AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -40%
Sosh : forfait mobile 80 Go sans engagement à ...
Voir le deal
14.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 6 sur 14
La Salle des Profs
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 14  Suivant
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard

La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Megan K. Hayajân, le  Dim 6 Juil 2014 - 15:53

Libre arbitre de Will accordé

"Je... Merci."

Mais Valentina ne l'entendait pratiquement plus. Elle se contenta de sourire entre deux caresses, sa proximité avec William réveillant en elle un désir brûlant. Elle le voulait, comme jamais encore. Elle était sur lui, mais cela ne suffisait absolument pas. En elle, un feu s'animait  que seul son compagnon pouvait éteindre. La bouche de l'ancien Serpentard vint embrasser le cou de la belle, glissant peu à peu sur sa poitrine qu'il dénudait. Ne pouvant retenir un gémissement impatient, elle détacha chacun des boutons de la chemise du nouveau professeur avec une habilité propre à l'expérience. Elle attrapa ensuite le vêtement qu'elle lança loin derrière eux, dans un ailleurs qui n'existait plus. Caressant doucement le torse du garçon tandis qu'il passait une main dans son dos, faisant rapidement voler son soutien gorge qui devait rejoindre la chemise et le chemisier. Elle se pressa contre lui, avide de sentir sa force contre elle. Ne pouvant plus tenir, elle l'embrasse une fois encore, plus langoureusement. Leur langue jouaient, et tandis qu'il la soulevait du fauteuil pour l'emmener autre part, elle ne pensait qu'à une chose: la chance qu'elle avait d'avoir conquit le cœur de cet homme parfait.

Il la déposa en douceur sur la table. Ce soir, ni tasses de café ni dossiers barbant, simplement deux corps unis par un amour indescriptible. Tandis que la jeune femme s'affairait sur la ceinture de William, système bien trop complexe pour son esprit en arrête, animé seulement par le désir surpuissant de son corps, le professeur de potions glissait ses mains sous sa jupe, déclenchant un nouveau soupir d'impatience. Lentement, il fit glisser le dernier sous-vêtement de la jeune femme tandis qu'elle-même se débarrassait enfin du jean qu'il se hâta d'éloigner. Leurs yeux se croisèrent, reflètant la même envie du corps de l'autre. Elle avait besoin de lui, elle ne pouvait plus lutter. Il fallait qu'il vienne. Tout en la regardant, il déclara des mots qui l'enchantèrent:

"Je t'aime."

Elle frissonnait derechef, tandis que les lèvres du jeune homme se posaient encore une fois sur son corps, tandis qu'elle se laissait caresser, toucher, effleurer et embrasser par l'homme qu'elle aimait plus que tout. De longues minutes passèrent ainsi, tandis que ne pouvant plus tenir, la belle se ressaisit. Posant ses mains derrière elle, elle se recula sur la table, suppliant du regard Will de la rejoindre. Après avoir susurré un "viens..." au sous-entendu aussi limpide que ses intentions, Tina le regarda la rejoindre, la dominant de par sa position. Et dire que cela plaisait à la belle était un euphémisme. Leurs lèvres se trouvèrent à nouveau. La belle se hissait d'une main, sa poitrine nue pressée contre le torse brûlant de son désormais collègue. L'autre main entourant sa nuque, elle en voulait encore plus, impatiente. Mais le jeune homme était encore vêtu d'un boxer, et ça, elle en faisait son affaire.

-Je t'aime aussi, Will. Et je t'appartiendrais aussi longtemps que tu voudras de moi...

La main de Valentina glissa jusqu'au bas de l'anatomie de Will, prenant le temps de s'attarder sur le dernier bout de tissu restant. Elle pouvait sentir qu'il la désirait, et cela ranima encore un peu plus son désir. Elle lui ôta bien vite ce dernier sous vêtement restant.  Ils étaient collés l'un à l'autre, elle pouvait le sentir contre elle, mais cela ne suffisait pas. Plus, toujours plus. Elle reposa sa tête sur la table, l'attirant vers elle. La jambe de la belle vint caresser le creux du dos de Will tandis qu'elle chuchotais une fois encore un très explicite:

-Viens...
Christopher Branwen
Christopher Branwen
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Médicomagie


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Christopher Branwen, le  Dim 6 Juil 2014 - 17:55

-Viens...

William n'avait absolument pas besoin que Valentina le lui dise, son corps tout entier étant déjà en train de le lui hurler. Posant une main contre le bois de la table, juste à côté de la tête de Valentina, le serpent se rappela le lieu dans lequel ils se trouvaient. Un nouveau sourire apparut, de quoi totalement désacraliser le lieu. Cela lui rappela cette fois où ils l'avaient fait sur le comptoir de la Tête de Sanglier quand il s'était occupé de la fermeture. Si Chloé avait sut ça... Les jambes de la jeune femme se croisèrent au creux de ses reins, celle-ci poussant un soupir tandis que ses doigts commençait à parcourir son dos sans pour autant le griffer, pas encore.

~~~~~~

Le serpent tâchait de retrouver sa respiration, ces retrouvailles n'avaient pas été de tout repos. Lui et Valentina se trouvaient désormais de nouveau installés sur le fauteuil, la jeune femme assise à califourchon sur ses genoux, au moins aussi essoufflée qu'il pouvait l'être. Ils partagèrent un nouveau baiser, chacun jouant avec la langue de l'autre. Ensemble, tout deux totalement nus, à s'aimer, tout simplement.

William rompit le baiser, passant sa main dans les cheveux de la jeune femme, les caressant avec douceur, l'observant amoureusement.


"J'ai besoin de toi Tina."

Il était plus que décidé. Embrassant avec tendresse le menton de la jeune femme, le Serpentard descendit le long de sa gorge, remontant ensuite pour atteindre l'épaule puis finalement le lobe de l'oreille qu'il mordilla avec douceur avant d'y susurrer quelques mots.

"Je ne veux plus qu'on se cache."

Le serpent en avait assez de faire semblant et il savait que c'était la même chose pour Valentina, sinon pourquoi lui offrir un tel présent si c'était pour qu'il soit forcé de le cacher ? Sa décision était prise depuis longtemps il le savait, ne restait plus qu'à en faire part à la jeune femme.

"Je te veux... Toi et uniquement toi."
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Megan K. Hayajân, le  Dim 6 Juil 2014 - 23:21

A califourchon sur William, Tina laissait sur son visage s'épanouir un sourire comblé. Sa respiration était irrégulière, ses joues rougies par l'effort, ses yeux pâles luisant d'une joie pure, d'un sentiment extrême. Elle aimait. Et l'être aimé était parfait. Le visage du jeune professeur faisait écho à celui de la belle. Il était heureux, cela se voyait. La main toujours près de son cœur, elle put en entendre la course effrénée et elle ronronna presque de satisfaction. Elle se pencha vers lui, l'embrassant longuement. Elle se sentait à la fois faible et en sécurité, dans les bras de Will. Il la dominait physiquement et était sans doute bien plus fort psychiquement, mais il la protégeait, et l'armure de son corps équivalait à tous les #Protego du monde. Quand le jeune homme passa une main dans ses cheveux, elle sentit son cœur s'arrêter de battre... puis repartir de plus belle. Elle vint se lover un peu plus contre lui. La séparation avait été trop cruelle, trop douloureuse. Ils étaient trop amoureux pour supporter cela sans conséquences. Le regard tendre de Will la fit rougir. Elle n'était pas habituée à ce genre d'attention. Pourtant elle adorait cela autant qu'elle l'adorait; lui.


"J'ai besoin de toi Tina."

Elle voulait lui répondre qu'il était sa vie, son indispensable, mais les mots s'étranglèrent dans sa gorge tandis qu'une nouvelle vague de frissons la submergeais. Car les lèvres de l'ancien sinople glissaient de son menton jusque son cou, remontant sur son épaule et se nichant près de son oreille. Instinctivement la blondinette se rapprocha encore plus de lui, le bas de leur corps s'effleurant lors du mouvement. Aussitôt, elle se cambra un peu. Ils devaient parler, si elle voulait encore le sentir sur elle, elle devait attendre "Contrôle toi, Tina...".

"Je ne veux plus qu'on se cache. Je te veux... Toi et uniquement toi."


La belle resta béate, muette. La possibilité, la vie que lui offrait William se déroulait devant ses yeux. Ils pourraient être un vrai couple. Il pourrait n'être qu'à elle, rien qu'à elle. Elle lui appartenait déjà, et cet amour qui lui brûlait les entrailles; il lui proposait de le stabiliser. Une vie de couple, avec toutes les joies que cela impliquait. Se réveiller chaque matin à ses côtés, les moments de paix avec lui, en salle des professeurs. Le bonheur de le voir entre les cours. Les vacances dans ses bras. Ils n'auraient plus besoin de faire semblant; ils pourraient s'aimer comme ils le voudraient. Un sourire des plus sincère fleuri sur le visage de l'italienne, qui entourant d'une main la nuque de William, l'autre sur son épaule, se pencha vers le visage de son compagnon. Leur nez s'effleurèrent tandis que leurs lèvres se prenaient avec passion. Leur baiser, marquant un accord évident, signait le début d'une histoire, le début d'un couple. Elle ne voulait plus le lâcher, et pourtant elle savait qu'il serait là, chaque jour.

Mettant finalement à l'étreinte fougeuse de leur bouche, elle se recula légèrement, le fixant dans les yeux. Elle sentait des larmes brûlantes perler au creux de ses paupières et les essuya d'un geste rageur. Pourquoi avait-elle envie de pleurer en ce moment qui concrétisait tous ses rêves?! Lui effleurant la joue, elle déclara de sa voix douce:

-Pour de vrai? Je t'aime William, et je veux pouvoir me réveiller chaque matin dans tes bras, pouvoir t'embrasser sans me soucier d'où et de pourquoi, être avec toi quand j'en ai envie..

Elle embrassa e torse de son compagnon, fébrilement.

-Je n'ai besoin que de toi. Je t'appartiens, je te l'ai dit. Tant que tu voudras de moi, je serais tienne.


Elle lui caressa le torse; de plus en plus bas, sans s'arrêter sur sa virilité. Il était tout entier à elle, elle était toute entière à lui. Les lèvres de la blonde rejoignirent une fois encore celle de l'homme de sa vie. Elle n'était heureuse que là, quand il était là, près d'elle. Jamais elle n'avait eu se besoin constant d'être aimée d'une personne. S'éloignant de sa bouche, le souffle court, Tina regarda autour d'elle. La salle des Professeurs.. Ils avaient fait pire. A ce souvenir, elle eut un sourire ravi. La table venait de servir de matelas, utilité tout autre que d'abriter des réunions. Caressant du bout des doigts le torse de Will, elle traça les sillons que creusaient ses abdos fins. "Comment j'ai fais pour l'avoir à moi seule? Que me trouve t-il de si particulier au point de ne vouloir que moi? ". Soudain, ses doigts rencontrèrent une surface gonflée. Y jetant rapidement un coup d'oeil, Valentina trouva sur la peau uene trace rougie de griffure. Superficielle, certes, mais en se penchant un peu, elle en découvrit d'autres dans le dos du jeune homme.

-Je suis désolée... Faut que j'apprenne à me contrôler... gémit-elle.

Elle n'aimait pas lui faire du mal; le voir souffrir. Mais griffer était u geste réflexe lors de leurs ébats, lorsqu'elle perdait la tête, qu'elle n'était plus maîtresse de son corps. Elle nicha sa tête dans le cou du jeune homme, cessant aussitôt toutes ses caresses. Avec un soupir à fendre l'âme, elle chuchota;

-Si vous saviez comme je vous aimes, Mr. West...
Christopher Branwen
Christopher Branwen
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Médicomagie


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Christopher Branwen, le  Mar 8 Juil 2014 - 19:16

Valentina lui répondit d'un baiser passionnée, prémices d'une réponse plus que positive. Le sourire qu'elle avait eut en entendant les mots de William ne laissait aucun doute, le jeune femme était aux anges. Probablement autant que lui-même l'était à cet instant. Si on lui en avait parlé alors qu'il était encore élève, jamais le serpent n'aurait crut à cette histoire. Lui et Valentina Boccini, en couple ? Cela semblait totalement surréaliste lorsqu'ils avaient commencés à se fréquenter et pourtant, il ne s'imaginait pas avec une autre. Le baiser fut rompu au bout de quelques instants, Tina essuyant ses larmes d'un geste de la main. L'une d'elle resta cependant sur sa joue, aussitôt recueillit par le pouce du jeune homme.

-Pour de vrai? Je t'aime William, et je veux pouvoir me réveiller chaque matin dans tes bras, pouvoir t'embrasser sans me soucier d'où et de pourquoi, être avec toi quand j'en ai envie... Je n'ai besoin que de toi. Je t'appartiens, je te l'ai dit. Tant que tu voudras de moi, je serais tienne.

Les caresses de la jeune femme le firent frémir mais Will parvint à se concentrer, suffisamment longtemps en tout cas pour pouvoir lui répondre.

"Pour de vrais. Je t'aime Tina."

Il posa son regard sur elle, l'observant tandis qu'elle laissait ses yeux se promener autours de la salle. Un nouveau lieu à ajouter à leur liste, quel serait le prochain ? Les mains de l'italienne se promenaient sur son torse, glissant lentement vers son dos lorsque soudain un détail sembla attirer l'attention de la jolie blonde. Le serpent put sentir que son dos venait de se poser sur un endroit légèrement douloureux, à vrais dire il ne l'avait même pas sentit jusqu'à ce qu'elle y touche. A sa réaction, le professeur songea que son dos devait certainement en être recouvert, ce qui lui provoqua un léger sourire.

-Je suis désolée... Faut que j'apprenne à me contrôler...

Le serpent haussa un sourcil tandis que Valentina venait nicher sa tête au creux de son cou, disant une dernière phrase dans un soupir.

- Si vous saviez comme je vous aimes, Mr. West...

Laissant l'une de ses mains glisser sur la cuisse de la jeune femme en une douce caresse, le vert et argent passa une nouvelle fois ses deux dans la chevelure de l'italienne, déposant un baiser sur ses lèvres avant de lui répondre.

"Je vous aimes aussi Mlle Boccini... Et je refuse que tu te contrôle... Tu sais bien que j'adore ça."

En effet, si elle s'arrêtait les griffes de la professeure lui manquerait inévitablement. Ses caresses se faisaient de plus en plus prononcé, son corps réagissant seul à la proximité de Valentina, tandis que ses lèvres retrouvaient la poitrine de la belle italienne.

"Et si on continuait ça dans ton lit ? ... Ou sur ce fauteuil, je suis pas certain de tenir jusque là-bas..."
Megan K. Hayajân
Megan K. Hayajân
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Megan K. Hayajân, le  Mar 8 Juil 2014 - 22:21

La main de Will sur sa jambe fit frémir Valentina qui, la tête toujours dans le cou du jeune homme, se retenait pour ne pas succomber à ses envies. Leurs lèvres finirent par une fois encore se trouver, se caressant amoureusement. Leur corps s'effleuraient au moindre mouvement, déclenchant des sourires impatients; des regards lourds d'un désir fou. Elle s'en voulait. Elle parsemait le corps de son compagnons de traces de griffes. Pourtant, elle n'y faisait pas exprès. Avec lui, elle perdait la tête. Elle reserra son étreinte sur lui, plongeant ses yeux clairs dans ceux plus sombres de l'homme avec qui elle était désormais en couple. William...

"Je vous aimes aussi Mlle Boccini... Et je refuse que tu te contrôle... Tu sais bien que j'adore ça."

La belle eut un sourire. Elle voulu répondre mais n'en eut pas la force. Les caresses de Will se firent plus ciblées; plus prononcées. Ses lèvres rejoignirent vite la poitrine dénudée de l'italienne qui se cambra de plaisir. Elle se colla plus à lui, leur bassins s'effleurant brièvement, déclenchant chez la blonde des frissons qui ne pouvaient pas échapper à son compagnon. William la serrait contre lui, jouant habilement de sa bouche sur son corps nu. Les mains de la jeune femme trouvèrent le torse musclé de l'ancien Serpent, glissant peu à peu vers le bas de son anatomie.

"Et si on continuait ça dans ton lit ? ... Ou sur ce fauteuil, je suis pas certain de tenir jusque là-bas..."

Pouvait-elle patienter jusqu'à ce que tous deux ai rejoint ses appartements. Jetant un coup d’œil en biais à William, la réponse lui sauta aux yeux. Non, ils ne pouvaient décidément pas attendre. Elle embrassa passionnément le cou du jeune homme, descendant sur les traces de griffes qui lui couvraient les épaules. Elle alla ensuite trouver sa bouche, leurs lèvres avides se rencontrant sensuellement une fois de plus. Elle lui mordilla doucement la lèvre inférieur, chuchotant enfin d'une voix fort subjective:

-Ici c'est bien.

Doucement, elle caressa la joue du garçon. En un bref mouvement de bassin, il lui fit pousser un nouveau soupir tandis que ses ongles s’enfonçaient dans son dos brûlant. Une fois encore, tous deux ne faisaient qu’un, unis par le mouvement régulier de leur corps enlacés.

***

Rattachant le dernier bouton de son chemisier, Valentina coula un nouveau regard vers son homme. Encore torse nu, occupé à reboucler sa ceinture, elle le trouvait irrésistiblement sexy. Passant ses cheveux dans son dos, elle se rapprocha doucement de lui pour se lover contre lui. Se hissant sur la pointe des pieds, elle l’embrassa longuement. Elle se pencha ensuite pour récupérer la chemise de William, et la lui tendit. Il l’enfila rapidement, et elle la reboutonna elle-même, pour mieux l’arracher lorsqu’ils seraient rentrés dans ses appartements. Leurs appartements. Il passa un bras protecteur sur ses épaules, et tous deux quittèrent la salle, un petit sourire mélancolique aux lèvres.

Dans les couloirs, les regards des élèves se posaient sur eux. Leur amour serait bientôt l’objet des racontars le temps qu’un nouveau scandale ne le remplace. Mais Tina s’en moquait complètement. Tout ce qu’elle voyait, c’était lui. Ils arrivèrent bientôt chez eux. Cette nuit-là, ils firent encore l’amour sans retenu, leur appétit charnel dédoublé par ces deux mois d’absence. Quand enfin ils s’endormirent, la blonde blottie dans les bras du Serpentard, elle ne pensait qu’à une chose : le futur heureux qui l’attendait aux côtés de William.

[FIN du RP]
Libre arbitre accordé.
Invité
Anonymous
Invité

La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Invité, le  Ven 1 Aoû 2014 - 23:49

{ RP avec Hugh Dey, ouvert }

Dans la vie, il y avait deux types de personnes : ceux qui pensaient que les profs faisaient un boulot de planqués… et les profs eux-mêmes, qui savaient que c’était une grosse blague !

Les vacances scolaires, les horaires confortables et toutes ces choses qui font rêver, ce n’était qu’un mythe. Pour preuve, on n’était pas encore en septembre que Clíodhna était déjà de retour au château, ordre de la patronne. Tout devait être prêt pour l’arrivée des élèves, quelques jours de plus tard. Au programme cette année, une sécurité renforcée pour regagner la confiance des enfants et surtout de leurs parents, la réputation de Poudlard comme lieu le plus sûr du monde magique étant plus que jamais contestée. Pour marquer le coup, la vieille chouette avait même décidé d’embaucher un gardien, sans doute une manière à peine voilée de faire comprendre à Flitwick qu’il ne servait à rien.

Assise sur le rebord de la fenêtre, la jolie brunette fixait le vide. Elle avait les yeux rivés sur le parc du château mais elle le voyait à peine, aux prises de cette curieuse impression d’être condamnée à dix mois de prison ferme… Vous l’aurez compris, la perspective de retrouver ses chers élèves n’enchantait guère la jeune femme, pas plus que de se retrouver une fois de plus coincée dans ce coin perdu en Écosse.

Un grincement de porte la sortit de sa langueur :

« Vous, ici ?! s’exclama-t-elle en reconnaissant le serveur du Chaudron Baveur, la dernière personne qu’elle aurait pensé voir en ce lieu. 'fin, remarquez que vous ne tombez pas trop mal… Je veux bien un petit café. Trois gouttes de lait et un demi sucre, vous serez gentil ».


Dernière édition par Clíodhna Quinn le Sam 2 Aoû 2014 - 1:27, édité 3 fois
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Hugh Dey, le  Sam 2 Aoû 2014 - 0:51

Mon vœu le plus cher avait été exaucé. J’avais besoin d’espace et je l’avais eu. J’avais quitté le Chaudron Baveur, et me voici désormais à Poudlard. C’était un peu avant la rentrée, y avait pas encore de gosse et ça me permettait de me familiariser un peu avec le château. Je trouvais que c’était une bonne idée mais y avait un taf monstre à faire. Pourtant on était deux ! Mais je crois que plus ça allait, plus les gamins étaient crado. Ils devaient apprendre à faire des saletés en pensant que ça se nettoyait tout seul… Bref, j’étais de retour dans mon boulot d’Elfe de maison et je pouvais pas être plus heureux.

Cela dit je connaissais pas grand monde, et j’avais le manche à balai un peu rouillé. Quoi que je sentais pas ma main, mais mes bras travaillaient bien. Alors je me disais que j’avais une bonne raison d’aller prendre un petit café. Après tout je bossais à Poudlard, c’était pas l’endroit où le rythme de travail était le plus dur. Ici si je voulais prendre une pause je pouvais ! Du coup j’allais dans la salle des profs, et comme je venais de récurer les toilettes, j’avais encore les gants MAPPA sur les mains. Mer**… Je comptais les enlever en arrivant mais j’avais à peine ouvert la porte qu’on me parlait.

« Vous, ici ?! 'fin, remarquez que vous ne tombez pas trop mal… Je veux bien un petit café. Trois gouttes de lait et un demi sucre, vous serez gentil ».

J’ouvrais la bouche sans répondre et en fronçant les sourcils. Puis je la refermais. J’ouvrais encore, un doigt levé, et en fait non. Du coup j’allais machinalement faire un café, parce que c’était ce que je faisais de mieux et qu’on n’enlevait pas deux ans de service en claquant des doigts. Du coup je retirais mes gants tel un chirurgien venant de faire du bon travail, j me lavais les mains – quand même, fallait pas exagérer – et je prenais une tasse dans la main. Mais je la gardais pas bien longtemps.

« Hé mais ! Je pas venu là pour faire le service ! J’suis le nouveau concierge ! Z’êtes toujours prof vous ? Fin de ce que je me souviens de la soirée hein… »

Bon cela dit moi je devais quand même me faire un café, alors finalement je pouvais bien lui en préparer un aussi… Heureusement que tout était là, prêt à l’emploi, le sucre pas très loin, mais par contre pas moyen de trouver le lait.

« Tenez, j’ai pas trouvé le lait désolé… Ca fait bizarre de revenir ici. Je pensas que je me sentirai comme chez moi mais je suis un peu perdu et à part vous que je connais rapidement, je dois avouer que je suis un peu perdu. Vous avez pas quelques tuyaux à me filer ? »
Invité
Anonymous
Invité

La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Invité, le  Sam 2 Aoû 2014 - 2:37

Sans bouger de l’appui de fenêtre, Clíodhna toisait le nouvel arrivant. Durant un instant, il eut l’air comme bloqué. Il avait ouvert la bouche et froncé les sourcils, puis avait refermé sa bouche. Il la dévisageait, elle le fixait. Il rouvrit la bouche, l’air de vouloir dire quelque chose. Interloquée, la jeune femme s’apprêta à l’écouter… Mais en fait non, il n’avait rien à dire. Ce fut donc docilement qu’il s’exécuta et alla lui préparer son café. C’était cool de sa part, il n’était pas obligé. Enfin, elle n’avait pas l’impression d’avoir entendu dire que le personnel du Chaudron Baveur remplaçait les elfes de maison pendant les vacances, alors a priori il n’était pas obligé. Mais c’était un chic type, elle l’avait toujours su. Bizarre, certes, et un peu ralenti, mais gentil et pas difficile. Pour le remercier, elle le gratifia d’un sourire compatissant. C’était cool qu’il soit là pour faire le café, ça changeait des vermines comme Warren qui l’auraient envoyée paître royalement.

Le seul problème de cet homme, c’était qu’il était affreusement bavard, sans doute n’avait-il pas encore compris que son verbe le déservait…

« Vous êtes sérieux, ils ont viré Vicky ?! s’enthousiasma-t-elle néanmoins lorsqu’il évoqua son nouveau poste. Mais c’est génial, cette année ne s’annonce pas si mal que ça finalement (traduction : dégage grognasse, Maddison m’appartient désormais) ! Bravo pour votre poste, enfin… Je ne sais pas si c’est vraiment très valorisant de récurer des W.C., mais chacun ses hobbies ! Personnellement, je préfère quand même enseigner la métamorphose. On va dire que je décrotte les cervelles de ces imbéciles, alors nos vocations ne sont pas si éloignées… ».

Durant un instant, la princesse qu’elle était eu peur qu’il ne renonce à la servir. En effet, il avait eu l’air empreint de doutes. Heureusement, ça lui avait vite passé et il semblait même heureux de se rendre utile, sans doute était-il d’un naturel servile.

Mais c’est alors qu’il lui annonça un drame :

« Quoi, il n’y a pas de lait ?! s’indigna l’enseignante. Nan, mais je rêve là… Ils servent à quoi les elfes à la fin, ils croient que parce que c’est les vacances on n’a pas besoin de lait dans notre café ?! Parfois je me demande de quelle planète ils viennent. Et sinon, ne vous inquiétez pas, le château est grand et y a pas mal de monde, mais on se sent vite chez soi. Des tuyaux ? Bah, pour commencer, les cuisines se trouvent au sous-sol, on y accède par les cachots. Y a un tableau avec un nature morte, vous caressez la poire et l’accès s’ouvre à vous. Je ne sais pas où ils rangent le lait par contre, c’est bien la première fois qu’on en manque… Vous m’excuserez, mais je me sens pas trop de vous montrer là tout de suite, alors si vous n'êtes pas sûr de trouver, on aura qu’à faire sans… Merci quand même ! », ne se rendant même pas compte à quel point elle se montrait égocentrique.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Hugh Dey, le  Sam 2 Aoû 2014 - 3:00

Waw. Je m’attendais pas à ça. Aussitôt que j’avais commencé à parler, j’avais déclenché un moulin à paroles et j’avais l’impression qu’il était impossible de l’arrêter ! Surtout qu’en plus elle se gourait mais totalement… Nan ils avaient viré personne pour moi, même si j’avouais qu’être deuxième concierge me réjouissait pas. Fin je l’avais déjà été tout seul et j’aimais bien, alors là devoir bosser avec quelqu’un je trouvais pas ça top. Du coup je tirais un peu une tronche d’enterrement quand je lui répondais.

« Nan… Ils ont viré personne. Je suis deuxième concierge. Mais par contre j’ai pas encore vu grand-chose de celle qu’est là. S’ils ont pris une deuxième personne c’est soit qu’elle fait mal son taf, soit qu’elle a de quoi les faire chanter parce que je pense que je pourrais très bien me débrouiller tout seul. »

Et là, ce fut le drame. Pourtant j’avais pas renversé mon café rien. Mais j’aurais pas dû dire qu’il n’y avait pas de lait parce qu’elle partait faire tout un speach sur l’incompétence des elfes de maison et le traitement des professeurs. Honnêtement je m’attendais pas à ça. Fin j’avais jamais eu de vraie discussion avec les profs autour d’un café sur tout le temps où j’avais été là, mais que le plus grand malheur du monde soit le manque de lait me troublait un peu. Parce qu’elle avait pas l’air si superficielle que ça la dernière fois au bar. En plus elle s’y accrochait à son lait, et heureusement que je comprenais pas tout, sinon je pensais qu’elle me demandait d’aller en chercher moi-même. Mais moi je l’avais mon café, je pouvais le boire tranquille ! Pas besoin d’aller lui chercher du lait !

« En fait je… je connais un peu Poudlard. J’y ai déjà bossé avant de me faire euh… Fin de partir. Mais c’est juste que ça fait longtemps et que je connais plus personne. A part Harshing. Et vous ! Mais vous je vous connais pas tant que ça d’ailleurs. Fin l’autre soir ça m’aurait pas dérangé de vous connaître plus mais vous étiez plutôt en prise avec un client alors comme le client est roi… Fin bref, vous semblez être là depuis un moment et vous avez l’air de connaître les gens. J’aurais bien aimé savoir c’que vous pouviez dire sur ma collègue là… Vicky comme vous dites. Vous avez pas l’air de l’aimer beaucoup. »

En fait j’étais pas sûr qu’elle aime grand monde tout court. Parce qu’elle était plutôt du genre à critiquer je crois. Je haussai les épaules : moi t’façon ça me regardait pas. Du coup je buvais mon café d’une traite, même s’il était un peu chaud et pas très bon, et reprenais mes gants parce qu’il fallait pas que je les laisse traîner partout.

« Fin… Si j’vous déplais faudra pas hésiter à m’le dire. On pourrait arranger ça autour d’un dîner nan ? »

Et avec cette phrase j’ajoutais un petit sourire en coin. Mer**. C’était moi qu’avait dit ça ? Bordel, dès le premier jour draguer une prof je savais pas si c’était le bon plan.
Invité
Anonymous
Invité

La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Invité, le  Dim 3 Aoû 2014 - 21:32

Déplorant amèrement - littéralement - l'absence de lait, Clíodhna porta délicatement la tasse de café à ses lèvres. Une chose était sûre, c'était qu'on n'était pas en Italie. Le café écossais méritait à peine son nom, se rapprochant davantage d'une infusion de chicorée. C'était un scandale que le corps professoral d'une institution aussi prestigieuse que Poudlard ne jouisse pas d'un traitement de faveur de ce côté-là. Comment voulait-on qu'elle fasse du bon boulot si on ne lui en donnait même pas les moyens ? Enfin bref, le pauvre serveur - concierge désormais - n'y était pas rien, il était d'ailleurs logé à la même enseigne. Quand est-ce que Starbucks se déciderait à ouvrir une franchise au sein même du château ?

« Je ne sais pas si elle fait bien son travail, dût bien admettre la brunette qui avait mieux à faire que de jouer les inspectrices des travaux finis. Mais une chose est sûre, c'est que tout le monde dit que c'est une grosse cireuse de pompes, si vous voyez ce que je veux dire... Pas étonnant qu'Harshing la garde dans ces conditions, ça doit lui faire du bien d’avoir quelqu’un qui la soutienne un peu en ces temps difficiles. Comment va votre main en fait, vous étiez blessé la dernière fois, non ? C'est peut-être pour ça qu'on ne vous a pas donné le poste à vous tout seul ? ».

Il lui expliqua alors, entre autres choses, qu’il avait déjà travaillé à Poudlard :

« Ah d'accord, je vois... commenta-t-elle alors, un peu surprise par cette révélation. Je ne savais pas. Mais qu'est-ce qui vous a poussé à revenir alors, vous n'aimiez pas bosser au Chaudron Baveur ? Pour ce que je connais Noah Alniott, elle est assez chill pourtant ! Quant à Vicky, comment dire... Elle est bizarre, c'est pas étonnant qu'elle ait fini concierge, sans offense hein ! J’avoue que je peux pas la sentir. Elle est en couple avec Maddison, un prof. Ça montre bien sa mentalité : elle est égoïste et imbue d’elle-même, aucun sens du partage ».

C'était bien joli d'être bavarde et de laisser libre cours à sa puterie, mais la belle en oubliait son café. En plus de n'être pas très bon, il allait devenir froid. Miam...

Tandis qu'il reprenait sa paire de gants répugnants, le nouveau concierge s'enquit alors de ce qu'elle pensait de lui :

« Chaque chose en son temps, ok ? lui répondit-elle, un peu embarrassée par ce qui ressemblait bien à des avances à peine déguisées. Un dîner ? Bien sûr, nous n'aurions qu'à nous asseoir à côté dans la Grande Salle, à l'occasion... Si ça peut vous faire plaisir et que vous avez peur de vous retrouver avec des gens que vous ne connaissez pas », prenant délibérément le parti d'éviter toute allusion à un rencard officiel.

La vérité était que... « Comment vous vous appelez déjà ? » n'était qu'un vulgaire concierge, que dirait-on si on l'apercevait traîner en sa compagnie en dehors d'échanges purement professionnels ? Clíodhna était une femme de pouvoir et elle visait toujours ce qu'il y avait de mieux, Sudworth étant d'ailleurs sa dernier cible en date. Comment un concierge pouvait-il rivaliser avec un ministre ? Pire, avec LE Ministre de la Magie ? À un moment, il fallait arrêter de déconner. Cela dit, il n'était pas répugnant et il pourrait très bien faire office de bouche-trou si Maddison tardait à tomber dans ses filets, pour peu qu'il fut capable de se montrer discret.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Hugh Dey, le  Mer 6 Aoû 2014 - 11:17


Bon c’était cool de rencontrer du personnel, d’avoir des collègues qu’on connaissait pas trop, mais par contre qu’est-ce qu’elle causait celle-là. Je me souvenais pas de ça au bar ! Fin t’façon avec les idées que j’avais en tête, elle avait pas besoin de parler quoi… Mais là ça piaillait ça piaillait. En plus elle savait même pas me renseigner sur ce que je voulais savoir. Que ce soit une lèche-botte je m’en tamponnais l’oreille avec une babouche, moi je voulais juste savoir si elle savait passer le balai. Jusqu’à ce qu’elle parle de ma main.

Et là je fronçai les sourcils. Ouais c’est vrai j’avais peut-être parlé de ma main là-bas, je me rappelais plus trop des conversations qu’on avait eues, mais elle avait surtout l’air de s’en soucier… Et ça me faisait bizarre. Si j’avais voulu changer de taf c’est aussi parce que Merit me croyait plus capable d’être serveur avec ma main engourdie. Et j’avais pas envie qu’on me prenne en pitié. Donc me dire que c’était peut-être pour ça que j’avais pas un poste à moi tout seul me collait en rogne. Mais bon, je soufflais un peu et j’écoutais la suite. Puisque t’façon y avait aucun moyen que j’en place une. Y avait une question intéressante au milieu de toutes les paroles mais comme t’façon j’avais pas l’occasion d’y répondre on verrait plus tard…

Et puis vint le moment fatidique de la proposition de dîner. Et en fait c’était drôle à voir. Pas le fait que je me prenne un gros rateau en pleine tronche nan, mais plutôt que de voir qu’elle était absolument pas réservée quand il s’agissait de parler des autres, mais que dès qu’il fallait le dire en face, elle prenait des gants. Plutôt que de dire « non », « jamais », ou encore « bouge de là t’es qu’un minable », ce que j’avais déjà l’habitude d’entendre, c’était « chaque choses en son temps ». Du coup j’éclatais de rire, sans raisons apparentes. Et le pompon, c’était encore qu’elle savait plus comment je m’appelais ! J’aurais peut-être dû être vexé mais la vérité c’était que j’avais même pas envie de la draguer en fait – imaginez ce qu’elle aurait pu dire de moi aux autres ! – alors ça me touchait absolument pas. Puis du coup quand j’avais fini de rire et que j’avais essuyé les quelques larmes qui se pointaient au coin de mes yeux, j’essayais de répondre le mieux possible.

« Vous savez très chère, j’aime beaucoup votre façon de dire non ! Et en plus vous en connaissez plus sur l’histoire de ma main que sur mon propre nom ! Ainsi, seul l’usage de celle-ci vous intéressait réellement l’autre soir… Eh bien soit… »

Je faisais une pause en buvant mon café. C’était loin d’être celui du Chaudron Baveur, il était pas bon, amer, et pendant un moment je comprenais pourquoi elle voulait du lait. Alors d’une traite je le finissais et prenais la tasse dans cette main que je ne sentais plus.

« Je ne vous renseignerai pas sur mon nom, peut-être qu’en l’apprenant vous-même vous le retiendrez plus facilement. En revanche pour ma main je m’y fais. Elle est valide et ne m’empêche pas de travailler. Et je m’en prendrais à quiconque souhaite me voir comme un demi-homme à cause de ce qui a pu m’arriver. »

Et comme pour illustrer mes propos, la tasse se brisa toute seule dans ma main, répandant des éclats de céramique partout. Et Mer**… J’avais encore pas senti la tasse. Et j’avais dû serrer trop fort… Sans m’en rendre compte. Du coup j’avais des morceaux plantés dans la main et ça saignait. Ro ce que c’était énervant quand même. Enfin bon, ça se plantait entre les cloques de brûlure et les écorchures diverses alors que je commençais à être habitué. J’avais même pas mal. Mais fallait que je nettoie. Du coup je m’abaissais pis je ramassais tout avec cette main. T’façon elle était déjà blessée, ça serait pas bien pire. Et d’ici à ce que je mette ça dans la poubelle, j’avais déjà des gouttes de sang qui coulaient par terre. Roh nan ça allait tout salir et j’allais devoir nettoyer…

« J’ai voulu quitter le Chaudron Baveur pour cette raison. Et aussi parce que j’avais peur. C’est visible comme boulot. Là au moins il est possible que personne sache que je suis là. Et ça m’arrange. Au cas où on veuille euh… me… retrouver. Vous voyez ? Et vous alors ? Une raison pour avoir choisi la métamorphose Clio ? Si je me souviens de votre nom convenablement… »
Christopher Branwen
Christopher Branwen
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Médicomagie


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Christopher Branwen, le  Sam 13 Déc 2014 - 1:57

RP avec Kyara

Pourquoi donc se donnait-il la peine de donner des devoirs à ses élèves ? Pourtant Will savait bien qu'une fois les devoirs terminés et rendus il devait alors les corriger. Lorsque lui-même était élève, le jeune homme détestait les devoirs, ne les faisant que pour éviter à sa maison de perdre des points. Une fois ses études terminés cette corvées avait disparut pour sa plus grande joie et une fois qu'il était devenu professeur, le serpent avait découvert le plaisir sadique d'obliger ses élèves à faire les devoirs que lui avait toujours haï. Sauf que West le vert n'avait pas prévu que cela lui retomberait dessus, le forçant de longues heures durant à corriger les exercice ridiculement difficile qu'il imposait à ses élèves. Déjà que préparer les cours étaient long, finalement être prof n'était pas si reposant qu'il ne l'avait espéré dans un premier temps.

C'est ainsi que le jeune professeur se retrouvait à être toujours en train de travailler un vendredi soir à une heure exorbitante, au moins dix-huit heure trente ! Assis dans la salle des profs, une tasse de chocolat chaud non loin du tas de copies qu'il tentait de corriger. A l'ennui du travail s'ajoutait l'ennui apporté par les devoirs en eux-mêmes. Autant il pouvait être agréable d'être en cours, d'échanger avec les élèves et discuter avec certains d'entre eux ; même si généralement William était du style écoutez moi et taisez vous ; autant les lire était une véritable torture. Heureusement que quelques uns sortaient du lot, dans le bon sens du terme, sinon le professeur aurait depuis longtemps jeté les copies au feu.

William se laissa aller sur sa chaise, désormais complètement avachi, et saisit sa tasse encore fumante pour en boire une longue gorgée. Merlin qu'il haïssait l'hiver, même dans le château avec la cheminé allumée il parvenait à avoir froid. Il fallait que le jeune professeur trouve quelque chose à faire, s'il devait passer la soirée à corriger des copies, c'était la déprime assurée.
Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Kyara Blanchet, le  Sam 13 Déc 2014 - 13:20

C'était la fin de la journée et Kyara était boueuse. Oui boueuse. Son dernier cours avait eu lieu en extérieur, comme toujours et deux premières années avaient eu l'excellente idée de faire un petit tour dans la foret interdite en passant que Kyara ne remarquerait pas qu'ils étaient en train de fuir. La brune s'en était rendu compte, mais n'avait pas réagit en attendant qu'ils reviennent. Ils n'étaient pas revenus et la professeure de Soins Aux Créatures Magiques avaient du aller les chercher. Les deux idiots étaient dans un trou, perdus et terrifiés. Les récupérer avait été salissant d'où l'état de Kyara.

Elle avait aussi laissé un peu de sa voix tandis qu'elle hurlait qu'ils n'étaient que des crétins. Ils allaient récurer des toilettes à la brosse à dents pendant un long moment. Bien fait pour eux. Marchant dans les couloirs tout en couinant Kyara jugea que c'était trop loin de remonter jusqu'à son appartement pour prendre une douche. Elle pouvait bien squatter celle des préfets qui était plus proche, mais ça lui faisait encore trop loin. Bifurquant à un couloir, Kyara décida de se poser dans la salle des professeurs. Elle n'y allait pas souvent, elle ne savait pas si elle verrait un de ses collègues, mais elle s'en fichait. Il y avait de quoi boire et manger. De la chaleur, c'est tout ce qu'elle voulait !

En entrant dans la salle, Kyara constata qu'elle n'était pas seule. William West, professeur de potions qui lui avait piqué son poste était avachi sur une chaise. Il tenait une tasse dans la main tandis que se trouvait devant lui un paquet de copies. La joie de la correction des devoirs !

- William.

Refermant la porte, Kyara alla se servir une tisane bien chaude et la posa sur une table avant de se diriger vers son casier. L'ouvrant Kyara enleva sa robe de sorcière maculée de boue et la jeta dans le casier avant de rejoindre sa table. A présent, elle ne portait qu'un pantalon ainsi qu'un débardeur. Ses bras étant nus, ses anciennes blessures, griffures et morsures étaient visibles, mais Kyara n'en avait rien à faire. De plus, il faisait bon dans la salle des professeurs et elle n'était pas particulièrement frileuse. C'était son estomac qui voulait du chaud !

Rejoignant la table, Kyara recula la chaise avant de s'installer dessus et de poser ses pieds sur la table. Une position pas très exemplaire pour une professeure, mais la brune n'en avait rien à faire. Ainsi assise, ses chevilles étaient visibles dévoilant les fines cicatrices qui les entouraient. Il n'y avait pas à dire, la Française était au top de la sexitude ! Récupérant sa tisane, Kyara avala une gorgée avant de se concentrer de nouveau sur son collègue.

- Alors, beaucoup de boulot ?
Christopher Branwen
Christopher Branwen
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Médicomagie


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Christopher Branwen, le  Dim 14 Déc 2014 - 23:29

La porte s'ouvrit dans le dos de William sans qu'il n'y prête une réelle attention, du moment qu'il ne se retrouvait pas seul avec Valentina peu lui importait qui rentrerait. A vrai dire, même la tension évidente qu'apporterait l'arrivé de son ex serait préférable à l'ennui des copies. Cependant ce fut une autre voix qui résonna, prononçant simplement son prénom. Kyara Blanchet, pas besoin de tourner la tête pour la reconnaître, depuis le temps qu'il la connaissait. Non seulement ils avaient fait leurs études dans la même maison, joué et gagné au Quidditch ensemble mais en plus ils étaient arrivé au poste de professeur au même moment. A croire que la jeune femme le suivait dans tout ce qu'il faisait.

*Une fan peut-être ? Après tout, ça ne serait pas surprenant...*


"Salut Kya."

Sans s'intéresser plus que cela à ce qu'elle était en train de faire, du thé ou quelque chose dans ce style apparemment, Will attrapa une nouvelle copie tout en buvant une gorgée de son chocolat. Par Merlin, soit cet élève était un débile profond soit... Non en fait il n'y avait pas d'autre solution. De dépit, le professeur reposa la copie sur la table sans aller plus loin que la première question, tournant la tête vers sa collègue pour la voir retirer sa robe.

*A peine entré dans la salle et déjà un strip-tease ? Ah non y'a des vêtements en dessous. Dommage, elle est mignonne... Ouais enfin je vais ptet éviter de me faire une autre de mes collègues et j'ai pas envie d'avoir Riu sur le dos.*

La sorcière arborait par ailleurs de très nombreuses blessures et même si l'on pouvait en attribuer la plupart à sa fonction, les créatures magiques n'étant pas forcément très pacifique, d'autres résultaient évidemment de duels ou en tout cas de sorts perdu. Sans dire un mot, le serpent jeta un rapide coup d’œil à son tas de papier tandis que Kyara s'affalait sur une chaise, les pieds sur la table. Le maître des potions abandonna l'idée de terminer la correction dans la soirée, il trouverait plus intéressant à faire.


- Alors, beaucoup de boulot ?

Haussant les épaules, le professeur répondit avec un semblant de lassitude.

"Mouais, beaucoup de boulets surtout. Y en a un qui crois que la potion de ratatinage est un fortifiant pour rats... Je crois qu'il a oublié son cerveau dans un coin celui-là... Et toi comment ça se passe ?"

Nouvelle gorgée de chocolat tout en écoutant la réponse de sa collègue qui devait en baver aussi par moment. A croire que les élèves n'étaient que des tordus dont le principal but dans la vie était de pourrir la vie de leurs profs par tous les moyens possible et imaginable.

"Sympa les blessures de guerre. On dirait que tu t'es fais passé dessus par le saule cogneur, plusieurs fois. Ou par plusieurs saules... Bref, des anecdotes ?"
Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Kyara Blanchet, le  Dim 14 Déc 2014 - 23:59

- Mouais, beaucoup de boulets surtout. Y en a un qui crois que la potion de ratatinage est un fortifiant pour rats... Je crois qu'il a oublié son cerveau dans un coin celui-là... Et toi comment ça se passe ?

Kyara avala sa tisane de travers en entendant les paroles de son collègue. Sérieusement ? Un fortifiant pour rat ?! Non mais .... décidément les élèves étaient de plus en plus débiles. Il n'avait pas juste oublié son cerveau, il ne devait pas du tout en avoir ! C'était quand même rassurant de voir que les élèves étaient constants dans la bêtise et que ce n'était pas pour une matière spécifique. Dans le cas contraire, la Française aurait surement du remettre en question son programme. Chopper une bourse dans un enclos de dragon n'était pourtant pas si sorcier ...

- Bah, c'est pareil je pense ... Désolant pour certains !

Poussant un soupir Kyara avala une nouvelle gorgée de sa tisane tout en se perdant dans ses pensées. La Française se disait quand même qu'ils s’ennuieraient pas mal si les élèves étaient tous parfaits. De plus, les concierges et garde chasse n'auraient plus rien à faire. Déjà qu'ils ne faisaient pas grand chose ...

- Sympa les blessures de guerre. On dirait que tu t'es fais passé dessus par le saule cogneur, plusieurs fois. Ou par plusieurs saules... Bref, des anecdotes ?

Rigolant, Kyara jeta un coup d'oeil à ses bras avant de lui répondre.

- Bah la routine, pour les bras c'est mes voyages avant de devenir prof, pour les chevilles c'est un cadeau des mangemorts. J'ai eu un passé très calme comme tu le constates ! M'enfin j'imagine que tu dois aussi avoir des blessures de guerre. etre prof de potions est quand même dangereux.
Christopher Branwen
Christopher Branwen
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Médicomagie


La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Christopher Branwen, le  Mar 16 Déc 2014 - 22:58

Effectivement, Kyara semblait avoir une vie relativement mouvementée. Bien entendu, l'information la plus surprenant fut d'apprendre qu'elle avait affronté des Mangemorts par le passé, William ignorait totalement ce détail et il ne chercha pas à masquer sa surprise. A quel occasion avait-elle bien put se retrouver confronté à des mages noirs et pour quelle raison ? Mieux valait ne pas lui poser la question pour le moment, il y avait peu de chance qu'elle lui réponde et puis un tel intérêt pourrait sembler étrange.

- M'enfin j'imagine que tu dois aussi avoir des blessures de guerre. Être prof de potions est quand même dangereux.

Will hocha légèrement la tête, bien qu'il ne pouvait pas se vanter d'avoir autant de cicatrices que sa collègue, il possédait tout de même les siennes. La question était maintenant de savoir s'il les exhibait ou bien si le professeur allait se contenter de les évoquer. Après une courte réflexion, tomber la chemise n'avait jamais été un problème pour lui et la jeune femme avait dut le voir plus d'une fois torse nu dans les vestiaires, une fois de plus ne changerait rien.

Se redressant donc sur sa chaise, le maître des potions déboutonna donc sa chemise, la faisant finalement glisser sur le dossier de la chaise. Après un léger frisson, le professeur pointa sa baguette sur le tatouage couvrant le haut de son bras gauche, murmurant la formule nécessaire à le masquer. Celui-ci s'effaça peu à peu au profits de nombreuses et fines cicatrices blanches lui couvrant le biceps, un souvenir assez douloureux.


"Seize ans, souvenir de ma première tentative de transplanage. J'étais encore plus idiot que maintenant à l'époque du coup je me suis entraîné seul, désartibulé, la moitié du bras arraché ça faisait un mal de chien ! A la base c'est l'autre bras que je voulais me tatouer mais du coup, j'ai préféré masquer ça. Quant à celle-ci..."

William montra cette fois une longue cicatrice lui barrant le torse, presque sur toute la largeur. Bien plus épaisses que celles sur le bras et certainement plus profonde.

"Septième année, quand j'étais en colle avec Flitwick après ma... déclaration auprès du Ministre. Je devais ramasser les excréments des Hippogriffes, visiblement je n'ai pas été suffisamment respectueux envers l'un d'eux et je me suis retrouvé avec les tripes à l'air avant de comprendre ce qu'il se passait. Rien d'aussi palpitant que toi du coup, j'ai une vie plutôt calme en fait !"

L'histoire était travaillé, répété encore et encore jusqu'à s'en convaincre lui-même. Pour un peu il aurait presque modifié ses propres souvenirs. Sans oublié le fait que la mort récente de Flitwick l'empêcherait de démentir le fait que jamais un Hippogriffe ne l'avait attaqué. Tout en remettant sa chemise, Will posa une nouvelle question.

"Donc tu as affronté des Mangemorts ? Tu as voulu piquer le boulot des aurors où quoi ?"
Contenu sponsorisé

La Salle des Profs - Page 6 Empty
Re: La Salle des Profs
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 14

 La Salle des Profs

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 10 ... 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.