AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 2 sur 7
L'Arrière-boutique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Eli Anders
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: L'Arrière-boutique

Message par : Eli Anders, Lun 4 Mar 2013 - 22:09


Aujourd'hui était le premier jour d'Eli à la boutique Ollivander's. Il y était rentré quelques jours plus tôt en tant que client pour remplacer sa baguette qu'il avait malheureusement détruite pendant ces vacances. Il avait par la même occasion remarqué la petite annonce qui était plaquardée sur un des murs de la boutique. N'ayant pas de travail sur le moment, il avait saisi l'occasion et avait postulé pour le poste. Et quelques jours plus tard il avait reçu une réponse positive à sa demande. Quel ne fut pas son étonnement en recevant le hibou en question. Il avait faillit s'étrangler avec une graine de raisin qu'il était en train de manger.

Il avait hâte de rencontrer ses collègues de travail. Il avait déjà entrevu une des vendeuses lors de son précédent achat. Peut-être la reverrait-il de nouveau.

Il avait donc quitté sa maison par une journée typiquement anglaise. Un temps humide mais doux avec un ciel voilé qui laissait passer une lumière blanchâtre et diffuse. Il remonta le Chemin de Traverse en prenant son temps. Il flânait devant les vitrines, se trouvant lui même des excuses pour y passer plus de temps que de raison. Lui qui était d'habitude si social, se trouvait avoir un peu le trac. Il allait passer de l'autre côté du comptoir. Rencontrer une équipe soudée, peut-être un peu trop pour s'y intégrer facilement.

* Tu réfléchis trop mon garçon. Ce ne sont pas des monstres ces gens là. Ils sont comme toi. Allons un peu de courage ! *

D'un autre côté s'était une opportunité incroyable de rencontrer des gens, d'élargir son cercle de connaissance et de lier de nouvelles amitiés. Cette pensée lui redonna un peu de baume au coeur.

Perdu dans ces pensées, et en plein conflit intérieur, il allongea inconsciemment le pas, et se retrouva en peu de temps devant la boutique de baguettes. Passé la surprise, il jeta un coup d'oeil à l’intérieur de la boutique à travers la vitrine. Il n'y avait personne pour le moment. Ni client, ni vendeur. Pas âme qui vive, pas même la moindre petite araignée tranquillement installée sur un coin de toile. L'intérieur de boutique était étincelant.

Il contempla rapidement son reflet dans la vitre. Il avait choisi une tenue légère et élégante. Il aimait être à l'aise pour travailler, sans pour autant se laisser aller sur sa tenue. Satisfait par l'image que lui renvoyait la grande baie vitrée, il prit une grande inspiration et poussa la porte, déclenchant par la même occasion le tintement caractéristique de la clochette de la boutique.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Jeu 7 Mar 2013 - 14:40



La poitrine de la belle se levait doucement au rythme de sa respiration posée alors que son nez ne cessait de faire la mimique qu’elle avait adopté. Le silence était si reposant, si discret, si… silencieux ? Elle était aux anges, essayant de rattraper sa nuit de course, de sauvagerie et de loup-garou. Qu’il était dur d’être différente. Elle n’avait rencontré personne qui arborait la même malédiction qu’elle. Bien entendu, il y avait celui qu’il l’avait mordu et la petite blonde qu’elle avait elle-même mordue par mégarde, mais aucun loup rencontré par pur hasard et pour qui elle ne pourrait être un danger. Perdue dans ses pensées, se laissant emporter par le sommeil, la vendeuse ne se doutait en rien que tout cela serait fini dans… trois, deux, une seconde. Un tintement vint réveiller les sens de la jeune femme. Qui était ce fou qui venait de pénétrer dans la boutique ? Ronchonnant, râlant et jurant contre l’inconnu, Elenna plaqua ses deux mains sur ses oreilles, secouant la tête pour se persuader de ne pas avoir entendu ce bruit strident. Avec un peu de chance, ne voyant personne arriver le client reviendrait plus tard. Marmonnant, le sommeil reprit vite le dessus...

" La nuit venait de se coucher et la pleine lune brillait déjà haut dans le ciel. La belle savait déjà ce qu'il l'attendait, ce que cet astre signifiait pour elle. Une fois baignée dans la lumière blanche, elle ferma les yeux et attendit la transformation. Quelques secondes passèrent et un de ses yeux de ré-ouvrit doucement. Elle sursauta, la surprise se lisant sur son visage. Reculant pour se retrouver dans l'ombre des arbres de la Forêt interdite, Elenna regarda ses mains toujours humaines. Que se passait-il ? Pourquoi ne se transformait-elle pas en loup-garou ? Repassant sa journée en mémoire, elle se souvint bien ne pas avoir pris la potion Tue-Loup en ce jour. Ce n'était pas normal. Jamais elle n'avait entendu une histoire pareille. Était-il possible de perdre ses facultés de loup-garou ? Était-il possible de perdre ce que certains appelaient une malédiction ? Secouant la tête comme pour se sortir d'un mauvais rêve, l'ancienne Poufsouffle ne savait que faire. Soulevant son t-shirt sans grande pudeur à la recherche de quelque chose de bien précis, elle aperçut cette cicatrice qui marquait le changement de sa vie. Mais si elle avait été mordu, pourquoi ne se transformait-elle pas ?

Derrière elle, un grognement inhumain retentit. Elen connaissait ce bruit, celui qu'elle avait fait durant un nombre de nuits qu'elle avait arrêté de compter. Ses yeux se firent ronds alors qu'elle reculait rapidement, collant son dos à l'écorce d'un arbre. Face à elle, une silhouette animale se dessinait sur le fond noir de la nuit. Pénétrant dans la lumière, la vue de la bête fit étouffer un cri de surprise dans la bouche de la vendeuse de baguettes. Face à elle, un loup-garou se tenait sur ses pattes arrières. Mais pas n'importe qu'elle loup-garou, c'était elle. La fourrure blanche si caractéristique qu'elle avait lorsqu'elle était sous-forme animale était unique, et c'était celle qui se trouvait devant elle. Elenna fit volte-face et se mit à courir le plus vite possible. Si elle se faisait attraper une fois de plus, c'était la mort assurée...
"

Cela n'avait pas loupé, la demoiselle s'était rendormie, la tête enfouie entre ses mains, ses cheveux blancs devant son visage, n'en dévoilant que certaines parties. Quelques tremblements secouaient son corps dû à la peur du cauchemar qu'elle faisait à l'instant même. Une goutte de sueur perla sur son front, oubliant le monde réel pour celui de l'horreur...
Revenir en haut Aller en bas
Eli Anders
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Eli Anders, Lun 11 Mar 2013 - 21:55


Une fois qu'Eli fut entré dans la boutique, il fut tout d'abord frappé par le silence qui y régnait. Il s'approcha du comptoir ou étaient empilés des formulaires à destination des clients. Eli nota intérieurement de toujours veiller à approvisionner ce petit tas pour que les clients ne se retrouve pas le bec dans l'eau au moment de fournir les informations nécessaires à l'obtention de leur nouvelle baguette.

Ce détail l'occupa quelques minutes, mais ne voyant personne venir, il tendit l'oreille à la recherche d'un bruit qui aurait pu indiquer la présence de quelqu'un. C'est à ce moment qu'il entendit du bruit dans la pièce à l'arrière de la boutique. Cela ressemblait à une respiration, tout d'abord régulière, puis saccadée. Puis sans crier gare il attendit quelqu'un remuer assez violemment, comme si elle essayait de se dégager de quelque chose.

S'inquiétant de ce qui se passait à l'arrière de la boutique et ne voyant rien à travers les rideaux de perles, il décida de s'avancer pour vérifier que tout allait bien. Il regarda brièvement à travers la vitrine: personne ne semblait vouloir entrer pour le moment. Il contourna le comptoir et s'avança vers le rideau. Il entendait toujours remuer derrière. Il dit doucement:

- Bonjour ! Il y a quelqu'un ?

N'ayant pas de réponse il écarta les perles du rideau et se glissa dans l'arrière boutique. Quelle ne fut pas sa surprise quand il découvrit une jeune femme à la peau très claire qui dormait dans le canapé. Il ne l'avait pas vu la dernière fois qu'il était venu acheter sa nouvelle baguette. Sans doute ne travaillait-elle pas ce jour là. Elle semblait faire un cauchemar particulièrement éprouvant car elle tremblait et se retournait fréquemment. Eli fut frappé par sa beauté. Malgré la terreur qui se lisait sur son visage, ses traits étaient très fins et son visage rayonnait d'une sorte d'aura. Il se surprit à la contempler dormir et se ressaisi rapidement.

Il ne voulait surtout pas la réveiller en sursaut. C'était généralement une très mauvaise idée, car la réaction d'une personne endormie est imprévisible, encore plus s'il elle fait un mauvais rêve. Il s'approcha d'elle et après un moment d'hésitation, mit sa main sur son épaule et pris sa voix la plus douce pour lui dire:

- Mademoiselle ? Est-ce que tout va bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Lun 18 Mar 2013 - 18:40



Le sommeil d'Elenna se faisait lourd. N'ayant pas dormi la nuit dernière, la fatigue était bien présente et le réveil durant son cauchemar semblait impossible. Ses traits se tordaient de peur ou bien de douleur, seule une personne qui connaissait son rêve pouvait comprendre la peur qu'elle ressentait. La demoiselle paraissait vouloir se réveiller mais quelque chose semblait l'en empêcher...

" La nuit était sombre et durant sa course entre les arbres, la jeune femme ne voyait rien devant elle. Pourquoi avait-elle encore sa forme humaine ? Pourquoi ne parvenait-elle pas à se transformer ? Elle était encore un jeune loup-garou et les émotions fortes pouvaient déclencher la transformation. Pourtant, elle se sentait étrange... Elle se sentait humaine, juste une simple sorcière. Cette simplicité qu'elle n'avait jamais aimé. Devenir loup-garou lui avait confirmé ce qu'elle pensait depuis son enfance, elle avait toujours été destinée à être différente. Mais ce soir-là, Elen semblait être redevenue comme n'importe quel sorcier.

Courant, essoufflée par cette course qu'elle ne pouvait pas gagner, poursuivit par sa propre forme lupine, Elenna ne remarqua pas les quelques larmes qui perlèrent au coin de ses yeux pour rouler sur ses joues et s’abattre au sol. Ces pleures étaient-ils dû à la peur ou la perte de ce qui faisait d'elle une personne originale, différente ? Les pas et les grognements derrière elle se rapprochaient dangereusement. Elle n'avait pas 36 solutions. Soit la jeune femme aux cheveux blancs mourrait, soit la bête la mordait et elle redevenait à nouveau cette femme au charme animal et à l'allure féline. La vendeuse de baguettes ralentit sa course et pivota, faisant face au monstre qui se ruait sur elle, un air satisfait sur la gueule. Le choc fut brutal et elle percuta alors le sol dans un craquement d'os, un cri de douleur s'échappant de ses lèvres...
"

" Mademoiselle ? Est-ce que tout va bien ? "

Elenna se redressa rapidement et grogna sur le monstre... Puis elle se rendit compte qu'il ne s'agissait pas d'un loup-garou mais bien d'un homme. Elle se recula rapidement, tombant à la renverse derrière le canapé. " Aïe ". La demoiselle se frotta le bas du dos, réalisant qu'elle s'était enfin réveillée. D'ailleurs, son coeur battait la chamade et quelques grognements s'échapper toujours de sa gorge. Il allait vite falloir qu'elle se calme avant de se transformer en loup et de détruite tout sur son passage. En effet, c'était vraiment une mauvais idée, sinon elle signerait son arrêt de mort lorsque la propriétaire, Clélia, se rendrait compte de tout cela... Inspirer... Expirer... Inspirer... Expirer. La belle calma sa respiration avant de réaliser ce qui venait de se passer...

Elen venait de grogner sur un homme. Elle qui voulait être différente, elle serait peut-être même cataloguée de folle. Frottant le bas de son dos en grimaçant, toujours cachée aux yeux de celui qui l'avait réveillé, elle souffla pour se donner du courage. Se mettant à genoux, seuls ses yeux dépassés du haut du sofa à cause de sa petite taille. Le jeune homme semblait ne pas avoir bougé, peut-être avoir reculé un peu et un air surpris s'était affiché sur son visage. A quoi pouvait-il bien pensé ? Par pitié, il ne fallait pas qu'il sache qui elle était réellement. Avec un peu de chance, il ne l'avait pas entendu faire des bruits inhumains, mais la louve pouvait toujours rêver. Accrochant seulement ses deux mains au dossier du canapé, seuls ses yeux dépassant toujours elle se racla la gorge et parla d'une voix douce et basse.

" Heu... Bonjour. "

La belle ne voulait pas bouger, par peur d'effrayer le beau brun qui venait d'assister à une scène très étrange. Elle attendit une réaction de celui-ci, sans bouger, retenant sa respiration. Peut-être qu'il ne la tuerait pas de suite...
Revenir en haut Aller en bas
Eli Anders
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Eli Anders, Sam 23 Mar 2013 - 17:35


Alors qu'Eli s'était approché de la jeune femme, celle-ci s'était brusquement réveillée et avait basculée derrière le canapé dans un grand mouvement. Surpris par cette manœuvre peu cavalière Eli, qui s'était accroupis à côté du canapé pour se trouver à hauteur de la belle endormie, en était tombé à la renverse. Au sol, retenant son souffle, il ne bougea plus, attendant une réaction. Il était aux aguets et ne voulait surtout pas faire quelque chose qui aurait empiré la frayeur qu'il avait causée. Après un moment, il vit apparaitre le sommet d'un crâne, tel un périscope émergeant de l'eau, scrutant les alentours. Il fut rapidement suivit par deux yeux entourés par deux mains fermement accrochées au sommet du canapé.

Après un moment ou les deux yeux semblaient le passer aux rayon X, la jeune femme pris la parole:

" Heu... Bonjour. "

Finalement, Eli n'avait pas affaire avec une bête une sauvage, mais bien une personne qu'il avait dérangée dans un sommeil très agité. Elle avait surement du l'associer à la chose qui semblait la pourchasser dans ses rêves. Il se redressa doucement pour s'assoir correctement et lui faire face. Il adopta une voix basse pour aller de ton avec celui de la belle et, choisissant ces mots avec minutie, répondit:

" Bonjour. Je m'excuse de vous avoir tiré de votre sommeil si brutalement, mais vous aviez l'air de faire un mauvais rêve particulièrement éprouvant. J'avais l'impression que vous essayiez de fuir quelque chose. Est-ce que tout va bien à présent ? "

Se rendant compte qu'il ne s'était pas présenté (et cela n'était pas dans ses manières) il corrigea la situation:

" Au fait, je ne me suis pas présenté. Je m'appelle Eli Anders. Je viens d'être embauché ici. "

Et pour établir le dialogue, il ne trouva pas mieux qu'ajouter:

" Et vous, comment vous appelez-vous ? "

Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Lun 25 Mar 2013 - 16:49



Le jeune homme était tombée sur son postérieur, visiblement surpris par la réaction abusive d'Elenna. Celle-ci se sentait à la fois bête et inquiète. Bête car elle avait agit comme une bête sauvage et avait pris peur en voyant cet homme qui n'était pas à l'origine de ses cauchemars et inquiète car, en effet, elle lui avait grogné dessus, réellement. Il suffisait que le brun connaisse tous sur les loup-garous pour faire le lien et comprendre qu'elle même en était un. Rares étaient les personnes qui le savaient. Bien sûr le ministère était au courant, mais seule la personne qu'elle avait mordu connaissait sa véritable nature. Le coeur de la demoiselle se mit à battre la chamade, attendant les premiers mots de celui qui l'avait réveillée. Avec un peu de chance, il n'avait rien remarqué, juste une jeune femme apeurée en train de cauchemarder...

Scrutant ses moindres faits et gestes, Elen regarda le brun se redresser, s'asseyant correctement. Aucune suspicion ne brillait dans son regard, juste du soulagement. Pitié qu'il soit ignorant des loup-garous, pitiééé... Face à face, les deux sorciers se regardaient. Quelques secondes de silence passèrent avant qu'il ne se décide enfin à parler d'une voix douce et basse comme s'il s'adressait à une petite fille.

" Bonjour. Je m'excuse de vous avoir tiré de votre sommeil si brutalement, mais vous aviez l'air de faire un mauvais rêve particulièrement éprouvant. J'avais l'impression que vous essayiez de fuir quelque chose. Est-ce que tout va bien à présent ? "

Si elle essayait de fuir quelque chose ? Oui, elle se fuyait elle-même. D'ailleurs ce cauchemar était très étrange. Elenna aimait sa nouvelle nature alors de quoi pouvait-elle avoir bien peur ? Des autres peut-être. Soit de leurs regards, soit pour eux. Après tout, la pleine lune dans le ciel, la vendeuse de baguettes changeait du tout au tout, devenant ce que certains qualifiés de montre, de bête, de malédiction ou même de chose infâme et contre nature. Ses traits devinrent plus durs à cette pensée mais les paroles de l'homme le firent revenir au moment présent.

" Au fait, je ne me suis pas présenté. Je m'appelle Eli Anders. Je viens d'être embauché ici. Et vous, comment vous appelez-vous ? "

Un sourire s'étira sur le visage de la demoiselle. Un nouveau collègue, quel plaisir. Elle avait entendu parler des nouveaux sans pour autant les avoir croisé et ce n'est pas qu'elle n'aimait Clélia mais la jeune feme appréciait aussi de aussi découvrir de nouvelles personnes et de faire des connaissances. De plus, depuis qu'elle avait quitté Poudlard, Elen n'avait pas eu réellement d'amis, peut-être que le travail était un bon moyen ?

" Enchantée. Moi je m'appelle Elenna et je travaille ici depuis quelques mois déjà. Ca fait plaisir de voir de nouveaux visages "

Accompagnant sa réflexion d'un autre sourire, la belle remarqua qu'elle était toujours flanquée derrière son canapé. Elle se redressa rapidement, époussetant ses vêtements et secouant sa tignasse à la couleur de la neige. Ses joues rosirent légèrement quand elle remarqua les vêtements encore chauds d'Eli alors qu'elle, qui ne craignait guère le froid, se balader en short. Elenna fit le tour du canapé pour se rasseoir à sa place initiale. S'asseyant au fond des gros coussin, elle croisa les jambes, posant ses mains sur ses chevilles et se racla doucement la gorge.

" Merci de m'avoir réveillée et pardon d'avoir réagit de la sorte, ce n'était pas vous le déclencheur de ce mauvais cauchemar... Mais parlons d'autres choses. Pourquoi choisir de travailler chez Ollivander's ? "
Revenir en haut Aller en bas
Eli Anders
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Eli Anders, Lun 1 Avr 2013 - 22:52


Eli était resté pantois devant la réaction de la jeune fille. En un rien de temps elle s'était redressée de derrière son canapé, avait épousseté ses vêtement et avait réussi à détourner l'attention en réorientant la conversation. Alors avant de répondre, Eli chercha à comprendre ce brusque changement de comportement. Pourquoi un revirement aussi rapide. Qu'est-ce que cela pouvait bien cacher ? Était il arrivé au mauvais moment tout simplement, où il y avait-il une facette de la personnalité d'Elenna qu'elle ne voulait pas dévoiler... Toutes ces questions se bousculaient dans la tête d'Eli qui était entré dans une sorte de transe contemplative sans s'en rendre compte. Il regagna la terre ferme brusquement et répondit à la jeune femme:

- Enchanté Elenna. Je me ferrais un plaisir de vous expliquer mes motivations à venir travailler ici, néanmoins, je dois bien vous accordez que vous m'intriguez au plus au point. Il faut bien m'accorder que votre réaction a été pour le moins ... étrange voir un soupçon exagérée par rapport à la grande menace que je représente !


Eli avait fait exprès d'insister sur la "grande" menace qu'il pouvait représenter. Il avait dit tout cela sur un ton léger et ponctua le tout d'un grand sourire. Néanmoins il s’aperçut un peu tard que ces propos pouvaient porter à confusion. Il ajouta donc de manière quelque peu maladroite:

- Ne croyez pas par la que je représente une quelconque menace ! C'était juste un brin d'humour peut-être mal choisi. Écoutez Elenna, je sais que ce ne sont peut-être pas mais affaires, mais j'ai l'impression maintenant que quelque chose vous effraie et que vous essayez de le dissimuler. Je ne l'ai pas remarqué toute de suite grâce à votre pirouette parfaitement exécutée d'ailleurs. Alors sachez que même si vous ne me connaissez pas encore, je suis quelqu'un sur qui l'on peut généralement compter, et je serais ravi de vous aider si tant est que je puisse vous aider. Mais pour cela, il faudrait que vous me racontiez ce qui vous a tant effrayé dans votre sommeil ?

Eli n'avait pas bougé d'un iota pendant tout le temps. Il était toujours assis par terre face à la jeune femme. Il n'osait pas se relever de peur d'effrayer un peu plus Elenna qui, il en était sûr, malgré son apparence sereine cachait quelque chose qui l'effrayait. A bien y réfléchir, ce qui l'effrayait tant était peut-être que quelqu'un découvre son secret, plus encore que le secret lui-même. Il était trop tard pour faire marche arrière a présent. Il resta donc assis sans bougé, attendant une réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Lun 20 Mai 2013 - 20:07



Les secondes s'écoulèrent et le temps sembla pourtant passer au ralenti. Assise de nouveau sur le canapé, les jambes croisées et le dos voûté et enfoncé dans les gros coussins, Elenna était tout à fait à l'aise. Son coeur qui battait la chamade quelques minutes auparavant se calmait petit à petit. Eli n'était pas un loup-garou. Juste un homme normal, juste un vendeur de baguettes, rien de bien effrayant. Quelques unes de ses mèches de cheveux vinrent chatouiller son nez alors la demoiselle souffla dessus, louchant en les regardant et remua son nez alors que sa chevelure se décidait enfin à ne plus l'embêter.

Le nouvel arrivant fixait la belle sans vraiment la regarder. C'était fort étrange mais il semblait perdu dans ses pensées et Elen ne pouvait lui reprocher. Il lui arrivait souvent de divaguer et d'oublier la personne qui se trouvait face à elle ou même la conversation qu'elle entretenait avec elle. La jeune femme pensait toujours à pleins de choses, à beaucoup trop de choses d'ailleurs et parfois, son cerveau ne suivait plus, installant un grand vide dans son esprit. L'autre vendeur de baguettes semblait être dans cet état là. Alors elle attendit et en profita pour le détailler. Il semblait gentil et elle était persuadée de l'avoir déjà croisé à Poudlard. Il avait certainement une ou plusieurs années d'elle mais pas assez pour qu'ils ne se soient jamais croisé...

Puis le fameux Eli Anders reprit enfin le dessus sur cet état d'esprit et prit la parole. Cependant, même s'il était enchanté de la rencontrer à priori, il semblait vouloir réveiller les pires démons qui sommeillaient au plus profond des entrailles de la belle jeune femme. Sous ses allures douces et aguicheuses, elle cachait ce que certains appelaient une malédiction. Elle ne voulait pas en parler, de peur de réveiller la bête qui était en elle. En effet, elle avait lu que les émotions fortes pouvaient déclencher la transformation même si la lune n'était pas haute. Mais le jeune homme avait raison de se poser des questions, elle aurait été la première à être curieuse face à ce genre de réaction. Un sourire était revenu sur les traits de la louve lorsqu'il avait exagéré sur le mot "grande menace". Elle se doutait bien qu'il ne lui ferait pas grand chose. A vrai dire, elle avait plutôt peur de lui faire quelque chose elle. Lui aussi souriait, mais il ajouta quelques mots pour la rassurer:

" Ne croyez pas par la que je représente une quelconque menace ! C'était juste un brin d'humour peut-être mal choisi. Écoutez Elenna, je sais que ce ne sont peut-être pas mais affaires, mais j'ai l'impression maintenant que quelque chose vous effraie et que vous essayez de le dissimuler. Je ne l'ai pas remarqué toute de suite grâce à votre pirouette parfaitement exécutée d'ailleurs. Alors sachez que même si vous ne me connaissez pas encore, je suis quelqu'un sur qui l'on peut généralement compter, et je serais ravi de vous aider si tant est que je puisse vous aider. Mais pour cela, il faudrait que vous me racontiez ce qui vous a tant effrayé dans votre sommeil ? "

Les sourcils de la belle se froncèrent. Pouvait-elle réellement faire confiance à un homme qu'elle ne connaissait ni d'Adam, ni d'Eve ? Pouvait-elle raconter son secret à une personne qui pouvait s'avérer être un Mangemort ou même à une personne qui détestait les loups-garous car ils avaient tué un membre de sa famille ? Pouvait-elle se livrer comme cela sans même savoir si il ne menait pas une double vie, partagé entre un côté bon et un côté mauvais ? Les questions se bousculaient dans sa tête, pensant le pour et le contre. Scrutant son regard, Elenna cherchait à en savoir plus. Après tout, comme elle le disait souvent " Les yeux sont les fenêtres de l'âme " alors c'était peut-être là le seul moyen de le démasquer s'il y avait quelque chose à découvrir... Eli n'avait pas bougé, toujours assis par terre face à elle. Droit et pétrifié, la belle se demanda d'espace d'un instant s'il était toujours vivant ou s'il attendait juste qu'elle réponde pour ne pas lui faire peur. Remuant son nez par habitude, sa voix se fit douce et basse.

" C'est gentil de vous soucier de moi... Disons que j'ai peur de moi-même. Je suis ...différente et mes cauchemars sont souvent la matérialisation de mes démons. "

Elenna n'avait pas su comment lui expliquer et ne savait toujours pas comment dire au milieu d'une conversation qu'elle n'était pas sorcière, ou du moins qu'elle ne l'était pas entièrement. On ne croisait pas des loups-garous tous les jours et ne l'ayant jamais dis à quiconque, la belle ne pouvait prévoir la réaction du vendeur de baguettes. Elle ne voulait pas que son collègue la dénonce à la propriétaire ou qu'il mette lui-même fin à ses jours. Il semblait ouvert d'esprit et ouvert à la discussion alors il fallait trouver le moyen pour la jeune femme de lui expliquer.

" J'ai grandi en Grande-Bretagne en tant que jeune sorcière. Bien que différente des autres depuis mon plus jeune âge, j'ai réellement changé il y a de cela quelques mois. J'ai toujours aimé passer des heures et des heures dans la forêt interdite, à croire que j'étais totalement inconsciente du danger qui pouvait s'y tapir... Un soir, une nuit plutôt, une nuit de pleine lune, toute ma vie a basculé. Certains appellent ça une malédiction, certains me traiteraient de monstre. Pourtant, me faire mordre par un loup-garou m'a prouvé que j'avais toujours été différente et destinée à autre chose qu'une vie banale... "

La louve reprit sa respiration, son coeur tambourinant contre sa poitrine comme un fou, une fois de plus. Elle se força à inspirer et expirer calmement, histoire d'éviter d'illustrer ses propos en se transformant sous les émotions fortes qu'elle ressentait à l'instant présent.

" Je n'ai pas peur de ce que je suis devenue, mais j'ai peur de faire mal à d'autres personnes. Voilà ce qui hante mes nuits, voilà quels sont ces cauchemars... "

Ses mains étaient moites et tout cela était certainement difficile à avaler d'un coup pour inconnu, mais encore plus pour elle. Bien qu'Elenna ait accepté sa nouvelle nature, qu'elle aimait ce qu'elle était devenue, jamais elle n'avait réussi à la prononcer à voix haute ou même à en parler. Il ne restait plus qu'à attendre la réaction du jeune homme...
Revenir en haut Aller en bas
Eli Anders
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Eli Anders, Mar 21 Mai 2013 - 22:43


Eli était resté calmement assis à regarder la belle se lancer dans une explication qui semblait difficile à accepter. Il appréciait qu'elle ait acceptée de se livrer un peu à lui. Il ne se connaissaient que depuis quelques minutes. Cela fait cours pour qu'une réelle confiance s'établisse. Mais après tout, la confiance est souvent très facile à donner. C'est une fois qu'elle a été trahis une première fois que tout devient plus compliqué. On doute, on se pose des questions sur la sincérité de tout ce qui a été vécu jusque là. On se torture l'esprit, cherchant le mal dans chacun des bons souvenirs qui se transforment malgré eux en farces. On essaye de trouver un fil directeur, une pensée, une manipulation globale dans chacun des faits et gestes. Mais tout cela n'est que brumes de l'esprit. Une manière de décharger sa frustration sur la cible du moment. Les gens n'en reste pas moins humains et donc faillible. C'est perdu dans cette réflexion qu'il en vient à penser que la sincérité, la vraie, était celle qui était inattendue, spontanée celle la même qui poussait Elenna à se confier à lui en ce moment même.

Pendant la durée de cette réflexion ou son esprit l'avait emmené loin de son corps, Eli avait arboré un regard vide. Un de ses moments ou l'on se déconnecte en partie de la réalité, comme lorsqu'on lit un paragraphe entière d'une livre et qu'au moment de tourner la page, on se retrouver incapable de dire ce que l'on vient de lire. Pourtant si dans cette même page, un événement important surgis, on replonge dans l'histoire, et les mots viennent nous frapper de pleine face comme si on les avaient toujours su. C'était précisément ce qui venait de se produire. Mais Eli était-il prêt à attendre pareille confession. A cet instant il en doutait.

Il s'accorda un instant de réflexion, quelques secondes tout au plus, qui lui semblèrent durer de longues minutes pendant lesquelles il resta serein en apparence. Pourtant les choses fusaient dans son esprit. Avait-il bien compris ? Cette jeune fille si charmante était bien un loup-garou ! Son instinct lui disait de courir, de s'enfuir, de sauver sa vie. Pourtant ces jambes ne bougèrent pas. Il était comme attiré, hypnotisé par la belle et son secret.

Il comprenait tout à fait le fardeau que cela devait représenter. Peu de gens sont a même de gérer une telle vérité. Vivre dans le secret n'est pas une solution non plus. Il l'imaginait tiraillée entre l'envie de lier des liens avec les gens et par la même occasion, dresser des murs invisibles pour les protéger, et peu à peu s'isoler. Pourtant cette "malédiction" comme elle disait, était loin de détruire une vie. Il existait des potions très fiables pour éviter la transformation, bien que certains personnes trouvaient un certain plaisir à se transformer lorsqu'il avaient l'assurance de se trouver dans un lieu ou ils ne feraient de mal à personne.

Eli remis les pieds sur terre et se décida a enfin ouvrir la bouche. C'est d'une voix posée et assurée qu'il entama:

- Écoutez, je ne m’avancerais surtout pas à dire que je comprends ce que vous ressentez. Néanmoins j'imagine parfaitement que cela puisse vous troubler et hanter vos nuits. Je ne vais pas m'enfuir à toute jambes et je ne vais pas vous jugez. Vous semblez faire du mieux que vous pouvez pour gérer cela et sans cette rencontre inopinée je n'en aurais certainement jamais rien su.

Eli marqua une pause, cherchant ses mots pour ne pas blesser par ses propos.

- Vous êtes loin d'être un monstre. Et si vous me le permettez, je dirais même plus que vous êtes ravissante. Spéciale vous l'êtes, mais cela n'a rien de péjoratif. Vous l'avez reçu de manière brutale et inattendue. J'en conviens, cela n'a pas du être une expérience très agréable. Mais à présent vous semblez en avoir tiré une certaine force. Et si votre seule peur et celle de blesser les autres, alors je crois que vous avez gagné beaucoup lorsque vous avez croisé la route de ce loup-garou. Il faut à présent apprendre à gérer cette peur pour vous en libérer.

Alors qu'il était toujours assi par terre, il tendit doucement la main vers la belle.

- Je ne prétend pas tout savoir sur les loup-garou, mais je suis heureux d'avoir fait votre connaissance. Vous et votre don, vous toute entière. Et je serais heureux de vous aider si vous l'acceptez.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Sam 2 Nov 2013 - 18:53



Elenna ne savait pas pourquoi elle avait fait cela. Etait-ce une bêtise ? Très certainement. Folle qu’elle était de dévoiler sa véritable nature à un parfait inconnu. Après tout, les journaux parlaient de ses sorciers prenant les loups-garous pour des monstres sans cœur et incontrôlables. D’un certain côté, ils n’avaient pas tort, que pouvait bien faire une personne sans défense face à un loup humanoïde ? Rien, absolument rien, comme la belle n’avait rien pu faire lorsqu’elle s’était faite attaquée. Elle avait ressenti la douleur, le désespoir, le souhait de tout oublier, que tout s’arrête, que la souffrance cesse et que les ténèbres emmènent enfin avec eux son âme. La demoiselle avait été en contact avec la mort, elle avait senti cette force la tirer de son corps. Pourtant, son jour ne semblait pas être venu car elle était encore là. C’était dans un sale état qu’elle était revenue à elle et que sa vie avait décidé de continuer à tracer son chemin…

En décidant de parler à l’autre vendeur, n’avait-elle pas mis son existence en péril ? Il était dit que certains sorciers se réunissaient les soirs de pleine lune pour chasser et tuer ces monstres, ces enfants du diable en personne. D’ailleurs, si Elenna était répertoriée dans les papiers du Ministère de la Magie, ce n’était pas le cas de tous les loups-garous. En effet, certains préféraient rester cacher et ne dévoiler sous aucun prétexte leur véritable nature. Ils n’avaient peut-être pas tort car ils encouraient moins de risque dans ce cas-là. Pourtant, étaient-ils plus heureux ? Déjà que la belle avait du mal à se faire des amis par peur de leur faire du mal, elle, elle pouvait se confier. Ainsi, les personnes concernées savaient ce qu’elles risquaient et pouvaient toujours fuir, leurs jambes à leurs cous. Les loups-garous discrets avaient-ils des proches ? Des amis ou même une famille qu’ils voyaient toujours ? Ils étaient peut-être plus méfiants. Aurait-elle dû l’être aussi ?

" Écoutez, je ne m’avancerais surtout pas à dire que je comprends ce que vous ressentez. Néanmoins j'imagine parfaitement que cela puisse vous troubler et hanter vos nuits. Je ne vais pas m'enfuir à toute jambes et je ne vais pas vous jugez. Vous semblez faire du mieux que vous pouvez pour gérer cela et sans cette rencontre inopinée je n'en aurais certainement jamais rien su. "

Le flot de paroles était sorti de sa bouche sans qu’elle s’en rende réellement compte, se confiant pour la première fois à quelqu’un. Ramenant ses jambes contre sa poitrine, Elen les entoura de ses bras, écoutant attentivement ce qu’Eli allait dire. Si il avait passé quelques secondes sans rien dire, c’est qu’il avait dû réfléchir longuement à comment prendre cette nouvelle des plus surprenantes. En même temps, ça ne devait pas être tous les jours que quelqu’un vous annoncez que lors des soirs de pleine lune, elle prenait la forme d’une bêbête poilue et sanguinaire. Cependant, il réagit plutôt bien, encore mieux que ce qu’avait pu s’imaginer la vendeuse de baguettes. Bien entendu qu’il ne pouvait pas comprendre mais la compassion pouvait se lire dans son regard ce qui donna du baume au cœur de la jeune femme aux cheveux encore couleur neige à ce moment-là. Il avait peut-être peur, ou est-il juste inquiet, dans tous les cas, il ne bouge pas, continuant ses doux mots.

" Vous êtes loin d'être un monstre. Et si vous me le permettez, je dirais même plus que vous êtes ravissante. Spéciale vous l'êtes, mais cela n'a rien de péjoratif. Vous l'avez reçu de manière brutale et inattendue. J'en conviens, cela n'a pas dû être une expérience très agréable. Mais à présent vous semblez en avoir tiré une certaine force. Et si votre seule peur et celle de blesser les autres, alors je crois que vous avez gagné beaucoup lorsque vous avez croisé la route de ce loup-garou. Il faut à présent apprendre à gérer cette peur pour vous en libérer. "

Elenna était bouchée bée. Les mots que prononçait le jeune homme la touchaient énormément et elle ne savait plus quoi dire. Celui-ci semblait avoir tout compris sans pour autant le vivre. Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme, les larmes lui montant aux yeux sans qu’elle le contrôle réellement. Cela faisait tellement de bien de se confier mais d’être soutenu encore plus. Spéciale, elle l’était en effet. Mais elle l’avait toujours été, depuis sa plus tendre enfance. Elle était celle que les autres enfants pointaient du doigt, celle qu’ils critiquaient, riant à gorge déployée, elle était l’orpheline différente des autres… L’autre vendeur de chez Ollivander’s dit une dernière phrase qui acheva la belle. Il était ravi de l’avoir rencontré et d’en savoir plus sur elle, certainement ravi d’avoir été son confident l’espace de quelques instants. Il n’y avait pas de doute, le brun était une personne de confiance et elle avait bien fait de lui parler. Assis par terre non loin d’elle, il lui tendit la main doucement. Posant sa petite main dans celle tendue, Elen tira légèrement dessus, quittant son canapé et bondissant dans les bras d’Eli sans vraiment le lui demander avant. Peut-être que finalement il allait se croire attaqué et partirait en courant mais la joie ressentie par la belle était telle qu’elle n’avait pas pu s’en empêcher.

Dans son élan, Elenna emmena le jeune homme avec elle, le faisant basculer en arrière. La demoiselle rit légèrement, roulant aux côtés du brun pour ne pas l’écraser plus longtemps mais le prit dans ses bras quelques instants auparavant, le serrant contre elle pour le remercier. Remuant son nez comme à son habitude, elle finit par se reculer, souriant l’air gêné.

" Excusez-moi, je n’ai pas pu m’en empêcher. J’ai attendu de me confier durant plusieurs jours j’en avais tellement besoin mais j’avais tellement peur des réactions que cela pouvait provoquer chez les personnes n’ayant pas la même… maladie que moi dirons-nous. Mais je ne connais pas d’autres personnes comme moi, alors j’avais préféré me cacher et me taire, malheureusement ce n’est pas dans ma nature… Merci. "

La jeune femme se releva, tendant la main à Eli pour l’aider à se relever à son tour, son sourire n’ayant pas quitté son visage. La sonnette de la boutique se mit à retentir. Il était temps de se remettre au boulot, les jeunes sorciers allaient faire petit à petit leur entrée.

" Je crois qu’il faut se mettre au boulot, je m’occupe de la caisse. J’espère que nous aurons l’occasion de parler un peu plus la prochaine fois… "

Un dernier sourire se dessina sur la visage de la belle qui partit vers le comptoir en bois, sifflotant joyeusement en laissant Eli derrière elle après un dernier regard amical…




[HRP: Si tu veux répondre une dernière fois, tu peux, sinon rp terminé]
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Jeu 7 Aoû 2014 - 21:08




Le sang appelle le sang.
(Suite de ce rp.)


I
nspirer, expirer, inspirer, expirer. A l’école moldue, Elenna avait appris à courir sans trop s’épuiser, sans devoir s’arrêter pour reprendre son souffle ou sans avoir l’impression d’avoir une giclée de sang dans la gorge. Ses bras pliés le long de son corps, la belle courait, l’air déterminé. Ses foulées étaient d’une grâce indescriptible, tant d’élégance laissait à croire que ses pieds ne touchaient même pas le sol et la souplesse de ses mouvements félins prouvait la force qui se trouvait derrière sa petite bouille de poupée de porcelaine. Si elle l’avait pu, là, au milieu de cette foule qui se trouvait sur le Chemin de Traverse, ces gens aux regards apeurés par ce qui se déroulait, par l’incompréhension qui occupait leur esprit, si elle l’avait pu, la louve aurait laissé sa nature animale prendre le dessus juste dans l’espoir d’arriver plus vite à la boutique qu’elle chérit plus que tout.

Dans les regards qu’elle croisait, la propriétaire d’Ollivander’s voyait de la peur, la crainte de cette ignorance de la situation. La population ne savait rien, presque rien. Il y avait les rumeurs, ce que disait les journaux, les autorités mais qui mentaient ? Qui disaient la vérité ? Les esprits étaient embrumés, perdus. Elen avait bien son avis, son point de vue, encore plus quand elle avait rejoint l’Ordre du Phénix depuis maintenant plusieurs mois mais elle ne pouvait pas en parler. Si l’Ordre avait révélé son retour, ou plutôt sa non-disparition, les membres avaient décidé de regarder leur identité secrète pour préserver leur vie privée et tout simplement parce qu’ils étaient en quelque sorte des justiciers hors-la-loi. Et tout cela, toute cette destruction dans la rue la plus commerçante chez les sorciers, c’était l’œuvre des Mangemorts, les Phénix le savaient, Elenna le savait… Si ces sales chiens avaient touché son magasin…

La fumée épaisse était encore présente devant la façade. La jeune femme ralentissait jusqu’à ce que son cerveau ne veuille plus ordonner à ses pieds d’avancer. Les larmes lui montèrent aux yeux. Si la boutique n’était pas sa création, cela faisait maintenant plus d’un an qu’elle était son propriété mais bien plus. C’était son lieu de travail, son lieu de création, son refuge pour réfléchir, son endroit pour rencontrer de nouvelles têtes, c’était sa seconde maison un peu. Le feu avait été éteint et plusieurs clients se trouvaient encore là, couverts de suie. La fille aux cheveux de neige voulait aller voir, elle voulait s’élancer mais c’était comme si son esprit n’arrivait pas à accepter la réalité, comme si son corps ne voulait plus répondre à ses ordres. Elle fit un pas, puis un autre et s’avança pour pénétrer dans ce qui restait de sa boutique sans se soucier des regards qui s’étaient posés sur elle. Les dégâts n’étaient pas énormes mais assez pour lui faire mal au cœur. Il y aurait surtout beaucoup de rangement et de nettoyage. Elenna eut une petite pensée pour ses collègues Noah et Abygael qui avaient elles aussi subit des dégâts dans leur boutique ou bar.

Donnant un coup de pied dans une boîte vide et toussotant un peu, la belle s’aventura vers l’arrière-boutique qui n’était heureusement pas touchée car bien à l’abri. Elle se laissa tomber sur le canapé qui se trouvait là. Ses yeux étaient plongés dans le vide pourtant une nouvelle rage était en train d’y naître. Les Mangemorts n’attendaient rien pour payer… Des pas résonnèrent dans la boutique. Quelqu’un venait en direction de la demoiselle. Rapidement, elle sortit sa baguette et la pointa sur la porte, prête à en découdre si l’on attaquait encore sa propriété…
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Sam 9 Aoû 2014 - 15:38


P.... C'était un truc de fou. Tout avait été tellement rapide qu'Anthony n'avait pas eut le temps de faire grand chose. Un illustre inconnu était même arrivé pour éteindre le feu et s'échapper avec la fille. Le vendeur les avait suivit de loin jusqu'à la cabane hurlante et avait surpris une conversation qui l'avait un peu affolé. Il paraitrait que Poudlard avait été attaqué. Et cette fille semblait avoir suivit le mouvement en attaquant Olly. Mais, d'après ce qu'il avait entendu, elle n'était pas elle-même au moment de l'attaque. Vraiment bizarre tout ça. L'attrapeur en avait suffisamment entendu et décida de revenir vers la boutique, discrètement et lentement. Il avait besoin de réfléchir, de faire le point et de s'imprégner des visages des deux acolytes. Même si le mec avait désamorcé la crise en éteignant le feu, il avait aidé une hors-la-loi à s'enfuir de son lieu du crime. Il s'était présenté à la fille, c'était quoi déjà son prénom ? Alex... Alexis ? Alexandre ? Non non non, c'était pas ça. Alex... ALEXEÏ ! Oui c'était ça ! Alexeï ! Il ne devait pas en avoir des masses des hommes s'appelant Alexeï dans le coin non ? Et la fille... Aaaarg, elle aussi avait un nom inhabituel. Mor... Mort... Ça finissait en A ! Morta ? Non. Mortissa ? Presque, mais c'était pas ça. Mortissia ! Oui voilà ! Le duo s'appelait Alexeï et Mortissia !

Il se repassa le film de la cavalcade sur le chemin du retour. De pré-au-lard jusqu'au chemin de Traverse, autant vous dire qu'il commençait à le connaitre par cœur ce film. La fille n'était pas plus vieille que lui. Et le gars devait avoir dans les 25 ans par là. Comment il s'était retrouvé à aider une fugitive ? Alexeï avait donné pour seule explication qu'ils s'étaient déjà rencontrés. Un peu léger comme justification. Il avait aider une criminel à s'échapper ! Mais il avait quoi dans la tête celui-là ? Il était complètement malade ! Quand on voyait quelqu'un commettre un crime, on faisait tout pour l'arrêter, on l'aidait pas ! Il n'y a qu'Antho qui trouvait ça absurde ? Le jeune capitaine de l'équipe de Quidditch serra les poings et les flanqua dans ses poches, pour éviter de frapper le premier truc qu'il croiserait. C'était incompréhensible. Et puis, pourquoi Poudlard était attaqué ? M***, il n'y avait que des gosses et des ados là-dedans ! Les attaquants n'avaient-ils pas de cœur pour s'attaquer à une école ? Les Mangemorts pouvaient être les responsables... C'était sans doute les responsables oui, mais il n'en était pas sûr. De toute façon, il allait rapidement le savoir. Mangemorts ou pas, cet acte était complètement inhumain ! Il y avait déjà eut une attaque à Poudlard... Il y a longtemps... Mais il y avait un enjeu, un but... Il y avait Harry Potter ! Mais aujourd'hui, qu'est-ce qui pouvait motiver une attaque si ce n'est la simple envie de tout faire péter et de faire peur ?

Anthony n'était pas seulement énervé ou choqué. Il n'était même ni l'un ni l'autre. Non, le jeune homme avait peur. Peur pour Liv qui était encore à Poudlard. La connaissant, il savait qu'elle savait se débrouiller en cas de pépin. Mais pour ce genre de GROS pépin, il ne savait pas comment elle pouvait réagir. Il était sûr d'une seule chose : Elle serait à ramasser à la petite cuillère. Vivement la fin de l'année. Au bout d'une bonne demi-heure de marche, il décida qu'il était temps de transplaner, il n'avait pas envie de rester plus longtemps que ça loin de la boutique. Il avait juste envie de trouver un endroit qu'il connaissait. CRAC.

La découverte de la boutique encore fumante lui fit un choc. La destruction. C'était donc ça la seule motivation ? Et puis, pourquoi Olly ? C'était la boutique emblématique du chemin. Tous les sorciers, "méchants" comme "gentils" avaient du respect pour cette boutique. Ils avaient du respect pour l'héritage qu'elle avait, ils avaient du respect pour les baguettes qui sortaient de cette enseigne. Ollivander's c'était l'âme du chemin de Traverse. Attaquer Ollivander's, c'était comme tuer le vieux sage d'un village, c'était un crime innommable, que rien ni personne ne pouvait réparer. Anthony sortit sa baguette pour lancer quelques Aguamenti sur les braises encore fumantes qui menaçaient de flamber au moindre coup de vent. Une fois fait, il entra dans la boutique. Il y avait peu de dégâts, mais assez pour fermer pendant au moins 3-4 jours, le temps d'effacer tous les stigmates. Les passants regardaient ahuris la boutique et le vendeur leur conseilla vivement de passer leur chemin. C'est fou ce que le feu et la désolation pouvait fasciner. Quand il fit ses premiers pas dans la boutique, il entendit de léger bruit venant de l'arrière. Il garda sa baguette bien en main et sur ses gardes ; approcha à pas de loup. Quand il arriva dans l'encadrement de la porte, baguette brandit, prête à être utiliser, il vit Elenna, elle aussi sur ses gardes.

- Woooooww, c'est que moi du calme ! dit-il en levant les mains au ciel. J'ai des infos importantes, tu ferais mieux de t'asseoir.

Il s'assit sur la chaise qu'il utilisait habituellement pour noter les ventes sur le livre des comptes, face à Elenna. Et commença son récit. Il raconta tout, l'arrivée inopinée de la fille, puis celle du gars. La "course poursuite" et enfin la discussion qui lui avait permis de récupérer les prénoms. Il mentionna aussi le fait que Mortissia ne paraissait pas être au courant de l'assaut de Poudlard, plaçant l'attaque d'Ollivander's comme étant un cas à part. A moins qu'elle mentait, ou qu'elle était sous l'emprise de quelqu'un.

- Tu pourrais les dessiner si je te fais une description précise des deux ? dit-il en désignant un crayon trainant là. Ce à quoi Elenna acquiesça. La fille, Mortissia donc, avait les cheveux roux. Ou plutôt rouges. Rouges sang tu vois ? Lisses et assez longs, environ jusqu'aux épaules. D'ailleurs, ses cheveux contrastaient avec sa peau. J'avais l'impression d'être devant un vampire tellement elle était pâle. Son visage est ovale mais ses traits sont incroyablement fins. il attendit que sa patronne ait finit sa première esquisse et il lui donna quelques indications pour que le dessin soit le plus ressemblant à ce qu'il avait vu. Alexeï lui a des traits durs, il a une barbe d'une semaine et des cheveux gris très foncés, voire noirs. Son nez est un peu épaté... une nouvelle fois, il apporta des précisions au fur et à mesure que sa patronne dessinait. Il y a eut des blessés à Poudlard ? Des morts ? ne put-il s'empêcher de demander.

Cette fois-ci, c'était bon. Devant eux, ils avaient bien les deux complices. Même étalés sur une simple feuille, la fille avait quelque chose de flippant... Restait plus à espérer que ça allait suffire pour les retrouver et les faire passer devant un tribunal.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Dim 10 Aoû 2014 - 11:30




E
lle était assise là, immobile, figée dans le temps telle une statue de marbre. Autour d’elle, la fumée de l’attaque commençait à s’estomper petit à petit mais l’odeur des flammes ne quitterait pas les lieux avant plusieurs jours, histoire de rappeler à la boutique qu’elle avait été victime d’un crime incendiaire. Etait-ce les vestiges du nuage gris qui faisaient pleurer les yeux de la jeune femme ? C’était certainement un facteur mais les larmes présentes sur ses pupilles étaient bien la preuve d’une tristesse sans nom. Voir sa boutique ainsi avait fendu le cœur de la belle et l’avait empli d’une rage certaine. Celui ou celle qui avait fait ça n’avait qu’à bien se tenir. Celui ou celle qui avait fait ça ferait bien de surveiller toujours ses arrières car Elenna n’arrêterait pas de chercher tant qu’elle n’aurait pas sa vengeance…

Les yeux brumeux et la mâchoire serrée, la propriétaire de la boutique avait ramené ses genoux contre sa poitrine, les entourant de ses bras comme pour se créer un cocon et se protéger de toutes éventuelles intrusions dans ses pensées. Elle pensait à l’Ordre du Phénix, au Ministère de la Magie, aux Aurors et surtout à son fiancé. Il pourrait certainement l’aider, mais pas sans preuve. Elle devait en trouver, elle devait chercher un moyen de savoir qui avait fait ça. Alexander était un Auror, il n’avait pas les mêmes libertés qu’elle avait en tant que membre de l’Ordre du Phénix. Il devait respecter les règles, ce qu’il faisait était légal, non comme elle. C’était d’ailleurs une des principales raisons pour laquelle la demoiselle ne pouvait rien dire à son compagnon sur cette activité secrète. Ils avaient le même but, la même vision des choses mais ils abordaient le sujet différemment, ils combattaient le mal chacun de leur manière. Heureusement pour elle, lorsque la louve était appelée par l’Ordre, Alex avait le même ordre du côté du Ministère. Elle savait qu’il avait été appelé à Poudlard lorsqu’elle devait s’y rendre aussi. Ce n’était pas plus mal qu’elle ait dû laisser cette mission à Noah pour rejoindre le Chemin de Traverse. Elle avait assez à s’inquiéter de sa petite personne mais si elle se retrouvait dans un combat aux côtés du russe, elle s’occuperait plus de lui que des mages noirs. Non pas qu’il ne puisse pas se défendre, bien au contraire, il avait plus de formations qu’elle tout-de-même. Mais ça aurait été son cœur qui aurait parlé…

Perdue dans ses pensées, le petit bout de femme fut interpellé par les bruits de pas qui venaient jusqu’à elle. Un grondement résonna dans sa cage thoracique, prête à exploser la tête du premier arrivant comme une pastèque. Pour le coup, elle comprenait Dwayne et ses sortilèges impardonnables. Sous la colère, elle aurait pu songer à en jeter un, bien qu’elle s’en savait incapable. Se redressant du sofa, pointant sa baguette magique vers la porte de l’arrière-boutique, Mangemort ou pas, la personne qui était là devait avoir une bonne raison pour garder la tête sur les épaules, du moins, si elle avait le temps de parler.

"  Woooooww, c'est que moi du calme ! J'ai des infos importantes, tu ferais mieux de t'asseoir. "

" Excuses-moi. J’suis un peu sous pression là. Dis moi tout… "

Il avait les mains au ciel en signe de son innocence et Elen l’avait enfin reconnu : Anthony Adams, son vendeur. C’est vrai qu’avec tout cela, elle avait complètement oublié son existence, surtout que c’était lui qui gardait la boutique durant l’attaque. Il avait peut-être vu quelque chose ou quelqu’un. Une once d’espoir vint apparaître dans la tête de la belle. Sans plus attendre, elle s’assit de nouveau, se laissant tomber sur le canapé comme vidée de toutes ses forces. Le vendeur s’assit lui sur une chaise, la tournant pour faire face à son employeuse. Il prit comme une grande respiration et raconte son histoire, l’évènement qui s’était déroulé ici en détails. La jeune femme fronçait les sourcils, attentive, écoutant chaque chose que son employé pouvait lui raconter jusqu’aux descriptions des deux inconnus et à la filature qu’il avait entrepris. Mais… Cela n’avait-il réellement aucun rapport avec Poudlard ? Comment expliquer que beaucoup des enseignes du Chemin de Traverse avait été attaquées en même temps que l’école de sorcellerie ?

"  Tu pourrais les dessiner si je te fais une description précise des deux ? "

" Bien entendu. "

Anthony avait montré d’un hochement de tête un crayon qui trainait par là mais il fallait plus à la belle pour que le dessin soit fidèle. Rapidement, elle se pencha et saisit son sac à dos pour en sortir son carnet de dessin et une petite trousse remplie de crayons à papier de toutes tailles et de crayons de couleur. Le vendeur commença alors à décrire les visages des deux inconnus. Donnant des coups de mine réguliers, Elenna se laissa guider, modifiant quand elle le devait, faisant d’abord une esquisse en gris avant de colorer ses portraits. Petit à petit, les dessins prenaient vie et bientôt, le jeune homme eut devant lui les personnes qu’il avait croisé. Il confirma que les visages étaient bien semblables et ne put s’empêcher de rajouter.

" Il y a eut des blessés à Poudlard ? Des morts ? "

" Je n’en sais pas plus que toi. Je m’y rendais quand j’ai appris que le Chemin de Traverse était aussi victime d’attaques. J’étais au Chaudron Baveur avant de venir ici. Alors je ne peux pas te répondre. Mais nous n’allons pas tarder à le savoir je suppose… "

Illustrant ses propos, la belle fit apparaître son patronus et laissa un message net et précis : « Besoin de toi chez Ollivander’s, c’est urgent. Je t’y attends. ». Pas un seul mot doux, pas une seule intonation gaie dans sa voix. Si le message était destiné à son amant, la propriétaire devait lui faire comprendre qu’elle avait besoin de l’Auror et non de celui qui partageait ses nuits. Cela faisait maintenant plus que deux heures que toutes les attaques avaient eu lieu et elle savait qu’il se trouvait à Poudlard. Avec un peu de chance, les choses s’étaient calmées au château et il pourrait venir rapidement. Il n’y avait plus qu’à attendre maintenant… Se faisant un chocolat chaud à la machine qui trainait là, elle proposa quelque chose à boire à Anthony avant de s’asseoir de nouveau sur le canapé. Pitié qu’Alex arrive vite. Pour elle, mais aussi pour le garçon. Elen n’était pas belle et savait qu’il était en couple avec son autre vendeuse, Liv. Il devait s’inquiéter pour elle et ne devait attendre qu’une chose : la rejoindre pour savoir si tout allait bien… Si tout allait bien… Plongeant son nez dans son chocolat chaud, la belle songea à son compagnon qui avait dû se battre et eut un petit pincement au cœur, espérant qu’il ne lui était rien arrivé…


Dessins des deux inconnus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Alexander Scott, Dim 10 Aoû 2014 - 18:34


La confusion, la destruction, la désolation, voilà des termes qui décrivaient bien la situation à Poudlard à cet instant. Plus tôt dans la journée, aux alentours de midi, les mangemorts avaient attaqué l'école de magie probablement pour tuer la directrice et un paquet d'élève histoire de bien rappeler à tout le monde qu'ils étaient de retour même si le ministère avait tenté de dissimuler cet état de fait. Leur tactique avait bien fonctionné pendant quelques instants mais il n'avait pas fallut longtemps pour que les défenses s'organisent et bien vite les professeurs s'étaient dressé contre eux afin de défendre leur école et leurs élèves. Les Aurors n'avaient pas tardé à rappliquer non plus et les efforts conjoints du ministère de la magie et de l'école de sorcellerie était finalement venus à bout des mages noirs qui s'étaient enfuis après ce qui semblait être un échec retentissant ! Pourtant il n'y avait pas vraiment de quoi se réjouir pour les défenseurs... Deux élèves avaient été assassinées avant l'intervention de chasseurs de mage noir qui n'avait rien pu faire pour les défendre. Une grande partie de la grande salle et du hall d'entré avait été détruites et il faudrait plusieurs jours pour réparer ça même à l'aide de la magie ! Mais la conséquence la plus grave restait sans doute les marques qu'une telle attaque laisseraient dans les esprits des élèves. Imaginez donc, l'école de Poudlard avait été attaqué ! Les mangemort avait pénétré dans le grande salle sans même que leur présence ne soit remarquée et signalée ! Si les élèves ne pouvaient plus être à l'abris à l'intérieur du lieux le plus protégé de Grande Bretagne alors où pourraient-ils l'être ? Que fallait-il faire pour qu'un tel événement ne se reproduise pas ? Poster des Aurors en permanance autour de l'école accompagnés par une ribambelle de détraqueurs ? Que faudrait-il dire pour rassurer les familles ? Cette fois un simple meeting ne serait sûrement pas suffisant. A travers la grande salle on ne pouvait voir que des regards remplis d'incompréhension et d'appréhension, les élèves ne comprenaient même pas ce qui venait de se dérouler et ils craignaient sans doute que cela se reproduise. Les élèves et le personnel s'étaient rassemblés dans la grande salle afin de faciliter les premières réparations et les soins d'urgence car si il y avait très peu de mort à déplorer, les blessures étaient-elles bien plus nombreuses.

Alexander observa avec le bras de la Serdaigle qui se trouvait face à lui assise sur l'un des bancs qui avait été redressé et qui était à peu près intact malgré les précédents événements. Dans un premier temps le sorcier Russe avait fait la conversation à la gamine afin de détourner son attention à la fois de sa douleur mais aussi de tout les évènements qui se déroulaient autour d'elle. La petite n'était qu'en deuxième année... Elle n'avait que douze ans ! Un enfant avait-il vraiment besoin de vivre cela à douze ans ? Scott grimaça, plus que jamais il détestait la manière d'agir des mangemorts ! Ceux-ci prenaient Poudlard et ses élèves en otage afin de décrédibiliser le gouvernement mais était-ce vraiment la peine ? Prendre des enfants en otage et les assassiner de sang froid ? Croyaient-ils réellement que cela les rendrait plus légitime aux yeux du gouvernement ? Ou que cela rendrait leur cause plus sympathique auprès de la population magique ? Le jeune chasseur de mage noir avait renoncé à chercher à les comprendre, finalement il était probable que ces gens là n'aient aucune revendications et qu'ils tuent pour le simple plaisir, quoi de mieux que d'assassiner des gamins sans défense ? L'Auror serra les mâchoires et reporta son attention sur le bras de la Serdaigle. Un silence s'était installé entre l'adulte et l'enfant, Alex' n'avait jamais été doué pour faire la conversation et il n'était finalement parvenu à détourner l'attention de la petite qu'une paire de minutes. Cependant maintenant c'est lui qui avait besoin de penser à autre chose... Au moins soigner les élèves lui demandait une certaine concentration. L'ancien Serdaigle était loin d'être un médicomage et ces sortilèges de soins laissaient vraiment à désirer cependant il était parvenu à alléger quelques douleurs et soigner quelques maux depuis la fin de la bataille. Après quelques secondes à observer le bras de la fille, il parvint finalement à conclure que son bras était fracturé, rien d'étonnant à cela étant donné la confusion totale qui avait régné dans la grande salle quelques heures plus tôt, elle avait sans doute été poussée par d'autres élèves trop occupés à sauver leur peaux mais pouvait-il vraiment le leur reprocher ? D'un geste sûr le sorcier Russe pointa sa baguette sur le bras de la fillette.


-Ne bouge pas, dans quelques secondes ton bras sera comme neuf ! Brackium Emendo.

L'opération dura quelques secondes mais se solda par un succès retentissant. Alexander laissa la petite pour reporter son attention sur la salle, tout le monde était occupé et il restait encore beaucoup de blessures à panser d'ailleurs Saint Mangouste devait être déborder. Scott grimaça, lui même devrait faire un tour à l’hôpital sorcier, une grande plaque rouge sombre s'était formée là où son bras avait été brûlé et la douleur était toujours présente malgré les sorts qu'il avait lancé. Il ne connaissait malheureusement aucun sort pouvant soigner les brûlures... Cela faisait maintenant un moment qu'il soignait les autres mais sa blessure le faisait toujours autant souffrir ! Le regard du jeune chasseur de mage noir se détourna bien vite du reste lorsqu'il vit un éclair argentée pénétrer dans la grande salle sous la forme d'une magnifique loutre. Il n'avait jamais vu ce Patronus pourtant il savait fort bien à qui il appartenait après tout il connaissait assez bien son propriétaire pour savoir quel était son patronus. A la vu de l'animal l'Auror ressentit immédiatement une immense joie avant de ressentir une pointe d'appréhension, qu'est-ce qui pouvait bien la pousser à lui envoyer un patronus aujoud'hui ? Qu'est ce qui ne pouvait pas attendre ce soir ? Ou plutôt le lendemain car il était peu probable qu'il puisse la serrer dans ses bras ce soir là.

« Besoin de toi chez Ollivander’s, c’est urgent. Je t’y attends. »

L'inquiétude dans le cœur d'Alexander ne fit que s'accentuer, ce message était loin de le rassurer de part son caractère urgent... Qu'est ce qui avait bien pu se passer à Ollivander's qui puisse nécessiter sa présence ? Ou plutôt qui puisse nécessiter la présence d'un Auror car c'était apparemment de cela qu'avait besoin Elenna. La jeune femme savait fort bien se débrouiller toute seule et jamais elle ne l'aurait appelé si elle avait seulement eu envie de lui dire quelques mots doux. Le sorcier de l'est jeta un regard perdu dans la grande salle en cherchant tout autour de lui la présence d'Antoni, il avait besoin lui... Il avait besoin de conseil et il devait lui dire qu'il partait... Une immense lassitude s'empara du cœur du Russe lorsqu'il se rendit compte de l'évidence, il était à bout de force ! Et visiblement il était incapable de raisonner clairement tout seul mais était-ce réellement étonnant ? Cela faisait maintenant plusieurs heures que la bataille avait eu lieu et il était désormais incapable de dire le nombre de sortilèges qu'il avait lancé depuis le début de la journée, il était en outre blessé à un degré de gravité qu'il était incapable de déterminer... Il n'avait pas besoin de l'approbation de Londubat pour aller chez Ollivander's mais aurait-il simplement la force de transplaner jusqu'au magasin de baguettes magiques ? Cette journée l'avait vidé de ces forces et il avait bien peur de désarticuler si il tentait l'expérience. Alexander jura intérieurement, quelque chose de grave était arrivé chez Elenna, d'assez grave pour qu'elle le dérange pendant ces activités d'Auror ce qu'elle ne se serait jamais permis autrement. Il ne pouvait décemment pas la laisser seule à cet instant et il y avait bien assez de mondes pour s'occuper des blesser ici.

CRAC

En une fraction de seconde se retrouva sur le chemin de Traverse devant la boutique d'Ollivander's ! Le transplanage s'était finalement bien déroulé mais Alexander s'appuya contre un mur pour ne pas s'écrouler au sol tant l'arrivée fut chaotique. Après quelques instants de répits le sorcier de l'est observa la façade du magasin avec effrois. La boutique de baguette magique du chemin de Traverse avait-elle aussi été attaquée, elle semblait avoir été incendiée car elle était encore noircie alors qu'aucune flamme ne s'en échappait. Le coeur d'Alexander Scott se mit à battre plus vite et il serra sa baguette plus fort et observant rapidement la route commerçante comme si un Mangemort allait en sortir pour terminer sa sale besogne, après tout la boutique tenait encore debout ! C'était du travail mal effectué ! Elenna ? Était-elle indemne ? Le rythme cardiaque du jeune chasseur de mage noir accélérait tandis qu'il pénétrait dans la boutique. Cette dernière avait littéralement été saccagée, il faudrait sans doute plusieurs jours pour tout réparer mais ce n'était pas vraiment le genre de choses dont se préoccupe les mangemorts... Il n'y avait aucune trace de son aventurière de neiges aussi le sorcier Russe décida t'il de continuer son investigation vers l'arrière salle, sa baguette prête à cracher des sortilèges. Qu'est-ce qui lui prouvait que les mangemorts n'étaient plus là ? C'était loin d'être la première fois que l'Auror venait ici, il était passé à de nombreuses reprises voir sa bien aimée, si elle était quelques part alors c'était dans l'arrière salle. Alex' n'avait qu'une envie, voir sa dulcinée saine et sauve et c'est avec appréhension qu'il pénétra dans l'arrière boutique.

Elenna était là ! Assise sur le canapé la vendeuse de baguette semblait indemne ! Evidemment elle portait quelques traces de cendres et semblaient en colère cependant elle était indemne et visiblement plus combattante que jamais. Le cœur du jeune chasseur de mage noir avait faillit explosé de soulagement lorsqu'il l'avait aperçut indemne et il ne se retint de la serrer dans ses bras que lorsqu'il vit l'un de de ses employés. Il était ici en tant qu'Auror et il n'était pas question qu'il se donne en spectacle. Alexander capta le regard inquiet de sa bien aimée, évidemment elle avait remarquée sa blessure au bras, ce n'était pas le genre de blessure qu'on dissimule aisément surtout lorsqu'on porte un t-shirt. Enfin... Il n'était pas non plus là pour s'inquiéter de son état de santé aussi le jeune homme tint à la rassurer tout de suite.


-Tout va bien. En vérité il souffrait le martyre mais pour le moment il n'avait pas eu une vrai minute à se consacrer. Que s'est-il passé ici ? Les mangemorts ? Vous avez-eu le temps de voir les agresseurs ?

Tu vas bien ? Tu n'as pas été touchée ? Tu as besoin de soin ? Voilà d'autres questions que le sorcier Russe aurait aimé poser mais il se retint pour l'instant ce n'était pas le sujet et au vu des évènements de la journée, l'heure était plus grâce que jamais !

Autorisation d'Elenna Benson pour poster ici.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Mar 12 Aoû 2014 - 0:15


Elenna lui répondit qu'elle n'en savait pas plus mais un détail chiffonna le jeune homme. La proprio d'Olly lui avait dit qu'elle allait se rendre à Poudlard, sauf que, voyant que le chemin de traverse était victime lui aussi, d'attaques, elle était finalement restée sur place. Mais pourquoi elle  serait allée là-bas ? Les Aurors étaient sans doute arrivés assez rapidement sur place, puis, à part se faire tuer, ou au mieux gêner les pros qu'aurait-elle put faire ? Il rangea cette info dans un coin de sa tête alors qu'elle envoyait un patronus à... Quelqu'un. Peu de temps après, à l'entrée de chez Olly, ils entendirent le crac caractéristique de l’atterrissage. Puis, une personne entra dans l'arrière boutique, ou plutôt un homme. Il semblait venir de la bataille vu la belle brulure qu'il avait et... Oh m****. V'la un super héro du gouvernement. Pas qu'Antho n'aimait pas les Aurors hein. Ils étaient bien sûr utiles mais... Raaaah, encore une fois, une journée comme aujourd'hui était la preuve qu'ils avaient toujours un coup de retard ! Ils arrivaient TOUJOURS quand le mal était fait ! Qu'avait fait les Mangemorts le temps que la troupe de super-sorciers du gouvernement se mette en marche ? Combien de personnes les mages noirs avaient-ils put tuer, le temps qu'ils aient l'autorisation d'agir ? Et surtout, combien de mangemorts avaient-ils arrêter dans tout ça ? Aucun comme d'hab, comme à chaque fois qu'il se passait à un truc, l'enquête ne mènerait à rien !

Le jeune vendeur ne laissa rien paraitre de ses pensées et remarqua le regard inquiet de sa patronne. Ah ouais... Fallait pas être devin pour comprendre. Anthony se retint de sauter à la figure du type, tellement il lui était insupportable de se dire qu'il faisait parti du gouvernement. Quand l'inquiétude se mêlait à la haine... Cette dernière se retournait contre les personnes qui n'avaient rien demander. C'était les Mangemorts qui avaient attaqué, mais Antho ne voyait que le temps de réaction trop lent des Aurors, alors même qu'il ne savait rien à ce qui s'était passé à Poudlard. L'attrapeur de l'équipe souffla doucement pour essayer de se calmer, pour se dire qu'il était ridicule de penser ça mais, irrationnellement, ça revenait... Alors qu'il avait la preuve devant lui, les Auros avaient été présents et s'étaient battus pour protéger les élèves. Antho mourrait de partir immédiatement pour Poudlard afin de retrouver Liv, afin de s'assurer qu'elle allait bien... Ou même juste vivante, ça lui suffisait amplement. Mais non, là il ne pouvait pas. Et maintenant il en voulait à Elenna qui avait fait venir son fiancé, ou amant, peu importe ce que c'était, ici alors que lui était tout seul comme un gros couillon à attendre l'aval d'un mec qu'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam ! En fait, il en voulait à tout le monde, à personne. Il s'en voulait même de ne pas avoir été présent à Poudlard, il s'en voulait d'avoir fini ses études avant Liv. Que des pensées rationnelles quoi... Il planta ses poings dans ses poches et écouta l'Auror.

-Tout va bien. "J'aimerais en dire autant" faillit répondre Antho. Que s'est-il passé ici ? Les mangemorts ? Vous avez-eu le temps de voir les agresseurs ?

T'as regardé en entrant ? Ça a cramé, voilà ce qu'il s'est passé ! Puis ça avait même été éteint, au cas où t'aurais pas remarqué ! Mais finalement, des paroles bien plus pertinentes sortirent de sa bouche, tout en se levant de sa chaise car il ne tenait plus assis.

- Une femme a mit le feu à la boutique, elle s'appelle Mortissia. Puis un homme est arrivé et s'est enfui avec elle, un certain Alexeï. il soupira avant d'enchainer. Et la fille n'était pas au courant de l'attaque de Poudlard... Elle était peut-être sous Impérium, ou juste dérangée... Mais en tous les cas, elle ne semblait avoir aucun lien avec les Mangemorts... Les sortilèges qu'elle a utilisé était assez peu puissants bien que maitrisés. P

Il s'appuya contre le table, toujours face au couple, 'fin officiellement, à l'instant T, c'était sa patronne et un Auror m'enfin, il était pas dupe. Et il ne put s'empêcher de repenser à Liv qui était là-bas. Le type devant lui avait peut-être même vu Olivia, c'était la préfète, elle avait dut être sollicitée pour mettre les élèves à l’abri ou... Non non non, ils n'étaient pas inconscients, ils ne pouvaient pas avoir demandé à une élève de prendre part au combat. Pas vrai ? Ils avaient un minimum de jugeote hein ? Il brulait de poser la question mais il avait peur de la réponse. Et puis, même si la réponse était rassurante, elle n'allait de toute façon pas lui suffire. La seule chose qui pourrait réellement le rassurer serait d'être avec elle maintenant. Aucune parole, d'Auror ou pas, ne pourrait vraiment être valable aux yeux d'Anthony.

- Ah oui, Elenna a dessiné les deux complices... En espérant que cela puisse vous aider. puis finalement. Quel est le bilan à Poudlard ?

Il était tendu comme jamais. L'idée même qu'il y ai eut des victimes à Poudlard l'horrifiait et le mettait hors de lui. Il ne pouvait concéder le fait qu'il y ait des personnes assez tarées pour s'attaquer à un lieu d'apprentissage et de savoir, peuplé à 95% d'enfants et d'ados. C'était tout simplement trop... Fou pour être vrai.


Dernière édition par Anthony Adams le Lun 21 Sep 2015 - 21:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Mar 19 Aoû 2014 - 18:36




C
omment s’était déroulée la bataille à Poudlard ? Il y avait-il des blessés graves, des morts même peut-être ? Ce combat avait-il était aussi meurtrier que le précédent champ de guerre qu’il y avait eu il y a cela des décennies entières ? Tous les élèves qui étaient à Poudlard étaient passés dans cette boutique avant d’entamer leurs années d’études de la sorcellerie. Parmi les cadavres, s’il y en avait, Elenna connaissait peut-être des jeunes ou même des adultes, des professeurs, du personnel de Poudlard ou tout simplement des personnes extérieures qui avaient pu intervenir comme les Aurors, les Phénix ou des gens aptes à se battre. La jeune femme posa son bol de chocolat sur la table basse, une violente nausée venant la percuter de plein fouet alors qu’elle se rendait compte de la chose horrible qui s’était passée. Son cœur battait la chamade et son esprit n’était plus occupé par les personnes qu’elle appréciait : Noah, Cliodhna, Dwayne, Abygaël, April, Ethan et bien d’autres mais surtout Alexander.

Chez les moldus, il y avait sur les téléphones portables ce qu’ils appelaient un accusé de réception. La propriétaire d’Ollivander’s jura, inventa de nouvelles insultes plus exotiques les unes que les autres, maudissant la magie de ne pas avoir cela. Son fiancé avait-il bien reçu son patronus ? Etait-il surtout en état de le recevoir ? Les pires scénarios se mirent à fleurir dans les pensées de la belle qui commençait à ne plus gérer du tout le stress qui oppressait sa poitrine. Des hypothèses plus morbides les unes que les autres naissaient dans son esprit alors que le corps sans vie de son compagnon venait prendre place parmi les images de chaos et destruction qui apparaissaient comme par magie. Un frisson descendit le long de sa colonne vertébrale. Elen avait envie de se lever et de faire les cent pas, de se dégourdir les jambes pour évacuer ses mauvaises idées et tout le négatif qui pouvait ressortir de cette situation. Elle jeta un regard à Anthony qui était toujours assis sur sa chaise. Lui aussi devait être torturé par tout cela, il devait penser à sa bien-aimée qui se trouvait elle aussi à l’école de sorcellerie.

CRAC ! Alexander… La jeune femme faillit se lever d’un bond pour courir dans les bras de son amant si c’était bien lui. Mais qui pouvait bien venir ici si ce n’était son sauveur ? Pourtant, elle avait besoin de l’Auror qu’il était et non de la bête de s… du bel homme qu’était son copain. Pas de démonstration d’amour, ce n’était pas le bon moment, surtout devant son employé. La baguette en main, le russe venait de traverser ce qu’il restait de la salle principale et pénétrait dans l’arrière-boutique, habituellement réservée à ceux qui travaillaient chez Ollivander’s. Elenna se leva de son canapé, un mince sourire se dessinant sur ses lèvres avant qu’elle reprenne son air sérieux. Le soulagement put se lire sur le visage du beau blond qui marchait rapidement vers elle jusqu’à ce qu’il remarque Anthony et ralentisse l’allure pour venir se planter devant eux. En simple t-shirt, l’Auror avait le bras marqué par une blessure et la louve avait senti à son arrivée cette odeur caractéristique que pouvait avoir la chair lorsqu’elle était touchée. Sa baguette n’était pas loin, elle pouvait le soigner rapidement, mais le laisserait-il faire ?

" Tout va bien. Que s'est-il passé ici ? Les mangemorts ? Vous avez-eu le temps de voir les agresseurs ? "

"  Une femme a mis le feu à la boutique, elle s'appelle Mortissia. Puis un homme est arrivé et s'est enfui avec elle, un certain Alexeï. Et la fille n'était pas au courant de l'attaque de Poudlard... Elle était peut-être sous Impérium, ou juste dérangée... Mais en tous les cas, elle ne semblait avoir aucun lien avec les Mangemorts... Les sortilèges qu'elle a utilisé était assez peu puissants bien que maitrisés. "

Anthony s’était redressé, quittant sa chaise car lui aussi semblait ne plus pouvoir tenir en place. Après tout, qui l’aurait bien pu dans de telles circonstances ? Il était de service au comptoir quand l’attaque s’était passée alors la demoiselle le laissa conter son histoire avec les détails qu’il avait apporté pour éclairer la situation. La peste qui avait fait ça avait eu de la chance que ce ne soit pas la propriétaire derrière le comptoir car elle l’aurait traqué jusqu’au bout du monde et lui aurait arraché à la tête à coups de griffes et de crocs acérés… Le vendeur s’appuya sur la table, regardant à tour de rôle l’Auror et sa patronne. Ses yeux s’étaient légèrement plissés comme s’il pensait à quelque chose. Puis il reprit la parole pour ajouter :

"  Ah oui, Elenna a dessiné les deux complices... En espérant que cela puisse vous aider… Quel est le bilan à Poudlard ? "

La question était judicieuse et la belle se la posait aussi. Qu’avait-il bien pu se passer là-bas ? Quel était le résultat de cette attaque meurtrière ? Il devait tarder à Anthony de filer d’ici et de retrouver Olivia…

" Une fois qu’Alexander aura répondu à ta question Anthony, tu pourras y aller. Elle doit t’attendre. Mais promets-moi de faire attention sur le chemin d’accord et tiens-moi au courant de son état, okey ? "

Elenna laissa le temps à son fiancé de répondre au vendeur. Elle ne savait pas si la réponse le satisferait, pourtant, une fois qu’il l’eut eu, Anthony fit un hochement de tête avant de dire un dernier mot à la propriétaire d’Ollivander’s et de disparaitre presque en courant. Le petit bout de femme aux cheveux couleur neige, bien qu’ils furent assombris par les cendres, laissa échapper un soupire en regardant filer son employé. Sans plus attendre, elle se glissa dans les bras d’Alexander, appuyant sa joue sur son torse et enroulant ses bras autour de sa taille comme rassurée par sa présence et son odeur. Si seulement tout pouvait être aussi simple qu’une étreinte… Le câlin dura plusieurs secondes avant que la louve se détache doucement du blond. Elle fit quelques pas en arrière, attrapant sa baguette et les dessins qu’elle avait faits.

" Voilà les portraits des deux conn… méchants. Ils sont assez précis, tu as leur prénom aussi, j’espère que tu trouveras les coupables, enfin la et qu’elle sera punie… Montre-moi ton bras. "

Sans attendre une quelconque plainte ou preuve de machisme à la « non pas besoin même pas mal », Elen le força à s’asseoir sur le canapé, prenant place à ses côtés, fit tourner sa baguette et lança un Plaginit. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’il ait confiance en elle. Le sortilège était assez complexe et douloureux mais pas impossible. La jeune femme était douée et elle n’avait pas intérêt à se rater où le bras de son amant serait marqué à vie d’une cicatrice peu agréable à regarder. Le bout de la baguette se mit à rougeoyer. L’Auror allait déguster avec ce fer chauffé à blanc sur son bras, mais il valait mieux cautériser, qu’il ne garde pas une vilaine balafre toute sa vie. La torture dura plusieurs minutes et malgré la sueur qui perlait sur le front suite à la douleur, le russe serrait les dents, encaissant le supplice…

" Voilà. Désolée pour la douleur mais c’était ça ou on coupait le bras. "

Essayant de faire de l’humour malgré que le monde ne tournait plus rond, la belle se pencha et embrassa le coin des lèvres d’Alex. Ce petit instant à deux n’avait pas été de tout repos et devait se terminer dès maintenant. Ils se levèrent et s’embrassèrent une dernière fois. Ce soir, ils ne se retrouveraient pas. Alexander allait avoir du boulot et Elenna… devrait se rendre au QG des Phénix sans que son copain le sache. Ce n’était pas plus mal du coup…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: L'Arrière-boutique

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 7

 L'Arrière-boutique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.