AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-32%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer Alienware M15 – (15,6″ – 16Go RAM ...
1499 € 2199 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 1 sur 17
Dans la grande gare
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
Mélina Kuders
Mélina Kuders
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Dans la grande gare Empty
Dans la grande gare
Mélina Kuders, le  Lun 22 Fév 2010 - 21:31

Hrpg: Sujet ouvert avec l'autorisation de Sara
Rp avec Kirla

Le train de la petite sœur de Mélina devait arriver à 9 heures, en gare de Londres. La jeune phénix avait du se lever tôt pour se rendre, dans la capitale anglaise. Même si elle était très heureuse de revoir Kirla, le réveil fut très difficile, car avec Betty, elles avaient fermées tard, le sanglier rieur. D'ailleurs, elle décida de se faire couler un café assez fort avant de partir. Une fois le café prêt, elle prit sa tasse de café chaud et s'installa sur le canapé. Elle prit la lettre qu'elle avait reçu de sa petite sœur et la relut à nouveau. Kirla lui annonça qu'elle désirait revenir en Europe car sa famille lui manquait et qu'elle voulait s'installer, en Angleterre, au près de sa grande sœur qui lui manquait.

Depuis quelques années, Kirla vivait à New York chez une de leur tante qui s'occupa d'elle comme une mère. Elle lui avait appris toute ce qu'il y avait à savoir sur la magie. Mélina avait aussi suivi les études de la petite New-Yorkaise et elle lui avait envoyé de quoi suivre les cours de Poudlard.

Dans la lettre de Kirla, cette dernière lui écrivait qu'elle ferait un détour par la France pour voir les parents et leurs deux frères, pour un séjour d'une dizaine de jours puis qu'elle prendrait le train jusqu'à Londres où Mélina devait aller la chercher. La jeune phénix avait prévu de la faire dormir chez elle et elle avait préparé l'ancienne chambre d'Alliison qui avait décidée de tout plaquer pour s'installer, en Inde pour retrouver ses racines.

Quand elle eut terminé de prendre son café, elle fut un peu plus réveillée et fila prendre un douche pour avoir les idées claires puis fouilla dans son armoire, pour trouver un jeans et un pull qu'elle enfila en vitesse, car elle ne voulait surtout pas arriver en retard. Elle mit ses bottes, son manteau et son écharpe, s'engouffra dans le froid de l'hiver et transplana jusqu'aux abords de la gare de Londres.

Mélina n'était jamais venue dans cette gare que était immense et surtout remplis de moldus. Elle essaya de se faufiler pour trouver un panneau qui pourrait lui indiquer le quai où allait arriver le train de Kirla. Une fois qu'elle trouva ce qu'elle cherchait, elle se mit en quête de la voie B. Au bout de quelques cul de sac et quelques bousculades de personnes trop pressés, elle aperçut un panneau marqué voie B avec une flèche qui lui indiquait les escaliers à descendre pour se rendre sur cette voie. Une fois arrivée à destination, elle s'assit sur un banc, en espérant que le train n'aillait pas trop tarder car elle risquait de mourir gelée.

Une dizaine de minutes plus tard, le train de Kirla fut annoncé en gare et elle se leva avec énergie, enfin avec ce qu'il en restait, vu le froid qu'il faisait sur le quai. Les personnes, présents dans le train, commencèrent à descendre et elle chercha du regard sa jeune sœur qui avait du beaucoup changer depuis la dernière fois qu'elle l'avait et elle espère ne pas passer à coté d'elle s'en la connaitre. Mais lorsqu'elle la vit, elle la reconnut immédiatement et se précipita dans sa direction....
Kaya Adams
Kaya Adams
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage






Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Kaya Adams, le  Mer 24 Fév 2010 - 14:55

◘ New York ◘

Kirla rouvrit les yeux. Le jour n’était pas encore levé mais la jeune fille prenait un avion qui l’emmènerait directement en France. Voilà bientôt trois ans qu’elle avait quitté Poudlard l’école de sorcellerie où elle étudiait. Aujourd’hui, elle repartait en France pour une dizaine de jours, puis elle prendrait le train jusqu’à la gare de Londres ou elle logerait chez sa grande sœur Mélina. Tout en pensant, Kirla s’habilla. La veille elle avait dit au revoir à sa tante, elle aussi sorcière. Grâce à elle, elle avait appris la magie, car Kirla n’avait que 14 ans qu’en elle avait quitté l’école. La jeune fille avait aussi appris à transplaner. Kirla boucla sa valise et sortit de la maison. Elle ferma alors les yeux et se concentra sur l’aéroport. Quelques secondes après elle se retrouva dans une petite ruelle près de l’aéroport. Elle marcha donc et arriva à l’entrée. Kirla rentra et prit son avion. Elle aurait préférée transplaner mais sa tante lui avait déconseillé. Kirla ferma les yeux et s’endormis.

◘ Paris ◘

Un brouhaha sourd la fit sursauter, l’avion veniat de se poser. Kirla se leva et sortit de l’avion. Elle prit sa valise et chercha ses parents des yeux. Enfin elle les trouva. Elle courut et sauta dans leurs bras.

- Vous m’avez tellement manqués !

- Toi aussi dit son père

Ils partirent tous les trois vers leur maison qui se trouvait à quelques pas d’ici. Quand ils arrivèrent, Kirla fut surprise de ne pas entendre ses frères descendre.

- Ils ne sont pas là dits sa mère

Kirla s’installa donc dans son ancienne chambre mais ne déballa pas ses affaires. Elle ne restait que 10 jours après tout. Les autres jours se passèrent tranquillement et Kirla prit le train pour Londres.

◘ Gare de Londres ◘

Kirla vit enfin la gare. Dans moins de deux minutes, elle verrait sa sœur. Le train se stoppa et Kirla descendit. Elle s’avança dans la foule cherchant Mélina. Quelqu’un lui tapa dans le dos et Kirla se retourna.

- Mélina !

Kirla eut bien du mal à la reconnaître.

- Qu’est ce que tu as changé, tu m’as tellement manqué !

Kirla était très contente de la revoir, cela faisait si longtemps ! Kirla et Mélina sortirent de la gare mais restèrent tout de même à l’entrée.

Alors ou est ce que tu m’emmènes ? Demanda la jeune fille.

Kirla regarda sa sœur, un sentiment de joie l’envahie.
Mélina Kuders
Mélina Kuders
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Mélina Kuders, le  Jeu 25 Fév 2010 - 13:46

Quand Mélina posa sa main sur l'épaule de sa sœur, celle-ci se retourna et elle lui sauta, dans les bras. Kirla lui fit remarquer qu'elle avait beaucoup changer, la jeune phénix lui sourit et lui répondit:

Je n'ai pas autant changer que toi, petite sœur, tu es devenue une vrai jeune femme à présent. Et j'espère que tu vas rester ici, maintenant car je ne supporterait que tu retournes vivre à l'autre bout de la terre.
Dis ton ses chez papa et maman, c'est bien passé, ils t'ont laissé laisser un peu respiré durant ton séjour et tu avait les frangins? Ils vont bien?

Mélina avait tellement de choses à lui dire qu'elle ne savait pas, par où commencer, elle était si heureuse de la revoir. Il s'était passé beaucoup trop choses, durant cette séparation et même si elles s'était données des nouvelles pendant cette période, elles étaient restées brèves et se limitaient au suivie de la scolarité et aux gros événements de la vie mais sans plus, car Mélina n'avait jamais véritable digéré son départ à New York même si elle comprenait parfaitement cette volonté de partir loin de parents qui pouvaient très envahissants.

Alors qu'elle traversa la gare pour en sortir, la New-yorkaise lui demanda où elles allaient maintenant et Mélina lui répondit avec un regard malicieux:

Pourquoi tu te plait pas ici? Je plaisante bien sur, je pense qu'on va d'abord s'arrêter à l'auberge des deux mondes, tu verras c'est un endroit agréable.

Même si elle trouvait qu'il était moins bien que le sanglier rieur mais elle ne voulait y aller tout suite car Kirla n'était pas au courant qu'elle s'occupait d'un restaurant et elle voulait lui en faire la surprise. Alors d'un pas décidé, elles sortirent de la gare pour se rendre à l'auberge, car le vent s'était mis à souffler dehors et il faisait très froid.
Wolfgang von Schönfeld
Wolfgang von Schönfeld
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Legilimens





Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Wolfgang von Schönfeld, le  Ven 16 Juil 2010 - 16:58

[ RP privé Akshay Lecter ]


Il était tard dans la nuit. Wolfgang, insomniaque depuis de nombreuses années, avait quitté sa chambre de la goutte de lait pour aller se promener, seul, dans les rues sombres de Londres. La nuit était d'une noirceur rare. Sans la lueur éclatante des réverbères, la rue n'aurait été que néant dont les pavées inégaux rendaient le déplacement aussi dangereux qu'aventureux... Les façades grises des immeubles de centre-ville semblaient, chacune leur tour, éteindre toute lumière au passage de l'insomniaque, qui ne pouvait s'empêcher de décortiquer chaque fenêtres, de peur qu'on le surveille... Comme à son habitude, le sorcier arriva à un petit endroit qu'il affectionnait particulièrement lors de ses petites escapades nocturnes. Un petit pont de pierres qui traversait la tamise en son point le moins large. De là, il pouvait entendre l'eau (polluée) se doter d'une parure bruyante. Chaque passage d'eau sur une pierre embellissait la nuit. Wolfgang resta plusieurs minutes, voir plusieurs heures accoudé sur ce petit pont, grand lieu de détente et d'apaisement...

Personne ne savait donc vraiment combien de temps il était resté là, à ne rien faire, mais ce dont tout les oiseaux, poissons, insectes où autres animaux peuvent témoigner, il en était parti aussi précipitamment que lors de son arrivée. Les comportements de Wolfgang n'avaient rien de censés, du moins, en apparence. Enfance dorée, éducation d'une main de fer, scolarité solitaire, l'aristocrate n'avait aucuns points de ressemblance avec un quelconque sorcier. Ses journées, il les passait seul. Ses nuits, il les passait seul. Cette solitude massacrante n'avait perdu en poids que lorsque le sorcier avait rencontré une dizaine d'autres mages, passionnée par un même objectif. Le comportement de Wolfgang apparaissait à la plupart des sorciers comme une bizarrerie inexpliquée mais qui, en soit, n'avait rien d'incompréhensible.

- Allons nous divertir...

S'exclama le man...sorcier. Comment souvent quand il allait faire de telles promenades, Wolfgang, outre le fait de se détendre, cherchait aussi un gibier à combattre. Gibier que, la plupart du temps, il trouvait sans problèmes. De vieux moldus enivrés, des adolescents fêtards, des sans-domicile-fixe ; ils étaient nombreux à avoir goutés de la baguette de sorcier et à avoir fait les frais de la cruauté indéniable du sorcier. Les poufsouffles, principalement, faisait le fruit d'un fantasme meurtrier de la part de Wolfgang qui ne pouvait retenir sa haine face à ces envoyés des blaireaux... Dotés d'une intelligence quasi-inexistante, ils étaient une proie facile que l'insomniaque se plaisait à pourchasser - à flairer, parfois - et à exterminer. Leur odeur aussi répugnante qu'enrichissante sur les repas avalés la veille ne faisait qu'attiser ce sentiment tout à fait explicable que Wolfgang ressentait, à la vue d'un poufsouffle. En effet, les poufsouffles sont connus pour être des sorciers à la fois courageux, intelligents, assidus et parfois fourbes. Or, dans la pratique, le blaireau n'est rien d'autre qu'un lâche. Cette haine est-elle si injustifiée ?

Wolfgang marcha plusieurs dizaines de minutes sur les pavées réfléchissants. Les pas du sorcier ne semblaient faire aucun bruits, bizarrement. Il arriva très vite à l'endroit où il se plaisait à tuer. Ici, il n'y avait qu'un seul lampadaire et nombreux sont ceux qui viennent profiter de cette obscurité... La gare de Londres, où plutôt, sa partie arrière, était cet endroit tant apprécié de Wolfgang. Ce dernier jeta un coup d'œil et remarqua qu'il n'y avait personne... personne. Habituellement, au minimum trois personnes (sorciers et moldus confondus) se trouvaient là, ivres. Wolfgang se décida à parcourir le lieu lorsqu'il s'aperçut qu'un être vivant était bien là, se tenant droit. Sa silhouette ne semblait, au premier abord, pas celle d'un homme alcoolisé. Dans la pénombre, Wolfgang ne pu distinguer de qui (ou de quoi) il s'agissait. Pointant sa baguette sur la silhouette, bien décidé à mettre fin à toute vie présente dans celle-ci, il cria...

- Endoloris !

La mort qui attendait le gibier était une mort douloureuse, mais il ne le savait probablement pas ...
Invité
Anonymous
Invité

Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Invité, le  Ven 10 Juin 2011 - 21:30

[HRP : Suite d’ici. Ce RP n’a aucune incidence sur les Rps en cours]

Mouhaha la gare c’est quand même mieux que la banlieue ! C’est beau, c’est bien, c’est Bosch une cible idéale ! Un endroit fréquenté par tout plein de moldus et de sorciers, un endroit qui va énerver tout le monde s’il n’est pas opérationnel d’ici très peu de temps. Un endroit qui voit passer des milliers de gens qui attendent après des trains qui ont souvent beaucoup de retard et qui se permettent de nous offrir un service miteux mais une réserve de chewing-gum importante vu ce qui est collé sous les sièges.

Mais ce qui est bien, c’est que la gare à une heure du matin passée, ben c’est pas bien peuplé. Et c’est même complètement fermé ! Les trains il y en a quelques uns, les rails aussi… Et le quai est là rien que pour ce bon vieux 80 ! Personne ne pouvait le reconnaître et il avait lui-même modelé son masque peu de temps avant l’attaque avec un joli Plasticinum. Comme ça, caméras ou non, personne, pas même les anciens mangemorts, ne pouvaient savoir qui attaquait sous le masque ! Et c’était tant mieux ! Alors, par où commencer… ? Mouhaha et si on s’occupait de quelques wagons hein ? Ca fait pas de mal un wagon, c’est sympa !


« Terasectum ! »

Et voilà qui allait faire monter un peu la température. Les roues du train étant essentiellement constituées d’un métal dont il ne savait le nom, 80 avait lancé ce sort dans le seul but de faire entrer le métal en fusion. Et ça marchait plutôt bien ! Tout le train touché était en train de s’affaisser, répandant une marre de métal en fusion, faisant fondre les rails à cet endroit et irritant même le bas du train. Aaaah mais c’était une bonne idée ça ! Aller on continue !

« Euh… Terra Soluenta ! »

Visant le sol de la gare à un endroit où il n’y avait pas de rails, il voulait voir se créer un sable mouvant, et il ne tarda pas à le voir buller. Pour y trouver un intérêt plus grand néanmoins, il lança un joli petit Windgardium Leviosa sur une locomotive isolée, histoire de priver un train de sa partie avant, et prit un malin plaisir et la coller juste sur ce sable mouvant, ne tardant pas à la voir s’enfoncer. Raaah que c’est beau le chaos ! Mais il n’en avait pas fini ! Non loin de là, pour créer bien plus de chaos, il lui suffisait finalement d’un grand :

« Nemicii Ventii »

Faisant de grands cercles avec sa baguette, une petite tornade d’environ trois mètres de hauteur fit son apparition et commença à balayer tout sur son passage, lançant d’ailleurs une multitude de débris qu’il s’empressa d’éviter avec un splendide Moonwalk. Il avait d’ailleurs une admiratrice… Une femme de ménage était restée ici, tandis que toutes les issus étaient fermées, empêchant la moindre personne d’entrer. C’est en voyant la tornade qu’elle s’était mise à crier et à sortir en courant, comme une parfaite groupie. Oui, il le savait bien qu’il était beau, mais bon à ce point là c’était exagéré ! Ce soir, il avait décidé de jouer la simplicité et les yeux rougeoyants d’une lueur mauvaise, il lança avec conviction :

« Avada Kedavra ! »

Une lumière verte pour déterminer la fin de la vie d’une femme, femme bientôt mutilée par son agresseur. Ca ne se fait pas de tuer une femme, même si bon, fallait l’avouer, elle était vachement moche. Mais le fait qu’elle soit moche lui donna une excellente idée ! Autant allier les moches ensembles ! D’une main experte il retira les boutons de son chemisier trop petit pour elle, enleva son soutien-gorge et fit rougir le bout de sa baguette. Sur chaque sein il écrivit simplement « 23 » pour signaler que cette femme était la propriété privée de son ancien confrère, Mangemort 00. Peut-être était-il nécrophile après tout…

Mais bref, il fallait qu’il fasse vite, ça bougeait pas assez là-dedans. Aussi lança-t-il un simple Diffindo sur les rails, pour pouvoir bien les couper, et avec un Accio il réussit à les relever, je sorte à former une jolie courbe des deux côtés de l’entaille. Bonne chance pour les remettre en place celles-ci ! 80 aurait aimé passer par la voie 9 ¾ Mais elle était fermée, alors tant pis, il se décida à jeter la marque… Avant de se rendre compte qu’il ne pouvait pas puisqu’il n’était pas en plein air. Raaah la misère. Tant pis, il prendrait pas le risque de sortir dehors pour pouvoir la lancer, tout le monde verrait bien demain !

« Et on efface les traces ! Tempestas Pluvia ! »

Mais il avait encore envie de se faire plaisir, et pour ça, rien de tel que de mettre à sac un bon paquet de containers. Trouvant qu’il avait déjà assez trainé ici, il se décida donc à aller aux Docks de Londres.

[HRP : Vengeaaaance pour ma maison !]
Neal Ferxon
Neal Ferxon
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Neal Ferxon, le  Dim 12 Juin 2011 - 11:35

Précédemment...

Bis fit attérir Thomas Efferxon et Ourgan à une trentaine de mètres de l'entrée principale de King's Cross, la gare de Londres. Il ne faisait pas encore jour ; pourtant une grande quantité de Moldus habillés en tenue d'affaires, dont un bon nombre d'entre eux étaient équipés de parapluies, commençait à s'agglutiner devant un accès condamné par des hommes en képi qui installaient leurs banderoles en jaune "DO NOT CROSS". Aïe, la police moldue s'était saisie de l'affaire. Thomas tira la baguette de sa poche, puis fit apparaître un serpent qui faisait guise de patronus : il fallait demander des renforts du ministère, rapidement !

Pas bon, tout ça. Le Directeur de la Justice Magique s'adressa à son Elfe de maison :


"Maintenant, tu retournes au Docks, et tu nettoies tout ça. Transfères les cadavres dans un lieu sûr, tu sais celui que je veux parler. Fais vite, il ne faut pas qu'un moldu te voie !"

L'elfe s'inclina : "Bien, maître" ; puis disparut dans un petit "pop" caractéristique.

Accompagné d'Ourgan, le Directeur de Serpentard s'approcha de l'entrée de la Gare. Les regards commencèrent à se tourner vers eux, car Thomas était encore vêtu de son uniforme du ministère, et Ourgan... Ourgan n'avait pas complètement retrouvé sa forme humaine (à la plus grande exaspération du jeune métisse). Il n'était pas commode que la situation dure plus longtemps : le Maître de la botanique ressortit sa baguette devant des paires d'yeux exacerbés et fut contraint à lancer le sortilège repousse-Moldu :

- Repello Moldum !

La cinquantaine de personnes rassemblés autour de l'accès interdit, ainsi que les policiers mettant en place leur dispositif se dispersèrent instantanément : ils s'étaient tous rappelés en même temps d'un rendez-vous important. Ourgan et Thomas lancèrent le maximum de sortilèges d'amnésie afin que la plupart des personnes oublient ce petit désagrément.

La voie était libre. Les deux hommes pénétrèrent dans la gare abandonnée de toute vie. Et de toute chaleur, également : plusieurs trains étaient enfoncés dans le sol, et les rails s'emmelaient au large. Rapidement, Thomas s'adressa à son compagnon :


"Brechnev..."
"Je sais..." Grommela t'il en réponse.

Thomas n'aimait pas être un homme de terrain, il préférait de loin les bureaux et être en train de travailler sur de nouvelles potions dans un endroit isolé. Mais il fut quand même impressionné d'observer la façon dont Ourgan réussit à déloger un cadavre - une femme d'âge mur - de sa cachette, avant de quadriller de façon méthodique le terrain pour trouver le plus d'indices possibles. En un temps record, il revint vers le ministre.

"Alors?"
"Un homme, le même qu'aux Docks, on reconnaît sa façon de faire, à force." Il désigna les nuages sombres qui déposaient encore de grosses gouttes de pluie.
"Pas de marque des ténèbres, cette fois, par contre..."

La remarque du Professeur fut maintenue en suspens, les renforts du ministère - une dizaine d'employés tirés du lit - firent leur apparition dans un grand "pop" collectif. Thomas s'adressa à celui qui semblait être le chef de l'unité de réparation d'accidents magiques, un certain Groosgake, selon son badge de fonction :

"Je vous ai dépêché pour vous demander de remettre la gare en état!"

Il montra d'un geste la gare, avec au loin les rails qui allaient dans une direction complètement aléatoire.

"Très bien" Répondit Groosgake, avec un certain don qui lui permettait de mal cacher son appréhension. "Mais, nous sommes toujours associés à des Aurors, pour ce genre de mission, M. Efferxon"

Toujours à se plaindre, ceux là.

"Vous savez bien qu'il ne faut plus compter sur eux, apparemment."

Ourgan tapota la robe de fonction du ministre, puis montra du doigt le ciel, au loin. A une dizaines de miles on pouvait voir une lumière verte, dans le ciel.

"C'est pas vrai!"

Thomas transplana.
Wena Horner
Wena Horner
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Faucon


Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Wena Horner, le  Lun 11 Juil 2011 - 16:30

[PV avec John Félicie]

Wena fit sortir ses élèves de sa classe et s'effondra sur la chaise de son bureau. Ce premier cours avait été vraiment épuisant. Les élèves avait eu du mal à comprendre les difficultés de la transformation Animagus, mais au moins, ils étaient sortis de là content d'après leur tête. La jeune professeure se tourna vers le tableau garni d'explications en tout genre, de schémas représentant diverses étapes de la transformation d'un Animagus loup (parce que les loups étaient les animaux qu'elle arrivait le mieux à dessiner). Pour leur illustrer tout cela, elle leur avait même fait une démonstration en se changeant elle-même en Faucon Gerfaut Blanc.

L'Irlandaise contempla une dernière fois son "œuvre", puis saisit la brosse et entreprit d'effacer la surface noire. Pourquoi ne pas utiliser la magie me direz-vous ? Parce que, pour une raison qu'elle ignorait, la jeune femme affectionnait particulièrement le nettoyage de son tableau... Sa besogne accomplit, elle ramassa les affaires, les fourra dans son sac de cuir et sortit de la salle en verrouillant la porte derrière elle. Elle s'arrêta dans un couloir, et regarda le parc à travers le fenêtre. La nuit commençait à tomber, il était temps qu'elle s'en aille vite. Elle descendit le Grand Escalier de pierre et atterrit dans le hall, où des élèves se bousculait déjà pour aller manger dans la Grande Salle.

La jeune femme sortit promptement du château et se retrouva dans le Parc, où une légère brise soufflait, ridant la surface du lac endormit. Par simple mesure de sureté, elle rabattit la capuche de sa cape sur sa tête, et traversa la pelouse en direction du portail de fer. Avec un sourire, elle contempla les deux sangliers ailés, se remémorant avec nostalgie la première fois qu'elle les avait vu, le jour de sa rentrée à Poudlard.

L'Auror n'avait pas envie de rentrer s'enfermer à Wood Stuff. Elle décida donc d'aller faire un tour du côté de la capitale Anglaise. Elle rassembla donc ses dernières forces et transplana jusqu'à Londres.

Tout d'abord, elle alla au Chaudron Baveur, voir si quelques Aurors ne trainaient pas dans le coin. Évidemment, aucun de ses collègues n'était assis, une bierraubeure en main. Ils étaient bien trop prudents pour sortir comme ça, dans un lieu public, et aussi fréquenté que le pub le plus connu du Monde Magique. Après une ou deux vers de jus de citrouille (ben oui, Wena est raisonnable, elle ne boit pas en semaine !), elle sortit dans la nuit et flâna pendant une heure, s'amusant à observer les Moldus qui trainaient encore dans la grande ville.

Mais son comportement devenait de plus en plus imprudent. Il était désormais temps qu'elle rentre au QG. Ce fut donc en trainant les pieds qu'elle remonta une grande avenue, afin de se rendre à la Gare de Londres. Là, elle pourrait prendre le train jusqu'à la petite ville proche de Wood Stuff.
Arrivée sur les quais, elle prit un peu d'argent Moldu dans sa poche, et paya son billet. Le train qu'elle attendait n'arriverait pas avant une bonne heure. Les paupières lourdes, elle marcha vers un banc et s'écroula dessus. Elle aurait pu s'endormir, même aussi mal installée, si un bruit suspect ne l'avait pas dérangé. Dans le silence de la gare, la jeune Irlandaise entendit des pas sur le sol de pierre.

Elle ouvrit vivement les yeux, se redressa et plongea la main dans sa poche pour trouver sa baguette. Un homme se rapprochait. La jeune femme ne pouvait distinguer son visage, à cause des ténèbres environnants, mais elle gardait sa main bien serrée sur le petit bâton de bambou, n'osant le sortir au cas où l'homme aurait été un Moldu.


L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Wena Horner
Wena Horner
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Faucon


Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Wena Horner, le  Mar 2 Aoû 2011 - 18:59

Le bruit de pas s'était arrêté. Le souffle court, la jeune Auror attendit, la main toujours crispé sur sa baguette magique qui se trouvait encore dans sa poche. Il n'y avait plus aucun bruit, plus aucune lueur. Ce silence aurait pu faire penser à celui qui précède l'arrivée d'un Détraqueur si le froid mordant qui les accompagnait habituellement n'avait manqué au tableau lugubre. Elle n'entendait désormais que le bruit de sa respiration saccadée et ses yeux fixait les ténèbres qui lui masquait peut-être un danger potentiel. Son expérience d'Auror, si maigre fut-elle lui avait appris à considérer chaque bruit, surtout dans un endroit aussi peu sur qu'un quai de guare désert à une heure avancée de la nuit.

Wena s'apprêtait donc à dégainer sa baguette, à la manière d'un escrimeur si un quelconque sortilège jaillissait de l'ombre. Son coeur fit un bond dans sa poitrine au moment ou une voix qui lui était un peu familière prononça l'enchantement du Lumos. Éblouie par cette lumière soudaine, la jeune fille plissa les yeux et entendit la même voix douce s'adresser à elle :


- Bien le bonsoir Wena. Quel heureux hasard.

La jeune fille ne reconnut d'abord pas son interlocuteur. Après les quelques secondes qui lui furent nécessaires pour s'habituer à l'éclat produit par la baguette, un sourire de soulagement vint éclairer son visage et sa main se décrispa du bambou. Alors, enfin elle lui répondit :

- John ! Tu m'as fait peur je dois l'avouer. J'ai cru que tu étais un Mangemort ou un quelconque autre ennemi. Cela ma fait plaisir de te voir.

C'était en effet John Félicie, un de ses collègue Auror que l'Irlandaise ne connaissait pas très bien. C'était une bonne chose qu'elle soit tombée sur lui. Ils pourraient faire plus ample connaissance et avoir quelqu'un à ses côtés était également rassurant, même si la jeune fille était sensée savoir se débrouiller en matière de combat.

- Et bien, que fais-tu ici à une heure aussi tardive ? Pour ma part j’ai passé la journée en ville, histoire de faire quelques achats.

Il désigna une pile assez importante de sacs qui se trouvait à quelques mètres du banc où la Professeur de Métamorphose était assise. Wena y jeta un coup d’œil interloqué et releva, d'après l'inscription que portait un de des sachet, que le jeune homme aimait la couture Italienne.

- La situation est enfin tombé en notre faveur. Pour fêter les élections j’ai décidé de me faire plaisir !

La jeune fille aux cheveux roux sourit. C'était vrai que les dernières nouvelles étaient plus que réjouissantes. Malgré le fait que l'enseignante n'ait jamais porté grand intérêt à la politique, elle s'y était intéressée en vue des récents évènements. En effet, les Aurors ayant sombré dans l'illégalité sous la politique du précédent Ministre, il était primordiale que son remplaçant les ramène à leur poste de Gardiens de la Paix. Et fort heureusement, c'était Actarius Bright, un membre de l'Ordre du Phénix qui avait été élu, leur garantissant leur remise en fonction rapidement.


- Oui, il est vrai que je suis également ravie que nous ayons enfin un Ministre qui semble compétent. Espérons juste qu'il tiendra ses promesses maintenant. Enfin ça, je n'en doute pas, rajouta-t-elle avec un sourire. De mon côté et bien je rentre du travail à Poudlard. Je n'avais pas réellement envie de me rendre immédiatement à Wood Stuff, c'est pourquoi j'ai décidé de faire un tour dans Londres. Mais comme je suis très fatiguée je préfère prendre le train pour rentrer au QG plutôt que de transplaner, quitte à attendre une heure.

Son collègue fit alors apparaitre un boule lumineuse qui réchauffa l'atmosphère glacée, au plus grand plaisir de Wena qui n'avait emporté que sa cape noire comme vêtement chaud. Puis, il trancha un deux son sandwich et en proposa une moitié à la jeune Auror.

- Ho euh... Merci, c'est très gentil, fit-elle en prenant une part du repas du jeune homme.

L'Animagus mourrait en effet de faim et ce fut avec bon coeur qu'elle accepta la moitié du sandwich. Elle mordit dans le pain chaud et s’aperçut que son compagnon était encore debout. Elle s'écarta alors, lui laissant une place à ses côtés.


- Mais assieds-toi donc si tu veux. L'attente pour le train risque d'être assez longue.

La jeune Horner avait toujours été très timide avec les gens qu'elle ne connaissait pas vraiment, c'est pourquoi elle hésitait à discuter avec lui, de peur de paraitre indiscrète. Mais il restait trois bons quarts-d'heure avant l'arrivée du transport, et la jeune fille surmonta donc sa timidité pour lui dire d'une petite voix :


- Et heu... que... que fais-tu dans la vie à part le boulot d'Auror ? Enfin, je sais bien que celui-ci est assez prenant, mais tu pourrais avoir un autre emploi ? Enfin, moi par exemple je suis Professeur à Poudlard et...

A cet instant l'ancienne Gryffone s'aperçut qu'elle en faisait trop. Elle se tut donc, attendant la réponse de son collègue. Elle mordit une nouvelle fois dans le sandwich et observa le quai quasiment désert d'un œil fatigué.
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Wena Horner
Wena Horner
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Faucon


Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Wena Horner, le  Mer 3 Aoû 2011 - 14:02

John avait accepté de pendre place aux côtés de Wena. Il sourit en voyant que celle-ci acceptait la moitié du sandwich et observa d'un œil rêveur la source de lumière de ses yeux noisettes. L'Irlandaise observa un peu le visage de son collègue. Il avait les cheveux court, d'une couleur châtain, assez claire. Ses traits étaient fins, et ses iris semblaient dégager une sorte de mélancolie, masquée derrière un sourire qui sonnait faux.

La jeune fille aux yeux émeraudes songea que ce garçon cachait sans doute une triste histoire, pleine de dédales ténébreux, et qu'elle ne connaissait décidément pas les gens qui l'entouraient. Mais elle était trop timide pour le questionner sur son passé et lui ne voudrait surement pas se confier à une fille, une gamine par dessus le marché, qu'il connaissait à peine. Sa propre histoire à elle aussi n'avait pas toujours était rose, même si elle n'avait pas à se plaindre désormais. Toujours perdue dans ses pensées, et dans les hypothèses sur la personnalité de son collègue, elle redescendit sur terre, au son de la voix du jeune homme qui répondait à sa question :


- Faut dire que cela fait un petit moment que je suis chez les Aurors, boulot qui me prend beaucoup de temps comme tu dois toi même le savoir. Ce boulot, je le place presque au centre de ma vie. J’ai ça dans le sang, je combat depuis mon plus jeune âge pour avoir été un membre de l’Ordre du Phénix par la passé.

Ça alors, il avait été Phénix autrefois ? Étonnant qu'il ait voulu passez dans les rangs des Aurors. Surement à cause de la pression qu'engendrait le fait de défendre la population magique illégalement, pensa Wena. En tous cas, il lui ressemblait un peu. Elle aussi avait toujours aimé le combat, ainsi que défendre ceux qu'elle aimait.


- En dehors de cela, je passe beaucoup de temps à voyager en dehors de l’Angleterre. Je vais souvent en Egypte où mon Phénix a l’occasion de se ressourcer dans son pays d’origine et où je peux moi même faire les souks des villages à la recherche d’objets rares et anciens. Sinon, je passe également beaucoup de temps en République Tchèque, où j’ai laissé beaucoup de choses ... Longue histoire ... Et lorsque je ne fais rien, je reste dans mon grand manoir, surplombant le village de Godric’s Hollow. Je me plais à écouter de la musique et à me balader dans mes grands jardins en fleurs. Et puis pour répondre à ta seconde question, je n’ai qu’un seul job et cela me suffit. De toute manière, je ne travaille pas chez les Aurors pour l’argent, l'argent ne m'intéresse pas et ne m'a jamais intéressé. Je fais ce que je fais par convictions uniquement.

L'Irlandaise tenta d'imaginer le jeune Felicie dans ses jardins, à humer les parfums floraux et à fredonner des airs calmes et tranquilles. Qu'il devait être plaisant de pouvoir se ressourcer ainsi, au cœur même de la nature, où seuls les chants des oiseaux viennent troubler le silence apaisant des arbres majestueux !


- C'est une belle qualité de ne pas attacher d'importance à l'argent. J'ai l'esprit trop idéaliste, mais je ne peux m'empêcher d'espérer un jour retourner dans mon pays natal, là ou la valeur des Gallions est égale à celle de l'eau, des denrées de la terre... ou même à la vie d'un être vivant. Les gens aujourd'hui ont oublié le vrai sens des priorités. Il s'attachent à leur fortune en oubliant ce qui compte encore plus. Les amis, la famille, l'amour...

Elle s'arrêta et sourit en se revoyant, enfant, jouer dans les vertes landes, en compagnie des esprits de la nature. John, qui s'était arrêté pour manger, reprit :


- Tu es professeur de métamorphose n’est-ce pas ? C’est ce que Celeste m’a dit. J’ai également un savoir relativement correct de cet art mais bon jusqu'à aller l’enseigner ! Non, moi j’excelle dans deux matières: Les potions et les sortilèges de feu. Actuellement mon père était un biologiste, il collectionnait tout une collection de plantes magiques et médicinales. Lorsqu’il décéda, j’ai hérité de tout une malle remplie d'ingrédients pour potions. J’ai beaucoup appris avec lui durant ma jeunesse si bien que j’ai atteint un très bon niveau dans la confection de potion en tout genre. Il marqua une pause, se rendant compte qu’il monopolisait la conversation. Mais j’ai déjà bien assez parler de moi, que peux-tu me dire de toi ? As-tu une résidence secondaire en dehors du Qg ? Parce que on ne va pas rester longtemps la-bas maintenant que le ministère nous reouvre ses portes !

La question dérouta quelque peu l'Animagus. Elle avait toujours pensé que les Aurors, même après avoir été remis en fonctions, conserveraient leur logement à Wood Stuff. Elle regarda dans le vague un moment, tentant de réfléchir à un moyen de se loger et répondit, la voix quelque peu paniquée :

- Et bien... A vrai dire, non, je n'ai pas d'autres résidence. Lorsque je suis sortie de Poudlard, j'ai tout de suite emménagée dans le bureau des Aurors. Même si nous n'étions pas encore à Wood Stuff, je passais le plus clair de mon temps là-bas, je dormais même peu. Et puis, juste après la fin de ma formation, nous avond du déménager au QG, et là j'ai pu établir ma résidence. Mais maintenant... je ne sais pas vraiment où aller, ajouta-t-elle avec un rire nerveux, qui servait plutôt à cacher la panique dans sa voix.

Après réflexion, ce rire lui donnait plutôt un air bête...
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Wena Horner
Wena Horner
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Faucon


Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Wena Horner, le  Dim 21 Aoû 2011 - 22:06

Un véritable torrent de pluie s'abattit alors sur Londres. Le crépitement des gouttes d'eau qui tombaient et rebondissaient sur le toit qui les protégeaient de l'averse étaient semblable à celui qui provoque les grêlons lorsqu'ils se déversent sur la terre. Le froid s'intensifia encore un peu, mais la boule de lumière créée par John réussissait à réchauffer les deux Aurors. Son collègues, en réponse aux derniers mots de la jeune Horner fit alors :

- Je ne savais pas que tu venais de terres éloignées, et pourtant je sais beaucoup de choses sur mes collègues. Mais alors d’où viens-tu ? De quelle terre aux prairies vertes et aux forets denses es-tu d’origine ?

La jeune femme s'étonna. Comment savait-il qu'elle venait de terres aux prairies verts et aux forêts denses ? Peut-être que son ami avait lu le dossier la concernant lors de son inscription chez les Aurors, mentionnant qu'elle était originaire d'Irlande ? Ou tout simplement était-il Légilimens... Elle répondit donc :


- Je suis née et j'ai vécu jusqu'à l'age de onze ans sur la terre qui a habritait il y a des milliers d'années de cela, nos ancêtres sorciers, les Tuatha De Danann, autrement dit, le premier peuple d'Irlande. Je naquit et je grandit dans la petite de ville de Tubbercurry, près de Sligo dans le nord de l'ile verte. Depuis toute petite, je me passionne pour la musique de la terre de mes racines. Et cette musique me manque, si tu savais...

Elle ne savais pas pourquoi elle lui racontait tout ça. Le besoin de se confier, peut-être. De dire enfin ce qui lui pesait sur le cœur depuis treize ans. Elle reprit :


- Mais je compte vraiment y retourner un jour. Revoir mon père avec qui j'ai toujours des contacts réguliers. Mais, pardonne-moi, j'ai dévier la conversation. Tu m'avais posé une simple question, et je t'ai presque raconté toute mon enfance. Et toi, dis-moi, d'où viens-tu si la discrétion n'est pas de trop ?

Il lui parla alors encore un peu de lui, puis la questionna sur le lieu où la jeune femme vivait. A cette question, la voix de Wena se fit incertaine, paniquée et anxieuse. Elle lui répondit qu'elle avait toujours vécu à Wood Stuff lors de sa sortie de Poudlard et que, désormais, elle n'avait plus vraiment d'endroit où aller. Il y avait bien sa petite chambre à Poudlard mais elle ne pouvait l'utiliser, car c'était là qu'elle entreposait tous ses animaux indispensable à ses cours de Métamorphose. Le jeune homme dut sentir sa voix trembler, car il répondit d'un ton apaisant :

- Ne t'inquiète pas, avec ton salaire tu trouveras bien un endroit où vivre, un petit chez toi. De toute façon, il est sur que le ministère ne te laissera pas dans la rue. Au pire tu pourras dormir chez un de tes collègues si tu ne trouves vraiment rien !

Il lui tapota alors l'épaule, ce qui provoqua chez la jeune sorcière une sensation de reconnaissance envers son collègue. C'était la première fois depuis bien longtemps qu'on lui témoignait un quelconque geste d'affection, si aussi insignifiant soit-il qu'une petite tape sur l'épaule. Elle tourna la tête vers lui et le gratifia d'un sourire qu'elle trouva maladroit, sensé exprimer le sentiment qu'elle éprouvait. Puis il continua :

- Sinon, j’imagine que comme toute bonne sorcière, tu dois surement être une animagus n’est-ce pas ? Pour ma part, je n’ai ni permis de transplanage, et je ne suis pas non plus un animagus. Je suis cependant un excellent Legilimens !

C'était donc cela, il était bien Légilimens ! Voilà qui expliquait comment il avait su qu'elle avait vécu dans un pays aux vertes contrées et qu'elle était troublée lorsqu'il lui avait demandé où elle compter habitait désormais.

- Et bien oui, je suis en effet Animagus. J'ai la facultée de me changer en Faucon Gerfaut Blanc. A cause de ma peau assez blanche je suppose... J'ai également mon Permis de Transplanage et je passe actuellement ma formation pour devenir Légilimens, ajouta-t-elle avec un sourire, étonnée de la coïncidence. Mais toi, reprit-elle. Tu ne souhaite pas passer d'autres formation ?

[Hum, désolée du retard :$ ]
Paul Hiddleston
Paul Hiddleston
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus (Hyène)





Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Paul Hiddleston, le  Mer 5 Oct 2011 - 20:20

RP avec Luna Lovely et Aymeric Burton // + Présence d'un PNJ inventé pour mon personnage, son petit-ami. Je le ferai agir/parler quand il faudra.

_______________________________________________________________________

Ce furent les rayons du soleil pénétrant à travers la fenêtre de l'appartement qui réveillèrent Stuart, profondément endormi dans le grand lit de son petit-ami. Grognant, le Serpentard attrapa la grosse couette couleur crème du lit avec violence avant de la tirer sauvagement sur sa tête pour se protéger de ce stupide soleil. Il avait mis tant de force dans son geste que tout le reste de son corps fut dévoilé, rappelant par la même occasion au vert et argent qu'il était entièrement nu ... Mais une autre chose vînt très vite troubler le sommeil du jeune homme, bien moins dérangeante néanmoins ..

- Joli cul, face-ache.

Un petit rire grave se fit entendre et la fumée d'une cigarette se répandit dans la pièce. Stuart se contenta de répondre par un autre grognement tout en tirant une nouvelle fois la couette pour recouvrir le fameux " Joli cul ". N'ayant pas bougé d'un seul centimètre, le vert et argent attendit qu'Alexander, son petit-ami/amant/fiancé-s'ils-pouvaient-se-marier, le rejoignent dans le lit. Et effectivement il ne fallut pas plus de cinq minutes pour que le Serpentard ne sente le matelas s'affaisser à côté de lui. Se retournant doucement pour faire face à son interlocuteur, Stuart baissa doucement la couverture, dévoilant ainsi son air un peu brouillon du matin. Ses grands yeux noirs endormis et ses cheveux blanc en bataille lui conférait une air assez étrangement adorable et le sourire attendrit qui s'afficha une demi-seconde sur le visage de son petit-ami ne lui échappa pas, même si il n'en montra rien.

- Ça c'est sûr que tu l'aimes, mon cul ... J'ai mal p*tain ..

Ceci-dit il se redressa avec difficulté, s'asseyant en face d'Alexander qui riait doucement. D'un air mi-blasé, mi-amusé il attrapa la cigarette des mains de son fiancé avant d'en tirer une longue bouffée pour en envoyer la fumée droit sur son visage. Puis profitant de ce moment, le vert et argent se leva avec rapidité et se faufila dans la salle de bain, rackettant au passage la cigarette d'Alex'.

La nuit dernière avait été sulfureuse et un peu ... violente. Stu' souffrait de nombreuses ecchymoses et d'une certaine douleur au niveau du bas du dos .. Allez savoir pourquoi. Posté devant le miroir de la petite salle de bain, le Serpentard remarqua qu'en plus des nombreuses marques partout sur son corps, il avait écopé d'un joli coup bien bleuie sur sa joue droite. Souvenir de la table basse ça. Souriant à cette pensée, il entreprit alors de se doucher. L'eau chaude coulant sur son corps abîmé il pensa à la sortie qui les attendaient, lui et Alexander. Le couple devait retrouver des amis de Stuart : Aymeric Burton et sa fiancée Luna Lovely. Luna ... C'est elle qui avait aidé Stuart à traverser le passage le plus difficile lorsque le jeune homme avait accepté le fait qu'il était anorexique. Déjà un mois, ça passait vite l'air de rien. Le Serpentard s'en sortait d'ailleurs plutôt bien. Il faisait trois repas par jour - Certes de maigre repas mais quand même - et commençait à reprendre une allure humaine. Bien sûr il était encore très mince mais il n'était plus maigre.

Coupant l'eau chaude et souriant toujours, Stuart remarqua qu'il avait oublié de prendre des vêtements. M*rde. Sortir nu de la douche avec un Alex' en liberté était très dangereux .. Néanmoins il risqua un oeil à l'extérieur et vit que son petit-ami avait quitté la chambre, laissant ainsi le champ libre au Serpentard de chercher ses vêtements. Malheureusement pour lui, à peine avait-il eût le temps d'enfiler un boxer qu'Alexander entra dans la pièce avec un regard démoniaque et un sourire lubrique. Déglutissant, Stuart entreprit de fuir mais en vain, bien vite rattrapé par son petit-ami. Riant tout en étant plaqué sur le sol par le torse musclé de l'ex-Serpentard, Stu écopa d'une punition pour avoir volé la cigarette de son petit-ami ...

~~~~~~~~~~~~~~

Quelques heures plus tard et quelques bleus en plus, le couple était en route pour leur après-midi entre ami à Londres. Stu avait prévu d'acheter des tas de choses inutiles ou non. Le côté moldu était tellement fascinant ! Quittant l'appartement d'Alexander doucement, ils arrivèrent à la gare ou le train qui devait les emmener à Londres partait. Bien évidemment ils auraient pu transplaner mais tous avait convenu que ce serait bien plus simple de venir en train, ainsi ils pourraient se donner rendez-vous directement dans le côté moldu de cette grande ville.

Le voyage se déroula normalement, Stuart et Alexander en profitèrent pour discuter entre eux. L'ancien Serpentard semblait un peu inquiet de rencontrer des amis à son fiancé, Alex' n'était pas très à l'aise avec les gens. Bien évidement il tentait de cacher son mal-être mais Stuart n'était pas dupe, il voyait bien que la rencontre qui devait avoir lieu dans quelques heures stressait son grand brun aux yeux vairons. Gentiment il lui souffla avec un de ses sourires les plus doux :

- T'inquiètes pas, ils sont gentils.

Alexander fit mine de ne pas comprendre avant de prendre son air faussement vexé. Il rétorqua, boudant à moitié :

- M'en fout.

Cette remarque fit rire Stuart. Ce qu'il pouvait être pénible quand même. Le Serpentard profita de ce moment pour admirer son homme et remarquer une fois de plus qu'il était foutrement beau. Surement que sa beauté devait compenser son caractère de chien. Alexander était grand, un peu plus que Stuart, et assez musclé. Il avait un visage aux traits un peu plus dur que celui de son fiancé et son nez était assez long, ainsi que pourvu d'une petite bosse due à un coup de poing de quand il était petit. Il y avait également trois grosses cicatrices qui rayaient son visage : Une de la joue gauche à la droite en passant par le nez, une autre un peu plus petite et penchée sur sa joue gauche jusque son cou et une dernière à son oeil droit. Oeil d'ailleurs aveugle et complètement blanc. Son autre oeil, lui, était marron assez foncé s'opposant ainsi parfaitement avec l'autre et donnant un regard assez étrange au jeune homme. Pour finir, Alexander avait des cheveux en bataille noir de jais qu'il ne coiffait jamais et qui lui arrivait jusqu'au cou car Stuart trouvait que ça lui donnait un petit côté "sauvage".

Mais le vert et argent fut tiré de son observation par l'arrivée du train en gare de Londres. 12h16. Il était parfaitement à l'heure. Alex' avait terminé de bouder et s'était collé à son petit-ami dès qu'ils étaient descendu du train. Luna et Aymeric étaient censés les rejoindre à 12h30 devant le grand bâtiment de la Gare de Londres. Ils ne devraient donc pas tarder. En attendant Stuart et Alex' s'étaient assis sur un petit muret, patientant sagement. Mais le Serpentard voyait bien que son petit-ami ne tenait plus en place et lorsqu'Alex ne tenait plus en place, cela commençait à devenir dangereux. Alors pour passer le temps, Stuart se leva et tout simplement, il commença à chanter, ou plutôt à fredonner.

Les yeux d'Alexander flamboyèrent, il adorait quand son petit-ami ami chantait, même si bien sûr il ne le disait jamais. Stuart l'invita alors à se lever et, se collant contre lui, il engagea une sorte de valse tout en continuant de fredonner, de sa voix juste capable de varier parfaitement entre l’aiguë et le grave.

Spoiler:
 

Tout deux dansant sur cette magnifique balade russe, Stuart sentit son petit-ami se décontracter et cela le ravit au plus au point. Alors ils continuèrent, tant pis si le spectacle qu'ils offraient étaient étrange, tout deux se sentait trop bien pour arrêter ..



Dernière édition par Stuart Allan Pot le Ven 7 Oct 2011 - 17:46, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Invité, le  Ven 7 Oct 2011 - 16:14

Aymeric devait retrouver aujourd'hui Stu, mais aussi, et surtout, son petit ami : Alexander. A entendre le Serpentard, son mec est tout simplement parfait... A part peut-être son côté SM, quoi que Stuart ne s'en plaignait pas vraiment. Le tout jeune enseignant, s'était réveillé, comme à son habitude, beaucoup trop tard. Il avait rendez-vous à midi et demi à la gare de Londres, et le réveil d'Aymeric n'avait pas pris la peine de sonner. Au fait, il avait "oublié" de l'allumer pour le lendemain. Estimant que pendant le week-end un réveil n'était pas utile.

Une fois réveillé, vers midi, le jeune homme se dirigea lentement, avec flemme, dans la salle de bain pour prendre sa douche. Comme à son habitude, bien chaude, histoire de lui mettre un bon coup de fouet (pas le même que ceux qu'apprécient Stu, je vous rassure !) et de finir de le réveiller. Cette douche lui remit la nuit précédente en mémoire ; elle avait été magnifique... Après plusieurs mois loin de Luna, ils s'étaient retrouvés pendant la nuit. Aymeric avait eu du mal à détacher son regard du visage de sa fiancée qui dormait, pour rejoindre ensuite discrètement sa chambre. Il n'avait pas pris la peine de se déshabiller, et s'était endormi rapidement à ce moment-là, il devait être près de 6heures du matin.

La douche expresse prise, Aymeric s'était habillé en quatrième vitesse et sorti de Poudlard, pour aller à Pré-Au-Lard et ainsi pouvoir transplaner. Il choisit de transplaner dans une des rues adjacentes à la gare de Londres. Pour être discret (apparaitre, par magie en plein milieu d'une gare ne l'était pas vraiment), mais aussi, pour ne pas venir les mains vides. Après avoir vérifié que personne ne l'avait vu atterrir, le jeune homme se dirigea vers une boulangerie moldu, pour acheter des croissants et des bonbons. Aymeric préférait ne pas prendre de dragées surprise magique, car il avait toujours le chic, de tomber sur les gouts les plus immondes. En plus, il était très facile de se procurer de l'argent moldu dans le monde des sorciers. Les moldus n'y voyait que du feu ! Il mit les différents paquets dans la poche ensorcelées de son manteau et se dirigea vers la gare.

Un rapide coup d’œil à sa montre, lui permit de savoir qu'il n'était pas en retard pour le rendez-vous. Il avait encore 5 minutes. Pour faire 200 mètres, Aymeric avait donc encore le temps, mais il préférait ne pas trop flâner pendant le trajet, ainsi c'est à peine une minute plus tard, qu'il arriva à la gare. Il repéra rapidement Stu et Alexander, du moins, Aymeric en déduit que c'était Alexander, puisque deux garçons dansait une valse silencieuse en plein milieu de la gare, dont un était sans conteste, malgré quelques changements physique, Stuart. L'ancien Serpy sourit en les voyant. De loin les deux garçons étaient opposés en tout point. L'un chétif, l'autre musclé. Aymeric s'approcha du couple en continuant de les observer.

Décidément, Stu avait changé en ce moment. Mais, pas un changement négatif. Bien au contraire. Lui qui était maigre avant, retrouvait peu à peu des formes. Bien sûr, dans les bras d'Alexander, il avait encore l'air d'un gringalet mais, Aymeric en était certain, Stuart avait pris du poids ! Aurait-il pris des bonnes résolutions concernant sa santé ? Pendant ses années à Poudlard, le jeune homme avait vu son ami... Dépérir. Oui c'était le mot. Ses joues se creusaient toujours plus de jours en jours. Sa silhouette s'était affinées à l'extrême, a tel point que s'en était devenu inquiétant. Il était devenu, presque l'ombre de lui-même. Aujourd'hui, le jeune garçon qu'Aymeric voyait état plus... Humain. Moins spectral.

Le regard du jeune homme, se porta ensuite sur Alexander
, puisqu'il bougeait, Aymeric n'arriva pas à voir de détails. Il put quand même voir que le petit ami de Stu, avait les cheveux assez longs, décoiffés et noir, qui, dans la danse, voletait légèrement. En étant proche des deux garçons, il vit qu'Alex avait aussi quelques cicatrices sur le visage et un œil entièrement blanc.

"Hey ! Salut les gars !" lança Aymeric en direction du couple et continua avec un petit sourire en coin "Jolie danse". Leur nuit avait dû être agitée, car le jeune prof aperçut un bleu sur la joue de Stu....
Contenu sponsorisé

Dans la grande gare Empty
Re: Dans la grande gare
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 17

 Dans la grande gare

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.