AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 18 sur 18
Lieux sombres de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18
Elly Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Mar 17 Avr 2018 - 22:57


Il n’arrête pas son discours qui te bouscule, qui te bouleverse. Tu oscilles entre la répugnance que te provoque son attitude – qu’elle soit présente ou passée – et l’intérêt dévorant qu’il semble crée en toi. Comme si tu étais irrémédiablement attirée par ses yeux émeraude qui semblaient vouloir te crier d’autres mots, d’autres saveurs. Tu te contentes de lever les yeux au ciel. 18 ans, toute ton innocence et ta désinvolture face à l’homme qui vivait sans doute de ses conquêtes sans lendemain.

« Il ne se passera absolument rien entre nous professeur Lival ». Regard assassin alors que tu peines à garder cette froideur, cette distance. « Au cas où vous ne le sauriez pas, je suis capable de me défendre toute seule et de voir lorsqu’un homme tente à tous prix de me foutre dans son lit ! ». T’es pas en train de crier là ? Si ? « Vous, ou l’autre, vous ne valez guère mieux ! ». C’est vrai quoi, d’un côté t’as un pauvre type qui te force à l’embrasser, et de l’autre t’as le Casanova des temps modernes qui se pointe pour faire le gentleman.

T’en a assez. Mais on dirait que la vie n’est pas décidée à te laisser tranquille. Voilà que l’autre vous rejoint, la fleur au fusil. Il a envie de mourir maintenant ? Sous ce soleil-là ? Ce serait franchement dommage – ricanement – alors que tu surprends l’échange entre Lival et le gamin. Tu lèves à nouveau les yeux au ciel. « C’est à celui qui montreras les plus gros muscles où vous allez m’épargnez le spectacle ? ». Regard à l’un, puis à l’autre.

Si le gamin te provoque un certain dégout, tu restes néanmoins sceptique quant à la réaction de ton ancien prof. On va dire qu’il n’avait pas été particulièrement tendre avec le jeune garçon toute à l’heure. De ton unique année à Poudlard, tu te rappelles qu’il était un prof respecté et surtout assez craint par les élèves. Mais l’autre semble vouloir oublier ce « léger » détail, et ouvre la bouche pour commenter. Tu n’sais pas pourquoi, mais avant même qu’il parle, tu sais que cela ne se finira pas simplement. « T’as pas intérêt à m’approcher Wildsmith, et ta mère à pas intérêt à m’envoyer un hibou pour te sortir hein ! Terminé ! »

Ça, tu ne l’avais pas prévu. T’avais pensé à un arrachage de tête de la part du professeur – enfin, tu te doutais que les regards qu’il lançait au jeune sorcier n’étaient pas des regards qui lui indiquait toute son amitié. Mais là, c’était toi qui t’étais relevé. « Répète un peu ça ?! » « Bah ouais Wildsmith, tu savais pas que ta mère s’en fait pour toi et qu’elle demande à n’importe qui de sortir sa précieuse chérie ? »

La colère gronde à tes oreilles, ton sang bat la mesure à tes tempes, tes yeux s’empare d’un voile d’humidité prêt à céder face à la colère. Mais dans ta main, c’est ta baguette qui glisse, et ce sont tes doigts qui écorchent le bois. Avant de la poser sur le menton du pauvre type face à toi « Répète, allez, assume ! ». Et là, tu es bien loin des yeux du ténébreux professeur, de ses sous-entendus à peine voilés, ou de ses lèvres que tu revoyais sourire à chaque clignement de paupières.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Evan, Mer 18 Avr 2018 - 11:32







Tu avais joué cartes sur table, poussant la provocation à son paroxysme quitte à récolter ses foudres sur ton monde. Mais tu savais que la vie était un risque, qu'on n'obtenait rien en se contentant d'observer, à regarder le temps qui passe et à rêver.

Il faut savoir provoquer sa chance, chambouler ses principes, pour toucher les merveilles à portée de nos mains et de nos regards. Et c'est ce que tu avais tenté de faire. Là, près de la belle qui te charmait sans le savoir, avec ses petites manières à enjoliver le temps qui s'écoule, embelli de colliers sertis de joyaux éclatants.

Tu ne saurais trop dire, si c'était la petite lueur qui habillait le fond de ses yeux, qui faisait danser ses prunelles comme une brise de vent joue avec les arbres, enchante une fleur ou ne caresse un visage.

Ou si c'était les sourires qui prenaient forme sur ses lèvres, qui faisaient danser les secondes, qui arrêtait parfois le temps, le temps de te suspendre à cette route alléchante qui dessinait sa joie.

Mais le fait était là, elle possédait ce pouvoir que nulle autre n'avait, d'accrocher des lumières à tes envies, d'être l'accélérateur de ton tambourinant. Il est des envies qui passent sans s'arrêter, des brises fugaces, mais clairement elle, était, un désir précieux et non passager.

Alors, quand elle te répond sèchement, t'envoyant sur des roses imaginaires, te mettant au même titre que le ducon que tu avais foutu à terre, te voyant comme quelqu'un qui voulait seulement l'amener dans son lit, tu restes à la regarder et souris.  

Restant au milieu de la scène qu'elle dressait, le morveux décide alors de se ramener, probablement qu'il avait entendu la voix de la colère de la belle qui s'était élevée. Tu lui balances un regard assassin du genre à lui dire « Casse-toi de là trouduc ! ». Et Elly qui réplique encore.

Tu la regardes, ton narrateur ayant envie de répondre « Tant que c'est que les muscles... », mais pour ta décence ne te le fit pas dire. Tu restes muet, te demandant si tu devais réagir à la venue de face d'huitre ou répondre à la belle à tes côtés. Et v'la que le ducon se décide à l'ouvrir, balançant à Elly qu'elle avait plus intérêt à l'approcher, avant de sous entendre que sa mère lui avait envoyé un hibou pour qu'il la sorte (Elly hein...).

Alors que tu regardais l'avorton de fouille merd* avec un regard qui se faisait compte à rebours jusqu'à sa mort imminente, c'est Elly qui se releva rapidement pour lui demander de répéter. Et lui ne se fit pas prier pour enfoncer le couteau dans la plaie. Tu te relevais à ton tour, observant la scène. Si elle te regardait, tu serais prêt à lui mettre la raclée de sa vie au mioche.

Tu vois la colère qui se lit sur son visage, et en quelques secondes tout se joue. Baguette en main, elle va déverser sa haine sur le garçon en la pointant sur son menton, lui demandant de répéter ses mots. Quelque part, tu avais envie de la laisser faire, qu'elle se défende elle-même, et d'une autre, tu ne voulais pas qu'elle fasse quelque chose qu'elle regretterait.

« T'as bien compris Wildsmith ! Tu crois que je suis venu là avec toi par plaisir ! Ta mère m'a demandé de te sortir ! Mais t'es inin... »

Il t'avait fallu moins d'une seconde pour réagir. Dès ses premiers mots, ton sang n'avait fait qu'un tour dans tes veines, et la droite violente que tu venais de lui décrocher dans la mâchoire l'envoya valser contre l'arbre dans lequel il s'assomma et tomba au sol. Tu regardais le cloporte inerte.

« Ferme... Ta... Gueule... » Tu te retournes vers Elly qui affichait un regard médusé avec sa baguette pointant désormais le vide. « Désolé... Je... Personne n'a le droit de te traiter ainsi... »

Tu te taisais un instant, pensant aux propos de l'autre qui gisait au sol. Faisant un parallèle avec ton enfance à l'orphelinat où tu ne voyais personne et ne sortais jamais. L'idée que ce qu'il avait dit pouvait être vrai te lançait un pincement au cœur. Clairement, elle ne méritait pas le moindre idiot dans son entourage qui lui mentait ou voulait jouer avec elle. Ton regard repartait trouver le sien.

« Tu sais... Ce type ne mérite aucun intérêt de ta part... Alors ne porte pas trop d'importance à ses conneries... Pour ce qui est de moi, tu es libre de croire ce que tu veux... Et si tu penses que je ne vaux pas mieux que ce con... C'est ton choix... »

Ta main venait redescendre la sienne restée suspendue en l'air après ton geste. Tu lui offrais un sourire, et allais déposer un baiser sur sa joue.

« Prends soin de toi Elly s'il te plait... Tu mérites d'être heureuse... Au plaisir de te revoir... »

Lâchant sa main, reculant de quelques pas, tu la regardais un instant, avant de faire demi tour, et de reprendre la direction de la rue par laquelle tu étais venue. Avec dans le cœur, un sourire joyeux de l'avoir revue. Et déjà l'envie de la revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Mar 24 Avr 2018 - 23:36


Tout se passe beaucoup trop vite. L’autre tête de nœud face à toi ne semble pas comprendre l’étendue de ta colère, de ta rage – et de ta tristesse aussi. Quelques larmes viennent inonder ton visage déjà rougi par l’énervement. Et puis, l’instant d’après, le type est à terre, et le prof te fait face – mais de côté (comment ça c’est difficile de suivre ?). Il te délivre quelques mots que tu refuses d’entendre, d’assimiler, de comprendre.

Les larmes affluent encore, tes yeux semblant en proie à un chagrin inconsolable. Ou peut-être était-ce cette lame que tu sentais dans ton cœur, de savoir que personne ne voulait passer de temps avec toi ? Que personne ne pouvait te comprendre ? T’aimer ? Avoir envie de passer quelques minutes à tes côtés ? Tu ravales ta fierté, ta douleur, tes larmes.

Il te tient la main, fait descendre ton bras le long de ton corps, tu ne réagis pas. Tu n’es déjà plus là, mais ailleurs, partie. Dans d’autres sphères plus accueillantes, plus solitaires aussi. Tu l’écoutes, mais sans l’entendre. Comme si aucun des mots qu’il aurait pu dire n’était à la hauteur de ce que tu ressentais là, actuellement. « Foutez-moi la paix ».

Les mots s’échappent, violents, virulents. Tu le vois qui s’éloigne, tu ne sais pas s’il t’a entendu ou non, mais qu’importe. Tu ramasses ton livre, laissé pour compte dans la bataille, et tu t’enfuis à grandes enjambés, courant après cette rage qui te consumait. Tu passes, sans le remarquer, à côté du professeur que tu bouscules. Mais qu’importe. Lui, comme les autres, tout était pareil.*

- Fin du RP -
Merci amour
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mangemort 08, Dim 3 Juin 2018 - 18:01





Gare au loup...


PV 40

40, cette recrue, plus toute jeune certes, qui avait une habilité toute particulière pour se prendre des balles, à tel point que j'avais cru qu'il l'avait fait exprès. Cela remontait à quelques mois, pour autant, j'aurais aimé gagner cette compétition d'yeux. Mais c'était ainsi, nous l'avions perdue, et j'avais gardé une certaine rancune contre mon camarade à l'époque.

C'était le risque avec les nouveaux, qu'ils ne fassent pas l'affaire, qu'ils soient des boulets qu'il fallait trainer bien trop loin et trop souvent à sa cheville. Mais voilà, de l'eau avait coulé sous les ponts depuis, et je n'oubliais pas, dans un coin de ma tête, un certain duel qui avait offensé une bibliothèque. Où derrière des livres poussiéreux j'avais pu contempler l'étalage d'un potentiel certain.

Je ne pouvais nier, que j'étais pas le plus doué pour sociabiliser, même avec mes frères d'arme. Pour autant aujourd'hui, j'avais décidé de sortir avec 40, histoire de discuter un peu avec lui, de tout et de rien, peut-être tuer, peut-être échanger des sortilèges, peut-être juste le tester.

Il faisait partie indéniablement de ces personnes pouvant être un atout, ayant une prédisposition assez particulière que je partageais avec lui. Je n'étais pas sorti souvent avec lui, aujourd'hui, je rattrapais le temps perdu en quelque sorte.

C'est par une soirée printanière, où le soleil, déjà, s'était esquivé vers l'orient avant de promettre revenir, dans une lente trainée orangée que certains nuages bafouaient, que nous nous étions retrouvés aux abords du village.

Sans but autre qu'une sortie à l'odeur à la base de quelconque, qui saurait je n'en doutais pas réserver son lot de surprises. Les derrières de la ville se dessinaient face au lieu où je retrouvais mon compagnon d'arme, se dressant dans quelques brumeuses silhouettes de lampadaires ou de maisonnées éclairées, parfois dans des atmosphères tamisées qui ne laissaient filtrer que des contours indistincts.

- Quarante... Comment te portes-tu ces temps-ci ?

Une envie me tiraillait, celle de le taquiner sur la Russie, mais je l'avais déjà suffisamment fait. Puis, au fond, je savais qu'il avait de réelles capacités, peut-être qu'il les montrait seulement rarement.

Le ciel se couvrait peu à peu d'un manteau bleu nuit sur lequel prenait place quelques perles lumineuses. Une lune timide grimpait lentement, sans prendre la place centrale de cette scène en plein changement doucereux. Rien de précis devant vous, un serpent et un loup, aux ténèbres multiples.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Invité, Jeu 7 Juin 2018 - 20:41



Des pas tranquilles, duo nocturne dans la bourgade paisible du père Godric, à l’histoire qui enrichie la terre. Terre qui ne porte bien souvent que des fruits pourris, très peu de pousses prometteuses. Et malgré ces dernières, nul n’est innocent. Encore moins ces deux hautes silhouettes vêtues de noir et de ténèbres, des silhouettes masquées chacune, de sa caractéristique : l’un par l’émeraude, l’autre par un masque mortuaire fait d’argile, s’appropriant ainsi des traits anonymes, afin d’y consacrer une existence de plus. Plus élevée, plus grande. Afin de servir la Cause.
Ce qui réunit ces deux Ombres.

N’avoir pas particulièrement côtoyé le matricule 08 depuis le départ catastrophique de la Russie, où l’on s’était pris trois balles dans le buffet, le soir de sa première sortie masquée, ainsi qu’une sévère humiliation. L’ego est une chose fragile et souvent malmené chez cet être. Encore plus lorsqu’il y a spectacle. Avoir conscience de l’échec et avoir préféré se murer dans une discrétion austère : avoir ainsi évité l’un des plus anciens de l’Ordre.
Puis, il y avait eu la divergence d’opinion avec 9&1, une volonté primaire de sa part de couper le cordon irritant.
33 était partie, sans qu'on ne la connaisse vraiment.
Ne pas entretenir de conversations particulièrement poussées avec le Maître, car auprès de lui, l’on oscille entre scrupule, soumission et admiration.
Etre ainsi resté isolé.e et solitaire entre les murs froids de la bâtisse, préférant trouver de la compagnie auprès des partisans, se forgeant petit à petit le patronyme du Pédagogue.

Mais face à l’adversité, il était meilleur d’avoir des alliés (à défaut d’amis), que des ennemis. S’en être bien rendu compte face à Reyes, de nouveau, à Stonehenge. Avoir compris quelque chose de désagréable, également, dont on avait connaissance sans le vouloir depuis un long moment, déjà.
Une peur, virulente, qui prend aux tripes. Une angoisse incontrôlable. Une psychose, concernant des êtres bien particuliers. Maudits dans leur chair et terrible par leur nature.

Une peur viscérale des loups-garous.

Traumatisme d’un temps révolu, des expériences ou simple malentendu ? Qu’importe. Le mal est fait, implanté sous la pulpe, se gorgeant de sang, pompant la volonté et le courage déjà si peu présent.

De ces volontés duelles viennent sa présence actuelle en compagnie du bras droit du Maître. Du moins, à en croire les délires hiérarchiques de 9&1.

N’avoir pas beaucoup de proximité avec cet être. Peut-être était-il temps d’y remédier. N’être pas contre le fait d’avoir un choix plus élargi concernant ses camarades de mission. 9&1 sont exclus d’office, pour les avoir trop fréquenté. Etre bien trop présent.e pour 22 du fait de sa formation. Etre loin de mériter d’accompagner le Maître lors de ses sorties.
Restait donc une de ses meilleures options : le dialogue.

« - Stressé. Comme toujours, une réponse brusque par son honnêteté. Impression de stagner. Notamment dans le développement de mes compétences. Regard en biais derrière l’argile, en direction de l’émeraude. La dévotion ne permet pas de dépasser certaines choses. Hésitation stagnante. Certaines peurs. Laisser traîner le sujet, sembler chercher ses mots. Entre autres… »

Passer machinalement sa main sur son avant-bras gauche, afin de masser la chair emmanchée. Communiquer sans monologue ou dispenser de leçon afin de sociabiliser avec ses frères d’armes semblent devenir soudainement une épreuve insurmontable. Peut-être même bien plus difficile que d’affronter un loup-garou.
Quelle ironie.

« - Et… Vous… ? »

C’était rapidement devenu gênant. Préférer observer la course des astres et le reflet artificiel des lampadaires tout en essayant de se souvenir comment l’on fait pour se faire des amis, autrement qu’en leur demandant directement entre deux séances de nécromancie.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Ian Benbow, Mar 14 Aoû 2018 - 17:25


RP avec Cara et Arty.

ODEATH

Le début de ce RP se passe à Londres.

Un éclat de rire, suivit d'une gorgée de vin blanc. Mon regard se perd dans celui de mon interlocutrice, alors que mon visage reprend une expression plus traditionnelle. Une vague de chaleur étouffante s'est emparée de l'Angleterre, et elle sévit à Londres comme partout ailleurs. Je m'empare de l'une des serviettes, disposée sur notre table, et m'éponge doucement le front, tentant de faire disparaître les quelques gouttes de sueur qui commençait à y perler. Autour de nous, c'est le brouhaha, des dizaines de personnes profitent de leur soirée pour se retrouver. Un peu comme nous deux, ex-collègues qui se retrouvent pour discuter de l'un de leur sujet préféré : O'Toole.

Cara De Lanxorre vient de terminer son histoire captivante. Elle m'a annoncé avoir prit la relève d'Evan, en tant que Directrice de Serpentard. Ce n'est pas tant cette nouvelle qui est intéressante, mais plutôt la manière avec laquelle Cara avait réussi à obtenir le poste. Elle a réussi à retourner une situation défavorable en passant un marché avec sa supérieure, qui se trouve être la mère de mes enfants d'ailleurs. La tentative de chantage que nous avions mise en place s'est avérée être un échec, à cause de ce don qu'à O'Toole de toujours retomber sur ses pattes. Cette fois, il s'est tourné vers Azénor, et fidèle à elle-même la directrice adjointe de Poudlard n'avait pas hésité une seule seconde à apporter son soutien à un animal blessé. Heureusement pour moi, j'ai réussi - involontairement - à me tenir éloigné de cette histoire, m'évitant ainsi une belle remontrance de la part de ma belle Gryffondor. Et de son côté, Cara a donc réussi à s'en sortir avec une promotion. Pas si mal pour un échec dirons-nous, mais c'est un échec.

- Ça reste énervant, quand même.

Après l'avoir félicité, applaudi chaudement même, je me permets d'enfoncer un peu plus le clou, souhaitant créer une envie de vengeance chez la récemment nommée directrice de maison. Je ne souhaite pas en finir là-dessus, surtout que je n'ai même pas profiter de la mine déconfite du bouffon lors de l'annonce du chantage. Je veux dire, on sort presque perdant dans cette histoire, et ça ne me plait pas du tout, surtout quand on voit la personne qui en sort vainqueur.

Ne serait-il pas possible d'en rajouter une couche ? De donner une dernière leçon à O'Toole ? Une leçon qu'il ne pourra que retenir. Il y en a marre que ce rat d'égout arrive à se remettre sur le bon chemin sans jamais réellement payer le prix de ses erreurs. N'était-il pas de notre ressort de s'assurer qu'O'Toole ne continue pas sur la voie qu'il semble s'être tracée ?

- On peut.. non, on doit aller plus loin.

Peut-être étais-je guidé par l'alcool, il faut dire qu'avec la chaleur, ça ne fait pas un bon mélange. Peu importe. Je me sens emporté par une vague de motivation. Je me redresse sur ma chaise, prêt à convaincre la Professeure d'enchantement de me suivre dans mon délire. Je la connais.  Je sais la haine qu'elle voue à ce cracmol. Je suis persuadé qu'il ne sera pas bien compliqué de la convaincre.

- Il faudrait agir masqué. Il ne peut pas nous reconnaître. On a trop à perdre. Je lui lance un regard interrogateur. Faisons le payer, Cara. Il mérite une bonne correction. Il n'a pas hésité une seule seconde à te marquer pour toujours. Je fais référence à la longue cicatrice marquant son dos. Tendons lui un piège, Cara. Il est c*n, il tombera dedans de toute façon. Après, ça sera à nous de jouer.

Un rictus vient déguiser mes lèvres, alors que je jette un regard vers mon verre, complètement vide. Dommage. Et tant mieux, en même temps, autant passer à la suite des festivités directement.
Revenir en haut Aller en bas
Cara De Lanxorre
avatar
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Cara De Lanxorre, Sam 25 Aoû 2018 - 16:36



    Sur la table, la bouteille en verre a laissé l'emprunte d'un cercle humide. L’eau avait eu le temps de dévaler la surface lisse, imprégner le bois, l’assombrir. Elle ne savait pas depuis combien de temps elle était attablée ici, Cara. Tout ce qu’elle savait, c’est que la bouteille était désormais vide, et que les yeux de Ian brillaient un peu plus qu’à l’accoutumée. La professeure n’avait évidemment pas touché à une goute de vin, se contentant de raconter les dernières péripéties de sa vie en sirotant des cocktails – sans alcool – de la manière la plus suggestive possible. Certes, elle avait récemment appris que Ian était le compagnon d’Azénor et père de son premier enfant. Mais hé, c’est pas parce que tu ne joues plus que le jeu s’arrête.

    C’est donc les yeux rivés sur son ex-collègue et les lèvres entrouvertes en un sourire que Cara savoure l’effet de sa petite histoire sur Benbow – homme qui rit, tout ça. Il était l'un des premiers à qui elle annonçait sa promotion toute récente. Directrice de Maison à partir de septembre, c’était quelque chose. Evidemment, elle était persuadée d’avoir mérité cette place, et que le petit arrangement avec Azénor ne changeait rien à la légitimité de la promotion. En réalité, nous savons tous que Cara est une professeure incroyablement mauvaise, tout le monde sauf elle.

    Ses mains courent sur le verre vide quand Ian prend la parole. A voix basse, juste audible pour eux deux, qui se regardent par dessus la table. Elle l’écoute tout en l’observant, et elle sait qu’elle peut le croire, lui faire confiance. Qu’il n’est pas ici question de savoir si il est raisonnable d’aller si loin, de s’interroger sur des considérations aussi futiles que la morale ou l’éthique. Non, ici on complote à demi-mot.
    Miroir des lèvres qui s’étirent, partners in crime qui se comprennent. La perspective de punir O’Toole pour ne pas avoir pu tenir sa langue remplit Cara d’une douce énergie vengeresse. Mais comme le souligne Ian, tout cela mérite préparation. « Il faut être certain qu’il ne pourra jamais remonter jusqu’à nous ». La remontrance d’Azénor n’avait pas été des plus agréables, Cara n’avait pas l’intention de renouveler l’expérience. « Qu’est-ce que tu proposes ? » qu'elle murmure en se penchant vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 18 sur 18

 Lieux sombres de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.