AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 13 sur 18
Lieux sombres de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 18  Suivant
Célya L. Shake
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Célya L. Shake, Mer 4 Mai 2016 - 16:58


Un peu perdue dans ses pensées, la blondinette jouait distraitement avec sa feuille cueillie quelques instants plus tôt. Évoquer les Mangemorts la ramenait d'office à l'époque où elle avait appris que sa mère avait été tuée. Plus elle y pensait, plus Célya se demandait si Sara n'avait pas été attaquée par représailles ; elle qui avait été Mangemort avait fini par quitter l'ordre noir et par revenir parmi les Aurors. Les Mages Noirs auraient très bien pu se venger, peut-être même dans le but qu'elle ne dévoilât pas leurs secrets. Le mystère restait entier et bien peu de pistes s'offraient à la jeune fille. Néanmoins, depuis un moment, elle construisait un plan et avait déjà plusieurs projets pour découvrir la vérité. C'était vital pour elle, pour son frère jumeau, pour qu'ils puissent enfin se reposer.

« J'en ai combattu un une fois qui s'en prenait à une jeune femme, répondit Luia à la précédent question de la Serdaigle, ramenant celle-ci à la réalité. Sinon j'ai juste vu les dégâts de leurs supposées attaques. Je dis bien supposées car on ne sait pas si c'est eux qui les font. »

Hochant la tête, Célya finit par jeter la feuille maltraitée. L'Auror évoquait les attaques menées un peu partout en Angleterre. On ne pouvait pas dire qu'il y en avait régulièrement mais cela arrivait plus souvent qu'on ne le pensait. A son humble avis, Célya pensait que la presse cachait beaucoup de choses à la population. Néanmoins, on ne pouvait pas la blâmer ; cacher la vérité permettait une certaine sécurité, du moins faisait en sorte que les gens ne cèdent pas à la panique. La Serdaigle trouvait que cela ne servait à rien d'enjoliver les choses, cela ne faisait qu'empirer celles-ci, justement. Autant dire la vérité sur ce qui se passait et la communauté s'en trouverait méfiante, quitte à ne pas se sentir en sécurité.

Luia parlait par contre des attaques dites « supposées ». Si ce n'était pas les Mangemorts qui semaient la terreur, alors qui ? Avaient-ils des concurrents ? La blondinette était méfiante quant aux présumées attaques faites par des non-Mangemorts. Il était vite facile de désigner un coupable, certes, mais les Mages Noirs avaient le mérité d'être ceux à côté desquels on ne pouvait pas passer quand il s'agissait d'attaques.

« Vous pensez qu'il existe un autre groupe ? demanda la blondinette. D'autres personnes qui pourraient avoir fait ces attaques ? »

Célya espérait ne pas s'aventurer sur un terrain glissant ; Luia n'était peut-être pas habilitée à répondre à ce genre de questions, certainement classées affaires privées chez les autorités.
Revenir en haut Aller en bas
Luia Luminos
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Luia Luminos, Jeu 12 Mai 2016 - 22:23


Luia venait de répondre à la jeune femme en disant qu'elle avait combattu une fois un Mangemort qui s'en prenait à une jeune femme. Puis elle avait ajouté qu'elle avait vu les dégâts de leurs supposées attaques en précisant qu'elle disait supposées car on ne savait pas si c'était bien eux qui les faisait.

La jeune sorcière hocha la tête et jeta la feuille qu'elle avait maltraité. Elle devait bien savoir de quoi parler Luia, non? Certes, les attaques n'étaient pas régulières et peu de journaux en parlaient. Mais ça se savait quand même dans la monde sorcier, non? Vu l'ampleur que les attaques avaient, elle n'en doutaient pas. D'ailleurs, ces derniers temps, c'étaient des affiches qui apparaissaient de partout et Luia avait contribué à en enlever certaines... Luia sortit de ses pensées quand Célya lui demanda:


« Vous pensez qu'il existe un autre groupe ?D'autres personnes qui pourraient avoir fait ces attaques ? »

Luia ne savait pas trop quoi répondre: en train qu'Alliée des Phénix et Auror, pour elle, pas de doute, c'étaient bien les mages noirs qui faisaient ces attaques. Mais rien ne le prouvait réellement et il leur était même arrivé parfois de faire croire que c'était l'OdP qui avait orchestré les attaques. Luia se décida cependant à dire "sa "vérité:

-Pour moi, ce sont bien les Mangemorts qui font ça. Mais je dis "supposées" car aucun indice ne prouve que c'est eux. Il leur arrive même de mettre ça sur le dos des Phénix parfois.Enfin j'en vu ça au moins une fois. Tu dois connaître, c'est un ordre secret qui combat aussi les Mangemorts. Je n'en fais pas partie mais je les soutiens. Donc non, à part ces deux groupes, il n'y a pas d'autre ordre secret, enfin, pas à ma connaissance.

Et voilà, elle avait dit "sa" vérité. Non trop peu ni pas assez, juste l'essentiel. Bon, dire qu'elle faisait partie des alliés des Phénix risquait de la compromettre mais, tant que la jeune Célya ne connaissait personne à qui rapporter ça au Ministère, ça irait...
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Célya L. Shake, Mar 17 Mai 2016 - 15:44


Les histoires de groupes secrets, à l'image des Mangemorts et de ceux qu'on nommait les Phénix, dépassaient la blondinette. Si elle avait décidé de s'allier avec les premiers, c'était uniquement par projet et but personnels. Du moins, si l'on pouvait utiliser le mot allier : encore adolescente, Célya était trop jeune pour réellement donner son soutien aux mages noirs. Elle n'adhérait pas aux carnages qu'ils étaient capables de réaliser mais elle se devait de se montrer loyale. La première chose, c'était ainsi si elle désirait vivre encore, la Serdaigle ne doutait pas qu'ils pourraient lui faire du mal. La seconde, c'était qu'elle avait besoin d'eux pour atteindre le bout de ce qu'elle projetait. Alors, elle préférait ne pas trop penser à leurs actions.

« Pour moi, ce sont bien les Mangemorts qui font ça. Mais je dis "supposées" car aucun indice ne prouve que c'est eux. Il leur arrive même de mettre ça sur le dos des Phénix parfois. Enfin j'en vu ça au moins une fois. Tu dois connaître, c'est un ordre secret qui combat aussi les Mangemorts. Je n'en fais pas partie mais je les soutiens. Donc non, à part ces deux groupes, il n'y a pas d'autre ordre secret, enfin, pas à ma connaissance. »

Hochant la tête, la blondinette resta silencieuse, méditant sur les paroles de l'Auror. Il était tout de même étonnant de voir qu'un groupe autre que les Aurors combattaient les mages noirs dans leur coin. Ils étaient censés être du même côté, pourquoi ne collaboraient-ils pas ? En même temps, Célya imaginait que ce groupe secret ne devait pas utiliser de pratiques légales donc toutes les personnes faisant partie de ces Phénix étaient en somme hors-la-loi, ou du moins du mauvais côté à ce niveau-là. Après tout, s'ils intervenaient dans les affaires du Ministère, les Phénix ne devaient pas avoir très envie de faire affaire avec. Néanmoins, la jeune sorcière trouvait que les deux partis pouvaient trouver un terrain d'entente et faire cause commune contre les Mangemorts. Une vraie collaboration.

« J'espère juste qu'un jour, tout ça se terminera... » marmonna la blondinette, relevant la tête et avisant sa demeure, le manoir Bennet. La petite balade était terminée. Célya se tourna vers Luia. « Nous sommes arrivées ! Merci beaucoup de m'avoir raccompagnée. Et merci pour cette petite discussion. »

Après l'avoir encore remerciée, la Serdaigle lui souhaita une bonne nuit et fit les quelques mètres qui la séparaient encore de son portail. Elle poussa la grille et arriva à sa porte ; Célya regarda en direction de là où elle s'était arrêtée avec l'Auror mais avec la nuit et le peu d'éclairage, elle ne vit rien. Avec un petit sourire, la jeune fille rentra chez elle.



[Fin du RP ; je te laisse clôturer]
Revenir en haut Aller en bas
Luia Luminos
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Luia Luminos, Jeu 19 Mai 2016 - 22:40


Luia venait de dire "sa" vérité. En gros, elle avait dit que les Mangemorts faisaient bien ça pour elle mais qu'elle disait supposées car aucun indice ne prouvait que c'était eux. Elle avait ajouté qu'il leur arrivait même de mettre ça sur le dos des Phénix parfois comme elle l'avait déjà au moins vu une fois. Elle avait ajouté que la jeune femme devait connaître cette ordre secret qui combattait aussi les mages noirs. Elle avait dit aussi les soutenir (les Phénix) mais ne pas en faire partie. Elle avait fini en disant, qu'à part ces deux groupes, il n'y avait pas d'autre ordre secret, enfin, pas à sa connaissance.

La jeune Célya resta silencieuse un temps, méditant les paroles de l'Auror sans doute. Elle les mettait peut-être aussi en lien avec ses propres connaissances ou convictions. Elle marmonna:


« J'espère juste qu'un jour, tout ça se terminera... »

Puis elle releva la tête pour regarder un manoir et se tourna vers Luia en disant:

« Nous sommes arrivées ! Merci beaucoup de m'avoir raccompagnée. Et merci pour cette petite discussion. »

Pas de soucis, c'était fait de bon coeur. Luia répondit:

-Pas de soucis. Bonne nuit.

La jeune femme la remercia encore, lui dit bonne nuit et fila vers la portail et le poussa avant de rentrer. Luia la salua de loin, sans réponse de sa part. Aussi elle rentra enfin chez elle après cette longue journée...

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Chloris Hareka
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Chloris Hareka, Sam 4 Juin 2016 - 23:24


RP Privé avec 87


Première rencontre avec une Mangemort


Chloris avait apparemment une vieille grande tante sorcière morte récemment, elle devait être enterré pas très loin... Dans le cimetière de Godric's Hollow, presque à côté de Poudlard... Elle était sortie avec une permission et avait été rendre hommage à sa grande tante peu connue de leur famille. Elle déposa quelques fleurs pour rendre la tombe plus joyeuse !

Mais avant tout, elle avait remarqué tout les petits détails de cet endroit. Ici il faisait sombre, presque nuit et la brume se levait petit à petit. Ce village était gris et sûrement mort depuis des décennies ! Même au temps d'Harry Potter il ne devait pas être plus agité ! Quand elle était arrivée dans les rues, tout était silencieux seule les "Tic" "Tac" de l'Eglise retentissaient... Elle marchait rapidement pour éviter de rencontrer un oiseau de malheur. La fin de journée devenait fraîche et désormais, quand elle respirait de la fumée sortait de sa bouche... L'ambiance était morbide, froide et peu convivial. Les rues étaient pavés et ses pas retentissaient dans l'allée tel des chants d'oiseau en forêt, c'était les deux seuls bruits environnant.

En passant la grille du cimetière, les tombes devenaient plus imposantes et sombres qu'auparavant. Des épitaphes étaient gravées sur l'ensemble de pierre tombale. Elle s'était dirigée vers le fameux tombeau de sa grande tante et s’assit dessus, regardant en face d'elle, une ombre était présente noire, grande, glacial presque fantomatique. Hareka eu le réflexe de se cacher derrière la sépulture, respirant d'un coup plus rapidement, probablement la peur... Pourquoi devenir effrayé alors qu'il n'y avait qu'une personne devant elle ? Qu'elle ne connaissait même pas en plus ! La personne aurait très bien être un simple passant qui ne lui voulait rien de mal, pourtant ça avait été un instinct de se cacher et ça ressemblait fortement à l'instinct de survie... La Gryffonne le sentait quand les gens étaient mauvais. Mais ce n'était pas très fiable ! Puis elle pensa au pire et tenta de se rassurer, respirant longuement et tentant de se détendre. Une expiration courte et forte fit remuer un tas de poussière qui se trouvait devant elle. Un éternuement plus tard sa couverture venait de tomber, sa planque tombait à l'eau et les pas s'approchaient.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mangemort 87, Dim 5 Juin 2016 - 0:47


Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les morts reviennent
Sur sa tombe coulent mes p-haines


Aujourd’hui, tu étais prête à affronter les fantômes du passé, d’un avant nié, renié, dénié. Enfin, prête. C’était plus compliqué que ça ; disons plutôt que ton masque t’armait d’un courage inusuel, te motivant pour aller approcher cette tombe, laissée loin de tes pensées depuis l’enterrement. A peine avais-tu franchis le cimetière que ses normes affluaient à tes narines. Style « toute personne s’engage à respecter ces lieux de mémoire et de recueillement. » Le respect et 87, ahah. Ça faisait moins 2 que 78.

« Les visiteurs ne sont plus admis un quart d’heure avant l’heure de fermeture. » Temps frisquet, ombres naissantes ; manqué ! « L’entrée est interdite à toute personne accompagnée d’un chien sauf pour les personnes nécessitant une assistance officiellement reconnue. L’introduction de tout autre animal est interdite. » En principe, tu ne comptais pas comme un animal. Pourtant t’étais vêtue de chat. Pas qu’on se méprenne, mais l’enjeu était surtout que tout humain est animal. D’autres encore, que Mère répétait si fièrement ; pas de détritus, pas d’escalade, pas de dégradation, pas d’alcool, pas de drogues, et le plus traditionnel « interdiction d’enlever et d’emporter objets et décorations végétales provenant d’une sépulture. »

Les lieux sentaient la tradition et la poussière, pourtant à peine entrée tu sentais te pousser les Envies. De celles qui te propulsent dans un trop loin encore trop près, où tu flottes trop consciente, et où seule la magie t’enivres. Une silhouette attira ton oeil que la tristesse et la rage rendaient joueur ; l’instant d’après, ta guillerette baguette se dressait. Elle était blonde, et jeune, beaucoup trop jeune et pourtant si vieille ! Dire que la tienne n’avait atteint son âge. Presque elle aurait pu crever rien que pour ce principe.

Sauf que non, quand tu étais masquée, les envies ne pouvaient te pousser que de manière mesurée. Aussi ton bout de bois, qui n’était pas que ça, lui cracha-t-il à la gueule une retenue monumentale ; son premier trait fut seulement un #Piertotum Locomotor. La lourde pierre tombale sur laquelle l’ingénue flânait frétilla d’avant en arrière, pour lui filer un coup de tête. A ton service, X, ton méprisant de la négation d'existence, d'identité, si t'as quelque cadavre à rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Chloris Hareka
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Chloris Hareka, Lun 6 Juin 2016 - 21:18


Chloris restait caché et respirait rapidement. Des pas, une voix glacial, un mouvement et tout bascula... Désormais plongé dans l'obscurité, seule un réverbère miteux produisait de la lumière. Et puis, encore un instinct de ses instincts, elle courut droit devant elle et malheureusement, la personne derrière venait de formuler un #Piertotum Locomotor et une pierre tombale traversa le cimetière pour atterrir sur la jeune lionne. Elle était donc coincée sous une sépulture et à en juger le bruit qu'avait émis sa jambe, elle devait être cassée.

La rouge et or essaya en vain de sortir mais rien n'y fit, elle était bloquée et n'arrivait pas à bouger. La voix froide et angoissante d'une personne malsaine, retentit dans la nuit "A ton service, X, si t'as quelque cadavre à rejoindre." Qu'est-ce que cela pouvait bien dire ? Qu'elle allait terminer sa vie ici et rejoindre les morts qui l'entouraient de part et d'autre ? Non vraiment, une mort aussi pitoyable aurait vraiment été bête... Pourtant la pauvre Hareka n'arrivait pas à atteindre sa baguette. Complètement écrasé par le poids de la tombe, elle ne pouvait bouger et ses tentatives étaient voués à l'échec.

La Gryffonne ne respirait pratiquement plus ou presque, son cœur battait toujours aussi rapidement et son souffle saccadé par la douleur et la masse... L'ombre s'approchait ou de moins c'est ce qu'elle pensait. Sa peur lui prenait les tripes et mobilisait tout son cerveau, elle ne pouvait plus compter sur aucun de ses muscles ni organes. Elle demeurait pétrifiée de frayeur et observait tout de ses yeux noisettes, elle devait respirer la bouche ouverte et encore, ce n'était pas suffisant. Reprenant tout les forces qu'elle pouvait réunir, elle ne sortit qu'un mot "Non." Non elle ne voulait pas mourir !

Ses chances de s'en sortir étaient très minces... Que cette personne pourrait-elle faire d'autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mangemort 87, Mar 7 Juin 2016 - 16:44


Décidément, tu ne maitrisais plus ta force. Ou tes cibles ? Ou les deux. Non mais parce que tu avais beau avoir du talent, tu voulais juste que la pierre tombale la plus proche de la gamine l’amoche un peu de deux-trois coups, et pouf, c’en était une à l’autre bout du cimetière qui se ramenait toute guillerette, et bien (trop ?) zélée, allait jusqu’à l’écraser.

Quel âge avait la gamine ? Onze, douze ans tout au plus ? Eh bah. Elle avait intérêt à être attentive, sinon en cours, au moins dans ses recherches personnelles, que Merlin, y avait du boulot là. Quoique non, même pas, si elle avait eu un soupçon de jugeote, elle se serait contentée d’user d’un sort d’allégement. Mais elle se refusa à t’en faire l’honneur, et d’une respiration faiblarde expira seulement un petit non. Trop petit.

C’était comme les fours, t’en voulais des toujours plus gros. Ces non là attiraient l’attention, pas le respect. (Note to self : ces remarques ne s’appliquent que parce qu’il est question de magie, et non de sexualité). Il t’allait donc falloir la stimuler. L’inspirer. Alors quoi ? La délivrer de sa première douleur, pour lui en inspirer une plus violente ? Les combiner ? Jouer sur son moral ? Qui pleurais-tu ?

Tu comprenais que les gens aient des morts. Mais les tiens te poussaient à l’action -au masque, pas à la contemplation pleurnicharde de leurs tombes. Tu te battais pour que tes vivants ne connaissent le même sort. Elle ? Que savait-elle faire  pour répondre à la mort ? Tu riais. Tu attendais ses mots, ses mots fragiles, ses mots faciles, bien trop beaux. Tu voulais accélérer sa maturité, l’esprit n’avait d’heure pour l’enfance. Il fallait être, là maintenant tout de suite, un non ne valait rien si elle n’y mettait plus de volonté, de conviction.

Toi, toi quand tu disais non tu les explosais, les poids qui t’oppressaient les seins. Jouer de ses nerfs ; l'aider puis rattaquer. Lentement, la cuisiner. Un #Confringo délesta la minette de la pierre, envolé le poids ! et tu n’eus le temps de voir si les morceaux lui agressaient la chair que tu enchainais d’un #Duro informulé sur sa jambe droite. Bah oui. Si elle pouvait pas courir, c’était plus sympa. Elle allait répéter son non. Plus fort. Te supplier. Tu voulais, oui, je crois, qu’elle te supplie.
Revenir en haut Aller en bas
Chloris Hareka
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Chloris Hareka, Mar 7 Juin 2016 - 19:55


Chloris ne respirait pratiquement plus et regardait l'ombre droit dans les ye...genoux. Elle ne pouvait pas lever la tête et restait bloquée sous la pierre. Ne remuant que très peu, elle s'économisait pour s'enfuir ! Elle n'avait pas du tout l'intention de crever ici, surtout à son âge. Une larme coula sur son visage en pensant à sa famille et les conséquences de sa mort. Non, non ! Elle refusait de devoir mourir ici tel un vieille chaussette dans un combat des plus inégalitaires et déloyale de sa vie... L'ombre devait vraiment être une personne lâche. Puis cette même voix demanda "Qui pleurais-tu ?", Hareka eut un sourire et devint hargneuse au point qu'elle aurait pu être assassiner sur le champ. " Je vous pleure, si poltron que vous êtes, elle reprit difficilement son souffle, au point de me laisser mourir sur le sol sans que j'ai pu combattre loyalement" pendant quelques minutes elle respira longuement n'ayant pratiquement plus d'air.

Puis, la lionne ne savait pas si c'était dû à ses paroles, mais la silhouette jeta un sort qui lui permit de se libérer de dessous. Ni une ni deux, elle attrapa sa baguette et tenta de s'enfuir comme une dégonflée malgré les sages paroles qu'elles avaient prononcées avant. Mais le spectre la découragea de toutes tentatives de fuite. Enfin c'était sûrement dû à lui... La rouge et or avait la jambe pétrifiée et ne pouvait plus bouger, serait-ce du en partie au poids de la sépulture qui lui était tombé dessus ? Dans tout les cas, elle n'eut le temps que pour rattraper sa baguette et réfléchir à toute vitesse, son cerveau étant mieux oxygéné, elle trouva un solution rapide. Elle s'y connait bien en matière de sortilège de botanique. Elle se concentra sur l'envie de vivre et lança un #Herbivicus. Les herbes alentours se mirent à grandir encore et encore, à quoi se sortilège allait lui servir ? C'était tout ce qui lui était passée par la tête !

Et dans ce moment de panique, les seuls sortilèges qui lui passaient dans son cerveau, étaient ceux de Botanique. C'est donc naturellement qu'elle jeta un #Mobiliarbus et déplaça un buisson devant elle. Et pour couronner le tout, elle formula le sort #Orchideus et un magnifique bouquet de fleur jaillit de sa baguette. Puis elle attrapa cette gerbe et la balança vivement vers son adversaire. Mais quel nullité ce combat ! C'était digne d'une comédie joué par la troupe de la Comedia Del Arte, tellement pitoyable... Son attaquant devait tellement être ravi d'avoir un autre adversaire aussi pourri qu'elle...
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mangemort 87, Sam 11 Juin 2016 - 23:41


Accord pour l'envoi d'un sort de magie noire

Are you a fighter or a flighter? La petite te parlait, encore, encore, y allant à fond dans la carte « je suis normale, je suis morale, ce que tu fais c’est pas bien. » T’en aurais ri si sa situation n’avait déjà déformé ta bouche de cruels rictus. Pour qui te prenait-elle ? Ton coeur pulsait les plaies de tes morts ; tes lèvres étaient rouges du sang de tes victimes. J’crois même qu’il t’en restait un peu entre les dents, dessinant ans l’obscurité des dents du bonheur.Are you a fighter or a flighter?

Etait-ce si mal ? Oh, on se plaignait de tes agissements. Mais tu aurais pu agir à vide -voler des voitures, braquer des banques sans motif- quand toi tu foutais des sens partout dans tes agissements. Tu embrassais la magie de ton sang, le potentiel de ton naturel sorcier, en était fière, point. T’avais le droit de vouloir le défendre, l’affirmer, même sur des marches phénoménales si tu le voulais ! Pourquoi te réduire à avoir à vivre au placard ? Are you a fighter or a flighter?

Non. Si tu faisais les choses, ce ne serait à demi. Et qui te le refusais, par le jugement, l’embrassement des normes, le choix du Secret, aurait droit de connaître la fureur qu’ils t’inspiraient. Les moldus t’avaient trop pris pour que tu te risques à la demi-mesure. Non. Tu ferais, avec l’Ordre Noir, du monde un monde meilleur -où toutes les origines sont respectées, y compris les plus puissantes. L’enfant était, elle, l’allégorie des demis, des compromis, des consensus. Elle se battait mais sans effort.

Are you a fighter or a flighter? Elle choisissait sa route, et les entraves pierrées ne justifiaient en rien sa non-imagination. Ça te rendait plus aigrie à chaque seconde. Elle proposait un souffle de vie ? Tu répondrais alors par ton souffre de mépris. Are you a fighter or a flighter? Are you a fighter or a flighter? Les mots tournaient en boucle, dialectique binaire. Tu étais la battante, elle était la soumise. Celle qui subissait sa vie.

Et tu la boosterais jusqu’à ce qu’elle cesse ses pitoyables agissements pour /faire/ quelque chose. De ses morts et de ses vivants. Tu marchais sur ses herbes, maigrement ralentie. « T’aurais dû penser à l’herbe à chat, pour acheter ma quiétude. » Elle se cachait, et te jetait... des fleurs ? Elle aimait souffrir ? T’incitait ? Sans doute. Cette fois ci, tu prononças les mots. Distinctement. Avec une excitation palpable. #Endoloris. Tu t'attardais. Pour un instant seulement. Voir sa réaction. Te divertir. Poursuivre ta route.

Thanks for making me a fighter.
Revenir en haut Aller en bas
Chloris Hareka
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Chloris Hareka, Dim 12 Juin 2016 - 21:07


LA accordé pour les envois de sortilèges pour se défendre.

Chloris malgré les fougères et autres éléments déplacés était toujours visibles. Sa chevelure blonde couleur presque or, se voyait parfaitement à travers les hautes herbes. L'ombre s'avança vers elle malgré l'herbe et la regarda comme une vulgaire chose puis lui lança d'un ton froid, amusé et presque diaboliquement " T’aurais dû penser à l’herbe à chat, pour acheter ma quiétude." cette phrase la laissa perplexe, pourquoi l'individu parlait-il soudainement d'herbe à chat ? Que cela signifiait-il ? Qu'il aurait fallu qu'elle se ramène avec et attire tout les chats du quartiers pour s'en sortir ? Le fantôme les aurait sûrement tous tués sans en oublier un seul... Mais que voulait bien dire cette phrase ? Rien que Hareka ne puisse comprendre. Le sens premier ok. Mais le sens caché, tout le monde en faisait et sans exception, qu'exprimait la phrase ? Sans succès, elle ne trouva. La phrase s'envola dans l'univers de la mémoire courte mais pourtant, elle décida de faire un détour faire la mémoire à long terme. Juste histoire de le décrypter une prochaine fois.

La lionne regarda de plus près ce qu'elle pensait être un homme. Ce n'était ni un homme ni un Homme. Une créature sans pitié. Une bête sauvage oublié de la civilisation et de l'humanité. Un animal prêt à tuer ce qui lui passerait sous la main. Un chat qui attendrait patiemment de manger sa souris pour simplement la voir paniquer avant de n'en faire qu'une bouchée. Une brute prête a plongée dans les ténèbres quiconque viendrait se poster sur son chemin, même par accident. Comme la blonde ce soir et cette chose. Une femme. Ces mots sonnaient tellement faux. C'était une Sphinx. Posant des énigmes et étant mi-femme mi-chat, n'hésitant pas à manger ceux qui ne réussirait pas. Une sorte de Catwoman cruelle et dénué d'émotion joyeuse. Un Détraqueur ? Non mieux. Enfin moins bien. Une Mangemort. Le chemin avait été long avant d'en tirer cette conclusion, mais maintenant il n'y avait plus d'autre hypothèse. C'était ça ou elle devenait folle.

Ce fauve la regarda et eu un petit rictus avant de prononcer clairement "#Endoloris". Ce fut le choc. Quelque chose de dur, froid et solide la frappa en plein fouet. Non, la Gryffonne tomba sur cette chose. Le sol, cette terre pleine de poussière qui remuait son corps entier à chaque respiration. Vous avez dit respiration ? Pas vraiment, elle ne pouvait pas. Le souffle coupé par la douleur. Oui, maintenant elle sentait tout. Elle était recroquevillé par terre, les genoux près de ses épaules. Les yeux clos et des gémissements qui retentissaient. Ses gémissements de douleur. Elle pleurait de souffrance et de rage. Elle ne pouvait pas bouger. Des pics de douleurs s'abattait constamment sur elle. Partout. Son corps frissonnait. Elle pleurait et poussait des grognements rauques. Plus d'air, plus d'oxygène. Plus rien. Tout s'arrêtait comme dans les limbes de la mort. Tout souffrait en elle. La Gryffondor grognait encore et encore.

Personne ne sut jamais... Une force monta en elle. Une force, un brin d'espoir. Une vague de bonheur comme si la solution avait été évidente et depuis trop longtemps caché dans l'ombre. Avec tout ses spasmes malgré ça, elle réussit a attraper tant bien que mal sa baguette. Dans un souffle étrange, elle prononça "#Expelliarmus". Un élan d'intelligence tombé par hasard. La deuxième année ne supportait plus la douleur qui s'intensifiait. La douleur disparut pourtant. Pourquoi ? Aucune idée. Elle lâcha prise et sombra l'espace d'un instant. Peut-être venait-elle de mourir de douleur ? Oui ce devait-être pour cette raison qu'elle ne sentait plus rien... La fatigue de lutter l'avait probablement emporté. Que c'était-il vraiment passé ? Ses yeux se rouvrirent tant bien que mal. Sa baguette toujours fermement tenues par ses deux mains. Une respiration. Deux. Trois. Alors ? La mort ? L'habitude de souffrir depuis quelques minutes ? Le désarmement de sa tigresse d'adversaire ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mangemort 87, Jeu 28 Juil 2016 - 22:56


Wow. Sorry pour le retard.

La petite bientôt disparaissait derrière le buisson. La chute et la fuite. Sur ton pas les gens s’écartent et se cachent. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. On apprend tout autour la peur rubiconde, celle qui toujours immonde gronde dans le creux du ventre, le creux du monde, ce monde pourri de dangers humains. Si au moins on s’accordait à éliminer toute la partie la plus corrosive ! Ces moldus. Qui de leurs technologies détruisaient tout ce qui les entouraient. Qui butaient faune et flore et sorciers sans jamais sans soucier.

Que dalle. Le Ministère et le peuple s’accordait lieu à ce qu’on se terre devant eux. Qu’on se taise aussi. Toi t’en avais marre. Nul ne devrait avoir à se cacher pour protéger ces pourritures et éviter les tensions. Les tensions étaient là. Partout. Elles étaient dans le corps putride et raidi de tes proches. Dans les insomnies. A un moment fallait dire stop. Stop à la collaboration avec ce système délétère. Toi, t’étais prête à t’engager. Maintenant plus qu’hier, et demain plus encore sans doute. La conviction s’insufflait dans tes veines, une sorte de rage bouillonnante, un fcking besoin de changer le monde.

Elle avait peur de toi. Se recroquevillait sous tes sorts, toujours gémissait, pis peinait à respirer, laissait échapper comme un grognement, jamais ses plaintes ne semblaient vouloir cesser. Erreur d’ennemi. C’est des insidieux moldus qu’elles devraient se défendre. De ceux qui les protègent quand leurs saloperies électriques prouvent déjà qu’ils sont suffisamment armés. C’était pas toi, l’ennemie. Ils ne le voyaient pas. Et elles non plus. Elles, qui pensaient avoir été trahies, quand tu n’avais fait que ce que tu aurais du faire il y a de cela des années : contractualiser tes convictions, intensifier au quotidien ton engagement politique pour le démantèlement du secret et la protection des Sorciers.

Des tiens.

Après que tes racines biologiques et pseudo-relationnelles aient été coupées, c’est tout ce qu’il restait. L’amour indéfectible de la magie. De sa communauté. Que tu protégerais, même d’elle même. Tu oublias presque la douleur en laquelle tu avais plongé la gamine. Elle se débattait plutôt bien pourtant. Tu étais piètre spectatrice. Et ne t’en aperçus que quand dans un élan d’énergie, d’espoir, de survie, tu sais pas trop quel est le mot, tu connais certains mieux que d’autres, bref, un truc, dans un regain, elle te désarma. C’était beau. Bien tenté. Sauf que t’aimais trop la magie pour en être si promptement séparée, et une baguette de rechange surgissait bientôt à ton poing.

Pauvre petite. Elle referma les yeux. Presque touchante. Tu abaissas ta baguette. Il lui fallait un cadeau. Pour la récompenser. Si elle n’était assez lucide pour déterminer qui était sa communauté, les siens, ceux qu’elle devait aimer, elle avait un potentiel. Une force intéressante. Tu observas son bouquet de fleurs. Il fanerait. Good, il ne fallait pas non plus de trace long terme. Un #Asservo Meto fut informulé sur les fleurs, et bientôt les tiges formèrent une cage d’oiseau, emprisonnant les pétales en son sein.

Ce Secret est une prison. Encore fragile. Un rien peut libérer les fleurs captives. Ne te trompe pas de lutte.

Un pop! ponctua ta phrase ; et, ramassant ta première baguette, tu laissas la blondinette à ses souffrances et questionnements.

GONE - fin de RP
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Erundil Trismegiste, Mar 30 Aoû 2016 - 1:08


RP avec Ailyne Lawson
Suite du RP au comptoir


Ca fait boom, puis bang. Dans un délire instantané. Le flou artistique d'un moment étrange s'est greffé. Alors dans un boom et un bang, je reviens de ce moment passé. Une histoire dingue. Une histoire que j'ai bien aimé.

L'histoire ne s'est pas terminé, le délire peut continuer. Reprendre maintenant. Mais je ne sais pas où aller. Marche dans ces rue, dans cette ville, dans cet univers qui s'assombrit. Puis rien. Comme offrande à cette inconnue amie, j'ai apporté du pure malt. Elle semblait l'avoir apprécié. Et pour me donner force à l'ouvrage, j'avoue qu'une première a dompté mon gosier. Avoir le courage d’atterrir dans ce patelin que je ne connais. Me voilà quelque peu allégé.

Boom. Bang. La carcasse servant de coeur se soulève à chaque battement. Elle en oublie que la vie est encore là.

Boum. Je présume la vie autour, j'attends cette personne, comme on attend les secours. Puis…

Bang, Fracas dans l'oreille, par un silence paralysé. J'en viens aimer cette souffrance, par peur de trop apprécier. Au point de non retour. Je ne sais plus penser.

Voilà. Ce que j'ai, c'est simplement vivre. C'est oser. Tout ça dépasse chaque instant vécu. Boom ! Le palpitant déchire la chair déjà tant abîmé.

Voici. Le châtiment ultime vient au souffle prochain. Bang ! Le fracas de l'autre vient égratigner un peu plus cette chair.

Se tournoie dans le crâne un tournoi entre raison puis instant. Mais par un crochet du droit, le moment maladroit vient au secours de mon délire. 'Je' n'a plus raison d'exister. A cet instant, 'je' n'est pas. J'entends juste ce boom et ce bang. Cette désillusion et ce condamné. La passion de ce con damné.

Je traine en cette ville. Mais tout s'assombrit. Bien tard. Connais rien. Jamais venu. Ville engloutit par le passé. Je cherche. Un peu perdu. Mais cherche quand même. Folie de la nuit, le nocturne fait perdre la santé de la caboche. Me sens bien quand même. Je profite. La fraîcheur enfin, la chaleur s'en va. J'ai chaud pourtant. Peut-être le whisky. Ai-je bien fait seulement ?

Un autre boom. Dans les pensées s'entrechoquent une dernière lueur de raison. Peut-être devrais-je rentrer. Peut-être ne viendra-t-elle pas ? Peut-être était-ce seulement un rêve, cette chimère nonchalante à l’existant enivrent, et à la détresse bouffante. Cette voix qui inspirait mon âme comme un chat jouant avec sa pelote. Et si je divaguais au point de me perdre dans une vague d'insouciance.

Puis le Bang ! L'envie de revoir. Le plaisir d'encore entendre. Est-ce un danger ? Condamnation ? Est-ce là folie d'un de la nation ? Mais je souris. Espoir et lueur. Ouais Bang, je crève ce coeur à force de croire à la rencontre entre deux oubliés. Je me perds dans ce Bang, cri, chant, douceur, qui caresse encore mon oreille qui n'entend plus depuis ce rendez-vous donné ce jour. Cette soirée. Cette nuit. Bang ! Où es-tu, détonateur… Détonatrice…

J'ai poursuivi mon chemin en tout Godric, comme se poursuit le chemin d'une vie, à l'enfance innocente, l'adolescente oppressée, puis la naissance d'une vie de liberté. Je suis à ce tournant, à cet âge. Je n'attends rien maintenant. Sinon elle depuis son message.

Je traine. J'en viens à la partie plus sombre de cette ville. Les chemins éclairés ont fini par m'y mener. Je n'osais pas m'y approcher. Mais la tentation s'intensifie, car nulle part ailleurs sa vie n'est apparu. Peut-être que son secret se trouvera au-delà de toute la lumière.

Boom et puis bang.. Je délire. Puis je vais.

Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Ailyne Lawson, Mar 30 Aoû 2016 - 23:31


C'est ton jouet, pas vrai ? Tu t'en fous. Lyne. De tout ça. De tout ce que ça implique. De tout ce que tu lui fais attendre espérer. C'est un jeu. Auquel tu ne cesses de jouer. Sans t'arrêter. Sans discontinuer. Sans perdre une miette du spectacle. Ca t'enivre tout ça. Tout ce petit contrôle sur ton bout de vie. Tout ces mouvements histoire d'arriver à maitriser. Toute cette folie. Tu ne te rends pas compte des conséquences. De ce que ça implique. Tu ne te rends pas compte. Que tu joues aussi avec sa vie. Emotions, sensations. Tout ça. T'as pas le droit de t'en emparer. C'est personnel t'as pas le droit de te l'approprier.

Arrête ça, tu veux. Ce petit jeu stupide. Où ça t'amène, où ça t'entraine ? Où est-ce que tu vas ? Et lui, tu sais dans quoi il s'embarque. Non. Non tu sais pas. Tu sais rien. Tu fais. Sans jauger, sans même penser. Réfléchir, t'arrives à saisir ce que ça veut dire. Ca a un sens tout ça. Tu devrais pas l'ignorer. Tu devrais pas l'ignorer.

Et puis d'abord, pourquoi t'es si sûre qu'il va venir. T'en sais rien en fait. T'en as aucune idée. Tu sais pas ce qu'il va se passer. Et peut-être que personne va se pointer. T'auras l'air bien conne. Et le pire c'est que tu t'en fous. Pour plusieurs raisons en fait. Tu trouveras toujours. Toujours à vivre, toujours à faire. Toujours à comprendre et à satisfaire. La moindre envie. Et puis. Et puis tu sais.

Tu sais qu'il sera là.
Tu sais qu'il viendra.
Aucun doute.

Et pourquoi ? T'es pas une ensorceleuse. T'as rien d'exceptionnel. C'est un gamin tu me dégoûtes à quoi tu joues. C'est pas parce qu'il fait plus vieux que ça change quoique ce soit. Ca change rien Lyne. Arrête tu veux. Fais un détour. Casse toi. Pars en courant. En fuyant. A toute vitesse. A en perdre haleine en même temps que le coeur, le corps.

Eh.
Arrête ma vieille.
T'as plus l'âge pour ces conneries.

Tu l'aperçois. Il t'a pas vu. T'as encore l'occasion de partir. De pas tout foutre en l'air pour une fois. D'accord. D'accord il est venu. Et puis quoi. Et puis quoi ? Allez, dis-moi. A quoi ça t'avance tout ça. Tu poses tes mains sur ses yeux. Tu le retournes doucement. T'en as fait ton jouet. Ta distraction de la soirée. A quoi ça rime tout ça.

A vivre. A juste vivre. De tout notre coeur. Je peux déposer un baiser sur ses lèvres, si je veux. Parce que j'ai le droit de tout faire. C'est ma volonté. C'est ce que je veux. Moi. Moi. Je veux danser. Et voler. Je fais ce que je veux. Mais je le fais pas. Je le ferai pas. Pas maintenant.

- T'as l'air différent à la lumière du soir.

Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Erundil Trismegiste, Jeu 1 Sep 2016 - 2:34


Est-ce que quelqu'un a aperçu son ombre, entre deux lueurs d'envie, d'existence voulant la voir, ou peut-être d'espoir ?  Elle avait les yeux aussi vide qu'un cosmos, les lèvres encore plus sèche que toute source qui jamais ne pourra me réhydrater. Elle était partie dans la nuit, dans une autre folie, dans la chaleur d'un autre, un moment peut-être,une envie, ou son espoir. De quoi ?

Elle était partie, je dois la retrouver. Pour quoi ? Quelle raison m'anime ? Ce n'est pas une raison. C'est la vie. Simplement la joie du Oui. Oser. C'est ça que je suis. Oser être et non paraitre, me laisser faire et non surfaire, juste agir en tant que ce moi. Je n'est qu'un moi parmi d'autre. Sans valeur en plus, ni en moins. Je est, c'est cela qui compte ; Et ce soir ce Je est là, attendant son jeu, à celle-là. Et tout cela m'amuse.

Mais elle est là dans mes entrailles, elle fait tourner ma tête comme une allumette au dessus du gaz qui s'embrase. Elle etait partie comme un pompier après l'incendie. Plus rien à voir pour elle. Alors pourquoi revenir ce soir ? Est-ce que ce sera pareil ? Elle me fait ressentir la vie. Puis cette vie me balance en idée noire. Je disparais entre la fin et le début des jours, juste pour voir traverser son printemps. Elle est une lame, un folie, une douce sensation qui fait tourner un coeur en chair maudite. Et c'est si agréable.

Qu'est-ce que je dis là ?

Je m'envoyais la main dans le fourre-tout pour récupérer une Bièraubeurre. Baguette en main. Une chaleur m'aveugle à cet instant. Puis me berce sur du 60/70 degrés. C'est fort. Et l'image l'est tout autant. Heureusement que c'est elle, sinon ma poigne se serait laissée aller sur quelque chose de moins … mignon, va-t-on dire.

Elle parle de ma gueule. Comme quoi, différent la nuit. Mais qu'est-ce qui n'est pas différent la nuit. Même l alune change chaque nuit… Alors oui, je suis différent. Comme elle. Même si son corps à l'apparence vivifiant fait vivre une douce chaleur dans le corps, c'est son esprit, étincelant, qui m'avait animé, qui m'anime encore. Elle est devenue de l'oxygène pour ma caboche qui a juste envie d'en savoir plus. De la savoir plus.

- On est tous différent la nuit.

Je radoucis la poigne sur la baguette.  Puis je la sors accompagné d'une bouteille miniature, que j'agrandis pour faire apparaître le whisky. Je la lui présente comme une offrande.

- Un cadeau. T'avais bien aimé la dernière fois.  Tu la boiras quand tu voudras. Et t'inquiète, c'est juste un cadeau.

La valse du plaisir simple. Je vois une fleur dans son regard. Une fleur aussi fragile que prête à te mettre plus bas que terre. Mais je trouve ça quand même beau. Je n'ressens étrangement pas de cruauté pure, même si je suis conscient que cette situation est tout à fait dangereuse, inconnue. Parfaite.

Alors je la regarde. J'admire son cosmos.

- J'admire ton cosmos.

Merlin!! Mais pourquoi j'ai dit ça !!?? !!

Je chevauche le torrent de la folie de la téquila. Tant pis, quelque soit l'endroit où elle m'emmènera, dans le bitume ou plus près des étoiles, c'est juste agréable d'être à sa présence.

- Qu'est-ce qu'on fiche ici. Tu peux me dire ?

Je ressens les heures folles de chaque personne ayant vécu une telle situation. Je me perds un peu plus. Je m'enivre de cet instant. C'est si agréable. Quelque soit le destin de ce moment. J'apprécie le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Ailyne Lawson, Dim 4 Sep 2016 - 17:45


Tu l'as rendu accro. Ca y est t'es contente. T'as réussi ton coup. P*tain mais Ailyne. C'est quoi ton soucis. C'est quoi ton problème. Je te comprends pas là. Je te comprends pas. C'est dingue. Tu vas le rendre mal. Ce pauvre gosse. Il t'a rien demandé. Maintenant il a besoin de toi. Pour ressentir ce qu'il a ressenti. Cette furieuse envie de vivre. J'y crois pas. Tu l'as fait. Ca te suffit pas d'avoir rendu fous des dizaines de personnes. Fallait que tu continues. Que t'entraine dans ta chute. Tu veux toujours plus.

Encore.
Encore.
Tu sais pas t'arrêter.
Mais va falloir que tu le fasses.

Arrête arrête ! C'est pas un jeu. Réveille-toi, ouvre les yeux. C'est pas des pantins. C'est des êtres vivants. Ils ont un coeur et une âme. Des attaches. Ils tiennent à des choses. Ils sont pas comme toi. Ils peuvent bouger, se mouver. Vivre, sans blesser. Sans atteindre les gens. Sans les mettre sous leur coupe.

Mais il te plait. Il te plait par sa manière de penser et de vivre. Avidité de connaissance. Il voudrait faire comme toi. Il s'attache à ce que tu fais. C'est touchant. Cette manière de faire, de regarder d'observer. T'es prête à lui montrer. Mais doucement, ça se découvre à pas de loups la vraie vie. Ca se fait sur la pointe des pieds. Et tu y vas après. Tu fonces dans le tas. Tu fonces dedans. C'est ça qu'est bon. D'y aller doucement, lentement et puis sans plus attendre.

Et puis toutes les attentions qu'il a constamment. Comment tu fais pour être à la hauteur. Hein ? Comment tu peux lui rendre la pareille. T'as rien à lui offrir. Ta vie c'est un amas de cendre. Qui font des explosions dans le ciel. Qui s'envolent et s'éparpillent. Morceaux de vie insaisissable. Qu'est-ce que vous allez maintenant que t'es là, avec lui ? Il s'attend à ce que tu lui montres les rêves. Comment les monter et les approprier. Mais t'as rien à offrir Lyne.

Rien.
Menteuse.

- Un cadeau. T'avais bien aimé la dernière fois. Tu la boiras quand tu voudras. Et t'inquiète, c'est juste un cadeau.
- Pourquoi tu fais ça ? Pourquoi t'es gentil avec moi ? Pourquoi tu me fais confiance. On se connait pas.

T'es pas du genre à poser des questions, ni même à parler et discuter. C'est pas ton genre. Mais t'as tellement pas l'habitude. Qu'on te fasse confiance. Qu'on se laisse porter. Les gens ont plutôt tendance à te regarder de travers avec tes manières peu conventionnelles. Tu fais rien comme les autres. Les gens se méfient. Ils voient un danger. Tout ce qui est différents est mal perçu.

T'as pas l'habitude de la douceur. T'as pas l'habitude, qu'on t'offre des choses, qu'on ait des gestes tendres. D'habitude on ne te regarde pas comme ça. On est pas comme ça avec toi. Un morceau de viande c'est souvent ce que t'es. Mais c'est différent aprce qu'il dit qu'il admire ton cosmos. Ca devient différent d'un coup. Les étoiles, et la lumière. La lune aussi se moque un peu de toi mais tu t'en fous. T'es contente parce que t'as trouvé un compagnon. Une sorte d'élève, qui voudrait apprendre comme toi. Qui t'admire alors que même toi, t'en as rien à faire de ta gueule.

- Qu'est-ce qu'on fiche ici. Tu peux me dire ?
- J'en ai aucune idée. Vraiment. A toi de me le dire, qu'est-ce que tu cherches ici ?

C'est pas comme Londres, c'est pas plein de vie. Ici, il faut la chercher. Il faut arriver à la trouver. Caché dans les recoins les plus sombres. Il faut réussir à l'animer, à en faire quelque chose. Tu sais comment l'animer toi. Alors tu l'entraines, sans lui laisser le temps, tu te mets à rire parce que c'est ta tête est juste à mourir de rire. Il est tellement dépassé par les attitudes d'Ailyne. Tu l'entraines et tu l'emmènes plus haut. Sur une colline tout près. Où la ville s'étend en plongée. Tu le laisses s'extasier. Devant la vue saisissante. Et toi, tu sors ta radio sorcière et tu te mets à danser, doucement d'abord. Et puis tu l'entraines. Doucement, tendrement. Hors-du-temps. Ce moment.

Ca veut rien dire pour toi ce moment. C'est juste ce que t'as envie. Mais est-ce que tu arrives à saisir ce que ça peut vouloir dire pour les autres. Est-ce que tu te rends compte. Que ça peut être bouleversant. D'être à tes côtés. Que ta spontanéité et ta sincérité sont désarmantes et que tu vas finir par les tuer. Ces gens qui s'accrochent à toi. Qui t'aiment malgré toi. Parce que toi. Toi et tes folies. Vous êtes pas bonnes pour l'esprit. Vous l'embuez. Vous en faites de la fumée.

_______________________________
Musique sur laquelle Ailyne se met à danser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 18

 Lieux sombres de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.