AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 2 sur 16
Promenade dans le village de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant
Invité
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Dim 15 Aoû - 14:47

Gagner du temps, le but semblait atteint. Le petit lâche ne bougeait pas, semblant juger s’il fallait qu’il réplique ou non. Il hésitait, c’était bon signe. En le faisant douter, elle repoussait le moment de la confrontation. Peut-être même qu’il n’y aurait pas de confrontation du tout, d’ailleurs…

Je vais te faire payer ton insolence.

Il rangea sa baguette à l’arrière de son pantalon et s’approcha, frémissant de rage.

*Oh oh…*

Ca n’était pas bon signe du tout, finalement… Lorsqu’il fut à portée de mains, Lily lui asséna un coup de poing en direction de la mâchoire… qu’il stoppa net, emprisonnant le poignet de la jeune femme entre ses doigts. Il était décidemment incroyablement rapide… trop rapide. Il referma sa main avec force, arrachant à Lily un léger gémissement qu’elle retint entre ses lèvres clauses. Il s’approcha à quelques centimètres de son visage, si près qu’elle pouvait sentir son souffle tiède frôler ses lèvres. Elle lui offrit son regard le plus noir. Lui se contenta… de sourire. Un sourire dévoilant des dents longues et pointues…

*Et m*rde…*

Rapide, habile, fort comme un troll… Des canines aiguisées comme des lames de rasoirs… Un vampire ! Sa confiance en elle s’évapora. Elle qui pensait avoir à faire à un petit voleur passant son temps libre à terroriser les filles la nuit… Ses chances face à un vampire étaient minces. Il s’adressa à elle d’une voix doucereuse. Si les mots n’avaient pas été cruels, on aurait pu penser qu’il s’agissait de paroles d’amour susurrées sensuellement.

Si tu refais un pas de travers je te bouffe. Tu as vu de quoi j'étais capable espèce de sale petite traînée !

Etait-il sérieux ? La prenait-il vraiment pour un dessert ? Sa main glissa tendrement de son poignet à l’un de ses doigts… qui craqua horriblement. Lily hurla, surprise par la douleur fulgurante.

Maintenant suis moi

La peur du départ, avait laissé place à l’envie de provoquer ce petit lâche. Maintenant, c’était la colère et la haine qui prenaient le dessus. Cruauté et jouissance face à la détresse… Deux aspects qui dégoûtaient Lily au plus haut point. Elle ne put que se laisser traîner en direction d’un bâtiment déserté. Si elle entrait là-dedans, elle était morte. Elle suivait le vampire de près, il la guidait par sa main qu’il tenait encore dans la sienne. Ses yeux se posèrent sur la baguette qui dépassait de l’arrière de son jean. Elle s’en empara d’un geste brusque en se débattant. De sa main valide, elle la pointa sur son propriétaire avec un sourire mauvais sur les lèvres.

« Alors comme ça, t’es un shooté à l’hémoglobine ? (elle essuie du revers de sa manche sa lèvre sanguinolente) Et tu croyais que tu allais goûter à ça ?... (petit rire ironique) Quedalle ! Tes putains de canines, je vais te les raboter, oui ! T’en auras plus besoin, une fois que je t’aurais noyé à coups d’anticoagulants… Les rebuts de cimetière comme toi, ça ne fait pas peur aux... traînées. Une fois que je me serais occupée de ta p’tite gueule de suceur de seringues, tu seras obligé de boire ta sanquette à la paille… Dracula de mes deux ! »

#Promptus Nebulae #

Son sortilège informulé s’exécuta sans attendre. Et alors qu’un épais brouillard envahissait la rue, Lily prit la fuite, disparaissant derrière une vieille porte branlante. La cachette était médiocre mais ça lui laisserait le temps de récupérer un peu…

*Lily ma chérie… T’es mal barrée…*
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Ven 10 Sep - 23:43

Alors qu'il entrainait sa victime à l'intérieur de ce vieux bâtiment cette garce lui subtilisa sa baguette rangée dans la poche arrière de son jean. Sans attendra une seconde elle pointa la baguette dans la direction de Will. Sa baguette ! Elle osait le menacer avec sa propre baguette. Lorsqu'il re-chopperait cette peste il lui ferait payer. Elle enchaina avec un torrent d'insulte puis elle fit apparaitre un épais nuage de fumée la cachant des yeux de son agresseur.

Will fulminait, comment avait-il pu se faire avoir par une petite sotte de cette espèce ? Maintenant il devait être sur ces gardes, elle ferait tout pour rester en vie.

Lorsque la fumée disparu suffisamment pour voir devant lui, Will n'aperçus sa victime nulle part, elle avait profité de cette diversion pour se planquer. Il devait la retrouver, premièrement pour lui faire payer et deuxièmement pour la faire taire, si jamais elle témoignait on ne sait ou en décrivant son agresseur il était cuit.

Will ferma les yeux l'espace de trois secondes, juste le temps de se remémorer l'odeur de cette saleté. Ca y est l'odeur de ses cheveux, du sang coulant de sa lèvre, tout, il se souvenait de tout. Observant le moindre recoin ou elle pouvait se cacher Will renifla à fond, tentant de retrouver sa trace …

Se laissant guider par l'odeur de cette humaine de seconde zone Will gardait un œil sur se qu'il l'entourait, mieux valait être prudent, peut-être avait-il alerté les gens du coin. Ses pas le guidèrent jusqu'à une vieille porte qui tenait debout di ne sait comment. Reniflant à plusieurs reprises Will avait la certitude que sa victime se trouvait à l'intérieur.

Will ouvrit la porte d'un geste vif, révélant cette fille, caché derrière, qui devait surement penser qu'un morceau de bois la protégerait d'un vampire.

Le vampire leva sa baguette, pointé tout droite vers le cœur de sa victime puis lui lança d'une voix menaçante:

- Tu croyais vraiment pouvoir m'échapper ? Ou que tu ailles je te traquerais, je te trouverais, et je te tuerais …. Lentement. Tu comprends ? Tu ne peux plus fuir, c'est finit pour toi.
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Ven 1 Oct - 15:37

Une petite porte en bois : voilà ce que Lily avait choisi comme bouclier contre un vampire. Son manque d’imagination et son absence de jugement lui arrachèrent un soupir d’exaspération. Oui, il est bien connu que les portes en bois bouffées par les mites éloignent les suceurs de sang aussi bien que l’ail ou les crucifix… Elle s’empressa de soulever une planche posée à terre pour délicatement la déposer contre la porte… comme si un morceau de bois supplémentaire allait empêcher la sangsue d’ouvrir… Le coup au visage lui avait sûrement rendu les idées floues !!!... (ceci est une tentative désespérée pour essayer de faire croire que ce personnage n’est pas une gourde folle à lier…)
Elle tendit l’oreille pour capter le moindre bruit s’élevant de la ruelle plongée dans le brouillard : son ennemi devait déjà être sur ses traces. Il devait entendre sa respiration saccadée due à sa course effrénée, il devait suivre le fumet délicieux de son sang perlant sur son visage, il devait sentir l’odeur de ses cheveux (sans compter qu’elle avait eu la main lourde sur le parfum et qu’elle embaumait d’une fragrance sucrée et vanillée… un vrai dessert pour les narines d’un vampire). Pas un son ne provenait de l’extérieur.
Lily se recula dans le fond du petit hall par précaution et pointa la baguette gentiment prêtée par Mister-Canines sur la porte. Elle ferma les yeux quelques secondes pour se concentrer.
# Collaporta #
Déjà, le brouillard épais, qui s’était fait protecteur quelques minutes plus tôt, se dissipait dans l’atmosphère, rendant la visibilité meilleure. Quelques bruits sourds sur les pavés… Il approchait, sans doute. Qu’allait-elle faire lorsqu’il la trouverait ? Les vampires étaient dotés d’une force décuplée et d’une rapidité d’action… une vélocité surhumaine. Lily n’aurait même pas le temps de lever son arme d’un centimètre qu’il l’aurait déjà tuée. Son cœur accéléra et ses battements se firent irréguliers. Dans un dernier geste de protection, elle se concentra.
# Protego #
Ca écarterait le risque d’attaque avec sortilège. Cela dit, ça ne la protègerait aucunement de la violence qu’il pourrait exercer de manière physique.
Aux aguets, à attendre le moindre signe manifestant la présence de l’homme… Plus que l’attaque elle-même, c’est l’attente qui est angoissante ; attendre une gifle sans connaître le moment où le coup partira mais en sachant pertinemment que ce moment va arriver est bien plus angoissant que la main qui vient claquer sur la joue ! C’était dans cet état d’esprit que Lily était. Acculée derrière une porte qui ressemblait à du gruyère, elle attendait la gifle en sachant qu’elle ne pourrait pas l’esquiver.
Et la gifle vampirique arriva…
Sans crier gare, la planche miteuse faisant office de porte vola en éclats. Lily n’eut pas le temps d’esquisser le moindre mouvement que Dracula était déjà sur elle, la menaçant avec la baguette qu’elle tenait encore deux secondes plus tôt. Il semblait fou de rage. Cache-cache était pourtant sympa comme jeu… Dommage qu’en plus d’une bonne dentition, le fair-play ne fasse pas partie des qualités requises chez les vampires… Sa voix traduisit parfaitement l’expression menaçante de son visage.
Tu croyais vraiment pouvoir m'échapper ? Ou que tu ailles je te traquerais, je te trouverais, et je te tuerais …. Lentement. Tu comprends ? Tu ne peux plus fuir, c'est finit pour toi.
Il était hors de question de se laisser bouffer sans résistance. Il la prenait pour un dessert ? Il allait en avoir une indigestion ! Qu’il s’étouffe !
Sans sommation, elle tenta de fuir et de rejoindre la porte mais en quelques secondes, il esquiva un mouvement et lui barra le chemin. Elle ouvrit la bouche pour hurler, peut-être quelqu’un l’entendrait-il ? Mais elle n’eut le temps que de laisser sortir un faible cri qu’il avait déjà plaqué sa main sur ses lèvres, étouffant le début de presque-cri qu’elle s’était appliquée à entamer.
Ce cri aurait été parfait… Le cri cliché de la jouvencelle en détresse poursuivie par le tueur en série des meilleurs films d’horreur… Le hurlement strident sortant de la gorge de la pathétique blonde s’apprêtant à se faire massacrer par un psychopathe en masque d’Halloween… Il aurait vraiment été parfait, ce cri ! Quel gâchis ! Quel dommage ! Il aurait mérité un pieu dans le cœur pour lui avoir fait rater une prestation si convaincante…
Pourtant, il n’était pas question de pieu ou de tueur masqué. C’est tout simplement et sans artifices que la chauve-souris sanguinaire plaqua Lily contre le mur et approcha ses lèvres de sa jugulaire. Son cœur accéléra, ses mains tentèrent de repousser le corps qui l’écrasait comme un étau, en vain. Rendue muette et immobile, elle n’avait plus aucune chance…
[HRP : tu m'avais donné ton accord pour faire agir ton perso, ce que j'ai fais, pour donner un peu de rythme. Si ca pose soucis, je modifierais sans problème. Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 303123 ]
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Jeu 4 Nov - 17:31

Sa victime, sa proie, son jouet ... Elle était désormais impuissante face à lui, il pouvait désormais laisser libre cours à son désir, son désir de sang. Rapprochant lentement ses dents parfaitement aiguisé de son petit coups maigrichon Will savoura cet instant, cet instant de pur bonheur, cet instant qui comme à chaque fois lui donnait un sentiment d'invincibilité. Il put aussi humecter autant qu'il le désirais l'odeur de cette sotte, ses cheveux, son souffle, sa peau et bientôt son sang.

Will respira calmement puis ouvrit la bouche tant qu'il pouvait, les dents pointé vers le coups de sa victime, un seul coup de mâchoire et elle finirait six pieds sous terre. Alors qu'il s'apprêtait à en finir avec elle Will perçut du mouvement non loin de lui. Il se retourna d'un bon et vit dans le noir complet un homme avancer d'un pas hésitant, sa baguette sortit. Ce dernier lança d'une voix penaude:

- Il y a quelqu'un ?


Furieux le vampire gifla d'un revers sa victime, l'envoyant une fois de plus au sol. Mettre cet homme hors course, c'est se que voulait faire Will, cependant il ne put s'y résoudre lorsqu'il vit que 3 hommes guère plus confiant le précédaient. C'était fichu, tuer autant de monde aurait trop attiré l'attention.

Le vampire s'accroupit puis prit le menton de sa victime de sa main droite puis lui murmura à deux centimètres de son visage:

- On se reverra toi et moi ...

[Lily je te laisse clôturer comme bon te semble, j'espère que ce petit rp spécial cliché t'as plue Wink ]
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Ven 5 Nov - 0:37

Les paupières clauses, le cœur battant à tout rompre dans sa poitrine, les lèvres écrasées par la main de la sangsue pour lui éviter de hurler (et de respirer, par la même occasion…) Lily attendait le coup de grâce, son pouls redoublant de force lorsqu’il renifla une boucle de ses cheveux. Elle conserva les yeux fermés de toutes ses forces et se crispa lorsqu’elle sentit les lèvres du vampire (étape précédant les canines) frôler sa peau. Pourtant, aucune douleur, aucune sensation, rien ! Elle entrouvrit les paupières pour apercevoir son agresseur qui scrutait la pénombre de la ruelle puis vrilla son regard dans la même direction que lui pour tenter de voir ce qui l’avait interrompu. Il lui fallut quelques secondes supplémentaires pour entendre un homme les héler. La réaction de Dracula Junior ne se fit pas attendre… Il aurait pu la menacer pour qu’elle se taise, il aurait pu l’asseoir dans un coin et lui intimer de ne pas bouger… Non, la technique de la gifle assommante avait bien fonctionné la première fois, pourquoi s’en priver !? C’est donc sans sommation qu’il lui décocha une droite qui la fit tomber au sol, une fois de plus. Elle resta allongée sur les coudes, la tête baissée et la mine crispée dans une grimace de douleur. La sale petite sangsue !...

* Chauve Souris VS Chaton… Chauve Souris vainqueur par KO *

Elle ne le vit pas s’approcher du courageux. Elle ne le vit pas non plus hésiter face aux trois autres téméraires qui avançaient, baguette au poing. Elle le vit simplement s’agenouiller et encercler son visage dans l’une de ses mains, pour la forcer à le regarder et à l’écouter. Le geste faussement tendre contrasta de façon flagrante avec le ton de sa voix qui résonna, dure et haineuse.

On se reverra toi et moi ...

Elle soutint son regard, essayant de lui cracher tout le mépris qu’il lui inspirait à travers une simple œillade. Si les yeux de la jeune femme avaient été des baguettes, il aurait été foudroyé 48 fois de suite. Au moins… Ses lèvres effleurant presque les siennes, elle lui murmura dans un souffle :

« J’y compte bien ! »

Et sans attendre son reste, le petit lâche prit la fuite… Elle ironisa, dans un léger sourire crispé par la douleur :

" Ce fut un plaisir ! "

Les quatre individus pénétrèrent en trombe dans la bâtisse avant de poser une mine inquiète sur la pauvre brunette allongée au sol. A croire qu’il fallait être blonde, étudiante et porter un nom à coucher dehors pour être chasseuse de vampires… En l’occurrence, Lily n’était ni blonde, ni particulièrement douée pour le combat Dracula / Hobbit… Surtout quand son adversaire attaquait par derrière sans raison apparente…

Pendant que les trois autres cherchaient à apercevoir l’agresseur en fuite (il devait déjà être à deux rues d'ici alors qu'ils n'avaient pas encore franchi le seuil…), le quatrième homme empoigna la jeune femme par les coudes pour la soulever et la remettre sur ses pieds. Il la soutint pour la maintenir debout et releva son visage d’un doigt sous son menton pour vérifier… pour vérifier quoi d’ailleurs ? Elle avait une joue avec un bel hématome, sa lèvre inférieure saignait, son front était égratigné… Il n’y avait rien à vérifier : elle avait bien dégusté, voilà tout ! D’un geste, elle signifia au sorcier qu’elle allait bien (mot très relatif quand on a la sensation d’être passée sous un Magicobus…) et ramassa sa baguette, abandonnée par terre par la sangsue en cavale. Inquiet, il proposa à la jeune femme un transplanage d’escorte, qu’elle refusa poliment, préférant faire quelques pas dans la fraîcheur de la nuit pour faire passer cette migraine terrible lui tambourinant les tempes.

Elle contourna l’angle de la petite rue et se mit en marche pour rejoindre le centre ville de Londres.

* Sympa comme petite beuverie… Elles ont le sens des festivités, ces sangsues… Gueule de bois sans avoir bu : sacrée arnaque !*



Fin du RP Will/Lily



Suite ici : http://harrypotter2005.forumactif.com/les-rues-de-londres-f68/ballades-dans-londres-t18234-75.htm
Roxanne Jones
Roxanne Jones
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Roxanne Jones, le  Dim 19 Déc - 1:06

[HJ : Avec Lily Gordon + son accord pour la faire mouvoir se ramasser la figure choir]

Elwaen Vandrake venait tout juste d'obtenir son permis de transplanage. Pris d'une certaine euphorie, il se mit à se téléporter un peu partout, tant et si bien qu'il finit par atterrir dans un endroit où il n'avait mis les pieds qu'une seule fois, il y a longtemps de cela : Godric's Hollow. C'est la maison en ruine qui lui avait permis de reconnaître sa position. La maison des parents Potter le soir de leur mort, la maison des Dumbledore... la maison de beaucoup de monde en fait.

Épuisé par le manque de magie du aux transplanages répétitifs, Elwaen se délaissa de la bicoque en ruine pour se diriger vers un endroit quelconque du village. Le bruit de ses pas s'enfonçant dans le sol lui fit se rendre compte du temps qu'il faisait. Une épaisse couche de neige recouvrait le sol, masquant ainsi un éventuel chemin. Elwaen avait toujours aimé la neige. Il la voyait comme quelque chose de libérateur. Le simple fait que l'on ne différenciait plus les niveaux du sol en était un exemple : plus de restriction, une liberté totale de mouvement... un petit bout de paradis.

Il lança un charme de réchauffement sur ses vêtements car le temps semblait se glacer. Des flocons tombaient ci et là sur le village. Des échos d'enfants jouant plus loin arrivaient aux oreilles du futur ex-serpentard. Il leva la tête pour tentait de percevoir une quelconque silhouette enfantine. Malheureusement, ses cheveux humides lui tombaient sur les yeux, rendant cette opération compromise. Dans un geste digne des publicités de shampoing moldu L'Oréal, il se dégagea la vue. Dans un geste qui lui fit ne pas regarder devant lui pendant un cours instant. Trop court. Il se heurta à quelque chose et lâcha un grognement, prit par le choc. La chose s'écrasa sur le sol et Elwaen recula. Une fois sa vue rétablie, il remarqua que la dite chose était en fait un jeune femme assez emmitouflée.

Sans même songer à s'excuser, Elwaen leva un sourcil ampli de reproches. Il lui cracha presque.

"Il serait avisé pour vous de regarder où vous aller quand vous marchez. Tout le monde n'est pas aussi indulgent que moi."
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Dim 19 Déc - 13:22

Godric’s Hollow. Lily commençait à le connaître par cœur, ce petit village. Elle ne comptait plus les fois où elle avait dû s’y rendre et où elle avait arpenté ses rues et sillonné ses chemins forestiers. De jour ou de nuit, rendez-vous professionnel ou raison personnelle, sous les pluies printanières ou les pieds dans la neige hivernale, un sourire aux lèvres ou les joues baignées de larmes... A dire vrai, pas une seule de ses visites dans le petit hameau n’avait ressemblé à la précédente et cette fois-ci ne dérogeait pas à la règle.
Ca n’était pas pour le Ministère qu’elle était là aujourd’hui. Ca n’était pas non plus une promenade de santé (bien que son dernier sprint au milieu de la forêt pour jouer les bodyguard du chef de l’Etat magique se révéla excellent niveau cardiotraining…). Non, si Lily était là aujourd’hui, c’était en vue d’un investissement financier. Il était temps qu’elle devienne propriétaire mais elle ne savait pas vraiment quel endroit choisir pour poser ses valises (et pour ne pas braquer l’asociale chronique qu’elle était, il fallait prendre soin de ne pas s’installer à moins de 2kms du moindre voisin). C’était donc d’un pas nonchalant qu’elle avait foulé les rues de Londres, du Chemin de Traverse, puis maintenant de Godric’s Hollow.
Elle traversa la place centrale du village et passa devant la statue à la mémoire des Potter, en prenant soin de laisser courir le cuir de son gant sur la plaque dorée en une caresse respectueuse. Elle contourna le monument puis longea la petite barrière en fer forgé du cimetière.
Inévitablement, un souvenir pénible lui enveloppa le cœur d’un linceul douloureux. Quand est-ce que ça disparaîtrait ? Quand est-ce que l’évocation d’un prénom sur un murmure triste se transformerait en sourire nostalgique ? Quand est-ce que le temps aurait enfin déposé une patine sur ses souvenirs pour les rendre moins mélancoliques ? Mais plus que tout : est-ce que ça disparaîtrait vraiment un jour ? Hésitante, elle patienta devant le petit portail avant de finalement tourner les talons pour faire demi-tour.
A peine eut-elle esquissé un mouvement qu’elle entra en collision avec une silhouette masculine. Collision, c’était le mot. Pas un petit tamponnage ou une bousculade, non… Une collision digne de celle des astéroïdes armageddoniens des meilleurs films hollywoodiens ! Un télescopage suivi d’un plongeon dans la poudreuse dans les règles de l’art !
Lily se retrouva assise par terre, le souffle encore coupé par la surprise du choc. En temps normal, elle se serait sans doute excusée de ne pas avoir regardé devant elle et aurait usé d’un sourire poli. En temps normal, elle aurait tendu une main avenante, déclinant son prénom pour ponctuer ses excuses de son identité, bien plus sympathique qu’un misérable « désolée » impersonnel. En temps normal…
Elle n’eut pas vraiment le temps de penser à la manière la plus courtoise de formuler des excuses car ce fut l’individu qui ouvrit la bouche en premier.
"Il serait avisé pour vous de regarder où vous aller quand vous marchez. Tout le monde n'est pas aussi indulgent que moi."
Adieu jolies excuses polies ! Aurevoir gestes délicats pour être courtoise ! C’est un regard sombre qui remplaça la naissance d’un sourire sur le visage de Lily. Le ton méprisant du jeune homme étouffa toutes bonnes résolutions et tentatives pour obtenir l’Absolution. Elle répondit sur le même timbre insolent, les yeux Avada Kedavrisant son vaniteux interlocuteur.
« Il serait avisé pour vous d’être un peu plus courtois. Je ne suis pas aussi indulgente que vous… »
Les yeux parcourant la silhouette en face d’elle, elle stoppa sur l’écharpe Verte et Argent enroulée autour de son cou. Un serpent qui siffle et crache son venin à chaque fois qu’il ouvre la bouche ? Il n’y avait finalement rien d’étonnant à cela… Dommage que son détestable comportement anéantissait des qualités indéniables : joli visage, classe et d’apparence sobre, voix agréable.
La jeune femme délaissa son regard de tueuse pour se remettre sur ses pieds. Elle épousseta sa jupe et repoussa quelques boucles de devant ses yeux.
« Etes-vous toujours aussi délicieux avec les individus que vous croisez ? Ou bien est-ce là un privilège qui m’est réservé ? »
Elle rajusta ses gants, releva le col de son manteau et conclut avec un léger sourire ironique, avec le ton mielleux qu’elle avait l’habitude d’utiliser pour contraster avec des mots durs :
« J’ai déjà sorti ma baguette pour moins que ça… Ne me tentez pas ! »
Finalement, ce village regorgeait d’habitants antipathiques…
* Note à moi-même : rayer Godric’s de ma liste ! *
Roxanne Jones
Roxanne Jones
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Roxanne Jones, le  Dim 19 Déc - 14:45

Le serpentard avait toujours aimé les rencontres. Elles avaient quelque chose de... plaisant. Enfin tout dépendais de la personne qui se trouvait en face de nous. Ce jour là, la rencontre frappante fut avec une jolie jeune brune. Jeune bien que plus âgée que lui. Son doux visage s'affaissa et se durcit au son de la voix d'Elwaen. Elle lui répondit alors sur le même ton acerbe

« Il serait avisé pour vous d’être un peu plus courtois. Je ne suis pas aussi indulgente que vous…  »

Son regard sembla parcourir son corps, ce qui flatta l'égo sur-dimensionné du dernier Vandrake. Un sourire carnassier se laissa afficher sur son visage. Il se permit de le faire en retour tandis qu'elle se redressait. Son sourire ne put que s'agrandir quand il constata qu'il la dépassait d'une bonne dizaine de centimètres. Cette impression de domination lui avait toujours était jouissifs, sûrement ses gènes de mégalomane. La belle femme au mordant poursuivit alors.

« Êtes-vous toujours aussi délicieux avec les individus que vous croisez ? Ou bien est-ce là un privilège qui m’est réservé ? J’ai déjà sorti ma baguette pour moins que ça… Ne me tentez pas !  »

Le sourire satisfait du serpentard ne put que s'agrandir. Mademoiselle est joueuse ? Une très belle rencontre, définitivement. Il remit quelque mèches faussement rebelles en place et dans une position désinvolte et calculée,
Spoiler:
 
il répondit

« Vous me trouvez délicieux ? Vous m'en voyez ravi. Mais rassurez-vous, je ne vous accorde pas encore assez d'importance pour vous fournir un traitement de faveur. »

Façon "polie" de dire qu'il ne la connaissait pas encore, et que donc il ne pouvait pas la différencier des autres. Il se rapprocha brusquement de la jeune femme, la dominant de sa hauteur. Il susurra alors, une main sur sa poitrine gonflé par l'orgueil et la vanité.

« Par ailleurs, la moindre des politesses aurait été de vous présenter. Je me vois donc contraint de faire fi de ma galanterie et de vous doubler : Elwaen Vandrake. Plume acérée, que certains ignares jugent comme langue de vipère, plutôt ''beau gosse'' et, comme vous avez sûrement pu le remarquer, confiant de lui-même. »

Il tendit alors sa main en direction du visage de son interlocutrice. L'incitant à se présenter. Il avait comme une envie de... joute verbale : un délice

Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Dim 19 Déc - 16:32

Un sale petit arrogant ! Il devait y avoir des centaines d’habitants dans ce foutu village à deux noises et il fallait qu’elle tombe sur le plus détestable à 10kms à la ronde ! Puant d’orgueil, voilà ce qu’il était. Et ce sourire d’emmerdeur sur ses lèvres ne faisait qu’accroître la mauvaise humeur de Lily… Il était là, à se pavaner pour le titre de Mister Arrogance, un sourire Colgate aux lèvres, prêt à dégainer la phrase méprisante adéquate… Phrase qui ne tarda pas à pointer le bout de son nez.
« Vous me trouvez délicieux ? Vous m'en voyez ravi. Mais rassurez-vous, je ne vous accorde pas encore assez d'importance pour vous fournir un traitement de faveur. »
* Elu Mister Arrogance 2011 à l’unanimité…*
Lily arbora une moue moqueuse, un sourcil levé en guise de provocation. Les centimètres ne font pas la grandeur d’âme et ce cher Monsieur devait l’ignorer, lorsqu’il se redressa fièrement devant la jeune femme, la toisant de haut. Elle n’était pas franchement du genre à baisser le regard, choisissant la plupart du temps, souvent à tort, la voie de la provocation. Elle leva le menton pour fixer un regard moqueur dans celui, dégoulinant de fierté écoeurante, du Serpentard au joli sourire d’emmerdeur.

« Par ailleurs, la moindre des politesses aurait été de vous présenter. Je me vois donc contraint de faire fi de ma galanterie et de vous doubler : Elwaen Vandrake. Plume acérée, que certains ignares jugent comme langue de vipère …»

*Ignares ? Clairs voyants, plutôt…*

« …plutôt ''beau gosse'' et, comme vous avez sûrement pu le remarquer, confiant de lui-même. »

Lily ne put réprimer un léger rire, secouant la tête les yeux posés sur le sol (‘fin, elle regarde le sol, quoi…parce que les pupilles énuclées posées par terre, ça ferait désordre…). Comment une telle dose de vanité pouvait être concentrée en un seul individu ? Le Ministre lui-même n’avait pas autant d’orgueil, même avec 3 grammes dans le sang… Elle prit une mine faussement innocente, avant de faire glisser le gant de ses doigts pour lui présenter sa main tendue.
« Lily Gordon, scorpion et amatrice de Serpy en civet… (elle étire un sourire de provocation pour continuer) Et ce que vous appelez « confiance » j’appelle ça « ego démesuré »… »
Et toc !
Il voulait jouer ? Il allait perdre… Lily Gordon n’était sans doute pas plus intimidante qu’un chaton mais elle avait une sacrée expérience dans le domaine des répliques cinglantes. Fallait-il en faire démonstration à ce jeune homme qui, de toutes évidences, ne connaissait ni les règles de bienséance ni la modestie ?
* Sans hésitation aucune : oui ! *
« Décidément, la maison de Salazar est égale à elle-même. Elle accueille des individus prometteurs et doués, ça serait de mauvaise foi que de le nier. Cela dit… ce cher Choixpeau, en plus de la Sournoiserie et de la soif de pouvoir, devrait rajouter l’incorrection à l’entretien d’embauche… (elle le regarde des pieds à la tête) Vous y avez votre place, à n’en pas douter, Monsieur Vandrake. »
Satisfaite du jeu qu’elle venait d’abattre sur la table, elle tendit un peu plus sa main pour qu’il s’en saisisse, un sourire angélique sur les lèvres. Elle se prépara cependant à augmenter la mise, au cas où le joueur relancerait…


Dernière édition par Lily Gordon le Dim 19 Déc - 20:17, édité 1 fois
Roxanne Jones
Roxanne Jones
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Roxanne Jones, le  Dim 19 Déc - 18:45

Elwaen n'en revenait pas. Il avait été remis à sa place dans les règles de l'art. Une joute verbale exquise. Un succulent caviar de cynisme. Un grand cru d'ironie. C’était à s'en faire exploser la panse. Elle était parfaite. Et puis ce nom... Lily. Une fleur si belle, une perle de la nature. Un combiné de bonnes choses. L'état du serpentard devait avoisiner l'extase. Ce petit bout de chair semblait sur terre pour lui. Il n'y avait plus qu'elle. En fait, avec la neige tombant il ne voyait réellement plus qu'elle.

Il fixa la main tendue vers lui. Une belle main dont la peau semblait douce rien que pour les yeux. Une douceur avec laquelle on ne voudrait jamais se séparer. Il espérait fortement qu'il la toucherait un jour, et pas à cause d'une gifle. Le jeu des présentations était à présent fini. Il pouvait dire, et faire ce qui lui plaisait.

Avec une lenteur qui lui paressait insoutenable, Elwaen prit la main de Lily. Elle était rougie par le froid. Il la joignit de son autre main et enferma celle de Lily, rosit par le froid, dans un petit cocon de chaleur. Il la porta alors à sa poitrine, la posant sur au niveau de son cœur. Il planta ses yeux noisettes dans les deux orbes océans de Lily. Il ouvrit la bouche, dont le sourire s'était adouci et était devenu plus réel, moins hypocrite.

Enfin c'était l'impression qu'il espérait transmettre. Il souffla, dans un murmure à peine audible.

« Lily... »

Il mit toute son intensité dans son regard, toute sa douceur dans la voix. Il espérait rendre cette instant magique. Puis, brusquement il lui fit le baisemain et compléta dans un sourire aguicheur.

« Vous a-t-on déjà dit que vous étiez ravissante. Belle comme vous êtes je n'en doute pas. Sachez ma chère, que vous venez, par votre répartie digne de l'Olympe, de gravir le Mont Everest de mon estime à une allure qui dépasse l'entendement commun. Apprenez par ailleurs que je ne regrette absolument pas cette bousculade. Elle m'aura fait rencontrer une merveilleuse personne. C'est rare de rencontrer son moi féminin (ou masculin, tout dépend du point de vue »

Du surjoué. Un art parfaitement maitrisé par le jeune serpentard. Autant en bien, que en mal.
Il se demandait comme la jeune Gordon allait réagir à un brusque changement de ton. Mais sil elle le désirait, il pourrait toujours se réengager dans une conversation plus vive, que dégoulinante de niaiserie. C'était un jeu comme un autre pour Elwaen.

Il aurait du faire acteur...
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Dim 19 Déc - 23:53

Le déluge ? Un cours de Bennet moins soporifique ? Qu’attendait-il, le Serpy, pour lui serrer la main ? Lily patientait, le bras tendu, un air satisfait sur le visage. Peut-être qu’elle avait été trop dure en paroles envers cet inconnu, dont la seule faute avait été d’appartenir à la maison de Salazar et d’avoir une confiance en lui à la limite du supportable… Peut-être qu’il allait sortir sa baguette pour lui faire ravaler sa délicieuse tirade tout à fait déplacée… Peut-être qu’il n’allait rien faire du tout, et tourner les talons, vexé… Une pointe de culpabilité vint se mêler à la satisfaction d’avoir réussi à faire en sorte qu’il la boucle.
Enfin, il fit un geste pour se saisir de la main tendue vers lui. Lily étira un peu plus son sourire pour se donner une mine cordiale, prête à offrir une poignée de mains énergique en guise de drapeau blanc. Le sorcier s’en saisit, emprisonna les doigts de la jeune femme au creux des siens avant de poser le tout sur son cœur dans un regard ardent, son prénom murmuré tout bas. La jeune femme le regarda sans comprendre. Quoi ?! Il voulait peut-être qu’elle lui prenne le pouls, qu’elle vérifie les battements dans sa poitrine, pour conclure avec un « Il tachycarde ! Faites lui une injection de 3 cc de O-neg et on le monte au bloc ! »… Non, pas d’injection, pas de brancard, pas de médecin cynique boiteux… Juste un Elwaen qui arbora un sourire à faire rougir une Vélane, après avoir déposé ses lèvres sur le dessus de sa main.
« Vous a-t-on déjà dit que vous étiez ravissante. Belle comme vous êtes je n'en doute pas. Sachez ma chère, que vous venez, par votre répartie digne de l'Olympe, de gravir le Mont Everest de mon estime à une allure qui dépasse l'entendement commun. Apprenez par ailleurs que je ne regrette absolument pas cette bousculade. Elle m'aura fait rencontrer une merveilleuse personne. C'est rare de rencontrer son moi féminin (ou masculin, tout dépend du point de vue »
* J’ai…. Je…. Mais….. QUOI ?!...*
Lily demeura immobile, la bouche entrouverte, prête à laisser sortir une réponse cinglante quelques secondes plus tôt, les sourcils froncés avec un air d’incompréhension. La douche écossaise… Un seau d’eau glaciale balancé à la figure, puis un hammam cuisant… Comment pouvait-il passer d’un plaquage digne d’un catcheur au baise main d’un Gentleman en l’espace de 2minutes ?... Une seule question brûlait les lèvres de Lily : « T’aurais pas oublié de prendre ton traitement contre la schizophrénie, mec ?... ».
Il était temps qu’elle articule quelque chose, non ? Histoire de ne pas paraître complètement idiote… Elle cligna des paupières plusieurs fois, tentative désespérée et parfaitement inutile pour rassembler ses idées afin de prononcer une suite de mots ayant un sens.
* Aller Lily, AR-TI-CU-LE…*
« Hum… »
* Dis un mot ! *
« …Merci ?... »
…Dit sur un ton interrogatif, comme si elle se demandait tout haut si la formule convenait…
Ok, Si c’était une ruse pour arriver à la faire taire et à la déstabiliser, c’était un véritable succès !
* Schizo VS Idiote… 1-0 *
D’un geste maladroit et un peu trop brusque, elle récupéra sa main avant de renfiler son gant. Le retournement de situation était parfaitement déstabilisant. Il était là, à jouer les James Bond avec un air de Gentleman british à faire se damner les anges alors qu’il ne lui avait même pas offert une main secourable pour l’aider à relever ses fesses de la poudreuse ! Elle souffla une boucle brune de devant son nez avant d’adresser un sourire en coin à Bond, James Bond…
« Sournoiserie, soif de pouvoir… les Serpentards ont bien des facettes ! Mais je dois leur reconnaître un don certain pour la séduction. Vous n’êtes pas en reste, Monsieur Vandrake. Avez-vous pensé à vous lancer dans la politique ?.. Vous feriez un malheur ! Cela dit, ne me pensez pas dupe : de belles paroles ne me feront pas faillir ! »
* Un beau sourire, c’est une autre histoire, par contre !*
Roxanne Jones
Roxanne Jones
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Roxanne Jones, le  Mar 21 Déc - 21:40

Dire qu'il était fier de lui était un euphémisme. La belle Lily lui était presque tombée dans les bras. Un léger bégaiement précéda des remerciement échappés. Le serpentard captura les mots de son interlocutrice. Toutes les étapes s'enchainaient. La confrontation, le changement de ton, l'incertitude provoquée. Elwaen dominait le jeu. À présent c'était du tout cuit. Elle dit alors avec un sourire envoutant malicieux

« Sournoiserie, soif de pouvoir… les Serpentards ont bien des facettes ! Mais je dois leur reconnaître un don certain pour la séduction. Vous n’êtes pas en reste, Monsieur Vandrake. Avez-vous pensé à vous lancer dans la politique ?.. Vous feriez un malheur ! Cela dit, ne me pensez pas dupe : de belles paroles ne me feront pas faillir ! »

Une dure à cuire hein ? Elwaen lui décrocha un sourire, masquant son trouble naissant. Il s'écarta un peu, pour rétablir un distance correcte entre-eux. »

« Certes la politique revêt bien des attraits. Elle n'en reste pas moins une discipline ennuyeuse et qui n'apporte que des ennuis. Cependant, mon avis pourrait évoluer et il se pourrait qu'un jour je m'y adonne à cœur joie. Dans ce cas, préparez vous à me voir sur le siège de ministre. »

Il ferma les yeux et lâcha un long soupir d'aisance. L'air frais le ravivait.

« Que diriez-vous de faire quelques pas ensemble. A vrai dire j'errais jusqu'alors sans but précis. Il faut croire que Merlin à voulut notre rencontre, allez savoir pourquoi. »

Il compléta sa phrase par un sourire radieux et un léger clin d’œil. Il se mit à côté d'elle et lui tendit son bras pour qu'elle s'y accroche. Il dirigea alors la marche vers le centre du village, d'où il venait. Ils avançaient d'abord en silence. Seul le bruit de leur pas dans la neige se faisait entendre par dessus les cris de joie des enfants jouant dans la neige. Le serpentard était captivé par les flocons qui tombaient. Sans s'en rendre compte, il lâcha c'est quelques mots

« La neige a quelque chose de libérateur, de pure. C'est une simple chose de la nature mais aussi l'une des plus belle. Pourtant je n'aime pas la neige. Pas autant que je voudrais. C'est froid et humide. Elle nous mord en nous embrassant, refroidit nos ardeurs, nous apaise. Et elle nous libère. Avez-vous déjà vu plus heureux qu'un enfant dans la neige ? L'enfant de l'Hiver est heureux, libre comme l'air. Peut-être est-ce la magie de Noël ? Qui sait. »

Il avançait toujours, Lily à son bras. Il se tourna alors vers elle, frottant son bras pour la réchauffer.

« Mais je parle encore et encore. Peut-être vous importuné-je. Et je ne sais même pas ce que vous faîtes ici. Serait-ce déplacé de le demander ? Pour ma part, c'est l'ivresse du transplanage qui m'a conduit ici. Je viens tout juste d'acquérir mon diplôme haut la main. »

Il soupira encore. Il se sentait las. Vide de sens. Mais il devait jouer le jeu. Il s'arrêta brusquement et fit pivoter Lily pour qu'elle soit en face de lui. Il la tenait pas les épaules, serrant un peu. Du surjoué, encore. Mais dans ce genre d'affaire ce n'était jamais assez. Il planta à nouveau ses yeux dans ceux de la jeune brune. Mettant toute son émotion, voire trop, dans sa voix, il dit alors.

« Lily, je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment, je ne sais même pas si j'en ai envie. Mais tout mon être semble se battre pour cela. Il est rare, comme je l'ai dit, de se retrouver dans une autre personne, d'avoir la chance de rencontrer son Complément. J'ai... je... enfin... C'est à dire que... »

Il laissa sa phrase en suspend. Elwaen adorait créer ces moments où il paraissait s'ouvrir, pour finalement reculer... un véritable mélange de délice et de plaisir... un délire en somme. Il regardait Lily dans un œil, puis dans l'autre, montrant une fausse hésitation. S'il avait été quelqu'un de franc, il se serait répugné. Or Elwaen ne l'était pas. C'était une bête feignant la pureté, empestant le factice bon marché, un acteur et un manipulateur des sentiments. Ah la belle gueule d'ange. Un véritable monstre d'innocence.

Il rompit le contact visuel et, comme s'il ne s'était rien passé, dit joyeusement.

« Il fait froid vous ne trouvez pas ? Je vous propose d'aller dans un bar, ou une auberge. Il me semble qu'il y en a une pas loin. »
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Lun 27 Déc - 22:30

Deux pas en avant, un pas en arrière… Il ne semblait pas si sur de lui qu’il ne voulait le faire croire, le Serpy ! Il recula légèrement (peut-être craignait-il qu’elle ne lui brise le poignet s’il s’approchait un peu trop ?...) avant de répondre.
« Certes la politique revêt bien des attraits. Elle n'en reste pas moins une discipline ennuyeuse et qui n'apporte que des ennuis. Cependant, mon avis pourrait évoluer et il se pourrait qu'un jour je m'y adonne à cœur joie. Dans ce cas, préparez vous à me voir sur le siège de ministre.
Que diriez-vous de faire quelques pas ensemble. A vrai dire j'errais jusqu'alors sans but précis. Il faut croire que Merlin à voulut notre rencontre, allez savoir pourquoi. »
Le clin d’œil était digne d’un James Bond ayant tué le méchant et s’apprêtant à conquérir la jouvencelle en détresse en talons aiguilles et bikini hors de prix. Ca n’était sans doute pas assez subtile et sincère pour déstabiliser Lily. Cela dit, le sourire qui l’accompagna était au goût de la jeune femme et c’est sans se forcer qu’elle accepta la petite balade d’un hochement de tête. Le temps n’était pas vraiment clément, le soleil était dissimulé par des nuages cotonneux déversant une pluie de flocons sur les promeneurs aventureux. Après quelques pas dans la poudreuse, le sorcier s’exclama :
« La neige a quelque chose de libérateur, de pure. C'est une simple chose de la nature mais aussi l'une des plus belle. Pourtant je n'aime pas la neige. Pas autant que je voudrais. C'est froid et humide. Elle nous mord en nous embrassant, refroidit nos ardeurs, nous apaise. Et elle nous libère. Avez-vous déjà vu plus heureux qu'un enfant dans la neige ? L'enfant de l'Hiver est heureux, libre comme l'air. Peut-être est-ce la magie de Noël ? Qui sait. »
Une vérité indéniable ! Il n’y avait rien de comparable à un paysage enneigé. Les flocons rendaient la plus laide des choses merveilleuse, presque magique. Les rues ternes semblaient briller de minuscules diamants, les arbres aux branches nues et frêles se paraient d’un manteau immaculé. Le monde recouvert de neige semblait incontestablement différent. La tiédeur de la main du sorcier sur son bras sortit Lily de sa contemplation.
« Mais je parle encore et encore. Peut-être vous importuné-je. Et je ne sais même pas ce que vous faîtes ici. Serait-ce déplacé de le demander ? Pour ma part, c'est l'ivresse du transplanage qui m'a conduit ici. Je viens tout juste d'acquérir mon diplôme haut la main. »
La jeune femme baissa la tête avec une moue moqueuse.
« L’ivresse du transplanage ? Ou celle des nausées qui l’accompagnent ?... »
Lily adorait les sensations de ce moyen de transport, pourtant désagréable aux yeux de la majorité des individus. Se sentir happée, perdre pieds, le tourbillon d’images, puis la réalité brutale. Des sensations brutes, extrêmes… Des sensations que Lily recherchait par bien des moyens.
« Il est rare de rencontrer des sorciers appréciant ce genre de déplacement. Prenez garde de ne pas en abuser, le contrecoup de transplanages à répétition est fourbe ! Pour ma part, je visite les environs à la recherche d’un investissement rentable. Je n’ai pas encore fait mon choix… Rien ne se démarque du lot dans ces contrées pluvieuses ! En même temps, si j’attends un soleil des tropiques en Angleterre pour acheter, je vais pouvoir attendre lon… »
Elle n’eut pas le temps de finir sa conclusion sur la météo britannique que Elwaen stoppa net et la fit pivoter. Les épaules fermement maintenues entre ses mains, elle resta muette dans l’incompréhension la plus totale. Il semblait chercher ses mots, un air grave sur le visage. Les yeux écarquillés, Lily patienta, figée.
« Lily, je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment, je ne sais même pas si j'en ai envie. Mais tout mon être semble se battre pour cela. Il est rare, comme je l'ai dit, de se retrouver dans une autre personne, d'avoir la chance de rencontrer son Complément. J'ai... je... enfin... C'est à dire que... »
*……….*
Ok, il était cinglé… Ou alors, il était sous Imperium, ses paroles guidées par la volonté d’un tiers. A moins que se ne soit l’abus de transplanages qui avait désorienté le jeune homme, rendant ses allocutions difficilement compréhensibles. Pendant quelques secondes, Lily se demanda s’il était possible de se désartibuler un bout de cerveau. Et avant qu’elle ne songe à une quelconque solution pour retrouver les neurones perdues (ça pourrait faire un sacré bon titre de film, tiens… A la recherche des neurones perdues), Elwaen avait déjà abandonné son air soucieux.
« Il fait froid vous ne trouvez pas ? Je vous propose d'aller dans un bar, ou une auberge. Il me semble qu'il y en a une pas loin. »
* Quoiquoiquoi ?! Mais… attend, mec… Tu viens de me faire un remake d’une comédie romantico-dramatico-je-pète-un-cable-en-trois-secondes puis tu me proposes d’aller se réchauffer le postérieur dans la bicoque du coin ??? HEY ! *
Que se passait-il ? En plus d’être un shooté aux transplanages, il souffrait de bipolarité ! Youpi…..Que devait-elle faire ? Lui filer la carte d’un bon psy ?... Elle en connaissait un dont le divan était confortable et la voix rassurante. Mais cela suffirait-il ? Non, en fait, elle hésitait carrément entre tourner le dos, sans un mot, et le laisser là tout seul, planté entre un sapin et une vieille dame essayant de se battre avec son parapluie (les paris sont ouverts : 5 contre 1 pour le parapluie gagnant !), ou s’inquiéter réellement de son état. Le cœur lui aurait bien hurlé de rebrousser chemin (ou de chopper le parapluie de la vieille pour lui en coller un coup dans la tronche), mais c’est la raison qui sembla pour une fois prendre le dessus. Elle arbora une mine angoissée, fronçant les sourcils, le regard plongeant dans le sien pour déceler un quelconque signe lui indiquant qu’il était bon pour l’asile…
« Hum… Vous allez bien ?... J’veux dire… Vous semblez…* barjot… fou à lier… bon à enfermer… * bizarre !...Oui, je pense que ça vous fera du bien de vous réchauffer un peu. Venez ! »
Le Sanglier Rieur était de l’autre côté du village. Lily lança une œillade pour s’assurer qu’il n’y avait personne dans les environs. A part l’octogénaire qui accordait plus d’importance à son parapluie qu’au monde qui l’entourait, il n’y avait pas âmes qui vivent, le froid et la tempête qui se levait ayant forcé les enfants à rentrer dans leur chaumière. D’un geste, elle fit pivoter le sorcier pour le maintenir face à elle. Elle se rapprocha jusqu’à n’être qu’à quelques centimètres de lui. Elle saisit les mains du jeune homme dans les siennes avec un léger sourire en coin. Elle ferma les paupières…puis transplana.
CRAC.
Lily maintint les yeux fermés quelques secondes encore, le temps de reprendre pieds avec la réalité (et pour éviter de se casser la figure au milieu des ivrognes devant la porte). Elle ouvrit les paupières avec un amusement certain, semblable à celui d’un accro à l’adrénaline après un saut en parachute sans parachute. Le pouvoir de la Magie avait bien des avantages et celui de voyager plus vite que la lumière dans n’importe quel endroit était l’un des plus appréciables. Elle laissa pourtant tomber son air jovial pour lancer un regard de tueuse au saoulard qui la regarda passer d’un air appréciateur. Elle poussa d’une main la petite porte d’entrée, le Serpentard sur ses talons. Au fond, une petite table au calme semblait attendre leur arrivée. Elle s’en approcha, tira la chaise devant elle puis désigna la deuxième de la main, invitant le sorcier à prendre place près d’elle. Son regard ne le quittait pas, cherchant la faille, observant les signes annonciateurs d’une prochaine crise de démence passagère… Hésitante, elle se lança :
« Monsieur Vandrake… Vous sentez vous mieux ? Je pense qu’une boisson chaude vous ferait le plus grand bien… »
D’un geste, elle retira ses gants et laissa glisser sa capuche de ses cheveux avant de faire signe à la serveuse qu’ils étaient prêts à commander.
[Je te laisse poster ensuite au Sanglier pour la suite.]
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Mar 8 Mar - 10:49

[HJ : RP avec Céleste, qui se passe avant le coup d'Etat (je suis donc libre Razz) ]

Une maison banale dans une rue banale, produisant une fumée banale, le tout éclairé par la lumière de la lune… Un spectacle tout ce qu’il y a de plus banal… La banalité est pourtant une notion relative. N’importe quel passant pourrait se dire que cette maison était sans histoire, que cette cheminée, que cette rue, que tout était sans histoire… Il fallait donc croire que Will n’était pas n’importe quel passant. Bloqué devant cette maison, debout, statique, depuis au moins deux bonnes heures, il ne faisait qu’observer. Depuis deux bonnes heures, il était incapable de bouger le moindre muscle de son corps. Les seuls mouvements que l’on pouvait percevoir étaient dus au faible vent soulevant ses cheveux, faisant virevolter son écharpe.

Cette maison, la maison de son enfance. Celle dans laquelle il avait dû survivre aux incessantes attaques physiques et morales de son grand frère. Celle dans laquelle il n’avait pas été Will Crow, mais un esclave, une personne soumise aux volontés de son bourreau, subissant tous les châtiments que ce dernier avait décidé de lui infliger. Cela allait du simple tirage d’oreille aux coups de pieds dans les côtes, qui lui avaient d’ailleurs valus quelques voyages à l’hôpital. Aucun médecin n’avait soupçonné une quelconque maltraitance de l’enfant. Aucun médecin n’avait accusé ses parents de le tabasser, alors comment pouvait-on penser qu’il s’agissait de son frère ? Difficile de les blâmer… Sa maladresse naturelle avait toujours été mise en cause, et on pouvait le comprendre : certaines de ses blessures les plus graves étaient en effet dues à des chutes maladroites dont il était le seul responsable. Si seulement quelqu’un savait ce qui s’était passé dans son enfance… Si seulement l’on pouvait voir en lui toute cette haine et qu’il puisse l’exprimer. Si seulement il avait le courage de l’annoncer… Mais il était bien trop tard.

Aujourd’hui sa haine était tellement forte qu’il avait dû rejoindre un groupe illicite pour pouvoir la canaliser. Peut-être que s’il réussissait à faire souffrir son frère, lui faire ressentir ce que lui avait subi… Peut-être que s’il crevait sous ses yeux, tout serait terminé. Pouvait-on réellement effacer la souffrance de toute une vie d’un coup de baguette magique ? Difficile d’y croire… La haine était une notion évolutive. Elle ne vient pas aussi rapidement qu’une colère non maîtrisée, elle s’installe progressivement et vous ronge de l’intérieur, aspirant toutes vos forces, vous obsédant. Elle vous fixe un objectif malsain qu’elle vous rappelle sans cesse, à chaque heure, chaque minute, chaque seconde… La haine vous empêche de dormir paisiblement, sauf si vous réussissez à trouver une échappatoire…

Devant la barrière, il venait tout juste de poser la main sur la poignée. Allait-il oser la baisser, pousser la porte, et marcher en direction de l’entrée !? Qu’allaient dire ses parents en le découvrant, après sept longues années d’absence ? Allaient-ils reconnaître le nouveau Will ? Celui qui était assuré, le grand dragueur, le Will plutôt souriant, qui était si différent de l’ancien qu’ils avaient pu connaître ? Et… Si son frère était présent dans la pièce ? Ce n’était pas pace qu’il avait désormais trente ans qu’il n’avait pas déménagé de chez ses parents… C’était une mauviette, quelqu’un qui n’avait jamais rien réussi à faire de sa vie. Comment réagirait-il en voyant que son petit frère, celui qui avait toujours été maltraité, allait devenir directeur d’un département du ministère de la magie ? La nouvelle n’était pas encore officielle, mais sa place était réservée, et en ce moment même, quelques ouvriers s’afféraient à clouer son nom sur la porte de son futur bureau.

Ce n’était pas le moment… Il allait encore être là devant ses parents… Sa petite sœur, bien que désormais majeure, ne méritait pas de voir un spectacle tel que celui qu’il avait envie de produire. Lâchant la porte de la barrière, il se retourna brusquement. Sa petite sœur… La seule personne encore capable de l’empêcher de commettre un acte impardonnable, un nouvel acte impardonnable.

D’un pas rapide, il marcha au hasard des rues, pendant qu’une main plongeait dans la poche de sa chemise pour en sortir une cigarette roulée. Elle avait été faite avec le reste de tabac qu’il avait pu trouver dans les fin de cigarettes, à l’auberge, un morceau de feuille de papier des moldus, et un petit morceau de carton qui trainait pour simplement empêcher le tabac de pénétrer dans sa bouche. Il la porta délicatement à ses lèvres et en alluma le bout à l’aide de sa baguette, puis aspira le délicieux mélange toxique. A la première bouffée, il se mit à tousser… Ca lui faisait toujours cet effet là, puisqu’il n’avait jamais l’occasion de fumer beaucoup. Il lui avait fallu récolter du tabac pendant deux semaines pour enfin avoir la possibilité de se fabriquer cette cigarette. Malgré tout, cela lui faisait un bien monstre de pouvoir tirer sur la clope. Voilà qui lui permettait d’oublier sa lâcheté précédente. Il prit une seconde bouffée avec plaisir, et garda la précieuse cigarette dans sa main.

Il calma son pas, estimant qu’il était assez loin de la maison, et se mit à observer les alentours. Dans cette nuit sombre seulement dominée par l’éclat de la lune, il entendit un bruit étrange… Une clochette… Un peu comme celle qui était à l’Auberge. Il tourna la tête dans la direction du bruit et vit une demoiselle devant une porte. Tirant une nouvelle fois sur sa cigarette, il s’approcha d’elle avec douceur, et une fois qu’il ne resta plus que deux ou trois mètres entre deux, il afficha un regard pervers tout en disant d’une voix peu rassurante :


« Tu sais que t’as un joli p’tit c*l toi ! »

Si sa voix n’avait pas articulé correctement les mots, on aurait sans doute pu croire qu’il s’agissait d’un ivrogne perdu en quête d’amour et de compagnie féminine. Enfin, ce n’était pas si loin que cela… Le chemin de sa vie ne le menait à rien et il était en quête de compagnie féminine… Voilà que son dévolu s’était jeté sur la demoiselle.
Calypso Otaway
Calypso Otaway
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Calypso Otaway, le  Jeu 10 Mar - 15:41

[PV Will Crow]

La jeune femme rousse essuya une goutte de sueur qui perlait sur son front, du revers de sa manche, avant de regarder par la fenêtre. La nuit était tombée depuis un moment déjà, et une nuit glaciale, épaisse et sombre avait enveloppé tout le petit village de Godric's Hollow. Elle n'apercevait rien à l'extérieur, à part le contour d'un arbre au loin, et encore même lui, elle devait deviner ses contours. La lune, ni les étoiles d'ailleurs n'étaient pas au rendez-vous. La jeune femme poussa un léger soupire, discret pour ne pas qu'on l'entende. Il restait encore quelques clients ce soir, elle ne voulait pas qu'on croit qu'elle veuille les mettre dehors. Quoi que, cela n'était si faux que cela dans un sens.

Céleste avait terminé le service du restaurant depuis quelques heures déjà, les clients qui restaient là, s'étaient évidemment attaqués au bar et c'est là que l'ex Serdaigle était depuis un bon moment. Derrière le bar à servir de nombreuses boissons plus ou moins forte à des hommes pratiquement tous mort saoule (et oui que des hommes évidemment!)
Elle leva les yeux au ciel lorsque l'un des clients l'interpella “Ehé ma jolie! Un autre s'il te plait!”. Céleste aurait aimé lui répondre de rentrer chez lui pour s'occuper un peu de sa famille au lieu de rester là toute la nuit, mais évidemment, elle fit un beau sourire hypocrite et se pencha pour attraper un verre propre.

Elle servit sa boisson à l'homme, et vit avec un immense bonheur que deux autres clients après avoir laissé de l'argent sur le comptoir venaient de quitter l'établissement. En plus généreux, ou ne sachant plus compter, ils en avaient laissé bien plus qu'il n'en fallait pour payer l'addition, ce soir Céleste se ferait un bon pourboire c'était certain!
Elle encaissa, et riva son attention sur les deux seuls clients qui restaient. Malheureusement pour elle, ils n'avaient pas l'intention de s'en aller, trop absorbée par une conversation sur... Elle n'avait même pas comprit sur quoi au juste tellement c'était incompréhensible!

Quoi qu'il en soit, elle n'allait pas attendre comme ça sans rien faire qu'ils partent. Elle entreprit alors de ranger la salle, ce serait déjà cela de fait. Elle se retira alors dans la partie restaurant, ou elle nettoya les tables, finissant de débarrasser ce qu'il restait, puis rangea les chaises.
Elle était épuisée! Aujourd'hui plus que d'habitude, parce qu'elle avait du gérer le restaurant et le bar seule toute la journée, et qu'elle avait également eut la lourde tâche de fermer.
Elle se rapprocha un moment de la fenêtre, allant prendre un peu l'air frais du dehors. A l'intérieur, il faisait une chaleur étouffante à cause du feu qui grondait encore dans la cheminée, et aussi parce qu'elle ne cessait de bouger un peu partout dans la salle.

Elle respira un bon coup, et laissa la douce brise venir lui caresser le visage. Elle n'avait plus qu'une seule envie à présent, c'était de rentrer chez elle, retrouver son lit et s'y glisser avant de s'endormir d'un sommeil profond et sans rêves. Avant, elle devait encore aller rendre la clé à sa patronne qui ne serait pas forcément chez elle.
Céleste après être restée un moment à la fenêtre, retourna au bar ou elle fit la moue. Les deux hommes étaient encore là, et ne semblaient pas déterminer à finir cette conversation interminable et pourtant qui n'avait ni queue ni tête!
Elle essaya de réfléchir à quelque chose qui pourrait les faire partir, sans pour autant qu'ils aient l'impression qu'on les mettent dehors... Mais rien ne lui vint tout de suite. Jusqu'à ce que l'un d'eux demander encore deux verres. C'est avec un sourire qu'elle trouva son idée.
Après avoir acquiescé, elle poussa une grande exclamation outrée qui fit sursauter les deux hommes.

“Oh non ce n'est pas possible! Il n'y a plus rien à boire! Messieurs, je crois que ce soir vous allez devoir finir à l'eau...”


Les deux hommes firent la grimace comme si elle avait dit quelque chose d'atroce, puis se mirent à grogner. Elle eut peur qu'ils ne le prennent mal, vu leur état d'ébriété, mais l'un d'eux expliqua à l'autre qu'il avait une bouteille d'un excellent “Conac” chez lui et qu'il fallait absolument qu'il goûte ça!
Céleste se demanda bien ce qu'était du “Conac” mais au fond elle s'en fichait bien. Elle avait enfin réussi à se débarrasser de ses deux clients collants et pourrait enfin rentrer chez elle. Elle prit quand même le temps de ranger son poste de travail, nettoyer le bar, fermer chacune des fenêtres avec soin, puis alla éteindre le feu dans la cheminée.
Alors, elle éteignit les lumières, et le noir envahit la salle brusquement, lui donnant une drôle d'impression. Elle se sentait très seule tout d'un coup. Peut être parce que finalement elle était effectivement seule? Mais cette drôle impression d'opression qui flottait dans l'air...
Peut importait. Elle allait rentrer et sa soirée allait se terminer avec un bon bain, et un bon gros dodo. Elle en avait plus que besoin!
Alors qu'elle récupéra ses affaires et sortit, la lune qui s'était faite discrète jusque là, fit son apparition avec éclat. Céleste sourit, et respira l'air de la nuit. C'était un air pur et délicat, qui lui apportait les effluves de jardins voisins.

La jeune femme était épuisée, mais heureuse d'avoir terminé son service. Une fois dehors, elle ferma la porte à double tour, rangea la clé et posa un instant son sac à terre. Elle défit ses longs cheveux qui avaient été assez attachés pour aujourd'hui, et les secoua afin de leur redonner un peu de vie. Elle défroissa un peu sa robe et remarqua qu'elle avait oublié de retirer son tablier. Elle haussa les épaules. Ce n'était pas bien grave tous cela. Personne n'allait la voir de toute manière ce soir. Mais alors qu'elle se tournait de nouveau vers la porte pour vérifier une nouvelle fois, si effectivement elle était fermé, elle entendit une voix s'élever dans la nuit. Une voix qui la fit sursauter et se retourner immédiatement.

Elle n'avait vu personne un instant auparavant, comment cet homme (car oui il s'agissait d'un homme) était apparut aussi vite?
La jeune femme avait très bien entendu ce qu'il avait dit, et elle posa sur lui un regard plein de dédain. Elle ne supportait pas qu'on l'appelle ma jolie, alors lui dire une chose pareille... C'était vraiment osé.
*Oui je sais que je suis bien constituée merci bien pour l'info! Mais occupes toi donc de ton propre postérieur espèce de sale type!!!! * voilà à quoi pensait la jeune femme en ce moment, et ce qu'elle aurait aimé lui cracher au visage. Seulement voilà, elle savait très bien que cela ne servait à rien d'aggraver la situation. Surtout que la lueur dans ses yeux n'étaient pas du tout rassurante. La jeune femme descendit les quelques marches qui la séparait de la rue, et tournant la tête vers l'homme à la cigarette, elle lui dit avec un sourire ironique.

“Si vous êtes venu pour le bar c'est trop tard! Il vient de fermer et ne réouvrira pas! Si c'est le cas, il y a d'autres bars alentours où vous pourrez encore trouver de quoi vous abreuver. Alors vous devriez y aller. Et dans le cas contraire, hé bien il se fait tard et vous devriez également vous en allez”

Céleste levant la tête et le dévisageant de toute la hargne possible, se détourna avec prudence afin de reprendre son chemin et de rejoindre la maison de sa patronne et amie. Le vent choisi bien son moment pour se lever et faire virevolter les longs cheveux roux de la jeune femme dans tous les sens jusqu'à venir lui cacher la vue. Elle fut parcourut d'un frisson et regretta illico de ne pas avoir prit sa veste en partant. Mais elle n'avait pas beaucoup de chemin à parcourir, elle n'allait pas tomber malade pour une petite brise. Oui bon c'était un peu plus qu'une légère brise mais tout de même.
Réussissant à tirer ses cheveux de devant son visage, elle reprit son chemin, tout en tenant le bas de sa robe. Ce n'était pas le moment de se retrouver les fesses à l'air à cause d'un coup de vent inopportun...
D'ailleurs, elle espérait au fond d'elle que le jeune homme avait tout simplement suivit son conseil, et qu'il était parti.
Invité
Anonymous
Invité

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Invité, le  Dim 13 Mar - 23:40

Une bouffée qui devait être d’oxygène, et qui se révélait être de carbone, de goudron et de tabac. Une grande bouffée de ce mélange enflammant les cordes vocales, la trachée et le larynx, suivie d’une véritable bouffée d’air soi-disant pur pour que le tout pénètre bien en profondeur dans les poumons, en provoquant une sensation de brûlure atroce. Une brûlure qui fait atrocement souffrir, mais qui provoque un bien fou, et une libération… Le mal, qui fait du bien. Le pire étai encore d’avoir envie d’y revenir ! Peut-être était-ce à cause du goût atroce qu’elle laissait dans la bouche ? L’impression qu’à chaque nouvelle bouffée, il allait disparaître, alors que pourquoi l’odeur et le goût s’imprégnait dans chaque partie de votre bouche, en passant par le palais, les joues, la langue, la glotte, les gencives, et j’en passe. Alors pourquoi fumer ?

Bonne question… Dans le cas présent, Will fumait pour oublier sa lâcheté. Seulement sa lâcheté ? Il y avait pourtant autre chose… Il voulait oublier… Oublier sa solitude présente et passée. Oublier qu’il n’était plus rien pour personne à présent. Petit, il avait au moins une place : celle de martyr. A Poudlard, il avait pris la place de celui dont on se moquait, simplement. Mais ici, dehors, quelle place avait-il ? Il trouvait une place insignifiante dans le cœur des femmes, une place qui lui était spécialement réservée mais qu’il ne conservait qu’une nuit. Une place qu’il perdait dès lors qu’il ne les revoyait plus, pour la simple et bonne raison que rien n’était éternel… Lui qui choisissait de ne s’engager avec personne n’avait finalement pas de place. Et qu’en bien même il en trouverait une, ne serait-ce pas la place de la roue de secours ?

Haussant les épaules à cette réflexion étrange, il se contenta de regarder la demoiselle, qui n’avait pas l’air d’avoir froid aux yeux. Elle aurait pu partir en courant en entendant cette voix derrière elle, mais elle avait plutôt décidé de descendre les marches et de lui répondre, en le regardant. Certes, elle n’avait pas l’air de le prendre pour un ami, vu le regard de dédain qu’elle lui lançait et la hargne qu’elle laissait transparaître, mais elle ne semblait pas farouche… Peut-être avait-il une chance. Il fut tout de même déçu par sa réponse. Pas de gifle, pas d’insulte… Elle ne se sentait pas outrée ? Avait-elle l’habitude de se faire traiter ainsi ? Néanmoins, une partie de sa phrase retint son attention. Le bar ? Il leva la tête et fut capable de distinguer, à la lumière de la lune, le mot Rieur. Rieur ? A godric’s Hollow ? Mais, ne se trouvait-il pas devant le Sanglier Rieur ? Un sourire illumina alors son visage, tandis qu’elle proférait ses dernières paroles.

Il ne comprit pas pourquoi, mais elle se détourna immédiatement après, et commença à marcher dans la rue. Ben… Attends, j’ai pas fini ! Mais reste ici voyons ! Je le pensais ce que je disais tout à l’heure, t’as vraiment un joli derrière ! Et il put le contempler pendant un petit moment, alors qu’elle s’en allait et que la lune éclairait ses courbes délicieuses… De plus, sa manière de tenir son tissu qui allait s’envoler resserrait l’étreinte sur ses courbes, et lui donnait envie de la suivre. Il ne s’en priva pas ! Il n’allait tout de même pas se priver de la petite chance qu’il pouvait avoir avec elle ! Et peut-être fallait-il qu’il pousse le bouchon un peu plus loin pour la faire s’énerver. Il avait appris que c’était dans les moments de colère que les femmes se contrôlaient moins… Moins elles se contrôlent, plus il a de chance de passer la nuit en leur compagnie, et plus la nuit s’annonce torride, sexy, et pleine de bleus au réveil. Mais ce qu’il était bon de ne pas toujours avoir le dessus ! Du sexe, et des rebondissements, voilà ce qu’il souhaitait par-dessus tout.

Pendant un instant, une idée étrange lui passa par la tête. Et si elle se sentait menacée par cet inconnu qui la suivait dans la rue à une heure tardive, et donc les intentions n’étaient pas vraiment bonnes ? Noooon ! Voyons, il n’était pas un violeur ! Il ne faisait les choses qu’avec un consentement mutuel, ou en tout cas, une once de consentement… Ayant commencé à la suivre un peu tard, il allongea ses foulées pour pouvoir se rapprocher d’elle. Il était à environ quatre mètres derrière elle, et c’est à ce moment précis qu’il décida de recommencer à lui parler. Provoquer, faire sortir de ses gonds… Quitte à se prendre simplement une gifle, un coup de pied ou un sortilège bien placé, tant qu’il s’amusait !


« Hey la miss ! Tes courbes sont alléchantes, accorde moi quelques minutes ! Rooh allez c’est bon, je vais pas te faire de mal, je suis sûr que tu ne sais même pas ce que tu rates ! Je pourrais te faire passer la meilleure nuit de toute ta vie ! »

Il leva les yeux au ciel et soupira… Ca n’avait visiblement pas l’air de marcher. Il fallait dire qu’elle travaillait tout de même au Sanglier Rieur. D’après ce qu’il entendait de Rebekka, les clients du bar n’étaient pas toujours très gentils avec les serveuses, parfois vulgaires… Peut-être s’était-elle constitué une façade en béton armé, qu’il ne pourrait percer qu’en passant à la grosse artillerie. Oui, mais de la grosse artillerie, il n’en avait pas tant que ça, et le peu de munition qu’il possédait ne devait pas être gâché inutilement. La cause de cette jeune femme était-elle inutile ou méritait-elle que l’on s’intéresse un peu à son cas ? Hum… Ca vaut le coup d’essayer…

« Aller quoi ! Même pas une remarque !? Rien ? Ca te fait rien ce que je te dis ? Hey j’aime bien les rousses moi t’sais ! Les brunes aussi, je sais pas trop ce que c’est ta couleur de cheveux à toi… »

Une chose était sûre, elle n’était pas blonde… Malheureusement, cette dernière tentative était, elle aussi, vouée à l’échec. Comment attirer son attention autrement hum ? Peut-être que, s’il arrivait à la stopper il pourrait… Non voyons, pas de contact physique dès maintenant, c’était beaucoup trop tôt. D’abord, il fallait qu’elle le regarde !

Tandis que sa cigarette de récupération se consumait inutilement entre ses doigts, et qu’il perdait la petite dose de tabac à laquelle il avait le droit, alors qu’il devrait plutôt en profiter puisqu’il n’en aurait pas de nouvelle pendant au moins deux semaines, il accéléra encore le pas, de manière à se retrouver juste derrière elle. Le cœur battant la chamade, on pouvait voir les cendres devenir incandescentes à chaque nouvelle dose d’oxygène rapide qui arrivait dessus cause de ses pas virulents. Il arriva enfin à proximité de la demoiselle, et hésita, pendant une petite seconde. Et s’il lui mettait plutôt une main aux fesses !? Ah mais non ! Retire cette idée tout de suite de ta tête ou tu finiras seul ce soir !

Plutôt que de faire un geste aussi grossier que celui-ci, il déposa sa main libre, donc la gauche, sur son épaule. Ce contact n’était pas ferme, il était même plutôt doux, et contrastait avec les paroles qu’il venait tout juste de prononcer. Pourquoi tant de douceur après des mots si peu subtiles ? La contradiction de son esprit pouvait se voir ici… Le voici, Will dans toute sa splendeur, cherchant la provocation et pourtant si doux avec les femmes qui méritaient d’être traitées ainsi. Cette caresse qu’il venait de faire sur son épaule se referma un peu. Il ne souhaitait pas lui faire mal, mais simplement la faire s’arrêter, se retourner, et qu’à la vue de son visage angélique, elle tombe sous son charme. C’était toujours ainsi, aucune femme ne résistait à ses beaux yeux ! Et celles qui avaient osé lui donner une gifle ? Elles avaient simplement besoin de lunettes ! Telle était la logique de notre blondinet. Lorsqu’enfin elle se stoppa, il dit avec un sourire, en riant même un peu :


« Hey, aies pas peur ! Entre serveur on devrait plutôt s’entraider non ? Je bosse à l’Auberge des Deux Mondes, à Londres… »

Il porta la cigarette à sa bouche, aspira profondément, tandis que sa main droite, devenue libre, farfouillait dans une poche de son pantalon… Lorsqu’elle ressortit de ce gouffre, elle tenait un petit bout de papier, légèrement plié sur les bords, qu’elle tendit à la demoiselle. Puis, elle reprit sa cigarette et la jeta d’un geste presque habituel, puisqu’il n’y avait plus le moindre tabac à l’intérieur après cette dernière bouffée. Inspirant un peu de l’air frais du dehors, qui ajoutait une brûlure supplémentaire au fond de sa gorge, il poursuivit, avant de lui souffler toute la fumée bleutée à la figure :

« V’là ma carte ! Mais t’sais, avec les jolies filles, je peux faire autre chose que servir… »

Il accompagna ces paroles presque mystérieuses d’un sourire légèrement – mais alors très légèrement – innocent. Sa main droite vint, d’un geste doux et calculé, caresser la joue de la demoiselle. Un geste qui, s’il n’était pas accepté, serait certainement refusé avec dégoût, et provoquerait une réaction virulente de la jeune femme. Il y a parfois des choses bien plus efficaces que les mots pour parvenir à ses fins…
Contenu sponsorisé

Promenade dans le village de Godric's Hollow - Page 2 Empty
Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 16

 Promenade dans le village de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.