AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 4 sur 16
Les Serres
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 16  Suivant
Caoimhe Wheeler
Gryffondor
Gryffondor

Re: Les Serres

Message par : Caoimhe Wheeler, Ven 28 Déc 2012 - 15:35


Elle en était là, à déplorer sa stupidité et à se lamenter sur sa situation lorsque la porte de la serre s'ouvrit timidement et des pas léger indiquèrent à la Gryffondor qu'un élève, probablement jeune, venait de pénétrer dans la serre.
Cao releva la tête avec espoir et elle était sur le point de la supplier de lui prêter des gants lorsqu'elle se reprit. elle aimait énormément la botanique, certes, mais ce n'était pas une raison pour agir telle une mendiante !

Se relevant de mur contre lequel elle s'était appuyé, elle replissa maniaquement sa jupe d'uniforme, ne voulant pas paraître pour une souillon. C'était déjà assez humiliant de se faire surprendre en pleine situation de crise, mieux ne valait pas empirer la situation ! L'élève s'approcha d'elle, timidement à en juger par son hésitation. Il y eut un court silence que Cao ne rompit pas : de toute façon elle ne savait pas quoi dire. Finalement, ce fut l'arrivant qui se décida à perler, d'une voix douce et hésitante :

« Excuse-moi, tu… tout va bien ? J’espère que tu n’as pas touché une de ces plantes, hein ? »

A en juger par sa voix, c'était une jeune fille, probablement très jeune, sûrement en première ou deuxième année. Cao réprima un rire : non elle n'avait pas eu la stupidité de toucher à ces plantes et heureusement ! Intriguée qu'une élève aussi jeune connaisse l'effet pour le moins insolite de ces plantes, elle adopta un ton intéressé et tenta d répondre à sa question d'un air poli, en effet les passionnés de botanique étaient plutôt rares dans le château :

- Non je n'y ai pas touché. Tu connais les plantes d'Alihosty ?

Si cette jeune fille aimait la botanique, et Cao l'espérait de tout son coeur, alors elle devait posséder des gants spéciaux en peau de dragon ! C'était évident ! Tâchant de contrôler son sentiment d'excitation qui avait repris le dessus sur son découragement, la jeune fille tourna son regard intéressé vers l'endroit d'où venait la voix de l'inconnue. Espérant qu'elle ne la mettrait pas mal à l'aise avec ses yeux d'aveugle ( il ne fallait surtout pas la faire fuir ! Sinon comment aurait-elle ses gants ? ), elle lui demanda d'une voix polie :

- Qui es-tu ?

Elle se doutait qu'elle ne la connaissait pas car Cao ne fréquentait jamais les premières années ou même les deuxième. Mais bon...c'était surtout un moyen d'engager la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Les Serres

Message par : Ailinn Kafka, Ven 28 Déc 2012 - 16:47


Lorsque la jeune fille se releva, Ailinn put remarquer sa maigreur étrange. On eût dit une étrange ballerine de verre, si fragile qu’on avait peur de la briser d’un regard. Et pourtant, sa voix montrait que sous cette fragilité se cachait une forte personnalité. Ses yeux vides se tournèrent vers elle. Des yeux bien étranges…

« Non je n'y ai pas touché. Tu connais les plantes d'Alihosty ? »

« J’en ai entendu parler quelques fois… Mais je voulais en voir ailleurs que dans les vieux grimoires ! »

La fillette ouvrit la besace de cuir qu’elle portait en travers de ses frêles épaules, et en sortit le maigre matériel de botanique qu’elle avait hérité de sa mère, bien plus réduit que celui utilisé par les moldus, puisqu’une baguette s’avérait être un outil fort adapté, et que Naomé avait maîtrisé cet art plus que tous les autres. Cependant, et comme Ailinn avait encore du mal avec certains sortilèges, elle préférait parfois utiliser de véritables outils, qui, au moins, ne risquaient pas de déclencher une catastrophe… Jamais elle n’oublierait la fois où Mary avait fait exploser tous les plants de Bubobulbes à la suite d’un sortilège de découpe raté. La voix de la jeune femme, près d’elle, la tira de ses pensées.

« Qui es-tu ? »

Le ton était plat, comme si la conversation n’intéressait pas vraiment son interlocutrice, mais la petite sorcière aux cheveux de flamme prit tout de même la peine de répondre.

« Je m’appelle Ailinn Kafka, Serdaigle, première année. Et toi ? Je suppose que tu venais aussi pour observer ces plantes, il paraît qu’elles sont vraiment très rares… Je me demande comment Mrs. Matthews a réussi à s’en procurer… »

Tout en parlant comme une pipelette, la petite sorcière avait soulevé l’un des plants contenus dans une large barquette de plastique et caressait du bout des doigts les feuilles duveteuses. Comment une simple peau de dragon pouvait-elle isoler du poison contenu dans ces plantes magnifiques ? C’était le genre de mystères qui demeuraient entiers pour l’enfant qu’elle était encore.
Un silence gêné s’installa quelques instants, et la petite sorcière, mal-à-l’aise, se crut obligée de continuer la conversation qui s’enlisait.

« Et… Tu as été au bal, hier soir ? Les filles de mon dortoir m’ont dit que c’était vraiment… »

Cependant, elle s’interrompit au milieu de sa phrase, rougissant légèrement en remarquant que la jeune femme aux cheveux de jais ne bougeait pas d’un cil, parfaitement immobile et surtout qu’elle ne touchait pas aux plantes, qui semblaient pourtant être sa motivation principale quant à sa présence.

« Tu… Tu ne veux pas regarder ces plantes de plus près ? Je croyais que tu venais aussi pour cela… »

Revenir en haut Aller en bas
Caoimhe Wheeler
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Caoimhe Wheeler, Ven 28 Déc 2012 - 17:07


« J’en ai entendu parler quelques fois… Mais je voulais en voir ailleurs que dans les vieux grimoires ! »

Cao sourit légèrement : si elle ne se trompait pas, il s'agissait d'une Serdaigle. Cao appréciait beaucoup les Serdaigles, parfois même plus que les élèves de sa propre maison, pour leur calme, leur perspicacité. Enfin généralement. La jeune fille semblait gentille, enjouée, le genre à ne pas se prendre la tête. Cao ricana d'un air amer : tout son contraire.
Pourtant, lorsqu'elle lui avait demandé son identité d'un ton froid, la petite fille n'avait pas semblé relever le ton morne de la Gryffondor et avait répondu, toujours de sa voix angélique :

« Je m’appelle Ailinn Kafka, Serdaigle, première année. Et toi ? Je suppose que tu venais aussi pour observer ces plantes, il paraît qu’elles sont vraiment très rares… Je me demande comment Mrs. Matthews a réussi à s’en procurer… »

Serdaigle et première année...Elle ne s'était pas trompé et Cao en retira un profond sentiment de satisfaction. En revanche, elle ne connaissait pas de Ailinn Kafka mais elle s'en doutait depuis le début. C'était une bonne question : comment avait-il pu se les procurer ? Il faudrait qu'elle pense à le lui demander. Cao ne se posait jamais beaucoup de questions : elle était plutôt du genre à agir sur le coup, sans penser au reste. C'était peut être pour ça que la jeune fille en face d'elle avait été répartie à Serdaigle et elle à Gryffondor. Enfin bon.... Décidant quand même qu'il fallait qu'elle réponde, la jeune fille ne lui semblait pas très méchante, elle l'informa de son identité à son tour :

- Caoimhe Wheeler. Je suis à en cinquième année à Gryffondor.

Bon c'était peut être un peu froid, et même pas très amical mais la jeune fille n'avait jamais vraiment su comment se comporter avec les étrangers. Aux bruits qu'elle entendait, la Serdaigle semblait avoir ouvert son sac et sorti quelque chose. En percevant un bruit de tissus frottés, Cao comprit qu'elle enfilait ses gants. Des gants....
Le regard soudain beaucoup plus intéressé, elle devina que la jeune élève s'était approché des bac contenant les plantes d'Alihosty. Cao se renfrogna, jalouse. Pendant quelques instants, un silence s'installa, seulement rompu par les légers bruits que faisait la jeune fille en maniant ces plantes....

« Et… Tu as été au bal, hier soir ? Les filles de mon dortoir m’ont dit que c’était vraiment… »

Cao sursauta légèrement, interrompu dans ses pensées. Au bal ? Oui elle y avait été, et elle n'avait pas regretté sa décision. Elle doutait de sa venue, mais comme c'était son meilleur ami qui lui avait proposé, elle n'avait pas pu dire non. Et la soirée avait vraiment été divertissante. Admirative devant l'effort que faisait la jeune fille, apparemment pas impressionnée par l'attitude peu avenante de la Gryffondor, Cao décida de lui répondre d'une voix légèrement plus amicale :

- Oui, avec un ami. C'était vraiment très bien...

... mis à part la musique déplorable qui était passé mais en même temps Cao détestait la musique...donc c'était plutôt difficile de la contenter sur ce sujet là. La jeune fille s'arrêta quelques secondes, et Cao devina qu'elle devait se demander ce qu'elle faisait là, dans cette serre, un matin glacial, à ne rien faire. Si la Gryffondor arborait un visage crispé, c'est qu'elle devait se faire violence pour ne pas sauter sur la petite Serdaigle et lui arracher ses gants des mains. Mais la jeune fille ne l'aidait pas vraiment, surtout lorsqu'elle lui demanda d'une voix timide :

« Tu… Tu ne veux pas regarder ces plantes de plus près ? Je croyais que tu venais aussi pour cela… »

Incapable de se contrôler plus longtemps, la Gryffondor s'exclama d'une voix forte :

- Tu peux me prêter des gants s'il te plaît ?

Elle s'était décollé du mur d'un geste vif, la main tendu. Lorsqu'elle se rendit compte de ses paroles, Cao détourna la tête : cette élève allait vraiment la prendre pour une folle...
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Les Serres

Message par : Ailinn Kafka, Ven 28 Déc 2012 - 18:06


« Caoimhe Wheeler. Je suis à en cinquième année à Gryffondor. »

Gryffondor. La maison des courageux. La petite sorcière aux cheveux de feu avait remarqué qu’il était toujours positif d’apprendre à en connaître les élèves, qui, s’ils avaient tous un tempérament fort, restaient justes en toute circonstance. En songeant aux rouge et or, elle eut une petite pensée pour Jackson, son compagnon d’infortune, son grand frère. Elle avait l’impression de le connaître depuis des années, alors que leur escapade dans la forêt interdite ne datait que de quelques semaines.

Le ton de Caoihme, resté jusque-là froid et distant, se radoucit lorsqu’elle parla du bal de Noël, évoquant l’ami avec lequel elle s’y était rendue. Tout en cajolant la petite plante qu’elle tenait entre ses doigts, Ailinn coula discrètement un regard furtif vers la Gryffondor et se fit mentalement la réflexion que l’ami en question devait être soit fort joli garçon, soit vraiment futé s’il avait réussi à accompagner au bal cette fragile poupée de porcelaine au caractère instable.
Elle-même n’avait pas pu s’y rendre, d’abord parce qu’elle n’avait pas cherché de cavalier, mais surtout parce que la présence des élèves de première année n’était pas souhaitée et qu’ils devaient être accompagnés par un aîné s’ils désiraient vraiment danser…
La tirant soudain de ses rêveries, la jeune femme aux yeux étranges bondit près d’elle et lui demanda d’une voix fébrile :

« Tu peux me prêter des gants s'il te plaît ? »

La fillette commença par reposer les plants qu’elle tenait entre ses mains, puis se retourna, à la fois intriguée et surprise, avant d’éclater d’un rire franc en lui tendant sa paire de gants en cuir de dragon.

« Ah, c’est donc ça ! Bien sûr, prends-les ! Tu aurais dû me les demander tout de suite ! »

Ailinn s’éloigna de quelques pas pour laisser la jeune femme profiter pleinement de cet instant qu’elle avait dû attendre depuis une éternité, et en profita pour observer les autres plantes de la serre débordante de feuillages. Tout en déambulant sous cette immense cloche de verre opaque, elle reconnaissait çà et là une feuille courbe, une fleur particulière, une racine odorante… Des mandragores, des asphodèles, des livèches et bien d’autres encore dont la petite fille ignorait encore les noms précis.

« Tu viens souvent ici, Caoimhe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Caoimhe Wheeler
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Caoimhe Wheeler, Sam 29 Déc 2012 - 22:09


Cao s'attendait à ce que la Serdaigle se méfie, s'étonne ou même qu'elle s'éloigne légèrement par peur de se faire voler. En effet une Gryffondor de cinq ans votre aînée, pas franchement réputée pour sa gentillesse en plus, vous agresse, on a plutôt tendance à battre en retraite. Mais à sa grande surprise la première année répondit à sa demande d'une voix amusée en riant légèrement :

« Ah, c’est donc ça ! Bien sûr, prends-les ! Tu aurais dû me les demander tout de suite ! »

Cao resta quelques secondes interdite, légèrement mal à l'aise. Cédant à son impulsivité, la Gryffondor n'avait pas pensé à la suite et la réplique de la bleue et argent la faisait sentir légèrement ridicule : elle devait cependant admettre que celle-ci devait être d'une nature particulièrement gentille et docile pour se montrer à ce point aimable avec Cao qui au contraire ne montrait qu'un visage fermé.
Sautant pourtant sur l'occasion, elle avança dans la direction d'où venait la voix de la jeune fille et tâtonna légèrement à l'aide de ses mains dans l'espace afin d'attraper les fameux gants que la Serdaigle lui tendait. Baissant la tête honteuse de montrer à ce point sa cécité, Cao se reconcentra sur les plantes, mais n'oubliant pas de murmurer un vague " Merci beaucoup ". C'était la moindre des choses après ce que son interlocutrice lui ait fourni ce qu'ell désirait !

Le coeur rempli d'exaltation, la jeune rouge et or plongea ses mains dans le bac et accéda enfin à ces plantes si fascinantes. Efleurant du bout des doigts leur tige délicate, leur bouton central en forme de pétales et leurs longues tiges qu'elle savait de couleur orange grâce à ses livres, mais elle ne pouvait pas en décerner la couleur. Attrapa t une fine aiguille dans son matériel à potions, la Gryffondor piqua légèrement la tige d'une des nombreuses plantes et laissa échapper un profond sentiment de satisfaction lorsqu'elle entendit la sève de l'Alihosty s'écouler d'une manière fluide dans le petit récipient qu'elle avait prévu à cet effet. Souriant légèrement, elle le rangea précieusement dans son sac, comptant bien s'en servir dès ce soir. Elle préparait en ce moment en effet une potion de Confusion et cet élément était requis pour la potion. Bien sûr, étant donné la rareté de ces plates, on pouvait remplacer l'ingrédient par une simole baie confuse, mais cela n'atteignait jamais le degré de réussite exigé.
Cao était détendue, heureuse, souriante : elle était dans son élément et ce fut seulement lorsque la voix de son interlocutrice retentit, qu'elle sortit de ses pensées :

- Tu viens souvent ici, Caoimhe ? »

Si la jeune Serdaigle désirait faire un peu mieux sa connaissance, elle avait assurément choisi le bon moment : plongée dans sa passion, Cao en était tout de suite moins méfiante et on pouvait deviner que la Gryffondor avait laissé tomber une partie de son masque. C'est pourquoi elle répondit à Ailinn d'une voix bien plus amicale et ouverte :

- Oui ! Pratiquement une fois par semaine si ce n'est deux ! Et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Les Serres

Message par : Ailinn Kafka, Dim 30 Déc 2012 - 11:12


Tandis qu’elle déambulait dans la serre en observant les différentes plantes, la petite sorcière rousse put remarquer la longue et fine seringue d’argent que la Gryffondor sortait d’une de ses poches d’uniforme. Celle-ci était prolongée par une petite fiole de verre, et, lorsque la jeune femme piqua au cœur de la tige, un épais liquide orangé s’écoula dans le flacon. De la sève d’Alihosty.

C’était étrange, la petite fille avait justement lu quelques jours plus tôt dans un grimoire de biologie que l’on en utilisait pour préparer certaines potions complexes, et notamment les philtres de Confusion… Coimhe préparerait-elle un mauvais coup ?
Une esquisse de sourire se dessina sur les lèvres pleines de l’enfant alors qu’elle repensait à sa mère, qui avait préparé durant des semaines ce même philtre dans l’intention d’en faire consommer à l’un de ses ennemis. Un plan bien préparé, mais auquel elle avait renoncé au dernier moment. Allez savoir pourquoi…
La rouge et or interrompit soudain le cours fluide de ses pensées en répondant d'une voix plus amicale à sa question précédente.

« Oui ! Pratiquement une fois par semaine si ce n'est deux ! Et toi ? »

« De temps à autres… Tout est tellement paisible, ici… On y pense beaucoup mieux qu’ailleurs. »

C’était la pure vérité. Jamais elle n’arrivait aussi bien à travailler que dans ces serres silencieuses et claires, sous ces immenses cloches de verre emplies de verdure. Tandis qu’elle parlait, elle regardait à travers les vitres opaques, apercevant au loin le terrain de Quidditch et ses tours apprêtées de tissus flambants neufs : les quatre équipes allaient justement être reconstituées pour cette année. Soudain, quelque chose serra violemment son bras.

« Caoimhe ? Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Arrête, tu me fais mal ! »

Elle tenta de se retourner sans succès, puis baissa les yeux et poussa un cri strident. Ses chevilles, ses cuisses et ses bras étaient entièrement enserrés dans de longues tiges semblables à des lianes, qui se resserraient à chaque seconde. Un filet du diable.

« Aaaaah ! Aide-moi ! »


Dernière édition par Ailinn Kafka le Dim 13 Jan 2013 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caoimhe Wheeler
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Caoimhe Wheeler, Mer 9 Jan 2013 - 22:28


Alors que Cao s'affairait auprès de ses plantes, le bruit des légers pas d'Ailinn lui indiquait que cette dernière était partie se balader dans le reste de la serre. Peut être pour explorer ? La Serre numéro 3 était sans aucun doute une des plus fascinantes : elle contenait des plantes toute plus rares que les autres et aux caractéristiques magiques toujours plus utiles. Elle étaient certes quelque peu dangereuses, mais lorsqu'on était une adepte de Botanique comme elle, on savait très bien de quel plante se méfier. Cao n'avait même pas besoin de voir pour s'y retrouver : cela faisait 6 ans qu'elle venait régulièrement ici, et elle savait exactement où se trouvait telle spécimen et à quel endroit.
Lorsque la sève eut fini de s'écouler, la jeune fille la rangea dans sa poche avec précaution, ne pouvant retenir un sourire : sa potion allait être parfaite ! Elle ne préparait pas de filtres de Confusion pour jouer des mauvais tours : elle aimait les potions pour la préparations qu'elle demandaient et non pour leurs effets ( bien que certains pouvaient s'avérer particulièrement utiles ). Lorsqu'elle avait fini une potion, elle la rangeait dans un petite fiole de verre et allait la mettre soigneusement dans sa malle. Elle accumulait depuis déjà quelques années ses préparations secrètes. Cela allait faire environs trois ans qu'elle s'était mise à sortir la nuit et elle possédait désormais une belle collections : certaines potions étaient simples et communes, d'autres beaucoup plus dures à préparer et très utiles : elle avait ainsi un extrait de Polynectar, de solution de Force, de Véritasérum... Bien sûr elle ne comptait pas les utiliser ! Du moins, pas tout de suite...

Lorsque Cao avait indiqué à la jeune Serdaigle venir ici très souvent, la jeune fille lui avait répondu, toujours de cet air rêveur et lunatique que Cao commençait à beaucoup apprécier : on aurait dit qu'elle était en quelque sorte totalement déconnecté du monde matérialiste et elle semblait avoir beaucoup d'imagination. Elle n'était pas à Serdaigle pour rien. Ailinn lui avait donc répondu, qu'elle venait ici également pour le silence que ce lieu renfermait. La Gryffondor hocha la tête : elle avait parfaitement raison. Cette serre n'était pas très visitée et il était rare que Cao croise d'autres personnes ici, comme aujourd'hui. Mais cela ne la dérangeait pas, au contraire : vivre constamment dans une école grouillante d'élèves n'était pas reposant pour les oreilles et le silence avait son charme aussi.
Cao était plongée dans ses pensées lorsqu'un cri l'interrompit soudainement et la fit sursauter, lâchant ainsi le pot de fleur qu'elle tenait entre ses mains :

« Caoimhe ? Qu’est-ce qu’il t’arrive ? Arrête, tu me fais mal ! »

La brune tourna un regad vif vers l'endroit d'où le cri provenait et se dépêcha de se rapprocher d'Ailinn, sans prêter la moindre attention au vase brisé. Cao ne comprit pas vraiment ce qui se passait sur le coup : elle entendait des bruits, lui indiquant que la Serdaigle se débattait, mais contre quoi ? Légèrement paniquée, la jeune fille s'exclama en direction de la bleue et argent, ne sachant pas vraiment quoi répondre :

- T'inquiètes pas, ça va aller !

En réalité elle n'avait aucune idée de comment le sortir de là ! Se forçant à se calmer, la brune retrouva rapidement son sang-froid, qui la caractérisait dans chaque situation à risques. Elle savait analyser méthodiquement, fouiller son esprit avec précision et tout ça, dans un court laps de temps. Et sa réactivité allait peut être sauver la vie de quelqu'un aujourd'hui. Cherchant dans ses souvenirs ce qui se trouvait à cet endroit là de la serre, la jeune fille tâcha de faire abstraction pendant quelques instants des cris de la jeune fille, afin de mieux se concentrer. Finalement, elle sursauta légèrement, la bouche entrouverte sous le coup de la surprise : Ailinn était coincée dans un Filet Du Diable !

Cao s'exclama rapidement, citant avec précision ses anciens cours de botanique et les nombreux textes qu'elle avait lu à ce sujet dans ses manuels de botanique :

- Ailinn ! C'est un Filet du Diable ! Il faut que tu restes calme, que tu détende ! C'est très important !

La jeune fille attendit, très inquiète : la Serdaigle arriverait-elle à se détendre ?


[Désolé de l'attente mais avec mes vacances et mes exams, je n'ai pas beaucoup de temps pour Rp Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Les Serres

Message par : Ailinn Kafka, Dim 13 Jan 2013 - 16:52


Dans sa panique, la fillette avait beaucoup de mal à discerner ce qui l’entourait. Les lianes enserraient toujours plus fort ses bras et sa poitrine, imprimant profondément sur les premiers autant de lignes ensanglantées, et brisant sa respiration jusqu’à ce que ne subsiste qu’un souffle court et sec.

Elle commençait déjà à tourner de l’œil, se débattant vainement entre les lianes impitoyables en tenant d’échapper à leur emprise psychédélique qui faisait déjà tournoyer derrière ses paupières les fluides violacés précédant l’évanouissement.
Une voix, déjà trop lointaine pour que tout soit normal, résonna quelque part autour de ce vide.

« Ailinn ! C'est un Filet du Diable ! Il faut que tu restes calme, que tu détendes ! C'est très important ! »

Caoimhe ? La jeune femme ne l’avait donc pas quittée… Un filet du diable… La petite sorcière se souvenait, désormais. De puissantes tiges d’un vert agressif s’enroulant autour de ses poignets, de ses chevilles. Les épines éparses déchirant son épidermes en plusieurs points, s’enfonçant dans sa chair encore blanche et pure. Une étreinte de fer à laquelle elle ne pouvait échapper, malgré ses mouvements brusques en tous sens.

Qu’avait-elle dit, déjà ? Ah oui, de se détendre
… La douleur lancinante qui la foudroyait n’aiderait pas à cette tâche, mais Ailinn tenta le tout pour le tout. Desserrant les poings, elle s’abandonna à la douleur, laissant son souffle ralentir malgré le danger qui l’oppressait.

La terrible plante avait carte blanche, à présent, et pourtant, elle relâcha quelque peu son emprise, permettant à la fillette de respirer plus profondément. Son visage reprit quelques couleurs malgré sa blancheur morbide, sa nausée s’estompa, ses yeux cessèrent leur course affolée dans leurs orbites. Et pourtant, elle n’était toujours pas libre, et n’avait aucun moyen de saisir sa baguette. Qu’était-il inscrit dans son manuel de biologie, au juste ? … Le feu ! Mais oui, bien sûr !

« … F… Feu… » murmura l’enfant, à bout de forces, espérant que la jeune femme comprendrait.


[Ne t'inquiète pas pour ça, j'ai moi même beaucoup de mal à poster la semaine... Smile ]
Revenir en haut Aller en bas
Trystan J. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Trystan J. Harper, Mar 26 Fév 2013 - 18:08


Lorsque même les plantes
sont dangereuses
PV Thalia Smith



Poudlard était quelque peu différent de Beauxbâtons. Bien que les deux écoles se situent dans de majestueux châteaux imprégnés de magie, c’était plutôt l’encadrement et l’ambiance qui différait le plus. L’établissement londonien se trouvait à être beaucoup moins rigide que celui de l’Europe. Les élèves y avaient un peu plus de liberté et n’avaient pas autant de règlements de politesse exagérer à respecter. Une autre différence frappante était qu’il régnait à Poudlard une certaine atmosphère mystérieuse et ancienne que l’on ne retrouvait pas à l’Académie française. C’était une aura étrange, mais également chaleureuse et sinistre à la fois. Je me l’expliquais bien mal d’ailleurs. Chose certaine cependant, à peine cinq jours s’étaient écoulée depuis la rentrée scolaire et déjà je me plaisais dans cette nouvelle école. Je ne regrettais en rien mon déménagement. Mais de toute façon, comment pouvais-je regretter de quitter une ville où chaque sortie, chaque endroit où je mettais les pieds, ravivait des souvenirs tous plus douloureux les uns que les autres? Non, décidément Paris ne me manquait pas du tout.

Avançant d’un pas trainant dans la fraîcheur du parc, j’avais le regard fixé sur l’enveloppe couleur crème que je tenais entre mes mains. Quelques minutes plus tôt, j’avais reçu la visite d’Eril, le hibou de Lovïc. Le rapace au plumage tacheté s’était posé sur le rebord de la fenêtre donnant sur la salle commune des Gryffondor’s, à quelques pas seulement du fauteuil dans lequel j’étais installer. En l’apercevant, je m’étais empressé de lui ouvrir la fenêtre, mais avait préféré descendre dans la tranquillité du parc pour lire le contenu de la lettre qu’il m’apportait. Paris ne me manquait pas certes, mais c’en était tout autre pour mon frère qui lui, me manquait énormément. En soupirant, je me décidai enfin à ouvrir l’enveloppe et laissa mes prunelles argentées parcourir l’écriture appliquée de mon grand frère.


Citation :
Salut petite sœur,

Je t’écris pour prendre de tes nouvelles et pour m’assurer que ton entrée à Poudlard se passe sans trop d’encombres. Et ne va surtout pas croire que c’est pour te surveiller ou garder un œil «un peu trop protecteur» sur toi! Ça serait très mal jugé mes intentions bienveillantes (remarque qu’avec ton côté maladroite... une petite surveillance ne ferait certainement pas de tord... :P) Alors, dis-moi, comment c’est à Poudlard? Tu t’y plais là-bas au moins? Les cours ne sont pas trop endormants? Les profs ne sont pas trop rabat-joie?

De mon côté, le travail au ministère est pas mal mieux que ce à quoi je m’attendais. J’ai enfin l’impression d’être utile à quelque chose. Et puis, les gens sont, pour la plupart, très sympathiques. Si je dis «pour la plupart» c’est que j’ai réussi à me mettre un collègue à dos... Et oui après seulement une semaine de travail, peux-tu le croire? Mais bon, je ne m’en fais pas trop. D’après certains, il agit de la sorte avec chaque nouveau employer qui rentre en poste... Alors, on verra bien pour la suite des choses.

Sur ce, renvoie-moi Eril avec une lettre dans laquelle tu me racontes comment ça se passe dans ta nouvelle école. Je veux tout savoir... sauf peut-être tes trucs de fille que tu peux garder pour toi on s’entend...

Prend soin de toi Kaé et j’attends de tes nouvelles.
-Xxx-

Ton grand frère, Lovïc


Je relis la lettre une deuxième fois avant de la replier soigneusement – un large sourire quelque peu nostalgique étirant mes lèvres. Je n’avais aucun mal à m’imaginer mon frère en train d’écrire la première partie de cette lettre, avec son air faussement sérieux, qui tentait vainement de cacher son attitude moqueuse. Et puis, le jeune homme dira bien ce qu’il voudra à propos de ses soi-disant intentions en rien surprotectrices, mais je n’étais pas dupe. Il ne pouvait s’empêcher de garder un œil protecteur sur moi, c’était tout simplement plus fort que lui. Cependant, bien que j’aie pris l’habitude de lui faire clairement savoir le contraire, au fond de moi je devais m’admettre que l’attitude de Lovïc me réconfortait grandement. De savoir que quelqu’un veillait sur soi, n’était vraiment pas si terrible, loin de là même.

Perdue dans mes pensées, je ne réalisai pas toute de suite que mes pas m’avaient guidé tout droit vers les serres du château. C’est même seulement lorsque j’arrivai devant l’entrée de l’une d’elles que j’en pris finalement conscience et bien que j’aurais normalement dû rebrousser chemin, ma curiosité se fit beaucoup trop insistante pour me permettre ainsi de tourner les talons. Je n’avais jusqu’alors encore jamais eu la chance d’avoir un cours dans cette partie du château et maintenant que je m’y tenais tout près, je réalisais que j’étais plutôt intrigué de connaître les secrets que recelait cet endroit. Hochant les épaules à la pensée qu’une petite visite des lieux ne pouvait certes pas faire de mal, je m’empressai donc de franchir la porte et de me retrouvai face à une variété impressionnante de la flore.

Le soleil qui filtrait par les nombreuses vitres de la serre venait tracer des filaments poussiéreux et colorer l’endroit d’une légère teinte doré. L’allée centrale était bordée par maintes tables sur lesquelles reposaient des plantes de toutes sortes et au-dessus desquelles en était suspendu d’autre. J’avançais d’un pas lent – posant mon regard curieux sur tout ce qui m’entourait, mais en prenant néanmoins bien garde de ne toucher à rien. J’avais déjà observé, lors de mes études à Beauxbâtons, certaines des espèces végétales qu’abritait cette serre, toutefois la plupart m’étaient encore totalement inconnue. Comme par exemple cette plante aux pétales rouge foncé et aux dents acérer, celle-ci aux longs tentacules qui s’agitait dans tous les sens, ou encore cette dernière qui avait l’apparence d’une grosse limace noire...

J’étais tellement concentré à détailler les spécimens qui m’entourait que je ne vis pas du tout l’arrosoir en métal qui encombrait le passage devant moi et dans lequel j’eu tôt fait de me prendre les pieds. Déséquilibré et à deux cheveux de m’écraser face contre terre, je m’agrippai de justesse au rebord de la table qui se dressait à mes côtés. Toutefois, j’aurais peut-être mieux fait de me laisser tout simplement tomber au sol... À peine ma main se posa-t-elle sur le meuble, qu’un tentacule hérissé d’épines s’enroula fermement autour de mon poignet en me lacérant la peau. La plante, que j’avais d’abord prise pour une simple souche aux branches noueuses, venait subitement de prendre vie et s’agitait maintenant dans tous les sens en essayant férocement de m’agripper. Puis c'est dans une tentative pour me déprendre de son emprise, que je laissai malencontreusement tomber ma baguette magique qui glissa au sol – hors de ma portée.

    - Ah wow, bravo! Me voilà vraiment dans un beau pétrin maintenant! Laissais-je tombé rageusement pour moi-même tout en me débattant du mieux que je le pouvais.


Dernière édition par Kaëlie Dorkins le Mer 3 Avr 2013 - 0:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Thalia Smith
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Thalia Smith, Mer 6 Mar 2013 - 3:52


Les débuts d'années étaient toujours très chargés, surtout avec son rôle de préfète, elle devait se tenir à l'affût de toutes les demandes des nouveaux élèves qui étaient toujours un peu perdu. Combien de fois elle avait trouver des élèves à traîner dans les couloirs parce qu'il ne connaissait pas la réponse pour entrer dans la salle commune? Parfois la brunette trouvait sa mignon, mais d'autre fois, elle trouvait cela plutôt lourd. Elle voulait bien les aider, mais il y en a qui ne s'aidait pas du tout. Et ce soir, elle avait besoin de prendre l'air. De se retrouver un peu toute seule pour réfléchir et enfin se retrouver un peu libre sans devoir s'occuper de personne d'autre qu'elle même.

Elle avait avertit Kyle qu'elle sortait. De toute façon, ce n'était pas son tour de faire une ronde dans le château. L'air était frais et il fouetta son visage d'une bien agréable manière. Elle resta planter de longue minutes debout juste pour le sentir. L'odeur de feuille mouillés traînait dans l'air. Un sourire s'étendit sur les lèvres de la Serdaigle. Elle aimait se trouver dehors, en pleine nature.

Elle finit par réouvrir les yeux avant de continuer sa petite marche. Une silhouette attira son regard. Une petite blondinette se dirigeait vers les serres. Thalia l'observa de loin, mais gardait toujours en tête le fait que cet endroit regorgeait de plantes quand même assez dangereuse. Elle s'approcha donc tout en gardant une bonne distance, puis la silhouette disparu et elle vit une porte se refermer. Humm, elle n'aimait pas vraiment ça. Elle fit une petite course pour atteindre la serre dans laquelle la jeune demoiselle avait pénétrer. Elle ouvrit la porte et entra dans la pièce dans laquelle le soleil entrait par toute les fenêtres éclairant l'espace de plusieurs miroitement coloré.

«Ah wow, bravo! Me voilà vraiment dans un beau pétrin maintenant!»

La voix venait d'un peu plus loin, Thalia s'étira le cou pour apercevoir la jeune fille. Et elle la vit, prise au piège par une snargalouf. Elle vit la baguette de la jeune fille au sol. Elle se pencha pour la ramasser avant de secourir la blondinette. Elle essaya de détacher les branches qui s'en était prise à la fillette. Elle y parvint avec difficulté. Elle la repoussa dans son coin avant de lui demander.

«Mais qu'est-ce que tu pensais faire ici? Tu sais il faut être prudente lorsqu'on viens dans les serres...»

Elle lui tendit sa baguette avant de croiser les bras sur sa poitrine et de regarder la jeune fille d'un air réprobateur.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan J. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Trystan J. Harper, Lun 18 Mar 2013 - 15:29




J’étais toujours à me débattre contre cette satanée plante aux innombrables branches épineuses, mais plus je m’agitais et plus j’avais l’impression qu’elle resserrait son emprise sur moi. M’ayant d’abord et simplement agrippé le poignet droit, voilà qu’elle tenait maintenant en grippe mon bras gauche également – me laissant ainsi que bien peu de champ de manœuvre pour me dégager. Rapidement, les sentiments d’impuissance et de frustration prirent le dessus sur tout le reste. M’agitant donc de plus en plus rageusement, je ruminais intérieurement sur ma mauvaise idée de venir faire une tour dans les serres à cette heure où elles étaient toutes vides!

Puis, alors que j’étais à deux cheveux de perdre complètement patience et de craquer, une jeune fille, sortant de je ne sais où, fit son apparition près de moi et me prêta main forte. Ensemble, on mit encore quelques minutes et beaucoup d’effort pour me déprendre de l’emprise de la plante et lorsque ce fut enfin chose faite, on s’empressa de mettre une distance considérable entre nous et mon agresseur végétal – nous retirant dans un coin de la serre. J’avais été si soulagé de me voir apporter de l’aide, que j’en avais complètement oublié ma baguette magique qui était tombée au sol un peu plus tôt. C’est seulement lorsque la Serdaigle – vu son blason azure et argent qu’elle portait sur son uniforme, me tendit ma baguette, que je me souvins l’avoir laissé tomber.

    - Mais qu'est-ce que tu pensais faire ici? Tu sais il faut être prudente lorsqu'on vient dans les serres... S’était empressé de me dire la jeune fille d’un air réprobateur et allant même jusqu’à se croiser les bras sur sa poitrine lorsque j’eus reprit ma baguette.


Son attitude eu tôt fait de m’irriter. Pour qui se prenait-elle, celle-là, à me sermonner de la sorte?! Et puis de toute façon, comme si j’avais fait exprès de me prendre les pieds dans l’arrosoir et de me faire attaquer par cette horrible plante! Bah voyons! Des accidents, ça arrive à tout le monde. Bon, évidemment j’avais un don inné pour me retrouver toujours dans des situations inimaginables... Sauf que pour ça, j’avais bien assez de mon frère pour me le rappeler sans cesse.

    - Honnêtement, je crois avoir suffisamment payé mon imprudence sans que t'aies à n’en rajouter en plus! Finis-je par lui répondre sur un ton quelque peu acide, avant de reprendre néanmoins un peu plus calmement. J’étais simplement venue visiter l’endroit, mais je me suis malencontreusement pris les pieds dans l’arrosoir qui trainait dans l’allée là-bas et, en m’agrippant à la table pour ne pas tomber, la plante m’a attaqué sans aucune raison.


En terminant ma dernière phrase, je jetai un coup d’œil à la plante en question qui avait repris une apparence toute à fait inoffensif... Comme si les derniers événements n’avaient jamais eu lieu.

    - Mais merci de m’avoir donné un coup de main... Je ne suis pas certaine que toute seule j’aurais réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Les Serres

Message par : Kyara Blanchet, Ven 10 Mai 2013 - 14:04


Pv Nathanaël Danham

C’était un dimanche après-midi, la plupart des élèves sortaient d’une semaine d’examens bien corsés et n’avaient qu’un mot en tête décompresser. Pour cela, les serpentants avait eu une super idée. Se regroupant dans la salle sur demande, ils avaient but de l’alcool et faits des jeux idiots pendant quelques heures avant de se décider de se dégourdir les pattes dehors. Ils étaient tous un peu soûl, pas au bord du coma éthylique, mais au stade du ‘je rigole pour un rien’. Kyara faisait partie du groupe et n’échappait pas à cette règle. Ayant du mal de garder son calme, elle fila alors le groupe en direction du parc.

Arrivés là-bas, les serpentards commencèrent alors une bataille de projectile, ramassant tout ce qu’ils avaient sous la main, ils se le balançaient sur la tête avant de partir en riant pour fuir. Attrapant un caillou, la brune la balança dans le dos d’un de ses camarades et alors qu’elle faisait une danse de la joie en riant, elle reçut quelque chose sur la tête. Portant la main à cette dernière curieuse, elle se rendit alors compte que c’était de la boue beuuurk. Partant en courant pour se mettre à l’abri, elle alla se réfugier dans les serres. Par chance la porte était ouverte. Entrant à pas de loup, elle vérifia qu’il n’y avait personne avant de prendre un seau et de le remplir d’eau glacé. Lorsque ce fut bon, elle se cacha derrière la porte se retenant de rire. Si quelqu’un l’avait suivi il se prendrait une douche froide !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Harradas Spinner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Harradas Spinner, Sam 15 Juin 2013 - 6:35


[Avec accord de Kyara Blanchet ]

RP avec Alice Dubois

Harradas s'était réveillé en sursaut ce matin là. Il venait de faire un rêve terrifiant, où il avait complètement oublié de rendre son devoir de botanique et avait du se précipiter dans la bibliothèque pour effectuer des recherches de dernière minute et ainsi compléter son travail. Mais le professeur l'avait vu le terminer en vitesse et n'avait pas accepté ses travaux jugés trop approximatifs. Tout ce remue-ménage avait bousculé le Serdaigle dans ses rêves dont il réussit finalement à se tirer. Son mal de tête ne passait pas depuis hier, il allait sûrement devoir voir l'infirmière. Mais attendez une minute... Mal réveillé, il avait la vue toute embuée de larmes. Il se releva et bailla ouvertement en étirant les bras avant de se rencontre qu'il était en réalité dans la Bibliothèque !

*Hein quoi ? Mais comm...*

Il ferma de nouveau les yeux et tenta de se souvenir comment il avait atterrit ici. Voyons, il venait de quitter la Grande Salle, et comme à son habitude il avait pris la moitié de son diner avec lui pour pouvoir lire tranquillement dans la bibliothèque tout en mangeant. Il avait pris une dizaine de livres, les avait posé sur la table à côté de lui et avait entamé le livre sur les Plantes Carnivores de Jerusalem... Tout lui revenait à présent, les portés disparus, les propriétés hors du commun, et son endormissage total au dessus du livre. Comment cela se fait-il ? Harradas ne s'était jamais endormis sur un livre auparavant. Pour lui c'est comme un sacrilège, c'est comme couper la parole de quelqu'un ou giffler un professeur en plein milieu de son cours ! Il regarda le livre d'un air suspicieux pour voir s'il n'avait pas été ensorcelé d'une quelconque manière, mais de toute évidence, même si cela avait été le cas il n'aurait rien pu déceler.


Scrutant les alentours, le Serdaigle s'apperçut en voyant par la fenêtre, qu'en vérité, le soleil était déjà bien haut, il devait être plus de midi ! Il se leva et se prit le pied par mégarde dans ses lasagnes. Super... Il sortit la baguette de sa poche lança un sortilège pour renvoyer tout cela aux cuisines et son pied fut par la même occasion, débarrassé du fromage sec, bref. Levant les yeux au ciel et priant pour que personne ne l'ai vu dans ce moment de faiblesse, il chercha ses livres mais avait oublié qu'ils se rangeaient tout seuls. Soupirant d'être de plus en plus tête en l'air, il pris son sac avec les livres qu'il avait déjà emprunté et accéléra le pas devant le bureau du bibliothécaire.


D'un air satisfait il sortit sans être apperçut. Il releva la tête, pris son air hautain, et descendit pas à pas les marches. Il se rendait aux serres de Botanique, car cette histoire de plantes carnivores l'avait vraiment intrigué, il voulait savoir s'il en existait de telles sortes, ici, à Poudlard. Son ventre appelait au meurtre tellement il avait faim, mais Harradas l'ignorait et passa au travers des nombreux chemins du château pour enfin arriver aux Serres. Il mit la main sur la poignée mais la porte lui résista. Elle était fermée. Il remit son sac sur son épaule, agita sa baguette mais entendit de bruits de pas derrière lui. Il rangea discrètement sa baguette et se figea en priant pour que cela ne soit pas Mme Matthews.


Dernière édition par Harradas Spinner le Lun 16 Déc 2013 - 5:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alice Dubois
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Alice Dubois, Sam 15 Juin 2013 - 7:21


Il était encore tôt... Le soleil pointait le bout de son nez entre les larges montages entourant Poudlard et l'éclairait de ses faibles rayons, filtrés par la brume matinale. Mais Alice aimait la solitude et s'était le matin quel préfairait se promener dans le château, quand le parc et les couloirs étaient deserts.

La jeune Serdaigle avançait au bord de la fôret interdite, proffitant du silence pour gêtter les bruits mistérieux provenant du bois. Ce lieu la fasçinait.... Elle hésita, puis verifiant qu'elle était seule, fit quelques pas et traversa le couvert des arbres qui ouvraient la forêt sur le parc de l'école.

Mais soudain, une silhouette bleue entra dans son champ de vision. Un prefet? Alice ressortit de la forêt interdite aussi vite qu'elle y était entrée. Elle ne tenait absolument pas à se faire pincer dans un lieu qui, comme son nom l'indique, était interdit. Elle retourna donc vers les immenses portes de bois du château. Elle allait disparaître dans le hall de l'école quand une question lui vint à l'esprit. Qui allait dans parc à une heure si matinale? La plupart des élèves se réveilleraient dand plus d'une heure. Et les fêtards de la veille, eux, ne sortirons de leurs lits qu'à l'heure du déjeuner. De plus, l'inconnu se rapprochait des serres... Que pouvait-il bien y faire en dehors des heures de cours?

Emportée par la curiosité, la Serdaigle suivit le jeune homme. Mais celui sembla remarquer sa précense car il se retourna et la devisagea d'un air accusateur. Et Alice, comme à chaque fois qu'elle se trouvait face à quelqu'un, perdit tout ces moyens. Sa timidité la gennait dans toutes ses conversations et rencontres, déjà peu nombreuses. Mais n'osant par répondre à ses rares interlocuteurs, la jeune fille n'avait pas d'amis...
A ce moment là, elle rougissait, gênée d'avoir suivit le jeune homme alors qu'il ne lui avait rien demandé.

Alice réussi juste à bafouiller quelque chose ressemblant à "Désolée, je ne voulais pas te déranger...". Elle voulait fuir, partir et se faire oublier, mais ses jambes semblaient faites de plomb et refusèrent de bouger. Alice resta donc là, honteuse, à attendre la réponse de l'inconnu.

[Pour ceux qui n'auraient pas remarqué, Alice est très timide... Et la timidité donne parfois des réactions bizzares.]
Revenir en haut Aller en bas
Harradas Spinner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Harradas Spinner, Sam 15 Juin 2013 - 7:49


Harradas, pétrifié, se retourna sur ses talons le visage coupable, jusqu'à ce qu'il voit une autre Serdaigle. Il avait eut des sueurs froides pendant un instant. Ouf, il était sauf, pas d'ennuis pour lui... Pour l'instant du moins. Il fit disparaître immédiatement l'air paniqué qu'il avait sur le visage et souffla un bon coup. Elle lui avait fait une de ces peurs ! Il s'approcha lentement d'elle, ne croyant pas l'avoir déjà v... Quelqu'un approchait, ils devaient se cacher, sinon ils seraient dans un sale pétrin pour trainer autour de la serre des Septièmes années comportant apparemment les plantes prévues pour l'examen.


Le Serdaigle saisit soudainement sa camarade par le poignet, fit siffler sa baguette dans les airs et ouvrit la serre à l'aide d'un sortilège qui brisa légèrement, la fenêtre. Il fit la grimace, et était certain maintenant qu'une enquête approfondie serait faite sur celui ou ceux qui ont endommagé la serre. Il ouvrit la porte et tira vivement la jeune fille pour la réfugier à l'intérieur. Il s'accroupit, faisant signe à la Serdaigle d'en faire de même et referma lentement la porte tout en gardant un oeil vers l'extérieur.


Son coeur battait à cent à l'heure, il ne faisait pas cela d'habitude. Cela devait être le fait d'être simplement avec quelqu'un qui l'avait poussé à agir de la sorte. Il se retourna vers la Serdaigle. Les deux toujours accroupis avaient une position tout à fait ridicule. Harradas se retenait de rire et s'assied par terre avec elle malgré la terre causée par les Plantes Creusantes des étagères du dessus. C'était sans doute le rapprochement le plus amical qu'il ai jamais eut avec quelqu'un cette année. Il ne lui en fallait pas beaucoup hein.


Spinner observa son visage, mais il ne lui était pas familier. Il ne l'avait jamais vu dans les parages auparavant. Comment cela se fait-il ? Ils étaient pourtant dans une seule et même école. Il ouvrit la bouche, mais la referma aussitôt. Il ne savait pas quoi dire. Il la regardait, assit là mais rien ne parvenait à se former à travers son langage. Il déglutit et dit timidement :

- Hum... Je ne t'ai jamais vu ici ?

Ah quel idiot. Pour une première phrase il aurait pu lancer mieux non ? Maintenant elle allait sûrement partir crier au fou. Il fit à nouveau la grimace redoutant le pire après ce premier contact social de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Dubois
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Alice Dubois, Sam 15 Juin 2013 - 9:01


Avant de comprendre ce qu'il lui arrivait, Alice se trouva entraînée dans la serre. Aie! L'inconnu la tira sans ménagement par le poignet. Mais la jeune fille ne dit rien. Elle aussi avait entendu quelqu'un approcher et il ne vallait mieux pas pour eux qu'ils soient vus autours des serres où se déroulerons bientôt les BUSE. Le jeune homme s'accroupit et Alice fit de même, guettant le moindre bruit révellant qu'on les avait découvert. Mais le silence revint et la jeune fille se tourna vers l'inconnu.

Il était brun, avec les yeux noisettes et la machoire plutôt carrée. Somme toute, il avait un physique plutôt avantageux.... "Mais à quoi tu penses?" cria une petite voix à l'interrieur d'Alice. Cette dernière piqua donc un fard, gênée de le dévisager comme ça. Mais heureusement, le jeune homme essaya de meubler le silence....

Hum, pas terrible comme question. Alice répondit avec un petit sourire.

-C'est normal, c'est la première fois que je rentre dans une serre par effraction...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les Serres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 16

 Les Serres

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.