AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 3 sur 7
L'Arrière-boutique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: L'Arrière-boutique

Message par : Elenna Benson, Mar 19 Aoû 2014 - 18:36




C
omment s’était déroulée la bataille à Poudlard ? Il y avait-il des blessés graves, des morts même peut-être ? Ce combat avait-il était aussi meurtrier que le précédent champ de guerre qu’il y avait eu il y a cela des décennies entières ? Tous les élèves qui étaient à Poudlard étaient passés dans cette boutique avant d’entamer leurs années d’études de la sorcellerie. Parmi les cadavres, s’il y en avait, Elenna connaissait peut-être des jeunes ou même des adultes, des professeurs, du personnel de Poudlard ou tout simplement des personnes extérieures qui avaient pu intervenir comme les Aurors, les Phénix ou des gens aptes à se battre. La jeune femme posa son bol de chocolat sur la table basse, une violente nausée venant la percuter de plein fouet alors qu’elle se rendait compte de la chose horrible qui s’était passée. Son cœur battait la chamade et son esprit n’était plus occupé par les personnes qu’elle appréciait : Noah, Cliodhna, Dwayne, Abygaël, April, Ethan et bien d’autres mais surtout Alexander.

Chez les moldus, il y avait sur les téléphones portables ce qu’ils appelaient un accusé de réception. La propriétaire d’Ollivander’s jura, inventa de nouvelles insultes plus exotiques les unes que les autres, maudissant la magie de ne pas avoir cela. Son fiancé avait-il bien reçu son patronus ? Etait-il surtout en état de le recevoir ? Les pires scénarios se mirent à fleurir dans les pensées de la belle qui commençait à ne plus gérer du tout le stress qui oppressait sa poitrine. Des hypothèses plus morbides les unes que les autres naissaient dans son esprit alors que le corps sans vie de son compagnon venait prendre place parmi les images de chaos et destruction qui apparaissaient comme par magie. Un frisson descendit le long de sa colonne vertébrale. Elen avait envie de se lever et de faire les cent pas, de se dégourdir les jambes pour évacuer ses mauvaises idées et tout le négatif qui pouvait ressortir de cette situation. Elle jeta un regard à Anthony qui était toujours assis sur sa chaise. Lui aussi devait être torturé par tout cela, il devait penser à sa bien-aimée qui se trouvait elle aussi à l’école de sorcellerie.

CRAC ! Alexander… La jeune femme faillit se lever d’un bond pour courir dans les bras de son amant si c’était bien lui. Mais qui pouvait bien venir ici si ce n’était son sauveur ? Pourtant, elle avait besoin de l’Auror qu’il était et non de la bête de s… du bel homme qu’était son copain. Pas de démonstration d’amour, ce n’était pas le bon moment, surtout devant son employé. La baguette en main, le russe venait de traverser ce qu’il restait de la salle principale et pénétrait dans l’arrière-boutique, habituellement réservée à ceux qui travaillaient chez Ollivander’s. Elenna se leva de son canapé, un mince sourire se dessinant sur ses lèvres avant qu’elle reprenne son air sérieux. Le soulagement put se lire sur le visage du beau blond qui marchait rapidement vers elle jusqu’à ce qu’il remarque Anthony et ralentisse l’allure pour venir se planter devant eux. En simple t-shirt, l’Auror avait le bras marqué par une blessure et la louve avait senti à son arrivée cette odeur caractéristique que pouvait avoir la chair lorsqu’elle était touchée. Sa baguette n’était pas loin, elle pouvait le soigner rapidement, mais le laisserait-il faire ?

" Tout va bien. Que s'est-il passé ici ? Les mangemorts ? Vous avez-eu le temps de voir les agresseurs ? "

"  Une femme a mis le feu à la boutique, elle s'appelle Mortissia. Puis un homme est arrivé et s'est enfui avec elle, un certain Alexeï. Et la fille n'était pas au courant de l'attaque de Poudlard... Elle était peut-être sous Impérium, ou juste dérangée... Mais en tous les cas, elle ne semblait avoir aucun lien avec les Mangemorts... Les sortilèges qu'elle a utilisé était assez peu puissants bien que maitrisés. "

Anthony s’était redressé, quittant sa chaise car lui aussi semblait ne plus pouvoir tenir en place. Après tout, qui l’aurait bien pu dans de telles circonstances ? Il était de service au comptoir quand l’attaque s’était passée alors la demoiselle le laissa conter son histoire avec les détails qu’il avait apporté pour éclairer la situation. La peste qui avait fait ça avait eu de la chance que ce ne soit pas la propriétaire derrière le comptoir car elle l’aurait traqué jusqu’au bout du monde et lui aurait arraché à la tête à coups de griffes et de crocs acérés… Le vendeur s’appuya sur la table, regardant à tour de rôle l’Auror et sa patronne. Ses yeux s’étaient légèrement plissés comme s’il pensait à quelque chose. Puis il reprit la parole pour ajouter :

"  Ah oui, Elenna a dessiné les deux complices... En espérant que cela puisse vous aider… Quel est le bilan à Poudlard ? "

La question était judicieuse et la belle se la posait aussi. Qu’avait-il bien pu se passer là-bas ? Quel était le résultat de cette attaque meurtrière ? Il devait tarder à Anthony de filer d’ici et de retrouver Olivia…

" Une fois qu’Alexander aura répondu à ta question Anthony, tu pourras y aller. Elle doit t’attendre. Mais promets-moi de faire attention sur le chemin d’accord et tiens-moi au courant de son état, okey ? "

Elenna laissa le temps à son fiancé de répondre au vendeur. Elle ne savait pas si la réponse le satisferait, pourtant, une fois qu’il l’eut eu, Anthony fit un hochement de tête avant de dire un dernier mot à la propriétaire d’Ollivander’s et de disparaitre presque en courant. Le petit bout de femme aux cheveux couleur neige, bien qu’ils furent assombris par les cendres, laissa échapper un soupire en regardant filer son employé. Sans plus attendre, elle se glissa dans les bras d’Alexander, appuyant sa joue sur son torse et enroulant ses bras autour de sa taille comme rassurée par sa présence et son odeur. Si seulement tout pouvait être aussi simple qu’une étreinte… Le câlin dura plusieurs secondes avant que la louve se détache doucement du blond. Elle fit quelques pas en arrière, attrapant sa baguette et les dessins qu’elle avait faits.

" Voilà les portraits des deux conn… méchants. Ils sont assez précis, tu as leur prénom aussi, j’espère que tu trouveras les coupables, enfin la et qu’elle sera punie… Montre-moi ton bras. "

Sans attendre une quelconque plainte ou preuve de machisme à la « non pas besoin même pas mal », Elen le força à s’asseoir sur le canapé, prenant place à ses côtés, fit tourner sa baguette et lança un Plaginit. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’il ait confiance en elle. Le sortilège était assez complexe et douloureux mais pas impossible. La jeune femme était douée et elle n’avait pas intérêt à se rater où le bras de son amant serait marqué à vie d’une cicatrice peu agréable à regarder. Le bout de la baguette se mit à rougeoyer. L’Auror allait déguster avec ce fer chauffé à blanc sur son bras, mais il valait mieux cautériser, qu’il ne garde pas une vilaine balafre toute sa vie. La torture dura plusieurs minutes et malgré la sueur qui perlait sur le front suite à la douleur, le russe serrait les dents, encaissant le supplice…

" Voilà. Désolée pour la douleur mais c’était ça ou on coupait le bras. "

Essayant de faire de l’humour malgré que le monde ne tournait plus rond, la belle se pencha et embrassa le coin des lèvres d’Alex. Ce petit instant à deux n’avait pas été de tout repos et devait se terminer dès maintenant. Ils se levèrent et s’embrassèrent une dernière fois. Ce soir, ils ne se retrouveraient pas. Alexander allait avoir du boulot et Elenna… devrait se rendre au QG des Phénix sans que son copain le sache. Ce n’était pas plus mal du coup…
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Alexander Scott, Sam 20 Sep 2014 - 21:43


Le jeune chasseur de mage noir grimaça intérieurement, il se forçait à garder contenance afin de ne pas donner une image déplorable du ministère mais à cet instant précis, il devait bien reconnaître qu'il ne savait plus vraiment où donner de la tête. Les choses s'étaient déroulés bien trop vite cette journée là et pourtant c'était sans doute l'une des plus longues qu'il n'ait jamais vécu. D'ailleurs elle était loin d'être terminée car une fois qu'il aurait quitté Olivander il devrait se rendre immédiatement au ministère qui devait être en état d’ébullition à cette heure là. La communauté magique était-elle déjà au courant pour l'attaque de Pré-au-Lard ? Renata et Petrus étaient-ils parvenus à endiguer l'information avant que les charognards de journalistes ne se jettent sur le scoop ? Lorsqu'il était parti aucun de ses oiseaux de malheur n'avait encore pénétré dans l'école, il était donc peu probable que l'information se soit propagée à moins que quelques élèves soient parvenus à communiquer avec l'extérieur. En vérité, ils avaient à faire à un beau merdier insoluble ! Ils ne pouvaient littéralement rien faire contre les Mangemorts ! Ces derniers étaient bien trop organisés et rapides à chaque fois. Comment voulez-vous attraper des sorciers qui frappent aux quatre coins de la Grande-Bretagne et qui prévoient à chaque fois un stratagème pour s'enfuir ? Les mages noirs étaient loin d'être des manchots avec leur baguette, même lorsqu'ils étaient pris la main dans le sac ils parvenaient à tenir la dragée haute à l'élite des sorciers du ministère de la magie ! Plus le temps avançait et plus la tâche semblait impossible à Alexander, à tel point que le jeune homme avait l'impression d'essayer d'attraper de l'eau avec les mains. Chaque fois qu'il croyait attraper un mage noir, ce dernier lui passait entre les doigts et s'échappait avec la facilité d'une anguille ! Et aujourd'hui ? Aujourd'hui les mangemorts avaient attaqué Poudlard et s'était échappés. Ils avaient sans doute attaquer aussi Olivander et s'étaient échappés. Et lui il était là, blessé, courbaturé, fatigué, incapable de réfléchir correctement, incapable de protéger des gosses, incapable de protéger Elenna. Finalement la technique du ministère était-elle la bonne ?

Comment avaient-ils pu en arriver là ? Comment la situation avait-elle pu déraper à ce point ? La grande guerre était terminée depuis plus de cent ans et aujourd'hui ils se retrouvaient exactement dans la même situation ! Des mangemorts qui tuaient sans se soucier du sang ou de la provenance de leur victime avec tout de même une légère préférence pour les moldus. Un ministère qui malgré tout ses efforts battaient de l'aile. Une communauté magique qui plus que jamais réclamait des résultats. Le sorcier Russe serra les poings, combien de temps restait-il avant que la situation dégénère ? Peut-être que les vacances scolaires calmeraient les choses, peut-être les mages noirs allaient-ils en profiter pour se faire plus petits mais avec le coup qu'ils avaient frapper aujourd'hui c'était peu probable ! Alexander n'en revenait toujours pas, attaquer Poudlard était d'une audace sans pareil ! Et pourtant ils y étaient parvenus et en plus de cela ils s'étaient échappés sans aucune perte, sans aucune blessure. C'était là le pire ! Le jeune homme se sentait particulièrement honteux, aujourd'hui il avait perdu la bataille ou au moins il avait perdu sa bataille, il en sortait amoindri. Que se passerait-il la prochaine fois ? L'ancien Serdaigle était bien conscient des risques qu'il prenait mais plus que jamais il doutait de ses capacités. Était-ce lui qui avait régressé ou les mages noirs qui avaient progressé ? Aucun de ses sortilèges n'avaient touché aujourd'hui.


- Une femme a mit le feu à la boutique, elle s'appelle Mortissia. Puis un homme est arrivé et s'est enfui avec elle, un certain Alexeï. Et la fille n'était pas au courant de l'attaque de Poudlard... Elle était peut-être sous Impérium, ou juste dérangée... Mais en tous les cas, elle ne semblait avoir aucun lien avec les Mangemorts... Les sortilèges qu'elle a utilisé était assez peu puissants bien que maitrisés.

Alexander tourna sa tête vers le jeune vendeur, depuis son arrivé il ne s'était pas vraiment intéressé à lui bien que sa présence le contrariait au plus haut point. Si le sorcier Russe avait été de nature jalouse alors peut-être aurait-il tout de suite dit à sa dulcinée de virer ce mec car c'était tout à fait le genre de sorcier à charmer toutes les filles dans la rue sans même le vouloir. Cependant ce n'était pas vraiment le genre de l'auror d'être jaloux et il avait bien d'autres chats à fouetter ! En dehors de cela c'était un homme somme toute normal, il était musclé sans être non plus une montagne. Son visage trahissait une grande tension que Scott plaça sur le compte de l'attaque. D'après ses dires c'était une femme et un homme qui avait attaqué la boutique de baguette magique et visiblement ce n'était pas les mangemorts... Devait-il se réjouir ou désespérer d'une telle nouvelle ? D'un côté cela voulait dire que les mages noirs n'avaient pas attaqué aux quatre coins de l'Angleterre mais de l'autre cela voulait dire qu'ils avaient une sacrée influence et que le ras le bol des gens commençait à éclater. Mais pourquoi attaquer les commerçants ? Si ils devaient s'en prendre à quelqu'un ou à quelque chose c'était bien au ministère et pourtant ce dernier n'avait déploré aucune attaque depuis des lustres ! Le but était-il donc simplement de faire monter la pression partout dans la communauté magique pour que le mécontentement augmente ? Pour que toujours plus de personnes se rallient à la cause ? Dans ce cas le stratagème était parfaitement élaboré, c'était un véritable cercle vicieux ! Les mangemorts et les partisans faisaient toujours plus de victimes augmentant la rancœur contre le gouvernement attirant des partisans supplémentaires qui eux même créeraient d'autres victimes. Mais qu'est ce que les sorciers pouvaient bien à voir dans les yeux pour ne pas voir l'énormité d'un tel stratagème ? L'effet de peur et de groupe était-il plus fort que le courage et la raison ? Le meilleurs moyen d'imposer ses idéaux n'avait jamais été de brûler des bâtiments et pourtant... C'était là qu'ils en étaient aujourd'hui. Les prénoms des casseurs ne suffiraient pas à les retrouver... Alexander hocha la tête attendant que le jeune homme ne continu son discours.

- Ah oui, Elenna a dessiné les deux complices... En espérant que cela puisse vous aider… Quel est le bilan à Poudlard ?

Un mince sourire se dessina sur les lèvres du chasseur de mage noir, non pas à l'évocation du bilan de Poudlard mais plutôt à celui des portraits robots. Trouver les deux coupables ne serait qu'une formalité avec ça ! Ô ils pourraient se cacher mais peu importe où il le ferait ce ne serait pas suffisant et il les débusquerait. A cet instant Alexander était incroyablement fière d'Elenna, il n'y avait vraiment qu'elle pour avoir la lucidité pour dessiner les malfaiteurs après que sa boutique se soit faite incendiée. N'importe qui aurait été dévasté par un tel événement mais à cet instant la seule chose qui devait animer la belle aux cheveux blancs, c'était le désir de vengeance ! Scott grimaça, peut-être valait-il mieux pour les malfaiteurs que ce soit le ministère qui mette la main sur eux et pas la louve. Le spectacle ne serait pas beau à voir si jamais ils passaient à porter de griffe.

- Une fois qu’Alexander aura répondu à ta question Anthony, tu pourras y aller. Elle doit t’attendre. Mais promets-moi de faire attention sur le chemin d’accord et tiens-moi au courant de son état, okey ?

L'auror observa tour à tour le vendeur et la patronne. Visiblement le jeune homme avait une personne à qui il tenait beaucoup à Poudlard... Cela expliquait l'air anxieux qu'il avait remarqué quelques minutes plus tôt. Alexander ne put s'empêcher de grimacer, cette fois les chasseurs de mage noir n'étaient pas arriver assez tôt pour éviter les pertes humaines et aux dernières nouvelles deux élèves avaient péris dans la bataille. L'une d'entre elle avait été tuée par le mangemort qu'il combattait personnellement, égorgée sans aucune pitié. Scott commençait à avoir assez d'expérience pour savoir que cela ne dérangeait absolument ce type qui était assez taré pour se croire dans son bon droit ! Tuons donc des gamins comme ça on changera de ministre ! Alex' grimaça, il ignorait si il avait le droit d'informer le jeune homme sur les bilans mais ce n'était pas son genre de s’embarrasser de la hiérarchie.

-Deux morts... Ou plutôt deux mortes, des jumelles d'après ce que j'ai compris. Elles ont été tués avant que nous ne puissions arrivé. Il y a aussi des blessés, quelques personnes ont été évacuées à Saint Mangouste.

Comme prévu le vendeur ne tarda pas à prendre congé d'eux pour se rendre à Poudlard où il serait malheureusement sûrement refoulé sans même avoir pu passer le grillage cependant ce n'était plus du ressort d'Alexander qui devait maintenant retourner au ministère pour se concentrer sur la traque des mangemorts ainsi que sur celle des malfrats. Elenna cependant ne semblait pas être de cet avis et vint aussitôt l'étreindre pour son plus grand bonheur. Aussitôt le sorcier Russe se sentit bien plus apaisé, bien plus calme comme chaque fois qu'il était proche de son aventurière des neiges. Tout chez elle avait le don de libérer le jeune homme, son odeur sauvage, ses cheveux blancs comme neige, sa douce peau. A ses côtés Scott se sentait aussi bien que lorsqu'il parcourait sa Taïga libre comme l'air. L'espace de quelques instants elle avait le pouvoir incroyable de lui faire oublier les traquas du quotidien, de lui faire oublier les mangemorts, de lui faire oublier toutes ses conneries du ministère. Elle avait le pouvoir incroyable d'arrêter le temps, de les isoler dans une sphère de sérénité. Alex' se contentait de la serrer contre lui, caressant ses lentement ses cheveux. La journée avait été incroyablement dure, il avait du se battre, il avait vu des enfants morts, il avait vu des plaies béantes, des murs explosés, des membres brisés. Son corps n'était plus qu'une immense plaie et la simple étreinte d'Elenna le faisait souffrir. Son esprit quand à lui était on ne peut plus embrumé, torturé. Pourtant malgré tout cela il se sentait bien, incroyablement bien. Finalement Elenna le repoussa doucement et lui tendit un papier. L'ancien Serdaigle serait bien rester des heures serrée contre la vendeuse de baguette cependant il restait bien conscient du nombre de choses qu'il lui restait à faire avant le lendemain, la journée promettait encore d'être longue !

- Voilà les portraits des deux conn… méchants. Ils sont assez précis, tu as leur prénom aussi, j’espère que tu trouveras les coupables, enfin la et qu’elle sera punie… Montre-moi ton bras.

Sans attendre de réponse la jeune femme le poussa doucement sur le canapé et Alexander s'y affala sans opposer de grande résistance. Son corps était si douloureux qui poser ses fesses était un supplice pourtant il aurait pu s'endormir en l'espace de quelques secondes. C'était là une perspective des plus agréable, s'endormir ici sur le canapé sous l'oeil bienveillant d'Elenna. La sorcière cependant ne semblait pas de cet avis et elle empoigna fermement son avant bras en le pointant de sa baguette ce qui ne manqua pas de lui arracher une grimace. Plaginit. La douleur envahit le bras de Scott en même temps que l'odeur de brûlé qui s'éleva dans la pièce. Le chasseur de mage noir avait déjà vu ce sortilège de soin être exécuté à plusieurs reprises mais jamais il n'avait eu l'occasion d'en être la cible ! Durant les premières secondes le sorcier se sentit défaillir, il avait déjà connu des maux intenses mais l'état dans lequel il était aujourd'hui l'affaiblissait grandement. A force de volonté l'auror parvint finalement à garder connaissance et se contenta de serrer les dents, mordant sa joue entre sa mâchoire pour oublier la douleur du bras. Le stratagème loin de fonctionner ne fit qu'amplifier sa douleur ! Peu à peu des goûtes de sueurs se mirent à perler sur son front et le long de son dos. Si ce n'avait pas été Elenna qui avait exécuté le sort alors sans doute s'en serait-il dégager tout de suite cependant il se contentait à cet instant d'observer sa belle qui était entièrement concentrer sur son travail. Scott se doutait bien que lui faire du mal ne lui plaisait pas mais c'était sans aucun doute le seul moyen d'éviter une infection.

Finalement la louve lâcha son bras et peu à peu la douleur et la chaleur s'estompa. Alexander se laissa retomber contre le dossier du canapé tout en faisant jouer ses doigts pour s'assurer qu'aucun nerf n'avait été touché mais évidemment l'opération avait été un succès. Apparemment il n'en garderait aucune cicatrice, c'était déjà ça !


- Voilà. Désolée pour la douleur mais c’était ça ou on coupait le bras.

- Bah, j'espère que tu m'aurais aimé même avec un bras en moins !

Alexander embrassa son aventurière des neiges. Ce soir il ne rentrerait pas à Wolf House, ce soir il ne dormirait pas et ce soir il verrait pas Elenna mais le simple fait de l'avoir vu ici avait remis ses idées en place. Désormais il fallait qu'il rentre au ministère, ce dernier devait traverser une crise sans précédent et il n'avait pas besoin d'avoir l'un de ses auror absent. Le jeune sorcier se saisit du dessin de la vendeuse de baguette avant de lui adresser un dernier baiser.

- Merci pour les soins. Je vais tout faire pour retrouver ceux qui ont fait ça ne t'inquiète pas. Alexander soupira. On se retrouve aussi vite que possible, je t'enverrai Hermes pour te tenir au courant de la situation.

CRAC
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Dim 10 Mai 2015 - 22:04


Ça y est. C'était fait. Cela faisait maintenant 5 ans qu'il bossait dans cette boutique. D'abord en tant que stagiaire, puis en tant que vendeur. Il avait vécu plein de trucs ici. Il avait flirté avec sa copine, il avait rit, soupirer, parfois pleurer. Il s'en passait des choses en cinq ans. Cinq ans, c'est le temps qu'il faut pour un couple de se décider à faire un enfant. Cinq ans, c'est le temps qu'il faut pour un enfant de devenir ado. A un ado de devenir adulte. Cinq ans, c'était le temps qu'il faut pour un médecin de dire "tout va bien maintenant". Cinq ans, c'était long. Cinq ans, même dans un monde de magie, ce n'était pas rien. Et cinq ans, c'était le temps qu'il avait fallut à Antho pour gravir tous les échelons. Il était maintenant gérant de la célèbre boutique de baguette magique : Ollivander's. Il avait appris ça il y a peu de temps et il était temps d'annoncer la nouvelle à ses collè... A ses employés. En ce moment, la boutique tournait avec les trois personnes qui avaient maintenues à bout de bras la boutique depuis presque 6 mois. Aujourd'hui, il était officiellement leur supérieur. Ouah, ça claquait quand même !

Il avait demandé à Harradas et Izsa de venir dans la boutique en prétextant qu'il fallait se réunir une fois de temps en temps histoire de ne pas faire n'importe quoi. Ouais bon, c'était pourri comme prétexte mais il n'avait rien trouver de mieux alors chut ! Il avait du mal à croire que c'était vrai. Vraiment ? Était-il vraiment digne d'Ollivander ? Pourrait-il tenir cette boutique à flot ? Allait-il réussir à gérer toute la paperasse et autre soucis administratif dont il se passerait bien ? Et surtout, allait-il pouvoir fabriquer des baguettes digne de ce nom ? Car maintenant, c'était à lui que venait ce privilège. Il attendait donc patiemment ses employés (Sérieusement, c'était trop la classe de dire ça !) pour leur annoncer la grande nouvelle. Grande nouvelle qui n'allait strictement rien changé sur la forme. Pour lui, Izsa et Harradas était et resterait toujours des amis avec qui il avait vécu une belle galère et fallait avouer qu'ils s'en étaient pas trop mal sortit à trois pour une boutique accueillant autant de clients ! D'ailleurs, l'un de ses premiers boulots en tant que gérant (aaaarrrrg, c'est vraiment trop bien) allait être de trouver du personnel. Une seule personne suffira pour l'instant. Il verra plus tard s'il augmentait la masse salariale habituelle.

Mais pour l'instant, le temps n'était pas à la gérance. Le temps était à la fête ! Il avait donné rendez-vous à ses deux employés à 18h pour pouvoir ensuite aller fêter dignement ça au trois balais, le bar d'Ailyne. Comment il allait leur annoncer ça ? "Bonjour, ça va comment ? Hé, en fait, j'suis votre patron maintenant !" ou "Salut tous les deux. J'ai une annonce à vous faire... Je suis gérant d'Ollivander's !" ou... Aaarg, il était pas doué pour les annonces en fait. Bon, il verrait bien le moment venu. En attendant, il rangea le livre de compte dans son tiroir. Aujourd'hui, pas de vente, c'était dimanche. Comment ils allaient prendre la nouvelle ? C'était là toute la question. C'était quand même bizarre comme situation. Un collègue qui, du jour au lendemain, devient patron. Antho ne savait même pas trop comment il l'aurait pris si Harradas avait été à sa place. Le jeune Pouffy tournait en rond. Entre le stress, la hâte et la joie, il ne savait plus sur quel pied danser et attendait impatiemment ses deux collègues pour enfin se libérer de ce poids. Il avait envie de sauter de joie, de faire la danse de la joie, de crier qu'il aimait la vie que.... DING. La bonne vieille sonnette... Lequel c'était ? Harradas ? Izsa ? Bref, fallait se calmer maintenant, sinon il allait être cramé. Il préféra donc s'asseoir sur une chaise et attendit...


Dernière édition par Anthony Adams le Lun 11 Mai 2015 - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Harradas Spinner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Harradas Spinner, Lun 11 Mai 2015 - 0:25


Bon aller ça faisait quoi... Un an ? Un et demi qu'il travaillait chez Ollivander's, et c'était... Bon ouai c'était plutôt pas mal. La paye était excellente comparée aux emplois du coin et puis on y embauchait pas n'importe qui. Bon peut-être qu'il avait du s'inventer un ou deux diplômes d'ingénieur en baguette magique, mais ça passait crème. Et puis son boss n'y avait vu que du feu. C'était un vieux mec tout grognon. Un Ollipatron quoi. Mais bon il avait beau être âgé c'était pas un papy gâteau hein. Je ne vous raconte même pas le nombre de fois qu'il est passé à l'imprévue dans le magasin, pendant qu'Harradas engueulait un client. Erhem. Voui ça arrivait assez souvent mais bon. Les clients des fois ça vous tire les nerfs et ça vous les coupe (si si ça se dit je vous assure). Et puis il l'avait menacé à plusieurs reprises de le virer. M'enfin il disait ça à tout le monde, donc leur relation n'était pas véritablement tendue en réalité. Cordiale on va dire. En plus de cela, il ne venait jamais, il était propriétaire et se la coulait douce (aux Maldives ?) qui sait où est-ce qu'il allait. Fin' il avait toujours la peau un peu mate mais j'aurais plus penché pour de la terre qu'autre chose. Après je sais pas à quoi ça ressemble un bronzage maldivien mais ça doit sûrement s'en rapprocher. Pendant ce temps les Ollivendeurs qu'étaient Anthony, Izsa (l'Ollistagiaire) et Harradis, se les gelaient dans leur pauvre petite ruelle magique de Londres. Enfin pauvre, façon de parler hein. C'était quand même puta*n de beau un Chemin de Traverse (va falloir qu'ils en construisent un now maintenant tout de suite sur Paris). J'en étais où ? Ah oui, Londres. Il pleuvait très régulièrement et cela ne laissait pas tellement l'occasion à leur peau de profiter du soleil. Oui il restaient blancs comme des radis gelés et oui ils se plaignaient régulièrement, mais le jeune Spinner n'aurait quitté cette atmosphère de Grande-Bretagne pour rien au monde. Il y trouvait un charme incomparable et bien entendu, irremplaçable. D'ailleurs en parlant de charme, il avait bientôt fini son livre sur les meilleurs bois de charme et comment les utiliser. Il n'y avait que deux chapitres sur la fabrication de baguette et la quasi-totalité des autres abordaient des meubles magiques ou des balais volants. Mais un livre ça se lit en entier bon-sang, et il n'avait pas pu se retenir de lire tous les chapitres menant jusqu'à ceux qui l'intéressaient. Il allait enfin les aborder lorsqu'une cloche sonna. Ah tiens, 18h moins dix. Il avait avancé son horloge de quelques minutes afin de ne jamais arriver en retard, mais ça se traduisait la plupart du temps en un échec cuisant (comme le sortilège). Posant son livre sur sa table de nuit, il se releva et revêtit sa cape de sorcier par dessus son accoutrement moldu et il fit signe à Catherine qu'il sortait pendant quelque temps pour régler des affaires à la boutique. Foui parce que en ce dimanche, qu'il avait pourtant posé comme congé, Anthony et Izsa avaient jugés bon de s'organiser une petite réunion Ollivanderienne. Soupirant à moitié, quoi que ces petits gens là lui plaisaient bien -pour une fois-, il s'engagea dans l'allée de Traverse et remonta quelques mètres jusqu'à l'échoppe. Pas très loin, c'était cool. Il entra en faisant tinter la clochette de la porte d'entrée et scruta l'intérieur vide de la boutique.

- Izsa ? Une planche du parquet crissa son sous poids et il laissa un temps de pause. Anthony ?

Sans attendre plus longtemps il fit quelques enjambées jusqu'à l'arrière boutique et y trouva Anthony. Ce cher Adams, désormais assit sur une chaise, et qui l'avait terriblement bien aidé lors de son intégration de la boutique il y a quelques mois. Il lui fit un sourire et lui serra la main -bah voui-.

- Tu vas bien ? Prêt pour notre Olliréunion ? On attend encore Izsa ou est-ce qu'elle est dans les parages ? Il jeta un coup d’œil entre les rangées d'instruments magiques. Bon, du coup on s'organise comment cette semaine, c'est toi qui va à la banque pour les comptes ou je m'en charge ? Parce que bon les gobelins c'est pas qu'ils sont pas gentils mais en ce moment ils font la g*eule "parce que des gens cagoulés se promènent dans les parages" et qu'ils ont peur pour leur or. Enfin bref. Il s'assit sur un tabouret haut, l'air las. Au fait t'as vu le boss dernièrement ? Parce que ça fait longtemps qu'il est pas passé et la dernière fois qu'il est venu il s'est cassé en me disant qu'il n'y avait pas assez d'ordre ici et que les choses allaient bientôt changer. Jpensais qu'il allait me revirer et me reprendre quelques jours après comme la dernière fois mais depuis j'ai pas eut de nouvelle haha. Il se fait vieux et il se dégonfle, il ose même plus nous renvoyer temporairement ! Personnellement je trouve que c'est un progrès dans le sens relationnel employé-boss. Tu trouves pas ? Anthony ?

Blahblahblah blahblah blah. Ouai il parlait beaucoup. En même temps être serveur vendeur à des centaines dizaines de personnes par jour non seulement ça dégourdissait énormément mais ça déliait aussi la langue comme pas possible. Au début il était obligé de se gaver de glaces de chez Florian à cause de sa langue qui enflait à force de trop parle -si si jvous assure- afin d'avoir quelque chose de froid et de rafraîchissant pour calmer la douleur. Maintenant un petit verre faisait l'affaire. Tiens il aurait du ramener sa bouteille d'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Izsa Hilswood, Dim 17 Mai 2015 - 16:41


Réunion entre personnels d'Ollivander's, ben voyons. Izsa avait beau adorée la boutique, elle n'appréciait pas d'y revenir le soir alors qu'elle avait des cinquantaines d'autres trucs à faire. En plus, le patron était au courant de leurs petites réunion ? Nan, parce qu'elle avait pas envie d'avoir des problèmes, hein. Elle était juste une stagiaire, donc elle pouvait se faire virer à tout moment...

Elle poussa la porte, un peu un retard. Son entrée s'accompagna du tintement caractéristique, si bien qu'elle fut stressée en l'entendant. Elle avait tellement l'habitude que cette sonnette s'accompagne par l'arrivée d'un client...
La boutique était calme, c'était étrange de la voir aussi vide. Personne n'était visible, si bien qu'elle se demanda si les autres n'étaient pas plus en retard qu'elle. Des voix se firent alors entendre, et la jeune fille reconnu Harradas. Elle avança donc jusque l'arrière boutique, et vit enfin ses deux collègues.

Anthony, le vétéran de la boutique, semblait particulièrement content. Elle le salua, toujours un peu impressionnée en s'adressant à lui. Le jeune vendeur devait être là depuis plus de temps qu'Izsa et Harradas réunis. Il était vraiment doué dans l'art des baguettes, et elle n'avait vu aucun client revenir vers lui pour se plaindre de son choix.
De son côté, le vendeur survolté qu'était Harradas l'impressionnait tout de même moins. Ils avaient été embauché en même temps, et même s'il était son ainé, elle avait du mal à le considéré autrement que comme un joyeux luron.

Et voilà, les trois Ollivendeurs étaient à présent réunis. La réunion allait tourner autour de quoi ? L'incapacité des clients à utiliser les formulaires correctement ?

- Alors, quoi de prévu ce soir ?

Izsa parlait peu de la pluie et du beau temps avec ses collègues. Elle préférait aller directement aux choses importantes, et perdre le moins de temps possible. Peut-être était-ce parce qu'elle était profondément antipathique, ou juste parce quelle ne se sentait pas toujours à l'aise face à ses deux adultes qui étaient pleinement dans la vie active, alors qu'elle préparait encore ses Aspic à Poudlard...
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Jeu 21 Mai 2015 - 22:56


Le premier arrivé fut Harradas et... QUEL BAVARD CE MEC. Ouah, pas pour rien qu'il s'était retrouvé dans cette boutique ! Une vraie fille j'vous jure ! Et patati, et patata. Ce qui était bien avec lui, c'est qu'il faisait les questions et les réponses.

- Tu vas bien ? Prêt pour notre Olliréunion ? On attend encore Izsa ou est-ce qu'elle est dans les parages ?  Bon, du coup on s'organise comment cette semaine, c'est toi qui va à la banque pour les comptes ou je m'en charge ? Parce que bon les gobelins c'est pas qu'ils sont pas gentils mais en ce moment ils font la g*eule "parce que des gens cagoulés se promènent dans les parages" et qu'ils ont peur pour leur or. Enfin bref. Au fait t'as vu le boss dernièrement ? Parce que ça fait longtemps qu'il est pas passé et la dernière fois qu'il est venu il s'est cassé en me disant qu'il n'y avait pas assez d'ordre ici et que les choses allaient bientôt changer. Jpensais qu'il allait me revirer et me reprendre quelques jours après comme la dernière fois mais depuis j'ai pas eut de nouvelle haha. Il se fait vieux et il se dégonfle, il ose même plus nous renvoyer temporairement ! Personnellement je trouve que c'est un progrès dans le sens relationnel employé-boss. Tu trouves pas ? Anthony ?
- On verra ça plus tard t'inquiète pas, c'est pour ça la réunion justement...

Anthony n'en dit pas plus. En même temps, il n'avait pas put, puisque Harradas était déjà repartit dans son monologue. Quand je vous disais que c'était une vraie fille ! Il avait TOUJOURS, un truc à dire. Toujours. Il n'était jamais à court d'idée et encore moins à court de salive ! En attendant Izsa, Antho écouta le Radis en souriant, en acquiesçant parfois et en répondant vaguement les autres fois. Izsa, la stagiaire arriva en dernière après quelques minutes à l'attendre. Le jeune homme la salua chaleureusement quand elle entra dans l'arrière boutique et lui posa les questions habituelles.

- Tu vas bien ? Ton stage te plait toujours ? T'as pas de question ?

Puis, ils échangèrent les banalités qu'ils pouvaient échanger habituellement. Ils parlèrent des clients étranges, des trucs drôles qui leur était arrivés et les trucs étranges croisés dans les formulaires. La vie d'un vendeur chez Ollivander's était pleine de surprise, de moment de fou rire à camoufler ou encore de franche rigolade entre vendeur. C'était ça qu'Antho aimait dans ce boulot et pour rien au monde il l'aurait échangé. A part pour un boulot de prof s'il n'avait pas eut cette opportunité... Maintenant, être prof lui paraissait carrément triste. Plus tard, dans une deuxième vie, pourquoi pas. Pour l'instant, il allait se consacrer entièrement à Ollivander's et redonner de la vie à cette boutique mal gérée jusque là. Ça allait changer, ça c'était certain ! Un coup de jeune et plein de trucs à prévoir pour fidéliser les clients.

- Booon, sinon pour te répondre Harradas, maintenant, ça va être à moi de me rendre à la banque cette semaine et sans doute aussi les autres semaines aussi. Et le patron, je l'ai vu il n'y a pas très longtemps et effectivement, des choses ont changé depuis... il se leva, essaya de prendre un air grave, du genre nouvelle pas bonne du tout, faites gaffe ça pue et continua. Izsa, Harradas, j'ai une grande annonce à vous faire. petit moment de pause pour faire durer le suspens et enfin il lâcha. Le vieux m'a dit qu'il partait en retraite et du coup... Naaaan, j'déconne, c'est trop bien de faire durer sur le suspens ! Vous savez, c'était à ce moment là qu'à la télé il y avait la pub ! D'ailleurs !

Avec Carolon, laver votre linge pour moins d'une mornille par lavage ! Et en plus, ça sent trop bon ! /rire idiot/
Je rêve d'une banque, qui ne pose plus de soucis. Je rêve d'une banque où tout est facile. Je n'ai même plus besoin de voir un gobelin pour déposer de l'argent ! Je rêve d'une banque qui nous emmène pas au troisième sous-sol pour nous faire retirer la moindre mornille ! Mais... Ce n'est qu'un rêve. Et bien non ! Avec LBCM, la banque des sorciers malins, plus aucun soucis, nous engageons quelqu'un qui fait tout ça pour vous !
Josette pense à vous, les sorcières qui n'avez pas le temps de préparer la cuisine. Alors, moi, Josette, je vous aide en vous préparant des bons petits plats sorciers vous permettant de n'avoir qu'une chose à faire : Faire chauffer des plats en plastique à l'aide d'un four ! Merci qui ? Merci Josette !
Parfum Chaine numéro 4. *clip avec un type dans l'eau, parce que de toute façon c'est une pub de parfum* Parfum chaine numéro 4, la pureté d'un parfum.
Chez nous, dans le Nord, on a un secret pour avoir une haleine fraiche tous le temps. Avec les bonbons Chrüterchraft, en plus de ne pas pouvoir le prononcer, vous ne connaitrez jamais le gout de notre bonbon ! Mais au moins, vous aurez une haleine fraiche. RICOLIIIIIIS.
Nous, chez Astin Marton, nous cherchons le plaisir de conduite. Nous mettons l'accent sur la qualité de l'habitacle. Nous avons étudié un système de volant, pour une facilité et un confort de conduite sans précédent. Chez Astin Marton, vous trouverez les balais les plus confortables et sûrs du monde. Avec des habitacles aménagés et des parachutes intégrés en cas de chute. Pour SEULEMENT 99 gallions par mois, révision des 10000 kilomètres offerte !

- Le vieux m'a dit qu'il partait en retraite et du coup... ahahaha, bah oui, on rappelait toujours la dernière phrase ! Il m'a nommé gérant de la boutique !!! il ne put s'empêcher d'afficher un grand sourire en le disant. On est tranquille maintenant, la boutique est à nous ! continua-t-il en sortant la bouteille de champagne et les verres. Champaagne ? Après ça, si vous êtes dispos ce soir, je vous paye un coup au Trois Balais ! Autant fêtez ça dignement non ?

En même temps, il allait l'annoncer à Ailyne. Son amie savait qu'Anthony attendait ça depuis longtemps et le voir débarquer dans son bar allait sans doute pas mal la surprendre puisqu'il lui avait toujours dit qu'il viendrait que pour une très grande occasion. Et quelle occasion !
Revenir en haut Aller en bas
Harradas Spinner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Harradas Spinner, Mer 1 Juil 2015 - 1:46


Etre bavard ça donnait plutôt soif. Il cherchait des yeux une quelconque bouteille d'eau qu'il aurait oublié dans l'arrière-boutique comme à son habitude mais dut se résigner étancher sa soif avec sa propre salive -charmant-.

- Enfin bref, du coup fallait que je te parles de tout ce qu'il se passe en ce moment ! Il y a l'autre là, le nouveau directeur de Poudlard, tu ne devineras jamais tout ce qu'il a mis en place dans l'enceinte de l'établissement ! Il a fait tout plein de choses, du genre... Enfin des interdictions impensables quoi, comme... Et puis... Enfin bon tu vois ce que je veux dire ?

Hmm peut-être pas, mais Harradas avait trop de choses à dire pour s'attarder sur les détails. L'essentiel était là. Il allait aborder un second sujet lorsqu'Izsa fit son apparition dans la salle et coupa court à leur discussion -parce qu'on bon c'était surtout l'ex-Serdaigle qui menait la danse-. Puis Anthony se leva, l'air le plus sérieux du monde et le jeune homme n'osa pas poser d'énième question, sentant bien que son collègue avait quelque chose de bien plus important à déclarer. Oh non ça y est, ils avaient tous été virés. Pire, leur paye était baissée. Il avait tout un appart à rembourser lui et puis c'était sans compter les frais de notaire, et le procès en cours pour arnaque -oui bon ils avaient essayé d'acheter l'appart avec de l'or de farfadet mais c'était pas si grave-. Et puis Izsa et Harradas attendirent. Et attendirent. Et attendirent encore un petit peu. Avant d'attendre, la fin de l'attente tant attendue. Jusqu'à ce qu'Anthony, tente enfin d'attenter un début de sa déclaration. Le vieux partait à la retraite... Ce qui voulait dire que... Ne comprenant pas immédiatement, il dut attendre que les mots sortent de la bouche de son nouveau mentor pour sauter de joie. Ils n'en croyait pas ses oreilles ! Son ami allait devenir gérant de la meilleure boutique du Royaume-Uni ! Il allait être le nouveau boss et ils vont pouvoir faire autant de m*rde qu'ils le veulent ! Prenant Anthony dans ses bras, il s'empressa d'aller dans la boutique et décrocher le cadre affichant la photo animée de l'ancien patron rabougris, pour le fracasser au sol.

- Ouaaai ! CDI à vie !

Laissant les débris par terre, tandis que l'homme dans le cadre s'enfuyait on ne sait où, il retourna voir ses deux collègues, qui semblaient bien partant pour une petite tournée générale aux Trois Balais.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Izsa Hilswood, Mer 29 Juil 2015 - 0:45


Finalement, Izsa se demanda s'il elle ne venait pas de sauver Anthony des griffes du vendeur un peu trop bavard. La conversation des deux adultes s'arrêta presque immédiatement, et le vétéran lui demanda tranquillement :

- Tu vas bien ? Ton stage te plait toujours ? T'as pas de question ?

Mouais, elle était en stage depuis pas mal de temps maintenant, c'était plus trop la peine de s'inquiéter de ça. Elle n'était plus une débutante, dans cette boutique.

- Ça va, ça va. Comme d'habitude...

Son ton n'était pas extrêmement enthousiaste. Il était tard, elle n'était pas spécialement de bonne humeur, alors elle n'allait pas jouer une motivation hypocrite.
Dans la conversation qui s'ensuivit ne la passionna guère, puisqu'elle voyait bien qu'Anthony cherchait à leur dire quelques choses. Tant qu'il n'aurait pas cracher sa valda, Izsa n'accorderai pas d'importance à cette fade discussion. Elle se contenta d'onomatopées, tantôt positives tantôt négative, selon le sens que prenait les paroles.

Et, enfin, il se leva. Il avait un air grave quand il commença :

- Izsa, Harradas, j'ai une grande annonce à vous faire.Et ben, c'était pas trop tôt. Il allait enfin cracher le morceau ! Le vieux m'a dit qu'il partait en retraite et du coup...

Oui, et ? Ollivander's n'allait pas fermer, donc ils n'allaient certainement pas être tous virés. La seule chose que cela annonçait, c'était qu'un nouveau gérant allait être nommé. Était-ce si important ? Izsa soupira et prit son mal en patience.

- Il m'a nommé gérant de la boutique !!! On est tranquille maintenant, la boutique est à nous ! Champaagne ? Après ça, si vous êtes dispos ce soir, je vous paye un coup au Trois Balais ! Autant fêtez ça dignement non ?

La jeune fille sourit, contente pour l'ex-Poufsouffle. Bon, elle, elle s'en fichait un peu, il fallait l'avouer. Concrètement, rien allait changer : son salaire n'allait pas être augmenté, et ses horaires seraient les mêmes. Elle n'allait juste plus recevoir ses ordres de la même personne.
Par contre, elle ne disais pas non à une flûte de champagne. Elle ne disait jamais non à ce genre de chose, de toute façon.

- Ouaaais ! CDI à vie ! hurla alors Harradas, alors qu'un bruit de verre brisé raisonnait dans la boutique. La curiosité d'Izsa ne la poussa pas à aller voir ce qu'il venait de faire. Comme elle s'y attendait, de vendeur était des plus expensifs.

De son côté, elle se contenta de phrases un peu plus classique :
- Félicitation, Antho. Tu as raison ça se fête... On te laisse ouvrir la bouteille de champagne ! Et puis, quand on l'aura sifflé, je suis partante pour aller aux trois balais, ajouta-t-elle avec un clin d'oeil amusé.

La jeune fille était une étudiante : toujours prête à faire la fête ! En plus, le bar de Pré-au-Lard était vraiment super. Cette soirée continuait décidément beaucoup mieux qu'elle ne l'aurait espéré...
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Jeu 6 Aoû 2015 - 23:24


Après l'annonce, il y eut un moment de flottement. Puis Harradas se réveilla et le pris dans ses bras, puis il partit décrocher la photo du vieux et la brisa sans ménagement en criant.

- Ouaaais ! CDI à vie !

Puis Izsa, toujours plus réservée (en même temps face à Radis, tout le monde était réservé), se contenta d'une phrase plus simple.

- Félicitation, Antho. Tu as raison ça se fête... On te laisse ouvrir la bouteille de champagne ! Et puis, quand on l'aura sifflé, je suis partante pour aller aux trois balais.

Réservée, mais toujours partante pour faire la fête tout de même. Le jeune homme s’exécuta et fit sauter le bouchon de la bouteille... Qui alla droit sur la lampe et péta l'ampoule. Et bah, ça serait ses premiers frais dans la boutique ! Mais certainement pas les derniers, puisqu'il avait prévu de faire quelques travaux dans la boutique. La fermer quelques jours pour tout refaire à neuf ! Gardez les grands éléments, mais refaire l'agencement et quelques coups de peinture ne feront pas de mal ! Il versa donc le champagne coulant de la bouteille dans les coupes et les passa à Izsa puis à Radis et incanta un lumos histoire de s'éclairer. Et leva son verre.

- A notre boutique ! On va avoir quelques travaux à faire histoire de mettre un coup de jeune à la boutique ! On va fermer quelques jours histoire de faire tout ça. dit-il simplement.

Et il but une gorgée en regardant ses deux employés. B*rdel, c'était ses employés maintenant. Puis il entra dans la boutique. C'était la dernière fois qu'il la voyait comme ça. A présent, elle sera plus comme ça ! Avec le comptoir là et des chaises par là ! Puis, là, on mettrait les étagères avec les baguettes. Puis là, mettre une cheminée pour l'hiver ! Avec la porte qui s'ouvrait et se fermait tout le temps, il faisait froid en hiver. Et puis là, encore des chaises pour permettre aux gens de s'asseoir quand l'attente se faisait trop longue. Élément important du décor : Le tapis ! Primordial pour ne pas avoir de bruit dans la boutique. Et puis, il pouvait changer l'éclairage aussi. Un truc plus moderne qui donnerait une lumière plus sympa, moins lugubre. Il imaginait tout ça tout en se déplaçant dans la boutique. Ah, et il devrait embaucher aussi. Une ou deux personnes de plus ne serait pas de refus histoire de ne pas se taper des horaires à rallonge. Que de changement à venir. Et c'est ça qu'était bon ! C'était à lui tout ça, il faisait ce qu'il voulait ! Dans la limite des comptes bien sûr. Mais bon, il n'avait pas trop de soucis à se faire. Il imaginait déjà la nouvelle boutique, les nouveaux clients découvrant une boutique toute neuve.

Il regarda l'heure et se dit qu'il pourrait se rendre au bar d'ici une petite demi heure. Il imaginait déjà la tête de son amie en le voyant arriver avec Harradas et Izsa. Et encore plus quand il lui annoncera la nouvelle. Il lui avait tellement parlé de son ambition à gravir les échelons, à atteindre le sommet en devenant gérant de la boutique. Et aujourd'hui c'était chose faites. Un truc en moins à faire dans sa vie ! Bon, il restait encore quelques trucs à faire et heureusement ! Il avait encore toute la vie devant lui. Il reprit une gorgée de champagne et revint dans l'arrière boutique.

- Du boulot nous attends, mais avant, détente ! dit-il enjoué en buvant d'une traite la fin de son verre.

Ah oui, il devrait racheter une nouvelle cafetière aussi, le café devenait dégueulasse dans la vieille qu'ils avaient !
Revenir en haut Aller en bas
Harradas Spinner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Harradas Spinner, Jeu 3 Sep 2015 - 2:09


Harradas était surexcité. Un peu comme un botruc qu'on aurait enfermé dans un bocal pendant trop longtemps si vous voyez ce que je veux dire -peut-être pas mais c'est l'idée-. Tandis qu'Izsa le prenait à la légère. M'enfin, ne comprenait-elle pas que cela signifiait qu'elle pourrait prendre autant de pauses possibles et imaginables ?! Et puis avec Anthony à la tête du département du plus gros magasin de baguettes au monde, ils étaient certains de ne jamais se faire virer. Ils pouvaient même voler dans la caisse et il dirait rien parce que lui aussi il le fait ! Soupirant un bon coup pour faire redescendre l'adrénaline montée en lui, il saisit le verre de champagne que lui tendait son nouveau bg de chef, avant de tous se rendre aux Trois Balais. Et puis c'est lui qui payait !

D'ailleurs Harradas avait bien fait de passer son permis la semaine dernière, parce que le transplanage d'escorte et les portoloins-transports-public y en avait raz les baguettes ! Ça faisait tourner la tête et parfois même vidait l'estomac. Gross. Vite pense à autre chose. AH OUI ! La boutique. Ils allaient pouvoir tout rénover ! Harradas connaissait un mec super trop balaise en matière de rénovation, décoration, réaménagement de l'espace et ergonomie thérapeutique des lieux de travail ça allait être une puta*n de boutique ! Comment ça du boulot ? Il regarda étrangement Anthony comme s'il avait perdu toute sa tête. Il alla se resservir un verre de champagne et commença à sauter dans les allées de l'arrière-boutique.

- Anthonyyy ! Président chez Olliii ! On va se payer des soiréééees ! Et puis on se fera plus jamais vireeeer !


Fin du RP (jolie fin d'ailleurs)
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Mar 23 Fév 2016 - 23:02


Il était tard. Plus tard que d'habitude j'entends. Le jeune homme avait mis la petite pancarte "closed" sur la vitrine mais contrairement à d'habitude, il n'était pas rentré chez lui. Il avait un rendez-vous. Une réunion secrète. Ça lui rappelait presque ses années Poudlard. Sauf que là, ils ne fuyaient personne. C'était un peu moins drôle. Et moins trépident aussi. Ils allaient juste écrire une lettre. Pas franchement excitant. Maaais bon, une lettre qui allait peut-être avoir des répercussions importantes à l'avenir. Ou pas d'ailleurs. Mais c'était beau d'espérer. M'enfin bref. Anthony attendait donc calmement dans la boutique. Il avait seulement allumé l'arrière boutique pour signaler sa présence. Il avait même prévu quelques boissons dans le frigo d'Olly. Il avait aussi fait le plein de café Colombien, réputé pour être le meilleur au monde. Et oui, à Olly on ne se refusait rien. Surtout en matière de café. C'était leur carburant. Il pourrait presque les payer au café. Mais la légende disait que c'était pas légal. Donc il gardait les payes excessivement élevées pour justifier sa propre paye tout aussi abusivement élevée. Mais encore une fois, chez Olly, on ne se refusait rien.

Dans ce frigo, il y avait un peu de tout. Des boissons alcoolisées, des boissons non-alcoolisées, des restes de repas du midi oubliés. Quoi que, cette dernière catégorie, mieux valait éviter de tester et mettre tout à la poubelle. Ce qu'il fit. C'est toujours ce qu'il faisait quand il trouvait des restes dans le frigo. Il ne fallait pas que ses employés soient malades pour un idiot plat périmé. Il sortit quelques verres histoire que tout le monde puisse se servir à son gré pendant la réunion. Bref, tout était prêt pour une looongue soirée. Enfin presque. Du coup, il n'y avait rien à manger. A part quelques biscuits salés. Anthony transplana donc près d'un supermarché moldu pour prendre quelques trucs à se mettre sous la dent. Après 3 minutes chrono, il était revenu à Olly. Il y avait quelques trucs qui nécessitaient d'être servis chauds. Un Calda et le problème fut réglé. Les petits toasts étaient fumants, il y avait quelques biscuits salés, et pas mal d'autres choses, de quoi tenir une bonne soirée.

Il ne manquait plus que Crystal et Finrod. Il connaissait Crystal de longue date maintenant, grâce au Quidditch, mais beaucoup moins Finrod qui était pour Anthony qu'une vague connaissance. Il savait qu'il était gérant de la Boutique d'Animaux Magiques. La BAM pour les intimes. C'était donc la première fois qu'ils allaient se retrouver tous les trois pour étaler leur mécontentement sur papier. Le jeune homme attendit donc patiemment en faisant couler le fameux café. L'odeur se répandit rapidement. Comme un matin. Sauf que c'était après une journée de boulot qui n'était pas encore finie. Malgré le bordel qu'il y avait sur la table, il avait laissé une zone sur laquelle on pouvait aisément poser une feuille de papier, plus 2 ou 3 feuilles de brouillon si besoin. Bref, pour cette soirée, Antho avait tout prévu pour qu'ils n'aient à sortir que quand cette lettre sera écrite. Tout était parfait. Et c'est à instant que la sonnette retentit dans la boutique. Ce n'était pas un client. Finrod ou Crystal ?


Dernière édition par Anthony Adams le Lun 14 Mar 2016 - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Crystal M. Ertz, Mer 24 Fév 2016 - 13:40



HRPG pour Antho: Je considère que cette réunion se passe avant notre rencontre nocturne brutale

Aujourd'hui était un jour un peu particulier. Un moment important en tant que gérante d'une boutique. Une alliance entre les vendeurs responsables du Chemin de Traverse n'arrivait pas tous les jours, signe que la situation n'était vraiment pas normale. Le contexte actuel rendait cette union si pas nécessaire, importante, ils allaient envoyer un signal fort en montrant qu'ils se soutenaient et qu'ils parlaient d'une seule et même voix. Après plusieurs attaques, le temps n'était plus à la résignation mais à l'action. Il fallait montrer qu'ils n'étaient pas que des éléments de décors, des pions sans personnalités et sans émotions. Eux aussi étaient capables de prendre des décisions pour le bien de leurs boutiques et c'était ce qui était prévu de mettre en place aujourd'hui.

Après une journée de travail bien remplie, la gérante des Halles Magiques fit le tour des rayons, vérifiant si aucun produit n'avait été abimé plus que d'habitude, et vérifiant les comptes, ses yeux passant des gallions au livre avec l'écriture noire. Tout semblait être en ordre aujourd'hui. Laurae était partie il y avait une quinzaine de minutes déjà. Crystal n'avait aucune raison de retenir sa vendeuse plus longtemps que nécessaire, elle travaillait déjà bien assez comme ça. Sa boutique, plongée dans la pénombre la fit frissonner quelques instants. Elle ne pouvait pas s'empêcher de penser à ce qu'il se passerait s'ils revenaient ici alors qu'elle était toujours à l'intérieur. Sa paranoïa s'était développée lentement mais sûrement, la poussant à être sans arrêt sur ses gardes lorsqu'elle était seule comme cela. Son malaise disparut lorsqu'elle ferma la porte à clé et qu'elle s'éloigna de sa boutique. Dans la rue sombre, il y avait encore quelques dernières silhouettes qui regagnaient leur domicile, le sourire satisfait d'une journée bien remplie accroché au visage.

Sans plus attendre, la jeune femme se mit en route vers Ollivander's. Être en retard n'était pas dans ses habitudes. Elle ne savait pas vraiment ce qui allait arriver lorsqu'ils seraient réunis. Finrod dans sa lettre, avait l'air d'avoir pas mal d'idées au moins et la brunette avait hâte d'entendre ses pensées plus développées. Quand à Anthony, ça lui faisait plaisir de le revoir en dehors du terrain de Quidditch. Elle avait beau le voir relativement souvent, Crystal ne savait pas grand chose de lui au fond et elle avait bien envie de le découvrir dans un contexte moins formel que celui du sport. Ses pas l'avaient portées jusqu'à la porte la boutique où elle entraperçu de la lumière à l'arrière de celle-ci. Deux secondes plus tard, le carillon retentit pour signaler sa présence lorsqu'elle franchit la porte DE DEVANT .

- Antho? Tu comptes resté longtemps caché comme ça ?

Et ce fut à ce moment qu'elle le sentit. Cette odeur délicieuse de café qui emplissait l'établissement. Son estomac lui gueulait dessus, lui ordonnant de trouver l'origine de l'odeur. Bon, elle crevait la dalle et les frigos des Halles n'étaient pas souvent remplis. Une telle réunion ouvrait toujours l'appétit, Crystal en était sûr. Et une autre odeur lui indiqua qu'il y avait une forte probabilité pour qu'Anthony ai préparé un p'tit gueuleton bien sympa.

- Cette odeur est juste divine!
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Finrod Elensar, Mer 24 Fév 2016 - 21:47


Nuit noire, du moins pas si noire que cela, car la lune avait pris ses quartiers dans le ciel et éclairait à travers les nuages l'Allée des Embrumes ainsi que le Chemin de Traverse. Plusieurs jeunes sorciers devaient avoir rejoint le pays des songes, certains moins jeunes aussi mais ce n'était pas le cas de plusieurs autres. Comme Finrod, encore éveillé en cette heure tardive, qui s'apprêtait à sortir rejoindre deux autres personnes. Aucun acte de vandalisme, bien au contraire ! Acte citoyen qui tentera de faire bouger les choses, vu la situation actuelle cela n'était pas du luxe.

Vêtu sobrement, capuchon noir, robe de sorcier vert foncé et chaussures en cuir sombre. Marchant d'un pas vif sur les pavés qui constituaient le passage vers le Chemin de Traverse depuis l'Allée des Embrumes. Il bifurqua en direction d'Ollivander's, lieu du rendez-vous de ce soir. Cela faisait longtemps que le Fourchelang n'y avait pas mis les pieds, depuis l'achat de sa première baguette plus précisément. Sans vraiment réfléchir, il entra par la porte de devant, au mieux il se la prenait en pleine face, au pire il pensait au travers et devrait une porte à ce fameux Adams. Mais heureusement, la porte s'ouvrit et un petit son se fit entendre.

Apparemment, il était le dernier du trio à montrer le bout de sa baguette. Le meilleur pour la fin comme on pouvait l'entendre dire.

- Bonsoir. Je suis Finrod, même si je pense qu'il n'y a pas besoin de se présenter. Je suis très content que vous adhériez à mon idée. Je pense qu'il était temps de se rencontrer, vraiment et non se croiser à la fermeture de nos boutiques respectives, déjà parce que l'on travaille dans la même rue, mais que nous avons subi plusieurs attaques et que les autorités n'agissent pas.

Le ton était donné. Certes rapidement, voire même trop. Finrod décida de calmer ses ardeurs et tenta de s'apaiser.

- J'espère d'ailleurs que vous n'avez pas subi de trop grosses pertes. Et je sens comme une odeur de café, non ? S'il y en a à disposition, une bonne petite tasse ne serait pas de refus, j'imagine que la nuit ne sera pas vraiment courte. Finit-il par dire avec un léger sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Mar 1 Mar 2016 - 22:26


HRP : Désolé, pas top :/
__________________________________________

Finalement, ce fut Crystal la première arrivée. Et, sa première réflexion ne concerna évidemment pas la réunion.

- Cette odeur est juste divine!
- Yep ! répondit Anthony en souriant. Tu veux un petit café ?

C'était une simple question de principe. Bien sûr qu'elle avait envie d'un café, qui n'avait pas envie d'un café pour commencer une longue soirée qui promettait d'être un peu prise de tête ? Finrod ne tarda pas à arriver, puisque Antho eu à peine le temps de verser deux tasses. Ce type semblait vraiment mystérieux pour Anthony. Ce n'était que renforcer par ce foutu capuchon. Alors qu'il versait du café dans une tasse pour ensuite la tendre à Crystal, le jeune homme écouta les présentations du gérant de la BAM. Très officielles.

- Bonsoir. Je suis Finrod, même si je pense qu'il n'y a pas besoin de se présenter. Je suis très content que vous adhériez à mon idée. Je pense qu'il était temps de se rencontrer, vraiment et non se croiser à la fermeture de nos boutiques respectives, déjà parce que l'on travaille dans la même rue, mais que nous avons subi plusieurs attaques et que les autorités n'agissent pas.

Au moins, il allait droit au but. Pourquoi tourner autour du pot de toute façon. Ils étaient tous là dans le même but, ce n'était pas un secret. Et puis, ça allait sans doute durer assez longtemps, pas la peine de faire durer ça plus que nécessaire. S'y mettre au plus vite, c'était arrêter au plus tôt. Ou fêter ça au plus tôt. A voir. Ce n'était pas la compagnie de ses collègues qui l'emmerdait hein ! Non, c'était juste que, même si c'était utile, ce qu'ils avaient à faire allait être sans aucun doute pénible . D'un niveau de chiantitude rarement atteint. Mais utile. Du moins, ils espéraient.


- J'espère d'ailleurs que vous n'avez pas subi de trop grosses pertes. Et je sens comme une odeur de café, non ? S'il y en a à disposition, une bonne petite tasse ne serait pas de refus, j'imagine que la nuit ne sera pas vraiment courte.
- Nous n'avons eu aucune perte. Nous avions renforcé la protection de la boutique après les précédentes attaques, ce qui nous as juste valu un réveil en pleine nuit. Rien de plus. Et vous ? dit-il en se dirigeant à nouveau vers la machine à café avant de rajouter en versant une nouvelle tasse de café. Effectivement, la nuit risque d'être longue.

Il en profita pour se faire sa propre tasse et revint avec les deux cafés. Le jeune gérant d'Olly but une gorgée du breuvage. Il était brûlant. Pendant cette soirée d'hiver, une telle chaleur était réconfortante. Il laissa le liquide couler dans sa gorge, puis il invita tout le monde à entrer dans l'arrière boutique pour s'y installer.

En entrant, l'odeur des petits fours et celui du café se mélangeait, donnant l'impression d'un brunch entre ami. Il manquait plus que quelques petits croissants pour compléter le tableau. L'ex Pouffy s'installa à la table et piqua directement un amuse-gueule à base de tomate. C'était sans doute plein de cochonneries, ça tenait pas franchement au corps (à moins d'en manger plus que ce qu'on pouvait raisonnablement en proposer), mais c'était bon. Cette réflexion ne sert strictement à rien.

- Et bien commençons ! dit Antho après avoir tout de même vidé sa bouche. Il respectait toujours les vieilles recommandations de sa mère...
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Crystal M. Ertz, Mer 2 Mar 2016 - 12:23



Finrod arriva à peine quelques secondes après elle. Synchronisation parfaite. La gérante accepta sans se faire prier la tasse de café qu'Anthony lui tendait et goûta: il n'étais vraiment pas mauvais du tout! Cette réunion commençait dans le luxe total, Crystal mettrait un 8/10 pour l'accueil alimentaire. Ok, 9.5 lorsqu'elle pressenti l'odeur de nourriture. Cette réunion avait beau être très sérieuse sur le fond, elle n'avait pas spécialement besoin de l'être sur la forme. Et manger après une dur journée de travail intensif était nécessaire pour mener à bien une discussion aussi importante.

Finrod commença fort et bien. Il ne tournait pas autour du pot et n'agrémentait pas ses paroles de politesse superflues. Soit, il n'avait pas tord. Cette attitude directe et franche mit cependant la sorcière quelque peu mal à l'aise, sans trop qu'elle puisse expliquer pourquoi. Peut-être avait-elle besoin d'être encore considérée comme une petite créature fragile. Mais elle était une petite créature fragile aussi. Elle cligna des yeux et bu une gorgée du café brûlant pour se focaliser plus attentivement sur ce qui en valait véritablement la peine. Anthony expliqua qu'il n'avait pas eu de grosses pertes lui. Crystal était soulagée que ce soit le cas, de son côté par contre...

- J'ai été vraiment stupide et négligente au niveau de la sécurité de ma boutique. Sûrement un peu naïve. Ma boutique a été bien amochée par les flammes, mais ma stagiaire et moi avons travaillés rapidement pour minimiser les dégâts. Elle fit une pause, nouvelle gorgée, puis continua: Je ne pensais pas être attaquée comme ça, alors que ma boutique avait déjà subi une attaque quelques mois plus tôt.

C'était là que les deux hommes qui lui faisaient face pouvait se rendre compte qu'elle n'était en fait qu'une gamine au fond. Nommée gérante des Halles en quasi-catastrophe, elle n'avait au départ aucune idée de comment agir, de quoi faire pour faire fonctionner sa boutique par elle-même. Elle s'apercevait aujourd'hui de toutes les failles que cela incombait, avec des leçons de vie plutôt difficiles à digérer. Les trois avancèrent de concert vers l'arrière-boutique. Anthony avait sorti de le grand jeu, et Crystal avait faim, cela tombait plutôt bien. Elle s'installa à côté de lui et l'imita en choisissant une bouchée au fromage.

- Finrod, vu que c'est toi qui nous a convoqué, j'imagine que tu as déjà une idée de ce que tu veux qu'on fasse exactement, n'est-ce pas?
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Finrod Elensar, Dim 6 Mar 2016 - 11:30


Les deux "collègues" du Chemin de Traverse de Finrod étaient jeunes. Bon, le Fourchelang l'était aussi, mais eux paraissaient vraiment jeunes et étaient tout deux avec un physique agréable, loin des cicatrices de brûlures du jeune propriétaire de la Boutique d'Animaux Magiques.

Aux dires d'Anthony et de Crystal, les éventuels prochains attaquants auraient plus de peine à foutre de le bordel dans les magains. Finrod se surpris à ne pas y avoir pensé plus tôt, renforcer sa sécurité. En même temps, il y avait déjà un enchantement qui empêchait quiconque de mettre le feu au magasin. Mais si le ou les sorciers-cambrioleurs-vandales voulaient quelque chose, ils trouveraient de toute façon un moyen pour entrer et refaire la décoration selon leurs goûts.

- Heureusement qu'il n'y ait aucune victime. De mon côté, malheureusement, certains animaux ont été touchés. Un nombre infime a perdu la vie dans l'attaque, plusieurs ont été blessés et une grande majorité a été secouée. Il resta quelques secondes silencieux, repensant à la scène découverte le matin, lors de sa venue pour ouvrir le magasin pour la journée. "Mais nous avons remis de l'ordre et espérons que le courrier que nous nous apprêtons à écrire ait un effet auprès de notre cher Ministère."

Le jeune homme semblait être à la tête du trio. En même temps, comme l'avait si bien souligné la gérant des Halles Magiques, il les avait "convoqué" afin de mettre en place ce soutient mutuel entre commerçants de la célèbre rue de Londres. Sortant de l'intérieur de sa robe plusieurs parchemins, ils allaient sûrement avoir besoin de brouillon, ainsi qu'une plume quelque peu abîmée par le temps, elle se trouvait déjà à la BAM lorsque Finrod prit ses fonctions.

- Il faut que je pense à aller en acheter des nouvelles. Dit-il à lui-même. Peut-être que les deux compères avaient entendu ce que le jeune homme venait de dire. Les Halles Magiques devaient bien en vendre non ?

- Effectivement, j'ai déjà quelques pistes. Il faut qu'on soit clair, net et précis. C'est logique, mais je préfère le dire. Il ne faut qu'on se perde dans des détails futiles. Je pense que l'on devrait commencer par une petite description de notre vision du contexte actuelle, parce que j'ai l'impression que le Ministre et ses chers Auros sous-estiment la situation. Ce qui fera le lien avec les dernières attaques en date. Puis, faire quelques propositions ou alors leur faire comprendre qu'on ne compte plus sur eux. Personnellement, j'ai contacté la SISM, je ne sais pas si vous en avez déjà entendu parler. Qu'est-ce que vous en pensez ? Je veux dire, du contenu de la lettre ?

Il fallait que chacun puisse s'exprimer et mettre sa touche personnelle dans cette lettre. Le jeune homme avait omis volontairement la passivité des Aurors, il souhaitait que cette suggestion vienne de l'un des deux autres gérants. Le Fourchelang ne souhaitait pas paraître trop radical et anti-Ministère aux yeux d'Anthony et Crystal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: L'Arrière-boutique

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 7

 L'Arrière-boutique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.