AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 5 sur 15
Promenade dans le village de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant
Aziliz Alhüin
Serdaigle
Serdaigle

Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Aziliz Alhüin, Ven 22 Juin 2012 - 22:28


Le soleil se cachait très bien depuis quelques temps et cela déplaisait réellement à la jeune femme. Celle-ci aimait tellement sortir, boire des verres en térasse sans devoir être terrifiée à l'idée que sa boisson ne soit mélangée à l'eau, profiter de la pisicine de ses amis. Bon ok, se baigner sous la pluie, elle trouvait ca marrant mais bon. Puis sa peau hâlée ne l'était plus vraiment et Aziliz en avait horreur. Bref, en ce jour dit "d'été", la journaliste se demanda si ce n'était pas une blague. Quelques rayons de soleil se cachaient par-ci par-là mais rien qui n'engageait à revêtir une jolie robe ainsi que des chaussures ouvertes.

Ainsi, la jeune femme qui avait décidé de se rendre au Sanglier Rieur, bar-restaurant qu'elle n'avait jamais fréquenté et elle avait besoin de voir de nouveaux visages, peut-être que cela l'inspirait pour l'article qu'elle tenterais de rédiger là-bas. Alors, elle s'était habillée comme une moldue, vêtement dans lesquels elle se sentait bien plus à l'aise. D'ailleurs, beaucoup de sorciers vivaient ainsi. Bon, en même temps, Godric's Hollow était un village moldu également... La métamorphomage avait donc revêtu une chemise à manche courte noire avec quelques éclats dorés en col claudine, accompagné d'un simple jean slim noir et de chaussures noires à fermetures dorées compensées. Celle-ci lui faisait prendre une quinzaine de centimétres et cela changeait de son petit mètre soixante. Par surcroit, la jeune femme avait ajouté une petite veste en cuir noir, également. Ses cheveux étaient lâchés au vent, lisses tels une eau calme.

Alors qu'elle avait transplané, ressentant toujours cette desagréable sensation d'étouffement et de compressement, elle se dirigeait rapidement vers le Sanglier Rieur sans faire grande attention à ce qui l'entourait. Cependant, Aziliz sentit qu'un regarde la suivait. Elle ne se retourna pas et directement, se concentra affin d'user de son don d'occlumencie afin qu'aucune personne mal intentionnée de la prenne par surprise. D'ailleurs, elle sentait une présence se rapprocher. lors qu'elle allait se retourner violement, ce fut le choc d'entendre cette voix qui le fut. Joe, c'était Joe Parker.

Elle se tourna vers lui, toute étonnée. Quelle histoire avec ce Poufsouflle. Elle s'en souvenait très bien. Le jeune homme avait deux ans de plus qu'elle et elle savait qu'elle serait liée à lui pour toujours. Bien que c'était plus pour lui que pour elle-même... En effet, la brunette avait, lors de sa scolarité à Poudlard disons... Fait de Joe un homme. Ils avaient vécu une belle histoire de quelques mois seulement, mais histoire qui, lorsqu'elle y repensait, ne faisait resortir que de précieux et bons moments. Avant de lui répondre, elle ne put s'empêcher de le reluquer correctement. Joe était habillé très décontracté. Boarf, ca allait même si elle préférait de loin les chemises. Il était toujours plus grand qu'elle même avec les centimètres qu'elle gagnait avec ses talons. Puis... Ses muscles ressortaient vraiment bien sous son t-shirt. Elle eut un petit sourire qui s'ajouta au grand qu'elle avait déjà.

Non Joe j'y crois pas ! Comment ca me fait plaisir de te voir ! s'exlama t-elle. Ben je deviens que... Ouah non mais sérieux, je pensais vraiment pas te croiser, surtout ici, mais qu'est-ce que tu fais là ? questionna Aziliz.

Elle était bien trop surprise pour arriver à dire quoi que ce soit. D'ailleurs, celle-ci se voyait réllement bien puisque cela fit tirer au jeune homme un magnifique sourire dévoilant de belles dents blanches. Immédiatement, elle se souvint de toutes les fois où ce sourire avait réussi à illuminer une journée morose...
Revenir en haut Aller en bas
Joe Parker
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Joe Parker, Sam 23 Juin 2012 - 20:30


Les différentes images évoquant le passé entre Joe et Aziliz s'entrechoquaient dans le cerveau de l'Auror. Il fallait pourtant qu'il arrête d'y penser, ce n'était que de bon souvenir de jeunesse, cette histoire était resté à Poudlard et n'en sortirait jamais. D'ailleurs, le jeune homme ne savait pas trop comment agir, devait-il faire comme s'il n'avait rien eu entre les deux jeunes gens ? Ou au contraire se comporter comme le ferait n'importe quel personne avec la personne qui à subi, oui utilisons le verbe subir, la première relation sexuelle d'une autre personne. Cette réaction serait certainement rempli de gêne, car même si le jeune homme s'était repris par la suite, on ne pouvait pas dire qu'il avait été un foudre de guerre dés le début, très certainement que depuis, la jeune femme avait eu d'autre relations qui lui avait apporté des choses que le black ne savait pas faire à l'époque. Elle avait donc dû se dire qu'il n'était pas des plus douées.. Tout bien réfléchit, le jeune homme se décida à, pour commencer, agir comme si Aziliz était une personne comme une autre, disons, juste une amie de Poudlard. Au moins, la gêne partirait avec ce sentiment.

Non Joe j'y crois pas ! Comment ca me fait plaisir de te voir ! Ben je deviens que... Ouah non mais sérieux, je pensais vraiment pas te croiser, surtout ici, mais qu'est-ce que tu fais là ?

Pour commencer, elle n'avait pas répondu à la question que lui avait posé l'Auror. Mais Joe n'y fît pas attention, ce n'était pas vraiment important pour lui.. Enfin, ce qui n'était pas important c'était qu'elle ne lui ait pas répondu, la question en elle même reviendrait sûrement plus tard dans la conversation. Elle aussi semblait surprise de croiser un de ses anciens partenaires à Godric Hollow, à vrai dire, il y avait plus de chance qu'ils se croisent ici qu'à Londre par exemple. M'enfin, l'Auror n'avait jamais pensé recroiser Aziliz dans sa vie, pour lui c'était une amourette de jeunesse qui ne recommencerait plus, il s'en souviendrait mais sans plus ! Les deux jeunes gens avaient partagés de bon moments ensemble, outre les relations intimes, ils s'amusaient bien ensemble. Une journée difficile était une journée sans l'autre, bien que courte, les quelques mois avaient été remplies, on pouvait dire qu'ils avaient été un couple actifs, pas un couple qui reste assis toute ses journées assis sur un banc mais plûtot du genre à se promener, se chamailler, se disputer, jouer, .. Bien entendu ça ne se finissait jamais réellement bien, lorsqu'il jouait, il y en avait toujours un des deux qui recevait un coup non intentionelles qui faisait partir le tout de travers et qui lançait une dispute.

D'un regard soutenu, le jeune homme gardait ses yeux planté dans ceux d'Aziliz, il fallait qu'il lui réponde. Ce qu'il faisait là, la jeune femme était certainement la mieux placé pour le savoir. Une des choses qu'elle avait pu remarquer lors de leur relations c'était que le jeune Parker était un intello qui ne vivait que pour apprendre et devenir ministre de la magie. Certainement une des causes de leur rupture, en même temps il fallait la comprendre, passons tout son temps avec un intello, c'était pas toujours marrant ! Son caractère avait changé depuis, bien que son ambition soit toujours aussi débordante, son côté intello avait un peu diminué pour laisser place à un côté travailleur, il n'avait plus de quoi étudier, il fallait donc se concentrer sur autre chose.

Je ne sais pas si tu t'en souviens, mais j'ai toujours été un vrai petit intello ! C'est ce qui m'a amener ici, ma passion pour l'histoire ! Je suis venu voir les différents endroits historiques de cette ville et c'est pas ce qui manque ! Enfin bref, je suis toujours à peu près le même quoi.

Un sourire gêné avait été formé inconsciemment par les lèvres du black. Il allait bien entendu retourner sa question à la jeune femme mais avant tout il lui laissait le soins de bien interpréter ces dernières paroles. Pour le moment, les deux jeunes étaient planté au milieu de la foule, peu nombreuse, il fallait peut être, aussi dégager le centre de la route. Reprenant la parole, le black éleva la voix

Je sais pas ce que t'en pense, mais faudrait peut être bouger.. Soit on va se poser quelques parts, soit on marche, soit on se quitte mais on gêne au milieu comme ça Le jeune homme souriait, puis se souvenant de ses paroles, il se reprit. Hoo mais ne croit pas que je veux que tu parte, j'adorerais qu'on re-discute un peu, qu'on reprenne un peu des nouvelles de l'autre..

Se rendant compte qu'il ne faisait que s'enfoncer, le jeune homme souffla pour reprendre le dessus. Puis se tût, laissant apparaître un sourire gêné, il n'allait rien rajouter, il allait encore gaffer. Il espérait qu'Aziliz reprenne la parole rapidement, pour faire disparaître le mal aise du black !

Je me suis permit de fixer quelques détails dans l'histoire commune de nos perso' si soucis, MP :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Zepheryn Belkoven
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Zepheryn Belkoven, Sam 11 Aoû 2012 - 18:54


Ploc. Ploc. Ploc. Ploc.

Des bruits de pas se répercutaient dans la nuit. Une nuit sombre. Une nuit sauvage où les tréfonds du ciel se miroitent dans les yeux assombris de la femme titubant. Les ombres se déclinaient à son passage comme l’invitant à les poursuivre, à s’y laisser bercer et se laisser délivrer, se laisser effleurer par l’espoir. Mais plus aucun espoir n’illuminerait son visage. Fauchée. Un débri de chair et d’os sans une mornille à revendiquer. L’eclipse totale. La vie d’avant, la vie faite de gâteries, la vie tranquille où il nous est encore possible de nous poser sur nos lauriers n’existait plus en cet instant. Une poussière de souvenirs à présents lointains. Une envolée soudaine de materialité. Elle retrouvait le statut de pauvreté qui l’avait persécutée enfant. Mais elle n’avait pas à s’en remémorrer. C’était là une vie à présent tabou à laquelle elle ne voulait – et ne devait – plus penser. Une forme illusoire d’éléments faux et fondés sur la torpeur et le mensonge, défaillante et s’écroulant derrière elle telle une chute vertigineuse du plus éloquantes des tours. Des tours enterrées sous Terre pour l’éternité.

C’rien, juste d’la materialité !

Et l’alcool qu’elle venait de voler à la voisine en partant lui chatouillait la gorge. Il lui donnait la joie de vivre comme la mauvaise foi. Cette joie-là si bonne qui vous emporte sans savoir pourquoi ni comment. Ce regain et cette vivacité qui vous emporte sourdement et vous contraint à sautiller tout en marchant, à faire pétiller vos yeux tandis que le contexte vous pousse à faire le contraire. C’était encore plus étrange de ne plus avoir de chez soit. D’être dépossédée de ses biens du jour au lendemain en y laissant la moitié de ses affaires et en emportant le plus de choses qu’il nous est permi d’attrapper. Xena, son chat, marchait à l’allure fière sur le trottoire près de sa maîtresse, l’observant par moment de ses yeux ronds et appaisants lorsqu’elle se mettait à ne plus marcher droit et à parler seule. On aurait pu la prendre pour une soularde dégénérée. Zepheryn ne tenait pas facilement à l’alcool, c’était là une chose vraie. Mais elle revivait toujours et n’était pas de ceux qui s’endorment à point nommé en buvant… La tasse. Elle revoyait la face dégénérée de son proprio, venant réclamer 40 gallions. Il était cinglé, ça oui ! Comment lui sortir tout ce paquet par surprise ? Soit, il était vrai qu’elle l’avait esquivé trois mois durant… Mais, il n’empêche qu’il était tout de même un toqué dégénéré à l’allure d’une goule dégoulinante. Et il empestait la limace, de surcoît.

Ses cheveux bruns étaient relevés, ce qui donnait à la demoiselle un visage bien plus ressemblant à celui de sa mère que d’ordinaire. En cet instant personne ne pourrait l’aider. Ou presque. C’est en route pour Godric’s à l’Albatros que l’ex-serdaigle se dirigeait, et ce débordant de bonne humeur. C’était une longue trotte, c’était évident. Mais elle n’avait pas d’autre choix que de marcher. Marcher et encore marcher. Plus un sous pour se permettre un moyen de transport et encore moins dans l’état de transplanner.

___


Regarde chaton on y est !

Xena l’observa mal, comme un être se sent insulté. Zepheryn avait eu le temps de quelque peu désouler, et la douleur à la plante de ses pieds avait eu raison de son humeur surexcitée. La jeune femme se précipita sur la porte, sortit sa baguette et l’ouvrit. Accédant à l’escalier, et prise d’un entrain la propulsant au haut des marches, l’appartement lui faisait face. Ou presque. La porte lui barrait la route. #Alohomora.
Rien ne se produisit.

C’est quoi cette blague ? Emma ? EMMA.

Zepheryn se mit à réessayer. Trois, quatre, sept, dix fois, avant de se mettre à bombarder ses poings contre la porte avec rage tout en hurlant le nom de sa meilleure amie. Elle poussait des cris si féroces et bruyants que la porte voisine s’ouvrit, laissant découvrir le visage d’un vieil homme rabouggrit.

Z’avez vu l’heure demoiselle ? C’est quoi c’bordel ? Votre amie est partie, inutile de vous acharner nom d’une veracrasse, sortez avant que j’appelle les aurors !
Eh oh, vous allez baisser vous aussi d’un ton, si vous pensez que votre vieille face me fait peur ! Vous la mettez ou j’pense, votre sécurité ! Et puis, j’tai pas sonné, rentre chez toi !

Le sorcier épuisé l’observa ahuris, comme n’en croyant pas ses oreilles. Certes, il était déjà chez lui… Oh, et puis zut. Un petit #Nox eut bon de plonger l’étage dans une obscurité totale, ce qui permit à la brésilienne de s’en aller sans poursuivre cette conversation inutile et sans vouloir s’échauffer d’avantage. Elle avait complêtement zappé ça. Emma sur son île déserte ! Et un sort empêchant quiconque d'entrer dans sa demeure.

C’est toujours quand j’ai besoin de toi que tu t’casses, vraiment pas douée quoi !

La brésilienne se trouva rapidement hors d’atteinte de l’appartement. Bon. Là, elle était vraiment dans une Mer** pas possible. Elle savait que le Ténébreux lui était ouvert, mais regagner l’Allée des Embrumes à pied après le chemin qu’elle venait d’effectuer était hors de ses disponibilités. Elle ne voulait pas y aller d’ailleurs. Plutôt dormir dehors comme une clodo. Elle ne voulait pas revoir le passé la hanter, les images d’Aloys dans sa chambre, voir cette chambre condamnée. Il l’avait abandonnée. Comme beaucoup d’autres d’ailleurs. Il lui fallait se détacher enfin de cet attachement aux gens. Elle avait la jolie preuve qu’elle s’en mordrait les doigts.
Zepheryn s’arrêta. Un grand banc, suffisemment long pour sa taille, semblait l’inviter à s’y poser. Ce qu’elle fit sans encombres. Xena vint se lover sur ses genous. Voilà comme elle tombait bas.

Hic.

L’alcool semblait vouloir remonter. Non. Non non non. Elle maîtrisa le dégoût qui la prennait tout en observant les alentours. Les sorciers – même moldus, mais elle s’en contrefichait – pourrait l’observer sur ce banc. Avoir pitié d’elle. Se moquer d’elle ? La plaindre. Elle ne voulait pas de pitié. Elle désirait plus que tout au monde qu’aucun être ne la trouve ainsi, dépossédée de son bien.

Un débri de chair et d’os sans une mornille à revendiquer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Invité, Sam 11 Aoû 2012 - 19:25


Il était tout en haut de la hiérarchie. Il l’avait enfin fait. Ethan était désormais devenu la tête à couper pour les Aurors, l’homme le plus recherché de toute l’Angleterre magique, et qui plus est qui siégeait au Ministère. Au Magenmagot plus précisément. Le pouvoir, chose qu’il avait toujours envié, toujours voulu, désormais c’était lui le pouvoir. Depuis son accession au rang de Seigneur des ténèbres, il n’avait plus de temps pour lui. Une double-vie aussi dangereuse qu’excitante. Qu’y a-t-il de mieux que le jour prendre des décisions importantes et la nuit être le plus redouté ? Rien et c’est ce que vivait le jeune homme en cet instant.

Tard le soir. Comme à son habitude, il travaillait encore au Ministère pour boucler les dossiers qui restaient en attente sur son bureau. Directeur de l’enseignement… Lui qui n’avait jamais apprécié particulièrement l’école, le voilà qui en contrôlait le contenu. Se massant la nuque il posa son style et se reposa sur sa chaise. Il était temps de stopper le travail là pour rentrer à la maison. Cependant il ne pouvait pas rentrer au Manoir… Ces foutus Aurors semblaient enquêter sur lui et Svenn de ce qu’il avait pu comprendre, malheureusement il n’avait pu récupérer les dossiers le concernant sur le bureau du Ministre. Sale nuit… La nuit où il était devenu cette chose immonde les soirs de pleines lunes…

Chassant ses idées noires il se leva, traversa son bureau et attrapa sa chemise de costard qui était pendue sur le porte-manteau placé tout de suite après la porte. Il traversa les couloirs, salua les derniers employés présents et prit l’ascenseur jusqu’au hall d’entrée. D’un pas rapide il passa devant la majestueuse fontaine, se laissa fouiller par les gardes qui veillaient à la sécurité et transplana finalement à Godric. Une fois à l’air libre il prit une grande inspiration. L’air frais pénétra ses poumons et lui fit le plus grand bien. Rester toute la journée enfermé dans la même pièce le rendait nerveux et de mauvaise humeur. Cherchant ses clés il passa devant une jeune fille affalée sur un banc à qui il ne portait aucune intention et jeta seulement un coup d’œil furtif pour voir l’état de son visage après les ravages que provoque l’alcool.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il croisa le regard de la jeune fille. Il la reconnu immédiatement, depuis leur dernière rencontre sur les docks il n’arrêtait de penser à elle et au fait qu’ils étaient parents plus ou moins proches. Glissant ses clés dans la poche de son veston il s’accroupit et lança à la jeune femme :

    Eh Zepheryn, qu’est-ce que tu fais par ici ? On dirait que tu as bien profité de ta soirée, tu empeste l’alcool à trois kilomètres à la ronde. Viens par ici, passa la nuit chez moi plutôt que dehors.


Il aida la jeune femme à se relever et tout en la tenant par le bras il l’accompagna jusqu’à chez lui. Une maison que son frère lui avait léguée avant qu’il ne prenne possession du Manoir avec Svenn. Une maison un peu à l’écart de la population magique, l’endroit idéal pour se ressourcer le temps d’un weekend ou de brèves vacances.

Tout en poussant la porte pour la refermer il posa les clés en les jetant sur la commode qui ornait l’entrée et aida la jeune femme à s’assoir sur le canapé. Il alla se débarrasser de sa veste puis revint alors dans le salon en demandant à Chaussette de leur apporter une petite glace faite maison histoire de faire passer les effets de l’alcool qui mettaient Zepheryn dans un état second.

    Qu’est-ce que tu fais ici ? Tu t’es perdue en route ?


Suite du RP ici
Revenir en haut Aller en bas
Aziliz Alhüin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens



Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Aziliz Alhüin, Mar 14 Aoû 2012 - 3:25


hrps: désolée pour la qualitée du rp, promis, je me rattrape la prochaine fois.

Aziliz ne pouvait s'empêcher de l'observer en douce. Il avait changé mais était resté le même. Il était tellement surprenant de croiser, par hasard, un amour de jeunesse. Partager pendant de simple mois à Poudlard, mais dont les moments, que la métamorphomage pensait tombés dans l'oubli, refaisaient surface. Tout deux ne pouvaient s'empêcher de se regarder dans les yeux. Ils se comprendaient ainsi. C'était une belle histoire qui avait pris fin mais dont elle gardait un exellent souvenir.

La journaliste se souvenait du premier baiser. Etonnant. Cela faisait quelques semaines que les deux se tournaient autour. Puis un soir, ils s'étaient donné rendez-vous pour une ballade nocturne dans le parc du chateau. L'interdit. Ils avaient passé une nuit absolument magique, a parler et rire de tout et de rien. C'était sur cela que leur relation c'était construite. Puis de fil en aiguille, tant de choses c'étaient passées. Leur première fois. L'acte n'était pas inconnu pour la jeune fille mais c'était leur première fois ensemble, à eux deux. Un moment que jamais personne d'autre ne pourraient partager ni comprendre.

Aziliz voyait que Joe ne savait pas quelle attitude prendre. Elle lui disait, par delà de son regard, sois tout simplement toi. Alors qu'elle riait en entendant le pourquoi du comment il était présent, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de dévorer son sourire. C'était lui. Puis il eu l'idée du siècle. En effet, les jeunes gens se faisaient un peu bousculer et bloquer le passage. En plus, fidèle à lui-même, il gaffa en disant des paroles maladroites et surtout en essayant de se rattraper.

Avec un sourire, la jeune femme lui prit la main et l'enmenna un peu plus loin, dans la place. On fais ce que tu as envie. Je te donne toute mon après-midi, j'ai très envie de rattraper ce temps perdu, Joe. Alors qu'il préparait sa réponse, la franco-anglaise ne pouvait s'empêcher de sourire. Elle avait très envie de savoir si le jeune homme avait gagné de l'expérience...
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Ailyne Lawson, Jeu 3 Jan 2013 - 14:56


[RP privé Taylor Malëan]


~ Il y a 11 ans ~

C'était une matinée de printemps dans la campagne de France. Charlotte Lawson s'affairait dans la cuisine. Une inquiétude se traduisait dans chacun de ses mouvements. Elle n'était pas certaine que son mari et elle aient fait le bon choix. Elle n'était pas totalement convaincue. Ils ne connaissaient rien de cet homme alors pourquoi avaient-ils fait appel à lui ? Charlotte ne connaissait pas grand chose à la magie, bien qu'elle apprenait au fur et à mesure que son mari lui expliquait. D'ailleurs, elle adorait qu'il lui conte les histoires, elle aimait l'écouter parler de Poudlard, là où irait sans doute ses enfants, elle aimait savoir pour le Ministère de la magie. Elle aimait tout connaître. Cette moldue avait tout abandonné, laissé de côté tout l'univers qu'elle connaissait pour se plonger dans l'inconnu et suivre l'homme dont elle était follement amoureuse. Aujourd'hui, elle ne regrettait rien, mère d'une petite fille de huit ans, Ally, et de deux magnifiques jumeaux d'à peine quatre ans, Alexander et Ailyne qui la comblait de joie et de bonheur. C'est justement pour ça qu'elle s’inquiétait. Elle aimait ses enfants plus que tout au monde, plus que sa propre vie et se demandait si cet homme ne faisait pas partie des sorciers exerçant de la magie noire. Elle ne voulait rien qu'il leur arrive. Mais Loren devait partir pendant un an... Une longue année. Son travail de reporter lui prenait de plus en plus de temps. C'était souvent le sujet de longues disputes. Elle trouvait ça injuste qu'il mette sa famille de côté. Mais elle savait aussi que son mari était brillant, et ce n'était pas qu'il n'aime pas sa famille, bien au contraire, mais son parcours professionnel était très important, vital pour son équilibre. Alors Charlotte avait accepté, avec la peur au ventre de voir son mariage éclaté.

Le gros problème, c'est qu'étant reporter, Loren c'était fait énormément d'ennemis à cause de ses articles. Il avait peur que sa famille soit en danger et avait eu ouï qu'un voyageur pourrait peut-être les protéger. Ce père de famille restait tout de même assez sceptique mais la protection de sa famille était si importante pour lui. Cela lui déchirait le cœur de devoir se séparer de ses enfants et sa famille, mais il y avait une belle récompense à la clé, ce qui aiderait vraiment leur famille. Il se trouvait dans la chambre de ses deux petits. Ils étaient tout mignons, leurs petites mains se serraient et se desserraient au rythme de leurs respirations. Il allait sûrement tout raté. Passé à côté de l'enfance de ses deux derniers. Il s'arrangerait pour revenir le plus souvent possible, il y avait des vols directs des États-Unis à l'Angleterre après tout... Mais il ne serait pas là au quotidien, il avait besoin de quelqu'un pour s'occuper de sa famille en son absence. Il avait pensé à son ami Christophe, en France, mais il avait lui aussi une famille et c'était bien trop compliqué. Si ce voyageur prénommé Taylor, à ce qu'il avait entendu, se révélait être quelqu'un de bien et compétent, il pourrait peut-être l'engager aussi comme instructeur pour la petite Ally. Elle apprenait à l'école moldu, mais avait aussi besoin d'une éducation sorcière qu'elle n'avait pas vraiment eu pour le moment. Il ne fallait pas qu'elle soit non plus trop poussée, mais il lui fallait savoir certaines bases. Sa femme n'était pas vraiment au courant de cette idée mais il lui en ferait part en temps venu.

A neuf heures et quart, les deux jumeaux se réveillèrent quasiment simultanément. Loren mit Alexander sur ses épaules et prit Ailyne dans ses bras. Ils étaient si petits, si insouciants. Il les emmena en bas, et les déposa dans la cuisine. Charlotte regarda son mari, sans lui adresser un mot. Loren regarda sa femme mais n'eut pas les mots. Vers neuf heures trente, la petite Ally descendit encore toute endormie, embrassa sa petite sœur et son petit frère. Elle était tellement contente d'être la plus grande. En plus Lylynette et Alexou étaient trop choux. C'est comme ça qu'elle les avait surnommé quand ils étaient tout petits et depuis elle les appelait toujours ainsi. Elle était fière d'Aily et Alex. Depuis un certain temps, elle avait remarqué que ses parents ne s'embrassaient plus comme ils avaient l'habitude de le faire. Alors elle jouait avec ses petits frères, écoutant discrètement leurs conversations. C'était des cris comme étouffés, pour ne pas que les enfants entendent. Et à chaque fois, la petite Ally fronçait les sourcils et augmentait le son de la télé, regrettant d'avoir écouter.

Loren et Charlotte sourirent à leurs enfants et dirent :

- Les enfants, un monsieur va venir, soyez très gentils. Ally, vas t'habiller ma chérie. Oust ! Lylyne, Alex, on va s'habiller ?
- Je serais le premier !
- Oh, ze peux mettre ma jolie robe qui tournoie pour faire la princesse ? dit Ailyne, tandis que son frère était déjà tout en haut, suivie d'Ally avec qui il avait fait la course.
- On dit qui tourne ma puce, la rattrapa Loren.
- Pardon ! Qui tourne tourne tourne !
- Oui, allez viens, ma chérie.


Charlotte regarda son mari avec des yeux plein d'amour. Au fond, elle savait que jamais il ne les abandonnerait, mais elle avait si peur de perdre tout ce qu'elle avait mis tant d'années à construire. Loren lui dit qu'il habilleraient les jumeaux, alors elle monta dans la chambre de sa grande fille, l'aida à choisir sa tenue, l'étreigna et redescendit. En bas, elle découvrit ses deux jumeaux, habillés et tout propre mais elle explosa de rire. Loren avait mit les vêtements à l'envers. D'ailleurs le petit Alexander ne cessait de lui dire mais il faisait le sourd, sûr de lui. Elle réprimanda en souriant son mari et les changea. La moldue embrassa son sorcier de mari, pas encore très doué. Il faut dire qu'il était extrêmement maladroit. Elle nettoya un peu la maison et posa son regard sur le contrat, pendant trois ans il allait protéger les Lawson, apparemment, même si Loren serait revenu, il serait souvent en déplacement. Le prix qu'ils le payeraient était exorbitant 125 gallions par mois. Charlotte avait un peu de mal avec la monnaie sorcière mais elle savait qu'un chat était vendu pour plus ou moins 6 gallions, c'était donc une somme considérable que son mari n'avait pas hésité une seconde à mettre.
Enfin, la famille Lawson attendit tous assis sur leurs grands canapé, regardant la télé, plongée dans leur pensées, ou riant ensemble.


Dernière édition par Ailyne Lawson le Jeu 3 Jan 2013 - 21:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Malëan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : - Animagie : Salamandre maculée


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Taylor Malëan, Jeu 3 Jan 2013 - 17:12


La lumière du jour pénétra la toile de tente, et vint se loger entre les paupières d'un jeune homme fatigué. La nuit avait était courte, et dès son arrivée en France, Taylor dû trouver un endroit où loger. La pluie avait tombé drue durant tout son voyage, et l'utilisation de la douche de tente, n'était en rien possible. Bien que les canalisation existe, le vagabond n'avait pas encore trouvé le moyen de faire apparaitre de l'eau en abondance, sans raccord à une source. Ainsi, dénué de toute hygiène et endormit dans des draps trempés, Malëan se réveilla dans l'odeur la plus désagréable qu'il soit, celle du chien mouillé. Il se mit assis sur son lit, s'étira, bailla, puis pris la décision d'enfin se lever. D'un coup de baguette il ouvrit une fenêtre et fit sortir ses draps au dehors. Il saisit un manteau de cuir, qui paraissait deux fois trop grand pour lui, et l'enfila pour seul vêtement. Il serra la lanière qui lui servait de ceinture, et fin prêt, il se dirigea vers la cuisine, pour se préparer un bon petit déjeuner. Par la fenêtre, il vit que le jour serait agréable. Un grand soleil atteignait son zénith, et quelques nuages blancs se mouvaient dans le ciel le bleu azur. Il avait atterrit dans un champ, laissant à côté de la tente, les marques de son atterrissage.

-Transplanner sur les grandes distances, il va encore falloir que je m'entraine.

Baissant son regards vers la plaque de cuisson, l'homme fit bouillir du thé, et il se prépara quelques toasts de beurre chaud. Un petit déjeuner équilibré était pour lui la meilleur façon de commencer une journée, bien qu'à Poudlard, il raté presque toujours ce temps commun. Une petite montre à gousset affichait treize heure sur la table de ce qui semblait être le salon. L'aigle se posta devant la montre, la saluant d'un hochement de tête, puis s'installa sur une chaise pour déguster son repas. Il naviguait dans les recoins de son esprit, à la recherche d'information qu'il aurait pût oublié, et qui dans cette journée magnifique qui s'offrait à lui, serait d'une importance capitale. Quand soudain, un piaillement se fit entendre, perturbant le vagabond. Il tendit l'oreille et le piaillement se fit de plus en plus pressant. Ça venait de l'extérieur. Au pied de la tente, au milieu d'un grand champ de blé, à l’abri des regards indiscrets, un tout petit hibou brun au yeux d'or, tenait dans son bec une missive. Malëan attrapa l'oiseau d'un geste sure, lui caressa le sommet du crâne et le remercia d'avoir apporter le message. Il prit le parchemins après l'avoir dénoué de la patte de la créature, et retourna à l'intérieur, avec un nouvel ami pour son petit déjeuner. Il alla chercher un bol d'eau et il écrasa une biscotte dans une assiette pour convier l'animal au repas. Une fois de retour à table, il déplia le parchemin cacheté, et lu.

Mr Malëan, Bonjour.

Vous ne me connaissez pas et je n'en sait que très peu sur vous, c'est un ami qui m'a expliqué comment vous joindre. J'ai ouïe dire que vous êtes affilié à des missions de protections et d'enseignement, ce qui me parait être indispensable à ma famille actuellement. Je sais aussi que vous vous trouvez en France, ce qui est plutôt une bonne chose, vu que c'est là que je vis. Je vous propose donc par la présente lettre, de suivre mon hiboux sur le chemin du retour, de façon à ce qu'il vous mène à moi. Nous pourrons ainsi discuter plus en profondeur des termes du contrat et de vôtre salaire. J'ai conscience de vôtre implication et de vos capacités en la matière, ainsi soyez sure que je ne fait appelle à vous, que parce que le travail que j'ai à vous proposer, et vraiment susceptible de vous intéresser.
En attente de vous voir, Dès que vous aurez ce message.
Cordialement

A.L.

Malëan posa la lettre ainsi que la tartine qu'il goutait avec joie. Il bu d'un trait sa tasse de thé, reprit le petit oiseau sur le bras, et l'emmena à l'extérieur. D'un coup de baguette, la tente se replia sur elle, se mettant en boule dans tous les sens, et produisant un vacarme assourdissant. A coup sur la moitié des affaires avait du tomber de leurs emplacements d'origine, et Taylor savait qu'il aurait un grand rangement à faire, la prochaine fois qu'il l'ouvrirait à nouveau. Il saisit la sphère de toile, et la força à entrer dans un petit sac de cuir sans fond. Là, au milieu du champ, plus rien ne laissait pensé qu'un homme avait pu passer la nuit. Le vagabond tendit le bras, et le piaf s'envola à une vitesse folle. Avant qu'il ne disparaisse de sa vue, Malëan prit appuie sur le sol, et transplanna pour le rejoindre, mais avec toute sa célérité, la chouette obligé Malëan a fait de grands cercle autour d'elle pour suivre son rythme de course. Il vit différent chemin de faire. Des villes, des forêts, puis une maison se distingua plus que les autres à l'horizon, un homme attendait au pallié, les yeux rivé vers le ciel. De peur de se faire voir par un moldu, il remonta en flèche vers les nuages, avant de voir le petit hibou, se nicher sur le bras de l'homme qu'il voulait éviter. Serein, il cessa de tourbillonner, et fit une entrée fracassante dans le jardin de son commanditaire, en atterrissant d'un saut de quelques mètres de haut, comme s'il n'avait sauté que quelques marches.

-Mr L. Je suppose. Sans prendre le temps de se présenter, ou même de regarder l'homme qui se tenait face à lui, il ajouta. Entrons, nous serons plus en sécurité pour parler.

Et de lui même, il ouvrit la porte et passa le pallier, l'inconnu derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


javascript:emoticonp(':$')

Message par : Ailyne Lawson, Jeu 3 Jan 2013 - 21:39


~ Toujours 11 ans auparavant ~

Vers midi, la famille se mit à table où des bons plats dégageaient de douce odeur. Les enfants étaient intenables tout excités à l'idée de rencontrer une nouvelle personne. Il posait des milliers de questions auxquels les deux adultes ne savaient pas répondre. Après que Charlotte ait lever la voix pour rétablir l'ordre, le repas se termina dans un étrange silence. Les Lawson n'avaient pas l'habitude de se taire, c'était une famille unie, communicative et ouverte. Après la fin du repas, les enfants débarrassèrent leurs assiettes et s'assirent sur le canapé, parlant à voix basse. Comme toujours, Ally était la chef de leur petit groupe. A ce moment même ils décidaient si oui ou non, leurs parents étaient devenus fous. Les jumeaux en étaient certains, tandis que l'ainée tentait de les raisonner. Quand, pas tout à fait convaincue, les jumeaux se retournèrent, leur père avait disparu. Alexander le vit dehors, regardant le ciel. Il en fit part à ses sœurs, qui haussèrent les épaules. Dans la cuisine, Charlotte lavait la même assiette depuis dix minutes, elle regardait la fenêtre, perdue dans ses pensées. Dehors, Loren s'interrogeait : Taylor Malëan avait-il reçu son hibou ? Il n'y avait aucune raison du contraire, c'était l'une des plus rapides. Mais alors où était-il ? Il l'avait envoyé il y a plus de deux heures... Il se demanda si c'était une bonne idée. Peut-être que ce vagabond ne serait pas à la hauteur. Le sorcier releva une fois de plus la tête, mais cette fois-ci il vit un homme dans le ciel. Sûrement le voyageur. Il sourit quand l'homme se posa sur son jardin dans une entrée bruyante.

- Mr L. Je suppose. Entrons, nous serons plus en sécurité pour parler.

Loren fut étonner qui ne lui jette aucun regard et se demanda ce que signifiait "Plus en sécurité". Taylor précéda le père de famille qui le regardait d'un air suspicieux. Il présenta le vagabond à sa femme et renvoya Ally, Alexander et Ailyne dans leurs chambres après avoir fait les présentations. Les enfants firent mine de monter sous l’œil attendri de leur mère qui les laissa à leurs petits jeux. Ils écoutèrent à travers les barreaux de la rampe d'escalier. Monsieur Lawson s'assit et tendit le contrat à l'ancien Serdaigle. Assis sur cette chaise, il paraissait avoir 10 ans de plus, épuisé, à bout de force. Les enfants observaient cet étrange échange de regards. Les murmures des adultes se faisaient de plus en plus sonores et les enfants purent entendre des bribes de conversations qu'ils ne comprirent pas.

Dans la cuisine, la moldue regardait son mari débattre avec Taylor et lui expliquer plus amplement en quoi cela consistait. Il employait beaucoup de mots sorciers dont elle se demanda la signification. Avec de grands mots, il lui expliquait pourquoi ce travail serait pour lui intéressant. Il mettait en avant les meilleurs côtés. Amusée, mais ne laissant rien paraître, elle se demanda si son époux n'aurait pas du travailler dans le commerce. Voyant que Taylor n'avait pour l'instant pas dit mot elle se permit de prendre la parole :

- Écoutez monsieur Malëan. Je ne pourrais jamais dormir la nuit si je pense, ne serait-ce qu'une seule seconde que mes enfants ne sont pas en sécurité. Est-ce que vous comprenez ?

Le concerné hocha la tête en signe d'approbation. Enfin le père de cet famille présenta le contrat :


Citation :

Contrat - Protection de la famille Lawson
Moi, Monsieur Malëan accepte de travailler pour la famille Lawson.
En tant que protecteur, je devrais respecter certaines règles tels que :
* Ne jamais perdre de vue les enfants de cette famille et Charlotte Lawson.
* Ne pas leur manquer de respect.
* Les défendre contre un potentiel ennemi.
* Avoir toujours l’œil ouvert.
[Nous savons que vous avez d'immenses capacités qui reste et le seront toujours extrêmement apprécié pour le travail que nous vous proposons et que vous êtes tout à fait à la hauteur.]
Pendant une année entière, à partir de la veille du départ de Mr Lawson, je devrais protéger les membres de la famille.
Après cette année, les Lawson pourront me demander une protection quand ils en jugeront nécessaire et ce pendant deux ans. Les deux mois d'été me seront accordés ainsi que deux semaines durant la période des fêtes de décembre.
Je serais payé 150 gallions par mois.
Je peux être suspendu à n'importe quels moments par Loren Lawson ou Charlotte Lawso, annulant ce contrat. Je recevrais néanmoins la fin du paiement du mois ainsi que 75 gallions d'indemnisation.

Signatures :

Loren se demandait si il allait oui ou non accepter, l'attente commençait à sa faire longue. Il ne savait pas comment faire. Cet homme était sa dernière issu. Le salaire qui lui proposait n'était pas négligeable. Alors peut-être qu'il accepterait. En tout cas, il l'espérait. D'autant plus que l'argument qu'avait avancé sa femme était plutôt convaincant.


- Est-ce que vous avez des questions ?


Revenir en haut Aller en bas
Taylor Malëan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : - Animagie : Salamandre maculée


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Taylor Malëan, Lun 7 Jan 2013 - 14:07


Quelques minutes avaient passé depuis l'arrivé du serdaigle, dans la maison des Lawsons. La grande maison coquette avait beaucoup plus au vagabond. Elle était spacieuse, joliment décorée mais pas trop chargée, lumineuse, et plutôt accueillante. Il avait vu les trois petits Lawson un tout bref instant, mais ça avait suffit à animer dans son cœur, une curiosité envers cette famille, qui semblait bien loin de toutes menaces. Mr Lawson avait enfin dévoilé la raison de sa missive, et présenté le contrat à Malëan, qui l'avait lu comme à son habitude, avec la plus grande attention, dans le risque d'oublié quelques contraintes.

-En effet j'ai quelques question oui. Je suis admiratif de la somme que vous me proposez chaque moi monsieur, mais je la trouve assez considérable, vous êtes bien sûr de n'avoir fait aucune erreur ? Une fois signé, nous nous en tiendrons tous les deux à cette écrit, et ce jusqu'à ce qu'il prenne fin, alors, je veux être certain que tout y est parfait.

Le père d'Ailyne hocha la tête, et le vagabond continua.

-Alors dans ce cas, je n'ai qu'une autre question pour vous. Puis-je prendre disposition dans vôtre jardin, afin d'y planter mon logis, et de vivre au plus prêt des vôtres.

Le reporter fit surpris par cette demande. Ces yeux s’écarquillèrent, plein d'interrogations. La bouche grande ouverte, il réfléchi un instant et rassembla ses esprits.Il s'avère Monsieur Malëan, que nous avions prévu de vous offrir le logis. Nous avons une petite chambre d'hôte qui je le pensais, serait parfait pour vous.

-Ho je n'en doute pas Repris Taylor un peu gêné .Mais j'ai pour habitude de dormir dans ma tente depuis de longues années à présent. Autre que ma chambre, elle est aussi ma bibliothèque, mon salon et ma salle d'entrainement. Elle est le centre de mes stratégies, et je dois vous avouer que si vous désirer voir vôtre famille protégé au mieux, je serais plus efficace avec un point de contrôle en extérieur. Si toutes fois vous n'y voyez pas d'inconvénient. Cependant, j'accepterais avec joie une aide sanitaire. Je ne suis pas encore parvenu à finir ma salle de bain.

Le journaliste avait l'impression de rêver. L'homme qu'on lui avait conseillé était exactement comme on lui avait décrit. Bizarre, d'un air sale et sans mine, était-il sur de faire seulement l'affaire ? Après tout, il allait tout de même assurer la protection de ce que Lauren avait de plus cher au monde, pouvait-il vraiment lui faire confiance ?

-Bien sûr monsieur, vous disposerez ici, de tout ce que vous désirerez pour le bien de ma famille. Dormez où bon vous semble, et si l'envie vous prend de vouloir payer un mage bricoleur pour réparer vôtre tente, ma femme vous fournira tous les contacts que nous possédons. L'un de nos voisins est doué dans ce domaine, peut être pourra t-il vous aider. Bon, je suis désolé de devoir presser l'affaire, mais je me dois de me hâter. Signons ce contrat si vous les voulez bien, et prenez d'avance vôtre première paye.

Malëan saisit la bourse pleine d'or que lui donnait son hôte, lui sourit en le remerciant et apposa enfin, sa signature en bas du contrat, d'un simple coup de sa sublime baguette en bois de houx.
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Ailyne Lawson, Dim 13 Jan 2013 - 15:47


Charlotte et Loren était complètement interloquée par l'étrange personnage qui se trouvait face à eux. Il était bien comme tout le décrivait. Dormir dans une tente ? Alors qu'on lui proposait un logis ? C'était assez étrange, mais ils se turent, accepter dans un sourire les conditions de Taylor. Après avoir remis la bourse à Malëan, il apposa sa signature et le contrat fut bouclé.
Après avoir écouter à cette étrange échange, les enfants se demandèrent s'ils allaient pouvoir enfin poser des questions à cette homme dont ils mourraient d'envie de connaître. Ils descendirent à toute vitesse les escaliers. Alexander lui tendit la main et la serra en imitant un adulte. Quant à Ally elle s'arrêta devant lui et lui fit une révérence. Ailyne, plus réservée, lui adressa un mince sourire.


- Très cher monsieur. Ravi. dit Alex
- C'est un enchantement. ajouta Ally
- J'ai un petit cadeau. Je l'ai trouvé moi-même !

Après avoir lancer ça, Ailyne ouvrit un tiroir de la cuisine, prit une boite lui appartenant et sortit un coquelicot séché. Elle le tendit à l'inconnu. Elle s'était rapprochée, et était maintenant très près de Malëan, elle lui touchait la main, et regardait ses yeux pour savoir si cela lui faisait plaisir. Depuis toute petite, Lyne aimait observer, mais aussi toucher. Les contacts étaient très importants pour la fillette.

~ Fin du Flashback ~


- Ça c'est vraiment passé comme ça ?! Papa ne m'avait jamais raconté. Enfin pas vraiment comme ça ! Et je t'ai vraiment donné un coquelicot séché ? Je ne m'en rappelle pas vraiment. Je sais que je t'avais offert quelque chose mais pas que c'était une fleur !

C'était une journée de Printemps, pendant les vacances d'avril. Taylor était revenue et en avait immédiatement informé Ailyne qui n'avait pas tardé à rendre visite à son parrain. Il comptait tellement pour elle. Il savait absolument tout d'elle, avait connu les jumeaux ensemble, la famille au complet. Ca lui faisait plaisir de le voir. Il était toujours parti, toujours ailleurs, jamais là où on l'attendait. Il avait toujours pleins de choses à raconter à la jeune sorcière, mais elle souffrait considérablement de son absence.

Elle savait qu'il ne serait pas là pour longtemps, alors elle profitait de chaque instant qu'elle volait à la vie. Elle souriait, elle était heureuse. Elle se sentait si en elle-même près de lui. Ailyne aurait voulu arrêter le temps, graver ce moment, ne jamais perdre tout ces détails.

Après être venu la chercher le Serdaigle et elle s'était rendu à Godric's Hollow, où il profitait de la douceur de l'air et du soleil naissant. Comme la poufsouffle avait l'habitude de le faire, elle détailla le visage de son parrain. Il paraissait plus fatigué que la dernière fois. Elle espérait qu'il n'ait pas eu trop d'ennuis. Elle savait combien il était parfois dangereux pour lui de lui rendre visite. Alors elle appréciait ses courts moments passés avec lui, redoutant le mal que lui ferait son absence.

Bien sûr, ils s'envoyaient régulièrement des lettres mais ce n'était pas pareil, ça ne lui procurait pas la même joie. Alors, une fois de plus, elle regarda son parrain et sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Malëan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : - Animagie : Salamandre maculée


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Taylor Malëan, Lun 14 Jan 2013 - 20:39


-Oui ma belle, tout ça c'est exactement passé ainsi. Bien que depuis ce jour radieux, les choses aient beaucoup évoluées.

Taylor et sa filleule marchaient dans les rues propres de Godric's hollow depuis un moment déjà. Il avait quitté le chalet d'Ecosse, où l'attendait Era, pour rendre une visite rapide à celle à qui il avait juré fidélité jusqu'à ce qu'elle puisse ce passer de lui. Toujours à l'arrivée du printemps, le vagabond se libérait quelques jours pour amener Ailyne loin de Poudlard, afin de profiter d'un repos bien mérité pour les deux. Une semaine avait passé entre la lettre annonçant son arrivée, et sa soudaine apparition, laissant à la petite Poufsouffle tout le loisir de s'extasier des moments qu'elle allait passer.

-Tu veux bien me raconter l'histoire entre toi et papa ? Tu avais dit plus tard quand je serais grande, je crois bien que je le suis assez à présent.

-Entendu, mais je te demanderais de ne le raconter à personne. La petite sourit, à la manière d'un petit acquiescement. Lorsque ton père m'a engagé, il devait partir durant un an, pour une mission de reporter ou je ne sais plus trop quoi. C'est à cause de ça qu'il m'a engagé à la base, pour assurer vôtre défense. Ta mère n'était pas vraiment pour au début, jusqu'à ce que vous finissiez par vous faire bel et bien attaquer. Ce jour là j'étais présent, et heureusement, sans quoi ta mère serait probablement morte. Tu te souviens de ça ?

La petite brune regardait le vagabond avec de grands yeux ébahis. -Bien sûre que je m'en souviens. Tu es arrivé en défonçant le mur du salon, et ça a énervé maman pendant plusieurs semaines, à la suite de quoi on pouvait plus rien lui demander sans qu'elle ne se fâche.

Taylor eut un petit rire discret.-Et bien à la suite de cette attaque, ton père à dû faire face à de nouveau problème. Les mêmes sorciers s'en sont pris à lui cette fois-ci. Ils ont remontés sa piste jusqu'où il travaillait, et l'on fait prisonnier dans le but de lui soutirer des informations. Si tu te souviens bien, c'est le moment où j'ai disparu pendant plus de deux semaines. Ta mère m'avait ordonné de le retrouver et de le sauver. Je te passerais les détails pour cette fois, mais vu que ton père est encore en vie, tu te doute bien de ce qui est arrivé. Après ça, il m'a offert une chambre à vie chez vous, et m'a demandé de devenir membre de vôtre famille pour tous les exploits que j'avais accompli en vôtre nom. Mais j'ai refusé et il a absolument tenu à ce que je soit au moins ton parrain.

-Tu es en train de me dire, que tu as sauvé mon père ?

-Oh ! Plus d'une fois ma grande. Après tout, j'étais payé pour ça. Mais cessons un instant de repenser au passé. Nous aurons tout le temps nécessaire à cela, une fois que nous irons décidé de où on va. Etant donné que tu es grande maintenant, je me suis dit que tu voudrais peut être apprécier de toutes nouvelles choses avec moi. Que dirais-tu d'une bonne bière ?

Le vagabond plongea sa main dans son fourre-tout magique, pour en sortir une bouteille verdâtre quelques secondes plus tard.Bien entendu, tout ceci doit rester entre nous comme toujours. Je vais t'emmener dans un joli plateau à l'extérieur du village, nous pourrons en profiter pour voir comment ton apprentissage de la magie avance, et puis je pourrais moi même t'apprendre deux trois nouveaux trucs en fonction.

La gamine sautait déjà de joie. Elle attrapa le vagabond par la main, s'attendant d'un instant à l'autre à transplanner, ce qui ne rata pas. Quand la lumière refit surface à ses paupières, elle se trouvait à présent dans un champ surplombant tout le village. L'herbe y était fraiche et d'un vert magnifique, et de grands pommiers gisait en petit regroupement sur tout le domaine. Au loin quelques fumées noires s'affichaient dans le ciel, et le murmure de la nature se faisait de plus en plus silencieux. Taylor s’essaya à même le sol, imité par Ailyne. Il sortit deux grandes chopes de son sac, souffla un grand coup dedans, pour s'assurer de leurs (presque) propreté, en remplie une et la tendit à la jeune fille.

-Ceci est la boisson des méritants. Alors j'espère que tu t'es donné à fond dans tout tes cours, sinon pas question que tu bois une goutte.

La conversion reprit de plus belle avec joie et éclat de rire toutes les cinq minutes. Ailyne expliquait ses points forts et faibles à son ancien protecteur, entremêlé de quelques petites bêtises qu'elle aurait commis. Elle ajouta qu'elle était devenu préfet, et Malëan jura de la récompenser pour ça. Elle posa quelques questions à Taylor qui se débrouilla à chaque fois pour ne pas répondre, ramenant la conversation à des choses qu'il jugeait "plus importantes."

-Alors maintenant dit moi, qu'as tu envie de faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Ailyne Lawson, Sam 16 Fév 2013 - 13:40


Quand son Parrain lui révéla toutes ces choses, Ailyne fut tout simplement interloquée. Elle avait pensé à un renvoi, à des problèmes dans la famille de Taylor, mais jamais encore elle n'avait imaginer qu'il ait sauver la vie de son père. Après tout, il était payé pour protéger les enfants et Charlotte. Elle trouvait ça si noble de sa part. Elle avait toujours espéré entendre cette histoire, toujours voulu connaître les détails d'une enfance qu'elle ne reconnaissait pratiquement plus. Tout semblait si clair à présent, et sa vie était petite lui paraissait désormais comme une illusion. Comme à chaque fois, la préfète Poufsouffle sourit d'un air admiratif devant les exploits de cet homme.

Son parrain lui proposa une bière qu'elle accepta d'un hochement de tête. Il lui restait tellement de questions. Elle comprenait à présent pourquoi son père l'avait fait parrain, tout prenait un sens qu'il n'avait pas auparavant. Taylor fit promettre à sa filleul de ne rien révéler de ce qu'il lui avait confié, elle avait l'habitude. Elle ne put s'empêcher de se demander tous les secrets qu'il devait avoir. Et rien qu'un instant, elle eut l'impression d'être face à un inconnu. Mais ce sentiment disparut dans un battement de cils.


- J'ai quand même une question... dit Ailyne, les sourcils froncés, Pourquoi moi ? Pourquoi pas Alexander ou même Ally ? On a tous une marraine, mais aucun de nous n'avait de parrain. Alors comment se fait-il que je sois la chanceuse dans l'histoire ?

Taylor sourit face à sa remarque et lui expliqua :

- Je crois que tu as toujours été celle qui m'appréciait le plus. Toujours de petites attentions envers les autres, des petits gestes. Pourtant, tu étais aussi celle qui prenait le plus de distance, tu étais là, à m'observer de loin, tu ne parlais pas beaucoup quand j'étais là au début. Je me rappelle que tu te cachais dans l'angle de l'ouverture du salon et que tu t'accroupissais en regardant ce que je faisais. Le matin, devant ma porte, tu déposais toujours une fleur séchée. Qu'est ce que tu aimais les fleurs !
- Je m'en rappelle. Tu sais que ce sont les fleurs qui ont révélé mes pouvoirs ?
- Je sais, je sais, j'étais là. Au fur et à mesure, tu étais toujours avec moi, tu marchais dans mon ombre, tu me suivais partout. Et pourtant tu ne parlais toujours pas, tu te contentais de m'observer avec des yeux brillants. Tu faisais toujours comme moi.

La Poufsouffle se rappelait parfaitement de tout ça, ou presque. Elle admirait déjà tellement Taylor à l'époque. Ce sentiment n'avait pas disparu en grandissant, au contraire. Elle buvait ces paroles, se nourrissait des histoires qu'il lui racontait. Déjà petite, et encore aujourd'hui, elle voulait faire les choses aussi bien que lui. Ils se turent tout deux un instant puis son parrain lui dit qu'il voulait voir où en était son apprentissage en magie. La Française ouvrit grand la bouche et son étonnement laissa place à une joie immense. Grâce à son parrain, elle avait toujours été d'une manière ou d'une autre en avance sur beaucoup de sujets à Poudlard. Elle prit sa main et ils transplanèrent.

L'endroit était magnifique. Avec Taylor, elle oubliait presque les malheurs qui lui étaient arrivés. Elle ne lui avait pas encore avoué ce qui s'était passé avec Nathanaël, ça faisait trop mal de prononcer les mots. Elle avait tant changé, elle était si différente après avoir perdu son seul ami témoin de son enfance. Taylor tendit la boisson à Ailyne qui la prit dans un sourire.

- Je suis toujours l'une des meilleurs en métamorphose. Mais l'histoire de la magie, c'est tellement ennuyant... Et sinon, je t'ai dit que j'étais préfète ?!
- Une bonne centaine de fois au moins !

Ils rirent ensemble et Taylor demanda à Ailyne ce qu'elle voulait faire :

- Raconte moi ton plus récent voyage en Écosse !
Revenir en haut Aller en bas
Taylor Malëan
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : - Animagie : Salamandre maculée


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Taylor Malëan, Mer 20 Fév 2013 - 23:05


Son plus récent voyage en Ecosse ? Se devait-il de lui raconter sa nouvelle rencontre avec Era ? Lui parlait d'elle pour la première fois,comme si elle devenait vraiment importante dans sa vie ? Devait-il raconter, les hommes qu'il avait fait "disparaitre" ? Les affreux crimes qu'il avait commis pour retrouver quelques magies perdues ? Se devait-il de se dévoiler enfin comme il était vraiment ?

-Mon dernier voyage en Ecosse, bien... C'est une fabuleuse histoire, mais maintenant, je crois que tu es assez grande pour entendre la vérité. Je t'ai toujours dit, qu'il m'arrivait de combattre, et que j'avais déjà tué dans mon métier. Je t'ai dit, que je faisais toujours tout pour éviter la mort ou la souffrance. Je t'ai enseigné la base de la magie, avec des règles strictes, à ne jamais dépasser. Et peut être me prends-tu à ce jour, pour quelqu'un que je ne suis pas.
Souviens toi les années précédente, j'ai souvent parlé d'un contrat qui me prenait beaucoup de temps. Aujourd'hui ce contrat n'en est plus un, elle est ma compagne je crois. pour le sixième fois. Chaque relation que j'ai eu avec elle s'est fini de la même manière. Je lui effacer la mémoire pour disparaitre de sa vie. Pour la protéger comme me l'ordonner ma mission, je me devais d'être distant, mais voir vivre l'amour de sa vie sans jamais pouvoir la toucher...
Quoi qu'il en soit je n'ai aucune excuse à mes actes, j'ai dit la vérité, et elle m'a pardonné, je lui ai parlé de toi, elle serait ravis de te rencontrer d'ailleurs. Cette année, je l'ai dédié à elle. J'ai essayé de réparer tout le mal que je lui ai fait, mais ça a été plus long que prévu. ça a engendré pas mal de problème aussi, du fait qu'elle soit Auror. Nous avons eu à nous battre et j'ai échappé à la mort une bonne dizaine de fois. Mais c'est mon quotidien, alors je fais avec.


Taylor finit son histoire avec un grand et large sourire radieux. Son visage semblait éclatant, plein de lumière. Une joie intense émanai jusqu'à la pointe de ses cheveux emmêlés . Il se jeta à terre, allongé, les yeux rivé vers les cieux.

-C'est un soulagement que de te l'avoir dit ! J'ai besoin de t'apprendre des nouvelles choses en ce moment. Je t'ai mal enseigné et ai été un piètre parrain. Cette année m'a aidé à beaucoup grandir, et je suis heureux d'être là avec toi. Tu es belle, et grande. Tu m'as l'air plus intelligente que je ne le fut moi même. Je suis vraiment fier de ce que tu es devenue.


Ailyne ne semblait plus vraiment savoir comment réagir. Elle avait la bouche grande ouverte et les yeux bien écartés, son teint avait viré au pale.

-Allez remets-toi ! J'ai d'autre bonnes nouvelles aussi. J'ai créer trois nouveaux sortilèges validés par le ministère, je compte écrire un bon compte rendu et le faire publier à mon nom. J'envisage même de peut être changer de vie, et prendre un nouvel emploi. M'enfin assez parlé. J'ai de nouvelles choses à t'apprendre cette année. Tu t'étais arrêté où l'année dernière ?

-Tu m'as appris les sortilèges de protection et d'élémentaire de base.

-Bien alors cette fois ci, je vais t'apprendre comment trouver ton propre style de combat. Laisse moi t'en parler. Le style de combat régis les réactions et les mouvements de différents combattant. Certain sont offensif, d'autre défensif, parfois ils sont les deux. A chacun ses sorts préféré, les sorcier se battent tous différemment. Moi mon style est différent à chaque fois par exemple. Je m'inspire d'abord de ce que je vois, puis de ce que j'entends, puis sens. Je détermine mon thème, mes attaques, mes mouvements, et je passe à l’exécution. J'aimerais que tu réfléchisse à tout ça. Tu potasses, et tu me tient au courant. Et si tu trouve vite, je te montrerai l'animagie.

Ailyne sourit et but une gorgée de sa bière, qui la fit toussé à cause des bulles. Le soleil ployait sous le poids de sa course. La vue était magnifique, reposante. Le silence était de mise, seul le souffle du vent persistait.

-Tu m'as manqué Ailyne ...
Revenir en haut Aller en bas
Joe Parker
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Joe Parker, Jeu 21 Fév 2013 - 12:35


Cette semaine, les rondes avaient reprises. Joe devait s'occuper d'un endroit bien particuliers, et il allait faire de son mieux pour bien s'en occuper. Aujourd'hui, il allait se rendre à Godric Hollow afin de vérifier ce qu'il s'y passait. Depuis l'histoire de Voldemort, cet endroit était resté plutôt calme. Aucun meurtre, aucune attaque de mangemort n'était venu perturber les habitants de ce petit village reposé. Il marchait assez lentement, pour éviter de faire du bruit. Toute façon, le tour du village serait fait en une dizaine de minutes, Joe avait prévu de le faire deux ou trois fois. Il n'allait pas passer sa nuit ici. Il passa devant le cimetière : Rien. Il passa devant plusieurs bars, aucun bruit suspect. Joe n'aimait pas entrer dans les bars, c'est pourquoi il avait juste coller son oreille à la porte puis était parti. 30 minutes plus tard, Joe en avait finit de sa soirée d'observation du village. Rien ne lui avait sauté aux yeux, il était temps pour lui de rentrer au QG afin de faire son rapport, ensuite il retournerait ce reposé pour reprendre les rondes le lendemain.

Fin du RP.
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Ailyne Lawson, Sam 13 Avr 2013 - 18:16


Son parrain lui apprit toute l'histoire. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il se confie ainsi : sans tabou, sans gêne. Ailyne s'en sentit aussitôt élevée. Taylor la considérait maintenant assez grande et mature pour comprendre tout ça. C'était la vérité, elle le comprenait, mais elle n'en était pas moins interloquée... Effacer la mémoire de l'amour de sa vie. Pour la protéger, pour que le contrat soit respectée... Tout ça n'était qu'une histoire de papier, une histoire déchirante, qui avait dû faire souffrir plus que tout son parrain. Quand il parlait de sa compagne, ses yeux brillaient, et la préfète se sentait bien de voir son modèle heureux. Taylor avait tout été pour la fillette : il l'avait protégé, compris, aidé. Malgré que ces activités soient dangereuses et qu'il ait déjà été amener à tuer, la jeune Française avait un profond respect et une admiration sans limite pour lui. Bien sûr, elle n'avait jamais vraiment béni son métier, mais elle ne le changerait pas. Et même s'il n'avait pas été présent, il l'avait toujours été au grand moment de sa vie. Il lui parla aussi de rencontrer sa compagne, Ailyne en rougit. Évidemment qu'elle le voulait, tout lui semblait si étrange, mais elle était heureuse, réellement.

- C'est un soulagement que de te l'avoir dit ! J'ai besoin de t'apprendre des nouvelles choses en ce moment. Je t'ai mal enseigné et ai été un piètre parrain. Cette année m'a aidé à beaucoup grandir, et je suis heureux d'être là avec toi. Tu es belle, et grande. Tu m'as l'air plus intelligente que je ne le fus moi-même. Je suis vraiment fier de ce que tu es devenue.

La poufsouffle ne savait désormais plus quoi dire. Elle se sentait si bien qu'il pense ça d'elle. Elle ne savait pas si c'était vrai, mais que son parrain lui dise lui faisait chaud au cœur. Il parla ensuite de changer de métier, ce qui arracha un sourire à Lyne. Il semblait si épanoui désormais. Taylor voulut ensuite reprendre les leçons qu'il lui préceptait chaque fois qu'il se voyait. Mais avant de pouvoir réellement les commencer, Ailyne entendit le téléphone que sa mère lui avait offert sonner. Elle décrocha, et sa mère lui demanda de rentrer. Il se passait quelque chose. La jeune Lawson sentait une sorte de panique dans le son de sa voix. Ou peut-être autre chose...

- Je suis désolée... Maman veut que je rentre.. Il semble avoir un truc qui va pas... Je m'en veux de couper court.. Peut-être pourrais-tu venir manger à la maison ce soir ! Je suis sûre que maman préparerait l'un de tes plats préférés !
- Je ne sais pas... Tiens moi d'abord au courant de tout ça.

La jeune fille fronça les sourcils. Elle ne s'attendait pas vraiment à cette réponse. Elle embrassa son parrain sur la joue et prit le chemin du retour, espérant le plus vite possible revoir Taylor. Ce qui la titillait le plus, c'était que jamais sa mère n'avait coupé une de ses journées avec lui. Ça ne lui ressemblait pas...

[Fin du RP pour ma part]
Revenir en haut Aller en bas
Kao Snape
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Kao Snape, Mar 21 Mai 2013 - 15:02


RP w/ Joe Parker

Le soleil n'était pas au rendez-vous sur Godric's Hollow, ni sur le reste de la grande-Bretagne d'ailleurs. Les rafales de vent secouaient les arbres, la pluie ne s'arrêtait pas de tomber et les gouttes d'eau recouvraient la plupart des bancs. Mais Kao était tout de même de sortie ce jour là, parapluie à la main et foulard autour du cou. Pas pour le travail non, pour retrouver quelqu'un. Une personne qu'elle n'avait pas vu depuis quelques mois maintenant, à qui elle n'avait même pas adressé la parole depuis. Cette personne n'est autre que son ex petit-ami, Joe. Pendant plusieurs mois, il était resté dans son coin et la jeune femme avait fini par claquer la porte de la maison. Vivre avec un fantôme ou seule, ça ne changeait pas grand chose. Au contraire, vaut mieux vivre seule que mal accompagnée ! Mais ce dernier lui a envoyé une lettre par hibou il y a deux jours, qu'elle n'a pas pu ignoré. Elle avait tout d'abord jeté la lettre après l'avoir mis en boule, énervée de ces mots. Je suis désolé. Comme si un piètre désolé suffisait. On pourrait peut-être se donner une seconde chance. Ça, fallait y penser avant mon cher. Puis finalement, il lui avait demandé de se rejoindre dans ce petit village d'Angleterre. Alors bon, pourquoi pas. Après tout, ils s'aimaient encore. Peut-être que leur relation pouvait avancer, ou peut-être pas. Ça, Kao le verrait quand l'intéressé arrivera. En attendant sa venue, elle réussit à trouver un banc à l'abri, à coté de leur point de rendez-vous et lui a envoyé un message sur son téléphone moldu pour lui indiquer qu'elle était bien là. Wizz, son petit boursoufflet était lui aussi de sortie et n'arrêtait pas de se secouer pour enlever les petites gouttelettes de pluie collées sur sa fourrure violette. Kao l'aida et le mis sur ses genoux, avant de s'asseoir elle même sur le-dit banc, en attendant Joe.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Promenade dans le village de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 15

 Promenade dans le village de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.