AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 5 sur 8
[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Invité
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Dim 19 Avr - 17:46

Quand la pouffy s'adressa à elle, Lyria sentit la détermination dans ses propos. Elle était d'accord avec elle dans le fond, les nouvelles règles n'étaient pas des plus raisonnables à ces yeux non plus. Bien que tout ceci ne la concernait pas spécialement. Il était vrai qu'ici, elle avait peu d'amis et ne sortait pas beaucoup de la salle commune. Donc les règles sur les petits amis n'avaient aucune incidence pour elle. Fallait pas rêver, même si ça n'avait jamais été interdit, elle n'en aurait sûrement pas eu dans l'enceinte du château. Sentant qu'elle s'égarait alors que sa camarade attendait après elle, la jaune et noire la fixa d'un regard clair, sans jugement mais hésitant. C'est alors qu'elle répondit rapidement.

Ok allons y, tu as raison, on ne peut pas tout accepter !

Elle ne sut pas d'où lui vint sa témérité soudaine, ni pourquoi elle avait décidé d'aider la poufsouffle à faire un acte répréhensible, mais elle avait accepté et  ne revenait jamais sur ces mots. Elle dépassa sa camarade sans attendre essayant de ne pas montrer la légère tension parcourant son corps. D'ailleurs la septième année avait du mal à déterminer si c'était du à l'adrénaline ou si c'était de l'angoisse.

*Pourquoi je me lance la dedans moi ? J'ai rien a voir avec tout ça !!! C'est vrai que Kholov va trop loin avec certaines règles.. ! Arya aurait foncé sans hésiter, alors pour une fois je peux bien le faire aussi. *

Ces pensées tourbillonnaient, quand elle se rendit compte qu'elle ne savait même pas qu'elle était l'action prévue pour montrer le désaccord de la poufsouffle. La brune se tourna vers la jaune et noire pour la questionner.

Euh d'ailleurs, je veux bien t'aider, mais... Tu voulais faire quoi dans la salle des profs ?

Elle patienta tranquillement, son cœur battant plus vite qu'à l'accoutumer.
Invité
Anonymous
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Mar 28 Avr - 23:33

J'avais parlé sans même avoir vraiment réfléchi à ce que je venais de révéler. Après tout, la Poufsouffle pouvait partir à tout moment balancer mon excursion aux profs. Aussi, si elle se décidait à repartir à la salle commune ou je ne sais où pour me dénoncer, j'étais dans la bouse de dragon jusqu'au cou... Il me fallait absolument un moyen de pression ! Heureusement pour moi, mes craintes s'estompèrent lorsque la jeune fille répliqua:

- Ok allons y, tu as raison, on ne peut pas tout accepter !

À ces simples mots, un feu d'artifice de toutes les couleurs explosa en moi. J'étais à la fois heureuse de la voir rejoindre mon camp, mais aussi soulagée que l'idée d'aller me balancer ne lui avait pas parcouru l'esprit. J'expirais alors un bon coup et fûs surprise de la voir se précipiter vers la salle d'un pas pressé. Néanmoins elle s'arrêta au bout de quelques mètres pour se retourner vers moi et me questionner.

À vrai dire, je ne souhaitais pas qu'elle sache tout de suite ce que je comptais faire. Pour son propre bien et pour m'assurer un semblant de sécurité, il ne fallait pas que la Poufsouffle le sache. C'était plus prudent. Surtout vu la provocation que j'avais préparée.... Enfin bref, j'observais la jaune et noire avant de lui répondre. Elle semblait anxieuse et mes yeux louchèrent sur ses bras qui paraissaient tendus à l'extrême. " Ah non non non ! Faut pas qu'elle stresse, sinon c'est mort". Même si son regard indiquait sa détermination, son corps s'y opposait . Je devais rapidement remédier à ça.

- Pour ta propre sécurité et pour la mienne, il est préférable que tu ne saches rien. Néanmoins, je tiens à te prévenir: c'est assez trash. Donc si tu veux quand même continuer, voilà ta première mission. Je sortis une boîte en métal de mon sac et la lançais en direction de la Poufsouffle. Compte le nombre de bouton qui se trouvent dans la boîte, le temps que je prenne les dispositions nécessaires.

À nouveau, je sortis de mon sac un objet touffu de la taille d'un chat. C'était une fabrication de mon père qui consistait à se mettre en mouvement et à diffuser un gaz soporifique lorsqu'une personne entrait dans un rayon de 10 mètres. Bien sûr, j'avais "oublié" de mentionner à mon père que je lui en avais prise une... Enfin ! C'était pas vraiment un problème, il était plutôt cool... Bref ! Je rattrapais les quelques mètres qui me séparaient de la jaune et noire et m'approchais de la porte de la salle des profs. Y posant en face de celle-ci ma machine à dormir, je faisais signe à ma complice de me rejoindre.

- J'vais toquer à la porte, des fois qu'il y ait quelqu'un à l'intérieur. Cela dit j'en doute mais au moins, on pourra prétexter des maux de ventres ou de têtes pour justifier notre venue en cette heure tardive...
Invité
Anonymous
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Jeu 30 Avr - 13:49

Lyria vit bien que sa camarade ne souhaitait pas lui dire ce qu'elle avait prévue. De ce fait sa curiosité ainsi que son angoisse montèrent toute deux d'un cran. Gardant un visage résolu elle écouta ce que lui raconta la pouffy, la brune hocha la tête pour montrer qu'elle comprenait. Malgré tout un léger rire discret s'échappa de ses lèvres quand Face, son prénom venait de revenir à la septième année, lui demanda de compter les boutons mit dans la boite qu'elle venait de rattraper.

* Elle est sérieuse ?! Comme si ça allait me déstresser.. *

Sans le faire, la brune préféra jouer avec sa bague, en attendant que la jeune femme frappe à la porte du bureau. Évidemment, comme elle s'en doutait Face aussi sûrement, personne ne répondit. Arrêtant de tourner machinalement la bague à son doigt, Lyria regarda l'autre poufsouffle tout en retenant son souffle.

*C'est partie, j'espère qu'on ne se fera pas choper. Ou alors faudra trouver une super bonne excuse... *

La jaune et noire s'avança vers la porte à son tour, essayant de garder la détermination qui l'avait motivée à accepter. Et... Contre tout attente ce ne fut pas si difficile, l'adrénaline revint en vague, comme si elle avait remplacer le sang dans ses veines. Elle fit un sourire, à sa camarade attendant la suite.
Invité
Anonymous
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Ven 8 Mai - 18:16

Après quelques secondes de réflexion, le prénom de ma nouvelle acolyte refit surface dans ma mémoire. Elle s'appelait Lyria Snow. À vrai dire ce n'était pas important, mais par politesse je me devais de le connaître. La jeune femme n'avait d'ailleurs pas suivi les ordres que je lui avais donné. Une pointe colère m'avait envahie soudainement: si elle persistait dans cette voie, elle risquait gros. Préférant ne rien soulever pour le moment, j'entrais finalement dans la salle des professeurs puisque personne ne semblait être à l'intérieur.

- Allons-y, lançai-je avant de formuler un #Lumos.

Je m'arrêtais sur le seuil, observant avec intérêt le décor de la pièce. C'était assez rustique et la vieille odeur de l'encre mêlée au parchemin rôdait dans l'air. Les grandes baies qui en journée éclairaient la salle, la plongeaient désormais dans les ténèbres. Mon œil vagabonda alors sur les meubles soigneusement cirés et sur les fleurs fraîchement coupées. L'ambiance était sobre mais idéale pour travailler ou pour discuter. En somme, elle était tout à fait propice pour mon méfait. Adressant un regard espiègle à ma complice, je posais sur la table en bois mon sac.

- Laisse la porte entre-ouverte, qu'on entende si quelqu'un arrive...

Mon souffle se fît moins régulier mais je gardais encore le contrôle de ma voix. L'adrénaline, comme à chaque fois, me faisait faire quelques palpitations. Mais depuis, je parvenais de mieux en mieux à les maîtriser; si bien que cela ne durait plus que quelques minutes. J'ouvrais donc mon sac et en sortait une autre boîte, un peu plus petite cette fois. Elle était à base carrée et n'était pas plus haute que trois centimètres. La déposant au centre de la table, là où serait désormais sa place jusqu'à ce que les enseignants la découvre, une lueur sournoise parcourût mes iris. De l'extérieur ce n'était rien d'autre qu'un coffret métallique qui donnait l'impression d'être un cadeau. Bien évidemment, son contenu n'avait pas pour but de plaire mais plutôt de provoquer.

En effet, à l'intérieur se trouvait trois petits sachets en plastique transparent contenant une poudre blanche. Même si je désapprouvais la consommation de drogue, je n'avais pas trouver meilleure action pour remettre en cause le règlement récemment mis en place. Nos libertés s'étaient vues réduites, à mon plus grand déplaisir, et on n'avait toujours rien fait pour lutter contre cela. Du moins, pas à ma connaissance...

Jetant un regard à Lyria, je lui demandais d'approcher et de venir prendre une des bombes de peinture. J'avais également apporté des fringues vraiment pas catholiques pour souligner la règle concernant l'uniforme. Encore une fois, j'allais dans l'éxagération, mais il fallait bien marquer les esprits ! Ce n'est pas en portant des badges, que l'on mettait à bout le régime autoritaire en place.

- Bon maintenant, je veux que tu écrives sur les murs tout ce qui te passe par la tête ! Ne prends pas des gants blancs, on est pas là pour faire mumuse... On doit marquer les esprits !
Sergeï Kholov
Sergeï Kholov
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Sergeï Kholov, le  Sam 9 Mai - 19:44

Le couvre-feu avait débuté depuis quelques heures et Kholov effectuait son habituelle patrouille de nuit. Évidemment, il ne suivait jamais le même parcours. Chaque soir, le directeur passait à différents endroits, à différentes heures, afin de surprendre les élèves. Ayant lui même été jeune, il savait très bien qu'il était facile de contourner les rondes si celles-ci étaient effectuées de façon régulière et monotone. On n’apprenait pas à un vieux singe à faire des grimaces. Le russe arpentait donc les couloirs de Poudlard d'un pas assuré, tout en marchant le plus silencieusement possible.

Cela ne faisait pas longtemps que Kholov était au château, quelques mois tout au plus, mais il avait déjà bien pris ses marques. Son merveilleux règlement, ainsi que les punitions qui y étaient associées, trônait dans les couloirs. Il l'avait fait placarder dans toute l'académie afin que nul ne puisse passer à coté. Le sorcier avait également d'autres projets en tête, comme instaurer des cours de duels et créer un club regroupant l'élite des étudiants. Tout cela dans le but d'amener les élèves à l'excellence, la perfection.

Plongé dans ses pensées et au glorieux avenir qu'il aurait en tant que Directeur de la grande et prestigieuse académie Poudlard, le russe n'entendit pas tout de suite les éclats de voix. Ce n'est qu'une fois parvenu en bas des marches d'un escalier particulièrement capricieux que le bruit parvint à ses oreilles. Des étudiants, sans aucun doute. Il les punirait sévèrement pour l'exemple. A cette idée, un sourire en coin se dessina sur les lèvres du doyen.

Aussi discret qu'une ombre, l'ancien Serpentard se rapprocha de là où semblait provenir le bruit. Il ne savait pas à qui il avait à faire, mais ils - ou plutôt elles, à en croire les tonalités - étaient à peu près aussi discrets qu'un hippogriffe chez un apothicaire. Heureusement pour lui, puisque cela couvrait les bruissements de sa robe de sorcier. Il arriva bientôt devant une porte ouverte, qui s'avérait être celle de la salle des professeurs.

- ... écrives sur les murs tout ce qui te passe par la tête ! Ne prends pas des gants blancs, on est pas là pour faire mumuse... On doit marquer les esprits !

A l'entente de cette phrase, le sourire en coin du directeur se transforma en rictus. Il était apparemment arrivé pile au bon moment. Croisant les bras dans son dos, comme à son habitude, le russe pénétra tranquillement dans la pièce et toisa les deux jeunes filles qui s'y trouvaient.

- Bonsoir mesdemoiselles... Je ne vous dérange pas j'espère ? Demanda-t-il d'un ton doucereux.
Invité
Anonymous
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Dim 17 Mai - 11:40

Lyria en était encore à fixer sa camarade, quand le ton doucereux de Sergeï Kholov ce fit entendre. Le son de sa voix résonna dans tout le corps de la poufsouffle, en plus de l’écœurer, elle l'énerva, la paniqua et la surpris. Elle se tourna vers lui, le visage plus neutre que ce qu'elle aurait pu croire, juste un soupçon de surprise paraissait. C'est l'impression qu'elle avait tout du moins, en général elle ne se trompait pas sur ce que faisait passer son regard ou son visage comme sentiment.

*Mais c'est pas possible, j'ai même pas entendu son arrivé.. Il est pire qu'un serpent  quand il s'approche de sa proie lui !! *

La septième regarda du coin de l'oeil Face, puis se concentra sur le visage du directeur.

Bonsoir Monsieur, je suis désolé de notre intrusion.. Je.. J'ai suivie ma camarade car elle semblait bizarre quand je l'ai vue dans notre salle commune.   J'ai l'impression qu'elle fait une crise de somnambulisme, alors je me suis permise de la suivre pour éviter qu'elle ne se blesse. Ou fasse une con.... .

La jaune et noire s'arrêta là, préférant ne pas dire le mot grossier. Et surtout, elle se demandait si son  histoire serait crédible. En effet, de part la discrétion dont il avait fait preuve, la brune ne savait pas ce qu'avait pu entendre le directeur. Alors elle avait brodé une réponse aussi plausible que possible. La jeune femme, qui avait souvent couvert sa sœur auprès de leurs parents avait employé, aussi habilement que possible, l'hésitation et le ton de sa voix était doux ce qui pouvait induire en erreur. De plus, elle savait son dossier vierge de tout problème. La pouffy n'avait jamais fait parler d'elle lors de ces sept années d'études, du coup le fait de suivre Face pour qu'elle n'ai pas de problèmes pouvait très largement être véridique.
Invité
Anonymous
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Dim 17 Mai - 16:58

Ces paroles s'étaient hissées jusqu'à mes oreilles avec une facilité déconcertante. Néanmoins l'impact fût rude et tout en moi se tendit comme un arc lorsque je reconnus l'auteur de ce rictus hypocrite. Je n'étais pas face à la porte mais l'ombre massive qui se dessinait à la lueur de mon Lumos ne faisait aucun doute. C'était bien Kholov qui nous prenait la main dans le sac. Contre toute attente et ne me laissant pas le temps de protester ni d'agir, ce fût Lyria qui prît la parole en première.

- Bonsoir Monsieur, je suis désolé de notre intrusion.. Je.. J'ai suivie ma camarade car elle semblait bizarre quand je l'ai vue dans notre salle commune. J'ai l'impression qu'elle fait une crise de somnambulisme, alors je me suis permise de la suivre pour éviter qu'elle ne se blesse. Ou fasse une con...

Elle se tût brusquement et son innocence dans tout ça me fît culpabiliser. Je l'avais entraînée dans une galère pas possible au risque de se faire renvoyer de Poudlard. Le pire dans tout là-dedans est qu'elle ne savait même pas ce que je comptais faire puisque je ne lui avais rien intimer. Un noeud se forma alors dans mon estomac tandis que je jouais le tout pour le tout... Si j'avais ramené Lyria dans cette Mer**, je me devais de l'en sortir. C'est donc normalement que je me retournais pour faire face au russe tout en adoptant une expression indéchiffrable. Je fis en sorte que mes membres semblent pantelants et dépourvus de toute vivacité. Ma tête se souleva doucement vers celle de Kholov tandis que je prenais une voix monocorde et franchement flippante.

- Oh, Sergeï...Je ne vous attendais pas de si tôt. J'allais justement vous adresser un message et puis cette fille... Je désignais d'un geste flasque Lyria. A débarqué. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle s'est pas montrée très coopérative...

La bombe de peinture que je lui avais tendue était toujours dans ma main et mes doigts l'agrippaient avec peine. Somnambulisme oblige. Lentement je desserrais alors mes phalanges du cylindre en le laissant tomber dans un fracas métallique. Mes yeux s'agrandirent pour former une expression d'étonnement, comme si ce geste m'avait giflé. Mon état de pseudo-somnambulisme bien ancré dans ma gestuelle et dans mes dires, je reprenais la parole avec un petit rire.

- Mais rien n'empêche de vous joindre à moi. Qu'en dites vous ? Je me retournais vers la table pour prendre les fringues que j'avais délaissé un peu plus tôt. Vous mettez quel bonnet ? A ? B ? C peut être ? Je m'arrêtais brusquement. Pourquoi ai-je dis ça ? En fait si, je savais pourquoi: j'étais "somnambule".
Sergeï Kholov
Sergeï Kholov
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Sergeï Kholov, le  Sam 30 Mai - 21:45

Kholov balaya la salle du regard. Il tomba tout d'abord sur un étrange coffret métallique, qui trônait au centre d'une table de bois massif. Ne l'ayant pas aperçut plus tôt dans la journée, il appartenait très certainement aux deux jeunes filles. Quant à ce qu'il pouvait contenir, mystère. Le directeur n'en avait pas la moindre idée. Mais vu son emplacement, la boite était faite pour être ouverte. Un peu plus loin se trouvait un tas de vêtements en tout genre, ce qui interloqua le russe. Qu'est-ce que cela faisait ici ? Ou plutôt, pourquoi les deux élèves avaient-elles amené ça ? C'était à ne pas en douter de la provocation, mais cela importait peu le directeur. Le jour où un amas de pièces de tissus l'effrayerait n'était pas encore arrivé.

Le regard de l'ancien serpentard se porta ensuite sur des bombes de peinture. Voilà qui commençait à être intéressant, et donc passible d'une punition plus sévère. Surtout que de ce qu'il avait entendu, les aérosols n'allaient pas servir à colorier une feuille... Les étudiants de Poudlard décevaient de plus en plus Kholov. Ils ne comprenaient pas que ce règlement strict était pour leur propre bien, pour qu'ils réussissent dans leur vie future et fassent une grande carrière. Les élèves ne songeaient qu'à se rebeller, à leur propre détriment.

Après avoir signalé sa présence le russe attendit patiemment, les mains croisées dans le dos comme à son habitude, que les deux jeunes femmes lui répondent. Si ses souvenirs étaient bons, il s'agissait de Lightwood et Snow, deux Poufsouffle de dernière année. Elles avaient intérêt à ne pas tenter de l'entourlouper, sinon il se montrerait beaucoup moins clément à leur égard.

- Bonsoir Monsieur, je suis désolé de notre intrusion.. Je.. J'ai suivie ma camarade car elle semblait bizarre quand je l'ai vue dans notre salle commune. J'ai l'impression qu'elle fait une crise de somnambulisme, alors je me suis permise de la suivre pour éviter qu'elle ne se blesse. Ou fasse une con... .

Le directeur haussa un sourcil. Somnambule, vraiment ? Pourtant, Kholov avait lu avec attention les dossiers de chacun de ses élèves et il ne se souvenait pas que l'un d'eux était sujet à cette maladie. Il s'abstint néanmoins de faire tout commentaire : peut-être qu'il s'agissait d'une crise passagère. Cela restait étrange, mais les demoiselles avaient pour l'instant le bénéfice du doute.

- Oh, Sergeï...Je ne vous attendais pas de si tôt. J'allais justement vous adresser un message et puis cette fille... A débarqué. Le moins qu'on puisse dire c'est qu'elle s'est pas montrée très coopérative... Mais rien n'empêche de vous joindre à moi. Qu'en dites vous ? Vous mettez quel bonnet ? A ? B ? C peut être ?

Un rictus se dessina sur les lèvres du directeur. Lightwood n'avait pas cette voix monotone quelques instants plus tôt, lorsqu'elle avait intimé à sa camarade de taguer les murs, ni lorsqu'il avait entendu les demoiselles discuter allègrement dans les couloirs. On ne le bernait pas ainsi. La jeune femme allait regretter de lui avoir manqué de respect à ce point.

- C'était bien essayé, mais il faudrait être stupide pour penser qu'un pareil mensonge puisse me duper. Je ne suis pas né de la dernière pluie... Répliqua-t-il d'un ton beaucoup plus sec. Pour m'avoir menti et manqué de respect, je retire pour chacune d'entre vous 30 points à votre maison. Vous allez maintenant m'expliquer ce que vous faites ici, avec tout cet attirail. Et pas d'entourloupes, sinon votre punition n'en sera que plus sévère.
Invité
Anonymous
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Dim 14 Juin - 23:02

Vlà que j'étais empêtrée dans un bordel pas possible, avec pour seul appui une pauvre Poufsouffle qui s'était laissée embarquer dans mon violent besoin de rébellion. J'étais révoltée et dégoûtée de me tenir devant ce type sorti tout droit de la folle bande du Village People, avec ses habits dépassés, sa barbe épaisse et ses lunettes rectangulaires qui rendaient à son apparence un aspect un peu plus humain. Comme beaucoup d'autres, la vieillesse ne l'épargnait pas car des rides se formaient déjà sur son front large. La dernière touche à ce portrait des plus répugnants était sa taille, élancée certes, mais disproportionnée. Quelques paquets de matières grasses se dessinaient au-dessus de sa ceinture, ce qui n'était en soi rien de bien grave, mais montrait que le russe n'était pas un sportif. Peut-être avait-il hérité de la dureté de visage caractéristique de son pays, mais le reste ne suivait pas selon mon avis.

- C'était bien essayé, mais il faudrait être stupide pour penser qu'un pareil mensonge puisse me duper. Je ne suis pas né de la dernière pluie... Pour m'avoir menti et manqué de respect, je retire pour chacune d'entre vous 30 points à votre maison. Vous allez maintenant m'expliquer ce que vous faites ici, avec tout cet attirail. Et pas d'entourloupes, sinon votre punition n'en sera que plus sévère.

Mes yeux lancèrent des éclairs. Ce n'était plus la peine de se cacher puisqu'il avait déjoué notre plan improvisé, -ce qui n'était pas à son honneur étant donné qu'il fallait être un sot pour ne pas l'avoir compri-, aussi m'empressai-je de faire disparaître le petit coffret métallique posé sur la table en bois massif. Je sortis ma baguette sans même qu'il n'ait le temps de songer à me l'enlever et formulais un #Evanesco sur la petite boîte qui disparût immédiatement. S'il voulait savoir ce qu'elle contenait, il avait qu'à discuter avec Rowena pour qu'elle lui fasse la leçon sur le "non-être, c'est à dire le tout". Maintenant il était clair que les points ne serviraient plus à nous punir, mais avant de m'expliquer sur la relativité des valeurs, je devais à tout prix disculper Lyria.

- Avant que vous ne vous exprimiez, je souhaiterais dire que Miss Snow n'a rien à voir là-dedans et qu'elle n'est en rien coupable dans cette histoire. Je l'ai croisée par hasard dans le couloir et forcée à m'aider à porter le matériel jusqu'ici. Donc si il y a quelqu'un à punir, c'est uniquement moi. Ma voix n'était plus faible mais claire et appuyée. S'il voulait connaître la vérité, il allait être servi.

Je déposais ma baguette devant ses pieds pour montrer ma bonne foi et récupérais les vêtements et bombes de peinture éparpillés dans la salle avant de revenir à ma position de départ. J'espérais sincèrement que le risque que je m'apprétais à prendre allait servir, si ce n'est pas à moi, alors au moins pour les suivants. Je me sentais l'âme d'une révolutionnaire, peut être pas très crédible pour les autres, mais au moins j'avais mes propres convictions. Qu'il s'en prenne un peu dans la gueule ce Kholov, au lieu de nous rabâcher ce fichu règlement à chaque coin de couloir.

- Pas d'entourloupes vous m'avez dit... Et bien je vais tâcher d'être la personne la plus franche du monde, ou au moins celle de Poudlard. Ce que je fais ici donc ? Je haussais un sourcil. Ça me paraît clair pourtant. N'avez vous pas entendus ces bruits de couloirs ? Ces petits mots glissés à la sortie des cours ? Les regards et gestes lourds de sous-entendus dans votre dos ? Non ? Et bien moi je les vois et les entends pour vous. Et je partage ces opinions avec eux. Je vais donc vous faire part de mon avis si vous le voulez bien car sans doute, voulez-vous savoir ce que votre école pense de vous ? Et sauf votre respect, je ne pense pas que cela vous plaira. J'allais enfin pouvoir sortir ce que je n'osais dire qu'en rêve et un sentiment de délivrance prit place dans chaque parcelle de mon corps. Pour commencer parlons du couvre-feu. 20h ? Sérieusement ? Même les enfants moldus de 11 ans ne se couchent pas à 20h. C'est complètement ridicule ! Mais soit, je conçois qu'on ne veuille pas que les élèves se baladent jusqu'à pas d'heure, mais au moins pouvez-vous reculer un petit peu ce couvre-feu ? Second point, les rassemblements de plus de trois élèves. Vous ne pensez pas vraiment qu'ils soient des petits espions aux plans machiavéliques ? Des jeunes de 17 ans tout au plus se concertant pour attenter à la vie du directeur ? Si vous pensez que c'est le cas, vous êtes atteint du cerveau ou de la paranoïa, appelez-ça comme vous le voulez. Nous arrivons donc au dernier point, et pas des plus minces. Les relations sexuelles. Ok, entre élèves c'est un peu tôt mais s'ils n'ont pas la sottise d'oublier de se protéger, pourquoi l'interdire ? Et de toute manière c'est impossible à gérer, quoi que vous fassiez. Enfin ! N'avez-vous jamais été jeune ?! Ou alors étiez-vous assez pieu pour attendre le mariage ? Ce qui m'étonnerait mais vu la situation, ce serait tout à fait possible. En ce qui concerne les relations entre profs, je ne parlerai pas pour eux. S'ils ont quelque chose à faire savoir, c'est eux qui vous le diront.

J'avais fini ma longue tirade et ma gorge était sèche, mais il me semblait que j'avais fait le tour de mes principales idées. Même si je doutais que la réaction de Kholov soit en ma faveur, j'espérais qu'il ne jèterait pas ces paroles à la poubelle.
Invité
Anonymous
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Ven 19 Juin - 0:34

Lyria se mordit l'intérieur de la joue en entendant la voix de sa camarade. En effet, elle comprit que son excuse ne fonctionnerait pas, Face prenant une voix monotone alors que le directeur les avait entendu parler normalement avant de les interrompre.

*Non non non, elle aurait du faire attention, on va avoir encore plus de problèmes ! *

Ces pensées furent de suite affirmées par le directeur, qui demanda de vrais explications, vue qu'il n'avait pas été dupe. Bon il l'avait peut être été un court instant mais le changement trop flagrant de voix de sa camarade les avaient définitivement grillé. Ce mettant à jouer avec sa bague machinalement, la jaune et noire réfléchissait à ce qu'elle pourrait dire pour les tirer de la toute les deux. Malheureusement, ou heureusement, cela dépend des points de vue, Face fut plus rapide qu'elle, et tenta de la protéger. Elle insinuait que la brune n'était venue que par obligation. En entendant ça la septième année, regarda sa comparse du coin de l'oeil tout en étant prête à la démentir. Cependant cette dernière ne lui en laissa pas le temps en se lançant dans des explications.

*Je peux pas la laisser tout prendre sur elle ! Oui mais en même temps tu limites tes ennuies ! Pas correct de ma part de ne pas assumer mes choix !! Ouais mais... *

Quand la jeune femme qu'elle accompagnait, Lyria eut envie de rire à l'entendre ainsi s'exprimer face à leur directeur. Malgré tout, elle garda son sérieux, en apparence du moins, et parla de sa voix douce et calme.

Mr! Face dit m'avoir forcé pour limiter mes ennuis. Seulement... Même si je ne savais, et ne sais toujours pas réellement d'ailleurs, ce qu'elle voulait faire, elle ne m'a en rien forcé. Certes à la base je voulais l'empêcher de commettre son acte, donc je l'ai suivi. Mais au final, j'étais prête à prendre part à son idée de mon propre chef ! Et bien que je lui sois reconnaissante de vouloir me sauver un peu la mise, je ne peux accepter d'être assez lâche pour la laisser faire.

Ces derniers mots étaient plus pour la poufsouffle que pour Kholov, elle l'avait donc regardé un court moment. La sorcière était fière d'elle, elle avait avoué cela sans rougir, blêmir et même en parlant sans tremblement. Elle fixait le directeur sans broncher, bien que l'angoisse lui tordait l'estomac. Le seul souhait de la demoiselle était de ne pas compromettre son passage d'examen, tout en restant fidèle à elle même, en ne laissant pas sa condisciple prendre leur con******, interrompue, à sa charge.
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Hugo Mourlevat, le  Dim 23 Aoû - 15:57

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 1440338722-sans-titre-1
RP privé avec Liv J. Samuels

Il était maintenant de passer aux choses vraiment sérieuses. Le colis pour Kholov était prêt à être envoyé. Morgan avait réussi à chopper une chouette dans la volière qui leur servirait de messager, même s'il ne savait pas du tout à qui appartenait l'oiseau. C'était le dernier soir à Poudlard, le moment idéal pour passer à l'attaque et marquer les esprits, un peu comme les jumeaux Weasley il y a longtemps de cela. Ebenezer et Morgan s'était réparti les tâches : l'un irait dans un endroit, et l'autre irait dans la salle des profs. En l’occurrence, c'était le Blaireau qui s'occuperait des profs.

Lorsque le Jaune et Noir fut sûr que tous ses camarades de dortoir étaient bien endormis, il se leva et lança des #Assurdiato sur chacun d'eux. Il s'habilla en vitesse et sortit de son dortoir sans croiser personne, fort heureusement. Une fois devant la sortie, il se prépara pour être le plus discret possible. Tout d'abord, il s'enroula dans une cape de voyage pour masquer ses habits : il n'avait pas pris d'uniforme, car si quelqu'un le découvrait, il aurait tout de suite su à quelle maison il appartenait. Ensuite, il s'enroula une serviette autour du visage, cachant tout de sa tête, sauf ses yeux. Fallait bien qu'il puisse voir où il allait. Deux précautions valent mieux qu'une, le français lança un #Kaleidem Minima sur sa tête. Il sentit comme un œuf se briser sur sa tête, et une sensation de froid se rependit dans celle-ci. D'après ses calculs, sa tête devait être plutôt floue, il ne serait donc pas reconnaissable.

Le né-moldu partit donc, un sac en bandoulière pendant sous son bras. Il faisait des efforts pour que celui-ci balance un maximum en faisant le moins de bruit possible. Dans le sac ? Cent cinquante Boursouflets enfermés, et sûrement effrayés maintenant. C'était bien le but, de les effrayer. Comme ça, lorsqu'il les libéreraient, ils s'enfuiraient tous en courant dans tous les sens. Le Salle des Profs n'étaient pas loin de la salle commune des Blaireaux, vu qu'elle se situait au rez-de-chaussé. Aussi, il y fut en moins de temps qu'il ne faut pour dire "Helga Poufsouffle". Les deux gargouilles qui en surveillaient la porte roupillaient tranquillement. Heureusement, le septième année avait pensé à ce petit problème : deux #Assurdiato fusèrent en direction des deux statues qui ne remuèrent pas une oreille, suivit de deux #Confundo, au cas où elle se réveilleraient.

Une fois la surveillance neutralisée, le benjamin Delaube entra dans la pièce en poussant le plus doucement possible la porte. La salle était un peu plus grande qu'il ne pensait, mais ce n'était pas grave. Il y avait une penderie, ainsi que plusieurs fauteuils. Il lui fallait maintenant réfléchir au meilleur endroit où il pourrait ouvrir le sac et libérer les boules de poils violettes qui se trouvaient dedans. Sauf qu'il n'en eut pas vraiment l'occasion.

Des bruits de pas résonnaient dans le couloir. Et il avait oublié de fermer la porte.

Sans trop réfléchir, le Poufsouffle se jeta derrière un gros fauteuil voltaire. Avec un peu de chance, la personne ne remarquerait rien et refermerait la porte comme si de rien n'était. Fallait juste espérer.
Septimius Calis
Septimius Calis
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Septimius Calis, le  Dim 29 Nov - 9:28

Plus d'un moi sans réponse, MP moi si besoin

Il n'était pas très loin de minuit et je le savais car on ne voyait pas la Lune par la fenêtre, elle devait se trouver juste au dessus du château. Je me retournait dans ma boite en carton dans trouver le sommeil, il faisait pourtant bien noir. Que faire ? Je me souvenait de cette nuit où j'avais décidé de me rendre aux cuisines et où je n'y était pas parvenu ; j'aurais pu tenter de nouveau l'expérience mais l'envie de manger ne se faisait plus sentir, du moins ne se faisait elle pas sentir autant. Dès lors, où trouver de la nourriture dans un endroit qui contiendrait d'autres choses intéressantes et où je n'étais jamais allé ? Le réponse évidente aurait été la Salle sur Demande mais comme je ne la connaissais pas encore, je sorti de ma boite par un petit trou que j'avais passé six nuits à creuser en cachette et galopais vers la salle des profs. En passant sur le ventre d'Anthony, je pu sentir sa respiration rauque et saccadée de sorcier. Je voulais surtout ne pas le réveiller. Je sautais donc, depuis son lit sur le poêle pour rester en hauteur... Erreur ! Je hurlais en me précipitant sur le parquet glacé de la chambre. Il me fallu encore quelques temps pour me remettre de mes émotions.

Bientôt, je repris la chemin de la salle des profs en me laissant glisser sur la rampe de l'escalier qui mène à la salle commune des Serdaigles. Il y avait un petit espace sous la porte que l'aigle gardait, et sous lequel je pouvais me glisser sans me faire remarquer. Quelques secondes plus tard, j'étais donc dehors et je ne portait aucune attention à l'aigle posé sur la porte qui me lançait des regards meurtrier et des menaces de rapace affamé. Il n'en faudrait, sans doute, pas plus pour réveiller tôt le château. Quoi qu'il en soit,  je descendit les grands escalier qui n'en font qu'à leur tête, tant et si bien que l'un d'eux décida de ne pas m'emmener là où je le voulais. Je voyais le palier et la marche sur laquelle je me trouvait, je visais, je sautais et... Raté ! J'étais toujours en train de tomber de plusieurs étages et j'allais m'écraser en bas. Je vis passer la porte de la salle des profs à toute vitesse, trois ou quatre étages plus bas mais je continuais de tomber. J'atterris enfin sur quelque chose de mou mais j'avais l'impression que mon coeur était resté en haut. Ce sur quoi j'étais n'était autre qu'un élève qui s'était sans doute endormi devant un tableau parce qu'il avait oublier le mot de passe. Il ne se réveilla même pas, à la couleur de sa cravate qu'il utilisait comme oreillé, ce devait être un Serpentard.

Bientôt, j'entrepris l'escalade des escalier et je commençais à me demander s'il n'existait pas quelque chose pour montrer des étages plus vite et sans se fatiguer, ce serait une bonne idée ça ! Une sorte de salle magique qui nous transporterait à l'étage que nous voulons. Tout t'en pensant à ce machin, j'arrivais, sans m'en rendre compte devant la porte de la salle des profs. Je passais sous la petit battant et fit heureux de constater qu'elle était vide. Ce qui je vis en premier, ne furent ni les tableau dormants ni les lustres de cristal, ce furent les cacahuètes sur la table basse. Je grimpait donc pour m'en délecter. Je ne vis pas le temps passer mais, une demie heure après, environs, la porte s'ouvrit, j'étais foutu. Si c'était un prof, j'allais finir mes jours écrasé par un énorme bouquin ou pire, sous une chaussure ! Je ne voulais pas que ça m'arrive et je me dépechait de sauter de la table pour courir sur le carrelage de la salle des profs... Où était Anthony, j'avais besoin d'aide.

Un rat !
Je suis une souris espèce de co... Hey, mais c'est toi !

Anthony me dévisagea avec les même yeux que moi, sur l'immensité du château, il aura fallu qu'il se retrouve au même endroit que moi. Il me prit dans sa poche et fit demi tour mais au moment de mettre la main sur la poignée de la porte...


Dernière édition par Anthony Black le Dim 6 Déc - 14:10, édité 1 fois
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Kohane W. Underlinden, le  Dim 29 Nov - 19:33

Dame souris trotte
Noire dans le gris du soir,
Dame souris trotte
Grise dans le noir.


Oui, je suis cette dame souris. Qui trotte, trotte, trotte. Je trotte dans la nuit noir, à la lumière de ma baguette. Un simple #lumos et la nuit semble disparaître au fur et à mesure que j'avance. Silencieusement, je me glisse dans les couloirs, noire dans le gris du soir.

On sonne la cloche,
Dormez les bons prisonniers !
On sonne la cloche :
Faut que vous dormiez.


Oh oui, dormez, dormez, c'est que ce désire Kholovounet. Dormez, petits Poudlardiens prisonniers, et surtout, ne vous aventurez pas hors de votre dortoir ce soir ! Cela pourrait très mal tourner. Alors roupillez en paix et n'allez pas défier son autorité !

A force d'enfreindre le règlement, j'avais l'habitude d'être discrète, de me glisser telle une ombre. Au moindre bruit suspect, j'éteignais ma baguette, je tendais l'oreille, prête à déguerpir. Ma dernière escapade nocturne avait pris fin avec l'apparition d'un préfète. Cependant, comme je l'avais moi-même prédis, cela ne m'empêchait pas de recommencer. Se sentir en infraction, dans cette semi-liberté était un bonheur total !

Je me laissais guider par mes pas. Ils me menaient là où ils voulaient me mener. Rester dans le château ? Sortir dans le parc ? Emprunter un passe secret pour aller faire la fête à Pré-au-Lard ? Je ne savais pas encore ce que j'allais faire. Je découvrais, minute après minute, là où j'allais.

Les couloirs défilaient lentement. Parfois, un tableau se réveillait. Il me regardait alors d'un oeil suspect et je lui intimais le silence. Certainement qu'ils avaient dû en voir d'autres, des petits chenapans qui n'arrivaient pas à dormir. Alors ils ne disaient rien et demandaient seulement que j'éloigne ma baguette illuminée de leur visage pour qu'ils puissent se recoucher.
Comme à leur habitude, les escaliers n'en faisaient qu'à leur tête. Plus d'une fois, je commençais à en emprunter un quand il se mettait à bouger, m'amener ailleurs. Cela ne posait pas de problème, puisque je n'avais aucune destination précise.

D'un pas léger et enthousiaste, je découvrais le château de nuit. Le silence qui régnait était des plus agréables. J'avais presque l'impression de percevoir la respiration lourde, pleine de sommeil, de chacun des élèves, professeurs et personnel ici présent. C'était comme si tous mes sens s'étaient développés et que j'entendais le moindre bruit de Poudlard.

Je montai dans la tour d'Astronomie pour y voir le ciel et les étoiles. La nuit était claire, l'air pur et frais. Puis je redescendis, passai devant des salles de classe fermées. Je les vis le jour, grouillant de personnes. Les couloirs sans cesse arpentés. Et je me dis que j'étais chanceuse de connaître l'école dans son silence le plus profond.
Peu à peu, mes pas me menèrent en un endroit que je connaissais peu. Je savais que par-là résidait la salle des profs, cette antre où se réunissaient nos tortionnaires pour inventer de nouvelles souffrances à nous infliger ! Non, je plaisante, je ne haïssais pas les profs à ce point-là. Bien au contraire, je les aimais bien. En revanche, si Kholov fréquentait ce lieu, lui, je pouvais le qualifier de tortionnaire de la pire espèce.

J'allais continuer ma route, laissant la mystérieuse salle des profs derrière moi quand mes sens perçurent une présence et comme une voix qui dit quelque chose que je distinguai pas. #Nox, murmurai-je aussitôt. Je me retrouvai enveloppée par la pénombre.
D'un pas lent, le plus silencieusement possible, je m'approchai de la porte, sur mes gardes. Pourquoi y allais-je ? Je ferais mieux de déguerpir tant qu'il en était encore temps ! Mais la curiosité était bien trop forte. Qui pouvait habiter la salle des profs à cette heure-ci ?
Soit je me cachais derrière une colonne, un peu plus loin, d'où j'aurais vue sur la porte. Ainsi, je pourrais voir qui en sortirait.
Sois j'entrais directement. La dernière option était très risquée s'il s'agissait d'un prof. Mais me planquer pouvait durer bien longtemps surtout si la personne avait décidé de dormir là !
Folle, inconsciente, téméraire et pas froid aux yeux comme je l'étais -donc en bonne Gryffone que j'étais !- je penchai pour la deuxième solution, me rassurant en me disant que les profs n'étaient plus levés à minuit et des broutilles !
Inspirant un bon coup, je poussai alors la porte qui s'ouvrit silencieusement.

Je me retrouvai directement nez-à-nez avec un jeune homme qui, visiblement, s'apprêtait à lever le camp. Surprise, mon élan pour rentrer dans la salle fut interrompu et je failli m'écrouler sur lui. Je me rattrapai de justesse à ses épaules et me redressai.
La première stupeur passée, je le scrutai dans la pénombre. Qu'est-ce qu'il foutait-là ? Il n'y avait strictement rien d'intéressant à faire dans la salle des profs ! Alors qu'est-ce qu'il fabriquait ici ?! Il espérait voler les sujets des Buse ou des Aspic ? Jouer un mauvais tour aux profs ?

Je fronçai les sourcils, manifestant ma surprise.
-Qu'est-ce que tu fiches ici ? murmurai-je pour tout salut.
OK, ce n'était pas le bon moyen de débuter un conversation, mais cette question me brûlait tellement les lèvres que je ne pouvais plus la contenir.
-Il y a franchement des endroits plus amusants à voir de nuit que la salle des profs, repris-je sur un ton un peu de reproche.
Dans le noir, je ne distinguais pas vraiment les traits de mon interlocuteur. Mais je ne pensais pas le connaître. En tout, un autre à rajouter sur la liste des "qui dorment pas et qui arpentent le château la nuit, en long, en large et en travers".
Je passai une main dans mes cheveux, attendant sa réponse.
Septimius Calis
Septimius Calis
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Septimius Calis, le  Dim 6 Déc - 17:41

Anthony retira sa main aussi vite qu'il l'avait mise sur le bouton de la porte.  Elle avait bougé, j'en était certain et lui aussi semblait le croire. Avec la rapidité d'un serpent qui rentre dans son trou, une main vint m'enfoncer dans la poche de la cape de celui qui la portait. C'était assez désagréable mais je ne disais rien, il valait mieux qu'on ne me voit pas, les sorciers étaient capables de tout, ce n'était pas en carpette que j'allais être transformé mais en verre à pied ! Il valait mieux que je me cache et que je le laisse parler. La porte s'ouvrit sur une jeune fille blonde très mignonne... Jusqu'à ce qu'elle se mette à parler, en tout cas...

Qu'est-ce que tu fiches ici ? 
Il se trouve que j'ai le droit d'être ici.
Mais qu'est ce que tu racontes ?

Il serra sa main autour de moi dans sa poche, signe qu'il était temps pour moi de la fermer.

-Il y a franchement des endroits plus amusants à voir de nuit que la salle des profs
Un point pour la blonde !

Il serra de nouveau.

J'étais jamais venu ici. Tout est fait pour le confort de nos enseignants, ici, tout est agréable. Enfin un endroit digne d'un garçon tel que moi. Je viens me détendre et tu t'en vas.

Il avait parlé avec un air sérieux et résigné à la fois mais l'autorité ne se faisait pas sentir. Il retira sa main de sa poche et je pu me risquer à pointer le bout de mon nez. La fille était effectivement blonde, mais j'avais à peine eu le temps de la voir auparavant. C'était une gryffondor, je l'appris par la suite. Elle avait les cheveux blond et un regard qui faisait passer celui de mon ami pour une expression de crainte.  S'il avait enlevé sa main de la poche dans laquelle je me trouvais, c'était pour la rapprocher de celle où se trouvait sa baguette. Il regarda avec un regard de défit la fille qui lui faisait face.

Tu t'en vas ! dit il avec le même calme apparent.
Moi, j'étais de moins en moins calme.

Un autre risque planait au dessus de nos têtes brûlées, l'ombre imposantes d'un oiseau de proie, un homme, un vrai, un russe qui plus est. Je ne l'avais jamais vu mais j'en avais entendu maintes fois parler : Kholov ! Il n'était pas le seul à pouvoir survenir ici mais representait la pire menace.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Kohane W. Underlinden, le  Dim 6 Déc - 19:18

-J'étais jamais venu ici, répondit le jeune homme, calmement. Tout est fait pour le confort de nos enseignants, ici, tout est agréable. Enfin un endroit digne d'un garçon tel que moi. Je viens me détendre et tu t'en vas.
Je fronçai un sourcil. Qu'est-ce qu'il racontait celui-là ? En tout cas, quelque chose me disait qu'il ne se prenait pas pour de la Mer**. Enfin... salle des profs, endroit digne d'un garçon comme lui... j'avais envie de rire. Ce n'était franchement pas l'endroit le plus royal pour prétendre une telle chose. Mais bon !

Je croisai les bras sur ma poitrine, comme si j'étais dans l'attente de quelque chose. Quoi ? Je n'en savais strictement rien. Mais il semblait vouloir être seul, se prendre pour un roi et rien que pour cela, je n'allais pas gentiment accéder à sa demande. J'avais horreur des gens qui se prenaient pour ce qu'ils n'étaient pas, se donnant des grands airs alors qu'ils n'avaient aucune raison d'être aussi imbus d'eux mêmes.
-Tu t'en vas ! répéta-t-il, l'air toujours aussi calme.
Je lus dans son regard un air de défi. J'esquissai un sourire en coin légèrement moqueur.
-On ne t'a jamais appris à dire s'il te plaît ? répliquai-je en décroisant mes bras.

Plissant les yeux dans l'obscurité, je tentai de dévisager celui à qui j'avais à faire. Pas très grand, banal, châtain à priori. Bref, rien de bien particulier. Mais il dégageait quelque chose qui ne se sentait pas chez tout le monde. On percevait bien qu'il était ce genre de gars qui croit que tout est permis, même les choses les plus interdites, sous le simple prétexte que c'est eux.
Je fis mine de réfléchir quelques secondes avant d'ajouter :
-Mais sinon, je ne suis pas sûre de vouloir partir.

Je m'avançai dans la pièce, adoptant le visage de celle qui fait une visite d'appartement et qui inspecte chaque recoin.
-Moi non plus je ne suis jamais venue ici, continuai-je, la tête levée vers le plafond. Et c'est vrai que cette pièce est plutôt cool. Raison de plus pour laquelle je ne m'en irai pas.
Je me tournai vers le jeune homme et lui adressai un sourire mi franc, mi provocateur. Revenant vers lui, je me présentai :
-Moi c'est Kohane.
Pour faire bien, je lui tendis la main, sans beaucoup d'espoir qu'il accepte de la serrer.

Etant près de lui, je remarquai sa main, glissée dans sa poche. Je ne dis rien, mais intérieurement me promis de rester sur mes gardes. Si jamais il lui prenait l'envie de dégainer sa baguette... Ce qui, en soi, serait un grossière erreur : un duel dans la salle des profs réveillerait tout le monde, ameuterait tout le personnel et nous serions cuits avant même d'avoir pu dire "ouïlle". Ensuite, demain midi les élèves auraient droit à un rôti de Serdy et un rôti de Gryffy. Youpiiii...
J'avais bien conscience, depuis ma dernière escapade nocturne, que l'autorité traînait partout dans ce château. Il s'agissait donc de faire le moins de bruit et de chahut possible.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Hugh Dey, le  Mar 28 Mar - 9:50

RP précédent

Next mission. Une infiltration simple mais très efficace jusque dans la salle des profs. Pour qu’ils remarquent qu’on était partout. Qu’on pouvait agir partout à la fois. Que même Poudlard n’était plus sûr. J’adorais l’idée.

Et puis, le fait de me dire que je n’y allais jamais aussi, tout simplement parce que je n’étais pas professeur, c’était jouissif. Avec les deux endroits visités, une petite heure était passée. Il était temps que je me dépêche. Pas besoin de faire trop de sortilèges ou de dépenser trop d’énergie pour cette pièce. Il fallait faire à l’efficacité. Après tout, j’avais l’apparence de Sergeï Kholov, je devais être efficace.

Alors dans la salle des professeurs, j’analysais rapidement ce que je pouvais utiliser. La réponse était simple. La penderie. Sombre et froide, très rarement utilisée. Je ne risquais pas de blesser grand monde car une fois encore, l’objectif n’était pas celui-ci. Même si les sortilèges utilisés pouvaient être dangereux. Non, l’objectif était de faire passer le message.

Alors, je visais l’intérieur de la penderie et me concentrais sur un Bombarda Condicionalis. Encore un. Cela prenait du temps et de l’énergie. Merci Felix. J’avais suffisamment de chance pour qu’aucun professeur ne débarque alors que je réalisais cet acte magique que personne n’aurait compris. Surtout pas venant de la part du directeur.

Cela prit facilement dix minutes. Encore dix minutes. Mais Felix m’assurait que le sortilège avait été bien réalisé. L’adrénaline coulait dans mes veines, l’assurance aussi. Et je prenais deux petites minutes pour fourrer les petits papiers à l’intérieur de la penderie. Lorsque l’heure serait venue, lorsque la condition serait remplie, et aujourd’hui même, cette penderie exploserait. Et elle révélerait le message que nous avions à faire passer au monde entier.

« Il y a une limite à toute chose, et il faut toujours la dépasser. »
*

A présent que tout ceci était fait, je devais me dépêcher, et filer vers la mission suivante

* Georges Guynemer

[RP Unique. Les sortilèges décrits ne se déclencheront qu’au signal. Vous verrez bien quand il apparaîtra.]
Contenu sponsorisé

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 5 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Contenu sponsorisé, le  

Page 5 sur 8

 [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.