AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 4 sur 6
[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Ashton Parker
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor

Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Ashton Parker, Mar 1 Juil 2014 - 1:33


Après avoir partagé sa découverte avec Merit – qui avait trouvé ça très drôle – Ashton dû trouver une autre occupation. Il avait un peu oublié que leur objectif de base était de trouver les sujets des ASPIC et non pas de foutre le plus de bordel possible. Complètement défoncé, Ashton écrasa consciencieusement sur le mur trois gâteaux qui trainaient par-là, faisant trois grosses traces bien dégueulasses. Ne sachant ensuite plus vraiment quoi faire, il prit des feuilles au hasard et utilisa un Diffindo pour en faire des confettis.

Montant ensuite sur la table centrale pour avoir une meilleure vue de la pièce dévastée, le Gryffondor fut très satisfait de lui-même. Il voulut utiliser un Wingardium Leviosa pour faire s’envoler les confettis, mais dans l’état très alcoolisé où il se trouvait, il visa à côté et ce fut une plante déterrée un peu plus tôt par Merit qui s’envola. Ashton fut surpris et sursauta, en propulsant sur le côté la pauvre plante qui glissa sur le haut d’une étagère – renversant tout sur son passage – avant de finir sa course par terre dans un coin.

C’est alors qu’il entendit un bruit de pas venant du couloir. Ashton se figea, prit de panique, et se tourna vers Merit pour savoir s’il avait bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Merry K. Harper, Mar 1 Juil 2014 - 13:06


Heureuse de pouvoir mettre le bordel partout dans la salle des profs, Merit ne faisait pas vraiment attention à ce qui se passait autour d'elle. Elle entendit juste Ashton lancer un sort derrière elle, mais ne se retourna seulement que lorsqu'elle l'entendit monter sur la petite table. S'asseyant, elle le regarda lancer un Wingardium Leviosa... légèrement raté.

Le sortilège atterrit sur la plante que Merit avait déraciné quelques minutes plutôt et cette dernière vola au dessus de la tête de la lionne, avant que Ashton ne sursaute et n'envoie la plante sur une étagère, faisant tout tomber au passage et de finir dans un coin de la sable. Puis, elle vit le Gryffondor se figer et tendre l'oreille vers la porte. Arrêtant ses ricanements incessants, elle entendit finalement des pas dans le couloir.

Le coeur de l'australienne rata un battement mais ça l'empêcha pas de se lever en silence... enfin presque en silence pour aller ouvrir tout doucement la porte qui donnait sur le couloir. Au loin, elle vit un professeur se balader dans les couloirs. Le voyant tourner dans un autre couloir, Merit attrapa la manche de Ashton et ouvrit la porte en grand pour y passer, la refermant une fois que les deux furent entièrement sortit. Puis, ils se mirent à courir jusqu'à la tour des Gryffondors, le coeur battant, en oubliant ce qu'ils avaient prévu de voler.

[Fin du RP]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Invité, Mar 8 Juil 2014 - 15:33


{ RP unique }

La lune était déjà haute ce soir-là lorsque Clíodhna rejoignit la salle des professeurs pour récupérer quelques affaires avant de regagner ses appartements. À cette heure, il n’y avait plus qu’un seul professeur présent, Edward F. Fitzgerald ; Fitz pour les intimes. Il était assis nonchalamment sur le rebord d'une fenêtre ouverte, la clope au bec et la tête perdue dans ses étoiles. L’occasion était trop belle et les instincts d’enquêtrice en herbe de la plus belle enseignante que Poudlard n’avait jamais connue se mirent en marche. Depuis quelques jours, la mystérieuse disparition d’une certaine Dora B. Stone, Magenmage, était sur toutes les lèvres. Cet événement aurait pu paraître anodin, mais le Ministère de la Magie et plus particulièrement Sudworth en personne avaient été anonymement inculpés, ce qui avait titillé la curiosité de notre brunette. Crédule de nature, cette annonce avait été un choc pour elle qui s’était toujours positionnée du côté du Ministre de la Magie ;  ses certitudes s’en étant vues largement déstabilisées.

Bien décidée à extirper quelques informations à ce drôle de vautour, Clíodhna s’approcha donc de lui, résolue à jouer la carte de la collègue bienveillante, discrétion oblige ! Pour être tout à fait exact, la jeune femme avait beau ne pas très bien connaître ce personnage haut en couleur, sa démarche n'en était pas moins sincère. Elle était un peu inquiète pour lui, cette disparition avait dû lui faire un choc. Et pour tout dire, il la fascinait. Il faisait partie de ces gens qui, sans être particulièrement beaux, jouissaient d'un charisme surnaturel. Il était étrange, mais c'était précisément ce mystère qui l'entourait qui le rendait tellement inaccessible... Elle était ravie d’avoir enfin l’opportunité de briser la glace avec lui.

« Bonsoir Fitz... lui lança-t-elle alors doucement, pour ne pas l'effrayer, mais il ne réagit pas (du moins, pas en apparence). Un peu de compagnie ? ».

Sans attendre de réponse, elle le rejoignit sur le rebord et lui fit comprend par les gestes qu'une cigarette lui disait bien. Un silence assez pesant s'installa alors, l'homme relâchant sous son souffle un nuage de fumée grisâtre. D'un geste souple, il sortit de sa veste un paquet de clopes entamé sans que son regard ne se détache de la voûte céleste. Pareil spectacle le rendait muet et perplexe ; son visage blafard ne traduisant par ailleurs aucune des pensées qui se bousculaient pourtant dans son crâne. Notre héroïne fut perplexe face à cette désinvolture, en général elle n’avait aucun mal à maintenir l’attention de la gent masculine. Mais Fitz n’était pas n’importe quel homme, alors elle ne se laissa pas démonter pour si peu.

« Doralysa Stone..., se risqua-t-elle alors, jugeant qu’il était inutile d’y aller par quatre chemins. C'est vrai ce qu'on dit, vous avez été mariés ? Je... je suis désolée pour... Pour sa disparition ».

Le coin des lèvres du professeur de Divination avait légèrement tiqué à l'évocation de sa muse passée. Il n'avait vraiment envie d'en parler. En fait, il n'avait simplement pas envie de parler et demeura donc enfermé dans un mutisme distant. On pouvait presque entendre sa respiration siffler entre ses dents, qu'il découvrit à peine sous un de ses éternels et mystérieux sourires.

Décidément, cette enquête promettait d’être facile…

« C'est tellement horrible, commenta alors Clíodhna, bien décidée à insister un peu. T'as une idée de ce qui lui est arrivé ? ».

« Mhm » fut la solution réponse qu’elle obtint, dans un premier temps du moins.

En effet, Fitz se détourna de l'obscurité nocturne afin de faire face à son interlocutrice. Un rictus sinistre couvrait ses traits ; il apparut ainsi comme le spectre vivant dont parlaient les rumeurs étudiantes.

« J'pense que rien n'est une question de hasard, déclara-t-il enfin. Elle n'a pas été arrachée à son fils par choix, elle tient beaucoup trop à ce gamin (il fit une nouvelle pause, cherchant dans sa cervelle bouillonnante les prochains mots qu'il prononcerait). Elle a été trop naïve. Elle l'a toujours été.
– Quand tu dis ‘son fils’… se hasard alors la jeune femme, avant de changer d’approche : C'est elle, la mère de ton fils... ? Comment il s'appelle déjà ? Qui va s'en occuper maintenant ? ».

Les sourcils du sombre individu se froncèrent lorsqu'il entendit que l'on le rattachait à Daniel. Oui, il en était le géniteur, mais cela s'arrêtait là. Le gosse n'était pour lui qu'un étranger auquel il ne voulait certainement pas être associé. Fitz secoua la tête, chassant cette idée par crainte de la voir s'accrocher à son âme.

« C'est la mère de Daniel, oui, et je n'sais pas encore qui va en prendre la responsabilité », lui répondit-il sobrement.

Les paupières du mystérieux enseignant se plissèrent légèrement, comme si quelqu'un ou quelque chose lui avait murmuré à l'oreille des propos méprisants. Cependant, cette curieuse expression ne tarda pas à s'évanouir et son attention s'envola à nouveau dans le ciel parsemé d'une éternité d'astres illusoires.

Afin de ne pas conclure trop brusquement, Clíodhna essaya bien de faire glisser la conversation sur quelque chose de plus léger, mais ce fut peine perdue. Elle ne parvint plus à retenir l’attention de son interlocuteur et, après avoir fait mine à son tour d’observer les étoiles (elle n’était pas très crédible, ne sachant que regarder et trouvait cette activité on ne peut plus ennuyeuse), finit par lui souhaiter une bonne nuit avant de prendre congé. On ne pouvait pas dire que cette petite discussion avait été des plus productives, elle ignorait jusqu’à présent que Fitz avait si peu de contacts avec son fils et, de surcroît, avec son ancienne épouse. Si elle avait su, elle n’aurait probablement pas évoqué ces souvenirs de toute évidence douloureux pour le professeur. Mais avec lui, c’était impossible d’anticiper les réactions. Une chose était sûre en tout cas, c’était que la piste de l’ancien mari était stérile et qu’il faudrait trouver autre chose pour retrouver Dora B. Stone… pour peu qu’il y ait encore un corps à retrouver !

Disparaissant dans la noirceur du château, Miss Quinn regagna ses appartements où elle fit son possible pour récapituler le peu d’informations qu’elle avait sur cette Magenmage qui avait disparu et examiner les options qui s’offraient à elle pour faire avancer son enquête. C’était pas gagné.



NB : Ce RP est un flashblack et se déroule à peine quelques jours après la disparition de Dora B. Stone. Il a été écrit en collaboration avec Edward F. Fitzgerald, alors professeur de Divination, qui a lui-même rédigé les passages relatifs à son personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis Whisper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Nemesis Whisper, Ven 29 Aoû 2014 - 17:12


Rp avec Valentina Boccini amour

Ça fait longtemps ...

Poussant un soupire, Nemesis marchait plus rapidement dans les couloirs faisant claquer ses talons aiguilles en chassant les voix humaines qui rigolaient au loin. Forcément, il fallait s'y attendre, la dinguo était de retour et les élèves n'allaient pas rater l'occasion de se moquer d'elle. *Il faudra bien que tu te serves du Doloris un jour.* Elle n'aimait pas la violence, et sûrement pas sur des enfants, elle devait apprendre à ne pas craquer sous les moqueries et à se faire respecter. *Y'a du boulot.* « La ferme ! » Plaquant ses mains sur ses oreilles, la jeune femme entendis les rires redoubler sous son ordre qui, apparemment, n'était adressé à personne en particulier. Du moins à leurs yeux. Dans l'espoir d'échapper aux élèves moqueurs, la nouvelle concierge se glissa dans une pièce au hasard et poussa un soupire une fois à l'intérieur, son dos collé à la porte. Relevant son regard ténébreux, elle sursauta en voyant Valentina l'observer avec un air curieux sur le visage. Nemesis, elle, prit quelques secondes pour l'observer. Bien sûr, elle se souvenait que la blonde travaillait ici. Comment oublier ce fameux cours où elle avait foutu une baffe à William et où la prof' avait vue rouge ? Si la mémoire lui avait joué des tours après la potion ratée, aujourd'hui tout lui était revenu et elle en riait encore. Un faible sourire vint décorer ses lèvres alors qu'elle se décollait de la porte, consciente d'être entré dans la salle des professeurs. « Bonjour.. Pardon je.. *Avises toi de lui dire que tu fuyais des gosses et tu peux dire adieu à ton job.* .. j'ai vue un rat et ça m'a surprise alors je suis entrée dans la première pièce que j'ai vue. » Voilà, les excuses les plus idiotes sont souvent les meilleures. La jeune femme glissa la mèche sanglante échappée de son chignon derrière son oreille avant d'observer la pièce autour d'elle. Avait-elle seulement le droit d'être ici ? Glissant ses mains moites sur sa jupe droite noire, Nemesis retourna son regard vers Boccini. Toujours aussi belle cette femme. Elle avait essayé de lui tendre une main lorsque l'élève souffrait de la potion ratée et de l'évolution de ses pouvoirs qu'elle maîtrisait mieux à présent, mais la jeune Whisper l'avait sèchement refusée. S'en souvenait-elle ? Gênée de ne pas savoir comment gérer cette situation, n'aillant aucune envie de ressortir immédiatement, valait mieux attendre que la cloche des cours sonne pour être sûr que les gamins partiraient, l'ancienne Gryffondor croisa ses bras sur son chemisier blanc. « Tu.. Vous.. Enfin.. Ca va bien ? Ca faisait longtemps.. »
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


I

Message par : Valentina Boccini, Ven 29 Aoû 2014 - 18:04


"One would think that fate persists in writing for us a tragic comedy.."

J'aurais mieux fait de rester au lit. J'avais mal à la tête, et ce depuis le réveil. C'était l'heure de la récréation, pour les professeurs comme pour les élèves. J'en profitais donc pour faire une pause, j'en avais bien besoin. Massant doucement mes temps, je gagnais rapidement la salle des professeurs, temple de paix et de calme... Tant que Clíodhna n'était pas là. Je m'affalais dans un fauteuil en gémissant, retirant bien vite l'objet de ma torture quotidienne ; des escarpins hauts de douze centimètres. J'en avais bien besoin, en sachant que j'avais laborieusement atteint mon mètre soixante deux. Et Will qui faisait un mètre quatre vingt... C'était désespérant. Je jetais un coup d'oeil amusé à la table de réunion, me remémorant avec nostalgie nos retrouvailles de Septembre..

L'avantage de travailler dans le même château que son petit ami, c'était la proximité. Nous vivions dans mon appartement de fonction toute la semaine, et nous regagnions son manoir le week-end. Et ce depuis presque un mois et demi. Nous nous disputions rarement, mais on finissait toujours par se réconcilier... Généralement sur l'oreiller. Il me comblait. Il était plus attentionné que sa réputation ne le laissait paraître. Bien que n'étant pas un grand romantique, il savait à la perfection comme rendre une femme heureuse.. Même une personne aussi exigeante que moi. Je sortais de mon sac à main  un miroir et une trousse à maquille, histoire de faire passer le temps. Un trait de crayon, un peu de mascara, une touche d'eyeliner et mon habituel rouge à lèvre couleur sang, qui tranchait admirablement bien avec le blanc laiteux de ma peau, j'attachais mes douces ondulations blondes en une queue de cheval serrée. Je me levais doucement pour baisser ma jupe noir un peu plus quand la porte s'ouvrit soudainement avant de se refermer dans un CRAC ! sonore.

« Bonjour.. Pardon je...

C'est alors que je l'ai reconnue, surgissant du passé... Evenblood. Oh... My... God ! Je restais là, un peu idiote, à contempler l'adolescente rebelle que j'avais connue, métamorphosée en une jeune femme presque présentable ! Jupe noire serrée, chemisier blanc, talons.. Elle était plutôt mignonne ! Bien loin de la gamine imbue d'elle même et trop confiante qui avait refusé mon aide malgré son besoin évident d'être soutenue, ou encore la demoiselle qui avait donné une claque à Will en plein cours. Je restais là, béate, immobile, les yeux écarquillés d'étonnement.

.. j'ai vue un rat et ça m'a surprise alors je suis entrée dans la première pièce que j'ai vue. »

Je hochais doucement la tête, reprenant lentement mais sûrement mes esprits. Si on m'avait dit que Mortissia Evenblood travaillerait à Poudlard un jour, je ne l'aurait pas cru. Elle, qui haïssait lois et consignes, travailler pour faire respecter l'ordre aux jeunes ? C'étaot presque incompréhensible qu'elle ai changé à ce point. Je passais un doigt sur la petite cicatrice que j'avais sur la mâchoire, fermant brièvement les yeux pour m'assurer que je ne rêvais pas. Non... Elle était réelle. Mais son excuse, elle, ne valait rien. Et j'avais bien compris qu'elle ne voulait pas dire la vérité. Ben soit. L'ex Gryffone me demanda ensuite comment j'allais.

Je devais reconnaître que c'était une bonne question. J'étais heureuse avec William, mon travail me plaisait, je n'avais pas de soucis d'argent... L'affaire sur laquelle je travaillais avançait.. Et surtout, j'assumais enfin. J'assumais la monstruosité de mon coeur, le plaisir que je tirais de la souffrance des autres. Ce que je rejetais depuis près de sept ans, je l'acceptais enfin. Un vague sourire aux lèvres, je parlais pour la première fois.

-Bloodie ! Tu. Tu, c'est bien. Et "Tu" vas très bien, merci ! Je lui adressais un sourire, heureuse de la voir en pleine forme.

Malgré nos différents, j'aimais bien cette gamine qui avait la fâcheuse tendance de me rappeler ma propre adolescence, toute aussi tumultueuse. À l'exception près qu'elle n'avait tué personne... J'avançais doucement vers elle et repassais une mèche de ses cheveux derrière ses oreilles. Prise d'un élan de bisounoursisme, je la serrais contre moi, avant de me reculer, souriante. J'étais contente. Peut être avait elle fait les bons choix, rencontrer les bonnes personnes...

Tss tss tss.. ajoutais-je d'une voix sucrée, Quand est-ce que tu vas enfin te décider à changer de couleur ? Auburn, voilà qui serait mieux... Ou alors un bordeaux sombre..

Je soupirais, et retournais m'asseoir dans mon fauteuil, en tailleur. Je claquais des doigts et Schiavo apparut, un plateau avec une bouteille de champagne et deux coupes posées dessus dans la main. Il me servit un verre, et un deuxième qu'il apporta sagement à Nemesis avant de disparaitre à nouveau. À croire que le sortilège #Doloris commençait à faire effet sur lui...
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis Whisper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Nemesis Whisper, Ven 29 Aoû 2014 - 20:50


Nemesis observait son ancienne prof se caresser la mâchoire tout en fermant les yeux, s'en était presque flippant. *C'est toi qui est flippante.* Se rattrapant juste avant de répondre à haute voix, elle secoua simplement légèrement son visage comme pour chasser un insecte qui s'amuserait à voler autour. Valentina, elle, semblait mettre un temps à répondre à sa question pourtant si simple. Allait-elle bien ? Que ce soit le cas ou pas, cette question était souvent posée par pur politesse et il était vrai qu'actuellement, dans son état encore légèrement mal à l'aise, Nemesis n'en avait rien à foutre. Alors que la blonde lui répondait qu'elle allait bien, cette dernière l'appela par un surnom bien ancien. "Bloodie". Souriant pour répondre à celui du professeur, l'ex gryffy arqua un sourcil en la voyant s'approcher pour replacer une mèche de ses cheveux derrière son oreille. Habituellement, elle détestait que quelqu'un d'extérieur à elle même ne la touche. Cependant elle venait de débouler comme une furie dans la pièce en dérangeant son ancienne prof', elle pouvait donc faire un effort. *Attention elle est peut-être devenue lesbienne. -Rire- * La jeune femme à la chevelure sanglante n'avait rien contre ça. Chacun était libre d'aimer qui il voulait. *Tu es sûre que tu n'es pas une sang de bourbe miss tolérance ?* Espèce de petit c... Soudain, Valentina enlaça l'ancienne élève qui n'eu d'autre choix que de lui rendre l'étreinte. Situation très, très étrange. Néanmoins, elle sentait toujours aussi bon. Elle avait pus sentir ton parfum le jour où elle s'était rendu dans son appartement et où elle avait parlé très près d'elle. Prenant un instant pour profiter de l'étreinte qui n'arrivait pas tout les jours, Nemesis poussa un petit soupire, ce simple geste l'aillant fait oublier les moqueries des élèves.

Cependant, lorsque la blonde se retira tout en lâchant une remarque sur ses cheveux, la jeune femme eu un véritable sourire. Énormément de gens avait l'idée que l'ancienne gryffondor s'amusait à teindre ses cheveux en un rouge sang parfait. Néanmoins, elle les avait ainsi depuis toujours, aussi loin qu'elle se souvienne, et l'idée d'y toucher ne lui plaisait pas. *En revanche tu peux les couper !* Levant les yeux au ciel face à cette idée grotesque, ils n'étaient pas si long ils lui arrivaient sous la poitrine, Nemesis rabaissa ses yeux vers Valentina qui était partie s'installer sur un fauteuil. La jeune femme sursauta à l'apparition d'un elfe de maison qui avait l'air peureux. Fronçant légèrement les sourcils, elle accepta la coupe en murmurant un petit « Merci » suivit d'un faible sourire avant que la créature ne disparaisse de nouveau. Voilà une autre idée qui ne lui était jamais venu à l'esprit, avoir un elfe. *Pourquoi pas ?* C'est inhumain d'avoir des esclaves. * Cette fois ci c'est sûr, tu es une sang de b...* *Mais tu vas la fermer ?!* Grimaçant immédiatement à cette soudaine monté d'écho dans sa tête, Nemesis lâcha le verre encore plein qui se brisa sur le sol avant de se tenir le front douloureux. Néanmoins, elle se rendit compte rapidement de sa bêtise et abandonna sa pauvre tête pour s'agenouiller et tendre sa petite main frêle au dessus du verre brisé. « Reparo.. » La magie de la jeune femme, invisible à d'autres yeux que les siens, englobèrent les morceaux de verre pour les recoller entre eux. Une fois le verre reconstitué, Nemesis le saisit et passa simplement sa main au dessus du sol en pensant simplement à un Récurvite pour éliminer toute trace du liquide.

Poussant un soupire, les voix dans sa tête maintenant calmés, l'ancienne élève releva son regard obscure vers son extrême contraire. Les yeux de Boccini étaient presque translucides. Elle pinça ses lèvres l'air désolée et se remit sur ses pieds pour aller déposer le verre à présent vide sur la table basse en face du fauteuil de la blonde. Nemesis, elle, prit place sur le fauteuil d'à côté en se tortillant les doigts, le regard baissé. Elle n'aurait pas du accepter le poste. Forcément que les élèves se moquaient d'elle puisqu'elle était gentille et peureuse dès que quelqu'un la prenait de haut. Mais si jamais une crise la prenait ? La même qui l'avait poussé à mettre à feu et à sang la boutique d'Ollivander's ? *Ah non hein ! C'est loin tout ça, tu oublies !* Impossible. A chaque fois qu'un élève la regarde mal, un Doloris lui chatouille le bout des doigts. Ils ne savent pas, ils ne comprennent pas, c'est ça qui les rassure face à elle. Ils ne la connaissent pas.

- Je n'aurais pas du accepter le poste...
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Valentina Boccini, Sam 30 Aoû 2014 - 0:48


Il y avait chez Mortissia quelque chose quo m'avais toujours troublé. Un rien de pensif, comme si elle se parlait à elle même. C'était étrange, quoi que pas tant que ça. Après tour, chacun avait des propres secrets. Elle était peut être folle, j'étais une meurtrière. A deux reprises, j'avais pris la vie. Et j'avais torturrer tant de fois, brisé tant d'esprit... Un sourire léger marqua mon visage alors que je trempais les lèvres dans le breuvage. Quelqu'un avait dit un jour qu'il s'agissait du nectar des étoiles. Que le champagne, c'était la voie lactée en bouteille. Je ne pouvais qu'approuver. Les bulles pétillèrent sous ma langue et l'ennivrant parfum de cet alcool réputé me fit fermer les yeux. Un moment de détente, de retrouvailles avec une ancienne élève devenue femme. Je ne pouvais qu'être contente.

Changeant d'avis, je défis ma queue de cheval et des mèches blondes vinrent onduler le long de mes joues. Je contemplais la jeune femme, celle que j'avais toujours surnommé Bloodie. Son chignon lâche retenait à grand peine ses longs cheveux couleur de sang. Ses yeux étaient ceux que j'avais connus, d'une belle teinte charbon, comme ceux des hommes de ma famille. Couleur ténèbre. L'impression de plonger dans des profondeurs abyssales, de nager dans le coeur de la nuit. Cette sensation, je ne la trouvait plus depuis que je ne vivais plus à Florence, c'était chez moi. Elle m'offrait un peu de chez moi, par la simple couleur de ses yeux..

BAM !

Le verre vola en éclat et le liquide aspergea le sol. Buvant une nouvelle gorgée de ma propre boisson, je regardais avec un sourire la jeune Gryffonne nettoyer son erreur. Elle n'utilisa pas de baguette, comme je m'y attendais. Sa magie n'avait fait que croître, ces dernières années, et j'eu un regard bienveillant. Elle avait travaillé dur pour parvenir à ce résultat. Je trouvais vraiment ça bluffant. Elle eu un regard gêné vers ma personne avant de prendre place dans un des moelleux fauteuils de la Salle des Professeurs. Elle posa le verre maintenant vide sur la table, et un voile pensif tomba devant ses yeux ténébreux. Je ne voulais pas troubler ses pensées.

D'un claquement de doigts, j'appelle Schiavo. Mon elfe de maison apparait, une passoire sur la tête. Exaspérée, je lève pes yeux au ciel et d'un petit geste de ma baguette, il se retrouve propulsé contre le mur. La passoire tombe au sol, et la créature se plie de douleur, les yeux injectés de sang, cherchant désespérement de l'air. Je finis par relâcher la pression que j'exerçais sur ses poumons, lui permettant à nouveau de respirer. Je fronce les sourcils et désigne d'un geste le verre vide de Mortissia. Aussitôt, l'esclave se relève et verse du champagne dans la coupe, avant de s'incliner profondément.

Cercherà Speranza. Subito. E porta il filtro*

L'ordre était sec. C'était ce que je voulais.

Sì Mistress. Immediatamente Mistress**

Dans un CRAC ! il disparait. En attendant, je laisse mes doigts pianoter sur le fauteuil. Quand Bloodie me fait la remarque qu'elle n'aurait pas dut accepter le poste, je hausse un sourcil. Pourquoi pense-t-elle cela ? Pourquoi pense-t-elle qu'elle n'aurait pas dut revenir à Poudlard, revenir parmi nous ? J'avoue ne pas comprendre. Je m'apprête à répondre quand Schiavo revient, tenant dans ses maigres bras un Speranza furieux d'avoir été réveillé. Quand l'elfe le pose sur mes genoux, mon serpent s'enroule autour de mon bras, posant sa tête dans mon cou, se rendormant aussitôt. Je souris, effleurant ses écailles de la main, renvoyant l'elfe de maison d'un geste.

Pourquoi dis-tu ça ? Tu sais, Bloodie, Poudlard est au coeur de tous les évènements, ces temps-ci...



____________________

*-Va chercher Speranza. Tout de suite. Et emporte la passoire. en italien
**-Oui Maîtresse. Tout de suite Maîtresse. en italien
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis Whisper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Nemesis Whisper, Sam 30 Aoû 2014 - 1:44


Ce que Nemesis appréciait le plus chez son ancienne professeur, c'était son acceptation du silence. Lorsqu'elle était plus jeune, l'ex gryffondor n'aimait pas le vide sonore. Elle avait peur du silence car il criait la vérité. Mais à présent, maintenant que ses pouvoirs s'était décuplés et, qu'en plus d'entendre des voix, elle avait des visions, elle ressentait un besoin presque vital d'avoir sa dose de silence journalière. Juste 10min de calme et de paix. C'était trop demandé ? Apparemment pas puisque la blonde ne lui posait aucune question sur son attitude. Soudain, un petit crac résonne dans la pièce et l'elfe de maison vue plutôt réapparaît avec une passoire en guise de chapeau. Nemesis souris malgré elle, le trouvant presque adorable mais son plaisir fut gâcher bien vite par la vision de la petite créature volant à travers la pièce pour aller s'écraser contre le mur, luttant pour respirer. *La connasse !* Fronçant les sourcils, la jeune femme aux yeux ténébreux les tourne en direction de la propriétaire de l'elfe qui le pointe de sa baguette. Mais pourquoi ? Tendant sa main presque malgré elle vers Valentina, elle lui saisit le poignet, sans emmètre de pression, et ancre son regard dans le sien comme pour lui demander silencieusement d'arrêter la torture. *Elle fait bien, il a l'air con comme un troll.* Néanmoins, la supplication silencieuse semble fonctionner puisque, quelques secondes plus tard, la créature reprend son souffle difficilement. Relâchant le poignet de la blonde, Nemesis s'enfonce dans le fauteuil en tortillant ses doigts, ses mains jointes sur ses cuisses serrées.

Aillant cette fois ci du mal à retrouver le sourire quand l'esclave lui resserre à boire, elle murmure simplement un « Merci beaucoup... » avant d'écouter la blonde parler en italien. Si l'ancienne rouge et or sait parler correctement le français ainsi que l'anglais, elle ne connait pas un mot d'italien. Pourtant, les langues la passionnent. Pour être honnête, elle adore écouter les gens parler si chaque mot glisse doucement entre les lèvres du détenteur de la voix. Nemesis est très sensible au son qui l'entoure et c'est pour cela que l'ordre de son ancien prof' lui provoqua un frisson le long de sa colonne vertébral. Son regard ténébreux remonta jusqu'à son visage sans imperfections, cette femme avait toujours été un secret pour Nemesis. Elle n'était pas bonne, ses intuitions ne la trompaient jamais. Mais elle se sentait étrangement bien auprès d'elle, pourquoi ? *Parce que tu n'es pas pure toi non plus.* Jamais elle ne ferait du mal à qui que ce soit par plaisir. C'était ta faute pour Ollivander's ! *Quelle mauvaise fois. Assume le d'être tarée une bonne fois pour toute. Le dénie c'est la première étape du deuil tu sais.* « La ferme ... » Cette fois, son regard s'était accroché à un point invisible en direction du verre de champagne, et ses ongles était enfoncés dans l'accoudoir du fauteuil. Elle se fichait bien que la blonde l'entende cette fois. Un nouveau crac fait sursauter la jeune femme qui, relevant la tête, observe l'elfe avec un magnifique serpent dans les bras. Nemesis ressens immédiatement l'envie de le toucher mais, de par expérience avec Azur, elle sait que les serpents sont des animaux qui supporte mal le toucher d'autre personne que leur maître.

Valentina lui parle de Poudlard et des événements, mais elle n'écoute déjà plus. Ses yeux s'ancrent dans ceux du reptile. *Neme', tu veux pas aller te reposer ?...* Non, elle se sent bien là. En réalité, la blonde et elle avait beaucoup de point commun, pourquoi ne s'en était-elle jamais rendu compte ? Même si le coup de la torture sur son elfe tantôt lui restait en travers de la gorge, Nemesis n'arrivait pas à détester Boccini actuellement. Fixant toujours le serpent comme si plus rien n’existait autour d'elle, l'ancienne gryffondor chuchota, donnant l'impression de confier un secret.

- Les serpents sont des êtres très émotifs malgré leur apparence froide .. C'est comme les humains.. On pense qu'il ne ressentent rien parce qu'ils en donnent l'impression.. Seulement l'impression..

Elle se parlait certainement toute seule actuellement, ses paroles n'était dirigé vers personne en particulier. Néanmoins, poussant un petit soupir, détendue par la vision du reptile, Nemesis saisit le verre pour en boire enfin une gorgée. Elle ne buvait pas d'alcool, jamais, mais une fois n'est pas coutume. Relevant son regard vers Boccini, elle se rendit compte qu'elle avait ignoré ses paroles tantôt. Croisant sa jambe droite par dessus la gauche, l'ancienne gryffy s'enfonça de nouveau dans le fauteuil en fixant le mur d'en face.

- J'ai peur de .. *Ne dit pas ça..!* .. replonger.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Valentina Boccini, Dim 31 Aoû 2014 - 18:25


Faisant fit du dégoût de Bloodie quand à ma réactionnface à mon elfe, je caressais les fines écailles vertes de Speranza, tandis qu'il s'enroulait autour de mon bras et mon cou. Lorsqu'il capta l'air en douceur, sa langue vint frôler ma jour. Je n'étais pas Fourchelang, mais j'avais l'impression irréelle qu'il me sifflait des mots doux. La relation qui m'unissais à mon serpent était fusionnelle. Malgré la barrière de la langue, j'avais appris à reconnaitre chacune de ses habitudes comportementale et devinais ce qu'il avait à me dire. Et en ce moment, il était bien.

Le regard de l'ex rouge et or se posa sur le python vert amoureusement accroché à moi,  ses yeux jaunes mis clos fixant la belle devant moi. Elle semblait hypnotisée, captivér par la beauté de Speranza. Cela dit je pouvais la comprendre. Il était rare de voir un python vert en liberté, et encore plus rare de le voir serpenter dans Poudlard. Mortissia ferma les yeux, et je comprs qu'elle réfléchissait. Je gardaus le silence, la regardant du coin de l'oeil avant qu'elle ne déclare :

- Les serpents sont des êtres très émotifs malgré leur apparence froide .. C'est comme les humains.. On pense qu'il ne ressentent rien parce qu'ils en donnent l'impression.. Seulement l'impression..

Et ils ont un caractère. Speranza est terriblement fainéant.


Je hochais doucement la tête. En effet, les apparences sont trompeuses. J'en suis l'exemple vivant. Un ange par mon physique, un monstre par mon caractère. Mon serpent aussi avait ses émotions, qu'il me faisait passer par ses sifflements. Mais elle n'avait pas répondu à ma question. L'éludait-elle volontairement ? Lui était-elle sortie de l'esprit ? Qu'importe. Elle finit par me déclarer qu'elle avait peur de replonger. Je me levais doucement, détachais le reptile qui s'était maintenant endormit et le posait sur les genoux se Bloodie avec un clin d'oeil. Je finissais ma coupe de champagne avant de renfiler mes talons, me faisant gagner une dizaine de centimètre. J'allais droit vers la porte. Je l'entrouvrais et jetais un coup d'oeil discret à l'extérieur. Il n'y avait personne. J'informulais un #Collaporta.

-#Immugio


Ce sortilège là allait insonoriser la salle, empêcher que quiconque n'écoute à la porte, même armé d'oreilles à rallonge. Personne ne devait entendre ce qui allait se dire désormais. Mortissia était comme moi. Elle avait des secrets à cacher, et aujourd'hui, plus qu'auparavant, peut être serait-elle mieux disposer à se confier à moi. Je n'avais aucune mauvaise intention envers elle. Je voulais la soulager d'un poids. Point. Je regagnais le fauteuil et m'y installais à nouveau, contemplant Speranza qui s'était roulé sur lui même, sur les genoux de ma Bloodie.

-Personne ne peut nous entendre maintenant. Alors si tu veux parler, fais le. Je pourrais te confier un secret en échange.
Revenir en haut Aller en bas
Nemesis Whisper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Nemesis Whisper, Lun 1 Sep 2014 - 0:54


Boccini révéla à l'ancienne rouge et or que son serpent était un grand fainéant, cette information fit sourire Nemesis malgré elle. La relation que la blonde semblait avoir avec son serpent lui rappelait étrangement celle qu'elle avait elle même avec Azur, son serpent d'argent. Ce qui avait tout de suite plu à la jeune Evenblood à l'époque était la singularité du reptile, si les cheveux de l'enfant était d'un rouge sang étonnant, les écailles de son petit serpent étaient, elles, étrangement argenté. Son parrain lui avait toujours assuré que c'est ainsi qu'il était né et qu'aucun sortilège ne lui avait été administré. Sans comprendre pourquoi, Nemesis observa son ancienne professeur se lever et déposer son animal de compagnie sur ses propres cuisses serrées. Levant lentement les sourcils, elle remarqua son clin d'oeil et pinça doucement ses lèvres en laissant le bout de ses doigts frôler les écailles du reptile. Celui ci ne semblait pas dérangé par ses caresses puisque, déjà, il se roulait en boule pour continuer sa sieste. *Serpentard t'aurais plu.* Relevant son regard ténébreux vers la blonde, elle fut étonnée de la voir lancer des sortilèges en direction de la porte avant de revenir s'installer comme si de rien était. Sa démarche était gracieuse et, l'espace d'un instant, Nemesis ne put s'empêcher de la fixer. Cette femme inspirait le respect et l'admiration alors qu'avant elle ne la voyait que comme une idiote qui se prenait pour la reine d’Angleterre.

- Personne ne peut nous entendre maintenant. Alors si tu veux parler, fais le. Je pourrais te confier un secret en échange.

Mordillant doucement sa lèvre inférieur, la jeune femme baissa le regard vers le python en passant, presque religieusement, ses doigts sur son corps froid. Pourquoi pas, après tout ? *Tu vas tout de même pas te confier à... elle ?* Levant les yeux au ciel, Nemesis poussa un soupire exaspérée. Elle faisait ce qu'elle voulait et disait ce qu'elle voulait à qui elle voulait. Clair ? *Mhm...*  Bon. Relevant ses yeux sombres vers leurs extrêmes contraires, la jeune femme à la chevelure sanglante pris une légère inspiration avant de prendre la parole.

- C'est moi qui ait ravagé Ollivander's pendant l'attaque à Poudlard ... Je sais pas pourquoi j'ai fais ça je... Je voulais pas et... Parfois ... J'ai l'impression que je... Enfin... *Balayant cette phrase d'un geste désinvolte de la main, elle secoua doucement la tête en même temps.* De toute façon c'est loin tout ça mais ... Parfois, j'ai l'impression que je pourrais tuer quelqu'un juste en le regardant et ... *Ses yeux baissés, elle cligna plusieurs fois des cils avant d'ancrer de nouveau son regard à présent humide et à l'air perdu dans celui de Valentina.* ... J'ai peur de moi même ...

Elle venait de lâcher trois idées importante : L'attaque de la boutique. Ses changements soudains de comportements la poussant à la folie et, enfin, son sentiment de perte quoi qu'elle fasse. Nemesis s'était toujours sentit comme une fumé qui s'évapore au hasard, égarée entre ce monde et nul part à chercher le chemin pour effacer trop de chose de sa mémoire. *Genre moi ?* Parfois, oui. Elle aimerait bien être seule avec le silence pour compagnon. A force elle ne savait plus qui elle était réellement. A porter trop de masque, on ne reconnait plus son vrai visage. Elle ne se rendit compte qu'elle pleurait que lorsqu'une goutte d'eau mouilla ses lèvres. Elle monta rapidement une main à ses yeux pour les essuyer brièvement avant de renifler, le regard baissé vers le sol. Boccini allait la trouver ridicule, elle même qui s'était moqué d'elle avec l'histoire de Lorenzo. Mais là encore, elle ne se reconnaissait pas à travers ses gestes et ses paroles passées. Néanmoins, elle ressentit le besoin d'ancrer de nouveau son regard dans celui de la blonde pour marmonner - Je suis désolée...- avant qu'un sanglot ne la prenne et réveil le reptile.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Valentina Boccini, Lun 1 Sep 2014 - 13:41


Mortissia allait-elle se confier ? Cette simple question tournait dans ma tête tandis que je défaisais à nouveau mes escarpins, le laissant choir au sol avant de m'installer confortablement dans le fauteuil, l'esprit tourné vers l'intérieur. J'avais ces derniers temps de quoi être préoccuper. Maintenant que j'avais retrouvé le kidnappeur de ma mère, j'allais pouvoir la retrouver, et surtout régler son compte à l'homme qui avait tenté de détruire toute la famille Boccini. À cause de lui, j'avais tué mon frère, mon père avait été tué, il avait lâchement assassiné ma tante et marraine, et avait exterminé la famille de ma cousine. Il s'en était prit à moi, m'avait empoisonnée. Et sans William, je serais morte. Morte au fond de cette ruelle, à Pré-au-Lard. Mon corps aurait été découvert par un des commerçants ou peut être même par un de mes élèves. Je ne serais pas là, face à Bloodie, je ne pourrais pas tenter de l'aider à se comprendre. Elle m'avait dit avoir peur de replonger. De quoi parlait-elle ? Alcool ? Drogue ? Crime ? J'avais touché au trois. Je restais désormais sobre, si ce n'est que torturer me plaisais. Je ne buvais plus, ne fumais plus. Une parfaite petite professeure. Ah ah.

Mortissia semblait livre un combat intérieur, un cruel dilemme entre se confier où ne pas en parler. de toute façon, cela ne me regardait tout simplement pas. C'est vrai. Mais j'avais un vécu, et je pouvais peut être l'aider à analyser la situation, à trouver une solution à ses problèmes. Elle avait refusé mon aide, il y a quatre ans. Pourtant, elle était totalement différente de l'adolescente rebelle avec qui j'avais discuté. Elle semblait plus mûre, plus calme. C'est donc sans grande surprise que je l'écoutais commencer à parler.

- C'est moi qui ait ravagé Ollivander's pendant l'attaque à Poudlard ... Je sais pas pourquoi j'ai fais ça je... Je voulais pas et... Parfois ... J'ai l'impression que je... Enfin... Elle balaya cette phrase d'un geste désinvolte de la main, et secoua doucement la tête en même temps. De toute façon c'est loin tout ça mais ... Parfois, j'ai l'impression que je pourrais tuer quelqu'un juste en le regardant et ... Les yeux baissés, elle cligna plusieurs fois des cils avant d'ancrer de nouveau son regard à présent humide et à l'air perdu dans le mien.  ... J'ai peur de moi même ...

Oh, je connaissais cela. Je la fixais dans les yeux, mes prunelles translucides se heurtant aux siennes, abyssales. J'essayais d'analyser sa peur, se qu'elle ressentait. J'ignorais que nous nous ressemblions tant. Ce n'est que très récemment que j'avais fini par accepter le fait que j'étais bel et bien un monstre. Un ange par mon physique, un démon par mon coeur, noir. Noir de sang. Car c'est la douleur qui avait fait de moi celle que j'étais aujourd'hui. Celle qui étais capable de regarder un homme dans mes yeux tout en le tuant à petits feux. Je n'aimais pas prendre la vie. J'aimais torturer, faire souffrir. Assassiner me dégoûtait. Pourtant, avant la fin de la semaine, j'allais mettre fin à la vie d'un homme. Mortissia éclata en sanglots. Alors ça je be m'y attendait pas. Je me levais, ma prenais dans mes bras. Je savais. Voilà tout.

Je suis désolée..

Je resserrais mon étreinte. Étais-je donc la seule personne à me soucier du bien être de Bloodie ?! Et puis je me rappelais du mot qui avait été laissé sur la panneau d'affichage des professeurs. La nouvelle concierge s'appelait "Nemesis Whisper"... Elle avait donc choisi une autre identité. Je ne pouvais tout simplement qu'approuver. Je chuchotais un : "Chut...", que je voulais rassurant. Je n'avais jamais été très douée pour réconforter les gens qui m'entouraient.

Ne t'excuse surtout pas. je pris une lente inspiration avant de poursuivre. Tu sais, ma belle, je sais ce que c'est. Mais tu ne dois pas avoir honte. Malgré ces répercutions sur ton quotidien, cela fait parti de toi. Et quand je te dis que je sais ce que ça fait, tu peux me croire. Je suis exactement comme toi. Je ne suis pas un ange, malgré les apparences..

Oui, j'étais pareille. J'étais atteinte d'hypersensibilité qui déclenchait mes pulsions. J'étais capable de détruire une personne psychologiquement par mes mots, des mots de rages que je ne pensais pas. Ça allait mieux depuis William. Parce que je l'aimais vraiment, et je ne voulais pas le perdre.  Souriant doucement à Bloodie, j'achevais ma tirade :

Il faut simplement que tu apprenne à faire taire tes démons.




Revenir en haut Aller en bas
Nemesis Whisper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Nemesis Whisper, Lun 1 Sep 2014 - 19:31


A présent secouée de sanglot comme une enfant, Nemesis posa ses coudes sur ses cuisses sans toucher le serpent pour pouvoir cacher son visage blanc dans le creux de ses mains. Néanmoins, contrairement à ce qu'elle aurait cru de Boccini, celle ci vint presque immédiatement l'entourer de ses bras. Encore ce parfum rassurant. *Elle est mauvaise !* Pas actuellement, non. Pas avec elle. Et puis même si elle l'était, quel serait le problème ? L'ancienne gryffondor elle même avait fait des choses regrettables. *Pas de ton plein gré contrairement à elle.* Tu ne la connais pas. *J'en sais plus que toi !* En effet, sa Petite Voix avait la faculté de lui apprendre des choses sur les gens que Nemesis elle même ne savait pas. Beaucoup parlait de prémonitions, d'autres de visions, pourtant c'était simplement comme un moineau qui chuchotait à son oreille. Plaquant ses paumes contre ses oreilles comme pour stopper la dispute par ce simple geste, elle sentit l'étreinte de la blonde se resserrer autour d'elle alors qu'elle se laissait elle même glisser contre le corps féminin pour se blottir contre celui ci. Jamais Nemesis n'avait eu un contact aussi proche avec une autre femme, son Parrain l'avait déjà enlacé forcément, mais n'aillant ni mère, ni soeur, ni rien de ce genre elle n'avait jamais osé avoir un geste aussi rapprochée avec une amie. C'était tellement plus tendre que des bras d'hommes. L'ancienne Gryffy entendait des "Chut" presque inaudible, mais aillant son visage juste en dessous de celui de Valentina, elle se laissa bercer alors que le Serpent observait la scène d'un oeil curieux.

- Ne t'excuse surtout pas. Un silence, comme ci la suite de cette prise de parole était difficile à annoncer. Tu sais, ma belle, je sais ce que c'est. Mais tu ne dois pas avoir honte. Malgré ces répercutions sur ton quotidien, cela fait parti de toi. Et quand je te dis que je sais ce que ça fait, tu peux me croire. Je suis exactement comme toi. Je ne suis pas un ange, malgré les apparences... Un simple sourire, alors que les yeux de ténèbres se relevaient vers elle, et elle termina. Il faut simplement que tu apprenne à faire taire tes démons.

Faire taire ces démons ..? Elle aimerait bien, parfois. Mais toutes les fois où elle a essayé de se débarasser de ce qui la rongeait, ça faisait l'effet inverse. *Chasse le naturel, et il revient au galop.* Elle n'était pas un ange alors ? Néanmoins, ça, elle s'en doutait. Mais si Boccini lui disait une chose pareille c'était peut-être qu'elle la pensait être une mauvaise personne ..? L'était-elle réellement ? *Non.* Rabaissant ses yeux vers un point invisible en direction du sol, elle renifla une dernière fois alors que ses sanglots semblait s'apaiser. Nemesis monta sa main blanche jusqu'à ses joues pour se les essuyer. Avalant difficilement sa salive, la nouvelle concierge releva son regard vers le professeur de DCFM.

- Comment ..? Quand ils n'hurlent pas dans ma tête c'est ma magie qui brûle mes veines à chaque fois qu'on me pousse à bout.. J'ai peur de craquer .. Je n'aime pas faire du mal aux gens .. Je n'suis pas comme ça ..

Alors elle s'en faisait à elle même. Nemesis n'avait jamais aimé la violence, depuis qu'elle était à l'orphelinat elle souffrait des violences verbales et physiques des autres. Tantôt sur son physique, tantôt sur ses pouvoirs et son comportements peu communs. Elle aurait pu se servir de toute cette souffrance pour la redistribuer, bien sûr. Faire souffrir les autres juste par un simple regard, avec un peu d'entraînement et de volonté, elle peut y arriver. Mais jamais une chose pareille ne lui viendrait à l'esprit. *Sainte Nemesis, mère d'innocence et de miséricorde.* Pinçant ses lèvres, la jeune femme poussa un soupire et baissa de nouveau les yeux. Elle aurait pu être mauvaise. Elle aurait pu. La potion râté de Violaine avait fait ressortir tout le mal en elle. Elle avait même torturé une pauvre souris avec une Serpentard. A cette idée, la culpabilité se mit à la ronger. *Ce n'était qu'une souris.* Un être vivant. D'ailleurs, pourquoi Boccini lui disait-elle qu'elle aussi n'était pas un ange ? Se redressant, les sourcils légèrement froncés, pour avoir son visage à hauteur de celui de la blonde, la jeune femme marmonna.

- Qu'as tu fais ...?
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Valentina Boccini, Lun 8 Sep 2014 - 21:53


Excuse la courtesse et la nulitude du RP (fin tu m'as comprise)

Ce geste simple, cette étreinte, me rappelais tout ce que je n'avais pas eu. La détresse que je pouvais lire dans les yeux de Mortissia était en tout point la même que celle que j'avais éprouvée lors de mes dix sept ans. Elle avait mal et cette douleur me blessais aussi. Car je me savais incapable de l'aider comme j'aurais aimé pouvoir le faire. Je n'avais jamais su m'y prendre pour ce genre de chose. Alors je me contentais de la serrer dans mes bras, et mes pensées se tournèrent tout naturellement vers ma mère. Maman.
Elle qui avait été si forte et si belle. Je l'avais vu se détruire en quelques minutes. Son regard s'était vidé de toute la tendresse dont il débordait à l'accoutumée, pour prendre la couleur terne et grise des brumes d'automnes. Je me souviens bien de cette haine qui avait suinté de ses traits avant qu'elle ne devienne plus qu'une poupée morne et sans vie. Elle restait tout le temps sur ce rocking-chair en acajou, près de la fenêtre. La perte de son fils n'avait pas arrangé les choses. Je plaide coupable, votre honneur. Ce fils, je l'avais tué.

Tissia avait toujours été du genre a cacher sa souffrance derrière nombre de sourires factices. Hors là, elle n'allait pas bien et ne pouvait pas le cacher éternellement. Ce qu'elle m'avait dit ne me troublait qu'à peine. Elle avait braqué Ollivanders ? J'espérais seulement qu'elle ne se ferait pas prendre, car même si c'était mal, elle n'était pas consciente lorsque c'était arrivé, et ça, je l'avais bien compris. Elle méritait plus un aller simple pour Sainte-Mangouste plutôt qu'un billet pour Azkaban. Je taisais cette dernière pensée avec un petit sourire. Tout en plongeant ces iris noirs dans les miens, elle prit à nouveau la parole.

- Comment ..? Quand ils n'hurlent pas dans ma tête c'est ma magie qui brûle mes veines à chaque fois qu'on me pousse à bout.. J'ai peur de craquer .. Je n'aime pas faire du mal aux gens .. Je n'suis pas comme ça ..

Je hochais doucement la tête. Elle était parfaitement sincère, les regrets salissaient ses traits fins. Je n'aimais pas les regrets. C'était se retourner pour embrasser le passé en dénigrant le présent et en menaçant le futur. Les regrets, ce n'étaient que des chaines qui vous maintenait loin de tout, loin d'aujourd'hui. Je n'aimais pas la voir prisonnière de ses souffrances. Je fermais brièvement les yeux. Je me retrouvais soudain avec son visage face au mien. Son marmonnement me fit doucement sourire.

-Qu'as-tu fais ... ?

Que répondre à cela ? Du mal. J'avais fait beaucoup de mal. Mais enne pouvais tout simplement pas l'exprimer ainsi. "tiens Bloodie, je suis une meurtrière, et mon copain aussi par la même occasion ! ". Non, je ne pouvais décemment pas faire cela. Il fallait donc que je trouve le moyen de lui dire la vérité sans pour autant aggraver mon cas à ces yeux. Lors de ses années collège, Mortissia ne m'avait pas portée dans son coeur, bien que j'ai tenté à plusieurs reprises de l'aider à s'en sortir, lorsqu'elle avait eut ce brusque changement de caractère. Elle avait quand même frappé un élève en plein cours ! Et cassé la table du salon ! Elle avait tenté de s'affirmer comme presque toutes les adolescentes mais je soupçonnais quelque chose de plus grave. Je haussais donc les épaules avant de déclarer, parfaitement calme :

J'ai tué mon frère, il y a sept ans de cela.

Bien sur, ce n'était pas tout, mais cela suffirait à justifier mes paroles précédentes. Après tout, c'était la vérité. Je l'avais tué, bien qu'involontairement. Je soupirais et tentais un petit sourire à l'adresse de l'ex rouge et or. Je marchais sur des braises.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Invité, Jeu 16 Avr 2015 - 22:45


HRPG: sujet non "utilisé" depuis septembre alors je me suis permise de rp ici.

Rp avec Face Lightwood


Lyria avait passé sa soirée à réviser dans la salle commune seule dans son coin. Quand il n'y eut presque plus personne, la jeune femme avait prit place dans les canapés afin d'y être plus à son aise. Toute à ses cours, elle n'avait pas remarqué les heures s'écouler. La tension de ses muscles et sa position lui entraînèrent des douleurs au niveau du coup et des bras, afin de se relaxer un peu elle s'appuya au dossier du canapé.

*5-10 minutes ça ne fera pas de mal, et après je m'y remet un peu. *

Malheureusement, comme on peut s'en douter, les 5-10 minutes se transformèrent bientôt en une heure puis deux. Soudain un bruit dans la salle commune réveilla la jaune et noire, comprenant qu'elle s'était assoupie elle se maudit intérieurement avant de chercher la source du bruit. Voyant une élève qui venait, à priori, des dortoirs prendre la direction de la sortie de la salle, elle se leva.

*Mer**, elle va faire quoi ? Si elle se fait choper on va perdre les points... *

Hésitante, la brune regarda l'entrée de la salle co' et finit par partir à la recherche de sa camarade. Par chance pour Lyria, la jeune femme n'était pas rendu loin. Pressant le pas, elle l'interpella aussi discrètement possible. Bien qu'avec le silence, on ai l'impression que tout les sons sont amplifiés, la septième années s'adressa à la poufsouffle.

Hé !! Tu fais quoi la ? Tu te rend compte que tu vas t'attirer des ennuis?

La jeune femme avait finit par la rejoindre, non sans avoir peur de se faire choper. Il est vrai que ce n'était pas dans les habitudes de la demoiselle de sortir de son dortoir, ou d'enfreindre les règles du collège. Seulement cette fois, elle avait voulu le faire pour éviter de plus gros ennuis à sa maison.

*Bon bah me reste plus qu'a faire en sorte de la convaincre de rentrer, quoi que... C'est amusant de faire autre chose que suivre les règles pour une fois.*

Surprise par elle même, elle se mit à afficher un petit sourire fugace, avant de refixer la jaune et noire devant elle d'un air des plus sérieux. Seulement, sa camarade ne s'était pas arrêtée,Lyria se demanda si elle l'avait écouter. Alors, pousser par sa conscience et, elle n'allait pas se mentir, par un peu d'adrénaline, la brune continua de la suivre. Avec un hoquet de stupeur, la septième année se rendit compte qu'elles étaient en direction de la salle des profs.

* C'est quoi ce plan.. *
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
avatar
Invité

Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Invité, Dim 19 Avr 2015 - 17:46


Quand la pouffy s'adressa à elle, Lyria sentit la détermination dans ses propos. Elle était d'accord avec elle dans le fond, les nouvelles règles n'étaient pas des plus raisonnables à ces yeux non plus. Bien que tout ceci ne la concernait pas spécialement. Il était vrai qu'ici, elle avait peu d'amis et ne sortait pas beaucoup de la salle commune. Donc les règles sur les petits amis n'avaient aucune incidence pour elle. Fallait pas rêver, même si ça n'avait jamais été interdit, elle n'en aurait sûrement pas eu dans l'enceinte du château. Sentant qu'elle s'égarait alors que sa camarade attendait après elle, la jaune et noire la fixa d'un regard clair, sans jugement mais hésitant. C'est alors qu'elle répondit rapidement.

Ok allons y, tu as raison, on ne peut pas tout accepter !

Elle ne sut pas d'où lui vint sa témérité soudaine, ni pourquoi elle avait décidé d'aider la poufsouffle à faire un acte répréhensible, mais elle avait accepté et  ne revenait jamais sur ces mots. Elle dépassa sa camarade sans attendre essayant de ne pas montrer la légère tension parcourant son corps. D'ailleurs la septième année avait du mal à déterminer si c'était du à l'adrénaline ou si c'était de l'angoisse.

*Pourquoi je me lance la dedans moi ? J'ai rien a voir avec tout ça !!! C'est vrai que Kholov va trop loin avec certaines règles.. ! Arya aurait foncé sans hésiter, alors pour une fois je peux bien le faire aussi. *

Ces pensées tourbillonnaient, quand elle se rendit compte qu'elle ne savait même pas qu'elle était l'action prévue pour montrer le désaccord de la poufsouffle. La brune se tourna vers la jaune et noire pour la questionner.

Euh d'ailleurs, je veux bien t'aider, mais... Tu voulais faire quoi dans la salle des profs ?

Elle patienta tranquillement, son cœur battant plus vite qu'à l'accoutumer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 6

 [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.