AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 2 sur 18
Alentours de Londres
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 18  Suivant
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Alentours de Londres

Message par : Klarh Findirs, Lun 25 Juil - 2:22


Manger, boire, ne pas bouger et se réchauffer, tout était fait pour que Klarh se sente mieux, il reprit rapidement des forces... Il venait de frôler l'hypothermie, et peut-être même l’hypoglycémie... Quoique, non, il s'était bien placé derrière la dent deux bestioles "appétissantes" : un strangulot et un oiseau. Rien que d'y penser, il en eut la nausée, se rappelant du goût atroce de sang, de chair froide et sanguinolente, toutes ces saveurs qui ne le dégoûtaient pas sous forme de crocodile.

Il pose sa énième viennoiserie sur la table, se tapotant du poing au niveau du sternum, il avait vraiment la nausée, il n'avait pas attendu de digérer ne serait-ce qu'un peu des deux bestioles, et c'est maintenant, une bonne heure après, que ça lui remontait. Heureusement pour lui et pour Anna, ce qui "remontait", ce n'était que le goût et le souvenir de ces proies, et non pas le... contenu.


" Plus jamais ces horreurs... Urgh !" dit-il en faisant la grimace.

Anna devait le regarder d'un drôle d'air... Il s'empressa de rajouter, du ton le plus naturel au monde.

" Hrmm, c'rien, juste un bout d'stangulot qui voulait pas passer."

Il ne vit pas sa réaction, regardant son bol et son reste de nourriture, hésitant à continuer de manger, tout ceci venait de lui couper l'appétit. Mais Anna avait choisi ce moment pour l'assaillir de questions.

- Et tes parents ? Enfin... Où ils en sont maintenant ? Qu'est-ce qu'ils font ?

Ah oui, tout ceci, une histoire pas très joyeuse, des épreuves à surmonter, un air froid et bourru, évidemment, la plaisanterie qui allait suivre pouvait très bien marcher.

" Ils sont... morts..." dit-il d'un air sombre et froid, feignant d'avoir été extrêmement contrarié, embêté et blessé par la question.

Il laissa bien un instant pesant parcourir la pièce, le feu s'était justement décidé à crépiter un peu plus fort que d'habitude, il y eut un grincement à l'étage (sûrement Iris qui roulait sur son lit, accrochée à une manette de jeu moldus...)...le silence était pesant, et si elle essayait de s'excuser, tout serait contre elle, lui donnant un impression de mal-être, d'avoir fait la gaffe du siècle...

...Puis enfin, car il ne pouvait plus se retenir bien longtemps, il lâcha un rire assez bourru et s'exclama :


" Héhé, non j'te charrie... Ils sont bien vivants, ma mère est journaliste, que ce soit pour les moldus ou pour les sorciers, elle adore tout savoir de l'actualité, l'information, tout ça, quoi... Et mon père, hmmm..."

Instant d'hésitation.

"... On va dire qu'il se fait exploser des trucs à la figure, il fait des recherches sur les sortilèges, les potions et les méthodes en tous genre... Un truc assez vague, j'trouve, vu qu'il doit tout mélanger, sans projet concret, faut un miracle pour qu'il trouve quelque chose. Moi j'préfère au niveau des méthodes avec les sortilèges... Mais bon, on peut pas dire que j'ai vraiment du boulot."dit-il, se grattouillant la barbe, quelque peu songeur sur la fin de sa phrase.

Il remarqua un mouvement de tête caractéristique : la tête qui tombe de fatigue, mais une résistance brusque pour ne pas s'endormir... L'habitude d'observer les gens et les animaux, surtout les crocodiles, qui communiquent beaucoup par des mouvements extrêmement précis... entre autres. Il inclina légèrement la tête sur le côté, un brin inquiet, décollant son dos de son support actuel (toujours l'arrière du fauteuil).

" Euh, ça va ? "

Il se releva avec autant de vigueur qu'il était difficile de se l'imaginer à nouveau tout tremblant de froid et trempé, il contourna l'ennuyant mobilier et passa sa main sur le clavier de l'ordinateur, observant le coin de l'écran lorsque la veille de la machine se désactiva.

" Ah ouais, quand même, quatre heures passées, faudrait voir pour dormir, j'pense, à moins que tu n'aies une envie irrésistible de sortir et de faire des feux d'artifice dans le ciel à coups de baguette."

Ricanant légèrement, l'imposant jeune homme se rapprocha de la blonde exténuée, s'accroupissant à côté d'elle, pour être à sa hauteur, et lui passa une main devant la figure.

" Eh, on s'endort pas ici... J'vais voir le registre d'Iris, j'reviens... "

Il eut un sourire assez différent : détendu, amical, il se sentait bien. Se relevant, il donna à la jeune femme une tape à l'épaule, dans un acte apparemment naturel, comme si c'était une habitude. Alors soit il délirait à cause de la fatigue, soit il y avait autre chose.

Laissant Anna à ses réflexions, il passa rapidement et silencieusement le couloir, ignorant les cadres photographiques., fixant un point dans le vide pendant qu'il marchait. Pourquoi le monde tanguait-il comme ça ? ... Ah non, c'est juste qu'il était perdu dans ses pensées, et du coup, ses pas étaient un peu malhabiles.

Une fois devant le bureau d'Iris, il marmonna un Lumos pour s'éclairer, et ouvrit le gros registre relié de cuir, pour enfin se pencher dessus...


** Hmm, on est le... Ah bah c'est là... Elle a enfin compris comment fonctionnaient les marque-pages...**

Il parcouru lentement les lignes de son doigt, la baguette en l'air pour s'éclairer, quand il sentit comme une force au niveau de ce même doigt, comme si le registre entier se relevait pour lui repousser le doigt... En fait, c'était lui qui chutait lentement en avant, avec son doigt sur le papier comme seul support. Pour une telle masse, muscles ou pas, ce n'était pas avec une telle prise de surface qu'il allait tenir.

Sa baguette lui glissa de la main droite, et il en profita pour poser ses deux mains à plat contre le bureau, reprenant ses esprits... Pourquoi un moment de faiblesse aussi brusque ? Il se concentra pour que tout s'arrête de tourner autour de lui... Mais ça ne faisait qu'empirer les choses, finalement, il fallait mieux se détendre, attendre un petit instant...


" Brrrhhmmm " fit-il en secouant la tête, soulagé d'avoir retrouvé un semblant d'équilibre après tous ces vertiges.

Il fouilla à tâtons, dans le noir, sa baguette s'était logée dans un coin du bureau, éteinte à cause de la baisse d'énergie soudaine du sorcier, mais elle se ralluma lorsqu'il l'empoigna, d'un éclat moins fort que précédemment... Ou alors c'était juste une impression. Voulant refermer le registre, il remarqua quelque chose d'étrange... du sang, plein la page... son sang.

Le sorcier porta rapidement une main à son bras gauche, et une sensation humide lui confirma que c'était bien sa blessure qui s'était remise à saigner, avec la couverture sur les épaules, dans la salle de détente, il n'avait pas pu le voir, et c'était sans doute cette perte de sang qui lui avaient sapé ses forces, dès qu'il s'était arrêté de manger.

Quel idiot, avec cette journée interminable, il aurait dû le sentir approcher. Grognant d'agacement, il fit un mouvement de baguette négligent en direction de sa blessure.


" 'piskey !" marmonna-t-il rapidement...

... Peut-être un peu trop rapidement, au lieu de stopper le saignement comme d'habitude, le sort lui fit une autre entaille brutale, perpendiculaire à sa blessure de longue date. Surpris par ce manque de maîtrise à cause d'une concentration nulle, il réprima un grognement de douleur, et relança un Episkey correctement visé et formulé, et enfin, l'entaille disparu et la blessure arrêta de saigner.

" Eh bah, enfin..."

Il s'éloigna en direction du couloir, ayant au préalable fermé (et nettoyé d'un coup de baguette) le registre d'Iris et tiré une clé solitaire d'une boîte accrochée au mur. Ce n'était pas la peine d'embêter Anna avec ses bêtises...

" Hmmm, tiens..."

Il lui tendit la petite clé.

" Chambre 4, à l'étage, prend l'escalier dans l'entrée... La seule qu'il reste, la 7 et la 9 sont en travaux, apparemment."

Il se replaça ensuite en position assise, au même endroit qu’auparavant, dos au fauteuil, remarquant la tache de sang sur la couverture qu'il avait laissé derrière lui, il se la remit dessus, essayant de faire en sorte qu'Anna ne la voit pas... Sinon ça allait résulter en une myriade de questions. Mais là, il s'agissait d'un sujet qu'il ne voulait pas vraiment étaler, il était fatigué.

Ne restant qu'une seule chambre, lui, il dormirait ici, ce n'était pas vraiment un soucis, il était bien...


[Si y'a des fautes, baaah...regardez l'heure à laquelle je poste, nah !]
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Alentours de Londres

Message par : Anna Ride, Jeu 28 Juil - 20:12


Engloutissant plusieurs viennoiseries les unes après les autres, Klarh eu un genre de reflux assez peu ragoutant. Expliquant qu'il ne s'agissait là que d'un strangulot qui était mal passé, la blondinette présente à ses côtés ne pu réprimer une grimace de dégoût. Erk, comment pouvait-il manger ces machins là ? M'enfin, après tout, si ce qu'il disait au sujet de "laisser place à l'animal" qui était en lui lorsqu’il était sous sa forme Animagus, alors c'était peut-être excusable (peut-être).

Elle venait d'évoquer toutes les questions possibles et imaginables au sujet des parents de son ami et se sentie comme gênée l'espace d'un instant. Il lui suffit d'entendre la réponse blessée et froide de Klarh pour avoir une soudaine envie de s'enterrer vivante, creusant sa propre tombe. Morts ? M*rde alors, elle faisait vraiment toutes les gaffes du mondes. Ne sachant pas quoi dire, elle s'arrêta de manger, regardant son ami avec des yeux ronds comme des billes et croisa ses mains sur la table. Quelques petites secondes passèrent sans qu'ils ne prononcent le moindre son et elle commença à regarder autour d'elle histoire de trouver un sujet potable à aborder... L'ambiance devenait presque pesante, elle s'en voulait terriblement d'avoir gâcher la soirée - bon, la nuit. -


« Héhé, non j'te charrie... »

Que... Quoi ? Argh, mais c'était quoi ce genre de blagues débiles ! Il fallait vraiment que la Poufsouffle arrête d'être aussi naïve, ça commençait sérieusement à lui faire défaut. Après cette révélation sur la non-mort de ses parents, Klarh lui raconta ce qu'ils faisaient dans la vie. Sa mère était donc journaliste pour les moldus et pour les sorciers tandis que son père était chercheur. Ou peut-être était-il testeur ? Une fois le discours sur sa famille terminé - et dont elle était à l'origine, rappelons le - elle commença à tousser - ça, je l'ai déjà dit tout à l'heure - et à se sentir vaciller.

Se levant pour voir si tout allait bien, Klarh avait l'air un peu inquiet pour la demoiselle. Si bien qu'il décida d'aller vérifier quelles étaient les chambres de libres de l'auberge, laissant Anna seule dans la chambre, à moitié endormie par terre. Ne sachant pas trop pour combien de temps il en avait et ne voulant pas qu'il la retrouve inconsciente à son retour - bah ouais, on sait pas ce qu'il pourrait faire - elle décida, malgré sa monstrueuse envie de rester allonger, de se lever pour aller faire quelques fouilles dans la pièce. Quoi ? Il fallait bien qu'elle s'occupe !

Tout en prenant appui sur la table basse, elle posa un genou à terre et fini par se relever non sans difficultés. Empoignant son t-shirt, elle espérait qu'il ait un peu sécher avec la chaleur de la pièce mais il n'en fût rien. Pour accentuer le tout, elle éternua encore une fois, brisant le silence qui était jusqu'à présent uniquement ponctué par les craquements du feu. Bon bon bon, qu'allait-elle bien pouvoir fouiller... Il n'y avait là que des meubles anciens et usés qui n'avaient pas l'air de pouvoir contenir grand chose. Mais un peu plus à gauche dans la pièce était disposée une très belle armoire en bois massif, orné de petites décorations peintes ou gravés. Les poignés avaient l'air rouillées mais quand Anna tourna l'une des deux, elle s'ouvrit parfaitement.

Il n'y avait que de la vaisselle, derrière le premier volet. Rien de très intéressant, à première vue. Bien qu'il s'agissait là d'une très jolie vaisselle en porcelaine qui devait dater d'un certains temps, au vu des peintures qui l'agrémentait. Refermant de sa main droite le volet, elle se saisit de la poignée de gauche, tentant d'ouvrir la seconde partie. Ah ? Fermée ? ... Elle allait se dire "Tant pis" mais, finalement, si c'était fermé c'est qu'il devait y avoir quelque chose de plus intéressant qu'une vieille vaisselle à l'intérieur. Croyez-vous qu'on ait déjà dit à cette chère Anna que la curiosité était un très vilain défaut ? Oh oui, on le lui a dit maintes et maintes fois. Mais pensez-vous qu'elle applique ce que papa-lui-dit-tout-le-temps ? Bien sûr que non.

Prise d'une soudaine envie d'agir de manière intelligente, pour une fois, elle hésita quelques instant avant de violer l'armoire. Se mordant les lèvres et tournant en rond pendant quelques minutes, elle se demandait si elle allait regretter de faire ça ou si c'était "si mal que ça".


** Roh et puis de toute façon, c'est juste pour voir ! **

La décision était donc prise, elle sortit sa baguette de son sac et la pointa sur le volet gauche de l'armoire, tout en murmurant un "Alohomora". Elle aurait bien informuler, mais elle était trop fatiguée pour y penser. Elle entendit un petit *clic* lui annonçant que la porte était bien déverrouillée et rangea sa baguette dans sa poche arrière. Tendant l'oreille histoire de voir si le croco ne revenait pas, elle ouvrit discrètement le volet. Devant elle, il n'y avait pas grand chose à part quelques vieilleries du type livres anciens, photos et bijoux. Quelques étages plus bas, elle ne vit rien de plus et commençait à se dire que finalement, fouiner chez les moldus ce n'était pas très gratifiant. Levant la tête, elle pu voir qu'il y avait une dernière étagère dont elle ne pouvait pas voir le contenu, étant trop petite. S'éloignant de quelques pas et se mettant sur la pointe des pieds - en tirant la langue sur le côté, si si, c'est un cliché ambulant cette fille - elle manqua de trébucher contre la table basse... La table basse !

Se saisissant du petit meuble, elle alla le placer au pied de l'armoire et grimpa dessus. Levant ses bras elle sentit quelque chose de froid et de dur. De la pierre ? Hm... Essayant d'agripper du bout des doigts l'objet inconnu, elle remarqua rapidement qu'elle n’arriverait à rien. Qu'est-ce que c'était saoulant d'être une fille. Sur les nerfs, elle lança un "Wingardium Leviosa" sur la table basse, tout en se concentrant pour que celle-ci se soulève sans que la jeune blonde ne bascule en arrière - ou sur le côté, c'était tout à fait possible - arrivée à la bonne hauteur, elle vit rapidement ce qu'était en réalité l'objet de sa convoitise.


« Une... Une pensine ?! »

Prise au dépourvu par cette découverte inattendue, elle se déconcentra quant à son sortilège de lévitation et la table - étant jusqu'à présent élevée d'une bonne trentaine de centimètres du sol - atterrit par terre avec brutalité, faisant perdre à Anna tout son équilibre. Résultat : et une Pouffy étalée par terre le dos en vrac, une ! Un peu sonnée par la chute et éberluée par ce qu'elle venait de découvrir, elle se releva laborieusement en position assise tout en se massant le bas du dos avec sa main droite. Baguette en main, elle replaça la vilaine table à sa place et referma la porte de l'armoire. Non mais qu'est-ce qu'une pensine foutait dans l'auberge d'une moldue ?!

A peine le temps de se remettre de ses émotions que Klarh poussa la porte de la pièce et tendit à Anna une petite clé.


« Chambre 4, à l'étage, prend l'escalier dans l'entrée... La seule qu'il reste, la 7 et la 9 sont en travaux, apparemment.»

La seule ? Ca voulait dire qu'il dormirait où, lui ? Elle remarqua rapidement qu'il avait une attitude un peu inhabituelle, comme si il avait quelque chose à cacher, derrière sa couverture. Ne voulant pas parraitre trop curieuse - non, jamais - elle n'insista pas quant à ses quelques suspiçions. Elle avait dû assez lui prendre la tête comme ça avec toutes ses questions. La chute l'avait un peu assommée et elle se sentait toute engourdie, il était peut-être temps d'aller au lit maintenant.

« Mais, toi, tu dors où ? Ici c'est quand même assez moyen pour un grand comme toi, non ? »

Il était vrai qu'à part quelques fauteuils il n'y avait rien de bien confortable pour satisfaire aux besoins de Klarh pour dormir. Elle n'allait quand même pas le laisser faire sa nuit par terre quand même ?! C'était non négociable ! Mais bon, si elle l'invitait dans son lit ça pourrait porter à confusion... Et puis, il prendrait certainement toute la place... Et puis, toute la couverture aussi... Et puis certainement qu'il finirait par la tuer en roulant sur le côté... Ouais, non, mauvaise idée ça. Finalement, c'était assez gentleman de sa part de lui laisser la dernière chambre. Attendant la réponse de son ami, elle se mit à rêver à un lit moelleux et accueillant où elle pourrait se laisser aller à rejoindre Morphée sans plus tarder.
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Alentours de Londres

Message par : Klarh Findirs, Ven 29 Juil - 20:36


- Mais, toi, tu dors où ? Ici c'est quand même assez moyen pour un grand comme toi, non ?

Ah non, elle n'allait pas commencer à chipoter, il était crevé, mal en point, et pouvait aisément s'endormir ainsi positionné que ça ne le gênerait même pas.

" T'en fais pas pour moi, je risque de déranger ... Puis les lits sont pas très larges. "expliqua-t-il avec un sourire, se grattant l'épaule droite.

Il laissa tomber la couverture de cette épaule, mais pas du côté gauche, pour éviter de donner une charmante vue pleine de sang à Anna. Il se languissait qu'elle aille se coucher, car il commençait à se sentir mal, et avait une envie particulière.

" Aller, va... j'suis bien ici, limite j'peux dormir immédiatement... C'pas un soucis."

Parvenu à convaincre la jeune femme, il pointa sa baguette sur la porte lorsqu'elle sortit, grommelant un Collaporta pour verrouiller le tout. Dans une optique d'utilité, il aurait très bien put y appliquer une certaine combinaison de charmes pour le prévenir de toute approche : un charme du cridurut baissé un puissance avec un Sourdinam... Puis, appliqué à tout ceci, un complexe magique pour déclencher le son uniquement dans les oreilles de Klarh (d'où la nécessité de baisser le volume du son !)... Mais... Non, il était trop fatigué. Et puis la seule personne qui pouvait ouvrir cette porte avec un Alohomora était Anna.

Il se releva, et s'approcha de la cheminée, sentant un tapis assez épais sous ses pieds...


" Tiens, l'était pas là, avant, lui... Mais il tombe bien. "

S'asseyant dessus, face au feu, il remarqua le tisonnier, dont la pointe était plantée dans une bûche qui flambait. Pourquoi ne pas utiliser ça pour cautériser sa plaie ? Non non... Ce n'était pas la peine de réveiller tout le quartier avec un rugissement de douleur, car les blessures magiques ne peuvent pas se soigner complètement, comme la cicatrice de cet ancien Potter... Klarh aurait bien aimé le rencontrer, mais avec plus de cent ans de différence, ce n'était pas vraiment la même période... L'Elu, lui, avait une cicatrice, pour Klarh, c'était une blessure à peine cicatrisée, pouvant s'ouvrir dans certains cas, alors qu'il n'avait jamais entendu parler de la célèbre cicatrice en forme d'éclair s'ouvrir et saigner.

Il s'allongea sur le dos, enleva son pantalon encore un peu humide, se retrouvant en boxer, il s'en foutait un peu si Anna débarquait, n'étant pas très pudique. Maintenant qu'il ne portait plus rien d'humide ou mouillé (tout en portant le strict minimum, quoi !), il échangea son bas avec un coussin de fauteuil, faisant voler l'oreiller vers lui avec un sortilège d'attraction, tandis qu'il envoya son jean's sur le dossier du fauteuil avec le sortilège opposé.

Le tapis grattait... Ce n'était pas vraiment confortable. Peu importait, baguette toujours en main, il s'en servit pour envoyer au sol la couverture trempée de sang qui lui était toujours accrochée à son épaule. Puis ce fut au tour de son bras d'être visé, faisant agir un charme pour soulager la douleur et "guérir" en partie sa blessure au bras, la faisant retourner au stade de cicatrice. A cause de cette foutue magie noire, il ne pouvait pas aller plus loin dans les soins... Ce qui impliquait que la cicatrice allait de nouveau s'ouvrir au moindre choc un peu trop violent.

Dix minutes plus tard, il se réveilla en sursaut, car il s'était endormi sans le vouloir, le bras droit sur le front. Il ne voulait pas bouger, plus bouger du tout... C'était inconfortable mais au moins reposant. Il dut se résigner à faire quelque chose, car il avait froid malgré le feu à côté de lui, froid à l'intérieur. Pas de détraqueur à proximité, il s'agissait donc de sa température corporelle qui était encore détraquée. Être un crocodile de temps en temps apportait quelques soucis en passant d'un corps à sang-froid à celui un humain à sang chaud. Alors pour finir le travail nécessaire à son bien-être, il se transforma en son gros crocodile marin, dépassant largement du tapis, maintenant, ses écailles le protégeant de l'inconfort. N'ayant pas plus de force pour se retourner, il resta sur le dos, dans une position assez comique, mais assez efficace : les crocodiles ont besoin de chaleur, et leur ventre était garni d'écailles un peu moins épaisses. Son corps capterait davantage de chaleur.

Dans la nuit, il se réveilla, et se retransforma en humain, tirant la couverture pour la placer entre lui et le tapis, supprimant l'effet désagréable de la carpette... finalement c'était bien, comme ça... contempler le plafond, allongé sur le dos, les bras derrière la nuque, avec un feu ronronnant à côté de lui. Il se rendormit rapidement.



~~~~~


Cui-cui, cui-cui... Mais ils allaient la fermer, ces oiseaux ? Quelle heure était-il ? Pourquoi faisait-il aussi chaud ? La pluie s'était arrêtée ? Probablement, sinon les oiseaux ne chanteraient pas, non ? Que de questions au réveil, Klarh en eut le vertige, il fallait apprendre à ne penser à rien ! Mais c'était difficile... Il se releva brusquement, soufflant comme un bœuf.

" P't'ain, c'est une fournaise ici ! "

Bon, l'effet sauna, c'était agréable, mais bon, fallait se rafraîchir un peu ! Où était sa baguette ? Il s'était rendormi avec elle non loin de lui... Oh et puis mince, pourquoi ne pas tout simplement se recoucher ? Se laissant tomber en arrière de manière assez brutale, il se figea soudainement, faisant marcher ses abdominaux de bon matin pour ne pas toucher son semblant de lit... y passant un bras pour récupérer sa baguette.

" Hmm, ouf... d'peu et j'étais bon pour retourner au Chemin de Traverse... "

Ce devait être un signe qu'il ne fallait pas se recoucher, Anna n'allait pas tarder à se réveiller et le chercher... Ou alors elle était toujours dans son lit. C'était beaucoup plus probable, mais il n'allait pas la déranger rien que pour vérifier. Il se leva et brisa son sortilège de verrouillage... Tellement bien qu'il y eut comme une pulsation d'énergie magique... Klarh avait repris du poil de la bête, il se sentait en pleine forme ! Ce n'était pas une raison de faire exploser cet endroit, cependant.

Il se dirigea vers la fenêtre, tirant un peu sur le bas de son boxer pour le remettre en place, les plis, c'était pas très agréable. Dès que l'air matinal s'engouffra dans la salle, il se sentit encore mieux... Personne au dehors... Deux solutions possible : il était trop tôt, ou alors c'était l'heure de manger.

Appréciant cette brise matinale, beaucoup plus qu'il ne l'avait prévu, il se laissa aller et s'appuya au rebord, y plaçant ses coudes, relevant les yeux au ciel... les refermant après un instant, lâchant un grognement de satisfaction, le nez toujours en l'air. Si ce n'était pas une bonne matinée, alors aucune autre ne pouvait l'être.

Lorsqu'il entendit la porte s'ouvrir, il laissa retomber sa tête, son menton effleurant sa peau, sa barbe le chatouillant sur le coup, puis il tourna lentement son regard vers l'arrivante, Iris ou Anna, sa question convenait aux deux (étant ironique pour la vieille femme), il n'allait pas se mettre à réfléchir aussitôt levé, tout de même !


" Alors ? Bien dormi ? " demanda-t-il, son visage orné d'un sourire absolument charmant avec son air encore à demi-endormi.


Dernière édition par Klarh Findirs le Jeu 25 Aoû - 12:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Alentours de Londres

Message par : Anna Ride, Sam 30 Juil - 23:00


Finalement, elle s'était inquiétée pour rien. Le jeune Findirs n'avait pas besoin de beaucoup de confort, d'après ce qu'il disait. La pièce lui convenait très bien et Anna n'insista pas plus longtemps pour aller se coucher, seule, dans la chambre numéro 4. Elle se leva, non sans mal, prit son sac ainsi que les affaires qu'elle avait retiré - soit chaussures et gilet - puis se dirigea tranquillement vers la porte. Avant sortir, elle se retourna et souhaita une bonne nuit à son ami, lui décochant un sourire qui se voulait avenant. Refermant, elle appuya son dos contre la porte : il était grand temps d'aller se coucher.

Pieds nus, elle informula un Lumos et reprit le couloir menant à l'entrée. Elle n'avait pas envie de se taper dans les murs de l'auberge alors autant se servir de magie pour se repérer. C'était calme, silencieux, le seul son provenait de sa baguette qui émettait comme une aura sonore. Certes, la lumière émise par le bout de frêne n'était pas à la hauteur des capacités de la demoiselle, mais il fallait l'en excuser : la fatigue, ça vous plombe l'énergie. Une fois dans l'entrée, elle grimpa les escaliers tranquillement, se tenant à la rambarde pour ne pas tomber. De nature maladroite et complètement éreintée de surcroît, elle n'avait pas envie de dévaler les marches à sens inverses, provoquant certainement un arrêt cardiaque chez la vieille Iris.

Chambre une, deux, trois... Ah, la chambre quatre. La jeune Auror en formation inséra la petite clé dans la serrure et l'ouvrit dans un petit *clic* métallique. Pénétrant dans la pièce dont la cheminée allumée réchauffait la totalité, elle posa son sac ainsi que son gilet sur la chaise qui était face à une petite coiffeuse en bois brun, puis déposa ses chaussures au pied du meuble. Le lit, il était là, grand et accueillant. Formé d'un sommier en bois foncé, il ressemblait à ces lits anciens dont la tête de lit était assez imposante. Par ailleurs, les couvertures et coussins étaient d'une très jolie couleur vermillon et or. Elle avait un peu l'impression d'être dans une chambre typiquement Gryffondor. Un sourire de gratitude envers la vieille femme probablement endormie, elle s'assit sur le lit dont le matelas était des plus moelleux. Avec l'impression d'être entrer dans une salle sur demande où tout aurait été conçu pour ses désirs - quoi qu'elle aurait peut-être choisi une autre couleur pour les draps - elle retira son t-shirt encore humide et fit glisser son jean à ses chevilles, le retirant avec grâce.

En sous-vêtements dont vous ne saurez pas les détails (bande de pervers) Anna éteignit sa baguette d'un Nox et se glissa sous la couette couleur Gryffy puis disposa deux oreiller de façon à ce qu'ils encadrent sa tête blonde. Attendant Morphée venir à elle, la jolie blonde repensait à la pensine qu'elle avait découvert quelques instants plus tôt. Ne voulant pas troubler son sommeil, elle préféra laisser aller son esprit à d'autres souvenirs. Malheureusement, ceux qui lui vinrent à l'esprit n'étaient autres que ce laborieux combat surprise à Godric's avec sa formatrice chez les Aurors. Arf, ce n'était pas non plus la chose à laquelle penser pour faire de jolis rêves. Essayant de penser à quelque chose de plus gai, elle imagina Klarh se débatant sauvagement avec sa couverture, essayant tant bien que mal de se couvrir. Peut-être finirait-il par se transformer en ce gros crocodile, histoire d'être plus à l'aise ? Heu... Informulant un Collaporta en direction de la porte, elle finit par s'engloutir un peu plus dans ses draps, s'efforçant à trouver le sommeil, malgré la fatigue.


~~~~~~

« Mais vous allez vous taire oui ?! »

Lançant un oreiller en direction de la fenêtre ouverte, elle fulminait violemment contre les volatiles qui chantonnaient dehors, en cette belle matinée. Dans la nuit, elle s'était réveillée de nombreuses fois par d'étonnants cauchemars et avait fini par ouvrir la fenêtre de la chambre numéro 4 car la chaleur de la cheminée commençait à lui tourner la tête. Malgré un Aguamenti, le feu avait imprégné toute la chambre durant la nuit. Maintenant, la fenêtre ouverte et le feu éteint depuis belle lurette, Anna ne se décidait pas à sortir de sous ses draps.

Malgré l'hiver bien entamé, les rayons du soleils venaient taper contre le fenêtre et éclairaient gaiement la pièce. Rageant contre sa manie de toujours bouger pendant la nuit, elle se décida à sortir de son lit. En effet, ayant posé sa baguette juste à ses côtés, elle avait du la faire tomber à terre par mégarde et n'arrivait pas à l'atteindre pour pouvoir fermer la fenêtre par magie. Se grattant la tête, les cheveux emmêlés, elle alla s’asseoir lourdement sur la chaise en face de la coiffeuse. Mon dieu, quelle tête affreuse avait-elle là. Regardant un peu autour d'elle, elle observa un peu plus que la veille au soir la pièce dans laquelle elle se trouvait. A côté de la fenêtre pouvait voir une petite commode en bois sur laquelle était disposés une plante et une petite statuette. Il y avait aussi un petit porte-manteau, de l'autre côté de ladite fenêtre. Et à côté de la coiffeuse en face de laquelle elle était assise, se trouvait une porte.

Ah ? Une porte. Se levant, elle poussa celle-ci et se retrouva dans une petite salle de bain avec douche. Douche ! Sans prendre le temps de regarder l'heure, la jolie jeune femme retira les derniers vêtements qu'elle avait sur elle entra dans la petite cabine. Allumant l'eau, elle plaça directement le régulateur de chaleur largement vers le rouge. Se délectant du plaisir que lui procurait l'eau sur son corps, elle s'adossa contre le mur en carrelage blanc et beige. Argh, elle en rêvait de cette douche.

Après s'être douchée et rhabillée, Anna se décida à descendre pour finalement rejoindre son ami. Ouvrant la porte de sa chambre avec un Alohomora, elle longea les murs tout en descendant les quelques marches qui la séparaient de l'entrée. Iris était en train de dépoussiérer la salle principale en fredonnant un air d'une probable chanson moldue datant d'il y a déjà quelques années. Elle lui fit un signe de main accompagné d'un sourire et lui adressa un charmant "Bonjour". En guise de réponse, la vieille femme vint lui asséner deux grosses bises sonores en la prenant par les épaules.


« Bonjour jeune fille ! As-tu faim ? Je peux vous préparer quelque chose pour le petit déjeuner ! Vous comptez rester encore combien de temps, toi et le petit Findirs ? »

Ravie de la proposition de l'aubergiste, elle jeta un coup d'oeil à la grande horloge qui trônait au dessus du comptoir. Il n'était qu'à peine 9h30 et elle se rendit compte qu'elle n'avait pas beaucoup dormi. Répondant par la positive quant au petit-déjeuner elle précisa à la vieille femme qu'elle ne connaissait pas vraiment le programme de la journée. Puis, elle se rendit dans le couloir aux milles photos qui la mènerait à la pièce qui avait servit de chambre à l'Animagus. Frappant à la porte presque silencieusement, elle n'entendit pas de réponse. Peut-être n'avait-il pas entendu ? Ou bien peut-être dormait-il encore. Ne sachant pas trop si elle devait entrer ou attendre, elle se modilla la lèvre inférieur tout en réfléchissant. Après tout, si il ne souhaitait pas qu'elle rentre, il aurait pu utiliser un sortilège pour fermer la porte, non ? Elle entreprit donc de tourner la poignée et remarqua rapidement que celle-ci tourna sans rencontrer le moindre obstacle.

« Alors ? Bien dormi ? »

A peine avait elle eut le temps de passer le pas de la porte qu'il avait déjà tourner la tête dans sa direction. Vêtu d'un simple boxer, il permettait à Anna d'assister à un charmant spectacle. Bien qu'elle ait passé le plus clair de sa nuit avec son torse dévêtu devant les yeux, elle ne s'attendait pas ce qu'il se retrouve avec un simple boxer en guise d’accoutrement. Piquant un léger far, n'ayant pas tellement l'habitude de voir un homme presque nu, elle ne put s'empêcher de contempler son corps bien sculté (bon bon, je flate ton égo là.). Il avait beau être imposant, il dégageait quelque chose de très particulier. Même si la blondinette ne se sentait pas exactement attirée par lui, il fallait admettre qu'il émanait du jeune homme un charme presque bestiale, assez déroutant.

« Hm... Pas tellement. Et toi ? Iris devrait nous rejoindre avec de quoi déjeuner. »

Tout en répondant au jeune homme, elle alla s'installer sur un des fauteuils. Ne sachant pas trop où regarder, elle finit par contempler la magnifique tapisserie où elle remarqua une petite fissure causée certainement par l'âge ancien de l'auberge où ils se trouvaient. Tapotant des doigts sur l’accoudoir, elle remarqua qu'il avait finalement dormi par terre sur un pauvre tapis, près de la cheminée. Un peu gênée de l'avoir contraint à dormir à même le sol, elle allait s'excuser mais n'en fit finalement rien. Elle le savait galant et il refuserait probablement ses excuses, alors autant ne pas remuer le couteau dans la plaie.

Elle songeait à ce qu'elle allait bien pouvoir faire de sa journée. Elle aimerait beaucoup la partager avec le Poufsouffle mais il était probablement certain qu'il ait de meilleures choses à faire. Par ailleurs, il fallait absolument qu'elle passe par le QG récupérer quelques affaires. Ou bien, pouvait-elle simplement aller faire quelques emplettes dans la journée ? Elle avait vu cette jolie petite robes dans un magasin moldu l'autre jour à Londres. Pourquoi ne pas y faire un saut ? Le beau temps était au rendez-vous, alors il fallait bien en profiter un peu.

On frappa à la porte et Iris vint leur déposer le petit-déjeuner comme prévu, avec un sourire tout aussi bienveillant que la veille. Anna avait l'impression de revivre exactement la même scène que quelques heures auparavant, en pleine nuit. Seulement là, un petit déjeuner des plus anglais était disposé sur les deux plateaux que la vieille femme venait d'apporter. Remerciant chaleureusement l'aubergiste, Anna se servit en bacon et oeufs brouillés. N'ayant pas tellement faim mais voulant faire honneur à la cuisine de la charmante femme, elle commença son repas.


« Klarh, il me faut des vêtements propres... »

Ça lui taraudait l'esprit. Elle ne pouvait définitivement pas rester avec ses vêtements de la veille et n'avait pas du tout penser à en mettre de rechange dans son sac extensible grâce à un sortilège. Il y avait de tout là dedans, mais pas de vêtements, ça non. D'ailleurs, elle n'avait pas vraiment prévu dans son programme de finir sa nuit dans une auberge à côté de Londres. Tout en mangeant, elle espérait que Klarh ait une super idée pour qu'ils trouvent, chacun, de quoi se mettre sur le dos. Parce qu'un jeune homme à moitié nu se promenant dans les rues, ça n'est pas ce qu'il y a de plus discret...
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Alentours de Londres

Message par : Klarh Findirs, Lun 1 Aoû - 19:32


Klarh commençait à frissonner, il était quand même quasiment nu (juste un boxer ...c'était tout comme !) et l'été ne pouvait pas être arrivé pendant la nuit. Il referma la fenêtre, Anna s'installait sur un fauteuil, lui répondant qu'elle n'avait pas vraiment bien dormi, et demanda pour lui.

" Bah... Quand j'suis fatigué, j'dors... Seul truc, c'est que j'ai faillis crever d'chaud. Hrrmm... "

S'approchant de la table basse, il donna un coup au fauteuil qui lui avait servit de dossier la veille, pour le tourner et s'y asseoir, fixant Anna, intrigué... Pourquoi elle était aussi réticente à le regarder ? Il se souvenait bien de la veille, il n'avait pas vraiment fait quelque chose d'inconvenant...

Tandis qu'il réfléchissait, Iris débarqua de sa manière habituelle, c'est à dire en explosant à moitié la porte, portant deux grands plateaux remplis de victuailles pour leur petit déjeuner... Elle ne changerait jamais. En se penchant pour poser les plateaux sur la table, elle poussa un long soupir...


" Tu pourrais au moins t'habiller... Je crois ne jamais t'avoir vu totalement habillé... "
" Hm ? Eh, Iris, n'exagères pas, non plus... M'ci pour le p'tit dej', j'ai les crocs..."
" Tant qu'ils restent à cette taille... Tu sais ô combien j'ai horreur des serpents."
" Et alors ? Je ne suis pas un serpent..."
" Ne joues pas sur les mots, jeune Findirs... C'est du pareil au même, tes machins magiques à écailles. "

Et elle quitta la pièce, accordant un grand sourire à Anna (tandis que Klarh pouvait crever la bouche ouverte...). Ils commencèrent à manger, mais le jeune homme ne tenait plus en place, maintenant qu'il venait de s'offrir une bonne nuit de sommeil. Il fit rouler ses muscles, tourner ses bras, s'étirant à peu près tout ce qui pouvait être étirable au niveau des muscles du corps. Il tendit une main vers son jean's lorsqu'Anna s'exclama:

- Klarh, il me faut des vêtements propres...

Des vêtements propres ? Mais pour quoi faire ? ... Sûrement pour s'habiller, oui.

" Eh bien..." commença-t-il, prenant son jean's.

Lorsqu'il eut le vêtement en main, il constata qu'il n'avait rien d'autre à se mettre... Même pas un haut ! Lui, ça ne le dérangerait pas vraiment, mais les moldus avaient tendance à être un peu pointilleux sur le fait qu'il ne fallait pas faire de choses "anormales"...

" J'crois... Que moi aussi, en fait... J'ai pas d'affaires, ici..."

Enfilant son jean's, tout sec après cette nuit de séchage, il prit un air ironique et ajouta.

" Quel dommage qu'Iris n'ait rien qui m'aille !"

Il grogna, amusé, pour rien au monde il ne mettrait des vêtements pour femme... Parce que déjà, c'était quasiment impossible à trouver à sa taille... Et que la fréquence d'apparition du rose et du orange était plus élevée dans les habits pour femme. Klarh eut une idée... Espérant qu'Anna serait d'accord.

" Si tu veux, j'peux t'aider à transplaner où t'as b'soin..."

Anna acquiesça et lui exposa son idée de passer dans un magasin qu'elle avait repéré à Londres. Après quelques questions, Klarh se rendit compte qu'il connaissait un restaurant non loin du magasin de vêtements, ce qui lui donnait un lieu précis et connu pour les faire transplaner en toute sécurité. Il restait cependant un problème en suspens : Klarh n'avait toujours rien à se mettre sur le dos, ce qui, en plus de sa carrure inhabituelle, ne leur accorderait aucune discrétion (si cela était encore possible avec le jeune homme)... Iris aurait sûrement quelque chose, ne provenant pas de sa garde-robe, et qui soit un minimum convenable pour Klarh.

Une fois ces détails Klarh entreprit de terminer son petit déjeuner, extrêmement copieux... Il accordait une grande importance à ce repas. Anna mangeait également, mais avec moi d'entrain.


" Hmm... Si t'as pas faim, t'forces pas, hein..."

Ça semblait être ça, Klarh s'étonna de la politesse de la jeune femme. Certes, il était lui même attaché à l'idée de garder de bonnes manières, mais il y avait des limites. Quoi qu'il en soit, une fois son plateau complètement vidé de tout ce qui était mangeable ou bon à boire, et ayant piqué quelques viennoiseries de celui d'Anna (de toute façon elle n'avait plus faim !), il se releva, s'étirant une dernière fois.

" Ahh, ça fait du bien... Ça m'aura au moins calé la dent creuse."

Iris fit irruption dans la pièce ("Ne faites pas attention à moi, je viens juste prendre quelques assiettes dans le buffet !"), et bien vite elle remarqua qu'ils avaient finis, et, refusant toute aide, elle repartit avec autant d'énergie qu'elle était arrivée, portant deux plateaux et une pile d'assiettes en plus. Klarh soupira, espérant avoir autant de vitalité qu'elle lorsqu'il aurait son âge.

Il fallait également remettre un semblant d'ordre dans la pièce : replacer le tapis, plier la couverture (la nettoyer d'un Recurvite, aussi !) et ranger le mobilier déplacé. Tout ceci, Klarh le fit en quatrième vitesse, l'habitude aidant... Il pouvait aussi devenir assez maniaque sur certains sujets, mais ne l'avouerait jamais.


" Bon, ça c'est fait ! On peut y aller, j'pense pas qu'Iris veuille allumer un feu dès l'matin... "

Klarh sortit, accompagné d'Anna (non, il n'était pas fan du "Après vous"...) et croisa une montagne composée de tissus et de cuir : il s'agissait d'Iris qui transportait un nombre impressionnant de vêtements, des t-shirts, vestes, pulls, sweat-shirts... Décidément, une moldue avec un don de Divination ! Ce n'était pas tous les jours qu'on en croisait.

" Viens m'essayer ça ! Je suis sûr qu'on va te trouver quelque chose là dedans..."
" Et ça sort d'où ?" demanda-t-il, jetant à Anna un regard presque suppliant.

Les essayages ne durèrent que quelques minutes, les trois quarts des affaires n'allaient pas au jeune homme, d'autres avaient des trous et déchirures, et il y avait même du orange, Klarh ne chercha pas a comprendre si ces derniers lui allaient ou pas. Finalement, ils trouvèrent une sorte de large veste en cuir noir, l'intérieur en fourrure blanche, le col assez haut. Le sorcier l'enfila et... se sentit un peu à l'étroit... Mais c'était le mieux qu'il pouvait espérer. Au lieu de lui servir de veste, comme le vêtement aurait été porté par quiconque, Klarh semblait porter une sorte de gilet en cuir, ce qui rendait assez bien, lui donnant néanmoins une allure un peu plus brutale (au point où il en était... Après tout). Impossible de la refermer, par contre, mais au moins, dans la rue, il garderait un semblant de décence, plutôt que d'être totalement torse nu.

Ils étaient enfin prêts à partir, Klarh emmena Anna dans la ruelle qui leur avait servi pour leur arrivée, expliquant que le bâtiment d'Iris était garni de protections, notamment un charme d'anti-transplanage... Les Findirs n'avaient pas abandonnés la pauvre femme à son sort. Cinq minutes plus tard, ils marchaient dans les rues de Londres, les regards se tournant vers eux. Klarh suivait Anna, c'était à elle de le guider.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Alentours de Londres

Message par : Anna Ride, Lun 15 Aoû - 13:29


Après avoir manger à leur faim, comme il se doit, les deux amis commencèrent à parler d'un éventuel détour par les rues de Londres. Elle commença à lui expliquer l'endroit vers lequel elle aimerait aller en espérant qu'il trouverait un endroit connu pour lui, afin de pouvoir transplaner. Anna avait besoin de vêtements propres et Klarh avait besoin de vêtement tout court... D'ailleurs, la situation était assez cocasse lorsque la vieille aubergiste proposa au grand jeune homme quelques habits pour ne pas trop attirer l'attention sur lui. Il s'essaya à un défilé de fringues tous plus horribles et trop petits les uns que les autres. La main devant la bouche, Anna assistait à un spectacle terriblement hilarant. Voir l'Animagus se faire traiter comme un gamin par la vieille femme et se tortiller dans tous les sens pour réussir à enfiler des t-shirt... Elle ne put réprimer quelques gloussements amusés.

Il finit par choisir un blouson noir, en cuir, un peu trop étroit pour sa carrure mais qui ferait l'affaire pour le moment. Bon, il avait maintenant l'air d'un motard des années 50 mais, au moins, il avait quelque chose sur le dos et allait moins attirer les regards sur lui. Une fois qu'ils étaient prêt à partir, la blondinette embrassa Iris et la remercia pour son hospitalité malgré l'heure tardive à laquelle ils étaient arrivés. Une fois sortis de l'auberge, ils s'éloignèrent vers la ruelle par laquelle ils étaient arrivés. Lui expliquant que la bâtisse dans laquelle ils avaient dormi était protégée par un dôme anti-transplanage, Klarh tendit son bras à la jeune Auror en formation pour qu'elle puisse s'y accrocher. Elle commençait presque à prendre goût à ce moyen de transport accompagné...


*CRAC*

Ils atterrirent dans une des nombreuses rues de Londres, à l'abris des regards. Anna lâcha instantanément le bras de du jeune homme et se pencha en avant, les deux mains posées sur ses genoux... Non, finalement, elle détestait toujours autant le transplanage à deux... Elle réprima une envie de rendre le contenu de son estomac bien rempli par le petit déjeuner et se redressa, essayant de garder un minimum de dignité. Bon, où est-ce qu'il les avait emmené ? Etant dans une impasse, ils s'avancèrent dans la seule direction possible et arrivèrent dans une rue piétonne. Levant les yeux au ciel, la jeune femme chercha à reconnaitre l'endroit.

« On est où là, exactement ? »
« Juste à côté d'Oxford Street... J'connaissais que ça pas loin de ta rue ! »

Si ils étaient à côté d'Oxford Street, c'est que Carnaby n'était pas loin du tout. La demoiselle s'avança parmis la petite foule de gens, suivi de près par son ami. Malgré le blouson noir, il restait tout d'même assez étrangement peu vêtu et il n'était pas sans savoir que les jeunes femmes avaient tendance à aimer les torses musclés. Il finit par se mettre aux côtés d'Anna celle-ci trouvait ça assez amusant de voir tous les regards pointer sur lui. Esquissant un petit sourire elle continua sa route en direction de sa rue piétonne fétiche.

Quelques minutes de marche et des dizaines de regards intrigués plus tard, ils arrivèrent exactement là où la jeune Auror voulait aller. Lui demandant s'il voulait se joindre à elle dans la boutique, elle s'introduisit dans un petit magasin de vêtements aux couleurs chatoyantes. Se dérobant derrière un rayon, elle perdit son ami de vue l'espace d'un court instant, le temps de choisir un pull gris et un jean. Pas besoin de passer par la case « essayage » autant aller directement payer. Fouillant dans son sac à rallonge, essayant de ne pas trop paraître tarée en engloutissant tout son bras dedans, elle trouva le peu d'argent moldu qu'elle avait et les donna à la caissière. Une fois fait, elle sortit de la boutique et retrouva Klarh qui avait dû partir avant elle.


« Bon, maintenant, il faut qu'on te trouve un truc... Parce que bon... »

Ils entrèrent dans un des nombreux magasins et Anna se changea dans une cabine d'essayage. Se sentant maintenant plus à l'aise, elle enfourna ses vêtements de la veille dans un des nombreux recoins de son sac. Le Findirs avait l'air complètement paumée parmi toutes cette ribambelle de vêtements et la jeune femme lui proposa quelques habits que pourraient lui convenir. Discutant à travers le rideau où Klarh se changeait avec grand peine - d'après les multiples grognements agacés qu'on pouvait percevoir - elle lui proposa d'aller boire un verre quelque part dans Londres. L'idée lui semblait bonne, elle avait envie de passer du temps en sa compagnie et aujourd'hui elle n'avait pas grand chose de prévu. Il fallait qu'elle se change les idées pendant quelques jours alors autant commencer par là, non ? Maintenant, encore faudrait-il que son accompagnateur soit d'humeur à flâner...
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Alentours de Londres

Message par : Klarh Findirs, Mar 16 Aoû - 13:51


Klarh se rappelait pourquoi il aimait Oxford Street : il s'agissait d'une énorme... non, que dis-je, d'une longue rue bondée à toute heure. Ceci, couplé aux caprices du temps londonien, il y avait toujours une pointe d'inconnu lorsqu'on traversait cette gigantesque rivière de voitures, bordée de chaque côté d'échoppes en tous genre. L'on pouvait marcher dix minutes, et se retrouver avec trois minutes de pluie, deux de nuages, trois autres de grêle, et deux de temps radieux comme si la nature s'écriait, armée d'un sourire hypocrite "j'ai rien faiiiiit".

Sauf que là dedans, il y avait bien quelque chose qui faisait rager Klarh, qui le gênait tout autant, lui donnant envie de disparaître... Tous ces gens qui le regardaient ! Il avait l'habitude, certes, mais ne dit-on pas que l'habitude tue ? Le jeune homme savait ignorer ces regards, mais pas lorsqu'ils étaient si nombreux, si rapides, une foule en délire, sans cesse en train de brasser des gens et des gens... Et pourtant, ceux ci savaient sortir de leur transe pour lui jeter un regard étonné, intrigué, parfois dégoûté, peut-être... Il n'en savait rien, et ne voulait pas savoir, il voulait juste qu'on le laisse tranquille.

Anna l'emmena dans un coin un peu moins peuplé, et l'animagus lui exprima silencieusement toute sa gratitude (en gros il ne fit rien et se contenta de continuer à la suivre), sur le coup, il l'aurait bien serrée dans ses bras et embrassée... Quoique... Non, il perdait la raison à force d'être exposé au rayonnement de tant de regards... Cela devait, à long terme, lui griller les neurones.

... Ou alors il était juste bête, de temps en temps... C'est un droit comme un autre.

Klarh entra dans un magasin avec elle, et fut frappé par les couleurs tout autour de lui... Du rose et du orange étaient bien évidemment présents ! L'horreur ! Comment allait-il survivre ici ? Il jeta un regard agacé à Anna, mais celle ci avait déjà disparu. L'occasion était trop belle, et Klarh en profita pour ressortir du magasin, car déjà, de nombreuses clientes ralentissaient le pas, se retournaient en le voyant, et se chuchotaient des mots à l'oreille, ce qui les faisait immédiatement glousser.


** Pfiou... C'était soit j'en tuais quelques unes, soit j'sortais... Anna m'en voudra pas...**

Et il attendit, observant une paire de chats détaler sous une voiture et se battre pour la place sous le moteur encore chaud. Il n'y eut aucun gagnant vu que la voiture démarra quelques instants plus tard, provoquant un grand traumatisme dans la vie de ces deux félins, les faisant fuir en un instant.

- Bon, maintenant, il faut qu'on te trouve un truc... Parce que bon...

La blonde était donc de retour...Et elle voulait que ce soit "son tour"... Eh bien, pourquoi pas, tant que ce n'était pas dans le magasin qu'ils venaient de quitter. Ils reprirent leur marche, empruntant des ruelles peu peuplées (pour le plus grand plaisir de Klarh) et entrèrent dans un bâtiment à l'enseigne assez discrète. Une fois à l'intérieur, Anna se rua vers une cabine d'essayage et se changea aussitôt. Son pull gris changeait du gilet et du haut tout fin qu'elle portait depuis... la veille. Cela lui donnait un air un peu moins mince, ce qui amusait intérieurement l'animagus. Passant dans les rayonnages, Klarh était assez lent dans ses choix de vêtements potentiels... Ce qui ne convenait pas à la jeune femme l'accompagnant, qui se mit alors à prendre un peu de tout selon ses propres choix, et entraîna Klarh vers une cabine d'essayage (que le jeune homme trouva un peu étroite... mais ça... il fallait s'y attendre).

Pendant qu'il se débattait avec des montagnes de tissus, cuir et... "trucs industriels faits pour être vendus", Anna lui proposa d'aller boire un coup, quelque part. Alors qu'il tentait d'enfiler un haut assez petit, il se dit que ce ne serait pas une mauvaise idée.


" Rhh... XL, mon œil... j'y rentre même pas un bras... Hmmm ? Bah j'veux bien, si on trouve un bon truc dans l'coin..."

Il finit par trouver quelque chose à sa taille et à son goût (ce qui limitait énormément les possibilités !), à savoir une sorte de sweat-shirt bien large, d'une couleur marron foncé, qui une fois enfilé ressemblait plutôt à un t-shirt. Pour le bas, un jean's noir parmi la pile disponible lui allait convenablement (parce que bon, il avait beau être musclé et tout, il n'aimait pas du tout les bas qui lui moulaient les fesses et l'empêchaient de bouger comme il le voudrait !).

Ayant toujours de l'argent moldu sur lui, pour parer à toutes les situations, il alla payer ses nouveaux vêtements, et retourna dans sa cabine pour se les remettre définitivement, faisant disparaître les anciens d'un coup de baguette magique (après avoir transféré le contenu de ses poches, évidemment). Ils sortirent ensuite du magasin, toujours accablés de regards intrigués, surtout lorsque Klarh passa devant la caissière qui s'était occupée de son achat.

Lorsqu'ils se lancèrent à nouveau dans les rues et ruelles de Londres, les deux sorciers réalisèrent qu'il commençait à se faire "tard", pour la matinée... Onze heures ?Midi ? Une heure ? Il plongea la main dans une poche et en extirpa sa montre. Cet objet n'avait aucune lanière d'attache pour le poignet, voilà pourquoi il le gardait dans une poche. Ne pas le réparer, juste le voir vivre à sa façon... Voilà quelque chose qui continuait à le taraudait encore...

Il fit un mouvement pour ranger la montre, quand il se souvint pourquoi il l'avait sortie... l'heure... S'il ne la regardait pas, il aurait l'air bien fin...


" Hrmm... 12h37... T'as pas faim ? J't'invite... Choisis ! "

Il écarta les bras pour désigner l'espace autour de lui... Le coin était habité de différents restaurants.

" ... Bon, tous sauf lui là bas, ça se dit gastronomique, ça en a les prix... Mais il y a rien dans les assiettes. " ajouta-t-il avec un grognement amusé.

Laissant un instant à Anna pour balayer la place du regard et faire son choix, Klarh réfléchissait... Si elle lui avait proposé cette ballade, puis un arrêt "ailleurs"... C'était sûrement parce qu'elle n'était pas contre le fait de rester avec lui. Il pensait de la même manière, et en plus, il avait quelques questions à lui poser...

Parce que bon, un peu à son tour de faire le curieux !
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Alentours de Londres

Message par : Anna Ride, Mer 24 Aoû - 9:12


Il avait beau faire froid dehors, à l'intérieur de la boutique régnait une certaine chaleur. Très certainement à cause du léger chauffage et surtout des nombreuses personnes qui vagabondaient entre les différentes allées et les cabines d'essayages. Retroussant rapidement les manches de son tout nouveau pull, elle s'adossa contre le mur s'éparant la cabine de Klarh avec sa voisine, croisant les bras.

« Rhh... XL, mon œil... j'y rentre même pas un bras... Hmmm ? Bah j'veux bien, si on trouve un bon truc dans l'coin...»

Elle secoua la tête en souriant légèrement, il la faisait vraiment rire parfois. Elle eut rapidement envie de passer sa tête par le rideau pour l'observer se dandiner en essayant de rentrer dans de nombreux t-shirt, mais se retint. Elle n'avait pas envie de se prendre une patate dans le nez en le surprenant, non merci. Elle n'eu même pas le temps de répondre qu'il sortait déjà de la cabine, quelques vêtements sous le bras. Il fila payer son dû et elle l'attendit au même endroit, jusqu'à ce qu'il sorte à nouveau de la zone d'essayage, habillé de vêtements tout-beau tout-propre.

Une fois sorti du magasin, il faisait déjà plus frais et l'air était bien plus respirable et agréable. Elle s'arrêta sur le pas de la porte de la boutique et ferma un peu les yeux, savourant les rayons de soleil quelques petites secondes avant de s'avancer à côté de son ami. Ils marchaient côté à côté, discutant de tout et de rien - surtout de rien en fait - et Anna s'amusait à observer les moldus en souriant. Elle aimait se dire qu'ils ne s'imaginaient même pas que deux sorciers marchaient juste à côté d'eux, qu'ils pouvaient faire des choses incroyables avec un simple petit bout de bois qu'ils avait chacun dans leur poche.

Une fois arrivez devant une grande place entourée de nombreux magasins et restaurant, l'Animagus qui l'accompagnait jeta un petit coup d'oeil à sa montre. Quelques odeurs de nourriture venait titiller les narines de la jeune blondinette et son ventre se mit instantanément à émettre des gargouillis pas très glamour. Posant une main sur son ventre, elle regarda Klarh d'un oeil suppliant et il ne se fit pas attendre longtemps.


« Hrmm... 12h37... T'as pas faim ? J't'invite... Choisis ! ... Bon, tous sauf lui là bas, ça se dit gastronomique, ça en a les prix... Mais il y a rien dans les assiettes. »

Ses yeux pétillaient comme une enfant apprenant qu'elle allait partir en vacances dans un célèbre parc d'attraction moldu - oui oui je parle de Disneyland là - et elle agrippa le bras de son ami de ses deux bras en jetant quelques coups d'oeil de ci, de là, afin de chercher un restaurant pouvant assouvir ses besoins nutritionnels du moment. De quoi avait-elle envie... Hm... N'importe quel genre de restaurant lui ferait plaisir, surtout si son ami l'invitait ! S'avançant dans la place, elle repéra un tout petit restaurant français au vue du nom et s'y dirigea, aggripant toujours Klarh.

« Hm... Il me tente bien celui là ! Viens. »

Bah quoi, c'était à elle de choisir non ? Le prenant par la main, elle l'emmena vers la petite terrasse du restaurant et entra la première. Les odeurs des cuisines embaumaient l'air d'un délicieux parfum qui donnait terriblement envie à Anna. Lâchant la main de son ami, elle vint tranquillement s'installer devant le comptoir, attendant que quelqu'un s'occupe d'eux. L'endroit ressemblait plutôt à un bistrot, vu de l'intérieur. La décoration était surtout centrée autour du thème assez antique et ça rendait l'ambiance assez chaleureuse. Les banquettes étaient en cuir brun, les tables en bois ciré et en guise d'éclairage il y avait de vieille lampe à huile. C'était vraiment un truc moldu de faire du neuf avec du vieux...

Un serveur vint les accueillir et les guida à une table libre, dans un petit coin de la salle. C'était plutôt intime comme emplacement... Il devait penser que les deux comparses étaient plus qu'amis, ce qui fit légèrement sourire Anna. S'installant dans la banquette moelleuse, elle posa les deux coudes sur la table - oh comme c'est impoli - et croisa les mains pour y déposer son menton. L'animagus lui faisait face et ils entamèrent une petite discussion pendant que la jeune blondinette s'amusait, encore, à observer les nombreux moldus autour d'elle. Ce genre d'endroit lui plaisait assez étant donné qu'elle a été élevé par un père moldu, elle savait apprécier les bonnes choses du monde non-magique.

Quelques instants plus tard, le serveur qui les avait accueillit arriva et leur déposa deux grandes cartes de menus. Les papilles en ébullition, elle ouvrit instantanément la carte en zyeutant intensivement ce que ce petit restaurant allait leur proposer d'alléchant. Regardant par dessus sa carte, elle observa rapidement Klarh et sourit discrètement. Elle aimait passer du temps avec lui et partager ce genre de petits moments. Il était bourru mais avait, dans le fond, ce petit côté nounours qui la faisait rire.
Revenir en haut Aller en bas
Ismaël Lievitch
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Animagus : Beauceron noir
Occlumens
Legilimens
Chercheur (DCFM)


Re: Alentours de Londres

Message par : Ismaël Lievitch, Mer 24 Aoû - 22:00


HRP: Ce RP conclue celui plus haut, désolé Klarh et Anna, mais fallait que je le finisse.


Au grand plaisir de notre jeune homme, l'annonce de son prochain sujet d'étude ne choqua pas. Il advient même que John soit d'accord, et il offrit un sourire à Ismaël. A priori, leur discussion antérieure avait été utile, l'un comme l'autre savait quoi penser de l'autre justement. Lorsque l'ex-Gryffondor regarda le futur beau-papa, il observa dans ses yeux une lueur d'intérêt scientifique, et cela ne put que conforter Ism' dans son opinion de la belle-famille.

D'ailleurs, ce que répondit John ne fut que prometteur. En effet, les Aurors en grande majorité ne savait des Mangemorts que ce que les vieux leur racontaient mais ce n'était pas forcément la vérité.. Et puis même hormis cela, un traité sur ce sujet ferait une base solide pour ceux qui veulent étudié la magie noire, ses limites comme son histoire. Le papa fit une remarque dans le même style, et Ismaël eut un sourire. Il caressa la main d'Arya, plongea son regard dans ses yeux magnifiques, et dit:


- Si cela vous intéresse, je vous transmettrai le manuscrit avant de le publier, votre avis me permettrait de rectifier certaines choses qui pourraient peut-être choqué certaines personnes.

C'est alors que la discussion s'arrêta lorsque le bruit du chariot de Serf se fit entendre. Il ne mit pas longtemps a apparaître devant les convives, et Ism' ne put que regarder, avec un certain appétit, ce qu'il y avait de disposé dessus. Des tranches découpés de canard, parfumé à l'orange lui dit son nez. Pour l'accompagner, des flans aux légumes particulièrement bien dressés et une purée, que l'elfe présenta comme être un mélange harmonieux d'huile et de truffe. Un plat très luxueux, à n'en pas douter. Le tout qui s'accompagnait d'un rosé français fort célèbre. Restait un canard sur un plat d'argent aux enluminures de loups.

Arthur souhaita alors bon appétit à tous et à toutes, et Ism' ne manqua pas de répondre. Il souhaita à son tour le bon appétit, puis attendit que le maitre de maison commence à manger, avant d'enfin attaquer à son tour. Il coupa délicatement un premier morceau, puis l'apprécia en bouche. C'était véritablement un chef-d'oeuvre culinaire. Comme quoi, les elfes pouvaient servir à quelque chose.

Arya posa sa main sur la cuisse de notre jeune homme, dans un geste d'amour qui fut suivit d'un sourire de la part de notre jeune homme. Il posa délicatement sa main à son tour sur celle d'Arya, la caressa, puis la souleva, et lui fit un baiser sur le dos de la main. Après quoi, il lui donna un baiser sur la joue, avant de complimenter dûment le repas. Ismaël fit honneur au repas, et reprit du canard, appréciant véritablement son goût, ainsi que l'accompagnement à la truffe. C'était léger, et terriblement bon.

Le fromage arriva alors, tandis que le ventre d'Ismaël menaça de rompre. Il goûta néanmoins avec plaisir les différents fromages proposés, même s'ils ne valaient pas ceux de France, tout en discutant avec les membres de la famille d'Arya. Jolie famille, et surtout, une vieille famille. Leur descendant, s'il y en avait un, serait de lignée plus que prestigieuse. En attendant le dessert, ils allèrent dans le salon, et Arthur, après s'être allumé un cigare, dit à Ismaël:


- Vous en fumerez bien un avec moi, Ismaël? Une petite partie d'échecs vous tente, en attendant le dessert?

L'attention du chef de famille, et la phrase de sa chère et tendre, suffirent à faire pencher notre jeune homme du coté partant de la balance. Il prit la main de son aimée, tandis qu'elle effleura sa joue d'un baiser plein de promesse et d'amour, puis s'en alla vers le reste de la famille. Ismaël répondit alors avec un large sourire:

- Je n'y vois aucun inconvénient, monsieur. Pour les deux propositions.

Il s'approcha du jeu d'échec magique, et tandis qu'Arthur lui tendait le cigare, Ism' vit que celui-ci avait pris les blancs. C'était donc un joueur qui comptait attaqué en premier. Ismaël avait quelques notions aux échecs, mais était loin d'être un professionnel. Après s'être confortablement installé, et allumé son cigare, il en cracha une bouffée. Ce devait être un cigare exportée d'Amérique au vu du goût..

Après quelques avances de pions, et la sortie des cavaliers, le jeu se transforma en guerre. Tandis qu'un des fous d'Arthur lança l'offensive sur un pion d'Ismaël, celui-ci commença à parler, entre deux refoulements de fumée:


- Jeune homme, vous n'êtes pas sans savoir qu'Arya a été traumatisé par la mort de Dastan.. Je vous ai observé pendant le repas, et j'en suis venu à cette conclusion: je pense que vous saurez lui refaire découvrir l'amour sous un bon jour..

- Je suis honoré que vous pensiez cela de moi après simplement une soirée.. Mais sachez que j'y comptais bien, dit Ismaël, tout en contre-attaquant avec son cavalier, qui mangea le fou.

- Votre famille fait partie des plus prestigieuses de Grande-Bretagne.. Et les doutes qui sont émis sur votre usage de la magie aussi. J'ai confiance en votre amour, mais j'ai peur que ma fille s'aventure sur un chemin..tortueux, répliqua Arthur, en mettant à mal la défense de notre jeune homme en sortant sa reine.

- Les rumeurs sont souvent fondés sur des faits mal interprétés.. Ismaël fit un petit roc, puis après qu'Arthur ait joué, lança un de ses fous sur la trajectoire de la dame. Ce n'est pas parce que j'ai écrit un traité sur de la magie noire que je l'a pratique. Tout comme les gens qui écrivent des livres sur des assassins, et qui n'en sont pas.

- C'est exact, Ismaël. Mais voyez-vous, je suis père, et je suis inquiet quand à l'avenir de ma fille, même si elle m'a souvent étonné, et dans le bon sens.. J'ai besoin d'assurance, pour mes vieux os, dit le père d'Arya tout en mettant en place une stratégie basée sur l'emploi des tours.

- Je ne peux rien vous promettre, mais simplement vous demander de croire en moi, même si nous ne nous connaissons pas. J'aime Arya, et je ne veux en rien la blesser. C'est plutôt le contraire, comme vous vous en doutez, dit le jeune homme en tentant de mettre un terme à la stratégie du père.

- C'est ce que je voulais entendre, je n'aime guère les promesses intenables.

Il commença à déplacer ses pièces, et à la fin, le centre du jeu était pleins de morceaux de pièces cassées. C'est alors qu'il termina en déplaçant son fou, bloquant le roi d'Ismaël entre des pions et une tour.

- Echec et mat. Il recracha une bouffée de fumée, puis regarda Ismaël dans les yeux. Vous jouez bien, mais êtes trop impulsif. Ma fille a l'air entre de bonnes mains.

- Votre tactique était admirable.. Vous m'avez poussé dans mes retranchements. Ism' prit sa baguette et remit le jeu en place.Merci de votre confiance.

Les deux hommes terminèrent leur cigare en discutant des troubles politiques qui semblaient avoir lieu entre les sorciers extrémistes au Maghreb et le gouvernement en place. Après quoi, une fois que leur cigare fut terminé, le chef de famille invita tout le monde à prendre le dessert, qui se découvrit en un assortiment de glaces et de coulis variées, le tout ayant la forme d'une louve avec ses louveteaux.

Après s'être régalé, le repas prit fin, et tout le monde s'en alla vaquer à différentes activités. Arya et Ism' se retrouvèrent enfin seuls, et ce fut notre jeune homme qui lui dit:


Ton père est quelqu'un d'admirable.. Je sais de qui tu tiens pour ta sagacité.

- Il va quand même falloir me raconter ce que t'as dit mon père... Je voudrais savoir si je dois m'inquiéter ou pas.

- Comme si tu ne savais pas de qui tu devais te méfier, surtout maintenant... dit Ismaël avec un sourire mutin.

Il l'embrassa délicatement, puis pressa son corps contre le sien, puis lui murmura quelque chose dans l'oreille, a propos d'une discussion dans la bibliothèque. Arya s'empourpra légèrement, puis eut un rire enchanteur. Les deux amoureux, ou âmes soeurs, prirent congé de la famille Wolf, et allèrent se coucher, pour consumer leur amour..

HRP: Fin de la visite chez les parents d'Arya.
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Alentours de Londres

Message par : Klarh Findirs, Jeu 25 Aoû - 13:21


[Comme convenu, pas d'soucis Ismaël, pour un seul post, qui clôt un RP, on va pas chipoter :3]


C'était peut-être un jour comme les autres, à Londres, pour des centaines et des centaines de passants, faisantt quelque peu frais, mais Klarh ressentait une chaleur incomparable : c'était la première fois qu'il invitait quelqu'un à manger, que ce soit au restaurant ou d'une manière ou d'une autre. Anna semblait enjouée, et le tira par le bras (bon en fait il la suivit, sinon elle n'aurait pas put le faire avancer), papillonnant devant ce large panel d'enseignes. Se ruant vers son choix, Klarh la suivit, souhaitant garder son bras accroché à son corps... Vu la hâte de la blonde.

- Hm... Il me tente bien celui là ! Viens.

Il n'eut guère le temps d'observer la devanture du restaurant, Anna l'entraînant déjà à l'intérieur... Ce devait être un truc dans le genre français, ce qui lui rappellerait des souvenirs. En tout cas, ça sentait bon, et ça donnait faim... Du moins ça attisait la faim déjà présente. Quelle torture. Le contact se brisa, et Anna s'enfuit en direction du comptoir d'entrée, sans doute pour capter l'attention d'un des membres du personnel, qu'ils se disent "Tiens, des clients !". La rejoignant, l'Animagus balaya la salle du regard...

** Ç'fait vieux tout ça... Espérons qu'ils servent pas d'bouffe périmée... **

Un serveur vint s'occuper d'eux, bloquant une fraction de secondes sur Klarh, dont la mine agacée le dissuada de toute "observation" supplémentaire... On ne faisait pas attendre la bête affamée. L'employé les guida vers un petit coin bien douillet et plutôt discret (qui allait perdre cet adjectif dès que le jeune homme s'y installerait, dommage), les sièges étaient bien confortables, c'était déjà ça. Au vu des dires d'Anna, elle semblait bien habituée au monde moldu, ce qui leur faisait un point commun, bien que le sorcier soit de "sang-pur", mais ce n'était pas vraiment un point qu'il mettait en avant. Qu'on soit de sang "pur", "mêlé" ou "de bourbe" ne changeait rien pour lui, ça ne voulait rien dire quant aux capacités magiques ou à la personnalité, alors un tel critère était absolument inutile. Vision pragmatique, encore et toujours !

Une fois la carte en main, Klarh l'ouvrit, un peu nerveux à propos de ce qu'il trouverait à l'intérieur. Mais à sa grande surprise, tout était en ordre, des catégories claires, des menus à part ou une possibilité de choix "à la carte"... Il y avait même le sempiternel steak-frites. Jetant un œil à son amie, il vit qu'elle le regardait, toute souriante.


" Hm ? Rassures toi, je n'vais pas commander de la viande crue et faire fuir tous les moldus. " dit-il, amusé à l'idée de se transformer en crocodile sur le champs et de faire fuir toute personne présente...

... Mais autant éviter de faire ça, parce que premièrement, il y avait le secret magique, et deuxièmement, à cause de la faim, il risquerait de croquer "un petit bout de quelque chose" au premier moldu qui passerait à côté de lui. Sous forme d'animagus, son estomac pouvait parfois prendre le dessus sur sa volonté, ce qui ne donnait pas de très bons résultats en société (déjà qu'un crocodile de huit mètres de long, en société, ça le faisait pas trop...).

Son choix s'était plutôt porté sur un plat de poulet mijoté, avec plein de trucs bizarres... Ça ferait l'affaire, vu que ça le tentait bien, pour une fois... Accompagné d'un autre plat, évidemment, il avait faim ! Reposant sa carte, ayant correctement mémorisé les mets vers lesquels son estomac cœur penchait, et bien heureusement, car le serveur était déjà revenu, abordant un grand sourire, leur demandant ce qu'ils voulaient bien prendre. Klarh laissa Anna commander ce qu'elle désirait, puis ce fut à son tour. Espérant ne pas trop déranger le serveur, il demanda :


" Hrmm, excusez-moi, juste pour savoir, c'copieux votre mijoté de poulet ? "
" Eh bien, monsieur, il s'agit d'un plat comme les autres." répondit le serveur, un peu gêné par la question.

Klarh jeta un œil aux autres tables déjà servies, et fronça les sourcils.

" Mouais, alors en plus mettez-moi l'sauté d'agneau, ça sera suffisant, j'pense."

Le serveur haussa les sourcils, mais notant néanmoins sa commande.

" Ah, j'ai oublié l'entrée, ce s'ra la salade avec un peu de tout dedans..."

Cette fois ci, le serveur resta perplexe un instant...

" Monsieur, vous êtes sûr que..."

Klarh jeta à nouveau un regard vers les autres clients, cherchant une femme... Parce que les femmes prenaient toujours des salades, et il en vit une, mangeant sa salade du genre "Ouh la la, je suis pleine...".

" Hmm, oui oui, ça sera suffisant, j'pense, ce n'est pas un peu de verdure qui va m'caler aussi facilement."

...Verdure avec une flopée de légumes, de charcuterie, de morceaux divers, le serveur nota cependant les désirs de son client, abasourdi, puis les remercia, s'éloignant rapidement après leur avoir annoncé qu'il leur apportait les boissons dans un instant (Klarh avait prit une bière... Celles des moldus n'étaient pas mauvaises, ça changeait, de temps en temps). En attendant, autant commencer à parler de ce qui le taraudait.

" Anna... dis... Tu m'as pas parlé de tes parents, toi, ils font quoi ?"

Suite à sa question, comme d'habitude, il se rendit compte que cela était peut-être déplacé, peut-être que les siens était vraiment morts, et que ça ruinerait l'ambiance. Il se hâta de rajouter...

" Enfin, s'tu veux en parler..."

Sans la quitter du regard, il baissa légèrement la tête, la mâchoire crispée, espérant qu'elle ne le prenne pas mal. Même si la jeune femme lui avait posé la même question la veille (théoriquement c'était le même jour, au vu de l'heure à laquelle ils s'étaient couchés), il ne voulait pas lui faire de la peine ou la blesser d'une quelconque manière.

...Car maintenant, il savait qu'il tenait beaucoup à elle, et il la tournure des évènements l'enchantait.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Alentours de Londres

Message par : Anna Ride, Jeu 1 Sep - 17:50


« Hm ? Rassures toi, je n'vais pas commander de la viande crue et faire fuir tous les moldus. »

Elle abaissa sa carte et le regarda en souriant. Effectivement cette idée était assez malvenue mais ça aurait été tout à fait hilarant de le voir commander un énorme steak cru tout en prenant ses airs d'animal féroce pour le dévorer en trois bouchées. Mais ce n'était absolument pas envisageable compte tenu de la fréquentation exclusivement moldu du petit restaurant dans lequel ils se trouvaient maintenant. Secouant la tête en signe de « Tu-dis-que-des-bêtises » elle replongea son nez vers le menu. Qu'allait-elle donc choisir ? Ce plat avait l'air assez sympathique, avec un peu de crème et des champignon de Paris... Oh mais celui-ci, avec le canard et les pomme-de-terre... Pourquoi pas celui-ci, avec un peu de boeuf ?

Le serveur arriva et coupa sa lecture intense et tortueuse parmi les nombreux plats qui s'offraient à elle. Levant les yeux vers lui, elle remarqua qu'il avait l'air assez intimidé et il n'arrêtait pas de fixer son ami. Nan mais ça n'existait pas les grand mec barraqué parmi les moldus ou quoi ?! Il n'était pas si impressionnant que ça, si ? Peut-être qu'elle commençait à s'habituer à sa carrure pour le moins inhabituelle, après tout.


« Bonjour ! Pour moi ça sera une escalope Normande s'il vous plait. Et juste une petite salade de tomates en entrée. »

Tirant le jeune serveur à ses contemplations Klarhienne, il la regarda enfin pour prendre sa commande. Elle passait complètement inaperçue à côté de l'Animagus, en fait. Ce n'était pas spécialement pour lui déplaire mais elle aurait quand même apprécier que le jeune homme au calepin prenne directement sa commande au lieu de s'attarder sur l'allure de son ami. Après avoir finalement noté ce qu'elle avait demandé, le serveur entama la dissertation de la commande du jeune homme l'accompagnant. Une entrée et deux plats, rien que ça. Et le dessert, il y avait pensé au dessert ? Il fallait encore une place pour le dessert !

Cachant un sourire immense derrière sa carte, la jolie blonde s'amusait à écouter la conversation des deux hommes. L'un avait juste terriblement faim et l'autre n'avait certainement jamais pris une telle commande. A quoi bon tergiverser ? Il avait faim le croco, c'est tout ! Et puis au moins ça lui ferait de l'argent à ce petit restaurant. Quant bien même Klarh ne finirait pas ses plats - ce qui était fort peu probable - le serveur ne devait pas en avoir grand chose à faire, si ? Anna avait beau avoir été élevé par un père moldu, elle ne comprendrait jamais pourquoi ils étaient souvent si prévenant. Enfin, c'était sûrement ce qu'on appelait l'esprit « commercial » après tout.

Malgré son air surpris et dubitatif, le jeune homme au calepin s'éloigna de la table des deux sorciers, reprenant les menus et en se grattant la tempe avec son stylo. Il alla prendre d'autres commandes avant de finir sa course quelque part dans les cuisines où il déposerait très certainement les différentes notes qu'il venait de prendre. S'appuyant contre le dossier de la confortable banquette, elle tapota ses doigts sur le bord de la table, regardant autour d'elle.


« Anna... dis... Tu m'as pas parlé de tes parents, toi, ils font quoi ? »

Elle tourna la tête vers lui, en haussant les sourcils. Il venait de lui demander quoi ? Ah oui, ses parents. Elle avait été tellement curieuse la veille qu'il devait très certainement avoir des tas de choses à lui demander, lui aussi. Il fallait bien un juste retour des choses, non ? Il rajouta un « Enfin, s'tu veux en parler... » des plus gêné, mais la jeune blondinette n'en tint pas compte. Il avait parfaitement raison de poser des questions et elle n'était pas du genre à rester muette pour une noise.

« Mon père est restaurateur d'objets anciens pour des musées dans toute l'Europe. Toute la famille de son côté est moldue. Ma mère travaillait pour le Ministère dans la Confédération Internationale des sorciers, d'après ce que mon père m'a dit. Elle a disparu quand j'avais 9 ans. »

Elle ponctua sa phrase d'un léger sourire timide. Certes, ça ne la dérangeait pas de parler de sa famille mais il est vrai qu'elle avait toujours un peu de mal à dire que sa mère était morte, elle préférait le terme « disparu ». Et puis, elle n'a jamais vu son corps après sa mort. Elle aimait se dire qu'elle vagabondait loin de tout. Mais ça la rendait encore plus triste, finalement. Car ça voudrait dire qu'elle n'avait plus envie de la voir et c'était tout bonnement impossible... Non, elle était bien partie, pour de bon. Par contre, elle n'avait cru à l'histoire de sa maladie, il y avait forcément autre chose. Un jour, il faudrait qu'elle s'attarde sur ce journal indéchiffrable qu'elle lui avait légué...

Le serveur de tout à l'heure revint près de leur table et la tira de ses pensées. Elle le remercia pour la carafe d'eau qu'il déposa sur la table et commença à picorer dans les petits amuses-bouches qu'il avait apporté, en attendant d'avoir quelque chose de plus conséquent à se mettre sous la dent.


« Hm. Et j'ai un petit frère qui s'appelle Mike, sinon. Il a 14 ans maintenant, c'est une vraie teigne ! Bizarrement, il n'a pas développé de magie en lui. Du coup, la famille du côté de ma mère ne l'a jamais vraiment considéré... Ils sont très pro-sorcier tu vois ? »

Zut, il l'avait lancé sur le sujet « famille », il allait dormir debout - enfin, assis, vu les circonstances... - Ce n'était pas très intéressant, en fait, mais elle avait toujours de la matière à revendre. Elle avait tellement faim qu'elle ne se rendait même pas compte qu'elle engloutissait la quasi-totalité des petits apéritifs présents sur la table sans même laisser le temps à Klarh de piocher dedans. Elle s'excusa rapidement d'être une vraie goinfre et se mit à rire d'elle-même, comme une cruchette. Se servant un verre d'eau, elle avait vraiment hâte qu'on vienne leur apporter leur entrée respective, cette attente était la pire de toute.
Revenir en haut Aller en bas
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Re: Alentours de Londres

Message par : Klarh Findirs, Jeu 1 Sep - 20:22


Klarh regarda le serveur s'éloigner avec un air de bête à qui on a volé son morceau de chair à dévorer... Bah quand même, ce moldu voulait lui diminuer ses rations ? Mais c'était lui qui payait, quand même ! Grrrouh ! ... Lorsqu'il se rendit compte qu'il risquait de faire peur avec son air renfrogné et bestial, il jeta un coup d'œil à Anna... Ouf, elle regardait ailleurs.

Puis vint la discussion sur les parents d'Anna... Le jeune homme craignait de toucher un point sensible, comme des parents morts... Mais apparemment, ce fût à moitié le cas, et la blonde semblait bien le prendre. Peut-être qu'à l'intérieur, elle en souffrait toujours... Pour lui, ce serait le cas...


" J'vois... Un travail moldu assez bizarre, je trouve... et..."

Le serveur revint à ce moment là pour leur apporter les habituelles merdouilles amuses-bouche, le coupant dans son élan. Il aurait voulu lui dire quelque chose, pour qu'elle comprenne qu'il était là pour elle, ou une de ces phrases passe-partout du genre "elle serait fière de toi"... Mais une fois interrompu, il ne put se résoudre à un de ses choix... Les trouvant plus nuls les uns que les autres. Autant éviter de remuer le couteau dans la plaie, de toute manière.

- Hm. Et j'ai un petit frère qui s'appelle Mike, sinon. Il a 14 ans maintenant, c'est une vraie teigne ! Bizarrement, il n'a pas développé de magie en lui. Du coup, la famille du côté de ma mère ne l'a jamais vraiment considéré... Ils sont très pro-sorcier tu vois ?

L'animagus haussa les sourcils... Un petit frère moldu ? Ça, il ne s'y attendait pas du tout. Et turbulent, qui plus est... Il s'imaginait bien Anna lancer un Petrificus Totalus sur un gamin un peu trop agité, qui irait aussitôt se plaindre à sa... Ah mince, non, elle n'avait plus de mère. Il grinça des dents en silence, heureusement qu'il n'avait pas énoncé sa bêtise à voix haute... L'imagination, c'est bien, mais là c'était vraiment mal tourné.

D'ailleurs, la branche "magique" de sa famille semblait un peu du genre "nous n'avons pas les mêmes valeurs"... Peut-être même qu'ils haïssaient leur défunte fille pour s'être mariée à un moldu, et qu'un enfant conçu par cet union était ignoble... D'autant plus qu'il n'avait aucun don magique. Cela le répugnait, ce genre de manière de penser... Si un jour il avait la chance d'avoir un enfant avec une moldue, seule une déception temporaire suivrait une non-découverte de magie chez l'enfant, rien qui ne l'empêcherait de l'aimer. Enfin, déjà faudrait-il qu'il ait une femme, puis qu'ils... fassent ce qu'il y avait à faire... Et en y réfléchissant bien, Klarh ne se voyait pas trop père de famille... Ni mari, d'ailleurs.


" Moi j'suis sang-pur, comme on pourrait dire, mais j'accorde aucun intérêt à ça, d'ailleurs rien n'a prouvé que les grandes familles de sorciers avaient plus de pouvoirs ou de talent... Pour ce qui est de l'argent, par contre... Quoique, les Weasley n'étaient pas si riches que ça, au temps de l'Elu, non ?"

Ah, voilà, il se remettait à parler de l'Elu, non, c'était maaal ! Il aurait bien aimé le rencontrer, mais plus d'un siècle les séparait... Et il ne se l'imaginait vraiment pas comme sur les vieilles photos, ce qui lui avait fait une sorte de choc, lorsqu'il vit la première fois la tête du maigrichon balafré.

Anna s'excusa pour avoir englouti les trois quarts du contenu des amuses-bouche... Cela lui arracha un grognement amusé.


" Pas d'soucis, j'mange pas ce genre de trucs, moi, c'est mauvais. expliqua-t-il en prenant son verre de bière que le serveur venait d'apporter. Bon, ça... aussi, mais je préfère, et puis tant qu'on en abuse pas..."

Il devait passer pour un gros maniaque de la nutrition et de tout ce qui touchait à la santé, corps, fitness et bien-être, comme diraient les moldus... Mais il était comme ça, il s'était légèrement laissé aller à un moment de sa vie, et l'avait amèrement regretté... C'était vers ses vingt-ans... Juste après l'épisode avec Lloyd... Non ! Il ne fallait surtout pas penser à ça ici et maintenant ! Il se précipita sur le sujet déjà engagé par son amie pour penser à autre chose...

" En tout cas, niveau famille, moi j'ai pas trop d'attaches, juste mes parents... "

L'air légèrement nostalgique, il prit une pauvre pistache dans un des bols qu'Anna venait de ravager par sa faim croissante, observant le petit fruit sec.

" ...Faut dire que devoir cacher sa position, ça donne pas vraiment d'occasion d'faire des repas pour tous les proches de la famille..."

D'un coup rageur, il broya la pauvre chose entre ses deux doigts... En fait, il était incapable de penser à autre chose, c'était affligeant, et ça l'énervait encore plus...

" Bon, ils nous les fabriquent, ces entrées, ou bien ?..." grogna-t-il, histoire de se donner une sorte de contenance.

Le reste du repas se passa plutôt bien, Klarh rattrapa de justesse un verre qu'il avait envoyé bouler d'un coup de bras accidentel, Anna commanda trois desserts par inadvertance (plutôt à cause de la carte des desserts qui était magnifique, même Klarh eut du mal à cacher son enthousiasme face à tant de choix tous aussi merveilleux les uns que les autres), et lors du règlement, le jeune homme fit accidentellement tomber un gallion d'or parmi les pièces moldues. Il dût expliquer que c'était une pièce de collection que son cousin lui avait demandé d'acheter à Londres...

Pouffant de rire, les deux amis sortirent du restaurant, et marchèrent un moment avant de se dire au revoir, Anna avait quelque chose à faire, n'ayant pas très envie de donner de détails. Après tout, c'était sa vie, elle n'était pas obligée de tout lui dire. Ils se promirent de s'écrire un peu pour éviter d'avoir à se revoir par la force du hasard, ce qui pouvait être amusant, mais il ne fallait pas trop compter sur les probabilités...

Le hibou des Findirs trouverait sans doute le destinataire de ses écrits, comme d'habitude, quoi...

C'est donc le cœur gai qu'il transplana chez lui.

[Zouh, edit pour fin de RP :3]


Dernière édition par Klarh Findirs le Mer 28 Sep - 23:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arya Wolf
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Louve
Occlumens


Re: Alentours de Londres

Message par : Arya Wolf, Ven 2 Sep - 21:59


[HRP: RP privé avec Alicia Rogue. Merci à Anna et Klarh de nous avoir autorisées à commencer =3]



Arya s'était rendue en début d'après midi sur le domaine familial, qui comportait de vastes portions de campagne ainsi qu'un petit bois. C'était là qu'elle élevait son Suédois à Museau Court, Riley, avec l'aide de son père. Le tout, évidemment, servant à appuyer des recherches qui les passionnaient tous deux. Et pour l'heure, c'était plutôt concluant. Tout le domaine était placé sous la protection de nombreux sortilèges, dont de puissants repousse-Moldus. Il ne fallait surtout pas que des promeneurs tombent par hasard sur un jeune dragon en pleine croissance...

Elle avait donné rendez-vous à Alicia dans la seule parcelle du terrain où il était possible de se rendre par transplanage. Elle lui avait fourni toutes les données nécessaires afin qu'elle puisse se rendre là par ce moyen. En effet, il lui avait semblé que l'étude du dragonneau, si elle pouvait encore le qualifier comme tel, risquait de profondément intéresser l'ancienne Phénix. Déjà par le fait qu'elle le lui avait vendu à l'état d'oeuf, et ensuite parce que de par sa nomination en tant que directeur du département des Créatures Magiques, elle devait être doublement concernée. De plus, elle devait rencontrer son père assez souvent, puisqu'il était dans les postes les plus hauts de ce bureau, juste derrière le directeur lui-même. Un choix, que de laisser sa place à de plus jeunes, afin justement d'avoir plus de temps pour lui, et pour se consacrer pleinement à l'étude de Riley.

La jeune femme avait sur son épaule son Phénix, Phoebus. L'oiseau restait tranquillement en place, sans broncher. Sa présence était nécessaire, en cas de problème. Même si la "domestication" se passait bien, le dragon n'en restait pas moins ce qu'il était... Une blessure grave pouvait vite arriver. Et même si elle restait toujours prudente, mieux valait ne rien laisser au hasard. Surtout maintenant qu'elle était enceinte. De plus, Ismaël ne l'aurait sans doute même plus laissée approcher de son reptile ailé favori sans cette précaution supplémentaire. Depuis qu'il était au courant de sa grossesse, il tentait par tous les moyens de lui éviter toute prise de risque, même minime. Mais la museler et la cantonner à la maison n'était pas franchement la meilleure des idées...

Elle attendait donc son amie, assise en tailleur par terre. Elle avait choisi ce moment de la journée aussi bien parce qu'elle était relativement en forme, épargnée par les nausées, que parce que Riley serait en pleine digestion, ce qui le rendrait plus docile face à une inconnue qui arrivait sur son territoire. Il avait apparemment tendance à prendre Arya pour sa mère, ou quelque chose d'avoisinant, car il n'avait jamais montré la moindre agressivité à son encontre. En revanche, il semblait prendre de plus en plus son père pour un mâle rival, à mesure qu'il entrait dans l'adolescence. Il fallait donc se méfier, même s'il n'était pas pour autant un monstre sanguinaire assoiffé de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Alentours de Londres

Message par : Invité, Mer 7 Sep - 12:01


Son boulot au Ministère commençait à sérieusement lui taper sur les nerfs. Avoir continuellement des hypocrites dans ses pattes n'aidait pas la jeune femme à se concentrer suffisamment sur ces dossiers en cours. C'est donc avec un plaisir certain qu'Alicia accueillit la venue d'un message. Son plaisir fut plus grand encore lorsqu'elle s'aperçut que le message provenait d'Arya. Celle-ci l'invitait à la rejoindre dans la propriété de ses parents, afin que la Directrice puisse venir voir l'évolution de l'oeuf de dragon qu'elle avait vendu à la jeune Magenmage. La lettre contenait également toutes les informations utiles pour rejoindre la propriété des Wolf. Depuis qu'elle travaillait au Ministère, Alicia avait eu l'occasion de se rendre compte que la passion des animaux était héréditaire dans cette famille. En effet, elle avait sous ses ordres le père d'Arya, qui lui était toujours d'une aide précieuse, comparé à d'autre personnes de son service. D'ailleurs, elle allait devoir en parler avec Actarius et faire du ménage... Quoiqu'il en soit, Alicia répondit promptement et accepta l'invitation.

C'est donc de joyeuse humeur qu'elle transplana chez elle pour se changer, avant de rejoindre Arya. L'après midi s'annonçait joyeuse et pleine de surprise, comparé à ce qu'elle aurait été si Alicia était restée dans son bureau... Après quelques embrassades et câlins à ses enfants, Alicia réussit à repartir de la maison, dans une tenue bien plus décontractée cette fois. Les jeans lui allaient tellement mieux que les tailleurs/ talons... Accompagnée de Thétys, sa compagne à plumes, Alicia transplana à l'endroit indiqué par Arya dans sa lettre. Le transplanage était toujours aussi désagréable, mais la jeune femme n'y fit pas attention, trop impatiente de savoir ce qu'il advenait du dragon et surtout, d'Arya. D'ailleurs, celle-ci l'attendait, assise dans l'herbe. Avec un grand sourire, Alicia s'avança vers elle et s'assit à ses côtés, tout en cherchant le dragon du regard. Elle le trouva bien vite... Il était assez éloigné d'elle pour ne pas se sentir menacé, mais en voyant la taille qu'il avait à présent, elle ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux de surprise.


- Par Circé, mais que lui as-tu donné à manger Arya ? Lui demanda t-elle tout en faisant la bise à son amie.

Son regard et son ton était taquin et Alicia lui fit un sourire en coin. Les deux femmes s'étaient rapprochées grâce à leur passion pour les animaux, mais la jeune employée du Ministère avait l'impression qu'il y avait quelque chose d'autre, une chose plus importante qui les avait amenée à se rapprocher... Un voile passa sur ses yeux océans, mais il disparu très vite. Elle chercherait à comprendre tout cela plus tard...


- Alors, comment se comporte t-il maintenant ? Ton père n'en parle pas tellement au bureau, mais lorsque je vois son regard s'illuminer lorsque le sujet des dragons est abordé, je me dis que tout va bien pour vous.


Dernière édition par Alicia Rogue le Mar 11 Oct - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arya Wolf
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Louve
Occlumens


Re: Alentours de Londres

Message par : Arya Wolf, Jeu 8 Sep - 19:18


Lorsqu'Alicia arriva finalement en transplanant, comme prévu, Arya se leva en époussetant son pantalon afin de le débarrasser d'éventuelles traces d'herbe ou de terre. Elle était rassurée que son amie aie trouvé facilement l'endroit, et elle pouvait donc en conclure que ses indications avaient été bonnes, et assez précises. Elle salua l'employée du Ministère, après quoi elle l'attira un peu plus avant dans le petit bois qui leur faisait face, où elle logeait son précieux dragon. Ceci afin de le dissimuler encore plus efficacement aux regards...

Elles furent vite auprès de lui. Pour des raisons de sécurité, il portait pour l'heure des entraves pour l'empêcher de s'envoler ou de quitter la zone. Mais au lieu de chaînes, c'étaient des liens de cuir renforcés par magie, afin d'éviter qu'il se blesse. Et, à force, il y était parfaitement habitué. En les voyant venir, il tourna la tête vers eux, au bout de son long cou serpentin. Ses yeux sombres se posèrent sur sa maîtresse, et il poussa un grondement bas, à la manière d'un ronronnement de chat, en un peu plus... impressionnant.


" Par Circé, mais que lui as-tu donné à manger Arya ?

- Oh, un ou deux élèves turbulents. Apparemment, c'est excellent pour sa croissance, et il a l'air d'apprécier le goût.

Elle pouffa, puis fit signe à Alicia de ne plus approcher. S'il était entravé, il pouvait néanmoins cracher du feu à une certaine distance, et il ne fallait prendre aucun risque. L'attention de Riley était maintenant toute entière tournée vers l'étrangère, et il darda sa langue fourchue à la manière d'un serpent pour goûter l'air et identifier l'inconnue. Ses narines se dilatèrent alors qu'il reniflait, et il rejeta un peu de vapeur. Il avait à présent la taille de deux boeufs en longueur, sans compter la queue, et il devait déjà mesurer bien deux mètres au garrot. Ses écailles d'un bleu magnifique brillaient quand le soleil perçait à travers le feuillage pour venir y poser ses rayons.

- Alors, comment se comporte t-il maintenant ? Ton père n'en parle pas tellement au bureau, mais lorsque je vois son regard s'illuminer lorsque le sujet des dragons est abordé, je me dis que tout va bien pour vous.

- Je crois qu'il me prend pour sa mère, ou quelque chose d'approchant. Au contraire, depuis qu'il est rentré dans l'adolescence, il est de plus en plus provocateur et insolent vis à vis de mon père. Il faut qu'on se méfie. Même si, à part quelques morsures quand il était tout petit, on n'a jamais été blessés.

Elle était à présent à côté du dragon, Phoebus toujours sur son épaule. Le Phénix observait le reptile ailé avec attention, comme pour détecter le moindre signe d'attitude menaçante. Riley tourna sa grande tête vers elle finalement, et, avec un grondement bas, posa le bout de son museau contre la paume qu'elle tendait. Elle lui tapota doucement le flanc comme elle l'aurait fait avec un cheval, puis elle récupéra un chiffon qu'elle avait apporté et lui nettoya les écailles sur les lèvres, le cou et le poitrail. Il y avait encore du sang de son repas précédent qui y était resté.

- Tu vas pouvoir approcher très lentement. Il a beau être habitué au contact humain, il n'en reste pas moins un dragon... Potentiellement dangereux donc, mais pas monstrueux pour autant. S'il fait le moindre signe agressif, recule rapidement. Il peut déjà cracher du feu à plusieurs mètres."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: Alentours de Londres

Message par : Invité, Ven 9 Sep - 15:09


Tout sourire, Alicia suivit son amie à travers un sous bois, et se retrouva bien vite en face du dragon qu'elle avait juste aperçut plutôt. La bête était majestueuse et mesurait déjà quelques mètres de haut. Mais ce qui fascina le plus la jeune femme, c'était l'attitude du dragon avec Arya. Il laissa échapper une espèce de ronronnement lorsque le professeur de Défense s'approcha de lui. Ces bêtes n'étaient pas censées être aussi calme en présence d'humains. Pas qu'elle ne s'en plaigne, mais il aurait dut essayer de se défaire des ses liens de cuir par exemple. Mais là, rien, et les sangles ne semblaient pas le déranger plus que ça. C'était vraiment intéressant de voir le comportement différent entre ce dragon bleu élevé en captivité, et celui des dragons sauvages qu'elle avait déjà eu à approcher. Cependant, elle espéra juste qu'Arya n'oublierait jamais que son dragon était avant tout un être né pour être libre. Et sauvage...
Elle arrêta de penser à tout cela en entendant la blague d'Arya et elle ne put s'empêcher de rire.


- Et Clélia t'a laissé faire ? Elle devait vraiment en avoir assez de ces malheureux élèves ! Dit-elle en plaisantant.

La jeune femme ne put s'empêcher de retenir son souffle en voyant son amie se diriger vers Riley, sans crainte. Bien qu'elle écoutait attentivement les explications de la Magenmage, Alicia ne pouvait s'empêcher de surveiller les mouvements du dragon. Avec stupéfaction, elle vit le majestueux reptile poser son museau contre la main de sa maîtresse. Certes, le fait que Riley semblait considérer Arya comme sa mère pouvait expliquer ce comportement, cela n'empêchait pas que la directrice des créatures magiques se posaient beaucoup de questions. Elle hocha la tête aux recommandations de son amie, et ne put s'empêcher de sourire en entendant cela. Elle était tout à fait conscience de ce à quoi elle s'exposait et quels étaient les risques. Elle n'avait pas oublié son aventure avec la manticore... Prudente, Alicia ne s'avança que des quelques mètres vers l
e dragon, ne voulant pas qu'il puisse se sentir menacer. Il releva la tête brusquement pour l'observer alors qu'elle venait vers lui.

- On va y aller doucement, hein mon grand... Dit-elle doucement au gros reptile. Elle ne s'avança pas plus pour le moment, voulant juste qu'il s'habitue tranquillement à sa présence. Tout en le surveillant du coin de l'oeil, Alicia se tourna vers Arya. Dis-moi, quelles protections utilises-tu pour le cacher et surtout, pour le maintenir ici ? Je suppose que tu le laisses sans surveillance humaine pendant quelques temps non ? Il n'a jamais profité de ces moments pour tenter de s'échapper ou autre ?

La voix d'Alicia était pleine de curiosité, tout d'abord parce que ça n'était pas tous les jours qu'elle pouvait s'approcher autant d'un dragon, mais aussi parce que c'était elle qui lui avait vendu l'oeuf. Pour le moment, son rôle au Ministère n'entrait même pas en compte. Elle avait hâte d'en apprendre plus pour en discuter avec Actarius et Septimus plus tard. Quoique, si Septimus apprenait qu'elle s'était encore mise en danger, il serait capable de lui coller Simon comme nourrice....


Dernière édition par Alicia Rogue le Mar 11 Oct - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Alentours de Londres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 18

 Alentours de Londres

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.