AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 4 sur 7
L'Arrière-boutique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Finrod Elensar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard

Re: L'Arrière-boutique

Message par : Finrod Elensar, Dim 6 Mar 2016 - 11:30


Les deux "collègues" du Chemin de Traverse de Finrod étaient jeunes. Bon, le Fourchelang l'était aussi, mais eux paraissaient vraiment jeunes et étaient tout deux avec un physique agréable, loin des cicatrices de brûlures du jeune propriétaire de la Boutique d'Animaux Magiques.

Aux dires d'Anthony et de Crystal, les éventuels prochains attaquants auraient plus de peine à foutre de le bordel dans les magains. Finrod se surpris à ne pas y avoir pensé plus tôt, renforcer sa sécurité. En même temps, il y avait déjà un enchantement qui empêchait quiconque de mettre le feu au magasin. Mais si le ou les sorciers-cambrioleurs-vandales voulaient quelque chose, ils trouveraient de toute façon un moyen pour entrer et refaire la décoration selon leurs goûts.

- Heureusement qu'il n'y ait aucune victime. De mon côté, malheureusement, certains animaux ont été touchés. Un nombre infime a perdu la vie dans l'attaque, plusieurs ont été blessés et une grande majorité a été secouée. Il resta quelques secondes silencieux, repensant à la scène découverte le matin, lors de sa venue pour ouvrir le magasin pour la journée. "Mais nous avons remis de l'ordre et espérons que le courrier que nous nous apprêtons à écrire ait un effet auprès de notre cher Ministère."

Le jeune homme semblait être à la tête du trio. En même temps, comme l'avait si bien souligné la gérant des Halles Magiques, il les avait "convoqué" afin de mettre en place ce soutient mutuel entre commerçants de la célèbre rue de Londres. Sortant de l'intérieur de sa robe plusieurs parchemins, ils allaient sûrement avoir besoin de brouillon, ainsi qu'une plume quelque peu abîmée par le temps, elle se trouvait déjà à la BAM lorsque Finrod prit ses fonctions.

- Il faut que je pense à aller en acheter des nouvelles. Dit-il à lui-même. Peut-être que les deux compères avaient entendu ce que le jeune homme venait de dire. Les Halles Magiques devaient bien en vendre non ?

- Effectivement, j'ai déjà quelques pistes. Il faut qu'on soit clair, net et précis. C'est logique, mais je préfère le dire. Il ne faut qu'on se perde dans des détails futiles. Je pense que l'on devrait commencer par une petite description de notre vision du contexte actuelle, parce que j'ai l'impression que le Ministre et ses chers Auros sous-estiment la situation. Ce qui fera le lien avec les dernières attaques en date. Puis, faire quelques propositions ou alors leur faire comprendre qu'on ne compte plus sur eux. Personnellement, j'ai contacté la SISM, je ne sais pas si vous en avez déjà entendu parler. Qu'est-ce que vous en pensez ? Je veux dire, du contenu de la lettre ?

Il fallait que chacun puisse s'exprimer et mettre sa touche personnelle dans cette lettre. Le jeune homme avait omis volontairement la passivité des Aurors, il souhaitait que cette suggestion vienne de l'un des deux autres gérants. Le Fourchelang ne souhaitait pas paraître trop radical et anti-Ministère aux yeux d'Anthony et Crystal.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Mar 8 Mar 2016 - 0:11


Finalement, il n'y avait qu'Olly qui s'en était bien sorti à en croire les dires de ses collègues. Les Halles avaient brulés et la BAM avait perdu des animaux, en plus d'en avoir certains perturbés à vie et sans doute invendables. Pas bon pour les chiffres tout ça... Finrod, toujours dans l'optique d'aller droit au but, ramena très rapidement la conversation sur la lettre. Ce type, quand il avait une idée derrière la tête, il l'avait pas ailleurs apparemment. Le gérant de la BAM sortit d'ailleurs des feuilles en disant qu'il devait en racheter d'autres. Meuh non.

- J'ai mis aussi quelques feuilles sur la table, avec tout ce qu'on a, ça devrait suffire je pense.
- Effectivement, j'ai déjà quelques pistes. Il faut qu'on soit clair, net et précis. avec lui, ça n'allait pas être compliqué. C'est logique, mais je préfère le dire. Il ne faut qu'on se perde dans des détails futiles. Je pense que l'on devrait commencer par une petite description de notre vision du contexte actuelle, parce que j'ai l'impression que le Ministre et ses chers Auros sous-estiment la situation. Ce qui fera le lien avec les dernières attaques en date. Puis, faire quelques propositions ou alors leur faire comprendre qu'on ne compte plus sur eux. Personnellement, j'ai contacté la SISM, je ne sais pas si vous en avez déjà entendu parler. Qu'est-ce que vous en pensez ? Je veux dire, du contenu de la lettre ?

Antho avait bien entendu parler de la SISM, mais il ne les avait pas contacté. Il se demandait encore si c'était vraiment utile, puisque, avec l'alarme, c'était Izsa et Antho qui débarquait à quelques secondes d'intervalle. Il n'était du coup pas sûr que ça soit réellement valable de les contacter pour souscrire un contrat. Il verrait. Tout dépendrait de la tournure qu'allait prendre cette lettre.

- J'en ai entendu parler, je les contacterais peut-être si le besoin s'en fait sentir. D'ailleurs, combien cela vous coûte ? répondit Antho. Pour ce qui est de la tournure, à vrai dire, je n'attends plus grand chose du ministère, mais peut-être que cette lettre mettra un coup de pied à la fourmilière. Du moins j'espère. Pour le reste, "notre vision du contexte actuelle" peut facilement se résumer par les deux attaques en quelques mois seulement. Cela suffira amplement à expliquer notre raz-le-bol de la situation.

Il n'en dit pas plus. Avait-il vraiment besoin de dire qu'il était exaspéré par l'inutilité sans faille des Aurors. Vous avez un problème ? Aucun soucis, restez le nez dans votre m*rde, nous seront jamais là pour vous ! Ahlala, sans eux, qu'est-ce qu'on ferait ? On pourrait se balader sans risquer de se faire agresser, vous imaginez l'enfer ? Encore pire ! Les mangemorts seraient enfermés à Azkaban. Le truc bête quoi, il n'y aurait plus d'animation. Non, vraiment, ça serait dommage de changer les choses. Le jeune gérant d'Olly n'aimait pas particulièrement le ministère, mais il préférait pas trop s'étaler. Du moins pas tout de suite. Pour l'instant il essayait de faire le mec qui n'était pas trop anti-ministère. Il ne voulait pas que les autres croient qu'il avait accepté cette réunion simplement pour se plaindre du ministère. Ok, il y avait un peu de cela. MAIS. Pas que. Il trouvait tout à fait anormal que des Mangemorts puissent se balader comme ça, pour disperser le chaos, sans se faire inquiéter ne serait-ce que par un "Hey, toi c'est pas bien ce que tu fais !". Il voulait que les choses change. Pas seulement pour sa boutique, mais aussi pour tout le monde. Ce monde n'était plus sûr, vous pouviez croiser la mort alors que vous vous baladiez tranquillement dans la rue. Vous pouviez perdre votre boulot parce qu'une personne avait décidé de foutre la m*rde.

- Je pense que le ministère doit prendre conscience de nos problèmes. Ils ont effectivement l'air de sous-estimer la situation. Consciemment ou pas.

Il ponctua sa phrase en croquant dans une chips qu'il venait de prendre. Une fois assis, la table était impressionnante. Super fournie, peut-être même un peu trop pour trois finalement. Boarf, tant pis, les cochonneries on pouvait en manger à toutes les heures de la journée.

- J'ai oublié de vous demander, vous voulez boire quelque chose à part le café ?

Le ton changeait du tout au tout. De rude, il était passé à amical, en quelques secondes et sans transition. Ce n'était pas innocent. Lier des bonnes relations avec les autres boutiques pouvaient aboutir à des partenariats qui pourraient s'avérer intéressant pour Olly. Après tout, Ollivander's n'étaient pas la boutique où vous vous rendiez tous les 4 matins sans raison. Il fallait attirer du monde, et pour cela, s'afficher dans les autres boutiques du chemin pouvait grandement aider à déclencher l'achat. Si cette soirée pouvait avoir un double bénéfice, Anthony ne disait pas non. Il n'allait donc pas ménager ses efforts pendant cette soirée. Que ça soit pour l'écriture de la lettre et pour la création de lien. Même s'il connaissait Crystal grâce au Quidditch, il n'avait jamais vraiment parlé de leur job respectif. Quand à Finrod, c'est pour Anthony un illustre inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Crystal M. Ertz, Mer 9 Mar 2016 - 13:13



Attaquer la boutique d'animaux magiques était sans conteste plus cruel et dangereux que d'attaquer Olli ou les Halles. Il s'agissait de créatures vivantes là-dedans. N'avaient-ils vraiment aucun respect pour la vie humaine? Vandaliser une boutique n'était pas irréparable. Des objets, des meubles, ça se rachètent, on en fait pas tout un plat. Mais perdre des animaux de cette façon était une autre histoire. La sorcière était même sûr que ces saccageurs possédaient un animal chez eux, au moins certains, au moins un hibou. Alors comment pouvaient ils considérer la BAM comme une simple boutique d'objets? Elle ne comprenait tout simplement pas.

Finrod sortit quelques parchemins de brouillon, tout en laissant entendre à la gérante d'un possible prochain arrêt aux Halles. La gérante n'allait pas cracher dessus tout de même. C'était toujours bien de savoir que certaines personnes allaient devenir des clients. Mais pour aujourd'hui, la jeune femme n'avait pas vraiment les gallions en tête. Anthony fit remarquer la présence d'autre papier sur la table, Crystal se retint donc de dire qu'elle avait toujours une petite réserve dans son sac fourre-tout. Avec autant de parchemin, ils devraient avoir assez pour écrire une sacrée lettre...

- J'ai pris avec moi du bon parchemin de haute qualité si vous voulez, pour rédiger la version finale. Ajouta-t-elle tout de même, histoire de ne pas faire la radine. Après tout, elle était la mieux placée ici pour fournir le côté papeterie de la réunion.

Finrod ne perdu pas de temps en attaquant directement par le contenu de la future lettre. Il voulait aller droit au but. C'était même nécessaire dans ce cas-ci s'ils voulaient que leur lettre soit lue attentivement. Tourner autour du chaudron ne servirait qu'à donner au Ministère moins envie de faire attention à leur future déclaration. Il fallait donc "Expliquer le contexte" , "Faire des propositions" ou "Leur faire comprendre que l'on se passerait bien d'eux à l'avenir". Le gérant enchaîna directement en parlant des SISM. Anthony était encore assez hésitant sur ce nouveau groupe, et Crystal était du même avis. Elle en avait vaguement entendu parlé, mais n'y avait jamais réellement prêté attention, jusqu'à maintenant.

- Pour la SISM, j'avoue que je ne sais quasiment rien sur le sujet, je n'ai donc jamais songé à les contacter. Je ne sais pas s'ils sont vraiment efficace. L'un de vous deux seraient peut-être au courant d'une action qu'ils auraient déjà effectuée? Je suis également d'accord avec Anthony, j'espère que cette lettre les fera enfin réagir. J'imagine qu'ils sont quand même au courant de la situation actuelle, donc oui, se concentrer sur l'attaque des boutiques et les conséquences de ces attaques, comme la perte d'animaux, de clients, la peur peut-être de certains à y revenir, me semble être une bonne idée.

Elle se savait pas pour les autres, mais la jeune femme n'était pas du genre à se montrer anti-ministère. Elle était désireuse de croire que la Justice pouvait être rendue et appliquée par ceux qui étaient payés à la base pour ça. S'ils avaient choisis ce job, c'est qu'ils voulaient y croire aussi non? Elle n'avait aucune idée du pourquoi du comment ils ne réagissaient pas. Peut-être étaient-ils en sous-effectifs? Peut-être avaient-ils peurs et n'étaient pas assez préparés? Quoi qu'il en soit, il faudrait que ça change. L'obscurité recouvrait les rues depuis bien trop longtemps, il était grand temps qu'ils le remarquent. Prêts ou pas. En écrivant cette lettre, la jeune femme espérait réveiller leurs consciences, et les pousser à agir comme il le fallait. Régler les problèmes d'illégalité dans l'illégalité ne suffisait certainement pas.

- Je pense qu'il serait souhaitable de pousser les Aurors à agir. Je ne sais pas grand chose de ce qu'il se passe au Ministère pour le moment, et je n'ai pas envie non plus de tirer des conclusions définitives et trop hâtives. Bien sûr qu'ils devraient être passés dans nos boutiques après l'attaque, mais personnellement, j'ai du mal à les juger sans avoir toutes les cartes en main. Il y a tant de choses que j'ignore...

Oui, elle était peut-être naïve. Ses deux collègues la prendrait pour une gamine si ça se trouve, mais elle s'en fichait. Elle ressentait le besoin d'être sincère envers elle-même. Elle n'était pas capable de mentir ou de cacher le fond de sa pensée. Quelques années auparavant, la gérante se serait sans doute tue, mais maintenant, elle avait des responsabilités et elle savait que cette lettre avait une importance qu'elle ne pouvait négliger. Anthony, rompant l'ambiance solennelle, proposa quelque chose à boire. Yas.

- Tu aurais peut-être quelque chose d'un peu plus fort que le café, Antho? Pour mieux stimuler mes neurones?
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Finrod Elensar, Dim 13 Mar 2016 - 9:56


Les choses se déroulaient comme prévu, enfin, comme Finrod l'avait souhaité. Les deux autres gérants des boutiques du Chemin de Traverse s'impliquaient réellement dans l'écriture de cette fameuse lettre qui voyait ses grandes lignes se dessiner au fur et à mesure de la discussion. Le presque géant laissait ses camarades réfléchir et apporter leurs arguments, après tout, chacun devait se retrouver dans la version finale et si un entretien, au mieux, ou une simple réponse devait concerner tous le membres du trio.

Puis vint les réactions sur la SISM, sujet abordé par le Fouchelang quelques petites minutes auparavant. Apparemment, elle n'avait pas vraiment une bonne visibilité auprès de ses collègues. Le fait que le propriétaire de la Boutique d'Animaux Magiques l'ait engagé venait peut-être du fait qu'il n'en pouvait plus des Aurors et l'interrogatoire qu'il avait subi avait largement accentué son rejet pour le gouvernement magique. Peut-être devait-il l'évoquer maintenant ?

- Cette SISM n'est pas très connue, mais je pense qu'elle le mérite. Je l'ai contactée parce que je ne compte plus sur les Aurors pour nous protéger. Vous apprendrez qu'ils m'ont convoqué et interrogé au Ministère. Je pensais que c'était pour me parler de la première attaque, mais cela n'avait rien à voir ! Déjà, c'était une ancienne camarade de Poudlard avec qui j'avais eu quelques soucis de gamins qui m'interrogeait, elle ne semblait pas vraiment objective et elle était accompagné d'un civil. Comme si c'était normal qu'il soit là ! J'ai tenté d'en savoir plus sur l'enquête qu'ils menaient sur l'attaque, la première donc, mais ils ont éludé la question en m'accusant et inventant des preuves sur des faits dont j'avais à peine entendu parler !

Plus Finrod racontait, plus il s'agitait et parlait d'une voix forte. Il termina sur le fait qu'à la fin il était partit, laissant les deux sorciers, car il n'avait rien à se reprocher et il n'avait pas de temps à perdre avec des rancœurs venues d'un passé révolu. Puis le calme revint.

- Excusez-moi, je m'emporte. Et je pense que vous avez raison, la situation, ils doivent la connaître là-bas. Je l'espère du moins. Et il faut bien appuyer sur les préjudices qui ont suivi les attaques. Fermeture, perte de revenus, enfin comme tu l'as dit, Crystal. Tutoyons-nous non ? Puis vint la question sur une boisson plus corsée pour que le trio tienne la nuit, en attendant la réponse, Finrod profita de glisser quelques informations sur la SIMS : "Le directeur en personne s'est déplacé pour me soumettre le contrat, il m'a confié que Gringott's, oui oui la banque au bout du Chemin, était cliente et ne comptait même plus sur les Aurors, argument de poids non ? Et depuis que cette société l'a en charge, toutes les attaques ont été stoppées. Cela ne coûte que 4 Gallions par mois et je crois qu'il y a un forfait spécial, mois cher évidemment, si plusieurs boutiques les mandatent. Et sinon qu'est-ce que tu nous proposes à boire ?" Finit-il par dire avec un léger sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Lun 14 Mar 2016 - 15:47


Tout le monde s'était rangé à son avis. Pas besoin de s'étaler sur la situation, un bref résumé suffisait amplement. Les actions des mangemorts étaient largement diffusées dans les médias, tout le monde en avait entendu parlé. Même les Aurors au ministère. Quant à Finrod, il raconta une histoire un peu mystérieuse pour Anthony. Il aurait été retenu au ministère pour des faits qu'il n'avait pas commis. Anthony trouva cela tout de même très suspect. Certes, les Aurors ne faisaient pas grand chose, mais c'était justement parce qu'ils avaient besoin de beaucoup (trop) de preuves pour une seule arrestation qu'ils étaient inefficaces. S'ils en étaient arrivés à interroger Finrod, c'est que les preuves étaient solides. Le jeune gérant d'Ollivander's se promis de se renseigner sur tout ça, après la réunion. En attendant, il allait faire plus attention à ce que le gérant de la BAM allait dire, ainsi qu'à ses propres paroles. Il était sur le point de dire qu'Ollivander's était à présent suffisamment protégée et que la SISM ne lui serait peut-être pas si utile que cela. Finalement, il préféra ne rien dire et garder ça pour lui. Ce type jouerait-il double jeu ?

L'ollivandeur ne dit rien sur la malheureuse aventure et écouta ce que Finrod avait d'autre à dire. Le reste fut plus banal : il proposa le tutoiement, expliqua comment souscrire à la SISM (devais-t-il mettre en doute la SISM aussi ?) en vendant les mérites de la société, avançant que Gringotts, elle-même, était protégée par les agents, pour finir, comme Crystal par le choix de la boisson. Ce à quoi Anthony répondit en faisant une liste longue comme le bras de ce qu'il avait piqué à son appart. Les soirées avec Lyne étaient parfois rigolotes... Pratique d'avoir une pote gérante de bar.

- Alors, je vais avoir de la bierraubeurre, du whisky pur feu, de l'hydromel, de la vodka, de la tequila, ou encore du rhum pour ce qui est de l'alcool, puis différents jus, de la limonade, des sirops pour le sans alcool... Avec ça on doit même pouvoir faire des cocktails si vous le souhaitez ! il s'arrêta quelques instants le temps qu'ils fassent leur choix et posa la question fatidique. Alors qu'est-ce que je vous sers ?

Bon, la SISM c'était bien beau, mais ce n'était pas comme ça que la lettre allait s'écrire. Anthony prit donc l'initiative - après avoir servi tout le monde ; il s'était d'ailleurs servi un rhum orange tout juste bien dosé comme Ailyne lui avait appris. Pas les doses bars, les vraies bonnes doses parfaites pour bien sentir le rhum et l'orange - de prendre une des feuilles ainsi qu'un des crayons à disposition et commença à écrire un plan.

- Bon, déjà, présentons-nous. Il faudrait trouver un nom qui expliquerait explicitement qui nous sommes, commença Antho en écrivant. Que diriez-vous de l'association des gérants du chemin de Traverse. L'AGCT. C'est clair et net, pas besoin de mettre nos noms à chaque fois que l'on parlera de nous. Se présenter comme une association renforça l'impression de raz-le-bol général émanant du chemin. il écrit donc en gros "ACGT" en haut de la page. C'était classe non ? Puis présenter rapidement la situation dans laquelle nous mettent ces attaques. Les pertes d'animaux, les réparations coûteuses en temps et argent, le préjudice moral, la sensation d'insécurité des clients, la baisse de chiffre...

La liste de préjudices était tout de même importante. Même si pour Antho cela c'était résumé à un changement de tapis (Ennnfiiiin, qu'il était moche ce truc) et un coup de peinture avec un des vieux pots qui lui restait, c'était d'ailleurs la boutique qui s'en sortait le mieux. Néanmoins, il remarquait souvent le regard inquiet des parents sur leur progéniture qui achetait leur première baguette, les mains crispées, le sourire forcé. Ils restaient nettement moins longtemps dans la boutique, alors qu'habituellement, il y avait toujours des gens à flâner, ou trainer dans la boutique pour profiter de la grande cheminée avant de continuer leurs emplettes dans le froid printanier. Après la liste complète établie, il était temps de passer au cœur de la lettre. Il inscrit donc sous la liste, au centre et en gros : Revendication.

- Donc, on ne prend pas plus de 10 lignes pour l'introduction.dit-il tout en reliant la liste à une accolade avec un petit "10" au bout Et après, on passe au vrai sujet de la lettre. Ce que l'on veut réellement voir changer par le biais de cette lettre. Des idées ?

Il y avait sans doute beaucoup de choses à dire, mais il ne fallait pas se perdre dans les détails personnels, ni mettre à plat les différentes rengaines contre le ministère. Exposer les faits, demander des gestes, rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Crystal M. Ertz, Mar 15 Mar 2016 - 19:08




Finrod entama un long monologue expliquant ses problèmes avec le ministère. Il y avait donc été convoqué? Crystal aurait bien voulu en savoir plus, mais après tout, ce n'était vraiment pas ses affaires. Des trois personnes présentes, il semblait être le plus impliqué dans cette histoire. Rien qu'évoquer le nom des aurors semblait le mettre de mauvais poil. Il avait donc toutes les raisons pour vouloir changer de système. Mais tout ça semblait plus relever d'une rancœur personnelle plutôt qu'à une argumentation logique et la femme n'était pas encore prête à croire que les Aurors n'étaient plus que des bons à rien.

Quant à la SISM, ses explications étaient un premier éclaircissement. Savoir qu'ils travaillaient déjà pour un établissement aussi important que la banque Gringott était une preuve de leur sérieux, elle ne pouvait pas nier ça. Les quatre gallions par mois était une somme raisonnable pour assurer la protection de leurs boutiques. Plusieurs arguments positifs commençaient à émerger dans la tête de la jeune femme. Cependant, elle était toujours sceptique. Les rencontrer physiquement l'aiderait peut-être à prendre conscience que les choisir était la meilleure solution. La gérante avait besoin de voir pour croire.

- DU RHUM! N'en dit pas plus Anthony! Dit elle après avoir écouté les propositions du marchant de baguette. Je vais prendre la même chose que toi tiens!

Peut-être l'alcool l'aiderait-elle à se décider pour la SISM. Elle aurait bien voulu savoir ce qu'Anthony en pensait lui, mais il choisit de se concentrer sur la lettre. Il prit les devant et commença à élaborer le plan de la future lettre. Crystal sourit en entendant l'acronyme "AGCT": il avait raison, ça sonnait drôlement bien, et ça faisait très sérieux. Elle avait l'impression de former une véritable alliance avec Anthony et Finrod, action symbolique qui pourrait surprendre les sorciers et sorcières, mais qui en ces temps difficiles, était une preuve qu'il y avait autre chose que des catastrophes possibles. Ah moins qu'à long-terme, cette association se révélait être une catastrophe, mais il était vraiment pessimiste de penser ça.

Anthony avait rapidement écrit une liste de préjudices des boutiques. Pendant qu'il écrivait avec un air sérieux implacable, la sorcière en profita pour gouter le précieux nectar. Le goût du rhum lui fit un bien fou. On venait d'allumer un feu de cheminée agréable dans son ventre. Elle avait bien fait de venir ici. Puis, vint le temps de parler du changement désiré.

- Tout d'abord, je pense qu'une meilleure organisation est la première chose à réclamer. Je n'ai absolument aucune idée de ce qu'ils faisaient la nuit de l'attaque, mais j'ai eu l'impression qu'on les avait lâché sans aucun plan, qu'ils faisaient chacun ce qu'ils pensaient nécessaire, sans rien n'avoir supervisé. Qu'ils assignent un auror par quartier, ou je ne sais pas! Qu'aucun ne soit montré, c'est quand même incroyable! Je sais qu'ils sont dépassés par les événements, mais l'organisation et la préparation sont nécessaire pour être efficace...
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Finrod Elensar, Mer 23 Mar 2016 - 20:55


Silence quand il parlait, le sorcier ne savait pas si c'était parce ses collègues étaient outrés par le comportement du Ministère ou s'ils commençaient à douter de lui et de ce qu'il voulait entreprendre avec cette lettre. Cela n'avait pas vraiment d'importance, le Fourchelang ne s'imaginaient pas Anthony ou Crystal faire marche arrière. Le tout était de savoir concilier ce qu'il désirait et ce qu'eux voulaient. Il ne fallait pas être trop extrême mais ferme malgré tout. Il fallait faire attention.

En entendant la liste de boissons à disposition, Finrod se demanda s'il n'était pas plutôt dans un bar et non dans LE magasin de baguettes magiques reconnu de tous. Il sourit, il fallait se détendre. Pas besoin d'être tendu comme ça. Après quelques secondes de réflexion, le Sang-Pur se décida :

- Je vais commencer par un verre de whisky pur feu. J'imagine que l'on aura droit à plus d'un verre non ? Dit-il en rigolant légèrement. Bien que le trio était réuni pour quelque chose d'important, pourquoi ne pas faire de ce moment important aussi détendu. Et l'alcool était connu pour aller dans ce sens et il n'était pas le seul à penser que l'alcool fort allait être un bon compagnon pour la nuit à venir.

Les yeux émeraudes du jeune homme fixaient les deux autres sorciers qui allaient chacun de leurs idées. Cela faisait plaisir au Fourchelang. Il avait réussi à motiver d'autres personnes pour se faire entendre. Et de plus, ils semblaient sympathiques. En même temps, ne pas apprécier le Ministère était un bon point, même très bon, pour se faire apprécier du propriétaire de la BAM. L'encre commençait à prendre possession du parchemin, puis Crystal ajouta quelque chose sur laquelle Finrod décida de rebondir.

- Je ne pense pas que conseiller les Aurors sur leur organisation, qu'ils n'ont pas, soit de notre ressort. Je veux dire, nous sommes ici pour mettre en avant les failles et leur manque de réactivité. Ils devront agir en conséquence. Perso, je ne suis pas expert en défense du territoire et de ses habitants. Parler du manque à gagner et des soucis économiques que cela peut engranger fera peut-être bouger les choses. Quand on parle d'argent, ça fait réveille les gens. Non ? Dit-il gentiment.

Il sirota son verre, l'alcool fort piquota légèrement l'intérieur de la bouche du Fourchelang, mais ce que c'était bon. C'était une boisson que le jeune homme appréciait, mais moins que le thé, sauf que ce dernier n'avait pas vraiment sa place maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Lun 28 Mar 2016 - 22:13


Un rhum pour Crystal et un whisky pour Finrod. Crystal s'était littéralement jetée sur le rhum. Apparemment, elle était aussi fan qu'Antho. Au passage, Anthony avait répondu à l'affirmative à la question de Finrod. Tout le monde était servi et petit à petit le brouillon de la lettre s'écrivait. D'ailleurs, sa collègue proposa de conseiller les Aurors sur l'organisation. Non, clairement, ce n'était pas une bonne idée. Chacun avait son boulot, il était impensable de recevoir des conseils de gestion de la part des Aurors, la réciproque était vraie. L'animagus allait prendre la parole, mais se fut Finrod qui prit finalement la parole. Reprenant finalement l'idée d'Anthony. Il proposa alors un axe complètement différent. L'argent. Selon lui, parler d'argent, ça réveillait tout le monde. Il n'avait pas tort après tout. Parler des préjudices financiers était plus de leur ressort.

Le jeune homme nota donc sur le brouillon "préjudice financier" en hochant la tête. Bon. C'était bien beau tout ça, mais ce n'était pas avec ça qu'ils allaient rendre une lettre digne de monter au ministère. Le jeune gérant d'Ollivander's regarda la feuille qu'il avait devant lui en sirotant son rhum. Il laissa le liquide couler dans sa gorge en se disant que l'alcool déliait les langues. Il pourrait peut-être récupérer des infos intéressantes sur Finrod... Ce type avait l'air impliqué mais... Anthony avait un doute. Il n'était peut-être pas mangemort (un mangermort amoureux des animaux, ça cassait le mythe quand même), mais il avait des trucs à cacher. L'attrapeur en était absolument certain.

- Oui, on ne peut pas leur donner ce genre de conseil. Personne ici ne peut prétendre leur donner des conseils d'organisation. Nous devons malgré tout rester à notre place. commença Antho. On peut néanmoins demander une présence plus importante, plus visibles, histoire de faire sentir à la population qu'elle est protégée. Il faut qu'ils rassurent les clients, qu'ils montrent que la rue n'est pas dangereuse. S'ils y arrivent, les clients reviendront.

Il posa le stylo et reprit une gorgée. Il sentait que les autres cherchaient des idées, mais à cause de cela, un certain silence s'installait. L'animagus détestait ces moments. Le silence, quand on était avec des personnes inconnues c'était horrible. Autant, avec une personne connue, ça pouvait être réconfortant, reposant. Dans le silence, on pouvait dire beaucoup de choses, dans un regard, on pouvait faire passer plein de choses. Mais avec des gens qu'il connaissait si peu. Certes, il connaissait bien Crystal, il avait plusieurs fois parlé avec elle, comme il le faisait tout le temps avec tous les joueurs de l'équipe pour se tenir au courant de leur état de santé, de fatigue... Mais rien de plus. Quant à Finrod, pour le coup, c'était vraiment un inconnu. Tout ça pour dire, qu'un moment de silence entre eux n'était rien d'autre qu'un moment de silence. Que rien ne passait pendant un moment de silence, si ce n'est quelques bruits de biscuits craquants sous la dent, de tintement de verre. Le jeune homme prit d'ailleurs un petit four au fromage qu'il prit le temps de déguster. C'était bon ces c*nneries. Bon, fallait pas rester comme ça. Qu'est-ce qu'il pouvait dire d'utile. Proposer des cafés ? Déjà fait. Proposer à boire ? Nan, personne n'avait finit son verre. Proposer à manger ? Avec tout ce qu'il y avait sur la table, il ne pouvait pas faire grand chose de plus. Bon, et sur la lettre ? Il allait pas tout faire non plus. Puis, il y avait certainement plus à dire, ils avaient certainement plus à revendiquer qu'une perte d'argent et un besoin d'attention. Non ?

- Demander une présence semble le minimum que l'on puisse faire dans cette lettre. Je pensais qu'on pourrait peut-être soulevé leur incapacité à agir en temps voulu... Mais je sais pas si c'est une bonne idée...

Après tout, sans les conseiller, on pouvait tout de même souligner que ce qu'il faisait n'était pas génial. Mais, avec ça, ils risquaient d'obtenir le résultat contraire à celui attendu. C'était risqué. Soit ce genre de phrase allait leur faire prendre conscience du problème et ils allaient essayer de régler les choses, soit ça blessait leur égo... Et ils risquaient de faire encore moins attention à eux...
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Crystal M. Ertz, Dim 3 Avr 2016 - 23:29




C'était étrange. Pendant qu'elle écoutait les deux sorciers continuer la conversation, ses pensées s'éloignèrent peu à peu. Ouai, elle n'était décidément pas très forte pour restée concentrer longtemps sur une conversation. En les voyant parler ainsi, elle se sentait comme une adolescente prise dans une discussion d'adulte, le genre de discussion super intéressante et importante, mais à laquelle elle avait du mal à trouver sa place.

Ses yeux dérivèrent sur son verre. Allez quoi, c'était un moment important. Et elle était responsable d'une boutique bordel. Elle savait qu'elle devrait ce poste à un moment ou à un autre. Dooonc, reconcentration. Ses propos avaient été poliment rejetés par les deux autres gérants, et la conversation s'orienta rapidement vers "L'argent" puis un renforcement du dispositif dans les rues pour calmer les esprits. L'argent, il fallait reconnaître que ça marchait toujours, ou enfin, presque. Elle appréciait beaucoup l'idée d'Antho, et elle le fit ressentir en le regardant et en hochant la tête.

- J'approuve au niveau de la présence. Je pense que ça rassurera les gens, quoi qu'ils en disent. Voir qu'un dispositif est mis en place et visible il n'y a rien à faire, on se sent plus en sécurité. Ça fera sans doute revenir plus de monde sur le Chemin de Traverse. Quant à leur incapacité d'agir, le leur signaler par écrit sera mal pris, presque à coup sûr. Je ne vois pas comment l'on pourrait tourner ça pour que cela sonne bien...  

Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Finrod Elensar, Dim 10 Avr 2016 - 11:12


Cela avançait, mais il fallait à présent passer à l'écriture finale. Se délectant de l'alcool dans son verre, le Sang-Pur ne dit rien pendant quelques minutes. Mais les esprits semblaient se calmer, pourtant c'était quand même hallucinant qu'aucun agent magique ne soit présenté lors de la seconde vague d'attaques ! Et il fallait le souligner, et c'était un euphémisme ! Il fallait vraiment les dénoncer, et les Aurors avaient de la chance que c'était au Ministre que les gérants écrivaient et non aux journaux du coin. Le Ministère de la Magie avait meilleur temps que la lettre dénonçant son incapacité de finisse pas aux yeux de tous. Cela pouvait avoir certains conséquences dramatiques, une foule qui se soulève, anarchie... Ou rien. C'était aussi possible.

Il fallait quand même que la lettre soit virulente et non de simples conseils ou recommandations.

- N'oublions que l'on souhaite voir un réel changement. Je pense qu'il est important de leur faire comprendre qu'ils sont incompétents... Mais de manière implicite. Parce que du courrier de personnes qui se plaignent doit être une chose fréquente pour eux.

Hop, cul-sec ! Verre vide !!

- Je peux me resservir ? S'il te plaît. Petite pause. "Je crois qu'on tient le bon bout, maintenant il faut avancer dans la rédaction. Anthony, on te laisse continuer. Tu sembles bien à ton aise dans ce rôle."

Et Finrod devait reconnaître que le fait de vider son verre aussi rapidement lui était monté à la tête, légèrement. Mais il prit le stylo de la main du (beau) jeune homme et écrivit quelques phrases sur le parchemin pour que les choses avancent. Rien de trop extrémiste, mais de suffisamment clair pour exprimer son opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Mar 19 Avr 2016 - 15:15


Le gérant d'Ollivander's avait plus ou moins prit les choses en main. L'avantage de l'alcool, c'est que ça déliait facilement les langues. Les idées arrivaient, doucement, mais surement. Le brouillon commençait à se remplir. Crystal fit remarquer qu'une présence visible permet de rassurer clairement tout le monde, à commencer par les clients. De plus, elle confirma les craintes d'Anthony. Il fallait trouver une façon de le dire "gentiment", mais, comment le faire ? Pour Finrod, tout n'était qu'une question de tournure, rien de plus. En écoutant, le jeune homme continuait de siroter son verre sans rien dire. Le gérant de la BAM de son côté, avait carrément finit son breuvage cul-sec. C'était du whisky pur feu, pas le genre de truc avec un taux d'alcool raisonnable... Malgré tout, ce dernier (Finrod, pas le whisky hein) demanda à "l'hôte" s'il pouvait se resservir. Drôle de question.

- Oui oui bien sûr, fais comme chez toi !

Il semblait qu'il était temps de passer à l'écriture finale de la lettre. Ok, fallait donc passer au deuxième verre. Vous voyez la logique ? Non ? Tant pis, l'animagus finit à son tour son rhum pour se resservir de l'hydromel. Avant d'entamer le breuvage au miel, il préféra tout de même manger un peu. L'alcool lui montait légèrement à la tête, vu qu'il n'avait absolument rien mangé depuis... Ce matin. Finrod avait commencé à écrire quelques lignes sur le parchemin. Si seulement ils avaient ce que les moldus appelaient "un ordinateur"... Ça serait plus rapide. Parfois Antho se disait que le monde magique devrait s'inspirer un peu du monde moldu, au lieu de rester avec ses propres technologies pas forcément des plus pratique et optimisé. M'enfin bon, en attendant, il fallait tout faire à la main. Et pour éviter des différences d'écriture, maintenant que Finrod avait commencé, bah, il fallait le laisser continuer, simplement en lui donnant des idées, ou parfois en dictant.

L'attrapeur prit le temps de lire ce que son collègue avait écrit en réfléchissant à la manière de rappeler que le Chemin de Traverse n'avait pas vu d'Auror depuis une éternité. Pas facile. Il fallait tout de même le signaler, demander des changements, c'était aussi souligné les défauts d'aujourd'hui.

- Qu'est ce que vous pensez d'un truc du genre "Après les attaques, nous avons eu la surprise de ne voir aucun représentant du ministère dans la rue" ? dit-il après un petit moment de silence.

C'était pas trop méchant. Du moins, ça n'attaquait pas directement le manque de réactivité, mais ça traduisait, presque innocemment, une certaine surprise et une incompréhension qui méritait des réponses. Le jeune gérant d'Olly croqua dans deux ou trois biscuits salés et se posa un peu plus sur le dossier de sa chaise, histoire de ne pas trop tanguer. A moins que ça soit juste une impression. M'enfin, histoire d'être sûr, mieux valait fermement s'appuyer sur son dossier. Après tout, ça devait rester une réunion relativement sérieuse, pas une soirée entre pote.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Crystal M. Ertz, Sam 30 Avr 2016 - 16:20




Après que Finrod ai demandé pour se resservir, Crystal ne tarda pas à suivre. Ce genre de conversation la mettait toujours aussi mal à l'aise, et l'alcool l'aiderait sans aucun doute à se sentir mieux. Plus la discussion avançait, moins elle avait de choses à dire. La sorcière avait l'impression que si elle ouvrait la bouche, ce serait pour dire une bêtise qu'elle regretterait d'avoir sortie deux secondes plus tard. Mais elle n'avait pas trop le choix. S'ils avaient été plus nombreux, la tâche aurait été bien plus facile. Devoir se concentrer sur trois personnes était plus délicat. Surtout quand les trois personnes avaient des vision différentes des choses. Ce n'était vraiment pas facile d'accorder leurs violons. Même si chacun conservait un ton calme, patient et compréhensif, la sorcière sentait que si pas des tensions, des coincements apparaissaient. Situation désagréable. Elle but pour passer à l'idée suivante.

- N'oublions que l'on souhaite voir un réel changement. Je pense qu'il est important de leur faire comprendre qu'ils sont incompétents... Mais de manière implicite. Parce que du courrier de personnes qui se plaignent doit être une chose fréquente pour eux.

Le terme "Incompétent" la déstabilisait un peu. Crystal ne connaissait rien des aurors. Elle en avait croisé quoi, un une fois dans sa boutique suite à la première attaque? Mais c'était tout. Elle ne savait pas ce qu'ils faisaient, ce qu'ils pensaient, leur plan d'action. Oui, ils n'étaient pas assez présent, mais de là à dire qu'ils étaient incompétent, c'était penser trop brutalement. En ces temps difficile, chaque groupe faisait son possible. Il n'était pas facile de devoir gérer toutes ses tensions.

- Qu'est ce que vous pensez d'un truc du genre "Après les attaques, nous avons eu la surprise de ne voir aucun représentant du ministère dans la rue" ?

Ça, la sorcière aimait déjà plus. Hop. Une autre gorgée pour s'en assurer. Regardant Antho mettre la main sur les biscuits salés, Crystal suivit, histoire d'en prendre quelques uns avant que le marchand de baguette n'ai tout engouffré.

- J'aime bien cette formulation. On pourrait écrire un truc du genre: " Ce n'est pas la première fois que nos boutiques se retrouvent à la merci d'imbéciles en capuches. En tant que simples commerçants, nous ne pouvons pas faire grand chose mis à part jeter quelques sortilèges de protection. Une présence plus soutenue d'auror assurerait certainement un découragement de la part des problèmatizeurs et rassurerait les clients".

La jeune femme commençait à avoir le cerveau quelque peu embrouillé. Les mots se brouillaient au fur et à mesures qu'ils sortaient de sa bouche. A vrai dire, elle sortait tellement rarement que l'alcool et elle, ça faisait vraiment deux. Elle ne voulait quand même pas paraître novice devant ses partenaires. Du coup, elle vida son nouveau verre. Une chose était sûre: une fois cette lettre terminée, elle rentrerait à pied.
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Finrod Elensar, Ven 6 Mai 2016 - 21:08


Tout restait en surface. Finrod avait l'impression que chacun se retenait, consciemment ou non, de divulguer un avis trop extrême, lui le premier. Il fallait reconnaître que ce trio ne s'était formé que depuis peu, tout nouveau tout neuf, les gérants devaient apprendre à se connaître et se faire confiance. L'ancien Serpentard voulait que ce courrier soit comme un doloris version écrite... Mais il devait revoir ses exigences à la baisse et espérer que cette nouvelle association continue sur cette lancée.

L'alcool commençait gentiment à se faire sentir, mais malgré ceci, le propriétaire de la BAM se resservit un verre comme l'avait autorisé Anthony. Le sorcier n'eut pas la main lourde, il ne voulait pas donner l'impression de vider le bar de la boutique de baguettes, peut-être une autre fois, si l'occasion se présentait. Puis les deux autres membres du trio prirent la parole. Le Fourchelang les écoutait attentivement. Des phrases concrètes, mais la lettre semblait loin d'être finie.

- Excuse-moi Dit-il en poussant légèrement de l'épaule Anthony et lui prit le stylo (pourquoi pas une plume ?) dans la main. Je vais écrire ce que tu as dit Crystal et ajouter ma touche, cela nous permettra d'avoir une version finale, ou presque.

Sans attendre leur avis, Finrod commença à écrire. Il fallait que cela représente du mieux possible les trois avis, que ce soit aussi équilibré et pas trop agressif (difficile avec un Ministère pareil...). Un silence s'installa ou alors les deux autres gérants parlaient mais Finrod, légèrement alcoolisé mais surtout concentré, ne s'arrêtait pas d'écrire. Après quelques petites minutes, il se releva après avoir posé le stylo.t

- Je crois que j'ai écris les grandes lignes, vous pouvez la relire et modifier voire corriger certaines choses.

Ainsi pouvait-on lire :

Monsieur le Ministre,

Suite à plusieurs attaques, une comité s'est formé. L'Association des Gérants du Chemin de Traverse (AGCT) est composé de Mademoiselle Crystal M. Ertz (les Halles Magiques), Monsieur Anthony Adams (Ollivander's) et Monsieur Finrod Elensar (La Boutique d'Animaux Magiques). Le but est de faire entendre d'une seule et même voix les critiques, recommandations ainsi que les exigences des commerçants de cette célèbre rue qu'est le Chemin de Traverse.

Nous avons pu constater, suite à la dernière attaque en date, qu'aucun Auror n'était venu prendre des nouvelles, ainsi que les témoignages, de l'équipe nos boutiques. Cela nous étonne fortement. En effet, ces attaques ont même eu droit à une édition spéciale de la Gazette du Sorcier.

Malheureusement, ces attaques ne sont pas les premières et cela se fait ressentir sur le chiffre d'affaire. Nos commerces souffrent de la peur, de la crainte et de la terreur instaurées par ces agresseurs anonymes. Nous ne comprenons pas la non réactivité des agents magiques face à ces agissements.

Nous, simples commerçants, ne pouvons faire face à ces sorcières et sorciers expérimentés adeptes de sortilèges de destruction massive.

Nous espérons que nos craintes seront comprises, que nos exigences exaucées.

Meilleures salutations,
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Crystal M. Ertz, Sam 11 Juin 2016 - 17:26




Accords de Finrod et Anthony pour le LA

Petit à petit, l'oiseau faisait son nid la situation avançait. Il était certainement beaucoup trop tôt pour dire que les trois vendeurs avaient trouvés l'alchimie parfaite, mais ils semblaient être parvenus à trouver un terrain d'entente pour faire bouger les choses et c'était quand même l'essentiel. L'AGCT aurait dans quelques minutes conclu leur première "affaire". Finrod, qui ne devait pas être du genre à se tourner les pouces plus de deux minutes, s'empara du stylo et commença à écrire sans leur demander leur avis. Pendant toute la durée de la rédaction, Anthony et Crystal restèrent silencieux, comme mis au silence par le griffonnement du stylo sur le papier.

Puis, enfin, le propriétaire de la Boutique d'Animaux Magiques se redressa, leur faisant partager ce qu'il venait de coucher sur papier. La sorcière parcouru attentivement la lettre plusieurs fois et ne voyant rien à redire, fit signe aux autres que tout lui convenait. Un sourire de soulagement étira les traits de la jeune femme en voyant qu'Anthony non plus, n'y voyait rien à redire. Ils avaient accomplis leur mission du soir! Et ça n'avait finalement pas pris autant de temps qu'elle ne l'aurait cru. La fatigue, sans doute due à l'alcool était pourtant bien présente et elle avait hâte de regagner son lit.

D'un commun accord, Anthony et Crystal laissèrent Finrod s'occuper d'envoyer la lettre. Ils se séparèrent sur le bas de la porte d'Ollivander's et après avoir échangé les politesses de bases, ils partirent chacun de leur côté. Dans le silence qui accompagna les pas de la sorcière, dix milles pensées sur ces événements ravageurs effleurèrent ses pensées, mais elle les laissa glisser. Elle se demandait si la lettre allait changer quelque chose par la suite. Savoir que l'on pouvait compter sur les Aurors était quelque chose qu'une femme comme elle -trop faible pour se défendre- avait besoin. Bien que l'avenir s'annonce bien sombre pour la communauté magique, Crystal voulait rester optimiste et penser que la situation finirait par s'arranger, un jour ou l'autre. Espoir imbécile quand tu nous tiens.

- Fin du Rp -
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Lizzie Bennet, Lun 29 Aoû 2016 - 2:30


Pv Antho - Pikamystère

Un psychobug l’habite
à en oublier de tuer les témoins
seul commandement : rendre visite
au capitaine à l’haleine de foin.
Demander de l'aide n'était prévu par sa genèse
mais Liz est asséchée, au point de ne plus aimer
les frénétiques recherches et analyses et hypothèses.
A l'autre il fallait s'abandonner.


Depuis, ce n'est pas comme si elle n'avait pas essayé. Oh, vous vous rappelez, la baleine sur balais, coursant maladroitement l'attrapeur au match le plus lent improbable de l'histoire du Quidditch ? Les cris un peu partout, pour son attention, toujours couverts par le brouhaha des foules ? En même temps, Poufsouffle remportait son troisième et dernier match de la saison. J'veux dire, logique que ce soit la foule en liesse blablabla. Mais elle avait, la Ms, de vraies questions pour son capitaine. Et lui témoignait d'une bien inexistante envie de l'entendre, tout à l'acclamation de ses fans. C'est dur de voler avec quelqu'un qui aime autant faire des figures et de la surface, quand on s'appelle Lizzie Bennet. Mais il était rigolo et rigoureux, ça excusait bien des choses.

Bref.
Observation n°1 : Elle avait besoin d'Adams pour une histoire de baguette. Qui n'avait rien à voir avec son ventre, merci bien.
Observation n°2 : Les foules vous sapent l'attention des mecs les plus accessibles.
Observation n°3 : Elle savait où il habitait, fin quasi, où il bossait, c'était déjà pas mal. Et d'un facile ! Une colocataire y était employée, un novice aussi. Un novice d'un autre format y avait même bossé ! Ce type avait un souci. Il employait trop de monde. Et qu'on aille pas dire à Lizzie qu'il avait trop de clients, elle était capable d'être jalouse & d'envoyer une candidature. Comme si faire la servante et garde de manoirs suffisait pas, nah, toujours plus de boulot. Où était passée Lizzie la buissonnière ?

Mystère et boules de baguettes, mais c'est pas ici qu'on résoudrait l'affaire, pour la bonne et simple raison que c'était pas l'affaire principale. La priorité allait à cette fcking baguette du fcking opéra. Chacun son crime, et chacun son détective. Elle poussa la porte de la boutique, priant l'Ancien Albert que le beau à rien soit pas encore en congés musculaires.

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Arrière-boutique

Message par : Anthony Adams, Lun 29 Aoû 2016 - 22:51


Un ventr... Visage connu se présenta à la boutique. Une fille, qui même enceinte, avait insisté pour continuer le Quidditch. Elle était bornée. C'était pas faute d'essayer, mais Lizzie était une fille beaucoup trop têtue pour Antho. Elle était donc restée dans l'équipe malgré ses trop nombreux mois de grossesse. Remarquez, ça devait être une première, le public avait été plutôt surpris, ça avait un peu fait jaser. Puis, son efficacité habituelle avait rapidement fait taire toutes les mauvaises langues.

- Salut Lizzie ! Que puis-je pour toi ?

Évidemment, si elle venait, c'était pour les beaux yeux d'Anthony, elle venait ici pour une bonne raison. Et ce fut une raison étonnante. Il y a quelques mois déjà, quelques personnes étaient venues à la boutique en ayant retrouvé une baguette d'une personne illustre ayant participé à la bataille de Poudlard, où ayant vécu pendant cette période. Et là, l'histoire se répétait. Comme si les baguettes, par un processus inconnu, ressortaient après une centaine d'année dans l'oubli. Aujourd'hui, l'histoire se répétait. Du moins, semblait se répéter. Quand elle lui montra la vieille baguette usée, Anthony ne put s'empêcher d'exprimer sa surprise. La forme du pommeau ne lui était pas inconnue. Cette forme que l'on distinguait encore malgré l'usure était d'ailleurs connue de beaucoup, surtout par les gens comme les Ollivendeurs, passionnés de baguette. Lizzie devait déjà se douter, mais elle voulait savoir si ce n'était pas une simple réplique comme il en existait beaucoup au marché noir. Les gens n'avaient aucune honte à se faire de l'argent sur des personnes décédées.

- Hmm... Viens dans l'arrière boutique, je vais pouvoir la regarder de plus près.

Non c'était pas une invitation. Pas avec une femme enceinte. Puis, nan, Antho n'était pas ce genre de mec à faire des choses dans la boutique... Sauf une fois... Ou peut-être plus. Mais il était en couple après tout. Bref, de toute façon, c'était pas une invitation, le problème se posait pas ! Au premier abord, cela ressemblait à la baguette de Minerva McGonagall. Mais il ne dit rien pour l'instant. Il posa le bout de bois (jusqu'à preuve du contraire, ce n'était qu'un bout de bois après tout) sur la table.

- Tu veux un café, quelque chose ?

Histoire de ménager un peu le suspense vous voyez. D'ailleurs, Anthony se fit un petit café dans une machine à expresso dernier cri, payer par la boutique. Alala, que c'était beau d'être riche...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: L'Arrière-boutique

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 7

 L'Arrière-boutique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.