fait longtemps qu'on ne sait pas vu...et oui et alors, elle avait envie de lui balancer à la figure...tu fais ta vie et je fais la mienne...mais comme depuis l'arrivée, elle se retint. Cependant, l'auror n'en resta pas là, elle fit comme si elle était chez elle et se dirigea vers la cuisine, faisant au passage une réflexion des odeurs bizarres...Céleste poussait le bouchon un peu trop loin, elle cherchait les limites de Mélina...

Écoute, ne te mêle pas de mes affaires, s'il te plait, je fais ce que je veux et j'ai le droit de voyager comme bon me semble, bon je suis désolée si je n'ai pas envoyé de cartes postales, mais on peut pas dire que tu es donnée plus de nouvelles...oui tu vas me parler du miroir que tu m'a offert à notre dernière rencontre...mais je...je l'ai rangé...elle dit plus bas...je n'avais pas envie de l'utiliser pour le moment, j'ai besoin de temps...pas de réprimandes...Tu veux qu'on parle, vas y, je t'écoute...elle prit sa tasse de thé et d'un pas rapide, elle prit la direction du salon, elle sanglotait...elle n'avait pas envie d'entendre ce qu'elle savait déjà, mais elle était au pied du mur, elle avait deux choix qui s'offraient-à-elle, soit elle s'enfermait dans sa chambre, attendant que son amie s'en aille d'elle-même, soit elle décidait de crever l'abcès...les mains tremblantes, elle choisit la seconde échappatoire, elle se blottit dans un coin du canapé, attendant son bourreau.
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Calypso Otaway, Ven 14 Oct 2011 - 9:31


L'acceuil de Mélina n'avait pas du tout été chaleureux et engageant. Certes la rousse avait déclenché les hostilités dès qu'elle était entrée, mais elle n'attendait qu'une chose, qu'on la coupe, qu'elle cesse de se poser des questions, qu'elle cesse de se faire des idées. Mais son amie était restée silencieuse pendant tout le temps, avant et pendant que Céleste déblatérait ses ressentis. Pourtant la surveillant du coin de l’œil, la Chef des Aurors voyait bien que son amie n'était pas dans son assiette et que le petit cinéma de la rousse commençait à gravement lui taper sur les nerfs. Quand allait-elle exploser ? Mais rien elle se contenta de lui lancer une pique peu convaincante sur le ménage. * Allez quoi Mélina, tu peux faire mieux que ça. *

Mais rien ne vint. Céleste était toujours assise a la table de la cuisine, jambes croisées, attendant qu'on veuille bien répondre a ses interrogations et à sa mauvaise humeur apparente. Elle n'en voulait pas a Melina, du moins pas vraiment. Mais elle avait besoin quelle lève ses inquiétudes vis a vis de ce long silence, de cette trop longue absence. Elle pensait que son amie allait s'énerver et s'emporter allant même jusqu'à sortir sa baguette et engager un combat contre la jeune femme, jusqu'à ce qu'elles finissent par rire aux éclats toutes les deux de ce débordement. Mais les choses ne se passèrent pas comme prévues. Le ton de la propriétaire des lieux était froid, distant. Dénué d'émotions. Céleste tiqua.

Lorsque Mélina prit la parole, ce fut pour lui dire de se mêler de ses affaires. Qu'elle faisait ce qu'elle voulait, et surtout qu'elle n'avait de comptes à rendre à personne. A croire qu'elle avait déjà rayée Céleste de sa vie comme on raye une tâche ingrate sur une vieille liste. Était-elle en train de se payer sa tête ? Cela faisait des mois qu'elles n'avaient pas échangé un seul mot et Melina ne trouvait rien de mieux a lui dire ? Elle était désolée de ne pas avoir donné de nouvelles, mais quelles en étaient les raisons ? Elle qui plus est, elle avait rangé son miroir !? Elle osait lui dire cela comme si c'était d'un naturel et d'une logique sans nom. Le coeur de la rousse se mit à battre plus vite dans sa poitrine alors qu'une petite moue se formait sur ses lèvres.

Mélina lui dit de parler, qu'elle l'écoutait. Mais Céleste ne voulait pas faire un monologue, elle avait envie et besoin de discuter avec son amie. Était-ce si difficile à comprendre ? Pire, Melina se servit du thé et s'éclipsa ensuite dans le salon comme si Céleste n'avait pas été là, laissant seule la rousse boudeuse. Les yeux ronds d'étonnement elle la regarda s'éloigner le cœur serré. C'était quoi ce délire ? La jeune femme ne comprenait plus rien. Lasse et peinée elle se leva pour se servir elle même une tasse de thé fumante. * On est jamais mieux servit que par soi-même ! * Elle se prépara son parfum préféré et se mit en quête de gâteaux. Elle n'était pas gênée le moins du monde de fouiller ainsi dans les placards de son "hôte". Après tout elle avait longtemps vécut ici et s'y sentait comme chez elle. Enfin jusqu'à aujourd'hui...

Mais elle fouilla encore et encore et ne vit pas la trace d'un seul gâteau, biscuit ou pâtisserie qui trainait dans le coin. Depuis quand les placards de cette maison étaient vides de ce genre de choses !?
* Quoi ? Ya même pas de gâteau ! Han *
Debout près de la cuisinière, la métamorphomage trempa ses lèvres dans sa tasse de thé fumante, laissant le liquide brûlant imprégner ses sens. Ses yeux perdus dans le vague elle réfléchissait à cette situation. Elle aurait du se douter que quelque chose n'allait pas. Elle aurait du rendre visite à son amie plus tôt. Après tout le fait qu'elle n'entende plus parler d'elle durant tout ce temps était plus que suspect.

Intriguées Céleste rejoignit la jeune femme au salon. Elle la trouva comme une âme en peine presque recroquevillée dans son canapé et la jeune femme remarqua que Mélina sanglotait. Quelque chose n'allait pas. C'était certain cette fois. Mais quoi ? Qu'est ce qui pouvait la rendre si vulnérable, qui pouvait la pousser à se refermer sur elle même ? Céleste parcourut les différents souvenirs qu'il lui restait de ses séjours ici, elle se remémora les moments qu'elles avaient passé ensemble et rien ne pouvait lui indiqué pourquoi Mélina se trouvait dans cet état. Oh oui elle se souvenait bien l'avoir déjà vu très mal au tout début de leur rencontre, mais c'était passé par la suite. Quand elles s'étaient rencontrées, la soeur de Mélina venait de mourir ...

Céleste se rapprocha et prit place dans le canapé près de la propriétaire des lieux. Elle s'assit droite, la tasse de thé dans les mains, les yeux fixant un point invisible sur le mur en face d'elle. Et elle laissa un moment le silence s'installer, appréciant le simple fait d'être assise de nouveau dans ce canapé, près de Mélina, même si tellement de choses avaient changé depuis le temps. Buvant une autre gorgée de thé, elle se décida enfin à prendre la parole, ne sachant pas par ou commencer. Elle posa ses yeux ambrés sur la brune. Son ton se fit beaucoup moins violent qu'à son arrivée, elle s'était calmé et la colère avait fait place à l'inquiétude et la tristesse. C'est alors d'une voix douce qu'elle commença.

"Melina, qu'est ce qui se passe ? Pourquoi un si long silence ? Et je t'interdis de me répondre, rien !"

Elle regarda la jeune femme avec insistance.

"J'ai essayé de te contacter mais à chaque fois, tu étais en voyage. Et puis le temps me manquait j'ai ... énormément de boulot en ce moment. C'est pas facile pour moi.”

Céleste se mordilla la lèvre. Elle ne pouvait pas avouer à son amie qu'elle croulait complètement sous le poids d'une masse horrible de travail, parce qu'elle cumulait deux emplois à haute responsabilité.

“Pourquoi avoir disparu de la circulation, alors même que tu venais d'obtenir une libération de la part du ministère ? Tu étais libre Mélina, tu... aurais du revenir."

Non pas que Céleste n'appréciait pas son statut de Chef des Aurors, bien au contraire. Au bout de quelques mois déjà elle avait apprit à s'assagir, elle avait apprit à se calmer et à prendre les bonnes décisions, dans l'intérêt du groupe. Certes elle avait encore beaucoup à apprendre, mais cette responsabilité lui plaisait. Plus les avantages que cela lui conférait. Mais Mélina lui manquait terriblement. Son aînée avait une expérience non négligeable et elle aimait son boulot. Alors elle n'avait pas comprit. Pourquoi Mélina n'avait pas de nouveau rejoint le rang des Aurors quand elle l'avait pu ?
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Mélina Kuders, Lun 17 Oct 2011 - 22:52


Pas mal de choses se bousculaient dans sa tête, comme si depuis quelques mois, elle vivait en dehors de la réalité...elle vivait dans son monde jusqu'à que Céleste vienne jouer les troubles faits. Est-ce une bonne nouvelle? pour le moment, elle l'ignorait...Est-ce que cela allait la conforter pour couper les liens avec son ancienne vie ou au contraire lui permettre de faire la paix avec ce qui c'était passé, peut être, enfin...elle ne pardonnerait jamais ce que le Ministère lui avait fait, même si le haut lieu de commandement avait changé de main, pour elle, les politiciens étaient tous corrompus....

Enfin bref, revenons à la scène, Mélina était sur le canapé, en très mauvaise posture...il fallait qu'elle trouve ses mots, elle connaissait très bien son amie et elle savait parfaitement qu'elle ne partirait pas temps qu'elle aurait pas de réponses à ses questions. Le soucis était de savoir s'il fallait qu'elle joue franc jeu avec la nouvelle chef des aurors ou pas...elle en ignorait la réponse encore pour le moment. Frissonnante, elle regardait la fumée de son thé qui s'échappait de sa tasse, tournant ainsi le dos à son interlocutrice...un silence pesant s'installa entre les deux jeunes femmes...et comme elle pouvait s'y attendre, elle n'aurait pas à le briser elle-même, Céleste était là pour ça...ah la fougue de la jeunesse....

Elle lui demanda pourquoi un si long silence...blablabla, je vous épargne le reste du discoursben je sais pas moi, quelle question stupide...elle avait peut-être envie d'écouter le silence...tout simplement...bon toi le narrateur tais-toi, on t'a pas causé.
Mélina décida qu'il était temps, qu'elles s'affrontent...une bonne prise de tête avec à la fin soit un petit câlin (attention à votre imagination débordante) soit un claquage de porte avec des pleurs dans le pire des cas ou de la destruction de quelques assiettes...enfin ça, vous ne le serez qu'à la fin.

Elle prit un instant pour boire une gorgée et fit face à son amie et lui balança tout ce qu'elle avait sur le cœur, finalement, elle prit la décision de jouer franc jeu:

Tu veux vraiment savoir si je vais bien? et ben je vais te répondre, non je vais pas bien, j'ai perdu récemment deux amis très chers comme si la perte de ma sœur ne suffisait pas, j'ai démissionné d'un poste que j'adorais, parce que j'ai voulu donné un grand coup de pied dans un nid à vipères...ce qui a fait de moi une piètre chef, dont l'honneur a été trainé dans la boue...et tu aurais voulu que je revienne?...non mais tu plaisantes ou quoi, tu me prends pour qui? pour une lâche qui accepte sans broncher...qui accepte de reprendre ses fonctions, en faisant des grands sourires, hahaha...tu as si peu d'estime pour moi? comment veux-tu que j'accepte un tel déshonneur....Elle fit une petite pose, se levant brusquement du canapé, mais gardant sa tasse à la main, elle se dirigea vers la fenêtre. Je sais ce que tu vas me répondre, qu'il aurait été normal que je reprenne ma poste, que j'ai lâchement abandonné les aurors qu'ils avaient une grande confiance en moi blablabla, et je te réponds, non je n'ai abandonné personne, j'assume simplement mes erreurs...tu comprends? De plus, je sais que tu es parfaite dans ce rôle...je ne reviendrais pas chez les aurors...si c'est vraiment ce que tu veux savoir...essayant d'être le plus crédible possible...elle ajouta d'un ton plus mielleux,mais, j'ai pas mal d'activités qui me permettent de me libérer l'esprit des derniers évènements et en plus le Sanglier Rieur me prend aussi du temps, surtout depuis que tu es partie...je n'ai pas le temps de m'ennuyer...et d'après ce que j'ai entendu dire c'est la même chose pour toi.

C'était parti, les hostilités étaient lancées et la réplique de son amie ne devrait plus être très longue, qui veut compter les points?
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Calypso Otaway, Mar 25 Oct 2011 - 15:39


Assise dans le canapé avec sa tasse de thé fumante, Céleste regardait son ancienne chef avec des yeux étonnés et tristes. Elle avait l'impression que la jeune femme s'était mise dans une position de résignation et qu'elle n'arrivait pas à sortir de cette sorte de transe où elle s'était plongée. La rousse n'avait pas besoin de chercher bien loin pour comprendre que quelque chose l'avait plongé dans ses retranchements et qu'elle avait opté pour une sorte de solitude extrême. Et s'extirper de là semblait être d'autant plus difficile qu'elle n'en avait pas l'envie et qu'elle n'en ressentait pas le besoin. Pourtant elle accepta enfin de prendre la parole et de daigner donner quelques explications à son impétueuse amie. Elle se tourna finalement vers Céleste.

Cette dernière l'écouta avec attention sans l'interrompre. Elle comprenait mieux à présent. La mort de Matéo, de Jonh dont elle avait appris le suicide... et tout cela avait sans doute fait remonté la douleur de la mort de Kirla. Le coeur de la Chef des Aurors se serra, cela faisait beaucoup de nouvelles indigestes à avaler en peu de temps et son amie avait des raisons de se trouver anéantie. Mais la rousse ne trouvait pas que la bonne solution soit de se renfermer sur soit même. De même, la trahison du ministère lui était resté en travers de la gorge, ce que la demoiselle pouvait comprendre, ayant eu du mal à s'en remettre elle-même. Le ton amer et froid de Mélina laissait entrevoir le sentiment de rancune qui lui restait encore.

“Mélina, tu n'as pas été une mauvaise chef. Au contraire tu as pris une décision risquée mais justifiée. Tu ne pouvais pas prévoir que les choses se passent de cette façon. Aucun de nous ne t'avons blâmé”.

Le doux fumet de jasmin qui remontait de sa tasse réconforta la demoiselle, elle la porta à ses lèvres, ses yeux ne quittant toujours pas son amie. Céleste ne croyait pas un seul mot de ce qu'elle venait d'entendre. Mélina avait-elle vraiment de quoi occuper son esprit ? Non elle n'arrivait pas à le croire sinon elle ne serait certainement pas dans cet état là. Laissant d'abord un moment de silence s'installer, pendant lequel elle but quelques gorgées de thé, elle reprit ensuite.

“Je ne t'ai pas vu au Sanglier ce soir et je crois moi, que tu n'y vas pas souvent. Parce que si tu y étais allée, tu aurais certainement remarqué que ta serveuse est particulièrement mauvaise ! Depuis combien de temps n'es-tu pas sortie Mélina, depuis quand n'as-tu pas parlé avec des gens ? Je parle de personnes que tu connais ! Pas le livreur moldu qui passe t'apporter ces trucs super bon dont je ne me souviens plus le nom ! ”

Son commentaire sur la serveuse du Sanglier était très mauvaise langue et il était évidemment faux. Même si Aurore avait mis un peu de temps à les servir, elle avait ensuite fait son travail extrêmement bien et elle avait réussit à refaire les cocktails parfaitement. Pas aussi bien que Céleste certes, mais ma foi il fallait bien qu'elle s'habitue et qu'elle se fasse la main ! A vrai dire la jeune femme avec ses allégations voulait surtout heurter le sentiment professionnel de la brune afin de la faire réagir, de lui montrer qu'elle devait se soucier de ce qui se passait autour d'elle. Plus elle resterait enfermée, plus elle penserait à ses malheurs et plus elle se sentirait mal. Céleste n'était pas du genre à mâcher ses mots surtout à l'encontre de Mélina, pourtant aujourd'hui il lui semblait bien qu'il faille y aller avec des pincettes.

La question qui se posait de manière indirecte dans les déclarations de la métamorphomage était en rapport avec l'actuelle Chef des Aurors. Elle sentait le reproche dans sa voix, même si elle ne le disait pas clairement. Oui la rousse aussi avait négligée son amie. Depuis qu'elle était entrée en fonction et avait du gérer le corps d'élite, elle n'avait plus vraiment eut le temps de s'accorder à autre chose. Surtout qu'elle avait aussi son travail au ministère. Elle aurait du passer avant pour la sortir de cette torpeur. Elle aussi était à blâmer. Après tout c'était grâce à Mélina qu'elle en était arrivée là, alors elle lui devait au moins ça.

“En effet, j'ai été très prise ces derniers temps. J'ai du m'adapter à mes nouvelles responsabilités, j'ai du faire fasse à une masse de travail considérable suite à notre retour au ministère. Et j'ai eu quelques... disons que j'ai eu... enfin je me suis penché un peu sur ma famille et j'ai passé quelques temps à chercher mon père. D'ailleurs je me suis rendue récemment en Russie et ce que j'ai découvert est complètement fou !”

La jeune femme sourit à Mélina, essayant de la rassurer et par la même occasion de lui signifier que Céleste ne lui en voulait pas. Elle était tout simplement inquiète, et Mélina lui manquait.

“Il s'est passé énormément de choses depuis qu'on s'est vu la dernière fois. Mélina, réveille toi ! Je sais que c'est difficile, je sais que la mort de tes amis te rend malade ... mais il faut que tu te reprennes bon sang !”

Son ton s'était légèrement électrisé. Non elle n'était pas égoïste, elle voulait juste retrouver son amie. Elle avait envie de lui parler, de lui raconter ses déboires, ses histoires sordides, elle voulait que Mélina se confie à elle. Comme elles le faisaient par le passé. Cette période qui venait de s'écouler les avait éloigné pour plusieurs raisons, Mélina pouvait penser qu'on l'avait abandonné, que Céleste s'était peut-être servit d'elle pour arriver à ses fins. Céleste elle aussi s'était sentie abandonnée, seule fasse à des responsabilités qu'elle n'avait pas demandé et qui lui paraissaient bien trop lourde pour ses frêles épaules. Tout cela n'était qu'un malentendu, et elles devaient absolument réussir à passer outre cela.
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Mélina Kuders, Lun 7 Nov 2011 - 9:58


Mélina ne tenait plus en place, elle était comme une lionne en cage, plus son amie parlait plus, elle savait que cette dernière avait raison et qu'il fallait qu'elle réagisse sinon, elle allait finir vieille, moche et grincheuse...Mélina voyait le tableau...seul devant sa télévision avec comme seule compagnie une tasse de thé et un hibou...pas très réjouissant tout ça.
L'auror lui remémora que ce n'était pas sa faute si tout avait capoté...c'était tout simplement qu'elle avait pas été assez maligne face à ses adversaires et elle s'en mordait les doigts, encore aujourd'hui.

Céleste, si j'ai été mauvaise, je n'ai pas su prévoir et anticiper...la réaction de politicien totalement...enfin bref, j'ai fait la meilleure chose pour tout le monde, débarrasser le plancher des aurors.... De toute manière, les aurors ne pourront jamais faire de ménage, dans la politique...autant allez à la pêche aux calamars, au moins à la fin, il y aura quelque chose de comestible à manger.
Je peux pas, ce n'est pas possible pour moi de revenir sur mon passé d'auror, c'est une page qui est tournée et définitivement...jamais au grand jamais, je ne reviendrais dans cette famille qui m'est toujours très chère, mais j'ai été trahi, par un système que je défendais bec et ongles, sans aucune retenue, non...j'ai perdu cette querelle de clochers face à ses politiciens...mais ils voudraient mieux pour eux, qu'ils aient le sommeil léger, car je pourrais très bien m'en prendre à eux par surprise...en bref...
les dernières paroles furent prononcées à voix basse, presque inaudibles pour la chef des aurors. Serrant fort sa tasse dans sa main, elle prit le chemin de la cuisine, elle voulait se resservir une autre tasse et même si elle aurait préféré que cette dernière reste chez elle et lui fiche la paix en cette période de retrait, comme on dit toujours: chacun chez soi et les vaches seront bien gardées. Cependant, elle ne pouvait pas lui en vouloir, elle faisait en quelque sort parti de siens...de sa famille, mais elle lui était indispensable...toujours là au bon moment...
Cette pensée estompa un peu sa rage, mais juste un peu. Le regard perdu dans sa tasse, elle ne put que constater que cette dernière était vide...elle se dirigea ainsi dans la cuisine, où elle avait laissé la bouilloire, elle en profita pour sortir de sa réserve quelques gâteaux dont raffolait l'ancienne serdaigle.

Durant ce temps, l'auror avait décidé de continuer la conversation, en appuyant sur des points sensibles afin de la faire réagir et comme elle l'avait prévue, elle allait l'envoyer paitre.

Arrête s'il te plait, ce n'est pas parce que tu daignes passer, dans mon restaurant, une après midi où je ne suis pas présente, que je n'y vais pas. De plus, notre nouvelle serveuse est très bien, arrête de la rabaisser...je crois que tu n'as rien à dire à ce sujet, c'est toi qui a rendu ton tablier. Betty a refait surface et l'activité est bonne. Le sanglier rieur est une bonne adresse, à l'heure actuelle, dans le village. Je parle à beaucoup de gens...ne t'en fait pas pour moi, mes occupations m'obligent à ouvrir la bouche et à faire la conversation. C'est sur je n'ai pas beaucoup le temps de voir mes amies en vie...mais c'est assez dur pour le moment...la présence des morts m'apaise plus que celle des vivants...au moins je ne suis pas jugée en place publique et personne ne veut ma tête...par contre à un moment que je jugerais propice, je ferai à nouveau parler de moi, par forcément de manière ouverte et directe, mais j'agirai....

Elle fit une pose et s'approcha de la table, déposant l'assiette contenant les petites gourmandises et rajouta:

Si tu n'es pas sage, je range ces gâteaux, à ses paroles, elle esquissa un sourire franc.

Mélina écouta ensuite son amie parler de ses nouvelles fonctions, d'après ce qu'elle comprenait ce n'était pas simple...mais, Mélina n'était pas bête et voyait très bien ce qui se passait en ce moment et même si c'était difficile pour Céleste, c'était juste que le monde du travail était ainsi et non que ses compétences n'étaient pas à la hauteur de la tâche. J'ai lu pas mal de choses à ton sujet et tu te débrouilles très bien...L'auror lui parla d'un voyage en Russie...Mélina se demanda bien ce qu'elle pouvait avoir été faire là-bas. Que fichais-tu en Russie?

Après cette petite lamentation, à son propos, Céleste décida qu'il était temps de secouer véritablement Mélina....
Oui, je sais très bien, tu n'as pas besoin de me rappeler ce que je dois faire ou comment je dois me comporter, j'ai plus 15 ans et tu n'es pas ma mère...ce n'est certainement pas ce dont j'ai besoin en ce moment...enfin bon...parle moi plutôt de toi, que fais-tu de ton temps libre, tu t'es trouvé quelqu'un où vis-tu maintenant, il parait que tu as déménagé, raconte moi tout.
Comment détourner les attentions en une leçon, Céleste avait raison de la secouer, mais Mélina ne voulait pas qu'on décide à sa place....
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Calypso Otaway, Ven 11 Nov 2011 - 20:10


Elle ne savait si les aiguilles du cadran s'étaient arrêté, ou si elles défilaient à une allure terrifiante. Sans plus aucune notion du temps, le regard perdu dans le vide, les mains moites à force de tenir sa tasse, le cœur lourd la Chef des Aurors écoutait son amie qui semblait être au plus mal. Elle s'en voulait terriblement de ne pas avoir été alerté par la situation un peu plus tôt, de ne pas avoir fait attention à ce manque de communication et à cette absence de nouvelles. Rien ne pouvait justifier un tel désintérêt de sa part. Elle était tout aussi coupable, si ce n'était plus que la propriétaire des lieux. Être hanté par les démons de son passé, elle savait pertinemment ce que c'était, même si ce n'était pas de la même manière.

Il y avait énormément de rancœur et de douleur dans les paroles de Mélina. Mélange d'amertume et de regrets saupoudré d'une pointe de rage. Sa réaction loin d'être excessive était totalement justifiée. Se mettant à la place de la jeune femme, elle se disait qu'elle aurait fait de même. Non à vrai dire, elle aurait fait bien pire. Son tempérament de feu et son impulsivité lui aurait certainement valut un petit séjour à Azkaban. Mais fort heureusement son amie métamorphomage était bien plus calme et sereine que la rousse. Bien que parfois il fallait se méfier de l'eau qui dort. En amont il pouvait toujours tomber une pluie torrentiel qui pourrait gorger les eaux et tout dévaster sur son passage.

“Je comprends.” murmura Céleste compatissante.

Oui elle comprenait et c'était la seule chose qu'elle pouvait dire pour le moment. Le fait qu'elle quitte les Aurors, la trahison qui l'avait enveloppé. Pire, les évènements tragiques qui avaient fait suite à ces mauvaises nouvelles consécutives... Céleste connaissait peu Matéo et si elle connaissait John elle n'avait pour lui aucune affection particulière. Et même si sa mort l'avait un peu bouleversé, elle était vite passé à autre chose. Pour Mélina qui le connaissait bien mieux, les choses étaient différentes. Et elle se complaisaient à vivre avec les morts, elle le disait elle même. Les fantômes aimaient habiter les vivants, ils s'en amusaient beaucoup. Les vivants eux trouvaient agréable de pouvoir garder un contact avec ces personnes disparues. Mais ils ne se rendaient pas compte que cela les empêchaient de vivre tout simplement.

Céleste avait quoi qu'il en soit réussit à irriter la brune. Ce n'était pas vraiment son but mais au moins elle réagissait. D'ailleurs un petit sourire apparut à la commissure de ses lèvres qu'elle s'empressa de cacher en les plongeant dans sa tasse de thé qui n'était plus du tout fumante. D'ailleurs si elle ne la finissait pas très vite il allait être froid. Elle se mit alors à boire à grosse gorgée le thé, surtout pour dissimuler son amusement face à la réaction de son amie. Elle s'apprêtait d'ailleurs à lui lâcher une sanglante réplique quand elle déposa sur la table l'arme fatale. La rousse avait pourtant cherché dans toute la cuisine, où avait-elle bien pu les ranger ?

“Haaaaan mes gâteaux ...”

Se mordant la lèvre, elle tendit la main et se saisit aussi rapidement que l'éclair d'un biscuit qu'elle fourra tout entier dans sa bouche. Au moins là, Mélina ne viendrait pas le lui enlever. Les joues aussi gonflées que celle d'un hamster, elle croisa le regard de la jeune femme et ne put s'empêcher d'éclater de rire, crachant par la même occasion quelques miettes de biscuits sur le sol. Elle ne put que terminée son thé afin de faire passer le tout. Pas facile de mâcher et d'avaler en même temps. Le thé faisant fondre le gâteau, elle eut moins de mal à le terminer. Elle sourit ensuite à la brune en s'essuyant les lèvres, un sourire ne la quittant plus.

“J'adore ces petits gâteaux ! Il reste encore du thé ?”

La jeune femme d'un coup de baguette fit venir la bouilloire et le thé et se prépara une seconde tasse. Elle n'hésita pas à récupérer un second gâteau, qu'elle savoura avec lenteur et délectation cette fois-ci. Mélina avait certainement envie de changer de sujet, car elle réussit à tourner la conversation, faisant en sorte que ce soit Céleste qui soit au centre de celle-ci. Elle pouvait bien changer de sujet pour le moment, cela n'empêcherait pas l'espiègle Serdaigle de revenir à l'attaque plus tard. Elle voulait que Mélina sorte de cette état quasi comateux et elle ne comptait pas en rester là. Aux éloges de la jeune femme, elle releva la tête et prit un air fier.

“Ben oui qu'est ce que tu crois ? C'est moi la meilleure non ? Après tout c'est que j'ai été à bonne école. Ma Chef était vraiment très bien ! Je ne fais que suivre son exemple. Et puis elle ne m'a pas choisis moi pour rien !”

Elle échangea un regard complice avec son amie avant de continuer songeuse.

“La Russie ... c'est un très beau pays que je n'ai pas eu l'occasion de visiter plus en profondeur malheureusement ... figure toi que j'ai du fuir à peine quelques heures après mon arrivée !” avoua t-elle avant d'éclater de rire.

“Je suis allée sur les traces de mon père. J'ai découvert son identité, son adresse et je me suis rendue sur place. Mon père est russe. Et je crois que ce n'est pas un saint si tu veux mon avis. Je n'en sais pas plus pour le moment, j'ai néanmoins une liste de personnes qui semblent être mes nombreux frères et soeurs. Connus.” Son regard se perdit dans sa tasse de thé.

“J'ai même une demi-soeur qui vit ici en Grande-Bretagne. Et je l'ai rencontré. Elle s'appelle Kaya.”

La jeune femme posa sa tasse sur la table, s'étira et s'enfonça dans le canapé en mode poule frigorifiée. Il s'était passé tellement de choses depuis la dernière fois où elles s'étaient parlé que la nuit ne suffirait certainement pas à tout se raconter. Les choses avaient semblé s'enchaîner les unes après les autres sans laisser aucun répits à Céleste qui s'était vite retrouvé débordée. Par quoi commencer ? Les choses les plus importantes ? Les détails croustillants ? Les révélations dignes du plus grand magazine people moldu ? La jeune femme soupira et bailla à s'en décrocher la mâchoire.

“Il s'est passé tant de choses ... Oui j'ai vendu la maison. Enfin ma part de la maison et je crois qu'Alicia aussi à déménagé. La situation n'était plus supportable, nous devions nous séparer une bonne fois pour toute. Je n'ai pas d'autres abris pour le moment. Je vis la plupart du temps au QG des Aurors mais je suis souvent ...” jetant un regard à Mélina elle hésita quelques secondes, puis finit par lui dire.

“Je passe beaucoup de temps chez Will en ce moment. On ... s'entend bien.”

C'était pitoyable. Elle le savait elle même et au vue de la réaction de Mélina, elle voudrait peut-être en savoir plus. Mais la jeune femme ne pouvait pas vraiment en dire plus. Ou alors n'en avait-elle pas envie ? Parce qu'elle avait peur d'avancer des choses qui n'étaient peut-être que pure fantaisie ?Tentant de changer de sujet, elle préféra aller sur un terrain bien moins dangereux, quoi que ...

“Et oui j'ai énormément de travail ! En tant que Chef et ... et ... enfin je suis débordée !”


Elle voulait évidemment faire référence à son travail de Directrice de la Justice Magique, mais elle ne pouvait pas en parler ici et maintenant. Mais pourquoi pas finalement ? Mélina avait toujours été de bon conseil, elle pourrait peut-être la conseiller. Son regard ambré s'illumina et elle fit une grimace.

“Tu sais j'ai ... enfin ... disons que ... notre don commun m'a permis d'obtenir quelques faveurs supplémentaires. Si tu vois ce que je veux dire ...”

Parler en parabole pour aborder un sujet délicat était toujours plus intéressant et sécurisant surtout. Oui, elle avait deviné juste, la soirée allait être longue et l'horloge elle, devait certainement être complètement détraquée et déréglée. Ou était-ce elle qui était fatiguée ?
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Mélina Kuders, Lun 12 Déc 2011 - 22:08


Si les explications de la gérante avaient assez limpides, elles n'en restaient pas moins flous, histoire de garder pour elle, les petites affaires qu'elles arrivaient à faire en parallèle et qui ne regardait qu'elle. Cependant, son discours lui permit de mettre les choses au clair, afin de lever tous points sombres qui pouvaient avoir entre elle. Enfin, c'était ce qu'elle croyait, elle n'était pas au bout de ses surprises.

D'après ce qu'elle pouvait comprendre, la chef des aurors était partie en Russie, sur les traces de son père. Mélina se demanda pourquoi, se lancer soudainement, dans une telle aventure...rechercher ses racines provoquent parfois un mal être encore plus intense.

Pourquoi t'es-tu lancée dans une telle recherche? tu es mal dans ta peau?

Céleste lui apprit...qu'elle avait fait connaissance d'une demi-sœur, cette nouvelle avait des bons comme des mauvais côté, retrouver ses racines, parfois déboussole plus qu'autre chose, enfin ce n'était que son opinion.... Elle apprit que cette demi-sœur se prénommait Kaya... Cela lui disait quelque chose.

Comment ça, Kaya, il ne s'agirait pas de Miss Adams, propriétaire du bar des Ténèbres? Si c'était le cas, on pouvait dire que le monde était vraiment petit et que Mélina était vraiment dans de beaux draps, si Céleste découvrait les petites affaires qu'elle faisait avec la gérante de ce bar, elle risquait de pas le prendre bien...pas bien du tout. Enfin, elle préférait ne pas y penser surtout qu'elle avait peu de chance qu'elle le découvre.
Tu as donc un père n'est pas un saint, tiens, je crois que tu t'es trouvé des points communs avec lui. lui-dit-elle, avec un grand sourire moqueur.

Cela faisait longtemps que Mélina n'avait pas eu envie de sourire...taquiner Céleste était-elle un remède... peut être, mais elle devait l'avouer, cela lui faisait beaucoup de bien, cela lui évitait de trop penser et parler à une amie, lui rappelait de bons souvenirs et comment c'était bon de se retrouver en compagnie de personne en qui on pouvait avoir une totale confiance. Toutes les deux comme avant, cependant, il ne manquait plus que deux petites choses, un bon feu dans la cheminée et une couverture.

La chef des aurors lui apprit aussi qu'elle avait vendu sa maison apparemment il y avait une incompatibilité d'humeur avec Alicai, étrange, elles avaient pourtant très proches toutes les deux.

Vous êtes disputés?

Sur le coup, elle se demanda pourquoi elle n'était pas revenue chez ici, après tout, elle est ici chez elle....Sa question trouva rapidement une réponse...Will, ce mec infecte que Mélina n'a jamais pu supporté et d'abord, elle entendait quoi par "on s'entend bien"

Cela veut dire quoi pour toi, "on s'entend bien", que vous êtes de bons amis?

Si Mélina avait eu des mitraillettes à la place des yeux, Céleste serait morte depuis longtemps.
Elle comprenait aussi que durant sa longue absence, elle avait évolué chacune de leur côté et cette situation ne lui convenait pas du tout. Elle ne voulait plus de ça, elles étaient comme des sœurs l'une pour l'autre et leur destins étaient forcément liés... même si Mélina ne retournait chez les aurors.

Céleste, promet-moi que tu ne partiras pas au bout du monde, promet-moi qu'on sera toujours là l'une pour l'autre, je sais que c'est moi qui t'es délaissée, mais je te promets que cela ne se reproduira plus... j'ai juste besoin de temps en temps d'un peu d'espace et que tu laisses tomber certaines zones d'ombres sur ce que je fais, s'il te plait, il y a de petites choses qui n'appartienne qu'à moi et à personne d'autres et je ne peux en parler à personne...même aux...

Elle se tut, elle n'avait pas besoin d'en rajouter plus, elle se contenta de lui prendre la main en gage d'affection et de lui sourire, elle ne voulait pas qu'elles se disputent, elle voulait juste rattraper le temps perdu.

hrpg: Désolée pour le retard, bisous
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Calypso Otaway, Sam 17 Déc 2011 - 17:23


L'ambiance tendue qui régnait précédemment dans la pièce venait de s'envoler subitement. Et la conversation avait définitivement prit une tournure un peu plus Céleste. Son hôte voulait visiblement parler de tout sauf d'elle même. C'était donc parti pour un interrogatoire sur sa petite vie qui pouvait paraître bien plus trépidante qu'elle ne l'était réellement. Mais soit, elles avaient du temps à rattraper. Et Mélina ne faisait pas dans la dentelle, car les questions qu'elle posait à la rousse lui paraissaient assez délicate, trouver les réponses justes n'allaient pas être simple. Mais elles avaient toute la nuit devant elles.

Il fallait néanmoins qu'elle fasse attention, car l'origine de ses recherches sur son père, c'était son poste de directrice de la justice magique. Elle avait accès à toutes les archives et avait décidé par simple curiosité de jeter un oeil à certains dossiers. Et elle ne pouvait pas révéler ce lourd secret à Mélina. Elle ne pouvait pas non ... non il était hors de question qu'elle en parle à qui que ce soit. Quoi qu'il en soit, elle devait essayer d'éviter les sujets délicats dont elle ne pouvait pas vraiment parler, tout en répondant aux questions de son amie. Elle laissa échapper un petit rire lorsqu'elle émit l'idée qu'elle puisse être mal dans sa peau. Se pouvait-il ?

“Tu sais, ma mère ne m'a jamais rien dit sur mon passé. D'ailleurs elle ne m'a jamais rien dit tout court. Depuis qu'elle a disparut, je me pose énormément de questions. Pourquoi avoir fait tant de mystères ? Et puis j'ai ... je suis tombée sur une photo d'un homme qui m'a beaucoup intriguée, lorsque j'ai fouillé dans les archives. J'ai décidé de faire quelques recherches et celles-ci m'ont amené en Russie. C'est une longue histoire. Mais je sais que mon père est vivant. Je pense continuer mes recherches pour le retrouver. J'ai l'impression d'être orpheline aujourd'hui, alors que c'est loin d'être le cas. Je veux remédier à ça.”

Elle espérait que ces explications suffiraient à son amie. Elle ne pouvait pas entrer dans les détails et cela pourraient soit l'inquiéter, soit l'étonner. Le fait qu'elles se soient fait attaquer en Russie était un fait que Céleste n'avait toujours pas élucider. Ces hommes n'étaient pas des représentants de la loi, oh non ! Ils n'auraient pas agit de cette façon. Ils avaient plutôt l'air de faire partie d'une organisation. La jeune femme avait poursuivit ses recherches en Angleterre et avait trouvé des pistes sur son père un peu partout. C'était un vrai caméléon. Il arrivait à se retrouver partout sans même qu'on ne le remarque. Enchantra avait dû être vexée de s'être faite abuser par lui.

La seconde question de la jeune femme concernant Kaya la surprit. Melina semblait connaître la nouvelle petite soeur de Céleste. Quand on disait que le monde était petit ! Comment Mélina et Kaya pouvaient-elles bien se connaitre ? Certes, être gérante d'un bar pouvait donner beaucoup de possibilités. Peut-être étaient ce dans un cadre professionnel qu'elles s'étaient connues toutes les deux ? Si la brune ne lui donnait pas de réponse satisfaisante, Céleste n'hésiterait de toute manière pas à aller questionner sa petite soeur.

"Oui il s'agit bien de Kaya Adams en effet. Tu la connais !?"

L'air dubitatif et interrogateur de la rousse en disait long sur la curiosité qui pointait le bout de son nez. Visiblement elle n'était pas la seule à avoir des choses à raconter. Mélina fit une remarque sur son père qui avait des points communs avec elle. Fronçant les sourcils, la rouquine s'empara d'un coussin et le lança de toutes ses forces en direction de la brune afin de lui montrer qu'on ne se moquait pas aussi impunément de miss Otaway sans en subir les conséquences. Elle se mit à rire avant de s'enfoncer un peu plus dans le fauteuil.

Néanmoins ce petit moment de complicité redescendit d'un coup quand on en vint à un autre sujet plus délicat et qu'il aurait été préférable de garder pour elle. Elle pensait qu'en restant évasive, Melina ne poserait pas plus de questions et pourtant ... Le sujet revint sur Will alors qu'elle pensait en avoir fini avec ça.

"Euh... Oui nous sommes des... des amis c'est un peu ça." lâcha t-elle en se mordillant les lèvres.

Pensait-elle vraiment être convaincante avec ce genre de réponses ? Après avoir regardé la métamorphomage dans le blanc des yeux pendant quelques instants elle enchaîna.

"Enfin, il est possible que nous soyons un peu plus que des amis. Depuis que les Aurors sont redevenus légaux nous nous sommes beaucoup rapprochés. Et... nous nous... voyons régulièrement."

Que dire de plus ? Après tout c'était exactement ce qui s'était passé. Ils s'étaient rapprochés tout les deux, de plus en plus sans même s'en rendre compte. Jusqu'à obtenir une certaine complicité. Mais ça restait Will. Après tout Mélina connaissait le jeune homme elle aussi, et c'était peut-être bien cela le problème. Céleste savait son aversion pour lui et avait peur de la réaction de cette femme qu'elle considérait comme sa sœur et qui avait aussi un peu prit la place de sa mère depuis ce jour où elle l'avait recueillit chez elle. Sa relation avec Will pouvait paraître étrange mais elle s'en satisfaisait pleinement pour le moment et n'avait pas envie de remettre tout cela en question. Esquissant un petit sourire encourageant à son amie elle attendit de voir sa réaction.

"Mais ça va tu sais ..."

Pourquoi avait-elle jugé nécessaire de devoir rajouter cela ? Après tout, cela se voyait qu'elle allait bien non ? Sinon elle ne serait pas venu ici pour essayer de récupérer son amie ? Ou alors peut-être que cette raison était officielle mais qu'il y en avait une officieuse ? Peut-être que Céleste elle aussi avait besoin de Mélina. Ainsi, quand cette dernière lui demanda de ne pas la laisser tomber, elle lui sourit et se laissa tomber dans le canapé, allant poser sa tête sur les genoux de la jeune femme. La vie était étrange, elle nous réservait parfois bien des surprises.

“Je ne sais pas si je peux te promettre de ne pas partir au bout du monde. Je ne sais pas ce qui m'arrivera demain. Mais ... je peux te promettre que je ne t'oublierai jamais, que je ne te laisserai pas tomber et que j'emporterai ce foutu miroir partout avec moi, peu importe où j'irai. Alors tu as intérêt à le déballer si tu veux pas que je te fiche une bonne raclée ! Et crois-moi je suis surentrainée !”

La jeune femme se recroquevilla un peu sur elle même, se raccrochant à la jupe de Mélina. Elle restait au fond d'elle toujours une petite fille et elle avait besoin d'une famille. Oui elle avait un immense besoin qu'on prenne soin d'elle, qu'on l'aime et qu'on comble tout ce vide que sa mère avait laissé durant son enfance. Elle avait grandit et était une femme forte, mais elle gardait toujours des séquelles de cette époque. Plus encore depuis qu'elle n'avait plus aucunes nouvelles d'Enchantra. Céleste avait aussi perçu de l'inquiétude dans la voix de la propriétaire des lieux. Elle semblait cacher certaines choses. Mais la rousse préféra ne pas poser de questions pour le moment. Elle ne semblait pas vouloir en parler.

“Toi non plus ne me laisse pas Mél'. Pis ... arrête de comploter ! Et promets-moi que tu ne feras pas de bêtises.”

Céleste ferma les yeux, lovées sur les genoux de son amie, son thé au jasmin à moitié entamé reposait sur la table basse, refroidissant au fil du temps. Mais la demoiselle n'avait aucune envie de se relever pour le terminer. Il finirait sa soirée seul sur la table à n'en pas douter. Les gâteaux quand à eux étaient presque tous mangés, Céleste ne leur avait laissé aucun répit. Elle se sentait bien. Cela faisait longtemps qu'elles n'avaient pas partagé ce genre de moment toutes les deux. Et c'était agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Mélina Kuders, Lun 13 Fév 2012 - 13:36


Alors que Mélina écoutait attentivement les paroles de la chef des aurors, elle porta à ses lèvres sa tasse de thé, sur laquelle elle ne prit même pas la peine de souffler et elle se brula la langue. Elle rejeta violemment sa tasse en arrière et en versa une partie sur ses vêtements, sur le canapé et sur son amie.

Aie !!! Je suis désolée, j'espère que je ne t'ai pas brulé ?

Mélina se leva pour aller chercher un torchon, dans la cuisine, afin d'essuyer ses bêtises. Elle revint rapidement au séjour, elle épongea les traces sur Céleste, puis sur le canapé et enfin, elle reprit sa tasse, effaça les traces que cette dernière avait fait sur la table basse et le dessous de sa tasse. Une fois qu'elle eut terminée, elle posa le torchon à coté d'elle et reprit la parole. Elle se posait encore trop de questions

Je t'avoue que j'ai du mal à suivre tout ce que tu racontes au sujet de ton père, tu es partie exprès en Russie et tu n'as pas pu le rencontrer ? Pourquoi donc ?Tu ne m'as dis que tu avais du fuir à ton arrivée en Russie ? Qui t'en voulait ? C'est à cause de ça que tu n'as pas pu le voir ? Explique moi, ne me laisse pas dans l'ignorance, s'il te plait !

Ensuite, elle lui confirma que sa demie sœur et la propriétaire du Bar des Ténèbres, ne faisait qu'une ... d'un coup, elle dit qu'elle aurait mieux fait de se taire, comment pourvoir justifier qu'elles se connaissaient, les deux femmes avaient des relations très secrètes et qui ne regardaient qu'elles, mais fallait bien qu'elle lui sorte quelques chose de convainquant qui pourrait lui éviter d'autres interrogations trop indiscrètes et qu'elle voulait garder pour elle. Mélina voulait toujours tout savoir sur ses amies, mais en ce qui la concerne, elle préférait garder son jardin secret, surtout lorsque cela touchait des sujets dont elle n'était pas très fière.

Oui, oui, je la connais, elle m'a parfois aidé, elle était une de mes sources, lorsque j'étais encore auror ... bien sur ce que je viens de te dire, doit rester entre nous.

Mentir, était devenu un art où elle était passée maitre, même avec ses proches ... mais certaines choses se devaient d'être enfermées à clés et jetées aux oubliettes. C'était difficile ... mais si elle voulait éviter une scène et que Céleste soit complice de ses agissements. Elle savait très bien que si elle lui avouait ses petites affaires, la chef des aurors fermerait les yeux et si un jour, cette histoire revenait à la surface, elle pourrait être mis dans le chapeau et arrêtée. Non vraiment, il valait qu'elle s'en tienne à cette version.

D'ailleurs, elle enchaina sur un autre sujet, Will, là aussi, il y avait tant à dire ... et elle sentait entre Céleste et Will, une relation plus qu'amicale, ce qui ne l'enchantait pas du tout et elle voulait l'entendre de sa bouche ...

Dis-moi ce qu'il se passe exactement entre toi et l'autre auror ... promis, je ne m'énerverais pas !!! dit-elle, en croisant les doigts dans son dos.

Céleste lui promit aussi de toujours lui donner quelque soit la route qu'elle prendrait et qu'elle avait intérêt à prendre soin de son miroir et de s'en servir ...

Je te promets d'en faire usage et jamais plus je ne te laisserais sans nouvelles aussi longtemps. Je ne vois pas pourquoi, tu me dis d'arrêter de comploter ... Je suis quelqu'un de très sage et les bêtises ne sont pas pour moi, tu devrais le savoir, depuis le temps.


Quoi, elle était pas crédible avec sa gueule d'ange ? On sait jamais ....
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Calypso Otaway, Lun 5 Mar 2012 - 13:46


Les deux jeunes femmes s'étaient calmées. La conversation irait dans le bon sens à présent, du moins elle l'espérait. Mais elles avaient tant de temps à rattraper et tant de choses à raconter ... Il fallait donc se mettre au travail à présent, si elles ne voulaient pas passer une nuit blanche. Mais quand Céleste reçut un liquide brûlant sur ses épaules, elle se leva d'un bond et essaya de retirer le surplus de thé qui coulait encore sur ses vêtements. La bouche ouverte elle se tourna vers Mélina et s'écria :

“Mais tu l'as fait exprès ma parole !!! Sorcière !” cria t-elle alors que Mélina s'éloignait à la cuisine.

Celle-ci revint très vite, nettoyant ses bêtises et quand elle s'assit, Céleste lui envoya un coussin en pleine tête, afin de lui montrer sa mauvaise humeur. Non elle n'aimait pas recevoir du thé chaud alors qu'elle parlait de choses sérieuses. Elle aurait pu faire attention ! Et si elle lui avait brûlé son beau et magnifique visage hein ? Non mais vraiment ! Elle était irresponsable cette femme ! Mais la rousse ne voulait pas subir de représailles et s'empressa d'aller s'installer confortablement dans un autre fauteuil un peu plus loin et de répondre aux questions de son amie.

“Oui je suis allée en Russie pour en savoir plus sur lui. J'avais sa dernière adresse. Mais arrivée là-bas, la maison semblait vide. Puis il y a ces gens qui nous ont attaqué. Peut-être ont-ils cru que nous étions venu voler des choses ... mais c'était étrange”

Elle n'arrivait pas à se dire qu'il s'agissait de la police magique. Ils avaient un comportement étrange mais elle ne saurait en dire plus. Peut-être en Russie étaient-ils un peu plus hargneux qu'en Grande Bretagne ? C'était possible. Quoi qu'il en soit elle n'avait rien de plus à rajouter, puisqu'elle n'avait rien découvert de plus. Du moins pour le moment. La jeune femme ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin. Elle savait qu'elle pouvait le rencontrer et lui demander plus de détails sur ce qu'il s'était passé il y avait de cela 22 ans. Elle trouvait cela vraiment étrange que Mélina connaisse Kaya. Le monde était vraiment petit décidément ... mais le sujet suivant risquait d'être un peu plus tendu. Céleste connaissait l'aversion de son amie pour Will ...

“Tu ne t'énerveras pas c'est sûr ?...” Céleste sourit en sachant pertinemment qu'elle ne pourrait pas s'empêcher de le faire. Elle soupira avant d'enchaîner.

“Will et moi nous sommes disons ... en couple. Je sais que ça peut paraître complètement fou... a vrai dire ça l'est, mais ça se passe bien. Et tout va bien Mélina je t'assure !”

Elle s'arrêta un moment, réfléchit, se tortilla les doigts et finit par regarder son amie avec un regard triste. Oui il fallait qu'elle lui dise. Elle devait le dire à quelqu'un. Au cas ou, au cas ou il y aurait un soucis. Et qui d'autres que Mélina pour la comprendre et garder ce secret ? Personne, non personne ne le pouvait.

“Mélina, j'ai autre chose à t'avouer. À propos de Natacha Hol. Elle et moi, nous ne faisons qu'un.”

Voilà, c'était dit ! Oh non elle n'allait pas s'en sortir avec cette simple phrase, elle allait devoir s'expliquer, et longuement s'expliquer durant la nuit. Mais au moins elle avait un poids en moins sur le coeur, elle allait pouvoir en parler à quelqu'un. Un grand sourire aux lèvres, elle allait devoir se défendre au mieux mais elle savait qu'au final, les deux jeunes femmes se quitteraient satisfaites et l'esprit tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Calypso Otaway, Mer 1 Mai 2013 - 19:51


[HRP : Je fais un double post mais l'autre date alors je me permets. Et autorisation de Mélina de poster évidemment Smile ]

Le temps passe et beaucoup de choses se perdent, s'effacent. On se dit qu'il serait impossible un jour d'oublier les souvenirs, les bons comme les mauvais, mais il arrive un certain point où le cerveau humain fait lui même des tris. Peut-être que l'Homme ne peut faire face à un flot trop grand de pensées, ou parce qu'à ne rien oublier il deviendrait tout simplement complètement fou. Le cerveau range les souvenirs dans des petites cases bien ordonnées. Certaines de ces cases ne s'ouvriront plus jamais, passant à trépas, d'autres s'ouvriront de nouveau lorsque parfois quelque chose ramènera ce souvenir à se manifester. D'autres encore se manifesteront souvent car ces souvenirs sont marquant. Mais il est des souvenirs qui ne peuvent être effacés. Et ce sont des souvenirs cuisants qu'il faut apprendre gérer. On oublie pas, on vit avec. Il y a des souvenirs qui provoquent des sentiments et d'autres qui changent complètement votre vie.

Un hurlement perçant déchira la nuit calme d'une petite bourgade du Pays de Galles. Une jeune femme se releva du lit dans lequel elle était couchée. Les draps étaient trempée et ses cheveux roux lui collaient au front. Des larmes coulaient le long de ses joues et elle aurait voulu mourir à cet instant. Fort heureusement, un homme immense à la carrure avantageuse accourut à son chevet avec un verre d'eau. Comme chaque soir depuis maintenant quelques semaines, il la prit dans ses bras et la berça tendrement le temps qu'elle se calme. Elle venait de faire une fois encore un horrible cauchemar qui venait la hanter chaque nuit depuis le jour où elle avait retrouvé la mémoire. Oh elle était si heureuse avant. Elle vivait avec cet homme merveilleux sans aucun soucis, dans cette petite maison retirée et tranquille. Mais à présent ...

Elle revivait encore et encore ces horribles scènes, elle se souvenait de son ancienne vie et l'horrible peine et l'intenable douleur qu'elle avait ressentit à ce moment là lui revenait toujours. La nuit de préférence, évidemment, l'empêchant d'avoir un sommeil réparateur. Tant et si bien que la journée, elle n'était plus que l'ombre d'elle même. Elle avait l'impression de revivre la même histoire encore et encore, les même douleurs, physiques ou morales. Cette terreur ... James était très attentionné avec la jeune femme. C'était d'ailleurs lui qui lui avait sauvé la vie quand elle avait cru un moment que tout était fini et qu'elle ne reverrait plus jamais la lumière du jour. Enterrée vivante dans une grotte ! Ce n'était pas ce qui avait de plus joyeux. Il y avait bien quelqu'un avec elle, mais elle ne savait pas s'il avait réussi à s'en sortir ou pas. Mais au fond, s'était le dernier de ses soucis. A présent elle se souvenait de tout comme si c'était hier. Qu'elle aurait préféré tout oublier !

Elle avait quitté Londres il y a bien des mois, pour passer quelques jours au Pays de Galles, afin de s'enquérir d'une immense découverte dont on lui avait fait part. Une lettre arrivée inopinément ... une information complètement folle et pourtant bien réelle. Encore aujourd'hui elle ne savait pas s'il s'agissait d'un piège ou d'une réalité. Elle avait vu les éléments qui composaient cette grotte, elle avait ressentit tout ce flot de magie mais ... mais quand elle était entrée dans cette grotte, sa vie avait basculée. Elle était entrée comme en transe, ne faisant qu'un avec les forces présentes, essayant de comprendre d'où venait toute cette magie et comment s'en servir à bon escient. Mais alors qu'elle était concentrée sur les lumières et la beauté de l'endroit, elle se retrouva enfermée par elle ne sut quel stratagème. Et la tout vira au drame. Elle ne pouvait pas sortir et la grotte se mit à s’effriter et le plafond à s’effondrer.

Un rocher était tombé sur sa jambe et la jeune femme fut coincée et ne pouvant plus bouger. Elle avait réussi à récupérer sa baguette et avec un sort simple elle aurait pu dégagée sa jambe coincée. Pourtant une chose étrange se passa, alors que cela ne devait faire que soulever doucement le rocher, tout explosa et elle fut propulsée contre une paroi rocheuse, lui coupant le souffle. Elle avait extrêmement mal et pour couronner le tout, cela avait accélérer le processus et les rochers pleuvaient sur leur tête. Elle retomba au sol et un morceau de la paroi lui tomba sur le ventre, provoquant chez elle une douleur et une panique incommensurable. Malgré la douleur et la frayeur dans laquelle elle était, elle avait néanmoins réussi à ramper jusqu'à un petit espace et à se frayer un chemin. Là elle se retrouva dans un petit trou ou il y avait un cours d'eau. Un tremblement de terre détacha quelques rocher et l'un d'eux l’assomma. La jeune femme coula à pic dans l'eau même si le petit lac n'était pas profond, la demoiselle n'arrivait pas à remonter et par dessus tout, l'eau était rouge de sang. Elle s'était débattu un moment, prête à se sauver mais surtout à sauver ce petit enfant qui avait du déjà tant souffrir. Mais un moment, elle du se résigner, privée d'air et de lucidité. Elle avait sourit et avait pensé aux personnes qu'elle aimait alors que ses pensées n'étaient plus que brume. Mélina, Philou, Alicia, Kim, Kaya, Klarh, Aziliz et surtout Will ... Pour elle, tout était fini, tout allait se terminer à présent. Mais pourquoi était elle venu ici ? Elle avait si mal qu'elle n'arrivait plus à comprendre quoi que ce soit. Puis se fut le noir total.

Quand elle ouvrit les yeux, elle était chez James. Il s'était occupé d'elle, il avait prit soin de la jeune femme pendant plusieurs mois. Il lui avait raconté rapidement les choses, comment il avait réussi à la dégager, comment il l'avait mis en garde pour qu'elle n'y aille pas. Elle, ne se souvenait plus de rien, même pas de son prénom. Elle avait perdu tout ce qu'elle possédait dans la grotte et il ne lui restait que ce qu'elle portait sur elle à ce moment là. Un pendentif. Pendant longtemps, elle avait été heureuse avec James, passant de bons moments, en arrivant presque à aimer cet homme fantastique bien qu'un peu rustre. Puis les cauchemars avaient commencé, de plus en plus souvent, de plus en plus précis, jusqu'à ce qu'un jour elle se réveille et qu'elle se souvienne de tout. Sa plainte avait été si déchirante que James en avait pleuré, le coeur brisé. Il ne pourrait jamais lui redonner le temps qu'elle avait perdu ni ce qu'elle avait perdu. Son bébé.

“Céleste tu vas bien ?”

La jeune femme rousse revint à elle alors que James ouvrait les rideaux de la chambre. Il faisait déjà jour et elle n'avait pas réussi à fermer l'oeil de la nuit. Cela faisait deux semaines déjà. Elle n'avait plus la notion du temps, elle ne savait pas depuis combien de temps elle était ici. James vivait dans un endroit éloigné et ne se préoccupait guère des dates ou ce genre de choses. Alors elle ne savait rien de ce qui s'était passé au dehors depuis qu'elle avait disparu. La jeune femme ce soir là avait fait un rêve différent. Il était encore pire que les autres. Elle disparaissait peu à peu, dans un brouillard froid et épais. Et elle ne voulait pas disparaître. Elle allait devoir se relever cette fois, elle avait assez pleuré sur son sort comme cela. Il fallait qu'elle affronte la réalité et qu'elle cesse ses cauchemars. Mais avant cela, elle avait des choses à régler. Elle fit ses adieux à James ce jour là en lui promettant de ne jamais l'oublier et de venir le voir un jour, quand tout irait mieux pour elle. Céleste aurait pu rentrer à Londres immédiatement et retrouver les personnes qu'elle aimait et qui devaient surement s'en faire pour elle, mais elle ne pouvait pas, pas encore.

La jeune femme n'était plus elle même. Ce qu'elle avait vécut lui était encore insupportable et par dessus tout, elle avait peur d'affronter le regard réprobateur de l'amour de sa vie. Elle n'avait plus de forme, était devenu maigre et aigrie. Elle devait se retrouver avant de retourner chez elle. Et pour cela elle devait retrouver la personne qui l'avait envoyé dans cette grotte. Elle devait la trouver et elle devait comprendre. Elle passa plusieurs mois à chercher partout et à s'informer. Elle avait apprit qu'elle était recherchée dans toute l'Angleterre et que certains la disaient morte. Son coeur se serra mais elle ne devait pas craquer maintenant. Ce vide à l'intérieur d'elle était trop douloureux. Finalement la jeune femme arriva en Russie pour la seconde fois de sa vie et c'est la bas qu'elle trouva la réponse. C'était pourtant une évidence. Son père !

Pourquoi il avait fait cela, dans quel but elle ne le savait pas encore mais comptait bien le découvrir. Elle mit encore plusieurs mois afin de le retrouver. Mais elle finit par réussir. C'est à ce moment qu'elle eut des informations venues de Londres. Des informations qu'elle avait demandé à avoir et qu'elle espérait bonnes. Néanmoins ce ne fut pas le cas et cela lui fit encore plus de mal qu'elle ne le pensait. Will Crow avait disparu de la circulation. Ce qui lui était arrivé, personne ne le savait. Il avait tout abandonné et avait disparu. Certains disaient qu'il avait préféré quitter le pays, d'autres parlait de suicide parce qu'il croyait Céleste morte. La jeune femme pleura toutes les larmes de son corps ce soir là. Ce ne pouvait être possible, non il n'avait pas pu disparaître ainsi. Elle était troublée et épuisée. Mais pour elle, il n'y avait plus de raisons à présent de rentrer immédiatement à Londres. Elle ne voulait plus affronter cette affreuse réalité, seule et sans rien. Elle n'aurait certainement plus de travail, elle avait entendu dire que ses aurors étaient tombés. Et qui sait si sa maison elle-même serait encore là. La jolie rousse était restée quelques temps avec son père qui lui avait tout expliqué. Bien que cela ne la satisfasse pas, ses explications étaient plausibles.

Elle lui en voulait plus que tout d'avoir gâché ainsi sa vie ainsi mais les choses étaient ce qu'elles étaient et elle n'y pouvait plus rien. Elle s'était donc résignée à rester près de lui en Russie surtout qu'il tenait à se rattraper pour le mal qu'il lui avait fait. Elle n'approuvait pas ses actions, mais c'était son père ... et il l'aimait réellement. Elle s'était joint à lui, mais elle découvrit qu'il était un homme très autoritaire. Il avait sa propre vision des lois et ses lois étaient justes. Un jour, il lui présenta Hercoff, un de ses bras droit et lui expliqua que le jeune homme ferait un très bon mari pour elle. Céleste faillit s'étouffer et elle eut un déclic. À ce moment de sa vie, elle se sentait bien mieux et avait fait son deuil en quelque sorte. Elle n'était plus la même, elle ne serait plus jamais la même, mais elle avait trouvé un nouvel équilibre.

Elle tenait beaucoup de son père et n'hésitait pas à s'affirmer. Les hommes de celui-ci la craignait et elle n'hésitait pas à donner ses propres opinions et ses ordres. La jeune femme aurait pu être une riche héritière et diriger tout un cartel en Russie et dans le reste de l'Europe. A bien y réfléchir ce n'était pas un destin si désagréable après tout. Mais qu'il veuille ainsi diriger sa vie, cela était inconcevable. Elle ne voulait pas qu'un homme qui l'avait abandonné toutes ses années se croit permis de lui imposer un mari. Il était hors de question !
Pire, cela lui fit penser à Will et ce soir là elle fit ses valises direction la Grande-Bretagne. Avant de partir, elle envoya un hibou à la seule personne qui pourrait l'aider à présent. Sa meilleure amie, sa soeur : Mélina. Elle avait griffoné quelque chose rapidement d'une main tremblante, en espérant que son amie accepte cette rencontre.

“Bonjour Mélina,
Rendez-vous chez toi vendredi soir, 19h.
Urgent.
C.”


Elle n'avait pas réussi à écrire son prénom en entier. Elle se sentait bizarre de devoir rentrer comme çà après si longtemps. Qu'allait elle faire ? Qu'allait elle dire ? Comment allait elle survivre sans Will ? La dernière question lui était insupportable. Certes, elle avait passé tout ce temps sans y penser, car elle était loin et qu'elle s'était forgé une nouvelle vie. A présent qu'elle était de retour, elle allait retrouver des souvenirs, elle aurait certainement envie de retourner chez lui. Pourquoi était-il parti ? Qu'avait-il fait ? Peut-être le découvrirait elle.
La jeune femme ne prit pas la peine de dire au revoir à son père qui serait certainement furieux. Il saurait ou la retrouver quoi qu'il arrive. Après un long voyage, elle arriva enfin à destination. Elle n'osa pas rentrer chez elle et alla directement chez son amie.

Elle était vêtue tout de noir et une épaisse cape noire lui recouvrait la tête jusqu'à ses yeux ne laissant pas une seule mèche rousse dépasser. A la voir ainsi, on aurait pu croire à un mangemort. Mais elle n'y pensait pas, oubliant qu'ici, les choses n'étaient pas comme en Russie. Elle n'avait qu'une obsession, revoir son amie. La maison de Mélina n'avait pas changé et cela lui donna des frissons. Elle n'avait pas osé passé devant le Sanglier Rieur. Mais déjà, elle sentait que les choses avaient changé. Elle frappa à la porte, mais il n'y avait personne. Elle ne pouvait pas rester sur le pas de la porte et n'avait pas l'intention de repartir. Il faudrait bien que la jeune femme rentre à un moment. Récupérant sa baguette, elle ouvrit la porte et entra. La demoiselle s'installa sur le canapé, dans le noir et se contenta de recouvrer ses sens et reconnaître les différentes odeurs. Tout était là, mais de manière très subtile. Comme si cela faisait longtemps qu'on avait pas mit les pieds dans cette maison. L'espace d'un instant, elle crut qu'elle allait fondre en larme, mais elle se reprit. Non, elle n'était plus faible ...

Après quelques instants d'attente, elle se mit à somnoler. Ses nuits étaient un peu plus longues, mais elle dormait toujours très mal et était constamment épuisée. Ce cadre douillet, qui lui rappelait les doux moments passés avec son amie lui faisait beaucoup de bien. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas ressentit de vrai sommeil, qu'elle n'avait pas eu envie de s'enrouler dans une couverture et de fermer les yeux. Elle avait hâte de retrouver Mélina, pourvu qu'elle arrive vite. La jeune femme était dans un demi sommeil quand elle entendit du bruit. Elle se releva alors en sursaut, sa baguette pointée sur la porte. On la voyait à peine dans la pénombre avec ses habits. Elle eut peur un moment que son amie ne la reconnaisse pas. Elle retira alors sa capuche, laissant ses longs cheveux retomber sur ses épaules. Avec beaucoup d'émotions dans la voix, elle prononça des paroles basiques qui allaient pourtant l'émouvoir au plus au point.

"Mélina c'est toi ? C'est moi ... Céleste."
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Mélina Kuders, Sam 4 Mai 2013 - 15:46


Nuuk, Shangai, New York, Oslo ... la jeune femme n'était pas encore rassasiée de cette liberté qu'elle avait acquise en s'éloignant de l'Angleterre, en ne pensant plus qu'à elle. Elle n'avait plus besoin de se soucier de personne et c'était mieux ainsi. Elle avait fermé les écoutilles et se moquait de ce qui se passait autour d'elle. Les îles britanniques pouvaient disparaitre de la carte, qu'elle ne verserait pas une larme ... pire, elle s'en moquerait. La jeune femme s'était refermée sur-elle, son égoïsme et égocentrisme étaient devenues une devise ... sa devise. Adieu loyauté, abnégation et aide de son prochain. A quoi bon ? Cela ne lui avait apporté que tristesse, malheur et dédain.
La solitude était son salut; l'exil, l'oubli de son passé et ... son don, son avenir. Seule, assise à une terrasse de café, dans une petite ville d'Autriche, au nom imprononçable, savourant un café vanille très agréable. Cachée des lunettes de soleil, elle regardait vaguement les gens qui circulaient, lorsqu'elle entendait un bruit qui malheureusement lui était familier ... le bruit de sa chouette qui était le seul petit être capable de la trouver où quelle soit. Sa fidèle et vieille chouette Athéna qu'elle possédait depuis près de 8 ans ... posséder était un bien grand mot, surtout avec les rapaces. Enfin, cette dernière se posa sur la table, Mélina soupira, elle n'avait pas très envie de connaitre la raison de sa venue et l'ignora. Athéna n'était pas bête, s'approcha d'elle dans un cri strident, en lui piquant la main. L'ancienne pouffy l'avait bien mérité, cette dernière poussa un léger cri et frotta vigoureusement sa main, tout en regardant sa chouette avec un regard noir. Elle prit le message qui était sur la table et telle une enfant tourna le dos à sa messagère, sans un mot. Athéna s'éclipsa ... habituée à cet état boudeur de Mélina. Elle tourna longuement le morceau de parchemin qu'elle avait dans la main, sans vraiment savoir si elle avait envie de l'ouvrir. Ce courrier était un lien avec son passé et s'il était dans ses mains, c'est que quelqu'un avait envoyé ce message à Godric's Hollow, chez elle. Quelque chose la démangeait ... jeter ce papier, qui pourrait lui en vouloir ? Après tout, elle était en vacances certes prolongée ... mais !!! Si c'était maman qui avait besoin de me voir, pensa t-elle. Elles ne pouvaient éternellement s'ignorer, même si elles étaient aussi fières l'une que l'autre et qu'elles jouaient à " c'est toi qui craquera la première". Elles étaient très fortes à ce jeu et son père n'était plus pour faire tampon et les raisonner. Elle serra très fort le parchemin, avant de se résoudre à l'ouvrir :


“Bonjour Mélina,
Rendez-vous chez toi vendredi soir, 19h.
Urgent.
C.”


Rendez-vous chez moi ?
dit-elle de manière inconsciente à voix haute. Retournez à Angleterre et pour quelle raison, j'accepterai de le faire ? Qui peut se permettre de me donner des ordres sans expliquer la raison, en laissant juste la mention urgent et une initiale comme signature. Mélina ne comprenait pas de qui il pouvait s'agir. La seule personne qui était capable de ça ... était Céleste ... mais ce n'était pas possible, elle avait soudainement disparu de la circulation et pour l'ancienne auror, elle n'était plus de ce monde. La trentenaire se tortura l'esprit, qui cela pouvait-il être. Si elle ne retournait pas chez elle, elle ne le serait jamais, mais pourquoi le faire ? Elle qui était si paisible depuis qu'elle était partie. Le rendez-vous était fixé au vendredi, elle avait encore quelques jours pour y penser, si elle l'oubliait c'était qu'à ses yeux, ce n'était pas important. Elle jeta le papier dans une poubelle qui se trouvait à proximité du bar où elle s'était installée. Une fois qu'elle fut débarrassée de ce parchemin, elle quitta le bar, en laissant quelques pièces sur la table. On savait jamais, si Athéna revenait pour lui ordonner de rentrer, sans discuter. Cette pensée lui fit décocher un sourire en coin ...

Vendredi matin

D'une humeur massacrant, elle se leva vers 8 heures, comme à son habitude, prit son petit déjeuner dans sa chambre, tout en râlant devant la résistance du beurre qui refusait de s'étaler et cassait toutes les biscottes qui passaient entre ses mains. Au bout de la troisième, elle envoya tout valser et fila se calmer sous la douche ... A sa sortie de la douche, elle entendit de petits bruits, comme si quelqu'un tapait à la fenêtre. Telle fut sa surprise lorsqu'elle comprit qu'il s'agissait d'Athéna qui avait entre ses griffes, le morceau de parchemin qu'elle avait jeté quelques jours plus tôt. Cela ne lui ressemblait pas d'agir de cette manière, ce message avait peut être plus d'importance que ne semblait vouloir le laisser transparaitre. Elle devait peut être prendre la peine de se rendre à ce rendez-vous ... après tout, cela ne lui prendrait que peu de temps ... c'était l'avantage avec le transplanage et si c'était un piège, elle pourrait repartir immédiatement. Sans compter qu'elle n'allait pas s'y rendre sous sa véritable apparence, ces temps-ci, elle prenait l'apparence, d'une jeune femme, d'une vingtaine d'années, au cheveux courts et blonds. Lorsqu'il fut temps de partir, elle lança un enchantement sur la chambre dans laquelle elle résidait et transplana ... direction ... Godric's Hollow.

A son arrivée à proximité de chez elle, elle pâlit, elle frissonnait ... elle n'arrivait pas à avancer, elle se demandait comment elle avait pu garder cette demeure ... pourquoi n'avait-elle pas vendue cette maison qui restait le dernier lien qui la reliait à ce village, à ce pays, à son passé. Mélina s'éloigna, elle avait besoin de respirer, de retrouver son souffle, tellement elle avait l'impression de suffoquer, elle rendit dans le parc de Godric's, rien n'avait changé, rien sauf elle. Elle resta dans ce parc jusqu'à la tombée du jour, puis décida de passer chez elle, la personne qui lui avait donné rendez-vous était certainement partie, mais elle s'en fichait, elle décida qu'il était temps de finir de vider sa maison et de la vendre. Prête à ouvrir la porte de son passé, baguette à la main, elle entra, mais quelque chose, la chiffonna ... elle n'était pas seule.

"Mélina c'est toi ? C'est moi ... Céleste."

La bonne blague, Mélina n'y croyait pas :

Céleste est morte !!! Qui êtes-vous ? Je peux savoir comment vous êtes rentrés ? Cette maison est protégée par de nombreux sortilèges. De quel droit, vous vous êtes permis de vous installer sur mon canapé, dans mon salon !!! Vous vous prenez pour qui ? Vous avez intérêt à avoir une explication valable, autre que celle déballée précédemment, si vous ne voulez pas vous retrouver au fond d'un trou et je ne plaisante pas, je n'aurai aucun scrupule à me débarrasser de vous.

Mélina pointait sa baguette de laquelle sortait une lumière aveuglante, sur cette personne qui se prenait pour Céleste.

Hrpg : Si problème, tu sais où me trouver, bisous ma belette.
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Calypso Otaway, Dim 5 Mai 2013 - 17:06


Céleste était si perturbée, qu'elle ne s'était même pas rendue compte que la maison toute entière était inhabitée et que de grands draps blancs recouvraient les meubles et même le fauteuil dans lequel elle s'était assise. La maison était déserte et personne n'y avait plus mit les pieds depuis longtemps. C'est pourquoi elle trouvait les choses étranges. Mais elle n'en était pas là dans ses réflexions. Pour elle il n'y avait pas un seul doute. Mélina viendrait ce soir. Elle n'arriverait peut-être pas à l'heure, mais elle viendrait. C'était une intime conviction. Quand elle avait envoyé ce message, elle y avait ajouté un petit quelque chose. Une sorte de magie indétectable. Mais son envie de venir découvrir qui était derrière ces initiales serait plus forte qu'elle. Et très vite, elle entendit du bruit. Le coeur de la jeune femme s'était mis à battre la chamade, ses mains tremblaient et l'émotion la submergea. Elle avait un peu perdu la notion du temps. Cela faisait-il des mois ou des années qu'elles ne s'étaient pas vu ?

La jeune femme ne voulait pas l'effrayer et déclina son identité immédiatement. À la silhouette que Céleste distinguait dans le noir, elle devinait que Mélina avait changeait d'apparence, mais ce n'était pas un problème. Celle-ci avait le même don qu'elle et elle ne pouvait pas être désabusé. C'était elle, oui c'était bien elle. Néanmoins, cette dernière semblait être en colère et ne voulait, ne pouvait pas croire que la femme qui était debout dans son salon était Céleste. Après tout on la pensait morte, elle avait disparu depuis tellement longtemps ...
La rousse tira sur les lacets de sa longue cape qui tomba à terre, dévoilant un peu plus de sa personne. Ses cheveux avaient poussés un peu plus que lorsqu'elle avait quitté Mélina. Son regard et son visage s'étaient endurcies et sa silhouette était un peu plus svelte mais elle était restée la même. Ou presque. Une sorte de sourire crispée apparut sur son visage.

“Mélina ...”

Sa gorge se serra. Que pouvait-elle dire et surtout par où devait-elle commencer ? Par précaution, elle retira sa baguette de sa poche et la laissa pointer vers le sol. Son amie avait l'air d'être très énervée. Le choc ou alors la peur qu'une inconnue ne hante son habitation. Pouvait-elle vraiment ne pas la reconnaître ?
Céleste se sentit totalement impuissante tout d'un coup. Face à son passé elle aussi qu'elle avait mit de côté pendant si longtemps. Elle avait fait en sorte d'oublier tout ce qui s'était passé, d'oublier tout ceux qu'elle avait perdu. Son coeur se serra et elle se rappela l'époque de ses cauchemars. Lorsqu'ils étaient sa vie plus que ses nuits. Elle chassa cette idée de son esprit et se concentra sur le moment présent.

“Céleste ... l'ancienne Céleste est peut-être morte oui. Mais moi je suis toujours bien vivante. Bien que je n'ai aucun mérite à l'être. Comment penses-tu que j'aurai pu rentrer ici sinon ? Comment je pourrais savoir que c'est toi alors que tu n'es même pas sous ton apparence normale ?”

D'un geste rapide et soudain la jeune femme ralluma toutes les lumières les éblouissant toutes les deux. Les reflets de ses cheveux roux ne pouvaient pas mentir.

“Tu vois c'est bien moi. Et je me rappelle très bien l'endroit ou tu cachais tes biscuits pour ne pas que je les mange tous. Bref je pourrais te raconter tellement d'histoires que tu ne peux pas douter que ce soit bien moi...”

Elle fit une pause et déglutit sous le regard coléreux de son amie. Ancienne amie ?

“Je sais. Je sais que tu m'en veux et c'est normal, mais je n'ai pas eu le choix Mélina. Après tout ce qui s'est passé, je ne pouvais pas revenir. Je t'en prie, laisse moi t'expliquer ... laisse moi au moins la chance de pouvoir t'expliquer. Je suis revenue parce qu'il est temps que je reprenne ma vie normale. Enfin ma vie tout simplement. Plus rien ne sera plus jamais normal, plus rien n'ira plus jamais comme avant, mais il faut que je puisse faire face à la réalité. Et pour ça j'ai besoin de toi, j'ai besoin de comprendre et savoir ce qui s'est passé depuis que je suis partie. Bon sang je ne sais même pas quel jour on est !”

Sa dernière phrase avait été lâché sur un ton totalement hystérique. Comme si elle perdait de nouveau la raison. Qu'est ce qu'elle était venu faire ici ? Comment allait-elle bien pouvoir regarder les gens en face ? Elle avait encore plusieurs possibilités ... mais elle n'aimait pas à y penser. Pourtant ce serait la meilleure chose à faire, changer d'identité...
Mais là encore, elle avait besoin d'une opinion qui n'était pas la sienne. Sa capacité à réfléchir sainement et sereinement n'était plus depuis quelques temps déjà. Et si elle retournait vivre chez James ?
C'était une option intéressante, mais elle avait l'impression que si elle se rapprochait de cet endroit, ses cauchemars reviendraient et elle continuerait à se sentir mal. Il valait mieux qu'elle soit éloigné de cet endroit de malheur, même si elle savait qu'elle devrait y retourner un jour.

La jeune femme faisait les cents pas dans la petite maison dont elle avait foulé le sol si souvent. Mais aujourd'hui plus rien n'avait la même saveur. Elle était comme prise de folie et ne se préoccupait même plus de Mélina. Elle réfléchissait à la meilleure solution pour elle. Rester ou partir ? Il était encore temps, Mélina pouvait encore croire à un piège. La jeune femme poussa un hurlement qui provenait du plus profond de ses entrailles. Pourquoi la vie était si injuste ? Pourquoi fallait-il que tout se soit passé ainsi ? Et Will, où était-il quand elle avait le plus besoin de lui ...
Il était lâche, il avait fuit lui aussi sans même prendre la peine de la chercher. Elle savait qu'elle était égoïste de dire cela, puisqu'elle ne savait rien de ce qui s'était passé, mais elle lui en voulait tellement de ne pas être à ses côtés en cet instant ...
Elle était passé chez lui avant de venir ici. Et si rien n'avait changé, lui avait bel et bien disparu...

“Je suis complètement perdue. Je ne sais même pas ce que je fais là, si je dois rester ou si je dois repartir d’où je viens. Aide moi ...”

Cette fois-ci elle avait les larmes aux yeux et ne savait pas si elle pourrait longtemps se retenir. Trop de choses remontaient à la surface, les souvenirs, les douleurs, mais le pire de tout était certainement le bonheur de cette vie passée.
Lorsque tout était parfait et que tout basculait soudainement, on se retrouvait au fond du gouffre. Alors comment faire pour remonter, pour avoir le courage de sortir de là et de continuer à vivre ? Qu'avait-elle encore au fond ? La réponse était précisément sous ses yeux, encore fallait-il qu'elle réagisse. Mélina... elle connaissait si bien son amie. Elle savait aussi que la suite n'allait pas être toute rose. Mais peut-être qu'au fond, elle aussi avait changée !
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Mélina Kuders, Lun 20 Mai 2013 - 22:44


Tenant fermement sa baguette en direction de la femme qui se cachait derrière sa capuche, elle attendit, il n'était pas question qu'elle baisse sa garde ... pour plusieurs choses, elle ne croyait pas possible le retour de son amie, être sur la défensive était devenue une seconde nature et enfin, les séquences émotions qu'auraient pu déclencher le retour de Céleste autrefois, si cette femme était bien celle qu'elle prétendait être, appartenaient au passé.
La femme se dévoila et retira le capuchon afin de laisser apparaitre son visage et une nouvelle fois, elle prononça le prénom de l'ancienne pouffy : Mélina

L'ancienne gérante du Sanglier Rieur prit une nouvelle gifle dans la figure ... celle de son passé. Pourquoi, son passé lui collait tant à la peau, pourquoi elle ne pouvait pas s'en débarrasser afin de repartir de zéro, sans personne à soutenir sous le poids de leur douleur qui crevait les yeux. Sans s'en rendre compte, elle serrait encore plus fort sa baguette qui lui rentrait presque dans la chair et la lumière qui sortait de sa baguette était encore plus intense. Lorsqu'elle en prit conscience, elle abaissa sa baguette et la rangea. Elle reprit son apparence, chose qu'elle n'avait pas fait depuis longtemps, tellement longtemps, qu'elle regarda ses mains, elle les passa dans ses cheveux et finit par se tourner vers le petit miroir qui était vers l'entrée. A cet instant, elle fit un pas en arrière, ses traits étaient creusés, son regard était sans vie, ni émotion et aucun sourire n'arrivait à se dessiner sur ses lèvres. Son visage lui renvoyait l'image d'une personne qui n'existait plus, enfin qui ne voulait plus exister sous cette apparence et les lumières du salon que venaient d'être allumer par Céleste, la fit frissonner, comme si un grand courant d'air froid venait de l'envahir. Mélina tourna la tête, dans la direction de l'ancienne chef des aurors et lui lança un regard noir. Voir cette maison revivre n'était pas une bonne idée.
Depuis que Céleste s'était mis à nue, Mélina n'avait pas reprit la parole, ce n'était d'ailleurs, pas la peine, la serdaigle pouvait très bien tenir une conversation toute seule ... Mélina l'écoutait d'ailleurs d'une oreille distraite et lointaine, comme si elle n'était déjà plus là comme si elle était de nouveau en Norvège, dans sa petite chambre d'hôtel, en train de préparer sa journée du lendemain ...

“Je sais. Je sais que tu m'en veux et c'est normal, mais je n'ai pas eu le choix Mélina. Après tout ce qui s'est passé, je ne pouvais pas revenir. Je t'en prie, laisse moi t'expliquer ... laisse moi au moins la chance de pouvoir t'expliquer. Je suis revenue parce qu'il est temps que je reprenne ma vie normale. Enfin ma vie tout simplement. Plus rien ne sera plus jamais normal, plus rien n'ira plus jamais comme avant, mais il faut que je puisse faire face à la réalité. Et pour ça j'ai besoin de toi, j'ai besoin de comprendre et savoir ce qui s'est passé depuis que je suis partie. Bon sang je ne sais même pas quel jour on est !”

Cependant, certains mots que prononça Céleste retinrent son attention, enfin plutôt certains bout de phrases tu m'en veux et c'est normal, Je t'en prie, laisse moi t'expliquer, Plus rien ne sera plus jamais normal Cela lui rappelait les relations qu'elles avaient toujours eu ... toujours très compliquées avec des situations toujours aussi farfelues, à croire qu'elles les inventaient et que celle des deux qui avaient la situation la plus rocambolesque avait le droit de se plaindre le plus fort afin d'avoir un plus gros câlin et que quelque soit l'état d'esprit de chacune, leur route était toujours liées dans les moments difficiles puis s'éloignant lorsqu'elles étaient plus clémentes ou qu'elles ne nécessitaient pas la présence l'une de l'autre. Mélina se posait vraiment la question à cet instant, si elle, elle en avait besoin et cette question resta en suspens. Mélina était vide de sentiments bons ou mauvais envers elle, mais elle la connaissait trop bien et elle ne s'en débarrasserait pas comme ça. Il allait falloir qu'elle passe une soirée si ce n'est plus à écouter ce qu'elle avait à lui dire et faire en sorte de trouver les mots qui feront qu'elle continue son bonhomme de chemin ... sans plus avoir à se croiser.
Mélina se dirigea vers la cuisine, sortit la bouilloire du placard, contrairement à ce qu'elle s'attendait, elle n'avait pas perdu ses repères, tournant le dos à son ancienne amie, elle ouvra la bouche :

Tu prendras bien un thé ? ... la jeune femme continua les préparatifs sans attendre forcément de réponse, elle regardait la fumée sortir de la bouilloire, sans savoir vraiment pourquoi, mais elle le faisait quand même. Lorsque le clic retentit, elle fit machinalement les gestes sans aucune pensée. Lorsqu'elle eut terminée, elle posa le tout sur la table du salon. Elle sortit sa baguette et d'un geste précis, elle fit danser un feu dans la cheminée, afin de réchauffer l'atmosphère humide et nauséabond d'une maison qui était restée trop longtemps sans vie. Ensuite, elle tourna sa baguette sur les deux fauteuils et le canapé afin d'enlever les draps, s'installa et prit sa tasse. Dans un premier temps, elle regarda Céleste qui faisait les cent pas ...

“Je suis complètement perdue. Je ne sais même pas ce que je fais là, si je dois rester ou si je dois repartir d’où je viens. Aide moi ...”

Commence par t'asseoir, s'il te plait, te voir debout m'agace profondément, tu n'es plus une petite fille et je te rappelle que je ne suis pas ta mère. Cependant, si tu veux que je t'aide à reprendre ta route va falloir que tu m'expliques et évite les fioritures, je n'ai pas envie de m'attarder sur du superflu ... tiens prend ta tasse. Ce sera déjà un bon début et je verrais que ton explication me permettra de prendre une décision.

Mélina ne savait pas de quoi elle allait lui parler, mais elle espérait que ce ne soit pas long ... même si ce n'était qu'un beau rêve de penser que cette rencontre serait brève. Cependant, elle était prête à se concentrer sur l'histoire de la metamorphomage et elle ferait du mieux possible pour être le plus crédible sur son intérêt ... Cela allait lui demander un grand effort dont elle ne savait pas encore si elle serait capable.

Hrpg : J'espère que cela te conviendra ... ma boite est ouverte si problème. :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Calypso Otaway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Calypso Otaway, Sam 27 Juil 2013 - 13:26


Rien ne se passait comme la jeune femme avait bien pu l'imaginer. Elle s'était pourtant passer beaucoup de scénarios dans la tête, elle avait pourtant peser le poids de chacune des possibilités qui se présentaient à elle. Elle avait imaginé les pires comme les meilleures réactions. Mais cette non-réaction de son amie la troublait au plus au point. Comme si cette dernière n'avait plus de sentiments, comme si les liens qu'elles avaient tissé toutes ses années avaient tout simplement était défaits. L'incompréhension fit rapidement place à la déception. Et elle ne savait plus que penser, elle ne savait plus ce pourquoi elle était venu.

Mélina avait entreprit de faire du thé, l'air de rien, à peine troublé par les paroles de la jeune femme. Céleste se laissait à lui déverser ses sentiments et elle, préparait du thé sans mots dire ...
La rouquine la regarda faire et finit par s'installer sur l'un des fauteuils dont son hôte, si on pouvait l'appeler comme cela, avait ôté les draps blancs. Après tout ce n'était pas comme si elle avait vraiment eu le choix puisqu'on l'avait sommé de s'asseoir. Agaçante, elle ? Non mais elle en avait du culot quand même !

Elle la regarda prendre son thé et attendit, sans un mot. Non décidément ce n'était pas à ce genre de réaction qu'elle s'attendait.
Si les choses avaient été comme avant, la jeune femme aurait un bol plein de biscuits devant elle. Elle s'en serait goinfré, aurait fait passer le tout avec du thé et elles auraient rit de tout cela, se seraient remémoré le bon vieux temps. Mais rien de tout cela ne se passerait ce soir. Et la requête de Mélina était déstabilisante mais claire. Lui parler de manière brève et rapide. Elle ne paraissait pas avoir de temps à perdre et visiblement elle avait été dérangé dans ses activités. Celui de Céleste aussi était précieux, elle en avait déjà trop perdu.
Elle était parti depuis si longtemps, elle ne lui avait donc pas manqué ? Ce qui était arrivé à la jeune femme était-il inintéressant pour la brune ?

Comment pouvait-elle être claire et précise quand son cerveau n'était qu'une zone embrouillée par la brume ? La rouquine s'était peut être trompée après tout. Si elle était venu ici, c'était pour y trouver du soutien et du réconfort pour y trouver également un petit historique de ce qui s'était passé durant son absence. Mais elle voyait  bien qu'elle n'obtiendrait rien de tout cela ce soir. Elle devrait trouver quelqu'un d'autre pour l'aider. Elle lorgna sur le thé sans pour autant s'en servir et plongea son regard dans celui de son amie de toujours. Qui était-elle devenu à présent ?

“Je suis navrée, je vois que je t'ai dérangé dans tes affaires. Peut-être que je devrais partir immédiatement.”

Elle aurait aimé lui dire la chose la plus importante pour elle avait de partir, mais tout se bouscula dans sa tête et rien de ce qu'elle n'avait à dire ne lui semblait plus important qu'un autre pour être dit seul. Elle devait raconter l'histoire toute entière sinon ça n'aurait pas de sens. Mélina avait elle oublié le bébé, Will, sa vie d'avant ...
Comment pouvait-on tiré un trait de la sorte sur le passé ?  C'était du pur égoïsme !
Mais à bien y réfléchir, elle pouvait bien parler elle, alors qu'elle avait fait en sorte de perdre la mémoire et de tout oublier elle même. Cela lui faisait moins mal d'oublier plutôt que de se rappeler.
Elle changea alors de tactique du tout au tout. Peut-être cela lui permettrait de comprendre au moins un peu. D'une voix distante et froide elle demanda :

“Mais toi, que t'es t-il arrivé Mélina ? J'ai l'impression d'être en face d'une parfaite étrangère. Je pensais que nous étions amies”.


Elle connaissait son caractère, ses humeurs et devinait que cela ne lui plairait pas. Combien de fois les deux métamorphomages s'étaient-elles battues ? Les réactions des deux jeunes femmes n'étaient égales qu'à leur caractère. Explosifs !
Mais peu importait ce qu'il allait se passer par la suite. C'était mieux que cette inaction de la jeune femme. Céleste se leva et remit sa cape et sa capuche. Elle était prête à partir. Il suffirait d'un mot de Mélina pour qu'elle passe la porte et disparaisse. A jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Mélina Kuders, Ven 9 Aoû 2013 - 16:02


“Je suis navrée, je vois que je t'ai dérangé dans tes affaires. Peut-être que je devrais partir immédiatement.”

Jusqu'à présent, elle avait trouvé son attitude assez aimable par rapport à l'ancienne Serdy qui venait tout juste de débarquer chez elle, en exigeant que Mélina soit présente à telle heure, dans sa propre maison !!! Mélina prit la mouche, elle sortit sa baguette et tout en regardant Céleste remettre son capuchon sur sa chevelure, elle verrouilla sa porte d'entrée. De cette manière, la jeune femme ne pouvait aller nul part.

Il me semble que je t'ai demandé de t'asseoir !!! Je ne suis revenue chez moi, pour t'entendre dire que tu veux déjà partir. Oui, je suis prête à t"écouter, mais s'il te plait, soit directe ... Revenir ici ne m'enchante guère. Oui, je ne vis plus ici, depuis quelques temps, j'ai, on va dire décider de changer de vie, je voyage et il m'a fallu un peu de temps avant de décider de remettre les pieds de cette propriété trop morbide et c'est pour toi que le fait. J'aimerai bien alors que tu arrêtes de faire l'enfant, tu n'en es plus une, je te le rappelle que tu as plus de 25 ans à présent !!! Et tu me fais un cirque pas possible alors que c'est toi qui a disparu de la circulation ? Tu es venue chercher quoi ? Tu sais bien que je n'allais pas t'accueillir à bras ouverts, après tant de temps écoulés. Rappelle-moi, la dernière fois que tu aies venu me rendre visite ou que tu aies pris le temps de prendre de mes nouvelles. Je ne veux pas dire que je n'ai pas de tords, j'ai dû fuir et je n'ai pas assumé toutes mes fonctions jusqu'au bout ... je l'avoue. Cependant, je dois dire que tu n'es pas mal dans ton genre ... pour résumer : tu disparais et soudainement tu éprouves le besoin de me voir ... pour cela tu me convoques, dans ma propre demeure !!! Et en plus, il faudrait que je pleure en t'accueillant les bras ouverts, non je ne suis pas d'accord !!! Tu imagines que je te croyais morte !!! Tu crois quoi que j'allai organiser une fête ?

Les paroles de l'ancienne poufsouffle se faisaient confuses et répétitives, Mélina voulait qu'elle comprenne bien une chose, elle avait été égoïste, trop égoïste et qu'elle allait devoir faire des efforts et avoir beaucoup de patience pour recoller les morceaux morcelés par l’indifférence et les absences.

Alors, je te demande de t'asseoir et tu vas commencer par le début et on verrai comment cette conversation évolue, je te demanderai juste d'être patiente ... C'est tout !!!  

Cette demande était peut être étrange ... mais c'était ainsi !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] The neverending sorrows place

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 5

 [Habitation] The neverending sorrows place

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.