AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 17 sur 19
Parc de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant
Elly Wildsmith
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Mar 11 Avr 2017, 00:50


Elle était écroulée, assise au sol. Telle une enfant perdue. Elle s’était effondrée au pire moment, avait montré sa plus grande faiblesse à un ancien professeur qu’elle estimait beaucoup. Qui avait cru – et qui croyait encore – en elle. Elle était écœurée contre elle-même, dégoutée de cette magie qui se refusait à elle. Elle avait acquis, avec patience et labeur, les sortilèges les plus complexes, les potions les plus dangereuses. Et cette fichue transformation qui se refusait à elle.

Elle était abasourdie par la défaite, par sa perte. Ses oreilles souffraient d’un étrange son, comme si elle s’était pris une explosion en plein nez. Et puis, subitement, elle sentit, cette nouvelle main posée sur son épaule. Il était revenu, s’était rapproché d’elle et avais à nouveau posé sa main sur son épaule. Une nouvelle fois, le corps d’Elly s’arqua, prête à réagir – pas spécialement de manière positive – à ce qu’elle considérait comme une atteinte à son espace vital.

Tout allait beaucoup trop vite pour elle, à peine avait-elle laissé échapper un frisson qu’elle ressentait un nouvel effleurement … d’abord discrètement, sur sa joue, comme pour retenir ses larmes d’atterrir au sol … puis dans ses cheveux. Et elle n’entendait toujours pas ce qu’il disait. Elle le fixait du regard comme un animal sauvage prêt à mordre. Prêt à l’attaque.

Quand il lui tendit sa main pour la relever, Elly l’avais saisi sans réfléchir, sans arrière-pensée et puis une fois debout, un nouveau regard, un nouvel affrontement visuel. Une colère montait en elle, colère qu’elle retenait depuis trop longtemps. Colère que d’avoir été passive dans sa vie, et que de l’être là, face à lui qui multipliait les contacts physiques. Pour qui se prenait-il ? Pensait-il pouvoir profiter de sa condition, du fait qu’il avait été le professeur d’Elly dans le passé ?

Elle avait eu vent de sa réputation à Poudlard, la rumeur circulait plus vite que les fantômes dans les couloirs de l’école de sorcellerie. Mais Elly ne serais pas de celle qui se laisse atteindre par ce Don-Juan des temps modernes. Elle sentait le sang lui bouillir les temps, la chaleur gagnait chacune de ses veines, elle voulait lui faire du mal. Le repousser loin.

Elle figea son regard dans le sien, regardant son visage. Elle le lacérerait s’il le fallait. Oui, c’était ça. Il fallait que ce soit ça, qu’elle lui fasse regretter ses gestes, ce rapprochement qu’elle ne souhaitait pas. Tandis qu’Elly sentait éclater sa colère en elle, ses iris s’alignèrent à la verticale, sa prunelle s’élargis, l’animal qui sommeillait en elle était en phase de réveil et le réveil n’allait pas être de tout repos.

Elle regardait encore l’enseignant avec un air de défi, attisé par la haine et le reproche. Elle lui ferait payé – même si l’Elly(coptère) humaine hurlais que ce n’était pas ce qu’il fallait faire, que ce n’était pas ça, qu’il cherchait juste à l’aider … l’animal avait pris possession d’elle. C’était lui qui régissait à présent à l’intérieur d’Elly et il ne faisait nul doute qu’il était son exact opposé … tout en complémentarité.

Le corps d’Elly subissait une transformation non négligeable, ses vêtements fusionnant avec sa peau, lui arrachant des hurlements de douleur, comme si elle était brulée à vive et qu’elle ne pouvait rien faire pour changer cela. La douleur d’une fourrure qui apparaissait – d’abord sur son dos, puis sur ses bras, ses jambes … non, sur ces pattes … Un nouveau gémissement de douleur, une bête qui se secoue. Elly qui lutte à l’intérieur, lutte contre la douleur, lutte contre la rancœur, lutte pour éviter l’attaque qu’elle sent éminente.

Et puis soudainement, plus rien. La symbiose de deux esprits qui s’accordent sur un seul but. La symbiose de deux corps en total accord. Et puis, dans la ligne de mire de l’animal, cet homme. Cause des troubles et des soucis, cause de ce ressentiment profond que l’animal n’arrive pas à contrôler, rage totalement folle et incomprise, soudaine.

L’animal est fin, comme si la silhouette de la jeune femme s’était muée dans les courbes de la créature. Le poil est soyeux, peut être doux, pour le confirmer il faudrait pouvoir passer sa main sur l’animal enragé. Le dos est grisâtre, mais sur la tête on peut reconnaitre le coloris des cheveux d’Elly, mêlant à un ton cuivré, pour parfaire la chose.

La bête se débat, à mi-chemin entre le renard commun et le loup, un Renard de Magellan avait pris forme à la place d’Elly. Prisonnière de ses instincts prédateurs et de son irrestible besoin de chasse qu’elle ressentait. Besoin de chasse et de vengeance, d’ailleurs. Elle était habitée par cette exaspération qu’il lui faisait ressentir, alors sans un seul souffle, museau à terre, elle s’approcha. Prête à l’attaque. Un dernier regard vers sa proie, et la voilà sautant, tout croc dehors, sur l’homme qui avait pourtant tenté de l’aider.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Evan, Mar 11 Avr 2017, 17:33







J'avais aidé la belle à se relever. Mais le regard froid qu'elle m'envoya m'interpella de nouveau. Comme si elle ne supportait pas, que je pose un contact sur elle. Comment ne pas en avoir envie ? Quand bien même mes gestes ne seraient qu'amicaux, de lui apporter du réconfort me paraissait normal.

Elle confrontait mon regard. Étrangement, je saisis qu'il ne s'agissait pas simplement de concentration. Mais qu'elle avait un réel frein à notre proximité. Était-ce ses larmes que j'avais voulu recueillir comme l'eau du puits ? Était-ce la caresse de ses cheveux comme les blés que je laissais jouer à ma main ? Où était-ce simplement qu'elle n'était pas habitué à une telle douceur et qu'elle lui était inconcevable, à la limite de l'insupportable ?

Son regard me parlait à sa place. Je sortis de mon interrogation, en voyant sa transformation qui s'effectuait. D'abord sur son dos, qui récupéra sa fourrure dense aux couleurs nuancés comme les cendres d'un désert happant le regard. Ses bras et ses jambes devinrent pattes, au milieu d'une douleur qui la transformait dans tout son être.

Sa tête prenait un pelage plus proche des sables dorés au soleil qui s'étendaient sur des immensités aux terres africaines. Gracieuse, un regard aussi perçant que le cri de la nuit quand elle est vêtue de son plus beau vêtement, telle elle était, là, devant moi.

La Bête et le Renard.

Je faisais face à l'animal. Et elle regardait la bête. Mystère elle semblait être. Comme si, au fond, son animal, était une dualité pour elle, un prolongement de ce qu'elle était. Au fond c'était probablement cela, comme ça l'avait été pour moi. Belle et rusée. Indomptable comme les vents tumultueux. Désirables comme le chant des automnes amoureux de la chute des feuilles.

J'observais, un sourire sur le visage, ce qu'elle était devenue. Transformation complète, elle avait réussi. Pourtant, elle semblait aux aguets, comme si, toujours, quelque chose n'allait pas. Comme si...

Je n'eus pas le temps de réagir, du moins, j'eus juste le temps de placer mon bras gauche en opposition quand elle bondit sur moi. Ses canines se plantèrent à mon poignet, et je sentis immédiatement qu'un filet de sang s'échappait de mes chairs.

Surpris, j'agitais légèrement mon bras, elle dans le vide, espérant qu'elle lâche prise. Mais rien à y faire, j'avais réellement fait quelque chose en opposition à ce qu'elle était ? Où était-ce simplement, son instinct animal qui avait pris le dessus ? Je ne pouvais décemment la blesser.

Je lui envoyais donc un Calda mesuré, afin de lui donner un coup de chaud. Elle finit par lâcher prise, et je regardais mon poignet qui laissait échapper deux filets de sang bien distinct, tandis qu'elle retombait sur ses quatre pattes.

- Immobulus ! Humanum Iterum !

J'avais décidé d'interrompre sa transformation, après m'être aperçu qu'elle était en proie à ses ressentiments et qu'elle ne maitrisait pas pleinement qui elle était devenue. Je regardais le renard, l'animal, se métamorphoser de nouveau en Belle. Elle. Elly. Sous le soleil, qui, s'enfuyait à l'horizon en lueurs orangées, comme y laissant tel le peintre, l'esquisse d'une trainée qui aspirait à insuffler la Beauté.

Je la vois, reprendre sa forme humaine, retrouver ses cheveux d'or que nul métaux n'aura jamais la moindre valeur à côté, recouvrer ses yeux d'ébène dont nul bois n'aura jamais la splendeur, reprendre sa peau que j'imaginais sucrée dont nul fruit ne saurait m'en dire le goût exquis. J'attendis, qu'elle se redresse, face à moi, et je lui brandis, mon avant-bras, blessé à elle. Comme si elle m'avait marqué au fer rouge pour l'éternité, comme si elle avait voulu me faire un bracelet pour qu'à elle je sois lié.

- Merci pour ce souvenir... dis-je en lui montrant mon poignet qui coulait de son entreprise. Désolé de t'avoir forcée à reprendre ta forme humaine, mais je ne m'étais pas attendu à ce que tu m'attaques ! Devrais-je savoir quelque chose ? J'ai senti une certaine animosité avant ta transformation. Quoi qu'il en soit, tu peux être fière de toi, tu y es arrivé !

Je laissais mon regard sur elle, légèrement réticent à m'en approcher de nouveau tant qu'elle ne m'avait pas répondu. Néanmoins j'étais satisfait, heureux qu'elle ait réussi, cela lui permettrait d'avoir davantage confiance en elle.

- Comment te sens-tu ? Pas trop douloureux pour toi ?

Je restais non loin de la belle. Elle devait être épuisée. Je soignais mes plaies avec un Episkey pour les refermer, tout en attendant qu'elle reprenne complètement ses esprits. J'attendais ses explications quant à son attaque, bien qu'en aucun cas, je ne lui en voudrais pour ce qu'elle avait fait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Mar 11 Avr 2017, 23:57


Elly n’avait conscience de rien, si ce n’est qu’il fallait qu’elle plante ses crocs dans sa chair. Qu’elle déchiquète la moindre parcelle de sa peau. Qu’elle fasse mal, qu’elle le fasse souffrir … Sa proie qui se débat encore et encore, levant et abaissant le bras sans arrêt. Ce qui, à défaut de faire lâcher la bête, lui faisait resserrer son étreinte.

Chaleur

Subitement, elle sentait sa température corporelle montée, d’abord sur ses flancs, longeant chacune des côtes pour finalement remonter à sa tête, faisant tambouriner le sang entre les deux longues oreilles pointues de l’animal.

Mouvement

Et puis, la libération de la proie qui s’échappe, qui réussit à échapper à son contrôle. Un regard perçant à sa destination, cherchant à comprendre pourquoi il voulait s’échapper à tout prix de cet étau qu’elle avait formé avec sa mâchoire. Et alors que le feu flambe dans ses veines, une sensation d’immobilité, de ne plus pouvoir bouger, prisonnière d’un sortilège la bête hurle son désespoir, glapissement à perdre haleine.

Douleur

Et puis, à nouveau, la douleur. L’esprit d’Elly qui reprend place, reprend le contrôle, reprend son souffle. Et son corps qui suis, qui s’allonge, qui s’étoffe, la dense fourrure qui disparait et les vêtements qui se refont sur le corps de la blonde. Le frisson, long, particulier. De douleur, de froid, d’épuisement. La transformation a été éprouvante et le court laps de temps passé en renard avait épuisée la jeune femme.

Hagard, elle recherchait son professeur du regard, ne comprenant pas vraiment ce qui venait de se passer. Et puis, elle le vit. Elle comprit alors pourquoi elle avait ce gout de rouille infâme dans la bouche. Aussi prestement qu’elle le pu – s’étonnant même de ses capacités physiques suite à une telle transformation – elle se releva pour lui faire face. C’était elle qui l’avait mordu et c’est lui qui s’excusait, le monde à l’envers pour Elly.

Elle lui adressa un sourire gêné, comme une sorte d’excuse qu’elle lui adressait pour cette marque qu’elle avait faite en lui. Marquant à jamais son territoire sur lui. Et cette idée, aussi vite qu’elle était venue avait été enfouie au plus profond d’elle-même pour ne jamais ressortir. Quelle idée saugrenue que d’aller marquer la peau d’un être que l’on connaissait si peu.

Elle plongea dans son regard, cherchant le pardon qu’elle espérait tant. Il l’avait aidé à se transformer et elle avait réussi par un miracle qu’elle ne pensait pas possible. Et pourtant. Elle avait réussi, provoqué par les contacts répétitifs d’Evan. Elle ne comprenait pas le pourquoi du comment, aussi s’exprima-t-elle en toute franchise

- Je suis désolée, je ne sais pas ce qui s’est passé, c’était … plus fort que moi, cette envie de …

De quoi ? De lui sauter dessus ? De le dévorer en charpie ? Elle se concentra sur le moindre détail de son physique, cherchant à comprendre ce qui la rebuter tant dans l’idée qu’il la touche. A dire vrai, il n’y avait rien, absolument rien qui justifiait un tel comportement. Il était somme toute charmant même si Elly n’appréciait pas le comportement qu’il avait auprès des femmes – en tout cas du temps où elle était à Poudlard. Peut-être s’était-il calmé ? Après tout, qui était-elle pour juger ?

- Je crois que … c’est de savoir que tes … hmm, c’est gênant


Excessivement gênant que de parler des conquêtes d’un ancien prof venu pour l’aider dans sa transformation animale. Aussi, préféra-t-elle se taire, posant ses yeux sur l’endroit de la blessure qu’il était en train de soigner à coup d’Episkey. Décidément elle ne laissera de marque nulle part, cette pensée lui arracha un soupir qu’elle ne chercha pas à comprendre, bien trop épuisée mentalement par ce qu’elle venait de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Evan, Mer 12 Avr 2017, 14:43







Je restais à regarder mon bras un instant, attendant de voir si mes plaies se résorbaient comme je le souhaitais. Bien que l'écoulement du sang cessa, il me restait encore la trace de la morsure visible, comme si elle ne voulait s'enfuir et me rappeler qu'elle était prête à me sauter dessus et me mordre au moindre contact. Ce qui, dans une toute autre situation ne serait pas pour me déplaire.

Je voyais à sa posture et son sourire qu'elle semblait regretter son geste à mesure qu'elle recouvrait ses esprits, comme si cela n'avait pas été totalement elle, mais à un moment de folie incontrôlé. Ce que j'avais pensé. Je lui souriais, comme pour lui dire une nouvelle fois que ce n'était pas grave. Si elle avait mordu à un autre endroit, je n'aurais pas tenu le même discours, mais là ce n'était qu'une légère effusion de sang.

Nos regards se mêlèrent, je captais ses émotions, du moins je le pensais. Je ne voyais plus la colère qui l'avait animée avant sa transformation. Non, là elle était comme la main qui caresse les blés, douce et éprise d'une tendresse qui contrastait avec là Elly vue plus tôt. Elle s'excusa, je ne répondis pas, y voyant là simplement le surplus dû aux émotions changeantes de sa transformation. Juste un sourire, je lui offrais, comme un cadeau naturel que, j'espérais, elle savait apprécier.

Je restais muet, à la contempler, à graver, ses traits, dans mon esprit qui l'embrassait à chaque recoin de sa beauté. Aux noisettes de ses yeux dévorants mon âme en me sondant et auxquels je me soumettais volontiers. A ses sourires qui s'échappaient comme le fruit de l'arbre, apportant un éveil à celui qui le recevait. Et ses cheveux, que, timidement, le vent, balayait à sa convenance, laissaient un parfum entre grâce et caractère à l'Ambiant. Et j'imaginais, la délicatesse de sa peau, la saveur de ses lèvres qui se trouvaient être un murmure à l'allure, d'un paradis enchanté.

Plaisir entrevu.

D'autres mots, m'arrachèrent un regard surpris, comme le serait au ciel bleu une pluie. Je me demandais, de quoi la belle me parlait. Quelle gêne il y avait. Entre nos deux mondes face à face. Là j'étais Feu et elle Glace. Des secondes tendues s'étendaient, tandis que j'attendais, une précision autre, sur l'image qu'elle laissait à mes pensées qui ne trouvaient pas la bonne clé. Elle regardait mon avant bras, alors, je pris le marteau, pas de secrets avec moi, et je l'abattais sur le château.

- Comme je t'ai dit, ce n'est pas grave. Les traces de tes canines partiront peut-être. Dans le pire des cas, tu auras laissé une partie de toi gravée en moi...

Une légère note d'humour. Que l'atmosphère étrange redescende sur une partition plus calme, là où les Do chantent en compagnie des Ré, et laissent en rythme dans la tête et le cœur ce qu'un baiser pouvait être. Doux, Beau, vrai. Et, je capturais son sourire, pour qu'un au moins subsiste à l'antre chaleureuse au fond de moi. Cet âtre, qui Gouverne, Pense et Ecrit. Là, où il perdurerait, comme un tableau dont je me plairais à me souvenir pour colorer un ciel Triste en Joyeux.

- Que voulais-tu me dire ? Qu'y-a-t'il de gênant ? Je suis prêt à t'aider pour tout ce que tu voudras, mais je dois pouvoir te faire confiance comme l'inverse doit l'être aussi ! Alors tu peux me parler de tout librement, je ne te jugerais pas !

Un soupir visible, je la dévisageais, cherchant à voir, ce qui la perturbait. Comme si les années écoulées avaient installé une barrière invisible, dont elle seule pouvait supprimer la présence. Renard doré, dit moi, dit moi les doutes de ton monde, que je les remplace par des soleils...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 13 Avr 2017, 14:35


Et voilà que désormais, il cherchait à comprendre ce qui la troublait ainsi. Ce qui devenait d’autant plus gênant pour la jeune femme, qui s’empourpra de plus belle. Il était venu pour l’aider, et elle était en train de lui reprocher ses conquêtes du temps où elle était à Poudlard. Elle n’était personne pour lui, tout au plus qu’une ancienne élève venu lui demandait conseil.

C’est d’ailleurs ce qui la décida à parler, après tout si elle ne tenait pas à revoir son ancien enseignant elle n’était pas tenue de le faire. Elly laissa quelques instants son regard sombré dans le sien, perdue à la contemplation de cet autre intriguant dont elle ignorait absolument tout – si ce n’était qu’il était doué pour la métamorphose et qu’il avait un faible indéniable pour les femmes. La jeune femme haussa les épaules et devant l’air interrogatif d’Evan, fini par dire

- Hmm ( :mm: ) … vous … enfin, tu … étais plutôt connu pour tes frasques avec les femmes lorsque j’étais à Poudlard et l’idée que … tes mains puissent oser m’effleurer alors qu’elles en ont visiblement beaucoup trop vu me …


Répugne ? Un mot un peu trop fort, néanmoins c’était le sentiment qu’elle avait. Et c’est sans doute ce qui avait poussé l’Auror, sous sa forme animale, à l’attaquer de la sorte. Elle s’éloigna de quelques mètres, profitant de la brise fraîche qu’elle sentait sur son visage et sur ses bras nus, tout en gardant un œil sur l’enseignant resté en retrait. Déformation professionnelle certainement. Le soleil disparaissait à l’horizon, laissant apercevoir un croissant de lune qui n’aurait de cesse de briller à mesure que la nuit prendrait le dessus sur le jour.

Elle passa sa main dans sa nuque, visiblement atteinte de raideur. Si la transformation n’avait cassé aucun os, elle avait néanmoins laissé quelques douleurs qui disparaitraient certainement après plusieurs jours. L’entraînement au Ministère allait être coton, mais qu’importe, elle avait réussie. Elle esquissa un sourire à destination d’Evan, comme pour le remercier de l’avoir aidé et pour s’excuser des mots à venir.

- Tout cela ne me regarde pas, je sais bien, mais je suis comme ça … en tout cas merci pour ton aide. Je pense que je n’y serais pas arrivé sans cette colère.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Evan, Ven 14 Avr 2017, 17:33








J'attendais, un demi sourire en coin sur le visage, que la belle que je dévisageais, me dise sa vérité. Je voyais ses joues qui se teintaient d'écarlate, comme si j'avais été nu devant elle. Quoi qu'elle aurait probablement été plutôt surprise... Et je me demandais bien, ce qu'elle allait me dire. Je revoyais là la Elly timide que j'avais côtoyé à Poudlard, celle qui n'avait pas vu mon sombral, mais qui était tout de même monté sur son dos. Et je me demandais bien ce qui pouvait la gêner tant.

Sa voix d'abord hésitante me délivra le message de la vérité. Ainsi elle avait entendu parler de certains de mes ébats ? Et elle ne supportait pas que je la touche ? J'eus un sourire amusé. Déjà elle disproportionnait les faits, enfin, de mon avis, mes mains en avaient pas vu tant que cela... Mais également, je trouvais la situation ironique, qu'elle me demande mon aide en espérant que je ne la touche pas.

Je restais un instant pensif. Mes gestes étaient tout naturels, bien que, maintenant qu'elle avait soulevé ce point là, mes pensées allèrent vers un rivage plus chaud. Clairement, elle était une femme magnifique, et l'idée que nos corps puissent un jour être couverts d'un même drap qui aurait rougi à nos moments fiévreux enlacés m'était plaisante. Peut-être qu'au fond, elle regrettait simplement de ne pas avoir pu être la première ? Ou de ne pas en avoir fait partie ?

Je l'observais prendre ses distances, je restais sans bouger, toujours emprunt aux mêmes émotions. Elle avait ouvert une porte là où je ne l'aurais pas forcée, maintenant que le sujet était lancé, j'allais me faire un plaisir de voir plus loin. Au pire, la belle me rembarrerait bien comme il faut, mais au moins, j'aurais essayé. Car entrevoir le bout d'un nouveau paysage avec elle, imaginer mes mains libres de laisser à tout son corps des frissons, était comme ce printemps qui chuchotait à nos oreilles, une vision à la saveur exquise.

De sa position elle continuait de m'observer également, appréhendant peut-être la suite de notre discussion. Alors qu'au dessus, je voyais le rideau qui se tirait petit à petit, et alors que le soleil s'en allait avec ses valises vers l'occident, une lune encore timide pointait gentiment le bout de son croissant. Et, histoire d'enchanter un peu plus tout cela, quelques bougies étoilés prenaient place aussi dans ce ciel. Je reportais alors mes yeux sur la belle.

Finalement, elle m'offrit l'orée d'un sourire, accompagnée de quelques mots qui sonnaient comme des excuses. Un remerciement, une justification. J'acceptais tout ce cadeau et je décidais alors de lui répondre. Pas besoin de détour, pis ça me ressemblait pas. Je faisais quelques pas lents vers elle en même temps.

- De rien pour mon aide ! C'était avec plaisir que j'ai pu être le soutien qu'il te fallait pour réussir ! Maintenant, je t'avoue que ta gêne me surprend. Certes, oui, mes mains ont croisés bien des femmes. Et j'aime à penser qu'elles ont apprécier d'ailleurs... Mais je trouve que ça donne un côté marrant à notre situation non ? Tu me demandes mon aide, mais en même temps tu sembles réticente à l'idée que je t'approche ! Ou tu voulais réellement arriver à te transformer, ce qui est hautement probable ? Ou au fond cette gêne n'est qu'une barrière à toi-même que tu brandis devant des pensées que tu ne devrais pas avoir ? Ou peut-être que c'est même un peu des deux...

Je m'arrêtais de nouveau non loin d'elle, un sourire volontairement charmeur et un regard insistant à s'ancrer dans le sien. Mélange tes iris aux miennes, pour que le monde nous parle. Pas de non dit avec moi.

- Soit dit en passant, je serais ravi de te revoir. Qu'on discute un peu de ces années écoulées, et peut-être verras-tu par toi-même autre chose que cette image que tu gardes de moi, de bribes de conversations reçues au détour de couloirs, par des bouches de personnes qui n'ont rien vue non plus, si ce n'est peut-être entendu ce que colportaient les murs... Car si tu me connaissais mieux, je ne suis pas certain que tu fuirais mes mains...

Je laissais quelques secondes s'enfuir, juste le temps de la voir réfléchir, et je terminais.

- Un dîner un soir tous les deux ça te va ?

Montre-moi maintenant, montre-moi tes convictions. On est pas ce que les autres disent de nous. Alors oseras-tu le découvrir par toi-même ? Ou vas-tu à nouveau brandir cette peur éphémère, cette illusion, entre nos lèvres qui se regardent sans se parler, entre nos regards qui eux aussi se taisent...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Dim 16 Avr 2017, 00:37


Quelques instants plutôt, elle se disait qu’après tout elle ne le reverrait plus alors elle avait choisi d’être honnête et de lui avouer – à demi-mot seulement – d’où provenait la gêne. Et voilà que maintenant il lui proposait de se revoir pour un dîner. Qu’imaginait-il ? Elly arqua un sourcil en sa direction, piquée au vif par les remarques qu’il venait de faire.  Ainsi donc pensait-il qu’elle aurait aimé faire partie de celles – nombreuses quoiqu’il en dise – qui étaient passées entre ses bras ? Les pensées d’Elly s’affolèrent, pour qui se prenait-il celui-là ? Ce n’était visiblement pas la prétention qui l’étouffait. Bien qu’il fût un excellent professeur de métamorphose Elly ne comptait pas se laisser impressionner par cet homme, dont elle découvrait peu à peu les facettes pas vraiment séduisantes.

- Il ne faut pas prendre ses rêves pour une généralité, Monsieur le professeur de métamorphose, dit-elle ironiquement. Ce n’est pas parce que nombreuses sont vos conquêtes que toutes les femmes sont à vos pieds.

Elle le fustigeait du regard, cherchant à lire quelque chose en lui, ce quelque chose de difficilement perceptible à l’œil nu ou lors de simple conversation. Néanmoins, la conversation n’était pas des plus faciles. Fort heureusement, Elly avait déjà une petite expérience du Ministère et l’aplomb qu’elle avait gagné au grès de ses missions lui était d’un grand secours face à cet homme.

Elle s’avança jusqu’à lui d’un pas décidé, se plantant bien face à lui, l’intégrant à son espace vital. Cet espace si petit, se réduisant à peu de chose, tout au plus quelques dizaines de centimètres. Elle accrocha son regard au sien, prête à jouer elle aussi. S’il pensait l’avoir déstabilisée, il se trompait lourdement et n’allait pas tarder à le savoir.

Elle était suffisamment proche pour observer son visage plus en détail. Portrait qu’elle aurait pu – en d’autres circonstances – trouvé charmant, voire désirable. Mais là n’était pas la question, elle le toisait alors qu’elle était plus petite que lui ce qui aurait pu les faire sourire, si la tension entre eux deux n’était pas aussi palpable. Sans peur et sans reproche, voilà comment quiconque aurait pu définir l’Auror en surprenant la scène, tout juste réaliste. Quasiment plongée dans la pénombre de la nuit.

- Il est hors de question que j’accepte de diner avec toi. Il te faudra trouver une autre proie parmi tes anciennes élèves, car après tout, peut-être as-tu accepté de m’aider pour cette raison-là ? Ou peut-être désirais-tu réellement m’aider ? Ou peut-être est-ce un savant mélange de ces deux raisons ?


Il était joueur, elle l’était aussi, hors de question qu’il mène la danse. Le tango se dirige à deux. Elle affichait un air clairement satisfait, à la limite de l’insolence. Elly avait désormais 21 ans et elle n’était plus l’ado qu’elle avait été lorsqu’elle suivait encore les cours d’Evan.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Luia Luminos
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Luia Luminos, Dim 16 Avr 2017, 16:42


Tour de garde Aurors (post unique)-Elly, MP moi si besoin

Luia devait, ce mois-ci, faire son tour de garde dans les villages d'Angleterre. Elle adorait son métier et elle aimait ce genre de choses aussi. Elle commençait même à très bien les maîtriser, depuis le temps qu'elle était Auror. Mais elle appréciait aussi le fait que les nouvelles recrus s'adaptent et en fasse aussi.

Elle se décida à y aller en balai (le permis de transplanage devait vraiment vraiment être passer très vite). Elle quitta son appartement et fila en balai vers là-bas. Elle le déposa dans un coin et prit sa baguette en main en mettant bien aussi son insigne bien en vue.

Elle se dirigea dans les rues de la vie qui avait vu naître deux grands sorciers: Godric Gryffondor et Harry Potter. Albus Dumbledore y avait aussi vécu, comme d'autres grands sorciers.

Elle arriva au parc et elle en fit un tour, ayant déjà regardé toutes les rues. Elle regarda bien partout, tranquillement. Mais elle ne vit rien de suspect. Elle quitta le parc à la tombée de la nuit (elle était arrivée en fin d'après-midi) et elle reprit son balai, direction le QG au Ministère pour y écrire son rapport.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Evan, Lun 17 Avr 2017, 14:41








Je regardais la tête de mon interlocutrice qui se décomposait. Visiblement ma proposition n'avait pas l'air de l'enthousiasmée. Dommage. Un dîner avec elle me paraissait être une très belle opportunité. Pour elle comme pour moi. Peut-être avait-elle peur de se brûler à moi simplement. Je lui offrais un sourire plus grand encore en écoutant sa réponse. Elle me dit qu'elle est différente, je n'y vois là qu'une façon de fuir la réalité.

Son regard cependant, semblait bien me crier le contraire. Je ne bougeais pas alors qu'elle venait me défier en se posant juste devant moi. Elle était électrique, et je percevais que ça allait être plus compliqué que je le pensais. Mais je restais accroché à ses yeux, prêt à répondre à ses affirmations. Il en fallait bien plus pour me mettre à terre où me rebuter.

Il n'y a que celui qui cesse de croire en ses rêves qui ne les touche jamais.

Je l'écoute refuser catégoriquement mon invitation, me disant que je la voyais comme une proie. Je trouvais qu'elle dégradait sérieusement l'image que j'avais des femmes. Puis toutes mes partenaires savaient à quoi s'engager. Ou ne pas s'engager d'ailleurs. J'éclate de rire à sa dernière évocation. Elle retournait ma triple affirmation contre moi.

Voulait-elle vraiment continuer sur ce chemin là ? Elle allait pas être déçue ! Je regardais le nouvel air qui prenait possession de son visage angélique, aimant ce paradoxe qui se jouait devant moi. Qui se jouait entre nous.

- Hum... (Ange) Le choix numéro trois ! C'est un savant mélange de ces deux raisons en effet ! Je voulais bien évidemment t'aider ! J'ai souvenir de toi d'une élève sérieuse et appliquée. Et l'idée de pouvoir te permettre d'accomplir ce changement en toi me ravissait ! Mais au-delà de cela, oui, également, tu me plais. Tu es une femme magnifique, je ne fais qu'exposer un fait. Je ne te dirais pas que tu ne me plais pas juste parce que c'est peut-être ce que tu veux entendre. Tu peux me repousser si tu veux, ça ne changera pas le fait que je trouve que tu es une belle femme et qu'en même temps j'étais heureux de pouvoir te venir en aide. Alors plutôt que de me juger sur cela, essaie au moins d'apprendre à me connaître...

Je lui renvoyais la balle, voir comment elle allait jouer à nouveau. Toujours dans ses yeux. "Et oui ma belle, joue autant que tu le veux, les règles ne changeront pas, tu peux en écrire de nouvelles, mais pas les effacer. Prend ma main, et danse avec moi. Au-delà des mots, où se trouve la vérité."

- Ma proposition tien toujours. Tu n'as peut-être aucune vue sur moi. Moi je trouve magnifique. Mais cela devrait-il être un frein à ce que l'on se revoit ? Où as-tu simplement peur au fond de te voir succomber si tu acceptais qu'on dîne ensemble ?  Peur d'apprécier qui tu découvrirais plus que tu ne penses le pouvoir en cet instant ?

Je lui souriais par défi. J'avais envie de voir jusqu'où elle allait aller. La pousser dans ses derniers retranchements. Lui donner envie de me prouver le contraire. Car si elle acceptait, cela serait déjà le goût d'une victoire. Elle n'avait pas fui déjà. C'était bon signe. Elle avait de la répartie et j'aimais cela, si elle avait la même envie de prouver qu'elle avait raison que moi, la suite s'annonçait plaisante.

Laisse le monde te prendre dans ses bras et tu verras que tu peux y vivre jours et nuits.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Mar 18 Avr 2017, 00:02


[HRP : no soucy Luia, fais ton job t'inquiète ^^]

Il n’avait pas bougé, pas de mouvement, aucun centimètre de recul. Ce qui, pendant un court instant, laissa perplexe l’Auror. Instant de perplexité qui s’estompa bien rapidement devant les mots du professeur de métamorphose. Ainsi donc la trouvait-il charmante ? Cette idée, cette pensée eut le don d’extirper un sourire énigmatique à la blonde. Sourire qu’elle ravala aussitôt, tentant de masquer l’attirance – infime soit-elle – qu’elle pouvait ressentir à cet instant.

Il était donc toujours dans son espace vital, elle pouvait inhaler son odeur, inspirant et expirant le plus délicatement possible, espérant ne prendre ni gout, ni habitude à ce parfum si envoutant. Elle ferma les yeux, cherchant la concentration tout en écoutant le délire d’Evan. Ainsi donc il la mettait au défi, ne lui laissant pas vraiment le choix, ce qu’elle n’allait pas tarder à lui faire savoir. Elle rouvrit ses yeux au couleur de l’aveline. Accrochant une nouvelle fois son regard à celui – perturbant – d’Evan. Dans un soupir, elle s’épancha :

- Ce n’est pas vraiment une proposition, ni un choix. Tu me mets au défi de venir pour te prouver que tu as tort. Mais si je suis ta logique et que j’accepte, cela te fera vraisemblablement trop plaisir. En conclusion, il m’apparait difficile de répondre …


Quand bien même elle aurait pu suivre n’importe où ce savoureux arôme qui semblait se dégager de lui, créant en Elly un sentiment ambivalent. Une partie de son être le refuserait tout entier, dans son ensemble, juste pour les prétendues rumeurs dont elle avait entendu les échos à Poudlard. Et l’autre partie, plus enfouie, semblait vouloir se jeter dans ses bras. A cette idée, la blonde secoua la tête. Comme pour se remettre à la raison, se remettre sur le droit chemin.

Pour se libérer de l’emprise olfactive qu’il semblait avoir sur elle, elle effectua quelques pas en arrières, inspirant un nouvel air frais qui saurait probablement remettre son cerveau en état de fonctionnement. Elle fit un léger demi-tour, tournant une nouvelle fois le dos à Evan. Il fallait qu’elle se reprenne. Il avait totalement tort. Elle ne faisait pas partie de ses proies, elle n’en ferait pas partie. Elle était juste fatiguée, un moment de … Un moment de rien du tout, voilà. Cela n’était juste pas concevable pour Elly de n’être qu’un numéro parmi les autres sur une quelconque liste de chasse d’un homme, quel qu’il soit.

Ainsi éloignée de l’ancien enseignant, elle respira un bon coup, reprenant ses esprits tout en regardant les milliers d’étoiles qui étaient apparue dans un ciel couleur ténèbres. En d’autre compagnie, la jeune femme aurait probablement philosophé quelques instants sur le sens de la vie, sur le sens de tout ça devant la beauté des miles lueurs dansantes sur ce tableau noir. Mais elle n’était pas en bonne compagnie, tout du moins ce n'était pas la sensation qu'elle avait pour l'instant. D’humeur joueuse, elle se retourna à nouveau vers lui et lui lança un

- Tu apprends souvent à connaître les gens au cours des diners ou c’est généralement lors des petits déjeuners matinaux ?

Ce n’était pas vraiment ce à quoi Elly avait pensé, en vérité cela lui avait semblé plus « cassant » lorsqu’elle l’avait pensé. Mais la manière dont elle l’avait dit dénoté clairement une pointe de jalousie. Bien que ce fût finalement le thème de sa question : prenait-il le temps de faire connaissance avec ses conquêtes ou leur demandait-il seulement leurs noms au petit-dej ? Une fois leurs « affaires » effectuées ? Cette pensée arracha un rire cristallin à la jeune femme, quelque peu perplexe sur le fil de ses pensées pour cette soirée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Evan, Mar 18 Avr 2017, 08:55







Je ne quittais pas les iris de la blonde, ces noisettes dont le goût semblait se perdre là où l'imagination pouvait se dérober à la réalité. Mon cœur s'était sensiblement accéléré, comme si à la fois j'appréhendais toujours sa future réponse, mais en même temps, qu'une autre partie de moi espérait qu'elle accepte, abdique en quelque sorte, ce qui ferait que j'aurais gagné la première manche de notre jeu.

Cette perspective était la plus réjouissante, car elle deviendrait alors promesse de retrouvailles dans une soirée plus intime, où, là, naitraient certainement bien des étoiles à accrocher aux rêves. Je me plu l'espace de quelques secondes, à l'imaginer dans une robe de soirée aussi étincelante qu'elle, qui mettrait sa silhouette divine en valeur, comme si on pouvait enjoliver la splendeur d'une cascade qui insuffle déjà au regard un sentiment de magnificence.

Sa première réflexion me laisse échapper une moue satisfaite, elle avait entièrement raison. Au moins, j'avais le mérite de ne pas cacher mes intentions. Je ne la prenais pas pour une idiote au contraire. Elle avait la possibilité de sortir par la porte qu'elle avait elle-même ouverte, ou celle de choisir de me découvrir un peu plus, et inversement, ce qui nous conduirait alors vers un champ aux infinies possibilités.

Elle semblait perdue, tiraillée en elle, comme si ce que j'avais dit était l'absolue vérité. Que, là, enfouie bien au fond d'elle, dormait une part bien réelle que j'éveillais peu à peu, une part qu'elle voyait encore comme une ombre mais qui pouvait devenir sa lumière, si elle se risquait à pousser la porte.

Je la laissais loin de moi, ne me rapprochant pas de nouveau. Elle semblait un instant plongée dans le ciel étoilé, comme si les Scintillantes pouvaient la conseiller, l'aider, à faire ce choix qui semblait mettre tout en opposition dans ses fondements. La belle continua de m'enchanter à ses mots. Elle gardait ce fil tendu, prêt à rompre d'une seconde à l'autre, en continuant de jouer un peu plus profondément avec moi.

Je passais une main dans mes cheveux, toujours mon regard posé sur elle, un sourire entre le sérieux et l'amusement sur le visage. J'avais l'impression d'avoir transformé sa froideur en braise, et que je n'avais plus qu'à souffler une seule fois dessus pour que le flamme s'expose, se ravive, et m'offre sa chaleur passionnelle. Elle fut emportée par un léger rire et je me décidais à lui répondre avec un sous-entendu que je ne pris pas la peine de dissimuler.

- En vérité, à part pour quelques rencontres survenues comme cela, j'aime bien apprendre à connaître via un dîner. Là où les regards se parlent, se cherchent, les lèvres discutent sans mots, mais parfois se mordent dans la séduction et l'envie naissantes. Bien sûr, après, la nuit apporte une toute autre connaissance, là où des rivières enchantées prennent le contrôle des sens. Enfin, vient le matin, ou une autre proximité se dessine. Une autre tendresse. Même si parfois, le matin peut se prolonger très agréablement avec bien des saveurs exquises pour se réveiller de la meilleure des façons...

Je sourirais de plus belle, laissant cette image flotter dans l'air jusqu'à elle. Mes conquêtes étaient ce qu'elles désiraient être simplement. Une amitié charnelle, une relation passionnelle de quelques soirs, un amour sans partage d'autres fois. Et toi Elly, dit moi maintenant, ce que tu voudrais être, là où tes désirs les plus profonds sommeillent encore ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Mar 18 Avr 2017, 23:09


[HRP : j'ai le LA d'Evan, il a le mien - désolée pour les pros de la cohérence ^^']

Ses mots étaient à peine sous-entendus, faisant parcourir un frisson sur les bras nus de la jeune femme. Il avait ce don -  à peine croyable à dire vrai. De mettre le corps de la jeune femme dans tous ses états. Elle sentait le frisson se prolongeait le long de sa colonne vertébrale, faisant osciller légèrement ses épaules. Il menait la danse, et il le savait, elle ne voulait pas le laisser gagner ainsi, c’était trop pour elle.

Elle se retourna vers lui, lui adressant un sourire … resplendissant. Mais particulièrement mystérieux. Elle avait une idée derrière la tête qu’il ne risquera pas d’oublier, et peut être même arrêterait-il ses sous-entendu à peine voilés ? Haussement d’épaule, qu’importe après tout. Il voulait jouer, ils allaient jouer.

Tout juste retournée, la jeune femme saisi sa baguette, coincée dans son dos. D’un geste vif et rapide – on est Auror ou on ne l’est pas … - elle informula un « Incarcerem Maxima » et aussitôt des cordes sortirent de sa baguette, filant droit vers le professeur de métamorphose. Pire que des câbles en acier, les cordes se nouèrent autour du corps de l’enseignant. Sourire machiavélique sur les lèvres de la blonde, qui s’était rapprochée, posant une main sur l’une des épaules de son ancien professeur, rapprochant ses lèvres à son oreille. Elle était désormais tellement proche de lui qu’elle pouvait à nouveau inhaler son parfum, si subtil et pourtant si envoutant. Elle ferma les yeux pour se concentrer et murmura au creux de son oreille

- Tu attraperas le renard avec de l’astuce, et le loup avec du courage …


Elle laissa ces quelques mots en suspens pour qu’il prenne conscience de ce qu’elle disait, du jeu dans lequel il était en train de basculer, de glisser subtilement (ou pas d’ailleurs). Se reculant un peu pour apprécier la vision de ce qu’elle avait créé, un sourire satisfait aux lèvres. Rapidement, elle murmura un contre sort, faisant cesser le sortilège aussi vite qu’il avait été créé. Néanmoins désireuse de poursuivre leur petit jeu – quoiqu’un peu malsain – elle fit apparaitre dans ses mains de nouvelle corde, qu’elle faisait habillement jouer entre ses doigts.

- Il semblerait que je sois douée de l’un, et de l’autre …


Elle sentait monté en elle l’excitation du jeu, la puissance de son jeu lui donnait des ailes, et la confiance acquise au bureau des Aurors lui était d’un grand secours face à Evan. Sans tenir compte de ses remarques – qu’elle imaginait déjà dans son esprit – elle attrapa l’un de ses poignets, nouant rapidement une corde autour avec un nœud dont l’efficacité même surpris Elly.

- Au fait … merci. Grâce à toi j’ai été au bout de mes rêves

Sourire énigmatique, allait-il comprendre qu’il l’avait aidé, bien au délà de cette soirée où elle avait réussi sa transformation ?

_______

"Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde"
Le Petit Prince de Antoine de Saint-Exupéry

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Evan, Mer 19 Avr 2017, 10:44







Je laissais mes mots prendre forme dans sa tête, et, peut-être tout mettre en ébullition dans ses pensées. Récupérer une certaine ascendance, un soupçon de contrôle, sur ses idées et ses envies. Elle me fit son plus beau sourire en se retournant, ce qui me laissa penser que j'avais probablement enfin réussi à la faire accepter mon point de vue.

Mais au contraire, je fus pris au dépourvu. Clairement je n'avais pas anticipé cela, j'eus le temps de voir son mouvement de baguette... et, je me retrouvais assailli par des cordes particulièrement résistantes m'empêchant tout mouvement. Qu'avait-elle en tête ? Je la regardais s'approcher de moi, voulait-elle abuser de moi ? Sa main sur mon épaule, ses lèvres qui passèrent près de miennes que j'observais comme l'oiseau que je voulais saisir en plein vol, m'enjouaient. Mais comme l'orage qui saisit le ciel, cette apparence aussi belle fut-elle à entrevoir, fut de courte durée.

Quelques secondes où je me demandais la nouvelle règle qu'elle allait apposer à notre jeu, et je récupérais les mots murmurés de la belle avec un sourire toujours joueur. Je voyais cela comme une métaphore sur elle, elle était renarde transformée, et louve au naturelle. Si tu savais chérie, quel loup était devant toi...

Elle se recula doucement, semblait satisfaite de ses mots. Si je n'avais pas été attaché que je lui aurais fait voir, comment j'attrapais à la fois le loup en plus du renard. J'aurais laissé à ses lèvres quelques gouttes d'un parfum qu'elle n'aurait que souhaité avoir toujours l'essence.  Elle mit fin à son sort, et je la regardais intrigué, tout en bougeant mes bras qui étaient heureux de se défaire de cette emprise.

Je lui envoie un regard surpris, quand elle fait apparaître une nouvelle corde, pendu à ses mots comme attendant la suite, comme la voyant Maitresse et moi son jouet, douce image d'une nuit qui pouvait s'annoncer. La belle saisit un de mes poignets, je me laissais faire, j'avais envie de voir, jusqu'où elle allait aller. Elle qui, quelques minutes plus tôt ne semblait désirer que de fuir tout contact avec moi. Tu rentres dans mon jeu ma belle, n'oublie pas que tu n'es seul loup ici, et que mon antre t'es proche...

J'écoute ses remerciements. M'attacher était un cadeau alors, une promesse pour la fin de soirée ? Bien des images me traversaient, où la belle résidait, peu vêtue.  Ses sourires se faisaient plus nombreux, comme si j'avais réussi à briser un peu de sa carapace, et que le loup s'exposait à son tour.

- Tu ne t'es pas dit que tu viens peut-être d'enchainer le loup à toi ? Tu as l'air doué avec une corde, j'avoue que ça laisse suggérer de délicieuses perspectives... Et de rien ! Comme je t'ai dis, je suis heureux d'avoir pu t'aider ! Mais tu m'es redevable maintenant non ? Je t'ai permis d'accéder à une partie de toi, peut-être aurais-tu quelque chose à m'offrir en échange ? Cette corde est-elle un semblant de réponse ? Tu m'attaches pour la fin de la nuit ?

Je ne pouvais m'empêcher, de la provoquer un peu plus. Je me laissais délibérément à sa merci, mais je voulais qu'elle n'oublie pas que petit à petit elle devenait à la mienne. Dit moi Elly, tu veux continuer à jouer ? Tu veux franchir cette porte ? Là où tu trouveras des étoiles, là où tu changeras tes rêves ? Deux flammes qui se rencontrent, qui se cherchent, qui s'embrassent dans un jeu, avant de s'unir, était-ce cela, que nous étions au fond ? Dit moi Elly...

Veux-tu vraiment gagner ce jeu ?


-------


Voici mon secret. Il est très simple: on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.

...
C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
...
Les hommes ont oublié cette vérité. Mais tu ne dois pas l'oublier. Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé. Tu es responsable de ta rose...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Mer 19 Avr 2017, 16:11


Ensemble ils s’étaient élancés dans un jeu … un jeu qu’aucun d’eux n’était prêt à perdre. Ils se renvoyaient ainsi la balle, mesurant l’impact de chacun de leurs actes sur l’autre. Se délectant du plaisir un peu malsain qu’il en résultait. C’est ainsi qu’Elly passa ses doigts fins sur le poignet d’Evan. Elle qui refusait le moindre contact avec lui quelques instants auparavant le chercher pourtant maintenant … un vrai paradoxe à elle seule Ange.

Il était à sa merci, mais ne se laissait pas démonter pour autant, personne ne sortirais vainqueur de cette discussion, ni elle, ni lui. Elle tentait de s’en convaincre, malheureusement il avait touché un point sensible. Elle lui était redevable et pour bien des choses. Au-delà de la transformation pour laquelle il l’avait aidé en cette soirée sous ce ciel sans nuage, il avait cru en elle, et ce alors même qu’elle n’avait que 17 ans. Il lui avait dit de croire en ses rêves, ce qu’elle avait fait, elle s’était accrochée. Et avait réussi.

Devant l’incompréhension manifeste du professeur, qui n’avais de cesse de provoquer Elly en des mots plus ou moins voilés, elle se senti obligé d’effectuer quelque précision. Levant les yeux au ciel, un sourire étirant ses lèvres elle répondit tranquillement

- Je ne parlais pas que de la transformation …

Les mots étaient suspendus, engageant Evan à poser des questions. Elly souhaitait qu’il s’intéresse à elle, au moins un peu. A cette pensée refoulée, la jeune femme mordit sa lèvre inférieure, laissant apparaitre sa dentition rectiligne. Le fil de ses pensées n’était pas cohérent, elle avait du mal à mettre de l’ordre dans son esprit. Peut-être était-ce dû au jeu qui s’était lancé entre eux ? A la présence – si proche – d’Evan, qui troublait tous les sens de la jeune femme. Elle aurait pu lâcher la corde qui les reliait, mais elle se cramponnait fermement à elle, comme si, au fond, cela la rattachait à lui.

- … mais au final, tu as raison …


A ses mots, l’Auror eu du mal à déglutir, elle venait d’admettre qu’il était sur le point de gagner. La vérité était là, difficile à admettre néanmoins. Elle leva son regard vers lui, un nouveau sourire en coin. Le genre de sourire amical qui reconnais la défaite, qui abdique. Tout en fixant son regard, Elly courba l’échine face à Evan tel un hippogriffe un peu sauvage qui se serait finalement laissé approcher. Tout en se relevant de sa délicate révérence, elle rajouta

- Je suis devenue Auror grâce à toi, je te dois bien un dîner, en effet.

Les mots étaient lancés, la reddition prononcée. Peut-être n’accepterait-il pas qu’elle abdique ? A vrai dire, elle ne l’acceptait pas vraiment. Elle n’avait pas répondu à ses multiples sous-entendus qui avaient créé différents frissons sur le corps de la jeune femme, mais également dans son esprit. Troublant quelque peu sa capacité d’analyse qui faisait pourtant son for.


_______

- Tu vois, là-bas, les champs de blé ? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c'est triste ! Mais tu as des cheveux couleur d'or. Alors ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé ! Le blé qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j'aimerai le bruit du vent dans le blé ...
[...]
Ainsi le petit prince apprivoisa le renard. Et quand l'heure du départ fut proche :
- Ah ! Dit le renard... je pleurerai.
- C'est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise...
- Bien sûr, dit le renard.
- Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.
- Bien sûr, dit le renard
- Alors tu n'y gagnes rien !
- J'y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Evan, Mer 19 Avr 2017, 19:16








Mes mots agissaient dans son esprit, je le sentais, je le voyais, à chaque réplique qu'elle me faisait, à chaque nouveau sourire qu'elle m'offrait. Elle avait beau m'avoir condamné telle une bête de foire quelques minutes plus tôt, là elle paraissait devenir la Belle voulant être au bras de la Bête.

Ses doigts sur ma peau me laissèrent un frisson singulier, de ceux qui criaient vouloir une proximité, quand bien même cette idée fut révulsée peu avant. Je ne la quittais des yeux, sachant les secondes qui se jouaient, cruciales pour la suite. Comme si, le papillon qu'elle était semblait tout proche de se poser à ma main, de s'offrir à mes lèvres.

Ses mots lâchés doucereusement laissaient place à un sourire resplendissant, et m'appelaient à ses lèvres dont j'imaginais le goût, l'onctuosité, la fougue, sur l'étendue d'une soirée en les ayants pour compagne. Et, enfin, comme une brise attendue pour rafraichir la journée, elle laissa s'enfuir les mots de ma victoire, après m'avoir offert une légère révérence gracieuse.

Ainsi elle acceptait ma proposition, je lui envoyais un sourire ravit. Elle reconnaissait que je l'avais bien aidée, et pas seulement aujourd'hui, mais aussi le jour de notre rencontre, où je lui avais dit de croire en elle et en ses rêves. Je restais silencieux un moment, ce sourire à mes lèvres qui se mêlait au sien. Comme si nous étions deux combattants, qui finissaient pas laisser les armes à terre pour finalement partager ce qu'ils étaient.

- Hum... Je te laisserais convenir du lieu, du jour et de l'heure alors ? Je m'en réjouis d'avance. Te découvrir un peu plus. Que tu me découvres aussi un peu plus. Je pourrais m'enrichir de tes passions, de ta vie, et toi de même. Tu découvrirais qui se cache réellement derrière le professeur de Métamorphose de Poudlard. Et moi je découvrirais une Auror accomplie...

Je me taisais après mes mots et gardais mon sourire, les yeux toujours ancrés dans les siens. Je n'avais pas tillé quand elle me l'avait dit, mais en prononçant le mot, Auror, ça avait explosé dans mon esprit. Elle y était arrivé. Je la draguais. Et elle était Auror. Elle était la force qui s'opposait à mon Ordre, à ce que j'étais.

Et pourtant c'était un fait, elle me plaisait, et inversement certainement vu où en était arrivé notre discussion. Je m'aventurais à déposer une baiser sur son front que je fis durer quelques secondes. Mon intérieur était partagé. Pouvais-je réellement m'attacher à elle ? Etait-ce déjà trop tard ? Je voulais la revoir.

Puis, je n'allais pas lui balancer que j'étais Mangemort de toute façon. Quand bien même nous passerions une nuit délicieuse, quand bien même d'autres naitraient, non, clairement, elle devait ignorer mon secret.

J'assimilais dans mon esprit la dangerosité de notre rapprochement. Pour elle comme pour moi. Que ferais-je si je me retrouvais face à elle en situation de combat ? Et de son côté, m'attaquerait-elle ? Elle. Cette belle. Qu'à cet instant je voulais près de moi. Que je connaissais depuis que je l'avais eue comme élève. Jamais, je ne pourrais lui faire de mal, j'en étais persuadé. Je devrais la fuir mais elle m'attirait, comme l'oiseau qui combat le vent qui tente de le repousser.

Petit renard, le loup est à toi. Mais tu ne sais pas qu'il est loup. Et le loup regarde le renard. Petit loup, le renard semble être à toi. Et toi tu sais qu'il est renard.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Elly Wildsmith, Ven 21 Avr 2017, 00:12


Sans même en savoir davantage sur elle, il l’avait classé comme une Auror accomplie, ce qui fit sourire Elly. Devenir Auror avait été le but de sa vie, et elle avait réussie, comment ne pas être fière de ce parcours ?

Et puis, subitement. Le silence.

Un mutisme impromptu qu’Elly n’avais pas vu venir, tenant toujours entre eux la corde, reliée à son poignet, à lui. Cet autre qu’elle refusait de connaître mais pour lequel elle ressentait une multitude de sentiments, chose qui ne lui ressemblait pas. Au-delà de son métier, pour lequel elle avait beaucoup appris, elle arborait toujours une sorte de bouclier polaire. Comme si être froide perpétuellement pouvait la protéger de tous les maux du monde, l’empêchant de souffrir de quelque manière que ce soit. Et pourtant, au contact d’Evan elle s’était ouverte, un peu. Elle lui avait confiée le plus simplement du monde qu’elle était Auror, elle lui avait sans doute montré le pire côté d’elle-même avec cet animal qui lui avais sauté dessus.

Mais ce silence était pesant pour elle. Elle cherchait à comprendre dans son regard ce qui pouvait se tramer dans son esprit. Qu’avait-elle dit ou fait qui le plonge dans un tel état de réflexion ? Malgré son regard accroché dans les yeux de la blonde, il avait un sourire figé, comme suspendu à ses réflexions intérieures qu’Elly aurait aimé connaitre.

Alors qu’elle allait lui faire part de son interrogation, il s’était approché et avait déposé ses lèvres sur son front en un tendre baiser. Le rapprochement eut un effet non mesuré pour Elly, sans comprendre véritablement pourquoi, elle aurait aimé que le contact dure plus longtemps. Elle perdit le fil de ses pensées, de ses interrogations, totalement perdue à ce rapprochement qu’elle n’avait pas vu venir et dont elle voulait encore.

- Tu me sembles … perplexe … un problème ?


La perspicacité d’Elly n’était plus à prouver et elle espérait avoir tort. Il y avait eu quelque chose de dérangeant dans ce silence. Elly n’arrivais pas à trouver où se situait le problème. Elle aurait aimé posé mille questions mais avait peur qu’il s’échappe, que finalement, ce soit lui qui prenne la fuite. Et, sans savoir réellement pourquoi, elle refusait cette éventualité.

Sans doute s’était-elle attachée à lui, peut-être avait-il raison après tout ? Prise au piège de sa propre parade. Elle regardait cet être avec attention, comme s’il n’y avait plus que lui sur Terre. Ambivalence des sentiments. Elly ferma les yeux, lâcha la corde. Celle-ci lui avait tiraillé la main pendant les longues minutes au cours desquelles elle l’avait maintenu – de force – relié à elle.  Un long soupir émanant de la jeune femme, et la corde disparue. Comme si ce qui venait de se passer n’avait pas existé. Qu’un vague souvenir, qu’une vague idée.

--------

J'ai le droit d'exiger l'obéissance, parce que mes ordres sont raisonnables.
Ange

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 17 sur 19

 Parc de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.