AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 11 sur 11
Parc de Loutry Ste Chaspoule
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle
En ligne

Parc  de Loutry Ste Chaspoule - Page 11 Empty
Re: Parc de Loutry Ste Chaspoule
Mary Drake, le  Lun 24 Déc 2018, 00:21

PV avec l'Artychaut
j'ai écouté la chanson j'me suis dit : ok j'fais le rp pour arty hihi

je trouve que l'aujourd'hui est triste, et c'est dommage. Mais il est de ces journées où même si le soleil brille et se reflète sur la neige, l’atmosphère restera sobre. Il est de ces instants où malgré les rires d'enfants le sourire ne vient pas se poser sur nos lèvres. Ce sont les oiseaux qui quittent nos coeurs pour un battement d'ailes d'un ailleurs, le monde se dérobe sous mes pieds ; je crois que je vole et la neige murmure au creux de mes oreilles que nous sommes des sphères de glaces, rondes qui forment le tout d'un bonhomme de neige géant. Les planètes s'empilent et alors que les étoiles lointaines nous lient, nous formons une véritable chenille. Je ne cherche pas à ce que nous devenons ce papillon-trou-noir dévorant, non, nous n'avons pas besoin de cela pour être complets, le soleil nous illumine, nourrit ses petits de sa lumière comme une mère le fait avec son enfant et son lait;

Ma peAu pRofite du tissu, Yoyo incessant entre la chair et le chaud, une bulle qui empêche le froid de s'emparer de moi, quel être merveilleux qu'est celui qui en a inventé le principe ; nous sommes toujours nus sous le ciel, mais d'une manière différente, pour lui les apparences ne comptent pas ; il voit. Dis, tu m'aimes toujours Sun ? Même si je t'ai oublié, j'ai plus envie de m'en aller. J'veux te rejoindre mais j'ai beau battre mes bras, je n'y arrive pas. J'ai lu un jour l'histoire d'une fille qui pouvait voler sans artifices, c'était beau de se dire que grâce à du fromage elle avait pu traverser les océans pour voir sa fille. Mais je n'ai personne à aller voir, ma soeur n'est pas si lointaine, qui donc serait assez fou pour me donner des ailes ? tu serras une énième Icare, à trop vouloir t'éloigner des hommes tu te rapprocheras d'eux en trouvant le ciel

Mes doigts gantés s'emparent d'un peu de poudreuse avant de la lancer dans les airs, une pluie d'étoiles, une pluie de flocons, au fond n'est-ce pas ce qu'il y a de plus merveilleux ? J'pourrais rester là pour toujours, bloquer les aiguilles et m'amuser, ne plus réfléchir, juste imaginer.

Je suis maîtresse d'école, j'pose pas de colle, on fait des cours pour faire des jolies sphères et s'amuser dans la glace
Je suis patineuse artistique, mes pieds glissent sur un lac gelé, les flocons dansent et je deviens une reine des neiges
Je suis un ours polaire, je roupille et mange, j'évite les chasseurs et observe les aurores chaque soir
Je suis le père Noël, Laponie (ou liège oui oui) est mon amie, les nains dansent autour de moi, c'est chouette

Au fond on peut être beaucoup de choses, sur la glace, et même si la journée est triste, que c'est fatiguant d'être fatigué, et que les larmes qui coulent finissent glacées, on peut bien s'amuser. Je peux jouer avec mes pouvoirs, comme quand j'étais petite, mais cette fois c'est la réalité, et les fleurs qui sortent de ma baguette ne sont pas des fleurs dessinées sur la paume de ma main, l'eau ne vient pas de nul part, il ne me reste plus qu'à pouvoir naviguer sur le dos d'un dauphin et tout sera parfait
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Parc  de Loutry Ste Chaspoule - Page 11 Empty
Re: Parc de Loutry Ste Chaspoule
Arty Wildsmith, le  Mer 26 Déc 2018, 21:35

Il n’avait jamais été un silencieux. Il n’aimait pas ça, de là, c’est pour ça que ses baskets crissent encore et encore sur la neige presque immaculée. Laisser son empreinte qui finira de toute façon par disparaître, comme le bonhomme de neige qu’il avait fait une fois et que la Philaester avait réduit en poussières de neige. L’hiver c’est beau, mais c’est terriblement éphémère.
Alors non, le gamin n’était pas devenu subitement brillant philosophe à errer sagement dans les rues de Loutry pour le plaisir d’y réfléchir calmement. Il s’inquiétait juste, si les gens se posaient des questions, si les rumeurs dansaient sur les toits de ce village sorcier, si les villageois se demandaient, où était passé le petit vieux qu’il avait tué ? Il y a de ça quelques mois. Les fêtes de Noël étaient moment de partage, et il avait tué, comme ça, brutalement cet innocent, le privant de sapin, de guirlandes, de chocolats, de cadeaux, et de vie tout simplement. C’était donc bien la culpabilité nostalgique qui guidait ses pas dans les rues obscures mais enneigées, jusqu’à ce qu’il s’enfonce dans le parc dont le sol neigeux était endommagé par les courses effrénées des enfants endiablés – joueurs. Il reste là un moment, de ses pieds, amasse petits monts de neige pour dire de passer le temps, comme un besoin de saluer la mémoire de celui qu’il avait assassiné par erreur. Il ne le ferait plus, après, c’était la première et dernière fois. Les émotions, c’était devenu trop compliqué pour lui, surtout celle-ci, être meurtrier, avec toupet il pense que quand même, ce n’était pas facile à vivre pour lui. Cet encombrement coupable qu’il logeait sur ses épaules de Fripon.

Ainsi une dernière fois, puis il n’y penserait plus. Le vieux était mort, c’était triste mais ainsi. Il n’avait même pas fait exprès, et le corps était totalement disparu plus là, pas de raison pour qu’il reste coincé derrière le front du Louveteau. Loin des yeux loin du cœur ou quelque chose comme ça. Rien ne l’empêchait donc de s’installer sur un petit froid muret et de balancer les pieds, mettre correctement les boucles pour qu’elles sortent délicatement du bonnet protecteur – toujours une question de style. Il prépare une boule de neige, de ses moufles d’enfant, pour la lancer en direction des bambins qui couraient en jappant non loin de lui, il se cacherait ensuite pour éviter les représailles, une question de lâcheté.
Mais alors qu’il vise, plisse les yeux, pince sa langue entre ses lèvres, tend le bras puis la main, ses rétines affutées de lanceur de boules de neige se cramponnent à une silhouette qui lui fait entrouvrir la bouche d’un magnifique ooh. La boule lui glisse du poing pour retrouver gaiement ses copains flocons, plutôt que d’être écrabouillée sur une face dégoûtante d’enfant insolent. Le gamin décolle du muret, remet une nouvelle fois son bonnet – il n’était jamais tout à fait sûr de ce à quoi il pouvait ressembler et s’avance.
Étrange comment ça le prend là, juste au dessus du nombril, ça se tord tandis que tout le reste se vide, la bouche surtout, toute sèche soudainement. Il prendrait bien une gorgée de poudreuse, mais avant d’aborder la Serdaigle, c’était moyen.

Il tapote tapote tapote dans ses moufles qui se tamponnent d’un bruit sourd, je pense qu’il essaie de se donner du courage, éloigner les images de leur dernière rencontre, de ce qu’ils avaient pu être aussi avant-autrefois. Même les boucles veulent se faufiler sous le bonnet, c’est qu’elles ne veulent pas voir ça, elles n’étaient pas prêtes à se faire secouer, gifler. Mary ? Il était presque certain d’avoir entendu la jeune fille murmurer un quelque chose qu’il n’avait pas compris. Sa voix s’était faite alors fluette discrète, aborder délicatement l’ancienne amoureuse. Ça fait longtemps. Heureusement qu’il est emmitouflé sous les couches de tee-shirt pull et manteau. Sans quoi le tambourinement extrêmement trop rapide de son cœur aurait brisé les flaques gelées des alentours. Elle lui avait toujours fait cet effet-là. Mary, et son fameux pouvoir de rendre Arty timide.
Mary Drake
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Parc  de Loutry Ste Chaspoule - Page 11 Empty
Re: Parc de Loutry Ste Chaspoule
Mary Drake, le  Sam 12 Jan 2019, 18:05



Les fleurs sont placées de manière à en faire une nouvelle. Tournesols et pissenlits au centre, le reste que les côtés, le tout pour des pétales majestueux on ne peut plus coloré. C'est bête, j'ai oublié mon balai chez Ellana, je vais pas pouvoir observer le spectacle d'en haut. Souvenir funeste du Quidditch qui me faisait perdre la tête. Néanmoins, il me permet d'avoir l'illusion ailée ce qui est en soi déjà énormément pour un peu de bois et de paille. J'imagine les futurs extraterrestres voir mon oeuvre. C'est beaucoup plus chouette que des cercles dans les champs. Ils croiront peut-être à un message de l'un des leurs, une déclaration d'amour tout autre. À moins qu'une pauvre fille du nom de Fleur se voie un jour déçue de remarquer que cet hymne à sa personne n'est en fait rien. Si la pauvre fille est célibataire, elle verra son coeur se serrer ; personne n'est là pour l'aimer. Si, au contraire, elle a son amoureux à ses côtés, le chanceux pourra faire croire que tout vient de ses doigts. Ou alors, être jaloux. De toute façon le plus probable dans tout ça, c'est que les fleurs se mettent à chanter un matin de mai fleuri, j'en suis certaine.

Une voix surgit de nul part m'arrachant dans la foulée un petit cri surpris et un sursaut. Arty, et oui, à croire que chaque instant mélancolique doit être exacerbé par sa présence, à croire qu'au fond il faut absolument qu'il soit là quelque part. C'est fou, parce qu'au fond j'ai envie de l'éviter, au fond je voulais plus jamais lui parler, au fond du gouffre il m'a pas aidé, au fond il s'est volatilisé, au fond j'arrête pas de penser à lui chaque jour, au fond l'amour c'pas un truc qui part pour toujours. Arty, il suffit qu'il débarque pour que toutes les certitudes prennent leurs cliques et leurs claques. Tu me fais perdre la tête et la vérité c'est qu'une partie de moi adore ça. Si mon dauphin-voleur était là, j'suis pas sûre que je serais allée sur son dos. J'veux dire, parfois, il vaut mieux rester là. Puis notre dernière rencontre, je sais pas, ça m'avait laissé un goût d'inachevé, j'aime pas ça.

c'est moi

et il m'a reconnu, malgré cette perte-reprise de poids, malgré mon visage décoloré recoloré, malgré ma veste et ma peau chauffées, malgré la neige et la poudreuse qui m'entourait telle de la poussière de fées. Entre toutes il sait distinguer ma présence, entre tous je peux sentir l'odeur du sucre qui l'accompagne. J'sens le temps se mettre sur pause, ça m'fout la frousse. Drôle d'ironie quand il dit que ça fait un moment qu'on ne s'était plus vu, bien-sûr que oui. J'étais plus qu'une ombre des rues. D'ailleurs, m'a-t-il vu sans me voir quand je n'étais plus qu'une ombre du soir ? Je ne me souviens pas avoir croisé son visage, mais parfois il y avait trop de gens pour que je les reconnaisse tous.

Et d'autres moments où mes yeux étaient trop flous/glacés pour que je puisse distinguer ne serait-ce qu'une parcelle de sa peau douce. c'est vrai du moins en théorie. C'est étrange, à peine ai-je vu son visage que le jour m'a semblé moins fade, plus joyeux. Comme si le soleil arrivait enfin à se débarrasser de la tristesse des environ.

Par contre notre situation est un peu gênante. Faut-il lui dire bonjour ? Je n'en sais rien, alors je m'approche les doigts en poche pour déposer un bisou sur sa joue, comme ça. Et puis offrir un sourire. Comme ça. Je suis contente de te voir et je crois bien que j'en suis la première étonnée. J'essaie de trouver quelque chose à lui dire, mais j'ai du mal à me décider. J'veux pas lui demander ce qu'il devient, il a l'air en forme après tout, juste le Arty que  je connais. Tu veux jouer à un jeu ? Autant ne pas perdre de temps. Après tout, la nuit peut très vite tomber, et mieux vaut ne pas paraître suspects si les ovnis débarqent dans les dix minutes.
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Parc  de Loutry Ste Chaspoule - Page 11 Empty
Re: Parc de Loutry Ste Chaspoule
Arty Wildsmith, le  Ven 01 Mar 2019, 16:47

C’était elle, il ne pouvait en être autrement, elle l’affirme, le sifflote sur les particules neigeuses, ça lui soulage le cœur immédiatement. Avant qu’il ne dégringole, car il y avait toujours ça aussi, le doute le regret la culpabilité l’amour – parce qu’on ne cesse jamais vraiment d’aimer le premier. Il rit bêtement doucement timidement alors qu’un dépose un baiser sur sa joue. Marque toute rouge toute chaude qu’il veut préserver. Renvoyé comme brutalement au statut d’adolescent d’avant. Il en jette un regard sur le paysage blanc les entourant, comme pour se rassurer aussi, se raccrocher à la réalité. C’est la douceur avec laquelle elle le salue qui le surprend davantage, ce contact dénué tout à fait et absolument d’une quelconque rancœur. Il aurait voulu lui rendre tout pareil autant voire plus, mais les membres comme troublés glacés, il n'en fait rien. Se contente de continuer de sourire, content de la voir souriante-contente, moi aussi. Qu'il papillonne délicatement comme une confirmation, d'une honnêteté absolue, toujours heureux auprès d'elle.
Il aurait aimé quelques secondes supplémentaires pour lui prendre la main et s’éloigner, d’un pas, observer attentivement toutes les parcelles de peau qui dépassaient dans le froid, s’assurer de comment elle était, si elle avait changé ou pas tellement - pas trop. Il aurait pu s’allonger s’asseoir dans la neige à côté d’elle, à l’écouter l’écouter encore sur ce qu’elle devenait, ce qu’elle était aujourd’hui, pourquoi et comment elle en était arrivé là. Ici. Peut-être l’embrasser, aussi.

Au lieu de ça il secoue vivement les boucles dépassant refroidies, ne pas la laisser attendre trop longtemps ses mots dans le froid, oui, oui, oui, oui ! Tout ce qu’elle veut en réalité, il n’avait aucune objection, excepté que ses yeux se dandinent dans les orbites à la recherche d’un jeu sur les amas de neige. Pas sûr que Mary soit friande d’une bataille, pas sûr qu’il ose lui en balancer dans sa pâle figure. Alors il sautille, montrer tout à fait son engouement – explicitement – tout en demandant, quoi comme jeu ? Sans honte d’être presque dans l’âge adulte et de jouer dans la neige. Un jeu – rien d’ennuyeux à l’horizon, qui lui fait poser la question pourquoi il l’avait abandonnée. Enfin, j’suis tout à toi ! Conclusion malicieuse qu’il balance dans un clignement d’œil et en écartant les bras. Il l’avait déjà fait ça, il croit, la dernière fois, quand il lui avait dit qu’elle pouvait se venger de lui, de tout ce qu’il lui avait fait. En espérant que là maintenant soit légèrement différent.
Mary Drake
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Parc  de Loutry Ste Chaspoule - Page 11 Empty
Re: Parc de Loutry Ste Chaspoule
Mary Drake, le  Lun 08 Avr 2019, 00:00



On a tous besoin de douceur. C'est, je crois, l'une de choses les plus importantes, un des points fondamentaux de l'existence. Que serait donc l'homme s'il ne connaissait pas la délicatesse d'une caresse, la chaleur d'un sourire et le doux parfum des fleurs de printemps ? Rien, rien du tout, l'homme ne serait rien car il ne connaîtrait qu'une petite partie du tableau, un œil aveuglé sur deux et seul la moitié s'offre à lui. Que faire, dès lors ? Car ce serait se leurrer de croire qu'un être n'ayant pas conscience de ce pan de toile peut tout de même être heureux car il aura alors à faire à l'inconscience de quelque chose. Mais nous sentons, je crois, ce petit truc qui chatouille le bout du nez, qui nous dit que non, ça ne tourne pas rond. Nous ne pouvons être heureux sans douceur, car c'est inné de chercher le réconfort auprès de la chaleur maternelle. Néanmoins, le plus blessé, entre l'inconscient et le conscient, c'est celui qui connaît l'existence de cette deuxième moitié et qui malgré tous ses efforts ne peut s'en entourer. Maman m'avait raconté l'histoire de Frankenstein, cette créature qui au final ne cherchait que l'amour dans un regard car le pauvre bougre n'inspirait alors que dégoût. Le plus à plaindre, c'est celui qui ne demande qu'à être aimé et qui se voit au final rejeté.

Et tu vois, toi, Arty, tu m'inspires inlassablement cette douceur dont j'ai tant besoin. Ce petit quelque chose qu'on cherche perpétuellement, qu'on chérit, qu'on protège, qu'on finit par trouver à force d'hasard et d'épreuve et qu'une fois entre nos mains on ne veut plus lâcher. J'ai le coeur qui bat Arty, j'ai l'impression que notre éternité n'est pas si lointaine, et pourtant ma douceur tu me l'as arrachée de plein fouet par tes erreurs passées. Et moi, malgré ça, je donnerais mon âme au ciel si cela me permettait de passer encore quelques minutes dans tes bras avec ce sentiment de bonheur si pur que tu m'inspire(ais).

Pourtant aujourd'hui, l'heure n'est pas à l'amour, mais au jeu. J'avance d'un pas hésitant, maladroit - presque dangereux - On peut jouer à cache cache ? Ou simplement avec la neige ? Je sais pas choisireuh ! je regarde mes mains, alors une possibilité à droite, une possibilité à gauche. Quelle main ? Sourire narquois du bout des lèvres, je ne sais vraiment pas choisir. Je dandine un peu sur mes pieds en vérité, nerveuse d'être si proche de lui alors que je meurs d'envie d'être, juste un petit peu plus près, pour lui faire un câlin. Et un bisou. Non non non Mary, il faut pas, c'est dangereux comme jeu. Si tu étais tout à moi, ça se saurait ! J'essaie d'être drôle, mais ça sonne un peu comme un ton de reproche. Peut-être que j'aurais aimé qu'il le soit, comme je l'étais, enfin je crois. Une partie sans doutes partie avec Erundil mais je doute qu'elle revienne un jour. Ce qui est bien en hiver, c'est que nos capuches sont toutes douces. Passer du coq au coquelicot, c'est un peu devenu ma spécialité.
Contenu sponsorisé

Parc  de Loutry Ste Chaspoule - Page 11 Empty
Re: Parc de Loutry Ste Chaspoule
Contenu sponsorisé, le  

Page 11 sur 11

 Parc de Loutry Ste Chaspoule

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.