AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 13 sur 15
Cimetière de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant
Peter McKinnon
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard

Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Peter McKinnon, Sam 12 Aoû 2017, 13:40


Alors qu'une partie de la petite troupe de sorciers avait commencé à se constituer en une sorte de chaine avançant cahin-caha jusqu'à tombe sans pierre tombale et aux trois derniers McKinnon, une agitation toute particulière avait lieu. Une sorcière, assez âgée, s'était élancée bien au-delà du troupeau d'éplorés, bien au-delà du trou mortuaire d'ailleurs, et s'était retrouvée face aux McKinnon de l'autre coté du cadavre de la grand-mère de Peter. Lequel, particulièrement étonné de ce spectacle, ouvrit la bouche avant de la refermer mollement. La défunte n'aurait pas du tout apprécié ce genre de spectacle, elle qui était à cheval sur les bonnes manières et toutes ces histoires que l'ancien préfet avait fini par intérioriser malgré tout ...

- Vieille taupe. T’es qu’une vieille taupe, va. Pis maintenant que t’es sous terre, t’es encore plus une vieille taupe. Sauf que t’iras plus galoper, hein ? Pour une fois que tu racontais pas que des bêtises en disant que t’allais y passer avant moi… Peuh. Faut vraiment que t’ais toujours raison hein ? Même jusqu’au bout.

L'ancien élève de Serpentard se pinça la lèvre inférieure, tout en fixant la dame qu'il n'avait jamais vue. Il n'avait même pas remarqué le dérapage du jeune homme qui l'accompagnait, ni le clin d'œil à destination de sa sœur que celui-ci avait laissé trainer. Peter ne put s'empêcher de marmonner :

- Mais qu'est-ce que c'est que ce cirque ... ?

Apparemment ce spectacle aussi particulier qu'improvisé n'avait échappé à personne. Pas même au grand-père de Peter qui se pencha alors légèrement vers lui pour lui souffler un petit « Voici la sœur de ta grand-mère ». Honorable vieux sorcier au caractère inébranlable, Cornelius McKinnon avait fait ses études à Poufsouffle avant de servir de punching ball à la grand-mère de Peter pendant le reste de ses jours. Comme ses ancêtres McKinnon, qui vivaient dans la peur de la lumière depuis la fin des années 1970 et le décès et la torture de la plupart d'entre-eux, il était d'un naturel extrêmement discret. A l'évidence, ce n'était pas lui qui allait se déplacer pour demander à la dame de faire preuve d'un peu de distinction. Quant à Camilia, personne ne savait qu'elle existait, sa grand-mère ayant tout fait pour cacher qu'il y avait une cracmolle dans la famille.

Dans un soupir, Peter se dévoua alors, passant un coup de main sur sa cape, pour en faire tomber quelques gouttes d'eau restées là suite à son imperméabilisation, il se mit en route vers l'autre coté de la tombe. Mais, assez vite, son attention se déplaça de sa grande-tante vers le jeune homme qui l'accompagnait et qui avait la grande particularité d'être un ancien camarade de dortoir à Peter ... Que faisait-il là ? Question qui se réglerait bien assez vite. Peter était arrivé auprès de la sorcière âgée.

- Bonjour, ma chère grande-tante euh ...

*Pfffff, tu n'as même pas idée de comment elle s'appelle ...*

- Chère grande-tante, est-ce que je peux vous inviter à nous rejoindre ? Ainsi qu'Asclépius ?

Peter avait ajouté une allusion à son ancien camarade des verts en ne sachant pas trop qui ils étaient l'un pour l'autre, mais ils se connaissaient de toute évidence, peut-être même étaient-ils venus ensemble, du coup c'était autant de les convier tous deux. D'autant que, mine de rien, le gérant de l'Occamy n'était pas mécontent de voir quelqu'un qu'il appréciait parmi tous ces inconnus. Car c'était vrai qu'il appréciait le sorcier au sang bleu, même s'il ne savait pas trop ce qu'il était devenu depuis sa sortie de Poudlard. Cela faisait bizarre de le voir là. Même si cela collait parfaitement au genre de la grand-mère de Peter de fréquenter des gens de "la haute", Il ne s'était pas attendu à ce qu'Asclépius Underlinden connaisse sa famille ... encore moins qu'il en fasse partie !
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Asclépius Underlinden, Jeu 24 Aoû 2017, 12:58



L’idée du recueillement était généralement appliquée de façon différente chez ceux étant en deuil. Et… Disons que son estimée grand-mère maternelle avait une définition bien à elle de la pratique de la chose… Faut dire, elle avait une définition des rituels à adopter toute particulière. Probablement pour cela qu’on la disait folle, et probablement pour cela que le minot ne pouvait s’empêcher de l’apprécier, même si ce n’était pas réciproque. A l’évidence.

Un peu raide dans sa posture, contrarié de se retrouver au milieu d’inconnus, loin du calme balbutiant de ses chaudrons ou de la douce frénésie alcoolisée du Chaudron Baveur, le troisième fils patientait sagement, tel l’enfant docile qu’il était, que sa chère aïeule termine de rendre ses hommages. Quels qu’ils fussent. Qui était-il pour juger de la peine des gens, après tout ? Il devait avoir à peu près autant d’empathie que de sex-appeal. Au lecteur d’en faire les déductions qu’il voudra.

Cependant, une vision à la fois particulière et familière vint le sortir de la monotonie de ce rituel familial. Là, devant ses yeux ébaudit, un McKinnon. Enfin, le seul qu’il connaisse : Peter. Son camarade de chambrée pendant à peu près sept ans de sa vie et… Connaissance amicale. Oui. On pouvait dire ça. Lui qui était tellement désespéré d’être aimé avait naturellement finit par se prendre d’affection pour celui qui lui avait autrefois montré de l’admiration. Il ne savait trop pour quelle raison, mais bon.
Le revoir, lui faisait plaisir et lui décrocha même un sourire.

Sourire qui sembla un brin se crisper en l’entendant s’adresser à sa grand-mère par le titre de « grande-tante »…
Grande-tante ?

L’œil stupide, il entendit distinctement la vieille Hécube accepter son invitation après avoir aperçu un autre homme, en arrière, plus en retrait et plus discret. De la famille à elle ?
Un raclement de gorge l’obligea cependant à se concentrer sur l’instant présent. Sa grand-mère le fixait, et lui, haussa un sourcil. Quoi, encore ?

Regard entre le camarade et Hécube, regard à Peter, regard à Hécube, Peter, Hécube
Ah, oui. L’invitation…

« - Eh bien, je ne comptais pas spécialement m’attarder… Il y a plus de gens que d’amis ici. Par contre, ça me fait plaisir de te voir Peter, et je serais ravie de te confier ma grand-mère. »

Le claquement de langue sévère qui suivit aurait remis n’importe quel garnement turbulent dans le droit chemin, mais le jeunot se contenta de lever le regard dans un vague précis, connu de lui seul. Un vague sous la forme de quelques feuilles perdues voletant ici et là dans cet air sinistre de cimetière.
Son principe fondamental et nobiliaire d’honnêteté était généralement jugé comme étant désagréable… Ou amusant, dans les salons. A croire que, quoiqu’il fasse, tout le rattachait à son milieu.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Peter McKinnon, Dim 27 Aoû 2017, 21:14


Le grand bal des mondanités était ouvert ! Déjà parce qu'avec les sorciers au sang pur, ou nobles, ou haut placés, ou quoi-que-ce-soit, c'était obligatoire, bien que la grande-tante en question avait une vision bien à elle de la façon de se conduire dans ce genre de circonstances. Ensuite, parce qu'Asclépius avait cet effet là sur son ancien camarade vert et argent. Peter sentait toujours qu'il fallait qu'il fasse des efforts pour essayer d'arriver au minimum au même seuil de prestance que le jeune homme, qui devait être né avec cette qualité ! Complexe d'infériorité ou volonté de plaire au germanique, difficile de savoir pourquoi le gérant réagissait comme cela.

En tous cas, la nouvelle (bien qu'âgée) grande-tante de l'ancien préfet n'était pas difficile, elle avait immédiatement accepté son offre, pour son plus grand soulagement. Mais, le sorcier aux superbe cheveux (car oui Peter les trouvait superbes) allait être plus difficile à convaincre. Et pourtant, Peter, qui avait jusque là prévu de passer la journée à serrer des mains et à manier l'hypocrisie entrevoyait enfin une autre hypothèse pour la suite des évènements. Il fallait qu'il reste, ne fut-ce qu'un peu, ne fut-ce que pour lui dire ce qu'il était devenu, qu'ils parlent de Poudlard, qu'ils parlent d'autre chose. Devant le refus du jeune homme, Peter prit une profonde inspiration et il proposa à la vieille sorcière de rejoindre son beau-frère, histoire qu'il profite un peu de l'ancien vert.

- Tu es sur que tu ne veux pas rester ? Tu sais, c'est un vrai calvaire ce genre de trucs et je ...

Peter marqua une courte pause, une information capitale venait enfin de le percuter et il reprit en bafouillant quelque peu.

- Je ... Attends ... Te ... Ta grand-mère est ma grande-tante ? Nous ... Nous sommes petits cousins ?

Le sorcier de vingt ans était paralysé. Et, pour nombre d'entre-vous cela pourrait paraitre idiot ! En effet, si un jour vous vous rendez compte que par le jeu des mariages l'un des garçons dont vous êtes le plus proche est en réalité membre de votre famille, il va surement vous prendre l'envie de déboucher une bonne bouteille de vin et de rattraper le temps avec votre nouveau cousin. Mais Peter n'en fit rien. Il avait passé la plus grande partie de sa scolarité à observer de loin ce garçon si particulier, à admirer sa façon d'être, les images qu'il renvoyait. Combien de fois s'était-il retourné dans son baldaquin de Poudlard en espérant que le lendemain il se réveillerait en n'étant pas le fils d'un sorcier aux ambitieux proches de zéro et d'une moldue mais plutôt celui d'un Underlinden possédant terres et gallions (bien que la famille soit en réalité bien moins riche que tous les fantasmes du préfet d'alors) ? Et voilà que tout s'effondrait d'un coup, ils étaient liés. Un mur fantasmé de plus tombait pour Peter dans leur relation.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Asclépius Underlinden, Lun 28 Aoû 2017, 17:42



De nouveau, la vieille Hécube accepta, et s’en alla rejoindre le Ténébreux, - le Veuf, - l'Inconsolé, Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie… Son beau-frère quoi. L’apparent mari de feu sa grand-tante. L’apparent grand-père de Peter, d’ailleurs, si ce qu’il avait occulté précédemment s’avérait être… Réel.
Il y avait donc, un peu retrait, lui, Hécube et une jeune fille à la physionomie assez peu éloignée de son ancien camarade de dortoir.

Il détourna son regard, le reportant sur celui de Peter. Détaillant quelque peu sa physionomie, décortiquant ses paroles, presque de façon incisive.
Puis, le couperet.
C’était une sorte de constat, encore. Une confirmation de ce hasard entraperçu plus tôt. Plus haut. C’était une réalisation, commune, mutuelle. C’était…

Complètement inattendu.

Le regard dans un vague indistinct, il passa sa main ganté sur son crâne, avant d’enrouler une bouclette autour de son index restant, méditant les paroles de son vis-à-vis, et oubliant une fois de plus qu’il se trouvait… Là où il se trouvait.
A l’enterrement de sa grand-tante, qui s’avérait être la grand-mère de Peter. Tout comme sa grand-mère à lui était la grand-tante de Peter. Ce qui expliquait le regard quelque peu surpris du vieux sorcier en arrière-plan : voir une copie quasi-conforme de feu son épouse le jour de son enterrement, ne devait pas nécessairement le mettre très à l’aise.

M’enfin…

Il ne sut quoi répondre. Le fallait-il véritablement ?
Tandis qu’il jouait avec sa bouclette, il observait les gouttes de pluie tomber sur les manteaux des honnêtes gens.
C’était étrange, comme une simple petite rencontre, un simple fait des circonstances et des coïncidences…

Et, comme à chaque fois que cela le touchait de près ou de loin, ne sut quoi répondre. Pourtant, il pourrait peut-être rassurer ce pauvre McKinnon en face. Lui tapoter gentiment l’épaule, avec un sourire accueillant en lui disant « Bienvenue dans la famille ! », par exemple.
Mais ça serait mentir.
Ça serait à l’encontre de son principe nobiliaire d’honnêteté.

Néanmoins, en relâchant la boucle qu’il tenait entre ses doigts, il finit par offrir un sourire à son ancien préfet.
Et dire qu’il n’avait commencé à interagir avec lui, à se rendre compte de son existence qu’à partir du moment où ce dernier fut nommé préfet.
Et le voici désormais son cousin.
Petit cousin, certes. Mais…
Un lien de plus.

« - Apparemment… Quelle intéressante perspective. »

Son attitude tranchait durement avec l’apparente confusion de son camarade, mais lui-même était tout aussi désemparé. Non pas confus : ce genre de choses arrivaient. Quand on vivait dans une famille comme la sienne, on apprenait à ne pas exprimer trop clairement sa surprise : c’était soit très impoli soit une marque d’ignorance.
Et il avait fini par intégrer tout cela dans son système organique.

« - Une bonne surprise. » Sans détailler davantage pour qui la surprise était bonne. « - J’imagine qu’après une telle révélation, ce serait assez peu courtois de m’en aller. » Question ou affirmation. Le sourire taquin en dit long. « - Mais je ne voudrais pas te retenir pendant que tu rends tes derniers hommages. » Voix douce, presque sucrée, également taquine. Un peu comme un test.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Peter McKinnon, Sam 16 Sep 2017, 16:20


Le choc provoqué par cette évidence si particulière laissa Peter sans voix pendant qu'il scrutait la moindre réaction de son petit-cousin. Lequel ne semblait pas spécialement prompt à répondre. Peut-être était-ce parce qu'il avait l'habitude que les membres de sa famille aient une autre dégaine ? Toujours était-il qu'une petite marque de sympathie n'aurait pas été superflue, à la place de quoi l'ancien préfet put contempler l'employé du Chaudron Baveur jouer avec l'une de ses bouclettes. Eberlué, c'était le moins que l'on puisse dire, Peter finit quand même par recevoir une réponse, pour le moins surprenante !

C'était du Asclépius tout craché ça ! C'était vrai que cela aurait été trop demandé d'avoir de sa part une petite phrase normale de personne normale, provenant d'une famille normale. Mais la personnalité du personnage était tout entière habitée par le noble sang qui coulait dans ses veines décidément et Peter eut droit à une nouvelle phrase ambigüe provenant d'un homme perdu dans ses pensées, comme s'il voyait des choses inaccessibles à l'esprit de Peter.

- Une bonne surprise. J’imagine qu’après une telle révélation, ce serait assez peu courtois de m’en aller. Mais je ne voudrais pas te retenir pendant que tu rends tes derniers hommages.

Là-dessus, Peter reprit ses esprits instantanément en secouant sa tête dans un grand signe de désapprobation. Il était hors de question qu'il lui fasse faux-bond, surtout là, surtout maintenant ! Et puis il était de la famille. C'était toujours aussi bizarre d'imaginer cela d'ailleurs, un Underlinden dans la famille de Peter, un McKinnon dans la famille d'Asclépius ... Peter indiqua de la main à son ancien camarade de dortoir la route principale de Godric's Hollow pour l'inviter à quitter le cimetière.

- Les hommages ça se rend du vivant des gens de toutes façons. Une fois qu'il sont partis à part faire plaisir à leur souvenir, on peut difficilement faire quelque chose. Viens, je n'habite pas très loin par là. Et j'ai un salon avec une grande cheminée où tu pourras m'expliquer plus en détail tout ça ... Les autres vont nous rejoindre quand tout sera fini.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Asclépius Underlinden, Mar 19 Sep 2017, 16:36


L.A. de Peter


Un petit sourire, face aux grands mouvements de désapprobation. C’était un peu comique, comme attitude. Ça lui mettait un sourire aux pommettes en tout cas. Efficace distraction contre la morosité ambiante et calfeutrée. Il doutait que la plupart aient interagit plus de trois fois avec la défunte. Mais, ça faisait partie des conventions, apparemment. Des conventions de vivants sur des morts qui, de toute façon, n’en ont plus rien à faire de rien.
Ce devait être agréable, comme sensation. Mais ça impliquerait une perte de conscience. Et ça, ça l’était moins. Quand il fallait faire la part des choses, difficile de choisir laquelle des deux moitiés on préférait retenir.

De toute façon, il n’en pensait rien. Pensées précédentes écartées sous le tapis pour laisser de la place à l’instant présent. Au mouvement de marche proposé qu’il accueille avec un léger signe de tête. De toute façon, Hécube transplanait encore relativement bien, donc, si elle voulait rentrer, qu’elle le fasse. Lui, n’était pas pressé de rentrer en Allemagne. Rester en Grande-Bretagne et plus particulièrement à Londres, ça, c’était une autre histoire.
Pis, surtout, il lui faudrait faire des travaux de rénovations dans le petit moulin qu’il avait acheté en secret. Tout était à l’abandon là-bas… Déréliction, déréliction…

D’une démarche tranquille, il laissa tout cela glisser, comme de l’huile sur de l’eau. Préférant, à la place, se laisser porter par le cours de ses impressions. Ou prémonitions ? Envies ?
Qu’importe.

Le voici qui, soudain, vif, posa une main-araignée sur l’épaule de Peter. Le regard était sérieux, presque dur. Le ton grave : « - Avec cela, ne laisse pas ton cœur devenir velu et ton sang s’amuïr. »
Il voulait lui faire confiance là-dessus. C’était encore plus important que ce qu’il en paraissait. Faut dire, il ne faisait pas vraiment dans l’expressif ou l’empathie. Mais là, c’était important que son camarade comprenne que la chose du cœur était précieuse. Souvent poisse et miel noir. Jusqu’à se laisser pousser des poils, dans le cas du tilleul. Où les racines viennent s’y abreuver. C’est qu’elles sont goulues. Alors, il en faut encore et toujours plus. Généralement, c’est difficile de trouver du neuf, y a que du recyclé depuis des siècles. Ce même sang statique, qui ne bouge pas. C’est bon pour elles, elles le drainent avec succulence. Mais du nouveau, ça… Jusqu’au bout, elles seraient prêtes à le boire. Jusqu’à ce que ce petit monde frêle et liquide ne soit plus rien. Juste une coquille sèche, vide et velue.
Et, généralement, elles étaient assez douées pour trouver ceux qui pourraient se laisser tenter par cette expérience. Peut-être Peter était-il ce genre de feuille. Ou un tronc. Possible qu’il soit plus tronc que feuille. Et si c’était le cas, à part donner un coup de hache, il aurait du mal à l’arracher aux racines.

Il espérait qu’il soit une feuille.

Il plissa un petit coin de bouche, puis se laissa distraire par l’épopée d’un escargot sur une tombe. Il quitta la présence de son camarade, s’éloignant vers le gastéropode, comme s’il s’était agi de l’entité la plus intéressante sur cette Terre. En tout cas, pour le moment, ça l’était.

Un petit rire, de sa part, comme des gouttes de pluie.
« - Expliquer ? Mais que veux-tu que je t’explique, à toi, ta cheminée et ton salon ? Je suis le plus ignorant de ce lac. »

C’était mortifère, un lac.
Y avait toujours des esprits étranges qui y vivaient. Des esprits semblables aux racines.
C’était mondain, un lac.

Et lui, pétillait dans le regard porté sur le potentiel petit cousin.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Peter McKinnon, Ven 29 Sep 2017, 13:20


Finalement, le nouveau petit-cousin de Peter ne fut pas difficile à convaincre de la sincérité de son invitation. Il avait réussi à lui faire comprendre à quel point il était important pour lui que son camarade le soutienne. Comme quoi, c'était vrai. A vouloir chasser le naturel, celui-ci revenait au galop. Le vrai Peter, celui qui ressemblait encore à un petit garçon regardant les autres, les grands, d'en bas, en se rêvant à leurs cotés avait refait son apparition. Et pourtant, il était parti ce matin-là pour faire de l'enterrement de sa grand-mère un tremplin dans le vaste monde, mais non. Le petit Peter angoissé et complexé avait éclipsé le gérant sûr de lui de l'Occamy. Et voilà qu'en plus il effectuait sa mue de retour à l'enfance en compagnie de l'une de ses connaissances les plus complexantes. Comme la vie était imprévisible ...

- Avec cela, ne laisse pas ton cœur devenir velu et ton sang s’amuïr.

Tiens ! Et voilà qu'il lui parlait d'amour, le petit-cousin. Comme c'était étrange ... Enfin, peut-être Kohane avait-elle eut ce pouvoir sur lui. Peter se demandait comment il était lorsqu'il était avec elle. Etait-il ce même extraterrestre des relations humaines ? Et elle, comment était-elle avec lui ? Tout ces questions plissèrent les yeux de l'ancien préfet pendant que son ancien camarade de dortoir sautillait joyeusement entre deux tombes. Etrange.

- Expliquer ? Mais que veux-tu que je t’explique, à toi, ta cheminée et ton salon ? Je suis le plus ignorant de ce lac.

Ah ! Lui aussi son caractère revenait à vive allure. Paré de ses plus beaux atours, ses bouclettes impeccables (bien que parfois revêches) fichées sur sa tête, il était encore là à se considérer comme celui qui ignorait, qui était sans influence, Asclépius d'avantage serviteur que servi. Cela avait autant le don d'impressionner Peter que de l'agacer. Peut-être était-ce le commun aux gens puissants, d'oublier qu'ils l'étaient.

- Mais, enfin ! Ta famille, ma famille ... C'est que c'est tellement incroyable comme histoire. Cela fait des mois que je consulte les astres, me penche sur les lignes de mes mains, mes feuilles de thé et rien ne laissait présager cette situation ...
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 04 Oct 2017, 14:45



De sa position plus proche de la terre et de certaines racines encombrantes, il observait avec une certaine attention les traits et les mots sortant de la bouche de son camarade. Si tant est que les mots puissent être observés. Pourtant, on pouvait toujours distinguer un filament ou deux qui se perdait dans la Réalité. Ces filaments témoins de pensées. Témoin d’une volonté de parole.
Il pencha légèrement la tête sur le côté, et l’épopée du gastéropode fut bien vite oubliée. Normal, après tout, son intérêt avait été aiguisé par bien autre chose. Par le désormais petit-cousin, en l’occurrence… Même si cette appellation n’était pas du tout familière pour lui. Presque, un peu… Dérangeante ? Il ne saurait trop dire. L’introspection, il avait du mal, malgré de rares éclairs de lucidité. Peut-être devrait-il se pencher un peu plus là-dessus. Il essaiera, loin de la foule et des hommes.

Il se releva doucement, passant une main leste sur son vêtement. Habillé de ce noir austère et impeccable, il lui semblait avoir pris encore quelques centimètres. Déjà qu’il était grand. Mais là, ça accentuait les os sous sa peau, la taille sous sa pulpe. Le fait que malgré les artifices du maquillage, il semblait toujours un peu décharné. Comme quelque chose qui lui collait à la peau. Quelque chose de bien moche et de bien secret.

En deux pas, il fut de nouveau devant Peter, lui souriant doucement. Sincère dans son sourire et dans son regard. Peut-être avait-il sentit quelque chose, dans ce filament ? Ou peut-être, tout simplement, que son intérêt s’était déplacé. De la course du gastéropode à son ami. Parce que c’était son ami, pas vrai ?

« - Tu aimes la divination ? »

Oui, c’était tout ce qu’il avait retenu de l’exclamation de son camarade. Ou plutôt, c’était le résumé qu’il en faisait et qu’il décidait de partager avec autrui, dans sa grande mansuétude.

« - J’aime bien. A tendance affectueuse. Ou peut-être est-ce la nostalgie. Parler de soi pour inciter l’autre à parler, tout en faisant des raccords avec la discussion première : leur famille recomposée. Et, mon nom vient de cet attrait. Le tilleul. Généralement, les sorciers chez moi sont pourvu de ce genre de bois pour leur baguette, parce qu’ils ont des prédispositions pour ce Mystère. Comme ma grand-mère. »

Un regard un peu insistant, presque comme s’il défiait Peter de s’en moquer. Mais, il n’en avait pas l’air. Après tout, il le pratiquait bien, cet art. Il pouvait être compréhensif.

Un coup de vent plus loin et le voici qui hausse légèrement les épaules et remet une bouclette décadente derrière son oreille.

« - Mais ce don s’est perdu chez moi. Mis à part ma grand-mère, personne ne semble prédisposer à manier du tilleul. Ça montre bien que la consanguinité ne permet pas de conserver les spécificités génétiques… Mais peut-être d’autres peuvent-elles… »

Un mouvement de poignet, vif, automatique.
Comme pour dire « baaah, ce n’est rien, oublie la dernière phrase s’il te plaît, ce n’est vraiment pas très important ».

Maintenant qu’il avait partagé un des secrets de la famille (pas le plus compromettant ni le plus secret, certes), l’on pouvait dire que ces deux être-là partageaient désormais un lien de complicité familiale.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Peter McKinnon, Ven 03 Nov 2017, 10:05


A mesure que la distance s'insinuait entre eux et le cimetière, Peter se sentait déjà plus serein. Ils allaient devoir emprunter une petite pente douce pour finir par apercevoir le Manoir, signe de la grandiloquence dans laquelle l'ancien préfet avait voulu s'enfermer à son retour de Grèce. Mais pour l'heure, il était hors de vue, aussi tous deux en étaient là à bavarder sur un sujet non moins banal que la divination. Le gérant de l'Occamy affirma silencieusement son goût pour ladite matière, espérant que la conversation n'allait pas tourner en une longue série de platitudes qu'ils allaient se servir mutuellement dans le seul but de passer le temps. Heureusement pour lui, ce ne fut pas le cas ...

Le sorcier de vingt-et-un ans apprit ainsi que la famille de sa grand-mère présentait certaines dispositions pour l'art divinatoire. Car, contrairement à ce que certains pouvaient bien en dire, la divination était un art à part entière, du moins pour Peter. Ainsi, il avait donc des parents, éloignés certes, artistes ... Cet ancien camarade de dortoir l'intriguait de plus en plus décidément !

- ... Ça montre bien que la consanguinité ne permet pas de conserver les spécificités génétiques… Mais peut-être d’autres peuvent-elles…

D'une sorte de mouvement du poignet, Asclépius sembla envoyer balader ces dernières paroles. Mais Peter, qui avait placé ses mains dans son dos, dans un signe de grande écoute, grimaça légèrement. Qu'est-ce que son petit-cousin avait voulu dire par là ?

*C'est fou quand même ! Ce mec n'est jamais clair !*

- De quoi ?

Par moment le décalage entre les deux hommes pouvait être réellement caricatural. Alors que l'un était en permanence dans la retenue, faisait montre d'une éducation distinguée à chaque instant et ne laissait que très rarement transparaitre ses émotions, l'autre se retrouvait volontier désarçonné verbalement, cherchait ses mots, avait des réactions à fleur de peau. Et Peter ne pouvait plus cacher que cela l'énervait au possible ...
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 08 Nov 2017, 16:52


Ceci est du Fourchelang

Il y avait un peu comme de l’appréhension chez lui. Appréhension qui ne s’éternisa heureusement pas, car Peter semblait à l’écoute, comme s’il n’était que parole d’Evangile, avec sa rhétorique de Pius. Un peu comme lors de leur première discussion. Etait-ce sur Lockhart ? Ou le pouvoir ? Il ne s’en rappelait plus très bien. Probablement pas Lockhart, il s’en serait souvenu ! Comment oublier ne serait-ce que le moindre commentaire sur ce si grand homme ? A chacun ses héros. Et les siens étaient toujours grandioses.

Face à ce qui semblait être une interjection rhétorique, l’aristocrate haussa par réflexe un blond sourcil avant de stopper sa marche, observant – voire détaillant – son ancien préfet d’un air assez curieux. Comme s’il cherchait quelque chose, chez lui… En lui… Quelque chose qui pourrait justifier le comportement qu’il allait adopter dans si peu de temps : l’affaire de quelques minutes, de quelques secondes.
Son observation est placide, sans jugement extérieur ou intérieur. Comme la recherche d’un constat ou… D’une poursuite, dans la discussion. Ça devait être ça. Que pouvait-il y avoir d’autre sinon ?

Enfin, quand un léger sourire se dessina sur son visage osseux, c’était le signe que sa parole allait de nouveau être libérée.
Pas un pas, pas une approche. Toujours cet arrêt, cette immobilité du corps, en attente, tandis que la parole est sans entrave : « - On dirait, une belle poussée du Fatum. Si, tout du moins, il croyait au Fatum. Mais il ne croyait pas en grand-chose. J’ai raté par ma naissance ma vocation d’Enfant du Tilleul, puisque je ne suis pas Voyant. Mais toi, tu pourras certainement y faire quelque chose. » Loin de montrer de l'amertume, son sourire semblait s’accentuer, comme s’il s’amusait actuellement à quelque jeux particulièrement divertissant, connu de lui seul.

Un pas, puis un autre,
Puis encore un.

Quelques pas de danse, et le voici face à McKinnon, avec sa hauteur maigre d’épouvantail, son sourire énigmatique et son regard de lac. Le voici qui se penche légèrement, comme s’il enlaçait un vieil ami retrouvé, bien que ses bras restèrent dans son dos, en une attitude nonchalante. Juste, le temps, de quelques mots.

« - De mon côté, j’ai découvert quelque chose de surprenant, complètement éloigné de ma génétique. Avisant la tête d’un serpent, sculpté au-dessus d’une pierre tombale, il se penche davantage, comme pour délivrer un secret, à l’oreille de son interlocuteur. Un secret que seul lui-même pourra comprendre car… Il sera livré en Fourchelang. Et avec cette nouvelle perspective, je vais détruire dans les flammes toute cette aristocratie putride, consanguine, aseptisée. Décadente de bassesse. Alors, profite. »

Et avec ce même sourire énigmatique, cette petite lueur dans le regard qui donne à sa figure un air emplit de mystère, le voici qui se redresse et s’écarte d’un même mouvement fluide.
Désormais, il avise son nouveau petit-cousin. Le scrute, comme pour juger ses réactions. Estimer s’il est possible de poursuivre leur relation… Ou  non.

Si tel n’était pas le cas : il avait bien effacé 28 de la mémoire de Valentina, alors pourquoi pas une simple conversation ?
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Peter McKinnon, Ven 17 Nov 2017, 09:34


Les enterrements sont toujours d'horribles moments. Et, bien souvent, plus vous êtes proches du défunt, plus il risque de vous arriver quelque chose d'inattendu. C'était précisément le cas de Peter qui, après avoir tout juste mit sa grand-mère en terre, s'était découvert un petit cousin et une branche de la famille aux membres extralucides. Et le pauvre garçon n'était pas au bout de ses surprises ... Car, tout alors qu'il demandait des explications à son parent sur ce que celui-ci venait de lui baragouiner dans son dialecte aristocratique habituel, celui-ci s'arrêtait net pour s'expliquer.

Ainsi, Asclépius Underlinden, le sorcier au sang bleu que Peter enviait secrètement depuis sa scolarité n'avait pas hérité du talent familial pour lire l'avenir. Et pour, lui, Peter, le petit-cousin sans titre et sans argent (quoiqu'il avait récemment réglé ce dernier détail), avait hérité de ce don. Ainsi, son ancien camarade de dortoir n'avait pas pu tout avoir. Prenant le temps de la réflexion, c'était vrai qu'à trop envier les gens, on finit par oublier qu'ils ont aussi des faiblesses et des défaites. Mais Peter ne put partager cette pensée car déjà son petit-cousin reprenait la parole et s'apprêtait à le terroriser.

Après une courte introduction, le sorcier germanique s'était penché sur son oreille et lui avait murmuré des paroles incompréhensibles pour le sorcier ordinaire qu'il était. Là, à la sortie du cimetière de Godric's Hollow, Peter fut soudain glacé d'effroi. Bien qu'il n'avait pas saisi un traitre de mot de la langue dans laquelle venait de s'exprimer son ancien camarade de dortoir, il avait put percevoir, à défaut d'y déceler des mots ou des phrases, la sonorité du langage employé. C'était comme si un serpent s'était penché sur son oreille et lui avait chanté une petite comptine. Certes, Peter n'avait pas saisi ce que son compère avait prononcé, mais il avait compris ce qu'il avait voulu lui faire passer comme message.

Le gérant de l'Occamy était terrorisé. Les yeux écarquillés devant les prouesses linguistiques du jeune homme aux boucles si parfaite, il marqua un pas en arrière pour se distancer de son petit-cousin. Ouvrant et refermant la bouche sans prononcer un mot, Peter se sentait une nouvelle fois comme le roi des idiots, mais cette fois-ci il se sentait comme le roi des idiots en danger. Finalement, ils n'allaient peut-être pas prendre le thé tous les deux ...
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Asclépius Underlinden, Ven 17 Nov 2017, 13:42



Se redressant, le visage souriant, Pius le IIIe ne cachait pas le fait qu’il soit plutôt fier de son petit effet. Son goût du spectacle qui ressortait, il ne pouvait s’en empêcher ! Il fallait qu’il fasse de l’effet. Surtout devant Peter. Sorte de complexe de supériorité mal placé peut-être, depuis qu’il avait remarqué que son ancien préfet lui témoignait de l’intérêt. Ou alors, ce n’était que la manifestation de son aristocratie. Tellement de possibilités.
Nonobstant, il n’avait pas envisagé celle qui était devenu réalité, face à ses yeux troublés. Une expression horrifiée, des pas qui marquent un mouvement de recul… La surprise se lisait sur sa propre figure, tandis que celle de Peter semblait criante d’une étrange vérité… Qu’il ne parvenait pour l’instant pas à déceler.

Et en quelques instants d’une métamorphose faciale, la surprise laissa sa place par une expression reflétant son sentiment intime : il était blessé. Blessé de la réaction de Peter. Et pendant quelques instant, surprise et peine se mélangeaient dans son expression et son élocution : « - Pourquoi cette expression ? Pourquoi tu recules ? »
Il ne comprenait pas pourquoi Peter était effrayé, sincèrement. Son inconstance émotionnelle ne lui permettant pas de garder le fil d’un sentiment sur le long terme. Alors, pourquoi ?

Mais, bien vite, ce que certains appellent « la conscience du sang », se rappela à lui. En réalité, il ne s’agissait qu’un orgueil séculaire, profond et puissant, là, tout au fond de son cœur, qui lui intimait de ne jamais mépriser quiconque, d’être toujours aimable, et de ne se laisser atteindre. Assez peu souvent, il avait la présence d’esprit d’afficher un tel visage fermé, propre à tous ces autres sang-purs qu’il méprisait tant. Mais face à Peter, il était si bien moulé dans son rôle d’apparition et de prestige, qu’il avait du mal, et surtout, ne voulait pas le quitter.
A événements exceptionnels, mesure exceptionnelles. Le menton se rehaussa, le regard se fit plus distant, et, finalement, les murs brisés de leur relation laissèrent la place à d’autres, plus haut et plus solide, dans son dernier énoncé placide et poli : « - Toutes mes condoléances pour votre grand-mère, Mr. McKinnon. »

Un mouvement de cape, quelques pas, et à la sortir du cimetière, le Fourchelang transplana, sans un regard en arrière.
Il lui avait dévoilé l'un de ses plus profonds secrets et lui, n'avait que cette expression à lui offrir... Quel ingrat !


______________
HRPG

Départ de Pius ; merci pour ce RP
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Peter McKinnon, Sam 18 Nov 2017, 21:14


Et non, décidément, rien ne se passait comme prévu. Déjà, la nature couarde et effrayée de Peter était ressortie devant tout ce qui était méconnu et différent. Ce n'était probablement pas la réaction à avoir devant une telle preuve de confiance venant de sa propre chaire et de son propre sang. Mais Peter était comme cela. Le monde magique était comme cela. Il aurait aimé être l'un de ces progressistes que rien n'arrête et qui luttent leur vie durant pour faire une place à chacun quelque soit sa nature, mais il en était incapable. Devant les questions légitimes de son petit-cousin, le sorcier restait de marbre, figé. Seuls les yeux de l'ancien préfet se permettaient encore de cligner, comme pour vérifier si tout cela était bien réel.

Et puis, ce fût l'instant de trop. Face au silence de son camarade endeuillé, il était certain qu'Asclépius cogitait et qu'il allait finir par comprendre. Peter était réellement désolé de cette situation qu'il avait grandement participé à provoquer, mais le mal était fait, il était trop tard. Il venait de vexer quelqu'un d'aussi intelligent qu'éloquent, il était donc normal qu'il s'expose à un retour de flamme. Car déjà le sorcier germanique relevait la tête et faisait disparaitre tout ce qui chez lui faisait transparaitre un rien de personnalité pour annoncer son congé :

- Toutes mes condoléances pour votre grand-mère, Mr. McKinnon.

Peter ferma les yeux. Il avait tout raté dans les grandes largeurs et, pire, il s'en rendait compte. Après le CRAC caractéristique d'un transplanage, il eut la conviction que son petit-cousin était parti. Rageusement, il laissa éclater un cri alors qu'il balançait son pied contre une pierre qui alla heurter le muret du cimetière. Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même ...

*Et donc comme ça, il devait accepter ta différence sans crainte mais tu n'étais pas capable d'accepter la sienne ?*

- OH LA FERME !

Le sorcier se dégoutait. Et, pire que tout, il se dégoutait précisément au moment où celui qu'il admirait tant s'était enfin livré terriblement humain à lui. Ayant connaissance qu'il venait de rater un rendez vous primordial entre deux amis qui allaient s'éloigner presqu'inévitablement après cela, Peter laissa couler une larme le long de sa joue, qu'il arracha d'un geste rageur. Tout d'un coup, le sorcier se détestait ...


Fin du RP
Merci à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Oscar Salsanvivre
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Oscar Salsanvivre, Ven 19 Jan 2018, 02:35


RP avec Zélie Hepburn


Salut, mamie.

J'espère que tu vas bien, où que tu sois.
Je te passe le bonjour de Papa, de Maman, de Helga, de Remus, de Hector, de Gabriel, de Donnie, de William, de Olive, de Theodora, de Inès et de Edgar.
Ah, et de tous les petits cousins et petites cousines, aussi, mais...
Bon.
Tu connais tout le monde, tu m'as compris.

Tu sais, mamie...
La vie en ce-moment, c'est pas super facile.
Pour moi, je veux dire.
Je m'ennuie beaucoup.
À la maison, à Poudlard...
Je ne sais pas vraiment quoi faire de ma vie.
J'hésite.
Je me tâte.
J'ai encore un an et demi à me taper à l'école, mais je ne suis pas vraiment d'humeur à ça.
Je me lasse.
J'ai l'impression de ne plus rien y apprendre.
J'ai envie de tenter de nouveaux trucs.

J'aurais aimé que tu me racontes ta jeunesse.
Que tu me dises comment c'était, Poudlard, à ton époque.
Les profs, les élèves, les cours, le château.
La magie, tout ça.
Moi, je n'arrive pas vraiment à savoir si je suis mieux ici qu'ailleurs.

Rassure-toi, je ne dis pas que ma vie est pourrie, loin de là.
Il se passe des trucs bien, et des trucs moins bien.
Des trucs extraordinaires, et des trucs très oubliables.
Par exemple, je me suis fait des nouveaux amis.
J'ai rencontré des gens sympas.
Des filles sympas, aussi.
Enfin, tu vois ce que je veux dire.

Et puis, je rêve toujours, aussi.
Je veux devenir journaliste.
Pas pour raconter des ragots ou publier des petites annonces, non !
Journaliste de terrain.
Le type de journaliste qui enquête, qui trouve des réponses aux questions que l'on se pose.
Sur le Ministère.
Sur les Aurors.
Sur l'Ordre du Phénix.
Sur les Mangemorts.
Enfin, l'Ordre, les Mangemorts...
Pour toi, ce ne sont que des mots dans un livre d'histoire, pas vrai ?
Tu étais trop vieille pour assister pleinement à leur retour.
Et pourtant, ils sont là.
Et j'aimerais bien savoir pourquoi.

Aussi, j'ai l'impression de ne plus être aussi émotif qu'avant.
Tu ne m'as jamais vraiment vu émotif, toi d'ailleurs.
Ca ne m'est arrivé qu'après ta mort, mais bon...
Oui, tu le sais, je te l'ai déjà dit.
Avant, je pleurais pour rien.
Je criais pour rien.
Je riais pour rien.
Maintenant, je le fais toujours, mais un peu moins.
Peut-être que je deviens grand alors je sais ce que je fais.
Ou alors, je m'ennuie tellement que j'ai la flemme de pleurer.
De crier.
De rire.

L'ennui.
C'est triste, l'ennui.
L'ennui, ça me fait douter de moi et j'en viens presque à penser que mes rêves ne dépasseront jamais le stade de simples rêves, justement.
Le voyage en Mongolie, avec Helga.
Le métier de journaliste.
La paix entre les moldus et les sorciers.
La paix dans le monde.
Voir tout ça au loin, mais réaliser que je n'ai que seize ans et que je n'y peux rien, et que je n'y pourrai peut-être rien dans dix ou vingt ans non plus.
C'est ça qui m'ennuie.

Mais si je viens te voir aujourd'hui, mamie, ce n'est pas pour te dire que je m'ennuie.
Tu vois, je n'aurais jamais osé venir ici par ennui, j'aurais trouvé ça très irrespectueux envers ton âme.
Ton âme, ton aura... Je ne sais pas trop comment tu appelles tout ça, là où tu es.

Non, si je suis venu ici, mamie, c'est pour te dire que...
Ben, je t'aime toujours, quoi.
On n'a peut-être pas toujours le temps de venir te voir, avec tout le monde, mais...
On t'aime.
Et moi je t'aime.



Voilà.

Bon...

Ben je vais y aller.

Bisous, porte-toi bien !
Je repasserai bientôt.



Je tourne la tête. Une fille.
Je l'ai déjà vue, elle est à Gryffondor, elle a un an de plus que moi.
Ça fait bizarre de voir une camarade de Poudlard dans un endroit pareil.
C'est pas forcément anormal, mais ça fait bizarre.
En plus, j'étais en train de parler à voix haute.
Enfin bon, ce n'est pas vraiment le lieu où elle pourrait me juger pour ça.
Bon. Ben je la laisse faire sa vie, quoi. Ça me regarde pas.
Revenir en haut Aller en bas
Zélie Hepburn
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Zélie Hepburn, Sam 20 Jan 2018, 14:44



Atterrissage malencontreux
- pv Oscar -

__________________________



Tu te souviens de ta première expérience. Mauvaise. Très mauvaise. Ça remonte à pas mal de temps maintenant. Tu l'attendais cette permission. Tu voulais ta liberté. Tu voulais pouvoir prendre le large sans approbation. Tu avais dix ans depuis peu, tu y avais droit. Souffrance, douleur, chute, chute, chute, chute. Puis la consécration. Un bout de parchemin qui valait de l'or. Admissible à la formation.

Tu as du patienter. Tu peux être libre, mais pas maintenant. School sucks. Puis ce fut les vacances. Enfin. Tu es sortie de ton lit sans même te regarder dans le miroir. Peu importe ta face de zombie, tu as autre chose de prévu. Quitter ce mètre carré. Pour en atteindre un autre, non loin, mais un autre tout de même. Folle envie de te faire écraser par un rouleau compresseur, folle envie de  t'envoyer en l'air dans un tourbillon allant à toute allure, folle envie de souffrir et de partir.

DDD. La règle, tu la connais. Tu ne sais pas où tu veux aller, premier problème. Tu penses à l'Irlande, le château qui sert de p'tite maison à tes grands-parents. Il y a un petit moment que tu ne les as pas vu. Ils sont toujours vivants ? Tu décides d'aller vérifier par toi-même. CRAC.

Je mangeais bien tranquillement mon gland quand une étrange jeune fille fit son apparition à deux pieds du loger. Je n'eus pas même le temps de lancer mon petit cri aigu, qu'elle avait déjà disparu. Un vent si violent appela de la bouillasse qui vint faire tâche sur ma queue en panache.

Envolée.

Rude atterrissage. Deux tonnes de terre et de poussière, tu as déjà gouté mieux. Tu te relèves difficilement, les oreilles encore bourdonnantes. Tes membres sont aussi mous que de la gelée, c'est à peine si tu sais tenir sur tes gambettes. Elles tremblent. Elles vont lâcher, tu le sens. — Bon... Ben je vais y aller. Une voix qui s'élève derrière ton don. Une voix proche et lointaine à la fois. — Bisous, porte-toi bien ! Je repasserai bientôt.

Tu redescends sur terre et prends enfin conscience de l'endroit où tu viens d'atterrir. Une chose est sûre, tu n'es pas chez tes vieux. Quoi que... Dieu tente-t-il de te faire passer un message ? J'le savais, ils sont morts ! Un cimetière. Tu viens de transplaner dans un cimetière. Tu n'aurais pas pu choisir meilleur endroit... Lugubre, triste, brumeux, tout ce que tu aimes. Le gamin qui se tapait la causette ave qui d'ailleurs? deux secondes auparavant  te scrute, t'analyse de la tête aux pieds. Tu le déranges ? À peine... Un cimetière et un gamin qui parle aux fantômes. Glauque.

— Oups... Mauvaise adresse. Désolée de te déranger en pleine discussion avec... peu importe. Tu te retournes et tu t'éloignes. Ce gosse ne parle pas avec les inconnus, ça se sent qu'il a bien été éduqué. Tu le laisses vaquer à ses occupations. P'is tu fais marche arrière. — Hum... Excuse-moi de te déranger encore une fois, mais tu saurais me dire où j'ai atterri ?


Dernière édition par Zélie Hepburn le Sam 27 Jan 2018, 22:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oscar Salsanvivre
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Oscar Salsanvivre, Mer 24 Jan 2018, 16:28


C'est marrant, je ne l'ai pas entendue arriver, cette fille. Soit ses pas ne font aucun bruit, soit elle était là depuis le début, cachée quelque part. Ou alors j'étais trop concentré dans mon discours pour y faire attention. Je m'apprête à me retourner pour sortir du cimetière, mais la voilà qui m'interpelle.

- Oups... Mauvaise adresse. Désolée de te déranger en pleine discussion avec... peu importe.

Ah, donc elle a transplané. Je devais être vraiment perché dans mon truc pour ne rien entendre. Pas besoin de t'excuser, va, je ne faisais que passer. À vrai dire, ce n'est pas que je suis asocial, mais je ne suis pas vraiment venu dans un cimetière pour blablater avec une inconnue.

Et puis... Ouais, elle a quand même cru que je parlais aux morts, c'est bizarre. Enfin oui, je parlais avec une morte, mais... bon. Je veux dire... Bon, le deuil, vous connaissez, quoi ? Ça me paraît pas chelou de transmettre un message à une personne chère, quand même. Si ?

La fille commence à faire demi-tour pour partir je ne sais où. Je m'apprête à lui dire que la sortie ne se trouve pas dans cette direction, mais elle se retourne soudain et m'interpelle de nouveau.

- Hum... Excuse-moi de te déranger encore une fois, mais tu saurais me dire où j'ai atterri ?

Voilà pourquoi le permis de transplanage me fait flipper. Vous imaginez si j'atterris malencontreusement dans un cimetière ? Hyper glauque, j'aurais l'impression que ce serait un signe du destin pour me mener droit vers ma tombe.

- Oui, bien sûr, dis-je en souriant. C'est le cimetière de Godric's Hollow. T'inquiète pas, tu n'y trouveras rien de très flippant. Enfin, je dis ça, mais je ne traîne pas souvent ici.

Pourquoi je commence à lui parler ? On ne tape pas la discut' avec des inconnus dans un lieu pareil - je ne connais pas grand chose aux traditions liées aux défunts, mais je ne suis pas sûr que ce soit respectueux. Je lui adresse un petit hochement de tête pour la saluer, puis je fais demi-tour. Et je me souviens qu'elle ne sait pas où est la sortie.

- Ah, et... Pour sortir, c'est par là, si ça t'intéresse.

Je commence à marcher, elle me suivra si elle le souhaite. Peut-être que c'est bel et bien l'endroit où elle souhaitait atterrir, après tout. Peut-être que... Oh, m*rde. Peut-être qu'elle est venue enterrer un corps. Ou faire des repérages pour enterrer un corps. Peut-être que c'est une tueuse. Ou un Mangemort. Ou une employée du Ministère infiltrée venue couvrir les dégâts physiques causés par une intervention qui a mal tourné avant que les médias ne découvrent quelque chose.

Zut. Ne jamais inviter les inconnus à les suivre, même si tu as l'impression de les avoir déjà vus à Poudlard. Je commence à flipper, j'ai une boule au ventre.
Meuuh non, y a rien à craindre.
Mais on sait jamais.
Meuuuuuuh non.
On sait jamais, flûte.
Dans le doute, je presse le pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cimetière de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 15

 Cimetière de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.