AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -15%
HUAWEI MateBook – PC Portable 13″
Voir le deal
849 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande
Page 14 sur 17
Secrets et Connaissance
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivant
Irissia Selvos
Serdaigle
Serdaigle

Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
,
Irissia Selvos, le  Ven 27 Mar - 12:19

-Je dois avoir de la chance de t'avoir, même si je prends le risque de me prendre des coussins dans la figure fréquemment !

Elle lui souriait, en effet ça pouvait être fréquent de subir une farce d'Irissia lorsqu'on était son ami, elle n'en avait pas beaucoup, se contentant d'être courtoise avec d'autre préférant cacher cette partie d'elle même. Pour les autres, seule le travail comptait pour la petite Bleu et Bronze et cela lui allait bien. Elle se foutait en faite de ce que pense les élèves. Sinon : En effet elle aime travailler, mais elle n'en faisait pas son passe temps favoris. Altaïr avait l'air d'aller un peu mieux, en tout cas il pensait moins à ce qui le préoccupait. Sa façon d'agir était totalement naturel, elle agissait comme s'il était une sorte de grand frère, avec on parle, rit, pleure et s'amuse. Qu'on protège aussi.

Il prit ensuite le ton Snob en parlant de tea time, la brune ce mit à rire tout d'abord puis se calma lorsque son interlocuteur prit sa tête dans ses mains. Ça y est le jeune homme était repartit dans ses songes angoissants. Elle le regarda avec douceur et vit alors la petite lettre qui tomba en voletant sur le sol. Celle-ci était un peu froissée vu comment le Serdaigle l'avait tenue fermement... Ça devait être l'objet de son problème.

Elle prit la lettre dans ses mains mais fit attention de ne pas la lire, c'était très impolie et elle la lirait que s'il le demandait. Elle posa ladite lettre assez loin de lui pour lui enlever du regard et lui posa avec délicatesse une main sur l'épaule. S'il la regardait il pouvait apercevoir des yeux doux remplit de bonté et un petit minois plus sérieux malgré son jeune âge.

-Allez, et si tu me disais ce qui ne va pas ? Je ne pourrais peut être pas t'aider mais je t'écouterais et si tu le désire je te donnerais mon point de vue ?
Altaïr Debrooks
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Altaïr Debrooks, le  Sam 28 Mar - 17:38

Le Serdaigle sentit son amie se mouvoir afin d'amasser la lettre qu'il avait laissée tomber. Un coup d'oeil furtif lui apprit qu'elle n'avait pas l'intention de la lire, préférant sans doute entendre Altaïr parler avec ses propres mots. Il considéra un instant cette technique, et en vint à la conclusion qu'il s'agissait de la meilleure option. Il s'agissait pour lui l'occasion de dévoiler tout haut ce qu'il renfermait depuis plusieurs années, un complexe incessant, un inlassable désespoir.

-Allez, et si tu me disais ce qui ne va pas ? Je ne pourrais peut être pas t'aider mais je t'écouterais et si tu le désire je te donnerais mon point de vue ? le questionna-t-elle avec une voix douce soudainement sérieuse.

Hochant la tête, il se releva et observa le regard impénétrable d'Irissia. Elle le surprenait en permanence. Néanmoins, il ne savait pas si elle pouvait comprendre, puisque ses tracas concernait sa vie après Poudlard, alors que la jeune fille venait juste d'y entrer.

-Je ne sais pas comment le formuler.

Au final, il se rendit compte que n'importe qui pouvait comprendre. N'importe qui pouvait faire face à une telle situation. N'importe qui pouvait être confronté à l'autorité parentale. N'importe qui pouvait voir ses rêves s'estomper. N'importe qui pouvait être confronté à un dilemme. En effet, Altaïr considérait maintenant sa situation comme un dilemme : suivre sa propre voie au détriment de ses parents, ou se fier à leurs volontés et se priver de sa propre vie. Dans n'importe quelle situation, il perdait quelque chose de cher : ses parents, ou son rêve.

-Dis-moi Irissia, toi qui est joueuse de Quidditch, imaginons que tu souhaites vivre de cette passion, car rien d'autre ne t'intéresse. Comment prendrais-tu le fait que tes parents t'ôtes cette ambition ? lui demanda-t-il soudainement.

Telle était la réelle question, et Dieu sait à quel point il tâchait d'y répondre. Ses parents le considérait-il comme non-talentueux ? Et de ce fait, l'était-il vraiment ? Ses amis le complimentaient sur ses vers, mais étaient-ils vraiment objectifs ? Pouvait-il prétendre vivre de l'écriture, alors qu'il n'était pas sûr d'en avoir suffisamment la carrure ?
Ses questions tourbillonnaient inlassablement dans sa tête, sans qu'une seule réponse ne vienne éclairer les ténèbres obscurcissant sa raison. Peut-être la lumière se trouvait-elle dans les paroles d'Irissia.
Irissia Selvos
Irissia Selvos
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Irissia Selvos, le  Sam 28 Mar - 18:43

Altaïr était toujours concentré dans ses pensées, les mains lui tenant la tête. Lorsqu'Irissia lui demanda enfin ce qu'il lui arrivait, celui-ci sembla se réanimer, revenir dans le monde réel. Même si ce retour semblait brutal.

-Je ne sais pas comment le formuler.

Elle le laissa réfléchir, nul doute qu'il cherchait ses mots et que ce n'était pas une façon de fuir la conversation. Elle s'installa donc un peu mieux dans le fauteuil d'un confort inégalable et attendit patiemment.
Après un petit moment, finalement le jeune homme finit par ouvrir de nouveau la bouche, et trouva enfin comment exprimé son désarrois.

-Dis-moi Irissia, toi qui est joueuse de Quidditch, imaginons que tu souhaites vivre de cette passion, car rien d'autre ne t'intéresse. Comment prendrais-tu le fait que tes parents t'ôtes cette ambition ?

Elle ne répondit pas de suite, réfléchissant à cet éventualité qui pourrait arrivé. En même temps, sa mère étant si peu présente elle ne pourrait pas savoir ce que voudrait faire Irissia plus tard... Donc c'était pas déjà facile d'y penser... réfléchissons... Si sa famille était présente, voir trop présente vu la situation d'Altaïr, comment réagirait-elle ? Elle est têtu comme enfant et compétente, si on lui interdisait de faire du Quidditch, elle deviendrait une tornade inarrêtable sans doute. C'est vrai que c'est une bonne question...

-Si j'avais des parents normaux, je dirais que je n'en ferais qu'à ma tête car je suis doué là-dedans... Ou alors je prendrais un petit travail à coté si le Quidditch ne comble pas totalement mes frais... Après je vais peut être te choquer... Mais un jour tes parents mourront et toi tu auras encore ta vie... Alors soit tu fait ce que tes parents veulent, pour eux, et le jour ou il ne seront plus là tu aura un travail pourris et plus de parent... Soit tu fait ce que tu veux, et généralement les parents continues de nous suivre... Il bouderont peut être un peu au début, et se sera surement dure, mais reviendront quand ils auront comprit que c'est à toi de décider ce que tu veux faire de ta vie... Et plus tard, le plus tard possible, quand les vieux seront plus là, tu aura toujours un truc dans lequel tu aime travailler...
Je rajouterais que c'est ta vie, pas la leurs...


La petite Serdaigle c'était soudain sentit inspirée, elle était toujours un peu révoltée contre ses parents et sa famille, cela se ressentait dans ses paroles et surtout sur la dernière phrase, qu'elle avait dit sur le ton du défi. Mais elle pensait sincèrement ce qu'elle disait. Elle avait appris avec le temps à devenir très indépendante et surtout un tantinet égoïste. Ce qu'elle faisait, c'était pour elle et elle seulement. Après, cela ne l’empêchait pas d'aider ses amis, mais d'un certain côté, elle prenait du plaisir à aider ses amis, donc ça lui apportait quelque chose à elle aussi.

Elle analysa le visage du Serdaigle, se demandant comment allait-il réagir à cela. Allait-il la trouver égoïste ? Folle ? elle ne savait pas trop. Elle comprenait maintenant un peu ce qu'il se passait dans la tête du jeune homme. Mais bien sûre !! Il était en dernière année, il fallait qu'il choisisse dans quel voie avancer ! qu'elle patate elle n'avait même pas capter que c'était sa dernière année !! C'est en s'insultant mentalement qu'elle regarda le brun et attendit une réaction.
Altaïr Debrooks
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Altaïr Debrooks, le  Lun 30 Mar - 19:20

Altaïr ne s'était pas attendu à une réponse si construite de son amie. Son discours plein de sagesse et de tolérance permit au Serdaigle de remettre momentanément ses idées en place, avant qu'elles ne lui échappent. Elle avait visiblement très bien capté le problème auquel était confronté Altaïr. Toutefois, il y avait une partie de l'histoire qu'elle ne pourrait sans doute jamais comprendre. Les deux amis étaient en plein paradoxe pour les liens familiaux. Alors que ceux d'Irissia était complètement absents, ceux d'Altaïr obstruaient son chemin de la liberté. Elle ne connaissait pas le tempérament de son père, dominant, impulsif, obstiné et terriblement  irritable. Jamais il n'admettrait ses torts et encore moins accepterait-il de les conjurer.

-Je suis complètement d'accord avec toi Iri, ils n'ont pas à juger à ma place. Mais le problème étant que je ne me sens pas prêt de détruire la fierté qu'ils ont pour moi, ce lien est si fragile, tu sais. Ils me voient déjà dans les services renommée du Ministère, alors que je m'en fous complètement ! s'emporta-t-il. Mon père ne me pardonnerait jamais mon insolence, il est vraiment vieux jeu, tu n'as pas idée. Pour lui, l'écriture est un domaine abstrait, et complètement dépassé. Je souhaiterai tellement lui faire comprendre que j'aimerai saisir cette maigre chance, infime soit-elle, qui me permettrai de vivre de ma passion.

Il se mit à ressasser les recommandations d'Irissia, qui lui intimaient clairement de faire ce que son coeur l'incitait. Cette idée lui rappelait un poème de Pablo Neruda, le poète favori de sa mère, poète l'ayant bercé toute sa jeunesse, poète faisant constamment ressortir ses racines espagnoles. Quelques vers flottaient dans son subconscient : "Muere lentamente quien no arriesga lo seguro por lo incierto
para ir detrás de un sueño
".

-Il meurt lentement, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, traduit-il pour lui même plus que pour son amie.

Il observa du coin de l'oeil avec un sourire nouveau sur son visage. Sa mère l'avait depuis toujours bercé avec cette philosophie, avait-elle toujours essayé de lui faire passer ce message ? Comprendrait-elle s'il allait à l'encontre des volontés parentales ? Elle était indéniablement tolérante, mais quelle position opter lorsque son mari et son propre fils se retrouvaient en conflit ?

-Ces vieux, toujours là pour nous en faire baver, plaisanta-t-il.
Irissia Selvos
Irissia Selvos
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Irissia Selvos, le  Dim 5 Avr - 20:32

- Je suis complètement d'accord avec toi Iri, ils n'ont pas à juger à ma place. Mais le problème étant que je ne me sens pas prêt de détruire la fierté qu'ils ont pour moi, ce lien est si fragile, tu sais. Ils me voient déjà dans les services renommée du Ministère, alors que je m'en fous complètement ! Mon père ne me pardonnerait jamais mon insolence, il est vraiment vieux jeu, tu n'as pas idée. Pour lui, l'écriture est un domaine abstrait, et complètement dépassé. Je souhaiterai tellement lui faire comprendre que j'aimerai saisir cette maigre chance, infime soit-elle, qui me permettrai de vivre de ma passion.

Altaïr semblait réfléchir. Il avait eu l'air étonné lorsqu'Irissia s'emporta légèrement sur ce qu'avait à faire le jeune Serdaigle. C'était un sujet qui lui tenait à cœur, de faire ce que l'on souhaite car la vie passe vite; d'ailleurs cela ce voyait. Lui même repartit un tout petit moment dans ses pensées avant de s'exprimer. Le pauvre garçon était totalement coincé entre le choix qu'avait fait son père pour lui et sa propre envie..pendant qu'il parlait, elle plissa légèrement les lèvres tout en le regardant, elle s'inquiétait et elle ne s'attendait pas à ce que ce soit si dure pour lui. Tiens, elle venait d'avoir peut-être une petite idée.

- Tu pourrais peut être bosser un peu dans le ministère, et écrire à côté. Si ça marche, tu arrête le ministère et tu ne vis que de ton projet. ça te permettra de tester si celui-ci est viable, et en attendant tu auras une place au chaud avec un bon salaire.

La petite brune réfléchissait à toute vitesse, elle aimerait vraiment trouver une solution pour son ami, puis celui-ci exprima un vers, très jolie d'ailleurs. Puis il le traduisit en leurs langues, ha oui, c'est un bel exemple ça... Elle ne dit rien, se contentant de sourire légèrement lorsque celui-ci reprit d'un ton plus léger.

- Ces vieux, toujours là pour nous en faire baver.


- Ha ça... Tu l'a dit... dit-elle dans un léger soupir d'exaspération.
Altaïr Debrooks
Altaïr Debrooks
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Altaïr Debrooks, le  Sam 11 Avr - 12:26

- Tu pourrais peut être bosser un peu dans le ministère, et écrire à côté. Si ça marche, tu arrête le ministère et tu ne vis que de ton projet. ça te permettra de tester si celui-ci est viable, et en attendant tu auras une place au chaud avec un bon salaire.

Altaïr réfléchit un instant à la question. C'était une idée envisageable, certes, mais cela impliquait de suivre le raisonnement de son père. Il pourrait combler la fierté de ses parents, et en même temps assouvir secrètement ses désirs secrets. Mais il était las d'agir en catimini, de redouter le jugement de son entourage, et de dissimuler sa réelle nature à ses propres parents. Et puis, que ferait-il au ministère ? Quel département rejoindrait-il ? Le seul poste ministériel qui pourrait lui plaire, serait celui d'Auror, puisqu'il se sentirait beaucoup plus utile qu'en remplissant de la paperasse. Mais lui-même ignorait encore sa réelle place dans le conflit qui divisait le monde sorcier.

-Tu as peut-être raison, soupira-t-il. Parfois mieux vaut se la jouer prudent, mais d'un autre côté, qui ne tente rien n'a rien.

Son destin reposait entre ses mains. Le Serdaigle détestait prendre de décisions, il laissait généralement les autres choisir à sa place. Mais pour un choix d'une telle envergure, cela prenait du temps, et demandait beaucoup de réflexion. Il avait encore le temps. Il se le disait constamment. Depuis plusieurs années déjà. Mais un jour viendra, où il n'aurait plus du tout le temps, et où il agirait sans réfléchir, ce qui chez lui conditionnait généralement un mauvais jugement.

Il fixa à nouveau son amie, un sourire caressant ses traits. Irissia avait prit le temps de le conseiller, de le guider, alors qu'il ne se confiait jamais comme il venait de le faire. Il s'agissait de l'une de ses seuls amis (mis à part Théodore) qui connaissait la nature du conflit qui l'opposait à son père. Au moins, il savait désormais à qui s'adresser chez les Serdaigle, lorsque rien n'allait plus.

-Au fait, tu n'es pas censée être en cours, toi ? lança-t-il en riant.

C'est vrai ça ! Altaïr avait une heure de temps libre, mais la plupart des autres élèves du château était en cours, normalement. Le fait que la Serdaigle puisse faire l'école buissonnière raviva l'esprit vivace d'Altaïr. Il avait vraiment une mauvaise influence sur son entourage !

[FIN DU RP]
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lizzie Cojocaru, le  Lun 17 Aoû - 14:59

Suite de ce RP
PV Liam Riu


C’était étrange. Certes, il ne la lâchait pas, mais il ne luttait pas non plus. A moitié suffocante, elle vit l’enseignant se prendre le Terorim de plein fouet. C’était trop facile... Comme pour la rassurer sur la véracité de son jeu, Mkrovsk la désarma alors et lui fit tâter le mur une fois de plus.
« Tu as trop d'espoirs, ma petite... Tant mieux si je te dégoûte... Qu'est-ce que tu penses accomplir face à un adulte qui s'est mêlé à des choses que tu n'oserais même pas imaginer ? Poudlard ne te mènera nulle part, Poudlard ne fait que t'emplir les yeux de paillettes, te donnant une fausse idée de la magie et du monde. Tu es intelligente, très stupide, mais intelligente tout de même... Il ne te reste que peu de temps avant de quitter l'école. Fais en sorte que cela ne te mène pas trop vite à une mort certaine. Personne n'aura la même retenue que moi une fois dehors. » Quoiqu’il parle de retenue, la Poufsouffle ne s’embarrassa pas d’espoirs. Elle ne mesurait pas encore à quel point il avait raison. A quel point elle allait tout perdre. A quel point il n’était nul refuge.

Quand il rangea sa baguette, elle s’attendit au pire. Pire qui commença par quelques cheveux arrachés par la poigne du russe, avant que l’arrière de son crâne ne serve d’accroche pour mieux lui faire marteler le mur. Un gong humain. Je pourrais vous dire qu’il fit goûter à sa pommette, à son nez, à ses lèvres, à son arcade, son épaule et tout le reste le mur, mais l’image demeurerait trop délicate. Un peu comme dire qu’il peignait de son art incompris le mur d’une salle déserte. Non, il passait à tabac une audacieuse un peu trop conne. Déjà affaiblie, la préfète ne résista qu’aux deux, trois premiers coups, puis entre quelques grimaces incontrôlées ne put offrir la moindre opposition. La faiblesse suintait par les pores sanguinolents de sa peau. Quoique l’élève se voit forte, élève elle est, élève elle mourra. En fait, la gamine ne pensait déjà plus à la mort. Il n’y avait que cette douleur incessante, frappant au rythme de la respiration du médicomage les murs sourds d’un Poudlard aveugle. La sorcière peina à déterminer quand elle sombra réellement dans l’inconscience.


(...)



La septième année, plus courbaturée qu’après ses nuits les plus excitantes, rouvrit les yeux. C’était pas son lit. C’était pas un lit. Quelque chose n’allait pas rond. Elle était où, au juste ? Se redressant d’un geste vif, son corps meurtri lui signala que l’idée était mauvaise, mais il était trop tard. Elle comprenait pas. Qu’est-ce qu’elle foutait dans une seule déserte ? Quelle heure était-il ? Son regard finit par se poser sur ses baguettes éparses et son poignard. Wait. Son poignard ne quittait jamais ses hanches à Poudlard. Quelque chose n’allait pas. Rampant faiblement vers ses possessions, elle vit que la lame était moins tranchante que d’ordinaire. Comme émoussée. Emoussée par de la pierre. Tout revint. Tout revint en un flash, et son corps fut secoué de spasmes autrement plus indolores que le souvenir. Elle ne savait ce qui de l’aversion et de la terreur dominait dans ses sentiments envers l’enseignant. Elle n’avait jusqu'alors jamais connu la peur.

Elle se releva, faiblarde, et de ses doigts tremblants vint courir les murs lui ayant servi de coussins. Un gémissement s’échappa de ses lèvres. Elle se retourna soudain. Il ne fallait pas qu’il soit là, il ne fallait pas qu’il puisse la voir, il se délecterait trop de sa peur. Un psychopathe. Pourtant il n’y avait personne. Elle était seule, comme à son habitude, seule avec un elle-même dont la connaissance la révulsait. Elle avait failli. Elle avait cédé. Elle aurait pu mourir. Elle aurait dû mourir. Aussi improbable que cela puisse paraître, il l’avait gardée en vie. Ses doigts parcourant à la hâte son visage et les zones les plus ankylosées ne trouvèrent nulle éraflure. La cicatrice qui la zébrait était à jamais invisible. Peut-être était-ce mieux, que personne ne connaisse cette part d'elle. Si une épaule s'était présentée, si elle avait pu s'y appuyer, si elle l'avait fait, sa faiblesse aurait été officialisée. Personne ne devait savoir. Jamais.
Liam Riu
Liam Riu
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Liam Riu, le  Sam 22 Aoû - 0:34

Ruminant dans sa barbe, Liam déambulait, enjambant les marches le plus vite possible. Il apparaissait comme un vrai schizophrène, ceux qu'on trouve sur l'Allée des Embrumes. Qui vous accostent pour vous parler de la fin du monde, du retour de Vous-savez-qui, après un siècle que celui-ci avait disparu. Un contre-coup de son passage à Ste-Mangouste ? Les kiwicots avaient-ils tant endommagé l'esprit déjà pas très clair du Poufsouffle ? Non ce n'était pas vraiment ça. Il était simplement en train de remuer tout ce qu'il avait eu dans la tête depuis le début de la journée.

Une idée, qui s'était immiscé parmi l'esprit embrumé de l'ex Poufsouffle, qui avait fait son chemin et qui lui était apparu comme une faim en pleine nuit. Brusquement, mais évidente. Cela faisait déjà quelques temps qu'il pensait à tuer ses démons, ceux qui l'avaient plongé dans ce cercle infernal, qui l'avait emmené à Ste Mangouste. Et s'il voulait commencer par le début, il y avait une personne particulière qu'il avait envie de neutraliser, au moins de son esprit. La première personne à lui avoir fait du mal et à l'avoir trahi, le traumatisant, le faisant craindre la mort par-dessus tout. Il avait réellement cru sa dernière heure arriver ce jour-là, et pourtant, le voilà qui arpentait un château dont il n'avait jamais eu vent de l'existence, armé d'une baguette qu'il aurait certainement pris pour un bâton particulièrement bien taillé autrefois et pour couronner le tout, doter d'un don qui lui permettait de changer d'identité.

Enfin, tout ça pour dire que cette idée l'avait amené devant ce mur. Banal d'apparence, et pourtant cachant une multitude d'objets plus improbables les uns que les autres. Sans vraiment s'en apercevoir, il venait d'atterrir devant la Salle sur Demande. Il allait continuer son chemin, n'ayant pas vraiment envie de s'y aventurer. Mais un déclic retentit et une porte, pas très grande, apparut. Le prof s'immobilisa, chercha un instant autour de lui pour voir si quelqu'un n'y était pas passé aussi puis s'aperçut qu'il était seul. Le couloir du 7e étage était complètement vide. Et une porte le narguait, clef dessus, l'incitant inlassablement à l'ouvrir pour voir ce qu'il s'y trouvait.

Il posa une main sur la poignée et bientôt l'autre sur les clefs. Que trouverait-il à l'intérieur ? Qu'avait-il souhaité si ardemment pour qu'une porte apparaissent ? Sous le coup de la surprise et de l'appréhension, il n'arrivait pas à retrouver le sujet de ses réflexions. Mais trop tard, il ouvrait déjà cette porte. Qu'il s'empressa de refermer, craignant qu'on le suive. Mauvaise idée, il se retrouvait désormais dans le noir complet. Un noir si opaque, qu'il ne percevait même pas ses mains pourtant à vingt centimètres de son visage. Cherchant rapidement sa baguette, il la dégaina et informula un #Lumos. Un lumière agressive et aveuglante au possible lui arracha les yeux, il avait mal dosé son sort. Il le régla pour être moins intense et commença une inspection des lieux. Il ne voyait pas très loin, mais il lui semblait voir... Des pieds.

S'avançant petit à petit, il remontait sa baguette le long du corps frêle qui se tenait debout devant lui. Il la reconnut immédiatement, ce n'était pas le genre d'élève qu'on oublie facilement.

- Lizzie... Mais... Qu'est-ce que tu fais là ?

En plus du choc de la voir dans un espace aussi restreint, fermé de l'extérieur qui plus est, il était surpris par la posture de la préfète. Elle se tenait, faible, contre un mur qui semblait la retenir d'une chute imminente. Il s'approcha encore un peu, l'éclairant entièrement.

- Tu... Tu vas bien ?

Le Suédois n'y comprenait rien. Était-il tombé dans une sorte de genjutsu ? Une illusion avec la Bennet ? Un Epouvantard ? Mais pourquoi la jeune fille ? Il fallait dire qu'il ne l'appréciait pas plus que ça, il avait une opinion assez neutre de la sorcière. Il savait juste qu'elle était plutôt douée en cours, surtout quand il s'agissait de mettre le bazar. Mais c'était impossible, il connaissait son Epouvantard, et jamais il n'aurait pris une telle apparence. Ce serait la réalité alors ? Comment avait-elle atterri là ? Il comptait bien lui demander.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lizzie Cojocaru, le  Jeu 27 Aoû - 18:24

Il arrivait à Bennet de se demander si le château tout entier n’était Legilimens. Faut avouer que c’était plus stylé que les rêves moldus de lire les pensées des moindres passants, là, c’était canalisé, réservé aux personnes dont l’esprit nous intéressait assez pour vouloir le sonder. Le reste du monde était silence. D’ailleurs... C’était précisément ce qu’elle avait souhaité, et il n’en avait fallu plus pour que son voeu soit déçu. Ouais, alors que tant de personnes priaient pour une présence, s’escrimant à faire entendre à tous que rien ne hurlait plus que le silence, que « qui ne dit mot consent » était un mensonge vieux comme le monde et le viol, alors que d’ordinaire elle se mêlait à coeur joie au bruit collectif tant qu’il constituait une subversion contre les normes, les Ordres, le tout ce qu’on prenait pour du sens, ce soir-là, elle ne voulait rien. Personne, juste cette noire torpeur pour l’habiller en douceur, la laisser reposer sur un corps chaviré l’indifférence de poker, le masque, la carapace. Elle voulait pas de mot, pas de bruit, juste un rien pour elle réservé. Juste le temps de laisser la haine et la honte refluer au fin fond de son être comme les plaies par magie ressoudées. Marée basse émotionnelle.

Sauf que la lune fut de sortie en avance. Déchirant violemment le refuge de l’obscurité, elle l’aveugla, l’agressa, l’anima de rage. Elle allait tuer le responsable. Enfin, ça, c’était la partie réparée du jouet Bennet qui le songeait. Une autre, encore maladroitement rafistolée, se contenta de se murer dans un silence, un recul qui n’étaient habituels chez elle. Blottie contre le mur froid et dru, elle envia les fantômes qui le pouvaient traverser, envia les duellistes affirmaient qui réussissaient mieux qu’elle le #Spectrum, envia ceux qui n’en avaient besoin pour fuir le regard d’autrui. La lumière enfin se tamisa quelque peu, mais il était trop tard : on l’avait vue. Des pas doux et lents s’étirèrent jusqu’à elle, et quelques mots vinrent ensuite faire grimacer son oreille.
- Lizzie... Mais... Qu’est-ce que tu fais là ? Tu vas bien ?
Mais bien sûr crétin, à merveille, à présent, tu oublies ce que tu viens de voir, tu disparais fissa. Et ta lumière avec. Rends moi le vide, le néant, le tout. Et meurs, voleur qui me fait perdre la face.

Pile. Elle devait jouer, il fallait jouer, elle allait jouer, y avait que ça qu’elle ne loupait jamais. A tiny penny rolling, rolling up the walls inside. A tiny penny one could cast as a dice. To play with fortune, to make A turn B or H or Z in no time. Elle refusait d’être le dé, le jeu, la poupée de chiffon. Elle était joueuse, gagnante, marionnettiste. Et lui, lui cet abruti d’enseignant, d’ex-Pouffy, de souriant, ne devait comprendre combien elle était vidée, pas maintenant, ou elle ne se relèverait. Le mensonge, toujours s’avançant pour chanter la vie, plus entêtant que le gourmand parfum des troubadours.
- J’f’sais avec le Baron Sanglant un p’tit chat perché, mais en te voyant il s’est tiré. C’est pas cool, tu sais, de me priver d’sa compagnie.
Sa mâchoire se durcit. C’était pas normal. Pas normal qu’en mentant elle en dise tant. Au jeu du chat et de la souris elle avait été défaite par un Serpentard brut mais respecté. L’ellipse était le changement de sujet, regardant l’obtus silence de la solitude. Le cocon du déni, dont la compagnie lui manquait.

A moins que ce soit l’inverse, qu’il n’y ait d’ellipse, qu’en descellant ses lèvres à sa façon elle le remercie de sa présence, de rompre l’illusion, de trouver le bouton stop d’un cauchemar dépourvu d’arrêt. Elle ne savait pas. Elle ne savait plus. V’là qu’il lui donnait nouvelle matière à réflexion, une plaie ce prof.
- S’tu crois pouvoir jouer à sa place, sur toi tourne trois fois et comprends, comprends que tu ne remplaces du silence le vent. Apprends que le temps passe, que les gens te dépassent, qu’à ton tour tu trépasses. Sans silence ni morphine. Que de la douleur l’épine, l’aiguille le poignard le sabre l’épée, ne cessent d’engourdir ton échine, de te marteler les mensonges de Morphée.
Silence. Sa main tremblait. Donnez-lui un masque et il dira la vérité. Elle aurait du se taire. Elle savait pas d’où c’était sorti. C’était laid, déstructuré. Mais qu’importe. Plutôt passer pour une folle, ou mieux une hallucination, que pour ce qu’elle était au fond.
Liam Riu
Liam Riu
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Liam Riu, le  Mer 2 Sep - 19:56

Liam ne savait pas vraiment comment réagir à ce genre d'irruption. Il n'avait pas réfléchi, il y était allé en se pensant choisi, élu par la Salle sur Demande pour accomplir quelque chose, y trouver l'objet de ses réflexions, quelque chose pour le faire avancer. Mais maintenant, il était bien loin de ses plans. Il ne cessait de se répéter la même question, brûlante sur ses lèvres : que faisait la Bennet dans un endroit pareil ? Devant lui, elle essayait de s'habituer à la lumière. Il commença alors une inspection des lieux, à la rechercher de preuves qui pourrait trahir le secret de cette apparition. Mais il n'y avait rien, rien de suspect. Un salle étroite, pour 3 personnes au maximum. Un seul détail accrocha son attention : plusieurs baguettes se tenaient dans les mains de la jeune femme. Et autre chose, qu'il ne put identifier dans une telle obscurité.

Mais il détourna vite son regard, la jeune femme donnait enfin des signes de vie. Elle tenta alors quelque chose, deux phrases. Et Liam se trouva dans un état d'incompréhension profond. Il plissa un sourcil, releva l'autre. Il repassait l'intervention de Lizzie dans sa tête, cherchant l'endroit où il avait mal entendu, le moment où ses paroles s'étaient transformées en une suite insensée de mots. Mais il n'y avait pas de doute à avoir, il ne pouvait pas avoir mal entendu si près d'elle et dans une pièce sans aucun bruit. Elle venait d'évoquer un jeu avec le Baron Sanglant, qui aurait fui à l'arrivée du Riu. Déjà, c'était pas vraiment le genre du Baron d'aller faire des petits jeux avec les élèves. Et pourquoi lui disait-elle cela, avec une parfaite sincérité et comme une enfant livrée à elle-même ?

Alors qu'il commençait à entrevoir un sens à ses paroles, une "métaphore" cachée, elle enchaîna. Et ce fut le flou total, le néant. Liam venait de se perdre dans un flot incompréhensible de phrases, toutes plus étranges que les autres. On l'aurait dit possédée, ou alors dépossédée. De son âme, de tout. Qui, à cette époque, s'exprimait encore comme ça ? Qui s'amusait encore à inventer des énigmes bizarres pour foutre le bazar dans l'esprit des autres ? Et puis, qui restait cloîtrer dans un espace aussi confiné et clos de l'extérieur ? Cette enfant était encore plus dérangée qu'il ne l'aurait cru.

Il se recula un moment, un air incrédule sur le visage. Il cherchait à voir si la jeune femme n'avait pas des ecchymoses, des traces de coups, qui lui aurait fait perdre la tête, la mémoire, l'aurait transporté dans un univers parallèle d'où elle serait revenue complètement chamboulée. Mais rien, il n'y avait rien du tout qu'il puisse voir. Que cachait-elle à la fin ? Pour parler dans un langage codé comme cela, c'est qu'il devait forcément y avoir quelque chose derrière, ou alors un traumatisme au moins. Et puis... Mais que faisait-elle toute seule dans un endroit comme ça ?!

Liam avait envie de s'arracher les cheveux, touffes par touffes, jusqu'à réussir à trouver une réponse. Mais son seul espoir venait de la jeune fille. Il fallait essayer encore. Peut-être la suivre dans ses élucubrations. Il tenta sa chance.

- La Baron Sanglant... C'est lui qui est passé ? Mais ce n'était pas le fantôme qu'on connait non ? Et de quelle douleur tu parles ? On t'a fait du mal ?Tu aurais pas pris un coup sur la tête par hasard ? Est-ce que tu entends des voix aussi ? Peut-être un début de schizophrénie. Il enchaîna tout de même avec la question tant attendue : Qu'est-ce qu'il s'est passé exactement ici Lizzie ?
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lizzie Cojocaru, le  Mer 9 Sep - 0:42

Et il la regardait. Un instant elle se demanda lequel des deux était le plus perdu. Un peu comme un mec qui se réveille après une fière cuite sur un tapis non identifié, avec une moue pâteuse et un regard hagard. Il n’avait pas l’air de la comprendre, mieux, il avait l’air de la penser folle. Si elle analysait ce genre de choses, ça voulait dire qu’elle l’était pas, pas vrai ? C’était un sursaut de lucidité contre la réalité, une clairvoyance face à une existence aigre et acérée. Trompeuse et trompée. Et pis cette étiquette la couvrait un instant, lui permettait d’éventrer d’une sirupeuse façon la vérité. Pas une goutte n’en devait gicler, mais tout devait disparaître, jusqu’au souvenir de la conscience d’une faiblesse.

Ou au contraire, tout garder, et finir comme une flèche plantée au cœur de Poudlard. C’était pas une vie, mais elle avait jusqu’alors donné un sens purement curieux à ses expériences, peut-être qu’en faire des outils défensifs, voire offensifs, la prémuniraient de ce type de situation. Peut-être fallait-il s’y préparer. Peut-être qu’en s’aventurant dans ce type de quête elle enchainerait les mauvaises rencontres et croiserait les vers plus tôt que de raison. Or malgré l’apparence morbidité de son esprit, la préfète était un être de mouvements, de courants, et passer la baguette à gauche ne se ferait pas si aisément. Comment se débarrasser du professeur d’Enchantements et de son regard inquisiteur en attendant ? Neurone unique et fragilisé en cours de chargement, merci de patienter un instant.

Elle hésitait. Balancer deux-trois mouvements désordonnés, se barbouiller le visage de sandwitch au thon, de boullus & fries, parler avec une voix robotisée, ou au contraire jouer la carte de la sénilité. Difficile de choisir, mais il fallait reconstruire la carapace, se concentrer sur le masque, sur le jeu, à coup de poker face ou crazy smile ne rien laisser glisser. Pis en même temps… En même temps elle était trop fatiguée pour mentir. Son corps avait imprimé trop de douleurs, et son esprit de rageante faiblesse pour qu’elle joue dans les minutes à suivre. Ses ongles labourèrent distraits sa peau toute neuve. Elle ne se rendait jamais compte qu’elle le faisait, pas avant de saigner, quand l’anxiété la rage la tristesse ou quelque autre émotion triomphante la gagnait. Non, le défaitisme n’était pas permis. Pis fin voilà, c’était Riu quoi. S’il avait été question de parler à Bocci ou West, elle aurait peut-être été dans d’autres dispositions mais là c’était mort.

Alors pourquoi il insistait ? Pourquoi il faisait son gentil petit Poufsouffle soucieux du bien être des autres au lieu de retourner dans les nimbes de l’oubli comme il l’avait fait le semestre passé ? Ça lui allait très bien, l’inexistence multi-mensuelle. Pour ne pas dire multi-annuelle, vu qu’il avait fallu attendre la septième année pour croiser sa route. Croiser, recroiser, y avait toujours un petit doute, un petit déjà vu, mais peu importait vu que c’était qu’un c*n et qu’il avait qu’à quitter son chemin maintenant. Elle se haïssait de ne parvenir à mettre la dose appropriée de venimosité à l’égard de l’enseignant. De se sentir encore vidée. En fait, elle était une valise. Vous savez, les valises, suffit de leur briser une roue, non pas de la briser, de lui faire effleurer avec un soupçon de rancœur ou maladresse quelque gravillon et pof, ça grinçait lamentablement même sur le sol le plus sûr. Elle ne voulait pas être dans ce cas, à gémir quand tout allait.

Après tout, elle n’avait qu’une sœur de morte, les trois autres allaient bien. Sa maison était irrécupérable mais les voisins leur prêtaient une parcelle de jardin. Elle était sonnée mais elle n’avait pas une goutte de sang sur les tempes. A côté, des Cracmols grandissaient dans la frustration, des gamins naissaient dans des orphelinats, subissaient des maltraitances quotidiennes, étaient privés d'éducation, contraints au travail, aux mariages arrangés, aux guerres. Devaient tuer leur famille à huit ans pour éviter qu'ils ne remettent jamais les pieds au foyer, qu'ils n'aient de chez eux, que ne reste que la soumise obéissance à quelque chef. Naissaient dans las Maras, naissaient avec des invalidités physiques, psychomotrices, n'étaient protégés contre la syphilis et le SIDA, se découvraient Parkinson à 23 ans, étaient violés à six. Ou plus lentement, plus fourbement, crevaient dans leur propre corps, atteints d'une dégénérescence cérébrale, pire qu'un Oubliette, le vide continu. Mais à quoi elle pensait.

Elle s'en fichait des autres, pas vrai, qu'ils aillent s'empaler sur les baguettes de sorciers. C'qui importait c'était juste elle, franchement ça allait, sorcière cis blanche valide, la belle vie, tous les privilèges innés, sans mérite, sans effort hein, alors avait-elle si mal, pourquoi ne pouvait-elle pas adresser un rictus méprisant au Sire conventionnel ? Pis Merlinsh, pourquoi avait-elle cet irrépressible besoin de se confier, comme sûre qu’il comprendrait ? C’était idiot, c’était un prof, un mec qui s’exposait à rien, vivait dans le cocon d’un repère pour enfants, aussi pleurnichards et bruyants et vains et inconséquents qu’ils puissent l’être, mais des enfants, mais un lieu sûr. Son regard le transperça comme un glaive désabusé.
- Tu poses trop de questions pour quelqu’un qui a toutes les réponses. Tu refuses de voir, ou d’entendre. Tu n’le sens pas qu’Il était là. Tu n’lis ni mon souffle ni mes doutes. Mais pourquoi t’es prof p’tain.


Regard vers le sol, sur lequel elle s’apprêtait à cracher. Interrompu par la prise de conscience. Ça avait le même goût que la culpabilité, une sorte de potion de dégoût de soi ingurgitée inconsciemment. Tiédasse et amère. Elle l’avait refait. Les marques violacées courraient, démentes traitresses, indices du traumatisme, le long de son avant-bras gauche. La brune tira sur le pli de sa robe d’uniforme, il ne fallait pas qu'il voit quoique ce soit. Renata avait de drôles de goûts. Goûts, couleurs. Association. Dis, c'est quoi ta couleur préférée ? Rouge, sang. Non tais toi en fait. Parle moi. Elle ne voulait pas penser. Parfois sur les traits de Riu elle voyait encore le russe. Se distraire. C'était tout ce qu'elle voulait, un temps de recul, de mise à distance. Et en même temps, elle ne savait comment le faire seule. Et elle détestait son interlocuteur pour ça.

Si la peur du silence n'avait rien de familier, soudain, sous les pieds de Bennet elle dansait. Insidieuse. Qu'il parle. Me laisse pas parler. Me laisse pas te dire la honte, que dis-je, l'opprobe. Mais ça coulait tout seul, pire que le Véritasérum. Le besoin de sortir de ses tripes ce qui lui avait été enfoncé par les coups. La faiblesse face à ses poings. L'insécurité. Ne pas toucher le mur. Elle s'avança un peu, au cas où. Si elle pleurait là, elle ne se le pardonnerait jamais, ne le lui pardonnerait jamais d'avoir été le témoin de sa confession. Son ongle vint ronger sa peau, sans encore la lacérer, laissant juste une nouvelle nuée de points rougeâtres poindre. Elle aurait du les couper, ce matin. Si c'était toujours le mardi. Elle avait perdu la mesure du temps, mais aucune faim ne pouvait l'aiguiller. Une dizaine d'heures avait pourtant passé pendant qu'elle guérissait physiquement. Son corps était très banalement normal, quoiqu'intérieurement engourdi, quoique lourd, un peu meurtri. Mais c'était en son esprit qu'écumait un flou digne d'un peintre atteint de la cataracte. La haine reviendrait.
Merry K. Harper
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Merry K. Harper, le  Jeu 31 Mar - 21:48

PV Heidi


Il était non loin des quinze heures quand Merry sortie de la bibliothèque. Après avoir été manger son repas dans la Grande Salle en compagnie de ses camarades de maison, la jeune fille avait décidé de se rendre à la bibliothèque de Poudlard pour tuer le temps. A vrai dire, c'était pour réviser. Elle profitait de son après-midi, libre et sans cours pour revoir ses cours avant les examens des BUSE. Bien entendu, ceux-ci n'arriveraient pas avant plusieurs mois, mais elle ressentait le besoin d'être sûre d'elle, pour pouvoir se détendre et ne pas faire de crise de panique avant, ou même au beau milieu de l'épreuve.

La jeune fille avait donc bien travaillé, et souhaitait simplement rejoindre la Salle Commune des Gryffondors pour maintenant se détendre et se reposer. Néanmoins, une chose la stoppa net dans son trajet. Une jeune fille, une première année de Gryffondor précisément, et à qui la rouquine n'avait jamais adressé la parole, sortait tout juste d'une salle, semblant complètement furieuse et frustrée. Étonnée, la Harper la suivit un instant, avant de l'interpeller.

- Hey ! Qu'est ce qui t'arrive ?
Heïdi Moore
Heïdi Moore
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Heïdi Moore, le  Mer 13 Avr - 3:56

Cours de métamorphose. Au début, j'étais toute exité par ce cours. Génial! On me disait. Changer des tasses en sourris ou du papier en mirroire... Comment une première année qui ne sait rien du tout de ce monde, ne pourrait pas être impressionnée? Je crois que tout les 《Moldus》 me comprendraient... Quelqu'un qui ne sait rien du monde magique a toujours rêver d'en faire partie... Je tiens à dire à tout ces gens qui le disirent haut et fort! C'est de la Mer**... De la vrai, Mer**... Je suis là depuis quelques temps seulement et c'est un désastre... Par exemple, revenons à mon cours de métamorphose au quel j'espérais tant. Cela faisait au moins cent - mille heures que l'on écoutait la prof dire et redire ce que l'on devait faire, et enfin, avant que je ne dorme sur mon pupitre, c'était à notre tour d'essayer le sort. Mais comme à mon habitude, j'échous. J'échous. Et j'échous encore. Et bien evidement, la prof demande une pause pour que l'on écoute très attentivement... Et là, pouf! Tout le monde doit faire le sort devant tout le monde! Plusieurs garçons et filles essayent deux ou trois fois, et viens enfin mon tour. La prof commence et dit sur une voix ennuyé:

-Bon, Heidi, à ton tour

Puis un élève dans le fond de la classe:

-En espérant que cela ne sera pas trop long...

Mais c'est quoi ces sorciers! Toujours à faire des remarques déplaisante sur les gens en difficultés qui n'ont jamais connus la magie de leur vie! À part un stupide tour de carte... Enfin, bref... Je m'avace et jette le sort. Échec... Je me relance encore, échec... Je m'apprête à réessayer, et...:

-Merci madame Moore, nous savons déjà le résultat, vous pouvez vous rassoire.

-Pardons? Ais-je aussi tôt réplique. Et Pennies,  elle, elle l'a fait au moins une centaine de fois avant de se rassoire!

-Oui, mais nous savons tous que Pennie pratique au lieu de jouer dans la cours avec les autres.

-Et alors? (Il n'était pas question que je laisse une telle injustice passer) Cela ne veut pas dire que je m'entraine moins qu'elle!

-Mademoiselle, allez vous assoire ou je vous mets dehors.

-Aussi bien sortir maintenant, l'injustice est de misse ici.

J'avais tourné les talon sans pretter attention à ce quelle venait de me dire et claqua la porte derrière moi. Mais pour qui elle se prend cette prof furibonde? Je suis une ex-Moldus je vous signale! Je n'en revens pas!

-Hey! Quest ce qui t'arrive?

Ça c'est la meilleur. Quelqu'un qui ne se mêle pas de ses affaires.

-Quoi, ça ne te plait pas à toi non plus quelqu'un qui est null?

Je continu mon chemin. Rien à faire. Non. C'est pas sympa ce que je fais, vous ne trouvez pas? Pauvre elle, elle n'a aucune idée de ce qui ce passe. Je n'ai pas le choix. Je me retourne.

-Non, mais les professeurs ici sont tous comme ça dis-moi?

Bien dit, de cette manière, pas besoin de s'excuser, elle saura que t'es navré, surtout que tu lui as dit d'une façon découragé et presque triste. Non?
Merry K. Harper
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Merry K. Harper, le  Mer 13 Avr - 12:14

Si Merry avait dû s'imaginer tomber devant une jeune Gryffondor en furie sortir d'une pièce au moment même où elle passait à côté... Elle voulait seulement se rendre à la bibliothèque à la base. Pour réviser un peu mais aussi pour se détendre. C'était son lieu de refuge, mais aussi l'endroit où elle aimait retrouver Nel pour passer un moment tranquille avec lui sans que personne ne fasse un boucan d'enfer. Sauf que cette fois-ci elle avait décidé de s'y rendre seule. Et son plan avait vite été déjouée par cette première année qui avait eu l'air très en colère.

La voyant dans cet état, la rouquine s'était approchée lentement d'elle afin de lui demander ce qu'il se passait. Elle n'aimait pas voir ses camarades être autant en colère, d'autant plus quand ils s'agissaient de premières années. Néanmoins, la jeune fille avait eu l'air assez agacé par son intervention et avait presque envoyé bouler Merry avec une réplique cinglante que la britannique ne compris absolument pas. Nulle ? Mais elle ne disait jamais à une personne qu'elle était nulle. Bon si peut être aux gens qu'elle n'aimait pas mais c'était là une grosse exception. Et puis, elle comprit vite pourquoi la lionne disait cela.

-Non, mais les professeurs ici sont tous comme ça dis-moi?

La rouge et or avait finalement fait demi tour après avoir tourné le dos à la jolie rousse qu'elle avait envoyé balader. Une histoire de professeur. Evidemment. Chaque professeur avait sa méthode à lui bien entendu, mais il était vrai que certains d'entre eux pouvaient paraître un peu brusque la plupart du temps. Merry en avait souvent fait les frais, notamment en cours de Défense Contre les Forces du Mla avec le nouveau professeur de cette année. Mais elle s'y faisait et se forger une belle carapace pour faire face à ce genre de personnes adultes et abominables.

- Je dirais que non. Chaque professeur a sa propre personnalité. Même s'il faut avouer que certains pourrait être plus sympa de temps en temps. Si j'ai bien compris, ton cours s'est mal passé, c'est ça ?
Heïdi Moore
Heïdi Moore
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Heïdi Moore, le  Jeu 21 Avr - 22:41

Sa réponse est très sensée je dois dire. Il est vrai que tout le monde n'était pas pareil. La réalité de tout ça, c'est que je ne suis pas habitué à ce monde qui est le leur, et malheureusement, je ne le serai probablement jamais. Je suis comme une immigrante qui se refuge dans le monde magique. Je ne comprends pas les langages, ni la nourriture, ni comment s'habiller à la mode, puisque la mode est toute autre, et je sais encore mois comment ne pas me perdre. Non, sans blague! Avec ces maudits escaliers qui bougent, je ne sais plus où mettre la tête! On dirait qu’ils attendent que je mette le pied sur la première marche pour qu'ils changent. J'ai même essayé plusieurs fois d'attendre sur le même escalier pour revenir au même endroit, rien à faire... Soit il va ailleurs, soit il ne change pas, ou il prend une éternité avant d’arriver en arrière. Résultat, je suis toujours en retard... Et comme si cela pouvait m’aider, un élève relève toujours mon retard. Comme si le monde ne le savait pas déjà… Comme vous pouvez vous en douter, je trouve ce monde vraiment dur. Pourtant, je ne me vois pas retourner en arrière. Dans ce monde il y a une attirance que personne ne pourrait nier. Demander à n’importe qui, et je suis sûr que tout le monde qui connait la magie, la vraie magie, personne ne voudrait être dans une vie monotone de Moldu. Enfin, pour moi c’est le cas. Je dois faire quelque chose. Il est certain que si je continue comme ça, personne ne voudra de moi et ce monde sera encore plus dur.

-Je dois travailler dur.

Elle m’a entendu? Je la regarde. Je ne savais pas que j’avais parlé à voix haute. Il faut que je dise quelque chose pour ne pas que cela paresse. Je n’en ai pas envie, mais comme j’ai dit à voix haute que je devais travailler dure, aussi bien ce lancer.

-Tu veux bien m’aider? Tu n’es plus en première année, non? Sinon, je ne vois pas comment tu serais dans l’équipe de Quidditch… Si tu as le temps bien entendu.

Je n’en ai vraiment pas envie. Passer des périodes libres à étudier, mais je veux être accepté ici. J’ai envie que ce monde devienne le mien. Alors, aussi bien de faire un peu d’effort. Il n’y a rien de grave qui pourrait m’arriver, non?
Merry K. Harper
Merry K. Harper
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Merry K. Harper, le  Mer 4 Mai - 22:53

La journée ne se passait pas vraiment comme prévu. Merry avait pourtant prévu d'avoir une petite journée tranquille et sympathique, seule, dans sa solitude. Elle aimait pouvoir se retrouver de temps en temps avec elle-même pour faire le point sur certaines choses qui la tourmentaient. Ce n'était bien entendu, pas souvent que tout ceci lui arrivait, mais elle aimait faire cela au moins une ou deux fois par mois. C'était reposant et apaisant. Et la bibliothèque était un lieu particulièrement calme afin d'exceller dans cette activité dans la plus grande tranquillité. Mais durant son trajet, elle avait fait la rencontre d'une jeune demoiselle, à la fois énervée et effondrée. Du moins, c'était ce qu'elle laissait paraître. Alors Merry était venue à son secours.

La jeune fille semblait désemparée aux yeux de la rouquine. Et ne savait apparemment pas quoi faire. Il était vrai que certains adultes, surtout les professeurs, n'étaient pas tendre avec les élèves quand ils n'arrivaient pas à exceller. Et lorsqu'ils s'agissaient de premières années, ils les traitaient de la même manière que des dernières années. Enfin, la plupart. Fort heureusement, ils n'étaient pas tous comme cela. Mais Merry avait su endurer cela, s'étant préalablement créée une carapace bien avant sa rentrée en première année. Elle savait bien comment se comportaient certaines personnes avec les plus jeunes, alors elle s'était plutôt bien débrouillée, s'attendant à tout.

Elle devait travailler dur ? Oui, elle avait parfaitement raison. Il fallait bosser durement et longtemps pour parvenir à ces fins. Chose que Merry avait fait pour s'en sortir et ne pas subir la courroux de ses parents furieux si l'une de leur progéniture devait se ramener à la maison avec des bonnes notes. Et cette petite y arriverait elle aussi. D'ailleurs, ses derniers mots firent sourire la jolie rousse qui posa une main sur l'épaule de sa cadette

- Aucun soucis pour cela. Je t'aiderai dès que possible ! Je te trouverai ce soir dans la salle commune pour te dire quand est ce que nous pourrons nous voir. Aujourd'hui, je ne peux pas, j'avais déjà quelque chose de prévu.

Adressant un joli sourire resplendissant à la jeune fille devant elle, Merry tourna assez rapidement les talons après avoir finit de parler. Elle aiderait sa camarade à s'en sortir. Dès qu'elle le pourrait.


FIN DU RP
Contenu sponsorisé

Secrets et Connaissance - Page 14 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Contenu sponsorisé, le  

Page 14 sur 17

 Secrets et Connaissance

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.