AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Nike FR : 25 % sur tous les articles
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 13 sur 14
La Salle des Profs
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle

La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Lizzie Cojocaru, le  Lun 5 Nov - 23:05

Cela vous paraitra idiot, peut-être. J’avais à peine fini de parler que je regrettais déjà mes mots. Tous. Des nouvelles des autres : j’en donnais trop. On aurait dit une commère qui en faisait des caisses, qui vous mettait des tartines entières sur la vie des autres, y compris celles qui vous regardaient pas.

Evan et Hugh étaient-ils si proches que ça ? Moi la seule fois où je me rappelle de les avoir vraiment vus parler ensemble, Evan était à deux doigts de passer le métamorphomage sous un tracteur de poing, chlam, vlam, vroum, boom. Parce qu’il avait découvert... je sais plus. J’avais pas entendu cette partie. J’avais compris que c’était censé être du sexe, aux yeux de Hugh, mais qu’en fait ça en avait pas été. Je crois que ça m’avait un peu travaillée sur le coup ; je ne suis pas sûre de les avoir servis, quand j’y repense. Peut-être m’étais-je cachée en cuisine. Ou alors ça n’était pas eux. Mais enfin, pour la légendaire discrétion de Barjow & Beurk, j’assurais pas. Même si je parlais à Evan, eh bien, je sais pas si Hugh aurait voulu qu’il sache qu’il avait acheté une pensine et des souvenirs.

J’veux dire, c’est vrai, quand on y pense. Ce sont juste pas ses oignons. J’aurais pas du lui mettre ça au visage. Ni ma vie, à moi, et ces choses sur Ashton qui pour le coup, pour le coup je vois même pas comment j’avais pu avoir l’audace de lui en parler à lui. J’veux dire, j’espère qu’il a tourné la page, hein, mais je sais qu’Evan est un grand sensible. Même avec le temps, il est encore susceptible d’être blessé, heurté par ce genre de nouvelles. J’aurais vraiment du me taire, sur tout, donner des souvenirs généraux.

Pourquoi je pouvais pas faire comme les autres ? Balancer un « oh lui ça va, je l’ai vu l’autre fois » enchainer sur le beau temps ou, à défaut, la qualité de la nourriture à Poudlard, etc. L’art de ne rien dire, mais avec panache, avec régularité. L’art d’endormir les cerveaux surtout, oui. J’reste là, avec mes dents serrées, ma mâchoire coupable et j’attends. Il m’aurait foutu un poignard sous la jugulaire que j’aurais pas eu moins peur de sa réaction.

Evan laissa pisser, pour la première partie, rebondissant sur l’oisive passivité de ses vieux compères. Je plaçais un rire, là où il le fallait, mais un peu trop aigu sous l’effet de cette angoisse, de ce couteau d’angoisse sous la gorge, et le laissais couler jusqu’à la suite. Il n’était pas opposé aux groupes d’entraide mais ne voulait pas qu’on mette en place un truc superflu ; fallait que ça serve.

— Je suis bien d’accord. Si c’est pour qu’ils sachent juste qu’ils sont dans le groupe A, ça sert à rien, faudrait que ça alimente un vrai soutien, une vraie solidarité étudiante, et ce genre de truc... ce genre de truc on peut pas être dedans, nous. Le truc le plus parfait ce serait limite qu’ils le mettent en place, eux...

LEGIT peut-être ? Bon, je crois que j’ai tendance à confondre LEGIT avec « oh un truc à faire c’est pour vous les gars » mais bon, il faut dire que les gamins de cette troupe sont tellement enjoués qu’on leur confierait le sort du monde les yeux fermés.

Il est là, le couteau, à nouveau, et cette fois je le sens m’entamer la peau, sous la jugulaire. Je me tais. J’arrête mes regards fuyants, ce truc de biche de mes deux, et je me confronte à ce qu’il pense. S’il a des choses à me cracher au visage, maintenant, ce serait sans doute bien. A Paris, il n’avait pas su ; il m’aimait trop alors.

Il dirigeait sa colère contre d’autres personnes, d’autres situations, il avait refusé de me tuer ou de m’oublier, tout simplement. Peut-être ferait-il, à présent, un autre choix, car il est vrai que je pouvais donner l’impression d’exhiber ma fragilité pour qu’il me prenne dans ses bras. Quand suis-je devenue cette vilaine infamie ?

Il me conseille de le laisser partir. D’arrêter de m’accrocher aux souvenirs, de mentir à mes enfants. Il semble songer qu’ils savent, déjà, à la manière dont les enfants savent toujours et tout le temps, sentant ce que personne ne sait voir. Je hoche la tête, vaguement. Est-ce que je peux leur retirer ce père ? Cette image à laquelle ils se raccrochent, cette figure dont Braeden rêve tous les soirs ? Cette décision ne m’a jamais appartenue, en vérité...

Je ne lui mens pas, cependant. Je ne lui dis pas « tu as sans doute raison. » Non j’ai le coeur qui se serre, et je lui dis les choses comme je les sens en moi.
— J’aimerais que ce soit si simple. Mais si je m’y prenais trop tôt ? Si les jumeaux se trouvaient embourbés dans un deuil sans raison ?
Si ça pouvait finir demain ?


Il faut le garder, cet espoir. A nouveau, nos regards se croisent. Evan a la discrétion de ne pas fixer le cache-oeil ; il me regarde droit dans la greffe, ou sur le cache-oeil. J’aurais eu peur de ne plus pouvoir voir ses opales droites dans ma rétine, qu’il n’ose me voir qu’en oblique...

Quand il parle encore, l’espoir est balayé. Net, d’un coup. Car cette vie, je la mérite, avec ce que j’ai fait — lui ? Lui il aurait dû avoir accès à mieux.
— Je suis désolée, vraiment…

C’est injuste que ses démons ne le laissent pas en paix. J’ai envie de prendre ses mains dans les miennes, ou de lancer un sortilège pour le remplir d’une joie factice, juste quelques instants, mais ce serait trop éphémère. Il faut quelque chose de plus sincère pour panser ces maux que je hais. Le goût de la vie…

— On va faire un truc Evan. La prochaine fois, quand les démons te guettent, tu vas les confronter, et tu vas leur dire trois fois : “on s’retrouve chez le cerbère, on s’retrouve chez le cerbère, on s’retrouve chez le cerbère.” Et s’ils restent, bah tu m’envoies un petit patronus et tata Lizzie va les chasser direct.

Evan
Evan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Evan, le  Mer 2 Jan - 17:15






Presque pas...

Lizzie, un prénom recelant bien des mystères. De ses opales croisées en forêt dans un apprentissage transformé en brasier d'épidermes, de ses gestes passionnés glissés à quelques occasions, chantant comme des fragments de rêves éparpillées, il m'en restait beaucoup de souvenirs de la belle brune, qui semblait s'embellir avec le temps.

Le Temps, oui. Il était passé entre nous celui-là, coupant une envie de plus par un visage sans nom et des enfants greffés à la belle métamorphosée en fantôme pour l'occasion. Mais loin était cette amertume ressentie, ce virage non vu, arrivé en plein visu... Bien des années s'étaient évaporées, et le Monde avait continué de tourner, elle dans d'autres bras bien loin de moi, une fois que j'avais perdu du regard le joli masque de chat.

Pourtant, elle restait pour moi une femme exceptionnelle en tous points. Son charme et nos souvenirs ensemble restaient ancrés dans mon cœur, bien que leur chaleur s'était estompée au fil du temps, remplacée par une effluve brune exquise. Mais elle demeurait la même, ce petit brin de femme fragile et qui, bien qu'elle essayait souvent de le camoufler, avait parfois besoin qu'on lui prenne la main pour l'épauler face au monde extérieur.

Et dans cette image tendre, Lizzie avait toujours su me toucher, me captiver quelque part, quand bien même elle restait comme les vents d'automne, insaisissable et fuyante dès lors qu'on s'approchait trop d'elle. A la fois un trésor et une malédiction, un bout de rêve et un cauchemar. Mais, toujours, quelqu'un de formidable et d'à part.

Je sortais de ma pensée sur la belle quand ses mots firent voler en éclat mes bulles du passé, retrouvant les traits de son visage qui m'étaient toujours si familiers, bordant un cadre particulier. Elle me répond en me disant que d'après elle, ça devait être davantage aux élèves de s'occuper de cela plutôt qu'à nous, et j'imaginais que peut-être quelque chose finirait un jour par prendre vie quand bien même cela ne serait pas de notre initiative.

Là dessus, la belle était davantage disposée que moi. Aider les âmes en peine, si ça me dérangeait parfois pas, le plus souvent je laissais cela à d'autres, j'avais déjà suffisamment de problèmes de mon côté pour ne pas m'en soucier. Elle, elle était plus avenante, conciliante peut-être, et pouvait cacher ses plaies béantes dans les regards posés sur autrui.  

Quelques secondes s'enfuient entre un éventail de pensées perdues. Jusqu'à ce qu'elle réponde à mon allusion à Ashton. Des si, des doutes, des craintes... Normal qu'elle soit confrontée à ce combat mental intérieur. Normal que cette décision ne serait en aucun cas simple à prendre. Un échange de regards se passe, avant qu'elle ne s'excuse, m'arrachant des opales surprises, avant qu'elle ne me délivre une pensée qui me fit sourire quand bien même elle me paraissait peu concevable.

Ce n'était pas la peur de me confronter à des Démons qui me suivaient, juste devant quoi ils me posaient. La vérité était bien quelque chose que je ne pouvais combattre, que je ne pouvais tuer, déchiqueter ou oblitérer.. Je ne pouvais pas l'effacer ni la détruire, c'était juste elle qui me détruisait. J'avais l'impression de la voir se perler d'innocence, comme si elle oubliait dans ses mots tout ce que j'avais été, tout ce que j'avais pu faire quand bien même elle en ignorait beaucoup. Je lui souriais, rapidement, avant qu'il ne s'évapore et que mon visage ne se fasse plus brumeux.

« Tata Lizzie hein... La vérité sur ce que l'on a fait ne se chasse pas Lizzie... On peut un temps oui... Mais ça finit toujours par revenir... Et c'est un combat qui se mène seul, quand bien même celui-ci doive-t-il être sans retour... Tes mots sont... Touchants... Vraiment... Mais si tu me connaissais réellement tu saurais que je ne demande de l'aide à personne, et encore moins à toi... Tu ne devrais pas te soucier de moi simplement. Un jour, crois moi... Un jour tu comprendras toi aussi ce que je veux dire, et tu contempleras les abysses de ton âme... Ce jour-là tu sauras... En attendant, ne t'en fais pas pour moi, je ne fais que payer le prix de mon passé sanglant... »

Je fuyais ses traits pour croiser ceux bien moins plaisants des murs tristounets, me disant qu'à une autre époque oui, je serais certainement venu la voir. Si les choses avaient été différentes. Aujourd'hui, il n'y avait presque plus que des ombres, seule Elly demeurant un rayon de lumière persistant sur l'obscurité de ma vie. Fixant un point quelconque, je murmurais.

« Alors tu n'as a être désolée pour rien... Ce sont mes choix qui m'ont conduit où je suis, simplement... Pour Ashton... Fais ce que tu veux... Un homme qui se barre en laissant sa compagne avec ses gosses ? C'est rien de plus qu'un lâche ou une m*rde... Je le tuerais volontiers... Bien sûr, c'est différent pour toi... Mais te laisser du jour au lendemain... Tu n'aurais jamais dû affronter cela toute seule également... Et un jour tu en prendras l'écho de retour...  Mais le problème de l'espoir, c'est qu'il finit par te faire plonger un peu plus dans tes propres tourments... Alors n'attends pas trop... Si tu es décidée à attendre... »

Je me levais dans la pièce et faisais les cent pas autour de la table, parfois laissant mon regard sur la belle brune, d'autres fois le fuyant, mille pensées se chevauchant dans ma tête, d'ombres trop de fois touchées ou embrassées, et des retombées qui avaient fini par arriver.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Lizzie Cojocaru, le  Lun 21 Jan - 16:29

Nous sommes les naufragés qui ont l'art pour sauvetage ;
Nous avons décidé de ne plus vivre en cage.

Mais toi, toi Evan avec ton sourire fugace, je sens que tu as oublié tout ceci. Tu as laissé le poids du présent t'écraser. Comment puis-je t'aider à le supporter ? Il ne s'agit pas de chasser ce que tu as fait mais les démons qui en sont nés. Il est temps que tu te pardonnes, que tu trouves le moyen d'être en paix avec ce que tu as fait, ou si tu n'en es capable que tu trouves un rêve, un projet, dont l'impact serait si grand et si positif qu'il égaliserait la balance entre tes bonnes actions et les moins reluisantes.

Crois-tu vraiment que j'ignore tout de ce que tu as pu faire ? Tu es la première personne que j'ai vu tuer. La première personne à qui je dois la capacité à voir les sombrals — sombeaux, un vieux débat qui ne sera sans doute jamais résolu. J'ai suivi ton évolution, j'ai pu voir ce dont tu étais capable au nom de la curiosité magique. De la colère. De la haine. De la jalousie. Et je les ai expérimentés aussi, à l'intérieur de moi-même.

Oui. Les sentiments que tu évoques, la culpabilité, la honte, le besoin de porter seul son fardeau, de se percer à jour, écarter des doigts les bords de la plaie purulente, j'y suis plus familière que je n'y parais. Cela ne veut pas dire que cela doit s'arrêter là. Cela ne représente pas l'entièreté de ta vie, et même si tu considères que c'est devenu ce qui résume, comprend, compose l'ensemble de ton existence, il y a tellement plus. Et il te reste tellement de choses à voir… Même quand tu ne parviens plus à le voir.

Je me retiens de secouer la tête en signe de dénégation, mais n'attends pas de moi un signe de validation ou d'affirmation. Au contraire, j'affiche une moue désapprobatrice. Tu ne veux pas la voir, t'aventurant contre les murs, mais je ne te quitte pas du regard. Tu poursuis, et je me retiens de t'interrompre. Il est temps que tu vides ton sac, et je respecte ce besoin.

Tu as raison de me mettre en garde contre les espoirs attachés à Ashton, ceci dit. Le truc, c'est que c'est pas mes espoirs. Moi je voulais pas les élever avec quelqu'un, de base. Je voulais juste m'assurer d'accoucher des enfants d'un Mangemort, après j'étais pas trop sûre de la suite. Les faire adopter par les Mangemorts, les confier au père… La décision n'avançait pas aussi vite que la grossesse, et finalement j'ai été rattrapée par le temps.

Je ne pensais pas qu'il voudrait participer à leur éducation : je voulais juste qu'il sache que je savais qu'il était Mangemort, que je lui en voulais d'avoir utilisé sa métamorphomagie pour tromper ma vigilance, le package paternel n'était pas requis. Mais il a dit ne pas vouloir faire comme son père, alors il a pris une place dans leur vie. Une fois que c'est chose faite, comment justifier un retour arrière ? Comment le faire accepter aux bouts de chou qui l'avaient connus, et qui l'attendaient ?

Enfin. Je ne veux pas rebondir sur tout ceci. Je veux me concentrer sur toi, car les espoirs des deux garnements sont moins contagieux que tes démons sont puissants face à ton esprit.
— Ce n'est pas parce que tu te refuses à demander de l'aide que tu n'en mérites pas, ou que tu n'en recevras pas. Je ne forcerai pas ma main dans la tienne, mais si tu changes d'avis, tu sais où me trouver.

Et pour le reste, laisse le temps au temps.

— Un jour, tu te pardonneras suffisamment ce que tu as fait pour voir le bien que tu sais répandre aussi.

C'est vaniteux peut-être, de le délivrer comme une certitude absolue, une assertion indéfectible. Mais c'est ainsi : j'en ai l'intime conviction, et n'ai pas né celui qui saura me persuader du contraire. Il semble pourtant avoir besoin d'espace, et je sens qu'il est sans doute temps que je me retire de ces lieux. Est-ce seulement une impression ? Préférerait-il, au contraire, l'assurance d'une présence tandis qu'il fait les cent pas ? Qui peut en juger ? Le sait-il lui-même ?
Evan
Evan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Evan, le  Mar 26 Mar - 21:19






Navré pour le retard...
LA Lizzie


Pouvait-elle comprendre ? Voir ? Savoir ? Tout ce que je trimballais avec moi comme un marchand ambulant ne transportant que le poids bien trop lourd de ses propres erreurs ? Elle que j'avais conduit, alors encore jeune âme innocente, sur la voie de la mort et de la magie noire. Elle qui avait été plus qu'une liaison transcendante, plus qu'un éphémère passage sur ma vie, pourrait-elle entrevoir réellement ce que je masquais dans les profondeurs déchues de mon être ?

Quelque part, j'espérais
Quelque part, j'en doutais
Le voulais-je au fond ?

Le voulais-je ? Lui montrer ? Recevoir de la pitié de sa part ? De la compassion ? Je me baladais seul depuis bien longtemps avec la somme de mes erreurs et de mes choix, et pour rien au monde je ne voudrais entrainer qui que ce soit dans ma chute. Je devrais mourir seul, ni elle ni que ce soit m'ayant côtoyé ne devrait y être mêlé. Loin était, ce plaisir charnel croqué à sa peau au milieu des feuilles étendues à notre union.

Et si les effluves lointaines de nos corps noués demeuraient encore quelque part en moi, capables de dessiner des furtifs sourires, je ne pouvais que tout faire pour la protéger de moi, pour qu'elle soit loin quand je déciderais enfin qu'il est temps. Elle qui avait su tracer sa propre voie, que j'avais perdue bien trop vite et tarder bien trop longtemps à revoir.

On ne revient pas sur le passé. Il est ce qu'il est. Et seul compte au fond, ce qu'on fait demain pour changer ce qui ne va pas. Même si je me considérais une exception à ma propre règle. J'avais trop subi, trop détruit, il n'y avait presque plus de lueurs lumineuses dans mon corps meurtri. Et ce n'était pas les souvenirs les plus heureux de mon passé torturé qui pourraient changer quoi que ce soit.

Alors, j'esquissais un sourire, d'apparence vrai, réellement faux, pour garder cette petite distance qui devait demeurer, de ne surtout pas l'inquiéter, ma façon de prendre soin d'elle en quelque sorte, elle que j'avais su aimer au milieu des vastes pentes de ma perdition. Lizzie. Perle d'un navire au cœur brûlant, un peu trop bon pour moi, mais infiniment touchant cependant. Presque utopique, dans nos voiles de nuit, de nous voir là à cœur ouvert sur une danse de deux retardataires qui s'étaient égarés sur les mailles du Temps, accrochés par de vagues souvenirs à la force pourtant encore palpable.

Mes pensées s'envolèrent à sa voix qui résonna de nouveau doucement, comme si elle avait lu mes propres pensées ou que j'avais parlé à voix haute sans le vouloir, se plaçant comme un pilier à proximité pour me soutenir si je le désirais. Nouveau sourire s'étirait, bien plus naturel cette fois-ci, pour la belle à qui j'aurai pu simplement dire "Merci", mais pour qui, aucun mot ne refusa de sortir de mes lèvres étonnement cloisonnées.

Me pardonner ce que j'ai fait ? Le pensait-elle vraiment ? Mes émeraudes plantées sur elle, mon visage se refermait peu à peu. Si elle savait un peu de l'étendue monstrueuse de mes Ténèbres, combien d'années ignorait-elle avant qu'elle ne me rencontre ? Une dizaine ? Et combien de meurtres commis pour les Mangemorts ? Combien de tortures ? De pertes de contrôle et de Folie ? Combien d'amis perdus ? D'amitiés déchirées comme de vulgaires bout de papier ? Comment me pardonner de comprendre que je m'étais condamné moi-même ?

Alors, peu importait le bien qu'elle prétendait que j'avais fait, il était au mieux illusoire. Et ce n'est pas les quelques cours que j'avais donné à Poudlard, les verres que j'avais servi ou payés, qui feraient de moi quelqu'un de bien alors que plusieurs sorciers seraient heureux de m'enfermer à Azkaban jusqu'à la fin de mes jours s'ils découvraient toutes mes facettes.

C'est bien cela Lizzie. Que tu ne vois pas. Que tu ne comprends pas. Je ne suis pas un animal égaré qu'on peut encore sauver. Je sais que je suis déjà mort. C'est inéluctable, et rien ne changera cela puisque ça grandit en moi depuis bien longtemps maintenant. Alors, n'essaye pas de comprendre mon mal, car tu n'en saisiras qu'un bref morceau. Le reste, tu le comprendras peut-être, peut-être, quand je ne serais plus là...

Sourire de circonstance

« Oui Lizzie... Tu as certainement raison... »

Regard attendrissant posé sur son visage épousé de ma main sous des arbres de satin à un Hier passé

« Je finirais par me pardonner oui... Ne t'en fais pas... Merci pour ces quelques mots et... Je sais que tu es là... »

Je m'approchais d'elle et, souriant, je rassemblais mes affaires. Le cœur partagé entre une pointe de joie d'avoir pu lui reparler et repenser à ces bons souvenirs vécus avec elle, et une pointe de douleur sur tout ce qui me gouvernait qu'elle ne pouvait pas voir, et que je ne lui montrerais pas. Même si elle faisait partie des personnes en qui j'avais entièrement confiance, je ne pourrais en aucun cas l'emmener dans ma chute. Je récupérais le tout dans ma mallette, avant de m'approcher de la belle, une main sur son épaule, me penchant pour déposer un long baiser à la commissure de ses lèvres.  

« Content d'avoir pu échanger un peu tous les deux... On se reverra surement bientôt... Porte toi bien ma belle... »

Sourire tendre offert en cadeau, et je m'en allais vers la porte pour regagner le couloir, le cœur paradoxalement emprunt de deux mélodies contradictoires...


Fin du RP
Merci à toi
:kiss:
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Cara De Lanxorre, le  Dim 14 Avr - 22:57

PV Ulysse*

    Elle l’avait peut-être un peu suivi, telle une James Bond girl* dans les couloirs de Poudlard, à attendre qu’il décide de s’isoler, some time alone at last*. C’est qu’il avait une vie bien remplie, busy boy* que ce Ulysse. Cara ne s’était pas vraiment intéressée à lui depuis qu’il était revenu au Château, c’est qu’elle l’avait toujours un peu méprisé, foolish student, foolish director*, qu’elle pensait. Mais désormais, elle avait besoin de lui. C’est que Cara était ambitieuse, very ambitious* même, et l’avenir l’inquiétait. Alors oui, Directrice de Serpentard et Directrice adjointe, c’était plutôt pas mal, not bad*. Mais pour combien de temps encore ? Voilà ce que ses pensées l’emmenaient à faire ; suivre cet homme peu intéressant, afin de lui soutirer quelques conseils.

* Privé avec Ulysse
* Femme de James Bond, renvoie à l’acolyte du célèbre espion
* Enfin un peu de temps seul.
* Homme occupé
* Étudiant idiot, directeur idiot
* très ambitieuse
* Pas mal
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Ulysse Daiklan, le  Dim 14 Avr - 23:12


TW*: Violence sur de la Verrerie. Violence verbale envers les tableaux de Poudlard

RP PV Cara*
For the god damn sick. *

Sérieusement, je ne m’étais pas rendu dans la salle des profs for a long time ago*. Nul ne saurais pourquoi j’y allais de toute façon. Probablement dans l’espoir de voir une ou deux personnes intéressantes… Quoi que. Il y avait des profs à Poudlard déjà ? J’ai entendu parler du recrutement d’une certaine « Miss Gold »* mais aucune idée du reste. C’est pourquoi je m’étais rendu là bas. Même pas le temps d’aller checker* si elle était là j’entends quelqu’un marcher près de moi. Le verre que je tenais en main se brise contre le sol. J'évite de marcher sur le verre en lâchant un juron qui semble faire frémir les tableaux

- What the hell* de Lanxorre, pourquoi vous me suivez ?

Non mais sérieusement. Depuis quand elle faisait la stalkeuse* elle ?


1. Trigger Warning*
2. Role Play * privé avec Cara
3. Par le dieu damné malade
4. Long temps depuis
5. Mademoiselle Or
6. Vérifier
7. Qu’est-ce que l’enfer
8. La traqueuse
9. Avertissement
10. Jeu de rôle


Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Cara De Lanxorre, le  Mar 16 Avr - 22:39


    Elle sursaute quand le verre se brise, éclats partout, clap bam*, a maze of broken mirrors*. Sa voix la fait tressaillir, pourtant, filled with anger*, grave, rauque. Il a changé, Ulysse, avec les années. Un mystérieux arrangement avec la cohérence avait rapproché leurs âges. Elle regrettait presque leur passif, qui lui valait ce De Lanxorre agressif. « Nous sommes collègues désormais, vous pouvez m’appeler Cara » - Call me by my name and I’ll call you by yours*. Assorti d’un sourire légèrement goguenard en regardant le verre éclaté ; « Je vous fais toujours autant d’effet on dirait. Voilà une chose qui n’a pas changé ». Elle croise les bras, ne sait comment continuer après avoir souligné qu’elle était la plus belle de tout Poudlard, et probablement la plus bonne de tes copines (de tes copines). « Je vous cherchais, en réalité ». Laisser planer le doute sur le véritable but de cette recherche.



* clap bam
* labyrinthe d’éclats de miroirs.
* remplie de colère
* Appelle-moi par mon prénom, je t’appellerai par le tien.
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Ulysse Daiklan, le  Mar 16 Avr - 23:21


TW

RP PV  et L.A Cara*

Oh.

My.

God.

Mais serait-ce de la drague que j’aperçois ? Je me retourne vers le truc qui sert de sous-directrice à Poudlard. Un levé de sourcil lorsqu’elle me parle d’envie, genre if you know what I mean.*

- Calmez-vous Cara, vous ne faites de l’effet qu’à mon corps.

Ce serait de mentir, que d’lui dire que y’a pas moyen (djadja). Autant en profiter pour m’avancer, entre sa présence et la défensive sur laquelle le brisage du verre m’a mis. J’aurais pu lui demander quelque chose comme can you feel, the love tonight ?* Mais y’a pas de love entre nous donc ça ne marche pas. J’m’avance vers elle, la plaquant contre le mur, ma main sur sa gorge. Un grand sourire en m’approchant de la MILF*

- So, what do you want for me?*

Grâce à elle je suis Jules Césarnimagus*

Notre point commun ?




1. Trigger Warning*
2. Role Play * privé avec Cara
3. Si tu vois ce que je méchant
4. Peut tu sentir l'amour ce soir ?
5. MOTHER I LIKE TO F**K
6. Donc, qu'attends-tu de moi ?
7. Animagus Jules César



Édit de Theya : Bonjour Ulysse, conformément au Règlement RPG, les propos déplacés sont proscrits. Merci de faire plus attention la prochaine fois. Bonne journée.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Cara De Lanxorre, le  Mer 17 Avr - 22:34

CONTENT WARNING - Non adapté à un jeune public.



    C’est le rapprochement le plus rapide de l’univers. Peut-être parce que c’est finalement ce pour quoi ils étaient destinés, tous les deux, et ce depuis leur première rencontre, ici au Château. Ou alors c’est parce que le Forum ferme dans trois jours et qu’il faut abréger les préliminaires. Let’s go straight to the point*. Les mains de Cara sur celles d’Ulysse, les mains d’Ulysse sur le cou de Cara, petit empilement d’un désir agacé. « Ça peut attendre » Oh yes, this can wait*, la reconversion professionnelle n’est pas si pressée, y’a la pookie dans l’sas* à s’occuper. Détacher doucement les mains auparavant serrées, descendre pour épouser les courbes, guider. Oh lord, boy, she gots the right tactics to turn you on*.


* Allons droit au but
* Ah oui ça peut attendre
* Voir ici
* Ah oui mon garçon, elle connait les astuces pour te faire de l'effet
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Ulysse Daiklan, le  Jeu 18 Avr - 15:16




TW : Matraitance tissutale

RP PV  et L.A Cara*

Elle a l’air de réfléchir. Ou pas. She looks like an idiot sandwich*, à ne pas comprendre ce qu’il se passe. Pourtant elle se ressaisit rapidement. Comment ça, « ça peut attendre » ? Am I a joke to you ? Elle dirige mes mains vers ses hanches. Sérieusement, elle est venue pour ça ? Elle a pas trouvé d’élèves qui voulait une bonne note ? Pourtant j’ai entendu qu’all of the boys and all of the girls, are begging to if you seek Amy*. Well, Cara indeed.*

- Puisque vous avez du temps à perdre Cara.

Main sur la hanche, passe sous sa jupe le long du tissu et. Mais by the seven god(e)s*, il s’arrête jamais ce morceau de tissu ? Are you trying to fool me ?* Mon instinct de vouloir cela maintenant me pousse à ne pas chercher plus loin. Je déchire ce truc sans cérémonies, en dessous de la jupe, oups. Pas le temps pour elle de réfléchir que mes doigts glissent à l’ancienne place du sous-vêtement.

Je savais pas qu'on pouvait avoir des rides, même là.



1. Trigger Warning*
2. Role Play * privé avec Cara
3. Elle ressemble à un sandwich idiot
4. Suis-je une blague pour toi ?
5. Tout les mecs et toutes les meufs veulent baiser Amy
6. Bon, Cara en fait.
7. Par les sept Sextoy·e·s
8. Tu te fous d'ma gueule ?




Dernière édition par Ulysse Daiklan le Ven 19 Avr - 9:18, édité 2 fois
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Cara De Lanxorre, le  Jeu 18 Avr - 22:29

Content warning - contenu non-adapté à un jeune public.

    Les mains descendent et Ulysse annonce le programme peu réjouissant qui va suivre ; du temps perdu, c’est exactement ça. « Je ne vous crois pas assez doué pour passer un moment incroyable en effet », allons-y pour la perte de temps, it’s still something*. Soupir quand l’idiot lutte pour l’effeuiller, se demander si elle est assez désespérée pour continuer. Il a les mains entre ses cuisses et elle les yeux sur le mur du fond, jusqu’au bruit du tissu déchiré qui la fait sursauter ; « Vous savez combien ça coûte ça, Daiklan ? » Regard dédaigneux, bien cavalier vu la situation, camoufler le frisson quand le contact se fait plus pressant. Enserrer les épaules, s’y accrocher en y enfonçant les ongles. Et sèchement intimer ; « Qu’est-ce que vous attendez ? Vous croyez que j’ai mon après-midi à vous accorder ? »
* C'est toujours ça de pris.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Élius Askin, le  Ven 19 Avr - 0:13

RP précèdent : Talentueusement vôtre
Autorisation d'Ulysse & Cara pour poster
Contenu explicite


Lollipoppin' twerkin' in some J's* ♫ L'insigne pèse - indigne, biaise - m'aligne/à l'aise. Encore à polir le couloir, faire pâlir les bougeoirs d'mes s'melles - abuser d'pouvoir accidentel. C'pas ma faute ♫, qu'est-ce j'y peux moi - I don't dance now, I make money moves* c'que j'cherche, j'le trouve. Y compris des dramas dix fois plus gros qu'moi. Comme la béance d'cette porte pile perpendiculaire à celle d'ma bouche étirée...


"Salle des Professeurs" ; titre prometteur.


Un, deux, trois doigts - peut être plus, pénètrent délicatement la faille. Jouer de tout, tout le temps, z'avez d'jà oublié ? Alors j'pousse tout : le battant, le bouchon, mémé - ah non, pas mémé. Même pas un p'tit cri, discrète petite fouine que j'suis. Pourtant la phrase était prête - Alors, on attend pas Patrick ?* - mais j'ai pas la référence déso. Par la contre la pause est là.




Voyeuriste comblé,
Tête penchée,
Regard planté,
Sourire bandé.




*Suçoter, twerker en Jordan's
*Je ne danse plus, je fais des placements
* Film Camping 1





HRpg :
 
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Cara De Lanxorre, le  Ven 19 Avr - 13:32

LA Ulysse
Content warning – non adapté à un jeune public.


    Il s’exécute, l’autre, dont la main glisse et se presse, arrache le premier gémissement, teinté d'étonnement ; c’est qu’elle ne s’attendait pas à un tel doigté – dans le sens savoir-faire, est-il utile de le préciser ? Sur les épaules, les ongles griffent, et le cerveau s’embrume. Pas si mécontente d’être là, finalement, la de Lanxorre. Vouloir rapprocher le partenaire, et peu habilement saisir sa tête entre ses mains, brutalement le presser contre le cou, l’assaillir du parfum et du pouls agité. C’est une sorte d’embrassade, accolade, et l’on pourrait presque s’y tromper, si le bras d’Ulysse ne disparaissait pas ainsi étrangement sous la jupe en cuir.

    Elle n’est pas sûre, au départ, de véritablement voir la porte s’entrebâiller. Quand elle en est certaine, il est trop tard ; la silhouette familière est dans la pièce. Elle en hoquète de surprise, étrange bruit étranglé par le plaisir, le camoufler comme une simple appréciation du travail en cours. Et les yeux suivent le préfet, regard écarquillé par dessus l’épaule de son collègue, davantage presser le visage contre la carotide, lui dissimuler l’arrivée. Sentir les mouvements et le souffle s’accélérer, ciller sans se détourner.

Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Ulysse Daiklan, le  Ven 19 Avr - 14:05


TW : Non adapté à un jeune publique

RP PV Cara & Lius et L.A Cara*

Le bruit tu tissu qui déchiré semble gêner la suggar mommy*. Sérieusement, y’a que ça qui la chagrine. Un regard dédaigneux avant de laisser échapper.

- Dire qu’avec ça vous auriez pu vous acheter un âme Cara, quel dommage.

Elle s’amuse à me donner des ordres. Comme si elle était au pouvoir. Mais non, ce n’est pas le cas ici. Je crois qu’elle le comprend quand un léger cri s’échappe de sa gorge à cause de mes mouvements. Masquer les tortures d’envies par un sourire en coin, savourer le plaisir d’être aux commandes.

Son geste me surprend plus que prévu, tête dans le coup. Mon museau est assailli de superficialité, le bruit de con cœur raisonne dans ma tête comme un tambour infernal. Elle ne sait pas que je sens, les hormones qui échappent malgré elle de son corps. Quelques secondes tout au plus.

- Enough.*

Plus un ordre qu’une parole quand je me retire pour saisir ses hanches et les faire pivoter, que son bassin soit contre le mur. L’ouverture est toujours là, mon nez plongé dans ses cheveux en bataille je soulève sa jupe.

Like they said.*

Take it like you want it.*


1. Trigger Warning*
2. Role Play * privé avec Cara et Élius
3. Maman en sucre
4. Assez
5. Comme ils disent
6. Prends ça comme tu le veux.


Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Élius Askin, le  Ven 19 Avr - 15:15

RP précèdent : Talentueusement vôtre
Contenu explicite
L.A. d'Ulysse


Ça sent l'enfance - car sans offense, par cent jouissances .observées. j'ai appris. Caché dans les jupons d'Maman, dans les vestons d'l'amant. Mille comme toi m'ont d'jà exhibé leurs manières de procéder, matière à répéter, reproduire, introduire - un.gros.rire, que j'retiens/d'applaudir_faut qu'j'occupe mes mains. Tétine aux babines, muettes & badines, j'me pose, dose l'effet, glose l'essai. Faut dire qu'la scène est bestiale, qu'la cène est royale sous mes yeux.


Certains auraient rage quit*,
Moi oklm* j'astique ma
Sucette ; le bâton hyper tendu
D'vant ces deux délicieux
Parfums. Bi-goût, mon préféré.




*Fait de quitter un jeu sous le coup de la colère ou de la frustration, et par extension de renoncer à quoi que ce soit pour ce genre de raison.
*OKLM est un acronyme phonétique de "au calme", utilisé pour décrire un contexte posé, relax.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Cara De Lanxorre, le  Sam 20 Avr - 1:42

Content warning - super pas adapté à un jeune public là
La Ulysse

    Évidemment, cela ne dure pas. C’est qu’il ne s’agirait pas de contenter Cara, ainsi stoppée dans sa montée jubilatoire. Elle est à deux doigts (peut-être plus) de s’en plaindre, réclamer encore du va-et-vient jusqu’à la faire décoller, she could beg for it*. Mais pas là, certainement pas. Ne pas faire ce plaisir à Ulysse. Et puis, est-ce lui, en réalité, qui tord son ventre d’un désir mal contenu ? Où est-ce le nouveau-venu, est-ce ce regard dont seul eux deux ont conscience ? C’est lui qu’elle veut invectiver, commander; don’t stop watching me*.

    On lui arrache l’échange silencieux – soudainement, brutalement. Laisser le visage d’Askin pour un face-à-face avec le mur, cri de protestation – brève, la protestation. Déjà ses mains s’affairent pour remonter la jupe, travail d’équipe. Se hâter comme si les secondes étaient comptées. Les mains soudainement plaquées au mur, c’est le seul moyen de ne pas s’effondrer, de ne pas glisser, sous les secousses répétées. Et en rajouter, un peu, gémir plus fort qu'à l'ordinaire – we have an audience there*. Il est si difficile, désormais, de ne pas se laisser envahir par ce qu’elle devine, ce qu’elle imagine, savoir ce que l’un voit et ce que l’autre ignore, à en mélanger les rôles - avantage de la position -. Et une seconde avant l'implosion, alors que le corps se cambre et que les mains se crispent, souffler le mauvais nom.


* Elle pourrait supplier pour ça.
* N’arrête pas de me regarder.
* Nous avons un public ici.
Contenu sponsorisé

La Salle des Profs - Page 13 Empty
Re: La Salle des Profs
Contenu sponsorisé, le  

Page 13 sur 14

 La Salle des Profs

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.