AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 13 sur 16
Les Passages Secrets de Poudlard
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant
Shela Diggle
Serpentard
Serpentard

Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Shela Diggle, Dim 20 Mar 2016 - 17:50


- C'est du pareil au même. L’intérêt de choisir n'y est pas, alors dis moi ce que tu as derrière la tête.

Choisir à la place de. Puisque cela finira par être ce qu’il est censé se faire, puisque l’on arrivera où il faut finir, point vrai, finir ou débuter, puisqu’il n’y a jamais de fins, seulement des virgules, aussi abyssales qu’elles soient parfois. Elle dit vrai en pointant la similarité, même morsure, même déchirant plaisir en ouvrant la chaire; suffit de trouver, maintenant, les choses de ma tête, et les sortir afin de combler, de la combler.

- Tu sais Diggle, lame ne me fait plus peur depuis longtemps. Et il faut faire attention avec lèvres, on pourrait s'y brûler. Sourire dans le noir. Mais pas dans le Vide. Le Vide est plein et nous jouons; le jeu est fait de telle sorte que l’on s’y oublie, que l’on oublie, où nous sommes et ce que l’on cherche, sans créer le besoin, de savoir, il n’y a pas ce besoin, les règles priment sur celles que l’on a ailleurs, partout; sur un plateau de jeu l’on s’en affranchit. Nous sommes autre et les autres aussi, nous sommes le personnage que nous souhaitons jouer incarner être, personnage à personne le pas est vite fait, la passe au camp adverse et le volet qui claque, changement de tête et nous sommes l’autre. L’autre qui n’a rien et qui peut être tout, l’autre qui n’a besoin que d’un corps pour avancer et agir, la réflexion s’enfuit et ne reste plus que le Jeu, ses règles, son plateau, ses pions. Le choix appartient-il à quelqu'un ? Les scénarios pourraient déjà être faits, dessinés à l'avance et si nombreux que peu empruntés. Le choix existe-t-il seulement ? Nous pouvons choisir d'y croire ou non, et cela répond à la question. Préférer un contexte à un autre, élire et mandater le plus à même à nous aider. Dans la vie. Qui n'a pas de sens. Le jeu en a, autant s'y jeter, et brûler se brûler et ne jamais regretter, ne pas être mauvais joueur, accepter la chute, ce n'est qu'une partie de plaisir dont la stratégie première est de savoir s'en sortir sans jamais en perdre, de plaisir. Qu'une partie de plaisir dans un monde qui nous donne ce choix-la : jouer ou perdre ? Mieux vaut perdre dans le divertissement que jouer pour provoquer sa perte.

- Peut être qu’il faudrait apprendre à craindre le feu ? des lèvres, et à manier ses armes de manière à faire peur à son tour. S'approcher et glisser, lui glisser la lame entre les doigts, couler vers son droit côté, mordre de l'arme qu'il me reste le cou, étreindre sa peau par la mienne sans toucher au corps par le mien; s'en tenir à sa proposition, n'jamais abuser des règles, pas vrai. Lui léguer le couteau et retirer ma main, s'égarer un instant et se redresser. Choisis bien; ce qui n'éteint pas le feu l'attise. A moins que ce ne soit ce que tu souhaites. A ses lèvres cette fois s'attaquer, plutôt caresse que blessure, ne pas abîmer, s'abîmer trop profondément, chercher le feu la flamme la foudre et l'étincelle, chercher à - intensifier, se perdre dans l'idée que tentant il aurait été des barrières physiques se délivrer; de lèvres à lèvres, combattre à armes égales.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tori A. Blake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Tori A. Blake, Ven 8 Avr 2016 - 13:52




Des passages pas si secrets
Pv avec Shela Diggle


Un sourire illumina le visage de la préfète à ses mots. Tori entrait apparemment dans son jeu ce qui lui plaisait autant qu'à elle d’ailleurs. La sorcière aux cheveux bleus lui rendit son sourire, miroir. Dans ce jeu d'apparence, la jeune femme avait la fâcheuse tendance à jongler entre mime et répartie, sans basculer vers l'un ou l'autre. Ici les règles n'étaient pas encore complètement déterminée, mais il y en avait tout de même certaines, ébauche de la partie à venir. Cette rencontre fortuite avait animée la nuit de la Serdaigle, qui ne pensait pas découvrir la préfète sous ce jour, mais ce n'était pas une désagréable découverte. Shela ne laissa pas le temps à Tori de réfléchir plus qu sa voix retentit de nouveau dans le passage secret:

- Peut être qu’il faudrait apprendre à craindre le feu ?

A ces mots, elle lui glissa la lame dans la main et coula sur son coté droit pour étreindre sa chair de ses lèvres. Blessure mais non pas lame, elle comptait pour lèvres selon la bleue. Le sourire de Tori ne quitta pas ses lèvres devant l'attitude de sa camarade, et la laissa ainsi agir à sa guise. Non, elle ne craignait pas le feu, elle ne l'avait jamais craint, et elle préférait même jouer avec d'ailleurs. La préfète venait de mettre en pratique ce qu'elle avait dit plus tôt, les lèvres peuvent brûler, et lui avait donc laisser le pouvoir de choisir, la lame étant maintenant en sa possession. Mais trop souvent victime que bourreau, la jeune femme n'avait que faire de l'acier dans sa main, et avant même que la Serpentarde reprenne, Tori avait jetée le couteau, celui ci se plantant dans le mur en oscillant doucement, ajoutant de nouvelles ombres au tableau.

- Choisis bien; ce qui n'éteint pas le feu l'attise.

Le choix était déjà fait. La partie avait commencée, les règles toutes dictées. Tori ne savait pas si ce choix était le bon, mais qu'importait à présent... Cette fois-ci, la verte s'attaqua à ses lèvres, et, surprise, l'aigle sursauta légèrement avant de laisser libre cours elle aussi au jeu qui se dessinait lentement entres ses murs. A armes maintenant égales, la jeune femme s'attaqua de ses lèvres puis de ses dents l'omoplate gauche de la verte, en prenant soin de ne pas toucher de ses mains la préfète, règle inconsciente, attiser sans se brûler. Jouant le jeu, Tori sentait les barrières disparaître dans ce lieu secret, pour que ne reste qu'une seule, celle que dictait le jeu présent. Terminant cette morsure sur une caresse légère, la Serdaigle se libéra de cette ennivrante sensation quelques instants pour souffler:

- Tant qu'il ne me brûle pas, j'aime jouer avec le feu.

Puis elle défia du regard la jeune femme devant elle. Tori n'était pas du genre à se défiler et aimais jouer, parfois même un peu trop. Mais elle avait en face d'elle une joueuse aussi, et la partie promettait d'être des plus intéressantes. Ainsi commençait le Jeu, tandis que l'aigle se saisit de la bouche de la verte les mordillant légèrement. Plus de chaînes ou de barrières. Seulement quelques règles.


Code de Tori


Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Shela Diggle, Jeu 14 Avr 2016 - 13:07


Ne pas se dérober et elle n'y déroge pas, déloge tout de même ses lèvres pour les glisser plus bas; morsure au doux poison, c'est la Tigresse qui s'exprime. La fauve aux crocs d'acier et aux airs voluptueux, celle qui chasse autant qu'elle patiente, qui aiguise ses lames en promettant le ciel. Dents contre chair et l'espace qui grandit plutôt qu'il ne s'affaisse, plus l'on est proche et plus il est ardu de ne point céder à l'écart et de son corps le manger, à combler préférer la vile tension qui peut s'exercer, exacerber, les sens.

- Tant qu'il ne me brûle pas, j'aime jouer avec le feu. Tant mieux. Plongeon dans les prunelles adverses qui soudain s'étaient relevées, se demander, tiens, jusqu'où veux-tu aller, pour moi le n'existe pas, j'irai tant qu'il y aura chemin à faire dessiner créer. Et à nouveau tu t'emportes m'emportes d'une manière moins violente peut être, moins avide et plus farouche, cruelle façon de me laisser sur ma faim - meilleure faim qu'il existe, celle qui en prenant donne également, multiplier plutôt que diviser les denrées. Mais exiger plutôt que céder, se détacher et interrompre la progression de son attaque, d'un doigt gagner sa joue. Et lentement le descendre, lui faire suivre la courbe du cou, le rond de l'épaule, jouer entre la pression à peine voilée et le frustrant frôlement, dessiner encore un bout et arriver au flanc, lenteur magnanime, autrement on n'en retirerait pas grand chose, point vrai, finir à la hanche et venir chatouiller la cuisse, s'arrêter. Stop. Retirer la main et donner faim, qui sait. Prendre le risque de, de faire savoir, de laisser à mon corps toucher qui, s'il est certes par des pulls rembourrés, n'est pas assez masqué. Pour ne rien laisser voir sentir deviner. Prendre le risque ? Après tout nous sommes sur le plateau. Ce qui se dit se sait se fait restera dans les archives d'une partie, point dans le reste. Partie inachevée. Un Jeu ne se finit jamais tout à fait. Reprendre où l'on s'était arrêté, quémander d'autres règles, de nouvelles idées. Tu changes de sujet. Prendre le risque alors, la demoiselle Tigresse n'a pas l'air encline à poser des questions. Et moi à y répondre.

D'action il faut se nourrir et son pion avancer avant de se faire devancer, trop hâtif. Décider sans penser, les plus solides réactions, et souvent sur un coup de tête finir par gagner. Bisou sur le haut des lèvres à gauche, son piercing est un jeton. Strip poker, t'as perdu ta mise. Tu retires un vêtement. Sourire angélique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tori A. Blake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Tori A. Blake, Ven 6 Mai 2016 - 19:03


Désolée j'étais au teknival ^^"



Des passages pas si secrets
Pv avec Shela Diggle


Elle non plus ne se dérobe pas, et le jeu de regard s'éternise avant de se rompre soudainement. Tori observa la doigt de la préfète frôler sa joue descendre doucement, jouer avec son corps. Comme une flamme qui lui lèche la peau, la main de la blonde s'évanouit finalement sur sa cuisse, s’effaçant comme un rêve. Elle savait se faire désirer, et il fallait se renouveler pour ne pas se faner, aussi c'est après un bisou sur un de ses nombreux piercing qu'elle annonça le nouveau tour:

- Strip poker, t'as perdu ta mise. Tu retires un vêtement.

Un sourire rayonnant éclaira son visage, véritable ange sans l'être vraiment. Si Shela était vêtue chaudement, la sorcière ne l'était point, avec sa cape et sa tenue légère, tee-shirt et jupe collant. C'était un défi, auquel elle se plierait avec un sourire en coin, même si maintenant la jeune femme était à découvert, ôtant d'un mouvement lent sa cape. En dévoiler sans en dévoiler trop, Tori suivait les règles sans pour autant terminer la partie trop vite. C'était à son tour de jouer, donner une nouvelle consigne pour ce nouveau tour. La blonde lui avait donné de l'idée, et elle était bien trop vêtue pour l'ambiance qui se dégageait des passages secrets en cet instant. Puisque la préfète avait déjà parlé de strip poker, Tori ne voulait pas la copier, et un bien ancien jeu lui revînt en mémoire tandis que son sourire s'élargissait. De sa main gauche, la Serdaigle frôla une mèche des cheveux de Shela avant de caresser sa joue, s'interrompre puis juger du regard ses hauts encombrants:

- Action: Se mettre au même niveau.

La sorcière s'était rapprochée de son adversaire, ou plutôt de son oreille, qu'elle mordilla à la fin de sa phrase, sa main revenue sur sa joue. Débarrassée de sa cape, Tori était plus libre de ses mouvements, plus vive aussi, et la jeune femme pensait...

Joue avec moi



Code de Tori


Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Shela Diggle, Dim 8 Mai 2016 - 20:08


Pas de problème ~

De sa cape elle se défait, trop simple, trop peu de révélations à mon goût, j'aurais du préciser, pas la cape mais la jupe, ou commencer par l'en-dessous. Trop tard, à son tour, l'on rend les cartes et l'on se découvre, découvrir à découvert, à l'autre de tirer ses épingles, d'entretenir la flamme, verrons à quoi jouera et c'est tant mieux, l'inconscience de la suite vaut la fausse innocence. Une main à mes cheveux, ma joue, et ne pas frémir car ne peut être rien ressentir, dans le Jeu, et ce n'est qu'en en sortant qu'à nouveau l'on perçoit, ces choses qui ont multiples noms. Manger des yeux ses bras, déjà, chercher la faille, l'espace en plus, un nouveau territoire à explorer, qui sait. Se mettre au même niveau. Et à l'instant rapprochement, instable envie de s'enivrer d'une plus belle proximité, du bouche à oreille et un moment rester transie engourdie échauffée, un moment se taire et ne pas bouger, un moment hésiter presque à larguer les amarres et rendre les armes, histoire de - mais l'on ne peut ainsi clôturer la chose, et l'on ne peut ainsi se livrer sans trop encore s'être battu.

Alors repousser les doigts et les dents, soulever un pull et un second d'un même geste, se refuser à n'en retirer qu'un à la fois, ç'aurait été (se) trahir, un haut court et deux malingres bras, c'n'est pas ce qu'on voit, c'n'est pas ce sûr quoi l'on doit se concentrer, il y a le reste et les yeux, accrocheurs, qui cherchent à happer le regard adverse ou compagnon, qui cherchent à garder et monopoliser, l'attention, dévorent la flamme qui s'y trouve afin qu'elle ne puisse atteindre autre chose. Se mettre au même niveau. Et pourtant c'est presque plus bas, c'est presque avouer livrer concéder, tout ce qui se dit et se fait reste ici cloîtré, point vrai, cesse un instant de penser, et joue. Et à nouveau rompre l'espace, déranger ses lèvres, déconcentrer, et deux mains qui se font serpents et glissent dans le dos, son dos, cherchent à happer la sangle, dessinent des cercles, pour faire croire, et les doigts s'agitent et s'étrennent, roulent de mécontentement, agrippent finalement l'attache et tirent torturent déchirent, détachent finalement le soutien-gorge sous le haut - détachent ou détruisent, mais le détail est inutile; il ne résiste plus. Et soudain les mains s'en vont s'enfuient, le corps abruptement se recule, à nouveau espace, et tendre un poing, une main fermée, l'offrir et bien la présenter, Met la où tu veux. Offrir ses doigts et leur usage, fais en ce que tu souhaites, joue-toi de moi.

Lubie, et fin(ale)ment-ir, se retirer, reprendre sa main et caprice, dans un sourire s'enfuir. Soudainement changer ses idées et son adversaire abandonner, sa pelote de laine, griffes rétractées, passer une langue sur les lèvres, faim d'avoir ouvert l'appétit assouvie, le chasseur de sa proie s'éprend puis se reprend, s'en aller et dans le noir déambuler, sortir du passage et distraitement continuer, à.


RP terminé pour ma part
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Alice Grant, Sam 17 Sep 2016 - 14:16


RP privé avec Azénor Philaester.


A Poudlard, les couloirs sont presque vides. Il y a une bonne raison. C'est l'heure du repas de soir, personne, à moins d'être malade dans les deux sens du terme ou d'être extrêmement occupé, ne raterait les bons petits plats. Alors, qu'est-ce qu'Alice faisait là? "Très simple, elle est folle, non?" Me direz-vous. Et bien non, elle ne l'est plus, depuis un petit bout de temps déjà. Elle était là pour une toute autre raison. Après avoir envoyé un mage noir à Azkaban, s'être fait courser une bonne dizaine de fois par des sorciers très peu recommandables dans l'Allée des Embrumes, avoir espionné ce même type de personne dans les ruelles les plus sombres de Londres, être partie seule en Italie en tant qu'artiste de rue moldue sans sa baguette pendant ses dernières vacances d'été, avoir voyagé sur presque tout les continents avec sa mère, -Ou est-elle? Ou est-elle? Quoi? Ma modestie! Tiens, le voilà qui arrive...- la sang-mêlée s'était perdue dans l'école qu'elle fréquentait depuis six ans. Elle qui pensait la connaître par cœur depuis le temps... tss... sans compter la première année c'était sûrement la première fois qu'elle ne retrouvait plus son chemin aussi longtemps.

Bon, elle avait voulut tester un ou deux nouveaux raccourcis, et la voilà dans ce passage secret, complètement perdue. Ou était-elle au juste? Dans l’aile Est? Dans l’aile Ouest? Une tour? Et si elle était dans un coin interdit? Son rythme cardiaque commençait à devenir plus rapide, la sueur coula le long de son dos... quelqu'un allait sûrement remarquer son absence et en informer un préfet, ou un directeur... n'est-ce pas? Oui, la serdaigle comptait sur ses amis. Elle était rarement en retard... et encore moins absente. "En r'tard, en r'tard, j'ai rendez-vous que'que part... je n'ai pas l'temps de dire au revoir je suis en r'tard en r'tard..."* Bon, il faut que je reste calme, je dois arrêter d'avancer et "attendre que quelqu'un vienne me chercher... mais... personne ne pensera à venir me chercher ici!"** La française marchait vite, regardant à gauche, à droite, mais non, il n'y avait personne... en fait, elle n'avait pas vu âme qui vive depuis un bout de temps. L'angoisse montait. Et si je revenais sur mes pas... zut, j'ai pris trop de tournants, d'ou est-ce que je viens? Pourquoi on ne fournit pas une carte aux élèves, aussi! Bon, je peux m'en prendre qu'à moi-même, depuis le temps que j'emprunte des raccourcis, ça devait bien arriver...

Réfléchis, réfléchis... Le stress prenait trop de place, la bleu et bronze n'arrivait plus à penser. "Je suis complètement perdue!"** Elle s'arrêta, se colla contre le mur et glissa lentement jusqu'à se retrouver assise, la tête renversée en arrière. Elle amena son poignet jusqu'à la hauteur de ses yeux. Le dîner avait commencé depuis plus de trente minutes. Et si elle restait ici? Comment sortir d'un labyrinthe? Mettez votre main sur un mur et suivez-le. Oui, mais ce passage semblait ne pas avoir de fin, elle faisait ça depuis... depuis... ici, le temps n'avait aucune importance. Allez, quelqu'un allait bien passer par là? Aucun sort susceptible de la sortir de cette situation ne lui venait à l'esprit. Et si elle appelait à l'aide? Pff, personne n'entendrait, ici... ce silence était tellement pesant. D'habitude, le bruit des élèves l'énervait, mais maintenant elle donnerait n'importe quoi pour les entendre. Oh, qu'est-ce que j'fous?! Il faut que je me bouge, ça va pas se faire tout seul! La sorcière aux yeux noirs se leva d'un coup, inspira longuement et continua d'avancer. En priant. Il faisait un noir d'encre là-dedans, sa seule source de lumière provenait de sa baguette. Jamais elle n'aurait cru que cette sorte de souterrain était si grand...


*Lapin Blanc
**Alice


Dernière édition par Alice Grant le Sam 17 Sep 2016 - 14:28, édité 1 fois (Raison : Edit: rajout de détails sur la lumière)
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Azénor Philaester, Sam 17 Sep 2016 - 15:01


PV avec Alice Grant ♥ [LA accordé]
musique ♪


Deux âmes Deux ombres


I l va bientôt faire nuit pas vrai? Ça se ressent à l'obscurité des murs, au vide des lieux. Tout le monde -ou presque- se trouve dans la grande salle. Et moi j’aire. Au grès de mes envies. Au grès des notes de piano qui dictent mon esprit. Ça va pas trop ce soir. Je n'ai pas envie de voir des gens. Je préfère rester seule. A faire semblant de surveiller les couloirs pendant que les autres remplissent leur panse de mets soigneusement préparés.
Où suis-je? Bonne question. Je ne m'en préoccupe pas vraiment. J'avance, je tourne, mais je ne fais jamais demi-tour. On verra où ça nous mène. Forcément je revois ma vie. J'ai vingt-trois ans maintenant, ici en tant que Directrice de la maison qui m'a portée, qui a fait de moi ce que je suis. Celle qui a créée la plus belle part de moi en réalité. Et c'est à mon tour de m'occuper des lions maintenant, de leur montrer la voix de la sagesse, du courage et de la persévérance.

U n fantôme heurte mes songes. J'avais presque oublié cette sensation de gel qui traverse tout l'être. C'est désagréable, mais ça réveille. Que fait-il ici, lui aussi seul? Il m'a bousculée si je puis dire, sans s'excuser ni s'expliquer. Décidément, c'est maussade, lugubre et glauque ici. Qu'importe, revenue à mes pensées, je remarque un petit passage secret -pas si secret que ça d'ailleurs-, coincé entre deux statues. Je ne prends pas la peine de déchiffrer ce qu'elle représentent, j'ai du le savoir, dans l'temps. Voilà un avantage d'être assez petite de taille, je n'ai pas à me baisser. J'entre dans le tunnel sans fin, sans lumière, sans ombre. D'un coup de baguette seulement j'arrive à éclairer le genre de grotte. Il fait froid à l'intérieur. C'est humide et poussiéreux.
J'ai cru entendre quelque chose. Comme des bruits de pas. Non. Impossible, tout le monde est au festin. J'avance de plus en plus. Toujours en rythme avec ces notes de piano qui guident mes pas. C'est agréable cette musique intérieure. Ça apaise l'esprit, tout comme ça purifie l'âme, je trouve.

J e ne pourrais pas dire combien de minutes sont passées depuis que je suis entrée dans le passage. Je ne sais même plus où il mène. Ou alors je le sais, mais je ne sais même pas que je le sais. Vous me suivez? Je suis dans une sorte d'état second, ma tête marche, mon matière grise plus trop. Trop de questions, j'arrête. J'avance sans penser à rien si ce n'est mon rythme, et je m'en remets aux aléas du chemin.
Cette fois j'ai entendu des pas. J'en suis sure. Des pas frêles et indécis. Quelqu'un est là, et ça me ravive l'esprit. Ma tête est là, ma conscience aussi. J'essaie d’accélérer, de rattraper l'être perdu.
Et plus j'avance, plus les bruits s'intensifient. Ce doit être une fille, une élève bien-sûr. Elle ne marche pas vite, je l'entend. Elle est perdue. Je la vois enfin. Une brune, c'est tout ce que je peux dire de dos. J'attrape son épaule, et voici qu'elle se retourne. Doucement.
C'est Alice. La jolie Serdaigle. Je ne la connais pas personnellement mais j'ai entendu parlé d'elle. Prometteuse, mais chavirée. Elle n'a pas une vie facile. Mais qui peut se vanter d'en avoir une? Et puis personne ne se rappelle du facile.
- Que fais-tu ici seule? Tu n'es pas au banquet avec les autres?

J e suis loin d'être dure et sévère avec les élèves. Je suis juste, et professionnelle. Et je sais ce qu'ils vivent, pour l'avoir moi même vécu il n'y a pas si longtemps. La jeune Alice n'a rien fait de mal. Elle est juste perdue. Ça arrive. A tout le monde. On le droit de ne pas aller bien, quelques fois non? Mais n'oublie pas de sourire, jeune Alice, personne n'aime les femmes tristes.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Alice Grant, Sam 17 Sep 2016 - 15:40




Perdue. Était-ce ce qu'Alice était? Non. Depuis sa discussion avec Peter, elle arrêtait de broyer du noir, de se demander si il ne valait mieux pas disparaître de la circulation, tout simplement, pour ne pas impliquer dans ses projets ceux qui la connaissaient, et surtout pour ne pas les confronter à sa folie aujourd'hui disparue. Et la Voie était morte en même temps que son pessimisme, en silence. Le silence. Enfin. Elle l'avait cherché tellement de nuits. La Voie ne lui montrait plus ses souvenirs douloureux, elle ne parlait plus. Plus jamais? Maintenant, elle savait qu'elle protégerait ses connaissances, et deviendrait... deviendrait... quelqu'un de bien. Quelqu'un d'utile. Par les temps qui courent, il paraît qu'on a besoin de ce genre de gens. Des gens biens. Prêts à risquer leurs vies. Mais qui ne se laisseront pas tuer pour autant. Elle allait vivre, maintenant qu'elle n'était plus sous le charme du Lapin Blanc.
L'espoir l'avait guidée, et il la guidait toujours.l'avait maintenue en vie, la bleu et bronze avait bien faillit craquer, mais elle s'en était sortie, avec de l'aide. Trop jeune pour penser à ça. Trop jeune pour vivre ça. C'est triste. Elle ne le sait pas. En fait, elle n'y pense pas. Elle avance, c'est tout. Peu de gens la comprennent vraiment. Mais elle est loin d'être seule. Une famille, des amis, un amour, un but, et un père. Mort, mais là quand même. A ses côtés. Depuis toujours. C'était ça qui lui manquait. Cette force inconnue qui l'avait réveillée. Elle allait sortir d'ici.

Soudain, une présence et une autre lumière derrière la sang-mêlée. Sauvée. Elle l'est déjà. Elle n'est plus seule, même si c'est quelqu'un de perdu aussi, elle avait toujours été plus à l'aise, plus en confiance quand elle n'était pas seule. Une main sur son épaule. Elle en avait tellement eu besoin, de ce simple geste, ces derniers temps. Elle s'arrête. Se retourne, doucement. Pourquoi s'était-elle autant inquiétée? On l'avait trouvée, c'était tout. Ça n'aurait pas put durer éternellement, cette errance. La directrice des rouges se tient là. Ses doux yeux marrons le disent, et elle les trouve plus rassurants que jamais, dans cette situation: elle sait qui elle est. Du moins, elle a dû entendre parler d'elle.
- Que fais-tu ici seule? Tu n'es pas au banquet avec les autres?
Mais la vrai question était: qu'est-ce que cette sorcière pensait d'elle, là, maintenant, tout de suite? Qu'est-ce que les gens pensaient d'elle? Quelle réputation avait-elle? Elle s'en fichait, tant que ça ne la liait pas aux espionnages des mages noirs. Mais elle n'aimait pas qu'on pense que c'était une fille mauvaise, psychopathe, dérangée, ce qui était vrai, il y a un temps, et encore, était-ce vraiment de sa faute? Oui, elle s'était laissée emportée, avait laissé le total contrôle à la folie dans la bibliothèque, ce qui avait bien faillit coûter la vie à une élève. Elle ne pensait même plus au fait que cette élève l'avait vraiment bien embêtée. Non, elle ne se cherchait pas d'excuses. Elle devait assumer. Se montrer responsable. Les adultes ne devaient pas l'avoir en estime à présent. Mais elle... cette femme... n'avait pas ce regard-là.

La bleu et bronze manqua de se laisser tomber dans ses bras et d'éclater en sanglots. Elle avait assez pleuré, et il était hors de question de faire ça. Parce que d'une part c'était gênant, et en plus ce serait inexpliqué. A la place, d'une voie un peu enrouée, elle murmura:
- Mademoiselle Philaester...
Un raclement de gorge. Elle reprend normalement:
- Je me suis perdue.
Je suis quelqu'un de bien, je vous jure. Croyez-moi. J'ai fait des erreurs, j'en ferai d'autres... mais je suis pas une mauvaise personne. Est-ce qu'une mauvaise personne se dirait ça?
- J'ai eu un peu peur.
Sourire gêné, yeux fuyants, main qui se grattait l’omoplate.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Azénor Philaester, Sam 17 Sep 2016 - 16:31



Une lueur d'ombre


L a jolie Alice est perturbée. Qui ne l'est pas, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie. Surtout à son âge. Elle est en dernière ou avant-dernière année, si je me souviens bien. L'âge où on se pose trop de questions, l'âge rancunier, l'âge difficile. J'aimerais la prendre dans mes bras, caresser ses cheveux, et lui dire que tout se passera bien. Je voudrais suivre l'exemple de maman, qui m'a remonté le moral, qui était là, quoi qu'il arrive.
Mais je ne peux pas. Je ne suis pas la personne qui doit faire ça. Je suis du Personnel de Poudlard, pas une nounou. Mais cette jeune femme, elle en a besoin, je le sens. Elle a besoin d'une épaule sur laquelle s'appuyer, une oreille à qui parler, une conscience pour se faire comprendre. Si tu savais comme j'aimerais Alice, être là pour toi, tous les jours. Ce n'est pas professionnel.

A lice a des problèmes. Son regard en dit tant. Calme moi toi douce enfant, tout est finit je t'assure...
- Mademoiselle Philaester... Elle reprend ses esprits je crois. Je me suis perdue. J'ai eu un peu peur.
Elle sourit, gênée. Elle n'ose pas me regarder dans les yeux, j'ai peur qu'elle voit en moi juste une figure d'autorité et non pas un pilier sur lequel compter. Mais je me retrouve un peu dans toi Alice. Perdue, déboussolée, alarmée, apeurée. J'aurais voir quelqu'un sur qui compter, alors au diable les règles, je serai là. Mais ce n'est pas professionnel.

D 'un geste tendre et assuré, je dépose ma main aidante sur son épaule. Je ne connais pas toute son histoire, ni même ce qu'elle a enduré. Mais je sais que ce soir c'est dur. Et je suis là pour ça aussi. Pour aider les élèves à se sentir bien.
- Ce n'était que moi, ne t'inquiètes pas. Je crois que si on suit le chemin, on arrivera pas loin de la bibliothèque. Enfin, d'après mes souvenirs. Voilà un moment que je ne suis pas passé par un passage secret.
Des mots, des phrases, un ton impeccablement choisis pour la détendre un peu. Elle est en lieu sur ici, certainement pas en présence de l'ennemi.

E n un souffle, je nous propose d'avancer, en direction de la sortie. Celle droit devant. Je crois qu'il y a encore quelques minutes de marche, quelques escaliers aussi. Mais on avance lentement, toujours ces notes de piano qui chavirent mes pas. C'est sans un bruit que l'on continue notre périple, l'une à côté de l'autre, il y a la place pour deux. On ne croise rien ni personne pour l'instant, seules les ombres de nos silhouettent créées par ma baguette nous tiennent compagnie. L’atmosphère pourrait être plus chaleureuse, mais il fait toujours froid, toujours humide.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Alice Grant, Sam 17 Sep 2016 - 17:10


Crying or Very sad

Se pardonner. Il ne lui manquait plus que ça. La blessure qu'Alice s'était faite à elle-même était encore trop fraîche. Elle avait fait du mal. Elle avait inquiété, voir traumatisé des élèves. Sûrement. Au moins une. Elle avait été folle. Oui. Et elle avait faillit se séparer de ceux à qui elle tenait. Elle avait faillit s'effacer de la mémoire de deux personnes, à deux reprises. C'était parti d'une bonne intention, mais avait-elle le droit de faire ça? Était-ce la bonne solution? C'était lâche, aussi, pourquoi n'avait-elle pas assumé? Est-ce qu'elle pouvait vraiment s'accorder le pardon? S'excuser auprès des autres, d'elle... elle ne s'en sentait même pas digne. Le personnel devait la trouver étrange. Ils devaient l'avoir à l’œil.

Elle avait fait un cauchemar cette nuit: Elle errait dans les couloirs. Des murmures. Ambiance pesante. A son passage, les élèves se taisaient. Ils la suivaient du regard. Un regard méfiant. Un première année qui ne l'avait pas vue sursauta et rejoignit un groupe. Elle passait devant une salle. Tout le personnel était là, tout les professeurs, directeurs, préfets... des mots l'atteignirent. "dangereuse... pour elle-même et pour les autres. Folle... Sa place est à Sainte Mangouste... C'est à cause de son passé, comment ne pas perdre la raison? A surveiller... En plein délire! Pas être ici. Danger publique. Azkaban." Puis, ses amis arrivent dans le couloir. Il y a Alexandre. Elle s'approche d'eux. Puis, elle se résigne. D'autres gens les regardent. Elle ne voulait pas qu'ils portent sa réputation. Elle leur tourne le dos. Mais ce n'était qu'un mauvais rêve. En réalité, c'était très loin de se passer comme ça. Peu de gens étaient au courant pour ses derniers comportements étranges. J'ai changé, faîtes-moi confiance... s'il vous plaît, refaites-moi confiance... comment pouvait-elle leur dire ça?

La main revient sur son épaule. Cette fois, la sang-mêlée regarde la sorcière dans les yeux.
- Ce n'était que moi, ne t'inquiètes pas. Je crois que si on suit le chemin, on arrivera pas loin de la bibliothèque. Enfin, d'après mes souvenirs. Voilà un moment que je ne suis pas passé par un passage secret.
Un sourire éclaira le visage de la bleu et bronze. Si elle n'était pas sûre... cette situation était presque comique. Elle ne savait pas pourquoi elle trouvait ça amusant. Elle lui propose d'avancer. Hochement de tête. Elles marchent, s'éclairant toujours avec leurs baguettes..
- Vous n'étiez pas au banquet? Je pensais trouver personne dans les couloirs avant la fin...
Pathétique.
Elle se sentait pathétique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Azénor Philaester, Sam 17 Sep 2016 - 18:32



N ous arrivons bientôt au bout. Enfin j'espère. Ça fait quelques minutes que l'on marche déjà, et je n'aime pas bien les endroits sombres et confinés. J'aime mieux quand on de l'espace à utiliser, de l'air à respirer aussi.
D'un coup de tête, je vois Alice dessiner un sourire sur son visage. C'est vrai que maintenant, je suis censée connaître tous les recoins du château, donc dire "je ne suis pas sure", c'est à la limite du pas permis! Je peux comprendre que ça prête à sourire alors. Et puis si la bleue et bronze peut s'échapper de ses pensées une seconde, ça ne fera de mal à personne, bien au contraire.
- Vous n'étiez pas au banquet? Je pensais trouver personne dans les couloirs avant la fin...

O h elle parle. De sa voix frêle et douce comme du coton. C'est vrai ça, je ne suis pas au banquet. Mais je peux difficilement lui dire que c'est parce que je ne suis pas dans mon assiette ce soir. (vous avez saisit le jeu de mot?). Alors je dois trouver quelque chose qui s'apparente à une excuse. Ou alors c'est compréhensible non, de ne pas vouloir assister au repas du soir? Pas vraiment non. Tant pis, je suis une femme franche.
- Je n'avais pas très faim, alors je me suis dis qu'une petite balade dans le château ne serait pas de refus. Comme au bon vieux temps. Je lui échappe un clin d’œil, comme pour lui dire que regrette presque le temps d'avant. Mais non. Être ici en tant qu'adulte et non élève, c'est tout ce qu'il y a de mieux. Être de l'autre côté, c'est top. Oui parce que tout élève a déjà rêvé d'être de l'autre ôté. De manger à côté des professeurs, sur les grandes tables perpendiculaires à celles des quatre maisons. Oh et je ne vous parle même pas d'avoir son propre appartement dans l'enceinte même de Poudlard. Et il faut se le dire, avoir une certaine autorité sur les élèves, c'est plaisant, on va pas se mentir.

V oilà qu'on arrive au bout du tunnel. Un vif coup d’œil m'informe que l'on se trouve en effet, près de la bibliothèque. Je suis bien contente de ne pas m'être trompé. J’éteins ma baguette, et regarde Alice dans les yeux. Je m'arme de mon plus beau sourire, le genre sincère et amical.
- Ouf, comme je l'avais dis!



Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Alice Grant, Dim 18 Sep 2016 - 10:42


Elles marchent toujours. En fait, Alice n'avait pas envie d'aller dans la Grande Salle. Elle n'avait pas faim. Elle se force même un peu ces temps-ci, ayant du mal à nourrir ce corps qui a porté en son sein la Folie à l'état pur, qui a blessé, qui l'a blessée. Lorsqu'elle avait enfin put tourner la page sans l'arracher, elle avait tout d'abord été tentée, vraiment, vraiment tentée par demander à quelqu'un de lui jeter #Oubliettes, mais il ne fallait pas qu'elle oublie cette sensation de perdre le contrôle de soit, qu'elle oublie ce qu'elle a fait. Parce que c'était lâche et qu'elle n'avait pas le droit, après tout ça, de s'offrir le luxe de l'oubli. Voilà. Elle avait résisté à la tentation. Mais comment se pardonner? Redonner le sourire à quelqu'un, oser s'excuser, attendre? Le temps était-il la clef? Mais attendre combien de temps?
- Je n'avais pas très faim, alors je me suis dis qu'une petite balade dans le château ne serait pas de refus. Comme au bon vieux temps. Un clin d’œil. Cette femme ne la prenait pas de haut. En même temps, vu sa petite taille... un autre sourire. Elle aussi avait été élève. La serdaigle aimait aussi se balader dans le château. Étrangement, sa présence la rassurait pas seulement parce qu'elle pouvait la faire sortir de ce foutu passage secret. Il y avait autre chose... un lien. Elle se surpris à penser que si elles ne trouvaient pas la sortie tout de suite, que si elles restaient un peu ici, ce serait bien. Elle chassa cette idée. Elle ne le méritait pas. Elle ne méritait rien. Marcher encore un peu, en silence.

Une sortie fit son apparition. Ça y était, elle était là, juste devant. Enfin? Il y avait quelques instants, elle aurait été contente de la trouver. Elles étaient prêt de la bibliothèque. La sorcière la regarda dans les yeux et lui sourit sincèrement.
- Ouf, comme je l'avais dis!
Et maintenant?
- Attendez.
Les mots sortent d'eux-mêmes, du plus profond de son être. Qu'est-ce que tu dis? Tais-toi. Tu vas encore dire n'importe quoi. Elle ne va rien comprendre. Si.
- Je n'ai pas très faim moi non plus. On n'est pas obligées d'y aller, si?
Regard presque suppliant. Si, elle peut me comprendre. Je veux continuer d'espérer. Se confier tout de suite? Non. C'était trop tôt.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Azénor Philaester, Dim 18 Sep 2016 - 15:58



D onc au lieu de souper avec à peu près tout le reste de l'école, nous on décide de se promener dans les couloirs. Original. Quoi? Pas tant que ça, hein. Je ne pourrais dénombrer les élèves qui airent dans les couloirs, que ce soit la nuit ou le jour, et toujours avec une raison valable. Le couvre feu n'a pas encore sonné, alors Alice n'est en aucun cas en délit -si je puis dire-, elle a tout à fait le droit d'être là. Elle a sans doute voulu se retrouver seule avec elle même, et puis elle s'est perdue dans l'immensité du château.

- Attendez. Je n'ai pas très faim moi non plus. On n'est pas obligées d'y aller, si?
C 'est une invitation à rester, un truc du genre. Elle a besoin de compagnie la belle. Et puis quoi, moi aussi. C'est pas parce que ça y est on est adulte qu'on ne peut pas avoir de petits moments de faiblesse. C'est pas parce qu'on est censé surveiller des élèves qu'on ne peut pas avoir un coup de mou.
J'arbore presque de la pitié sur mon regard, mais ce n'est en quelques sortes pas voulu. C'est vrai qu'Alice me fait un peu de la peine, mais ce n'est en aucun cas péjoratif, j'aimerais l'aider, je suis là pour ça. Alors si lui venir en aide signifie rester avec elle encore quelques instants, je signe.

- On est obligé de rien non? Et puis si tu restes avec moi, tout ira bien. On a qu'a rester ici un petit moment.
U n genre de figure maternelle, c'est ce que j'essaie de faire paraître. J'espère qu'elle se sent en sécurité avec moi, du moins elle à l'air. J'aimerais qu'elle réussisse à faire le vide de tout ce qui l'a tracasse, mais c'est bien plus facile à dire qu'à faire, on est d'accord.
Je fais mine de m'asseoir sur un petit muret de fenêtre. Voilà mon postérieur est reposé. J'invite Alice de ma main à venir s'asseoir à côté de moi.
- Alors, pourquoi t'es-tu retrouvée dans cet endroit du château un peu loin de tout?


Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Alice Grant, Dim 18 Sep 2016 - 16:28


Même musique (Qui fait que ce RP me donne presque envie de pleurer) Crying or Very sad


En fait, sa question n'était pas vraiment "On n'est pas obligées d'y aller?", même si Alice l'avait formulé comme ça, elle pensait plutôt à: "Vous pouvez me comprendre, n'est-ce pas?" Un peu honteuse, elle baissa les yeux. Que devait s'imaginer son aînée? Qu'elle préparait un mauvais coup, peut-être? Non. Quelque chose attira l'attention de la serdaigle. Son expression... c'était un sentiment qu'elle n'avait pas vu depuis un certain temps. Était-ce... de la pitié? Oui, c'était bien ça, de la pitié, mais c'était bienveillant. Étrangement, ce regard semblait répondre par l'affirmative et alluma une lueur d'espoir dans son cœur un peu malmené ces derniers-temps. Elle s'en voulait tellement. A ce qu'elle avait laissé faire. A ses décisions. Elle ne s'était pas non plu dégoûtée, mais... cette chose en elle qu'elle n'avait pas vue venir... qu'elle avait laissée faire... dont elle s'était débarrassé... un peu tard. Après huit ans et des folies, elle avait put tourner la page brûlée. Elle avançait. Mais elle s'en voulait sincèrement. L'expression terrifiée de Rose dans les Toilettes de Mimi Geignarde la hantait presque.

- On est obligé de rien non?
C'est vrai. La Liberté. Elle y avait goûté ces dernières vacances. Aller ou on voulait, et même ignorer ou on allait dormir ce soir... vivre par ses propres moyens, avec qui on voulait, sans obligations, loin du monde magique, elle l'avait vécu. Elle aurait aimé vivre ainsi pour le restant de ses jours. Mais... elle ne pouvait. Elle devait être utile. Elle ne pouvait pas simplement ignorer les problèmes de ce monde, les souffrances. Elle ne pourrait jamais être heureuse en sachant qu'elle était lâche.
- Et puis si tu restes avec moi, tout ira bien.
Ça ne voulait pas dire: "tant que tu restes avec moi, je pourrais t'avoir à l’œil." Non. C'était pas ça. Est-ce qu'elle était en train de la rassurer?
- On a qu'a rester ici un petit moment.
Elle s'assoit, invitant d'un geste la sang-mêlée à faire de même. Sans hésiter, elle le fit. Parce qu'elle voulait y croire. Les être humains l'avaient déçue tant de fois. Elle-même y comprit. Mais elle voulait y croire. L'espoir l'avait toujours fait avancer, dans toutes les situations.
- Alors, pourquoi t'es-tu retrouvée dans cet endroit du château un peu loin de tout?
Bonne question.
- Je voulais tester un passage, mais il m'a conduite à un autre passage, et... je me suis perdue. Pourquoi on ne donne pas un plan du château aux élèves? Il n'y a pas eu des cas de disparitions par hasard?
Ses deux dernières questions avaient un ton léger.
- Et vous?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Azénor Philaester, Lun 26 Sep 2016 - 20:16



- Je voulais tester un passage, mais il m'a conduite à un autre passage, et... je me suis perdue. Pourquoi on ne donne pas un plan du château aux élèves? Il n'y a pas eu des cas de disparitions par hasard? Et vous?

C e que je fais ici? Bonne question. J'en ai même pas la réponse. Je voulais juste me retrouver un peu seule avec moi même, plutôt que d'affronter le regard et les dires des autres dans la grande salle. A la base, j'étais partie pour dormir. Puis j'ai pas réussis, alors voilà, je suis là. J'étais allongée sur mon lit, les yeux rivés dans l'obscurité du plafond. Pas une lumière, pas d'ombre. Il n'y a pas de lumière sans obscurité me diriez-vous. Plongée dans le silence de mon esprit, j'étais incapable de bouger. Je pensais. Me remémorais. Les souvenirs d'antan. Les plus sombres évidemment.

Il me reprochait tout, ne me pardonnait rien.


J e me souviens de son visage comme on se souvient de son premier baiser. Et même quinze ans après il continue de me hanter. Pourquoi. Comment. Où. Tant que questions sans réponse qui taraudent et empêchent de dormir. On dit qu'on doit oublier le passé. J'y arrive pas. Je suis une gamine de sept ans qui pleure parce que sa maman pleure. Pauvre maman.

La vie est un long fleuve tranquille.


Q ui est le con qui a osé dire ça? La vie c'est marcher sur des graviers avec des talons aiguilles. C'est se lever, marcher, tomber, se relever, sécher ses larmes et repartir. Pas le choix. Sinon t'es foutu. Et puis sourire. Façades et mensonges. Et quelques fois la vie c'est des rencontres. Des gens pour qui tu souries vraiment. Sincérité et passion.


O n revient. Alice. Des cas de disparition, des plans de l'école. Étrange.
- Rien de tout ça. Je crois. Je lâche un petit rire. Je m'en fiche enfaite. J'ai la tête ailleurs, je me suis perdue mais je dois revenir. C'est quand elle m'a demandé, 'et vous'? Moi?
- Un petit tour de ronde sans importance. Ce que je mens bien.


I l se fait tard, le temps passe vite avec Alice.


Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Alice Grant, Mar 27 Sep 2016 - 14:08


L'ancienne rouge et or sembla partir loin pendant un instant, immobile, plongée dans ses pensées. Ses souvenirs peut-être? Alice se demanda si elle aussi avait vécu des choses douloureuses, si elle était capable de la comprendre. Quand bien même c'était le cas, sa folie passée devait à tout prix rester un secret. Son secret. Impossible de se confier. Sinon, on l'enverrait à l'asile, on aurait peur, comme à chaque fois qu'on ne comprend pas quelqu'un, qu'on n'arrive pas à contrôler quelque chose, on tente de le tenir à l'écart, de l'enfermer. Hors de question de compromettre son avenir. Mais ça avait un prix, un terrible prix pour une sorcière de 16 ans: la solitude.

La sorcière répondit enfin:
- Rien de tout ça. Je crois.
Petit rire. Ou êtes-vous partie il y a un instant, madame? Ou est-ce que votre esprit s'est rendu?
- Un petit tour de ronde sans importance.
Elle hocha la tête. Bien sûr. C'était peut-être vrai. La sang-mêlée pouvait comprendre l'envie de se balader un peu n'importe ou, dans les couloirs du château, sentir à quel point on était petit face à toutes ces années passées depuis la création du lieu, par rapport au nombre de personnes passées par là. Étrangement, ce sentiment pouvait se montrer apaisant. A moins qu'on ne veuille simplement se vider la tête.
- Comment on fait pour se pardonner?
les mots étaient sortis d'eux-même. La bleu et bronze n'arrivait plus à les retenir de s'échapper de sa gorge. Qu'est-ce que j'ai dit encore? Aucune chance qu'elle ne comprenne. Elle n'osait même pas espérer. En tout cas, si son interlocutrice tendait bien l'oreille sur les rumeurs de l'école, elle devrait tout de suite comprendre à quoi elle faisait allusion. Du moins, à une partie.
Une larme coule. Vite, l'essuyer, la faire disparaître. Son autre œil s'humidifie. Les sanglots ne tardèrent pas.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Les Passages Secrets de Poudlard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 16

 Les Passages Secrets de Poudlard

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.