AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 2 sur 18
Lieux sombres de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 18  Suivant
Azphel
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Azphel, Dim 6 Fév - 19:07


----LR----L'intemporalité du moment se gravait dans le cerveau d'Azphel, d'un coup de marteau qui inscrivait en lettre capitales le plaisir qu'il éprouvait sur le moment. Le plaisir que Lily suffisait en l'instant à lui procurer. C'était éphémère, il en avait conscience. Le lendemain, redescendu sur terre, l'esprit sevré d'alcool, il ne penserait sûrement plus pareil. Il ne serait peut-être même plus prêt à voir Lily comme une femme qui pourrait partager sa vie au quotidien. Mais au final, qu'importe ?
Le plaisir est un ressenti immédiat, c'est du concentré d'adrénaline, mais d'une fragilité à toute épreuve. Des mots suffisent à le dissiper, des actes suffisent à l'estomper... Alors oui, c'était égoïste - rien d'inhabituel pour un Mangemort - mais Azphel ne pensait qu'au moment présent, qu'à ce plaisir en peau de verre qui ne demanderait qu'à se briser devant les tristes réalités revenues au galop le lendemain matin.


------ Cela faisait des mois que Lily le hantait, le troublait, le faisait douter... En s'émerveillant de ses jolis yeux bleus, il n'aurait pas été jusqu'à dire qu'il l'aimait. Ce n'était pas un coup de foudre comme il en avait eu un avec Betty. Mais il la désirait profondément et ce désir s'incarnait comme la plus certaine des convictions qui l'habitaient. Le désir l'emportait sur l'éloignement qu'il avait voulu, l'union l'emportait sur leurs différences... Le prix à payer serait élevé à la lumière du jour nouveau, mais le plaisir éprouvé sous l'éclat de la lune aurait une saveur inestimable, une aura de félicité qu'il n'avait pu approcher que trop rarement dans sa vie dévouée à la noirceur.

---------- Elle était là sa réalité, devant lui, à le dévorer du regard et à attiser les spasmes d'envies brûlantes qui le possédaient. Leurs souffles se mélangeaient aux odeurs de leur parfum respectifs, les mots s'éparpillaient dans l'espace, sentant bien qu'ils étaient de trop et qu'ils n'auraient pas de réelle importance dans l'instant qui suivrait. Les nombreux silences de Lily avaient précédé le moment de la délivrance. La caresse de ses lèvres rosées sur les siennes, en un pas de danse sensuelle au romantisme prononcé, salua l'entrée en scène des protagonistes. Une partition de douceur qu'Azphel redécouvrait et qui métamorphosait en lui nombre de ses convictions. Une valse au paradis pour s'exorciser de l'enfer ... ?

------ Molles, brûlantes et dévorantes ; les lèvres de Lily étaient aussi onctueuses qu'il se les étaient imaginé. Avec une pointe de regrets dissimulée, il laissa l'Auror lui ôter son verre des mains. Les siennes prirent alors la direction des hanches délicatement taillés de la jeune femme, remontant en une légère caresse sous le chemisier de soie rescapé de sa journée. Les doigts de Lily qui se posèrent sur sa poitrine le brûlèrent d'un feu enivrant et tout ce qu'il pensait de l'Auror ; l'irrépressible envie qu'il avait d'elle, se matérialisèrent en lui en une envie folle de lui faire l'amour... Son cœur l'implorait de le faire, imposant un tempo endiablé, son corps bouillait d'extase à l'écoute des notes du plaisir, ses doigts absorbaient dans leur remontée l'énergie passionnée qui se dégageait du corps enflammé de Lily... Tout son être n'aspirait qu'à s'unir à elle.

---------- Bien qu'elle savourait le moment avec une lenteur inhumaine, les mains d'Azphel elles, accélérèrent le pas pour débarrasser la piste du chemisier de soie et du soutien-gorge de la belle, accessoires superflus qui n'avaient plus de rôles dans l'orchestre. C'était les cœurs qui dirigeaient le concert sur une partition nommée Amour, et la matérialité était dérisoire tant que la chair s'unissait à la chair.
Il égrenait de ses lèvres de multiples baisers sur celles de la jeune femme, sur ses joues et le cou parfumé qu'elle lui offrait, glissant sa langue sur le corps attisé qu'il avait tant désiré. Il patienta le temps qu'elle le débarrasse de sa chemise, avant d'étreindre le corps nu de Lily contre le sien et de l'emmener dans un bal de baisers plus langoureux les uns que les autres. L'alcool avait dû aider à composer le requiem, mais l'envie était là depuis longtemps et les deux mélomanes ne cherchaient pas à réfréner leurs pulsions et l'envie qu'ils avaient l'un de l'autre.


------ L'inconfortabilité du sol força Azphel à se lever et il prit les mains de Lily pour l'aider à se redresser, l'accompagnant en la tirant à lui sur le canapé qui était derrière eux. Les amants d'une nuit se retrouvèrent rapidement nus, enlacés l'un à l'autre en une fusion de leurs corps qui étaient le fruit de deux vies tourmentées et esseulées qui s'étaient trouvées. Une passion commune qui avait finit, malgré les barrières entre eux deux, à s'exprimer et à faire aboutir le jeu du chat et de la souris qui avait commencé deux mois plus tôt. Les conséquences directes pour Azphel seraient minimes, mais ses convictions et ses appartenances risquaient de percevoir les échos de cet amour interdit. Il n'y aurait peut être pas de lendemain. Probablement pas une grande histoire d'amour et sûrement pas un Toujours. Mais dans les bras de Lily, sous ses caresses affolées, l'abandon de son corps et l'expression d'un désir commun qu'ils partageaient ; il était prêt à faire face à leur séparation et aux conséquences morales pour lui.

------ Leur étreinte les poussa jusqu'à deux heures du matin, avant qu'ils ne s'endorment dans les bras l'un de l'autre. Il se réveillèrent une heure plus tard, pour se replonger dans leurs ébats, jusqu'à l'aube...

¤~ .........


---------- La seule heure de sommeil qu'ils avaient partagé pèserait lourdement sur leurs organismes, mais aux lueurs de la chorale matinale du levé du soleil et du chant des oiseaux, Azphel rayonnait d'un bonheur, un bonheur aux ailes de verres certes, mais un bonheur certain... Il s'était levé sans avoir dit de mots particuliers. Il avait renfilé son jean et avait préparé un petit déjeuner qu'il ramenait devant le canapé. Avec ses habitudes de moldu, il s'était servit un jus d'orange et un café, assortis d'un banal croissant. Il avait rapporté toutes sortes de pâtisseries pour combler les désirs de la belle brune qui était toujours allongée, nue, sous une couverture de coton.
Ils n'avaient pas parlé tous les deux. Pas avant de se soumettre à leurs pulsions. Et maintenant que la lune ne les surplombaient plus, ils ne parleraient pas davantage. A quoi cela servirait au fond?


------ Azphel ne provoquerait rien. Il était submergé par une envie qu'il avait eu lors de leur première rencontre, l'envie de fuir. Si Lily s'amourachait trop, il devrait lui avouer de terribles vérités et finirait par lui faire bien plus de mal que de bien. Il ne voulait pas s'embarquer dans la même histoire qu'avec Betty, où ses mensonges avaient finis par détruire leur couple. Alors c'était mieux de ne rien dire et de voir ce que le temps leur réserverait. Il ne se représenterait pas au poste de Ministre de la magie et il ne se sentait plus vraiment chez lui chez les mangemorts, moins motivé à servir la cause du Seigneur des ténèbres. Il ne reniait pas la magie noire non, mais il était las de se battre et de s'exposé au monde extérieur, aux personnes comme Lily, comme Betty...

---------- S'il était convaincu d'une chose, c'est qu'il ne tomberait pas amoureux de la magie blanche. Néanmoins, servir la noirceur pour être rejeté par le monde qui l'entourait déplaisait de plus en plus au Ministre. Il avait perdu beaucoup de sa vie pour ça... Aujourd'hui il n'avait pas grand chose, peu d'attaches. Il ne savait pas ce qu'il ferait, mais il cherchait toujours sa place dans son monde. Et bien qu'il se voyait comme le fils légitime de la magie noire, il n'était plus aussi disposé à se mettre la société à dos, à être paria pour le restant de ses jours.
Les gens changent...
Il plongea sa tête entre ses deux mains, se faisant proie pour les doutes qui le rongeaient au quotidien. Quand il se redressa, se fût pour boire son café d'une traite, décidé à se remettre en question plus tard.

------- Il tourna son visage vers celui de l'Auror allongée qui peinait à porter une tasse de café fumante à ses lèvres. Il sourit.


- Comment tu te sens? lui demanda-t-il avec douceur.
Il n'aurait pas pu répondre à cette question le premier.

------ Il avait envie de déposer un baiser sur le front de Lily, mais il s'abstint de le faire, non sans s'en vouloir...

- Je suis d'avis qu'on prenne le petit-déjeuner tranquillement puis on ira faire un tour au cimetière en fin de matinée. Puis peut-être à l'église aussi. Et si on ne trouve rien de bien intéressant, je crois qu'on pourra rentrer, on ne va pas courir éternellement après un accro de l'occulte, surtout si c'est pour risquer nos vies inutilement.


----DO---- Plus que leurs vies, il pensait surtout à celle de Lily, qui s'était dangereusement mise en péril la veille. Il se questionnait beaucoup sur le pourquoi de la présence de magie noire à Godric's, mais rien qui ne justifiait que Lily joue avec sa vie. Il tenait à elle, peu importe la définition qu'il pouvait donner à ce qu'il ressentait. Si elle se retrouvait blessée ou pire... par sa faute, pour assouvir sa seule curiosité, il ne se le pardonnerait pas. Les mystère de Godric's pouvaient attendre.
Il finit de prendre son déjeuner en contemplant le visage de l'Auror, des images rappelant leur folle nuit d'amour plein la tête. Il ne voulait pas mettre de mots sur ce qu'il ressentait pour elle, mais devant l'étrange sensation qu'il ressentait face aux souvenirs de leur nuit, devant son ventre qui paraissait se resserré à la seule vue de la jeune femme, devant les coups violents que donnait son cœur dans sa poitrine, lui intimant d'embrasser Lily ; il avait déjà un début de réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Lily Gordon
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage



Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Lily Gordon, Dim 27 Mar - 18:34


A travers la mythologie et les légendes, peu de vivants ont déjà accédé à l’Enfer et en sont revenus. Chez les Chrétiens, on parle d’une fournaise destructrice et désertique aux mille tourments. Les musulmans citent des tortures pour l’âme et le corps destinées aux mécréants. Les Enfers grecs sont encerclés de marécages puants gardés par un chien à trois têtes, assis aux pieds d’Hadès sur les rives du Styx. Quelques soient les origines, religieuses ou mythiques, quelques soient les nationalités ou le pays de provenance, toutes les histoires au sujet de l’Enfer reposent sur un lieu de souffrances, un purgatoire pour les criminels.

Alors comment expliquer que l’Enfer d’Azphel était tout sauf désagréable ? Lily avait déjà abandonné son auréole à la seconde où le Ministre de la Magie l’avait débarrassée de son chemisier. Et autant dire qu’elle brandissait déjà un couperet au-dessus de ses ailes pour se les couper net, lorsqu’elle sentit son corps brûlant contre le sien. L’Enfer… Oui, ça y ressemblait, dans le sens où cette nuit serait synonyme de remise en question, source de souffrances futures et de torture psychologique. C’était une mise à l’épreuve ; une tentation face à quelque chose qui n’était sans doute pas pour elle. A n’en pas douter, le politicien aux jolis yeux n’était pas quelqu’un pour elle : il était charismatique, il exerçait un métier public. Il était son patron… Et il semblait à des années lumières du monde de Lily Gordon. Les terres Lilynesques étaient des contrées arides au climat changeant et violent. Pourtant, il était quand même près à y séjourner. Le fou…

La folle ! C’était elle qui se jetait dans ses bras les yeux fermés et le cœur grand ouvert. Un cœur écorché et palpitant qu’elle lui offrait sur un plateau le temps d’une lune. Elle le voulait lui, sans conditions, qu’elle doive y laisser son cœur, sa vie ou son âme. C’était trop tard… Elle était déjà dans les abîmes infernaux et elle aimait ça. Peut-être pouvait-elle encore faire demi-tour ? Elle n’était pas encore perdue, elle pouvait se sauver, elle et son âme… Mais le voulait-elle ? A l’image d’une ombre grimpant dans la barque des Enfers après avoir payé sa traversée au passeur d’âmes, Lily se laissa totalement et irrévocablement sombrer sous les caresses du démon. Ses lèvres délaissèrent le langage qu’elle connaissait pour parler sa langue. Ses mains oublièrent ce qu’elles avaient connu pour apprendre par cœur la moindre parcelle de sa peau. Ses sens n’étaient plus éveillés que pour lui… pour voir à travers ses yeux, pour sentir son odeur, entrelacer ses doigts aux siens, écouter son souffle s’échouer dans ses boucles brunes, goûter ses lèvres pour en faire un mets divin… Et lorsqu’il la serra fort contre lui, ce ne sont que quelques mots soufflés à son oreille qu’elle se contenta de murmurer, comme une prière désespérée, preuve ultime de son abandon sur les sentiers de la perdition : « Aime-moi… ».

*****

Un rayon de soleil vint frapper avec douceur le visage de la jeune femme. Allongée le nez dans les coussins du canapé, elle suivit du regard le sorcier à travers une cascade de mèches brunes lui noyant les yeux. Il semblait soucieux, ou peut-être était-ce le manque de sommeil qui lui donnait cet air lointain et songeur ? Il regrettait sans doute déjà d’avoir offert une nuit à Lily Gordon. Peut-être en gardait-il un mauvais souvenir à peine le jour levé ? Il faut dire qu’il n’avait échangé aucun mot, mais il avait semblé à l’Auror qu’il avait apprécié autant qu’elle leur descente aux Enfers… Le soleil était comme une lumière révélatrice, rouvrant les doutes que la lune avait fait taire. Oui, dans les ténèbres, tout était plus simple. La nuit, à l’abri des jugements, les sentiments étaient enveloppés d’obscurité, plus bruts, dans leur forme basique et sans artifices. La nuit, les « je ne sais pas » étaient transformés en « pourquoi pas ».
Et en cet instant, le visage camouflé derrière une tasse de café fumante, la jeune femme aurait donné n’importe quoi pour rappeler la lune près d’elle et faire fuir l’astre du jour de mauvais augure. Qu’il arrête sa course dans le ciel ! Qu’il cesse d’éclairer le monde ! Qu’il replonge Lily dans les ténèbres, ainsi que les doutes d’Azphel ! D’ailleurs, le sourire qu’il lui envoya aurait suffit à l’illuminer à lui seul ; et sa voix la réchauffa bien plus que les rayons qui caressaient sa peau.

Comment tu te sens?

Il devait sans doute se demander si elle était aussi perdue que lui semblait l’être. Pourtant, elle se contenta de répondre au sens premier de sa question, avec une moue ironique.

« Si tu veux parler de la gueule de bois qui arrive à grands pas, je pense que je survivrais… »

Il reprit d’une voix décidée :

Je suis d'avis qu'on prenne le petit-déjeuner tranquillement puis on ira faire un tour au cimetière en fin de matinée. Puis peut-être à l'église aussi. Et si on ne trouve rien de bien intéressant, je crois qu'on pourra rentrer, on ne va pas courir éternellement après un accro de l'occulte, surtout si c'est pour risquer nos vies inutilement.
On ne va pas courir éternellement… Mais savait-il qu’elle pourrait galoper après n’importe quel « accro de l’occulte » durant des jours, si ça lui permettait d’avoir une lune de plus contre son corps ? Mais à priori, il était inutile d’épiloguer durant des heures, il n’avait qu’une envie : expédier leur enquête et rentrer chez lui. Et Lily allait lui épargner bien des hésitations !

La mine triste, elle enroula la couverture autour de son buste et donna un petit coup de baguette sur les tasses et nourritures à leurs pieds pour faire disparaître le tout. Elle ramassa ses vêtements, vestiges d’une nuit à la saveur délicieusement diabolique. Son arrière-goût commençait cependant à se faire sentir… Sans un mot, elle se rhabilla et effaça toutes traces de leur séjour dans la maison moldue. Elle évita soigneusement de croiser le regard plein de remords de celui pour qui elle aurait prié la lune de revenir danser au-dessus d’eux. Elle se contenta de s’approcher de lui et de s’adresser sur un ton strict, le timbre légèrement nostalgique :

« Je pense qu’il est inutile de poursuivre cette enquête. D’ailleurs, j’aurais dû te rapatrier tout de suite après l’attaque… C’était une erreur de ma part. Tu n’auras qu’à envoyer des Aurors sur le terrain si tu souhaites laisser le dossier ouvert. »

Lily avait du mal à garder une attitude neutre. Et imaginer qu’il regrettait déjà son séjour près d’elle lui arrachait les tripes et le cœur. Elle leva enfin les yeux dans les siens, vite mal à l’aise.

« Tu es prêt ?... Je t’escorte jusqu’au Ministère… »

Elle s’approcha de lui, se laissant enivrer de son odeur une dernière fois. L’envie de le serrer dans ses bras se fit forte. L’envie de partager encore une petite dose d’Enfer près de lui également… Elle se contenta de plonger une fois de plus dans les yeux qu’elle avait admiré des heures durant, puis de poser sa paume sur la poitrine du jeune homme, écoutant les battements qui s’étaient emballés pour elle quelques heures plus tôt. Un dernier regard sur le visage d’Azphel, puis elle ferma les paupières avant de se sentir happée vers une réalité au goût bien plus amère que celui de l'Enfer d'Az… Elle comprit à cet instant pourquoi il y avait peu de récits sur des individus mythiques revenus des enfers : tout simplement car le retour à la réalité était terriblement insipide !
[Fin Chapitre2 LilAz]
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Rily Dacker, Mer 11 Mai - 21:11


[ RPG avec Alicia Rogue, Mateo Aëndal et Logan Partz ]



Ce matin-là, Rily se leva en même temps que l’aube. Son voyage durerait toute la journée, elle en avait conscience, et c’était pour cela qu’elle s’était réveillée aux aurores. Elle s’habilla rapidement et quitta sa chambre, non sans s’arrêter quelques instants devant sa fenêtre à contempler le lac qui, aux premières lueurs du matin, prenait des teintes roses absolument magnifiques. Le tableau était superbe, mais la jeune fille n’avait pas le temps de s’attarder devant ce spectacle sublime. Elle descendit au rez-de-chaussée, désert à cette heure-ci de la matinée. Soit ses parents dormaient, soit ils étaient encore – ou déjà – au travail. Rily s’en fichait, tant qu’elle avait la paix pour manger ses Corn Flakes, céréales moldues qu’elle appréciait bien qu’elle trouvât leur matière un peu caoutchouteuse sous la dent.

Traîner à table était sa spécialité, comme certaines aimaient traîner sous la douche, mais ce jour-là elle n’avait pas le temps. Son train partait une heure plus tard, et elle devait se rendre à la gare à pied. La jeune fille vida donc son bol en quelques coups de cuillères, vérifia que sa baguette magique était bien dans la poche interne de sa cape, ainsi que sa bourse, remplie pour l’occasion, puis elle sortit du cottage. L’air frais du matin lui caressa le visage, et, ressourcée par cette caresse de la nature, Rily partit d’un bon pas en direction de la ville.

Le trajet lui prit le temps qu’elle avait d’avance pour accéder au train, et elle parvint à y monter d’extrême justesse, bien qu’il soit en retard. *Heureusement que ce n’est pas le Poudlard Express…* songea la jeune fille, tandis qu’elle évoluait entre les rangées de fauteuils à la recherche d’une place libre. Elle s’en dénicha enfin une, après avoir traversé la moitié du train, et s’y assit avec un soupir de soulagement. Ces transports moldus n’étaient vraiment pas commode, toujours bondé et, par-dessus le marché, peu confortable. Mais n’ayant pas son permis de transplanage, et ne souhaitant pas tenir ses parents au courant de ses escapades, elle devait se rendre à Godric’s Hollow par ses propres moyens. A son grand regret. Mais elle avait toujours voulu visiter cette ville, si attirante pour les évènements qui s’y étaient déroulés. Là-bas, elle pourrait déposer une gerbe de fleur devant la maison des Potter, tous morts depuis longtemps (bien qu’elle connu l’un de leur lointain descendant, si on se fiait à son nom de famille…), la célèbre Bathilda Tourdesac et, bien sur, la famille Dumbledore y avaient vécus, si elle se souvenait bien de ses cours. Et puis, c’était la ville de Godric Gryffondor, ce n’était tout de même pas un coin paumé sans importance !

Mais ses parents s’en fichait comme de leur premier biberon, et Rily devait agir seule. Ce qui l’arrangeait, d’un côté, car elle n’avait pas vraiment envie de s’encombrer ni de ses parents, ni d’une bande de copines qui gloussaient et se ruaient dans tous les magasins de vêtements qui se présentaient à elles. Surtout que la jeune fille, calme et solitaire (en général), n’avait pas ce genre d’amie-là.

Entre temps, le train avait démarré et prenait de la vitesse, laissant défiler un paysage monocorde ponctué par les reflets rougeâtres du soleil qui rechignait encore à apparaître complètement. Profitant du calme relatif qui régnait dans le wagon (si on oubliait les cris de deux enfants qui se disputait une console de jeu), la blondine cala sa tête contre la vitre et s’endormit, bercée par le mouvement du train.
~*~*~*~*~


Elle fut réveillée quelques heures plus tard par un hurlement strident. Elle sursauta et, sur le qui-vive, elle faillit prendre sa baguette. Mais, se rappelant qu’elle était dans un wagon plein de moldus, elle se contenta de se lever d’un bond. La propriétaire du hurlement était une femme d’un certain âge, déjà pleine de rides, qui riait à présent à gorge déployée devant un petit garçon aux longues dents de vampire.

Soulagée, Rily se rassit. Après tout, c’était Halloween, et c’était pour cela qu’elle avait choisi ce jour-là pour se rendre à Godric’s Hollow. Elle n’aurait pas l’air trop bizarre avec sa longue cape bleue décorée d’arabesque indigo, ses couleurs préférées. Bon d’accord, à 19ans, ce n’était pas forcément commun de se déguiser pour Halloween, mais qui n’en avait jamais eu envie ?

Ils sont surprenant, ces enfants, n’est-ce-pas ? lui demanda sa voisine, que Rily n’avait pas remarqué jusque là.

Oh… heu, oui, très… répondit-elle, un peu vaguement.

Sa voisine haussa les épaules, visiblement blessée par son attitude désinvolte, et se retourna vers le gamin qui, à présent, tirait les cheveux de sa sœur en poussant des grognements grotesques. Incapable de se rendormir, et bien trop réveillée à son goût, la jeune sorcière sortit une carte de sa poche, et entreprit de restituer son chemin de la gare où elle allait arriver, jusqu’à Godric’s Hollow. Chose peu facile, qui lui prit tout le restant du voyage. Mais, au moins, en descendant sur le quai, elle savait où aller. Ou du moins, comment y aller. La solution s’était imposée à elle, et elle s’était maudite de ne pas y avoir pensé plus tôt.

La jeune fille s’éloigna quelque peu de la ville desservie par le train, et s’empara de sa baguette, avant de l’agiter dans le vide, sans prononcer de sort.

Aussitôt, dans un grand BANG !, le Magicobus et ses couleurs flamboyantes apparurent. Il s’arrêta juste devant elle, les portes s’ouvrirent, et elle monta en coup de vent.

Godric’s Hollow, voilà votre argent, se contenta-t-elle de dire en donnant le nombre de pièce d’argent nécessaire.

Elle y fut en un peu plus d’une heure, un tiers du temps qu’elle avait prévu. La blondine descendit du bus, une main sur l’estomac, sentant son léger repas du midi menacer de déménager. Elle salua le conducteur d’un vague geste de la main tandis que le bus repartait dans un grand BANG !, à nouveau. Elle s’appuya à un banc quelques instants pour reprendre ses esprits, puis une fois que son estomac eut achevé son tour de ménage, elle leva les yeux vers la place qui s’étendait face à elle. Apparemment, le Magicobus l’avait déposé sur la place principale.

Ça et là, des enfants galopaient à toute vitesse, poursuivit par leurs parents qui tentaient de les calmer, mais les mômes déguisés en vampire, sorcière, citrouille, fée, ogre, monstre, fantôme, ou autres choses… indescriptibles, étaient tout excités et ne semblaient pas décidés à rentrer tranquillement chez eux à regarder la télé. Rily resta quelques instants à contempler le ballet incessant des enfants qui riaient aux éclats, puis elle se leva. Elle avait dans l’espoir de pouvoir « admirer » la demeure Potter, ou du moins ce qu’il en restait, et cet espoir fut exhaussé. Dans les dernières lueurs de la journée, elle déposa une gerbe de fleur tout juste jaillie de sa baguette devant la maison à moitié en ruine. Le temps semblait s’être figé autour de la maison, qui portait des inscriptions vieilles de plusieurs décennies et dont l’aile en ruine rappelait l’horreur qui avait déchiré la famille qui habitait là. Rily se sentit du vague à l’âme en contemplant la maison, en essayant d’imaginer une vie sans ses parents. Ils avaient beau ne pas toujours la comprendre, elle les aimait quand même et vivre sans eux auraient été comme un gros blanc dans sa vie. Pauvre Harry Potter, n’empêche…

La jeune fille sortit de ses pensées pour remarquer que la nuit était tombée. Ses pas la menèrent à la grande place, et elle remarqua que le nombre d’enfant avait quelque peu diminué, et qu’à présent ils évoluaient plus tranquillement, par groupe, avec au moins un adulte avec eux. La nuit d’Halloween avait commencé, et Rily remarqua que certains enfants n’avaient pas froid aux yeux quand elle aperçut un gamin déguisé en Détraqueur, accompagné d’un autre qui avait apparemment revêtu l’enveloppe de Lord Voldemort pour une nuit. Avec un frisson (de peur ?), Rily s’éloigna. La place n’avait rien de très intéressant à lui montrer, et elle n’appréciait pas trop la nuit là où elle ne connaissait rien, aussi se mit-elle en quête d’un hôtel où passer sa nuit. Comme elle n’en voyait pas sur la place, ni à proximité, elle s’engagea dans une rue perpendiculaire.

Au fur et à mesure qu’elle avançait, la luminosité se faisait de moins en moins forte. De la grande place extrêmement bien éclairée, elle passa à la ruelle étroite et sombre. L’angoisse lui nouait la gorge, tandis qu’elle se rassurait elle-même, se persuadant qu’elle n’était pas perdue, et que, de toute façon, elle ne craignait rien. Mais sa peur du noir se manifestait sous une grosse boule dans son estomac, peur qui empirait à chaque pas.

Le seul éclairage dont elle bénéficiait était à présent la lune. Ronde. Pleine. Une bonne nuit pour les loups-garous. *Mais il n’y en a pas ici, non… il n’y en a pas… calme-toi, Rily, zeeeeen !*, se rassurait, en vain, la jeune fille.

Malgré cela, elle rabattit la capuche de sa cape sur sa tête, pour dissimuler ses cheveux châtains clair trop voyants, et dissimuler l’éclat vert de ses yeux à d’éventuels attaquants l’attendant dans un coin sombre….

Lorsque Rily se décida à faire demi-tour, se fut un peu au hasard. En fait, elle se perdit plus encore qu’elle ne l’était déjà. Les chemins tortueux et étroits qu’étaient les rues l’effrayaient, et elle se sentait oppressées de toutes parts par ses murs qui se rapprochaient sans cesse…

Au détour d’une ruelle, elle se retrouva dans un passage un peu plus large. Mais aussi beaucoup plus sombre. Non, en fait, il faisait noir comme dans un four, mais Rily s’y engagea tout de même, son sens misérable de l’orientation lui indiquant que si elle allait par là, ce serait mieux. Au final, elle se retrouva à avancer à petits pas, dans un silence si total qu’elle n’osait même pas respirer, tâtonnant devant elle au cas où elle rencontrerait un éventuel obstacle.

En tant que maladroite-en-chef, elle heurta tout de même une poubelle. Heurter, c’était peu dire, en fait elle se prit les jambes dedans, et manqua de passer par-dessus. A force d’équilibre et de force, elle parvint à se stabiliser, de nouveau, mais son pied tapa dans ladite poubelle (allez savoir pourquoi…) et elle se renversa dans un bruit de ferraille. Stupéfaite du bruit qu’elle faisait, et rendue sensible par les conditions dans lesquelles elle se trouvait, elle se recroquevilla contre le mur, les deux mains sur ses oreilles, comme une enfant paniquée.

Ce fut à ce moment-là qu’elle sentit contre elle sa baguette, dans la poche interne de sa cape. Et en même temps qu’elle se maudissait de ne pas l’avoir sorti plus tôt, elle entendit un bruit. Pas n’importe lequel. Un froissement. Et des bruits de pas. Proche. Un Mangemort ? Un ennemi ? L’idée que ce fut quelqu’un pour l’aider ne lui traversa même pas l’esprit, son côté paranoïaque remportant la manche largement. Elle réagit au quart de tour, se levant d’un bond, elle hurla de toute la force de ses poumons :

INCARCEREM !

Ce n’était pas l’originalité incarnée, mais elle n’avait pas réfléchit et c’était le premier sort qui lui était venu à l’esprit. De plus, elle avait de nouveau tapé dans la poubelle, sans faire exprès, et cela avait fait suffisamment de bruit pour couvrir un minimum le son de sa voix…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Invité, Sam 21 Mai - 17:10


Halloween… Fête devenue banale avec le temps, pour la plupart des gens. Pas pour Alicia. Enfant, elle avait toujours eu envie de fêter cette journée comme les autres enfants. Mais sans qu’elle ne comprenne pourquoi, elle n’y avait jamais été autorisée. Et alors qu’elle avait toujours voulu savoir pourquoi, aujourd’hui, elle savait très bien qu’elle n’aurait pas la réponse. Ses parents étaient morts, la laissant seule et la tête pleine de questions.

C’est sur ces pensées moroses que la jeune femme se leva en ce matin de 31 octobre. Le soleil brillait en cette journée d’automne, mais rien n’aurait pût réchauffer le cœur de la jeune femme. Son deuil était encore trop frais, trop présent dans son esprit. Maugréant contre elle-même pour sa faiblesse et contre le monde en général, Alicia se leva difficilement de son lit douillet et partit prendre une douche. Bouillante, pour tenter de chasser le froid qui l’habitait. Elle se décida à sortir au bout d’une demi-heure, sa peau ayant pris une belle couleur rouge écrevisse à cause de la température de l’eau.
Se fichant comme d’une guigne de tout ce qui l’entourait, Alicia repartit dans sa chambre et s’habilla. Elle choisit son jean noir, son chemisier blanc qu’elle n’avait mis qu’une seule fois et par-dessus, même si ça n’allait pas ensemble, elle mit son sweet polaire à capuche. Elle était habillée de noir, ses vêtements reflétant ainsi son humeur. Puis sans prendre le temps de manger ni de faire quoique se soit d’autre, elle sortit.
Depuis quelques semaines, elle avait prévu d’aller à Godric’s Hollow, lieu où était enterré ses parents, sans qu’elle ait bien compris pourquoi on les avait mit là-bas, et non pas à Londres.
Elle avait donc préparé son voyage, réservant son billet de train entre Londres et Godric’s Hollow.

La jeune femme transplana sur le Chemin de Traverse afin de rejoindre la gare de Paddington, à Londres. Elle arriva à la gare avec 20 minutes d’avance et n’ayant rien d’autre à faire, elle regarda les passants. Tous aussi pressés les uns que les autres, il y eut plusieurs carambolages entre les voyageurs. Mais même ça ne suffit pas à faire sourire la jeune femme. Enfin son train arriva et Alicia se précipita dedans, voulant oublier la foule et le fait qu’aujourd’hui était censé être un jour de fête.
Le trajet en train dura 2 heurs, 2 heures durant lesquels Alicia fit semblant de dormir pour échapper aux tentatives de ses voisins pour la faire parler un peu. Qui aurait crût que les gens cherchaient à faire de nouvelles rencontres durant leurs trajets en train ? Pas elle, sinon elle aurait trouvé un autre moyen pour se rendre à Godric’s Hollow.

Lorsqu’enfin le train entra en gare, la jeune femme soupira de soulagement. La torture était terminée. Mais en sortant, elle se rendit vite compte que non, rien n’était fini. Au dehors de la petite gare, des enfants costumés se promenaient, encadrés par leurs parents. Et tous respiraient la joie de vivre. Dégoutée, Alicia partit rapidement en direction du cimetière. Heureusement qu’elle avait regardé le plan avant de partir…
Avançant dans les rues du village, Alicia ne prêta attention à rien ni personne. La seule chose qui l’habitait en ce moment, c’était l’envie de se rendre sur la tombe de ses parents. La seule fois qu’elle était venue, ça avait été lors de leur enterrement. Où elle était seule…
Enfin, elle arriva devant le cimetière. Un mur de pierre servait d’enceinte. Elle pénétra à l’intérieur et fut submergée par l’atmosphère qui régnait. Une atmosphère de mort, de deuil, de tristesse… Tout ce qui la représentait en cet instant. La jeune femme tremblante, partit dans les allées, vers la tombe des ses parents. Lorsqu’elle arriva devant, elle ne pût retenir ses larmes. Ils lui manquaient tant… Elle aurait aimé qu’ils soient encore là, à la protéger, à la rassurer lorsqu’elle avait des doutes. Mais personne ne tiendrait ce rôle à présent. Sous le poids de sa douleur, Alicia se laissa tomber à genoux, sur l’herbe folle devant la tombe où reposaient ces personnes tant chéries. Elle ne parlait pas, de toute manière, que pourrait-elle raconter ? De là où ils étaient, ils devaient certainement savoir ce qui se passait dans sa vie. De même qu’ils devaient savoir pourquoi elle était venue ici le 31 octobre, et non pas le 1er novembre, comme toutes les autres personnes le feraient… Et c’était bien pour ça qu’elle était venue la veille du jour de tous les saints. Elle ne voulait plus être vue en état de faiblesse. Tant qu’elle pourrait l’éviter, elle cacherait ces moments où la douleur était tellement forte qu’elle passait ses nuits à pleurer.

Le temps passa et les pleurs d’Alicia aussi. Se reprenant, la jeune femme découvrit alors que la nuit était tombée. Elle avait donc raté son train de retour. Elle regarda une dernière fois la tombe de ses parents puis partit, sans se retourner. A présent, elle pensait plutôt à se trouver une chambre, et vite. Par les temps qui couraient, il ne valait mieux pas rester seule la nuit.
La jeune femme sortit du cimetière et prit l’une des rues adjacentes à celui-ci. Elle finirait bien par trouver une auberge ou un hôtel.
Elle s’engagea dans un dédale de rues et de passages tous aussi étroits les uns que les autres jusqu’à ce qu’elle trouve devant elle, un passage plus large, mais beaucoup plus sombre que les rues qu’elle avait parcourus jusqu’ici. Même les reflets de la lune, qui étaient pourtant pleine, ne se reflétaient pas dans cette ruelle.

La jeune femme se fit plus prudente. Elle mit la capuche de son sweet sur sa tête et sortit sa baguette. Tant pis si quelqu’un la voyait avec, elle préférait être sur ses gardes lorsqu’elle s’engagerait dans le passage. Au pire, si quelqu’un la voyait, elle pourrait toujours dire que ça faisait partit de son déguisement. Rassurée d’avoir un plan, au moins pour l’éventualité où elle serait découverte, Alicia s’engagea dans la ruelle. Aucun bruit n’était audible et elle avançait à petit pas, de peur de se prendre les pieds dans quelque chose. Puis soudain un bruit retenti. Un bruit de chute apparemment, quelqu’un s’était s’en doute prit une poubelle dans les jambes.
Toujours aussi méfiante, Alicia s’arrêta, attendant de voir si la personne bougerait ou non. Dans tous les cas, elle se préparait à se défendre. Et grand bien lui en prit car quelques secondes après que le bruit ait cessé, une personne hurlait un ‘Incarcerem’ dans la direction de la Serpentard. Alicia se mit vivement sur le côté pour éviter le rayon lumineux, heurtant ainsi le mur.
La colère la gagna. Même gagné par la peur, la majorité des sorciers n’attaquait pas les autres. Aussi la jeune femme se dit que cela devait être un Mangemort qui venait de lui lancer le sort. Or, elle avait ces personnes là en horreur, surtout depuis la mort de ses parents. Tenant fermement sa baguette, Alicia riposta.

- STUPEFIX !

Pas très original, mais au moins, ça avait l’avantage d’immobiliser pour un bon moment l’adversaire.
Restait à savoir si le sort avait touché le sorcier en face d’elle….


Dernière édition par Alicia Rogue le Jeu 26 Mai - 11:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lileas White
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Lileas White, Sam 21 Mai - 21:33


- Et bonne continuation. De toute façon, Betty, ma très-chère, nous nous reverrons bientôt.

Le grand homme déposa un baiser sur la joue de demoiselle Jorkins. Cette dernière lui adressa un sourire, qu'il lui rendit avec une grande tendresse. Mateo passa une énième fois sa main dans ses longs cheveux rouge bordeaux, puis se retourna. La nuit venait de tomber, et Godric's Hollow n'allait pas tarder à être enveloppé par ce doux mais sombre voile que seules les étoiles et les torches perçaient.

Le cadet Aëndal était, comme toujours, élégant. Une coupe d'un champagne raffiné à la main, cette dernière gantée, un trench coat noir, un pantalon tout aussi sombre, ainsi que son éternelle paire de bottes montantes. Sa longue chevelure voletait derrière lui, portée par un léger vent d'une fraicheur des plus agréables pour le natif finlandais. Il but une gorgée, et entama la traversée du village bourgeois de son habituelle démarche lente et discrète. A moins d'un mile se trouvait l'auberge par laquelle il était arrivé, via le réseau de cheminettes.

Le bruit de ses pas, battement régulier mais peu sonore, se fondait presque dans celui du vent, qui s'intensifiait légèrement. Le jeune Magenmage tenait sa baguette d'argent dans sa main droite, le manche contre sa paume, et la partie la plus fine passant entre son annulaire et son majeur. Tout d'abord esthétique, cette façon de manier l'arme des sorciers s'était rendue utile, car agile et stable à la fois. Il continua d'avancer sur la petite route pavée. A sa droite, un petit bois; à sa gauche, des maisons. Sur le bord de la route, il y avait quelques lanternes, à intervalles régulier. C'était peu, mais assez pour pouvoir s'orienter.

La lune était belle, ce soir. Pleine. Son teint était d'autant plus pâle. Un temps pour les êtres exceptionnels. Un temps pour les monstres. Pendant un instant, il pensa à Lecter, membre de l'illustre Ordre du Phénix lui aussi. Au moins, s'il en croisait un, un homme-loup, il savait comment s'y prendre... Même s'il était loin de penser qu'il pouvait sortir indemne d'une telle rencontre. Justement, son dernier duel contre un être particulier, qui devait, selon ses recherches, être un vampire, s'était passé à Poudlard, la nuit précédent sa démissions des postes de professeur de Botanique et Directeur de la Grande Maison d'Helga; la défaite de Mateo avait été totale, et lui avait laissée une cicatrice assez voyante sur le torse. Ce n'avait fait qu'accentuer l'admiration et la crainte qu'avait le Magenmage pour les serviteurs des ténèbres.

Le vent s'arrêta. Sur sa gauche, une route, perpendiculaire à celle qu'il prenait alors, s'engageait dans un sombre lotissement de belles bâtisses. C'était bien par ici, il continua dans cette direction. Le grand homme était à la moitié de son trajet. Et à la moitié de sa coupe de champagne. Il aimait déguster ainsi ce type boisson si raffinée; et pendant une nuit fraiche et sombre, c'était vraiment agréable !

Tout à coup, un bruit métallique retentit. D'un mouvement agile et silencieux, il s'abaissa, posa sa coupe sur un pavé, et vint se plaquer contre l'un des nombreux murets de la ruelle. Un peu plus loin, la petite route tournait. Le bruit provenait de là, juste après la bifurcation. Il en était certain. D'un air un peu déçu, il jeta un dernier coup d'œil à sa délicieuse boisson, puis avança dans l'ombre, longeant le muret, en direction de la source du potentiel prochain ennui. Au moment où il arriva au tournant, des voix de femmes retentirent.


- INCARCEREM !

- STUPEFIX !

D'un geste agile, il grimpa sur le muret de la propriété qui faisait l'angle, et s'accroupit sur la largeur de ce dernier – une bonne trentaine de centimètres, son entreprise n'avait rien de prodigieuse en terme d'équilibre. Les deux éclairs lumineux fusèrent dans la nuit. Mateo informula un «
Protego », pointa sa baguette sur ce qui semblait être les deux silhouettes des sorcières, et prit la parole, d'une voix grave et sèche, porteuse.

- Au nom du Ministère de la Magie, je vous ordonne de vous arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Rily Dacker, Mer 25 Mai - 19:38


Son ennemi riposta avec vigueur d'un Stupéfix qu'elle évita simplement en se baissant d'un coup, dès qu'elle eut vu l'éclair rouge. Si c'était un Mangemort, il n'était pas très doué. Mais bon, elle n'avait rien à dire, son Incarcerem n'était pas forcément mieux placé, lui non plus. Alors qu'elle se relevait, sa baguette brandit devant elle prête à renvoyer un sort dans la seconde, une voix grave et sèche s'éleva dans le noir.

- Au nom du Ministère de la Magie, je vous ordonne de vous arrêter.

Dans un geste semi-paniqué, Rily se tourna vers l'endroit où elle pensait que la voix provenait, sa baguette toujours pointé dans le vide. Ministère de la Magie, il avait dit? Elle n'était pas mineure, donc plus de Trace sur elle, et elle avait le droit de lancer tous les sortilèges qu'elle voulait - sauf les 3 Impardonnables, mais jamais en user ne lui serait passé par la tête. Elle ne voyait pourquoi quelqu'un du Ministère se serait déplacé juste pour elle. Pour l'autre, alors? Et puis, d'abord, c'était qui, l'autre? Un Mangemort? Un élève de Poudlard égaré qui aurait toujours la Trace? Un criminel? La jeune fille se força à garder son calme et à stopper le flux de pensées qui se bousculait dans sa tête. La meilleure solution était d'obéir, tout en restant prudente. C'était facile de dire "Au nom du Ministère de la magie, nia nia nia". Elle aussi pouvait jouer à ça, mais la blondine n'était pas une menteuse. Juste un peu... dissimulatrice, si nécessaire.

Prudemment, elle abaissa sa baguette et s'avança lentement vers la "source" de la voix. De peur de se prendre un mur, elle alluma sa baguette de telle sorte à ce qu'elle ne diffuse qu'un faible faisceau de lumière qui lui permette de voir où elle mettait les pieds et ce qu'il y avait à un demi-mètre devant elle. L'obscurité semblait faire peser un voile sombre sur la rue, tellement qu'il en atténuait les sources lumineuses. De loin, la lumière de sa baguette devait faire luire légèrement ses yeux vert pomme très voyant, la rendant plus ou moins visible alors qu'elle-même ne voyait personne.

- Qui êtes-vous? Que voulez-vous? demanda-t-elle dans un souffle, mais dans le silence on entendait parfaitement chacun de ses mots.

[HRP: je me suis permis de poster alors que Logan n'est pas encore intervenu parce que je vois mal comment il pourrait débarquer, d'un coup... Mais si tu veux intervenir, Logan, n'hésite pas! ]
Revenir en haut Aller en bas
Logan Partz
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Logan Partz, Ven 27 Mai - 22:20


Logan était assis au bar. Au "Sanglier Rieur"... Logan ne savait pas que les sangliers riaient. Il était avec ses amis d'enfance : les jumeaux Egon et Jonas, et Amy. Cette dernière était l'ex-petite amie de Logan. Une histoire compliquée. 
Les trois amis de Logan venaient tous de Hongrie. D'ailleurs, ils parlaient souvent Hongrois, lorsqu'ils étaient détendus, en train de passer du bon temps. Ce qu'ils étaient en train de faire à ce moment-là. 
Il était à peu près midi, Egon était quasiment ivre, Amy n'avait bu que la moitié d'une bierreaubeurre, et Jonas et Logan finissait leur première. 
- Je crois que je vais le ramener... dit Egon, en regardant son frère d'un air exaspéré. Et je vais faire une sieste, parce que la pire teuf de ce soir risque de finir tard !
- Oui moi aussi, dirent Amy et Logan à l'unisson. 
Les quatre amis se dirent au revoir, certains en Hongrois, d'autres en Anglais, et Logan en Français. 
Logan partit dans une direction, qu'il croyait être celle de la gare. Mais il se rendit vite compte que ce n'était pas la bonne direction : il était involontairement revenu au fameux "Sanglier Rieur. C'était là qu'il demanda à un groupe d'adolescents :
- Vous pouvez me dire par où on va à la gare, s.v.p. ?
Ils se lancèrent tous un coup d'oeil, que Logan ne releva pas, avant que l'un deux répondît avec un accent, que le blond aux yeux gris supposa être arabe :
- Ouais, c'par là, en montrant une direction du doigt. 
Logan les remercia rapidement et suivit leur indication. 
Petit à petit, les rues devinrent des ruelles, de plus en plus sombres. Logan pressa le pas, comme s'il était persuader d'être suivi par quelqu'un. 
Y a-t-il une gare à Godric's, en fait ? se demanda Logan, pour lui. 
Soudainement, il sentit comme une matraque s'abattre sur sa tête. Il s'effondra, assommé. 

* * *

Logan sentait des tapement à l'arrière de son crâne. Il entrouvrit ses yeux ; tout était flou. Apparemment, il n'avait pas changé de place depuis... Mais il faisait nuit. Puis non loin, un énorme brouhaha, du métal qui était tombé par terre. Logan sursauta. 
Rien de mieux pour se réveiller. 
Puis une voix féminine : INCARCEREM !! Une fraction de seconde après, une autre voix de femme : STUPÉFIX !! 

Logan ne comprenait pas. Trop de chose en même temps. Il se leva, lentement. Il s'approcha de l'endroit d'où étaient venus ses bruits, discrètement. Une voix grave dit quelque chose à propos de ministère et d'arrestation. Puis une petite lumière s'alluma dans la rue. 
Comme si la lumière parlait, Logan entendit une des voix de femme qu'il avait entendue auparavant :
- Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ?
Mais Logan ne devait pas se mêler de ce qui n'est pas ses affaires. Alors qu'il avançait pour repartir, un bruit de fer frappa ses chaussures. Il retint un "Mer**" qui voulait tellement sortir de sa bouche. Puis, voulant contourner ce contre lequel il avait shooter, sa chaussure gauche fit la rencontre des selles d'un chat - un gros et généreux chat. 
Là, il ne sut retenir son "Mer**", qui résonna contre les murs.


[HRPG : j'espère que mon nombre de lignes vous est suffisant... Sinon, n'hésitez pas à me faire une remarque. ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Invité, Mar 31 Mai - 15:22


La jeune femme sursauta lorsqu’elle entendit une voix grave qui la sommait d’arrêter. Bien que toujours méfiante, Alicia abaissa un peu sa baguette et regarda dans la direction d’où provenait la voix, mais malgré la présence de la pleine lune, l’allée était toujours aussi sombre.

Dans le même temps, elle se posait pas mal de question. La personne qui venait d’intervenir faisait-elle réellement partie du Ministère, ou c’était juste une personne qui passait par là et qui voulait rire un peu au dépend d’autres personnes ? Et si c’était effectivement l’un des chiens-chiens, employés du Ministère, pourquoi était-il là, à intervenir dans un duel ? A moins que… A moins que la personne contre qui elle se battait quelques minutes auparavant soit effectivement un Mangemort, comme elle le pensait au début. Ou encore un criminel…

Alors qu’elle allait apostropher la voix grave afin de savoir qui il était, une faible lumière naquit à l’endroit où se trouvait la personne qui l’avait attaqué tantôt. Ca n’était pas un serviteur des forces de l’ombre qu’elle avait attaqué. C’était une jeune fille, blonde aux yeux verts, à peine plus jeune qu’Alicia. D’ailleurs, la blonde semblait vaguement familière à l’ancienne Serpentard. Elle n’eut cependant pas le temps de s’appesantir plus sur cette impression, parce que la blonde se mit à parler et fit exactement ce qu’Alicia avait eu l’intention de faire. Elle demanda à l’inconnu de s’identifier. La jeune femme se dit qu’elle aussi devrait le faire, afin qu’il n’y ait plus d’incident comme tout à l’heure. Elle s’avança donc en prononçant un « lumos » qui éclaira la jeune femme sur au moins 5 mètres autour d’elle.

- Prouvez-nous que vous appartenez bien au Ministère ! Lança t-elle

Elle se doutait bien qu’il pourrait toujours mentir et les attaquer s’il n’était pas celui qu’il disait être, mais elles seraient deux à l’affronter. Et en cas de souci, Alicia pourrait toujours transplaner loin de cet endroit. Bien que ça soit dangereux, vu sa fatigue actuelle…

L’homme n’eut pas le temps de répondre. Un juron retentit. La personne, sûrement un homme vu le son de sa voix, était tout près de l’endroit où Alicia s’était trouvée plutôt. Cette fois, elle releva sa baguette, malgré l’ordre précédant. La personne qui était restée en retrait jusque là était peut-être dangereuse. Et elle ne voulait pas mourir pour avoir suivit les ordres d’un homme qui prétendait travailler pour ce stupide Ministère. Elle avait déjà assez perdu grâce au Ministère et à ses toutous…
Revenir en haut Aller en bas
Lileas White
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Lileas White, Lun 6 Juin - 15:40


Les deux éclairs colorés fusèrent, puis s'évanouirent dans la nuit. L'une des deux combattantes, ou du moins sa silhouette, se tourna alors vers Mateo. L'autre ne tenta pas de nouvelle contre-attaque. Elle le regardait probablement, elle aussi. C'était sûrement la peur de l'autorité ministérielle qui les avait stoppées dans leur duel. Néanmoins, le cadet Aëndal ne pouvait s'empêcher d'éprouver du doute. Il n'avait aucunement cherché à cacher sa visite chez son ami, et si quelqu'un avait voulu le suivre et lui tendre un piège, il n'aurait pas peiné à le faire.

La première sorcière alluma le bout de sa baguette, l'abaissa, et s'avança prudemment vers le Magenmage. La jeune femme n'était pas beaucoup plus reconnaissable ainsi, mais on pouvait au moins voir qu'elle n'était pas masquée. C'était déjà un soulagement. Mateo resta tout de même sur ses gardes, la baguette pointée vers elle. Son regard se posa un instant sur ses yeux brillants. Elle s'adressa alors à lui.


- Qui êtes-vous? Que voulez-vous?


Osait-elle? Cela sonnait comme une provocation aux oreilles de Mateo. Son étreinte se resserra autour de sa longue baguette d'argent. L'autre s'éclaira à son tour et renchérit.

- Prouvez-nous que vous appartenez bien au Ministère !


Il inspira lentement, et ouvrit la bouche pour répondre calmement mais froidement à ces insolentes. Tout à coup, un bruit métallique retentit, suivi d'une injure. C'était proche. On aurait dit que quelqu'un avait fait tomber l'une de ces grosses poubelles qui jonchent généralement les rues de Londres. Toute cette mise en scène était maintenant trop louche. S'il s'agissait de quelque coup monté par les Mangemorts, qui n'avaient probablement aucun scrupule à lancer des mercenaires en première ligne, ils faillissaient à leur réputation de brillants stratèges et puissants sorciers.

Ni une, ni deux, le cadet Aêndal informula un « finite », sauta du muré sur lequel il était perché, et au moment où il arriva au sol, s'accroupit, leva sa baguette, et lança un « Lumus Solem Caelum » de moindre puissance. En une fraction de seconde, la scène fut éclairée par une lumière d'un blanc intense, la source étant une sorte de boule de même couleur qui s'était figée à une vingtaine de mètres au dessus du sol. Le tout d'un même geste, il termina en informulant un « Ragnarok », créant alors devant lui ce petit mur invisible que Mateo avait l'habitude d'utiliser, et qui lui avait sauvé la vie maintes fois contre l'Elite Noire. Son visage étant maintenant visible par tous, il prit la parole.


- Mateo Mikko Juha Aëndal, haut représentant du pouvoir judiciaire de la Grande Bretagne magique. Le Magenmagot, pour les moins cultivés.


Il lança un regard sur le côté, et vit la troisième personne. Sans hésitation, il le braqua avec sa baguette. S'adressant aux trois, il continua, de sa voix sonore.


- Je vous ordonne donc de décliner vos identités et de poser vos armes. Monsieur le Ministre serait fâché si l'on s'attaquait à l'un de ses Magenmages.
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Rily Dacker, Lun 6 Juin - 17:47


Rily fut prise d'un léger sursaut lorsqu'un bruit de poubelle se fit entendre, suivit d'une injure qui se répercuta tout le long de la ruelle. Puis une voix féminine retentit à côté d'elle - bien qu'elle ne sût le dire avec exactitude.

- Prouvez-nous que vous appartenez bien au Ministère !

Voilà une bonne réplique! Et puis, il lui semblait qu'elle connaissait cette voix... mais impossible de se souvenir d'où! Cette voix lui rappelait quelque chose, pourtant, inutile de le nier, elle le savait! Mais tant pis, pour l'instant, elle avait un prétendu membre du ministère devant elle... ou plutôt, quelque part devant elle. D'ailleurs, elle entendit un bruit étouffé, comme si il était perché en hauteur et qu'il venait de sauter, très agilement. Sur ses gardes, l'ex-Serdaigle garda sa baguette bien en main, le peu de lumière qu'elle diffusait ne suffisait pas à éclairer l'inconnu mais elle préférait ne pas prendre le risque de dévoiler son visage. Certes, elle n'avait rien d'une hors-la-loi et n'était pas recherché (pas encore) mais elle trouvait rassurant de garder son visage dans l'ombre. Elle qui, pourtant, détestait l'ombre... Mais quelques secondes plus tard, elle n'eut plus rien à en dire. Une boule lumineuse libérant un éclat blanc illumina la scène et Rily se retrouva à plisser les yeux pour se protéger de son éclat. Aah, que c'était rassurant, de la lumière!!

- Mateo Mikko Juha Aëndal, haut représentant du pouvoir judiciaire de la Grande Bretagne magique. Le Magenmagot, pour les moins cultivés.

Ah, ben heureusement qu'il avait précisé, parce qu'elle faisait malheureusement parti des incultes. Très peu intéressée par la politique, elle se fichait du Magenmagot comme de sa première paire de chaussette. Il faisait leur travail, tant mieux, elle, elle ne s'en mêlait pas et ne cherchait pas à comprendre les profondeurs de la politique tant qu'elle ne se retrouverait pas obligée de s'y frotter.

- Je vous ordonne donc de décliner vos identités et de poser vos armes. Monsieur le Ministre serait fâché si l'on s'attaquait à l'un de ses Magenmages, débita-t-il de sa voix sonore.

D'une nature peu provocante, Rily abaissa sa baguette, sans toutefois la lâcher. Elle la fit remonter dans sa manche. Obéissante, oui, naïve, non. Avec un peu d'intelligence et de connaissance, tout le monde pouvait sortir un discours du genre, la jeune femme en était persuadée. Et puis, le ministère, elle n'avait pas trop confiance...
Mais elle répondit tout de même.

- Rily Lynn Dacker, lança-t-elle simplement.

De toute façon, elle n'avait rien d'autre à ajouter. Que pouvait-elle dire? "J'ai pas d'boulot si vous avez un trucs intéressant à me proposer je veux bien"? Bah non, surement pas. Peut-être que la lumière la rassurait et lui redonnait de l'assurance, mais inutile de provoquer qui que ce soit. Elle se contenta de regarder l'autre femme. Ce ne serait pas... Ah! mais elle la connaissait! C'était une Serpentard, non? Elles avaient été camarade de classe, à Poudlard! Bon, elles ne s'étaient jamais vraiment parlé, mais elle la connaissait quand même... Alicia Rogue! Voilà, c'était elle! Soulagée de connaître au moins l'identité sure d'une des personnes présentes, elle se permit un regard rapide autour d'elle, pour repérer celui qui avait provoqué le bruit de poubelle, sans le voir. En même temps, elle n'avait pas regardé de trop près non plus, et elle reporta son regard sur l'homme qui leur faisait face.
Revenir en haut Aller en bas
Logan Partz
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Logan Partz, Lun 6 Juin - 19:47


Le gars du ministère se présenta... Mateo Mikko Juha Aëndal, un haut représentant du pouvoir judiciaire magique, si Logan s'en souvenait bien. Il ne voyait pas du tout de quoi il parlait... « pouvoir judiciaire magique » ... Jusqu'à ce qu'il parle de Magenmagot, dont il avait déjà entendu parler, mais rien de spécifique ne lui sautait aux yeux. Enfin, il voyait l'idée. Ensuite, il leur ordonna de se présenter. Et de déposer leurs armes, comme si Logan avait un flingue dans sa ceinture. Et du moment même où il en avait un, il ne l'aurait pas utilisé. Enfin, peut-être, en fin de compte... mais involontairement.

La lumière de ce brave gars était presque éblouissante, et il avait fallu à Logan cligner des yeux plusieurs fois pour que ces derniers s'habituassent à cette forte lumière blanche. C'est alors qu'une petite lumière s'alluma au dessus de la lumière du blond. « Et s'il n'étais pas réellement du ministère ? ». En revanche, il n'avait attaquer personne. « Pour l'instant ».
Logan ne savait que faire : lui dire, ou non, son identité. Quand on a le choix, il suffit de faire le bon. « Mon c**, ouais ». Puis il entendit une voix dire :

- Rily Lynn Dacker

Ce nom ne disait rien à Logan. Ce dernier ne pensait même plus à se présenter, parce qu'un mouvement au fond de la rue avait attiré son attention. Qu'était-ce ? Il gratta sa chaussure par terre, et la petite silhouette s'arrêta, mais repartit deux secondes plus tard. Logan continuait de gratter sa chaussure gauche par terre, jusqu'au moment où il vit ce que c'était. Un chat. Il devina que c'était ce chat-là qui s'était lâcher pour le plus grand plaisir de Logan.
Pendant un instant, il voulut prendre sa baguette et et faire sauter le chat. Un sort lui titillait les lèvres.
« Ne fais pas ça, Logan ; c'est de ta faute, tu ne regardes pas où tu marches ! Fais attention, la prochaine fois ! »
La petite voix de la raison ! La « bonne » conscience. « Pfff, que des superstitions ! » se dit Logan.

Logan ouvrit la bouche pour se présenter, lorsque l'idée que le gars ne fût pas du ministère le happa de nouveau. Il fronça les sourcils et attendit encore. Mais il se décida :

- Logan Daniel Jónás Walter Adams-Partz.

Tiens, en parlant de son deuxième prénom ! Daniel. Les gens qui le connaissaient bien l'appelaient souvent Danny. Pourquoi ? Bonne question... Sûrement parce que c'est mieux que Logan... Il se demandait d'ailleurs pourquoi il avait de si nombreux prénoms. Il ne n'en voyait pas l'utilité, excepté celle qui consiste à faire croire aux autres qu'il vient d'une haute famille noble... Nul !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Invité, Mar 7 Juin - 12:00


La baguette toujours pointée vers l'endroit où elle avait entendu le juron, Alicia sentit que l'homme qui se disait du Ministère venait de faire un mouvement. Puis une lumière blanchâtre naquit derrière elle. Néanmoins, elle fut qu'en même aveuglée quelques minutes. Vivement, elle baissa la tête. Non mais quelle idée il avait eu de les aveugler comme ça !

- Mateo Mikko Juha Aëndal, haut représentant du pouvoir judiciaire de la Grande Bretagne magique. Le Magenmagot, pour les moins cultivés.

Un nom à rallonges qui ne leur apportait pas vraiment de preuves. N'importe qui pouvait se dire agent du Ministère... Donc, même si elle avait toujours le visage caché par ses cheveux et qu'elle ne voyait pratiquement rien, elle n'abaissa pas du tout sa baguette. Non mais oh, elle savait très bien qu'on pouvait toujours se faire passer pour quelqu'un d'autre...

- Je vous ordonne donc de décliner vos identités et de poser vos armes. Monsieur le Ministre serait fâché si l'on s'attaquait à l'un de ses Magenmages,

Il avait pas fini de leur donner des ordres ?! Elle était qu'en même majeure ! Elle faisait ce qu'elle voulait ! Par simple, esprit de contradiction, elle était prête à ne rien en faire... Seulement, les deux autres lui donnèrent leurs noms. Mince alors, elle était obligée de lui répondre alors... Ben oui, elle n'allait pas faire de la résistance seule...

Bah, il attendrait bien un peu non ? Elle voulait d'abord voir si elle connaissait les deux autres... Rily et Logan... Ah si ! Rily ! Elle l'avait déjà croisé à Poudlard... Mais Logan lui était inconnu.
Bon, elle avait déjà pris assez de temps comme ça... Elle allait être obligée de répondre...
La jeune femme releva la tête et mit sa baguette dans la poche de son jean.

- Alicia Roxanne Rogue... Répondit-elle de mauvaise grâce. Et je ne suis toujours pas convaincue que vous êtes du Ministère... Marmonna t-elle

Super réplique ! Non vraiment ! Mais formulée à voix haute, ça aurait été mieux... C'était tout elle ! Elle jouait à la rebelle, mais dès qu'elle se retrouvait seule, elle commençait à se taire.
La jeune femme croisa les bras sur sa poitrine et fixa, de son regard bleu, l'homme aux cheveux d'une couleur étrange...
Revenir en haut Aller en bas
Lileas White
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Lileas White, Sam 11 Juin - 14:16


La première se présenta, sans pour autant se baisser pour déposer sa baguette. Là était le problème : Elle ne l'avait plus non plus dans la main. Quoi qu'il en était, il s'agissait de Rily Lynn Dacker; si toutefois elle disait la vérité. Après un court instant de silence, le jeune homme grossier se présenta à son tour, ne déposant pas non plus sa baguette. Logan Daniel Jónás Walter Adams-Partz.

Plus les secondes passaient, et plus Mateo éprouvait de mépris. L'envie de croiser les baguettes et de faire mordre la poussière à ces arrogants montait peu à peu en lui. Néanmoins, ceux qui le connaissaient avaient une certaine image du Magenmage, et il se devait de ne pas la salir. Il tourna la tête vers la sorcière qui ne s'était pas encore présentée. Celle-ci murmura quelques mots que Mateo n'entendit pas en totalité, mais dont il comprit le sens.


- Alicia Roxanne Rogue... Et ... toujours pas convaincue ... êtes du Ministère...

D'un geste large et rapide du bras droit, au bout duquel se trouvait sa baguette, il brisa une nouvelle fois sa protection magique. Sans perdre un instant, il s'avança en direction de demoiselle Rogue et lui adressa quelques mots, d'une froideur dont il avait encore rarement fait preuve. Il restait tout de même à l'affut du moindre geste des deux autres qui pouvait aller à son encontre.

- Cela me désole de savoir que des sorciers en âge de participer activement à la vie du Royaume-Uni magique ne connaissent pas ceux qui assurent son bon fonctionnement. Savez-vous au moins comment se nomme notre Ministre? Ahah !

Aucune joie, un rire légèrement provocateur. Il sortit rapidement son insigne du Ministère, qui indiquait aussi assez discrètement qu'il appartenait au Magenmagot, et le tendit à Rogue.

- Vos parents, mademoiselle, ont voté pour un Ministère qui leur paraît juste; probablement, en ce qui concerne la Justice, pour messieurs Lival et Bennet, Louisanne, ou moi-même. Renseignez-vous donc, soyez au moins curieuse.

Mateo posa sa main droite, dans laquelle il tenait fermement sa baguette d'argent, sur son torse, prêt à réagir à quoi que ce soit. Il s'adressa alors aux deux autres.

- Approchez-je vous prie.
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Rily Dacker, Dim 12 Juin - 14:04


Après elle, ce fut le garçon qui s'était pris les poubelles qui se présenta; un certain Logan-machinchose Partz. Puis ce fut Alicia qui déclina son identité, avec réticence, certes, mais comme ça les doutes de Rily s'envolait. A quoi bon mentir? La vérité est tellement mieux; et plus pratique. Bien sur, un Mangemort ne le verrai certainement pas de cet œil-là, mais aucun mangemort ne semblait avoir décider de se dissimuler dans leur groupe - à moins que ce garçon si maladroit (était-ce feint?) en soit un. Alicia, impossible! Et ce Matéo... peut-être? Le ministère était très certainement infiltré, le poste de Magenmage pouvait sans doute être convoité et acquis par un Mangemort! Bien qu'il présenta son insigne du ministère, le ton froid qu'il employa lui donna des frissons et ne lui disait rien qui vaille. Elle espérait de tout son cœur que ses doutes ne soient pas fondés; un mage noir les aurait surement déjà carbonisé sur place et serait parti en riant, sans s'affubler de toute cette mise en scène!

Et voilà qu'il faisait une leçon de moral à Alicia! Non mais et puis quoi encore? On était plus à l'école, et puis, Rily n'était même pas sure que ses parents aient été voté, depuis quelques temps elle les sentait de plus en plus distants avec la politique magique. Bah, elle s'en fichait, puisqu'ils se fichaient de ses propres projets, elle, elle se fichait des leurs et de tout ce qu'ils pensaient. Arf, voilà qu'elle se remettait à penser et à fulminer contre eux... mauvais.

- Approchez-je vous prie, leur demanda (ou ordonna?) le Magenmage, en s'adressant à Logan et à elle-même.

La jeune femme plissa les yeux, une lueur de méfiance dans son regard vert pomme. Ses doigts frôlèrent la poche sur mesure dans sa manche, dans laquelle se trouvait sa baguette. En un minuscule mouvement, elle pouvait la récupérer et s'en servir. Alors elle s'approcha, lentement, méfiante. Elle avait peur. Oh! oui, elle avait peur, mais elle ne l'aurait montré pour rien au monde.

Sa hargne gonflait dans sa poitrine, elle sentait une colère naître en elle. La colère de ne pas savoir. La colère contre elle-même. Si elle ne s'était pas perdue, elle n'en serait pas là! Lorsqu'elle fut à une longueur de bras du prétendu Matéo, elle s'arrêta. Si elle avait eu assez de cran, elle aurait planté son regard dans celui de l'homme aux cheveux bordeaux, mais elle ne le fit pas et se contenta de remarquer qu'il avait, effectivement et bizarrement, des cheveux bordeaux.

Mais que leur voulait-il encore, à la fin, celui-là ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Invité, Lun 13 Juin - 21:40


L'homme, enfin, le Magenmage, s'avança vers elle et commença à lui faire la morale, sur un ton glacial... Ok, là, elle commençait à voir rouge. Ou peut-être était-ce dût au fait qu'elle voyait maintenant la couleur des cheveux de Mr Aëndal... En tous les cas, ce cher membre du Ministère était entrain de lui faire perdre patience... et elle en avait beaucoup pourtant !

Lorsqu'il lui parla de ses parents, la jeune femme faillit répliquer en lui lançant un sort. Sauf que ce n'était pas une chose à faire et que surtout, elle savait très bien qu'il fallait qu'elle garde le contrôle de ses émotions. Il n'empêche qu'elle aurait bien aimé lui lancer un sortilège de mutisme, pour qu'il arrête de sortir de telles choses... La jeune femme inspira profondément pour se calmer avant de faire une anêrie.

- J'aurais bien aimé que mes parents votent aux dernières élections. Malheureusement, ils sont morts il y a quelques mois. Et la cause n'a toujours pas été trouvé par cette institution qui est si chère à mon coeur, notre cher Ministère ! Souffla t-elle d'une voix glaciale, tout en ajoutant une pointe de mépris sur la fin.

Elle n'avait toujours pas pardonné au Ministère de ne pas avoir continué l'enquête sur l'accident de ses parents, et surtout, le fait qu'ils aient saisit tous ses biens, sans la prévenir et sans lui laisser le temps de trouver une solution... Alors le fait que ce soit un larbin du Ministère qui lui parle d'eux, même de manière indirecte, ça la mettait vraiment en colère.

Cependant, la jeune femme ne dit rien de plus, trop concentrée sur le fait de ne rien dire d'autre. Elle vit tout de même Rily s'avancer vers le sorcier lorsque celui-ci le lui ordonna. Ce qui ne fit qu'attiser la colère de la jeune femme. Il venait déjà de faire un truc qu'elle ne supportait pas et la manie qu'il avait de donner des ordres était simplement une source d'énervement pour la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Burton
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


div

Message par : Erin Burton, Dim 17 Juil - 19:35


[RP PV Mike P. WAlker, ce RP n'a aucune incidence avec le RP qui est en court et ne se déroule pas au même moment Wink ]

Anaelle était allongée sur son lit chez elle à Pré-au-Lard, elle regardait les dessins de ses élèves. Un bon nombre de ses élèves avaient rajouté des descriptions, ces dernières étaient plus ou moins justes. La jeune enseignante était armée de sa plume et d’un rouleau de parchemin avec le nom de ses élèves. A chaque personne, elle mit des commentaires en fonction de ce qu’elle voyait. Pour ceux qui n’avaient rien rendu. Bah le commentaire était très simple et le nombre de point accordé était clair. Pas de devoir, des points en moins. La jeune femme regarda l’horloge ou plutôt la pendule qui lui faisait face. 17h, deux heures que l’ex-auror était enfermée chez elle et dieu seul sait qu’Anaelle avait horreur de rester trop longtemps au même endroit. Elle décida de se lever et prit les copies de ses élèves. L’ex-Gryffondor ouvrit sa commode et mit les parchemins à l’intérieur. Elle ferma à clé le tiroir. Mieux vaut être prévoyante, même si les élèves ne voyaient pas où se situait la maison, son elfe Délina pouvait lui faire une blague (elle ne sait pas quand c’est le premier avril). Son elfe pouvait lui piquer ses copies et les brûlait. Mais c’était surtout au risque au péril de sa vie (enfin non, Anaelle aime trop son elfe).

La jeune femme descendit dehors et sentit la brise fraîche mais assez forte lui fouettait le visage. Alors, où est-ce qu’elle pourrait bien aller ? La jeune femme réfléchit. Pourquoi Godirc’s Hollow. Ouais, au lors de Godric’s Hollow. La jeune femme avait un assez mauvais souvenir dans ce village. Elle avait saccagé le cimetière. Anaelle frissonna à ce souvenir quand elle se rappelait tout ce qu’elle avait fait pour ça. A cette époque, l’ex-gryffondor était auror.

* plop *

La jeune femme venait d’effectuer un transplanage. Parfait, elle n’était pas au milieu des habitations mais en dehors. Tout ce qu’elle souhaitait. L’ex-Gryffondor s’aventura peu à peu et trouva un rocher surplombant une colline. Elle sourit pour avoir enfin trouvé son bonheur. Anaelle s’assit sur le rocher et se mit en position allongée pour regarder les nuages qui la surplombaient. Dans sa tête, l’ex-auror s’imagina des formes, la jeune femme essayait de faire passer le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 18

 Lieux sombres de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.