AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 5 sur 19
Parc de Godric's Hollow
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant
Gloire Lecomte
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor

Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Gloire Lecomte, Lun 19 Mar - 23:47



Balançant légèrement ses jambes dans le petit espace vide qui la séparait du sol, Gloire écouta l'auror essayer de répondre à ses propres pensées... et elle s'en voulut presque d'être aussi embêtante parfois. Sautant prestement de son muret et s'approcha de l'homme qui avait à présent fini de se sécher. Arrivée à sa hauteur - entendez là près de lui car bien entendu niveau taille, il lui aurait fallu une paire de talons pour mannequin - elle s'arrêta et croisa son regard.

- Pardonnez-moi d'être aussi vilaine avec vous. Je ne devrais pas essayer de vous enquiquiner avec toutes mes questions.

La jeune femme avait parlé d'une voix douce. Les bras croisés dans le dos, elle espérait sincèrement que son côté "chipie" ne nuirait pas à leur relation. Bon, elle n'était pas la plus chipie des pestes mais elle avait la fâcheuse habitude de ne pouvoir s'empêcher d'être simplement elle-même. Regardant toujours l'homme dans les yeux, elle essaya de lui faire comprendre ce que parfois les mots ne sont pas aptes à dire et ce que souvent les gens mettent du temps à évaluer.

- Si je vous ai donné rendez-vous ici, je pense que c'est parce que notre première et dernière rencontre m'a laissée une bonne impression. Pas à vous ?

Peut-être n'aurait-elle pas du forcer le destin. Peut-être aurait-elle du attendre et laisser les choses se faire... Pourtant, plus elle le regardait et... une vieille intuition lui disait que si elle n'avait rien fait, ils auraient probablement pu attendre longtemps avant de se revoir.

- Oh à propos, je vous dois aussi des excuses pour m'être éclipsée lors de la fête de Noël. Je suis rentrée rejoindre mon père chez nous et... je vous ai cherché un moment mais ne vous trouvant pas, je suis alors partie. J'avais pensé à vous recontacter... ou peut-être ai-je pensé que vous le feriez peut-être... et en dépit de cause, je n'ai rien trouvé de mieux que cet elfe déguisé.

La conversation commençant à légèrement dévier, l'asiatique recula un petit peu, et ce fut comme si cette distance physique rétablissait toutes les barrières.

- Et sinon, comment s'est terminée la soirée pour vous ? Je veux dire la fête de Noël...

Quelque peu embarrassée - oui quand même - la jeune femme se mit à faire quelques pas. Marcher, bouger... c'était ce qu'elle faisait pour se calmer et cela faisait un miracle sur elle. Apaisée, elle put se tourner de nouveau vers son compagnon.


Dernière édition par Gloire Lecomte le Mar 26 Juin - 12:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Klarh Findirs, Mar 20 Mar - 20:45




L'ambiance s'améliorait malgré tous les doutes de l'homme : la pluie continuait à tomber comme un voile éternel, le froid formant comme une bulle autour d'eux, néanmoins repoussé par la température croissante sous la tonnelle. Après un sortilège de séchage, il était normal que le chaud se soit installé, et puis il ne fallait pas sous-estimer le fait que deux corps humains produisent un peu de chaleur.

S'approchant de lui telle une enfant, bras croisés derrière elle, comme une petite fille (il fallait dire que la différence de taille pouvait presque faire tomber dans un tel panneau).


- Pardonnez-moi d'être aussi vilaine avec vous. Je ne devrais pas essayer de vous enquiquiner avec toutes mes questions.

Fronçant les sourcils, Klarh la laissa parler : soit elle le faisait exprès depuis le début, et y prenait un malin plaisir, soit c'était compulsif chez elle, et elle ne s'en rendait compte qu'après-coup.

" Mhh, pas d'soucis, y'a pas mort d'homme... Du moins j'espère..." dit-il, faisant mine de vérifier s'il était toujours vivant en observant ses mains... Bon, niveau plaisanterie, on aura vu mieux, Klarh.

Après tout, malgré ses airs de brute (non intentionnelles, en plus, mais bon, avec cette apparence, ça lui collait à la peau, et il ne faisait pas toujours ce qu'il fallait pour démentir cela), il cherchait plutôt à être en bons termes avec tout le monde... Du moins lorsque cela était possible. Il ne fallait pas non plus lui demander d'être copain-copain avec un mage noir. Alors si Gloire n'avait rien de "mangemoresque", il n'y avait aucune raison de se braquer sur sa position à la moindre accroche.

- Si je vous ai donné rendez-vous ici, je pense que c'est parce que notre première et dernière rencontre m'a laissée une bonne impression. Pas à vous ?

Acquiesçant d'un mouvement de tête accompagné d'un léger grognement, il fut bien content qu'ils en viennent à ce sujet là... C'était toujours mieux que les questions gênantes. Elle expliqua ensuite comme elle s'était éclipsée lors de la soirée de leur rencontre. Elle ne l'avait pas trouvé ? Pourtant il s'était fait kidnapper par Céleste sous son nez... A moins qu'il y avait autre chose, l'alcool n'était pas vraiment un allié de la mémoire... Mais il en était sûr : il n'avait rien fait d'affreux, rien de désagréable ne s'était déroulé. Pour sa part, il ne savait pas s'il aurait eu l'audace de la recontacter, il était loin d'être un éventuel organisateur d'évènements festifs, alors niveau invités ou rencontres, il ne fallait pas y penser...

Après, si et seulement si l'occasion se présentait, il était évident qu'il l'aurait contactée, vu que son cercle de connaissances était déjà assez restreint, alors si en plus il fallait ne conserver que les gens avec qui il s'entendait plutôt bien, cela diminuait à nouveau son panel d'options.


- Et sinon, comment s'est terminée la soirée pour vous ? Je veux dire la fête de Noël...

Gloire fit les cent pas, comme embarrassée... Klarh, lui, ne voyait pas trop où était le problème dans cette question, au contraire, c'était une façon de clore leur rencontre interrompue, pour passer à autre chose, ou bien ne pas rester ainsi sur un départ différé.

" Oh, eh bien... J'ai beaucoup apprécié, cela faisait des années que je n'avait pas passé de telles fêtes de fin d'années... J'peux même dire sans exagérer que ça pourrait être la première fois que j'y prends autant de plaisir. " lui répondit-il, apparemment inspiré pour sa réponse. " C'est dommage d'vous avoir perdu en route... "

Suite à ces paroles, il s'appuya contre une structure en acier. Apparemment, c'était des balançoires... Et il n'avait pas vraiment envie de les essayer : si c'était prévu pour enfants, alors il ne fallait surtout pas qu'il s'y installe de tout son poids...

" Mais j'me demandais... Du coup, pourquoi avoir envoyé cet elfe alors que vous connaissiez mon nom, mon poste et ma supérieure ? " commença-t-il, un peu moins gêné d'énoncer d'éventuelles incohérences... Après tout, ça faisait partie de son travail. " Parc'que bon, j'avais complètement oublié la signification du jour où c'Cupidelfe est venu me voir... Pour une surprise, c'est réussi, vu qu'en général on loue des services dans l'genre pour avouer ses sentiments au destinataire."

Le silence tomba comme une pierre... Mais que venait-il de dire ? C'était tout lui, ça, dire la vérité toute crue sans trop réfléchir, alors que la situation pouvait se montrer embarrassante (autant pour l'un que pour l'autre)... Il ne savait pas toujours nuancer ses propos... Et là, réalisant ce qu'il venait d'insinuer, il ne put s'empêcher de serrer les mâchoires avant d'ajouter :

" Euh... Et c'est le cas ? "

Son ton était neutre, et dans sa tête, tout avait disparu : à quoi servait-il de réfléchir lorsqu'on allait avoir une réponse, et que toute tentative d'anticipation résulterait en une panique mentale ? Ce n'était pas un combat, autant laisser passer...

Mais ce vide... Il aurait plutôt souhaité voir apparaître un mangemort, histoire de remplacer ce néant par de la rage, de l'adrénaline, ou quelque chose dans le genre... L'habitude du métier d'Auror, quoi, ainsi que sa prédisposition à l'action plutôt qu'aux relations...

Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Gloire Lecomte, Lun 26 Mar - 18:12



La discussion roulait ci et là depuis maintenant quelques minutes mais honnêtement, jusqu'ici, tout n'avait été que pure politesse et civilité. Le problème c'est que la jeune femme n'était pas sûre des raisons qui l'avaient amenée à donner rendez-vous à Klarh aussi quand ce dernier lui posa la question, de manière tout aussi hésitante que ses pensées étaient confuses, Gloire ne sut que répondre. S'arrêtant dans son va-et-vient, elle réfléchit. Dos à lui, il était plus facile pour elle de penser.

"Que faire..." se dit-elle. Soit elle laissait son caractère spontané reprendre le dessus, soit elle essayait de maintenir ce masque si sérieux, bien que peu efficace, qu'elle avait endossé depuis le début de leur entrevue. Le silence commençant à peser, elle se retourna et répondit :

- Klarh... pourrions-nous juste profiter de cette occasion pour faire plus ample connaissance ? C'est risible mais je ne sais absolument pas pourquoi je vous ai envoyé Cupidelfe. Enfin si, c'était pour vous revoir mais était-ce pour vous avouer des sentiments, je ne saurai le dire.

La professeure fit quelques pas jusqu'à lui mais au lieu de rester face à son interlocuteur, elle choisit de prendre place sur l'une des balançoires que l'auror avait dédaigné quelques instants auparavant. En même temps, vu sa taille, elle pouvait comprendre ce choix. Les pieds à terre, tantôt pliant tantôt tendant les jambes, elle commença à se balancer tout doucement.

- Nous ne nous sommes vus qu'une fois et j'ai passé un agréable moment en votre compagnie. D'ailleurs, je regrette aussi de ne pas vous avoir retrouvé ce soir-là... Quoiqu'il en soit, je ne sais pas pour vous mais pour moi, si je déclarais quoique ce soit aujourd'hui, j'aurai l'impression d'aller trop vite. Oui... j'aurai l'impression de sauter les étapes.

S'arrêtant net dans son élan, la maîtresse des potions leva son regard pour essayer de déchiffrer le visage de son rendez-vous, mais en vain. Baissant les yeux, elle reprit :

- Je ne sais pas pour vous mais je ne suis guère douée pour ce genre de discussion. Mais étant donné que votre question est légitime, je ne pourrais que vous répondre que j'apprécie votre compagnie. Est-ce que cela suffira-t-il ?

Autour d'eux, la pluie commença enfin à s'arrêter. Déjà on pouvait voir une légère brume se former et un ciel clair et dégagé. La nuit était à présent totalement tombée et la lune donnait une couleur fantomatique aux environs du parc.

- Tiens, la pluie semble s'être calmée. Nous faisons quelques pas ? demanda-t-elle histoire de "dédramatiser" la situation. Enfin, si vous estimez être assez sec pour ressortir dans cette brume.

Oui. Marcher leur ferait du bien. Elle avait toujours aimé l'odeur de l'herbe après la pluie
(pas la boue --") et puis ce serait toujours mieux que de rester cloisonnés en privé dans ce petit coin isolé du monde, surtout quand la situation prêtait déjà à confusion. Encore, si la situation avait été claire, il n'y aurait pas eu de problèmes mais là, en l'occurrence...

L'asiatique s'était levée et avait renfilé sa capeline sèche. Debout devant le portique, son parapluie en main, elle attendit que Klarh la rejoigne. Lui souriant, elle lui indiqua un petit chemin sur la droite. Elle ne savait pas où il menait et c'était tout aussi bien, la surprise - ou pas - serait au rendez-vous. Un peu comme ce rendez-vous un peu particulier. Il suffisait juste de suivre le chemin qui se tracerait pour en connaître la finalité.


Dernière édition par Gloire Lecomte le Mar 26 Juin - 12:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Invité, Jeu 5 Avr - 17:59


[HRPG : il s'agit d'un RP unique n'intervenant pas dans celui en cours - Autorisation de Gloire]

Cela faisait bien longtemps que le jeune Ethan n’avait pas revu la petite frimousse d’Eliott. Les deux hommes se connaissaient depuis maintenant une bonne dizaine d’années. Ils s’étaient rencontrés dans le quartier où il vivait avec ses « parents » adoptifs. Bizarrement, ils avaient tout de suite sympathisé malgré leurs quelques années de différences. Au départ, il s’agissait de quelques bêtises exécutées à deux. Puis elles prirent de l’ampleur pour finalement devenir de grosses bêtises que l’on ne partage qu’avec son meilleur ami.

Sauf qu’aujourd’hui tout était différent. Les aléas de la vie les avaient séparés, et cela faisait approximativement 6 mois qu’ils ne s’étaient pas vu. Et puis un beau jour (la veille au petit matin pour être précis) Ethan avait reçu une missive de son ami lui indiquant un lieu de rendez-vous. Ça aurait pu paraître étrange pour certains mais pas pour le Serdaigle. C’était tout à fait le genre d’Eliott de faire ce genre de chose. 23h50 dans le parc de Godric. Ethan serait à l’heure.


_____________________ Lendemain : 23h45. Godric_____________________


Il ne faisait pas chaud malgré le fait que ce soit bientôt la fin aout, et la lune rayonnait haut dans le ciel. Seul un fou oserait se promener à une heure pareille dans un village ou la sécurité est absente. Les aurors avaient beau faire le job, les Mangemorts se baladaient comme bon leur semblait au nez et à la barbe des représentants de la loi. Mais qu’importe, Ethan se fichait du reste du monde. Une seule chose l’intéressait à l’instant présent ; ses retrouvailles avec son meilleur ami.

Les arbres peu éclairés dont les ombres se projetaient sur le sol donnèrent au jeune homme un petit frisson dans le dos. Les rues désertes ne rassurait pas non plus Ethan, et encore moins l’idée de se rendre dans un parc à cette heure-ci. Qu’est-ce qui avait bien pu lui passer par la tête lorsqu’il avait répondu oui à la demande de son ami ? Ils auraient pu faire ça chez lui, au chaud dans le salon à boire un bon vin de la cave du Serdaigle, mais non, il était là à se cailler les miches en l’attendant.

Jetant un coup d’œil à droite et à gauche il ne put observer que la pénombre qu’offrait la nuit. Tous ses sens étaient en alerte. Dès qu’un bruit suspect faisait son apparition, il brandissait sa baguette devant lui ne sachant trop à quoi s’attendre. Finalement l’homme attendu se décida enfin à pointer le bout de son nez… 10 minutes en retard. Si il y’avait bien une chose qui insupportait Ethan c’était ça. Les gens n’étaient pas foutus de respecter des horaires, qui plus est fixées par eux-mêmes.

Ethan – Sérieux t’abuses, on aurait pu se voir chez moi, au chaud… On se pèle ici ! M’enfin ça fait plaisir de voir ta sale bouille dit-il avec un sourire non dissimulé.

Elliot – Hey, content de te voir aussi ! Je t’ai donné rendez-vous ici car je ne peux pas rester trop longtemps au même endroit. Les temps sont plutôt difficiles en ce moment, j’voulais tout de même te prévenir.

Rien que cette phrase signifiait de mauvais présages pour les jours voir semaines à venir. Il s’était sérieusement mit dans de sales draps, comme à son habitude c’est vrai. Mais au vu de la manière dont il l’avait dit, cela devait être plus grave que ce qu’ils avaient pu traverser avant. Ils finirent par marcher un peu, le long d’un sentier qui traversait le parc.

Ethan – Les temps sont plutôt difficiles ? De quoi tu causes ?

Elliot – Comme tu le sais, j’ai eu quelques soucis avec des Rafleurs il y’a un moment déjà… Je pensais que c’était réglé depuis l’temps qu’ils ne m’avaient plus rien demandé. Sauf qu’à présent ce sont des mages noirs qui m’en veulent. En réalité, l’objet que j’avais en ma possession n’était rien d’autre qu’un miroir à double sens qui reliait un Mangemort avec le chef des Rafleurs, voilà pourquoi ils en ont après moi…

Ces mots eurent l’effet d’une bombe dans la tête du jeune Ethan. Il avait eu vent des tentatives d’Elliot pour vendre un objet d’une grande valeur ayant appartenu au chef des Rafleurs. Sa tête était même mise à prix. Cependant comme il l’avait justement énoncé, tout ceci n’avait plus lieu d’être étant donné qu’il avait été présent à l’échange qui avait eu lieu entre les deux protagonistes…

Sauf qu’à présent il ne jouait plus dans la cour des petits revendeurs et autres. Il s’amusait avec les grands, les redoutés mages noirs dont Ethan partageait les idéaux, mais pour l’instant ça n’allait pas plus loin. Elliot était donc une cible de choix pour des hommes cagoulés n’ayant peur de rien, encore moins de tuer.

Le sentiment de peur s’était quelque peu emparé du Serdaigle tandis qu’Elliot parlait avec une aisance et une assurance plutôt mal venues dans ce contexte… Soit il cachait son jeu et était mort de trouille, soit il n’en avait vraiment rien à faire. Dans ce genre de situation, il était difficile de savoir ce que ressentait ou pensait l’homme qui se tenait en face de lui… Aucuns tremblements dans sa voix, aucune hésitation, il n’avait pas non plus les mains qui bougeaient, pas de tic. Ce mec était un mystère à lui tout seul.

Ethan – Tu t’rends compte que tu risques à tout moment de rester sur le carreau… Faut pas trop sous-estimer ces gens-là, ils n’ont peur d’rien… Sur le coup j’suis pas sûr de pouvoir t’aider…

Elliot – Ouais je sais… Sauf que là faut que je fasse gaffe. Attends, prends ta baguette ! J’ai cru voir quelque chose là-bas.

A ces quelques mots le jeune Serdaigle s’exécuta. Depuis le début il n’avait cessé d’être en alerte permanente, et il lui semblait bien avoir entendu des bruits louches. Des bruits qui ne ressemblaient pas à celui du vent contre le feuillage massif des arbres. Visiblement, quelque chose ou plutôt quelqu’un les avaient suivi. Un mage noir ? Peut-être… Ethan espérait de tout son cœur se tromper quant à l’identité de la personne qui bougeait dans les fourrés.

Ni une ni deux, les craintes du jeune homme firent face. Devant eux se tenait un homme, ou une femme d’ailleurs, habillé d’une façon qui ne trompait pas sur son groupe. Aucun doute, il s’agissait d’un Mage Noir. Quelques secondes passèrent, et les adversaires se fusillèrent du regard. Puis contre toute attente, un deuxième Mangemort fit son apparition derrière eux. Ils étaient en très mauvaise posture, et comme chaque fois dans ces cas-là, l’union fait la force.

Ethan – Comment ont-ils su que tu serais là avec moi ?

Elliot – Je sais pas, surement à cause de la chouette que je t’ai envoyée, ils ont dû l’intercepter, où je ne sais quoi.

Ethan tourna donc le dos à son ami de manière à avoir en visuel le deuxième adversaire. La tension était palpable, il peinait à tenir sa baguette, les mains moites, le visage crispé, la boule au ventre… Il avait peur. Tandis qu’aucun des deux garçons ne bougeait, le premier mage, celui qui faisait face à Elliot lança le premier sort. Un #Expluso fusa en direction des deux hommes. Sans plus attendre, le Serdaigle s’accroupit comme si il n’avait personne derrière lui sauf qu’Elliot maîtrisait assez bien l’art de combattre, une aubaine sinon ils ne tiendraient pas longtemps.

N’ayant jamais été confronté à pareille situation auparavant, Ethan avait du mal à se concentrer sur les sorts qu’il avait pu apprendre à Poudlard en Défense Contre les Forces du Mal… Peut-être qu’un Expelliarmus suffirait… Le stress l’empêchait de choisir les bons sorts sauf que le temps était un luxe qu’il ne pouvait se permettre à l’heure actuelle… Il opta finalement pour un #Ragnarok en informulé et ajouta :

Ethan – #Expelliarmus ! Elliot, formation tortue comme quand on jouait !

La fameuse formation tortue des deux amis. Elle était simple mais d’une redoutable efficacité, ils se tenaient chacun le bras de manière à rester en contact et chacun protégeait son côté. De cette manière, les deux amis pouvaient bouger aisément et répliquer plus facilement.

Elliot - #Sectumsempra ! On tourne maintenant ! Occupe-toi de la défense !

Ethan - #Protego !

Voilà comment ils jouaient plus jeune. Ethan se chargeait de les protéger et lorsqu’Elliot était prêt, ils tournaient de manière à ce qu’il puisse attaquer le côté protégé par Ethan tandis que le Serdaigle protégeait l’autre côté. De cette manière, une espèce de sphère se formait autour des deux jeunes hommes et ils pouvaient aisément se défendre.

La réponse des Mages ne fut pas longue à venir, un éclair rouge fusa vers le mur invisible qui s’était formé et le pulvérisa instantanément. La puissance du mage était très nettement supérieure à celle d’Ethan. De ce fait, la défense serait plus rude. Au passage le protego vola lui aussi en éclat suite à un puissant Avada Kedavra. La peur au ventre, Ethan continua :

Ethan – On tourne encore ! Maintenant ! #Cacae viri

A cet instant, le jeune homme aurait tout donné pour que son sort rende le mage aveugle, cela leur aurait permis de s’en aller vite fait bien fait. Mais visiblement la situation était loin d’être favorable aux deux amis, le sort fut très simplement évité par le mage tandis que l’autre lança un #Incarcerem en direction d’Ethan.

Le problème c’est qu’il n’avait pas le temps de formuler quelque sort que ce soit, il aurait bien tenté un diffindo, mais la peur le bloquait. Il vit le sort arriver et puis la scène se passa comme au ralenti, sauf que même au ralenti, la vitesse du sort était phénoménale et l’issue était déjà toute indiquée. Ethan fut frappé de plein fouet par le sort et se retrouva immédiatement ligoté. Il essayait tant bien que mal de se sortir mais cela semblait impossible. Les cordes le serraient avec une telle force qu’elles lui taillaient le bras en pièces.

Ethan – Barre-toi ! Et vite, je me suis fait avoir !

Elliot – Surement pas, on est une équipe, j’te laisserais pas comme ça ! #Expelliarmus !

L’éclair rouge fusa de nouveau, mais n’atteignit pas sa cible. La facilité avec laquelle les mages répliquaient était déconcertante, on aurait dit qu’ils étaient intouchables, comme protégés par une muraille invisible.

Les deux mages ne semblaient plus porter leur attention sur Ethan, le problème c’est que sa baguette n’était pas sur lui, elle avait été emportée plus loin lorsqu’il avait reçu le sort de plein fouet. Il regardait donc avec impuissance l’exécution de son ami. Elliot ne mis pas longtemps avant de baisser sa garde, la puissance des coups qu’il prenait l’affaiblissait de plus en plus, à tel point qu’il avait du mal à se tenir encore debout. L’inévitable ne mit pas longtemps à arriver, épuisé autant physiquement que mentalement, l’homme qui était comme un frère pour Ethan se fit toucher par le denier sort envoyer, un stupéfix.

Attendez, un stupéfix ? Ils n’étaient donc pas là pour le tuer. Son sens logique lui permit donc de supposer ce qu’allait faire les deux adversaires, et il ne se trompa pas. Le plus grand des mages arriva, prit Elliot par la main et transplana laissant Ethan seul et encore accroché. La rage montait en lui, il se débattait avec plus de forces qu’il n’en avait, et sous le coup d’un miracle, il parvint finalement à s’extirper du piège avant de reprendre sa baguette.

Le bruit des fracas causés par les sorts et les hurlements avaient laissé place au silence le plus complet. Complètement perdu le Serdaigle se mit à tourner en espérant apercevoir son ami plus loin, quelque part, mais rien ne bougeait. Une larme perla sur sa joue, mais ne voulant pas laisser paraître ses émotions il la sécha d’un geste vif avec la manche de sa veste.

Ethan – Où que tu sois, je viendrais te chercher, crois-moi sur parole.

Ces mots sonnaient comme une promesse et cela en était une. Il se jura alors de ne jamais se reposer tant que son ami ne serait pas de nouveau à ses côtés en train de parler des choses les plus inutiles du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Klarh Findirs, Lun 16 Avr - 0:07



Anxieux quant à l'éventuelle réponse de son interlocutrice, Klarh la regarda faire les cent pas. A vrai dire, ce n'était pas comme si elle lui avait sauté au cou dès qu'ils s'étaient vus... Heureusement... Car en ce cas, il n'aurait pas su comment réagir.

Avec ce silence pesant, il se disait qu'effectivement, il devait se faire des films. D'ailleurs, la réponse à sa question pointa enfin le bout de son nez.


- Klarh... pourrions-nous juste profiter de cette occasion pour faire plus ample connaissance ? C'est risible mais je ne sais absolument pas pourquoi je vous ai envoyé Cupidelfe. Enfin si, c'était pour vous revoir mais était-ce pour vous avouer des sentiments, je ne saurai le dire. fit-elle, s'approchant pour finalement s'installer dans sur un siège de balançoire.

Devant se tordre le cou pour lui faire face tout en restant contre ce truc en acier, il préféra rester contre la structure, la regardant en coin par dessus son épaule. Ainsi donc, elle avait juste voulu le revoir... De toute manière, comment pouvait-il s'être imaginé avoir la moindre chance de plaire à quiconque ? Anna l'avait relégué au rang d'ami alors qu'il lui avait avoué ses sentiments de la manière la plus explicite possible.

Gloire parla de "ne pas sauter les étapes", étais-ce une façon de cacher le fait qu'elle ne voulait pas... justement... commencer n'importe quelle "étape" avec lui ?

Dégoûté par ses propres pensées, Klarh tourna son regard vers l'extérieur... La pluie s'atténuait, et risquait de s'arrêter à tout moment. Il aimait toujours Anna, mais il se cherchait des excuses pour penser à une éventuelle "nouvelle conquête". C'était une chose qui se faisait, après un échec amoureux, l'être humain ne peut rester seul toute sa vie... Sauf que l'imposant Auror n'avait toujours pas tourné la page avec son amie blonde. Cherchait-il, auprès de Gloire, ou quelconque autre femme, un moyen de se prouver que rien ne clochait avec lui ? Pour l'instant, c'était perdu d'avance, sa vigueur et détermination au combat étaient bien au delà des espérances, par contre, pour ce qui était de celles en rapport avec les gens (surtout avec les relations amoureuses, en fait...), cela frôlait le zéro absolu.

Suite à la question de l'asiatique, il répondit enfin :


" Si ça suffit..."

Sa voix se brisant en pleine phrase, il songea un instant au fait qu'il espérait peut-être quelque chose de plus abouti, quelque chose à quoi se raccrocher fermement. Non, cela ne lui suffisait pas, d'avoir une amie, son cœur voulait plus, il mourait à petit feu à cause de son statut de rejeté... Mais Gloire n'était pas Anna, et il ne préférait pas faire de rapprochement incohérents, ou faire quelque chose de regrettable. Ah oui, il fallait répondre à la jeune femme !

" Euh, ça suffit... Oui... Bien sûr. C'est déjà beaucoup." acheva-t-il, se forçant à afficher un micro-sourire.

Bien content d'être en quelque sorte "dos" à son interlocutrice, il pouvait très bien se laisser son regard dépité se perdre sur le sol, sans vraiment le voir (et puis elle faisait limite la gamine sur une balançoire, Klarh estimait qu'ils étaient quittes, niveau "politesse").

- Tiens, la pluie semble s'être calmée. Nous faisons quelques pas ? Enfin, si vous estimez être assez sec pour ressortir dans cette brume.

Jetant un œil à sa veste toujours aussi trempée, il se dit qu'il n'allait peut-être pas se remettre ceci sur les épaules, vu qu'il était sec... Et puis, maintenant qu'il ne pleuvait plus, il n'en avait plus vraiment besoin. D'un coup de baguette négligent, il fit disparaître le vêtement trempé et se tourna vers Gloire, détachant son dos de la structure de la balançoire.

" Pourquoi pas..."

La jeune femme avait le sourire, il serait vraiment cruel de refuser sa proposition. Et puis, ce n'était pas comme s'il avait mieux à faire ... Enfin, si, il pouvait retourner s'entraîner à Wood Stuff, ou bien essayer de nouveaux prototypes de sortilèges au département des mystères, ou encore s'isoler au calme, quelque part, près de la mer si possible, pour se laisser aller, profiter du soleil, et se détendre en laissant s'exprimer son animagie, sans risquer de croquer quiconque (ou un plongeur par-ci, par-là, rien de bien grave, quoi...).

La suivant, il remarqua qu'il n'était pas totalement bien séché, et que son haut était encore tout humide, lui faisant "apprécier" la fraîcheur de la température ambiante : cela restait raisonnable, mais si le temps se dégradait un tantinet, il risquait d'avoir vraiment froid. Ce n'était pas le cas, alors il ne s'en souciait pas pour le moment.

Tous deux commencèrent à marcher, et un silence gênant s'installa à nouveau. Il fallait à tout prix briser la glace, dire quelque chose, n'importe quoi !


" Hrm, donc si j'me trompe pas.. z'êtes bien professeur de potions à Poudlard..."

Ah bah bien sûr qu'il ne risquait pas de se tromper sur ce point là, il obtenait cette information du Ministère. Il était tombé sur son nom et s'était du coup penché sur le dossier... Qui n'en était pas vraiment un en fait, il s'agissait d'une sorte de récapitulatif, pour faire ce que savent si bien faire les bureaucrates et politiciens, brandir des listes, des noms, de l'encre sur du parchemin... Apparemment ça marchait très bien, la preuve, il y avait un Ministre de la Magie différent presque à chaque mandat : à croire que la phrase "on ne change pas une équipe qui gagne" n'avait pas encore été invoquée. Pour l'instant, Klarh pensait qu'ils n'étaient pas mauvais, avec cet Ismaël aux commandes... C'était toujours mieux que ce garde-chasse ayant pris ses grands airs.

Quoi qu'il en soit, il ne fallait pas qu'elle se mette à croire qu'il l'espionnait...


" ... Je suis tombé sur un simple document qui l'mentionnait... Ça s'passe bien ? Mes souvenirs de Poudlard remontent à très longtemps."

Et bam, il n'arrivait jamais à se protéger de cela : il parlait du passé, il se mettait à ressasser tous ces souvenirs, les bons, les mauvais, dans une mixture peu agréable pour sa mémoire...Avec un peu de chance, Gloire ne le pousserait pas à en raconter davantage.

" 'Fin, p't'être que vous avez pas envie de parler du boulot... Vous avez des loisirs particuliers ? "

Se maudissant intérieurement, Klarh allait commencer à paniquer si ça continuer : il n'y prenait comme un pied pour entamer une quelconque discussion. Il n'avait pas trop l'habitude d'amener un sujet particulier : au QG, au Ministère, il y avait toujours un truc à dire à un collègue, concernant telle ou telle affaire, telle ou telle tâche, tel ou tel rapport... Alors que là... Non, il ne connaissait rien de cette femme à part son appartenance au corps enseignant de Poudlard, et du fait qu'il l'avait rencontrée à la soirée de Céleste. Pour ce dernier thème, il avait été suffisamment épuisé durant cette fameuse soirée, et au début de cette "rencontre".

Serrant les poings et la mâchoire, il attendit donc les éventuelles réponses, mal à l'aise, en essayant au mieux de le cacher derrière un masque d'impassibilité (po-po-poker face !).


** Elle va m'prendre pour un gars pas du tout futé... Ou bien pour un fou...** pensa-t-il, totalement démoralisé par sa propre attitude.
Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Gloire Lecomte, Jeu 26 Avr - 14:13



Le début de la "promenade" fut relativement calme... Etait-ce le calme avant la tempête ? Un peu comme ce petit répit que leur offrait la pluie ? Quoiqu'il en soit, ils marchèrent sur l'herbe mouillée sans se parler.

Tête baissée, Gloire faisait mine de faire attention à là où elle posait ses pieds - histoire de ne pas glisser - mais en réalité, elle n'avait pu s'empêcher de remarquer que même si l'auror acceptait sa réponse, son visage s'était quelque peu assombri. Avait-ce été un effet de l'obscurité ambiante ? ou avait-elle bien vu ? Comment devait-elle l'interpréter ? Son compagnon attendait-il une autre réponse ? Toute confuse, les paroles de Klarh la firent quelque peu sursauter - menaçant d'ébranler son équilibre précaire sur la pelouse mouillée - et la ramenèrent à la réalité...

- Euh... oui excusez-moi. Oui oui, c'est bien cela, je suis bien professeur à Poudlard. Ne vous inquiétez pas, cela ne me dérange pas, répondit-elle en débouchant enfin sur le gravier où elle attendit qu'il soit à sa hauteur pour reprendre cette marche improvisée, les mains dans les poches. A croire qu'avec elle, tout était "improvisé"... Maintenant, si tout va bien... eh bien, comme toute chose, il y a des hauts et des bas. Je ne connais rien qui soit toujours tout calme. Mais, ce qui est sûr, c'est que ce n'est pas non plus le chaos.

Parler travail ne l'ennuyait pas. Après tout, à part son boulot, de quoi aurait-elle pu parler ? Sa vie entière n'était vouée qu'à celui-ci, et à son père. Ses amis étaient rares et elle ne les voyait que très peu. Quand aux hommes... c'était "le" sujet qu'elle n'aimait pas et ne souhaitait pas aborder. Autant les autres personnes autour d'elle affichaient leurs conquêtes et leur besoin d'avoir quelqu'un, autant la jeune femme, elle, n'en ressentait que peu le besoin. Lorsque la solitude la prenait, elle trouvait refuge dans son métier, dans sa famille et dans ses amis. Cela lui suffisait.

- Et vous Klarh, comment se passe votre boulot d'auror ? Je sais qu'il y a eu dernièrement quelques évènements mais je veux dire... ce métier vous plaît-il ?

Question idiote, je vous l'accorde. Cet homme était bâti pour ce métier, du moins de ce qu'elle avait pu voir jusqu'ici. A vrai dire, la seule chose qui semblait briser cette façade qu'il affichait sans arrêt était le mal-être qui semblait l'habiter lors de confrontations sociales personnelles. Etait-ce seulement avec les femmes ? A moins que cela ne soit qu'avec elle...

Cela n'aurait même pas étonné la maîtresse des potions. Quand elle prenait du recul sur sa propre personne, elle pouvait avouer sans peine que personne de sensé ne pouvait s'attacher plus que de raison à elle. Elle était imprévisible, parfois impulsive, et cerise sur le gâteau, elle était incapable d'expliquer ses choix. Que celui qui disait le contraire soit châtié ! Elle en avait une fois de plus la preuve avec Klarh. Ne l'avait-elle pas attiré ici sans raison, sans explication - autant pour lui que pour elle - et qui plus est avec un elfe pouvant porter à confusion ? Après tout, sa question précédente était justifiée...

Voilà qu'elle revenait sur cette fameuse question... Observant l'auror discrètement, elle essaya d'analyser ses idées. Bon d'accord, elle le reconnaissait, Klarh dégageait un certain charisme. Etait-ce ce qui avait motivé son geste ? En sa compagnie, l'asiatique se sentait bien, en sécurité et c'était là une sensation qu'elle n'avait connu qu'auprès de peu de personnes.

"Oh Gloire ! réveille-toi ! tu crois que c'est le moment de t'auto-analyser ?"

Rougissant, la brunette se concentra sur les paroles de Klarh. Leurs pas les avaient menés jusqu'au portail du parc. Devait-elle prendre cela comme un signe pour dire que mieux valait arrêter ici le désastre de cette soirée ? Quand elle observait la soirée, celle-ci n'avait pas été si longue que cela mais les circonstances dans lesquelles elle avait eu lieu pouvait facilement avoir fatigué son rendez-vous. Que devait-elle faire ? Pour la première fois depuis que Klarh et elle s'étaient rencontrés, Gloire n'agissait pas au hasard. Devait-elle le libérer de sa présence ?

Ralentissant, le rythme de leur marche finit par se stopper sous l'arc du grand portail forgé. D'un côté, la lumière blafarde de la rue éclarait le village à moitié endormi, tandis que de l'autre côté, l'ombre des arbres occultait les réverbères du parc. Malgré elle, la jeune femme sourit un peu tristement. On avait l'impression d'être un peu à la croisée des chemins.

- Nous voici revenus quelque peu au point de départ, dit-elle doucement. Que faisons-nous ? Je ne voudrais pas vous retenir plus que nécessaire.

Inutile de lui dire qu'elle se sentait un peu stupide au vu de tout ce qui s'était passé, ou pas passé, cette soirée. Etant donné qu'elle lui avait plus ou moins "imposé" cette rencontre - en comptant sur sa curiosité, il lui paraissait normal de lui laisser au moins le choix de l'abréger s'il le désirait. La professeure n'était pas encore assez stupide pour comprendre que ce rendez-vous fortuit avait soulevé pas mal de questions et que cela allait sans nul doute avoir un impact sur leurs relations futures...


Dernière édition par Gloire Lecomte le Mar 26 Juin - 12:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Klarh Findirs, Jeu 3 Mai - 22:26




Alors que tous deux cheminaient tranquillement sur le chemin encore humide après cette pluie torrentielle, Klarh amena le sujet du travail. Gloire semblait bien enjouée par cette question, du moins à sa manière. Cette femme était une énigme à elle toute seule, alors déjà que ce n'était pas toujours facile avec la gente féminine habituelle... Klarh craignait de se perdre...

Elle lui expliqua que c'était bel et bien son travail, que ça allait bien pour l'instant, mais que ce n'était pas toujours tout rose et bleu dans le meilleur des mondes ...


** Comme partout...** songea-t-il.

En fait, Poudlard devait être l'endroit le moins problématique : le train-train habituel des élèves, qui étaient destinés à vivre dans ce même château pendant sept années consécutives, avec quelques périodes de "vacances". Intérieurement, Klarh les enviait tous, ces gosses de onze à dix-sept ans (en moyenne...) : ils ne se souciaient que de leurs cours, de leurs vacances, de leurs devoirs, de leurs amis et "ennemis", tandis que les informations de l'extérieur perdaient une grande partie de leur importance face au cadre scolaire et quotidien. Poudlard, les belles années... Pour lui, ces années avaient été assez différentes par rapport à ses espérances, et à celles de ses parents.

M'enfin bon, ce qui était fait ne pouvait être changé. Et pour en revenir au cas de Gloire... Il se demandait bien ce qui l'avait poussée à travailler dans l'école de sorcellerie. Pour sa part, Klarh s'imaginait mal en professeur, préférant des méthodes peut-être un peu trop "brusques"... Et puis les enfants... S'il n'en voulait pas, c'était avant-tout parce qu'il ne pouvait supporter toutes ces manières enfantines, ces caprices d'adolescence et tous ces soucis dans le genre.


- Et vous Klarh, comment se passe votre boulot d'auror ? Je sais qu'il y a eu dernièrement quelques évènements mais je veux dire... ce métier vous plaît-il ?

S'arrêtant un instant (provoquant sans doute la surprise chez la jeune femme), il la fixa un instant, avant de laisser son regard couler à gauche, à droite... Que répondre à ça ?

" Eh bien..." commença-t-il en reprenant lentement sa marche. " Maintenant que j'travaille pour les Aurors, j'me vois mal ailleurs. Bien sûr, y'a l'Ministère... Le Magenmagot, l'Département des Mystères... mais c'est secondaire."

Finalement, lorsqu'il ouvrait la bouche, tout s'agençait correctement...

" Auror, c'un peu comme une définition d'moi même, maintenant... Même si j'me serais jamais vu en tant que représentant de la loi, lorsque je suis revenu en Angleterre. Bien au contraire. " ajouta-t-il nerveusement, ne pouvant s'empêcher de se gratter la barbe. " Donc ouais, on peut dire que ça me plaît, mais ... Sur un aspect différent. "

Question de nécessité ? Se sentait-il obligé de "faire le bien" ? Non... Pas du tout ! Il était attaché aux valeurs que représentaient les Aurors, et saurait se faire entendre si, à l'avenir, cela risquait de changer. Ce qui lui plaisait vraiment, c'était l'entraînement, maîtriser davantage de techniques et méthodes magiques, d'où son travail au Département des Mystères. Il était un grand adepte de l'enchantement d'objets : s'il s'écoutait, il deviendrait une sorte "d'ingénieur" magique, mais mieux valait freiner un peu tout cet entrain. Trop de zèle risquait de lui faire du tort.

Alors qu'il terminait sur sa petite explication, il vit très clairement qu'elle était en pleine réflexion, ce qui ne dura qu'un bref instant avant qu'elle ne commence à rougir : que se passait-il ? Pourquoi se mettait-elle dans un tel état ?


- Nous voici revenus quelque peu au point de départ. Que faisons-nous ? Je ne voudrais pas vous retenir plus que nécessaire.

Effectivement, ils étaient de retour dans l'entrée du parc. Avait-elle voulu le mener ici pour lui faire comprendre qu'il était grand temps de se quitter ? Non non, au vu de son caractère, Gloire lui aurait été franche avec lui si elle voulait vraiment qu'ils se quittent.

" Bah, on est pas pressés, du moins pas moi... Puis après tout, j'me suis arrangé pour avoir une journée d'libre, ne sachant pas vraiment à quoi m'attendre avec cet étrange message..." dit-il, croisant ses bras.

Il ne lui pardonnait pas vraiment le fait de l'avoir "piégé" avec un tel message anonyme. Pourquoi ne s'en était-elle pas tenu à une simple lettre "Bonjour Klarh, vous vous souvenez de moi ? On pourrait se revoir si vous le voulez bien...etc..." ? ... Mais non, bien sûr, il fallait plein de petits secrets, un contexte pouvant porter à confusion, et un lieu public... Pour bien le mettre dans le doute, vu qu'il ne savait pas du tout qui était la personne qui lui avait adressé ce message.

S'adossant à la partie "immobile" du portail, il resta là, fixant Gloire avec insistance, avec un soupçon d'air de "livre moi tes secrets !". Il voulait juste qu'elle soit bien plus franche, qu'elle arrête de tourner autour du pot, pour que tous deux puissent profiter de cette rencontre... Après, peut-être que cette vision pragmatique n'était pas vraiment à la portée de la jeune femme...Ou de n'importe quelle femme...Vu la complexité de ces créatures si différentes ! Néanmoins, rien n'empêchait l'Auror d'espérer ...Parce que lui, il commencer à bien l'aimer, cette Gloire Lecomte. Mais comment établir une certaine amitié en était tout crispé ?

Les inconnues du tout début avaient disparues... Gloire et Klarh étaient seuls, ce qui n'était pas plus mal, au moins ils étaient au calme.

Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Gloire Lecomte, Sam 5 Mai - 18:30



La jeune femme ne s'était pas aperçue qu'elle avait retenu sa respiration tout le temps de la réponse de Klarh. Peut-être était-ce la raison pour laquelle elle avait eu du mal à comprendre ce qu'il lui avait dit. Il restait donc ? Elle en était surprise. Elle aurait pensé qu'il en avait peut-être marre d'elle. Mais elle dut s'avouer qu'en effet, à le voir appuyé contre le portail, il ne semblait pas particulièrement pressé de partir non plus... par contre son regard était fixé sur elle et Gloire ne put s'empêcher de ressentir un certain trouble monter en elle. Refusant d'analyser cette sensation, elle détourna les yeux le temps que le calme revienne en elle. Ce qui est fort difficile quand l'objet du trouble vous fixe à quelques mètres à peine.

- ...Dans ce cas, que diriez-vous si nous sortions un peu de ce parc et que nous visitions ce village ? finit-elle par demander en regardant la rue. On m'a toujours dit que tout sorcier qui se respecte se devait de le connaître.

Ses yeux se posèrent alors de nouveau sur l'auror et croisèrent son regard. Après tout, s'ils passaient encore quelques heures ensemble, elle n'allait pas l'éviter jusque là. Elle lui avait dit tantôt qu'il valait mieux faire connaissance alors elle s'y plierait et laisserait les choses suivre son cours. Certes, les choses étaient un peu plus compliquées que tout ce qu'elle aurait pu envisager et un certain mystère pesait sur leur soirée, mais la professeure préféra ne pas s'appesantir sur la question. Klarh lui avait fait bonne impression, elle se sentait bien en sa compagnie et pour l'instant, c'était tout ce qui comptait.

- S'il vous plaît ? l'appela-t-elle. En temps normal, les hommes lui avaient toujours proposé leur bras pour marcher mais elle n'osa demander ou attendre et marcha donc à sa hauteur dans les rues pavées du petit village qui semblait à présent totalement endormi. Les maisons qui défilaient au ralenti autour d'eux se ressemblaient toutes et elle eut bientôt un peu de mal à s'y retrouver. Le sens de l'orientation et elle... ils n'avaient jamais fait bon ménage.

- Sinon Klarh, pour en revenir à notre première rencontre, je suppose que vous n'étiez pas seul à la soirée de Céleste n'est-ce pas ? Ne vous méprenez pas mais c'est une intuition. Vous aviez l'air si peu habitué à ce genre de réception que je me disais que vous y étiez pour accompagner quelqu'un... ou alors Céleste vous a menacé.

L'asiatique sourit en essayant d'imaginer la scène. Non, elle avait vraiment du mal à voir Klarh apeuré devant Céleste... même si d'un certain côté, connaissant la chef des aurors, cette dernière était tout à fait capable d'effrayer n'importe qui. A cet instant, ils arrivèrent devant l'église de Godric's Hollow et son fameux cimetière juste derrière. En temps normal, curieuse comme elle l'était, elle aurait probablement été le visiter mais pour un rendez-vous, un tel lieu ne convenait absolument pas aux circonstances. Cependant où aller ?

La pluie qui les avait laissé tranquilles jusqu'ici se remit alors à tomber. Enfin, pour l'instant elle était encore fine et ressemblait plus à de la bruine qu'autre chose mais il allait bientôt falloir s'abriter de nouveau. Sans vraiment réfléchir, la maîtresse des potions prit le bras de Klarh et l'entraîna sous le porche de l'église. Ce n'était pas une grande bâtisse et l'espace était donc quelque peu réduit. Se rendant compte qu'elle ne l'avait pas encore lâché, Gloire s'excusa et s'écarta légèrement, éspérant que ce geste imprévu n'en rajoute pas sur la situation déjà fort ambiguë. En elle, le trouble qu'elle avait réussi à oublier plus tôt refaisait surface.


Dernière édition par Gloire Lecomte le Mar 26 Juin - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Klarh Findirs, Lun 7 Mai - 20:04




Pourquoi ne s'était-il pas sauvé à l'aide d'une excuse quelconque ? Entre les Aurors et le Ministère, il avait largement de quoi faire, niveau "je suis un homme occupé, je vais devoir vous laisser". Mais non, il fallait qu'il soit trop gentil... Et passer davantage de temps avec cette Gloire Lecomte ne l'enchantait guère s'il s'agissait d'être dans la même ambiance qui persistait jusqu'ici. Au pire il pouvait toujours faire passer son propre Patronus pour celui d'un collègue... Non, elle ne serait pas dupe.

- ...Dans ce cas, que diriez-vous si nous sortions un peu de ce parc et que nous visitions ce village ? On m'a toujours dit que tout sorcier qui se respecte se devait de le connaître.

Haussant un sourcil, il suivit le regard de la jeune femme...

" Ah, je n'savais pas...Alors dépêchons-nous, je tiens à me respecter un minimum." fit-il, accompagnant ses paroles d'un grognement amusé.

Acquiesçant à son appel, il se décolla du portail et la suivit. Tous deux marchèrent côte à côte pendant toute la "promenade". Il n'était même pas venu à l'esprit de Klarh de proposer son bras à la jeune femme : ce n'était pas du tout dans ses habitudes...Il était même probable qu'il ignore que ce genre de choses se faisaient. Et puis, sérieusement, il était immense, elle était assez petite, ça ne l'aurait pas vraiment fait. Seule Anna s'accrochait à lui, et y penser ne l'aidait pas vraiment à se sentir mieux.

Alors qu'ils cheminaient dans les rues, Klarh se faisait une sorte de plan dans sa tête : il était déjà venu à Godric's Hollow, mais pas vraiment à l'intérieur du village...Plutôt dans la forêt, à l'extérieur. En tant que connaisseur, il repéra vite fait les maisons de sorciers : elles avaient, pour la plupart, une fine protection magique, pour éviter que les moldus ne s'attardent sur les "choses étranges". Ils passèrent même à hauteur d'une haie enchantée avec le plus grand soin : le sortilège repousse-moldu était concentré tout juste pour agir si l'on s'approchait pour jeter un œil par-dessus la haie, faisant sans doute disparaître de la vue des moldus le chaudron qui trônait dans le jardin, les quelques balais accrochés dans un coin, et sûrement plein d'autres phénomènes qui ne passeraient pas inaperçu. C'était franchement du beau travail d'enchantement, il devait l'avouer.


- Sinon Klarh, pour en revenir à notre première rencontre, je suppose que vous n'étiez pas seul à la soirée de Céleste n'est-ce pas ? Ne vous méprenez pas mais c'est une intuition. Vous aviez l'air si peu habitué à ce genre de réception que je me disais que vous y étiez pour accompagner quelqu'un... ou alors Céleste vous a menacé.

Après cette courte période de silence réservée à l'observation, Klarh semblait plus enclin à discuter. Alors comme ça elle voulait -encore- revenir au sujet de la soirée de Céleste...

" Eh, vous êtes bien venue seule, vous..." souligna-t-il " Mais ouais... J'étais accompagné, par Anna Ride, j'sais pas si vous la connaissez..."

Il n'avait guère envie de parler d'Anna pour l'instant... Pourtant c'était sûrement ce qui lui permettrait d'aller mieux, mais non, il demeurait un homme, à tout garder pour lui, croyant fermement qu'il pouvait continuer à vivre dans cette situation... Bref, il décida de changer bien vite de sujet.

" Après, c'est vrai que j'suis pas habitué à ... toutes ces festivités, et j'sais pas si je serais v'nu tout seul..." il s'autorisa un instant de réflexion avant de reprendre. " P't'être que oui, en fait... Céleste a fait beaucoup pour moi, j'sais même pas si elle le sait. Mon adhésion chez les Aurors ne s'est pas faite au meilleur moment, faut dire..."

Maintenant qu'il y repensait, Céleste avait risqué gros, avec lui : il n'était pas du genre à faire confiance à quiconque lorsqu'il l'avait rencontrée. Mais la rousse lui avait fait confiance, à lui... C'était sûrement ce qui l'avait touché. Les Aurors étaient dans une mauvaise passe, et ils luttaient contre ce qui n'avait pas lieu d'être. Tout ceci, en plus de la présence d'Anna parmi les chasseurs de mages noirs, lui avait sans doute permis de mieux s'intégrer...

Leurs pas les avaient menés au niveau du cimetière de Godric's Hollow. Il y avait mieux comme coin romantique ou tout simplement agréable, mais Klarh aimait bien ce genre de lieux : pas pour le fait que ce soit empli de morts en décomposition qui pourrissaient dans des boîtes en bois, nooon, mais plutôt parce que c'était souvent un lieu de recueil, et que d'une certaine manière, il fallait que les gens puissent faire face à la mort pour réaliser qu'il gâchaient leur temps, leur énergie, et bien d'autres choses dans de vaines actions ou lamentations.

Bref, peut-être que ce n'était pas la tasse de thé de Gloire, et il s'apprêtait à lui proposer un autre lieu bien moins morbide lorsque la pluie décida de reprendre...les faibles précipitations avaient sûrement pour but de s'amplifier plus tard, ne serait-ce que pour tenter de gâcher la soirée de tout le monde. Klarh aimait bien cette bruine qui ajoutait un peu d'humidité dans l'air, tout en leur laissant le temps de s'adapter : parce que bien qu'il possédait le pouvoir de se transformer en crocodile, il était comme tout le monde, n'aimant pas se retrouver trempé de la tête aux pieds en quelques instants.

Sa compagne de ballade ne semblait pas apprécier les caprices de la météo et le prit pas le bras pour l'emmener à l'abri : n'y voyant aucun inconvénient, il la suivit. Peut-être qu'elle craignait la fraîcheur apportée par un éventuel état après avoir passé quelques temps sous la pluie (d'où le fait qu'elle était arrivée avec un parapluie).


" Le temps n'est pas trop clément aujourd'hui, m'enfin, on va éviter d'en venir à parler de ça..." fit-il avec le sourire, sachant très bien que lorsqu'une discussion se mettait à tourner autour de la météo (à part à titre professionnel), c'était mauvais signe.

Gloire lui lâcha alors le bras un peu brusquement, et s'écartant, comme si elle ne voulait pas du tout qu'il n'y voie une éventuelle signification. Manque de bol pour elle, étant très tactile, Klarh le remarqua aussitôt, fronçant légèrement les sourcils dans une expression de surprise. On ne le repoussait jamais d'une telle manière, surtout quand ce n'était pas lui qui était à l'origine du contact : Anna ne se gênait pas pour s'agripper à lui, Céleste savait très bien comment il était, Iris ne lui hurlait dessus que lorsqu'il commençait à mettre en danger ses lombaires ou sa sciatique... (Stuart...Ah non, Stuart n'était pas une femme...). Non, ce genre de mouvement était plus blessant pour lui qu'une parole. Malgré la gène et le brin de tristesse face à cette "attaque" envers lui, il essaya de ne pas lui en tenir rigueur.

" Hrm... enfin, autant éviter d'attraper froid, et en profiter pour visiter cet endroit..." fit-il, posant une grosse main néanmoins bienveillante sur l'épaule de Gloire, se retournant en même temps pour inspecter la porte de ce bâtiment auquel il n'avait porté que peu d'intérêt.

Voyant qu'il s'agissait d'une église, il retira la main qu'il avait approché pour essayer d'actionner la poignée, faisant même quelques pas en arrière, sa main glissant de l'épaule de la jeune femme. Se retrouvant bien vite à nouveau sous la fine pluie, il se passa nerveusement une main derrière la nuque.

" ...Ou pas...Doit-y avoir mieux à voir dans les environs, on n'devrait pas être très trempés si on s'dépêche un peu."

Lâchant un souffle rauque en se retournant, il ne put réprimer un mouvement d'épaules signifiant clairement qu'il ne voulait absolument pas entrer dans un tel endroit : rien de bien vulgaire, plutôt un refus catégorique se voulant neutre du côté des émotions (bien qu'avec sa forte carrure, son apparence et sa démarche, cela pouvait plus passer pour un coup de colère).

Marchant sans vraiment se soucier si oui ou non Gloire l'avait suivi, il alla s'abriter sous la devanture d'un commerce fermé, la formation du bâtiment allouant néanmoins une place suffisante pour que deux ou trois personnes s'y tiennent sans forcément se coller.

Craignant la réaction de la jeune femme (ou tout simplement le fait qu'elle ne l'ait pas suivi), il ne se retourna pas tout de suite. Peut-être que sa réaction avait été un peu exagérée, mais toujours était-il qu'il n'aimait pas ces lieux... moldus ou sorciers. Il était évident que Gloire le questionne à ce propos si elle n'avait pas prit ses jambes à son cou au vu de la réaction de l'Auror. Du coup, il espérait juste qu'elle comprenne ses raisons.

Fixant le sempiternel store métallique qui ornait la devanture du magasin fermé (sûrement appartenant à un moldu, vu qu'il ne sentait aucune protection magique, mais il pouvait très bien se tromper en cet instant, ayant autre chose en tête...), il y passa un doigt, l'effleurant à peine, espérant que le son provoqué par le contact de sa peau avec la matière métallique l'aiderait à se calmer en le faisant redescendre sur terre...Mais en fait, il s'agissait juste d'un petit bruit de ferraille inutile. Serrant le poing, il attendit un petit moment supplémentaire.

Il n'avait pas l'air d'un homme qui s'était enfui d'un lieu ayant ravivé un souvenir traumatisant, non non, il apparaissait juste comme quelqu'un de normal (qui dépassait bien les deux mètres de haut et à la carrure massive, mais passons), se tenant debout face à ce store, reprenant lentement son souffle, bien qu'il n'avait pas vraiment fait d'effort physique... Ce qui était le seul point un peu "étrange".


Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Gloire Lecomte, Mar 8 Mai - 5:38



Elle l'avait écouté lui répondre et lui parler d'une certaine Anna Ride qu'il avait accompagnée à la soirée de Noël, de son intégration chez les Aurors ainsi que du rôle qu'avait joué Céleste. Etant donné la situation dans laquelle ils étaient quelques minutes plus tôt, nulle doute que la conversation aurait probablement continué si la météo ne s'était pas rappelée à eux.

Côte à côte, ce fut donc sous le porche étroit d'une église qu'ils se réfugièrent cette fois-ci. Dans un geste maladroit, la brunette ne se rendit que bien trop tard qu'elle venait de manquer de tact en le relâchant aussi soudainement mais elle avait eu si peur qu'il interprète mal qu'elle n'avait pas vraiment réfléchi. Et puis quand elle avait voulu réparer son erreur, elle en avait été incapable. Klarh venait de poser sa main sur son épaule, et ce contact à la fois si personnel et si banal avait réveillé en elle un autre souvenir.

Littéralement pétrifiée sur place, la professeure tentait de lutter contre la remontée de ce souvenir qu'elle avait mis si longtemps à oublier et qui revenait en traître, au moment où elle ne s'y attendait pas. Elle, trempée, abandonnée après avoir été battue dans une ruelle froide et sombre, des mains inconnues posées sur elle, lui intimant des gestes qu'habituellement seul un amant était autorisé à avoir... Tout cela lui fit oublier ce qui l'entourait. Klarh ne dut pas s'en apercevoir car il lui parlait mais, bien qu'elle puisse voir ses lèvres bouger, rien ne lui parvenait. C'était comme si son cerveau s'était subitement engourdi.

Luttant contre la détresse intérieure qui menaçait de la submerger, Gloire mit quelques minutes pour réaliser que son compagnon était en train de traverser la route pour aller se réfugier sous la devanture d'un magasin. A sa manière de marcher, sans forcément savoir comment, elle eut l'impression de l'avoir blessé... Quelle idiote ! Et dire qu'elle aurait déjà du dépasser cette histoire depuis le temps. Prise dans sa tourmente, elle n'avait pas été capable d'être là pour lui. A tous les coups, il avait du sentir qu'elle s'était crispée à son contact. Et s'il pensait qu'elle ne l'appréciait pas ? D'ailleurs, il ne semblait même pas remarquer qu'il l'avait laissée derrière lui.

Croisant les bras, comme pour se protéger, l'asiatique aurait voulu rester là et ne pas bouger avant de s'être reprise mais ce fut plus fort qu'elle. Dévalant les marches, elle courut pour rattraper l'auror, indifférente à la pluie qui tombait à présent à torrent. Depuis la première fois elle s'était sentie à l'aise avec lui, hors de question qu'une futilité qu'elle n'arrivait pas à surmonter vienne tout gâcher. Tant de gens dans sa vie disparaissaient ces temps-ci... et même si le magenmage et elle ne se connaissaient que depuis peu, une petite voix en elle lui disait qu'elle regretterait de gâcher leur relation naissante... "Et si lui s'en fichait ?" Cette pensée la transperça comme un couteau et l'arrêta en plein milieu de sa course, à à peine quelques pas de lui.

Se passant la main sur les yeux pour chasser l'eau qui ruisselait sur son visage et qui brouillait sa vue, la demoiselle coupée dans son élan put voir son poing serré et la tension qui l'habitait. Indécise, impuissante, elle ne savait quoi faire... et le voir ainsi l'attristait. A croire qu'elle n'avait pris que de mauvaises décisions ce soir. Toutes les questions de la soirée, toutes celles qu'elle avait éludées ou rangées semblaient à présent titiller sa mauvaise conscience. Elle l'aurait donc invité à la rejoindre sans aucune raison, avec l'aide de Cupidelfe, pour en arriver là ? Ne devait-elle pas y voir autre chose ? Et si... "Non !" Y avait-il moyen de retourner en arrière ? De changer tout ce qui s'était passé ce soir ?

- Klarh ? l'appela-t-elle dans un murmure, sans bouger, sans oser respirer.

Peu lui importait d'être trempée, peu importe d'en être malade plus tard, il y avait une sorte de mur invisible et elle ne se sentait pas le courage de le franchir sans savoir ce qu'il pensait d'elle. Autour d'eux, les secondes puis les minutes s'écoulèrent dans le silence pesant qui se dressait à présent entre eux. Cependant, à bout de nerfs, la jeune femme se décida enfin à franchir la distance qui les séparait et après une seconde d'hésitation, osa lui prendre le bras pour qu'ils soient de nouveau face à face... Elle ne savait toujours pas quoi faire ou quoi dire aussi soutint-elle juste son regard, à la recherche d'un signe qui lui montrerait peut-être la voie à suivre.

Autant la Gryffondor était douée pour lire les émotions des gens, autant certaines choses de la vie lui étaient totalement inconnues. Fille d'un homme d'affaire et orpheline de mère, elle avait été élevée dans un cocon qui ne s'était brisé qu'il y avait peu de temps. Et malgré ses vingt-cinq ans, la jeune femme ne commençait qu'à peine à entrevoir la complexité des relations entre individus. En cet instant, en cette unique seconde, et probablement pour la première fois de sa vie, elle avait besoin qu'on lui dise quoi faire car pour l'instant, la seule chose dont elle avait conscience, c'était que lorsqu'ils se sépareraient ce soir, une suite puisse être envisagée...


Dernière édition par Gloire Lecomte le Mar 26 Juin - 12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Klarh Findirs, Mar 15 Mai - 13:27




Klarh s'était un peu facilement emporté : certes, il n'aimait pas vraiment tout ce qui était bâtiment religieux, discours fervents mais peu argumentés et autres divagations dans le genre. Se voiler ainsi la face, pour lui, c'était inacceptable. Mais il n'avait pas pour autant envie de tout changer : il savait très bien que c'était quasiment impossible. Alors, au lieu de se mettre en guerre contre tout cela, eh bien il s'en éloignait... c'était tout aussi efficace.

** Tu fais l'gamin là...** pensa-t-il, bien que peu convaincu...

Cette réaction... fuir toute source de problèmes...Cela faisait tout de même un bon moment qu'il ne l'avait pas mise à contribution. Au sein du groupe des Aurors, il faisait plutôt le contraire, en général (oui, parce que parfois, il fallait fuir face à la paperasse)...

Il était quasiment immobile depuis quelques minutes, reprenant ses esprits, déchiré entre un besoin de solitude et le fait qu'il avait presque envie de crier à Gloire de venir auprès de lui : être seul, ce n'était pas drôle du tout, et ça il le comprenait de plus en plus, son pragmatisme naturel avait de moins en moins son mot à dire. Donc...transplaner immédiatement au loin, ailleurs, n'importe où, ou bien se retourner et chercher la jeune femme du regard pour la rejoindre ? Il n'arrivait pas à se décider, et du coup, il ne bougeait pas.

Il lui sembla entendre son prénom, prononcé tout bas, mais impossible d'en être sûr au vu du bruit incessant de la pluie. Qui l'appellerait, de toute manière ? Il était seul et allait le rester un bon moment... Ce qui fit qu'il fut surpris lorsque deux mains prirent son bras et le forcèrent à se retourner (au vu de sa volonté actuelle, on ne pouvait vraiment pas parler de le "forcer"). Gloire était toujours là, visiblement perturbée par l'enchaînement des évènements, mais cherchant à comprendre.

Ce visage et cet air lui donnèrent un petit coup de fouet : que pensait-elle de lui ? Non parce que vraiment, elle songeait peut-être à appeler Sainte-Mangouste pour le faire enfermer, s'il était sujet à des pics de violence aussi soudains que ce qu'il venait de se passer.

Bref, quoi qu'il en soit, il ne savait pas quoi dire, et ne put soutenir son regard bien longtemps. Lâchant une sorte de grognement-soupir, il détourna le regard...


" J'dois passer pour un idiot ou un fou... Voire les deux."

Il pouvait très bien arracher son bras des mains de la brunette, lui dire que ça allait, qu'il s'était emporté, mais non... Mentir à ce stade, à quoi bon ?

" J'peux pas supporter tout c'qui est...ça..." fit-il, faisant un mouvement de menton vers l'église dont ils s'étaient éloignés. " Y'a rien d'bien méchant... Sauf peut-être une vieille bataille, mais bon, c'n'est pas ça la cause de mon...refus. "

Osant à peine la regarder à nouveau dans les yeux (bah oui, il était gêné, le pauvre !), il reprit.

" J'préfère de loin croire en nos propres actions et des valeurs simples mais efficaces...plutôt qu'se voiler la face comme ça..." expliqua-t-il, se sentant presque obligé de dire tout ça, avant de remarquer que c'était peut-être trop... " Ça fait un peu irrespectueux et intolérant..." finit-il, grimaçant un brin..

En fait... Elle ne l'écoutait pas... Ou alors elle avait autre chose en tête... Parce qu'elle s'était contentée de le fixer, incapable de dire quoi que ce soit, avant qu'il n'essaie de se justifier de la sorte.

" Euh...Gloire...? "

... C'était la première fois qu'il l’appelait par son prénom, pas pour vérifier son identité, mais bel et bien pour s'adresser à elle...

" ... Quelque chose cloche ? " demanda-t-il, quelque peu soucieux...

Il n'aimait guère tous ces mystères, ces changements d'humeur et toutes ces choses dans le genre...Bien que lui-même y était souvent sujet. Ne sachant pas ce qu'elle voulait, où elle voulait en venir ou même ce qu'elle voulait lui dire, il s'abaissa à sa hauteur, lui faisant face, se rapprochant suffisamment, mais pas jusqu'à la coller, juste pour qu'ils soient proches.

Avait-il été rustre ? Il ne voyait pas en quoi... Brusque, peut-être ? Non, il faisait de son mieux pour ne pas décrocher accidentellement une droite à quiconque l'énervait un poil, passait trop près de lui, ou le touchait alors qu'il n'en avait pas envie : il avait beau être tactile, c'était à son bon vouloir. Ça dépendait beaucoup de la personne en face, aussi...

Quoi qu'il en soit, il se sentait mal à l'aise de voir Gloire dans un état aussi...inexplicable... Elle qui lui avait parue calme, simple et réservée durant la soirée de Céleste.



[Un peu court et tout nul, désolé T_T]
Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Gloire Lecomte, Mar 5 Juin - 13:54



Personne n'aurait su dire qui était le plus perdu des deux. La situation semblait totalement échapper au contrôle de l'homme et de la femme qui se faisaient face sous la pluie de Godric's Hollow. Klarh s'était exprimé et avait expliqué ce qui l'avait perturbé et Gloire l'écoutait sans réagir. La proximité qui les englobait en cet instant la troublait et quand l'auror se pencha pour voir si elle allait bien, elle ne put que rougir et bredouiller.

- Tout... tout va bien oui. Merci. J'ai cru vous avoir... perdu quelques instants et euh...

Voilà, elle n'arrivait plus à s'exprimer sans balbutier. Affrontant le regard qui lui faisait face, elle n'osait bouger. Respirait-elle encore ? Autant de questions que la jeune femme ne pouvait vérifier. Avec tout ce qui s'était passé, elle ne savait plus si elle devait reculer, rester sur place ou oser quoi que ce soit. D'ailleurs, que pouvait-elle faire ? Non non, elle ne pouvait pas encore ressentir quoique ce soit, c'était leur deuxième rencontre.

"Vous ne vous connaissez même pas..."

Oui oui, alors qu'elle était engourdie, son cerveau se fustigeait tout seul. Intérieurement, l'asiatique devait reconnaître qu'il était rassurant et plutôt séduisant malgré ces airs parfois bourrus mais en général, ce genre d'homme était déjà pris ailleurs et vu l'état actuel de sa propre vie, elle doutait que cela soit le meilleur moment pour tenter quelque chose. Elle avait besoin de temps, besoin d'en savoir plus, besoin d'apprendre à le connaître avant d'envisager quoique ce soit.

- J'ai froid... murmura-t-elle tout bas en resserrant ses bras autour d'elle.

Pris dans leur tourmente respective, ils avaient oublié que la pluie continuait à se déverser sur eux et la professeure était à présent entièrement trempée. Cela serait un miracle si elle ne tombait pas malade. Surtout que si on tenait compte que ses poumons n'avaient pas encore entièrement récupéré de leur immersion forcée dans l'eau, la professeure avait encore plus de probabilité de réveiller la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Klarh Findirs, Ven 29 Juin - 19:45




Klarh songeait vraiment à tout abandonner du côté des femmes, c'était trop compliqué, puis ça lui retombait toujours dessus ! Alors voilà, c'était décidé, il allait se tourner vers les hommes !... Quoique... C'était du pareil au même, il s'agissait des relations, pas seulement du fait que les femmes étaient un vrai mystère pour lui (certes, ça n'aidait pas...).

Suite à sa question, Gloire lui répondit que tout allait bien (elle avait cependant l'air aussi convaincante que convaincue...) et qu'elle croyait l'avoir perdu quelques instants... Ce qui avait bien été le cas. Sa phrase inachevée, elle se mit à balbutier, privant l'Auror d'une explication supplémentaire...Tant pis, il ferait sans...

Bien décidé à être sincère avec elle, il lui répondit, se passant une main le long du visage pour se grattouiller la barbe, signe de sa nervosité.



" Oui, m'suis perdu dans le passé... " fit-il, d'une voix un peu plus basse que d'habitude.


Elle devait s'en foutre royalement, lui en vouloir de l'avoir plantée comme ça devant cette foutue église...Heureusement qu'il pleuvait et qu'il n'y avait aucun témoin, sinon la scène aurait pu être gênante. Justement...Il n'y avait pas de témoins...Rien de l'empêchait de lui parler en toute franchise (rien ne l'empêchait non plus de se transformer en crocodile, la dévorer, et s'en aller comme si de rien n'était...Il trouvait cela plus facile que de devoir lui avouer ce qu'il pensait vraiment...) .

Mais alors qu'il allait prendre la parole pour lui parler sérieusement, elle laissa échapper, d'une toute petite voix :



- J'ai froid... fit-elle, repliant ses bras contre elle, toute frissonnante.


Ah oui, c'était à prévoir : avec la pluie et un peu de vent, la jeune femme devait avoir beaucoup plus froid que Klarh. Elle n'était pas épaisse, il fallait dire, et l'animagus crocodile ne serait même pas étonné de la voir se congeler sur place... Mais il allait agir avant que cela n'arrive, tout de même ! Il n'était pas vraiment un exemple du parfait gentleman, mais il pouvait parfois faire preuve de gentillesse et de générosité. Ce n'est pas parce que l'on voulait le tuer durant toute son enfance qu'il devait forcément transposer tout ça sur les autres personnes qu'il croisait.


" Faut pas rester sous la pluie..."


Il la tira doucement vers lui, reculant de quelques pas, pour que tous deux soient abrités par la devanture du magasin fermé. Gloire était bien trempée, comme si la pluie s'était amplifiée au moment où elle s'était décidée à le rejoindre...Ou bien parce qu'elle avait attendu un moment sous la pluie avant de se décider à faire quoi que ce soit. Songeant à cette éventualité, Klarh se sentit mal...Il ne voulait absolument pas que les autres se sentent mal par sa faute (après, s'il s'agissait de mangemorts, criminels ou autres personnes peu recommandables, il s'en foutait royalement...Mais là, c'était Gloire...Quelqu'un qu'il appréciait, donc).


" Encore désolé d'vous imposer ça... C'doit pas être amusant d'essayer de passer du temps avec un homme s'il s'enfuit pour un rien." dit-il, essayant d'afficher un sourire.


Faisait apparaître à nouveau sa veste qu'il avait renvoyé chez lui après que la pluie ne se soit arrêtée la première fois, il fut content de constater qu'elle était désormais sèche et un peu plus chaude que la température à l'extérieur. L'enfilant sur les épaules de Gloire sans vraiment lui demander son avis (pour lui, la logique voulait que vu qu'elle avait froid, elle n'allait pas faire de manières). La jeune femme avait l'impression de porter une longue cape qui lui allait trente fois, mais au moins, elle allait être préservée du froid. Klarh ajusta un peu le vêtement avant de retirer ses mains, prenant à peine conscience qu'il fallait peut-être éviter de trop en faire.

" L'temps n'est pas très clément avec nous... " fit-il, observant la pluie qui commençait à s'amplifier à nouveau. " J'pense qu'il vaudrait mieux rentrer avant qu'on s'retrouve bloqués ici... "

En fait, il voulait juste en finir, partir, cesser cet instant de malaise. Il n'avait rien contre Gloire, au contraire, ce n'était juste pas le moment ni l'endroit pour qu'ils se mettent à discuter tranquillement.

Jetant un coup d'œil à la jeune femme, il pria intérieurement pour qu'elle ne le prenne pas mal et qu'elle soit du même avis que lui... Il y avait sans doute mille endroits plus appropriés pour passer du temps ensembles...où la pluie ne viendrait pas les déranger...un endroit un peu plus confortable...plus romantique peut-être...Enfin, pour cela, Klarh préférait ne pas trop y penser.




Revenir en haut Aller en bas
Gloire Lecomte
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Gloire Lecomte, Ven 29 Juin - 20:27


Silencieuse, et en effet quelque peu congelée, Gloire suivit docilement son compagnon sous la devanture où il s'était abrité avant qu'elle ne l'en tire. Comme une enfant, elle se laissa aller contre lui, puisant la chaleur qui lui manquait dans ce grand corps qui semblait en avoir pour deux, voir trois, et mieux, elle se laissa même docilement emmitouflée dans son grand manteau . Ce geste lui rendit son sourire car elle s'imaginait sans peine vêtue du vêtement qui devait la rendre pareille à un épouvantail. Décoiffée par la pluie qui avait battu son visage, trempée jusqu'aux os et vêtue d'un tissu plus que large pour elle, elle ne se faisait aucune illusion.

- Merci, souffla-t-elle tout bas. Et ne vous fustigez pas, je ne vous en veux pas. Après tout, c'est moi qui nous ai entraînés ici et... chacun a ses démons n'est-ce pas ?

Elle finit sa phrase en croisant son regard. Bien qu'il avait repris ses distances, elle avait besoin d'accrocher celui-ci, c'était une manière de garder la connexion, aussi fine fut-elle. Et puis, elle avait senti qu'il y avait des choses non dites, et autant elle ne savait pas trop encore comment se positionner, nul doute que Klarh, lui, devait plus ou moins savoir ce qu'il voulait ou pensait. Il avait l'air bien trop pragmatique comme homme pour girouetter autant qu'elle. En tout cas, il ne détourna pas les yeux et c'était déjà ça. Cette petite seconde suffit néanmoins pour confirmer à la jeune femme qu'elle ne s'était pas trompée et que certaines choses restaient à éclaircir.

- L'temps n'est pas très clément avec nous... fit-il enfin en détournant les yeux. J'pense qu'il vaudrait mieux rentrer avant qu'on s'retrouve bloqués ici...

Gloire ne pipa mot mais acquiesça d'un signe de la tête. Une petite pointe de regret la submergea néanmoins. Elle aurait aimé que cette soirée se passe mieux que cela mais vu où ils en étaient, il valait mieux abroger. Tous deux silencieux, ils attendirent que la pluie s'arrête un peu et quand enfin l'accalmie arriva, l'asiatique se défit du manteau de l'auror et le lui rendit.

- Merci Klarh, pour le manteau... Et euh... je suis désolée que la soirée ait tournée ainsi. Si vous n'y voyez pas d'inconvénients, je vous revaudrai ça et cette fois-ci, promis, l'invitation ne sera plus anonyme. Et de préférence en intérieur. Rentrez bien.

C'était plus une promesse qu'une simple marque de politesse. Dans un dernier sourire, elle transplana et à peine quelques secondes plus tard, la maîtresse des potions avait disparu des rues de Godric's Hollow. Son seul souvenir fut le visage grave de l'auror la regardant partir.

[fin du rp (merci Klarh)]
Revenir en haut Aller en bas
Katerina Kurdanov
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Katerina Kurdanov, Mer 11 Juil - 13:49


[ RP privé Sandara&Ailyne]

Raah ce qu'il pouvait faire chaud, même fin Aout... Sandara était venue a Godric's Hollow avec ses parents, en effet, la famille Hell était éparpillée partout dans le monde sorcier, surtout en Angleterre. Aujourd'hui il y avait une réunion de famille chez la soeur de son père, Sandara n'aimait pas particulièrement cette femme. Elle était petite et trapue, l'adolescente avait toujours pensé que sa tante ressemblait a petit porc, avec son nez retroussé et ses petits yeux porcins. D'ailleurs Sandara était sure que le patronus de sa tante était un cochon, mais elle n'avait jamais eu l'occasion de le vérifier. Son oncle par contre était l’exact contraire de sa tante, il était grand et séduisant, d'ailleurs la cousine de Sandara, Anaelle, était physiquement la version fille de son père mais avait le même caractère que sa tante. Elle était perfide, jalouse et ennuyeuse. Quand elles étaient jeunes, Sandara et Anaelle se disputaient tout le temps, il y avait comme une compétition entre elles, qui serait la plus belle, qui serait la plus forte...
La mère de Sandara était aussi inconsciemment en compétition avec la soeur de son mari, elles passaient leur temps a débattre sur la beauté de leurs enfants, sur leur pouvoir et même sur leur richesse. Aujourd'hui Sandara avait été forcée de mettre une robe marron a col claudine, esprit Old School.
Piouf... Ils venaient de transplaner dans une petite rue non fréquentée de Godric's Hollow, Sandara ne savait pas transplaner, aussi devait-elle tenir la main de ses parents, elle détestait ce contact forcé. En sortant de la petite rue ils se séparèrent, Nalla et William Hell allaient vers la maison de sa tante et Sandara se dirigeait vers le parc, elle devait y retrouver sa cousine. Celle-ci lui avait ce matin envoyé une lettre par hibou postal:

Citation :
Ma chère petite cousine,

Quand tu arriveras a Godric's Hollow, ne vas pas chez moi. Je voudrais te montrer quelque chose,
rejoins moi au parc ou on jouait quand on été petites. Sois la s'il te plait, j'ai vraiment quelque chose
d'important a te montrer.

Amicalement,
Ana

En relisant cette lettre Sandara se demanda quel tour sa cousine allait-elle lui jouer cette fois.

"- Sandara chérie!", c'était sa mère, "Aujourd'hui les moldus font la fête sur la place, passe par la rue des sorciers pour aller au parc! Je veux que tu ne parle a personne, je te fais confiance!"

Sandara tourna les talons et leva les yeux au ciel, ce n'est pas aujourd'hui quel verrait un moldu... Pourtant elle voulait vraiment voir comment ils étaient, elle était sure d'en avoir croisé, mais comment savoir qu'ils sont moldus, elle ne pouvait pas les aborder. Elle passa par la petite rue comme le lui avait demandé sa mère, c'était une rue uniquement fréquentée par les sorciers, un peu comme le chemin de traverse, les moldus ne connaissaient pas cet endroit parce qu'il fallait traverser un mur pour y aller. Elle arriva au parc, bizarrement il était vide, mais elle n'en était pas vraiment étonnée. Elle fit le tour du parc et alla s'asseoir sous un arbre, la chaleur était étouffante, elle ne voulait pas attendre au soleil. Quelques personnes, des adolescent, riaient bruyamment de l'autre côté du parc. Les minutes passèrent, Sandara regarda sa montre, cela faisait une demi heure qu'elle était assise comme une idiote a attendre que sa cousine arrive. Elle souffla, donc aujourd'hui le tour que voulait lui jouer sa cousine était de jouer avec sa patience...

" Elle n'a rien trouvé de mieux cette cervelle de troll..." mumura l'adolescente en se levant.

Evidemment Sandara avait trouvé le pretexte de rejoindre sa cousine pour ne pas aller chez sa tante, en tant normal elle ne l'aurait pas attendu, mais ça commençait vraiment a faire long, et si sa cousine était restée chez elle, ses parents trouveraient ça bizarre et viendrait la chercher. La honte. Sandara croisa les bras, et se mordit la lèvre puis se retourna et entreprit de rentrer chez sa tante.


Dernière édition par Sandara Hell le Sam 28 Juil - 13:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Ailyne Lawson, Mer 11 Juil - 14:42


Les deux sœurs Lawson flannaient dans les rues de Godric's Hollow en attendant le petit d'ami d'All'. Ailyne avait tenu à l'accompagner pour le rencontrer. Matthew, voilà son prénom. Les deux sœurs bavardaient tranquillement, depuis qu'Ally avait quitté Poudlard, elles se voyaient beaucoup moins.
Il faisait très chaud et la jeune Poufsouffle était habillé d'une tenue moldue assez jolie, elle voulait faire bon impression au petit copain d'Ally. Matthew arriva, vêtu d'une chemine blanche et d'un pantalon noir, ce sorcier avait une allure très classe. Après s'être présenté, Ailyne prit sa grande soeur dans ses bras, adressa un petit coucou à Matthew et partit, son sac en bandoulière sur l'épaule.

Elle devait prendre le train pour rentrer chez elle, mais il lui restait beaucoup de temps avant que celui-ci n'arrive en gare, la jaune et noire se décida donc à se balader dans le parc. Les oiseaux chantaient et l'endroit était magnifique. Ailyne pensait à sa rentrée à Poudlard, elle espérait se faire de nouveaux amis, c'était aussi l'année où elle allait passer ses BUSE et elle était un peu stressé à l'idée de rater cet examen. Mais bon, il y avait encore du temps.
Des jeunes riaient et s'amusait un peu partout et devant elle, une jeune fille qui devait avoir un peu près son âge semblait irriter.
*Mieux vaut ne pas se frotter à elle*
Observant ce lieu où elle n'avait jamais mis les pieds, Ailyne se prit le pied dans un pavé et s'écroula littéralement sur la jeune fille. 'Lyne ramassait ses affaires, quand elle vit que sa baguette était tombée elle aussi, elle se précipita pour la ramasser, tout en se confondant en excuses. Elle était si maladroite ! En son for intérieur, Ailyne espéra que l'adolescente n'est pas vu les titres de ses livres et sa baguette -si c'était une moldue-, et qu'elle excuserait sa maladresse.

"Oh ! Excuse-moi ! Je suis vraiment désolée ! Je n'avais pas vu ! Je... ! Pardon ! Pardon ! Je suis tellement maladroite ! Ça va, rien de casser ?"

Ailyne était pétrifié, les yeux de la fille semblait lancé des éclairs, elle se leva, priant pour qu'elle n'ait pas d'ennuis... Elle détestait en avoir. Dans quel pétrin s'était-elle fourré ?
Ailyne observa sa tenue vestimentaire pour savoir si c'était une sorcière. Elle avait une robe marron à col. C'était un style assez particulier, mais Ailyne ne jugeait pas. Reprenant ses esprits, elle continua à s'excuser...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Parc de Godric's Hollow

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 19

 Parc de Godric's Hollow

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.