AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 15 sur 16
Dans la grande gare
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
Laurae Syverell
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Dans la grande gare

Message par : Laurae Syverell, Ven 7 Avr - 23:54


Spartacus et Sanguis Lacrimae
LA de Kate


Cendre, fumée, braise, fissure. Le sang coule, la respiration halète. Cendre, fumée, braise, fissure, sang, mort. Le sang coule, la mort passe, caresse les corps, effleure.. mais son souffle s'est épris que d'un dernier soupir masculin. Fumée, feu, braise, sang, fissure, sang coule, filet de sang, respiration, ha ha haaaa, haletante. Le saut avait été parfait. La main meurtrière avait pris une teinte rouge vif, scintillante sous la lumière des quelques flammes restantes. L'arme redevient baguette par sortilège informulé*. L'arrogance et la surestimation du MM avait eu raison de lui. Le coup avait fonctionné, mais pas aussi profondément qu'espéré. Elle se tenait là, baguette à la main. En face de celle de l'ennemi. Qu'il frappe, qu'il ose frapper encore un Phénix. Le temps était-il venu? La poitrine retombait en filet de liquide poisseux et rouge sur sa tunique de charlatan noir. Œil pour œil, fait couler le sang, dent pour dent, fait jaillir le vert angoissant. Le temps de la mort semble si long. Était-ce ça mourir? La dernière action au ralenti? Ou a l'infini? Le temps d'un mort figé, et la vie d'un autre monde continue? Subjectif a chacun? "Je t'attends, frappe, la poitrine a moitié nue, je veux mourir, les deux trous au côté droit"


PRVDES l'affranchi - mort au combat
CARPOPHORVS le bestiaire - mort au combat
ATILIVS le citoyen - mort au combat
FLAMMA le vaillant - mort au combat


B O U M

Explosion. Le corps rejeté en arrière. La tête en avant, les épaules en arrière, le visage camouflée par la chevelure venteuse. Une simple poupée causée par le souffle, projection contre le béton, douleur le long du dos. Respiration coupé. OUUUUUCH... Elle survivra, c'est seulement sous le choc. Le corps s’affaisse dans un bruit sourd, près du corps du défunt. Un peu étourdie, camouflée par le no men's land romain. Sortir, s'échapper du combat a mort... Et puis, elle n'était pas seule. Flamma avait emmené avec lui son catenaire, Kate. Inconscient, le voilà mort. La colère et la douleur s'emparait du corps. Un Phénix qui avait des valeurs de combattant mais son individualité avait briser les liens. Il fallait protéger l'initié du ludus. La jeune femme appela Kate grâce au sesterce d'urgence. Le medicus aura du fil a retordre. Les jeunes femmes étaient bien amochées. Dans la course du catenaire, la jeune Syverell se munie d'un bouclier protecteur magique*, le scutum des secutors. Afin de protéger son allié. Une main sur la poitrine de son compagnon d'arme tombé, et l'autre sur le bras de sa sœur d'arme, elle jeta un dernier coup d’œil vers les mages noirs. Sombre yeux, colère, vengeurs. Ils allaient le payer si ils ne demandaient pas grâce. En tout cas, pour les deux derniers catenaires avaient pu s'en sortir, les deux doigts levé vers le ciel, la mort les a frôlés, le sang à couler, mais la vie, finalement, s'est vu accordée encore quelques jours. "On retourne a la maison, Flamma"... 

C R A C


*Départ des Phénix*
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Wind
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hermine blanche


Re: Dans la grande gare

Message par : Alicia Wind, Sam 8 Avr - 0:27


Premier combat

Le sort de soin que Kate s'était administrée n'avait pas fait un grand effet. En même temps, épuisée comme elle l'était, il ne lui était pas vraiment possible de lancer des sortilèges efficaces. Néanmoins, malgré la douleur et une perte de sang assez conséquente, un délicat sourire s'afficha quand elle entendit son adversaire crier de douleur : la flèche avait du atteindre sa cible. Une douce et petite revanche quand on voyait l'état dans lequel il avait mit l'épaule de la jeune femme. C'était vraiment pas joli à voir et Caitlyn commençait à avoir la tête qui tournait avec tout le sang perdu.

Alors qu'elle sombrait un peu plus dans l’inconscience, une explosion la ramena à la réalité. Protégée derrière le tas de débris, Kate ne fut pas énormément touchée. Quelques éclats lui égorgèrent le visage et les bras mais rien de grave. Il fallait espérer que son alliée ne soit trop touchée et en parlant du loup, celle-ci lui envoya un message codé via gallion. Il fallait maintenant la rejoindre sans se faire blesser voir tuer. Allez courir avec une entorse à la cheville et une épaule à moitié en lambeaux, on rigolerait deux minutes tiens. Cependant, il n'y avait pas d'autres solutions et la Phénix s'élança tant bien que mal vers son amie. Il fallait maintenant réussir à survivre sur le peu de trajet qu'il y avait à faire. S'écroulant devant Morrigan qui semblait moins amochée qu'elle, celle-ci les protégea avant de transplaner. Caitlyn en connaissait une qui allait avoir du boulot au QG pour pouvoir les remettre sur pied.
*Départ de Lau & Licia*
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Dans la grande gare

Message par : Mangemort 08, Sam 22 Avr - 9:48


LA de 67

Il était tranquillement caché, comptant les secondes dans sa tête comme un enfant qui apprenait ses tables. Jusqu'à la déflagration. Un bruit sourd, familier, un souffle puissant qui siffla aux oreilles tout un tas de débris déjà amochés. Et, une cacophonie qui s'installa le temps de secondes confuses, où il vit passer un morceau de métal qui lui frôla le visage à haute vitesse.

Manquerait plus qu'il se tue lui-même, ça serait sacrément con quand même ! Pour le coup, il ne savait pas si son sort avait touché la blondasse qu'était partie se réfugier tel le lapin dans son terrier. Un léger nuage poussiéreux passa à mi hauteur, et enfin il décida à sortir de sa cachette, baguette bien devant lui, prêt à faire regretter à la belle un nouvel affront en lançant un troisième acte.

Un léger bruit lui indiqua la position, enfin, l'ex position plutôt. En effet, il n'y avait plus de traces. Le mage accourut à l'endroit, mais ne trouva plus rien. Elle était partie. Rapidement il tourna sur 360° pour être sûr que ce n'était pas une diversion, cherchant d'autres éventuels combattants.

Aucune trace, si ce n'est, au final, un soixante-sept qui avait livré une belle bataille de son côté. Il alla rejoindre son maître au milieu du chantier qu'ils avaient créé. Il avait l'air bien amoché quand même. Il prit de ses nouvelles, des blessures superficielles essentiellement, comme l'était la sienne.

Ils convinrent qu'il était temps de tirer un trait sur cet affrontement. Il y avait eu assez de grabuge comme cela, et 91 qui avait laissé un cadavre derrière eux. Ils avaient laissé pas mal d'énergie dans la bataille, mais leurs adversaires aussi n'en étaient pas sortis indemnes. Là était peut-être ce qui comptait le plus, ce combat allait laisser d'amers souvenirs à leurs opposants, et une nouvelle page sombre venait d'être écrite contre le secret magique.

Après avoir posé sa main sur l'épaule de son maître, ils transplanèrent loin de là.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la grande gare

Message par : Elhiya Ellis, Mar 13 Juin - 18:31


Chaton, hibou et cookies
Pv
Elias Baxter

Les vacances, s’il y’avait quelque chose de bien pendant les vacances, c’était qu’il n’y avait rien à faire à part profiter. Livres de cours abandonnés dans le dortoir Serpentard, devoirs laissés dans le tiroir de la table de nuit, il était hors de question d’être studieuse pour son séjour Londonien. Surtout qu’elle allait chez ses parents qui ne manquerait pas de lui rappeler qu’elle avait à préparer ses ASPICS. Rien que d’y penser, c’était déjà lassant à entendre. Heureusement que cette trêve scolaire s’accompagnait de la traditionnelle sortie avec son amie d’enfance moldue. Cinéma, billard, ou autres activités non magiques l’attendaient pendant ces vacances. Petite bouffée d’air frais au milieu de cette dernière année d’internat. L’impatience gagnait dores et déjà la jeune fille qui bouclait sa valise à la va-vite. Elle était fin prête pour s’accorder quelque jour de repos.

Et ce ne serait pas son idiot d’oiseau qui viendrait ternir sa bonne humeur. Même si cette dernière semblait complètement visée à la valise de sa jeune maitresse. La veille, Crumble, la chouette chevêche de la famille avait décrétée qu’elle ne rentrerait pas au bercail par ses propres moyens, mais par le même train que sa propriétaire. Déjà qu’Elhiya trouvait le volatil stupide, ce caprice n’arrangeait rien. Se rendant à la gare, d'un pas pressé, la blonde vérifiait de temps à autre si le petit rapace acceptait de s’envoler. Mais que nenni, ses griffes serraient de plus en plus le tissu de la valise, laissant de belles traces…

Obligée de faire le voyage avec l’animal, et bien sûr, elle n’avait pas de cage de transport pour l’oiseau. Chose pas réellement autorisée dans le train ou la gare... il fallait espérer que Crumble se tiennent à carreau pendant le trajet. Elle avait été coopérative pour une fois, ne bougeant pas de son perchoir. C’est ainsi que gratifiée d’une légère contravention pour "transport d’animal non sécurisé" Elhiya put enfin arriver à King’s Cross.

Restait encore la foule de voyageurs et de badauds à contourner pour que les vacances commencent réellement. Mais ça, c’était sans compter avec l’aide de Crumble qui, soudainement, décida de prendre son envol, une fois la valise posée sur le quai. Soupir de soulagement, plus besoin de se trimballer dans le Londres non-magique avec une chouette qui attirait l’attention. Mais le soulagement ne fut que de courte durée, au lieu de fuir dans les cieux, la bestiole partait en piquet vers le sol.

*Surement une souris*

Dans la logique c’était ce qu’il devait en être. Sauf que la chouette ne revenait pas comme à son accoutumé après une bonne chasse, soit elle avait loupé sa proie, soit elle s’était attaqué à plus gros qu’elle. Intriguée, la blonde chercha quelques instants son animal, et la repéra rapidement au sol en train de sautiller. Haussement de sourcil dubitatif de sa part.

*Elle à quoi cette béquasse encore ? Je n’ai pas vu Artémis dans le train, pourquoi elle sautille ?*

La dernière fois que Crumble sautait aussi ridiculement, c’était dans la volière de l’école autour d’un première année, elle avait repéré sa lettre et avait voulu se rendre utile. Il aurait été vraiment étonnant de voir le gamin ici alors qu’il n’était pas dans le Poudlard Express. S’approchant silencieusement de la chouette, Elhiya essayait de comprendre ce qu’il se passait. Crumble faisait de petits saut au tour d’un chat, tentant de le picorer. Décidément, cette chouette avait vraiment une case en moins, et des poils du félin dans le bec en prime. S’accroupissant, elle chassa l’oiseau sans aucune délicatesse, l’envoyant plus loin d’un revers de la main, provoquant l’indignation du mini-rapace qui se mit à pialler.


 « Et bien Minou,  t’as trouvé une souris avant cette idiote ? Mauvaise idée. Montre voir ce qu’elle t’as fait. »

Fort heureusement –ou non- Elhiya portait grandement les félins dans son cœur -contrairement aux êtres humains et aux chouettes-. Avec précaution elle récupéra le chat dans ses bras, le gratifiant de quelques caresses sur la tête et sous le cou, tout en inspectant les endroits où les touffes de poils avaient disparues. Il n’y avait quasi rien. Un sourire sur les lèvres, la blonde reposa le matou au sol, le câlinant une nouvelle fois. Il était mignon comme tout.

« Ca va Minou, t’as rien, tu peux re-vaquer à tes occupations, la chouette te laissera tranquille, t’en fais pas »

D’ailleurs, elle était où cette abrutie ? elle ne l’avait à peine quitté des yeux que quelques instants…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Dans la grande gare

Message par : Elias Baxter, Lun 19 Juin - 0:35


Frétillement de moustaches, frissonnement de bonheur.
Une brise lui fend le poil du dos,
Ses yeux se closent.

Le matou est éreinté par la chaleur. Quand bien même sevré et de fort belle humeur ! Ces dernières heures il a chassé, et sa chasse lui a rapporté. Elias miaule et se prélasse sur la pierre. Rêche

Finalement il s'étire, et tire ses pattes une à une pour se renverser complètement. Debout sur ses quatre membres, il peut voir le monde. Il trottine fièrement, félin, renifle vaillamment l'empreint de route pris plus tôt. Finalement s'installe sur son séant. La pierre, rêche, ricane. Ou semble t-elle. Il lève le supérieur droit et lèche le bout d'une griffe, paresseusement.

Quand soudain L'attaque ! Le bec d'une chouette qui vient l'écorner dans le vent. L'emplumée lui tombe dessus sans crier gare et lui arrache une mer de poils en un instant. Le chat feule, se rétracte sans avoir l'oeil sur sa cible. Hérissement. Quand une ombre les couvre tous deux.

Une forme, humaine.
Une femme, sereine.
Qui d'une main écarte la fourbe qui lui a battu de l'aile
Dans sa face.

Elias l'observe avec méfiance. Les mots sortent de ses lèvres. Minou. Minou ! Minou. NON ! Il n'est pas un minou. Pourquoi qu'elle le chope comme ça par le ventre ? Elle est malade ? Il sort une griffe menaçante, puis deux, puis trois. Mais quelques seconde suffirent pour que le Savannah regagne terre ce que de droit.

La vengeance est un plat qui se mange froid,
Ou pas.

Il ne peut pas se changer là, soit. Ça ne veut pas dire qu'il est fait comme un rat. Il bondit vivement entre les jambes de la jeune femme, sort les crocs et assène un lourd coup de mâchoire autour de la chair canon. Satisfait, il s'empresse de regagner la pierre rêche, sur son séant, un regard planté sur la blonde obstinément.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la grande gare

Message par : Elhiya Ellis, Mer 21 Juin - 12:19


Chouette qui pépiait de mécontentement, matou sauvage qui se prenait pour un Serval en pleine brousse africaine, décidément, le genre animal était de bien mauvais poil aujourd’hui. Heureusement que la voie 9 ¾ fourmillait uniquement de sorciers,  leur comportement paraissait moins suspect. Le volatil reparti dans les airs, le félin victorieux, se faufila entre ses jambes, la gratifiant d’un coup de crocs au mollet. Ingratitude commune des félins dira-t-on, la blonde grimassa, massa sa jambe endolorie et le regarder trôner sur sa pierre, fier.

Soupire d’exaspération, ce matou ne faisait pas honneur à ses confrères de la même race réputés pour être très câlin. Tant pis, pas besoin de s’attarder plus sur un félin mal luné, surtout qu’elle devait ramener son stupide volatil chez elle. D’ailleurs, la bécasse avait bien reprit son envol ais ne lâchait pas le chat du regard. Il y’avait fort à parier que cette dernière n’avait pas avalé la remontrance prodiguée par sa maitresse, et ne comptait pas s’arrêter là.

Les pas de la blonde suivaient la direction qu’empruntait la minuscule chouette. Crumble n’avait réellement pas conscience de la taille qu’elle faisait pour vouloir s’en prendre à un félin qui faisait trois fois sa taille. Sa stupidité était sans limites, ce n’était pas nouveau. Aussi,  ce fut sans surprise que la blonde regarda le mini rapace descendre en direction du mini-fauve en paillant.  Désespoir… Elle n’était pas prête de rentrer à ce rythme.. Gardant une distance de quelques pas entre les deux animaux, Elhiya observait d’un œil amusé, la minuscule chouette en train de sautiller devant le félin. Après une tentative ratée de lui pincer  une de ses immenses oreilles,  le volatil fini par se rabattre sur la queue touffue, la bloquant dans son bec, tirant dessus allégrement.

*Bah voilà, à mordre la main qu’on te tend..*

Vengeance, la blonde rit doucement et ne bougea pas. Elle voulait bien être gentille, mais quand elle récoltait un coup de chicots alors qu’elle avait aidé, ça dissuadait pas mal. Elle laissa donc le rapace s’amuser un peu. Etonnement, la blonde trouvait que son animal était vif, capable de s’envoler rapidement pour éviter tout éventuel coup de griffe de la part du fauve.  Pas question de s’interposer pour le moment, la blonde s’assit sur sa valise, baguette en main pour séparer les deux abrutis en cas de besoin, regardant quelques poils  et plumes s’envoler.  

En tout cas, dur de comprendre cet acharnement sur le félin, il devait avoir quelque chose de différent des autres pour que Crumble ne veuille plus le lâcher. Pourtant, à bien le regarder, il n’avait rien de différent, il était grand et arborait une jolie robe mouchetée de noire, normal pour un matou de sa race. Elhiya le fixa, comme il avait fait avec elle quelques instants plutôt. Un souvenir lui vint à l’esprit, celui de sa meilleure amie suspicieuse devant un chat noir qui les suivait partout. Elle avait tenté de suggérer que l’animal n’en était pas vraiment un, mais un sorcier capable de changer de forme. Ce soir-là, Elhiya n’avait pas vraiment prêté attention à cette suggestion, aujourd’hui       , voyant la petite chouette chevêche continuer à tourner au tour du chat comme elle l’avait fait avec  le gosse de Poufssoufle, il y’avait de quoi  douter.

Haussement de sourcil, et sourire en coin,  si un animagus avait la brillante idée de venir en chat dans la gare pour payer son voyage moins cher –voir gratuitement- il perdait soudainement de sa splendeur en restant sous sa forme féline à se faire becter par un piaf. Cependant, l’idée était plaisante, non .... amusante. Dans le doute, la blonde récupéra un morceau de cookies dans son sac en provenance de la boite qu’elle avait pris pour le trajet et l’émietta  à l’attention du hibou.


« C'est bon , laisse le tranquille...»
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Dans la grande gare

Message par : Elias Baxter, Dim 2 Juil - 15:52


la blonde avait l'air insurgée et elle tourna les talons sans attendre. Mais sa chouette, pas trop chouette, resta sautiller sur le quai à chercher des noises. Pas de vraies noises non, elle avait pas l'air assez intelligente pour ça, mais la bagarre, ça oui. Le bec fier, elle le matait de loin, l'approchait chafouin et tentait de picorer ses oreilles touffus. Evidemment habile, Elias l'évita, virant de gauche ou de droite, plantant sur elle un regard noir qui en disait long. Quand la bête vint à lui bafouer la queue de sa gueule ouverte, il feula bruyamment et balança des coups de pattes vers elle, toutes griffes dehors.

Mais l'oiseau était vif et para chaque coup d'une envolée paresseuse avant de revenir à la charge. Ses beaux poils roux ! Mêlés de deux ou trois plumes de piaf, ils décoraient tristement le béton, vilement arrachés à leur propriétaire. L'humeur massacrante, le Savannah s'écarta d'un bond et hérissa son pelage pour imposer sa taille à l'ennemi. Les yeux stupidement collés à sa queue, la tentative échoua et la chouette revint à l'attaque plus vigoureusement encore. Quant à la blonde, elle se tenait debout plus loin, un sourire perché aux lèvres avec insolence. Les crocs dans le mollet ne semblaient pas lui avoir suffit, qu'à cela ne tienne, Elias ne tarderait pas à remettre ça, peut-être bien sur l'autre jambe. Elle n'aurait plus que ses yeux pour pleurer !

C'est bon, laisse le tranquille... La main tendue, la sorcière présentait un cookie à son animal pour libérer sa personne. Il était temps ! Et plus que temps ! Agacé, le chat dépassa le piaf en quelques bonds et vola le dû sans une once d'hésitation. Il partit ensuite se cacher dans un coin sombre pour manger à son aise. La ruelle était dénué de passant, aussi s'il prenait l'envie à la grognasse de venir lui chercher des noises une fois encore, il ne manquerait pas de se montrer sous son vrai jour pour la remettre à sa place ! Foi de matou.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la grande gare

Message par : Elhiya Ellis, Mar 4 Juil - 10:56


    Cookie prit en otage par le matou, piaillement de mécontentement du volatil qui s'était décidé à poursuivre son voleur, soupire d'agacement de la blonde. Récupérer sa valise, quitter la gare et filer vers chez ses parents serait la meilleure des solutions si elle avait été persuadée que son abruti d'oiseau reviendrait de lui même par la suite. Or, connaissant le petit rapace, capable de se faire assommer par un simple coup de patte d'un chaton mécontent, il valait mieux récupérer l'emplumé avant qu'il n'y laisse trop de plumes.

    D'un #accio jeté à la va-vite sur sa valise restée en retrait, la jeune fille suivit à contre cœur les deux empaffés qui s'échappaient de la gare. Des deux, elle ne savait pas lequel méritait de se faire le plus stupéfier pour mettre fin à cette situation totalement ridicule. En plus, l'un comme l'autre la forçait à récupérer son bagage et à le tenir comme une moldue, quelle idée que de fuir vers une ruelle où n'importe qui aurait pu passer. Et puis, depuis quand un chat ça mangeait des biscuits remplis de pépites de chocolat? C'était ridicule.

    Quoi qu'il en était, la chouette n'avait pas lâché de vue le fugitif, volant au dessus de lui, signalant sa position à sa jeune maitresse, peur qu'elle ne finisse par l'abandonner aux griffes du félins? Fort possible après tout. Nouveau soupire de la part de la jeune femme qui s'engouffrait dans la ruelle sombre choisit par le petit serval caractériel. Super, il n'aurait pas pu choisir meilleur endroit pour grignoter son butin... Comme si Londres n'était absolument pas mal famée, surtout du côté de la gare. Bon, il ne fallait pas psychoter, et se hâter à récupérer le volatil avant qu'il ne finisse en charpie.

    Personne dans l'allée que le soleil semblait avoir oublié, juste Crumble, finalement au sol, en train de sautiller et de couiner bêtement. Le chat avait dû se fourrer dans un coin qu'elle ne pouvait pas atteindre, la narguant. Voilà qui était lassant, seule solution: sacrifier un nouveau cookie à l'attention de l'oiseau pour lui faire lâcher son objectif. Nouveau biscuit sortit de sa boite, prêt à être offert en sacrifice, mais en regardant son rapace, la blonde remarqua que ni le chat ni le cookie ne semblait être la cause de l’excitation de l'oiseau. Les deux semblaient s'être volatilisé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Dans la grande gare

Message par : Elias Baxter, Mer 5 Juil - 17:43


Le piaf suit le mouvement, et par derrière comme tiraillée par une laisse invisible, la maîtresse, sur ses talons. Le chat s'étire tranquillement, dissimulé dans l'ombre, la gourmandise en bouche. Il guette patiemment, l'oeil vrillé sur l'entrée de la ruelle quand enfin les premières plumes apparaissent, le bec, et les yeux écarquillés. On ne voit pas grand chose, et pour sûr que les lieux sont à l'abri du regard indiscret. Lentement, Elias reprend sa forme initial. Ses jambes s'allongent, ses bras également, les poils se retroussent et s'éparpillent, fin duvet presque invisible sur sa peau. Sa vue se fait moins vive, son ouïe se restreint, et il sent une brise qui lui met le frisson. Attrapant le cookie d'une main, il croque et avale quelques pépites, gardant le reste pour plus tard.

Juste à son côté, ses habits délaissés plus tôt alors qu'il parait en quête des quais. Il jette un oeil au volatile qui semble le fixer sans comprendre et claque la langue en sa direction. Kssss, casse toi saleté ! Tu crois pas tu m'as assez emmerdé pour une journée ! Il se relève brusquement et écarte les bras pour effrayer l'individu à plumes, qui n'a absolument aucune réaction. Stupide chose. Elias attrape son jean et l'enfile sèchement, remettant son cookie en bouche en attendant de récupérer ses mains. Il revet sa chemise blanchet et la boutonne prestement avant de s'en retourner pour affronter le regard de la maîtresse de l'emplumé. Ohé, elle est où la blondasse là... ! Il a récupéré sa vue d'humain, d'humain restreint, et la ruelle a perdu de la lumière. Avalant la fin de son gâteau, il marche lourdement vers le volatile pour le chasser. Casse toi avant que j't'arrache les plumes une par une ! Sale bête !
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la grande gare

Message par : Elhiya Ellis, Mer 5 Juil - 20:07


À moins que les chats ne soient soudainement doués de parole, il y'avait peu de chance pour que ce soit le matou qui venait d'utiliser le mot "Blondasse". Haussement de sourcil desapprobateur et regard noir vers la forme somme toute humaine. D'où il sortait ce type? Il était affalé sur sol avant que Crumble ne le débusque? Et surtout, quel était l'utilité d'être désagréable en la fixant comme ca?

"Woh, j'ose espérer que je ne suis pas la blondasse en question, première fois de ma vie que je vous vois!"

Décidément ces premières heures de vacances étaient anormalement désagréables... Soupire agacé de la part de la jeune fille qui coupait son biscuit en deux pour attirer le volatil obnubilé par l'inconnu. Pourquoi la chouette restait devant lui comme ça?  Il ne lui avait rien fait jusqu'à présent. Mais dans un croustillement de cookie provenant de l'inconnu et à en juger par sa véhémence de ses paroles, il pouvait bien y avoir une raison quant à l'insistance de Crumble.

Hésitant à sortir sa baguette, la blonde s'accroupit pour récupérer le mini rapace et le poser sur son épaule, avant de planter ses yeux clairs dans ceux de l'homme à la chemise débraillée. Une pointe de chocolat fondu au coin de ses lèvres trahit l'inconnu. Pépite de chocolat au caramel, ils n'en vendaient pas dans les commerces environnant! Deux choix: soit il avait piqué le colonie au chat, soit il était le chat lui même... la première supputation le faisait passer pour un clochard, la seconde le rendait soudainement plus intéressant -des lors qu'Elhiya fausait abstraction de son sac caractere-

Un sourire en coin intrigué fleuri sur le visage de la jeune femme. D'une caresse sur la tête de sa chouette elle jauga l'inconnu,ne sachant pas trop sur quel pied danser pour le moment. Et meme si elle comprenait aisément l'envie de deplumer son volatil, c'etait un privilège qui lui était propre. Il fallait qu'il se calme.


"Hey, si vous êtes son voleur de cookies, elle aurait du faire plus que vous pincer! Et je suis la seule a avoir le droit de l'ebourrifer! Au passage... vous ne savez pas boutonner une chemise."

Un coup de lumos aurait été le bien venu, mais le peu de luminosité environnante était largement suffisante pour voir a qui elle s'adressait. Plus grand qu'elle -ca c'etait pas dur- et plus âgé, pas désagréable a regarder, mais surtout en train de s'en prendre à un rapace d' à peine 15 cm...plus ridicule que charmant pour le coup le bonhomme. Son sourire se fit plus amusé alors qu'elle gratifiait Crumble d'un morceau de cookie.

"Vous en voulez un aussi? Ca vous calmera peut être aussi?"

Léger rire moqueur en lui tendant la seconde moituer du biscuit. Bon, rien ne lui garantissait que ses suppositions étaient bonnes et que cet homme ait bien quelque chose à voir avec le grand chat de tout à l'heure .
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Dans la grande gare

Message par : Anthony Adams, Ven 1 Sep - 22:25


RP avec Eurydice Wildsmith

________________________________________

♪♫ Je m'baladais sur l'avenue le cœur ouvert à l'inconnu
J'avais envie de dire bonjour à n'importe qui
N'importe qui et ce fut toi, je t'ai dit n'importe quoi
Il suffisait de te parler, pour t'apprivoiser ♪♫

Antho avait cette chanson en tête. Pourquoi ? A cause de Lyne. Il n'y avait qu'elle qui avait des origines françaises pouvant lui faire connaître ce genre de chanson. Il avait même commencer à apprendre le Français pour comprendre ses paroles. A vrai dire, il ne comprenait pas trop pourquoi c'était un classique. C'était juste l'histoire d'un mec qui se baladait dans une grande avenue parisienne. La France.

Le gérant d'Olly se baladait dans Londres. Il n'avait pas grand chose à faire et n'avait pas envie de bosser. Du coup, il ne bossait pas. C'était ça d'être patron. Choisir quand on bossait. Il regretterait peut-être de s'être accordé ce temps plus tard, mais pour l'instant, il avait juste envie de flâner, profiter de l'endroit et voilà. Il avait atterrit à la gare. Après tout, c'était un beau lieu. Avec cette façade ancienne et son intérieur moderne. Anthony aimait bien ce lieu. Pas parce que ça lui rappelait Poudlard, le jeune homme était loin d'être nostalgique de ce temps. Poudlard avait été pour lui qu'un passage obligé pour avoir sa liberté. Rien de plus. Il avait certes connus quelques bons moments, il n'avait pas passé sa scolarité associable en attendant la fin de l'année. Disons juste qu'il attendait la fin de la scolarité en essayant de passer un minimum de bon temps. Mais les cours le faisait ch*er, il en séchait d'ailleurs une majorité et avait malgré tout réussit sans trop de soucis ses ASPICs. C'était ce qu'on appelait avoir des facilités.

Enfin bref. Pourquoi il était là ? Pour aucune raison particulière du coup. Absolument aucune. On était le 1er Septembre, le jour de la rentrée. Mais il n'était pas au quai 9 3/4. Toujours une expérience de foncer dans une barrière invisible au milieu de moldus. Il  était à côté de la voie 11. La dernière, celle qui était tout au fond de la gare. De là, il pouvait tout voir. Il avait d'ailleurs pris une glace à l'italienne. Vanille fraise. Comme les enfants. Antho c'était par bien des aspects un grand enfant. M'enfin, lui dites pas ça, ça pourrait lui rappeler des souvenirs d'enfance.

Il marchait les yeux partout et nul part. Il n'avait pas les yeux dans le vide. Mais il n'avait pas les yeux posés sur quelque chose. Il regardait ce couple s'embrassant sur la voie 10. Sans doute des au revoir difficiles. Il y avait, tout au fond, voie 2, une famille avec tout un tas de bagage, revenant sans doute de vacances, avec deux gosses tellement tristes de revenir qu'Antho le voyait de là. Les bras ballants, sans énergie, quelques regards vers le train qui les avait séparé de ces bons jours. Il y avait les joyeux, ceux qui venaient d'arriver, heureux d'être là pour une raison qu'ils étaient sans doute seuls à connaitre. Tout à sa contemplation de l'être humain, Anthony percuta une personne. Sa glace à l'italienne se déversa sur les vêtements de cette personne. Sans lever les yeux, Antho s'excuse platement avant de reprendre sa marche. Il avait ni envie de se justifier, ni envie d'entendre un type gueulé "VOUS AVEZ RUINE MON COSTUME bla bla bla bla bla". D'ailleurs, il n'était même pas certain d'avoir vu un costume.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la grande gare

Message par : Eurydice Wildsmith, Sam 2 Sep - 22:27


Il est déjà l'heure de partir, de saluer sa mère machinalement et de ne pas voir son père se tuant au travail. Habitude. Eurydice s'était levée très tendue. Elle s'était encore embourbée dans des cauchemars sordides dont elle préférait taire les cris à son réveil. L'eau glacée avait rougi son visage, reflet de ses yeux, légèrement injectés de sang. Elle détailla son visage dans le miroir tout en s'habillant. Elle avait définitivement la taille d'une enfant aux formes trop généreuses pour en être une. Sa chevelure était indomptable. Elle décida d'emprunter sa tignasse à Médusa pour changer.

Marchant jusqu'à la gare, elle avait hâte de retrouver certaines personnes qui embellissaient sa vie comme elle ne croyait pas qu'elle pouvait l'être. La belle avait découvert ce genre de magie, tout récemment et apprenait petit à petit à en saisir les codes, à en approfondir le sens. Néanmoins, il fallait rester bloqué dans une salle, écouter les discours ennuyants et le rappel de quelques règles dont personne ne se souviendrait, surtout les premières années, les petits oisillons apeurés, excités.
En somme, elle piétinait à cause du monde et n'avait aucune impatience de gagner sa voie.

Soudain, il y eut une sensation de fraîcheur sur sa poitrine. Une collision entre deux comètes. La voilà couverte de glace. Elle trempa son doigt et le porta à sa bouche. De la fraise. Si sucrée. Des tâches roses et blanches se mélangeaient sur son uniforme, jadis propre. Elle pensa avec amusement que cela aurait pu lui plaire de jouer avec de la peinture dans d'autres circonstances. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas fait de folies avec les couleurs. Seulement, un jeune homme qui semblait n'en avoir rien à faire et qui passait son chemin comme si de rien n'était, brisait cette image. Cela l'irrita et elle ne put s'empêcher de lui saisir le bras d'une poigne ferme :

« Excusez-moi. J'espère sincèrement que vous allez arranger ça tout de suite. Pas que je sois pressée mais ayez la décence de faire semblant de vous préoccuper des autres non ? Au lieu d'errer comme une âme en peine ? Vous êtes une âme en peine ? Dîtes moi tout. J'ai du temps de toute façon. » dit-elle d'une voix acérée. C'était tombé sur lui. Elle déversait sa colère rageusement.

Elle détestait les passants, les bousculades sur les quais de la gare, et par dessus tout les pleurs, les visages larmoyants des jeunes qui quittent leur parent. C'était la vie. C'était l'effervescence de la gare, trop industrielle qu'elle trouvait particulièrement insupportable. D'habitude, elle préférait ignorer les désagréments mai aujourd'hui elle n'était pas d'humeur à jouer les moues dépitées en pestant silencieusement sur sa petite taille qui en faisait une proie facile.

« J'ai bien envie d'une glace qui ne soit pas étalée ici. » ajouta t-elle sèchement en désignant la catastrophe. Le sucre avait le don de la détendre instantanément. Son ton n'appelait à aucun refus. Surtout pas de l'homme en face d'elle, dont elle ne connaissait encore rien, rencontré dans le flot de gens qui se pressent dans la gare. La brune se fichait d'être sale mais elle ne pouvait supporter l'attitude. Cette profonde indifférence. Pas aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Dans la grande gare

Message par : Anthony Adams, Mar 5 Sep - 22:30


Il continuait son chemin. Sans s'arrêter. Du moins, c'est ce qu'il aurait fait si la personne ne s'appelait pas Eurydice Wildsmith. Bon, actuellement, il ne savait absolument pas qu'elle s'appelait Eurydice Wildsmith. Pour l'instant, tout ce qu'il savait c'est qu'une fille sans doute pas majeur lui tenait le bras. Antho s'était tendu, sous tension, en se tournant vers la personne qui le tenait. Pour qui elle se prenait celle-là ?

- Excusez-moi. J'espère sincèrement que vous allez arranger ça tout de suite. Pas que je sois pressée mais ayez la décence de faire semblant de vous préoccuper des autres non ? Au lieu d'errer comme une âme en peine ? Vous êtes une âme en peine ? Dîtes moi tout. J'ai du temps de toute façon.

Oulala, elle semblait véner. Ceci dit, elle posait une bonne question. Etait-il une âme en peine. Bonne question. Il était une âme. Ça c'est un fait. Enfin. Quoi qu'était ce truc qu'on appelait "âme". Elle était là. Quelque part. Elle te faisait vivre, te rendait, animal, végétal ou minéral. L'âme c'était ce truc étrange que même la magie avait des difficultés à choisir. Tout avait une âme. Mais l'âme n'avait rien. Pas de représentation, pas de lieu. Elle était... Là ? Peut-être. Mais était-il en peine ? C'était une question plus délicate. Il était pas ce qu'on pouvait appelé joyeux. Non, pas franchement. Pouvait-on dire qu'il était triste ? Hmm... Clairement, il avait connu mieux. Mais. En peine ? Ouais, bon, là on pouvait croire qu'il était une âme en peine. Il ressemblait fichtrement à une âme en peine.

- J'ai bien envie d'une glace qui ne soit pas étalée ici.

Hein ? Quoi ? Elle lui demandait vraiment une glace là ? Vraiment ? Mais pour qui elle se prenait. Anthony prit discrètement sa baguette dans sa poche, sans la sortir, et incanta silencieusement un Récurvite. Ok, c'était pas cool de faire ça. Mais là, il avait la flemme. Donc au pire, un petit Oubliette et l'affaire était clause. Fait ch*er, pourquoi fallait que ça tombe sur lui ?

- Une glace étalée sur vous ? Vous avez dû rêver, dit-il, sûr de lui, en désignant la prétendue glace étalée sur elle.

Il fallait être sûr de soi pour un bluff. Persuader la personne qu'elle avait rêvé, c'était tout un art. Antho avait déjà fait croire à ses voisins que non, il n'était jamais sorti à bord d'un balai, et qu'il fallait arrêter les comtes de fées à leur âge. Ça avait fonctionné. Depuis, ils étaient persuadés d'avoir eu des hallucinations dut à une trop grande consommation de drogue. Depuis, ils avaient diminué. Tout bénef pour tout le monde cette histoire. Il finit par se tourner vers la fille qui l'avait interpellé. Malheureusement, du premier coup d’œil, il ne vit personne. Il dût baisser légèrement la tête pour voir à qui il devait s'adresser. Oups, c'était pas très classe ça. Dans le monde magique, cette fille serait sans doute en fin de scolarité à Poudlard. 6ème ou 7ème, maxi. C'était clairement pas sa taille qui permettait d'estimer son âge. Disons que cette jeune femme devait être appréciée des ados pubères en manque de... De monopoly. Brunes, yeux bleus, des belles formes. Bref, une belle femme pour résumé. Le seul défaut qu'Antho voyait actuellement était un caractère explosif. Elle avait sans doute pas passer une bonne journée. Ou une bonne vie, allez savoir. Elle avait explosé, devant lui et lui... N'avait aucune envie de désamorcer la situation. Il s'en foutait, il voulait juste partir.

- Sur ce, bonne journée.

Anthony avait gardé les mains dans ses poches, pour ne pas que le mouvement qu'il avait fait pour saisir sa baguette paraisse suspect. Sa démarche était nonchalante, il approchait de la voie 10, là où l'agitation était à son paroxysme avec tous ces sorciers qui se pressaient en fonçant dans une barrière invisible au monde moldu. D'ailleurs, qu'est-ce qu'elle foutait là elle ? Seule en plus. Ici, à part les sorciers, il n'y avait que des costards-cravattes et des familles. Elle aussi elle avait rien d'autre à faire aujourd'hui ?
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la grande gare

Message par : Eurydice Wildsmith, Jeu 7 Sep - 15:06


"Une glace étalée sur vous ? Vous avez dû rêver"

C'est vrai. Eurydice rêvait trop. Elle s'arrêtait de vivre pendant ces moments. Elle se faisait rattraper par les heures, par les aiguilles de la grande horloge. Pis, il y avait toujours cette impression que le monde t'oblige à continuer de tourner. Même quand elle ne pouvait pas. Tic. Tac.

Ses yeux dévièrent d'abord sur la mâchoire de monsieur puis sur elle-même. Il n'y avait plus rien. Disparu. Il était doué. Si elle avait été moldue, elle serait peut être tombée en pâmoison se sentant confuse et gênée d'avoir spéculé de la sorte. Malheureusement, c'était un joli petit numéro qui devait sans doute son mérite à la magie. Elle enchaînait les rencontres entre sorciers ces temps-ci. Un bel homme. Dommage pour le sale caractère. La britannique lâcha un : « Presque autant que toi » inaudible sous le bruit ambiant. Seules ses lèvres témoignèrent de ses paroles.
Tout en tirant doucement sur le bas de la chemise du brun elle ajouta tranquillement, un peu trop joyeusement, le tout accompagné d'une petite moue. Si cela l'irritait, tant pis il le méritait.

« Est-ce-que vous croyez vraiment que je vais vous laisser partir ? De toute façon, ça se voit vous n'avez rien d'autres à faire. Et moi non plus.
A la bonne heure, allons manger cette glace et …ce n'est pas discutable. Je pensais que vous l'aviez compris. Vous n'allez quand même pas dire non à une petite fille ? »


Ses yeux brillaient de manipulation sous-jacente. *vas-y décroche un peu, t'as dla chance aujourd'hui c'est les montagnes russes * Elle avait l'habitude, encore un qui croyait qu'elle s'était égarée. S'il refusait, elle pouvait lui montrer qu'il n'avait pas le monopole de la magie et qu'elle se délecterait de se servir de sa baguette contre lui. Discrètement. L'air de rien. Elle ne connaissait que trop bien cette indifférence. Ses nerfs ne supportaient pas l'assaut. Elle aurait pu le gifler, là avec sa tête qui ne ressemblait à rien. Sa joue deviendrait sûrement très rouge et ses yeux mécontents... Inconvenant ?
Les gens n'arrêtaient pas de mentir, de jouer aux bonnes personnes, pleines de fausse tendresse, aux  personnes qui n'ont jamais mal, qui trouve toujours de la force partout. Elle non plus n'était pas honnête.* avoue juste que tu as besoin de compagnie, menteuse*

La brune n'avait aucune envie d'aller s'entasser dans un wagon bruyant, s'étouffant sous la joie de vivre des autres élèves. Elle allait tuer le temps, le mordre, le réduire en cendre. Le jeune homme serait parfait, là sur le chemin, jeté en pâture. Et puis, c'était drôle de voir à quel point il pouvait se fourvoyer sur la personne qu'elle était. Elle avait bien besoin d'une lampée de whisky et d'une sucette à la pomme. Enfin, habituellement l'alcool était réservé à la nuit. Mauvaise idée de changer le programme non ?Les matins lui pourrissaient le cœur. Soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky


Re: Dans la grande gare

Message par : Anthony Adams, Jeu 14 Sep - 0:37


HRP : Pas mal de choses à faire, sorryyyy. C'est pas top, mais j'espère que tu as assez de matière !
______________________________________________________

Et non, toujours pas débarrasser d'elle. Coriace celle-la. Elle le tenait encore par la manche pénible celle-là.


- Est-ce-que vous croyez vraiment que je vais vous laisser partir ? De toute façon, ça se voit vous n'avez rien d'autres à faire. Et moi non plus, c'était faux. Il avait une boutique à gérer. A la bonne heure, allons manger cette glace et …ce n'est pas discutable. Je pensais que vous l'aviez compris. Vous n'allez quand même pas dire non à une petite fille ?

Hm... Si elle voulait qu'il paye, elle se fourrait le doigt de l'oeil. Par contre, le fait qu'elle soit si peu surprise par la disparition mystérieuse de la glace, fit comprendre à Antho qu'elle était comme lui. Sorcière. Sorcière sorcière bouuuuh. Hum, pardon. Du coup, Anthony pensa que le meilleur moyen de se débarrasser d'elle était un petit oubliette. Mais il parait que c'était pas trop autorisé. Puis sur un mineur, c'était mal vu en plus. Du coup, bah... Il pouvait transplaner, loin. Dommage qu'elle le tenait, c'était un coup à la désartibuler. Pas cool. Anthony regarda l'heure et trouva sa porte de sortie. Le Poudlard Express allait partir d'ici peu ! Pas le temps pour une glace. Puis en plus, il avait aucune envie d'une glace. Plus maintenant, elle avait finit étaler sur une ch*euse, et lui avait valu une rencontre non souhaiter, donc les glaces c'était finit pour aujourd'hui. A la limite, un café. Mais de toute façon, il n'avait pas envie d'un café avec elle. On prenait le café avec des potes, avec des collègues, avec des gens qu'on aime bien. Elle, manifestement, Antho l'aimait pas. Elle avait rien fait (du moins pour l'instant), mais elle était juste là au mauvais moment. Après tout, il avait le droit d'avoir ses humeurs aussi non ? Y'avait pas que les filles qu'avait le droit à ce genre de truc. Namé.

- Hm... Plus envie d'une glace, désolé, dit-il simplement. en se dégageant de "l'étreinte" de la fille. Puis le train va pas tarder à partir, ça serait bête de devoir emprunté une voiture volante pour y aller non ?

Petite référence historique à un évènement plutôt marrant qui s'était passé il y a une petite centaine d'années. En disant cela, il avait désigné la voie 9 3/4 de la tête. Il était à peu près certain que le train allait partir d'une minute à l'autre. L'afflux de Poudlarien était nettement moins important, et le peu qui arrivait semblait plutôt pressé.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la grande gare

Message par : Eurydice Wildsmith, Jeu 14 Sep - 22:34


HRPG:
 

*Laisse ce p***** de train partir.  Sans moi. Pis de toute façon je sais pas conduire espèce d'idiot.* Cette fois, elle le laissa se dégager de sa poigne tout en haussant les épaules. La référence ne la fit pas rire. Pas l'ombre d'un sourire. Mâchoire contractée. Elle avait peut être paumé son sens de l'humour en chemin, dans la foule, pire dans la glace qui avait disparu de son uniforme.

Elle se trouvait complètement insensée de vouloir à tout prix le retenir mais aujourd'hui plus qu'un autre, être toute seule lui brisait le cœur. Qu'il aille au diable. La brune ne supportait pas la rentrée. Elle n'avait même pas pleuré mais se mordit la chair si fort qu'elle devient blanche. Comme sa peau. A peine des prunelles brillantes disparues sous la colère. Il n'y a rien de plus triste qu'un quai de gare.

« Je te déteste cordialement parce que tu te fous de moi en prenant pour une moldue, que t'es malpoli, que je montrerai bien ce que je fais avec ma baguette mais bon devant tout ça...
Ton physique ne compense pas tout malheureusement. Mais bon, quitte à rester avec quelqu'un mieux vaut que ça soit le dernier des ch.... qu'un autre inconnu. Niais pour couronner le tout. »
débita t-elle hors d'haleine. Pointe de cynisme.

«  Dis, tu as déjà perdu quelqu'un ?* il y a deux sortes de perte, celle dont on se remet et celle dont on se remet jamais complètement. Il y a les vivants que l'on perd chaque jour un peu plus, et il y a les morts. Et toi alors tu fais partie de quelle catégorie? * » Dit-elle à brûle pourpoint en détournant le regard vers tous ses gens. Insouciants. Désespérés mais toujours heureux. La question lui avait foudroyé l'esprit à l'instant et ses lèvres avaient bougé sans plus de réflexion. D'autres mots égarés qui ne sortirent pas.  Elle ne s'attendait pas à ce qu'il soit honnête mais bon. C'était ça ou elle lâchait sa manche. Pas encore.

Si monsieur était de mauvaise humeur, elle l'était encore plus. Elle voulait massacrer le monde autour d'eux, bouillonnante, les laisser souffrir dans un simple bonheur égoïste, celui dans lequel ce ne serait plus elle. La jeune femme avait les joues d'un rouge carmin à faire pâlir les devantures du théâtre situé pas loin de chez elle. Celui-ci pouvait aller se refaire une beauté. Le train siffla très fort avant de quitter la gare. Quel soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans la grande gare

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 16

 Dans la grande gare

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.