AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 7 sur 8
[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Esteban R. Lefebvre
Serdaigle
Serdaigle

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Esteban R. Lefebvre, le  Mar 19 Sep - 22:52

Incrust'
Ne me taper pas, c'est la faute à Riri !
LA mutuel



Déambuler, arpenter,
Le soir, quand les ombres sont effrayantes
Que le seul but est de veiller au respect du règlement
Quand certaines pulsions sont plus difficiles à refréner que d’autres
Chassez le naturel. Il revient au galop !


Il veut... lui faire des papouilles ! Zut alors ! Une grimace énorme déforme ses traits alors qu'il observe discrètement le préfet de Serdaigle. C'est comme avaler du poisson pourri. Ce ne passe pas et reste en travers de la gorge. Mais la part rationnel de son esprit l'empêche de commettre ce qui serait sans doute sa dernière action : câliner Riri. Frigide comme il l'est, qui sait comment il réagira. Mais... il est trop chou ! Argh. C'est ainsi qu'Esteban suit l'élève les mains dans le dos, la tête baissée et l'air coupable.

Une ronde. Espérons qu'elle ne soit pas ennuyeuse. Il veut voir quelque chose qui sort de l'ordinaire, une bêtise digne de son nom et non pas des frasques de débutants. C'est au bout d'une longue attente que le silence est perturbé. Le regard des deux Français se croisent. Idée commune : voir de quoi il en retourne. Sauf qu'il se tient à l'écart, les mains à présent dans les poches. Il ne semble pas du tout concerné par la situation. Du moins, pas pour les mêmes raisons que Riri.

Il regarde la scène de loin, ailleurs. Ecoute d'une oreille le discours de Riri. Se rend compte que plus tard de la présence de ses collègues d'Histoire de la Magie et de Potions. Tout se mélange et devient brouillon alors que l'homme qui dit être un Auror quitte les lieux. OK. Il est genre censé être en colère ou... il peut juste rester impassible et montrer clairement qu'il s'en fou. Galère...

Prendre un air sérieux, mais avant ne pas oublier de taquiner Riri : - Allons Riri déstressez et soyez un peu moins rigide ! Un chuchotement suivit d'un rire taquin. Puis se tourner vers les deux fautifs semble-t-il. - O'Toole, Peverell franchement bravo ! Non, sérieux, je n'ai jamais rien vu de tel. Une frasque aussi grandiose ! Peu d'élèves tentent le coup. Une fierté contenue. Peut-être qu'il n'est pas censé les encourager... Mais il n'a aucune envie d'entendre leurs justifications ni de jouer au professeur parfait. Les autres s'en chargeront.
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Malicia Evans, le  Mer 20 Sep - 0:47

Autorisation d'Aza pour poster

Impossible de dormir. J’avais beau chercher une position confortable, le bébé ne cessait de donner des coups. J’arrivais à terme, j’ai essayé de stopper les substances mais il ne fallait pas s’attendre à ce que j’arrête tout d’un coup. Il y avait une nette diminution, je ressemblais moins à un cadavre que d’habitude. Je me relevais en soupirant et récupérais de quoi planer dans mon sac.

Après un regain d’énergie fulgurant, je me rhabillais et quittais mon appartement pour aller me balader dans le château, histoire d’attraper un ou deux élèves en faute. Pis en chemin, une idée vient et je me laisse séduire par l’idée d’aller foutre le bordel dans une salle de classe, histoire de me fatiguer suffisamment pour m’endormir sans être gênée par les mouvements du bébé.
Je monte les escaliers prenant le temps de tout observer autour de moi, comme si je redécouvrais les lieux d’un nouveau regard.

Après avoir croisée Alhena, je décide de la suivre pour l’aider à retrouver son frère. Même si je préfèrerais être au plus loin de tout ça, la brune reste quand même mon amie et logiquement je dois l’aider et être présente pour elle. Nous marchons tout en discutant mais je ne suis pas réellement capable de tenir une discussion, je suis trop défoncée pour ça. Le silence nous enveloppe et je me perds sur le fil du temps. Nous n’avions plus partagées de moments comme celui-ci depuis longtemps et fallait l’avouer, ça me manquait.

Un fracas attira notre attention. Nos yeux s’accrochèrent une demi-seconde et nos pas nous menèrent rapidement vers la source du bruit. La salle des professeurs. Pas mal de monde est déjà présent, Esteban un collègue, le préfet des Serdaigles aussi est auprès de lui, un autre homme que je n’identifie pas et bien sûr, les deux perturbateurs pris au piège. Azaël et Artemis, le préfet des Poufsouffle de surcroît. Je soupirais bruyamment avant de reporter mon attention sur la salle. L’incompréhension se lisait très clairement sur mon visage. Que s’est-il passé ici ?

Alhena s’énerva et je préférais rester en retrait. Trop de monde est déjà impliqué ici, je ne comprends même pas pourquoi je suis encore ici. Les deux élèves ne tardèrent pas à être libérés, leurs baguettes dans les mains de la brune. L’auror quitta les lieux et j’hésitais à en faire de même. Pis l’intervention de Lefebvre me fit changer d’avis. Il va y avoir un peu d’action, ça peut être marrant.

« - L’état de la salle est peut-être grandiose mais il faut que vous travailliez votre discrétion parce qu’à ce niveau-là, c’est vraiment pitoyable. »

Un sourire moqueur se dessina sur mon visage. J’avais pas envie de m’énerver ce soir ; de toute façon avec Azaël ça ne marchait pas généralement. Je laissais Alhena s’en charger. Elle a tendance à effrayer pas mal d’étudiants pis elle savait maîtriser son frère.  
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Azaël Peverell, le  Mer 20 Sep - 14:05

Arty se débat de plus en plus fort dans le filet. Et du coup, tu te retrouves de plus en plus collé à lui, tandis qu'Uriel panique de plus en plus. Il redevient même invisible, et tu sens ses griffes qui s'enfoncent un peu dans ta chair. Il est vraiment flippé là, ça craint. T'as envie de gueuler sur Arty, de lui dire d'arrêter ses conneries. Surtout quand il commence à raconter une histoire sans queue ni tête pour justifier votre présence ici. Non mais à quel moment il s'est dit que son délire de bibliothèque et de téléportation était plausible ? T'as vite fait de décrocher. Tu dis rien. Tu te contentes de garder Uriel contre toi en essayant de ne pas te taper une crise d'angoisse de l'extrême à cause du contact rapproché avec ton pote qui dure un peu trop à ton goût.

Si tu pouvais, tu te foutrais en PLS, les yeux fermés, uniquement avec Uriel, et t'attendrais que ça se passe. Sauf qu'avec ce vieux filet en métal tout pourri, tu ne peux pas. Alors tu te contentes de fermer les yeux un instant, juste histoire d'échapper un peu à cette situation. De toute façon, t'as bien vu que l'Auror s'occupait de vos baguettes, il n'aura probablement aucun mal à deviner ce qu'il s'est réellement passé en les faisant parler, et tu ne peux pas y faire grand chose. Mais t'as vite fait de les rouvrir. Parce qu'un nouvelle voix se fait entendre. Et voilà que tu remarques Vacuitas et Lefebvre. Et, à ta plus grande surprise, le préfet des Aigles se met à quasiment engueuler l'Auror en disant que tout est de sa faute et qu'il est sûrement coupable. Il ne peut pas davantage se tromper, mais tu n'as aucunement l'intention de lui dire. Après tout, pour une fois que ce n'est pas toi qui te fait engueuler, tu prends le moment de répit qui t'es offert.

L'Auror se défend quand même un peu. Il vous dit même qu'il vaudrait mieux trouver une autre histoire à raconter. Toi, tu t'en contre balances. La vérité, ça ira très bien. Ou vérité arrangée, si Arty commence à taper une crise de parano en mode "Tout le monde veut me tuer, je suis trop malheureux". Et de toute façon, t'es un peu trop occupé à essayer de garder ton calme pour réfléchir à une autre version de l'histoire. Et alors que tu qu'avec Lefebvre dans le coin, vous avez peut être une chance de vous en sortir sans trop d'histoire, ton espoir s'envole aussitôt. Parce que voilà ta soeur et Evans qui débarquent à leur tour. Non mais, y'a tout le monde qui s'est donné rendez-vous ici ou quoi ? Et puis tu te rappelles du boucan que t'as collé avec Arty. Et tu pousses un soupir. Rien de bien étonnant. T'es bon pour te prendre un sacré savon, c'était bien la dernière personne par qui tu voulais te faire choper...

Mais au moins, son arrivée fait bouger les choses puisque l'Auror se décide enfin à vous libérer du filet. Tu te redresses d'un bond pour t'éloigner d'Arty. Tu t'assois sur l'accoudoir d'un des canapés en piteux état, Uriel toujours dans tes bras, invisible, vu le nombre de personnes présentes dans la pièce. Tu le caresses doucement, en essayant de le calmer, tandis que tu essaies de reprendre également tes esprits et ton calme. L'Auror balance tout, que c'est vous qui avez détruit la pièce. Quelle balance. Tu ne dis rien. Tu te contentes d'éviter soigneusement le regard d'Alhena, t'as pas envie d'y lire de la déception. Il lui file vos baguettes aussi. Au moins, ce sera pas trop galère à récupérer normalement. Et il se barre. Tu te contentes de répondre à ses dernières paroles par un sourire provocateur. T'as limite envie de lui balancer en pleine tronche que t'es intouchable, et qu'il peut bien se mettre ses règles où il veut. Mais c'est peut être pas la meilleure assemblée du monde devant qui le faire, alors tu te retiens.

Et Lefebvre se fait entendre. Tu ne t'attendais pas vraiment à une leçon de morale de sa part. Mais pas non plus à ce genre de félicitations. Ok, t'as trouvé le prof que tu veux qu'il te raccompagne à ton dortoir. Mieux vaut lui que ta soeur ou Evans, trop de risque de prendre cher avec elle. Et tu préfères amplement les compliments. Alors tu lances un regard à Arty avec un sourire, avant de répondre au prof, visiblement très heureux des propos qu'il vient de tenir.

- Merci M'sieur ! On a fait comme on a pu, on a pas vraiment eu l'temps de finir... Mais puisque ça vous plaît, si vous voulez, on vous laisse Alphonse, en souvenir !

Tu désignes d'une main le dragon miniature qui continue de voleter dans la pièce. Si t'avais ta baguette, tu l'aurais attrapé pour lui refiler directement, mais là, ça te paraît compliqué. T'es à peu près certain qu'Arty ne t'en voudra pas de refiler son dragon à Lefebvre, c'est pour la bonne cause après tout. Mais Evans vient tout gâcher ta fierté. C'est vrai que niveau discrétion c'est pas terrible. Mais c'est à cause des explosions d'Arty aussi, tu savais que c'était une mauvaise idée ! Mais le gosse est trop borné pour comprendre ce gens de détail. Tu hausses légèrement les épaules.

- Ouais, la prochaine fois on insonorisera la pièce avant de lancer des explosions.

Petite provocation. Parce que vu les réactions de Lefebvre et Evans, t'es à peu près persuadé que vous ne risquez pas grand chose. Vacuitas, tu t'en tapes, ce n'est qu'un préfet. Qui doit être vachement déçu d'avoir pris votre défense pour rien en plus de ça. Plus qu'à voir avec Alhena. Mais étrangement, t'as comme l'impression que tu ferais mieux de partir avec Lefebvre. Largement moins de conséquences.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Artemis Wildsmith, le  Mer 20 Sep - 17:41

Évidemment, il n’avait jamais pensé qu’Odette pouvait lui nuire sciemment comme ça, le balancer ou en tout cas divulger le dernier sort qu’il avait jeté. Vraiment, de nos jours, on ne pouvait faire confiance à personne, même pas à sa propre baguette magique.
Mais c’était le pompon là. La salle des professeurs la nuit, the place to be quoi. S’il avait su à quel point cette pièce était fréquentée à cette heure-ci, jamais Arty  n’aurait tenté cette aventure. Ah oui, vous aussi vous riez tellement c’est pas crédible, je peux comprendre. En effet, tandis que les liens métalliques se resserrent, voici débarquer le préfet de Serdaigle et le professeur d’Etude des moldus. Le premier se met alors à sortir des trucs complètements incohérents comme quoi Zaza et Arty auraient pu être les prisonniers de l’Auror pour que ce dernier s’amuse, en quelque sorte. Quoi que, éventuellement, s’ils pouvaient rendre cohérente cette histoire pourquoi pas, ils s’en sortiraient alors très bien, pas de punition, pas de nettoyage, la belle vie. Ainsi, le Blaireau réprima de justesse un « Bah ouais d’abord », s’en prendre aux élèves, bravo les Aurors. Mais ceci était une pensée ironique et qui ne s’achèvera pas puisque voilà maintenant arriver deux professeures. Un véritable défilé. Cette fois, Arty, malgré la douleur et le contact avec son pote et sa créature, lève les yeux au ciel. On aura tout vu, vraiment. Le rendez-vous de la soirée.

Le truc c’est que Peverell fait peur, comme toujours. D’ailleurs, c’était un peu comme si elle avait inquiété Artemis qui après les avoir vendu au reste de la troupe, les libère. Ah. Arty respire beaucoup mieux et tandis que son poète en profite pour s’éloigner de lui afin de s’asseoir sur un fauteuil décapité, lui reste là et se frotte les bras, les coupures. Il n’était pas passé loin de la mort, à coups sûrs. C’est alors que l’Auror en profite pour s’éclipser, tout en n’oubliant pas de les balancer aux professeur.e.s présent.e.s, comme quoi, vraiment, on ne pouvait compter sur personne. Le gamin semble aussi comprendre une certaine menace, mais après tout, il ne se sent pas concerné, il est trop adorable pour ça. Pourtant, Arty aurait voulu courir après Artemis lui demander pardon, lui demander s’il l’aimait toujours et s’il pouvait le protéger à tout jamais, mais non trop tard. Il esquisse un bref signe de la main. Maintenant ça se jouait entre lui, Aza, des profs et un préfet aiglon. Awesome. D’un autre côté, ça ne s’annonce pas si mal que ça, les compliments fusent de tous les côtés, ils sont acclamés, enfin presque, il n’y croit pas. Les yeux du Poufsouffle se mettent à briller alors que Lefebvre les félicite, à la limite, il aurait pu faire une belle révérence, mais il n’ose pas. C’est pourquoi, un dragon en guise de remerciement, ce serait absolument fabuleux, il hoche la tête en direction de son pote. Ok, Alphonse a trouvé un nouveau maître, tout gentil et tout choupi, Lefebvre.

Ainsi, le jeune Poufsouffle se contente de sourire en regardant le dragon arpenter la salle des professeurs tandis que Evans en rajoute une couche. Pour le coup, elle n’a vraiment pas tort. Cette fois, Arty acquiesce totalement, c’est important de prendre les critiques, les conseils afin de faire mieux la prochaine fois. Une nouvelle fois, il salue l’idée merveilleuse de son pote d’insonoriser la pièce, effectivement, ça éviterait ce genre de problèmes comme être pris sur le fait. Le Blaireau se met alors à bailler, après la dose d’euphorie et d’adrénaline, il se sentait complètement épuisé. Il se dirige alors vers une des tables encore debout et s’assoit dessus, en tailleur, tout en prenant garde de faire face à l’attroupement et de frotter ses petites blessures de guerre. Il tourne alors la tête vers Zaza.

- Enfin Azaël, ne sois pas si provocateur ! Il faut remercier les critiques qui nous permettront de rendre notre art plus beau ! Mais tout de même, il étend ses bras pour désigner le décor dans lequel ils se trouvaient et lance un regard rempli d’espièglerie à l'assemblée. Ça vaut au moins un Effort Exceptionnel, pour l’originalité et la prise d’initiatives. Mais promis Miss Evans, la prochaine fois, on fera mieux. D’un autre côté, on ne peut que progresser, et ça c’est bien, c’est encourageant. On vous tiendra au courant.

Il dodeline de la tête en souriant, mais pas de façon provocatrice, parce que ce n’est pas son genre. Non, toujours en étant adorable et fripon. Même s’il sait très bien qu’ils sont désormais en mauvaise posture, mais ça le fait beaucoup rire à l’intérieur. Du moment qu’il récupérait Odette qui se trouvait dans les mains de Peverell. Aussi, il ne voudrait pas que Zaza se fasse disputer de sa faute, parce que c’était bien lui qui les avait menés ici, qui avait lancé les explosions et qui donc, avait fait excellemment capoter leur opération sabotage. Mais comme il venait de le dire à l’enseignante, il ferait mieux la prochaine fois. Il faut apprendre de ses erreurs, ça arrive de se tromper, c’est tout. Maintenant la balle était dans le camp du corps enseignant. Pour Arty, rien de grave ne pouvait leur arriver, au pire, on leur demanderait de nettoyer, et ça, ils avaient l’habitude, ce n’était pas très original et après tout, pourquoi pas, il comprenait. Tout de même, ce serait vraiment chouette qu’à un moment dans leur vie ils n’aient pas à nettoyer leurs conneries. La réussite serait tangible le jour où ils arriveraient à s’échapper avant qu’on leur demande de faire le ménage. Ce n'était peut-être donc pas tant l'insonorisation qu'il faudrait travailler, mais la fuite.
Invité
Anonymous
Invité

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Invité, le  Jeu 21 Sep - 6:08

Quelle déception. Voilà que l’Auror partait sans vraiment s’attarder sur la situation. C’était pourtant lui qui avait visiblement intervenu. Il part, comme-ci méprisait tout le monde alors qu’il est censé les aider, les protéger. Malgré ses explication, sa vérification de baguette. Ce type part, il est quand même censé représenter l’autorité et la justice. Son comportement me déçois … Il est bien au-dessous de ce que j’aurais pus imaginer, de ce que j’aurais pus penser … Peut-être que c’est un mec super fort, qui agit sans remord et qui bats des records à chaque lancé de sort. Mais il part, peut-être qu’il est en retard quelque part.

Notre aiglon professeur décide de me parler pour calmer mes hardeurs. J’ai même l’impression qu’il félicite les fauteurs ! Quelle heure est-il ? Ce sentiment inutile. En ce moment je suis à coté, décalé, déphasé ou simplement décentré. Je crois qu’en fait, le prof à raison, faut que je déstresse. Je suis un peu trop sur mes gardes, que je calme ma hargne. Parce que là, je suis tellement déçus que je lancerais bien un sort de la mort à ces deux idiots superflus. Mais je ne maîtrise pas ce sortilège. Dommage, ça allégerais l’instant mais pas l’avenir. Se serais bien que l’idiot préfectoral se prenne un rapport mémorable auprès du directeur histoire qu’il se rappel qu’il n’est pas à la hauteur. Après on dit que je suis sans cœur. Mais vaux mieux avoir une tête plutôt qu’un cœur à remplir de malheur et de fausses valeurs.

D’autres profs sont là. Je les connais, évidemment. La prof d’enchantement et celle de défense contre … Non c’est pas ça. C’est Alhena et Evans, potion, histoire … J’ai bien envie de poser milles questions à la prof d’histoire, histoire qu’elle s’éclaire sur tout ce que je trouve sombre. Mais je ne suis que mon ombre en ce moment. Je ne suis pas un élève dissident. Juste actuellement absent de la réalité du moment. Je les regarde d’un regard mélangé entre perdu, déçu et de feu provoqué par la première interprétation que j’avais fais de la scène. Oublions, toute façons elles vont s’occuper d’eux. Et comme d’hab’ le vert vas s’en tirer. Alors je vais me tirer.

Je regarde les deux débiles, range ma baguette au même instant. Dans le fond, je me dis que … Azaël le faux rebelle est sûrement quelqu’un qui à besoin d’aide réel plutôt que d’être rejeté continuellement. Les gens sont le reflets de ce que nous sommes avec eux. Rejetez les et ils rejetterons tout comme pour rejeter leur propres rejet. Ça deviens compliqué. Peut-être qu’un jour, j’aurais le courage de lui parler et … l’apprécier ? Comme avec Asclépius finalement … Une phrase pour l’autre français.

« Dites monsieur. On peut continuer notre tour ? En plus j’ai des questions par rapport à vos cours. »


Hey Esteban,
Du coups je me suis dis qu'on pourrait continuer ce RP ailleurs si tu le veux. ça fais pas mal de temps qu'on à pas RP Razz
Si tu es ok tu as mon LA pour partir et aller dans un autre sujet Wink
Suite ici.


Dernière édition par Riri Vacuitas le Ven 6 Oct - 18:45, édité 1 fois
Esteban R. Lefebvre
Esteban R. Lefebvre
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Métamorphomage


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Esteban R. Lefebvre, le  Jeu 21 Sep - 18:49



Notre Majesté est grandement réjoui par la tournure des événements
Des perturbations qui viennent défaire la monotonie de ces derrières heures
Car oui, cela n'a rien d'amusant de mettre des mauvaises notes aux élèves
Ah l'impétuosité de la jeunesse...


Peverell et O'Toole sont comme deux siamois. C'est l'image qui tourne en boucle dans la tête d'Esteban. Faire une chose aussi énorme demande une confiance mutuelle. Dans ce cas, il n'est pas étonnant qu'à l'époque où il était encore élève, seul son jumeau ait été son comparse. Un sourire bienveillant naît sur ses lèvres alors que ses yeux vairons passent de l'un à l'autre. Il leur ferait bien des bisous baveux...

Quoi ?! Il déglutit bruyamment et ses yeux figés sur le jaune s’écarquillent. Surtout pas ! Encore, il peut toujours essayer avec le Serpentard -son flegmatisme ne nuit à personne- mais O'Toole... oh Merlin ! Il est dangereux ce gamin ! Il recule prudemment, prenant pour bouclier Riri. Cela doit être interdit d'être aussi adorable. Sûr qu'il exhaussera le moindre de ses désirs, surtout s'il refait le sourire-éblouissant-qui-éblouit-même-le-soleil qui l'avait littéralement aveuglé lors du cours sur le théâtre.

Pas question d'intervenir. Se faire tout petit et ne surtout pas lever les yeux. Alors, il écoute ce beau monde et sourit face à la remarque de Malicia. Ses poils s'hérissent en entendant la voix d'Artemis. Il est à deux doigts de péter un plomb quand son héros Riri le sauve de ce qui est pour lui un véritable calvaire. Sourire rayonnant envers le bleu puis un tic nerveux à l’œil quand il pose son regard sur le Poufsouffle. Il lâche dans un ton : - O'Toole je vous colle ! Non pas pour votre bêtise -je m'en contre fiche- mais parce que vous êtes trop mi- agaçant ! Demain c'est samedi non ? Dans mon bureau à 7 heures tapantes. La moindre seconde de retard, je vous défigure ! Sourire machiavélique. Oui, il n'aime pas la concurrence.

Le métamorphomage rit brusquement alors que ses cheveux deviennent rose. Ensuite, il se détourne d'un geste théâtral. Une pulsion. Sa main part contre sa volonté vers un chemin tout tracé : les fesses d'Evans. Sauf que sa direction dévie alors qu'Esteban sursaute. Malencontreusement, la main traîtresse à défaut d'avoir Evans se contente du derrière d'Azaël. Esteban se sent vraiment c*n pour le coup, la main posée là où il ne fallait pas. Il la retire comme brûlé et s'exclame hystérique : - Vous n'êtes pas du tout mon genre !

Rejoindre Riri. Eviter le désastre. Poser sa main sur son épaule et quitter cet enfer. - Mr Vacuitas, cela fait longtemps que je ne vous ais vu dans mes cours ? Alors on sèche ? C'est dingue, il ne peut s’empêcher de le taquiner !


Fin. Merci !
(Pour Alphonse, Esteban n'a pas pu entendre ce que tu as dit Aza' trop perturbé par Arty x))
Bien sûr Riri  Ange
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Azaël Peverell, le  Ven 22 Sep - 12:37

Pas de soucis Steb'
Merci à vous 2 d'être passés !

Faut jamais faire confiance à un pote. Règle de base. Regarde Arty, il est déjà en train de te dire de pas provoquer pour se faire bien voir des profs. Enfin, vu la suite de sa phrase, tu ne sais pas trop si ça va vraiment fonctionner ou pas. Plutôt que de demander un EE, à sa place, tu te serais assuré de ne pas te faire punir. C'est quand même ce qui te paraît le plus important, au-delà de tenir Evans au courant de vos prochaines frasques bien évidemment. D'ailleurs, ce serait sans doute la dernière personne que tu mettrais au courant. Elle et ta soeur. Et bah bingo, les deux sont juste en face de vous. Vous êtes plutôt poisseux en fait.

Lefebvre semble péter les plombs à moitié. T'aimerais bien savoir ce qu'il se passe dans sa tête un jour, parce que ça doit être drôle, et qu'en plus t'es à peu près certain de pas t'ennuyer en découvrant tout ça. Tu fronces légèrement les sourcils quand il s'adresse à Arty. Et puis tu fais tout pour ne pas exploser de rire. Sur ce coup là, il s'est bien fait avoir. Une colle par Lefebvre... Tu ne savais même pas qu'il punissait ses élèves celui-là, comme quoi, on en apprend tous les jours. N'empêche que le motif de la colle est sympa. Arty est trop mi-agaçant. T'as hâte de savoir comment il va expliquer ça à ses parents.

Un rire machiavélique (ou juste un rire, mais j'aime bien le mot machiavélique alors voilà, j'le case) et des cheveux roses plus tard, le voilà sur le départ, avec Vacuitas. D'ailleurs, tu lui jettes un drôle de regard au préfet bleu. Le mec est beaucoup trop lèche botte sur ce coup. Et en plus, il est en train de faire partir le seul prof qui pourrait vous sauver la mise face à Evans et ta soeur. Enfin, le prof en question te fout la main au cul, donc c'est peut être pas plus mal qu'il se barre en fait. Il te balance que t'es pas son genre. T'es tout pâle maintenant. T'as flippé. Contact physique et beaucoup trop intime sur ce coup.

Dire que tu voulais lui refiler Alphonse. Il a même pas dit un merci ni rien, il s'est barré sans, comme si t'avais rien dit. Et il a voulu profiter de toi. C'est bien ce qu'il a fait hein, dire que t'avais presque confiance en lui. Tu l'aimais bien même, pour un prof. Il était pas pénible et complètement à côté de ses pompes les trois quarts du temps. Et voilà qu'il fait ça. T'es complètement traumatisé, encore plus sûrement qu'avec les séances de torture que t'as eu par certains de ses collègues. Lefebvre est complètement cinglé, et il est bon à enfermer. Loin de toi de préférence.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Occlumens (Niveau 3)


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Alhena Peverell, le  Mar 10 Oct - 15:13

Tu fermes les yeux un instant. Il y a des félicitations de la part de tes collègues. Certains partent, d'autres restent. Tu ne fais pas plus attention, tu essaies de garder ton calme.
Cela t'énerve, tu n'as pas envie de te mettre en colère. C'est trop te demander de faire comme si tout allait bien. Tu voudrais leur foutre deux gifles chacun, mais tu préfères éviter. Tu serres les dents, ton regard noir se dirige vers les deux abrutis de service.

Deux heures de colle chacun, vous me rangez ça. Malicia tu les surveilles, je dois y aller avant de les étrangler. On se retrouve après.

Il y avait quelque chose qui te dévorait lentement. Tu soupires, croises les bras et fais subitement demi tour. Tu n'as pas envie de te prendre la tête plus que nécessaire. Tu te masses le crâne et t'en vas de cette foutue salle des professeurs.
Tu t'en vas faire un tour dehors, seule, sans qu'il y ait personne pour t'agacer plus encore. Si c'était le cas, le gamin qui tomberait sur toi allait prendre très cher.
Tu ne lances même pas un regard aux trois protagonistes restants, cela ne vaut pas la peine. Tu fais confiance à Malicia pour les regarder ranger, dans le pire des cas, elle n'a qu'à se débrouiller.
Ce n'est plus ton problème, ils ne doivent plus l'être.

Tu n'en veux pas

Départ d'Alhena
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Artemis Wildsmith, le  Ven 13 Oct - 18:48

Alors là, il n’en revient pas. Il ouvre la bouche, il vient d’être collé par Lefebvre. Le seul et l’unique, celui qui rayonnait pas sa présence tel un doudou dans le lit au sein cette salle remplie de gens on ne peut plus désagréables. Pourtant il ne s’exclame pas, il ne râle pas, il se contente d’ouvrir grand les yeux. Puis la raison finit par le faire sourire, il ne sait pas, bizarrement, être collé avec le professeur d’études des moldus le fait soudainement très plaisir. Juste pour voir, comme une petite expérience qui pourrait se révéler particulièrement intéressante. Alors pourquoi pas. Il hausse joyeusement les épaules, franchement, il pouvait lui arriver pire, aucune torture n’avait l’air d’être prévue. Il capte à peine qu’il est le seul à être en retenue, pas Aza. Mais il s’en fiche, il avait le bénéfice de l’exclusivité, tout le monde ne pouvait pas en dire de même.
Puis il se passe un truc trop bizarre, une main qui vagabonde vers l’arrière train du Serpentard. Impressionnant ce professeur, vraiment. Alors Arty rigole, finalement, il a hâte d’être le lendemain. Il suit du regard le départ du professeur et du préfet de Serdaigle, une pointe de regret dans le cœur, vraiment, il aurait aimé les suivre.

Mais il ne pouvait pas abandonner Azaël, surtout pas avec les deux femmes qui se trouvaient là. Et elles n’étaient pas du tout au goût d’Arty, pour la simple et bonne raison qu’elles affichaient un air soit triste, soit rageur, et qu’elles faisaient extrêmement peur. Surtout Miss Peverell. C’est pourquoi il déglutit quand il entend la sentence. Il aimerait bien négocier, il aurait préféré trois heures de colle avec Lefebvre plutôt que deux avec elle, ce serait l’enfer, l’horreur, le malheur de toute une vie. Surtout qu’elle est sur le point de les étrangler. Le Poufsouffle trouve ça légèrement violent comme réaction, après tout, ce n’était qu’une pièce de Poudlard, pas de quoi s’inquiéter, il suffisait d’appeler des elfes de maison, on allait pas en faire tout un fromage. Arty soupire de soulagement alors qu’il la voit s’en aller. Décidément, beaucoup trop d’émotions en cette douce soirée, il allait lui falloir une belle nuit de sommeil.

D’ailleurs il baille. Il n’a plus envie de jouer, juste de dormir, de se reposer, tout simplement. Et parce que c’est un enfant, ou du moins, il prétend l’être parfaitement, lorsqu’il est fatigué, il est particulièrement énervant. A la limite des crises de larmes. Mais il se retiendrait. Alors il toise du regard la professeure de potions, se demandant jusqu’où elle irait elle, exactement, si elle obéirait à sa collègue ou pas du tout. Si elle faisait le poids face à Azarty, ou pas du tout. Sûrement pas d’ailleurs, parce que c’était décidé, depuis Waddiwasi, ils ne cèderaient plus. Et le Blaireautin avait envie de voir ce qu’Evans allait faire, curiosité maladive.
Il attend quelques instants, être sûr que Miss Peverell soit trop loin pour entendre quoi que ce soit.

- On peut y aller Miss ? C’est-à-dire que le couvre-feu est déjà passé, et moi j’suis fatigué. Et parce que ça devient bien trop régulier, il essaie, il sourit grandement, pommettes ressorties, fripon adorable. Oh et puis, vous embêtez pas surtout, je pense que ce sera plus rapide de faire appel aux elfes, ou d’autres élèves après tout pourquoi pas, pour nettoyer. Parce que nous. Petite pause, suspens. Il jette un regard à son pote, complice. On ne le fera pas. Il a essayé de prendre une voix grave, sourde qui sonnerait bien. Ce n’était pas une menace mais une certitude. Rien ne pourrait le faire ranger et nettoyer leur bazar. Ils n’étaient pas là pour ça, ce n’était pas leur but, et puis ce serait tellement dommage d’effacer leur magnifique bêtise.

Alors il se redresse, prêt à recevoir les coups des mots, des sanctions. Parce qu’il ne flancherait pas, la professeure n’avait rien qui puisse les décider, pas comme l’autre fois, pas comme avec Astaroth. Même la menace physique, il passerait outre, il s’en contrefichait. Pourtant il découvre, là quelque part, dans son épicentre qu’il y avait bien un moyen de le faire céder. Mais il secoue la tête, jamais une professeure ne ferait du mal à Azaël juste pour qu’ils passent un coup de balai.
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Malicia Evans, le  Mar 17 Oct - 22:05

Je regarde Alhena partir en rage. Je savais que j’aurais dû rester dans mon appartement, quitte à tourner en rond. Et là, je me retrouve bloquée dans la salle des professeurs à surveiller deux élèves qui se pensent assez malins pour échapper à la punition. Après quelques secondes à s’être regardés dans le blanc des yeux, le jaune prends la parole espérant peut-être que je sois clémente avec eux. Preuve qu’il me connaît assez mal.

« - On peut y aller Miss ? C’est-à-dire que le couvre-feu est déjà passé, et moi j’suis fatigué. Oh et puis, vous embêtez pas surtout, je pense que ce sera plus rapide de faire appel aux elfes, ou d’autres élèves après tout pourquoi pas, pour nettoyer. Parce que nous. On ne le fera pas. »

J’acquiesce doucement comme si j’étais d’accord avec les propos d’O’Toole. C’est qu’il avait un bon argumentaire le petit, il aurait presque pu me convaincre s’il n’y avait pas Peverell à ses côtés. Je balaye la salle des yeux, examinant le temps de travail que les deux allaient devoir faire, j’allais y rester une bonne partie de la nuit s’ils tentent encore d’échapper au nettoyage mais je ne pouvais juste pas m’y soustraire.

« - Il est vrai que l’on pourrait appeler quelques elfes pour qu’ils nettoient la salle à votre place. » Je m’appuie un peu contre la table derrière moi avant de reprendre. « Mais ils sont fatigués de devoir préparer à manger pour tout le château et de réparer les conneries de gosses tels que vous. Ils serait plus juste de vous laisser nettoyer ça. »

En me relevant doucement, je récupère ma baguette et verrouille la porte d’entrée. Ils ne sortiront pas de là tant qu’ils n’auront pas rangé. Et quelques coups de baguettes plus tard, plusieurs seaux remplis d’eau chaude, des balais et des brosses apparaissent devant eux.

« - Vous ne partirez pas d’ici tant que la salle des profs ne sera pas nickel. Quitte à ce que vous y passiez la nuit. »

Un sourire bien hypocrite affiché, je les regarde impassible. Je secoue ma baguette entre mes doigts et des étincelles apparaissent.

« - Et il serait préférable d’éviter d’énerver une femme enceinte. »
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Azaël Peverell, le  Mar 17 Oct - 22:39

Alors que t'es toujours figé sur l'accoudoir tellement Lefebvre t'a perturbé avec sa main sur tes fesses, tu vois ta soeur partir, comme ça. Elle a l'air en colère. Elle a dit quelque chose, mais t'es franchement pas en état de comprendre. Tu restes là, sans bouger, à fixer un point devant toi qui se trouve probablement être du vide. C'est la voix de ton pote qui te sort de cette étrange phase. Il argumente. Non mais c'est pas vrai, on va encore vous demander de nettoyer ? C'est une blague ? Tu viens de subir un attouchement de la part d'un prof là, quelqu'un peut réagir ? Non ? Bon, bah tant pis, on va dire qu'il ne s'est rien passé. Voilà, rien du tout. Lefebvre n'est pas un pervers pédophile.

Tu frottes ton vissage dans tes mains, comme pour mieux te réveiller. Tu te contentes d'attendre la réponse d'Evans pour savoir si finalement, vous pouvez partir. T'y crois pas trop. C'est pas comme si c'était l'amour fou entre vous, tu la vois mal te faire ce plaisir. Pourtant, à ton grand étonnement, elle commence par confirmer que les Elfes pourraient s'en charger. Tu commences à te redresser, prêt à partir, lorsqu'elle finit sa phrase et ferme la porte. Tu lèves les yeux au ciel. En plus, elle ramène des serpillières, comme si, en plus de nettoyer, vous alliez le faire comme des moldus. Ah bah oui, Alhena est partie avec vos baguettes. Tu serres doucement Uriel contre toi, et tu finis par enfouir ton nez dans sa fourrure, histoire de garder ton calme. Ouais, faire un câlin à ton demiguise, ça t'apaise. Tu restes dark quand même. Voilà qu'Evans fait sortir des étincelles de sa baguette. Tu pousses un nouveau soupir.

- Parce que c'est bien connu que quand vous étiez pas enceinte vous leviez jamais la baguette sur des élèves.

Tu plonges ton regard dans le sien. Difficile pour toi d'oublier la séance de torture qu'elle t'a infligé en compagnie d'Alhena. Avec le préfet Poufsouffle qui ressemblait à un manchot. Celui-là même qu'Arty remplace. Tu finis par te relever pour t'affaler dans le canapé totalement défoncé. La mousse qui ressort des coupures ne te dérange pas. Uriel s'assoit juste à côté de toi, visiblement prêt à piquer un somme. Et t'as bien envie de faire pareil.

- Fais comme chez toi, Arty. Paraît qu'on est pas prêt de sortir et qu'on va y passer la nuit. Autant être bien installé.

Petit sourire provocateur en direction d'Evans. Si elle a envie de passer la nuit ici, c'est son problème. Pas le tien.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Artemis Wildsmith, le  Mar 17 Oct - 23:39

Il y avait cru. Dans sa naïveté, il avait même commencé à sourire. Elle avait donc été raisonnable, elle voulait aller se coucher tôt, on pouvait comprendre. Mais c’était une boutade, bien mauvaise. Les lèvres d’Arty s’affaissent. Dommage, il avait pensé un instant que tout le monde pouvait se montrer tout à fait raisonnable afin qu’ils finissent leur nuit tranquillement dans leur lit. Mais Evans ne l’entendait pas de cette façon. Pire que ça, elle venait de verrouiller la porte. Le Poufsouffle hausse un sourcil, qu’est-ce qu’elle croyait exactement ? Que parce qu’ils étaient enfermés ils allaient se mettre à obéir ? Foutaises. Décidément, ils ne recrutaient pas selon les capacités intellectuelles ou cognitives ici. Il secoue la tête. Il s’en  fiche, il ne touchera pas à ces maudits seaux et serpillère. Elle pouvait le faire elle-même, ça ne le regardait absolument pas.

C’est qu’elle menace en plus. Petit jeu de baguette qui est censé faire peur. Il réprime un éclat de rires, parce qu’Aza fait référence à quelque chose qui se serait passé, avant, peut-être il y a longtemps. Elle n’aurait peut-être osé, il n’était pas au courant. Il n’y croyait pas, pour lui, les professeurs étaient des gentils, ou presque. Le statut d’élève offrait une sorte de protection, il n’était pas touchable. C’était peut-être d’ailleurs pour cette raison, qu’il n’avait aucune limite. Après tout, on ne pouvait pas maltraiter des enfants. En plus, il n’était pas certain de bien comprendre la menace, le rapport avec sa grossesse, qu’est-ce que son bébé venait faire dans cette histoire.
Il jette un regard à son pote. Faire comme chez soi. Excepté que le Poufsouffle n’est pas tout à fait certain d’avoir envie de passer la nuit ici, son lit lui manque, son doudou, son chat, tout. Alors la perspective d’une nuitée en compagnie d’Evans et Azaël, soyez surpris, ça ne l’enchantait guère. Beaucoup moins cosy.

Et puis il y avait cette façon de parler, qu’il n’aimait pas du tout, ça le faisait picoter de l’intérieur. On ne donnait pas d’ordres à Arty. C’est comme ça. Ce n’était pas ainsi qu’on arrivait à lui faire faire certaines choses, la professeure de potions ne pouvait pas s’y prendre plus mal. Cette façon de procéder attisait quelque chose en lui, la colère, la rage, les impulsions provocantes. Ajoutez à cela cette angoisse, avec cette porte fermée, imaginons, s’il leur arrivait quelque chose, là, maintenant, ils seraient tous coincés, et mourraient. Quelle idée, en plus, niveau sécurité, l’autre ne gérait pas, ça faisait peine à voir.
Azaël a l’air plutôt satisfait de la situation, confortablement installé dans un fauteuil déchiré. Le Blaireautin ne pouvait qu’admirer le sang-froid dont faisait preuve son pote. Mais lui n’était pas comme ça, loin de là.

Alors il s’avance, se plante non loin de la professeure. Enceinte ou pas, ça ne changeait rien. Il ne se laisserait pas faire, ce n’était pas son genre. « Non. » Il le répète, parce que visiblement elle n’avait pas bien compris. « Non, non, non, non, non ». Il secoue la tête, petite voix chantante. Jamais il ne nettoierait. D’ailleurs, tout cet attirail ne servait à rien. « Z’êtes pas ma mère, vous pouvez pas me forcer. » Déjà sa propre mère avait du mal à le gérer, mais elle avait trouvé, elle, le secret, la gentillesse, les bisous et les goûters. Et ne pas le voir des mois durant aussi, ça aidait vachement, sûrement. Il hésitait, là maintenant, à se ruer contre la porte et à taper des points. Mais il réussit, un peu, à se contrôler. Et sans la quitter du regard, il s’approche des seaux, qui les attendaient. Doucement, au ralenti, un sourire sur les lèvres, comme un miroir à son sourire hypocrite à elle, il pousse du pied un des seaux, absolument volontairement, simple provocation, sans aucune limite. Il le renverse tout entier, qu’il répande l’eau chaude un peu partout par terre. Pour rire.

Quoi que, maintenant qu’il y avait de l’eau qui s’étalait, on pouvait considérer ça comme du ménage, tout est relatif.
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Malicia Evans, le  Mer 18 Oct - 18:38


J’étais fatiguée. Je n’avais absolument pas prévue de passer des heures avec ces deux-là coincée dans la salle de professeurs. Déjà que j’ai du mal à supporter la présence du serpent, s’il continuait à faire son malin en compagnie de son pote, je n’allais pas pouvoir garder mon calme bien longtemps. Je jouais avec ma baguette, faisant sortir quelques étincelles. Je n’essayais pas de paraître intimidante enfin pas plus que d’habitude.

- Parce que c’est bien connu que quand vous étiez pas enceinte vous leviez jamais la baguette sur des élèves.

Il plonge son regard dans le mien. Je n’ai pas oublié ce qu’il s’est passé chez moi, comment pourrais-je. J’avais littéralement pété les plombs ce soir-là. Mais je n’étais pas la seule, sa sœur aussi avait abusé. Les sortilèges avaient fusé de tous les côtés. Il part s’affaler sur le canapé défoncé, jouant son rôle provocateur à fond. Je ne réagis pas forcément, j’ai l’habitude qu’il réagisse comme ça.

« - Alors, ne me force pas à recommencer. »

Mes yeux se posent sur le jaune qui s’avance devant moi. Puis il commence à me répéter en boucle non. Digne d’un enfant de cinq ans. Je le regardais faire sans rien dire. Il voulait faire sa comédie, qu’il la fasse. Je n’allais pas changer d’avis tout ça parce qu’il piquait sa crise.

« Z’êtes pas ma mère, vous pouvez pas me forcer. »

Je levais les yeux au ciel en soupirant.
Bien heureusement que je ne suis pas sa mère. Je l’aurais abandonné il y a longtemps. C’est peut-être ce que sa mère a fait lorsqu’il a commencé sa scolarité à Poudlard. Elle ne le voit plus que pendant les vacances, ça doit l’aider à le supporter.
Il s’approche doucement des seaux et un se renverse au sol tout en me fixant du regard. Tout en provocation comme Azaël. Ils ne sont pas amis pour rien, eux. Ils allaient vraiment me poser problème.

« - Continue ta crise aussi longtemps que tu veux, on a toute la nuit.  »

L’eau se répandait un peu partout dans la salle jusqu’à atteindre le canapé. Je m’approchais d’un des fauteuils défoncés que je réparais d’un geste de main puis je m’installais dessus. On allait rester là pendant un moment encore alors autant que je sois à l’aise.
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Azaël Peverell, le  Mer 18 Oct - 21:54

LA Malicia


Tu hausses les épaules à la réponse d'Evans. Comme pour la mettre au défi de recommencer. T'es persuadé qu'elle ne le fera pas, sans vraiment savoir pourquoi. De toute façon, l'important, c'est qu'elle ne s'en prenne pas à Arty. Quoi qu'il arrive, tu protégeras le jaune. T'espères simplement que ça n'en arrivera pas là. Après tout, vous vous contentez de refuser de nettoyer, ça n'excuse en rien une hypothétique séance de torture. Sauf qu'évidemment, si toi tu n'as aucun problème à te dire que tu vas passer la nuit ici, ce n'est pas le cas d'Arty qui décide que c'est le parfait moment pour faire un nouveau caprice. Ce gosse ne s'arrête vraiment jamais...

Le problème, c'est qu'Evans n'est pas forcément la bonne personne pour réagir de la sorte. T'as pu le remarquer par toi-même. Une chance pour lui, la prof de potions est relativement patiente. Tu te contentes de soupirer en voyant l'eau s'étendre au sol.

- Laisse tomber, Arty... Installe-toi, dors un coup, elle pourra pas nous garder demain quand les cours reprendront.

Tu attrapes Uriel le temps de t'allonger tranquillement sur le canapé. Le demiguise décide alors de s'installer sur ton ventre. Tu le laisses faire. C'est une chaleur plutôt agréable étant donné les fenêtres explosées qui laissent passer le vent frais de la nuit. Sauf que t'es pas franchement fatigué. Et que t'as vraiment pas l'intention de dormir alors qu'Evans est dans la même pièce que toi. Tu dois la surveiller. Il ne faudrait pas qu'elle fasse du mal à ton pote. Alors tu t'occupes en arrachant distraitement des bouts de mousse qui dépassent du canapé. Et tu les lances un peu partout dans la pièce. Au hasard.

Jusqu'à ce que l'un d'entre eux tombe sur Evans. Pas fait exprès. Mais c'est pas une mauvaise idée en soi. Comme ça, t'as une cible à viser, c'est génial. Alors tu te fais des munitions. Plein de petites boules de mousse. Et hop, tu lui lances dessus avec un sourire empli de fierté, alors que t'es toujours allongé sur le canapé et qu'Uriel t'observe avec des yeux ronds.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Artemis Wildsmith, le  Sam 21 Oct - 9:43

Il n’y peut absolument rien. C’est plus fort que lui, ça le démange de partout, ça le picote et le picore, il est obligé de remuer. Puis avec cette porte fermée, grandit en lui cette sensation d’être coincé, piégé à jamais, il ne peut donc absolument pas rester là à rien faire. Il faudrait qu’il essaie de respirer calmement avant que ça n’explose, qu’il tente de se calmer tout seul. Mais impossible. Surtout devant son assentiment. Parce que visiblement ça ne dérangeait pas Evans qu’il tape une crise, là maintenant tout de suite. Or elle ne savait pas, elle, à quoi ça pouvait ressembler. C’était un gamin, avec ses caprices et c’était comme ça, on ne lui refusait rien. Ça faisait longtemps, tout de même, qu’il n’avait pas fait ça, peut-être parce que son entourage avait l’habitude et laissait tout passer, c’était tellement plus simple que de se retrouver dans cette situation particulièrement gênante. Pas pour lui, il s’en fichait, faire des crises, ce n’était pas un problème. Mais pour elle, la professeure, la honte de dire non pour finalement dire oui.

Alors c’est parti. Devant la provocation de son pote et ses bouts de mousse, il sourit. Elle allait en voir de toute les couleurs, elle voulait être patiente, très bien.
D’un geste rageur, Arty en rajoute une couche. Littéralement, sur le sol. Il donne un coup de pied au deuxième seau. Plus violent celui-là, l’objet métallique vient percuter un mur pas très loin. Ça éclabousse un peu partout, mais ce n’est pas grave. Et c’est pas fini. Pendant qu’Azaël faisait son armée de mousse, ça pouvait éventuellement servir, il avait tout à fait raison, essayer d’attirer l’attention de la professeure, le Blaireautin se saisit d’une chaise et l’envoie valdinguer contre la porte. « Vous pouvez pas nous garder comme ça ! » Ça fait du bruit, ça se casse, c’est rigolo. Alors il rit, complètement habité par les élans de fureur. Un gamin de cinq ans qui refuse d’obéir, à cet instant. Évidemment, la porte ne cède pas, alors il rage, sautille en tournant sur lui-même, essaie de trouver une solution.

Jusqu’à ce que le vent le réveille, brutalement. Ils avaient cassé les fenêtres, un peu plus tôt. Enfin, Zaza. Elle était là leur issue de secours.
Alors d’un bond Arty monte sur le rebord de la fenêtre pour se retourner immédiatement vers la jeune femme. Il tend les bras, perpendiculaires à son corps, il est beau comme ça, n’a peur de rien. Il sent la nuit dans son dos, ça le rafraîchit, remet ses idées en place, plus ou moins.

- Vous nous laissez sortir ou j’vous jure, je saute ! Vous aurez bel air hein devant vos collègues !

Ce n’est pas une menace en l’air. Il le ferait, sans aucun doute. C’était ça le caprice absolu, jouer, menacer avec sa propre sécurité, mais Arty n’avait aucune limite. Et comme pour souligner le sens de ses paroles, sans quitter des yeux la professeure il fait un demi-pas en arrière, laisser son pied contempler le vide. Regard de défi. Il ne passerait pas toute la nuit dans la salle des professeurs. Puis quand même, dans le doute il jette un œil derrière lui, voir exactement ce qui l’attendait s’il sautait, qu’il sache au moins à quel point il allait devoir crier et avoir peur. Même si ça ne l’empêchera pas de passer à l’acte, il se dit qu’il serait sauvé, sûrement, enfin, il l’espérait quoi.
Puis ça le frappe, brusquement, il prend un air d’hurluberlu. C’est pas vrai. Mais qu’est-ce qu’ils étaient idiots ! Enfin, pas tout à fait, il fallait tout de même saluer cet éclair d’illumination qui avait frappé le Serpentard au moment de briser les fenêtres. Il se retourne alors vers son pote, fameux sourire.

- Aza ! On est au rez-de-chaussée !

Et déjà le vent de la liberté vient lui caresser les cheveux.
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Malicia Evans, le  Dim 5 Nov - 23:00

LA d'Artemis accordé

J’ai pas signé pour ça.
J’ai pas signé pour garder des sales gosses.
Je suis professeure, je veux bien l’admettre.
Mais je ne joue pas le rôle d’une professeure avec eux, j’ai juste l’impression d’être leur éducatrice spécialisée. Je suis censée m’occuper de cas-sociaux. Mais plus le temps passe, plus j’ai l’impression que c’est irrattrapable. Je reste silencieuse, attends la nouvelle idée d’un des deux gosses pour échapper à la punition. Azaël commence alors à me balancer des bouts de mousse.
J’hausse un sourcil interrogateur, il espérait obtenir quelle réaction ? J’ai pas réellement le temps de dire quoique ce soit que le bruit du sceau percutant le mur m’interpelle. Je regarde le mur puis Artemis et je rigole franchement. Il peut bien faire ce qu’il veut ce n’est pas ça qui va m’énerver.

La chaise finit sa course contre la porte. Il commence à faire sa crise digne d’un enfant de cinq ans. Je ne réagis pas vraiment. Jusqu’à ce qu’il avance vers la fenêtre comme s’il veniez de voir l’occasion de s’enfuir. Je me relève rapidement, murmure la formule et tends la main dans un geste désespéré. La manumagie faisant son travail, la vitre se répare empêchant les deux étudiants de s’échapper de la salle. La colère qui commence à prendre possession un peu de moi et je m’avance alors vers Artemis. La main tendue, je formule clairement « Levicorpus ».
Le corps du jeune poufsouffle quitte rapidement le sol, la cheville à quelques mètres du sol, la tête en bas. Il pouvait bien essayer de se plaindre au directeur, il n’y en avait plus.
Il pourrait bien aller pleurer dans les jupons de sa mère, je m’en foutais complètement.
Azaël savait très bien que je n’hésiterais pas à user de magie sur eux, je n’éprouverais pas de remords.

« - Tiens je m’ennuyais. Tu viens de me donner une raison de m’amuser. »

Puis après quelques minutes.
Son corps vint percuter le sofa.
Face à eux, la lueur qui persiste.
Cette lueur qui en a effrayé plus d’un.
La même que ce soir-là à l’appartement.

D’un petit geste, les sceaux reviennent à leurs places initiales et se remplissent d’eau. Ils allaient nettoyer la salle quoiqu’il arrive. Alors dans un geste rageur, je fais exploser un bout de la table derrière eux, juste comme ça, par plaisir.

« - J’ai le droit de vous garder ici autant de temps que je le veux. Et j’ai le droit d’utiliser les méthodes que je veux pour que vous fassiez la punition. »
Contenu sponsorisé

[Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs - Page 7 Empty
Re: [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs
Contenu sponsorisé, le  

Page 7 sur 8

 [Salle des Profs] Infiltration dans la salle des profs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.