AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 3 sur 4
Atelier
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Temperence Black
Serpentard
Serpentard

Re: Atelier

Message par : Temperence Black, Dim 25 Juin 2017 - 14:27


« C’est bien cela. Vendre choisir et conseillez, c’est nos principales missions. Pour l’instant, la conception de baguette ne rentre pas dans le cadre de votre stage. Il me faudrait plus qu’un an pour vous apprendre tout cela, donc pour l’instant vous serez de « simples » vendeuses. »

Déjà, cela faisait une chose dont elle n’avait pas à se préoccuper dès le début, une chose complexe et non négligeable. La fabrication des baguettes, de ce qu’elle en avait lu dans un manuel trouvé à la librairie, était tout sauf d’une simplicité déconcertante. Il fallait tailler finement le bois, couper avec précision chaque cœur pour qu’il n’y ai pas le moindre défaut. Il fallait ensuite ressouder le bois avec une propreté inégalée et étrangement, la brunette téméraire ne se sentait pas réellement de commencer à faire cela sans avoir côtoyé les baguettes plus souvent.

« La mission principale étant le conseil. Il arrive que certaines personnes arrivent avec des baguettes défectueuses ou inutilisable, il vous faudra savoir identifier le problème. Car cela pouvait venir soit du sorcier, soit de la baguette en elle-même. Il vous faudra donc vous habituez à manipuler les baguettes d’autres personnes. »


Ecoute sérieuse.
Oreilles attentives de la part des deux brunettes.

« D’ailleurs, on peut essayer cela tout de suite. Échangez vos baguettes et essayer de faire léviter… ces feuilles. »

Temperence sourit et tendit sa baguette à la dénommée Aysha tandis qu’elle prenait entre ses doigts la baguette de sa nouvelle collègue. La baguette en main, elle se sentait toute chose. La chaleur se dégageant en elle était étrange, elle était plus malaisante qu’apaisante. Temperence avait déjà manipulée plusieurs baguettes de plus, sa première baguette avait disparu mais cette fois-ci, ce n’était pas comme la dernière fois où elle avait du changé sa baguette française pour une baguette anglaise.

La baguette d’Aysha dans les mains, Temperence eut du mal à placer ses doigts convenablement sur le bout de bois. Sa petite main avait du mal à enserrer l’objet boisé avec fermeté. Le bois, qu’elle reconnut comme étant du bouleau, sonnait étrange entre ses doigts fins peu habitués à la surface de ce bois délicat.

Temperence observa sa partenaire commencer l’exercice la première. D’un sortilège de lévitation, elle fit valser les feuilles mais malgré la réussite du sort, la concentration se lisait sur ses traits et son poignet tremblait. Il n’était pas aussi stable qu’il devait l’être pour manipuler la magie sans dégât. L’exercice terminé, Temperence se plaça face à la pile et d’un coup de baguette elle essaya de faire léviter quelques feuilles comme l’avait fait sa collègue auparavant.

Le sort murmuré, deux ou trois feuilles s’envolèrent en faisant tomber plusieurs de leur semblable. Trois feuilles tenaient en lévitation tandis que trois reposaient sur le parquet brillant. Temperence était concentrée, son visage de porcelaine figé dans une moue contemplatrice de ce spectacle étrange. La brunette en septième année priait pour que le sortilège tienne le plus longtemps possible mais elle dut rapidement faire en sorte de reposer les feuilles sur la pile avant que son bras tremblant ne pivote par mégarde et fasse plus de dégâts que de bien dans le petit atelier de cette boutique à l’odeur boisée.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Anthony Adams, Mer 30 Aoû 2017 - 0:30


2 mois de retard, c'est peu en vrai.
__________________________________________

Aysha réussit du premier coup. Ce n'était pas parfait, mais ce n'était pas dég*eux pour une première fois. Pourtant d'habitude, les premières fois, c'était jamais fou. Hein quoi ? Esprit mal placé... Temperance avait elle aussi réussit, bien qu'elle avait fait tombé quelques feuilles, alors même qu'Anthony avait déposé une seule et unique feuille devant elle exprès pour pas qu'elle foute le bordel avec tout le paquet. Un paquet de feuille a un potentiel de nuisance extrêmement élevé quand ils s'agissait de le ranger. Elles avaient donc appréhender un des côtés de vendeuse à Ollivander's. On ne manipulait pas de simple objet. Ce n'était peut-être pas des humains. Peut-être pas des animaux mais... Ça avait une conscience. Quelque chose en chaque baguette n'aimait pas quand quelqu'un d'autre que leur sorcier leur demandait quelque chose. C'était un peu des têtes de mules. Il fallait savoir les apprivoiser, leur demander de t'écouter. Chose qu'elle n'avait apparemment pas faite. Ou pas bien.

- Comme vous le voyez, elle ne répond pas parfaitement à ce que vous lui avez demandé. Il faut que la baguette vous accepte. il se dirigea vers Aysha pour prendre la baguette de Temp après avoir demandé son approbation par un signe de la main. Cornouiller c'est ça ? dit-il à Temperence sans réellement chercher sa réponse, il la connaissait... Un tel bois par exemple est un bois très particulier. Il est malicieux, il faut savoir jouer avec sa malice. A vous de vous adapter à la baguette. La baguette ne s'adaptera jamais à vous.

D'un coup de baguette, il lança un Leviosa sur toute la pile et celle-ci prit vit, dans un ballets de feuille. Elles dansaient, virevoltaient. Il s'amusa un peu, avant de former un 8 penché. ∞. Le signe de l'infini.

- Connaitre la baguette, c'est connaitre le sorcier. Et par extension, c'est pouvoir contrôler sa baguette et ainsi en faire autant qu'avec la votre...

Il reposa les feuilles, en tas, exactement comme elles étaient avant qu'il dérange tout. A part la 53ème et la 54ème feuille de la pile qui avaient échangés leur place. Il tendit à nouveau la baguette de Temperance à Aysha et se tourna vers Temperance.

- La baguette d'Aysha est en Bouleau, composée d'un cheveux de Velane. A ton avis, comment dois-tu être avec cette baguette ?

L'exercice était difficile pour Temperence. Le cheveux de vélane était souvent de mauvais poil, même avec son sorcier. Maitriser une baguette n'étant pas la sienne, avec un cheveux de vélane n'était pas chose aisée. Encore moins que d'habitude.

- Aysha, j'ai oublié de préciser que le coeur de la baguette de Temperence est composé d'ailes de lutin de Cornouaille, cela pourrait peut-être t'aider à l'appréhender.

La reconnaissance des matériaux à la simple vue... Ça aussi elles devraient l'apprendre. Mais ça ne se faisait pas en 10 minutes autour d'une table, c'était un peu plus compliqué que ça... Ils avaient le temps...
Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Atelier

Message par : Aysha Brayd, Mer 30 Aoû 2017 - 18:11


Anthony observa un instant leurs tentatives, maladroites mais fructueuses, et leur fit signe d'arrêter.

- Comme vous le voyez, elle ne répond pas parfaitement à ce que vous lui avez demandé. Il faut que la baguette vous accepte.

Il prit la baguette de Temperence, que tenait Aysha, et l'examina un court instant.

- Cornouiller c'est ça ? Un tel bois par exemple est un bois très particulier. Il est malicieux, il faut savoir jouer avec sa malice. A vous de vous adapter à la baguette. La baguette ne s'adaptera jamais à vous.

Aysha écoutait avec attention. Elle voulait graver tout cela dans son esprit et ne passer à côté d'aucune information. Elle trouvait cela passionnant. Et elle aussi, voulait pouvoir reconnaître un composant d'un simple regard, apprivoiser la baguette de quelqu'un selon son cœur ou son bois ... Elle était concentrée sur son nouveau patron. Celui-ci fit décoller la pile de feuilles d'un mouvement de baguette. Elle n'oscillèrent pas, et restèrent parfaitement en place, maîtrisées avec brio. Anthony leur fit faire le signe de l'infini dans les airs, et Aysha était passablement impressionnée. Elle aurait certainement été capable de le faire avec sa propre baguette - elle la maîtrisait assez bien - mais certainement pas avec celle d'un autre. Il était dans le métier, c'était donc normal ... Aysha voulait être capable de tout cela, elle aussi.

- Connaitre la baguette, c'est connaitre le sorcier. Et par extension, c'est pouvoir contrôler sa baguette et ainsi en faire autant qu'avec la votre...

Aysha hocha la tête machinalement. Tout cela paraissait sérieusement très utile. savoir tout cela et connaître la baguettes était sans aucun doute un atout face à un ennemi. Un grand atout, même ! Aysha trépignait. Anthony reposa les feuilles en un tas parfait d'où rien ne dépassait, et la jeune stagiaire était avide d'apprendre. Il lui rendit la baguette de Temperence. Il questionna cette dernière sur la façon d'apprivoiser la baguette de l'Aigle, composée d'un cheveux de Vélane. Aysha savait que c'était un matériau qui avait mauvais caractère. Pourtant, sa baguette ne lui avait jamais aucun problème, bien au contraire. Elle y était même très attachée.

Anthony se tourna vers elle :

- Aysha, j'ai oublié de préciser que le coeur de la baguette de Temperence est composé d'ailes de lutin de Cornouaille, cela pourrait peut-être t'aider à l'appréhender.

Elle acquiesça et tenta d'interpréter cette information. Elle savait que souvent, le coeur avait un comportement assez semblable à la chose ou la créature d'où il venait. Elle fit glisser la baguette entre ses doigts et releva la tête vers son patron. Elle était hésitante.

- Hum, j'imagine que ce coeur donne un côté assez malicieux à la baguette ? Enfin, elle ne doit pas se laisser maîtriser par n'importe qui, je suppose ...

Elle ne savait pas si on interprétation était ne serait-ce qu'un tout petit peu juste. Mais c'était la seule chose qu'elle était en mesure de déduire du composant. Après tout, un lutin de Cornouaille n'était pas la créature la plus douce et facile à apprivoiser.



Je viens de réaliser en faisant mes petites recherches qu'un lutin de Cornouailles n'a PAS D'AILES. Voilà, c'est tout pour moi. x)
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Atelier

Message par : Temperence Black, Jeu 28 Sep 2017 - 22:22


Temps qui passe.
Exercice qui se passe.
Soleil qui trépasse.
La brunette voyait la lumière descendre avec lenteur alors que la journée ne faisait que commencer. Voilà que les nuages prenaient le dessus sur le soleil qui semblait pourtant égayer cette belle journée printanière. La luminosité de la pièce s’amenuisait au fur et à mesure que les nuages de cotons blancs passaient devant le dieu de lumière, devant l’astre solaire.

Le temps passait doucement. Il prenait son temps tandis qu’Anthony prenait sur son temps pour éduquer les deux miss se tenant devant lui. Il devait inculquer à deux jeunes femmes sortant à peine de l’adolescence l’art de la vente, l’art de manier la baguette magique ainsi que l’attitude à adopter. Il avait du courage, ce n’était sûrement pas simple pour lui mais d’un autre côté il ne devait sûrement pas s’attendre à ce qu’elles fassent des miracles en quelques heures de formation. Enfin s’il désirait trouver la perfection instantanée, ce n’était pas en Temperence qu’il trouverait cela. Une belle face ne faisait pas tout. Elle était intelligente mais pas surhumaine pour autant et le plus difficile pour elle serait de passer l’épreuve de la timidité.

La brunette laissa échapper un soupire discret tandis qu’Anthony maniait la baguette de la jeune Black avec un aisance déconcertante. Temperence ne lui avait même pas répondu plus qu’un simple hochement de tête lorsqu’il avait posé la question où demandé l’autorisation de se servir de la baguette. Il savait. Il connaissait cette baguette et peut-être même que c’était lui qui l’avait façonné lors d’une nuit d’été ou d’une douce journée hivernale.

Temperence l’observait mouvoir son poignet et remettre en ordre le tas de feuilles qui n’était en réalité que feuille unique. Elle jeta un coup d’œil à sa camarade et collègue. Elle avait l’air réellement gentille, gentille et dynamique. Mentalement, elle la compara à un petit chaton. Une petite créature adorable et téméraire. Temperence eut un petit rire intérieur. Cela termina de dérider la brunette qui se détendit totalement.

Regard doux.
Sourire naturel.
Ecoute attentive.
Temperence écoutait. Elle buvait les paroles de l’homme qui était maintenant son patron. Elle allait devoir bosser pour garder ce post mais elle le ferait et puis ce n’était pas comme si toutes ces connaissances étaient inutiles et inintéressante. Elle sentait que ses nuits d’insomnies allaient maintenant être rythmées par l’apprentissage de tout cela et cela provoqua chez elle un sentiment de satisfaction réelle. Elle allait enfin lire autre chose que des polards de seconde zone et lire des choses utiles à sa vie et non à son imagination et son esprit imaginatif.

« La baguette d'Aysha est en Bouleau, composée d'un cheveu de Velane. A ton avis, comment dois-tu être avec cette baguette ? »


Réflexion.
Comment devait-elle se comporter avec cette baguette singulière. Les cheveux de Vélane donnaient un très mauvais caractère à une baguette mais le bouleau lui… qu’apportait-il ? Là était la question et Temperence ne trouvait pas réponse. Elle ne connaissait pas tous les bois, seulement quelques-uns et le bouleau ne semblait pas faire de ses connaissances. Tant pis, elle regarderait ça plus en détail une prochaine fois mais là, elle se devait d’apporter une réponse.

La brunette écoutait la réponse d’Aysha qui semblait elle aussi peut sûre d’elle et de ses réponses. Temperence n’avait pas à avoir peur alors elle se lança à son tour pour essayer de donner une réponse correcte ou du moins partiellement correcte.

« Comme le cœur est en cheveu de Vélane, la baguette a un caractère assez fort donc je pense qu’il faut un caractère assez fort pour la diriger mais après je pense que le bouleau agit aussi sur le cœur mais je ne connais pas les caractéristiques de ce bois…. Je suppose qu’elle ne se laisse pas manipuler par tout le monde. »

Temperence était plus calme et posée que lorsqu’elle avait parlé pour la première fois. Sa voix était douce et lorsque les mots étaient sortis de sa gorge tandis que son regard caressait la baguette d’Aysha. La brunette la touchait du bout des doigts, comme s’il avait s’agit de cristal. Lentement, son regard passa entre la baguette Black et la baguette Brayd. Comment il avait fait ? Comment Anthony avait réussi à identifier les bois comme cela et les cœurs ? Il avait peut-être fabriqué les baguettes mais de là à les reconnaître comme ça… d’un seul coup d’œil… c’était surprenant et fascinant.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Anthony Adams, Mer 4 Oct 2017 - 1:14


Soit elles avaient bossés un peu, soient elles s'étaient déjà intéressées aux bois et aux cœurs de baguettes, mais leurs réponses étaient juste.

- Hum, j'imagine que ce coeur donne un côté assez malicieux à la baguette ? Enfin, elle ne doit pas se laisser maîtriser par n'importe qui, je suppose ...

Il acquiesça en signe d'approbation et aussi en signe d'encouragement à re-tester avec ces éléments en tête. Aysha avait l'air tout de même peu sûre d'elle. Anthony espérait ne pas avoir engagée une fille super timide. C'était handicapant quand on était dans la vente. Le gérant (on va dire qu'il est encore gérant), d'Olly se tourna vers Temperance.


- Comme le cœur est en cheveu de Vélane, la baguette a un caractère assez fort donc je pense qu’il faut un caractère assez fort pour la diriger mais après je pense que le bouleau agit aussi sur le cœur mais je ne connais pas les caractéristiques de ce bois…. Je suppose qu’elle ne se laisse pas manipuler par tout le monde.

C'était un peu moins juste, mais il y avait de l'idée. Anthony ne put s'empêcher de sourire en repensant à cette composition très particulière. Vous connaissez la personne la plus connue ayant eu une baguette en bouleau ? Dolorès Ombrage. Et avec un cheveux de Vélane ? Fleur Delacour. Deux personnalités qui pourrait paraitre antagoniste mais qui finalement était assez proche. Le portrait n'était peut-être pas glorieux pour Aysha... Quoi que...

- Le cheveu de Vélane va donner plus qu'un fort caractère à la baguette. Elle sera carrément de mauvais caractère, commença-t'il en lançant un regard amusé à Aysha. Quand au Bouleau et bien... Il a aussi un fort caractère. Mais correspond aussi énormément à une personne soigneuse dans son travail.

Osez dire qu'Ombrage n'était pas jusquauboutiste dans son travail ! Vous voyez. Tout concordait. Connaître la baguette, c'était connaitre le sorcier. Dans le cas d'Aysha ce dicton était particulièrement vrai. Sa baguette dévoilait beaucoup de la jeune fille. Il y avait-il un partie sombre cachée en elle ? Tout le monde en avait après tout. Anthony se rassit à la table et laissa les stagiaires tester une dernière fois la baguette de l'autre. C'était certes une étape importante, mais il n'y avait (hélas) pas que ça. Il aurait put parler des heures des bois, des coeurs, des affinités, des symbioses et autres sujets plus passionnants les uns que les autres. Mais bon, elles allaient apprendre ça sur le tas. Antho n'était pas du genre à leur faire un cours magistral, il pensait que la pratique était le meilleur moyen d'apprendre. Au début du stage, il serait simplement très présent et les conseillera énormément, pour les lâcher petit à petit et en faire des vendeuses à part entière en 1 ou 2 mois maximum. Puis un jour, qui sait, il leur apprendrait peut-être la confection. Mais bon, pour ça, elles avaient le temps. Puis ce n'était pas le sujet de leur stage. N'empêche, en plus d'être gérant, Anthony était aussi maître de stage. Parfois, il se demandait comment la boutique tenait encore debout.

L'attrapeur les regarda faire, toujours prêt à dégainer, puis, une fois l'exercice finit, il invita les deux filles à reprendre leur baguette respective. Passons à la partie biiiien pénible . Cette partie consistait à leur apprendre les rudiments de la vente et l'organisation de la boutique. Parce que oui, il y avait une organisation, aussi incroyable que cela puisse paraître. Le jeune homme proposa à ses stagiaires de s'asseoir sur les stages qu'il avait entreposé face à lui.

- Ah j'oubliais, vous êtes plutôt thé ou café ? Vous voulez quelque chose ?

Du coup, il se leva à nouveau pour aller se préparer un café. Pour l'instant, la boutique était plutôt pro-café. Allez savoir, avec les deux là, le camp allait changer. Quoique, il avait oublié de proposer chocolat. Allons bon, dans le monde du travail, le chocolat c'était pas possible. Bienvenue dans le monde des adultes. C'est d'ailleurs comme ça qu'Antho était devenu pro-café. Olly était déjà pro-café à cette époque. Pour vous dire qu'un changement de ce côté-là serait un grand chamboulement dans l'équilibre des forces Ollivandesque. Ils devraient certainement fermés un ou deux jours le temps que tout se règle. Hum. Il prépara ce qu'elles demandèrent (vous avez mon LA pour dire ce que je fais) tout en commençant son speech de manager.

- Bon, vous avez compris l'une des difficultés et particularités du métier chez Ollivander's. Cependant, nous sommes aussi des vendeurs, tout ce qui y a de plus basiques. Comme vous l'avez dit, nous avons un rôle de conseiller, autant pour le choix de la baguette, que pour les réparations et les autres services que l'on propose. Bien sûr, lorsque vous conseiller, il faut proposer la meilleure solution pour le client, mais aussi pour nous. Pour nous, vous comprendrez que la meilleure solution est celle qui va nous rapporter le plus d'argent. Pour le client, c'est celle qui lui donnera envie de revenir et lui fera dire "Ici, c'est une bonne boutique".

Courte pause. C'était important les pauses. Mesurez son temps, c'était aussi un des trucs qu'il avait appris à gérer pendant sa carrière dans sa boutique. Les gens avaient besoin de temps pour ingérer les informations. Mais une pause au bon moment fera ingérer certaines informations et pas d'autres. Une pause parfaite rappellera au client qu'une baguette est absolument utile et qu'il ferait mieux d'en changer. Une mauvaise pause lui fera croire qu'il pourra attendre avec une petite réparation de fortune. Tout un art, les pauses.

- Bien sûr, il vous faudra être souriante et commerciale, et en cas de problème, je vous conseille de venir vers moi. Les gens osent moins quand le responsable des lieux débarquent. C'est c*n, mais c'est comme ça. Cependant, ne vous faites pas monter sur les pieds. Gardez en tête que vous connaissez votre métier et qu'un client n'a pas à vous manquer de respect. Bien sûr, cela va dans l'autre sens. Je ne veux pas vous voir manquer de respect à un client.

Nouvelle pause pour que la dernière phrase résonne dans la tête des filles tout en se rasseyant face à elles pour distribuer les boissons. Gérer les conflits avec les clients c'était quelque chose de subtile. Il fallait toujours oscillé entre respect, franchise et dureté. Subtil mélange parfait pour retourner la tête d'un client pénible . Ça non plus il ne pouvait pas leur apprendre en quelques minutes. C'était 60% d'innée, 40% de pratique.

- Imaginez que j'arrive avec cette baguette, il sortit sa baguette de sa poche. Je vous dit que mes sorts semblent manquer de puissance et que j'ai l'impression que je n'arrive plus à l'utiliser aussi bien qu'avant, que me proposez-vous ? il posa sa baguette au milieu de la table, à disposition et finit. Prenez une feuille et proposez-moi une solution par écrit. Résumez en quelques mots ce que vous me proposerez.

Et oui, le gros tas de feuille n'était pas seulement là pour les tests. C'est fou ce que c'était utile un tas de feuille. Vous aviez remarqué les plumes à côté ? Normal, Antho les avait fait apparaitre avant de donner sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Atelier

Message par : Aysha Brayd, Dim 22 Oct 2017 - 16:14


Anthony avait un débit de parole impressionnant. Un muet ne se serait pas ennuyé avec lui, et un bavard l'aurait sans doute écharpé. En tout cas, il donnait tant d'informations qu'il était difficile de tout intégrer et Aysha se concentrait du mieux qu'elle pouvait. Leur patron était manifestement un véritable moulin à paroles. Il leur proposa une boisson chaude ce qui lui laissa un moment de répit, mais à peine la machine mise en route, leur patrons se remit à parler.

Il leur expliqua la politique de la boutique pour la satisfaction aussi bien du client que de leur compte en banque. Aysha n'avait pas le droit de tiquer. La vision naïve du monde était révolue, même si les traces restaient là, quelque part. Le bénéfice était forcément aussi important. Une boutique tenue avec sa vision utopiste du monde ne tiendrait pas debout une seconde et s'effondrerait au bout d'une semaine. Bien sûr, si elle voulait que l'endroit continue à tourner, l'argent devait être une préoccupation. Et non, cela ne ferait pas forcément d'elle une mauvaise vendeuse, une personne hypocrite.

La tasse de café fumant fut posée sur la table, laissant un nuage de vapeur séparer un instant les yeux de la stagiaire de la bouche du patron, qui parlait toujours. Les yeux humidifiés par la fumée, Aysha secoua la tête un instant. Anthony s'était tu, ce qui lui permit d'intégrer le flot d'informations, avant de reprendre. Il leur parla du respect, de la confiance en soi, et vice-versa. Il insista sur le fait qu'une vendeuse ne devait pas se laisser impressionner par quelque client que ce soit, ce qui posait justement problème à la bleue. Elle savait que son manque de confiance en elle serait sans doute un handicap, dans sa vie professionnelle, mais elle savait qu'elle pourrait progresser dans le bon sens. Il lui semblait que sa volonté pouvait faire des miracles, de temps en temps. Et elle se connaissait assez bien pour savoir que tout était possible.

Anthony sortit sa baguette de sa poche :

- Imaginez que j'arrive avec cette baguette. Je vous dit que mes sorts semblent manquer de puissance et que j'ai l'impression que je n'arrive plus à l'utiliser aussi bien qu'avant, que me proposez-vous ? Prenez une feuille et proposez-moi une solution par écrit. Résumez en quelques mots ce que vous me proposerez.

Un drôle d'impression d'être à l'école. Aysha prit une feuille et l'une des plumes posées sur la table. Elle observa la baguette de son patron un instant. Plusieurs solutions traversaient son esprit et elle n'arrivait pas vraiment à savoir laquelle était la bonne. Elle n'était pas capable de détecter d'emblée un problème sur une baguette, qui à première vue n'était pas cassée. Il ne lui semblait pas que proposer à Anthony de changer de baguette était la solution la plus judicieuse, même si elle était sans doute la plus intéressante pour leur compte en banque. Il lui semblait que tout dépendait de beaucoup de choses. Ce pouvait être la baguette comme le sorcier qui posait problème. Peut-être que sa baguette ne lui correspondait tout simplement plus ? Ou bien avait-elle été abimée pendant un quelconque évènement ? Elle opta finalement pour la solution la plus évidente.

La boutique possède une service de réparation. Après examen de la baguette, et en demandant plus de détails au client, je la ferai réparer pour qu'elle soit de nouveau utilisable avec toutes ces capacités. Je fais cela en supposant que la baguette a été abimée. Je peux néanmoins garder dans un coin de ma tête l'hypothèse que le sorcier a peut-être brusquement beaucoup changé il y a peu et que la baguette ne lui correspond plus. Alors, je devrai lui en proposer une nouvelle qui soit plus adéquat avec sa nouvelle façon de pratiquer la magie, par exemple ( je suppose que cette situation est plus rare, peut-elle seulement arriver ? ).

Aysha termina ces quelques mots et posa la plume. Elle n'était absolument pas sûre d'elle sur ce coup là mais ne voyait pas vraiment quelle autre réponse elle aurait pu fournir. Et puis après tout, elle était là pour apprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Atelier

Message par : Temperence Black, Ven 3 Nov 2017 - 16:47


La brunette écoutait. Une nouvelle fois elle laissait ses oreilles ouvertes pour capter le moindre son provenant de son nouvel environnement. Depuis le début de ce cours, elle stressait mais était-ce réellement utile de se tordre les entrailles pour un travail qu’elle avait réussi à avoir grâce à une motivation faite au coin du feu lors d’un soir de pluie ? Elle avait mis tout son cœur et l’homme ne pouvait la virer avant qu’elle ne fasse ses preuves alors pourquoi avoir si peur et vouloir absolument la perfection dans le moindre de ses mots ?

Ecoute attentive.
Elève audacieuse.
Vendeur pédagogue.
La brunette aux yeux bleus obscures se laissa tenter pour un café noir tandis qu’Anthony demandait aux deux jeunes filles ce qu’elles désiraient comme boisson. Temperence avait choisi le café, le thé n’étant pas une chose qu’elle affectionnait en ce moment. La brunette préférait d’ordinaire le chocolat qui donnait un goût sucré à sa gorge mais pour une fois elle se laissa tenter par le noir. Le noir intense d’un café serré où ne se dissoudrait qu’un sucre pour laisser l’amertume de la boisson empoigner ses papilles gustatives et danser avec elles un tango de vivacité. Ne disait-on pas que le café était un excitant et qu’il empêchait de dormir même la plus marmotte des âmes humaines ?

Il ne lui fallut pas longtemps à l’homme. Faire apparaître sous les yeux des jeunes femmes les boissons tant attendues et boire lui-même le liquide goûteux qu’il avait choisi d’ingérer pour se désaltérer.

Les lèvres posées sur le bord de la tasse contenant un liquide fumant à souhait, la brune buvait le café tout en buvant les paroles de l’homme. Il venait de partir sur des explications commerciales. Il parlait de tout, il parlait de l’allure et de l’attitude. Il racontait aussi qu’il fallait sourire et la brunette le ferait même si, lors des jours sombres et des pensées noires, le sourire serait un sourire de verre, un sourire tracé à l’encre rouge sur les lèvres rosées de la jeune fille. Elle ne pourrait pas sourire chaque jour mais c’était normal non ? Qui avait la capacité de sourire chaque jour ?

Le café coulait dans la gorge de la brunette, il s’insinuait en elle comme l’air s’infiltrait dans ses poumons. La chaleur de la boisson s’échappait dans son corps et courait sous sa peau si bien que si une main glaciale avait décidé de se poser sur la gorge à la peau fine de la brunette aux yeux couleur de la nuit, la peau mince aurait réchauffé cette main s’égarant contre la gorge de la brunette.

« Imaginez que j'arrive avec cette baguette. Je vous dis que mes sorts semblent manquer de puissance et que j'ai l'impression que je n'arrive plus à l'utiliser aussi bien qu'avant, que me proposez-vous ? Prenez une feuille et proposez-moi une solution par écrit. Résumez en quelques mots ce que vous me proposerez. »

Premier exercice.
Deuxième instant de réflexion.
Troisième temps d’une marche scolaire.
La jeune fille attrapa une feuille et une plume. La feuille en main, le grain fin de ce papier coulait entre ses doigts tandis que la plumes s’insérait entre son pouce et son index. Les idées se bousculèrent dans son esprit mais étrangement elles venaient de se faire happer par l’oubli ou de s’effacer elles-mêmes pour laisser le sentiment frustrant, cette angoisse de la page blanche, couler dans l’aorte et autres vaisseaux sanguins de la brunette.

Doucement, son poignet se mit à danser. Il se tortillait pour former une valse avec la plume que tenait étroitement les doigts fins de la jeune femme. Lentement, les mots apparurent sur la feuille de la brunette, l’inspiration parlait d’elle-même et tant pis si ses dires étaient faux, au moins elle aurait tenté une réponse.

Je prendrais la baguette et je l’observerais à la loupe pour observer le moindre détail, voir si une égratignure ou une petite fêlure ne serait pas la cause de cette baisse d’efficacité. Si jamais c’est le cas, je prendrais la baguette de l’homme car la boutique possède un système de réparation des baguettes.

Si la baguette n’est pas abîmée et que la baisse d’efficacité est confirmée, je lui présenterai de nouvelles baguettes tout en lui faisant remplir le même formulaire qu’il a dû remplir pour sa première baguette. Des événements peuvent faire qu’une personne change moralement et cela pourrait donc expliquer le désaccord client/baguette.


(Je peux aussi lui dire qu’il devrait travailler plus sérieusement car si ça marche pas le problème vient de son incompétence en magie -TMTC Thony, un soir sur discord xD )
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Anthony Adams, Mer 15 Nov 2017 - 15:36


Anthony n'attendit pas longtemps. Juste le temps de prendre 2-3 gorgées de café brûlant. Elles écrivaient. Les pauvres, elles faisaient déjà que ça à Poudlard. Et là, après les cours, elles recommençaient. Désolé. Il prit donc les parchemins à présent remplis et lut tranquillement les deux réponses, avec la même attention que les parchemins des clients. C'est à dire une grande attention. Namé, vous avez cru quoi. Le propriétaire de lieux lu rapidement. Oui, on pouvait être attentif et rapide. Hm.... S'il vous plait, ne sortez pas cette phrase du contexte. Vraiment. C'est important. Merci.

Les réponses étaient claires. Il manquait cependant un point. Important. Comme elle savait que la baguette était usée si elles ne la testait pas ! Le jeune homme posa doucement les deux parchemins sur la table pour reprendre un gorgée de café.

- C'est presque tout bon. L'apparence de la baguette peut être impeccable, mais ne plus fonctionner malgré tout. L'inverse est vraie aussi. Donc, le premier réflexe, c'est de tester la baguette. Comme vous venez de le faire. Ça doit être la première chose à faire quand quelqu'un revient avec sa baguette. Si elle fonctionne avec vous, le problème ne vient pas de la baguette. Au risque de heurter le client, (on le saura) il faut lui annoncer que le problème est que la symbiose est rompue.

Simplement. L'avenir dira à Anthony que ce n'était pas forcément simple. Mais bon, malgré tout il fallait le dire. Un bon service après-vente c'était aussi celui qui diagnostiquait bien le problème. Tant pis si ça heurtait la sensibilité du client. Puis bon, avec un peu de chance, vous pouviez même vous retrouvez à coucher avec le client ('fin la cliente pour Antho. Hum). 'fin bon, ça c'était un cas particulier. Déséquilibré. Étrange. Lunatique. Et Jean Passe. Et j'en passe. Il reprit une ou deux gorgées de café, vidant presque entièrement sa tasse et reprit.

- Bon, je pense que l'on a parlé à peu près de tout. Des cas les plus communs du moi. Par la suite, si vous avez un doute, posez moi la question. Mais je pense qu'avec ces bases, vous pourrez très largement vous en sortir dans la boutique.

Il avait fermé la boutique pour aujourd'hui, il était donc inutile de leur proposer de la pratique après cela. Personne viendrait après une réouverture aussi longue. Puis de toute façon, elles avaient besoin d'ingérer un peu toutes les informations qu'il leur avait donné. Pas besoin de tout faire d'un seul coup. Elles avaient déjà pas mal bosser aujourd'hui de l'avis d'Anthony, pas besoin de les surcharger. Elle n'était que stagiaire après tout, pas besoin de faire du plein temps ! Il se leva donc de sa chaise.

- Donc je vous libère pour aujourd'hui ! Demain, vous pouvez venir dans l'après-midi pour vos premières ventes ! Soyez en forme, vous en aurez besoin !

Il ouvrit la porte de l'atelier tout en finissant sa phrase. La première expérience de vente était toujours un moment particulier. Épuisant, physiquement autant que moralement. Vous vous aperceviez que courir partout, dire bonjour, sourire etc, ça vous demandait une énergie considérable que vous ne soupçonniez pas. Bref, elles avaient tout intérêt à se coucher tôt ce soir.

- A demain !

[Fin du RP. Temp et Aysha peuvent finir ce RP qui a duré beaucoup trop longtemps.]
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Izsa Hilswood, Sam 27 Jan 2018 - 19:16


RP avec Anthony
Petite prise de LA, me MP si ça pose problème Wink



Izsa n'aurait su dire combien de temps elle avait passé à cet endroit, à travailler sur des créations originales. Vu qu'elle était à Ollivander's depuis qu'elle avait dix-sept ans, ça ne devait pas se compter qu'en jours. En mois, minimum, peut-être même en années. Elle en avait vu passer, des collègues, plus qu'elle n'aurait pu en compter.

Cependant, ce n'était pas elle la taulière de la boutique. Ils avaient bien un vénérable, un grand ancien, qui tenait la baraque depuis bien plus longtemps qu'elle. Cette personne, c'était Anthony Adams. Autrement dit, si il y avait une personne qui s'y connaissait mieux en baguettes qu'elle, cela ne pouvait être que lui.
Et par un heureux hasard, ou juste parce qu'ils travaillaient régulièrement ensemble, il n'y avait qu'eux deux, en cette fin d'après-midi. Les clients ne risquaient plus d'arriver, à cette heure-ci, à moins d'être particulièrement impolis.

- Eh, Antho, tu veux bien m'aider avec un truc ?

Le propriétaire était en train de ranger les dernières baguettes essayées mais non achetées par les clients de la journée. Izsa doutait que cela l'embête de remettre le rangement à un peu plus tard.

- Je suis en train de préparer des pépites. J'aurais besoin de ton avis sur les propriétés de certaines d'entre elles.

La requête semblait innocente, et elle l'était, presque. La jeune artisane se demandait si elle devait lui révéler son véritable objectif. C'était risqué mais, bien qu'elle ne connaisse Anthony que professionnellement ou presque, elle avait confiance en lui.


Dernière édition par Izsa Hilswood le Lun 12 Fév 2018 - 2:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Anthony Adams, Lun 29 Jan 2018 - 18:46


Y'a pas deux d à Adams :mm:

Il y avait deux personnes à Ollivander's. Anthony et Izsa. Le proprio des lieux faisait un peu de rangement, les baguettes qui n'ont pas encore trouvés leur sorcier aujourd'hui et dont Anthony et les autres vendeuses avaient cru pouvoir distribuer, avant de subir un échec cuisant au moment du fameux test. Bref, il y en avait pas mal, et le gérant devait retrouver la place de chacune de ces baguettes sans maître. Elles trouveraient certainement leur maitre un jour. Mais pour l'instant, elles étaient destinées à revenir à la place qu'elles avaient eu jusque-là. Izsa de son côté, était en plein processus créatif. Depuis un petit moment maintenant, elle proposait ce qu'elle appelait des "pépites". Des baguettes exceptionnelles, autant pour le visuel que pour les composants. Le propriétaire de la boutique laisse libre cours à Izsa pour ses créations, elle avait pour ainsi dire une boutique au sein de la boutique. Ses créations trônaient en bonne place en vitrine, mais de la conception, jusqu'à la vente et la livraison, Izsa s'occupait absolument de tout. Bref, elle gérait sa propre boutique en somme. Et, il n'y a pas à dire, ça fonctionnait plutôt bien pour elle. Ollivander's récupérait le prestige de ses créations, tandis qu'Izsa récupérait de l'argent. Simplement.

Alors qu'Anthony était concentré à sa tâche, l'artisane (puisque c'était son statut) vint vers son patron et déclara :

- Eh, Antho, tu veux bien m'aider avec un truc ?

La voix d'Izsa le fit sortir de ses pensées sur l'avenir de ses baguettes solitaires. Après tout, baguette c'était pas franchement un métier avec beaucoup d'avenir. Souvent destinée à finir cassée en deux, ou oubliée, reléguée par une baguette plus efficace pour le sorcier. Bref, destin tragique de bout de bois magique trop souvent oublié.

- Oui bien sûr Izsa, qu'est-ce qui se passe ?

- Je suis en train de préparer des pépites. J'aurais besoin de ton avis sur les propriétés de certaines d'entre elles.

La question étonna l'animagus. Certes, il était bien sûr dispo pour les questions, mais il savait qu'Izsa avait une connaissance très étendue à ce sujet. Anthony avait finalement qu'un an de plus. Et peut-être quelques kilomètres en plus, dû au fait qu'il est parti à la recherche de nouveaux composants. Mais bon, fondamentalement, Izsa en savait à peu près autant qu'Anthony. Bref, la question était étonnante, mais la discussion promettait d'être intéressante. Échanger sur ses connaissances, c'était toujours quelque chose de positif, autant pour lui que pour les autres. Il apprenait souvent énormément au moment de ce genre d'échange. De plus, Izsa faisait tout de même partie des personnes qui en savaient le plus actuellement à ce sujet passionnant qu'était les baguettes. Oui, les baguettes étaient un sujet passionnant, n'allez pas croire. Ce n'était pas pour rien que c'était un savoir qui se passait que de bouche à oreille de fabricant de baguette. Le secret était étanche et peu d'informations filtraient.

- Euh, le trouble était visible chez le propriétaire. Oui, de quoi as-tu besoin ? Les propriétés des composants ?

Ce qui était étrange, puisqu'il était à peu près sûr qu'Izsa connaissait la signification et les propriétés de chaque bois et chaque cœur que la boutique proposait. M'enfin admettons. De toute façon, il avait un peu la flemme de ranger tout ça, donc autant parler.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Izsa Hilswood, Lun 12 Fév 2018 - 2:20


Quoi ? Moi ? Faire des fautes ?  Ange



Si Izsa avait dû trouver trouver une science comparable à celle de la création de baguette, elle aurait choisi l'héraldique. C'était une matière obscure, que seules de rares personnes maîtrisaient car elles étaient les seules assez folles pour s'y plonger entièrement. Olivier de La Marche disait qu'il fallait sept ans pour devenir hérault, le temps d'accumuler des connaissances. L'Ollivander le plus connu, Garrick le bien-aimé, avait sans doute passé des années et des années avant de rédiger les notes qui leur servaient encore aujourd'hui.
Bref, d'un côté on avait "D'azur pâle et de gueules au chevron d'or coticé d'argent, accompagné de trois glands d'or tigés et feuillés du même" et de l'autre "Acajou et Plume d'Oiseau Tonnerre, vingt neuf centimètre et demi, flexible, particulièrement adaptée à la métamorphose". Si le lien ne vous parait pas très flagrant, pour Izsa il l'était totalement.

- Euh, oui, de quoi as-tu besoin ? Les propriétés des composants ?

Revenant à la réalité, Izsa fit un mouvement de la tête incertain. Précisément, il s'agissait d'un mouvement à la fois latéral et circulaire, pas bien ample, qui fit tout de même légèrement bouger ses mèches brunes. En réalité, c'était parfaitement anodin, et ne méritait pas une description approfondie. Juste une seconde de flottement dans laquelle elle analysa la question et choisi sa réponse.
En fait, sa réponse se limita à prendre une des baguettes sur le bureau et la tendre à son patron. Il s'agissait d'un instrument de bois sombre, à l'aspect étrange avec son manche tellement recourbé qu'il revenait vers l'avant. En plus de cela, elle était tellement flexible qu'on devinait sa souplesse rien qu'à la saisir du bout des doigts.

- Prunellier et écaille de Leviathan, elle décrivit, histoire de gagner le temps de l'inspection. J'ai pas l'impression qu'elle soit bonne à autre chose que le combat et la magie noire... Par contre, elle excellerait là-dedans, pas de doute la dessus. Tu penses qu'on devrait vendre une telle création ? A part à un mage noir, un Mangemort, à qui conviendrait-elle ?

Ce n'était pas la première fois qu'elle créait de telles baguettes, opposées à sa morale. Ce n'était pas la première fois non plus qu'elle éprouvait un tiraillement de la conscience, comme un docteur obligé de garder un secret médical en situation critique. C'était la première fois, par contre, qu'elle en parlait ouvertement.

- Ça n'est pas possible, de n'avoir que des baguettes toutes gentilles... Mais lesquelles seraient capables de lancer des sortilèges Impardonnables ? Il s'agissait d'une double question, en fait. Elle indiquait en disant cela la demie-douzaine de baguette sur le bureau, toutes flirtant plus ou moins avec la magie noire, donc il s'agissait bien de trouver lesquelles. Ensuite, entre les lignes, c'était toujours la même question morale à laquelle elle souhaitait qu'il réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Anthony Adams, Ven 16 Fév 2018 - 14:20


Jamaaiiiiis

La réponse tarda légèrement. Comme si elle n'avait finalement pas prévu qu'Antho lui réponde. Petit mouvement de la tête. Attente et... Pas de parole. Sa collègue prit une des baguettes posées là pour la lui tendre. Cette baguette avait un bois sombre, que le propriétaire d'Olly identifia assez rapidement comme étant du prunelier. Bois de guerrier. Cette baguette, rien qu'avec le bois, était donc destiné à quelqu'un qui prévoyait de se battre. Que ça soit pour le bien ou le mal d'ailleurs. Izsa prit finalement la parole quand Antho eu la baguette si spéciale dans la main. La prise en main était étrange. Elle était extrêmement courbée. Il avait énormément de mal avec ce genre de baguette. Trop courbée pour lui. Cependant, certains préféraient. M'enfin c'était pas le débat.

- Prunellier et écaille de Leviathan. J'ai pas l'impression qu'elle soit bonne à autre chose que le combat et la magie noire... Anthony acquiesça. Si le prunelier seul, bien qu'orienter ne permettait pas d'identifier son type de magie préféré. Le Leviathan levait entièrement le doute. Tu penses qu'on devrait vendre une telle création ? À part à un mage noir, un Mangemort, à qui conviendrait-elle ?

Plusieurs fois, Anthony avait confectionné ce genre de baguette "borderlines". Parfois parce qu'il avait choisi de la faire, parfois parce qu'on lui avait commandé une telle baguette. Il savait que ce genre de baguette n'était pas vraiment destinée à atterrir dans les mains d'un sorcier qui prônait le bien. Cependant... Il le savait, parfois, utiliser la magie noire était le meilleur moyen de lutter contre cette même magie. Il est vrai que ce genre de baguette avait de forte chance de se trouver un propriétaire qui allait peut-être tuer, ou assouvir son besoin de pouvoir. Mais étaient-ils responsables de ce que jetait la baguette ? Après tout, chaque baguette pouvait de toute façon lancer un trait de magie noire. Un mot, un geste et... Paf, le trait sortait. C'était aussi simple que ça. Si telle était la volonté du sorcier, il y avait de forte chance que la baguette suive...

- Ça n'est pas possible, de n'avoir que des baguettes toutes gentilles... Mais lesquelles seraient capables de lancer des sortilèges Impardonnables ?

Anthony agita la baguette qu'il avait dans les mains et sentit la magie affluer doucement le long de son bras et il sentit la baguette réagir. Comme un doux frémissement, prête à agir. Il lança un Diffindo sur un tas de feuille qui trainait là. Le sortilège fut terrible. Il ne resta rien du tas de feuilles. Hachées menues, seules quelques confettis perdurèrent qu'Antho fit disparaitre à l'aide d'un petit sort de métamorphose. Ce petit test avait réveillé l'envie de combattre de la baguette. Le propriétaire tourna la baguette entre ses mains en la regardant attentivement. Le bois était taillé finement, la souplesse était hors du commun et le composant avait été intégré avec une maitrise absolument parfaite. Pas de doute, c'était une baguette de qualité. Il la reposa doucement sur la table. Juste à l'endroit où il y avait un tas de feuille.

- Je suis peut-être un peu trop idéaliste. Mais quelqu'un qui lutte contre la magie noire pourrait avoir besoin de la comprendre... Et donc avoir besoin d'une telle baguette. Ok, la chance que ça arrive était faible. Mais pourquoi pas. Dans tous les cas. Une personne qui veut utiliser la magie noire y arrivera avec n'importe quelle baguette, reprit-il en jetant un œil sur les baguettes disposées. Ces baguettes vont sans doute atterrir en majorité entre les mains de personnes mal attentionnées c'est vrai... Mais de toute façon, ce n'est pas le fait d'acheter cette baguette qui le feront basculer dans la magie noire. Ce n'est même pas le fait d'acheter cette baguette qui feront qu'ils utiliseront des sorts impardonnables. Ils le faisaient déjà avant. Avec une autre baguette. il fit une pause pour regarder Izsa. Qu'attendait-elle ? Qu'il lui dise de détruire ces baguettes ? Dans le monde moldu, tu as des armes à feu. Certains disent que tout le monde doit y avoir accès, d'autres seulement une élite considérée "gentile". Mais qui s'assure qu'une personne dites "gentille" ne bascule jamais dans la folie, ou tout simplement dans le démon du crime ? On ne blâme jamais le constructeur des armes. Ni même le vendeur. C'est toujours l'utilisation qu'on en fait qui est à blâmer. Même cette baguette, peut être utilisée pour lutter contre la magie noire. Elle est, quoi qu'il arrive, surpuissante pour des duels et mettre hors d'état de nuire une personne. Sans différencier si cette personne est "gentille" ou "méchante". On a sans doute vendue des baguettes que l'on a identifié comme pure, qui ont au final provoqué la mort. L'inverse est sans doute vrai. T'as pas à t'en vouloir à vendre ces baguettes.

À moins qu'elle ne voulait que son approbation. Anthony c'était déjà posé ce genre de question en confectionnant de telles baguettes. Parfois, cette personne avait émis le souhait de posséder une telle baguette. La personne lui avait explicitement demandé une baguette potentiellement dangereuse. Et pourtant, il avait accepté. Si ses craintes étaient justifiées, il savait que ne pas avoir cette baguette n'allait pas empêcher ce potentiel mage noir à continuer son activité. Et si ses craintes n'étaient pas justifiées, il s'inquiétait pour rien et la baguette allait peut-être même faire des merveilles un jour.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Izsa Hilswood, Dim 11 Mar 2018 - 0:05


La discussion avait certes des allures de réflexion philosophique sur le thème de la responsabilité, elle n'en demeurait pas moins durement pragmatique. Il ne s'agissait pas juste d'un questionnement existentiel ; il s'agissait de faire sens de son existence dans les actes.

Dans la comparaison faite par Anthony, Izsa se sentait un peu comme une vendeuse d'arme américaine militant contre le second amendement. En pleine dissonance cognitive. Et il avait beau dire qu'on ne blâmait jamais le vendeur, elle n'était pas d'accord. Si, cette personne avait sa part de responsabilité. Ce n'était pas lui qui pressait la détente, mais c'était lui qui lui avait mis l'arme en main dans un premier temps.

Sauf que c'était des baguettes magiques qu'elle vendait, pas des armes à feux. Et avant d'être des machines de guerre, ces instruments étaient des outils. La comparaison avec un couteau était plus adaptée. Avec une lame de vingt centimètres parfaitement aiguisée, on pouvait autant découper des entrailles que des oignons.

- T'as pas à t'en vouloir à vendre ces baguettes, fut la dernière phrase qu'il lui adressa.

La jeune femme sourit tristement. Il s'agissait d'une expression un peu ambiguë, la commissure droite remontant pour marquer une légère fossette. Elle n'était pas convaincue, parce qu'elle ne cherchait pas à se sentir mieux. Elle avait trop de recul sur elle-même pour accepter de modifier la perception de ces actions passées et se pardonner de cette manière. C'était ses actions qui devaient changer.

Même si ils n'étaient pas vraiment sur la même longueur d'onde - comme à peu près tous les êtres humains - elle donnait raison à Anthony sur un point : ils ne pouvaient pas juste s'arrêter de vendre des baguettes un peu trop obscures pour leur moralité. Ils ne pouvaient pas incriminer les gens avant même qu'ils aient commis quoi que se soit de répréhensible.

- Et si on pouvait faire quelque chose pour changer ça ?

Elle avait des idées. Elle ne savait simplement pas si cela était possible.

- Si on pouvait, disons, surveiller le client qui achète cette baguette. Savoir quel sort il lance, savoir si il se sert de la magie noire. Elle secoua la tête, moyennement en accord avec elle-même. Ça serait de la violation de vie privée, en tant que vendeurs de baguettes on aurait pas le droit de faire ça. Mais ça pourrait sauver des vies. Ce qu'elle suggérait avait beau être au conditionnel, c'était loin d'être juste de l’hypothétique. Tu accepterais d'enchanter ces baguettes et de les vendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Anthony Adams, Ven 30 Mar 2018 - 0:56


Après qu'Anthony ai donné son opinion, Izsa afficha un léger sourire. Un sourire un peu indéfinissable entre tristesse et... Autre chose. Quelque chose comme l'acceptation ou l'affirmation. Le proprio d'Olly ne souligna pas cette réaction et préféra ne rien dire, attendant qu'elle mette des mots sur ce sourire.

Le propriétaire d'Olly jeta un nouveau coup d’œil aux baguettes disposées là. Il était subjugué par la beauté de ses créations. Tout dans la finesse et l'efficacité. Cela n'avait rien à voir avec les baguettes qu'il créait. Les siennes n'avaient rien d’œuvre d'art. Puisque les baguettes d'Izsa, ses pépites, c'était bien cela. De vraies œuvres d'art. Je sais ce que vous vous dites. Un type qui s'extasie devant la soi-disant beauté de baguettes était forcément un peu chelou. Et... C'est vrai. Il l'était sans doute un peu. Mais, il ne pouvait qu'admirer le travail de sculpture et de précision que l'artisane d'Olly montrait. C'était... Parfait. Plus il y pensait, plus il se disait que sa prochaine baguette serait sans doute une pépite. Encore fallait-il que les composants lui correspondent. Mais ça, c'était une autre histoire. Bref. Finalement son employée prit enfin la parole.

-Et si on pouvait faire quelque chose pour changer ça ?

Regard interrogateur de la part d'Anthony qui l'invita à continuer d'un mouvement de la tête.

- Si on pouvait, disons, surveiller le client qui achète cette baguette. Savoir quel sort il lance, savoir s’il se sert de la magie noire.

Le jeune homme fut surpris de cette idée. Cela allait à l'encontre des principes même de la liberté de chacun. Est-ce qu'ils pouvaient se permettre, eux, simples vendeurs à Ollivander's, se permettre d'espionner comme cela des personnes sous prétexte qu'ils avaient achetés une baguette de duelliste ? Finalement, elle affirma ce qu'il pensait...

- Ça serait de la violation de vie privée, en tant que vendeurs de baguettes on aurait pas le droit de faire ça. Mais ça pourrait sauver des vies.

Elle marquait néanmoins un point avec cette dernière phrase. Ça pouvait sauver des vies. Éventuellement. Mais... Pourraient-ils dormir tranquillement si seulement...

- Tu accepterais d'enchanter ces baguettes et de les vendre ?

Voilà. Si seulement ils se permettaient d'enchanter des baguettes. Pourraient-ils dormir en paix. Si jamais les propriétaires de ces baguettes s'en apercevait ? Si même, ces baguettes tombaient dans les mains du ministère. Il n'y avait pas seulement un problème d'éthique dans tout ça. Mais un réel problème de sécurité pour la suite. C'était, certes, très "courageux" de se mettre en danger pour le bien commun mais... Était-ce vraiment leur rôle ? Il y avait les Aurors pour ça. Bien qu'Antho n'avait pas trop confiance en eux. Bien qu'il pensait qu'ils ne servaient finalement pas à grand-chose et semblaient faire plus de mal que de bien... Était-ce réellement à eux, citoyens, de faire ce boulot de surveillance ?

Le jeune homme regarda à nouveau les baguettes. Et repensa au potentiel de destruction que chacune avait. Il imagina alors le désastre si les deux baguettes passaient entre les mains des mangemorts. Effectivement, cela pouvait sauver des vies. Mais si finalement ces baguettes atterrissaient chez une autre personne. Simplement chez un lambda n'ayant pas de pensées malsaines, ayant juste trouver son compte dans ses baguettes. Ou pire, chez un Auror, qui pourrait finir par avoir des doutes sur sa baguette et demander des comptes à la boutique. Certes, ces deux derniers scénarios n'étaient pas forcément les plus évidents, ni même les plus probables mais... Son cœur balançait. Instaurer une sorte de surveillance "au cas où" lui semblait aussi dangereux que de laisser de telles baguettes sans surveillance. D'autres circulaient bien sûr. Mais aujourd'hui, Izsa avait soulevé le problème, l'avait mis en lumière. Ils pouvaient peut-être agir. Restaient à savoir...

- Je... l'hésitation pointait jusque dans sa voix. Quel genre d'enchantement ? il fit une pause. Soupira, et reprit. Tu l'as dit toi-même. C'est pas notre rôle de faire ça. On se place même dans l'illégalité la plus totale. Si jamais quelqu'un le remarque ça pourrait avoir des conséquences graves. Pour la boutique ou... Simplement pour nous. Imagines qu'un Mangemort se rende compte de la supercherie... Contre qui il va se retourner ? il fit une nouvelle pause et jeta un nouveau coup d’œil aux baguettes et les fixa tout en disant cette dernière phrase : Il ne fera pas dans le détail. Toutes personnes présentes dans la boutique sera coupable à ses yeux. J'ai l'impression que cette décision pourra sauver autant de vie qu'elle va en risquer... il posa à nouveau ses yeux sur Izsa. Admettons que j'accepte... Il faudra faire attention à ce que les enchantements soient totalement indécelables.

C'était impossible. Il le savait. Mais ils pouvaient faire le maximum pour que la visibilité soit minimale... Izsa, dans quoi tu embarquait Antho ?
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Izsa Hilswood, Sam 28 Avr 2018 - 19:50


Anthony avait beau avoir plusieurs arguments, Izsa n'arrivait pas à se laisser convaincre. Cela serait illégal ? Oui, eh bien ? La belle, affaire, elle était la cheffe d'un groupe illégal, pourchasser par le Ministère pour des raisons non-valables. Cela faisait un moment qu'elle ne considérait plus légalité et moralité comme des synonymes, et elle suivrait toujours ce que dictait le second.
Les Mangemorts risquaient de s'en prendre à eux ? Génial, ça ne serait que la énième fois qu'elle les rencontrerait. Qu'ils viennent, elle serait prête à les accueillir.

En fait, le seul point qu'elle lui concédait, c'était qu'ils mettraient en danger leur collègue. Prendre des risques, ça n'était pas ce qui lui faisait le plus peur, mais empêtrer dans ses problèmes quelqu'un qui n'avait rien demander ? Mais, se dit-elle, suis-je vraiment coupable dans ce cas là ? En supposant que les Mangemorts s'en prenne à Temperance et Aysha pour des représailles, serais-ce véritablement de sa faute ? La moralité était un dilemme constant, une discussion avec soi-même qu'elle avait plus régulièrement qu'elle ne voulait bien l'avouer. En entrant dans l'Ordre, elle savait que ses proches pourraient subir les foudres des masqués à cause de cela. Pourtant, elle s'était engagée quand même. Parce que ne rien faire, c'était encore pire. C'était condamner par l'inaction.

When it all comes down,
Will you say you did everything you could?


Dans les yeux d'Izsa brillait la détermination. Et c'était cette même détermination qui rendit sa voix ferme, dans une expression d'un courage qu'elle ignorait jusque là qu'il existait en elle.

- Je suis prête à le faire. On doit pouvoir y arriver. L'important, c'est pas tant que l'enchantement soit indécelable, c'est surtout de ne laisser aucune raison de le vérifier. Que la baguette fonctionne parfaitement bien. Ça, ça doit être faisable, non ?

Question partiellement rhétorique. Il arrivait que les sortilèges parasitent le bon fonctionnement des objets sur lesquels ils étaient appliqués, cependant si ils étaient lancés correctement cela ne posait pas de problème. Mais oui, sous examen minutieux, un sortilège ne pouvait rester camouflé.

- Je pense qu'un sortilège du mot Tabou ferait l'affaire. Pause. Alors, tu en es ? Tu serais prêt à prendre ce risque pour combattre les mages noirs ?

Il ne s'en rendait peut-être pas compte, mais cette question n'était pas juste une question. Une personne rencontre dans sa vie de rares moments dont l'issue déterminera l'entièreté de son futur. Pourtant, il est rare que l'on en soit conscient, au moment où ils arrivent. Cet instant en était un, pour Anthony, mais cela c'était uniquement Izsa qui le savait. Parce qu'elle pouvait, cinq secondes plus tard, tous aussi bien lui proposer de rejoindre les rangs des Phénix ou lui jeter un sortilège d'Amnésie.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Atelier

Message par : Anthony Adams, Mar 29 Mai 2018 - 1:05


Izsa semblait... Sûre d'elle. Anthony l'avait rarement vu comme ça. A part peut-être la fois où elle avait proposé sa boutique parallèle de pépites. Le jeune propriétaire fut surpris de la voir ainsi et l'écouta patiemment.


- "Je suis prête à le faire. On doit pouvoir y arriver. L'important, c'est pas tant que l'enchantement soit indécelable, c'est surtout de ne laisser aucune raison de le vérifier. Que la baguette fonctionne parfaitement bien. Ça, ça doit être faisable, non ?"


L'argument était valable, néanmoins, Anthony n'aimait pas l'idée de risquer la vie d'autres personnes. Surtout pas de gamins qui pouvait être à la boutique à ce moment-là. Le jeune homme savait que c'était faisable. Ne donner aucune raison de vérifier la baguette ce n'était pas rendre toute sorte de sortilège espion indécelable. Néanmoins...

- "Oui, bien sûr que c'est faisable" il fit une pause pour regarder une nouvelle fois Izsa. C'est à ce moment-là qu'il comprit que... De toute façon, il n'aurait pas le dernier mot. Pas cette fois. Peut-être même qu'il ne voulait pas l'avoir ce dernier mot... Au fond, attraper quelques Mangemorts c'était toujours plaisant... "Il faut cependant réaliser le sortilège à la perfection... Mais tu le sais déjà non ?"

Et effectivement, elle le savait. La suite ne laissait pas de doute...

- "Je pense qu'un sortilège du mot Tabou ferait l'affaire. Alors, tu en es ? Tu serais prêt à prendre ce risque pour combattre les mages noirs ?"

Elle avait donc déjà réfléchi à tout et avait donc demandé à Antho par pure formalité. Le propriétaire ne pris en effet pas tellement conscience de la fin de cette phrase. Il pensait que, finalement, elle lui demandait une bonne fois pour toutes s'il acceptait ce que proposait Izsa. Enchanter quelques baguettes. Car jugée "à risque". Un truc qui pourrait permettre de chopper quelques mangemorts, ou au moins de dévoiler leur position à un instant t. Tout bien réfléchi, ce n'était peut-être pas si risqué que ça. Qui penserait qu'une boutique telle qu'Ollivander's irait enchanter ses baguettes. Qui soupçonnerait un simple vendeur de baguette ? Puis... S'il fallait payer le prix fort pour ça. Peut-être que tout n'aurait pas été vain finalement.

- "D'accord, j'accepte." il prit une pause puis : "On commence par quelles baguettes ?"

S'il savait dans quoi il s'embarquait, Anthony aurait peut-être émis un peu plus de réserve. Mais il n'était plus à ça de changement dans sa vie. Après tout, on ne vit qu'une seule fois non ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Atelier

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 Atelier

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.