AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 2 sur 3
Paumés dans le désert Africain.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle

Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ethan Wood, Sam 27 Déc 2014 - 1:18


PV avec Ashton Parker

La soirée s'annonçait plutôt pas mal. Il y avait de l'alcool, des belles filles un peu partout dans la pièce et un garçon qui se trouvait être plutôt cool avec qui il avait sympathisé pendant la soirée et avec l'ambiance du Chaudron Baveur, le Wood ne pouvait que s'éclater ce soir. Il avait débuté par quelques verres qui lui flanquaient déjà un bon mal de crâne et avait finalement décidé de boire à même la bouteille, il en foutait un peu partout mais qu'est-ce que c'était bon de sentir l'alcool couler dans sa gorge !

Apparemment, le type s'appelait Ashton Parker, Ethan ne le connaissait pas mais il avait cette impression de déjà-vu qui l'avait frappé dès qu'il avait vu le visage du gars. Il devait sûrement être à Poudlard, il avait l'air jeune mais pas trop non plus, peut-être un sorcier de dernière année. Bah ! Au pire, il s'en foutait royalement, après tout le lendemain il se souviendrait plus de rien alors mieux valait profiter de la soirée au maximum plutôt que se poser mille et une questions.

Bientôt, leur stock d'alcool fut complètement vide et Ashton dût commander une nouvelle bouteille auprès de la serveuse, elle leur servit ça rapidement et le Wood se jeta avec envie sur la bouteille, en même temps que Parker qui semblait aussi assoiffé que lui. Mais ce n'est qu'une fois que leurs mains se frôlèrent et touchèrent simultanément la bouteille, qu'une sensation beaucoup moins agréable que la gueule-de-bois s'empara du corps du Serdaigle. Il se sentit compressé, trimballé de tous les côtés et atterrit finalement sur un sol dur et poussiéreux. Aïe.

C'est lorsqu'il se releva qu'il comprit qu'il ne s'était pas fait éjecté du Chaudron Baveur mais se retrouvait bien au milieu de nulle part. Ashton à ses côtés paraissait tout aussi perdu que lui. Ethan avait bien avalé la poussière lors de son atterrissage et était encore en train de cracher le peu de poussière qui demeurait sur sa langue. Que du bonheur ! Le Wood épousseta ses habits avant de lever la tête, wouah ! C'était beau ! Y'avait pleins de petites lumières partout et le ciel était noir ! Il avait beau ne pas aimer l'obscurité, tout ça restait vachement beau.

- Eh. Tu sais où on est ?

Intrigué, le Serdaigle se tourna pour essayer de déceler dans l'obscurité qui venait de parler et fit la moue quand il comprit que ce n'était que Parker. Ah ! C'est vrai qu'il était encore là lui. Après tout, c'était mieux d'être dans la m*rde avec quelqu'un qu'être dans la m*rde tout seul. Le Wood mit quelques instants pour analyser la question d'Ashton, ça tournait très vite dans sa tête. Trop vite même. Il arrivait pas à se concentrer. Qu'est-ce qu'il avait dit déjà l'autre ? Où qu'ils étaient ? Qu'est-ce qu'il en savait lui ? Il avait vraiment la tête du Guide Michelin ?

Ethan se jeta soudainement à terre et tâta le sol de ses doigts, attrapant la poussière et le sable tout en le laissant glisser entre ses doigts. Il savait désormais. Alors, il se releva et d'une voix on ne peut plus sérieuse, annonça à Ashton :

- J'pense qu'on est à Miami Beach !

Y'avait du sable. Alors c'était certain qu'ils étaient à Miami Beach. Après tout, c'était le seul endroit où y'avait du sable, des étoiles et un ciel noir non ?
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ashton Parker, Sam 27 Déc 2014 - 22:37


Si Ashton se sentait déjà un peu paumé, l'autre à côté de lui ne semblait pas tellement mieux. Il lui lança une tête assez explicite à la demande sur le lieu qui signifiait que ce n'était pas lui qui les avait envoyé là. En même temps pourquoi il les aurait balancé dans cet espèce d'endroit chelou ? 'Fin bon, si c'était un Serdaigle il aurait dû être intelligent et savoir, c'est quand même pas trop demander, non ? Si même un piaf savait pas alors personne savait : phrase de vérité générale. Le sang-mêlé regarda donc Ethan mener son enquête très approfondie pour savoir où ils avaient bien pu atterrir en examinant le type de sol.

- J'pense qu'on est à Miami Beach !

C'était une bonne nouvelle, ça ! Il fit un grand sourire de satisfaction. Ashton avait toujours rêvé d'aller à Miami car c'était une destination où il faisait généralement beaucoup plus chaud qu'en Angleterre. Et en effet il faisait actuellement plus chaud qu'à Londres, tout concordait pour prouver qu'ils étaient bien à Miami Beach. L'esprit de déduction du Serdaigle impressionnait beaucoup le Gryffondor, c'était certain qu'il n'aurait jamais pu aller dans cette maison car il était incapable d'un tel raisonnement. Mais tout de même, le cerveau d'Ashton, qui ne réfléchissait pas si vite que ça, se demanda un instant où était la ville. Parce qu'il avait entendu dire qu'il y avait des immeubles où les gens vivaient. Mais en cogitant un peu, il en vint à la conclusion que c'était la nuit et donc que tout le monde dormait. Or, si les gens dorment il ne peut pas y avoir de lumières d'immeuble. Pas si bête pour un Gryffy, hein ?

- Par contre je vois pas la mer, dit-il d'un ton un peu déçu. C'est parce que ça doit être une très grande plage.

Ben oui, si Miami Beach est si connu que ça il faut des grandes plages avec beaucoup de place pour que les gens puissent tous avoir une place. En tout cas avec la nuit noire qu'il faisait c'était difficile de voir autour d'eux. Ashton leva la tête et regarda un peu les étoiles. C'était sympa à regarder, les étoiles. Bon, c'est pas tout ça, mais ayant vécu plusieurs années à Los Angeles, le Gryffondor était un peu le pro des States ici. Attendez qu'il y ait de la lumière et Miami Beach n'aurait plus de secrets pour lui. Il fit une constatation un peu décevante à Ethan.

- C'est dommage qu'il y ait pas de Soleil, fit-il très sérieusement. On peut pas trop bronzer la nuit.

Fact.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ethan Wood, Mar 6 Jan 2015 - 21:17


Désolé pour le retard


L'alcool qui circulait dans mon sang m'empêchait de réfléchir intelligemment, voilà pourquoi j'avais balancé la première idée qui m'était venue concernant le lieu où nous pouvions nous trouver, Ashton et moi. Dans mon esprit, il n'y avait pas 36 solutions et j'avais fait part de mes réflexions au Gryffondor dont le visage se fendit d'un large sourire. En voilà au moins un qui était content d'être là, je ne m'étais pas imaginé en sortant de chez moi ce soir-là, finir en plein milieu de Miami Beach. Si j'avais su, je serai resté tranquillement chez moi, enfouie dans mon canapé et recouvert d'une multitude de couvertures me tenant au chaud pendant que je regardais un de ces classiques mordus dont raffolent les enfants. L'alcool faisait des dégâts.

Ashton sembla buter pendant quelques instants sur ma proposition, il devait sûrement réfléchir à son tour mais ne trouva rien de mieux que mon idée puisqu'il resta muet. Je jetai un coup d'oeil aux alentours, il ne semblait y avoir âme qui vive, je ne m'attendais pas à ce que la plage de Miami Beach soit aussi dépeuplée. Après tout, il y avait bien des gens qui y vivaient non ? Enfin, plutôt dans la ville mais Miami était connue pour être plutôt dynamique et les villes fantômes, en général, ce n'était pas dynamique. Il y avait quelque chose qui clochait. Je m'étais attendu à voir des feux de joies un peu partout autour de nous, des gens qui partageaient un pique-nique autour d'un barbecue ou bien même un jeune couple s'embrasser sous le clair de lune. Certes, il devait être tard mais d'habitude, il y avait toujours une ou deux personnes qui traînaient dans les rues, ou bien plutôt sur le sable. Je fis une moue dubitative et me mordillai la lèvre de nervosité. Décidément, quelque chose clochait.

- Par contre je vois pas la mer. C'est parce que ça doit être une très grande plage.

Je fus tiré de mes pensées par la voix d'Ashton qui, finalement, n'était pas en total accord avec ma proposition. Je tournai sur moi-même pour essayer de déceler la présence d'eau mais le Gryffondor avait raison. Rien. Nada. La sécheresse. Sûrement le réchauffement climatique qui avait fait des dégâts, Miami Beach avait déjà été ravagée ! Je ne croyais pas totalement en ce que proposait Ashton, une très grande plage possible mais là, le sable semblait s'étendre sur des kilomètres et aucun signe d'eau. Normalement, j'aurai tiqué de suite, une partie de mon cerveau certainement encore sobre avait compris que j'avais faux sur toute la ligne mais la majeure autre ne comprenait absolument rien à ce qui se passait et ne pensait qu'à une chose : s'enfiler encore quelques verres d'alcool.

- C'est dommage qu'il y ait pas de Soleil. On peut pas trop bronzer la nuit.

J'haussai les épaules. Il avait pas tort le Gryffondor ! En attendant que le taux d'alcool retombe dans mon sang, je me serai bien allongé par terre pour prendre le soleil, j'étais tellement pâle qu'une fois que la lumière baignera Miami, j'aurai l'air d'une tâche au milieu de tous ces américains au teint halé. Bien que je ne pouvais pas me brunir un peu la peau, je me laissai tomber sur le sable, j'avais toujours détesté ça mais je ne pouvais pas faire autrement, la chaleur m'assommait et mes jambes auraient perdu leur force au bout d'un moment. J'attrapai le col de ma chemise et effectuai un mouvement aller et retour pour essayer d'offrir un peu d'air à mon torse mais malheureusement, l'air était tellement chaud que toutes les tentatives que j'essayais pour me rafraîchir tombaient à l'eau. Et en parlant d'eau, je commençais à être assoiffé, alcool, grenadine, eau, j'avais besoin de quelque chose pour inonder mon gosier.

- Je propose qu'on reste là un moment, je sais pas à quelle heure on est arrivés ici mais je pense que le soleil va bientôt faire son apparition. Enfin j'espère, t'aurais pas une bouteille d'eau sur toi que tu aurais gardé dans ta poche ? Demandai-je avec plein d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ashton Parker, Dim 11 Jan 2015 - 21:48


Décidément, le cerveau d'Ashton devait être en partie imbibé d'alcool, et pas de chance pour lui c'était la partie qui réfléchissait d'habitude. Du coup, au lieu de comprendre que quelque chose clochait dans leur raisonnement sur Miami, il avait trouvé une raison à l'absence de lumières. Vachement intelligent. A côté de lui, Ethan semblait être dérangé par un point de leur raisonnement pourtant infaillible. Ca, c'était sûrement son côté Serdaigle à toujours réfléchir. Le Gryffondor avait été très impressionné de savoir que la salle commune des Serdaigles était protégée par une énigme qui changeait chaque jour. En ce qui concerne sa propre maison, si c'était ce système qui régissait l'entrée de la salle commune, nul doute que beaucoup d'élèves resteraient dehors pour la nuit. Déjà que certains arrivaient à oublier le mot de passe.

Wood sembla dubitatif sur l'hypothèse de la grande plage. Mais Ashton était absolument certain que la mer était très remplie et qu'il était difficile de l'assécher. Quoiqu'il en soit ils verraient bien au levé du jour. En voyant que le vendeur de la BAM à côté de lui essayait de s'éventer pour avoir un peu d'air, le sang-mêlé se fit la réflexion qu'il faisait quand même très chaud à Miami Beach pour cette période de l'année. Mais comme ils étaient près de l'équateur, le Père Noël passait certainement chez les gens en maillot de bain. Ce devait être juste une question d'habitude à prendre. En tout cas, un petit coup de vent ne ferait de mal à personne, c'était certain vu qu'ils étaient les seuls gens aux alentours et que ça ne les dérangeaient pas eux. Logique implacable. Ashton décida d'enlever sa chemise et de l'attacher autour de sa taille histoire d'avoir un peu moins chaud. Le résultat était pas super mais c'était déjà ça.

- Je propose qu'on reste là un moment, je sais pas à quelle heure on est arrivés ici mais je pense que le soleil va bientôt faire son apparition. Enfin j'espère, t'aurais pas une bouteille d'eau sur toi que tu aurais gardé dans ta poche ?

Bonne question, c'est vrai que Miami Beach était assez décevant niveau alcool. Il n'y avait pas une petite bouteille aux alentours et la gorge d'Ashton avait besoin de boire quelque chose. Il fouilla ses poches mais ne trouva malheureusement pas d'alcool. Le Gryffondor fit signe qu'il n'avait rien à boire non plus. Mais soudain il eut une idée lumineuse.

- Attends, j'vais essayer de lancer un Aguamenti, ça se trouve si je change un peu c'est de l'alcool qui va sortir.

En puisant dans tout le génie qui était en lui, Ashton formula un #Alcoolmenti le plus sérieusement du monde... Et rien ne se passa. Ben oui, il fallait s'y attendre, si on lance un sortilège qui existe pas y a rien qui se passe. La mine déconfite, le Gryffon alla s'assoir par terre en espérant qu'une bouteille apparaisse subitement à côté de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ethan Wood, Dim 11 Jan 2015 - 23:08


Paumés dans le désert africain
Avec Ashton Parker

Ma gorge était horriblement sèche à présent et je sentais que ça n'irait pas en s'améliorant. Il faisait beaucoup trop chaud autour de nous et aucun signe d'une petite bouteille remplie de liquide pour rafraîchir ma gorge. Avec ma main, j'essayais de me faire un peu d'air en l'agitant de bas en haut face à mon visage mais je ne recevais que des légers souffles d'air chaud. Je n'aurai jamais pensé terminer ma soirée de la sorte, alors que je commençais à peine à m'amuser dans ce bar, il avait fallu que j'ai la chance de tomber sur une bouteille d'alcool qui n'était qu'un Portoloin. Je me demandais pourquoi la serveuse n'avait pas été emportée à notre place, elle avait touché la bouteille avant nous mais pourtant, il ne s'était rien passé avec elle. Je me demandais bien pourquoi alors que je commençais déjà à m'imaginer mille et uns scénarios incluant la serveuse de ce soir qui aurait tout manigancé pour que nous soyons coincés à Miami Beach si c'était bien l'endroit où nous nous trouvions. À mesure que le temps avançait, je devais bien avouer que je n'étais plus très sûr du lieu où nous étions, certes il y avait du sable mais c'était bien là la seule chose en commun avec Miami Beach. Je sentais que la chaleur alentour me faisait désaouler doucement alors que peu à peu, je reprenais mes esprits.

Peu après que je me sois laissé tomber lourdement sur le sol - ou plutôt le sable - Ashton avait enlevé sa chemise et l'avait attaché autour de sa taille. Je ne voyais pas trop l'intérêt, certes il devait certainement avoir autant chaud que moi mais ce n'était sûrement pas sa chemise légère qui l'étouffait. J'aurai bien aimé l'imiter mais j'étais sûr que ça ne servait à rien et que le Gryffondor lui-même ne voyait pas de changement alors tant qu'à faire, mieux vaut rester habillé. Pour ma part, je ne portais qu'un seul t-shirt qui me collait à la peau et était déjà imbibé de sueur. En même temps, il était impossible de rester sec avec une chaleur pareille ! Je me souvenais avoir laissé mon manteau et mon écharpe au porte-manteau du bar, dès que j'avais passé le pas de la porte, j'espérais que personne n'oserait toucher à mes affaires. Mais tout compte fait, ce n'était pas mon plus gros problème pour l'instant, je devais savoir comment m'échapper de cette fournaise - en vie de préférence. Le rouge et or était plus jeune que moi et semblait tout aussi perdu dans cette situation que je l'étais, j'étais l'adulte et c'était à moi de prendre les décisions et aider Ashton. Pas l'inverse. Bien que je n'aurai pas été contre un petit coup de pouce de la part du sorcier, même un caillou m'aurait été plus utile que lui en ce moment.

« Attends, j'vais essayer de lancer un Aguamenti, ça se trouve si je change un peu c'est de l'alcool qui va sortir. »

Si j'avais eu la force pour lever mon bras, j'aurai certainement tapé ma main contre mon front. C'était une blague ? Nous étions complètement pommés au milieu de nulle part, sans aucune issue et lui, ne pensait qu'à continuer à boire pour avoir les idées encore moins claires qu'en ce moment-même ? Las, je le regardais faire sans broncher et assistai à son minable échec. Alcoolmenti. Vraiment ? Qu'est-ce qu'il pensait ? Qu'une bouteille de whisky pur-feu allait tomber de sa baguette et atterrir dans ses mains ? Apparemment, il avait trop bu, beaucoup plus que moi puisque je commençais à avoir cet horrible mal de tête que j'ai souvent ressenti les lendemains de soirées bien arrosées. À moins que ce ne soit la chaleur ? Ce devait sûrement être un mélange des deux, je supportais difficilement l'été en Angleterre alors me retrouver ici, c'était comme me retrouver dans un four. C'était horrible, la pire punition de ma vie. Alors que je me remuais quelque peu pour me positionner mieux, je sentis quelque chose qui piqua l'arrière de ma cuisse droite. Je levai celle-ci et découvris avec horreur ce qui ressemblait à un crâne d'animal ou d'espèce encore non-identifiée par la science. Je me levai subitement d'un bond, ayant retrouvé toutes mes capacités physiques et m'éloignai le plus possible de cette chose. Nous ne nous trouvions pas du tout à Miami Beach, ou bien ce lieu était bien différent des descriptions que l'on m'en avait faites et était tout sauf propice à la vie.

« Écoute toi, dis-je en attrapant Ashton par le t-shirt, il faut qu'on sorte d'ici tout de suite tu m'entends ? On est pas à Miami Beach, on est dans un p*tain de désert et si on reste là à attendre que quelque chose se passe, on finira comme cette bestiole là-bas. Je pointai du doigt le crâne. Il faut qu'on se concentre tous les deux, j'arriverai jamais à trouver un moyen de nous sauver sans toi tu m'entends ? On t'a rien appris à Poudlard concernant la survie en milieu hostile ? »

Je perdais toute ma sérénité à mesure que je réalisais ce qui se passait et ce qui allait nous arriver. Si Ashton ne se réveillait pas et ne désaoulait pas rapidement, nous allions nous retrouver à la place du vieux crâne poussiéreux, à lui tenir compagnie dans un autre monde. Et je voulais rester dans ce monde pour l'instant, je n'avais aucune envie de le quitter. Je marchais autour d'Ashton pendant que mon cerveau était en ébullition, pleins d'idées se mélangeaient mais la plupart n'était pas réalisable. Celle qui paraissait le plus plausible concernait le transplanage mais je réalisai rapidement que je n'étais pas apte à m'embarquer dedans. Je n'avais pas tout à fait éliminé l'alcool qui coulait dans mes veines et je ne voulais pas risquer la vie d'Ashton. Mais d'un autre côté, si je ne réagissais pas rapidement et ne m'arrêtais pas sur quelque chose, nous allions mourir de déshydratation ou autre cause de décès étrange. Ça ne m'étonnerait pas que quelques bestioles étranges rôdent dans les parages à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent.
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ashton Parker, Mer 21 Jan 2015 - 15:45


Oulà, l'alcool c'était bien au début mais petit à petit Ashton commençait à se sentir de moins en moins en forme. Quand il était complètement bourré il ne se rendait pas forcément compte de tout, et c'était d'ailleurs toujours le cas. Mais avec le fait de ne plus pouvoir boire venait une retombée des effets de ce type de boissons. Autant dire que le Gryffondor était parti pour un bon mal de tête et qu'il en aurait certainement jusqu'au matin. A ça commençait à se rajouter une légère nausée. Autant dire que le sang-mêlé n'était pas au top actuellement, si seulement il pouvait boire quelque chose, même de l'eau suffirait à ce stade là. Le regard que lui lança Ethan lorsqu'il lança son sort raté montrait bien que le Serdaigle ne s'attendait à aucun résultat. Ce dernier commença d'ailleurs à être beaucoup moins détendu que tout à l'heure.

- Écoute toi, il faut qu'on sorte d'ici tout de suite tu m'entends ? On est pas à Miami Beach, on est dans un p*tain de désert et si on reste là à attendre que quelque chose se passe, on finira comme cette bestiole là-bas. Il faut qu'on se concentre tous les deux, j'arriverai jamais à trouver un moyen de nous sauver sans toi tu m'entends ? On t'a rien appris à Poudlard concernant la survie en milieu hostile ?


Ashton jeta alors un regard au crâne qui gisait sur le sol quelques mètres plus loin. Non, ce n'était clairement pas ce à quoi il aspirait dans la vie, enfin dans la mort dans ce cas là. Le Gryffondor cligna plusieurs fois des yeux, essayant de remettre en ordre les informations qu'il venait de recevoir. Tout se mélangeait dans sa tête, et la sensation de migraine commençait à devenir insistante. Donc ils étaient pas à Miami Beach ? C'était la partie la plus décevante, il aurait bien aimé voir cette plage. Là où ils se trouvaient n'était d'ailleurs pas une plage, mais un désert. D'un autre côté c'était le principe d'une page sans eau. Ashton devait donc trouver un moyen de sortir d'ici, allez réfléchis. Pendant quelques instants ce fut le blanc total dans son cerveau complètement à la ramasse, puis il eut une idée qui était loin d'être bête quand on y pensait.

- Ben, quand on est en milieu hostile on transplane non ?

Le Gryffondor espérait sincèrement qu'Ethan savait transplaner parce que lui-même aurait été bien incapable de ramener ses fesses en Angleterre, alors encore moins avec quelqu'un d'autre. En plus entre eux deux c'était le Serdaigle l'adulte responsable, si on pouvait dire.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ethan Wood, Lun 2 Fév 2015 - 20:11


Ethan avait besoin d'eau, sa gorge le brûlait, il manquait cruellement d'alcool. Sa tête tournait aussi, il ne savait pas si c'était la chaleur ou tout simplement les conséquences de tout ce qu'il avait ingurgité dans la soirée. Penchant un peu plus pour la première proposition, le Wood passa une main contre sa figure, son front était en sueur et il dut se résoudre à enlever sa chemise et l'attacher autour de sa taille. Il avait pensé pouvoir tenir avec ses vêtements sur le corps mais ça devenait impossible, il avait l'impression d'étouffer intérieurement. Ashton non plus ne semblait pas en grande forme, plus ça allait plus son visage s'assombrissait, ses traits se tiraient, lui aussi devait supporter les effets de la gueule de bois mélangés au mal de tête qu'offrait la chaleur étouffante. Entre-temps, Ethan s'était laissé tomber par terre, allongé à même le sol ou plutôt le sable.

Le Gryffy lança un regard au crâne à moitié enterré dans le sable, le Wood l'imita. Si ça continuait ils allaient finir comme lui. Ashton clignait rapidement des yeux, Ethan l'observait, intrigué, il lui avait demandé d'agir, et lui, perdait son temps. Le silence était pesant, plus ça allait et plus il devenait oppressant, il remua ses pensées intérieurement : Qu'allait-il leur arriver ? Allaient-ils vraiment mourir ici aussi bêtement ? Plusieurs fois le Wood avait été confronté à la mort que ce soit en combattant des mages noirs ou en tombant dans le coma à cause d'un des leurs, il avait réussi à rester en vie et là, il allait mourir parce-qu'il avait trop bu et n'avait pas les idées en place.


"Ben, quand on est en milieu hostile on transplane non ?"

Transplaner ? C'était plutôt une bonne idée. Mais en y réfléchissant mûrement, ça restait impossible. Le Wood était trop faible, Ashton l'était aussi et ce n'était même pas sûr qu'il ait son permis. Ethan était l'adulte, le responsable, mais là il était dépassé par les évènements. Il ne savait pas quoi faire. Le transplanage c'était leur dernière solution mais elle restait impossible.. Y'avait bien une autre manière de s'en sortir vivant bon sang !

"Faut réfléchir à autre chose, je te laisse faire j'ai l'esprit trop embrouillé pour réfléchir. Il croisa ses bras à l'arrière de son crâne. Je suis pas en état de transplaner et toi non plus, la seule chose qu'on réussira à faire c'est de nous désartibuler."
Revenir en haut Aller en bas
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ashton Parker, Jeu 26 Fév 2015 - 23:46


Dire qu'Ashton réfléchissait au ralentit aurait été bien au dessus de la réalité. Ben oui, ça aurait déjà été admettre qu'il réfléchissait, et là c'était pas certain. Son cerveau était imbibé d'alcool et donc complètement à la ramasse. Et qui plus est maintenant qu'il ne pouvait plus boire, le Gryffondor commençait à avoir des maux de tête. Génial pour essayer de penser de façon efficace. Tout ce qu'il savait c'était qu'ici ce n'était pas Miami Beach et que rester ici signifiait sécher au soleil quand le jour se lèverait. Et ça c'était un mauvais plan. L'idée du transplanage était la seule qui était venue à l'esprit d'Ashton, mais malheureusement cela ne sembla pas convenir à Ethan.

- Faut réfléchir à autre chose, je te laisse faire j'ai l'esprit trop embrouillé pour réfléchir. Je suis pas en état de transplaner et toi non plus, la seule chose qu'on réussira à faire c'est de nous désartibuler.

C'était ce que redoutait le sang-mêlé : transplaner en étant bourré était vraiment une mauvaise idée, il fallait penser à autre chose. Le Lion se jura qu'il achèterait un elfe de maison une fois qu'il serait rentré en Angleterre. Au moins il aurait un esclave pour le ramener chez lui lorsqu'il serait complètement déchiré en soirée. Ce serait un investissement très utile. Par contre le Serdaigle prenait la solution de facilité en le laissant réfléchir, mais peut-être pas la solution de la sûreté car on ne pouvait pas être bien certain du résultat que faisaient deux neurones de Gryffondor connectés. C'est alors qu'Ashton senti quelque chose de pas cool s'agiter dans son estomac, et remonter plus que ça ne devrait.

- Excuse-moi, dit-il en poussant Wood sur le côté.

Juste à temps, il vomit le contenu de son dernier repas sur le sol. Promis, c'était la dernière fois qu'il buvait. Tout le monde savait qu'une promesse d'Ashton ne valait rien, mais c'était clair que sur le moment il regrettait. Pour ce qu'il avait régurgité par terre, il jeta un peu de sable dessus, c'était biodégradable. C'est alors qu'une idée fit tilt dans sa tête, ils n'étaient pas arrivés à Pas-Réellement-Miami-Beach tous seuls. Leur solution était simplement de trouver l'objet qui les avaient amené là.

- Je sais ! Il faut qu'on cherche, comment ça s'appelle déjà ? Ah oui, un Portoloin ! Comme ça il va nous ramener à Londres.

Sans attendre que le Serdaigle comprenne qu'il s'agissait d'une idée de génie, Ashton se mit à fouiller dans le sol - en évitant soigneusement la zone vomi. Au bout de quelques minutes de recherche vaine, il aperçut un truc cylindrique non loin d'eux : c'était la fameuse bouteille qu'ils avaient commandé juste avant de se retrouver propulsés ici. Le sang-mêlé indiqua à Ethan de compter jusqu'à 3 pour qu'ils la saisissent en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Ethan Wood, Ven 6 Mar 2015 - 0:31


---Mes doigts entrent en contact avec le sable sec et chaud. J'en attrape une poignet et le laisse glisser entre mes doigts. Ashton s'active de son côté. Il essaye sûrement de trouver une solution. Je souris. L'esprit encore embrumé par l'alcool, je peine à bien réfléchir et préfère laisser cette tâche au Gryffondor. J'attends impatiemment. Désormais, je suis allongé dans le sable et laisse de multiples grains pénétrer dans mes vêtements. Je déteste le sable. Je n'ai qu'une seule envie : partir d'ici au plus vite.

---Ashton a dû percevoir mon empressement. Il semble se réveiller et fait les cent pas autour de moi. Je me contente de l'observer d'un air rêveur. Mais qu'est-ce que je fais là ? Cette question hante mon esprit depuis un bon moment mais je n'arrive pas à trouver de réponse. Je lève les yeux vers le ciel d'un noir d'encre. Aucune étoile, aucun nuage, juste une lune ronde et immaculée vient troubler cette noirceur. Le paysage est magnifique mais je ne peux m'empêcher de le relier à la mort. Je la sens toute proche, elle nous guette, j'en suis certain. Je suis au bord de la déshydratation. Ma gorge me brûle de plus en plus et je peine à avaler. Ma fin semble s'approcher. J'ai toujours exagéré la situation mais maintenant, je sens que mon heure est venue.

---— Excuse-moi.
---Ashton se jette à mes côtés, ses mains pénétrant dans le sable, et vomit le contenu de son estomac. Je m'écarte rapidement. La substance liquide se répand sur le sol et glisse sur le sable. Bientôt, une énorme flaque de vomi git sur le sol. Parker s'essuie la bouche du revers de sa manche. Je reste écarté, répugné par l'odeur nauséabonde qui s'échappe du reste de déjeuner du Gryffondor.
---Ne t'approche pas, je t'en prie. Tu ferais mieux de creuser un trou pour enterrer cette...
---Je laisse ma phrase en suspens. Parker a très bien compris le message que je voulais faire passer. Il se relève d'un bond, les yeux pétillants. Je m'approche de lui précautionneusement et tends l'oreille. Peut-être aura-t-il une bonne idée cette fois-ci ?

---— Je sais ! Il faut qu'on cherche, comment ça s'appelle déjà ? Ah oui, un Portoloin ! Comme ça il va nous ramener à Londres.
Je le regarde, perplexe. Comment peut-il trouver un portoloin dans cette immensité sableuse ? Néanmoins, je le laisse chercher. Je regarde la flaque de vomi du coin de l'oeil. Regarde-toi, à faire tout un cirque pour un reste de déjeuner ! Tu ferais mieux d'aider ce pauvre gosse à chercher ce fichu portoloin. Au fond de moi, je suis parfaitement conscient de l'aide que je peux apporter à l'étudiant. Cependant, je ne bouge pas. Je fixe le ciel. Si la mort m'attend réellement au tournant, je préfère avoir pour dernière vue, une pleine lune qui illumine un ciel d'encre plutôt qu'un amas de sable. J'entends Ashton gratter le sol près de moi, il est furibond. Je l'accompagne par la pensée. Autour de moi, des centaines de kilomètres de sable tous aussi semblables les uns que les autres.
---Il faut que tu cherches là où nous sommes arrivés. Il doit y avoir un gros trou là où nous avons atterri.
---Je ne sais pas si ce sont mes précieux conseils ou bien son incroyable flair qui ont permis à Parker de trouver le portoloin. En tout cas, je le vois extirper une bouteille d'alcool à moitié vide. Je le rejoins rapidement pour ne pas manquer le départ et porte la bouteille à mes lèvres pour aspirer les dernières gouttes d'alcool avant de quitter ce désert infernal.

---J'atterris au fond de la salle principale du bar que nous avions quitté. Ma chemise attachée autour de la taille et mon torse nu attirent tous les regards. Je rougis. Je n'ai jamais aimé être sous les feux des projecteurs. Je m'empresse de me rhabiller. Ashton n'a pas atterri trop loin de moi et semble aussi gêné par notre arrivée fracassante.
---Bonne soirée Ashton. Je crains qu'il n'est temps pour moi de me retirer. Je veux rejoindre mon lit au plus vite.
---Je m'apprête à passer la porte de l'établissement mais me retourne vers le brun.
---Merci pour ton aide, sincèrement.

---Je quitte le bar d'un pas chancelant et la gorge pleine de grains de sable. Le fond de notre portoloin que j'ai ingurgité n'était pas de l'alcool mais une bonne poignée de sable. Je crache par terre. Ma langue me démange et mon palais me brûle toujours autant. Rapidement, je retourne dans les rues plus attractives et interpelle un taxi. Je ne rentrerai pas à Pré-au-Lard ce soir.

[Fin du RP pour moi]
Revenir en haut Aller en bas
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Evan, Dim 22 Nov 2015 - 15:50


...Prépare son Portoloin !

Spoiler:
 

~ Adieu, temps maussade de l'Angleterre ! Quelle idée de prendre la chaise de droite aussi ? En plus du voyage qui pouvait laisser des traces, l'écart brutal de température risquait de faire mal au crâne ! Quoique... Pour le coup, la Métamorphose qui allait sauter en premier aux yeux de ses élèves serait celle du changement de temps ! Peut-être en viendraient-ils à regretter la froideur de Poudlard et ses fantômes emmerdant...

Vous arrivez presque ici...
Spoiler:
 

~ Perdu sur une dune de sable, les élèves allaient arriver. En contrebas, une oasis était dans leur champ de vision. Mais à près d'un kilomètre ! La chaleur était accablante sur la dune de sable, mais ce qui était étrange, c'était que l'oasis elle, semblait se taper un orage, dans le sens où seulement elle avait le droit de se désaltérer ! Mais ce n'était pas une averse comme de celles qui tombent le plus souvent sur l'Europe non, mais de celles qui tombent à n'en plus finir, et où tu te demandes si ta maison ne va pas finir inondé...

~ Les rafales de vent étaient particulièrement fortes, et elles poussaient les fins grains de sable dans le moindre espace entre les vêtements ! Sur la dune, une pancarte était enfoncé dans le sable, elle indiquait la marche à suivre pour les élèves. Une flèche pointant l'oasis, sur laquelle était écrit "Point de magie ne peut-être utilisée ici !". Quel comble, se taper une fournaise pour pouvoir se désaltérer sous une oasis qui subissait un vrai déluge !

~ D'ailleurs, quand ils arriveraient sous les quelques arbres bordant l'oasis, ils pourraient facilement voir un tableau posé au pied de l'eau, tenu par un piquet de bois. Dessus il était inscrit ceci :

"Un portoloin est très utile pour voyager vers un endroit lointain, bien qu'il soit complexe à utiliser ! Et, sur les personnes les plus jeunes, quelques effets secondaires sont possibles ! Ah oui, et le temps capricieux ! Il est possible de le modifier ! Si vous voulez être au sec, regardez sur la gauche, vous verrez un imperméable ! Il suffit de le toucher pour que la pluie s'arrête !"


~ Évidemment, la dernière affirmation était fausse. L’imperméable serait le début de leur nouveau voyage, en espérant que le premier ne les aient pas trop marqués... Il tenait sur un des rares arbres présent, attendant que les élèves ne le touche. Il avait une heure d'activité, ce qui laissait le temps à ses élèves de venir le toucher, s'ils ne passaient pas leur temps à observer le paysage... L'idée finale était de faire naître un doute dans leurs esprits, seraient-ils au calme à leur nouvelle destination ? Où seraient-ils à nouveau sujet au bon vouloir de leur professeur ?

HRP : Vous avez jusqu'à dimanche prochain pour écrire votre arrivée et votre "route" jusqu'à l'oasis. Libre à vous de discuter avec vos compagnons ! Le tout étant que la première personne qui prendra l'imperméable fera office de déclencheur pour les autres sur le fait qu'il est un nouveau portoloin ! Have fun, ou pas Razz
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Pasca
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Rachel Pasca, Dim 22 Nov 2015 - 21:29


Je m'excuse pas avant pour toutes les insultes à l'encontre du professeur, c'est promis Rachel n'en pense pas un mot Ange


Elle n’avait même pas eu le temps de s’asseoir, juste de poser la main sur le dossier de la chaise et HOP… voilà qu’en un battement de cil il faisait chaud. Très chaud. Trop chaud pour que la serpentard ne se sente bien.

Un battement de cil et elle se retrouvait les pieds dans le sable, celui-lui lui lacérant par la même occasion chaque partie de son corps n’y était pas protégée, l’obligeant à rester chaudement vêtu sous un soleil de plombs. Foutu vent, si au moins il était frai…

Un instant, Rachel voulu se mettre à genou, pour tenté de faire passer un léger tournis, mais le sable lui brûla la main et elle se releva aussi sec. En temps normal, il n’y avait que les enfants qui souffrait à cause des portoloin, mais même en grandissant la serpentard restait sensible à n’importe qu’elle moyen de transport. Même les portoloins. Cela-dit, elle n’avait jamais vraiment eu l’occasion d’en essayer. Et même si elle admettait sans mal que le principe était plutôt super, pour le moment elle détestait son professeur plus que tout. Rien à foutre de se lever tôt, mais se retrouver sous cette chaleur au milieu d’une tempête de sable… Très peu pour Rachel. Heureusement pour elle car le reste ne semblait pas vouloir s’arranger, elle fut très rapidement d’attaque à continuer.

« Foutu professeur ! Quitte à les envoyer dans un désert, il ne pouvait pas choisir un désert de glace ? Je ne vais pas tenir longtemps ici moi, c’est pire que l’enfer… ».

Pestant mentalement, parce que le faire à voix haute lui aurait donné l’impression d’être folle, mais aussi parce qu’elle craignait tout de même que le professeur soit dans les parages. Pestant mentalement, parce que ça l’aidait à continuer.

En faisant de son mieux pour se protéger le visage, la sorcière observa les environs. Tout près d’elle : un panneau. Un foutu panneau planté dans le sable qui semblait la nargué en indiquant ce que la serpentard avait déjà comprise toute seule en essayant d’utiliser sa baguette. Rachel imaginait très bien son professeur confortablement installé devant un écran plat, observant ses élèves de loin, juste histoire d’être sûr et de se marrer. Bon, il n’était pas moldu, mais Rachel se l’imaginait toute de même comme ça en ce moment, prenant largement son pied. Elle n’était même pas certaine que tout ça soit légal.

La serpentard tenta alors de voir ce qui se trouvait au-delà du panneau, mais ce qu’elle vit ne l’a fit sourire qu’à moitié. Certes c’était une oasis et en ce moment de pur souffrance elle en rêvait, mais elle était loin. Quoi que… mais nul doute qu’elle aurait dû mal à y arriver. Alors Rachel se mit en route tout de suite. Elle ignorait si elle allait être rejoint par ses camarades ou non, mais une chose était sûr, elle ne voulait pas attendre en plein soleil pour le savoir. La serpentard venait à peine d’arriver que déjà elle se liquéfiait. Dégoûtant !

« Maudit prof ! C’est quoi le rapport entre ta satané matière et les portoloins, hein ? ».

Non vraiment c’était quoi ? Rachel commença à marcher, doucement mais surement. Plus vite elle serait arrivée, plus vite elle pourrait se mettre au frai. En espérant que la pluie, ou plutôt le déluge, ne soit pas bouillante… Et pour passer le temps elle tenta de répondre à sa question mentale.

Peut-être voulait-il leur montrer de quelle manière on pouvait changer l’espace-temps en voyageant d’un endroit à un autre en un rien de temps ? Transformer le temps aussi ? Puisque de toute évidence cet orage n’avait rien de naturel. Mais pouvait-on vraiment considéré ça comme de la métamorphose ?

Rachel releva la tête pour voir à où elle en était.

« ARG ! » pesta-t-elle une nouvelle fois. Rachel n’avait pas autant avancé qu’elle ne l’avait désiré et imaginé. Elle avait mis sa cape sur sa tête pour se protéger du soleil, mais ce n’était pas suffisamment et Rachel commençait à en ressentir les effets : soit un terrible mal de tête. Si elle préférait l’hiver ce n’était pas pour rien.

Devant elle l’oasis semblait toujours aussi loin, mais un coup d’œil en arrière lui confirma qu’elle avait tout de même progressé. La serpentard s’apprêtait d’ailleurs à reprendre la route quand elle aperçu quelques un de ses camarades près de la chaise qu’elle venait de quitter. Elle ne comptait pas les attendre parce qu’elle avait trop chaud, mais elle était heureuse de ne plus être seule dans le désert. Ça lui redonnait du courage et elle savait aussi que ça l’empêcherait de craquer et de pleurer, en pauvre petite créature qu’elle était. La frustration avait toujours eu des effets néfastes sur elle. Alors la sorcière reprit sa route, s’assurant tout de même régulièrement que personne n'avait besoin d'aide.

Si au moins il n’y avait pas eu autant de vent, elle aurait put observer le paysage, mais non… impossible pour le moment. Et c’était bien dommage car elle n’aurait sans doute plus l’occasion de retourner dans le désert de si tôt.  

[…]
Quand ENFIN Rachel arriva à la limite entre la tempête de sable et la tempête de pluie, elle hésita à changer d’air.  La serpentard mis ses main en guise de protection pour pouvoir lire correctement ce que le professeur avait laissé à l’intention des élèves sur un tableau au abord des arbres :

"Un portoloin est très utile pour voyager vers un endroit lointain, bien qu'il soit complexe à utiliser ! Et, sur les personnes les plus jeunes, quelques effets secondaires sont possibles ! Ah oui, et le temps capricieux ! Il est possible de le modifier ! Si vous voulez être au sec, regardez sur la gauche, vous verrez un imperméable ! Il suffit de le toucher pour que la pluie s'arrête !"

Rachel regarda sur sa gauche et en effet, l’imperméable était bien présent, mais elle ne voulait pas y aller seule cette fois. Alors la serpentard attendit que ses camarades n’arrivent enfin.

Si elle avait toujours aussi chaud, elle se sentait tout de même mieux depuis qu’elle avait utilisé la pluie pour tremper sa cape avant de la mettre sur sa tête.

La sorcière avait eu, plus que tout, envie de se jeter dans le déluge pour se rafraîchir, mais elle se contentait de rester sur le côté, mouillant régulièrement sa cape et buvant autant d’eau que possible à l’aide de ses mains.

Elle était paranoïaque de nature et elle avait très bien compris que de toute évidence l’imperméable n’arrêterait pas la pluie, mais l’emmènerait ailleurs. C’était un cours sur les portoloins oui ou non ? Elle adressa d’ailleurs une remarque bien cinglante à l’encontre de son professeur : « Va te faire cuire une bouse de dragon, je ne toucherais pas ce truc ! Faut pas me faire prendre un chaudron pour un dragon. »

En fait, elle craignait surtout qu’après être entrée sous l’averse et après s’être trempée jusqu’au os, que le portoloin ne les emmène cette fois dans un désert, mais de glace. La serpentard aimait peut-être le froid bien plus que le chaud, mais elle n’était pas folle à ce point. Non vraiment, il valait mieux attendre ses camarades. On ne va jamais loin tout seul, alors qu’à plusieurs…


Dernière édition par Rachel Pasca le Mar 24 Nov 2015 - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Harmony Lin, Mar 24 Nov 2015 - 0:14


A peine avait elle touchée la chaise de droite qu'Harmony s'était sentie tourbillonner puis écrasée.
Une fois que le mouvement se fut stoppé et quand son ventre eu arrêté de faire des rebonds, le jeune Serdaigle releva les yeux, se rendant tout à coup compte qu'il faisait anormalement chaud. D'une nature assez fragile, elle avait aussi mit quelques secondes à s'adapter un minimum au soleil qui lui vrillait la tête et qui créait des taches noires devant ses yeux.

Elle regarda alors autour d'elle et songea qu'elle devaient se trouver dans un désert. En effet, il n'y avait que du sable à perte de vue, excepté un grand oasis qui s'étalait en face de ses yeux, un peu plus loin. Avec cette chaleur, elle n'était même plus sure que cette entendue d'eau soit réelle mais elle se dirigerait tout de même vers elle après avoir fini d'inspecter les lieux, s'il n'y avait pas d'instructions -il ne faut pas oublier qu'elle était supposée être en cours quand même !-. Le plus étrange était ce qui semblait être au-dessus de l'oasis : un ciel gris d'orage y régnait et c'était le seul endroit au-dessus de leurs tête qui n'était pas d'un bleu sans nuages. Une fois que sa vue se fut complètement adaptée au soleil qui brillait de mille feux et au vent qui soufflait vers elle, elle remarqua que, non seulement le ciel était gris, mais qu'il pleuvait averse là-bas. Très intriguée, elle resta quelques instants à observer ce phénomène puis se retourna pour voir ce qui se trouvait derrière d'elle.

Elle plissa les yeux, tentant de voir quelque chose et remarqua qu'un peu plus loin se dressait une pancarte qui semblait donner des indications. Elle lutta contre le vent pour y parvenir et pu enfin lire "Point de magie ne peut-être utilisée ici !", tandis qu'une flèche semblait indiquer la direction de l'oasis. Bien. Ils n'auraient au moins pas à chercher en direction des dunes de sables qui ne finissaient pas.

Harmony regarda encore autour d'elle et observa tout d'abord quelques élèves qui semblaient aussi avoir du mal s'adapter au nouveau paysage mais quelque chose de plus la frappa. Un peu plus loin, un fauteuil était renversé et une fille était allongée sur le sable, semblant sonnée. Harmony s'avança, se demandant si la jeune fille avait besoin d'elle, et s'arrêta quelques mètres devant, ne voulant pas être trop brusque. Elle vu son visage et le reconnu instantanément. Cette fille -beaucoup plus vieille qu'elle- avait participé elle aussi au deuxième cours d'Evan ! Elle était même sortie quelques instants de la salle avec une autre élève car elles ne se sentaient pas bien.

Analysant rapidement la situation avec le fauteuil et la fille dont elle ne connaissait pas le nom, elle demanda d'une voix forte, pour tenter de couvrir le bruit du vent :

- Excuse moi... Je peux t'aider ?
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Jade Wilder, Mar 24 Nov 2015 - 17:00


HRPG::
 

La main simplement posée sur le bois de la chaise et, un quart de seconde plus tard, Jade fut comme aspirée, plongée dans une spirale sans fin, un peu comme les plus grands manèges à sensation moldus. On aurait pu comparer ça à un vol en balais un peu trop agité, mais ça n'était rien par rapport à ce que la blondinette put ressentir l'espace de.. quoi ? Quelques secondes tout au plus. Mais suffisamment pour lui donner mal au coeur.

Et puis soudain, boum ! S'écrasant à terre comme un tartine de pain beurré, Jade put de nouveau sentir quelque chose sous elle et pas que.. le vide. Au contraire, face contre terre, elle pouvait sentir le sable brûlant contre sa joue. Ouvrant un oeil, puis un autre, la blondinette les referma aussitôt, ses yeux clairs supportant soudain très peu les rayons puissants du soleil. Bon sang. Elle ne s'était pas trompée, c'était bien un Portoloin, elle devrait se faire engager comme devin pour le cours de Radis. Enfin, du professeur Spinner. Quoique, après ce qu'il s'était passé, ce n'était sans doute pas une bonne idée de penser à ça en cours de Métamorphose. Cours bien mystérieux d'ailleurs, pourquoi les emmener loin de l'école ?

Bon. Lentement, les pupilles dorées finirent par s'habituer à la luminosité environnante, Jade put voir où elle se trouvait. Un désert, littéralement. Prise d'une légère angoisse, Jade se redressa légèrement, espérant voir d'autres personnes autour. Elle ne voulait surtout pas être seule dans un désert, question de survie. Enfin.. Evan interviendrait sans doute si quelqu'un était en dangers de mort.. hein ? Bref. Quoi qu'il en soit, elle n'était pas seule, il y avait plusieurs autres élèves, la plupart qu'elle ne connaissait pas, mais qu'importe.

Et puis, d'ailleurs, juste au moment où elle se faisait cette réflexion, Jade vit une première année arriver. Elle se souvenait d'elle d'ailleurs, puisque la brune était présente au dernier cours de Métamorphose et qu'elle avait quelque peu attiré les regards. La pauvre, à sa place, l'Italienne se serait enterrée vivante, ne supportant pas d'attirer l'attention sur elle. Bref. Il faut dire aussi que la petiote avec de très jolis yeux. Ça aussi, ça avait attiré l'attention de la Poufsouffle.

- Excuse moi... Je peux t'aider ?

Ah oui, retour à la réalité. Jade mit quelques secondes à comprendre la demande de la plus jeune, ayant tendance à oublier sa nouvelle condition. Mais non, elle était toujours bel et bien en fauteuil, presque paralysée. D'ailleurs, où il était ce fichu fauteuil ? Un regard à gauche, un regard à droite.. ah, le voilà ! Il était renversé mais rien de bien grave, ça aurait pu être plus compliqué si celui-ci avait été cassé durant le voyage.

Cependant touchée par la gentillesse de la petite brune, Jade hocha doucement la tête, essayant de garder le regard sur celle-ci malgré le vent. Maintenant, le plus embêtant, c'était d'assumer l'aide de quelqu'un. Jade avait eu énormément de mal à accepter en divination, là c'était pas beaucoup mieux malheureusement. Cependant, elle n'était pas bête la blonde, elle savait très bien qu'elle ne s'en sortirait pas sans aide et dans un désert, il n'y a pas vraiment matière à ce qu'on soit trop fier. Bon..

- Oui.. Oui vog.. je veux bien..


Outch, ça fait mal à la fierté. Enfin.. pas tant que ça finalement. Bon bref, on ne dira rien, elle avait accepté et c'est tout, pas de quoi en faire un fromage.. Avec l'aide de la Serdaigle, Jade se releva lentement. Une grimace s'insinua sur ses lèvres, ses jambes lui faisaient un Purée de mal, elle tâchait de ne pas faire subir trop de poids à la première année. Elle n'était pas un éléphant mais tout de même. Quoi qu'il en soit, la douleur était présente et Jade mit de longues secondes à rejoindre le fauteuil, le redresser avec l'aide d'Harmony et s'y asseoir de nouveau. Oh bon sang, merci mon dieu.

Un soupir de soulagement la prit, alors qu'elle relevait finalement le regard vers Harmony.

- Grazie.. Harmony, c'est ça ?

Un léger sourire et Jade put enfin regarder autour d'elle. Une pancarte: pas de magie. Ok. Dans un cours de métamorphose, c'était tout de même relativement frustrant. Mais bon, le professeur avait sans aucun doute une idée derrière la tête, non ? En tout cas, la pancarte était sans équivoque, direction l'oasis. C'était bête à dire, mais Jade faisait confiance à Evan, il y avait un but à tout ça, il suffisait de trouver lequel.

- Pas le choix..

Bon, comment ça fonctionnait déjà c'truc ? Ah oui ! Ah oui mais non ! Quelle conne ! Pas de magie, donc ce fauteuil perdait lui aussi sa magie.. Rhaa.. Ok, que faire ? Sa réaction première aurait été la grève pure et simple, elle aurait croisé les bras et fait la moue jusqu'à ce que le professeur arrête cette blague. Mais non, il y avait un but, il ne fallait pas qu'elle l'oublie.

Or, Jade n'arrivait pas non plus à oublier cette sensation. Cette peur, d'être inutile, une brebis égarée. D'être un poids pour les autres, de déranger. La panique aurait pu la prendre si facilement.. Entrouvrant les lèvres, Jade s'apprêtait à faire un effort supplémentaire: demander pour la seconde fois, l'aide de la plus jeune. Mais même pas besoin, voilà que celle-ci l'aidait déjà. Rouge tomate, la couleur de la honte, la couleur de ses joues.

- Désolée..

La lèvre mordillée nerveusement, comme à chaque coup de stress, chaque nervosité. En route pour l'oasis.. Longue marche, Harmony allait vite se fatiguer, du haut de ses petites années. 11 ans, sans doute, comme chaque première année. Mais Jade n'avait pas le choix, le chemin dans le sable était impossible sans quelqu'un pour l'aider. Et elle n'aurait pas pu marcher sur une si longue distance, déjà qu'elle avait du mal à tenir debout sans avoir mal.

M'enfin, l'oasis fut finalement atteinte et une jeune fille était déjà là. Une serpentard, que Jade ne connaissait pas. Elle l'avait sans doute déjà croisée mais sans plus. Relevant la tête pour adresser un sourire reconnaissant à Harmony, Jade observa le nouveau panneau.

"Un portoloin est très utile pour voyager vers un endroit lointain, bien qu'il soit complexe à utiliser ! Et, sur les personnes les plus jeunes, quelques effets secondaires sont possibles ! Ah oui, et le temps capricieux ! Il est possible de le modifier ! Si vous voulez être au sec, regardez sur la gauche, vous verrez un imperméable ! Il suffit de le toucher pour que la pluie s'arrête !"


Mouaaais. Foutaises. Ce serait bien trop simple comme ça. Visiblement, la verte et argent attendant justement l'arrivée d'autres personnes, elle aurait éventuellement le même avis ? Et la brune aux beaux yeux clairs, qu'en pensait-elle ?

- Credete.. hum.. Vous.. y croyez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Pasca
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Rachel Pasca, Mar 24 Nov 2015 - 18:01


Après un long moment passé toute seule, la serpentard accueillit les premières camarades qui la rejoignaient avec enthousiasme. Cet endroit était pour elle pire que l’enfer et elle commençait à avoir des vertiges à cause de la chaleur, mais la peur de se retrouver mouiller puis dans le froid la terrifiait. Cependant, puisqu’elle avait toujours eu cette manie d’exagérer les choses, de mettre en place les pires théories, Rachel commençait aussi à se dire qu’elle se faisait souffrir pour rien. Ce n’était qu’un doute… mais un doute affreux dans un moment comme celui-là. Sans parler du fait qu’elle se remettait tout juste de son premier voyage en portoloin, elle qui ne supportait que la marche et le balai –principalement parce que c’était elle qui dirigeait le balai (logique) et parce qu’elle adorait volé plus qu’elle n’avait mal au crane. Le voyage ayant été court entre la salle de classe et ce désert –merci m’sieur –l, les sensations n’avaient été que plus fortes. D’ailleurs, la serpentard se demanda si transplaner faisait le même effet, vu qu’elle pensait justement à passer son permis. Enfin… dès qu’elle aurait ses A.S.P.I.C.

- Pas du tout, répondit-elle à la question de Jade. C’est pour ça que je suis encore là d’ailleurs, en plus du fait que je ne voulais pas y aller seule. J’ai surtout peur qu’après entre entré sous l’orage et avoir touché l’imperméable on ne se retrouve cette fois sur un glacier.  

Pour la fierté on repassera, mais Rachel n’avait jamais eu honte d’avouer ce genre de chose. D’ailleurs, s’il n’y avait pas eu ce vent infernal elle se serait même permis de prendre la voix d’une petite fille. Mais dans ce cas on ne l’aurait pas entendu, et de toute manière personne, pas même elle, n’était vraiment d’humeur à rire. En tout cas pas tant qu’ils se trouvaient en piégé entre une tempête de sable et une averse tropical.

La sorcière retira la cape qu’elle avait mit en bandeau sur sa tête pour retirer le sable et surtout le remouiller. Finalement ce n’était pas plus mal que le professeur ne soit pas présent, parce qu’elle n’aurait pas été une gentil petite élève, une poufsouffle infiltrée chez les serpents, si elle l’avait eu en face d’elle. Mais est-ce que les élèves oseraient protester et crier à l’injustice une fois de retour au calme ? Sans doute que non et elle ne ferait pas exception.

Rachel remit son turban en place, posant son regard vers le fauteuil roulant. Elle n’avait encore jamais vu aucun sorcier avec de fauteuil, donc elle s’était toujours dit qu’ils avaient d’autres moyens de déplacement dans un cas comme celui-ci, ou bien même qu’on trouvait toujours une solution pour que le sorcier marche tout seul. Mais visiblement elle s’était trompée et elle se demandait comme les deux jeunes filles étaient parvenues à venir jusqu’ici avec ça. Ça n’avait rien à voir, mais elle avait déjà eu l’occasion de tester le vélo sur du sable et l’expérience s’était révélée désastreuse alors un fauteuil… Rachel s’en voulait de ne pas les avoir aidées. Surtout qu’Harmony n’était pas très costaux pour le coup…

- Comment ça a été le voyage ? Vous auriez dû me faire signe, je serais venue vous aider.

« Même si pour le coup j’aurais put y penser toute seule » se reprocha-t-elle. Pourtant c’est vrai, ça ne l’avait pas effleuré et maintenant elle se sentait bête.

- Tu veux que je mouille ta cape aussi ? demanda-t-elle pour se rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Laurae Syverell
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Laurae Syverell, Mar 24 Nov 2015 - 19:27


La seule expression entrant dans la tête de l'irlandaise à ce moment précis était "Mais c'est quoi cette m*rde !!". Etant aspiré dans une sorte de dimension tel un ascenseur de Charlie et la Chocolaterie, elle se voyait partir on ne sait ou, les fesses collés à une pauvre chaise en bois qu'elle tenait par dessous, et non pas par les accoudoirs. Bah oui, réflexe ridicule, avec un hurlement ridicule perdu dans l'espace et le temps. Puis, comme si la chaise en avait marre, elle fut propulsé à plusieurs mètres en avant pour un roulé boulé sur du sable brûlant qui dura plusieurs longues secondes. Ne comprenant pas trop se qui se passe, et étant totalement sonné, elle resta plusieurs minutes sur ce sable brûlant qui s'était rependu dans tout ses vêtements, et dans les cheveux. 

Après quelques minutes, la face contre terre, elle ressenti enfin la douleur en se réveillant dans son état de "semi-conscient" et se recula rapidement. La lumière l'aveuglait énormément, et elle n'y voyait rien. Un mal de crâne vient lui bousiller voir même griller les derniers neurones qui lui restait après sa chute d'au moins une bonne dizaine de mètres de sable. Peu à peu, sa vue se réhabitua et elle vit un ciel des plus bleu. Vu le sable... elle était pas à P... LE SABLE? 

Nouveau réveil, la jeune femme prit sa baguette rapidement, et menaça tout ce qui était autour d'elle, regardant les alentours. Rien, rien, que du sable ! Partout du sable ! La Blairelle avait chaud, très chaud avec ses vêtements noirs d'uniforme et chaud d'automne. Voyant qu'elle était toute seule pour le moment, elle se déshabilla, et ne laissa que sa chemise blanche qu'elle avait noué pour seulement cacher sa poitrine. Par chance, la jeune femme ne mettait jamais de Jupe, et avait troqué par un short avec des collants. Collants qu'elle enleva tout aussi tôt, et fourra tout cela dans son sac. Elle s'attacha aussi les cheveux, pour y voir plus clair sans ce vent chaud du désert. 

Gardant son calme, elle regarda la chaise en bois plus loin, plus qu'une inutile chose sans valeur. Brisé contre un rocher de même couleurs que le sable. La jeune femme prit à nouveau sa baguette, et s'avança, avant de remarquer des traces de pas, puis les suivit. Elle arriva en face de quelques élèves près d'une Oasis. Ils étaient fou AUCUN ne s'était déshabillé??? La jeune femme mourrait de chaud, habitué a la neige et au froid d'irlande. Elle vit Jade, sur un fauteuil roulant. Apparemment, elle n'était pas encore guérit. Une gamine poussait le fauteuil de son petit poids.

- Hey les filles! 

La jeune femme couru vers eux, puis arriva a leurs hauteur. Voyant que la gamine ne ferait pas le poids, elle lança un sortilège pour faire léviter le fauteuil... mais ça ne marchait pas. Fronçant les sourcils, elle ressaya sans succès. "Mais c'est quoi ce bordel !!!" La Syverell tenta de faire apparaître de l'eau, rien que dale. La jeune femme prit panique et observa sa baguette, puis regarda autour d'elle. Un climat bizarre, une oasis, un panneau.... Ah ok, pas de magie. Super...Une Pouffy, une Serdy et une Serpy ensemble dans le meilleurs des mondes... Juste merveilleux ! 

- En ce moment, je crois que les profs ont trop tendance à boire. Que faites vous, déshabillez vous un peu ! 

Petit sourire moqueur, et elle dans tout ça? Elle buvait tout son soul tout les soirs sans exceptions ! C'était plutôt elle l'alcoolo de service, super la réputation après, mais elle s'en fichait. Elle connaissait au moins l'une des filles. Jade, une Blairelle qui avait sans doute honte de voir une gamine de première année pousser son pauvre fauteuil non magique dans le sable. 

- J'ai quelque chose à te proposer Jade. Je te porte sur mon dos quand on bouge, tu me devras un service équitable... euh... toi tu pourras pousser plus facilement le fauteuil ! Dans tout les cas, on a pas de magie donc nos baguettes ne servent à rien. 

La proposition de service était là pour que Jade puisse accepter sans se sentir humilié ou part pitié. Dans tout les cas, elle connaissait déjà à peu près Lau', et savait qu'il n'y aurait pas de coup bas. C'était une femme d'honneur, et elle le resterai... sauf si on commence à lui planté des couteau dans le dos, la elle devenait rapidement une Pouffy un peu trop fourbe pour sa maison. 
Revenir en haut Aller en bas
Chloris Hareka
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Chloris Hareka, Mer 25 Nov 2015 - 20:27


Chloris assise tranquillement dans sa chaise se retrouvait cloué au sol et ne pouvait plus bouger, autour tout tournait. Elle se sentit extrêmement mal comme si on la prenait par les pieds, qu'on la renversait et on recommençait ! Elle hurla de peur se demandant pourquoi tout se passait comme ça ! Géniale le premier cours !

Puis elle se retrouvais là au milieu de nulle part ! Heureusement elle avait retrouvé Léna ! Mais un mal de crâne et de ventre la pris et elle manqua de vomir ! Elle regarda autour d'elle et ne vit que des dunes à pertes de vues ! Une chaleur plus qu'écrasante et un mal de crâne qui persistait...

Et puis comme si une ampoule venait de briller elle remarqua une pancarte avec écrit :

"Point de magie ne peut-être utilisée ici !"

Cela devait donc dire qu'il fallait aller plus loin ! Elle leva le bout du nez et ne vit qu'une chose . Une oasis très loin et qui en PLUS avait l'air très très hostile ! Un gros orage se déchaînait sur la pauvre petite oasis... Super le voyage ! Et puis comment on allait rentrer ? Mais bon au moins, le paysage était beau ! Du coup elle en profita longuement ! Mais bon fallait continuer, alors la Gryffondor partit en direction de l'oasis. Elle y allait mais sans trop savoir pourquoi, en fait ... Personne ne lui avait demandé, mais elle croyait voir une personne là-bas, sûrement un mirage mais on pouvait toujours tenter !

Ce sable ! "Fichu sable " pensa-t-elle ! C'était horrible, ça grattait, piquait et brûlait ! Quelle atroce cours ! Elle continua d'avancer et regarda si Léna la suivait ou non. Et puis finalement tant pis ! Alors elle partit en trottinant dans ce désert si étouffant. Chloris manqua de s'évanouir plusieurs fois !

Toujours aussi loin que quand elle était partit cette oasis ! Mais en jetant un coup d’œil derrière, elle vit bien que Léna était presque aussi loin que cette oasis, toujours tourmenté par l'orage ! Puis elle vit certain arbre plus nettement, mais surtout le mauvais temps qui se rapprochait ! un peu de fraîcheur ferait peut-être du bien.

Et enfin ! Après , ce qu'il lui sembla être des heures de marche, elle arriva à cette oasis. Désormais trempé jusqu'aux os, elle vit une jeune fille, elle n'approcha pas. Elle remarqua une pancarte à côté d'elle, alors elle la lu :

"Un portoloin est très utile pour voyager vers un endroit lointain, bien qu'il soit complexe à utiliser ! Et, sur les personnes les plus jeunes, quelques effets secondaires sont possibles ! Ah oui, et le temps capricieux ! Il est possible de le modifier ! Si vous voulez être au sec, regardez sur la gauche, vous verrez un imperméable ! Il suffit de le toucher pour que la pluie s'arrête !"

- Un porto... quoi ? C'est quoi ce machin ?

Elle se parlait toute seule, mais espérait juste que la camarade l'entendrait et lui répondrait ! Elle n'avait ni soif, ni faim, pas non plus chaud, froid non plus. Bref elle n'avait besoin de rien, juste d'un abri au moins. Chloris restait quand même une fille assez naïve mais pas trop non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Paumés dans le désert Africain.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Paumés dans le désert Africain.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.