AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 4 sur 18
Lieux sombres de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 18  Suivant
Sara Shake
Serdaigle
Serdaigle

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Sara Shake, Mer 26 Oct - 17:31


Uoudainement, une lueur argentée était apparue au loin. Immédiatement intrigués, les deux journalistes ne prirent pas la peine de se questionner. Ils se regardèrent simplement et se mirent à courir en direction de la source de lumière. Hélas, celle-ci semblait s'éloigner au fur et à mesure que les deux jeunes gens approchaient, soufflant comme de vieux boeufs. De plus, chacun ayant une bouteille de vin à la main, le tableau devait vraiment être épouvantable à regarder. Mais ça, la jeune femme qui courait à en perdre haleine s'en foutait royalement et de tout son coeur : tout ce qui comptait était le rythme irrégulier de ses foulées.

Elle faillit trébucher à plusieurs reprises sur le pavé, mais heureusement, la chance était avec elle, ce soir. Enfin, pas exactement. N'en pouvant plus, Sara s'arrêta, bientôt imitée par Mathew. La lumière avait disparue comme elle était apparue : en un clin d'oeil. A bout de souffle, la jeune journaliste se courba et s'appuya sur ses genoux, reprenant sa respiration. La bouteille encore chaude lui réchauffait les mains, bien que la course contre le soit-disant fantôme l'eut fait suer à grosses gouttes. Quelques secondes passèrent, pendant lesquelles la jeune femme observa en même temps le paysage.

Apparemment, elle se trouvait dans le cimetière. Comme elle connaissait assez bien l'endroit - vu qu'elle vivait non loin du village - elle hocha mentalement la tête : c'était bien l'endroit où reposaient les morts par centaine. Sara jeta un oeil à son coéquipier et constata qu'il était également dans un sale état, mais pas le moins du monde ébranlé par le vin chaud qu'il avait englouti avant de s'élancer à la poursuite de la lumière. L'adrénaline avait estompé les effets de l'alcool. Pas drôle. La jeune femme souffla doucement et se redressa.

« Qu'est-ce que.. c'était.. Le fantôme ? » demanda le jeune homme.

Sa supérieure haussa les épaules, encore trop épuisée pour parler. Elle continua son inspection des lieux. Pas la moindre trace de fantôme, juste des tombes oubliées depuis des décennies et à présent recouvertes de mousse épaisse. Seules quelques sépulcres présentaient des couronnes de fleurs, fanées ou encore fraîches. La jeune femme se mit à marcher entre les morts, frissonnant à nouveau dans sa cape. La course l'avait peut-être échauffée, mais se retrouver dans un cimetière lui donnait la chair de poule... Non parce qu'elle avait peur ! Ce genre d'endroit ne l'intimidait guère, elle lui donnait simplement... des frissons inexplicables.

« Si c'était le fantôme, peut-être veut-il nous montrer quelque chose ? En tout cas, maintenant que nous sommes ici, autant continuer à chercher... » dit Sara.

Elle continua sa route et entendit Mathew lui emboîter le pas doucement. Ils ne faisaient aucun bruit, par peur de profaner quelque sommeil profond. Plus les minutes passaient, moins les deux jeunes gens pensaient qu'un fantôme hantait le célèbre village. C'était encore une fois un leurre, juste une blague histoire d'attirer les curieux et les naïfs. Et ils étaient tombés dans le panneau ! La jeune femme donna un coup de pied dans un caillou, qui fut envoyé valser quelques mètres plus loin. Tout à coup, la lumière argentée réapparut devant les deux journalistes, qui furent un moment éblouis. Mais pas moyen de voir ce qui se cachait derrière...

Et à nouveau, la lumière s'éloigna, comme si elle voulait effectivement montrer quelque chose aux deux visiteurs...
Revenir en haut Aller en bas
Mathew Purgis
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage




Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mathew Purgis, Ven 28 Oct - 11:36


Sara mit quelques secondes à reprendre son souffle. La course poursuite l'avait, tout comme Mathew, épuisée. Puis, elle se redressa et dit d'une voix haletante :

- Si c'était le fantôme, peut-être veut-il nous montrer quelque chose ? En tout cas, maintenant que nous sommes ici, autant continuer à chercher...


Nous montrer quelque chose ? Cette histoire paraissait de plus en plus absurde. Bien sûr, il y avait peu de chances que cette lumière argentée soit le fruit du hasard.. Pour l'instant, Mathew se dirigea, tout comme Sara, vers le cimetière. Pour une raison totalement inconnue, il se sentait toujours à l'aise dans ce genre d'endroit, comme enfermé dans une bulle protectrice.
Il passa un rapide coup d'oeil entre les tombes, dans les parties découvertes de la végétation..
Après quelques minutes, les recherches n'avaient toujours pas avancées. Sara et Mathew continuaient cependant à marcher dans cet endroit lugubre pour espérer trouver l'ombre d'un indice sur cette étrange histoire.

Soudain, Sara sembla s'énerver et donna un violent coup de pied dans un caillou. Celui-ci traversa.. une lumière grisâtre.
Les effets de l'alcool ne s'étaient donc pas atténués ? Cette lumière était encore revenue, et une nouvelle course poursuite allait débuter..?
Cette fois, la lumière se déplaçait très lentement. Elle se dirigeait droit vers une petite ruelle que Mathew n'avait pas aperçu.
Alors, il fit signe à Sara de le suivre et, d'un pas lent, commença à marcher vers l'éboulissante lumière. Ce fut quelques secondes pourtant très longues pour Mathew. La lumière continuait à flotter dans les airs comme si de rien n'était à travers les étroits murs de la ruelle, pour finalement s'arrêter, et passer à travers une porte.
Oui, la lumière s'était éclipsée devant une vieille porte en bois humide. Un léger cliquetis se fit entendre derrière. Sans même réfléchir, fasciné par ce qui venait de se produire, Mathew posa sa main froide sur la poignée et la poussa.

C'était un vieil appartement miteux, digne d'une masure. Les meubles, délabrés, s'entassaient dans un coin de la pièce, ce qui faisait que le reste de la maison était totalement vide. Chose étrange, il n'y avait qu'une seule pièce.
Il alla vers l'entassement de meubles et commença à les fouiller. Il était presque sûr que Sara avait eu la même idée que lui : cette lumière ne pouvait être un simple hasard.
Revenir en haut Aller en bas
Sara Shake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Sara Shake, Sam 5 Nov - 11:40


Plissant des yeux, la jeune femme tenta de voir quelque chose, à travers cette étrange lumière. Cependant, rien n'y faisait. C'était comme si... un fantôme se trouvait devant elle. Interloquée, elle regarda son jeune ami qui lui faisait signe de le suivre. Il n'y avait rien d'autre de mieux à faire. A part tenir compagnie aux morts, bien sûr, et c'était avec joie que la journaliste l'avait fait jusqu'à présent. Mais les cimetières, quoique très amusants, devenaient de plus en plus lugubres au fur et à mesure que la nuit avançait. Et elle n'avait pas envie de Mathew découvre une partie de sa personnalité si spéciale.

Haussant les épaules, la jeune femme hocha la tête et se mit à suivre le jeune homme, qui avançait doucement, dans l'ombre de la lumière étrange. Celle-ci semblait bien vouloir leur montrer quelque chose ou les amener autre part, plus loin encore. Était-ce une blague ? Était-ce réel ? Le seul moyen de le savoir était de continuer à suivre le mystère. De toute façon, c'était plutôt amusant, et s'il s'avérait que ce n'était qu'une blague destinée à leur faire peur et perdre leur temps, Sara ne donnait pas cher de la peau des petits farceurs. Sa salle de torture était restée vide trop longtemps...

Finalement, au bout de quelques minutes, ce qui semblait être des heures, la lumière disparut à nouveau. La journaliste faillit se cogner à son jeune ami, mais l'évita de justesse. Grâce à la mystérieuse lumières, elle voyait où elle mettait les pieds mais à présent qu'elle fut disparue, un noir total s'empara de sa vision. Il lui fallut un moment pour s'adapter à la lueur des étoiles et de la lune. Un cliquetis se fit entendre, comme si une porte venait d'être déverrouillée. Clignant des yeux, Sara constata qu'ils étaient arrivés devant un espèce de petit immeuble miteux, fait d'appartements minuscules. Quelle idée de les amener par ici ?

Le jeune homme semblait comme hypnotisé par la lumière. Sans attendre, il poussa la porte et entra. La jeune femme le suivit de près, au cas où il faudrait dégainer sa baguette magique. Elle était plus vieille et donc responsable. S'il lui arrivait quelque chose... Son coeur se serra en pensant à cela mais fort heureusement, personne ne leur tomba dessus avec un filet et des harpons. Une chose était sûre : la lumière avait de nouveau disparu. Mais où ? L'appartement ne comportait apparemment qu'une seule pièce, avec des fenêtres condamnées. Des meubles en très mauvais état s'entassaient dans un coin de la pièce unique.

Il n'y avait plus qu'à fouiller parmi ce ramassis de vieilleries ! Ainsi, les deux journalistes se mirent à déplacer les morceaux de bois pourris, dans l'espoir de découvrir quelque chose sur ce mystérieux fantôme, cette lumière qui les avait menés jusqu'ici. Mais que cherchaient-ils au juste ? Un cadavre putréfié ? Un trésor caché depuis des décennies ? Heureusement, la première hypothèse était à rejetée car il n'y avait pas d'odeur à faire vomir. Par contre, pour la deuxième... Qui savait ? En tout cas, ça pouvait être amusant de faire la chasse au trésor.

Soudain, à force de déplacer les vieux meubles, la jeune femme découvrit le sol. Celui-ci était poussiéreux, comme partout dans la pièce. Cependant, un éclat rouillé attira son attention : c'était une poignée. Une poignée qui sortait du sol. Une trappe ! Elle poussa un petit cri excité et donna un coup de coude à Mathew. Elle pointa sa trouvaille du doigt.

« Regarde ! Ça doit mener quelque part ! »

Elle déblaya le plancher et ouvrit la trappe. Une forte odeur de terre mouillée et de pierres humides monta à ses narines. Il faisait très noir, au fond. Sortant sa baguette magique, elle lança le sort mineur Lumos et éclaira. A priori, la vieille échelle qui descendait devait mener quelque part. Elle regarda son jeune ami et lui sourit. Honneur aux hommes !
Revenir en haut Aller en bas
Mathew Purgis
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage




Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mathew Purgis, Mer 28 Déc - 10:46


Pendant quelques minutes qui parurent bien longues, le Serdaigle pensa que toute recherche était vaine. Cette lumière n'était qu'une stupide blague ou bien quelques effets secondaires du vin que les deux journalistes avaient précédemment bu. Néanmoins, la salle avait une construction des plus étranges. Pourquoi les meubles étaient-ils rassemblés en un seul point ? Cette réflexion était sûrement sans intéret. Et dire que les jeunes sorciers avaient perdu leur temps dans de telles balivernes... Ou pas. Le vendeur sentit un contact sur son coude. Sara essayait de le prévenir de quelque chose. Tournant lentement la tête, il aperçut une portion du sol soulevée en forme de trappe. Enfin un élément perturbateur !

« Regarde ! Ça doit mener quelque part ! »

Le jeune homme acquiesça d'un signe de tête et d'un léger sourire. Peut-être allaient-ils tomber dans une vieille cave tout poussiéreuse infestée de rats mutants ? Non, ils allaient sûrement faire une grande découverte dans ces tréfonds ténébreux. Il fit un rapide signe de main à Sara pour lui demander de le suivre. D'un pas lent, il se dirigea vers le trou de forme carrée. On n'y voyait absolument rien, juste une échelle en bois qui descendait à un niveau inférieur. Le Serdaigle devait prendre quelques précautions au cas où cet étrange endroit serait dangereux d'une quelconque manière. Il sortit son instrument de magie et informula un Lumos Globum. Aussitôt, une boule lumineuse apparut au bout de sa baguette. Celle-ci se déplaça rapidement vers le trou obscur. Oui, quelque chose devenait perceptible. Le sol, peut-être.

Quoi qu'il en soit, le journaliste était si attiré par ces tréfonds qu'il n'attendit pas une seconde de plus : il commença à descendre l'échelle de bois. Au fur et à mesure que la lumière qu'il avait créé descendait, le paysage rocheux devenait de plus en plus visible. Les murs étaient entièrement fais de pierre déformée et humide. Un léger ruisseau coulait dans un coin de la caverne, et le sol était composé de plusieurs galets ou de grosses roches. Les caractéristiques typiques d'une grotte perdue quelque part dans le monde. Attendant que sa collègue finisse de descendre l'échelle, il déplaça la boule de lumière un peu partout dans la salle. Au fur et à mesure, les éléments de la caverne devenaient de plus en plus perceptibles.

Il s'avança. Au bout du grand tunnel, il croyait avoir vu quelque chose sur les murs. Des inscriptions. Cela se confirma vite lorsque la lumière laissa paraître plusieurs écritures gravées sur la roche en face des deux journalistes. D'abord, les caractères étaient incertains mais se précisèrent au fur et à mesure que la boule lumineuse s'avançait. Finalement, on pouvait lire :


Ici reposent les mémoires d'un homme qui repose.

Quelle phrase étrange ! Mathew se tourna vers Sara, espérant qu'elle aurait comprit la signification des lettres gravées dans la pierre. C'est alors que, sans prévenir, la boule lumineuse s'intensifia. En fait non, ce n'était pas la boule lumineuse, mais la lumière blanche et aveuglante que les deux journalistes avaient précédemment apperçu. Cette fois-ci, elle ne bougeait pas. Sa source provenait de l'endroit où les mots avaient été gravés. Le regard du journaliste devint curieux, et sans réfléchir, il se dirigea vers la source lumineuse.

« Bombarda. »

Le mur explosa, la lumière disparut. L'idée du journaliste avait visiblement été bonne puisque de nombreux petits objets s'écoulèrent du trou créé vers le sol. Plus précisément, il s'agissait de parchemins en quantité indénombrable. Le Serdaigle jeta un regard satisfait à sa collègue avant de se diriger vers l'amoncellement de rouleaux de parchemins.
Revenir en haut Aller en bas
Sara Shake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Sara Shake, Mar 10 Jan - 17:59


Alors que la jeune femme commençait à en avoir marre de traquer un soit-disant fantôme dans les rues de Godric's Hollow, la quête des deux journalistes commença enfin à devenir intéressante. En fouillant parmi les débris d'une vieille baraque abandonnée, Sara avait découvert l'entrée d'une cave, lui semblait-il, selon la trappe qui s'ouvrait vers l'intérieur. Lorsqu'elle tira sur l'anneau rouillé pour voir ce qu'il y avait en-dessous, elle fut assaillie par une odeur de renfermé, de terre humide et de pierre. Le boyau dans lequel s'enfonçait une échelle à l'aspect peu engageant ne tenta pas la jeune femme dans un premier temps.

Elle se tourna vers son compagnon d'exploration et lui fit un sourire charmeur. Après tout, pourquoi toujours laisser l'honneur aux femmes ? Pour une fois, les hommes devraient se sentir flattés qu'une femme ne veuille pas passer la première. Apparemment, Mathew ne s'embarrassa pas des bonnes manières et fit signe à sa supérieure qu'il descendait mais qu'elle devait le suivre. C'était bien évidemment son intention, après avoir vu si le jeune homme dégringolerait suite à l'effondrement de l'échelle. Mais celle-ci tint bon et bientôt, l'ex-Serdaigle ne fut plus d'un point lumineux - sa baguette magique projetant un faisceau de lumière blafarde. Bon, il fallait bien y aller !

Prenant délicatement sa baguette magique entre ses dents, Sara prit précautionneusement pied sur le premier barreau de l'échelle et descendit à la suite du journaliste. L'odeur se faisait plus persistante et plus vive au fur et mesure qu'elle s'enfonçait dans les entrailles de la maison. Ce n'était pas désagréable en soi mais une curieuse envie d'éternuer la prit alors qu'elle n'était pas loin du sol. La jeune femme entendait les pas de son collègue sur ce qui semblait être de roche. Ce n'était donc pas une cave ordinaire ! Sara avait hâte de mettre pied à terre.

Deux minutes plus tard, elle contemplait ce qui lui faisait penser à une grotte oubliée. Un petit ruisseau coulait quelque part, le sol était bien fait de roche mais il y avait des galets éparpillés, comme sur une plage abandonnée. Les murs étaient en pierres humides. Un bruit de goutte-goutte se faisait entendre. Ébahie par l'endroit qui devait sûrement être vieux, la rédactrice-en-chef du Chicaneur oublia que sa baguette était toujours coincée entre ses dents. Elle finit par l'enlever et à la pointer devant elle, à la suite de Mathew. Le précieux bout de bois était plein de bave en son milieu. Sa propriétaire l'essuya avec sa manche et commença l'exploration de la grotte.

Tandis que les deux journalistes avançaient, la grotte semblait n'être faite que de pierres. Rien ne laissait entrevoir qu'il y avait peut-être un trésor caché quelque part ici. Enfin, c'était ce que pensait Sara qui commençait à frissonner, mais son compagnon envoya bien vite sa boule lumineuse vers un mur, qui semblait être le fond de la grotte. On aurait dit que des inscriptions étaient gravées dans la pierre. S'approchant, la jeune femme plissa des yeux pour lire : « Ici reposent les mémoires d'un homme qui repose. ». Une phrase légèrement étrange. Elle échangea un regard avec Mathew et haussa doucement les épaules, comme pour signifier qu'elle ne comprenait pas. Mais tout à coup, la lumière parut s'intensifier. Cherchant l'origine de cette source, la jeune femme découvrit la boule lumineuse qui les trimbalait depuis quelques minutes déjà dans tout Godric's Hollow.

Celle-ci était presque collée au mur où se trouvait l'inscription énigmatique. Sans crier gare, le jeune homme pointa sa baguette magique vers elle et incanta un sort de bombardement. Le fou ! Heureusement qu'ils étaient un peu en retrait. Sara se reçut un éclat de pierre sur la main, qui lui ouvrit une petite entaille sur le dessus. Jetant un regard noir vers son journaliste, la jeune femme finit par regarder le tourbillon de poussière qui émergeait du mur explosé. Il semblait que des objets s'en déversait, tels des aliments vomis par une bouche trop gourmande. Triomphant, Mathew s'avança vers la pile et sa supérieure vit de quoi il s'agissait : de vieux parchemins.

« Eh, attends ! Ce n'est peut-être pas très prudent... Qui sait si ces rouleaux ne sont pas enchantés ? »

La jeune femme lança quelques sortilèges de révélation et incanta des sorts d'annulation, juste au cas où les rouleaux de parchemin auraient bien été ensorcelés par l'homme qui reposait avec son trésor. A priori, il n'y avait pas de danger. Les deux jeunes gens s'avancèrent donc vers la petite pile et entreprirent de choisir quelques parchemins. Peut-être étaient-ce des recueils de vieux sortilèges oubliés ? Ou tout simplement des recettes culinaires qu'une personne voulait garder pour elle. Alors qu'elle s'emparait d'un parchemin, Sara poussa un petit cri en découvrant sous le parchemin... une main qu'on aurait dite momifiée. La jeune femme porta sa main sur le coeur, qui battait frénétiquement. Elle s'était saisie, ne s'étant pas attendue à trouver les morceaux d'un cadavre.

« Ainsi donc, vous m'avez suivi ! » tonna une voix qui semblait sortir de nulle part mais de partout en même temps.

Pointant sa baguette dans le vide, l'ex-Serdaigle chercha des yeux la source de la voix. Mais il n'y avait personne dans le champ de vision offert par la boule lumière de son collègue. Si c'était lui lui faisait une mauvaise blague... il passerait un sale quart d'heure. Le lieu était oppressant, bien que la jeune femme ne soit pas claustrophobe. Il y avait juste quelque chose d'étrange, maintenant que la surprise était passée. Cet endroit donnait la chair de poule. Qu'était-ce donc que le trésor de parchemins ? Et qui reposait là, laissant traîner un bout de corps décrépi ? La jolie blonde aurait bien aimé savoir. Elle se tourna vers le jeune homme, qui tenait des rouleaux dans ses bras, surpris par la voix. Ce n'était donc pas lui.

« Qui êtes-vous pour profaner cette tombe ? » redit la voix.

La source de cette mystérieuse voix se montra enfin. Il s'agit de la source lumineuse et gris-argenté, que les deux jeunes gens avaient suivi. Elle était sous forme d'un être humain et ressemblait bel et bien à un fantôme d'une tierce personne passée. Mais les traits étaient indéchiffrables ; on ne savait deviner si le visage était colérique ou joyeux. Cependant, la voix laissait entendre un certain mécontentement. Sara se passa la langue sur les lèvres. Elle était Mangemorte, elle n'avait peur de rien.

« Euh... Et vous êtes qui ? C'est à vous... ? » demanda la jeune femme en montrant la main.
« Vous m'avez mis en morceaux, en plus ! » tonna le fantôme, dont la voix se répercutait contre les murs de pierre.
« Je rectifie : IL vous a mis en morceaux. Puis, vous êtes mort, alors... »

Ce n'était pas gentil de dénoncer mais c'était la vérité. Elle n'y était pour rien dans le démantèlement du corps de ce monsieur - la voix était bien masculine. La jeune femme prit une posture plus confortable et jeta un oeil à son collègue, qui devrait bien présenter ses excuses. La présence du fantôme était bénéfique, ils pourraient ainsi savoir ce qu'étaient ces rouleaux de parchemins et peut-être plus.


Dernière édition par Sara Shake le Lun 7 Mai - 21:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mathew Purgis
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage




Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mathew Purgis, Ven 20 Jan - 16:08


Que trouver dans une ancienne crypte située au niveau inférieur d'une vieille maisonnette..? Une question bien inhabituelle qui pourtant allait trouver réponse dans les prochaines minutes. Lorsque le soi-disant tombeau avait été détruit, un amoncellement de parchemins était apparu. Pour une raison assez floue, le réflexe de détruire le mur avait prit le jeune Serdaigle qui était bien fasciné par les lieux. Que faisait-donc une grotte sous la vieille bâtisse précédemment visitée ? L'esprit du journaliste était bien embrouillé face à cette situation. Ses mains fouillaient de manière fébrile les morceaux de papier qui venaient de glisser à ses pieds. Dessus, quelques phrases sur des parchemins jaunis par la vieillesse et la crasse. En fait, les mots lisibles semblaient se rapprocher du latin, écrits plutôt maladroitement par une main humaine. Comme quoi, les langues mortes savaient même à ce jour se rendre utile. Il n'y aurait donc rien à tirer des quelques écrits présents sur les rouleaux de papier. Avec une pointe de déception, le sorcier se retourna vers sa collègue qui venaient de se pencher pour récupérer un parchemin. Stupeur ! La jeune femme poussa un cri perçant qui résonna dans la grotte rocheuse. Une espèce de main en putréfaction venait de glisser du papier qui avait prit une teinte marron à cause du liquide présent sur le membre humain. Mathew n'avait pu empêcher son corps tout entier de réagir par un rapide mouvement hasardeux. Un réflexe totalement inutile. Sara avait maintenant porté sa main à sa poitrine, le regard traumatisé, ce qui était bien normal.

« Ainsi donc, vous m'avez suivi ! »

Une étrange voix fantomatique venait de faire écho entre les murs rocailleux de la crypte. Les deux journalistes avaient regardé autour d'eux, et malgré la boule lumineuse qui n'avait pas disparue, la source de la voix n'avait pu être identifiée. Le cœur de la pauvre femme devait certainement jouer du tambour dans toute sa cage thoracique... Il en valait de même pour le Serdaigle dont les récents évènements lui avait donné soif. Quoi qu'il en soit, les deux collègues étaient en pleine panique. A tout moment, ils s'attendaient à ce qu'un mystérieux élément vienne les apeurer de manière violente. Qu'un spectre surgisse de nul part et pousse un long cri agonisant.. Si cela venait à se produire, ce serait tournée d'arrêts cardiaques en une seconde. Les yeux curieux du jeune homme s'attardèrent alors sur une lumière qui venait de faire son apparition sur un mur de la crypte. Pas de sortilège, cette fois-ci, mais un fantôme. Ce genre de personnage était facilement reconnaissable, surtout lorsque leur forme humaine était perceptible à travers la lueur grisâtre qu'ils dégageaient. Une lumière aveuglante émanait du spectre, au point que les deux journalistes durent se protéger les yeux avec leur bras pour éviter la cécité. Les paroles de l'ectoplasme étaient pleines de hargne, et discuter avec lui n'allait pas être chose facile.

« Qui êtes-vous pour profaner cette tombe ? »

C'est sûr que dit comme ça, le Serdaigle pouvait s'en vouloir. La curiosité, sûrement. Et puis quelle idée de mettre un tombe dans un tel endroit ; ça, c'était de l'outrage à personne défunte ! D'ailleurs, l'identité du spectre était toujours inconnue. Au moins, il ne s'agissait pas de Godric Gryffondor, bien trop différent par rapport aux quelques œuvres qui avaient été réalisées en son nom. La rumeur était-elle donc infondée ? Les journalistes avaient-ils enquêté pour la découverte d'un cadavre décomposé ? Une légère culpabilité vint hanter l'esprit de Mathew pendant quelques secondes qui suffirent au fantôme et à la jeune femme pour entamer une discussion :

« Euh... Et vous êtes qui ? C'est à vous... ? »
« Vous m'avez mis en morceaux, en plus ! »
« Je rectifie : IL vous a mis en morceaux. Puis, vous êtes mort, alors... »

Bonjour la solidarité ! Si en plus le professeur devait s'attirer la colère des spectres, nul doute que sa vie social en prendrait un sérieux coup. Et puis en morceaux ou pas, le cadavre était putride et complètement dévoré par les vers et les asticots. A ce stade, même du Skip Machine ne pouvait plus rien pour lui. Quoi qu'il en soit, le journaliste n'avait aucune envie de s'éterniser dans cette grotte poussiéreuse en compagnie d'un fantôme dont les restes servaient de petit déjeuner à quelques créatures microscopiques. Les deux collègues faisaient presque tâche fasse au paysage composé de parchemins recouverts de crasse et de la main, totalement putréfiée. Et comme si cela ne suffisait pas, la douce odeur d'un cadavre en décomposition vint parfumer l'air déjà suffoquant de la crypte ; que du bonheur ! Plus vite il serait sorti de là, plus vite Mathew pourrait boire une grenadine. Il fallait déjà calmer la rage de ce fantôme aux allures de Môssennieur Louis XIV. Alors que le jeune homme s'apprêtait à prendre la parole, le spectre le coupa dans son élan :

« Non mais je rêve ! Vous avez bien du culot, madame, d'avoir si peu de respect pour les morts. Quant à vous, monsieur, n'en parlons même pas. Les profanateurs de tombes n'ont vraiment par d'honneur ! Qu'avez-vous donc à gagner en pillant ce qui me sert de lieu de repos depuis 700 ans ? »
« Et bien, en fait.. Nous étions à la recherche du fantôme de Godric Gryffondor. »


Au moins, ces explications avaient l'avantage d'être directes ; pas besoin de tourner autour du pot en de telles circonstances. Un sourire malicieux apparut sur le visage blanc du spectre qui commença à gratter sa moustache pointue, désormais visible sur son menton. Après tout, si le fantôme d'un des hommes les plus célèbres du monde magique avait décidé de se balader à Godric's Hollow, un ectoplasme en saurait certainement plus que les pauvres humains que nous sommes. Comment cela se faisait-il qu'aucun habitant n'ait aperçu cet esprit qui pourtant n'avait rien de discret dans les rues du village sorcier ? Était-ce sa première sortie à l'extérieur ? Le Serdaigle espérait qu'une réponse soit apportée à ces quelques questions lorsqu'il aperçut la fine bouche du spectre s'ouvrir lentement :

« Ah, oui... Il ne tient plus en place, ces temps-ci. »
« Comment ? »


Le fantôme s'apprêta à répondre lorsque son corps spectral fut parcouru d'un fou rire incontrôlable. Sans en dire plus, il disparut d'un mouvement fluide vers une pierre de la crypte. Désormais, il ne semblait plus y avoir aucun moyen d'en apprendre plus sur cette affaire... Mais il était hors de question d'en rester là. La curiosité du professeur avait été attisée, et tant qu'il n'aurait pas trouver la réponse de cette énigme, il continuerait. Jetant un regard complice à Sara, il lui fit comprendre grâce à son regard qu'un autre passage devait exister dans cette grotte. Il alla donc longer les murs rocailleux de la crypte dans l'espoir d'y trouver quelque chose qui se rapprochait de près ou de loin à un passage secret. Si leurs recherches s'avéraient être fructueuses, nul doute qu'ils auraient là le scoop de l'année. Rien de mieux pour redonner de l'importance au Chicaneur.
Revenir en haut Aller en bas
Mione
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mione, Lun 6 Aoû - 14:54


¤ PV Mione et Enigmera Prewett ¤

L'atmosphère était lourde. Entre les senteurs d'alcool, les odeurs de transpiration, la chaleur des fours et les bruits de conversations émaillés de rire gras, y avait pas à dire, c'était plutôt glamour... Mione soupira, replongeant le nez dans son verre pour la vingtième fois au moins depuis le début de la soirée. Elle le savait en venant, que cette pseudo surveillance ne servirait à rien. Il est vrai que bon nombre d'établissements sorciers avaient été touchés à travers le pays, à commencer par le sien. Pour autant, le Sanglier Rieur n'était pas n'importe quel établissement. Déja il était situé à Godric's Hollow, qui, à part d'un point de vue historique, n'avait guère d'intérêt pour le commun des sorciers. C'est certainement pas les Mangemorts qui seraient venu se paumer là... Et puis Lizzie Parker, l'une des sœurs d'armes de Mione y travaillait. Autant dire qu'il était déja surveillé en permanence. Mais Alicia avait jugé qu'il serait plus prudent d'envoyer les Phénix s'y relayer. Après tout peut être que c'était les restos de Phénix qui étaient visés.

Mione ne pouvait pas lui en vouloir bien sûr mais elle ne se sentait pas dans son assiette pour autant. Depuis la fourberie du Ministère à son égard, les relations très tendues qu'elle entretenait avec Zhad et les Phénix qui avaient vu partir des membres très anciens en l'espace de quelques mois, elle se sentait lasse. Lasse d'avoir une vie aussi mouvementée, lasse de devoir garder le secret, encore et encore. Et lasse d'avoir l'impression de faire la même chose jour après jour, sans qu'aucune amélioration ne se fasse sentir. Les Mangemorts étaient toujours là, fidèles au poste pour terroriser la communauté magique. Et les Aurors ne lui inspiraient aucune confiance...

Elle lança un énième regard circulaire dans la salle, prête à intercepter toute attitude suspecte. A part cette fille encapuchonnée qui n'arrêtait pas de relever le nez elle aussi, rien d'anormal. Mione l'avait repéré dès son entrée dans le restaurant. Elle ne savait pas encore qui elle était ni si elle était particulièrement dangereuse ou pas, mais elle gardait un œil sur elle depuis quelques minutes. Encore son côté paranoïaque qui prenait le dessus...

Alors qu'elle se levait de sa chaise pour aller payer l'addition, elle vit tout de suite que la jeune femme la suivait du regard. Étrange... Elle opta alors pour la solution B et partit en direction des toilettes. Lorsqu'elle en revint, l'autre n'avait pas bougé de sa place et sirotait tranquillement une boisson couleur cerise. Mione n'aimait pas le fait que sa capuche dissimule son visage... même si elle même avait conservé la sienne pendant toute la soirée. Mais ça n'avait rien à voir. Cette fille là ne faisait pas partie des Aurors. Ils suivaient avec attention chaque mouvement d'effectif au Ministère. Alors pourquoi ne pas vouloir être vue si ce n'est pour ne pas attirer l'attention sur une activité illégale, hmm ?

Elle alla donc récupérer son sac qu'elle mit en bandoulière, régla son addition à la serveuse - Lizzie était de repos ce soir, impossible de lui confier ses craintes - et rejoignit la porte sans rien laisser paraître.

Elle sortit, tourna tout de suite à droite puis patienta quelques minutes avant de se couvrir de sa cape d'invisibilité. Si cette fille avait bien une attitude bizarre, autant essayer de la surprendre à sa sortie du restaurant pour savoir ce qu'il en était. L'atmosphère était un peu plus respirable à l'extérieur, mais la chaleur étouffante qui s'abattait dans la journée sur la Grande-Bretagne depuis quelques jours, n'avait pas totalement disparue même si le soleil était désormais couché.

Après quelques minutes d'attente passées à dégouliner de sueur sous sa cape, Mione entendit tinter la sonnette. C'était bien la fille du resto qui sortait, toujours avec son capuchon sur la tête. Mione la suivit en attendant qu'elles aient dépassé la vitrine de l'établissement, et alors qu'elle approchait d'une rue parallèle, la rattrapa en une enjambée, lui plaqua la main sur la bouche par derrière, et retourna son corps de façon à la placer dos au mur le plus proche. Elle laissa tomber sa cape au sol, révélant lentement sa propre image à la jeune femme. Dans la panique, la capuche de celle-ci s'était défaite, révélant le visage d'une fille qui avait sûrement quitté Poudlard mais qui se révélait quand même plus jeune qu'elle. Mione plaça sa baguette sur son cou, juste au niveau de la carotide et lui demanda dans un souffle :

- Pour qui tu bosses ma jolie, hmm ?
Revenir en haut Aller en bas
Enigmera Prewett
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Enigmera Prewett, Lun 6 Aoû - 15:51


Era s'était rendue à Godric's Hollow dans un but bien précis. Elle cherchait quelqu'un qui avait mystérieusement disparu du jour au lendemain, sans laisser de trace. Cela faisait maintenant des semaines qu'elle fouillait chaque ville, moldue ou sorcière, sans trouver le moindre indice coïncident avec le passage éventuel de son ami.

Ce jour là, bien qu'une chaleur étouffante recouvrait la Grande Bretagne, Era s'était rendue au restaurant "le Sanglier Rieur". Son ami ne se trouverait certainement pas là, mais elle avait besoin de se sustenter et de se reposer un peu. A l'intérieur l'air était lourd, la chaleur était même plus écrasante qu'à l'extérieur. Cependant, la jeune femme, timide, garda sur elle sa cape et son capuchon. En jetant un coup d'oeil à la salle, elle aperçu la présence d'une autre personne, homme ou femme, elle ne savait le dire, dissimulée sous un capuchon. Elle lui jetait de temps à autre un regard, et se rendit vite compte que l'autre faisait de même. Qui était-ce ? Un mage noir ? Encore !? Non, pas ici, il aurait probablement déjà attaqué si c'était le cas...

La silhouette se leva et après avoir réglé ses consommations, sortit de la petite auberge. Enfin seule ! Era finit sa boisson en poussant un soupir de soulagement. Les regards de cette personne mystérieuse l'avaient mise mal à l'aise. A son tour, la jolie rousse se leva et paya son dû. Elle remonta un peu plus le capuchon sur sa tête, et sortit en faisant tinter la petite sonnette. Personne en vue. En avant pour les recherches ! Era avait à peine fait quelques pas, qu'une personne sortie de nulle part plaqua sa main sur sa bouche et la poussa dos contre le mur le plus proche. Era était abasourdie. Comment avait-elle pu baisser la garde à ce point ? L'inconnu fit glisser son capuchon et se dévoila. C'était une jeune femme à l'air méfiant.

- Pour qui tu bosses ma jolie, hmm ?

Era écarquilla les yeux.

- Pour qui... je bosse ?

Elle éclata de rire, sous le regard sceptique de la jeune femme qui la menaçait de sa baguette pointée contre son cou.

- Je ne bosse pour personne, vous devez vous méprendre. Je suis à la recherche d'un ami. Maintenant, lâchez-moi s'il vous plait.

On avait pas idée de sauter sur les gens et de les agresser de cette façon. La situation n'avait rien de drôle, pourtant Era était amusée. Que quelqu'un ait pu la croire, elle, maléfique, peu importait le côté dans lequel on se situait, était manifestement très comique. L'inconnue lâcha son étreinte mais garda sa baguette pointée sur Era, qui se redressa pour faire face à cette femme quelque peu paranoïaque (mais qui, néanmoins, n'avait pas l'air d'être une rivale) et qui semblait avoir soudainement perdu la parole.

- La prochaine fois, adressez-vous à moi en m'appelant, pas en me sautant dessus... Je m'appelle Era. Et vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Mione
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mione, Mar 7 Aoû - 12:34


La fille que Mione venait d'intercepter semblait assez surprise, voire même carrément interloquée de se trouver dans cette situation. Et Mione comprit rapidement qu'elle avait peut être fait une mauvaise pioche. Décidément, l'inactivité et la paranoïa ne faisaient pas bon ménage. Voilà qu'elle se mettait à agresser n'importe qui maintenant...

Le fait qu'elle éclate de rire ne prouvait rien en soi. Après tout, les Mangemorts aimaient ponctuer les combats de rires pseudos machiavéliques. Surement dans l'espoir de se donner un style terrifiant. Mais là ça sentait le rire sincère. Et le "s'il vous plait" à la place des insultes habituelles, ça commençait à faire vraiment curieux, même pour un Mangemort sous couverture.

Mione décida donc d'accéder à sa requête, même si elle n'arrêta pas de pointer sa baguette dans sa direction pour autant. Pour autant, ce retournement de situation soudain lui avait un peu coupé la chique. Et ça ne lui plaisait pas des masses. D'autant que l'autre n'avait même pas l'air furieuse. Dommage, car elle n'aurait rien eu contre un petit combat improvisé, histoire de ne pas perdre complètement la face. Mais là, elle avait juste l'air un peu ridicule sur les bords... Et déçue aussi.

Elle décida donc de reprendre un peu contenance lorsque la fille qui semblait se prénommer Era, lui demanda son nom. Hors de question de donner son nom à n'importe qui portant un capuchon, toute sincère qu'elle avait l'air d'être. C'était une règle de sécurité de base. Aussi elle baissa sa garde et éluda la question en répondant :

- Eh bien la prochaine fois, évitez de vous balader à une heure pareille avec une capuche sur la tête. Parce que vous aviez l'air franchement louche. Sur ce, je vous souhaite donc une bonne nuit... dit-elle en rangeant sa baguette dans le logement en cuir prévu à cet effet autour de son avant-bras gauche. Elle comptait faire une sortie théâtrale, fouettant l'air d'un mouvement de cape bien senti, lorsqu'elle entendit un bruit. Et pas n'importe quel bruit. Un grognement.

Les grognements ce n'était jamais bon. Soit ils étaient humains et émanaient dans le meilleur des cas d'un ivrogne en train de cuver son Whisky pur feu près d'une poubelle. Un Silencio bien placé suffisait alors à régler le problème. Mais en règle générale ils étaient rarement humains.

Mione était déja en train d'observer la ruelle au bout de laquelle elles se trouvaient, tentant d'analyser le bruit qu'elle venait d'entendre. Pour l'instant, il était assez sourd et ne semblait pas bouger. Impossible de savoir ce que c'était dans l'immédiat. Peut-être qu'il ne s'agissait que d'un chien un peu plus gros que la moyenne.

Elle se tourna vers la dénommée Era pour lui faire signe de ne faire aucun bruit. Elle aurait préféré qu'elle se barre, histoire qu'elle puisse elle même partir à la recherche de la bestiole. Mais c'eut été particulièrement malpoli. Et de toute façon, si elle bougeait maintenant, elles risquaient de se faire bouffer un bras ou toute autre partie du corps dont elle espérait ne pas avoir à se séparer dans l'immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
Enigmera Prewett
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Enigmera Prewett, Mar 7 Aoû - 14:15


La fille était toujours aussi méfiante. Cherchait-elle à la provoquer ? Era n'en savait rien. Cependant, ce n'était pas dans ses habitudes de se montrer si franche au premier abord, surtout avec une personne aussi étrange. Encore peu habituée aux combats, elle était quand même en mesure de se défendre si sa vie était menacée. Mais il lui semblait tout de même exclu que cette femme soit une ennemie...

- Eh bien la prochaine fois, évitez de vous balader à une heure pareille avec une capuche sur la tête. Parce que vous aviez l'air franchement louche. Sur ce, je vous souhaite donc une bonne nuit...

- Ah ? Parce que vous, vous n'étiez pas louche peut-être ? Vous avez gardé votre capuchon auss...

Manifestement la jeune femme ne se souciait plus de l'écouter. Elle avait déjà rangé sa baguette dans son étui, et semblait écouter quelque chose au loin. Tendant l'oreille à son tour, Era entendit un grognement. Etait-ce un chien ? Hum... Non. Si c'était le cas, ce serait probablement le chien le plus gros qu'Era eut jamais vu, et pourtant, dans son domaine, elle avait l'habitude de côtoyer de très grosses bêtes. Non, ce grognement là semblait différent. Un frisson parcouru son dos. Elle espérait se tromper. D'un geste rapide mais silencieux, elle s'empara de sa baguette dissimulée dans la poche de sa cape et la pointa droit devant elle. La fille n'avait pas bougé. Les deux jeunes femmes attendaient silencieusement que quelque chose se passe.
Revenir en haut Aller en bas
Mione
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mione, Jeu 9 Aoû - 15:47


Les sens en alerte, Mione était parfaitement immobile. Elle perçut un mouvement sur sa droite. Son acolyte venait de se saisir de sa baguette. Elle eut un infime mouvement d'impatience puis reporta son attention sur la ruelle. Tant qu'elle ne s'en servait pas de sa baguette, ça ne lui posait pas de problèmes...

Le grognement gagnait en intensité mais il lui était toujours impossible de distinguer quoi que ce soit. Pourtant sa vue commençait à s'habituer à l'obscurité. *C'est dans ces moments là que ce serait bien pratique d'être nyctalope...*

Il fallait réagir avant que la bestiole ne les atteigne. Le problème était assez simple : soit elles trouvaient rapidement un endroit où se planquer. Soit elles risquaient de se faire bouffer par une bête inconnue. Car il était maintenant quasi-certain que ce n'était pas un simple chien... La jeune femme réfléchissait aux moyens qui étaient à sa disposition et aucun ne lui semblait suffisamment sûr pour la fille qui l'accompagnait. En ce qui la concernait elle, elle avait déja affronté pire que ça. Mais Era ne semblait pas être une combattante d'élite, en tout cas n'en avait-elle ni le métier ni semble-t-il l'allure. Aussi il valait mieux éviter qu'elle soit en danger.

Lancer un Stupéfix à l'aveugle serait à la fois dangereux et stupide. Il suffisait que le sort atteigne une poubelle en métal, le sort ricochait et on se trouvait à Sainte Mangouste avec la moitié du visage en moins... Non, il fallait s'éloigner, c'était le seul moyen. Mais avant elles devaient essayer de savoir ce qu'elles fuiraient.

Mione tourna sa tête en direction d'Era et lui fit signe de cacher ses yeux. Elle pointa sa baguette en direction de la ruelle, droit devant elle, et lança en informulé : *Lumus Globum*

Un globe de lumière de la taille d'un Cognard sortit de sa baguette et s'immobilisa à quelques centimètres d'elle, baignant désormais la moitié de la ruelle d'une lueur très vive. Mione avait fermé les yeux en prévention de l'éclat soudain que le sort allait créer mais elle se forca à les rouvrir pour voir la bête. Ce qu'elle vit ne la rassura pas, mais alors pas du tout.

A peu près au milieu de la rue, un monstre qui devait mesurer pas moins d'1m90 une fois déplié, se tordait sur le sol, protégeant ses yeux de ses pattes. Il était poilu, griffu et ses dents avaient presque l'air trop grandes pour sa bouche.

- Cours ! cria-t-elle en direction d'Era. Contrairement à ce que la peur aurait pu l'inciter à faire, elle s'enfonça dans la ruelle, juste le temps d'atteindre un boyau qui s'enfonçait sur la droite, à seulement trois mètres de là où elles se trouvaient.

Elle voulait éviter que la créature ne s'approche de la rue principale où elles étaient quelques secondes auparavant. Il y avait trop de maisons, trop de gens à se balader et donc potentiellement trop de viande sur pattes à disposition pour lui...

Le boyau était étroit, poisseux et sale. Les pavés qui en constituaient le sol étaient inégaux et elle devait être vigilante pour ne pas dégringoler jusqu'en bas du passage. Elle se retourna quelques centièmes de secondes, pour s'assurer qu'Era la suivait. C'était le cas et le monstre ne les avait pas encore rejoint. La boule de lumière soudaine avait dû l'aveugler quelques instants. Juste ce qu'il fallait pour qu'elles s'éloignent... Mais Mione savait que maintenant, il ferait tout pour les retrouver.

Elle tourna en bas de la rue et avisa un escalier qui s'élevait vers les hauteurs du village. Impossible d'en voir le bout mais elle songea qu'il fallait mettre le plus de distance possible entre la bestiole et les habitants de Godric's. Elle fit signe à Era de la suivre et entreprit l'ascension. Lorsqu'elles arrivèrent en haut, une trentaine de marches plus tard, Mione se cala dans l'ombre d'un large porche pour reprendre son souffle.

- Au fait, moi c'est Mione... se présenta-t-elle à la jeune femme. Et si tu veux t'enfuir, c'est maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Enigmera Prewett
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Enigmera Prewett, Jeu 9 Aoû - 17:06


Après un puissant sort lancé par la jeune inconnue, l'endroit, jusqu'à présent plongé dans les ténèbres, s'illumina d'un véritable soleil artificiel. Era entrouvrit les yeux, la fille lui tournait le dos et semblait tenter d'observer, elle aussi, ce qu'était la créature qui poussait de si horribles grognements. Lorsque Era reconnue un loup-garou, elle se figea un instant avant de reprendre ses esprits.

Les effets du sort ne dureraient pas éternellement, il fallait déguerpir très vite. Commença alors une course pour la vie. Mettre de la distance entre le monstre et les deux jeunes femmes. Elles se retrouvèrent bientôt en haut du village après avoir monté une trentaine de marches. La fille devait avoir accordé sa confiance à la jeune femme, à moins que ce ne soit de la pitié, ou encore autre chose (?), toujours était-il qu'elle consentit enfin à se présenter.

- Au fait, moi c'est Mione... se présenta-t-elle à la jeune femme. Et si tu veux t'enfuir, c'est maintenant.

S'enfuir ? La dénommée Mione ne connaissait véritablement pas Era pour sous-entendre une pareille chose. La jolie rousse avait une apparence fragile, certes, mais elle savait se défendre et avait déjà combattu contre quelques mages noirs... Mais en toute logique, Mione l'ignorait.

- Non, je reste. Je ne suis pas celle que tu as l'air de penser.

Era se sentait un peu vexée, mais elle laissa bien vite ses pensées de côté. A entendre le bruit qui se rapprochait, le loup-garou les suivait, et n'était plus très loin. Mione avait l'air de s'y connaître, la jeune femme pensa donc qu'elle devait probablement être un Auror ou appartenir à l'Ordre du Phénix. Si elles s'en sortaient vivantes, peut-être auraient-elles l'occasion d'en discuter. Pour le moment, la priorité était le lycanthrope. Comment était-il arrivé ici celui-là ?

A deux, la tâche de l'immobiliser serait certainement plus facile. Era ne doutait pas de la force du loup-garou, cependant, il leur fallait être plus malignes.

- Je te propose que l'une de nous serve d'appât. S'il se focalise sur une seule personne, ce sera plus simple de l'anéantir.

La jolie rousse n'avait pas établi de rôle à celle qui attirerait ou non la créature. Mione avait visiblement une âme de meneuse, elle se chargerait sûrement de la rendre inoffensive. Les bruits et les grognements se rapprochaient. Une ombre apparue alors au bas des marches. Il arrivait.
Revenir en haut Aller en bas
Mione
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Mione, Mer 15 Aoû - 12:38


Era ne se laissait pas faire, à en croire la réponse qu'elle lança à Mione. Tant mieux, elle préférait avoir un renfort, même civil, pour réussir à neutraliser le lycan. Et si elle avait du caractère, c'était encore mieux...

La Phénix évaluait le terrain et ce faisant, changea de baguette. Celle qu'elle avait précédemment rangé dans l'étui en cuir prévu sur son avant-bras n'était pas la plus performante en combat. Elle lui préférait en général sa petite sœur attachée, elle, à sa cheville. Elle intervertit donc les deux, tout en écoutant la proposition d'Era qui venait d'évoquer la possibilité d'un appât pour attirer la bestiole. Ce n'était pas une mauvaise idée, et de toute façon, elles n'avaient pas vraiment le temps d'imaginer un plan plus élaboré. Malgré sa grossesse qui datait de deux ans, la jeune maman avait dû se remettre rapidement au sport. Les entraînements réguliers des Phénix lui avaient permis de rester en forme. Mais elle ne se sentait pas vraiment de piquer un sprint dans l'immédiat. Mione acquiesça aux paroles de sa partenaire :

- Il faut qu'on l'éloigne. Nous sommes encore trop près des habitations... Tu peux le faire ? demanda-t-elle dans un souffle en jetant un coup d’œil au bas des marches. Le lycan était là et elle savait qu'il les sentait.

Mione avait étudié les créatures magiques lorsqu'elle avait quitté Poudlard. Les lycans étaient forts et ne craignaient presque rien. Et si cela ne suffisait pas, on évitait en général de les tuer étant donné que sous les poils, il y avait un humain. Bref, ça n'allait pas être très facile de se débarrasser du bestiau...

Le porche sous lequel elle s'était abritée débouchait dans une courette pavée. Jetant un dernier regard à Era, Mione recula silencieusement sur les pavés. Heureusement pour elle, il n'y avait pas de vent. Ainsi, il ne risquait pas de sentir son odeur et cela permettrait qu'il se concentre exclusivement sur Era. Elle était désormais seule au milieu de la rue. Derrière elle, on
apercevait la sortie du village à quelques mètres de là. Si elle
arrivait jusque là, elles pourraient espérer le neutraliser sans trop de risques.
Revenir en haut Aller en bas
Enigmera Prewett
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Enigmera Prewett, Mar 28 Aoû - 11:43


Mione avait donné ses instructions. Après un dernier regard lancé à la lionne, la jeune femme s'était reculée dans un renfoncement de la ruelle, à l'abri de la vision du lycan. Ce dernier arrivait lentement.

De sa position, Era pouvait entendre le bruit de ses pas se rapprocher, et l'entendre respirer bruyamment. La jeune femme n'avait pas bougé d'un pouce. Baguette pointée en avant, au cas où, elle espérait ne pas se retrouver tétanisée lorsqu'elle devrait courir en direction de sa partenaire pour qu'elle puisse l'anéantir. Encore quelques pas, plus sourds, mais plus rapides. Le loup garou l'avait sentit, Era en était persuadée. Soudain le lycan se mit à grogner et se précipita vers le haut de la rue. La jeune femme le vit fondre sur elle sitôt qu'il eut tourné dans le passage.

- *Bordel, il est immense !*

il fallu quelques secondes à la jolie rousse pour reprendre ses esprits. Crocs sortis, grondement féroce, la bête ne la laisserait pas en vie. Il fallait fuir, et tout de suite ! L'adrénaline gagna le corps d'Era, et elle tourna le dos au lycan pour courir droit vers Mione qui, elle l'espérait, était prête à neutraliser le monstre. Les pattes du lycan étaient plus grandes que celles d'Era, et il gagnait manifestement du terrain. Bientôt, la pauvre lionne pu sentir l'haleine putride du loup affamé. Elle couru alors plus rapidement, et arriva enfin au renfoncement où se cachait Mione. Era ne s'arrêta pas pour autant, et continua sa course droit devant. Puis elle en entendit un sort fuser, et elle se stoppa net. Le bruit des pas du loup-garou ne parvenait plus à ses oreilles. Elle osa alors se tourner et constata que Mione était près de la bête.

- Eh bah, bien joué ! lança Era à sa partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Jendy O'Hara
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Jendy O'Hara, Lun 17 Déc - 23:17


Now what have I become?
It's more black in my heart.
Than the ice in your lungs.


Marchant, à pas de velours sur une des sombres allées de Godric's, je rêvassais. Je chantais en repensant à cette soirée. La terre tournait autour de moi en se dandinant doucement, le trottoir tanguait comme bercé par des flots imaginaires. Les vagues noires et fluides de ma pensée. A chaque pas ma robe remontait, encore et encore plus haut. Si bien que tout les trois pas je devais me stopper pour tirer dessus. Le tissus noir étincelant épousait la moindre de mes formes, les lampadaires, qui permettait plus à l'ombre d'exister qu'à éclairer mes pas se reflétaient sur cette robe d'imitation silicone d'un noir de jais.

Cette soirée avait été une des meilleures de la semaine. Les gens dansaient, dansaient, dansaient et dansaient, se frottaient les uns aux autres sans même vraiment réfléchir. Les regards se braquaient sur certains, sur certaines, s’attardaient parfois pour finalement glisser vers d'autres.

Hail elegance as we revel in the lust of pure destruction.
"Miss Cadaverous", let me light the dark in your eyes.


Mes talons étaient hauts, tellement hauts que je voyais le monde sous un nouvel angle. Je me sentais plus puissante et ressentais à quel point c'était ... exaltant. Chacune de mes respirations laissait sa trâce chaude dans l'air. Je crois même que mon corps entier laissait s'échapper une fumée de châleur. La chaleur après avoir dansé sans penser. Mais maintenant, malgré l'ivresse de l'alcool, de la fatigue, de la musique, ma vie me revenait, et c'était comme une grosse claque. Une baffe énorme qui faisait trembler chaque parcelle de mon corps.

I am yours.
Like the stillness of a corpse.
With a heart bound by ache
Though it doesn't beat it breaks.

J'étais fatiguée. Oui, exténuée. Mais cela faisait si longtemps. J'avais envie de m'amuser et de tout détruire. Voir la mort s'étaler devant moi, voir du désir encore plus profond dans les yeux de chacun... Les gens se demandent souvent s'ils ont réussis leur vie. Eh bien je crois que j'ai réussi la mienne. J'aimais qui j'étais. J'aimais m'amuser avec toutes ces idiotes personnes qu'étaient les humains. Etre la marionettiste alors qu'ils n'étaient que des poupées de chiffons avec les quels je me permettais de jouer un peu pour finalement les laisser. Choir sur le sol au mieux ou alors les transpercer. D'un coup de talon aiguille.

I am cursed
I sew my eyes shut just to sleep.
We're caught in all the webs we weave
No sonnet for the recently deceased.
They lie awake just to hear you scream


Mes cheveux ondulaient derrière moi et me chatouillaient le dos dénudé. Je les rassemblaient devant moi d'un coup de main bien assurée pour laisser l’atmosphère lunaire me caresser la nuque. Un frisson délicat vint alors faire vibrer tout mon corps et je sentis mon coeur battre plus fort dans ma poitrine.

Strip the world and paint it fucking black
Now what have you become?
You once felt like home
Now you're just a ghost in the fog.


Où allais-je exactement ? Là où s'en vont les âmes libres et sauvages comme la mienne. Non, je n'avais plus d'attache. Le monde m'appartenait et je lui choisissais le plus beau des destins. Cette chanson... elle me suivait. Comme une trâce, une vestige de lenteur et de cris. Une chanson profonde qui me plaisait.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Hugh Dey, Mar 18 Déc - 11:17


[Musique d'écriture]

La liberté a bien plus de saveur lorsqu’on ne fait que la retrouver. Une vieille amie. Voilà ce qu’elle était à mes yeux. La seule amie que j’aie d’ailleurs. Et j’avais décidé de l’abandonner au profit d’un salaire, d’un repas chaud et d’un lit. Quelle bêtise n’avais-je pas faite. J’avais vendu mon corps, ma force de travail, j’étais devenu esclave des élèves, des professeurs… Esclave du château entier. Celui qui autrefois avait été ma prison, et qui aujourd’hui était mon bourreau. Je ne m’en sortirais jamais. Alors au moindre jour de repos, je sortais, et j’allais retrouver mon amie, la liberté.

Dès les grilles passées, elle m’insufflait sa joie de vivre. Elle me murmurait à l’oreille tout l’infinité d’horizons qui s’offraient à moi. Elle me prenait par la main, me faisait courir en tous sens, sauter, respirer, savourer le froid glacial entrant dans mes poumons pour les congeler sur place. Car être libre, c’est être vivant, et être vivant, c’est ressentir. Et à Poudlard, ce que je ressens n’est rien d’autre que du dégoût. Alors que là, dehors, je goûte les odeurs, je respire le bonheur, j’entends toutes les saveurs, je vois l’immatériel et je touche du doigt le paradis. Je suis libre de faire ce qui me plaît. Je ne m’en prive pas.

A la fin de la journée cependant, en plus de dame liberté, je suis en compagnie de dame habitude. Elle est trop prévisible elle. Elle vient toujours gâcher mes journées et elle veut toujours faire la même chose. Elle me fait marcher sans but et me rappelle mes années de déambulation. Il faut que je trouve un moyen de la faire partir. Elle s’en ira au moindre phénomène nouveau. Il suffisait que j’en trouve un. Et j’eus une idée en regardant trente mètres devant moi.

Une femme tanguait légèrement. Elle était brune. Grande. Et surtout, elle portait une jolie robe. Qui épousait ses courbes. Une robe qui la rendait désirable. Une robe qui remontait et qu’elle devait redescendre tous les trois pas. A peine lui ai-je jeté un regard que dame habitude s’en alla, et que dame liberté se rapprocha. Elle voyait ce que je voyais et m’incitait à poursuivre. Je restais à trente mètres, et entamais la filature. Elle devait être enivrée. Ca me permettait d’être moins prudent. D’autant que j’étais facilement repérable. Même si j’avais une cape, je portais mon habituel T-shirt blanc sale, réservé aux sorties à l’extérieur, et la lumière s’y agrippait. Je crachai dans ma main et la passai dans mes cheveux. Ca ne changeait rien à ma coiffure, tenue par mon gel de graisse accumulée, ça donnait juste un « effet mouillé ». Et ça me donnait de l’assurance. C’était tout ce qu’il me fallait.

Au fur et à mesure, je m’approchai. J’allais l’avoir. Et elle s’engouffrait dans des endroits que je connaissais. Godric’s Hollow et sa multitude de rues mal éclairées. Godric’s Hollow et ses habitants trop trouillards pour sortir la nuit. Godric’s Hollow et l’union physique de deux protagonistes improbables.

J’étais à cinq mètres. Et je marchais aussi doucement qu’elle. Calquant ma démarche sur la sienne. Dans cinq pas, ce serait à moi de jouer, à moi de l’embarquer dans la rue adjacente. Cinq, quatre, trois… Ah, une pause… Deux, un.

Je m’élançais. Rapide, j’entourais sa taille d’un bras et l’entrainais avec moi dans cette rue sans éclairage. Je la plaquais au mur en même temps que je couvrais sa bouche, et je plaçai mes jambes entre les siennes. Simple mesure de précaution depuis la mésaventure des halles magiques. Mon sourire en disait long sur mes intentions et sur le désir qu’elle avait fait naître en moi.

« Laisse-moi t’aider à remettre ta robe chérie »

Je parlais à voix basse mais elle avait dû entendre distinctement. Mon ton n’avait rien de gentil, et mes gestes prouvaient mes intentions. Car la robe ne redescendait pas, au contraire…


[N’hésites pas à me MP si tu as un quelconque problème, toute modification est possible]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Lieux sombres de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 18

 Lieux sombres de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.