AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 6 sur 16
Les Serres
Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant
Eloy Fridder
Serdaigle
Serdaigle

Re: Les Serres

Message par : Eloy Fridder, Ven 22 Nov 2013, 15:36


La botanique. Ils s'étaient lançés dans une discussion sur la botanique. On était à deux doigts de les suspecter de parler de la pluie et le beau temps, s'ils ne s'étaient pas trouvés dans une serre, et une serre de Poudlard. L'académie de magie avait toujours considéré cette matière comme l'une des plus importante de la formation des jeunes sorciers, au grand damne de la plupart de ceux-ci.


- La botanique se révèle être un sujet tout à fait fascinant. Or de cela bien peu d'étudiants en sont convaincus.


Le constat ne pouvait être plus vrai. Difficile à la pauvre botanique de lutter contre des matières autrement passionnantes qu'étaient la défense contre les forces du mal, la métamorphose ou encore les potions. Eloy s'était toujours représenté chaque matière à la façon d'une personne. La botanique était certainement la plus douce. Il voyait une femme d'un certain âge, potelée, souriante, pas bien grande aux cheveux perpétuellement ébouriffés, quelques brindilles torsadées dans son épaisse touffe. La DCFM, c'était plutôt un homme, de taille moyenne mais massif, sombre, bivalent, à la fois effrayant et rassurant; l'allure d'un homme respectable mais débraillé, certainement marqué par les épreuves. L'homme de potion était plus sombre encore, plus effrayant, plus secret, à l'image d'un filtre incolore et inodore, dont les effets ne pourraient être prévus avant qu'on le goûte. Grand, à la tenue impeccable. La métamorphose, c'était une femme, sèche, stricte, inspirant puissance et sérieux, au chignon parfaitement noué sur le crâne. Pour les autres matières, c'était plus flou: l'étude des moldus, une femme excentrique vêtue d'un jean et d'un T-shirt peut-être; la divination, un homme complètement cinglé qui tournait et tournait encore autour d'une boule de cristal en y voyant que les papillons se transformeront bientôt en Enormus à babille. Les soins aux créatures magiques, un homme bourru, un peu comme la botanique (Eloy avait toujours vu ses deux matières étroitement liées).

- C'est là leur plus grande erreur. Qu'es ce qu'un maître des potions pourrait-il faire sans racines de gingembre, sans tige de névol lumineux, sans fleur de livèche? Que pourrait faire l'Auror s'il était incapable de faire la différence entre un filet du diable et un Voltiflor?  Comment un sorcier pourrait-il prendre soin d'une créature magique s'il lui donne du Napel comme celui-là à dîner?


Interconnexion, encore une fois. Chaque matière était nécessaire à la maîtrise totale d'une autre. Et puis, même en dehors de cela, les plantes étaient partie prenante dans la vie magique. Sans même parler de leurs caractéristiques et capacités passionnantes, qui ne devaient rien à l'intervention humaine.. L'évolution magique à l'Etat le plus pur. Voilà qu'il dissertait à tord et à travers, au risque de lasser son auditoire, composée de la seule serpendard. Cette dernière, après un frisson, retira sa cape et son écharpe. Eloy aurait dû faire de même, après cette pluie sa propre cape était trempée. Il sa conserva cependant pour le moment, et avisa un pot vide, où ne traînait qu'un peu d'engrais. Jetant un oeil derrière son épaule, et s'assurant que le pot était suffisamment éloigné de toute plante, il leva sa baguette.

- Incendio minima.

La phrase, plus murmurée que prononcée, eu le résultat voulu. Un petit feu s'alluma dans le pot, projetant ses ombres sur la verrière, et réchauffant doucement l'atmosphère. Il retira ses gants, les fourrant dans ses poches, et s'approcha des flammes. Puis il se retourna, et proposa à la jeune fille de le rejoindre d'un geste.

- Ta plante préférée?
Revenir en haut Aller en bas
Harel Chaitan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Harel Chaitan, Dim 24 Nov 2013, 19:04


Erreur … la naïveté de la gentillesse ou l’art de toujours se montrer sous un jour clément. Bêtise et stupidité voilà des mots qui semblaient bien plus adaptés à Harel. Les étudiants à Poudlard ne se sentaient sorcier qu’en usant et abusant du bout de bois qui leur servait de baguette. La complexité de l’esprit humain n’était qu’une hypothèse chez certain de ses camarades. D’ailleurs, les exemples sur lesquels, il s’appuyait pour illustrer sa pensée ne lui étaient pas inconnu. Pendant, l’un des cours de botanique en première ou deuxième année, leur professeur suite au comportement plus que puérils de quelques-uns de ses élèves avaient tenu un discours assez similaires. Néanmoins, ses élèves ne voyaient déjà pas plus loin que le bout lumineux (ou non d’ailleurs) de leur baguette, il ne fallait pas en plus leur demander de se projeter dans l’avenir. Nombreux étaient ceux qui n’étudieraient que les plus connus ou celles dont ils auront éventuellement besoin.
Grand bien leur face, cela laissait une longueur d’avance à ceux qui s’y intéresseraient de plus pré.

- Incendio minima.

La Serpentard sorti de ses propres réflexions lorsque ses oreilles perçurent l’intitulé d’un sort. Sa baguette glissa dans sa main avant qu’elle ne vérifie les effets du sortilège. Elle fut surprise de découvrir un feu brûlant mollement au creux d’un pot. Le jeune homme retira ses gants qu’il rangea puis l’invita à le rejoindre prés de la source de chaleur. Son regard sombre se posa sur les flammes si séduisantes, avant de revenir sur l’aigle qui lui posa la question suivante :

- Ta plante préférée ?

En plus d’user de sa capacité de réflexion, le garçon semblait attentif à son environnement à ce qu’il s’y passait. Cela ravissait Harel au moins autant que cela aiguisait son tempérament méfiant. Si ce matin, en se levant, elle s’était doutée de tenir une telle discussion sans doute n’y aurait-elle pas cru. Comme elle avait pu le remarquer lorsqu’il était arrivé, bien qu’il disposait d’une carrure imposante, elle ne semblait pas être mise à contribution pour intimider. Et puis munie de sa baguette, on ne pouvait pas dire qu’elle était sans défense. Finalement, après ce temps d’hésitation, elle le rejoignit en prenant soin de mettre le pot, initialement prévu pour accueillir une plante, entre eux. Maigre obstacle, or cela suffisait pour instaurer une certaine distance.

- L’aconite. Plante aux couleurs chatoyantes, et aux fleurs très spécifiques dont les pétales se replient sur elle-même, qui compte de nombreuses variétés. Connu chez les sorciers, notamment ceux souffrant d’une condition de Loup-Garou, et chez les moldus pour leur beauté et leur toxicité.

Si, elle se souvenait bien de ce qu’elle avait lu étant enfant, les moldus ne connaissaient aucun remède à son poison. Sauf pour une variété : l’antidote était une autre variété. Cette plante était à la fois le poison et le remède. La jeune Chaitan en entrant à Poudlard et en découvrant la Potion Tue-Loup, s’était faite la réflexion qu’elle était aussi peu étudiée d’un côté comme de l’autre. Pourtant, elle était certaine que cette espèce détenait autant de méfaits que de bienfaits. Ses yeux absorbaient par les mouvements langoureux des langues enflammées durant l’énoncé de sa réponse, elle reporta son attention sur son camarade afin de lui retourner sa question :

- Et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Eloy Fridder
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Eloy Fridder, Lun 25 Nov 2013, 01:57


Drôle de monde que celui des sorciers. Malgré leurs facultés extraordinaires, comparativement aux moldus, ils ne semblaient pas vouloir, pour la plupart, s'intéresser au monde étonnant qui les entourait. La magie n'était pour eux qu'une facilité, un moyen de fainéantiser plus encore, alors que cette même magie leur ouvrait des possibilités tellement larges qu'elles ne pouvaient toutes être explorées par un seul homme; ou alors par un homme particulièrement extraordinaire, comme avaient pu l'être les personnages des histoires qu'on lui racontait quand il était enfant: le frères Peverell, Albus Dumbledore, ou encore Harry Potter. Mais de là à être certain que ses personnages aient jamais existé..

Si les livres d'histoire relataient l'existence des deux derniers, les pouvoirs incroyables qu'on leur prêtaient semblaient bien surréalistes pour le jeune Eloy. Les plus brillants sorciers qu'il ait rencontré auraient eu bien du mal à se tirer ainsi de tant de faux-pas.  Ainsi donc, jamais il n'avait compris ce qu'il pouvait pousser les sorciers à limiter à ce point leur "champ de vision" magique, en excluant  une bonne partie des pratiques ou savoirs qui étaient des plus utiles, y compris au quotidien.  Eloy leva de nouveau les yeux vers la jeune fille, qui levait les yeux vers lui. Enfin, leur regard se croisaient réellement. Ses yeux étaient en forme d'amande, et, à l'image de tout son corps, semblaient soigneusement dissimuler le moindre sentiment; il n'avait pas remarqué le mouvement de la Serpentard quand il avait sorti sa baguette, ainsi n'eut-il aucune impression de méfiance particulière à son égard.

- L’aconite. Plante aux couleurs chatoyantes, et aux fleurs très spécifiques dont les pétales se replient sur elle-même, qui compte de nombreuses variétés. Connu chez les sorciers, notamment ceux souffrant d’une condition de Loup-Garou, et chez les moldus pour leur beauté et leur toxicité.

Un bon choix; de prime abord, l'aconit n'était pas une plante "passionnante", mais elle recelait pourtant d'une certaine complexité et d'une utilité des plus intéressante. Connue principalement pour entrer dans la composition de la potion Tue-Loup, mais aussi dans celle de... la potion de l’œil vif, si sa mémoire ne lui faisait pas défaut. Les loups-garous, eux aussi, étaient aux yeux du jeune sorcier l'une des espèces de "métamorphose humaine", comme aimait à appeler Eloy les transformations biologiques et magiques qui conduisaient les sorciers à détenir des capacités spéciales, en bien ou en mal. En l'occurrence, plutôt en mal. Sur le sujet, il avait toujours été très partagé entre la nécessité de laisser chacun vivre sa vie comme il l'entendait, d'autant plus qu'il existait des alternatives à la transformation meurtrière des Loups-Garous, et le danger que ceux-ci pouvaient représenter à la moindre erreur.  

- Passionnante s'il en est.. Deux aspects, deux faces en quelque sorte: la plante aux capacités d'auto-défense meurtrières, et celle qui, savamment utilisée, est salvatrice dans bien des cas.. En un sens, elle se rapproche de l'azalée, magnifique mais mortelle.. Pour parler de plantes non-magiques.

Le voilà qui philosophait sur les plantes. La pauvre allait le penser totalement illuminé, et prétentieux. Mais il est vrai qu'il avait toujours été ainsi; ce n'était pas pour rien si le choipeau l'avait envoyé chez Serdaigle lors de sa première année. Il n'était pas spécialement brillant, mais possédait une faculté d'analyse et d'appréciation relativement peu commune. Tout en parlant, il ne l'avait pas lâché des yeux. Mais soudainement, il reporta ceux-ci sur le lent ballet des flammes.

- Et Toi?

Le choix était difficile. Si nombreuses étaient les plantes aux particularités si étonnantes, celles qui gardaient une part de mystère, celles qui n'étaient rien de moins que de la magie à l'état pur, du moins dans l'esprit du jeune sorcier.. Mais la plante choisie par la jeune fille  lui fit penser à une autre, dans le même goût; bicéphale, complexe.. Magique aussi, même si les Moldus connaissaient aussi une autre sous-espèce de cette branche, sans les horribles petits enfants hurleurs qui servaient de racines.

- Eh bien, il n'y en a beaucoup, mais disons la Mandragore, pour rester sur la même ligne. Ses cris peuvent être mortels, mais son utilisation dans le philtre est d'une grande aide dans le soin de blessures magiques puissantes, si on peux qualifier la pétrification de blessure magique du moins.

La question pouvait faire débat, mais là n'était pas la question. Un instant, il s'amusa de la scène. Au lieu de parler comme des élèves normaux de Quidditch ou de la difficulté du dernier devoir de potions, ou encore de Sherley qui avait croisé le regard de Mike, ils devisaient sur les plantes. Décidémment, cette journée était pleine de surprises. Eloy tenta de les faire dériver vers un autre sujet, toujours pour mieux la cerner. Sans doute finirait-elle par se lasser, mais qui ne tente rien n'a rien..

Le sort le plus utile selon toi?

Bon, d'accord, ce n'était certes pas la question de l'année, mais il fallait bien trouver quelque chose. Avec la chance qu'il avait, il risquait fort de tomber sur quelqu'un qui n'était pas particulièrement passionnée par les sortilèges. Mais en même temps, puisqu'elle parlait le moins possible, il se voyait bien obligé d'innover. Passant une main dans ses cheveux, il s'ébroua un instant, et finit par retirer sa cape. La douce chaleur que répandait le petit feu était suffisante pour endurer la froideur du jour, avec son épaisse robe frappée des armes de Serdaigle. Son col roulé glissé par dessous tenait lieu de "dernière muraille" contre les attaques du vent qui s'infiltrait sous la verrière.
Revenir en haut Aller en bas
Harel Chaitan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Harel Chaitan, Mar 26 Nov 2013, 00:49


La Mandragore, choix tout à fait intéressant. Généralement, ce que l'on retenait de cette variété était le cris perçant des jeunes pousses ou plus précisément de ses racines à l'aspect de nouveau né. Pourtant ce qui avait retenu son attention lorsqu'ils les avait étudié, c'était sa classification. Le professeurs leur avait expliqué que les racines de cette pllante changeait d'aspect comme l'être humain en vieillissant. De ce fait, la jeune Chaitan jugeait tout à fait étonnant qu'on la définisse seulement comme plante et non pas comme créature magique. Un jour, il faudrait qu'elle se penche plus sérieusement sur le sujet.

A bien y réfléchir, elle ne se souvenait pas la dernière fois qu'elle avait tenu une telle conversation. Ce n'était pas désagréable et Harel regrettait que cela ne se produise pas de façon plus régulière. De plus, la situation ne semblait pas gêner le jeune homme qui au contraire se montrer à l'aise et prolixe sur le sujet. Tandis qu'elle l'observait se délester de la cape qui recouvrait son uniforme, son regard détailla le blason cousu sur son pull en laine. La répartition des étudiants par maison était un jeu auquel chacun participait volontiers. Pourtant, si l'on revenait aux origines de l'initiative, l'orpheline ne comprenait pas bien qu'on les conserva siècle après siècle : entretenant ou alimentant des rancunes entre les jeunes sorciers dés leur plus jeune âge. Et puis, elle se demandait souvent jusqu'à quelle point cette identité, imposée par un vieil artefact magique, influençait leur comportement et relation les uns envers les autres.

- Le sort le plus utile selon toi ?

Celle dont les vêtements étaient bordées par des liserés verts et argents, se rapprocha des flammes et plaça ses mains pâles au-dessus afin de profiter un peu plus de la chaleur qui en émanait. Derrière son visage inexpressif se cachait un sourire amusé. Ce grand bonhomme faisait preuve de maladresse, comme si le comportement du petit bout de fille qu'elle représentait à côté de lui le déstabilisait. Sans le savoir, son camarade l'aidait à se sentir à l'aise, car son attitude permettait à sa cadette d'avoir le sentiment d'avoir une certaine emprise sur lui.

- Si tu essaies de me connaitre pourquoi ne pas commencer par me demander de décliner mon identité ?

Le ton employé ne contenait aucune agressivité, juste une suggestion. A dire vrai, cette manière d'aborder une personne étrangère lui plaisait par sa subtilité. Néanmoins, ses gestes nerveux traduisaient un certain inconfort qui lui donnait l'impression de tourner autour du pot. Dommage, il devrait assumer de nouer le contact de cette façon. Par ailleurs, s'il prenait le temps de parfaire sa technique, d'y être plus à l'aise, sans nul doute qu'il amènerait plus d'une personne à se dévoiler sans qu'elle ne s'en aperçoive. La concernant cela ne fonctionnerait pas, Harel voulait qu'il le sache. Si le Serdaigle souhaitait lui poser une question qu'il n'use pas de détour.
Revenir en haut Aller en bas
Eloy Fridder
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Eloy Fridder, Mar 26 Nov 2013, 17:47


Bien entendu, même s'il s'amusait dans la conversation, Eloy n'était pas tout à fait à l'aise. Il émanait de sa camarade une impression de jaugeage permanent, comme s'il était en train de passer un test. Alors il tentait tout ce qui était possible pour parvenir enfin à savoir à qui il s'adressait; non pas seulement son identité, mais sa personnalité. Peu de choses à dire sur le sujet justement, en dehors du fait qu'elle paraissait particulièrement réservée. Mais il n'avait guère besoin d'être devin pour le savoir.

- Si tu essaies de me connaitre pourquoi ne pas commencer par me demander de décliner mon identité ?

Et paf! ne manquait plus que cela.  Pourquoi? Non mais se rendait-elle compte de l'image qu'elle renvoyait? Eloy sourit face à elle, passant une nouvelle main contre le pot, qui chauffait doucement à son tour. La sensation était délicieuse, la chaleur limitée. Il reposa ensuite ses yeux sur l'adolescente qui l'accompagnait. Pas facile de lui poser ce genre ce question, quand il lui fût si difficile d'engager la conversation.

- Disons que tu ne donnais pas vraiment l'impression de vouloir la décliner ton identité. Mais puisque tu soulève la question, je me fais curieux.

Cette fois-ci ses traits se muèrent en une expression malicieuse aux coins des lèvres. Elle ne lui dirait que qu'elle voudrait bien d'elle, et rien de plus, il le savait d'avance. Mais pour tout dire, la Serpentard l'intriguait, bien plus que nombre de ses camarades, au demeurant fort sympathiques. Mais simplement sympathiques; en dehors de quelques banalités ou plaisanteries échangées, les sujets se faisaient rares. Elle, au contraire, donnait l'impression qu'on ne risquait pas de parler de la pluie et du beau temps. D'un geste machinal, il passa à nouveau une main dans ses cheveux; sacrée manie. Il devrait la perdre s'il souhaitait gagner un peu de crédibilité une fois avoir quitté Poudlard, et devenir un sorcier génialissime, soit avec une cicatrice sur le front, soit avec une barbe blanche, soit loup-Garou. Plus sérieusement, il avait de grands projets pour l'avenir, tout en étant bien incapable de dire quoi. Mais de grands projets en tout cas.

- Et puisque tu semble vouloir être si prolixe à ton sujet, dis-m'en plus!

De nouveau, il regarda la brune. Le vert qu'arborait sa tenue contrastait fortement avec le noir de jais de ses yeux. Sans doute refuserait-elle d'en dire trop sur elle, mais après-tout peut-être fallait-il tout simplement la provoquer un peu (un peu tout de même, s'il en faisait trop elle était capable de l'attaquer) pour obtenir une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Harel Chaitan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Harel Chaitan, Mer 27 Nov 2013, 23:22


Les apparences, sujet sur lequel Harel était capable de disserter aisément. Son entrée à Poudlard lui avait permis d'en user et d'en abuser. Ce nouveau départ au sein d'une société qui ne la connaissait pas représentait une opportunité qu'elle avait saisit. L'école de sorcellerie anglaise accueillait un grand nombre d'étudiants, de ce fait, il était simple de se noyer dans la masse. Déjà à l'époque des Greenwood, l'orpheline avait appris à repérer les comportements qui éloignait ou repoussait naturellement autrui. Après quelques mois de scolarisation à Poudlard, le résultat dépassait ses espérances. Finalement, ses interlocuteurs se focalisaient, bien souvent, sur son attitude plus que sur sa personne. Sauf en de rares occasion comme celle-ci ou malgré le fait qu'elle n'ait pas dévoilé son identité son interlocuteur tentait de creuser.

- Harel Chaitan, prononça-t-elle simplement.

Sa tête s'inclina légèrement à l'intention de son camarade, comme pour le saluer alors que les politesses avaient déjà été échangées un peu plus tôt. Le sourire malicieux qui s'étalait sur le visage masculin l'encouragea à se dévoiler un peu plus. L'adolescente était tout à fait consciente de l'image qu'elle renvoyait, mais cela lui convenait. Or, le Serdaigle ne s'était pas encore enfuit, au contraire, il la poussait à en dire plus. D'ailleurs, elle sentait son regard posait sur elle, attendant la suite. Son visage se pencha légèrement sur le côté traduisant sa réflexion.

A présent en quatrième année, elle comptait sur les doigts d'une main, les informations , la concernant, qu'elle avait pu révéler à d'autres étudiants. Naturellement méfiante, elle craignait d'en dire trop à la mauvaise personne qui se précipiterait pour utiliser ses aveux contre elles. Entre les murs de la maison Serpentard cela se produisait régulièrement. Le but étant de collecter autant d'informations que possible sur les autres et d'égarer le moins possible les siennes.

- Je suis étudiante en quatrième année au sein de la maison serpentard. Elevée parmi les moldus tout ce qui a attrait à la magie accapare mon intérêt.

Un sourire sarcastique se nicha au coin de sa bouche. Puisqu'il désirait donnait un autre ton à leur conversation, Harel se prêterait au jeu tant ce que cela ne déborderait pas sur des sujets qu'elle n'autorisait personne à approcher. L'encourager à parler de lui endiguerait peut-être le flot de questions. Sa façon d'aborder la botanique un peu plus tôt, et sa culture qu'il affichait sans complexe, laisser présager une nature curieuse. Des deux, la vert et argent préférait sollicitait son aisance à la conversation, plutôt que celle à poser les bonnes questions.

- L'école est si grande que je ne me souviens pas t'avoir déjà croisé ...
Revenir en haut Aller en bas
Eloy Fridder
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Eloy Fridder, Ven 29 Nov 2013, 16:36


Enfin, elle semblait prête à en dire plus sur elle; tout était cependant relatif, sans doute n'apprendrait-il pas grand chose. Mais bizarrement, il semblait marquer des points; trop sage, il n'avait osé bousculer un peu la jeune Serpentard, mais elle semblait être de ces personnes qui ne faisaient confiance qu'à ceux qui savaient faire tomber les barrières qu'ils construisaient sciemment pour ne pas qu'on les approche de trop près.

- Harel Chatain.

Harel, curieux nom, mais qui chantait doucement à l'oreille du jeune homme. Enfin, un nom sur un visage. Pour autant, la conversation n'en perdait pas son piquant, qui tenait principalement au secret, au doute qui planait autour des jeunes gens. Un simple nom n'en disait pas long sur une personne, encore moins sur Harel, qui semblait s'appliquer avec malice à dissimuler tout ce qui la concernait. Il fallait la jouer finement, ce qui donnait à Eloy l'impression de disputer une partie d'échecs particulièrement serrée, et cela l'amusait fort. Une sorte de rhétorique permanente qui les emmenait bien loin de la simple discussion de jeunes élèves classiques; la sagacité ton faisait preuve Harel ne pouvait que lui plaire.

Combien de fois s'était-il retrouvé des soirées entières à écouter des camarades discuter de tout et de rien? Non pas qu'il n'aime pas ce genre de badineries, mais il aimait aussi élever un peu les discussions vers des sujets plus.. Passionnants.

- Je suis étudiante en quatrième année au sein de la maison serpentard. Elevée parmi les moldus tout ce qui a attrait à la magie accapare mon intérêt.

Une née Moldue; Eloy ne l'aurait pas supposé. Ils étaient bien rares chez les Serpentards. Et puis après tout, en soi, le statut du sang n'était pas marqué sur le front, et n'avait pour ainsi dire qu'une seule répercussion majeure pour les sorciers: les nés moldus savaient se servir d'une prise électrique, les "sang pur" avaient entendu les contes de Belde le Barde. Il avait toujours considéré qu'être de sang-mêlé était un avantage, puisqu'il lui permettait de bénéficier de ces deux qualités à la fois.

- L'école est si grande que je ne me souviens pas t'avoir déjà croisé ...

Le serdaigle laissa s'échapper un rire cristallin; il était vrai qu'il aurait été difficile de connaître l'ensemble des élèves de Poudlard, mais les deux jeunes gens, par leur nature peu avenante, avaient peu de chances de s'être déjà croisés. Mais lui, bien qu'ayant peu de chances d'engager la conversation avec qui que ce soit, avait plutôt tendance à se dévoiler. Du moins quand la réciproque était vraie.

- Disons que je me fait discret dans le château. Eloy Fridder, en septième année à Serdaigle, né dans une famille mixte, enfin plus ou moins.

Que rajouter de plus sans trop en dire? Tout en tentant de ne pas en donner l'impression, il réfléchissait à toute vitesse. Une partie d'échecs entre deux détectives en quelque sorte. La famille pouvait être un sujet délicat... Essayons avec la maison.

- Alors, comment est la vie à serpentard? Les cachots ne sont pas trop humides?

Nouveau sourire malicieux; une tentative sur la rivalité entre les maisons donnerait peut-être quelque chose, mais il en doutait. De toute façon, il lui fallait plus de temps pour trouver une sujet PA-SSIO-NANT. Il s'amusait follement.
Revenir en haut Aller en bas
Harel Chaitan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Harel Chaitan, Sam 30 Nov 2013, 17:10


Le rire spontané de son aîné étonna l’adolescente. Depuis, le début de la conversation, il osait de petit sourire sûrement dans l’objectif de se détendre ainsi que d’alléger l’ambiance par la même occasion. Or, ce son la laissait penser qu’il s’autorisait à un peu plus de naturel. Harel ne savait pas s’il fallait qu’elle s’en offusque ou au contraire qu’elle s’en montre soulager. Elle préférait inspirer la méfiance, l’agacement ou la colère plutôt que la sympathie. Bien qu’elle devait admettre que cela éveillait des sentiments plutôt positifs en elle, sûrement parce que l’aigle avait un comportement très différent des autres étudiants. Mais, cela bien sûr, elle ne l’avouerait à voix haute pour rien au monde.

- Disons que je me fait discret dans le château. Eloy Fridder, en septième année à Serdaigle, né dans une famille mixte, enfin plus ou moins.

Cette seule phrase contenait beaucoup d’éléments qui amenèrent l’asiatique à se questionner. Eloy Fridder était-ce un nom à connotation anglaise ? Dans la société moldu, certainement pas. Néanmoins, cela n’avait pas cours dans la société sorcière, dont les identités de sa communauté passaient pour originales. Elle-même avait un nom pour le moins peu commun lorsque enfant, elle fréquentait les établissements scolaires de son quartier. Ensuite, respectivement en septième et quatrième année, les deux étudiants n’avaient jamais eu l’occasion de se croiser durant leurs trois années d’études au sein de l’Ecole. A bien y réfléchir, rien de bien étonnant, s’il se définissait comme discret, Harel ne fréquentant que très peu les espaces communs. En outre, la fin de sa présentation la laissait perplexe … comment pouvait-on être plus ou moins né dans une famille mixte ?

- Alors, comment est la vie à serpentard? Les cachots ne sont pas trop humides ?

Ses sourcils se froncèrent, avant que son regard ne détail l’expression de son interlocuteur. Que cachait-il derrière ce sourire malicieux et ce soudain intérêt pour les Serpents ? Cela arrangeait l’orpheline de ne pas abordait le sujet de la famille, mais ça ne l’empêcha pas de s’interroger. De toute évidence, elle n’était pas la seule à plus ou moins se montrer mystérieuse. A moins que le jeune homme n’adopta ce comportement par égard envers sa cadette, seulement rien dans la réponse qu’elle avait formulé ne sous-entendait un quelconque tabou. Ses bras s’enroulèrent autour de silhouette fluette repoussant ses réflexions à plus tard. Ses yeux lâchèrent Eloy pour parcourir l’endroit qui les accueillait. Les plantes étaient des compagnes parfaites : discrètes et rassurantes. Le genre de compagnie qui vous écoutez sans jamais vous contredire.

- Si l’on devait associer une température entre le dédale des couloirs qui parcourent les cahots ce ne serait sûrement pas l’humidité, plutôt le froid. Mais ce ne sont que les a priori d’une époque lointaine.

L’exercice se révélait complexe.

- Il semble complexe aux étudiants des autres maisons de s’imaginer la salle commune de Serpentard comme apaisante. Située sous le lac de Poudlard, la seule lumière extérieure qui baigne notre espace est celle qui reflète sur l’eau. Par conséquent la lumière n’y est jamais aveuglante, et toujours tamisée.


Concernant, la vie entre les murs de la maison fondée par Salazar Serpentard, Harel ne désira pas s’étaler sur ce point. Une sorte de consensus régner entre ses étudiants. Ce qui se passait au repère des serpents, restaient au repère. Le mystère qui les entourait était sans doute leur meilleure arme depuis bien longtemps.

- Mes sortilèges favoris sont ceux de l’Imperium, Legilimancie et du Patronus.

Sciemment, elle redirigea la conversation vers l’interrogation que Eloy avait formulée au préalable. La cadette attendait de voir la réaction du bleu et bronze face à cette réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Eloy Fridder
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Eloy Fridder, Jeu 05 Déc 2013, 01:56


Et voilà que la serpy fronçait les sourcils; il avait beau ne pas être un griffondor, il semblait que comme à l'accoutumée le sujet de la maison du fameux Salazard serpentard devait être abordé avec précaution. Il était vrai que c'était la seule maison qui exerçait une telle fascination au sein du château; sans doute par son histoire houleuse et le fait qu'elle avait toujours été d'une certaine façon mise à l'écart par les autres élèves, en partie pour sa réputation, mais surtout pour le caractère peu avenant de ses élèves.

- Si l’on devait associer une température entre le dédale des couloirs qui parcourent les cahots ce ne serait sûrement pas l’humidité, plutôt le froid. Mais ce ne sont que les a priori d’une époque lointaine.

Voilà qui était dit. Il était vrai qu'apprendre ce qu'il en était réellement de la vie d'un serpentard était des plus difficile. De nature taiseuse, le vert et argent habituel évitait tout particulièrement de parler de ces détails là. Mais Harel en dit un peu plus.

- Il semble complexe aux étudiants des autres maisons de s’imaginer la salle commune de Serpentard comme apaisante. Située sous le lac de Poudlard, la seule lumière extérieure qui baigne notre espace est celle qui reflète sur l’eau. Par conséquent la lumière n’y est jamais aveuglante, et toujours tamisée.

Voilà la parfaite description qui ne donnait pas envie au serdaigle d'avoir été réparti dans une autre maison. L'agréable confort de la tour de Serdaigle lui convenait parfaitement et il préférait de loin une vue panoramique sur le parc à une lumière verte. Mais sans doute pour tout serpentard le lieu était synonyme de repos et de quiétude. C'était cependant difficile à concevoir pour le jeune homme, qui laissa à Harel le bénéfice du doute.

- Mes sortilèges favoris sont ceux de l’Imperium, Legilimancie et du Patronus.

Eloy resta un moment interloqué, bien qu'il n'en montra rien à sa camarade. Ainsi elle revenait à sa question première. Le choix était osé, mais l'étude de celui-ci était des plus révélateur; comme il avait fait pour les plantes, il entreprit de décrypter le choix d'Harel. Chacun de ces sortilèges possédaient des compétences rares, et d'une certaine façon exclusives: ils avaient tous une fonction bien spécifique, et dans des domaines variés. Eloy ne put s'empêcher d'en faire la remarque.

- Le choix est des plus judicieux, un sortilège de protection, et pas des moindres, le patronus, qui protège en quelque sorte contre la peur elle-même. Par la suite un sortilège que je qualifierai de polyvalent, la légilimancie, qui selon son utilisation peut apporter le bien comme le mal, même si elle reste toujours une agression mentale.. Et enfin, un sortilège impardonnable. Le plus... raisonnable cependant, du moins à mes yeux, mais aussi le plus vicieux.

Le sortilège de l'impérium, ou la faculté de prendre totalement le contrôle d'un être malgré sa résistance. En soi, il ne causait pas de damages physiques à la cible, mais lui faisait faire des actes qui, en général, étaient peu louables. Bien rares étaient les personnes qui, alors qu'on leur demandait de faire la liste des sorts qu'ils préféraient, citaient l'un d'entre eux; du moins lorsqu'on voulait passer pour quelqu'un de "cool". Mais il semblait bien qu'Eloy comme Harel ne se souciaient peu de paraître populaires.

- Quant à moi, je te rejoindrais sur un point: mon premier sera l'occlumancie. Plus encore que la capacité de connaître les pensées des autres, c'est la faculté de cacher les siennes qui m'apparaît primordiale. Concernant les sortilèges impardonnables, disons plutôt qu'ils me fascinent plus qu'autre chose. Je rajouterai à la liste le révélasort de Sarpin, combiné avec le sort de perception de la magie. En quelque sorte, le sort des sorts, de quoi identifier les sorts en eux-même.. Le patronus peut-être aussi.. Je n'ai pas vraiment de favori.

Une fois qu'il eut terminé de réfléchir tout en parlant, il tourna de nouveau son visage vers la serpentard; que penserait-elle d'un sorcier si brouillon? Sans rien laisser paraître, il semblait bien que son avis importait.
Revenir en haut Aller en bas
Harel Chaitan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Harel Chaitan, Ven 06 Déc 2013, 19:15


Eloy Fridder la surprenait. Sa réponse volontairement provocante concernant les sortilèges qu'elle appréciait le plus, ne lui rapporta aucune parole déplacée ou même outrée, aucun regard dédaigneux. Le serdaigle ne portait aucun jugement de valeur, il se contentait de décortiquer ce qu'elle consentait à lui révéler. Harel se faisait l'impression d'être un ingrédient rare de potion observée sous tous ses angles. Ce constat était aussi excitant qu'inquiétant, car cela sous-entendait qu'il fallait que l'adolescente se méfie des propos tenus. A la normale, les autres n'écoutaient que superficiellement les discours d'autrui. Son camarade écoutait et entendait.

Ses préférences en matière de sortilèges ne l'étonnèrent pas tellement. Moins tranchées qu'elle ne pouvait l'être. Il fallait admettre qu'il existait quantité de sort et beaucoup méritait que l'on s'y attarde. Cette réflexion en amena une autre : quel était le nombre de sortilèges officiellement recensés ? Dans la totalité combien de sort existaient-ils ? Il n'était pas certains que cette dernière interrogation puisse apporter une réponse chiffrable. D'autant plus si l'on prenait en compte que chacun incantation produisait des effets différents suivant la puissance du lanceur et son intention. La magie souffrait-elle de limites ?

Le visage du jeune homme orientait dans sa direction semblait attendre un commentaire de sa part, l'obligeant à revenir à la conversation qu'ils entretenait. Néanmoins, la Serpentard mit ses questionnements dans un coin de sa tête et passerait par la bibliothèque au cours de la soirée. Le choix de son interlocuteur confirmait que ce grand gaillard avait plus de dispositions à l'étude de ce qui avait attrait aux propriétés magiques plutôt qu'à les utiliser. Chaitan se le représentait comme un chercheur, une personne particulièrement respectueuse de son objet d'étude qui ne l'utilisait pas impunément. Elle ne l'imaginait absolument pas s'en servir afin de faire des blagues ou de manières offensives si ce n'était pour se défendre. D'ailleurs, il lui rappelait quelqu'un, cependant, elle ne parvenait pas à retrouver qui.

- Tu as un profond respect pour la Magie n'est-ce pas ?

La lumière produite par les flammèches contenues au creux du pot, formait un halo autour des jeunes gens. A l'intérieur de cet espace, le temps ne semblait pas s'écouler comme au-delà de ses limites. Un autre espace semblait aussi s'être créer. Un espace temps qui n'appartenait qu'à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Eloy Fridder
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Eloy Fridder, Sam 07 Déc 2013, 00:04


Le jeune sorcier semblait être parvenu à surprendre Harel, au vu de la réaction, bien que discrète de cette dernière; rétrospectivement,  il était vrai qu'il n'avait d'aucune manière laissé paraître l'étrangeté du choix de la jeune serpentard, bien qu'aux yeux de la "morale populaire", les sortilèges impardonnables étaient la pire forme de magie qu'il soit. Peut-être n'avait-il rien dit tout simplement parce qu'au fond, il n'y voyait rien de choquant. Les apports magiques de tels sortilèges étaient considérables, même au vu de leur dangerosité sans équivoque.

- Tu as un profond respect pour la Magie n'est-ce pas ?

Il ne put s'empêcher de prendre la réflexion comme un compliment; que l'on considère les personnes comme lui comme des idiots ou non il s'en fichait, mais classer parmi ceux-ci semblait important, bien que... Secondaire. Il pensa un instant à la question d'Harel, et hocha la tête, en guise de réponse. Le constat était finalement simple à dresser: plus que des connaissances pratiques, il cherchait avant tout à comprendre, à expliquer la magie, la détaillant, décortiquant, analysant; du moins dans la limite de ses capacités magiques, qu'il travaillait tant que possible pour essayer de les améliorer. Finalement, là se trouvait peut-être le réel but qu'il se fixait dans sa vie de sorcier: accumuler un savoir aussi conséquent que possible sur la magie, son fonctionnement, ses possibilités, non pas seulement pour les utiliser, mais avant tout pour comprendre.

- Mais aussi une fascination, grandissante, dévorante. Ces manifestations difficilement explicables de façon cartésienne n'en sont que plus passionnantes encore... Les possibilités infinies qui en découlent permettent un champ d'étude quasi-ilimité.

Les mots fusaient sur l'instant, presque instinctivement. Sans même réellement le comprendre lui-même, il venait d'exposer son point de vue sur la magie, naturellement. Il avait presque envie de se dire: finalement, c'est donc cela que je pense. Le constat s'imposait à lui comme s'il s'agissait de savoir s'il était gaucher ou droitier; pourtant, la question était loin d'être simple. Puisque il avait commencé, il ne pouvait pas arrêter là l'explication, et se devait donc de poursuivre. Et puis après-tout au diable cette volonté de domination sur la conversation, il en ferait fi, tout en restant cependant vigilant: bien qu'il ne la croyait pas ainsi, ce ne serait pas la première vert et Argent à user des paroles trop vite prononcées contre leur même auteur.

- C'est finalement ça qui fait de nous des êtres à part; sans magie, par de sorcellerie bien entendu, et tout ce monde dans lequel nous évoluons, certains depuis leur naissance, d'autres depuis leur onze ans, ne serait qu'un mirage. Tiens, juste cette question est inéressante: comment et par quels critères sont désignés les sorciers? La théorie du seul héritage génétique est peu réaliste: d'où viendraient les nés-moldus? A partir de ce constat, un million de possibilités, mais une seule solution; le tout est de découvrir laquelle.

Il sourit de nouveau à Harel, passant de nouveau ses mains au dessus des faibles flammes. L'atmosphère semblait un peu se réchauffer, et certaines plantes vouloir se rapprocher plus encore de la chaleur émise par le sortilège d'Eloy. Finalement, la journée ne serait pas si catastrophique. Il y avait au moins eu cette discussion, qui, pour être des plus étrange, n'en était pas moins intéressante, certainement aussi par ce même atypisme.

- Il existe sans doute des sujets plus palpitants que ceux touchant aux fondements presque de la magie, sans doute est-tu passionnée par bien d'autres sujets encore?

Malgré le moment agréable que - contre toute attente - passait le Maréchal, il continuait à ressentir une certaine gêne dans la discussion, comme si les propos retenus et mesurés de chacun faisaient plus ressembler la discussion à un débat académique qu'à celui de deux élèves de Poudlard. En un sens, cela ne le gênait pas, mais en un autre il considérait que trop de formalisme tuait le propos, qui se voulait pourtant assuré. Toujours était-il qu'il espérait de la part de sa camarade deux réponses: la première explicite par sa dernière question, la seconde plus aléatoire sur son sentiment à l'égard de la magie en tant qu'entité même. Sans doute la seconde réponse lui était-elle plus importante que la première.
Revenir en haut Aller en bas
Harel Chaitan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Harel Chaitan, Sam 07 Déc 2013, 11:32


Jusque-là la conversation se contentait de rester en surface et cela arrangeait Harel. A présent, son discours bousculait ses acquis. Effectivement, ayant appris l'existence de Poudlard à 10 ans et celle de la société sorcière et l'omniprésence de la magie, ces questions ne l'avaient pas effleuré. Souvent, les autres étudiants faisait mention de " Sang-pur ", " Sang-mélé", " Sang de bourbe ". Toutes ces notions lui étaient assez étrangères. Et si, elle appartenait à une famille purement sorcière, son statut d'orpheline recueillit par un couple de moldu rendait son appartenance à l'un ou l'autre groupe, définit par ses camarades, obscure. La pureté du sang n'avait en fait rien à voir avec ce genre de pensée obtus : elle en était un exemple concret ; une sorcière au sang soit disant pur qui ne se débrouillait pas mieux que ceux méprisaient par plusieurs étudiants de sa maison.

- La famille moldu chez qui, j'ai vécu te répondrait que c'est la volonté de Dieu. Pour ma part, je me contenterai de répondre qu'il y a bon nombre d'évènements que tu ne t'expliques pas au cours d'une vie, et chercher en vain des réponses - à des questions qui n'ont peut-être pas lieu d'être - ne t'apportera rien. A quoi cela t'avancerai de savoir les raisons qui font que toi tu es sorcier et pas l'un des nombreux moldus qui parcourent les rues de Londres à cette même heure.


La discussion parce qu'elle prenait un tournant plus personnelle la rendait nerveuse. L'adolescente ressentit le besoin de s'éloigner de la zone réchauffer par le maigre feu. Son dos se présenta au Serdaigle et ses pieds parcoururent silencieusement les allées de la serre sans s'éloigner plus de quelques mètres. Son sourire avait disparu et elle se surprit à le regretter un bref instant. Voilà ce qu'elle tentait d'éviter : les émotions. Les sentiments n'apportaient rien d'autres que des faiblesses et compliquait la vie bien assez difficile sans cela. La petite fille qu'elle était, avait fait le choix de les enterrer, car ils lui apparaissaient trop complexes à gérer. Inconsciemment, son pouce caressa son poignet gauche avant de se reprendre.

- Les vampires font partie de mes sujets de prédilection, la Magie sur le continent asiatique en est un autre et mes origines encore un.

Ces origines dont ... cela ne représentait aucune espèce d'importance. Ses pas la menèrent vers le plan de travail situé, derrière Eloy, prés de ses affaires. La compagnie du jeune homme ne lui déplaisait pas, bien au contraire malgré les apparences. Et c'était justement ce détail qui lui déplaisait. Elizabeth Stonem lui avait demandé, il y avait peu, à qui la parfaite petite fille se confessait : personne. Il était temps de mettre fin à cet échange. L'héritière des Chaitan enfila avec des gestes mesurés sa cape puis protégea son sa gorge et le bas de son visage de son écharpe aux couleurs de sa maison. Sa baguette glissa discrètement de sa manche, ses lèvres murmurèrent " Aguamenti " produisant un jet d'eau suffisant pour éteindre le feu de fortune.
Revenir en haut Aller en bas
Eloy Fridder
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Serres

Message par : Eloy Fridder, Mar 10 Déc 2013, 10:27


Tout en écoutant Harel, Eloy resserra son écharpe autour de son cou; le froid reprenait ses droits dans la serre, et c'était maintenant un léger froid qui s'était levé. La discussion allait bon train, bien qu'étant toujours aussi académique; encore un peu et ils pourraient tous deux écrire des thèses.

- La famille moldu chez qui, j'ai vécu te répondrait que c'est la volonté de Dieu. Pour ma part, je me contenterai de répondre qu'il y a bon nombre d'évènements que tu ne t'expliques pas au cours d'une vie, et chercher en vain des réponses - à des questions qui n'ont peut-être pas lieu d'être - ne t'apportera rien. A quoi cela t'avancerai de savoir les raisons qui font que toi tu es sorcier et pas l'un des nombreux moldus qui parcourent les rues de Londres à cette même heure.

Pour une fois, leur avis divergeait; la recherche ne lui semblait pas vaine, bien au contraire, c'était même en cela que résidait l'intérêt de l'inconnu. Le fait magique était là, dans toute sa complexité, son mystère, son intérêt de nouveau. Mais sans doute était-il un des rares à y voir ici une passion formidable quand d'autres, érudits ou non, n'y voyait qu'un point de l'histoire sans grand intérêt.

- Les vampires font partie de mes sujets de prédilection, la Magie sur le continent asiatique en est un autre et mes origines encore un.

Après une rapide esquisse de ses passions (qui, il fallait le reconnaître, n'étaient pas celles d'Eloy, bien normalement au vu de leurs histoires semblait-il bien différentes), Voilà Harel qui semblait s'apprêter à partir. Même plus, elle mettait fin à l'entretien sans plus de formalisme; le jeune homme s'en amusa, et remit sa cape sur ses épaules. Les quelques instants avaient été des plus agréables, peut-être même serait-elle un jour renouvellée. Il ne revint pas sur les paroles d'Harel, tout en gravant ses paroles dans sa mémoire. Car c'était là sans doute l'une des plus grande qualité d'Eloy: tout de qu'il lisait ou entendant, ou presque, il ne l'oubliait pas. Chaque chose restait dans un coin de son esprit, tout prêt à être rappelé au bon souvenir du serdaigle au besoin. Attachant toujours sa cape (l'agrafe jouant les trouble fête), il sourit à la serpentard, une façon en quelque sorte de clore l'entretien.

-Eh bien, bonne journée à toi. Sans doute nous recroiserons-nous, j'espère pour autre chose qu'échanger des banalités, puisque il a été fait preuve que nous pouvions faire mieux.

Souriant toujours avec amusement, enfin prêt à sortir, il lança un rapide *impervius* sur sa cape, ayant retenu la leçon de son arrivée pour le moins humide, remonta son col, et sortit, sans plus de formalisme/ La rencontre fortuite était terminée; Eloy en garderait certainement le souvenir doucereux d'une rencontre pas comme les autres, avec comme point d'orgue une discussion qui, bien que maladroite, avait été riche de connaissances.


Revenir en haut Aller en bas
Valentina S. Riddle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Valentina S. Riddle, Dim 26 Jan 2014, 22:28


{RP avec Yami Kisaki}



Valentina venait donc de quitter Kizaki qui avait du se rediriger vers le château. Tant mieux, elle ne serait pas dérangée. Qu'est-ce que la petite blonde pouvait la mettre en colère..! Même si cette dernière n'avait rien dit de particulièrement énervant, Valentina percevait tout dans son attitude comme de la vantardise. Cela était-ce dû à sa ressemblance avec une autre fille à peine plus âgée qu'elle avait connu? L'autre était également ce genre de personne qui la mettait en rogne dés qu'elle la voyait. Et tant mieux, elle était morte. Sans prêter attention aux images revenant à sa mémoire, elle s'avança dans la serre à la recherche de la plante désirée. La salle était vide et elle l'avait facilement ouverte à l'aide d'un Alohomora informulé.
Elle aimait l'atmosphère de la serre, sombre et humide.

Elle caressa doucement les feuilles de la Tentacula inerte, n'entendant pas le bruit de pas légers qui venait d'arriver.


 
Edit Merit : Bonsoir Valentina. Je te rappelle que conformément au règlement, un RP doit faire un minimum de 600 caractères. Je te demanderai donc d'étoffer ton RP afin qu'il y soit conforme. Cordialement.


Dernière édition par Valentina S. Riddle le Dim 26 Jan 2014, 23:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yami Kizaki
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Yami Kizaki, Dim 26 Jan 2014, 22:35


- Pfffiou...

Yami venait de courir à perdre haleine. Elle venait de se souvenir qu'elle avait oublié son livre Mille herbes et champignons magiques dans la serre après son dernier cours de botanique. Pourquoi se souvenait-elle toujours de ce genre de choses alors que quelques secondes auparavant, elle baignait dans la béatitude ? Elle maudissait à présent le soleil qui la faisait suer. Si elle ne retrouvait pas son livre, comment diable ferait-elle ses devoirs ?

- Rhahhh je vous jure...

Elle venait d'entrer dans la serre quand elle se figea. Devant elle se trouvait la jeune fille qu'elle venait de quitter cinq minutes plus tôt.

- Ah euh...

Elle aurait dû s'en douter. La porte de la serre était fermée en temps normal.

- Désolée... pas que je t'espionne ou quoi que ce soit... ce n'est qu'une coïncidence... si tu veux bien m'excuser...

Elle s'avança dans la pièce avec la ferme intention de récupérer son livre, peu importe ce que la Serpentard répondrait.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina S. Riddle
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Serres

Message par : Valentina S. Riddle, Dim 26 Jan 2014, 22:47


Valentina brandit sa baguette en un souffle quand elle entendit distinctement quelqu'un dans la serre. Elle resta figée devant une gamine blonde. Kizaki. Non mais là c'était abusé. Elle baissa sa baguette en lâchant un soupir exaspéré.

- Désolée... pas que je t'espionne ou quoi que ce soit... ce n'est qu'une coïncidence... si tu veux bien m'excuser...

Une coïncidence hein? N'importe quoi. Elle lança un regard noir à la gamine qui venait de récupérer un livre et restait plantée comme un piquet, un air de merlan frit affiché sur le visage.

- Super, tu peux partir maintenant.

Elle avait entamé sa réplique d'un ton glacial, mais sa voix s'était rapidement retrouvée étouffée. Lâchant sa baguette, Valentina porta ses mains à son cou sentant la pression de longues cordes sur sa glotte. La seconde d’inattention qu'elle avait eu à cause de Kizaki avait permis à la plante derrière elle de la choper au cou. Elle vit avec horreur des dents pointues se rapprocher de sa jugulaire. Bien, son heure était venue. Elle pensa avec regret qu'elle aurait aimé assister à une morsure de tentacula ; mais pas en être victime. Acceptant son sort, elle ferma les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les Serres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 16

 Les Serres

Aller à la page : Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.