AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 11 sur 12
La Salle des Profs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
Alhena Peverell
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: La Salle des Profs

Message par : Alhena Peverell, Ven 30 Sep 2016, 07:33


Faire. Que puis-je faire ? Mais pour quoi faire ? À quoi ça sert de proposer ses services aux gens, sans aucun retour. Alhena reçoit, elle ne rend jamais sauf les coups et les mots acerbes. Elle peut donner quand elle a envie. Mais elle ne suit pas, elle lance les mouvements. Et tu demandais ce que tu pouvais faire pour elle ? Malheureusement rien. Personne ne peut rien faire pour elle. Enfin ce n'est pas tout à fait vrai, mais faudrait-elle encore que cette personne soit en vie. Qui c'est ce qu'il s'est passé en dix ans. Et puis, la rancoeur est encore tenace et la vengeance fraiche pour toi. La haine et l'amertume. Un des remords qui te rongent la peau.

Tu restes de marbre. Tes lèvres ne s'ouvrent pas et ton regard reste fixé sur la fenêtre. Une sorte de buée s'est récrée et tu peux voir complètement ton reflet. Les détails, les qualités et les défauts te font face. Tu évites ce face à face avec toi-même ainsi que la question de Ian. Franchement ? Tu avais l'air d'avoir besoin d'aide ? Tu n'étais pas une princesse en détresse. T'éloignant de la fenêtre, tu vas poser ta tasse dans l'évier. Un elfe viendra sûrement la nettoyer. Tu soupires légèrement, te demandant pourquoi, d'un coup la pression est retombée. As-tu peur ?

- Il n'y a rien à faire.

Il y aurait tant de chose à faire, mais ça tu ne peux pas le savoir Benbow. Tu auras beau la regarder, contempler sa pureté et jouer avec sa chevelure ébène. Tu pourras toucher ses lèvres autant qu'il te plaira. Ça ne t'ouvrira jamais les portes de son coeur, ni de son esprit. Personne n'a réussi et personne ne réussira jamais. Et dans le fond, est-ce que cela t'apporte quelque chose ? Qu'est-ce qu'il te plait chez elle ? Sa façade ? Si tu connaissais l'intérieur. Le truc en lambeaux, cramé et miséricordieux. Cette âme déchirée, ses souffrances, ce démon, ses mains pleines de sang. À côté, tu es un enfant de coeur qui regarde la vierge. Que pourrais-tu faire ? Tes mots, tes actes n'atteignent pas les sommets, le fond du gouffre. Tu es face à un mur de glace. Mais peut-on seulement le faire fondre ? Est-ce réellement de la glace, ou une simple illusion destinée à donner de l'espoir ?

- Sinon, vous n'avez personne dans la vie ? J'ai eu l'impression qu'embrasser une autre femme ne vous a pas plus dérangé que cela. Je me trompe ?

De dos, tu tournes sur toi-même et vas t'installer face à tes copies. Un léger sourire factice sur les lèvres. Il trompe tout le monde. Faire semblant, mentir avec des gestes et des mots. Tellement simple et facile. Reine du mensonge d'un jour, reine toujours. Une main dans les cheveux, comme pour vérifier qu'il n'a pas laisser de trace sur ton corps. Instinct de préservation. Tu es comme une oeuvre d'art à qui on voudrait ressembler. Ne pas toucher, contempler avec les yeux. Bulle impénétrable. Et pourtant... Tu vis avec les personnes qui rentre dans la pièce, parce qu'au fond, la vie n'est qu'une simple succession de petite pièce.

- Ce n'est qu'un fait évidemment. Vous devez certainement avoir une morale.

Ou pas. Mais ça, ça se lit dans tes yeux. Dans le regard que tu lui jètes. As-tu réussi à le cerner ? Est-il rentré dans ton paquet de carte, sur le plateau d'échec ?
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: La Salle des Profs

Message par : Ian Benbow, Mar 11 Oct 2016, 10:54


Desolé pour le retard MDR

Je lui demande sans trop y croire, je sais qu'elle ne voudra pas me répondre, qu'elle ne désire pas s'ouvrir à moi. Pas si vite, en tout cas. Peut-être un jour, qui sait. J'ai de nombreuses années devant moi, et Alhena et moi sommes censés nous côtoyer chaque jours dans les années à venir. J'ai le temps, bien que légèrement impatient. Je l'observe se détourner de la fenêtre, déposer sa tasse dans l'évier puis m'adresser la parole. Comme attendu, elle ne me dira rien. Elle botte en touche, comme disent les moldus. Elle me dit que rien ne peut être fait. Faux. Une situation ne stagne jamais, soit elle s'améliore, soit elle se détériore. Et quand on ne fait rien, bah elle se détériore.

La fuite n'est jamais la bonne solution. Elle semble l'être, au début. On peut la comparer à l'alcool, dans un sens. Bonne à prendre quand on en a besoin, mais lorsque les effets secondaires pointent le bout de leur nez, on l'a regrette. Toujours. Fuir ne règle pas un problème, elle le post-pose. De plusieurs jours, plusieurs mois, plusieurs années pour les plus chanceux. M'enfin, je m'emballe peut-être. Si ça se trouve, elle n'a rien à fuir et je me fais des idées.

- Sinon, vous n'avez personne dans la vie ? J'ai eu l'impression qu'embrasser une autre femme ne vous a pas plus dérangé que cela. Je me trompe ?

Je souris, encore et toujours. Non ça ne m'a pas dérangé du tout, Miss Peverell. J'aimerai embrasser autant de femme qu'il y en a dans le monde. Et pour ça, je ne ferai guère attention aux origines ou autres détails. Non. La femme est belle, peu importe d'où elle vient, à quoi elle ressemble. Ne me confondez pas avec un romantique, loin de là. Je suis juste amoureux, non pas d'une femme mais de La Femme. Alhena, Malicia, Emily ou Brigitte. Peu importe son nom. Je l'aime, et c'est tout.

Elle se retrouve face à ces copies, celle dont elle parlait tout à l'heure. J'en reviens à penser aux morveux, je jette un nouveau coup d'œil à ma montre. Tard, presque trop. J'en ai passe du temps ici. Plus que je ne l'aurai cru, ou voulu. L'heure de m'en aller approche, mais je veux en profiter encore un peu. Qui sait, je ne dormirai peut-être pas seule ce soir. Elle parle, je l'écoute en me rapprochant.

- Ce n'est qu'un fait évidemment. Vous devez certainement avoir une morale.

J'ai l'impression qu'il s'agit plus d'une question que d'une affirmation. Je ris discrètement. La morale. À quoi sert-elle exactement ? Je n'ai jamais vraiment su. Si Alhena le sait, elle pourra peut-être éclairer ma lanterne. Je décide de répondre à cette fausse affirmation en priorité. Je sais qu'elle veut entendre mon point de vue sur la question, sinon elle ne demanderai pas.

- Pour vous dire la vérité, je pense.. Non, je suis sûr, que la morale serait un frein à mes ambitions. Enfaite, elle est un frein dans la vie tout court. Elle nous empêche d'être nous, de suivre nos instincts primaires dirais-je. Si je suis le plus fort et le plus intelligent, je prends ce qui m'est dû. Et si je suis l'opposé et bien.. Heureusement, je ne le suis pas. Je rigole. Je ne m'encombre pas de choses qui me rendent faibles.. Amis, l'amour, l'empathie, la.. morale..

Je m'assieds à nouveau. Petite douleur au talon, je n'aime pas rester debout trop longtemps. J'enchaîne sur la toute première demande d'Alhena. Celle où elle me demande si je suis accompagné.

- Du coup, vous devinez ma réponse à votre autre question. Je n'ai, effectivement, personne dans ma vie. Premierement, parce que l'amour n'est qu'un handicap. Tout comme la morale dont je parlais toute à l'heure, elle nous embrume l'esprit, nous fait oublier qui nous sommes réellement. Nous fait faire des bêtises. Et deuxièmement, parce que ça serait du gâchis, je crois. Je ris à nouveau. Non, plus sérieusement, je ne pense pas être l'homme d'une femme. J'aime la femme, en général. J'essaie de profiter des charmes de chacune d'entre-vous.

Mon regard se porte sur Alhena. J'essaie d'établir un contact visuel.

- Je vous retourne la question. Il me semble que ce baiser s'est amusé à faire ressurgir quelques souvenirs à la surface. Je laisse quelques secondes de silence. Dans tout les cas, si l'usage de mes baiser rappeltout vous semble nécessaire à l'avenir, vous savez où me trouver.

Des avances, tout en tentant de détendre l'atmosphère. Je ne suis pas un bon dragueur, très souvent la vue de mon visage et de mes abdos suffisent à faire chavirer les femmes. Je regarde ma montre, l'heure tourne.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Salle des Profs

Message par : Alhena Peverell, Jeu 20 Oct 2016, 13:24


Sorry, I'm late

La valse du monde.
Elle vous emporte, vous fait chavirer.
C'est une barque qui tangue entre le bien et le mal.
Une danse sur un accordéon qui résonne trop.
Un chemin insatisfaisant qui nous mène droit dans le mur.

Comme la morale.

La morale,
La morale,
La morale.
Elle retentit, fait écho dans ta tête jusqu'au mal de crâne.
La morale, tu en rigoles.
C'est tellement amusant la morale des autres.
Les hommes un jour, crois-tu, qu'ils finiront par comprendre ?
S'apercevoir que ce n'est qu'une foutaise la morale.
L'immorale, amorale parle au fond de nos êtres.
Nous pensons faire le bien, atteindre le juste.
La justice est au même prix que la morale : c'est une immense blague.
Vous vous battez pour une cause que vous jugez juste.
Mais ma cause, à mes yeux, est juste.
Tout ne serait donc qu'une question de point de vue ?
Immense.
Intersidérale.
Comme le vide.
La morale, ça n'existe pas.
C'est du vent.

- Pour vous dire la vérité, je pense.. Non, je suis sûr, que la morale serait un frein à mes ambitions. Enfaite, elle est un frein dans la vie tout court. Elle nous empêche d'être nous, de suivre nos instincts primaires dirais-je. Si je suis le plus fort et le plus intelligent, je prends ce qui m'est dû. Et si je suis l'opposé et bien.. Heureusement, je ne le suis pas. Je rigole. Je ne m'encombre pas de choses qui me rendent faibles.. Amis, l'amour, l'empathie, la.. morale..Du coup, vous devinez ma réponse à votre autre question. Je n'ai, effectivement, personne dans ma vie. Premierement, parce que l'amour n'est qu'un handicap. Tout comme la morale dont je parlais toute à l'heure, elle nous embrume l'esprit, nous fait oublier qui nous sommes réellement. Nous fait faire des bêtises. Et deuxièmement, parce que ça serait du gâchis, je crois. Je ris à nouveau. Non, plus sérieusement, je ne pense pas être l'homme d'une femme. J'aime la femme, en général. J'essaie de profiter des charmes de chacune d'entre-vous.  Je vous retourne la question. Il me semble que ce baiser s'est amusé à faire ressurgir quelques souvenirs à la surface. Je laisse quelques secondes de silence. Dans tout les cas, si l'usage de mes baiser rappeltout vous semble nécessaire à l'avenir, vous savez où me trouver.

Un baiser rappeltout ? Non Benbow, ce sont les baisers spéciaux qui nous plonge dans le passé. les beaux avec sensualité. Ceux qui donnent des frissons et parcours tout le long de ton échine. Ce n'était qu'une vulgaire expérience aujourd'hui. C'est la pluie, seulement la pluie qui fait fantasmer la brune. Ce sont ces gouttes d'eau qui glissent sur les fenêtres, ces grains qui s'écrasent violemment. Douceur et violence. Comme la vie, comme sa vie. On ne sait pas vraiment grand chose sur la pluie, la plupart du temps elle nous répugne. Mais si on se force, on la regarde de plus près. La pluie est bien, c'est bien plus beau que le soleil.

- Pas vraiment des rappeltout vos baisers, sans vouloir vous vexer. Je vous ai dit, j'aime bien la pluie. Mais .. je saurai quand même vous trouvez si nécessaire.

Rictus. Tu t'empares de ta plume et des tes copies. Tu vas aller finir ça dans tes appartements. Là où il n'y rien de tentant à faire, là où tu n'auras personne pour te donner l'excuse de ne pas le faire. Tu adresses un regard plein de sous-entendus, ta phrase ne l'est peut-être pas assez. Tu t'approches et l'embrasse sur les lèvres une nouvelle fois. Un autre contact mais différent, rapide et plus chaste. Juste un au revoir sans réel but, comme chez les américains. Rien de trop appuyé sur les intentions. Paradoxe avec tes paroles précédentes.

- À bientôt Benbow. Bonne chance pour ton premier cours, moi j'ai des copies à corriger.

La porte se claque et le rideau se ferme.

Départ d'Alhena
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: La Salle des Profs

Message par : Kyara Blanchet, Mar 06 Déc 2016, 13:17


Pv Evan - Suite de ce rp


En plus de la fraîcheur des couloirs, le château était grand. Kyara marcha donc pendant plusieurs minutes avant de se retrouver dans la salle des professeurs. Elle aurait pu d'abord tenter sa chance à l'appartement de son collègue, mais un elfe qui passait par là lui avait dit où il se trouvait. De vrais petits espions ceux-là ! Ce fut un sacré gain de temps pour la professeure de Soins Aux Créatures Magiques qui trouva effectivement Evan attablé devant des papiers. Copies ou autre chose, elle ne comptait pas faire sa curieuse pour cette fois. Par chance, ils étaient seuls dans la pièce, ils allaient donc pouvoir parler librement.

En quelques pas, Kyara s'installa en face de son collègue, posant son sac sur la table. Inspirant fortement pour reprendre sa respiration elle fourragea dedans avant de mettre devant Evan la lettre de Finrod.

- Salut Evan. Je suis désolée de te déranger d'une telle manière, mais j'ai eu une lettre du propriétaire de la boutique d'Animaux Magiques qui est .. comme nous. Tu devrais lire ce qu'elle contient.

Après coup, Kyara réalisa que Finrod n'allait peut-être pas apprécier le fait qu'une autre personne qu'il ne connaissait pas soit au courant de son don. Mmmrph, d'autant qu'il n'avait pas été ravi que la Française découvre son don. Slurk. Du coup, elle espérait qu'Evan allait dire oui. Ça serait donnant donnant comme ça, chacun connaîtrait le don de l'autre. Ayant quand même un minimum de manière, Kyara comptait prévenir Finrod. Non seulement qu'elle était d'accord pour venir, mais aussi qu'elle viendrait accompagnée et non pas de Pan.

- Ce que je te propose c'est de venir avec moi. Ajouta la brune.


Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: La Salle des Profs

Message par : Evan, Mer 07 Déc 2016, 04:48


~ Poudlard. Être professeur avait bien des avantages. L'accès au château évidemment, les rencontres intéressantes, que cela soit par ses collègues charmantes et/ou des élèves particulièrement intéressants, un appartement de fonction avec un confort agréable. La contrainte en revanche, c'était la paperasse relative aux cours, les corrections, bien que ses questionnaires étaient vite corrigés en règle générale...

~ Soit voilà le contexte, le beau gosse de l'école, c'est à dire moi, bah j'étais en train de faire plusieurs parchemins relatifs à mes cours dans la salle des prof's. Je n'y allais pas souvent, mais cette fois-ci, j'avais eu envie de marcher un peu dans le château, aussi j'avais décidé de m'y arrêter pour mes travaux.

~ Alors que je planchais sur mes affaires depuis près d'une heure, la porte s'ouvrit, pour laisser place à un diamant, Kyara. Cela faisait quelques temps que je n'avais pas parlé avec la belle, mais de la voir était toujours une source de bonne humeur. Aussi posais-je ma plume près de mes parchemins, mon attention se portant sur elle. Elle prit place face à moi, et je prêtais alors toute mon attention..

- Salut Evan. Je suis désolée de te déranger d'une telle manière, mais j'ai eu une lettre du propriétaire de la boutique d'Animaux Magiques qui est .. comme nous. Tu devrais lire ce qu'elle contient.

~ Dans l'idée j'avais eu envie de lui répondre qu'elle pouvait me déranger où elle le voulait quand elle le voulait. Mais la fin de sa phrase et la lettre qu'elle tendit à mes yeux, avaient éveillé mon intérêt. Le propriétaire de la BAM était, comme nous ? Un autre Fourchelang dont j'ignorais l'identité ? Ma curiosité était piqué à vif. Je pris alors le parchemin pour découvrir de quoi il en retournait.

~  La lettre restait vague, parlant d'une livraison de reptiles importantes chez les moldus. Le premier paragraphe avait suffi à me donner un frisson. Autant que je considérais les elfes de maison comme une race abjecte dont je me foutais royalement, autant que les animaux à proprement parler méritaient tout le respect de mon avis. Puis comme le belle brune, j'avais été prof de soins aux créatures magiques également, cela prouvait mon attachement à la faune. Les suggestions proposées par le proprio' de la BAM m'allaient parfaitement. J'avais regardé la signature, Finrod. Le nom ne me disait rien du tout.

- Ce que je te propose c'est de venir avec moi.

- C'est parti ! lui répondis-je, le regard lourd. Je dois juste récupérer mes affaires à mon appartement.

~ Je récupérais alors à la hâte tous mes parchemins, mon encrier et ma plume, et nous voilà partis vers mes quartiers. Dans une autre situation je l'aurais volontiers invité à entrer pour voir si nous pourrions parler tous les deux une autre langue que celle des serpents, mais l'heure n'était pas à cela. Je pris mes deux baguettes, enfilait ma longue cape noire. J'étais prêt. Nous l'étions. En fermant mon appartement, j'enfonçais mon regard dans le sien.

- Je te suis.

Fin du rp.

SUITE
Revenir en haut Aller en bas
Petrus Sudworth
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: La Salle des Profs

Message par : Petrus Sudworth, Sam 13 Mai 2017, 11:07


Pv : Membres du personnel

Petrus arriva à Poudlard le lendemain de l'attaque en début de soirée. Il avait attendu longtemps le retour de Rosie, tout mettre en place avait demandé du temps, mais le ministre de la magie était tout de même satisfait de son temps de réaction. Ils allaient prendre rapidement les choses en mains et régler cette affaire. Aux dernières nouvelles, il n'y avait pas eu de morts à Poudlard, fort heureusement. Il était encore trop tôt pour se prononcer, Petrus espérait que l'infirmière pourrait confirmer cela et qu'ils ne trouveraient pas un cadavre se trouvant sous les décombres.

La nuit avait été courte et la journée longue. Le Ministre avait seulement pu se reposer durant trente minutes depuis le début des faits. Quand Lena était venue le soigner en fait. Elle lui avait ordonné de s'allonger le temps de l'ausculter, le ministre avait aussitôt sombré avant de se réveiller en sursaut quelques minutes plus tard. Etant donné qu'elle l'avait rafistolée, le sorcier n'avait pas renvoyé sa secrétaire pour l'avoir laissé dormir. Il avait des choses plus importantes à s'occuper. Il put rapidement être témoin des dégâts. La bataille avait été rude. D'après le premier rapport des Aurors, des pièges avaient été mis en place. En amont donc, le château était bel et bien infiltré. Le ministre songeait d'ailleurs à faire passer une loi obligeant les sorcières et sorciers voulant travailler à Poudlard à se soumettre à un entretien au veritaserum. De même pour les employés du Ministère de la Magie. Nul doute qu'ils feraient de sacrées découvertes.

Entrant dans le château accompagné de Léna, Petrus se dirigea dans le dédale des couloirs jusqu'à arriver dans la salle des professeurs qui était déserte. Logique, les membres du personnel n'avaient surement pas eu l'occasion de beaucoup dormir eux aussi. Observant les lieux, il appela un elfe afin de le missionner. Il devait choisir d'autres elfes et ramener l'ensemble des membres du personnel de Poudlard. Qu'ils étaient occupés ou pas, ce qu'il avait à dire était de la plus haute importance. S'inclinant, l'elfe s'en alla dans un bruit sonore. Espérant qu'ils ne mettraient pas de temps à arriver, Petrus alla se servir un café.

Tandis qu'il découvrait que le café de Poudlard était du même niveau que celui se trouvant dans les machines du Ministère, Petrus se demanda s'il allait voir Aaron. Il n'avait pas manqué de missionner un employé afin qu'il ait la confirmation que son ami était sain et sauf. Le sorcier avait eu interdiction d'établir le contact, mais apparemment le Brésilien était vivant, c'est tout ce qui comptait. Le ministre ne pouvait pas en plus gérer un incident diplomatique. Il devait d'ailleurs donner des nouvelles au supérieur d'Aaron. Se tapant la main contre le front en lâchant un juron, il missionna sa secrétaire de trouver de quoi écrire et d'envoyer un hibou au Brésil. Ayant toujours sur elle un nécessaire à écriture, la sorcière nota les mots de son supérieur, le laissa signer, avant de quitter la salle des professeurs afin de se rendre à la volière. Une chose de moins à faire. Prenant une nouvelle gorgée de café, il s'adossa contre une armoire, attendant ses "invités".

Revenir en haut Aller en bas
Alicia Wind
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hermine blanche


Re: La Salle des Profs

Message par : Alicia Wind, Sam 13 Mai 2017, 11:40


Lendemain de l'attaque
Pv Membres du Personnel

La nuit avait été courte. Très courte. Alicia avait peu dormit, 2h tout au plus. L'attaque des Mangemorts à Poudlard n'avait pas causé de morts mais les blessés étaient nombreux, même s'ils survivraient. Sur le qui-vive, la jeune femme avait tourné dans Poudlard toute la nuit, pour être sûre qu'un piège ne se cachait pas ou qu'un mort n'était pas sous les décombres. Cette idée hantait la professeure et Aslinn, son elfe de maison, avait eu énormément de mal à la calmer. En tant que Phénix, la Wind devait savoir garder son calme mais lorsqu'il s'agissait de ses élèves, ses nerfs étaient mis à rude épreuve et il fallait qu'elle reste seule un moment, avant de devoir affronter la triste réalité. Poudlard n'était donc définitivement pas sûr pour les élèves.

Assise à son bureau, l'ancienne Directrice faisait tourner entre ses doigts son gallion d'urgence : elle n'avait pas pu parler à Morgan et Izsa, qu'elle avait fait amener par son elfe de maison. Heureusement, personne n'avait vu que c'était Aslinn qui avait amené les deux Phénix et il serait peu probable qu'on remonte jusqu'à elle. De ce qu'elle savait, ses deux amis avaient pu partir de l'école sans trop de mal et cela été le seul soulagement que l'ancienne jaune et noire retirait de tout ça. De toute manière, la seule chose qu'elle voulait, c'était être seule, dans le calme de son bureau.

Néanmoins, il fallait croire que ses projets de calme et de solitude attendraient. En effet, un elfe de maison de Poudlard arriva précipitamment dans son bureau : selon ses dires, le Ministre de la Magie attendait l'ensemble du Personnel dans la salle des professeures et leur présence était requise le plus rapidement que possible. Congédiant l'elfe, la Phénix fit un effort de présentation pour paraître correcte auprès du Ministre, bien que la fatigue se faisait clairement ressentir.

Se dépêchant, Alicia arriva au niveau de la salle des professeurs et toqua à la porte avant d'entrer pour signaler son arrivée. C'était certes, ridicule sur les bords, mais bon. On n'avait pas à faire au Ministre en personne. Entrant timidement dans la pièce, la professeure salua Petrus Sudworth :

« Bonjour Monsieur le Ministre. Je suis Alicia Wind, professeure d'enchantements. »

Ne sachant pas trop si le Ministre savait précisément qui était les membres du personnel de Poudlard, la jeune femme avait préféré se présenter. Se mettant légèrement en retrait, près du mur, il ne restait plus qu'à attendre l'arrivée ses collègues


Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: La Salle des Profs

Message par : Azphel, Sam 13 Mai 2017, 13:44


L'après. Après le chaos, le déluge, la destruction, les cris et la peur. Depuis la cabane du Garde-Chasse, d'où Azphel regardait Poudlard, il se dégageait du château une complainte muette. Le murs paraissaient crier leur peine et le silence qui régnait vu d'ici était glaçant. On ne pouvait présumer de tout ce qui s'était déroulé entre ses murs, mais de l'école émanait une atmosphère endeuillée. Le mage noir n'avait pas tout vu, ni tout entendu. Quand l'attaque avait débuté, il se trouvait encore dans la forêt interdite, et ce n'est qu'en revenant de ses profondeurs qu'il était tombé sur des élèves en perdition.

S'il avait longtemps partagé les idéaux des Mangemorts et se considérait toujours plus proche d'eux que de n'importe quelle forme d'autorité, il avait du mal à comprendre les raisons de cette attaque. Même si poudlard était régulièrement l'origine d'assauts ou de percées de la part des partisans des ténèbres, le château n'avait, de sa mémoire, jamais subi une telle oeuvre destructrice. Ce n'était pas l'acte en lui-même qui laissait Azphel perplexe, mais les raisons... Il n'y avait à poudlard rien d'intéressant et terroriser des élèves représentait autant d'intérêt que d'aller saccager une boutique en pleine nuit sur le Chemin de Traverse, c'est à dire aucun.

Et il était surprenant de voir les Mangemorts tenter un affront semblable, qui présentait davantage de risques que de points positifs pour eux.... S'ils en étaient encore à "faire parler d'eux", c'était bien dommage. Mais il y avait peut-être une manoeuvre derrière tout ça, destinée à faire bouger des pouvoirs en place, perturber le fonctionnement déjà en branle d'un Ministère fébrile. Quelque chose de plus grand en marche, derrière cet assaut. Azphel l'espérait sincèrement ; en tant qu'amoureux de la magie noire, il aimait à penser ses anciens frères d'armes en position de force, sans cautionner toutefois les meurtres gratuits destinés à glisser le mot Mangemort dans des Unes de journaux...

De bonne heure, un elfe de maison était venu frapper à la porte de la cabane, réveillant Duchesse qui avait peiné à trouver le sommeil. La panthère s'était aussitôt réveillée en hurlant, poussant un grognement menaçant et Azphel avait dû la rassurer par de multiples caresses avant qu'il ne se décide à ouvrir la porte au visiteur. La panthère, qui était dans l'enclos au moment des hostilités, avait semble-t-il entendu beaucoup de choses pendant l'attaque et pris peur de tout ça. Il avait été obligé de l'enfermer dans l'appartement pour qu'elle se calme, chose qui n'était arrivée que lorsqu'il était rentré vers les cinq heures du matin.
L'elfe de maison venait lui délivrer un message, ou plutôt, un ordre, puisqu'il venait directement du Ministre de la magie.

Sudworth était donc au château et convoquait tout le personnel. Pas étonnant, l'attaque ferait grand bruit et les enquêtes risquaient de partir dans toutes les directions...

Azphel arriva dans le bureau du personnel après avoir traversé un château de Poudlard souffrant et s'être confronté à des visages attristés. Sur son chemin, les sourires étaient resté en berne. Il poussa une porte silencieuse pour retrouver le visage du Ministre de la magie, presque neutre, probablement plongé dans mille pensées. Si Azphel n'avait jamais ressenti de sympathie à son égard, il devait admettre qu'il n'aurait pas aimé être à sa place en ce jour. Alicia Wind était déjà arrivée et si son visage se gardait d'être trop expressif, Azphel se doutait bien que la nuit n'avait pas du être simple pour elle non plus...
- Mr le minsitre, salua-t-il sobrement en inclinant la tête. Alicia....

Pas besoin d'en dire plus, ils n'étaient surement pas là pour échanger des amabilités. Combien de temps allait durer ce petit briefing improvisé, là était toute la question, mais il y avait fort à parier, de toute façon, qu'aucun des membres du personnel n'aurait de temps libre aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: La Salle des Profs

Message par : Evan, Sam 13 Mai 2017, 13:56





L'Ordre naît du Chaos


LA de Pétrus

Chaos. Désolation. Poudlard. J'avais regretté amèrement de n'avoir pu me joindre à mes frères d'armes. J'aurais aimé déclencher la foudre, faire un peu de dégâts à ce lieu. Mais voilà, j'avais été missionné pour autre chose. Puis il fallait bien que je redore mon blason après que ce stupide Mac kinley (je sais plus comme ça s'écrit mais osef il est banni... ) ait usurpé mon identité.

Je n'avais que peu dormi. Déjà parce que la veille, j'avais dû aidé des élèves, et que j'avais retrouvé Alhena qui n'avait pas forcément apprécié que je ne l'aie pas tenue informée. Mais les mangemorts passaient avant elle, ce que je pouvais difficilement lui faire comprendre.

Bref, et dans la foulée, j'étais retourné à Hollow Bastion afin de m'assurer que mes frères d'armes se portaient bien. Et essayer de démêler cet amas filandreux que représentait tout ce bordel. Chose qui n'était toujours pas faite. Donc j'étais naturellement retourné à Poudlard comme n'importe quel jour, en espérant que les réponses apparaîtraient derrière les brumes, pour mon ordre comme pour moi.

Alors j'étais dans le château, à aider encore à quelques endroit qui réclamaient réparation, quand un elfe de maison vînt me trouver. Il me signifia que Pétrus en personne attendait l'ensemble du personnel dans la salle des professeurs.

Super ! La dernière que j'avais vu ce trou de balle de Ministre, c'était à la soirée au Heurtoir où, complètement éméché, je lui avais chanté une chanson afin qu'il montre son cul. Évidemment c'était pour la blague, bien qu'elle n'avait pas fait rire certains parkinsonien de la baguette. Avec un peu de bol, il ne se souviendrait pas de ça. Puis de toute façon, y avait de grandes chances qu'il veuille simplement que ce moment ne soit pas évoqué devant d'autres personnes.

Du coup, je pris à la hâte le dédale d'escaliers qui me conduisit jusqu'à l'étage en question. Et j'allais souriant, bien que méfiant, au lieu de rendez-vous. Je franchissais la porte, mon regard s'attardant sur la magnifique blonde présente, Alicia. D'ordinaire déjà, mes yeux se seraient arrêté dessus, mais plus encore maintenant qu'elle m'avait récupéré et soigné, et surtout qu'elle savait que j'appartenais aux Ténèbres. Il y avait également mon meilleur ami Azphel que je saluais d'un signe de main.

Mais cela n'empêchait pas que je pourrais me brûler à elle. Soit, je lui fis un sourire avec un signe de tête respectueux, avant d'aller tendre une main chaleureuse au ministre.

- Monsieur le Ministre... Evan Lival, prof' de Métamorphose de l'école.

Le ministre me rendit ma poignée de main, et je m'écartais ensuite pour aller me positionner non loin d'Alicia, en attendant que nos autres collègues n'arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Salle des Profs

Message par : Alhena Peverell, Sam 13 Mai 2017, 15:37


Marcher, pour arrêter de ruminer. Essayer de se divertir pour ne pas penser. Regarder les autres, observer les dangers. Il faudrait se demander si ça va recommencer. Tu te demandes comment vont certaines personnes que tu n'as pas pu croiser encore. Une autre journée peu agréable.
Tu respires l'air frais, doucement, histoire de te réveiller un peu. Nuit sans sommeil, jour fatiguant : pourquoi le monde magique est-il devenu un désordre sans nom ?
Passant une main dans tes cheveux, tu dis qu'il faudrait vraiment réussir à dormir ce soir. Tu n'étais pas d'une grande aide en ce moment, il fallait être donc plus en forme pour les jours à venir.

Tes pas résonnent, ta respiration est saccadée. Ton rythme cardiaque s'emballe quand tu passes dans ce couloir. Tu fermes les yeux. Tu repenses à hier, à Azaël, à Kohane, à Evan. Toutes ces personnes qui ont croisés ton chemin pendant l'attaque. Tu n'arrives pas à réfléchir vraiment, c'est trop flou. C'était trop rapide, trop intense pour que tu aies le temps de prendre du recul sur toute cette histoire. Il fallait essayer de comprendre, de savoir ce qui c'était réellement passé.
Mais une légère amertume reste sur le bout de la langue : pourquoi avoir mis les enfants en danger ?

Errant dans l'école, tu fais face à un petit elfe. Tu croises les bras, pourquoi est-il là ? Il t'avertit de la réunion. Tu grimaces, être dans la même pièce que le Ministre de la Magie et tous tes collègues. Y a plus fun comme truc, surtout que le type est en général ennuyant. Tu te rappelles très bien de cette Conférence de presse, tu avais failli t'endormir.
Soupirant bruyamment, tu te diriges vers la fameuse salle des professeurs.

Les minutes sont trop courtes et tu te rapproches du lieu. Tu prends même des détours. Tu espères juste que ça ne dura pas trop longtemps, t'avais un peu autre chose à faire. Enfin non, mais tout était mieux qu'aller là-bas avec toutes ces personnes. Avec réticence tu arrives devant la salle. Tu entres lentement, visage de marbre. Trois de tes collègues sont déjà présents. Tu fais signe, perdue dans l'ailleurs et te diriges vers le ministre pour adresser les convenances nécessaires : Enchantée Monsieur Sudworth, je suis Alhena Peverell, professeure d'Histoire de la Magie.

Sourire cordiale pas trop appuyé. C'était pas la joie depuis hier, fallait pas non plus en demander trop. Tournant les talons, tu vas près des autres. Un regard pour Evan, un pour Alicia. Tu viens te placer juste aux côtés de la belle, d'une certaine manière elle t'apaise. Tu en auras bien besoin vu comment tu as envie de partir. Tu sens bien que ça ne va pas être une super ambiance cette histoire.
Encore une grimace
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: La Salle des Profs

Message par : Hugh Dey, Dim 14 Mai 2017, 06:49


Jour 1. Après le jour 0. Jour du renouveau, ou de ce que j’avais espéré être comme tel. Pourtant, au jour 1, le bilan était aussi chaotique qu’avant. Petit concierge de l’école, j’étais le plus concerné par l’après. Par le rangement, la remise en ordre, que l’on m’aidait à effectuer, certes, mais pas autant que je l’aurais cru.

J’avais l’impression d’avoir eu des invités la veille. Quelques enfants. Qu’ils avaient sortis tous mes jouets. Et qu’aujourd’hui c’était à moi de ranger tout leur bordel. Tous ces petits papiers dispersés dans Poudlard, ces citations, ces murs décorés, ces tableaux tombés, ces explosions. La Grande Salle était un chantier sans nom. Et parfois, en avançant trop vite, on se prenait une limite d’âge en pleine tête. Au lendemain de l’attaque, les traces étaient encore fort visibles, malgré mon travail acharné. Et il fallait tout faire disparaître au plus vite. Comme si rien ne s’était passé.

Mais ça s’était passé. Les cernes sur mon visage, que je ne masquais pas cette fois, montraient à quel point j’avais été touché par ce qui s’était passé. Et j’étais surtout encore choqué d’être celui qui avait ouvert la porte. Alors, lorsqu’une putride créature verte – comprenez un elfe de maison – vint me chercher pour me convoquer avec le Ministre de la Magie, je sentis la fin arriver.

L’abattement tomba sur moi, mon corps se vouta, mes cheveux blanchirent légèrement. Je paraissais subitement avoir plus de trente-huit ans, et ressemblais bien à l’image mentale que chacun avait en pensant au concierge. Je me rendais dans la salle des professeurs d’un pas lent, mâchoire serrée, et une maxime entêtante passa en boucle dans mon esprit. Je commençais même à la murmurer au long du chemin, jusqu’à ce qu’elle sorte, au moment même où je franchissais la porte.

« Tout est ma faute »

Et cette fois-ci, contrairement à la mort de Renata Harshing, c’était vrai. J’allais m’asseoir, complètement abattu, n’osant regarder personne dans les yeux. J’attendais mon renvoi.
Revenir en haut Aller en bas
Esteban R. Lefebvre
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: La Salle des Profs

Message par : Esteban R. Lefebvre, Dim 14 Mai 2017, 10:49


Attaque de Poudlard. Mettre les élèves à l'abri. Coûte que coûte. Traquer les petits curieux dans les cachots. Une fois la tâche accomplie, le retour à la surface fut brutal. Poudlard -feu, poussière, débris, décombres- fort heureusement pas de catacombes. Les minutes, puis les heures sont passées après le début des hostilités et Esteban n'en sait toujours pas plus que des maigres informations récoltées avec sa collègue de Potions. Il se fiche que le château soit attaqué. C'est la perspective qu'il y ait des victimes qui l'inquiète. Le deuxième étant le fruit du premier, il doit bien avouer que la situation le déplaît fortement.

La convocation du Ministre de la Magie n’arrange rien à son état dont les dernières heures éreintantes ont aggravé. Il fait un signe de tête à l'elfe de maison, signifiant qu'il prend note. Derechef, il se rend à la salle du personnel, irritable au possible. Il devient de plus en plus hystérique à mesure qu'il s'approche du lieu honni. - Fichu Ministre ! Il aurait pu choisir un bon timing. Pis où est Kholov ? Jamais là quand on a besoin de lui ! Bougonne-t-il très remonté. Il essaie de contenir son calme en pénétrant dans la salle. Il salut ses collègues avec un désintérêt soudain. Sans oublier l'homme qui les a convoqué.
Revenir en haut Aller en bas
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Salle des Profs

Message par : Emily Lynch, Dim 14 Mai 2017, 21:11


Une nouvelle attaque de Poudlard, encore une fois et pour ne pas changer, l’école se trouvait à nouveau mêlée aux conflits qui faisaient rage dans le monde magique. Il y avait eu assez d’attaques ou de manigances depuis la création de l’école pour écrire un bouquin complet, tiens ça ferait un bon sujet pour le cours d’histoire de la magie… Enfin bref, une nouvelle fois l’originalité avait marqué son coup en s’attaquant à ceux qui n’avaient rien demandé, mais que voulaient-ils à part encore faire parler d’eux ? Oui eux, ceux qui n’osent pas être alors qu’ils veulent tout comme un enfant trop gâté, pas besoin de les citer, ça le ferait encore plaisir, d’ailleurs rien que d’y penser sans même les nommer fait en sorte qu’ils atteignent le summum de l’extase ! Enfin bref, rien que de les imaginer se féliciter de cette attaque dégoutait Emily.

Evidemment comme après chaque attaque c’est toujours le bordel, il faut tout ranger, remettre en ordre chaque chose afin que le château puisse rester habitable et ne reste pas un immense champ de bataille. C’est donc après une merveilleuse nuit blanche que la rousse s’était mise à ranger… Ou plutôt à s’occuper l’esprit afin de penser à autre chose. Elle n’avait pas du tout la tête à ça, l’envie de s’échapper loin de cette folie était plus forte que l’envie de tout remettre dans l’ordre, sur le point de craquer, elle s’était réfugiée là où jamais personne ne venait, sauf pour piquer l’une ou l’autre plante pour préparer une potion aux effets douteux… Les serres étaient devenues un nouveau coin de paradis pour elle.

Quelques heures après avoir commencé à rempoter quelques plantes en tous genres, les mains pleines de terre, elle fit soudainement interrompue par un elfe qui débarqua en trombe. Le ministre était là et elle et les autres membres du personnel étaient convoqués… Génial, comme s’il n’y avait pas assez de choses à faire dans le coin, elle allait devoir faire de la politique ou bien subir un interrogatoire ou quelque chose dans le genre, en tour cas, ça ne promettait pas d’être joyeux. Quoi qu’il en soit, elle devait y aller, même si elle n’en avait pas réellement envie. Plus tard après avoir parcouru les couloirs, elle arriva devant la salle de profs, poussa la porte et visiblement elle n’était pas la première.

- Monsieur le ministre, chers collègues…
Revenir en haut Aller en bas
Amy Shields
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Re: La Salle des Profs

Message par : Amy Shields, Lun 15 Mai 2017, 16:46


Journée horrible. Nuit pénible. Matin pesant. Comment pouvait il en être autrement après ce qu'il venait de se passer dans l'enceinte du château. Il n'y a que dans les films que les héros de batailles dorment bien et se lèvent comme si de rien était le lendemain. Pourquoi cette attaque ne pouvait elle pas être le sujet d'un film ? Une simple histoire que les gens regardent pour se distraire. Mais non, ce qu'il s'était passé était bien réel. Et aucun film ne pourraient jamais illustré ce que ceux qui l'ont vécus, ressentent.

Amy s'était péniblement levée ce matin là. Après une nuit aussi courte, la jeune femme ne pouvait que se sentir molle et fatiguée. Cette sensation fut confirmée lorsqu'elle regarda son visage dans le miroir. Par Merlin. C'était moche, fatigué, terne. L'ancienne Poufsouffle passa ses mains sur son visage pour réveiller tout ça avant de se rendre à l'évidence que seul le maquillage pourrait y changer quelque chose. Sans plus attendre, elle se maquilla un peu le teint avant de mettre une touche de mascara sur ses cils. Aaaah ben c'était tout de suite mieux ! On aurait presque pût penser qu'elle était en pleine forme et heureuse. Presque.

Matinée simple, Amy se contenta de refaire ses stocks de médicaments, potions, bandages et autre matériel médical utile à la jeune femme, ses stock ayant été, vous le comprenez j'espère, fortement écoulés suite à l'attaque. Désespoir sans non. Pourquoi une telle attaque.. Pourquoi des enfants ? Les images atroces revinrent dans la tête de la brunette. Ces images qui l'avaient empêcher de dormir cette nuit là. Aucun enfant, ni adulte, ni vieillard, ne devait vivre ce genre de chose. Amy espérait juste que les élèves n'allaient pas être trop choqués, même si ils ne se sentiraient sûrement plus autant en sécurité qu'avant. La jeune femme était certainement trop cul-cul la praline, il n'empêche que elle même n'arrivait pas à se remettre de cette attaque. Elle n'avait tien avalé depuis. Ô douce amertume. Tu persiste hein ?

Plongée dans ses pensée, la jeune femme n'entendit pas tout de suite le petit elfe de maison l'appeler. Elle fit d'ailleurs un bond d'un mètre en se retrouvant face à lui. Oula. Non il n'était pas moche, non non. Juste quelle ne s'y attendait pas. Elle sourit gentiment à l'elfe et allait s'excuser lorsqu'il lui confia le message qu'il portait. Le ministre. Abah ça lui faisait une belle jambe tien. Certes il devait se sentir concerné par les récents événements mais, en quoi allait il pouvoir aider ? Certainement pas avec de beaux discours, invitant chacun à aller de l'avant. Le peuple sorcier les connaissaient déjà assez. L'attaque de la veille prouvait clairement qu'il y avait une faille dans le système. Tout ce qu'il fallait espérer, c'était que le ministre l'ai trouvée.

Ni une ni deux, abandonnant ses accusations, elle suivit l'elfe jusqu'à la salle indiquée par ce dernier. Elle franchissant le seuil, s'arrêta pour toiser les gens déjà présents. Visages connus mais au combien inconnus de l'intérieur. Seul Alicia et Emily lui était vraiment familières. La jeune femme se contenta donc d'un salut de la main à tous avant de se tourner vers le ministre.

- Bonjour monsieur. Amy Shields, infirmière de l'école, enchantée.

Court, clair, voix douce, il ne fallait pas plus. Se tournant légèrement, elle alla se poster debout dos à un mur. Il fallait maintenant attendre. Autant les retardataire que l'annonce du fameux message important. Que ce passait il ou plutôt, qu'allait il se passer ? On allait voir. Patience.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: La Salle des Profs

Message par : Ian Benbow, Mar 16 Mai 2017, 04:19


Allongé dans mon lit, je fixe le plafond de ma chambre, rejouant les évènements de la veille pour la 300ème fois. Aileen gravement blessée, recouverte de morceaux de verre enfoncés plus ou moins profondément dans sa chair. Ce genre d'image n'avait pas pour habitude de me choquer. Même si la violence à laquelle j'avais assisté hier n'avait rien à voir avec ce que j'avais pu voir précédemment. Des explosions, des combats,.. une zone de guerre. Et avec ça, la frustration de n'avoir rien fait. Si ce n'était apporter mon, faible, soutien à Amy.

L'attaque était le fruit des mangemorts. Et une des questions qui me revenait sans cesse en tête depuis l'attaque était "Pourquoi ?". Quel était l'objectif de cette attaque ? En quoi s'en prendre aux élèves de Poudlard pouvait les servir ? J'avais du mal à voir le bénéfice que pourrait en retirer les mangemorts. Les enfants, parce que c'est ce qu'ils sont, n'ont pas à être mêlé aux guerres que se livrent les adultes. Moi qui me voyait déjà les rejoindre, je commençais à avoir du mal à m'identifier à un groupe tuant, même s'il n'y avait aucun mort ce n'était pas comme s'ils n'avaient pas essayés, des enfants par simple plaisir.

Je devais retrouver l'un d'entre-eux, échanger, encore une fois, avec l'Ordre Noire. Peut-être arriveront-ils à justifier cette attaque ? J'en doutais, néanmoins je souhaitais leur laisser l'opportunité de s'exprimer, de m'expliquer, de me convertir, peut-être, finalement.

Décidant qu'il était temps d'arrêter de ressasser cette journée noire, je quittais mon appartement, prenant le chemin de ma salle de classe. J'avais quelques copies à corriger. J'enfilais des vêtements moldus de couleur sombres, ajoutait par dessus une cape de couleur noire. Au bout du couloir, un elfe de maison. Il me fonçait dessus, le doigt levé. Une convocation du ministre. Une réunion. La barbe. Mais nécessaire. Je soufflais. Pour une fois que j'étais motivé à faire mes corrections, je devais repousser.

Quelques minutes plus tard, j'entrais dans la pièce réservée aux Professeurs. Le silence régnait en maître, malgré le fait que la majorité du personnel était déjà présent. Bonjour ! Disais-je d'un ton solennel, m'adressant à tout un chacun. À peine entré, je m'adossais contre le mur directement à la droite de l'encadrement de la porte, les bras croisés, les yeux rivés sur le patron de mon patron. Celui que beaucoup considéraient comme le responsable de l'état pitoyable de notre monde.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: La Salle des Profs

Message par : Malicia Evans, Mar 16 Mai 2017, 10:25


Je n'ai pas dormi de la nuit. Je sens que la journée va être épuisante. Je traverse le château, profitant du froid des couloirs pour me réveiller un peu. J'ai encore mal à la tête suite à ma chute dans les cachots. Je me demande encore ce qui s'est passé. Pourquoi attaquer les élèves ? Qu'est-ce que ça apporte ? A cause de tout ce bordel, la plupart du personnel avait aidé dans le château. Je n'étais pas très loin de la Grande Salle quand un elfe apparaît devant moi. Il y a une réunion apparemment.

Génial.

Je soupire et me dirige vers la salle des professeurs. Trop rapidement d'ailleurs. Je sens que ça va être trop long. A quelques mètres de la porte, je sors une pilule et l'avale dans la foulée. Pour se donner du courage. J'entre et regarde les personnes présente. Il y en a déjà pas mal. Je jette un regard à Alhena qui semble tout aussi dépitée que moi. Les autres, je n'y fais pas trop attention. Je m'adresse au ministre, le ton légèrement blasée.

Monsieur le Ministre, Malicia Evans, professeur de potion.

Présentation faites, je me cales dans un coin, attendant que la réunion commence. J'espère juste qu'elle ne va pas durer trop longtemps, je suis pas d'humeur. J'ai juste envie de me poser et prendre de quoi soulager la douleur.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: La Salle des Profs

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 11 sur 12

 La Salle des Profs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.