AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande
Page 23 sur 23
Détente autour du feu
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 21, 22, 23
Jace Becker
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard

Re: Détente autour du feu

Message par : Jace Becker, Lun 26 Fév 2018 - 0:10


Malgré le fait que tu n'étais pas vraiment pour ce genre de pratique, tu ne peux nier ce que tu ressens pour moi, ta peau frissonnante au contact de mes doigts sous ton chemiser. Tu te décides à fermer les yeux et venir contre moi me permettant de passer ma main dans tes doux cheveux dorés. Ton odeur et ton goût se mélangent dans mon esprit et mon être réagis, le tien aussi visiblement voyant ma chemise se défaire avec une telle rapidité... Je préférais savourer tes doigts sur mon torse nu. Tu te penches alors sur moi laissant libre cours à mes mains un peu trop baladeuses se baladant désormais sous ta jupe et tu me demandes une simple chose, une simple chose qui signifie énormément pour n'importe quelle autre personne sensée.

Je fais remonter ma main droite jusqu'à ton visage, posant ma paume contre ta joue je fixe tes yeux, a un point où je pourrais jurer voir les miens dans les tiens. Puis je pose un baiser sur tu s douce lèvre avant de te susurrer trois petits mots.

-Je t'aime.

Mais contre toute attente, je décide simplement de te serrer fort contre moi peur. Peur que tu t'en ailles sans raison, peur qu'on t'arrache à moi. J'aimerais que cette salle soit coupée du temps et que nous restions simplement que tous les deux, ne plus devoir croiser ses insectes de l'école partout dans les couloirs et les entendre piailler... Simplement toi et moi, pour toujours et à jamais.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Détente autour du feu

Message par : Elhiya Ellis, Lun 26 Fév 2018 - 11:42



free my mind


Pv Jace
LA dans les signa
♫♫
(づ ̄ ³ ̄)づ Contenu sensible
(enfin possiblement, un bisou quoi..)




Le silence.

Celui caché derrière les tambourinements assourdissant de mon palpitant. Celui présent derrière ma respiration affolée. Celui qui étreignait douloureusement chaque seconde écoulée où tu ne répondais pas. Ce silence trop long, où le temps semblait s’être arrêté juste pour me faire regretter ma supplique et le moindre de mes gestes absents….

Avec les autres, je ne posais pas de questions. Je ne cherchais pas à comprendre, je ne faisais pas d’offre à multiples choix, je n’avais pas mal de ne pas les voir toute une journée, je pouvais me passer d’eux, et faire comme s’il n’existaient pas. Même lui, dont tu étais jaloux n’était pas capable de rendre la moindre seconde de silence insupportable... mais tu n’avais jamais été les autres, ni avant, ni maintenant. Et ton silence m’asphyxiait encore plus…

J’ignorais ce que je voulais entendre. J’ignorais même si je voulais que tu dises quelque chose, je voulais juste ne plus avoir le cœur enserré de la sorte. Je voulais juste que tu fasses disparaitre le monde au tour de nous. Comme cette nuit sous les étoiles à la volière, comme cette nuit dans le sofa de la salle commune, comme sur les pavés du village de grand-mère, comme… comme à chaque fois où nous étions ensemble... Je voulais juste pouvoir être moi-même à nouveau, sans ces reproches avec lesquels tu m’assommais depuis quelques temps. Juste moi entière. Car c’était toujours ainsi que j’avais été avec toi… Vivante...

Continue à faire de moi ce que tu veux, mais permets moi à nouveau de respirer pleinement. Même si tu n’es pas le seul et unique à le faire. Tu restes le seul à en avoir la capacité pour toujours et à jamais

Alors cette main sur ma joue, dans laquelle je me blottissais une seconde avant de planter mes opales dans les tiennes, sonnait comme libératrice. Qu’importait les mots qui viendraient par la suite, un geste un seul, pouvait suffire à détrôner mille palabres. Mon cœur ratait un nouveau battement en se perdant dans l’océan de tes yeux. A quand remontait la dernière fois où je m’étais perdue dedans sans que l’alcool ne me force à rigoler pour parer l’empourprement brulant de mes joues ? Je ne savais plus.  Je m’en foutais. Ça n’existait plus. Ni ces questions, ni ces doutes, ni cet interdit, ni les mises en garde familiale. Tout disparaissait en un simple contact doucereux sur mes lèvres.

Plus rien

Non, plus rien n’avait d’importance à l’instant, rien hormis cette vague de chaleur étreignant mon être de part en part. Le monde pouvait bien s’écrouler, j’en avais que faire tant que je pouvais rester quelques instants de plus contre ton cœur. Tant qu’on ne venait pas me rappeler qu’on avait pas le droit… Et cette étreinte, un peu trop forte autour de moi, cette étreinte ressemblait trop à mes propres suppliques pour que je les ignore. Les yeux fermés, soupirant de soulagement aucun mots ne trouvait le chemin hors de ma bouche pour te rassurer. Au prix d’un effort, les lèvres pincé, l’estomac retourné, un simple murmure qui ne te parvenait pas s’était faiblement échappé.

Comme je détestais utiliser ce genre de mots. Ils étaient si faciles à contrer, à retourner, à faire en sorte qu’ils ne signifiaient rien. Je les trouvais étonnement hypocrites alors qu’hors de ta bouche ils avaient pu m’apaiser superficiellement.  Y’en avait un autre qui me les avait balancés ces quelques petits mots. Avec toute la sincérité du monde si j’avais bien compris, et pourtant, ça n’avait été qu’une illusion, un mensonge auréolé de sourire, rien de plus… Des promesses balancées en l’air, des semblant de justifications, ces 3 petits mots trimballaient des bagages bien trop sombres pour que je puisse les occulter, mais pourtant, quelque part, inconsciemment je voulais les croire… Alors glissant sur ton flan,une main dans ton dos, je t’attirais à moi, sans un mot. Effleurant juste tes lèvres avec douceur, laissant mes doigts partir dans tes cheveux pour me perdre en un silence des plus bavards.

There's nothing else to compare
The sight of you leaves me weak
There are no words left to speak
I wanna hold you so much
Please let me know that it's real
And let me love you


Besoin de rien d'autre.... la chaleur de ton corps contre le mien.. ma main glissant au creux de tes reins, l'autre t'emprisonnant... rien d'autre que nous, dans un second moment de liberté éphémère... toi, moi, nous again
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Détente autour du feu

Message par : Jace Becker, Mar 27 Fév 2018 - 10:25


TW (comme plus haut)

Je sens ton coeur battre à l'unisson avec les miens, ta chaleur m'envahit également alors que je fais tout pour te garder contre moi. Dès l'instant je voulais que l'accès à cette salle soit bloqué rien que pour nous, pour que nous puissions restait comme ça aussi longtemps que tu le désirais.

Dans le noir, tu me sacrifieras tes sourires,
Je suis l'esclave de ta lumière.
Mais le tyran de tes nuits.


Tu glisses pour te mettre à côté de moi avec une main dans mon dos pour m'attirer au-dessus de toi faisant voler quelques morceaux de tissus supplémentaires. Glissant de tes lèvres jusqu'à ton cou j'embrasse quelques instants tes formes féminines glissant ma main gauche le long de ta cuisse avant de commencer notre danse charnelle à l'abri de tout regard.

Percée, bercée dans mes serres,
Tu coopères, sur ton corps j'opère,
Sans résistance,
Tu te perds dans l'impuissance,
Tu me sers dans l'insouciance.


Après la tranchante parole de nos corps, je te garde contre moi. Dos a moi je te serre dans mes bras ne voulant plus bouger une nouvelle fois simplement être avec toi. Posant un dernier baiser sur ton épaule avant de ricaner je te murmure à l'oreille.

-J'aimerai biens rester ici...

Posant ma tête contre ton cou je commence à sentir ton doux parfum, et nous restons là je ne sais pas vraiment combien de temps mais nous nous en fichons tans que nous sommes ensemble. Petite pensée en imaginant que tu aies froid, une couverture est apparu à côté de moi tendant le bras pour la récupérer avant de l'installer sur nos corps.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Détente autour du feu

Message par : Elhiya Ellis, Mar 27 Fév 2018 - 17:06



free my mind


Pv Jace
LA dans les signa
♫♫
(づ ̄ ³ ̄)づ Contenu sensible à ce qui parait


Il y’avait eu ce je ne savais quoi, cette barrière effondrée violement, ricochant sur les tréfonds de mes pensées, arrachant le peu de conscience restant bâillonnée au fond d’un vieux cachot. Elle avait dû gueuler, je l’entendais pas. Elle avait dû taper contre les barreaux de sa cage, je ne la voyais pas. Elle avait dû s’arracher les ongles sur son par terre de bitume pour tenter de communiquer avec moi. Mais elle avait perdue, une fois de plus, enfermée dans son coin, sans possibilité de s’exprimer, se prenant de plein fouet une nouvelle gifle magistrale lui rappelant qu’elle ne servait à rien, jamais. Alors elle s’était roulée en boule dans son coin, spectatrice muette, prenant soin de ne pas se manifester quand je frémissais à la course de tes lèvres sur ma peau.

Le sillon humide que tu dessinais étourdissait mon esprit, l’engourdissant dans un frisson glacial. Au loin l’écho mourant du « il ne fallait pas » terminait sa chute sous la pulpe des doigts brulants courant sous une étoffe de tissus. Un souffle sur ma bouche, un chant étourdissant de battement de cœur, quelques bruissements de cotons abandonnés sous la chaleur suffocante du moment.

Et plus rien

Le monde autour avait disparu, si soudainement, si doucereusement. Seul le contact de ton corps contre le mien semblait subsister.  Je perdais pieds, me contractais sous ta douceur perdue, mordant ma lèvre inférieure lors qu’une bouffé d’air fraiche prise dans ton cou.  Avant que le bout de mes doigts ne dessine voluptusement la chute de tes reins, te conservant un peu plus près de moi, me nourrissant de ce moment volé au temps.

Plus rien

Si ce n’était le chant de mes battements de cœur suivant douloureusement le tien. Chaque souffle, chaque heure nous avait mené, pas à pas jusqu’à ce maintenant. Je ne voulais pas savoir ce que serai l’après, je ne voulais pas rouvrir les yeux, je ne voulais pas recouvrir la raison. Que cette affection interdite la dévore pleinement, entièrement, dans une danse moite.  Qu’elle me laisse m’abandonner en toi, encore et encore. Que ce tourbillon étirant la moindre parcelle de ma peau détruise ma retenue.

Rien

Quelques sons étouffés glissant sur ma langue, un dernière vibration le long de l’échine de mon dos, te confiant mon cœur, mon cœur et mon âme. Marionnette glissée entre tes bras, la seule complainte restante fut celle de mon souffle en quête de repos. Oublié pour cet instant ceux qui tiraient les ficelles au-dessus de nos têtes. Oublié les choix effectués par autrui, juste pour l’instant on pouvait croire que nous dessinions notre propre chemin. Qu’importait que ce fusse monté de toute pièce, qu’importait …. Le retour à la réalité

Rester ici, oui, c’était une bonne idée, sauf que ce n’était pas vraiment possible ça. S’enfermer éternellement dans une bulle de coton et fermer les yeux. Mais pourquoi pas rester un petit peu plus longtemps. Je ne voulais pas sortir de toute façon, alors, autant rester blottie contre toi sous cette couette à fixer un détail du plafond. C’était bien le plafond non ? Au moins le plafond il parlait pas lui, et m'intimait de me taire, ou du moins essayait...

-On peut un peu... si tu veux... mais faudra parler quand même...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Détente autour du feu

Message par : Jace Becker, Mar 6 Mar 2018 - 22:56


Parcourant le long de ton échine avec mon doigt, jouant avec mes doigts contre ta peau je savoure ce petit moment de plaisir avant le retour à la réalité qui va suivre... Tu te bascules sur le dos et fixe le plafond, prenant ta main dans la mienne je me mets sur le dos également fixant le même point que toi et tu parles, toi qui ne serais pas adeptes de parole inutile voir de parole tout court, tu parles, tu demandes à ce qu'ON parle.
Je tourne alors ma tête vers toi, regardant ta chevelure dorée... Prenant une mèche délicatement dans mes doigts je commence à jouer avec en soupirant.

-De quoi veux-tu parler Love?

Petit sourire amusé avant de croiser tu'les magnifiques yeux.

-J'ai été si nul que ça ?

J'espère pas ! Ce serait vachement frustrant quand même... Puis je lâche t'es cheveux et je me mets en position assise tans bien que mal sur les coussins pour commencer a m'habiller te laissant la pleine couverture. Une fois le pantalon enfilé je m'allonge de nouveau à t'es coté.

-J'aurai quelque chose aussi à te dire mais plus tard ce n'est pas important.

Il va bien falloir que je lui en parle de mon projet de tour du monde, et vos mieux que ce soit moi et pas un autre et je vais me prendre de sacrée claque sinon.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Détente autour du feu

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 8 Mar 2018 - 17:39



free my mind


Pv Jace
LA dans les signa

Une question à ma demande. Une stupide question. Comment était-il possible de faire comme si de rien n’était ? comment était-il possible de juste fermer les yeux ? Comment faire taire ce qui à été dit, fait et ce que ça comporte. Ce n’est pas si simple, je sais plus faire semblant, plus depuis l’autre, je sais plus mentir, je sais juste plu prétendre. Alors, si toi tu veux jouer, joue, mais moi, je sais plus comment ça marche, surtout pas maintenant, tu n’as pas conscience ? Non bien sûr…. Sinon tu ne me demanderais pas de te rassurer sur…. Sur tes capacités autres communicative. J’avais pouffée de rire, te gratifiant d’une tape sur le torse.

-Tsss, t’es bête

Et pourtant, je ne pouvais m’empêcher de sourire bêtement pendant que tu récupérais un bout de tissu abandonné dans un coin et de me dire que c’était dommage qu’il n’y ai pas de douche comme chez mémé. Les pensées s’en donnainet à cœur joie, à diverger aussi facilement, rien de mieux pour me compliquer la tache. Déjà que je les mots n’étaient pas mon fort, si mon esprit devait aussi traitre que mon cœur qui avait trouvé normal de s’éveiller et rater un battement à ton annonce étrange, je n’allais pas m’en sortir.

D’un haussement de sourcil, je t’avais scruté un moment, méfiante, me demandant ce que tu me cachais de plus que des sentiments apparemment enfoui depuis un petit moment. Mes entrailles s’étaient désagréablement nouées redoutant un aveu désagréable que je ne saurai gérer.  Mais tant pis, ca attendrait. Ca attendrait que j’arrive à te demander tout simplement :

-Et maintenant ?

Oui, et maintenant ? On faisait quoi ? on faisait comment ? on sortait de là comme si de rien n’était ou c’était tout l’inverse ? Non, car moi là, je ne savais absolument pas ce que tes je t’aime impliquaient par la suite. Un lourd soupire m échappait pendant que je m enfuisssais sous la couette ne laissant que mes yeux dépasser

- Tu voulais me dire quoi aussi? Passe moi ma chemise steu plait

Changement de sujet c est bien aussi pour le moment. Je me voyais mal te dire ce qui me chiffonnait. Les boutons remis un à un, je soupirais légèrement. Parler ici n'était pas une bonne idée, ça allait dévier encore, encore une fois oui. J'en étais persuadée. I fallait aller ailleurs, dans les couloirs, où la fraicheur habituel redonnerait à mes joues une teinte correct et où nous serions plus corrects également. Un ébouriffage dans tes cheveux, j'avais bouffé comme une môme et t'avais balancé le reste des vêtements qu'il te manquait avant de fuir vers la porte.

-J'attends dehors, besoin de cookie de plus si faut bavasser tout le reste de la journée.

Clin d’œil amusé et la salle sur demande n'était plus. Juste les halls, les bruits de pas des élèves qui ls parcourrait et... retour à la normal... Si tant est soit peu que cela fusse réellement possible.

Fin du Rp
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Détente autour du feu

Message par : Lizzie Bennet, Ven 27 Avr 2018 - 16:54


@ Riri

On s’envole, on s’éclate, en toute innocence et impunité… Sauf que non. En vrai, l’état de Riri m’inquiétait, dès le début du cours. Et puis, quelqu’un que je respecte bien beaucoup m’avait demandé de veiller sur lui. Alors autant dire qu’à la fin du cours de vol, je lui avais fait signe d’approcher et l’ai discrètement conduit vers la salle sur demande. Je ne voulais pas qu’il soit intimidé ou quoi, mais clairement, s’il voulait parler en toute intimité, il valait mieux qu’on se retrouve à un endroit où nulle oreille indiscrète ne pourrait jamais trainer.

En approchant du couloir, je visualisais ce dont j’avais besoin. Un espace apaisant, calme et reposant. La chaleur du dernier feu de l’hiver, l’odeur réconfortante et quelque peu enivrante du bois. Bientôt, une petite porte s’était laissée deviner, et j’en avais saisi la poignée, le coeur en joie. C’était la première fois que je revenais ici, depuis bien longtemps. Cette salle avait toujours recouvert un nombre infini de possibilités… J'emboîtais le pas à mon élève.

L’oeil rêveur, j’observais à ma gauche une casserole ; en son sein, un lait encore frémissant. Et à côté, une boîte cubique, aux couleurs chocolatées. J’en appréciais la langueur hivernal. Cela avait tout l’air du dernier confessionnel avant le véritable commencement du printemps. Je commençais à préparer le chocolat chaud, espérant qu'il aime ça.
En principe, la Salle ne pouvait se tromper, non ?
— Si tu as besoin de parler, n’hésite pas, Riri. Ce qui se dit entre ces murs n’en sortira pas.
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Détente autour du feu

Message par : Riri Vacuitas, Sam 5 Mai 2018 - 16:29


La prof m’avait demandé de la suivre jusqu’ici. Elle avait probablement des choses à me dire, ou a me demander. Je ne sais pas puisque c’est elle la prof. C’est elle qui mènera la danse et moi, je me contenterais d’attendre dans l’indifférence que se sois fini pour ensuite retourner dans ce qui ressemble à ma chambre. Après m’être assis j’attends qu’elle parle, dise ce qu’elle attends de moi. Après l’avoir écouté, je comprend que c’est elle qui attend que je lui dise quelque chose, comme-ci elle savait déjà ce que je pouvais potentiellement dire.

Mon regard se relève, un peu intrigué par la question fraîchement posée. Je ne sais pas trop, je ne sais pas vraiment ce qu’elle attend vraiment. Si elle s’attend à quelque chose ou si elle pose la question par pure pédagogie. Puis, l’instant d’un instant qui dure qu’un court instant. Je me dit qu’elle peu … ne peu pas comprendre. Alors mon regard s’éteint un peu face à ma réalité. Puisque j'ai appris des choses, compris des trucs, deviné des élément et suis sortis du quotidien de l'élève parfait. C'est peut-être ça qui me fait peur d'avancer, ce qui est nouveau.

« Ho, vous savez, c’est juste que les cours ça se fait long je m’y ennuis et les jours se ressemblent dans ce chateau. J’ai l’impression de ne plus y être à ma place. Je me contente d’attendre les ASPIC. »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Détente autour du feu

Message par : Lizzie Bennet, Sam 12 Mai 2018 - 15:25


Il déb*te des mots tout prêts. Des mots qu’il a du donner à d’autres, qui ont quelque chose d’usé en eux. Un peu comme ce survet de sport qu’on porte trop de jours d’affilée quand on traine dans sa chambre et tourne en rond. Des mots qui prennent un certain confort, de part la vérité tristement partielle qu’ils délivrent.

J’suis pas très douée avec les mots, mais j’essaie quand même.
— L’ennui, à la limite, c’est si universel que ça en devient un calvaire banal. J’peux te trouver des activités ou des bouquins pour te changer les idées si tu veux. Mais… Le fait de ne plus se sentir à sa place… C’est tout de même un seuil au-dessus. Je crois. Enfin, pas que les douleurs se hiérarchisent.


Marquer un temps. Je dis de la m*rde non ? Pourquoi on me laisse en compagnie d’enfants m*rde ! Je sais pas du tout comment faire avec eux. Tant que c’est pas les miens, que j’ai pas mes marques, j’suis complètement perdue. Fermer les yeux. Imaginer que c’est Beauden, rentrant l’air tristoune à la maison.
— Tu es sûr qu’il ne s’est rien passé qui t’a mis dans cet état ? Passer sa vie à attendre, c’est pas très nourrissant, il me semble.
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Détente autour du feu

Message par : Riri Vacuitas, Dim 13 Mai 2018 - 20:26


Je l’écoute et je me doute qu’elle a envie de m’emmener quelque part, emmener la discussion sur un sujet précis. Les raisons, il est probables que je les connaissent. Je ne peux pas lui dire que je me lasse parce que le quotidien me menace d’ennuis alors je l’ai fuit. Je l’écoute quand même, même si je doute de l’utilité de cette discussion.

« Rien de plus ou de moins que de la réflexion couplé à de la prise de décision. Après tout, on s’ennuie entre ces murs, alors on cherche des choses à faire en familles. Je pense que tout les adolescents de 16 ans passent par là non ? »

Il y a des choses d’une banalité mortelle. Il y a des choses que je sais, des sujets nocturnes à évité. La nuit on se perd plus facilement dans ses pensées, on a envie de se livrer, de dire ses vérité et de partagé ce qui nous fait douter. Mais il fait jour et elle n’est pas mon amie. Aucune raison de me confier même si je sais peut-être trop de chose sur … Les choses environnante.

« Mais je crois que vous avez une idée précise en tête. Un point de la discussion que vous souhaitez atteindre. Peut-être que vous devriez y venir directement ... »

J’en avais simplement le sentiment, et si je me trompais, cela passerait pour une grosse provocation. Il est vrais que ça ne me ressemble pas vraiment. Mais bon, ces temps sont bizarre après tout.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Détente autour du feu

Message par : Lizzie Bennet, Mar 15 Mai 2018 - 18:54


Il me rejoint quant à la question de l’universalité de l’ennui. Pourtant, je sens qu’il y a quelque chose de plus. Il semblerait, cependant, qu’il ne soit pas décidé à m’en dire plus tant que je n’opte pas pour une approche plus directe.

Je tire intérieurement la langue ; j’espérais un peu qu’il me facilite la tache, mais soit. Le regard un rien triste, je ne savais trop comment me frayer le chemin vers sa confiance. La porte semblait si verrouillée...
— Ton état m’a préoccupée, en vol. Il y avait quelque chose qui ne te ressemblait pas.


Il n’allait sans doute pas desceller ses lèvres pour si peu. Alors je tâtonnais en direction d’une vérité plus précise.
— Et puis, je ne suis pas la seule à me soucier de comment tu vas. Une connaissance commune m’a demandé de veiller sur toi.


J'aurais aimé, à son âge, avoir été plus ouverte à l'aide que l'on me tendait. Quand j'y repensais — Riu avait été là pour moi. Malgré ses sarcasmes et ses cynismes, il avait pris soin de moi après que le prof de médicomagie m'ait passée à tabac. Il m'avait fait confiance. Et puis, Evan aussi, même si ses motifs étaient différents.

Tout ce que je souhaitais, c'était que Riri soit moins têtu que moi. Qu'il ne ferme pas toutes les portes qui désiraient s'ouvrir à lui. Car lorsque le monde s'effondre, on ne peut lutter seul. Et ce n'est pas une faiblesse que de parler. C'est plutôt l'inverse ; cela demande du courage de faire part de ses craintes, de ses vulnérabilités.

J'aurais aimé pouvoir dire tout cela à la Lizzie d'il y a quelques années ; il était trop tard, cependant. Tout ce que je pouvais faire, c'était échouer moins avec lui qu'avec moi-même. En serions-nous capables ?
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Détente autour du feu

Message par : Riri Vacuitas, Dim 20 Mai 2018 - 20:11


Je la regarde d’un air un peu surpris. Je ne sais pas vraiment ce qu’elle veut dire ou ce qu’elle cherche à me faire dire. Des choses qui ne me ressemblaient pas ? Me connaissait-elle seulement ? Probablement pas que je … me connaît. Je ne sais pas vraiment quoi lui répondre, une connaissance commune ?

Une connaissance commune, nous n’avons pas d’amis commun. C’est donc forcement une connaissance de type ténébreuse. Alors je la regarde avant de poser ma question. Puisque je n’avance pas en terrain inconnu.

« Une connaissance masqué ? »

Il ne reste plus qu’a attendre sa réponse. Qu’elle me réponde et me ponde enfin ce qu’elle semble avoir derrière la tête. L’inquiétude est une chose, mais la persistance une autre. Il y a bien longtemps que j’aurais lâché l’affaire à sa place. Seulement, elle semble s’obstiner à vouloir savoir ce qu’il y a derrière tout ça. Je l’ai pourtant dit, la vérité qui cache le reste des mécanisme de défense. Mais je l’ai quand même dit, alors j’attends juste sa réponse, et j’espère que sa finira par se finir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Détente autour du feu

Message par : Lizzie Bennet, Hier à 16:59


L’élève semble enfin réagir ; il dit le mot clef. Le mot qui confirme que je ne me trompe pas à son sujet. Enfin, se tromper n’est sans doute pas le mot. Mais s’il avait choisi de nier tout cela, on aurait pas pu aller bien loin. C’est un peu comme s’il me tendait la main, laissant de nouvelles possibilités s’esquisser.

— Exactement. Un masque rouge, pour être exacte. Il m’a parlé de toi comme quelqu’un en qui il avait confiance… Naturellement, cela ne pouvait me rendre que plus attentive à ton égard.


Un temps de pause. Je ne sais trop que dire — si l’intérieur de mes émotions peut être contrôlé, ce qui se trouve à l’extérieur, comme les siennes, est voué à m’échapper. J’aimerais pourtant, l’épauler. L’aider à mettre la douleur, l’ennui et leurs troupes à leur place.

— Je sais que défendre ses idées peut être laborieux, voire dangereux lorsque l’on si prend plutôt en solo. Donc sache que si tu as besoin d’aide pour quelque chose, ou juste de parler, je suis là. Après, c'est à toi de voir ce que tu comptes en faire, bien évidemment.


Les mains se tendent, se retirent, dansent ; mais pour qu'elles s'étreignent avec une relative stabilité, il faut que les deux s'entendent, s'accordent, et finalement jouent la même musique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Détente autour du feu

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 23 sur 23

 Détente autour du feu

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 21, 22, 23

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.