AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 19 sur 19
Parc de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle

Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Mary Drake, Mar 8 Mai 2018 - 20:27


disoulée c'paouf et en plus je suis en retard, mais plein d'amour sur toi ♥

C'est un
----------comble
Non ?

D'être une carotte et de
s'éplucher soi-même ?
Une pomme de terre et pourtant
utiliser ses propres ongles
pour enlever notre pelure
cette enveloppe sale
Quelle pleutre je fais
à ne pas vouloir être torturée
par l'ennemi puis de me tuer alors qu'il n'y a
même pas de raison
c'est idiot
diront certains
mais moi je crois
que c'est un droit
tant que le sang ne coule pas

Mais qu'en est-il alors de ces prunes dirigeables qui ont tellement honte d'être elles-mêmes - alors qu'à mon sens elles devraient êtres heureuses de ressembler à cette magnifique créature qu'est le radis - qu'elles veulent faire croire à un presque semblable qu'ils sont pareils ? Pleutre ne me semble pas assez puissant pour cet honteux et fâcheux fait. Je crois qu'elles n'ont pas saisit le sens du presque. Ce n'est pas égal à même. Pas bien compliqué, simple et clair. Net.

Les légumes de ces nouvelles générations
c'n'est plus ce que c'était

Et toi alors t'étais quoi ?
Bien mieux, naturellement.

Mais être meilleure, est-ce une fatalité en soit ?
Grand sujet
gros débat
et cerveau de soupe aux petits pois
Soit.

La seule chose que je peux faire pour l'instant chez juger ces petites pestes qui se croient un peu plus géniales que les bulles de rêves. Non. Mais. Oh. Je sais pas pour qui elles se prennent mais en tout cas c'est on ne peut plus fâcheux. Cependant je souris et puis j'hoche la tête. Kohane elle a tout à fait raison c'est un radis et puis on fait toutes les deux partie du même potager, elles elles sont dans un buisson, nous où nous le voulons. Je ne sais pas quoi rajouter de plus pour l'instant. Mes genoux se plient pour me poser aux côtés de l'ex reine du silence. J'inspire un bon coup, au cas où un jour ce serait à moi de parler.

Je voudrais
un bonhomme de neige
euh non
un panier d'osierrrrrr
Pour cueillir toutes ces traîtresses
J'suis une carotte en manque d'aventure
je parle aux fruits
et à tout ce qui m'entoureeeeeuh

Et là, là. Là je tombe. L'accroupissement est, mes amis, mort. Voilà qu'elles reparlent. Pour nous dire, qui plus est, que nous avons tort. Je crois rêver mais non mes oreilles sont belles et bien débouchées. Radis a elle aussi l'air de tomber des nues, autant dire que je ne suis pas toute seule à ne pas en croire mes yeux (pour éviter la répétition d'oreille, vous comprenez). Suite encore plus fracassante : voilà qu'elles nous parlent d'expérience.

Non
non
et non
non

Elles vont pas nous faire croire de tels bobards
Il en est hors de question
Comprenons-nous

Vous dites des bêtises, hochement de tête, air grave et sourcils froncés. Il faut leur faire croire qu'on hésite. La meilleure défense est l'attaque, mais si elle est furtive - à moins d'être protégé dans un four - c'est bien mieux. La seule expérience qu'il vous est déjà arrivé, c'est votre transformation en boucle d'oreilles. D'ailleurs je suis certaine que même en boucle, vous parlez toujours pour radoter des inepties plus affolantes les unes que les autres. Pour appuyer un peu ce que je dis j'en cueille une. Nannnnnnnnnnnn eh bien si. Si elles veulent jouer, jouons !
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Kohane W. Underlinden, Sam 16 Juin 2018 - 23:41




Désoléeduretard :x

La situation s'envenime
Parce qu'on tient tête
Et qu'en face aussi
Genre !
Ce sont des radis ! J'aurais mille et une preuves -comme les mille et unes nuits, vous savez, les contes moldus- qu'elles ne sont que des prunes. Dirigeables. D'ailleurs, vous avez déjà réfléchi à ce nom ? Pourquoi dirigeables ? Ca évoque un peu les grands vaisseaux volants qui fiou fiou volent dans le ciel comme des énormes oiseaux tout en fer et aciers et moteurs et autres trucs moldus auxquels j'y connais rien. Bon, ces prunes, z'ont pas le même gabarit. J'suis même pas sûre qu'elles volent. Elles sont juste... accrochées telles des idiotes à leur buisson.
Elles me blasent. Carrément. Totalement. Puis leur petite argumentation de m*rde, là.

D'ailleurs, dirait la voix de la raison, comme ça se fait que des prunes dirigeables puissent parler ? Y'a anguille sous roche. Ou reich. Ou rouge rouche rouve rou... oh j'sais plus.
Enfin.
C'est pas normal, vous en conviendrez.
Même si, pour moi, c'est tout-à-fait logique ! Pour Carotte aussi, d'ailleurs. Sans doute une âme légumienne similaire qui crée ces ponts entre nous. Toujours est-il qu'elle reste de mon côté et même, contre-attaque. Avec de superbes arguments. Du coup, je ne peux que hocher vigoureusement la tête : oui, oui, Carotte a par-fai-te-ment raison !
Z'êtes que des nulles bonnes qu'à faire des boucles d'oreille. Alors que les vrais radis comme moi, super-radis, même, on sait VOLER. C'est la meilleure des choses. VOLER DANS LE CIEL AVEC LES ETOILES et oui, je mets des majuscules pour bien souligner l'importance de ce trait dans les aptitudes d'un super-radis et même super-légume en général car super-carotte et super-navet en sont capables aussi. Mais pas ces... ces... j#jdi*dinpfm#pdj de prunes dirigeables !
Pourtant, elles continuent de nier. En beauté. Et moi, ça me donne envie de les taper. Parce que ce sont des usurpatrices d'identité.

Je pousse un profond soupir d'agacement en levant les yeux au ciel et en me redressant, cessant d'être courbée pour fixer les autres dans les yeux. A la place, je regarde Carotte. L'air de lui demander son avis. Mordiller le coin de la lèvre. Indécise.
Puis, soudain,
Reprise d'énergie,
La pièce peut reprendre

-Non mais vous...

Air dégoûté au visage alors que je pointe un index menaçant direction le buisson

-Vous n'êtes que des...
-Ah, de suite, des insultes ! Comme vous êtes des gamines !

Bon allez, je vais finir mes les étriper, ces prunes de kske#mskd*pmfel.
En faire du jus ! Du jus de prunes dirigeables !
Vous pensez que c'est bon, d'ailleurs ? Ou des confitures... oh, des confitures ! J'suis sûre Pius aimerait, il a déjà tellement de bocaux étranges que me ramener avec de la confiture de prunes dirigeables ne le choquerait pas. Puis si ça s'trouve, c'est très bon.



-Euh excusez-moi... ?

Geste violent de tête, je me détourne du buisson pour tomber nez à nez avec un homme d'âge mûr, air abasourdi ou crétin au visage qui nous regarde, Mary et moi, moi et Mary, l'une après l'autre. Qu'est-ce qu'il nous veut ?
Attente.
Silencieuse.

-Ca fait un moment que je vous regarde... enfin entends... vous... vous allez bien ?
-Bah ouais, quoi, on a quoi ?

Ton plus violent que je ne l'aurais voulu.
Pas ma faute. Ces prunes m'énervent : elles ne sont pas des radis.

-Ah euhm... depuis tout à l'heure... vous êtes plantées devant ce buisson, vous parlez...
-Tsuuut ça regarde personne qu'on parle devant un buisson !
-Non mais vous vous rendez compte que depuis tout à l'heure vous faîtes question-réponse en fixant un buisson ?! s'énerve le type.

Geeeeenre.
On fait pas question-réponse, on discute avec des prunes dirigeables.
Mais le gars semble plutôt croire qu'on parle toutes seules ou plutôt que, comme les enfants jouant avec leurs poupées, on fait parler ce buisson et qu'on est un peu grandes, pour ça, blabla.
Je suis tentée de le balancer sur les prunes, ça leur ferait les pieds. Autant à lui qu'à elles.
Mais je décide de rester diplomate et ne pas céder à la violence.

-On est dans un pays libre, nah ? D'où il est interdit de causer devant un buisson ?

Fusiller du regard.
L'homme semble nous prendre pour deux cinglées. Mais il finit par abdiquer, ne voulant sans doute pas d'ennuis. Ce ne sont pas ses affaires, après tout.
J'affiche une moue de colère dans son dos. Franchement, les gens, de nos jours.
Puis je reporte mon attention sur les prunes :

-Et vous... !

Montrer les poings en signe de défi.
Allez, v'nez vous battre si vous l'osez !

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Mary Drake, Lun 16 Juil 2018 - 12:32


Je n'ai jamais connu quelque chose de plus ennuyant que ces prunes dirigeables elles ont ce côté excédant qui me donne envie de les arracher une par une pour les écraser ou bien même en faire de la confiture empoisonnée. Une bonne vieille compote que je pourrai ensuite donner aux gens peu sympathiques qui n'auront pas compris que la véritable arme d'une Mary c'est de leur envoyer des choses à la figure. Une poêle, un four, ou bien - depuis peu - ce fameux nectar à base de prunes.

Je ne les aime pas
que ce soit leur façon de parler à mon radis
leurs airs arrogants
Je.... Rien chez elle me plaît
puis certains rageurs diront
que c'est faux
vu qu'elles lui ressemble
mais non
ce ne sont
que de piètre
contrefaçons
On ne va pas dire de copies de tableaux
que ce sont des originaux
alors qu'on ne vienne pas me sortir
que ces pâles copies
sont des radis

- Je refuse, et la sentence est irrévocable.

Je n'ai rien de base contre les fruits pourtant alors qu'on sait tous que je fais partie de l'honorable team des légumes. Loin de moi l'idée de les mettre dans le même sac
- même si je souhaite les manger -
C'es juste une mise en garde
contre elles
contre d'autres qui souhaiteraient
nous faire du mal....
La bave de la dirigeable n'atteindra jamais la blanche légumienne
et toc !

Kohane n'est vraiment, mais vraiment pas contente; je ne l'avais jamais vu s'énerver. C'est un peu pour moi la douceur incarnée. Ces petites pestes l'ont mise dans tous ces états ce qui ne me va vraiment pas. Une idée s'imprime dans mon esprit, claire, nette, et si l'une d'entre elle ose bouger le petit doigt, elle subira le même sort. J'ai envie de leur tordre le coup, uzaosqhoezdshàidesx, pour éviter de dires des mots peu jolis. C'est logique que nous soyons des gamines, nous sommes encore petites, dis-je en répartie défensive. C'est un peu nul, ok, mais je n'ai pas beaucoup d'armes à portée de main. Sauf mes mains qui manifestement grouillent d'envie de leur donner une bonne leçon.

Arriva alors, le contre-messie : le sorcier. Qui en plus d'être ennuyant, est vieux, et qu'en plus d'être vieux, il a perdu l'âme enfantesque qui devrait encore l'animer.
Bref, il est nul.
Déjà, il nous interrompt. C'est impromptu.
Ensuite, il demande si ça va alors que ça se voit que ça ne va pas, mon visage est sans doutes tout rouge et Kohane est forcément énervée au vu de son expression.
ALORS NON, m'sieur, ça va pas du tout !
Puis il nous accuse, en d'autres mots, lui aussi tout rouge comme une tomate, de parler seule à seule avec le buisson et que c'est nous qui nous répondions.
Ils échangent encore quelques mots. Des banalités de gens fâchés
Avant qu'il parte j'en profite moi aussi pour exploser : Partez, vous, le pleutre de ces contrées qui n'essaie même pas de comprendre avant de tourner le dos; partez, vous, qui accusez sans preuves, et bientôt votre tête sera tranchée !
Il me lance un regard, ricane bêtement, puis se prends une branche sur la tête.
S'en était moins une, pour la décapitation. Au moins, il décampe ensuite rapidement.
Ces gens, franchement, dis-je à Kohane en secouant tristement la tête. Ils se mêlent toujours de ce qu'il ne les regarde pas. De vrais personnes ennuyantes, je termine en haussant les épaules. Et puis ; en chuchotant : Je suis cependant certaine que c'est un coup des prunes pour nous faire croire qu'on est folle alors que sont elles, les dingues dans cette histoire.

Son poing est levé, prêt à l'attaque. Des mots, il y en a assez eu

Il est temps
de se
- venger

je tends d'abord mon bras vers le ciel, pour prendre un peu de force, tends mes doigts vers une prune dirigeable et je l'enlève de son buisson, la tiens entre mes doigts. Puis d'un air de défi, je fixe chacune des autres petite peste. Qu'une seule ose seulement râler encore une fois ! Mais non, elles restent muette, l'autre dans mes doigts est toujours en vie - plutôt bien même - et semble juste effrayée. Vous comprenez que vous n'êtes pas des radis maintenant ?
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 23 Juil 2018 - 13:44



   
/Contenu sensible (?) vocabulaire\

   

Nous sommes des soldates. Prises entre deux fronts. D’un côté, les prunes. De l’autre, le monsieur pas content. Ca commence à faire beaucoup. Les tirs vont partir de toutes parts et on saura plus où donner de la tête.
Carotte a tout à l’heure répliqué aux prunes que c’était normal qu’on fasse les gamines, toujours une âme d’enfant, voyez. ‘Fin ça dépend, hein. Parfois, j’nous trouve très matures. M’enfin, si ça peut nous permettre de marquer un point contre les prunes, oui, normal qu’on fasse des gamineries !
A présent, elle a reporté ses attaques sur monsieur pas content. Je ne peux qu’approuver ses dires : il nous reproche des choses dont il n’a pas la moindre preuves. Si c’est pas un signe de bêtise. Le gars ricane -il OSE ricaner ! Avant de se prendre une branche et de détaler.
Avec toute la grandeur et la majesté qui me caractérise, je lui tire la langue dans le dos. Oui, oui, je suis une grande fille. Mais je suis bien contente qu’il se soit pris une branche ! Bien fait pour lui. Nah.
J’inspire d’un air méprisant en fixant le point d’où le type a disparu.
Quel sale mec.
Les hommes, j’vous jure ! Peuvent pas nous laisser en paix, non, faut toujours qu’ils contrôlent tout et qu’ils apportent raison à tout parce que, bien sûr, nous, on ne peut pas avoir raison, hein, on est des femmes, faut pas exagérer. Bon, okay, sa remarque n’avait sans doute rien à voir avec notre sexe ou notre genre. Mais à ce stade de l’histoire, tous les prétextes sont bons pour lui en vouloir. Y compris inventer des chefs d’accusation contre lui et manifester un brin de misandrie qui, pourtant, ne fait pas partie de moi en temps normal. Mais là, rien n’est normal. Y’a ces sales prunes ! Et y’a eu le méchant type qui nous prenait pour des folles -c’est bien connu, toutes les hystériques sont des femmes et leur folie ne peut être expliquée que par le fait de posséder un vagin.

Bon, en soit, cet épisode est terminé, page refermé. Le méchant monsieur s’est pris une branche dans la g*eule et paaaf bien fait pour toi, phallocrate ! Okay, ça n’a, encore une fois, rien à voir avec la situation mais laissez-moi donc déverser mon agacement en paix ! Les gens, de nos jours. J’vous jure.
Je hoche vigoureusement la tête quand Carotte fait son petit commentaire sur ce qui vient de se passer. Ouais, ouais, d’accord à 200% avec elle. Mon regard furieux se tourne vers les prunes : ah, celles-là ! Ce complot ! Elles usent de leurs pouvoirs pour nous faire passer pour folles ! Non mais ! Elles vont voir ! Je vais les...
Pas le temps de faire quoi que ce soit.
Mary a pris les devants.
Après s’être rechargée en énergie par le ciel, son courage emplissant ses veines, elle arrache une prune à son nid. Je la vois désormais de près. Très près. Entre ses doigts. Elle a l’air d’avoir peur. J’suis sûre que si elle avait des bras et des mains, elle se cacherait les yeux comme les bébés raccoons apeurés. Bon, malheureusement pour elle, elle n’a ni l’un ni l’autre et n’est pas non plus un raccoon. En même temps, si elle en était un, elle ne prétendrait pas être un radis. Qui serait assez idiot ou aveugle pour confondre les deux ?
Pointant un index menaçant en direction du buisson, je renchérit, à la suite de Mary :

-Parfaitement ! Z’êtes des prunes dirigeables. Moi, je suis un radis. Et on se ressemble pas du tout. PAS-DU-TOUT !

Lèvres pincées, colère dans la gorge, j’attends leur réponse. Mais elles reste définitivement muettes. Je crois qu’on leur a bouclé le clapet. En tout cas, elles n’osent plus prononcer un son.
Avec un soupir d’exaspération, je fais signe à Carotte de rendre la prune à ses comparses. On n’est pas des assassines, on va pas la tuer. On voulait juste leur faire peur. Ca a marché, je crois. Pis on a l’air d’avoir gagné : elles n’ouvrent plus la bouche pour dire qu’elles sont des radis génétiquement modifiés.
Allez, l’est temps de se tirer.
Toute cette histoire fut longue et douloureuse. Mais au moins, les pendules ont été remises à l’heure !
Les prunes dirigeables
ne sont pas
DES RADIS !



Fin du RP
Merci à toiiiii ♥
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 19 sur 19

 Parc de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.