AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -47%
CONTINENTAL EDISON – Aspirateur balai et ...
Voir le deal
24.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 3 sur 17
Les Serres
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 17  Suivant
Ryô Suzuki
Serdaigle
Serdaigle

Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Ryô Suzuki, le  Mer 11 Mai 2011 - 23:38

Lorsqu'il termina son morceau, Ryô fut surpris de voir la silhouette agenouillée de Gloire si proche de lui. Il la regarda timidement, se demandant ce qu'elle faisait si près de l'endroit où lui-même se tenait, et surtout dans cette posture. Sa réponse lui vint si promptement qu'il eût peur qu'elle ne sache lire dans ses pensées.

Ryô, est-ce toi qui l'a composé ? C'était magnifique... J'en ai encore le coeur tout frémissant.

Il inclina la tête en signe de remerciement. On lui avait appris à accepter les compliments et à les remercier systématiquement par ce mouvement très léger mais aussi très significatif que l'Asie presque entière comptait parmi ses coutumes.

Oui, cette composition était de moi. Je te remercie pour ton compliment, mais tu sais, je...

Il s'arrêta. Il ne pouvait pas dire la fin de sa phrase, ce serait très déplacé. Il avait déjà dit de belles choses à des jeunes femmes par le passé mais ce temps-là était révolu. Il n'en était plus capable. S'il s'apprêtait à complimenter quelqu'un, homme ou femme d'ailleurs, tout ce qui sortait de sa bouche étaient des bégaiements incessants. Il aurait voulu lui dire qu'il n'avait pas pour habitude de jouer pour de si jolies yeux, mais rien ne sorti. Même pas des blabla incompréhensibles. Il resta silencieux, comme muet, avant de faire glisser machinalement sa main sur le manche de sa guitare. Il abandonna finalement la fin de ses propos, ne sachant pas vraiment comment s'en sortir, comment se rattraper ; et changea de sujet.

Joues-tu de la guitare, toi aussi ? Sinon, tu sais, je veux bien t'apprendre. Il paraît que je suis un bon coach.

A ces mots, un sourire illustra son visage. La musique était sa passion, son art de vivre, sa raison d'être, sûrement, même. Il avait pour la musique un sentiment profond et voulait la partager avec tout le monde ; seulement il était bien trop timide pour jouer devant un public. Il partageait donc sa passion en apprenant à d'autres personnes à manier les instruments. C'était un passe-temps comme les autres, après-tout.
Gloire Lecomte
Gloire Lecomte
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Gloire Lecomte, le  Jeu 12 Mai 2011 - 21:54

- Oui, cette composition était de moi. Je te remercie pour ton compliment, mais tu sais, je...

Il s'arrêta. Gloire attendit. Il semblait vouloir dire quelque chose, en tout cas c'étaient ce que ses yeux semblaient vouloir dire, mais aucun mot n'arrivaient à franchir ses lèvres. Dubitative mais calme, la jeune fille inclina légèrement la tête sur le côté quand il préféra finalement changer de sujet. Dans un sourire qui illumina son visage tourmenté, il demanda :

- Joues-tu de la guitare, toi aussi ? Sinon, tu sais, je veux bien t'apprendre. Il paraît que je suis un bon coach.

Gloire sourit et se releva pour s'asseoir à ses côtés, à une distance respectable tout de même, avant de lui répondre en regardant devant elle.

- Je ne joue pas de la guitare. J'aurais aimé mais... je devais choisir entre le piano et la guitare... et j'ai finalement opté pour le premier... Maintenant si tu te proposes pour me donner des cours, pourquoi pas.

Elle avait dit ces derniers mots en lui souriant, le regardant franchement cette fois-ci. Elle avait toujours aimé cet instrument, et si cela pouvait amener Ryô à s'ouvrir, pourquoi pas. C'était proposé si gentiment que refuser aurait presque été impoli... et nul doute que les autres filles l'auraient cru folle. En même temps, que lui importaient ce qu'elles pensaient ? Cependant, elle se dit mentalement que si on apprenait qu'elle était coincée avec lui depuis plus d'une heure dans les serres, nul doute qu'il y aurait des jalouses qui voudraient lui faire la peau. Elle ne put alors retenir un soupir, qu'elle tenta toutefois de cacher bien vite sous une question.

- Mais je n'ai pas de guitare... J'y penserai la prochaine fois.

Levant la tête, elle s'aperçut que la pluie s'était arrêtée aussi se leva-t-elle, ramassa ses affaires et prit congé.

- Bon et bien, je suis ravie de t'avoir revu. La pluie s'est arrêtée, j'en profite pour rentrer. Peut-être à une autre fois ?

Un dernier sourire et elle s'en fut en courant vers le château.

Fin du Rp


Dernière édition par Gloire Lecomte le Ven 8 Juin 2012 - 1:53, édité 1 fois
Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Lileas White, le  Dim 21 Aoû 2011 - 21:16

Annexe de la Serre °2
RPG avec Sara Shake


Une étrange soirée s'annonçait. Pendant la journée, le ciel n'avait que très rarement été couvert, et un léger vent avait balayé le parc de Poudlard. La température, quoi que légèrement trop élevée pour la native finlandaise, avait été plutôt agréable pour la plupart des élèves et professeurs. Mais à l'horizon, alors que le soleil rougeoyant finissait sa longue descente, une ligne de nuages menaçante avançait. Contre toute attente, la nuit serait à l'orage.

En terme de cours, la journée avait été longue pour l'aînée Aëndal. Fatiguée mais soulagée, elle traversa le parc et une partie du château en direction de la salle de bain réservée à certains membres du personnel. C'est avec délectation qu'elle retira ses vêtements, une fois la porte refermée derrière elle. Jenni entra doucement dans le bain tiède et moussant.

Près d'une heure passa avant que la jeune finlandaise ne se décide à quitter ce doux lieu. Elle prit son temps pour se sécher les cheveux, se maquiller – si elle n'avait pas beaucoup de travail, elle irait boire une bièraubeurre dans une taverne londonienne – et revêtir d'élégants vêtements. La sorcière sortit alors, et regagna l'annexe de la Serre °2. On pouvait nettement voir que la masse nuageuse avait bien avancé.

De retour dans son petit bureau, elle se remit à la rédaction de ses cours et de son traité de botanique. Une nouvelle heure passa, silencieusement. Une fois bien avancée dans son travail, elle reposa sa plume d'argent, tria ses parchemins, et vint s'allonger sur son lit dans la pièce d'à côté. Elle partirait dans moins de dix minutes, utiliserait comme à son habitude le système de poudre de cheminette depuis Pré-au-Lard, et devancerait la tempête.


Dernière édition par Jenni Aëndal le Dim 28 Aoû 2011 - 15:58, édité 2 fois
Sara Shake
Sara Shake
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Sara Shake, le  Lun 22 Aoû 2011 - 12:53

La nuit tombait doucement. A l'horizon, le soleil tombait lentement dans son sommeil, laissant place à la lune. Cependant, l'astre nocturne n'était visible que par certains endroits. Des gros et lourds nuages masquaient le ciel de la nuit, rendant les terres d'Angleterre sombres. On ne pouvait compter que sur la lumière des lampadaires pour se guider dans ce noir obscur - logique. C'était exactement ce que faisais Sara, alors qu'elle rentrait chez elle après une journée éreintante à Ollivander's. Elle n'avait envie que d'une chose : se glisser sous ses couvertures.

Une fois rentrée dans son manoir, la jeune femme jeta sa cape sur un dossier de chaise et se rendit dans le salon, certaine d'y trouver son compagnon. En effet, Chris se trouvait dans le fauteuil, en face de la télévision moldue. Mais ce à quoi la banquière-en-chef ne s'attendait pas, c'était que sa fille se trouvait sur les genoux de son père. Etonnée car il était tard pour elle, Sara s'installa à côté des deux des trois amours de sa vie.

« Je ne me sens pas bien, maman. » dit Léa, avec une moue triste.

La jeune femme se pencha et prit sa fille sur ses genoux. Elle regarda Chris mais ce dernier haussa les épaules : ce n'était pas sa faute. Souriant, la gérante de la boutique de baguettes magiques palpa la gorge de la petite et toucha son front, pour prendre sa température. Léa annonça qu'elle n'avait pas mal au ventre ni envie de vomir. C'était plutôt un froid, un chaud dans tout son corps et un peu la tête embrumée. Un rhume.

« Ne t'en fais pas ma chérie, je vais te soigner vite ! »

Ayant de bonnes connaissance sur les plantes, la jeune femme savait qu'une petite décoction soignerait sa fille en un clin d'oeil. Elle rendit Léa à son père et se leva, dans l'intention de chercher les plantes nécessaires pour fabriquer cette petite potion miracle. Hélas, lorsqu'elle arriva devant son armoire à plantes, elle remarqua qu'il lui manquait un ingrédient. Embêtée, Sara se demandait où elle pourrait trouver ce qui lui manquait. La lumière se fit dans son esprit.

« Il me manque un petit quelque chose, je vais le chercher à Poudlard. Le professeur de botanique doit obligatoirement l'avoir. Je ne serais pas longue. » annonça la jeune femme en revenant dans le salon.

Elle avait elle-même été professeur de botanique. Elle savait quelles plantes se trouvaient dans les placards des serres. Poudlard était la première idée qui lui était venue, car très accessible d'accès. La jeune femme ne connaissait pas vraiment les boutiques magiques des alentours donc, cette idée lui semblait la meilleure. Elle fit un rapide baiser à son compagnon et à sa fille et reprit sa cape. Son lit douillet attendrait.

Elle transplana directement devant le portail de l'école. Elle attendit qu'on lui ouvre les portes - cette fois, elle faisait dans la diplomatie - et entra dans le Parc. Elle questionna le garde-chasse sur la présence du professeur et fort heureusement, ce dernier était encore dans l'enceinte. Soulagée, la jeune femme prit la direction que l'employé lui indiquait et arriva dans la serre n°2. De vieux souvenirs remonta à sa mémoire mais elle les chassa d'un geste de la main et frappa.

Quelques instants plus tard, la porte s'ouvrit. Une jeune femme se trouvait dans l'encadrement. Elle ressemblait beaucoup à Mateo... Son frère, décédé il n'y a pas si longtemps. Sara l'avait rencontré à plusieurs reprises, et même si elle ne le connaissait pas beaucoup, elle l'avait trouvé très sympathique. Prenant une inspiration, la jeune femme salua l'autre :

« Bonsoir... euh, Mademoiselle Aëndal ? Je ne vous dérange pas dans votre travail, j'espère ? J'ai besoin de votre aide. »

Les deux jeunes femmes ne se connaissaient pas du tout. Mais bon, si elle était à l'image de son frère, Mademoiselle Aëndal devait être aimable.
Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Lileas White, le  Dim 28 Aoû 2011 - 16:19

Jenni ferma les yeux. Les minutes passèrent lentement, calmement. Soudain, on frappa à la porte du bureau. La jeune finlandaise se releva en sursaut. Elle passa sa main dans ses longs cheveux châtain clair et s'approcha de la porte de sa petite chambre, qui était restée entrouverte. Qui pouvait-ce être? Surtout à cette heure-ci ! Intriguée, elle s'avança, et ouvrit la porte de l'annexe.

Une belle jeune femme de son âge se tenait là. Jenni lui adressa un sourire poli et la dévisagea rapidement. Finalement, elle posa ses yeux verrons sur la longue chevelure blonde de l'inconnue. Dehors, il faisait désormais presque entièrement noir.


- Bonsoir... euh, Mademoiselle Aëndal ? Je ne vous dérange pas dans votre travail, j'espère ? J'ai besoin de votre aide.

La finlandaise sortit de sa brève contemplation et, d'un signe de tête, l'invita à entrer.

- Jenni Aëndal, en effet. Vous ne me dérangez pas; jjje m'apprêtais à sortir, mais jjje ne suis pas pressée.

Ces derniers temps, elle avait beaucoup travaillé son accent. Même si l'on percevait toujours très bien le côté scandinave, sa façon de parler se rapprochait d'avantage de celle des britanniques.

- Jjj'aimerais beaucoup vous être utile. De quoi avez-vous besoin? Et qui êtes-vous? Faites-vous partie du personnel de Poudlard?

Jenni, qui marchait alors vers son plan de travail, s'arrêta, se retourna, et plongea ses yeux dans ceux de la nouvelle arrivante. Un charme indéniable, quoi qu'il pouvait en être.

- Non, jjje me serais souvenue de votre visage...
Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Lileas White, le  Sam 26 Nov 2011 - 23:42

A quelques pas des serres.
Avec Anaelle Etlyne


La neige fraiche recouvrant le parc et les toitures, la légère brume, les douces rafales régulières d'un vent d'une fraicheur exquise, l'odeur du bois brûlant dans les cheminées du château, le bruit des quelques animaux, au loin, dans la forêt... Tout donnait à ce paysage impressionniste un aspect particulier. C'était comme dans un rêve. Pas le plus heureux de ceux-ci, non, pas non plus le plus triste, mais un rêve tout de même.

Elle était élégante, comme à son habitude. Jenni, dont le visage était partiellement couvert par un léger capuchon noir, marchait lentement. Elle profitait de chacun de ses pas... Marcher dans la neige, elle l'avait fait à n'en plus compter; pourtant, elle ne pouvait s'empêcher d'éprouver le même plaisir à chaque nouvelle fois. Ses longues bottes foulaient délicatement la fine couche blanche. Sa cape, prolongement du capuchon, flottait légèrement derrière elle.

La jeune finlandaise avançait en direction de ses anciennes salles de cours. On lui avait annoncé via une missive qu'un mémorial avait été inauguré la veille dans le parc de Poudlard, à quelques pas des serres.


«  En souvenir de Mateo Aëndal  »

La pierre lissée contenant ces inscriptions avait été placée au pied d'une charmante composition florale. Au sommet de celle-ci se trouvait une petite branche d'armoise et une anémone. Elle était sans aucun doute protégée par un sortilège afin que ces plantes symboliques ne fanent pas.

Jenni esquissa un sourire. Seule au milieu de ce paysage vespéral, elle regardait avec une attention quasi-religieuse ce que l'on avait dédié à son frère. Le mémorial de l'homme qu'elle avait toujours admiré.
Anaelle Etlyne
Anaelle Etlyne
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage




Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Anaelle Etlyne, le  Dim 27 Nov 2011 - 2:19

Une douce brise de fin d’automne balaya les cheveux de la blonde, qui lui tombaient délicatement en dessous des épaules, ondulant dans son dos au gré du vent. Les cheveux ébouriffés, certaines de ses mèches lui cachaient la moitié du visage, cachant par ailleurs son air nostalgique qui la tiraillait depuis quelques minutes. La neige et le visage blanc de la jeune femme se fondaient parfaitement dans le décor calme de l’enceinte de l’école qui paraissait figé depuis des siècles. Habillé d’un long manteau noir, orné d’une grosse écharpe mauve taupe, Anaelle s’avançait dans le parc de l’école, après des années d’absence. Ses bras repliaient contre elle, elle tenait dans sa main droite un petit humble trésor qu’elle ne voulait absolument pas perdre.

Une envie de revenir à une certaine source d’elle-même l’avait poussé ce jour-là, à se rendre à Poudlard. Ses réels premiers pas dans la vie des Sorciers avaient commencés là et savoir qu’une part d’elle était toujours ici avait eu raison de son envie qui naissait petit à petit depuis des semaines.
Marchant sur la fine couche de neige, la Poufsouffle observa avec un œil amusé les façades de l’école. Elle se rappela rapidement son évolution au sein de Poudlard : son entrée à 11ans, son envoie à Poufsouffle, les nouvelles rencontres, son directeur, Mateo Aëndal qui était devenu à ses yeux une sorte d’idole, sa nomination en tant que préfète, puis Mélina, si charismatique, d’anciens amis, Thomas… Foutu pincement au cœur. Pourquoi revenait-il toujours à la charge quand ses pensées divaguaient vers lui. . ?
Chassant les souvenirs qui revenaient en flot dans son esprit, elle contourna son ancienne maison, à lui, qui se trouvait près des serres en accélérant le pas : elle n’était pas venue pour ça.

Elle ralentit la cadence lorsqu’elle arriva près des serres. La vraie raison de sa venue n’était plus très loin et son cœur eu une cadence plus soutenue. Elle était toute proche de la vraie raison, à présent.

« En souvenir de Mateo Aëndal »

Son cœur se serra. Elle n’avait jamais vraiment fait le deuil de cette disparition si tragique, si brutal et cruel. Un meurtre, pur et dur, sans aucune âme ni conscience. Mateo, homme si élégant et qui l’avait si souvent inspiré lorsqu’elle était élève, et qui encore, était resté quelqu’un de si pur et de si… noble ? Un modèle de vertu, à ses yeux, qui aurait pu accomplir de si belle chose. Réprimant quelques larmes qui lui montaient aux yeux, Anaelle continua de s’avançait en serrant les poings ; la dernière image qu’elle avait eu de Mateo vivant était leur coup d’œil complices au Ministère, un instant particulier qui avait fait du bien à ce moment-là à la blonde, la rassurant et lui donnant un certain courage qu’elle ne pensait plus avoir.
Avec un petit hoquet de surprise, Anaelle aperçut une silhouette devant le mémorial. Un élève ? A cette heure-ci ? Il n’était pas encore réellement tard, mais la soirée était tout de même entamée et les cours finis depuis quelques temps maintenant. En se rapprochant, Anaelle se rendit compte que la silhouette ne pouvait être celle d’un élève, ou alors d’un élève en dernier année… Mais Anaelle n’aurait pas parié sur ça.
Les cheveux longs tombant dans le dos, en plus de la posture lui faisaient plus penser à un proche du défunt... Défunt, quel mot inimaginable pour Mateo.

Plus timidement, Anaelle s’approcha et arriva à la hauteur de la personne qui lui tournait le dos. Comme elle le pensait, à l’observation de son visage, ses traits ressemblaient étrangement à ceux de Mateo, en plus de la forme et longueur de ses cheveux et certainement de la couleur de ses yeux : elle n’aurait plus su dire de quel couleur étaient ceux de Mateo, elle pouvait seulement parler de l’intensité qu’elle pouvait y lire. Elle sourit franchement à l’étrangère et lui lança un très timide « Bonjour ». Elle ne s’attarda pas tout de suite au traditionnelles échanges courtoises pour d’abord déposer ce qu’elle tenait dans la main, avec une certaine retenue : une fleur de lys, au couleur des Poufsouffles, représentant l’emblème de la Royauté, du respect qu’elle avait envers lui, même à présent. Comme toute bonne sorcière, elle l’avait ensorcelé pour la rendre immortel, pour qu’elle ne fane jamais. Se relevant, elle eu un autre sourire à la personne qui était présente, sans trop savoir comment casser ce léger silence. Elle se tourna vers elle et, avec hésitation, se mit dans une position adéquate pour lui parler.
Anaelle ne savait pas réellement comment débuter la conversation mais elle sentit le besoin de lui parler, sentant qu’elle aurait certaines réponses à lui fournir quant à Mateo.

- Je pense que je ne me ferai jamais à ce nouveau statut pour lui… Elle eut un moment de pause, réprimant de mauvaises pensées quant au statut de « défunt ». Vous ressemblez étrangement à Mateo, seriez-vous de sa famille ?

Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Lileas White, le  Mar 6 Déc 2011 - 16:51

Une nouvelle rafale de vent; brève et fraiche. Le capuchon de la finlandaise tomba dans son dos, laissant ses cheveux voleter doucement derrière elle.

Cela pouvait paraître assez étrange que quelque chose d'aussi modeste et discret la touche autant. Néanmoins, lorsqu'on cherche au plus profond de soi, on se rend compte que les symboles, quelle valeur qu'ils puissent avoir, aident à passer des moments difficiles. Cette composition florale en était, pour l'ainée Aëndal, la plus belle des preuves.

Soudain, Jenni se rendit compte que dans ce tableau de froid et de tranquillité, elle n'était pas seule. Elle entendait des bruits de pas discrets dans la neige, derrière elle. La jeune femme ne se retourna pas. Qui que cela pouvait être et quelle qu'était la raison de la venue de cette personne aux alentours du mémorial de Mateo, il n'y avait pour le moment aucun besoin de briser ce moment de quiétude par des paroles ou des gestes supplémentaires. Elle laissa donc les secondes s'écouler paisiblement.

L'inconnue arriva au niveau de Jenni. Cette dernière tourna légèrement la tête afin de la dévisager. Son regard, après avoir brièvement parcouru le visage de la jeune femme, s'attarda sur sa longue chevelure blonde. Elle était indéniablement charmante. Et par ce temps hivernal, la pâleur de sa peau contrastant avec son manteau noir lui donnait un air extrêmement élégant et quelque peu douloureux. C'était là le personnage qui se mêlait le mieux au paysage.

Cette inconnue la salua timidement, et elle le lui rendit par un léger sourire. Jenni la regarda poser au pied du mémorial une fleur. Un lys. Elle sourit à nouveau : Elle était peut-être la personne éprouvant le plus de respect pour l'homme qu'était Mateo, mais elle n'était pas la seule. La blonde se retourna alors, et après, semblait-il, un moment d'hésitation, elle lui adressa la parole.


- Je pense que je ne me ferai jamais à ce nouveau statut pour lui…

Le cœur de l'ainée Aëndal se resserra dans sa poitrine. Tout à coup, sans trop savoir pourquoi, le calme intérieur qu'elle éprouvait se dissipa quelque peu. Ses pensées revirent alors à cette femme : Qui au juste était-elle? Et qui avait-elle était pour son défunt frère? Ses yeux vairons se détournèrent et cherchèrent un point à fixer au loin, comme si ce dernier allait empêcher son esprit de tomber dans de nouvelles réflexions sans fin sur sa vie, son frère, et la mort.

- Vous ressemblez étrangement à Mateo, seriez-vous de sa famille ?

- Oui.

Elle inspira lentement et regarda à nouveau son interlocutrice. Sans la moindre expression sur le visage, elle lui répondit, de sa voix douce au perceptible accent scandinave.

- Je suis sa sœur.

Le vent souffla à nouveau, faisant voleter sur le côté les chevelures des deux femmes.

- Connaissiez-vous bien mon frère? Il ne m'a pas souvent présenté ses proches.
Anaelle Etlyne
Anaelle Etlyne
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) :
Permis de Transplanage




Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Anaelle Etlyne, le  Jeu 29 Déc 2011 - 0:56

« A chaque rencontre, une nouvelle histoire s'écrit. C'est là que réside le plus étonnant mystère de l'aventure humaine.»

[ Edouard Zarifian ]

Anaelle ne comprenait pas encore réellement le sens de cette expression, mais elle trouvait que celle-ci était à propos pour cette rencontre, bien qu’étonnante fut-elle. Mais l’idée générale qui s’en dégageait n’était pas tout à fait la même pour la blonde : son instinct lui donnait plus l’impression que cette rencontre était dans la continuité d’une autre histoire, comme si la fin d’une ancienne rencontre avait été le commencement pour celle-ci. Drôle d’impression pour une jeune femme qu’elle ne connaissait que depuis quelques secondes.

Ses doigts étaient engourdis par le froid, ses cheveux s’emmêlaient par les fréquents petits coups de vent et ses yeux étaient mouillés par l’émotion. C’était la première fois depuis bien longtemps qu’elle revenait sur un lieu aussi solennel… Elle poussa un long soupir et ferma ses yeux afin de pouvoir faire disparaître les larmes qui étaient toujours présentes.
Toujours debout, Anaelle posa son regard sur le visage de l’inconnue, examinant ses traits avec un peu plus d’attention que la première fois où elle l’avait regardé. Elle était belle, une beauté non stéréotypé, pas comme les beautés plastiques que l’on trouvait le plus souvent chez les moldus et les sorciers qui ne pensaient qu’à leur image, mais elle possédait plutôt une beauté unique, singulière, avec un charme exotique pas si inconnu que ça à la Poufsouffle. Ce fut qu’au bout de quelques secondes qu’Anaelle remarqua la particularité de ses yeux : ils n’étaient pas de la même couleur et possédait une étrange intensité qu’elle n’avait pas souvent eu le loisir de voir. Pendant une poignée de secondes, Anaelle resta en admiration devant ce regard si profond : elle était jalouse, jalouse de voir des yeux si beaux qu’elle trouvait si particuliers.
Mais la réalité la pris de court lorsqu’elle posa son regard sur la longue chevelure de la jeune femme : une pensée, malgré elle, était pour Matéo à cet instant là. Matéo… Des secondes de silence…

Lorsque la blonde posa la première question, Anaelle reçut la réponse de plein fouet, comme un coup froid et dur au plein milieu du ventre qui lui remontait dans la gorge, l’empêchant de respirer. Un « oui » dur qui n’avait pas ménagé la sorcière. La femme à ses côtés était donc de la famille de Matéo, ce n’était pas qu’une simple connaissance du défunt qui était là par hasard… Et sa peine devait être tellement plus grande comparé à celle de la Poufsouffle… A cet instant précis, elle se sentait réellement minable et petite face à cette femme qui paraissait si calme et si douce, plus forte que le chagrin, plus forte que la blonde..

La réponse qui suivi le « oui » fut beaucoup plus dure que la première. Sa sœur. Elle était sa sœur, la sœur de Matéo. L’Auror eu un hoquet de surprise qu’elle ne put réprimer, qui sorti tout aussi vite qu’elle encaissa le second coup au même endroit que le premier. Matéo avait donc une sœur et tout ce que savait la blonde sur son compte paraissait tellement dérisoire maintenant. D’où venait-il ? Avait-il une grande famille, connu, sorcière, moldue ? Etait-il heureux, lorsqu’il était encore parmi eux ? Une immense tristesse l’envahit, regrettant amèrement de ne pas avoir pu poser les questions qu’elle voulait lorsqu’elle le pouvait encore. Les larmes qu’elle s’était acharné à retenir était revenues tout aussi rapidement que le regret se glissait dans sa gorge. Matéo était quelqu’un de si discret, introverti mais si intéressant. Le temps et leurs vies n’avaient pas laissés place à des retrouvailles dignes de ce nom et Anaelle pensait sincèrement qu’elle venait de rater une occasion de s’enrichir personnellement aux côtés de quelqu’un qu’elle estimait beaucoup.
Les quelques secondes de trêve dont lui faisait part la sœur de Matéo permit à Anaelle d’enlever les quelques gouttes qui étaient tombés et qui avaient coulés sur son visage, picotant un visage déjà meurtrit par le froid.

Ce ne fut que lorsque l’étrangère repris la parole une troisième fois qu’Anaelle perçut le joli accent de la brune. Malgré elle, ce détail arracha un sourire amusé à la Poufsouffle. C’était mignon et ça rendait le personnage encore plus adorable. Elle leva ses yeux et continua de sourire timidement, posant son regard sur son interlocutrice. Au fur et à mesure qu’elle saisissait la question qu’on venait de lui poser, l’Auror perdait son sourire et son regard se perdit sur le mémorial d’Aëndal. Connaissait-elle Matéo, ne serait-ce qu’un peu ? Elle n’en savait plus rien et même si de prime abord, elle aurait eu tendance à dire oui, découvrir qu’il avait une sœur venait de lui faire comprendre que finalement, la connaissance qu’elle avait eu sur Matéo était bien réduite, malgré elle. Reprenant courage, elle se força à sourire pour reprendre contenance et releva les yeux vers la Finlandaise. Elle ne voulait pas répondre au hasard ; les secondes qui défilèrent après la question de Jenni lui servaient à construire une réponse qu’elle pensait la plus appropriée. Anaelle se racla la gorge pour enlever le reste de regret qui s’était accroché et pour espérer ne pas avoir une voix mal assurée.

- Disons que Matéo a toujours été quelqu’un de discret quant à sa vie personnelle… Un sourire, doux et nostalgique. Je ne pense pas avoir la prétention de dire que je connaissais bien Matéo, mais disons qu’il m’a été d’une immense aide pour faire de moi ce que je suis maintenant. Elle hésita, mais elle se sentait le besoin de lui répondre, aussi sincèrement que possible. Il a très souvent été mon … guide si je puis dire ainsi, du moins tout le temps où j’ai pu le côtoyer. Et il m’a appris énormément de chose en très peu de temps. Sans vouloir dire quelque chose qui ne faut pas mais… Votre frère est quelqu’un d’extraordinaire et de remarquable…

Levant les yeux au ciel, elle regarda le vide sans trop savoir pourquoi elle faisait ça.

- Je ne sais pas si c’est très délicat de dire ça, mais je vous envie d’avoir pu avoir un frère comme ça… Etiez-vous proche de lui ? Il ne m’a non plus jamais réellement parlé de sa vie personnelle… Il ne m’a non plus pas beaucoup parlé de ses origines, êtes-vous d’un pays scandinave ? Il me semble qu’il en avait lâché un mot ou deux, il y a longtemps…

Sa curiosité était peut être déplacée, mais elle voulait connaître un peu plus Matéo, même par le biais d’une tiers personne, égoïstement et surement injustement pour sa sœur, qui ne méritait pas d’être harcelé par une sorte de groupie hystérique de son propre frère.
Alexandriana Lockheart
Alexandriana Lockheart
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Alexandriana Lockheart, le  Sam 14 Juil 2012 - 3:02


[Rp avec Emma Welesslay]

Le cours de botanique venait tout juste de finir et la session de travaux pratiques avait éveillé la curiosité d'Alexandriana. Ainsi, bien que la plupart des élèves avait déjà quitté les lieux, la jeune anglaise en profita pour flâner dans les allées de la serre. Devant ses yeux défilait tout un éventail de spécimen de plantes magiques, certaine magnifique et d'autres redoutables. Son oncle n'avait pas tellement mis l'accent sur les travaux de botanique pendant le temps où il s'était occupé d'elle, mais lui avait fait étudier les ingrédients de bons nombres de potions et préparations. Elle pouvait désormais voir à quoi ressemblait ces plantes avant d'être séché ou réduite en poudre. La Poufy trouva tout cela passionnant et, croyant qu'elle était seule, se laissa emporté par un enthousiasme débordant qu'elle n'aurait certainement pas affiché en public.
Emma Welesslay
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Emma Welesslay, le  Sam 14 Juil 2012 - 14:49

J'étais tiraillée entre deux mondes. Celui du mal et celui du bien. Plus les plans s’échafaudaient devant mes yeux plus je me sentais mal. Ma décision était prise, une fois que Valens serait en sécurité, je disparaîtrais de la circulation. D'un moyen radical assurément.
Mais en attendant tout cela je devais l'aider, malheureusement je me sentais tiraillée du mauvais côté. J'avais peur de tout faire foirer, avec cette fichue attirance pour ce démon. Assise dans un coin de la serre à même le sol, j'avais mis un jean assez fin et un châle bleu couvrait mes épaules à vif. Et plus le vent filtrait et soufflait à travers les carreaux de la serre plus je le resserrais sur moi. Le tronc à la verticale contre le mur, le front sur mes genoux repliés. Je me sentais minable, et j'avais l'impression qu'ainsi installée je pouvais me fondre dans le décor.

Soudain prise d'une envie destructive je levais et du bout des doigts je poussais une des plantes à mes cotés vers le sol en béton. Avec un fracas monstrueux, le pot se brisa et la plante se débâtait sur le sol plein de terre. Ce geste ne m'avais en rien détendue. Au contraire, il n'avait fait qu’accroître mon envie de tout casser. Mais je ne voulais pas me faire prendre. Je ne devais pas faire ça, c'était malsain. Soudain, un bruit. Des pas. Quelqu'un était entré sans même que je m'en rende compte. Prenant une respiration je me hâtais pour nettoyer mes bêtises. J’espérais bien fort que ce n'était pas un professeur...

Relevant doucement la tête j'aperçue la tête blonde d'une jeune fille. Un poids me quitta, c'était une Pouffy je crois... Il me semblait l'avoir déjà remarqué... Je n'avais jamais vu cette fille émètre un demi son. Mais c'était certainement parce qu'elle était timide. De plus je ne la voyais que très peu. Mais au moins ce n'était pas quelqu'un qui risquait de m'enguirlander pour avoir fais tomber cette plante. Non, elle allait certainement fermer sa bouche et continuer son chemin vers la porte pour me laisser ranger ou casser selon mon envie...

Soufflant un bon coup je me repenchais sur les débris pour les ranger et levais la tête de temps en temps pour vérifier qu'elle n'avait toujours pas déguerpi et chercher un pot de rechange...

Alexandriana Lockheart
Alexandriana Lockheart
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Alexandriana Lockheart, le  Sam 14 Juil 2012 - 21:39

S'extasiant devant chaque nouveau spécimen qu'elle découvrait, Alexandriana continua à déambuler dans les allées de la serre. Durant ces trois ans loin de l'école, elle avait accumulé un retard flagrant dans plusieurs matières et aujourd'hui elle tentait de se remettre à niveau à tout prix. Feuilletant son livre de botanique à mesure qu'elle avançait, elle n'avait absolument pas conscience qu'à quelques mètres de là, une autre élève venait de passer ses nerf sur un des pots en terres cuite. Bien sûr elle n'aurait absolument pas approuvé ce genre de vandalisme, mais même si elle avait assisté à la scène elle se serait certainement faites oublié. En effet la jeune anglaise n'avait rien d'une héroïne, loin de là. Au contraire, dire d'elle qu'elle est du genre peureuse est un doux euphémisme. La violence dont elle avait été témoin, ainsi que la folie dans laquelle elle avait sombré les mois qui suivirent la mort de ses parents l'avait grandement fragilisé son esprit. Par instinct de conservation, elle fuyait donc toute violence, espérant ne pas être embarqué dans un quelconque conflit.

Sans qu'elle ne s'en rende compte, sa progression l'emmena toutefois dans l'allée où la jeune fille qui avait cassé le pot se trouvait. Cependant, elle ne la remarqua pas tout de suite, tout absorbée qu'elle était par son travail. Cette situation n'avait rien d'exceptionnelle, car une fois plongée dans son travail, très vite le monde cessait d'exister autour d'elle. Cette attitude avait d'ailleurs été le point de départ de quelques anecdotes. L'attention de la Poufsouffle fut captée par les bruits que la jeune fille de Serpentard fit en tentant de ramasser la terre et les morceaux de pot qui traînait au sol. Lorsqu'elle tourna la tête et découvrit la scène, elle pensa naïvement qu'elle avait renversé la plante en pot par accident. Après avoir posé son livre un peu à l'écart, elle se baissa pour aider sa camarade à nettoyer. Elle leva les yeux alors qu'elle s'affairait, mais ne reconnu pas la fille. Elle lui lança un sourire timide, espérant qu'elle apprécierait le geste et qu'elle se montrerait amicale envers elle.
Ailinn Kafka
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Ailinn Kafka, le  Dim 23 Déc 2012 - 10:32

Assise sur l'un des bancs de pierre de la serre principale, au milieu d'innombrables citrouilles et mandragores de tout genre, la fillette replia délicatement le billet de vélin qu'elle avait lu et relu, fébrile, les yeux plein d'étoiles.

Venise. Ahlys l'emmenait à Venise.

Elle avait du mal à se retenir de crier sa joie et de sautiller sur ses petites jambes d'enfants tant cette nouvelle l'avait surprise et enthousiasmée.

Elle allait passer un merveilleux Noël avec sa marraine, dans les étroites ruelles pavées et débordantes de couleur de Venise, probablement encore plus belles sous les délicats flocons de neige qui tombaient déjà, à cette heure-ci, sur toute l'Italie. Peut-être pourraient-elles même monter sur une gondole ? Voguer quelques temps sur les canaux enchanteurs de la cité, les mains trainant nonchalemment dans l'eau, les yeux perdus dans le ciel blanc...

L'enfant débordait de joie. Il fallait qu'elle range sa malle, et surtout qu'elle emballe tous ses paquets ! Qu'avait-elle donc fait de son rouleau de papier cadeau ? Et les rubans ? Où étaient les rubans ?

Y avait-il des sorciers, à Venise ? C'était probable... Naomé lui avait souvent parlé de Beauxbatons, l'école française, mais il en existait sûrement d'autres ! Ailinn espérait surtout qu'il existait une rue semblable au Chemin de Traverse, dont les échoppes pittoresque regorgeraient d'objets magiques incroyables...

Sortant de la serre, la fillette monta les escaliers de la tour quatre à quatre. Cette nuit, son sommeil serait peuplé de rêves fantasques et colorés...
Caoimhe Wheeler
Caoimhe Wheeler
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Caoimhe Wheeler, le  Jeu 27 Déc 2012 - 11:10

Parle moi un peu de ton monde... avec Ailinn Kafka

Cao entra dans la serre numéro 3, étrangement calme en ce lendemain de Noël. Tout le monde devait sans doute être en train de se reposer après le bal de la veille mais Cao, bien qu'elle y soit allé également, n'avait jamais apprécié paresser au lit. C'est pourquoi elle s'était armé de courage ce matin pour sortir dans le froid glacial avec une seule pensée en tête : les serres. C'était un des meilleurs endroits pour se changer les idées, et après les évènements qui s'étaient déroulé hier, la jeune brune en avait plus que besoin.

Les plantes que contenaient cette serre n'était pas dangereuses en soi, mais il fallait les manier avec précaution. Bien sûr, Cao était une habituée, venant ici presque une fois par semaine mais bon....On n'était jamais trop prudent.
s'approchant du bac de terre le plus proche, elle découvrit avec ravissement que de nouveaux spécimens avaient rejoins l'inventaire de l'école et pas des moindres : des plantes d'Alihosty !

Ces plantes, assez rare dans ces contrées humides, Cao en avait lu la description des centaines de fois dans ses livres et elle s'y étaient beaucoup intéressée. Et pour cause ! Ces plantes provoquaient l'excitation chez quiconque les maniait sans gants et pouvaient entraîner un comportement survolté et causer beaucoup de problèmes. C'est pourquoi il fallait obligatoirement posséder des gants en peau de dragon pour les toucher. Mais en dehors de ce léger problème, ces plantes possédaient des particularité magiques très spéciales et étaient utilisées dans de nombreuses potions, comme la potion de Confusion, aspect évidemment très intéressant pour la jeune Gryffondor, dont l'autre passion était l'Art de la préparation des potions.

Cherchant fébrilement dans son sac à la recherche de gants, la jeune fille sentit son excitation retomber : elle n'avait pas de gants ! Comment avait-elle pu être aussi stupide pour les oublier le jour où elle se rendait dans cette serre ! Maudissant son oubli, elle chercha des yeux l'armoire dans laquelle le professeur rangeait le matériel, mais elle était bien sûr fermée à clé. Bien sûr...

Se laissant glisser par terre avec mauvaise humeur, la jeune fille hésita: devait-elle retourner au château aller chercher ses gants ? Elle en était là lorsque quelqu'un poussa la porte....

[Voilà, j'espère que ça te va. Ah oui et ce serait gentil si tu pouvais amener des gants, vu l'état dans lequel se trouve Cao tongue ]
Ailinn Kafka
Ailinn Kafka
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Ailinn Kafka, le  Ven 28 Déc 2012 - 12:59

Ailinn ferma doucement les yeux et respira profondément l’air glacial en sortant dans l’immense parc boisé du Château, presque entièrement recouvert de givre et de perles de rosée pétrifiées en cette fin de décembre. Elle se sentait bien ainsi, détendue par l’air frais et vivifiant de l’aurore.
Il était vraiment très tôt, le soleil s’était à peine levé, et surtout après un bal endiablé comme celui de la veille, rares étaient les élèves déjà debout. À vrai dire, les couloirs étaient même complètement déserts, ce qui n’était pas pour déplaire à la petite sorcière.

Depuis quelques semaines, elle aimait se lever au point du jour, pour aller faire de nouvelles découvertes dans cet incroyable Château, qui commençait tout juste à lui être familier. Ce matin, en se levant, la fillette aux cheveux de feu s’était décidée pour les serres, et plus particulièrement la troisième d’entre elles, qui avait reçu de nouvelles plantes quelques jours plus tôt. Selon leur professeur de botanique, qui les avait évoquées avec nostalgie, elles étaient extrêmement rares, et c’était avec une lueur d’amusement dans le regard qu’il leur avait raconté les multiples débordements provoqués par ces plantes, qui avaient même entraîné une véritable épidémie de danse dans un village d’Irlande. Des plantes d'Alihosty.

Tout en fredonnant Hey Jude, l’une de ses chansons favorites, elle attacha son indomptable chevelure rousse à l’aide d’un cordon de cuir, formant aisément une queue de cheval certes basse mais suffisamment serrée pour ne pas la gêner dans ses mouvements.
Enfin, la petite sorcière retroussa les longues manches de son chemisier d’uniforme qui retombaient toujours sur ses poignets étroits avant d’enfiler d’épais gants en peau de dragon qu’elle avait emprunté à l’une des filles de sa Maison pour cette journée un peu spéciale.

La fillette poussa la porte de verre opaque qui grinça sur ses gonds en s’entrouvrant, et aller se mettre à l’ouvrage lorsqu’elle aperçut une forme, dans le coin de son champ de vision. Une jeune femme assise dans un coin, une expression de frustration sur son visage pâle et dont les yeux délavés scrutaient désespérément le vide.
La petite sorcière rousse s’approcha d’elle.

« Excuse-moi, tu… tout va bien ? J’espère que tu n’as pas touché une de ces plantes, hein ? »

Caoimhe Wheeler
Caoimhe Wheeler
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Caoimhe Wheeler, le  Ven 28 Déc 2012 - 15:35

Elle en était là, à déplorer sa stupidité et à se lamenter sur sa situation lorsque la porte de la serre s'ouvrit timidement et des pas léger indiquèrent à la Gryffondor qu'un élève, probablement jeune, venait de pénétrer dans la serre.
Cao releva la tête avec espoir et elle était sur le point de la supplier de lui prêter des gants lorsqu'elle se reprit. elle aimait énormément la botanique, certes, mais ce n'était pas une raison pour agir telle une mendiante !

Se relevant de mur contre lequel elle s'était appuyé, elle replissa maniaquement sa jupe d'uniforme, ne voulant pas paraître pour une souillon. C'était déjà assez humiliant de se faire surprendre en pleine situation de crise, mieux ne valait pas empirer la situation ! L'élève s'approcha d'elle, timidement à en juger par son hésitation. Il y eut un court silence que Cao ne rompit pas : de toute façon elle ne savait pas quoi dire. Finalement, ce fut l'arrivant qui se décida à perler, d'une voix douce et hésitante :

« Excuse-moi, tu… tout va bien ? J’espère que tu n’as pas touché une de ces plantes, hein ? »

A en juger par sa voix, c'était une jeune fille, probablement très jeune, sûrement en première ou deuxième année. Cao réprima un rire : non elle n'avait pas eu la stupidité de toucher à ces plantes et heureusement ! Intriguée qu'une élève aussi jeune connaisse l'effet pour le moins insolite de ces plantes, elle adopta un ton intéressé et tenta d répondre à sa question d'un air poli, en effet les passionnés de botanique étaient plutôt rares dans le château :

- Non je n'y ai pas touché. Tu connais les plantes d'Alihosty ?

Si cette jeune fille aimait la botanique, et Cao l'espérait de tout son coeur, alors elle devait posséder des gants spéciaux en peau de dragon ! C'était évident ! Tâchant de contrôler son sentiment d'excitation qui avait repris le dessus sur son découragement, la jeune fille tourna son regard intéressé vers l'endroit d'où venait la voix de l'inconnue. Espérant qu'elle ne la mettrait pas mal à l'aise avec ses yeux d'aveugle ( il ne fallait surtout pas la faire fuir ! Sinon comment aurait-elle ses gants ? ), elle lui demanda d'une voix polie :

- Qui es-tu ?

Elle se doutait qu'elle ne la connaissait pas car Cao ne fréquentait jamais les premières années ou même les deuxième. Mais bon...c'était surtout un moyen d'engager la conversation.
Contenu sponsorisé

Les Serres - Page 3 Empty
Re: Les Serres
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 17

 Les Serres

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.