AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -36%
Bose QuietComfort 20 – Écouteurs ...
Voir le deal
159 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande
Page 22 sur 24
Détente autour du feu
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23, 24  Suivant
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard

Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Elhiya Ellis, le  Ven 2 Juin 2017 - 15:46

En fait, pour des gens soit disant inquiets, ils n'étaient pas vraiment pressées. Peut-être aurait il été plus judicieux de laisser la blonde dans la salle sur demande au chaud plutôt que dans les couloirs du château, à la trimbaler pour qu'elle attraper encore plus froid. Mais la logique n'étant pas la même pour chacun, et Elhiya n'étant pas maître de sa personne, il aurait été complexe pour la jeune Serpentard de s'offusquer. De toute façon, on ne l'aurait pas écouté. La preuve, on était en train d'essayer de la porter à nouveau. D'abord les pieds, puis les bras, tel un magnifique sac de patate que tout bon sorcier aurait préférer faire léviter. Pourtant, elle n'était pas plus lourde qu'un sac de pomme de terre, les cookies ne pouvaient pas déjà avoir effet sur la balance. Visiblement si.. Elle grommela. Bien sur, cela n'avait aucun effet sur les porteurs

Les voix des deux élèves semblaient très lointaines, pourtant, Elhiya savait que ca papotait tranquillement alors qu'elle voulait juste dormir tranquillement. Elle sentait aussi -grace aux courant d'air des couloirs- qu'ils arrivaient tous trois au niveau des escaliers. Restait à savoir si l'escalier choisi allait être sage et gentil, les attendant patiemment, ou allait "fuir" des que le premier pieds d'un jeune sorcier écraserait sa première marche. Il fallait des avantages à être quasi dans les vapes, et s'inquiéter du son représentatif des escaliers de Poudlard près à tourner ne faisait plus parti des attribution de la blonde.

Peut-être que les deux bruns aurait dû y porter plus d'attention, eux. Car s'ils avaient entrepris de descendre vers l'infirmerie, ce premier escalier, lui, avait décidé qu'il ne se rendrait pas directement au couloir du 6ème étage et donnait sur un demi étage intermédiaire. Pas de long couloir, pas pleins de portes d’accès, juste un pallier et une porte. Au moins, c'était mieux que tomber nez-à-nez avec un cul de sac.

Ne restait plus qu'aux deux porteurs deux choix: attendre que l'escalier se remette dans le bon sens pour les laisser descendre au 6eme, ou passer par la seule porte que leur proposait l'étage intermédiaire. Si la blonde était réveillée, elle aurait choisi la porte, ne serait ce que pour voir ce qu'il y'avait dedans. Et n'aurait certainement pas hésité, même après avoir entendu la porte claquer violemment, laissant une petite ombre se faufiler rapidement en dehors. Les élèves semblaient géner l'ombre qui s'entre-choqua sur les jambes des deux porteurs, mettant dangereusement en péril leur équilibre


Spoiler:
 
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Artemis Wildsmith, le  Sam 25 Nov 2017 - 16:38

Entre paisibilité & euphorie
Avec Zack - LA accordés


Lettre envoyée. Arty s’empare de quelques affaires et passe par les cuisines. C’est laborieux, il doit marchander avec les elfes, mais il a l’habitude. C’est qu’ils peuvent être durs en affaires, et que le plus souvent ils réclament des tâches ménagères, mais non, ils savent qu’avec le Blaireautin c’est impossible. Gâteaux et jus de citrouille dans le sac, il se dirige vers le lieu du rendez-vous. Le pas un peu lourd, l’uniforme de travers il monte les étages, des hochements de tête pour signifier aux autres, oui j’t’ai reconnu, je sais pas qui t’es mais j’ai du savoir, un jour. Devant le fameux mur vierge du couloir, un coup d’œil vers les alentours, sait-on jamais, il effectue un petit demi-tour tandis qu’il emplit ses pensées des images qu’il avait fourni à Zackary. Ambiance hivernale et chaleureuse. Plaids en pilou-pilou. Finalement une porte apparaît, puis il s’engouffre dans la Salle sur Demande. Pour une première fois, c’était pas trop mal réussi.

Il sautille devant le décor d’un catalogue de magasin d’ameublement. Tout à fait heureux, requinqué, un peu. Décidément, la carrière de décorateur d’intérieur s’offrait à lui, il faudrait qu’il y réfléchisse très sérieusement. Il se jette sur un des fauteuils aux coussins dodus qui lui tendaient les bras. Les jambes par-dessus l’accoudoir, c’est qu’il y est bien dans ce petit salon. Un œil vers la cheminée en train de crépiter. D’un coup de baguette il installe les provisions sur une table non loin de lui, c’est qu’Odette devenait plutôt douée. Puis il sort la fameuse fiole. Enfin, pas si fameuse que cela, dorénavant. Si la commercialisation n’avait pas encore commencé, la consommation oui, largement. Il porte le mince récipient à ses lèvres, embrassant avec gourmandise le liquide confectionné. Quelle idée ils n’avaient pas eu tout de même, de se lancer dans la concoction de potion. Mais il fallait dire que ça tombait plutôt à pique. Trop tourmenté le gamin, il avait une réputation à tenir, celui qui sourit, celui qui s’en fout.

Il en laisse tout de même pour le jeune homme qui ne devrait plus tarder. Glisser au fond de la poche la potion, s’empêcher de la terminer, cul-sec. Alors, les yeux fermés, tête en arrière, posée sur le deuxième accoudoir, il attend le déclenchement de l’émotion, soudainement apaisé. Sourire béat sur sa bouille. Calmer la culpabilité et les images, les sensations et les flashs épileptiques pas tellement lumineux. Les moldus prisonniers, le zombie qui lui laboure la hanche comme si ce n’était que du chocolat, la Préfète dans la Cabane et sa langue liée, littéralement. Il épouse immédiatement les vapeurs pailletées intérieures, plus tellement capable de penser correctement. Par là même, il évite de se demander pourquoi il avait invité le Serpentard ici, bien que le but eût été exprimé, lui changer les idées, le divertir aussi. En espérant que le tout ait l’effet escompté. Puis c'est qu'il allait sûrement y trouver son compte aussi, il avait déjà commencé. L’idée avait tout de même quelque chose de romantique qui le rendait euphorique pour une raison qu’il ignorait. C'est que le mélange diffusait déjà son action, tout doucement.
Eden L. Maddox
Eden L. Maddox
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Loup-Garou
Permis de Transplanage


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Eden L. Maddox, le  Dim 26 Nov 2017 - 13:59

© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV & L.A. d'Artemis O'Toole accordé. amour Passe ta souris sur la fiche :mm: To be continued...Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness. And I'm addicted to your punishment, and you're the master, and I am waiting for disaster. I feel irrational, so confrontational, to tell the truth I am getting away with murder. It isn't possible, to never tell the truth but the reality is I'm getting away with murder.
Warning, my mind's ready to blow. Le parchemin se froisse entre mes doigts. Je ne sais pas quoi faire. J'ai la tête ailleurs, depuis que mon ex-meilleure amie s'est fait la malle en dehors de ma vie. Elle a tiré un trait sur notre amitié, vieille de dix ans, j'ai faits une croix sur notre "idylle" apocalyptique malgré nos serments. Ma Liberté a été bafouée par des mensonges de familles. Je me retrouve avec une fiancée dans les bras. La préfète de ma maison, là. Ellana. Une place de perdu pour en retrouver une autre... La blague, la mauvaise blague.

Mes parents sont devenus plus fourbes, plus diabolique que moi. J'aimerais tant hurler, évacuer cette rage, cette folie, ces excès de colère hors de moi, mais je ne peux pas. Les mots me manquent et les maux pèsent des tonnes à l'intérieur de moi aussi. J'ai de moins en moins, la force de pouvoir rester muet devant cette montagne de conneries. Mon rythme cardiaque s'accélère lorsque je me redresse après avoir quitté mon bureau, celui à côté de mon lit. Prenant ma tête entre mes mains, je tourne sur moi - même tout en soupirant. Quelle JOIE ! ... Bordel de m***e. Sur le coup de l'énervement, je frappe le mur de mon poing. P****n ! Quelle connerie, voilà que je la secoue vu la soudaine douleur qui vient de me ramener dans la réalité à vitesse grand V. Soupirant longuement avec une certaine détermination à vouloir rester calme, je passe une main sur mon visage avant d'aller m'habiller dans un calme absolu. Un jean noir, une chemise noire et je jette un dernier coup d’œil dans le miroir.

Parfait ! ... Ainsi, je quitte le dortoir après avoir enfilé mes chaussettes et chaussures. Ne tardant pas à rejoindre le fameux étage, pensant à des images tel que m'a décrit le préfet des jaunes pour que je le rejoigne. Émerveillé et stupéfait par les couleurs chatoyantes de la pièce, je ne cache pas ma joie, surtout en l'apercevant. Sa présence me fait un bien fou, même si on ne se voit guère souvent. Inspirant une longue bouffée d'air, je m'approche du fauteuil vide tandis que la porte disparaît derrière nous. Le temps de fermer un peu les paupières, je m'affale contre le dossier. Confortablement installé, je prends quelques secondes pour essayer de récupérer un peu de contenance, même si la tâche s'avère plutôt être dure. Quelle sal**erie de journée. Reniflant un peu bruyamment, je reporte mon regard autour de moi, une fois de plus encore. C'est qu'il pense à tout, Arty. Il y a des provisions sur la table, seulement, ignore - t - il que je n'y toucherais pas . ... Je m’efforce de ne pas manger, ces temps - ci, parce que ma situation me rend malade.

Si bien que je n'ai même pas la force de parler... Pourquoi le ferais - je de toute façon. Tout en passant une main à l'arrière de ma nuque, je sens mes doigts me démanger, j'ai envie de m'en griller une, là, maintenant. Seulement, ce qui m'en empêche, c'est ma bonne conscience qui me dit qu'Arty ne supporterait p't'être pas l'odeur de la fumée mentholée. C'est con. Non ? Alors, finalement, je soupire silencieusement, croisant mes bras sur mes genoux après les avoir fléchis et déposer mes pieds sur le bord de la table, plongeant ainsi ma tête contre mes bras, pour y camoufler mon visage. Pour qu'il ne me voit pas perdre la tête, perdre la raison. Je n'y peux rien si ... je sombre dans un gouffre aussi sombre que les ténèbres qui m'entourent... Enfin... Je crois que c'est là, un appel au secours.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Artemis Wildsmith, le  Mar 28 Nov 2017 - 0:20

Il ouvre un œil. Le mouvement à ses côtés a plus ou moins percé sa torpeur pailletée. Le Blaireautin se redresse doucement, le temps de voir Zack s’installer dans l’autre fauteuil, tout proche, mais encore trop loin. Pas de bonjour, ni rien. Alors que sa maman lui avait appris à lui, que lorsqu’on arrivait dans une pièce on saluait les présents. Le Serpentard ne devait pas avoir eu la même éducation. Il semblait tout raplapla. Parce qu’Arty n’était pas si stone pour ne pas voir le mal-être de son pote privilégié. Pourtant, ça n’efface rien à sa bonne humeur tranquille du moment. Un regard vers l’avachi, puis : « Bah alors, on m’ignore, t’sais qu’j’aime pas ça. » C’était une belle entrée en matière, qui ne mettait pas du tout en évidence son égocentrisme. Mais c’est certainement pour cette raison que vous l’aimez, beaucoup. Un petit coup d’œil aux alentours et ça lui ébouriffe le cœur, sympa l’ambiance quand même. Brillante idée.

Monté sur des ressorts le Poufsouffle se met soudainement debout, d’un bond, avant de se jeter pieds au sol afin de se glisser derrière le fauteuil du Vert & Argent, se pencher au-dessus du dossier. Parce qu’il est petit, voilà ses jambes suspendues. Il aventure ses mains jusqu’aux épaules dégagées de Zackary. Puis dans un gloussement amusé – y-en-a-t-il d’autres ? « Ooouh ton aura elle est toute noire ! C’est pas joli-joli ! Faut mettre des couleurs, là, il passe ses doigts dans les cheveux de l’autre, puis ici aussi, dans son dos. » En vérité il s’arrête à cet instant, parce que dans un mince élan de lucidité il se dit qu’il ne faudrait pas trop tenter le diable. Alors il se dit qu’il y avait autre chose pour tenter de remonter le moral de son pote. Puisqu’il était là pour ça, bien que dorénavant ses idées n’étaient plus très claires. Une main dans la poche avant de déposer sur l’accoudoir la petite fiole porteuse de bonne humeur. Il la laisse là, si l’autre le désirait. « T’en veux ? Création personnelle, tu verras, ça te mettra bien. » Il ne manquait que la petite étiquette Azarty. Zack ne peut pas voir son clin d’œil, mais peut-être qu’il s’entend. Vibration diffusée dans l’air crépitant et chaleureux du feu de cheminée. Sait-on jamais.  

Une seconde et demi plus tard il n’est plus à la potion mais à la nourriture qu’il avait déposée sur la table, là, plus loin, de l’autre côté de ce fauteuil. Il essaie d’étirer son bras pour atteindre le trésor culinaire des elfes, mais sans succès, en réalité, c’est un véritable échec. Doigts qui se referment dans le vide. Il est beaucoup trop petit, surtout avec ce siège et Zack sur son chemin. Pas facile cette position plutôt ridicule. Mais peu importe. Il abandonne rapidement, il y repenserait plus tard, puis il n’avait tout à fait envie de se retrouver sur le dos du Serpentard, tout de même, chaque chose en son temps. On a envie de lui dire, mais pose toi, cesse donc de gigoter tout le temps comme ça. Mais ça se perdrait quelque part avant de percuter les tympans. « Et puis comme ça tu peux aussi me dire c’qui va pas dans ta vie. » Comme si la fabuleuse potion allait délier la langue de Zack. Au contraire, ça lui ferait peut-être oublier les soucis du moment, mais certainement pas le rendre plus bavard. Enfin, pas sur ça, sûrement, il ne savait pas. Lui ça le rendait juste heureux, au même niveau que d’ordinaire. Juste un chouille plus pétillant. C’est qu’il avait un déjà du potentiel étincelant, à l’intérieur.

Ainsi il n’est pas tout à fait certain d’être en état d’entendre les perturbations de la vie du Serpentard. Mais il ferait un effort, si l’autre le souhaitait réellement. Ou peut-être qu’il servirait juste à faire oublier, justement, se déconnecter un petit peu, marquer un temps d’arrêt, sacré. Du bout des doigts, il se met alors à dessiner des symboles hiéroglyphiques dans le dos de son ami, parce que les secondes défilantes précédant une quelconque réponse ou réaction lui semblent être de véritables années, étirées, longues et froides. Alors autant se réchauffer au contact de l’autre, un peu. De grands cercles, des petites vagues, tenter de marquer la surface de son doigté ardent. Bien qu'il ne sillonnait que la chemise sombre de son partenaire.
Eden L. Maddox
Eden L. Maddox
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Loup-Garou
Permis de Transplanage


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Eden L. Maddox, le  Jeu 30 Nov 2017 - 21:23

© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV & L.A. d'Artemis O'Toole accordé. amour Passe ta souris sur la fiche :mm: To be continued...Somewhere beyond happiness and sadness I need to calculate what creates my own madness. And I'm addicted to your punishment, and you're the master, and I am waiting for disaster. I feel irrational, so confrontational, to tell the truth I am getting away with murder. It isn't possible, to never tell the truth but the reality is I'm getting away with murder.
Perdu dans ma bulle, je me demande ce que je devrais faire de ma vie désormais. Reste-t-il des secrets de familles cachées que mes parents, nos parents n'ont pas dit, le sait - il au moins qui je suis ? Tant d'années bafoués par nos mères, nos pères, à vivre dans la misère. Ma tête entre mes mains, mes larmes laissent un sale goût amer sur mes joues et mes lèvres. Muet face à mon destin, perdu dans mon Obscurité, j'ai le mal de l'air, je n'ai même pas pourtant, envie de faire marche - arrière. Du mouvement, ça bouge autour de moi mais que puis - je faire à part poser mon regard sur ce garçon. Le responsable de mon réchauffement climatique, dans ma cage thoracique. Sa rencontre est semblable à un coup de foudre, sans l'amour qui va avec. Je n'ai pas de mot pour qualifié ce qu'il est, il va et sort de ma vie quand ça lui chante, il est un préfet libre de vivre comme il le pense. Pourtant, sous ses airs mignons, je le prends pour un fidèle compagnon. Sous son sourire infatigable, se cache un ami adorable.

Il me réconforte à sa manière et même sa façon de parler, fait de lui, quelqu'un d'irremplaçable dans ma vie. Prenant le temps de soupirer et de me recoller au dossier, je le laisse s'agripper à mes épaules, pour ensuite se mettre à glousser. Me demandant intérieurement s'il est sérieux d'agir comme ça, mes premières réflexions ne tardent pas à reprendre le dessus. Passant une main sur mon visage, je soupire longuement avant de fermer, un bref instant, les paupières. Un regard, un seul, n'a suffit pour que je porte mon attention sur la fiole de l'adolescent. Qu'-est-ce donc ? Je me le demande jusqu'à ce qu'il me l'explique vaguement. Ne retenant pas un rire légèrement amusé, je fixe la bouteille avec une certaine avidité. Est-ce raisonnable de vouloir s'échapper au Pays des Merveilles en étant parfaitement informé que la réalité me rattrapera violemment après... Est-ce bien raisonnable de le faire maintenant ? Prenant un peu le temps de réfléchir à la question, j'aperçois Arty, roi des acrobaties ridicules, qui tente d'attraper de la nourriture sur la table, face à moi, sans bouger.

Et c'est ainsi que je me permets de boire le contenu de la fiole pour ensuite la lui tendre, une fois vide. Qu'il en fasse ce qu'il veut, je m'attarde à plus grande chose, de toute manière. Je me sens, au fil de quelques longues secondes plus tard, partir dans un tout autre "monde", ne sachant plus distinguer les minutes des secondes, sur mon visage, on peut y voir un rare sourire, celui qui réchauffe des cœurs, qui fait partir la mauvaise humeur. Silencieusement, je profite de mes instants de bonheurs. Si le contenu du contenant fait si vite effet, est-ce parce que j'ai le ventre vide, est-ce parce que mon corps l'assimile trop vite ? Je n'en sais rien, je ne comprends plus vraiment ce qui se passe aussi. Puis, des mots, de simples mots qui me ramènent un peu, à la surface, me rappelant qu'il faudrait que je pense à me confier à quelqu'un, plutôt que de tout garder comme ça, pour moi. Il y a des choses qui ne se racontent pas à ses plus proches amie .s, encore moins à certaines filles... Alors, calmement, je me dis, pourquoi pas, Arty'. Après tout, on sait rien l'un de l'autre, à part ce qu'on aime physiquement faire, lorsqu'on se retrouve si proche, si près, dans une même pièce, un même couloir. ....

Au moment où je veux me mettre à parler, je sens des doigts parcourir mon dos, comme s'il me tatouait à l'encre de chine, d'autres tatouages sur ma peau diaphane. C'est vrai que j'ai bien envie d'en ajouter un de plus sur mon corps, un de plus et un dernier, sans doute, juste pour me marquer à vif, des mots qui font ce que je suis, à présent. Donc, d'un soupire, un de plus, je me redresse sur mes pieds avant de me rendre près du jeune homme, sans un mot, je le prends dans ses bras, posant ma tête contre son épaule. Me montrant tel que j'suis vraiment, sans masque, sans faux - semblant, plus de camouflage, plus de mensonge non plus. Pourquoi je parlerais, au juste ? Je n'ai pas vraiment envie de le faire, j'avais juste envie qu'on me sert dans des bras, Juste qu'on fasse un peu attention à moi, tout comme lui, je suppose. À en juger intérieurement par son comportement, je me le demandais souvent, par moments. Ainsi, silencieusement, je ferme les paupières, laissant derrière moi, mes souvenirs brisés, mes lugubres réflexions, mon passé gâché, mon cœur en perdition. De sa chaleur, de sa bonne humeur, j'espère qu'étant aussi proche de lui, elle finirait peut - être par me contaminer aussi. ....  

- ☾- Il y a tant de chose à dire, si peu de temps, est-ce raisonnable que je te parle de ce qui me chagrine ? Parce qu'il n'y a rien de joyeux, là - dedans, sincèrement... ☽

Pour finir, je me permets de juste fermer les paupières, laissant ma tête vagabondée dans la pièce, comme si j'étais sorti de mon corps et que je m'envolais bien plus haut qu'au-delà du ciel. C'est dingue comme cette fiole me fait vivre des merveilles. J'apprécie le geste, touché, coulé. Arty, tu viens de gagner la partie. ....
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Artemis Wildsmith, le  Mer 6 Déc 2017 - 22:31

Il avait donc accepté de participer à la petite aventure liquide qui se déplaçait, comme ça, tout petit à petit dans le sang. Pas de déception à récupérer la fiole vide, bien au contraire. Arty garde le sourire, bientôt l’autre le rejoindrait dans les effluves d’euphorie. Même si l’effet ne serait clairement pas le même, l’habitude, le métabolisme peut-être. Et le sourire béat du Serpentard lui fait comprendre que l’effet avait vite pris ses marques. Impressionnant, tandis que le Poufsouffle continue de glousser, mignonesemment. Puis d’un mouvement qu’il n’avait pas eu le temps d’anticiper, voici l’autre dans ses bras. Le tout tourne curieusement moins vite que d’habitude, ça ne le dérange pas. Le câlin non plus d’ailleurs. Alors il le serre, là, contre lui, l’accueille, si l’autre en avait besoin, après tout, ce n’était pas lui qui allait refuser. Il écoute ce que Zack lui répond, à propos de sa vie, mais d’une oreille parce que l’autre s’est mise à frétiller de par la proximité de la tête du Vert & Argent. Évidemment, impossible d’oublier ce qu’il s’était déjà passé alors qu’ils n’étaient qu’à deux. Comme un dénouement inévitable. Mais peu importe.

Il comprend bien que Zack est quelqu’un de brisé, complètement à l’intérieur, que ça s’effondre tout doucement. Puisqu’apparemment Arty ne s’entourait que de ce genre de personnes, incroyable. Ou alors c’était le propre même des adolescents de Poudlard. Alors peu importe si c’était pas joyeux, parce qu’après tout, ce qu’il venait d’ingérer permettait de transformer les événements en leur mettant des paillettes dessus, pour que ce soit plus joli, agréable. Ça pouvait donner du courage, ou en tout cas de l’insouciance. Peut-être que c’était là le seul état dans lequel il pourrait entendre les paroles du jeune homme, autrement il aurait été moins enclin à écouter. Là, à cet instant, ça coulait en lui, cette paisibilité et joie de vivre. Il était donc de toute ouïe. Mais l’autre se faisait réticent, pour des broutilles.
Alors il se redresse quelque peu, prenant la tête du Serpentard entre ses mains, se rapprochant. Il a l’impression que ces gestes sont rapides, succincts et surtout surprenants. Alors que pas du tout. Mais il lui vole un baiser, comme ça, furtivement parce qu’il avait ces fameuses capacités d’un chat ninja très doué. Alors que pas du tout. Mais on va lui laisser cette impression de fierté. C’est tout lent mais ses yeux brillent, regard enthousiaste.

« Tu sais qu’on a tout le temps du monde. Puis, quand ça montera vraiment là-dedans, il pose ses index sur les tempes du Serpentard, doucement, lui faire comprendre, tout te paraîtra vachement plus joyeux, j’t’assure. » Il s’éloigne alors un pas en arrière, un deuxième, sautillant au ralenti, pas légèrement dansant, ou du moins, qui se voulait dansant mais qui était très loin de l’être. Au rythme et à la lumière de projecteurs qui n’étaient pas là, si ce n’est la lueur des flammes de la cheminée. Et tandis que ses pieds gestibulculent – oui oui – il fixe l’autre. Il attend qu’il se dévoile, puisqu’il en avait clairement besoin. Qu’il laisse les paroles s’échapper et virevolter. Après tout, il n’y avait personne d’autre, à part eux. Safe space. Une certaine relation de confiance, Arty pouvait être un bon confident, quand il le voulait. Il lance un clin d’œil au Vert & Argent, en riant, toujours : « Alors ? ». Le pousser à parler, ou à bouger, à remuer avec lui, allez savoir.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Elhiya Ellis, le  Dim 4 Fév 2018 - 12:21


free my mind


Pv Jace
♫♫
LA dans les signa




Quelque chose n’allait pas, impossible de mettre le doigt dessus, impossible de l’ignorer pour autant. Mon cœur s’était enserré malgré mon sourire détaché à ta réflexion balancée en cours. Certaines choses non dites commençaient à émerger au bout de seulement quelques semaines. Le temps n’avait pas encore fait son office et mes idées n’avaient pas encore complètement assimilé absolument toutes les pensées contraires de mon esprit. Car elles étaient bien encore là, ces barrières affaiblies, à venir me titiller de temps à autre. Agaçant rappel à l’ordre qui se devait de se taire.

Sans te demander ton avis, la main glissée dans la tienne, je t’avais fait entamer une course dans les couloirs pour quitter le troupeau d’élèves derrière nous. Nous devions mettre certaines choses au clair, devoir composer avec ta possessivité me donnait l’impression de porter une chaine susceptible de me museler n’importe quand. Ce mélange de satisfaction et frustration venait me perturber doucement, je ne pouvais pas rester comme cela. Tu allais devoir parler, dire ce que tu voulais, ce que t’attendais, et surtout pourquoi tu avais réagi aussi durement lors de la classe de Cara.

Arrivé au 7ème étage, mes prunelles déterminées tombèrent sur les tiennes juste avant que je ne lâche ma prise pour tourner 3 fois en rond devant la supposée porte de la selle sur demande. La salle commune des Serpentard aurait pu faire l’affaire, le parc ou le lac aussi, mais je voulais être coupée du château quelques minutes le temps de discuter au calme. Si mon grenier était quelque chose de bien trop personnel, et la maison de mémé emplie d’un paquet de chose a se remémorer, je ne voyais plus qu’un lieu où nous avions, ensemble passé plusieurs fois d’agréablement : la pièce aménagée de chez Lucy.

Les souvenirs étaient toujours là, vibrant, intense. Je connaissais le lieu par cœur pour y avoir passé des jours, des nuits, depuis mes 3ans. La moindre tache sur la tapisserie, la moindre peluche, le moindre bouquins moldu, tout vivait toujours en moi. Il n’eut pas fallu attention longtemps pour que la porte se détache du mur et laisse des effluves d’encens patchouili me chatouiller les narines. T’agrippant une nouvelle fois par le bras, je pénétrais dans la salle recréée de toute pièce et balayais l’ensemble du regard, tristement. Tout était là, hors mis la propriétaire des lieus, mais ici, au moins, j’étais persuadée de ne pas me laisser influencer par quoi que ce soit, que je serais entière à chaque instant, comme si Lucy était avec moi, juste à côté, à nous écouter.

Abandonnant la pression de mes doigts, je t’adressais un regard en coin, et glissait très sérieusement la raison de ce kidnapping impromptu

« Je crois qu’il faut qu’on parle…. » peu de temps au fioriture, d’un coup de baguette je remplissais mon mug de cappuccino, le tien de chocolat chaud et te fixais en prenant soin de rester impassible « C’est quoi cette remarque tout à l'heure? »


Dernière édition par Elhiya Ellis le Lun 12 Fév 2018 - 12:02, édité 1 fois
Jace Becker
Jace Becker
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Jace Becker, le  Sam 10 Fév 2018 - 20:50

TW (juste en prévention au cas où) : propos un peu crue

Une fois en dehors du cours tu m'avais très rapidement attrapé la main pour m'emmener avec toi, je te suivais non par envie mais par obligation car je savais que tu ne vas pas me lâcher comme ça. Une fois au 7ème étage je reconnais rapidement là où tu veux m'emmener, la salle sur demande, alors je ferme les yeux et je te laisse faire les trois tours avant d'entrée dans la salle que tu auras imaginé.
Tu m'attrapes le bras et me fais rentrer dans la pièce et je dois bien avouer que je suis très surpris, tu as imaginé la chambre de Lucy... Je me mets promener dans la pièce dos à toi, regardant le mur, les peluches ou encore les coussins me remémorant à mon tour ma première visite chez Lucy, agréable Lucy, tu va bien me manquer quand même...

Et tu ouvre la bouche laissant échapper un flot de mot, me demandant une explication pour la remarque que je t'ai dite en cours. Me tournant alors face à toi j'amène ma tasse d'un petit coup de baguette en prononçant #Wingardium Leviosa. Prenant une gorgée je continue de te regarder dans les yeux réfléchissant à ce que je pourrais te dire. et puis je décide de laisser tout sortir naturellement.

-Ma remarque ? Elle veut dire exactement ce que ça veut dire. À quoi tu joues réellement avec lui hein ? Ou encore avec l'autre blond tu dois beaucoup aimer les blonds au final. Ça t'amuse de jouer les chaudasses à bécoter tout ce qui bouge comme ça ? Tu vas peut-être me dire que c'est juste pour t'amuser ? Et en Écosse... C'était juste pour t'amuser aussi ou alors tu en avais envie et il n'y avait pas ton chevalier servant pour ça alors tu as jeté ton dévolu sur moi ?

Je prends une grande inspiration avant de boire une gorgée et de baisser légèrement la tête et dans un murmure à peine audible.

-Tu ne t'es pas demander une seconde ce que je ressentais, ou ce que ça me faisait....
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Elhiya Ellis, le  Sam 10 Fév 2018 - 23:27


free my mind


Pv Jace
LA dans les signa


Ah oui. Forcément j'aurai du m'en douter que mon comportement n'allait pas te plaire. Que tu t'attendais même à ce que je change du tout au tout juste pour toi, que j'arrête de jouer car c’était ce qu'on faisait en temps normal quand on débutait quelque chose avec une personne personne importante. Sauf que notre silence depuis ces combines de nos parents m'avait semblé clair : rien ne devait changer. Tu ne paraissais pas du même avis.. bien entendu.

Chacun de tes mots jetés avec froideur enserraient désagrément un peu plus mon palpitant au fond de ma poitrine. Il s'était offusqué à l'allusion au blond des rouges, n'avait pas frémi à l'insulte, et avait raté un battement, totalement offusqué à tes suppositions. Partagée entre colère et déception, le regard figé sur le tien j'avais degluti avec difficulté une première fois.

Cette jalousie mal placée n'a juste aucune sens, mais pire, ces reproches complètement erronés me retournent l'estomac. Impossible de boire ne serait-ce qu'une gorgée de cappucinno pour le moment. Pas tant que cette pointe en plein thorax officie. La tasse abandonnée sur la table basse, j'appercois ton regard fuyant, mais le mouvement de tes lèvres refuse de s'agrémenter de son. Tu ne me dis pas tout, j'en suis certaine. Mais comment veux tu que je te réponde si tu me caches l'essentiel de tes reproches?

Le timbre de voix un peu trop dure afin de ne pas me laisser submerger par la douleur de t'avoir blessé, je me concentre sur les brides de colère que tu avais su réveiller. Opales fixes sur tes mèches brunes, je luttais avec moi même pour ne pas t'attirer dans mes bras pour te consoler en m'excusant sans savoir pourquoi.

-Car de ton côté tu n'en profites pas aussi peu être? Tu t'attendais à  quoi? Sincèrement? Pourquoi irais-je me passer de quelques divertissements juste à cause de ce qu'il y'a eu chez mamie?

Ce qu'il y'fait du justement, j'avais mis un moment à l'accepter, un moment avant de réaliser que ce n'était ni l'alcool ni le complot familial qui avait créé la situation. Si ca avait ailleurs, ca aurait aussi eu lieu. Ce qui m’exaspérait c’était que tu osais dire et croire que ca n'avait été qu'une solution de secours. Me connais-tu si peux au final?  J'ai toujours été persuadée que tu étais le seul à savoir qui j'étais vraiment, je refuse de croire que je me suis trompée.

Les larmes commençant à brouiller ma vie, je pointe ma baguette sur un oreiller et te l'envoie à la figure. Me focaliser sur ma colère, juste sur ca, sans quoi je serais incapable de continuer à parler froidement, voir même à parler tout cours.

-Par contre. J'arrive pas à croire que tu te permettes de pense que j'ai agis par depis ce soir là. Traite de sal*pe si tu veux, mais PLUS-JAMAIS tu ne remets en doute ma capacité décisionnaire de mes actes. Même alcoolisée. C'est compris?

Même pas besoin de croiser mon regard noir pour comprendre l'irritation bouillonnant en moi. Les doigts serrés sur la baguette, je  retenais l'envie de te gonfler, et celle paradoxale se fondre à nouveau sur toi. Si tu savais le temps que j'avais mis pour faire taire ces sentiments contraires, je doute que tu t'amuserais aussi facilement à remettre mes actes en doute.

-Et si t'as quelque chose à dire. Dis le clairement et non dans ta barbe de sorte à ce que je ne comprenne rien!

La langue avait claqué contre mon palais avant que je ne me laisse tomber sur le tas d'oreillers moelleux en un soupir bien trop douloureux. Les yeux clos, une longue bouffe d'oxygène récupérée pour calmer l'affolement de mon palpitant, je te regardais à nouveau peinee de cette discorde déjà présente, laissant quelques mots, moins cinglants, venir à toi.

-Dans le parc, avec le bébé aigle, tu as cru aussi que ... c'etait en remplacement à l'abscence d'un autre?

Machinalement j'avais serré un coussin contre moi. Plus trop sûre de la réponse qui me serait assenee, plus trop sûre de voiloir la connaître


Dernière édition par Elhiya Ellis le Lun 12 Fév 2018 - 12:03, édité 1 fois
Jace Becker
Jace Becker
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Jace Becker, le  Dim 11 Fév 2018 - 17:29

Elle ne répond pas mais au vu de son regard tout ce que je lui dis ça ne lui plaît pas, ce n'est pas vraiment étonnant en plus de çà de ton côté tu dis que j'en profite aussi. Je fais un sourire faussement amusé avant de te regarder dans les yeux avant de te dire.

-Profiter ? Tu crois peut-être que je becotte toutes les nanas que je croise ? Tu m'as peut-être vu embrasser des nanas au pif devant toi ? Je ne crois pas.

Je pose ma tasse à côté de la tienne et tu me lances un coussin en pleine figure, je ne prends même pas la peine de le ramasser alors que tu me dis que je peux te traiter de sal*pe si je veux mais ne pas mettre en doute ta capacité décisionnaire de tu les actes même sous alcool. Comme-ci je voudrais te traiter d'une telle chose tu m'es précieuse... Je ne te réponds pas te laissant continuer de parler et te regarde te laisser tomber dans un tas de coussin, pour je ne sais quelle raison je décide tout de même de venir m'installer à côté de toi mais ne voulant pas croiser ton regard qui me déchire l'âme. Tu me poses encore une question, si j'ai cru que c'était par remplacement le jour dans le parc avec Nonoc...

-Je n'en sais rien... un jeu du sort peut-être. C'est peut-être muffin qui a fait que tu sois venue ce jour-là.

Je me penche en avant essayant de mettre de l'ordre dans ma tête, dans mes émotions et dans mes sentiments. Repensant à ta demande "si tu as quelque chose à dire. Dis-le clairement." j'ai beaucoup de choses que j'ai envie de dire, tout ce mélange dans ma tête je me sens perdu je n'aime pas cette sensation de faiblesse, prenant une grande inspiration je décide de m'agenouiller au sol posant ma tête sur ton genou.

-Pardon de mes réactions excessives, pardon de mon caractère de troll mais... Je crois que... Non... Je suis sûr que je t'aime...

Je garde ma tête sur ton genou voulant éviter ton regard pour une obscure raison, peut-être me jugeras tu, tous nos dires sur le fait que nous ne voulons pas faire comme nos aïeux partie en fumer....
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Elhiya Ellis, le  Dim 11 Fév 2018 - 20:42


free my mind


Pv Jace
LA dans les signa


Profiter n'était pas le bon terme? Utiliser alors? Se divertir peut être? En tout cas je doutais grandement que soudainement tu te sois décidé à ne faire du charme qu'à une seule et unique fille quel quelle fusse. D'un roulement d'yeux exaspéré, tes propos ne trouvèrent guère plus qu'un haussement d'épaules comme réponse. J'ignorais ce que composait ton emploi du temps, nous avions toujours fonctionné ainsi, et ce n'était pas car tu étais devenu lunatique que notre mode de fonctionnement allait changer. Alors tu pouvais bien embrasser qui tu voulais, de un ça ne concernait pas, et de deux je n'avais surtout rien à y redire.

N'est ce pas?

Question qui m'était adressée au final et à laquelle je me trouvais rapidement confuse. Même si je n'avais pas un mot à dire sur tes histoires, cela avait tendance à m'agacer dernièrement. Pas très logique au final. Un peu comme cette irritabilité constante à tes paroles. Maintenant tu remettais même en doute mon arrivée au lac, estimant que si mon fessier avait trouvé place sur l'herbe fraîch, ce n'était que la faute de Myrtille.

RI-DI-CULE.

Absurde même! Mon flereur ne guidait pas plus mes décisions qu'il ne savait remplir son bol de croquettes seul. En moins de 5minutes, c'était la seconde fois que tu me remettais en doute. Pas juste mes mots, mais absolument tout ce qui pouvait m'animer. Violente découverte, mêlant irrémédiablement colère et déception. L'oreiller avait bien de la chance de ne posséder aucune capacité de respiration, la façon dont  je l'avais serré pour éviter de t'engueler et de pleurer en même temps lui aurait ôté la vie.

En as-tu conscience?

Non, bien sur que non. Car c est tout simplement incohérent. Un peu comme ton comportement d'ailleurs. Voilà que tu trouvais normal de venir caler ta tête sur mon collant de laine, comme si nous n'étions pas en train de nous disputer pour une raison qui m'échappait. Et puis là quelque chosese mità dérailler. Mon esprit, les battements de mon coeur, ma respiration, ma capacité de réflexion.. tout s'était mis sur pause à cause de 3 petit mots glissés en fin de palabres insignifiantes.

Tu quoi?

Une ou deux trop longues secondes en apnée, la bouche entre-ouverte, les mots silencieux coincés dans ma gorge et l'estomac retourné, je faisais face à l'enchainement d'idees et de réflexions que m'imposait mon cerveau. Offusquée mais pas étonnée, abasourdie mais pas agacée, j'oscillais entre soulagement et... frustration? J'ignorais vraiment quel était ce mélange désagréable qui m'empêchait d'avaler ma salive correctement, et encore plus pourquoi j'avais glissé de mon perchoir pour me mettre à ton niveau pour te fixer.

Le regard fuyant c'était peut être bien pratique mais là c'etait vain. Ou alors tu aurais eu mieux fait de te faire.

-Tu viens de dire quoi?

Oui, juste au cas ou, t'offrir l'opportunité de corrigé un fourchage de langue. Je saurais m'arranger des images désagréables de mon ex quand il m'avait balancé ces 3 mots, je saurais me remettre de l'enserrement de mon coeur même si ca devenait douloureux, et je saurais me défaire de cette impression de déception dans les bras d'un autre comme tu sais si bien me le reprocher. Mais pour ça, il fallait que tu reviennes sur tes paroles. Tu allais le faire n'est ce pas?

-Sais tu au moins le sens de ces mots?

Le ton s'etait fait à nouveau dure et froid, bien plus simple pour rester un tant soit peu concentrée alors que les opales plantées dans les tiennes je ne voyais pas comment tu avais pu oser balancer ce genre de chose aussi impunément.

-Tu ferais mieux de t'abstenir de les balancer à tout va à la première  venue. C'est bien différent que bisouiller Alexei pour le faire rager!

Les sourcils froncés, la colère avait repris le dessus. Je ne supportais pas qu'on joue avec les sentiments. Alors oui cela pouvait parraitre étonnant, mais mes échanges avec les autres ne leur laissaient jamais croire un quelconque attachement de ma part, même pas avec le seul où j'aurai pu me le permettre. Et puis là, te permettre de jouer avec les miens me déroutait au plus haut point.
Jace Becker
Jace Becker
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Jace Becker, le  Sam 17 Fév 2018 - 21:24

Qu'est-ce que je viens de dire... Pourquoi j'ai dit ça, ma seule réaction c'est de garder ma tête sur ses genoux et elle, elle ne dit rien un silence complet sauf peut-être glisser de son coussin pour planter ses yeux lapis dans les miens, m'arrachant un soupir exaspéré... C'est moi qui soupir alors que c'est moi qui viens de dire le truc le plus stupide du monde. En plus elle me demande limite de le répéter, et voilà qu'elle reprend son caractère froid et en colère...

-Tu as très bien entendu, me demande pas de le répéter...

Elle croit que je dis "Je t'aime" à toutes les filles que je croise ? Je lève la tête vers elle surpris et croise son regard toujours froid mais les sourcils froncer. Je me relève en envoyant valser le coussin plus loin avant de me retourner vers toi.

-Parce que tu crois que je le dis à toutes les filles que je croise ? C'est n'importe quoi ! Et toi alors hein ! Dis-le, regarde--moi bien dans les yeux qui sont le reflet des tiens. Dis-le que tu ne ressens rien pour moi également ! Dis l'et je le jure que je te laisserais faire ce que tu veux avec l'autre [censuré] et je garderais ma jalousie mal placée pour moi.

J'avais le regard froid à mon tour cependant, j'avais peur, peur que sa réponse ne soit pas celle que j'attendais... Peur que ce ne soit pas réciproque, peur qu'elle décide de choisir lui plutôt que moi, peur de la perdre à cause de lui. Tout est à cause de lui, son existence provoque cette dispute... Il devrait disparaître pour toujours et à jamais.

C'est un peu court pardon :x
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Elhiya Ellis, le  Sam 17 Fév 2018 - 23:35


free my mind


Pv Jace
LA dans les signa

J'avais bien entendu? oui, enfin Non justement. J'étais pas bien sûre que tu avais conscience de ce que tu avais dis. De toute façon, comment pourrais-tu réellement en avoir conscience hein? Si tu savais vraiment ce que ces pauvres mots signifiaient, tu les aurais prononcés à nouveau au lieu de me regarder avec exaspération. J'en avais besoin. En plus comment pouvais-tu te permettre d'être agacé de mes interrogations? Elles étaient légitimes, non?

Une fois

En tout cas, moi, tu risquais pas de me calmer en me parlant aussi froidement. Si tu voulais que j'arrives à te croire il allait falloir faire un effort et pas juste balancer un coussin dans le vide. Il t'avait fait quoi ce coussin? Étonnée, je n'avais pu m'empêcher un haussement de sourcil. Malgré une pointe au coeur et l'estomac noué de plus belle, je ne bronchais pas, deglutissant avec difficulté. Et voilà.. on y était.. le déversement de ressentiments contenus depuis notre nuit alcoolisée chez grand-mère. La demande directe d'introspection et la confirmation de jalousie.

Deux fois

Tes opales étaient si froides, si dures, parfait reflets des miennes dont l'éclat glacial se fanait en te découvrant ainsi.
Insupportable vision.
Je ne voulais pas que t'ais mal
Inconcevable situation.
Je ne voulais pas qu'on s'éloigne.
Il suffisait d'abdiquer..
Je mourrai d'envie de te prendre dans les bras.
De me nicher dans ton cou sur la pointe des pieds
De t'assurer que cette comédie risible prenait fin
Pour sentir les battements de ton coeur résonner contre moi.

Mais non.
Je ne bougeais pas.
Te scrutant la machoir serrée.
Pour bloquer quelques mots guidés par la colère.

Trois fois

Mes prunelles détournées, incapables de soutenir ton air accusateur, cherchaient un quelconque réconfort dans cette pièce chérie. J'avais oublié certains détails dont les cadres photos sur les murs, mais pas un grain de pop corn incrusté dans le sol. Lucy n'avait pas réussi à le retirer ce soir là. Un simple détail insignifiant qui pourtant, malgré lui marqué un premier changement. C'etait ce jour là que je t'avais présenté à la blonde. Et pas juste comme mon cousin. T'en souvenais tu?

Quatre fois

Une longue, très longue inspiration pour tâcher de calmer mes vrilles d'estomac. J'avais compté combien de fois mon coeur s'etait interrompu depuis que tu avais repris la parole. Mais cette quatrième fois avait fait bien plus mal que le reste. Les entrailles tordues criaient supplice en concert avec ma respiration compliquée par l'énervement. J'etais partagée. Je ne voyais que faire et surtout je n'avais pas les mots...

-S'il te plaît..

Ils avaient fui hors de mes lèvres pour former une supplique alors que je refusais à mon tour de te regarder. Si je le faisais, je sentirais les larmes couvrir ma vision, et mon désir de te serrer contre moi m'empêcherait de m'exprimer. Mais était ce correct de continuer à fuir?  Machinalement je m'etais mordue  la joue intérieure. Une douloureuse inspiration et je plantais mes mirettes luisantes dans les tiennes, poings serrés. Une bride de colère flottant encore en moi me permettait de me lancer tant que je le pouvais.

-Arrête les insultes déjà pour commencer! Arrête de retourner la situation! Arrête de faire le jaloux alors que t'as oublié ce que j'ai dit à Lucy! Arrête de te victimiser alors que tu as vraisemblablement oublié le déroulement des événements au village! Ne me force pas à le dire alors que t'es incapable de le répéter!
Mais surtout, m'oblige pas à prononcer ce genre de chose alors qu'on a PAS le droit!


Le tambourrinement  dans ma poitrine me semblait assourdissant, mes joues étaient en feu, mes yeux me brûlaient et ma colère s'était fanee trop vite. Un soupir m'échappait, libérateur? La finalité, tu la connaissais.. il n'y avait pas besoin de mots. Il n'y en avait jamais eu besoin... l'avais-tu également oublié? Car c'était toi, je voulais bien faire l'effort juste car c'etait toi..

Esquissant une légère moue, j'avais approché ma main pour effleurer le bout de tes doigts avant d'y glisser les miens et les regarder s'entremeler.

-Même si on sera forcé de partager avec d'autres. Toi et moi c'est pour toujours et à jamais. Je crois..  que t'as oublié..

En parlant je m'étais hissée sur la pointe des pieds, glissant ma main libre à l'arrière de tes cheveux, effleurant tes lèvres de mon souffle aux effluves de chocolat. La tentation était forte, l'envie aussi étourdissante que sous ces verres de liqueurs, mais la discussion n'etait pas finie. Pas de suite. Cet étau enserrant mon coeur subsisterait tant que je ne l'aurai pas libéré de sa prison de silence. Un chuchotement au creu de ton oreille, puis un regard malicieux pour terminer.


-... mais n'oublie pas qu'il va falloir apprendre à composer

Composer avec notre jalousie, notre possessivite, notre capacité fusionnelle et protectrice des que ça touchait un de nous deux. Et surtout prouver que contrairement à ce qui nous avait été prédit, même si la chaleur de la lune couvait plusieurs étoiles, ou que les étoiles dansaient ensemble, nous étions capable d'éviter leur éternelle chute. Enfin, de mon côté j'essayerai... tant que tu me forcais pas à faire un choix, j'y arriverai... juste car avait toujours été une évidence, je ne savais vivre sans toi.
Jace Becker
Jace Becker
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Jace Becker, le  Jeu 22 Fév 2018 - 23:17

Nous nous regardons dans le blanc des yeux mutuellement et ce n'est rien pour arranger, nous sommes tous les deux trop fier pour dire quoi que ce soit. Cependant tu murmures quelques mots que je ne comprends pas très bien et tu détournes le regard, colère, tristesse... Plus rien mise à part mon inquiétude pour toi, et tu me lances un déferlement de mot qui me clous le bec si nous pouvons dire. Tu t'approches de moi et me prends la main, je regarde nos mains entremêler et tu me rappelles notre promesse...

-Toi et moi... Pour toujours et à jamais...

Tu avais glissé tes mains dans mes cheveux avant de m'embrasser, glissant mes mains autour de ta taille je te maintenais contre moi ne voulant plus te lâcher oubliant même pourquoi nous étions en train de nous disputer. Mais tu me murmures quelques mots qui me font sourire avant que je ne colle mon front contre le tien, je te tire par la main avant que je ne m'allonge sur le lit présent et que je glisse mes mains sous ton chemiser pour caresser tes reins.

-D'accord... Je ferais mon maximum pour éviter de faire éclater ma jalousie devant les autres.

Je glisse ma main droite jusqu'à ta nuque pour t'abaisser jusqu'à mon niveau pour que je m'enivre avec tes lèvres aux délicieux goûts de chocolat.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Elhiya Ellis, le  Ven 23 Fév 2018 - 16:48


free my mind


Pv Jace
LA dans les signa
♫♫
(づ ̄ ³ ̄)づ Contenu sensible
(enfin possiblement)



Les mots murmurés avaient trouvé leur route vers ton esprit. Timides mais vibrants trop intensément pour que je puisse chercher à m’extirper de l’emprise que tu avais sur moi. Je l’avais toujours su, ça avait été une évidence ce soir sur le balcon, puis ça avait pris forme dans la mort d’une liqueur. Tu pouvais faire de moi ce que tu voulais.

Il ne fallait pas

Et pourtant. Je ne bougeais pas, je ne voulais pas, je ne pouvais pas. Ce souffle sur mes lèvres, cette chaleur, cette douceur….

Il ne fallait pas

Encore une fois, ne serait-ce qu’une fois. Une sans alcool. Une simple preuve que ça n’avait pas été une erreur, une pulsion alcoolisée…

Il ne fallait pas

Mais j’avais abdiqué avant même que tu me le demandais, avant même qu’un mal de crane avait enivré mes sens, avant même que les yeux fermés, tu sellais d’un baiser tout ce que nous avions toujours détesté.

Ho, il ne fallait pas…

Mais alors, pourquoi, la pression contre mes hanches, cet espace désormais inexistant entre nous, engourdissaient la moindre de mes pensées ? Pourquoi les tambourinements de mon cœur dans ma poitrine couvraient la moindre réflexion possible ? Pourquoi je répondais tout naturellement à la caresse de la pointe de ta langue se frayant un chemin entre mes lèvres ?

Il ne…

                          ….. Fallait….

                                                …pas…


Or, les joues rougies, je t’avais laissé nous empoter en arrière, sur les matelas de la pièce. Ceux même qui accueillaient innocemment nos batailles de pop-corn. Ceux même que Lucy préparait pour nos venues. Ceux même trop moelleux et confortables pour que mes genoux sur le sol ne réagissent à la place du frissonnement de mes sens au passage de tes doigts sous ma chemise.

Trop tard

Un simple passage de ma langue sur ma lèvre inférieure pour l’humidifier, et me laisser perdre pied. Clore les paupières, ne plus rien voir, ne plus rien sentir hors mis la chaleur de ton être contre le mien, ta main perdue dans mes cheveux blonds et cet arôme cacaoté....

Vraiment trop tard

On avait dit qu’on ne les laisserait pas faire de nous ce qu’ils voulaient. On avait dit qu’on ne serait jamais de simples pions sur des échiquiers. On avait dit qu’on ne ferait pas ce qu’ils attendaient nous. Alors, explique-moi Amour pourquoi les boutons de ta chemise avaient déjà pris la fuite au simple contact de mes doigts. Alors dit-moi Amour pourquoi les choses ont tourné ainsi ? Dis-moi Amour pourquoi tout a volé en éclat depuis notre encontre ? Dis-moi ? Entends mes doutes, mes craintes et mes peurs au milieu de ce sulfureux baiser. Écoute moi et dis-moi que ce n’est pas que passager, que tu ne joues pas uniquement comme je peux le faire avec d’autres. Dis-moi juste ce que je veux entendre avant de m’abandonner en toi.

Mens-moi si tu le veux, moi… je n’ai jamais su faire semblant tu sais..

Le souffle précipité, cette même pointe étouffant mon cœur, nichée dans ton cou, je t’offrais cette dernière supplique te proposant de faire sauter le peu de maitrise subsistant. En juste quelques mots auxquels je ne croyais plus...

–Si c’est vrai… redis-le...
Jace Becker
Jace Becker
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Jace Becker, le  Lun 26 Fév 2018 - 0:10

Malgré le fait que tu n'étais pas vraiment pour ce genre de pratique, tu ne peux nier ce que tu ressens pour moi, ta peau frissonnante au contact de mes doigts sous ton chemiser. Tu te décides à fermer les yeux et venir contre moi me permettant de passer ma main dans tes doux cheveux dorés. Ton odeur et ton goût se mélangent dans mon esprit et mon être réagis, le tien aussi visiblement voyant ma chemise se défaire avec une telle rapidité... Je préférais savourer tes doigts sur mon torse nu. Tu te penches alors sur moi laissant libre cours à mes mains un peu trop baladeuses se baladant désormais sous ta jupe et tu me demandes une simple chose, une simple chose qui signifie énormément pour n'importe quelle autre personne sensée.

Je fais remonter ma main droite jusqu'à ton visage, posant ma paume contre ta joue je fixe tes yeux, a un point où je pourrais jurer voir les miens dans les tiens. Puis je pose un baiser sur tu s douce lèvre avant de te susurrer trois petits mots.

-Je t'aime.

Mais contre toute attente, je décide simplement de te serrer fort contre moi peur. Peur que tu t'en ailles sans raison, peur qu'on t'arrache à moi. J'aimerais que cette salle soit coupée du temps et que nous restions simplement que tous les deux, ne plus devoir croiser ses insectes de l'école partout dans les couloirs et les entendre piailler... Simplement toi et moi, pour toujours et à jamais.
Contenu sponsorisé

Détente autour du feu - Page 22 Empty
Re: Détente autour du feu
Contenu sponsorisé, le  

Page 22 sur 24

 Détente autour du feu

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 21, 22, 23, 24  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.