AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-39%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone
395 € 649 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande
Page 16 sur 17
Secrets et Connaissance
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne

Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lïnwe Felagünd, le  Jeu 20 Avr 2017 - 12:40

Tu cherches cet espoir au fond de ses yeux au fond de son cœur
ce regard - perdu dans la recherche inavouée d'une seconde âme sœur.

Tu rêves d'un champ de blé et d'un tournesol doré au jour d'été
tu rêves d'une forêt blanche cité d'hiver et le vent froid aux griffes canidés

tu rêves de ce temps lointain où vous vous amusiez dans le jardin
à cueillir des herbes grasses et le foin et main dans la main
tu rêves tu rêves inlassablement de ce temps lointain ce temps oublié
tu rêves d'un miracle aux sombres contours dessinés
tu rêves d'un autre pigeon devant ce monument damné
tu rêves d'une vie alcoolique et calme sur les bords et les rives
tu rêves d'une nostalgie qu'on devrait faire disparaître aux Maldives.

Et tu souhaiterais fermer cette plaie qui te ronge au cerveau
et dans ce corps d'un ange fabuleux
tu aimerais la revoir et offrir une autre vie pour ça
tu aimerais sentir ce parfum des fleurs
et la rose rouge et les lèvres roses
et cette senteur
tu aimerais revivre le passé
et l'arrêter pendant trois heures
et tu aimerais ouvrir
un nouvel avenir
médusé par
la peur
qui t'en
empêche.

Des espérances et des rêves d'enfance
enfant et nostalgies passées échouées
et futures
qui te marquent
chaque jour
comme un cauchemar
au petit matin
quand tu y penses
toute la journée
à la devanture
d'un magasin de
supermarché.

« Je v-veux te faire… co-confiance
p-petit Lombrère… »
lui dit-elle
et tu vois en elle une âme meurtrie
— comme toi

et tu vois en elle ce même regard
qui plonge une vie dans l'insomnie
ce regard étoilé plein de désirs et d'envies
endormis — comme toi

et ces bras qui tremblent
— comme toi

tu as peur
— comme elle

« J-je crois… q-qu'on peut y… a-arriver
a-avancer… un peu… »
et des bras
qui s'enlacent qui se serrent
pour mieux tenir debout

et des bras qui palpitent
sous la tension d'une
idéologie fraternelle

et des bras qui se retiennent
pour ne plus tomber
plus jamais

elle te fait confiance
comme tu lui fais confiance
et tu n'espères plus
plus rien désormais

que de s'offrir à elle
comme un frère
deux âmes blessantes
et blessés qui voudraient
aimer et retrouver
bonheur aimé.

« Oui... ces démons Olumire...
ces démons ne sont plus qu'un souvenir
que je te ferai oublier

je te le promets... »

et une promesse de sang
bleu pour vaincre le
sang rouge des monstres.

Et les murs qui semblent s'éloigner
peu à peu ou ne serait-ce que l'illusion
marqué par tes mots ?

« Regarde ces murs...
ils s'échappent. »
Olumire
Olumire et Lombrère

parfaites antipodes
muettes car elles
se comprennent
et s'entendent
sans se parler.
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Vanille Fleury, le  Sam 22 Avr 2017 - 10:55

Regard voilé, comme éteint,
un trou béant dans son cœur
comme s'il manquait quelque chose
oui un simple morceau de vie
morceau d'envie
mais le cœur qu'il possède est d'or
comme si il y avait pu
y avoir une place pour moi
bien que jamais personne
ne saura combler ce vide
cet endroit si noir qu'il semble
à lui seul refléter cette douleur
qui se cache au fond de moi
martyres d'une existence
que nous n'avons pourtant
jamais choisie…

Mais il est là, comme un ange,
sans que tu ne sache trop pourquoi
le liquide était pour tout oublier
alors pourquoi les souvenirs reviennent
encore plus fort qu'avant
j'aimerais me rouler en boule dans un coin
simplement fermer les yeux et pleurer
vider le sang de mon regard
pour que renaisse mon âme noir
et je voudrais, je le ferais
si j'étais seule… Mais
il est là, créature céleste déchue
enfant comme moi entre ombre
et lumière, Lombrère et Olumire
noms d'un soir, combat d'une vie
nous pouvons être à la hauteur.

Je me tiens à lui, comme si cette attache était essentielle à ma survie, comme si le lâcher reviendrait à nous condamné et je ne sais pas, plus, rien du tout. Le monde est ainsi fait plein d'incohérence qui font naître des questions, des interrogations qui empêche de fermer les yeux causant nuit blanche te insomnie, alors les gens cherchent puis trouvent, dans la science ou la croyance les réponses dont il ont besoin pour fermer les yeux le soir, mais tout cela n'est qu'un leur parce qu'il reste encore cette petite voix qui vient murmurer à mes oreilles : Et si… Si j'étais née dans un autre foyer, si à la ceinture on ne m'avait pas marquée, si j'avais pu continuer à aimer, si… Alors naissent dans mes yeux les perles salées de la vie, de la tristesse, de la douleur, d'un peu des trois. La souffrance n'est jamais seule ou sans raison.

Et puis sa voix me promet,
me jurant de me faire oublier
les démons qui sans cesse me hantent
et je vois ses yeux, son regard
et je meure d'envie de le croire
alors je fais taire ma raison
la temps d'un instant
éphémère seconde
juste pour y croire
car j'en ais tellement besoin
alors j'oublie, je crois
comme certain croient en Dieu
moi je crois en lui
parce que je vois sa douleur
que je lui montre la mienne
et que j'ai une infinie confiance
dans cette âme jumelle.

Sa voix chante, les murs s'éloignent
je les voit comme si un poids
quittait mes épaules
je vois et je souris tendis
que des larmes de joie roulent
sur mes joues déjà trop marquée
un peu pas trop mais il a réussit
comme s'il avait peur de cette promesse
jurée dans ce climat fraternel
aînée puis petite dernière
les rôles ne cesse de s'inverser
mais je suis sûre que nous sommes
bel et bien deux enfants perdus
avec ce besoin si fort
de se trouver, de s'aider.

Doucement, je me blotti
dos au mur, près et contre lui
des lèvres qui s'ouvrent
qui murmure
merci d'avoir fait reculer
les murs

comme si mes doigts
frôlait les étoiles
à ses côtés pour une fois, un soir
je t'aime Lombrère,
ne disparaît jamais…

Lombrère, cela ne rime t-il donc pas
avec grand frère ?
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lïnwe Felagünd, le  Dim 30 Avr 2017 - 15:06

Les murs semblent lâcher prise sur cet enfant
la détresse plein les yeux plein les mains qui tremblent comme un adieu
les murs s'éloignent et disparaissent à l'horizon comme un trou
comme un trou béant vers l'univers dans le néant
comme un prisonnier qui s'échappe de cette prison
par la voix légale ou non
les barreaux métalliques corrosifs par un liquide
empoisonné par le serpent vert.

Et les murs semblent lâcher prise sur cet enfant
atteint par les cauchemars grand malaise du temps
corrompu par ses pensées qui tournent en mauvais rêve

Et les murs semblent lâcher prise sur cet enfant
comme un esprit de la nuit qui s'éveille au pied du lit
comme un fantôme qu'on croit rêver un instant
un aïeul qu'on voit devant ses yeux orbites dilatées
un mort qu'on regrette du plus profond de notre cœur
un blessé de guerre qu'on voulait oublier
un amour déjanté qu'on voulait laisser tomber
un frère une sœur un père une mère
ou un inconnu qui fait peur
par le simple fait d'apparaître
et il nous parle comme l'ombre
dans la glace et il repart
plus loin
plus loin
comme ces
murs.

Olumire se tient à lui comme pour marcher droit
essayer et ne plus jamais tomber car il est là pour ça
il est là pour elle pour eux se relever.

Olumière se tient contre le mur qu'elle voyait
comme ennemi hier et qu'aujourd'hui un
amour fraternel naissant et le sang
brûle ces cœurs de bûches
chaudes aux copeaux gelées
par l'angoisse.

« Oui... si tu es là, je serai là Olumire...
ne disparaît pas... je ne disparaîtrai pas. »
une
promesse d'adulte dans la bouche d'enfants
et un regard vers ses couleurs qui pour une fois
se montraient dans l'obscurité des âmes

le vert pour l'espoir
et l'argent pour le précieux

« tu veux que je te raccompagne ?
ou rester encore un peu ? »
le premier pour
prouver son fidèle attachement
le second pour rester le plus
longtemps possible avec elle —

un précieux espoir
dans le réservoir
de leur vie.
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Vanille Fleury, le  Lun 1 Mai 2017 - 13:45

Olumire et Lombrère,
âme jumelle, éternelle, rebelle aussi
aux yeux enfantin ouvert brutalement
par la réalité des tourments
où est donc passée cette innocence
insouciance de mes cinq ans
quand les barreau étaient encore ouvert
que la vie appelait au bonheur
et j'ai cru, oui, j'y ai cru
que ce serait possible, avoir de rêves
des rêves…
où sont ils donc aujourd'hui ?
entre les larmes et la douleur
ont t-ils donc disparu ?
pourquoi ?


Nous sommes enfant d'ombre d'étoile
comme la lumière noircie
la noirceur éclairée…

Et je veux qu'on me lâche
vivre sans chaînes, libre
trop longtemps les mots se sont tus
aujourd'hui je ne sais plus parler
je veux montrer autre chose
être au chose, à l’intérieur
même lorsque je vois les jambes se tendre
pieds pour me barrer la route
voulant me faire trébucher
il est tant de se relever
mais c'est si dure pour une enfant…

Jambes tremblantes, petit pas hésitant
la chute, se relever et recommencer
qui a t-il donc pour tenir mes doigts
pour me rattraper et me prendre dans ses bras ?
acteur qui manque à l'appel à l'acte si important
« Vivre c'est se mettre en danger,
de la même façon qu'appendre à marcher
c'est d'abord accepter l'idée de tomber… »
* Pierre Bottero

Un regard vers lui, encore, puis les mots
ceux qu'on offre sans barrière
qui sorte de son cœur, directement
un cœur brillant, un cœur d'or illuminé
une promesse qui résonne aux oreilles
comme un nouveau départ, un nouveau chemin
à parcourir dans les deux sens avec lui
à mon côté et moi au sien
parce que j'ai besoin de recevoir
mais aussi d'offrir.

Que s'est il donc passé en nous ?
pour être obligé de promettre ainsi
par quoi sommes- nous donc passé ?
qui a choisi de nous détruire ainsi
faisant de nous des âmes mortes
des âmes qui ne s’effaceront jamais
parce que nous l'avons promis
promesse c'est un joli mot…
Alors chuchoté du bout des lèvres :
P-Promis…

Puis interrogation
pas de celle qui font peur
mais cette sorte qu'il est si dure
de départager tant les deux propositions
peuvent être si tentante
l'une qui mettrais forcément fin
l'autre qui risque de me faire basculer
dans un autre monde bien trop vite
les yeux me piquent doucement
il faut que je réponde
que je choisisse mais c'est si dur…

Puis le compromis
j'ai peur de m'endormir
peur du cauchemar de mes démons
je sais que je vais crier
si à nouveau je suis seule
dans se noir intense
D-Dis Lombrère,
tu v-veux bien… dormir
avec m-moi… ?

Un regard vers le mur derrière moi
j'ai l'impression de reconnaître l'endroit…
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lïnwe Felagünd, le  Lun 8 Mai 2017 - 22:33

La promesse d'une flamme qui se ravive au temple oublié.
La promesse d'un étang dans lequel se baigner comme deux enfants.
La promesse de rester présent pour l'autre qu'on arbore d'une larme.
La promesse d'offrir à l'autre ce que l'on manque à nous-même.
La promesse de ne pas tomber quand l'autre est là pour se relever à temps.
La promesse au miroir pantelant qu'on a placé derrière un arbre à déraciner.

Un mot qui symbolise tant de choses pour bâtir un avenir meilleur
sans cauchemars ni murs qui oppressent la poitrine et le cœur

Elle a su attendrir le sien l'espace d'un instant hors du temps
qu'il ne regretterait pour un sous

Elle a su le blesser au plus profond de son âme meurtrie
par ce qu'elle a vécu il se revoit dedans

Miroir de l'eau
Miroir de l'étang
Placé là comme un voile
comme un rideau
derrière l'arbre
et le temple.

La promesse d'une heure à laquelle s'accrocher pour ne plus jamais faillir
devant tant de désamour. Et l'invitation à dormir comme une complainte dans les airs
au beau milieu de la nuit.

Les pupilles dilatées comme un chat dans le noir
il s'avance vers elle pour se retrouver face au mur enchanté
passant par trois fois plus de sûreté et trouver un lit à coucher.

« Oui... » simplement
pour lui affirmer sa présence
qu'il sera là pour l'éternité
pour elle et pour lui
pour eux
mieux s'en sortir.

Puis l'ouverture des portes d'un mirage
resplendissant le blanc des linges à travers la pièce
fraîcheur de lavande pour mieux s'endormir

et deux présences
l'une pour l'autre
l'autre pour l'une
et ensemble
mieux dormir
et ensemble
s'en sortir.


J'ai donc utilisé la SDD, si Ellana est partante t'as mon LA pour qu'il rentre en sa compagnie évidemment.
Je sais pas si on peut continuer ou arrêter là le RP, les deux se tiennent ! A toi de voir. (:
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Vanille Fleury, le  Jeu 11 Mai 2017 - 6:08

Paupières lourdes, regard trouble
le monde est épuisé plus que sombre
visage qui menasse de basculer
mais je veux, je dois
attendre un peu avant de passer de l'autre côté
simple miroir de cauchemar
mais j'ai peur, si peur de retomber
frayeur d'une enfant, simple crainte
du noir, de la nuit et des démons
ceux qu'elle abrite, sombre traîtresse
alors même que je lui accorde ma confiance
un faux bon qui me hante…

Mais pas toi,
parce que tu es et sera
que l'avenir nous tend les bras
nous n'avons pas le choix
les porte du passée sont fermée
et tu m'offres, une nuit
cadeau merveilleux
que je ne mérite sans doute pas
plus à mes yeux
peut-être qu'à deux c'est mieux
peut-être qu'on aura moins froid
et puis qu'on repoussera
les douleurs du sommeil.

Simple fantôme aux mains vides que je suis
les mains mais pas le cœur
je peux te donner un peu
peut-être plus, sans doute.

Quelques pas, une porte qui s'ouvre
délicatement je prends les doigts
ceux de l'autre, les siens
un pas, un autre quand je franchis
le passage de cette entrée
l'impression de laisser
quelque chose derrière moi
mais il n'y a rien
ou peut-être de la peur
un peu du surplus de douleur.

Pas de bruit, pas d'ennuis
pièce à la douce odeur
pour s'endormir
passer la nuit à l’abri.

Je ne sais plus d'où je viens
ce que j'ai fait
comment j'en suis arrivée là
mais la douce sensation sereine
qui m'enveloppe et me berce
me fait sourire aux anges
si ange il y a…

Souliers enlevés
je pense que je suis en uniforme
je ne sais pas, mes yeux piquent
alors sous les draps frais
je me cache, m'endors
fermant les yeux
dans ses bras.

~ ~ ~


Douceur du matin
lorsque les paupières s'ouvrent
battement de cils, tout est blanc
et cogne la tête douloureusement.

Je me perd, me cherche,
tourne la tête à droite, à gauche
soupire, souvenirs embués
proximité d'un autre être
yeux qui reconnaissent
Où sommes-nous ?

Mots murmurés
devant l'incompréhension
de l'enfant perdue...
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lïnwe Felagünd, le  Ven 12 Mai 2017 - 21:49

Salle blanche comme un purgatoire dressé au-dessus des nuages
un petit coin tranquille pour dormir paisiblement
l'alcool douloureusement versé dans les veines
et le sang encore tiède les yeux piquants et la tête
sauvage à l'intérieur s'exclame.

C'était comme traverser un rivage de
doux fantômes sans visage ni sourire
ni forme qui hante la nuit
non ceux-là étaient vierges
et neufs comme une matinée
arrosée par le printemps.

Les draps blancs bercent cette pièce où le noir est lumière
étrange sensation ce flottement céleste
pieds nus sur le sol froid comme la pierre
étrange sensation que de se retrouver là
dans ce nid en bonne compagnie
pour mieux s'endormir.

Odeur de lavande qui chatouille les
narines paresseusement comme un
chaman exprime une transe avec
ses graines et ses plantes et cette fumée
blanche s'élevant au-dessus des têtes
comme un message comme un rêve
avant de tomber dans les bras
d'Olumire dans les bras de
Morphée

et ensemble
subsiste
toute délicate
subsiste
la paix.

~ ~ ~

Le gazouillis des piafs dehors annonce un nouveau jour. Et un bec recourbé se balance contre une fenêtre à dix pieds d'ici. Comme si ses sens se réveillaient, le lit gigote. On bouge à côté de lui. Il se redresse vivement. Un geste dans le vide caractéristique d'un réveil mécanique anticipé. Les yeux encore à demi-clos résistants à cette lumière étincelante qui fulmine comme une usine et trois immenses cheminées dressées devant. Un regard vers cette nouvelle compagnie. Le cerveau tambourine aux portes de la réalité. Soudaine.

« Où sommes-nous ? » une question qui s'envole sans jamais retrouver sa réponse. Lui préfère froncer les sourcils encore en broussaille. Tentant de retrouver le fil de ses pensées, de son passé. Qu'en était-il d'hier soir ?

Des images
qui défilent
un sourire
qui s'étire
lentement
doucement
comme ces draps
ce lieu
calme et serein
et spirituel
et contemplatif
extatique
profond
singulier
unique.

« O... Olumire ? » un coup d’œil vers sa montre gisante sur le sol. « On est quel jour au fait ? » l'espace-temps complètement décalé. Dans cet ailleurs. Un instant encore en suspens, avant de se recoucher. Les bras sur l'oreiller, les bras derrière la tête écoutant son âme parler.

Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Vanille Fleury, le  Sam 13 Mai 2017 - 10:19

Réveil dur.
Réveil rude.
Douleur dans la tête.
Lorsque je tente.
D'assembler les pièces.


Puzzle de la vie, je suis perdue. Ne trouvant plus rien, que des éléments qui viennent, puis repartent. Vitesse accélérée, parfois ralentie. Morceaux décousus et ce mal de tête qui m’empêche de me concentrer véritablement. Et puis cet autre visage. Celui que je remet si bien dans les sentiments qui se bousculent en moi mais pourtant tellement mal dans mes souvenirs. Je sais que je suis heureuse, de le voir, l'entendre, être là. Qu'il est brillant, sombre et surtout vivant. N'est-ce pas déjà suffisant ? Je ne me souvient plus trop, des bribes, par ci, flash de l'autre côté. Lombrère... Oui, je me souvient de toi, de tes mots, de tes bras. Je revois les murs qui veulent mettre fin à mes jours, les yeux qu'il me faut cacher pour survivre. Je sens le souffle des démons dans ma nuque, le partage d'un frère et d'un sœur prisonniers entre ombre et lumière. Olumire et Lombrère.

Puis tes lèvres bougent pour prononcé mon nom. Résonance de question. Pourquoi ? Oui, c'est moi. Je suis là... le contraire ne serait pas possible, je t'ai promis de rester alors je ne peux pas faire faux bon, pas à toi, jamais à toi. Nouvelle interrogation sur le jour que nous sommes à laquelle je ne peux malheureusement pas répondre, la tête encore embrouillée des derniers effet de la boisson ingurgitée hier et je m'en veux un peu. Je... Je ne sais pas... Tout ce dont je suis sûre c'est que je n'ai absolument pas envie de partir pour aller en cours. Je ne sais pas si lui est du même avis mais en tout cas il n'a pas l'air d'avoir très envie de bouger d'ici puisqu'il se recouche sans le moindre remord.

Hier est flou.
Peut-être un peu fou.
Mais si je suis partie.
On devait sans doute être vendredi.
Serions-nous donc samedi ?


Léger soupire, léger sourire. Alors à mon tour je me recouche, près de lui, cotre lui. Parce que pour une nuit j'ai bien dormi, que les démons n'ont pas essayer de m'attaquer. Comme si ensemble nous faisions écran, obstacle aux monstre qui tentent de dévorer les innocents enfants. À ses côtés parce que je suis bien, juste heureuse. Son parfum rassurant, apaisant, comme ce mélange, odeurs emmêlée sur les draps saupoudrés de lavande. Je ferme les yeux, un moment, un instant. Avant de les rouvrir pour le regarder. Dans la lumière matinale tout les coups ont repris leurs place, le sortilège limité dans 24 heure à disparu laissant apparaitre les marques de ceinture et je baisse les yeux.

Imparfaite, puisque personne ne peut être sans défaut. Noire et blanche.
Pour toi, pour moi, pour nous, un simple instant.
Parce que j'ai envie d’espérer. un peu plus, juste un peu...
- Je ne me souviens pas de tout...
Je me souviens que je t'aime,
Lombrère...
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lïnwe Felagünd, le  Jeu 18 Mai 2017 - 18:48

Quel jour est-il ? Peu importe. Olumire non plus, ne le sait pas. Et qu'importe, vraiment ?! L'idéal étant qu'en ce beau matin, il fait bon d'exister. Et pour la première fois, se sentirait-il en sûreté ici ? Avec elle aussi ? Parce que les draps à la senteur de lavande et la blanche luminosité sonnant rédemption ne font pas toute cette nouvelle naissance. Car oui, c'est une renaissance sans aucun doute, pour le jeune homme. C'est une nouvelle espérance qu'il a trouvée là, couchée à côté de lui. Sa sœur d'ombre et lumière.

Il était bon, vraiment bon d'exister ce matin ! Pu*tain. L'oiseau au-dehors, le soleil encore frêle. Les gamins jouant sur la pelouse, les poissons dansant. Les couleurs de la forêt, et les lucioles. Tout était plus brillant ce matin, étrangement. Le sourire légèrement étiré sur le visage, il écoutait son nouveau souffle parler. « Je ne me souviens pas de tout... Je me souviens que je t'aime, Lombrère... »

Serrée près de lui
comme un cocon
fusionnel dans un tunnel
blanc — il lui passe un bras
autour pour prouver
sa présence.

Mais le ton d'Olumire était plus noir non ? Plus triste. Plus douloureux, comme si cela n'avait été qu'un rêve et que pour une fois, pour une seule fois, il avait été heureux de ne pas rêver. Une impression ? Comme si la maladie lui revenait au galop après une pause café sur le bord d'une autoroute désertée. « Mais moi aussi je t'aime Olum- » un regard plongé l'instant d'avant sur son visage avant de descendre le long du cou et des épaules. Mais s'arrêtant soudainement sur les bras. Une image d'horreur et d'hallucinations rédhibitoires. Ces marques rougeâtres entassées sur ses bras comme des éclairs après un orage et le tonnerre.

« Qu'est-ce qu-... oh non... » non non il n'avait pas envie de savoir.
Plutôt crever que de connaître la vérité. Plutôt rêver que de voir la réalité.
Plutôt mourir honnêtement que de vivre douloureusement.

Un enlacement plus prenant que les autres. Prouver sa présence. Lui faire comprendre qu'il est là et qu'il n'a pas de mots pour la soulager. Juste sa présence et ses gestes et ce silence en argent. Ces draps blancs et les couleurs du ciel qui se lève lentement comme une intrigue au théâtre.

Il ne trouve pas sa réponse.
Il ne trouve pas sa réponse.

Que s'est-il passé hier ?
Pour qu'elle se retrouve comme ça aujourd'hui ?
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Vanille Fleury, le  Jeu 25 Mai 2017 - 10:20

Chant de l'oiseau au petit matin,
des paupières qui se décollent
je perds le temps
envie de rester ici
comme pour un instant
comme pour toujours.


Je renaît, enfant dans le berceau immaculé à la blancheur parfaite, comme un renouveau, colombe s'envolant à la recherche d'une terre sèche où se poser. Mais est-ce possible ? Véritablement ? Revenir avec un brin d'olivier entre les dents, un peu d'espoir, un peu de vie. Pourtant, prise dans ce cercle infernale je me met à douter de tout et surtout de moi. Blottie contre l'autre enfant, mon frère, qu'il soit le petit ou le grand, dans cet univers ou les rôles s'inverse et se reprenne, comme une spirale éternelle indécise emplie de promesse qu'elle a parfois du mal à tenir. Je ne sais plus qui je suis. Les nouveaux départ, début d'histoire qui se tisse, s’emmêlent et se déchire. Labyrinthe sans tâche, je cours dans le dédale, pour me sentir en vie même si je n'y crois plus, parce que c'est tout ce qu'il me reste. Aujourd'hui, un compagnon, Lombrère, pour me tenir la main, doigts fins qui n'ont jamais connu la sécurité de celle de ses parents, doux soupire dans la lumière qui filtre mais l'ombre grandi en moi, comme pour compenser, rester toujours en parfait équilibre, même si c'est idiot, même si ça ne devrait pas se passer comme ça puisque ça fini toujours par se briser.

Et le cauchemar au rire cruel revient à la charge, offrant au monde ce que cache les apparences, un bras pour se rapprocher, pour dire qu'il est là. Mais en contraste avec les paroles de sa voix résonnant comme une promesse qui ne se brise pas, son regard change. Des yeux qui se pose là où l'homme à frappé, la souffrance et la douleur infligée sans raison, pour le simple faut d'exister, de vivre dans cette même maison. Et son regard change, fuit, prend peur et j'ai honte. peut-être que ce n'est pas ma faute, on m'a appris à croire l'inverse, je ne sais démêler le vrai du faux, étant seulement sûre que lui ne pouvait avoir tord. Alors sans réfléchir je me perd, entre ses bras, qui serre comme pour compenser l'absence de parole qu'il est capable de confier, fermant les yeux, je sens encore le parfum de fleur sur les draps me demandant un instant si moi aussi je me suis retrouvée imprégnée de cette odeur apaisante. Un passé lointain et pourtant toujours tellement présent qui refait surface tendis que je tente d'oublier, je veux perdre la mémoire, recommencer une existence entre ces draps blancs, cette fois avec un frère à mes côtés.

Et si je pouvais effacer les traces
et si tout n'avait jamais existé
et si les cauchemars n'étaient pas là
si les démons me fichaient la paix
est-ce que tu serais encore là ?
petit Lombrère
à croiser mes pas
pour devenir mon frère.


Je le vois effrayé, se voulant rassurant, serrant dans ses bras, la faiblesse d'une autre enfant. Ce serait bien plus facile n'est-ce pas ? De reprendre la baguette, formuler un sortilège et tout serait à nouveau caché, comme un terrible mensonge muet. Mais plus jamais ce ne pourrais être pareil, parce que ses yeux se sont posé, son regard à vu, la cruauté de l'homme que je vois l'horreur dans ses yeux et je voudrais tout faire disparaitre. Pourtant je ne suis qu'une enfant, incapable d'un tel exploit et je veux voir, pouvoir trouver à travers lui, la raison de sa propre douleur, celle qui fait porter le verre aux lèvres enfantines qui ne devrait pas transgresser les règles, celle qui à fait croiser les chemin de deux âmes torturée, celle qui encore une fois à cette douce odeur de lavande. Comme pour masquer la douloureuse réalité. Tu as mal ? Où ? Viens je veux partager, viens on peu jouer au médecin, je serait l'infirmière le temps d'une poignée de seconde, habits blanc au remède des paroles et si tu as trop mal pour parler, serre moi plus fort, je peux partager...

Nous sommes deux enfants,
mais il n'y a personne d'autre
nous n'aurions pas du être là
mais le destin à choisi pour nous
alors fermons les yeux, un soir
ou peut-être un matin
je ne sais plus où je suis
je sais que tu es là...
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lïnwe Felagünd, le  Sam 3 Juin 2017 - 23:42

Deux enfants perdus là où ils se sont trouvés. Dans ce bassin aux draps de lait. Ils ont comme un univers tout entier à eux tout seuls. Le ciel pour commencer. Le ciel et ses rives de nuages éclatés. Les blancs hamacs se berçant d'eux-mêmes et formant de jolis dessins à quelque occasion venteuse. Et puis vient les pensées lumineuses. La pensée a ses terres. Ses propres champs de bénédiction et félicité aux maïs du bonheur.

Ils ont tout, tout pour se plaire ici. C'est un lieu saint. Un lieu de supériorité divine où deux âmes aimantées s'admirent et se câlinent pour un instant de rêve oublié. Pour effacer de la mémoire quelques souvenirs noirs. Pour supprimer avec véracité ces quelques cauchemars hantés. L'un sublime l'autre comme l'autre sublime l'un. C'est un lieu de passion pour deux frère et sœur. Un lieu d'amour aussi. Un miroir enchanté parce qu'au fond, vous avez ce même reflet déformé dans l'eau.

« Tu as mal ? Où ? » fit-elle en s'appuyant un peu plus sur sa poitrine. Ses mots sonnent comme une inquiétude parentale. Ou comme un médecin empathique, soucieux du bien-être de son patient. Peur des conséquences que la maladie peut avoir. Le médecin a peur oui, derrière cette blouse et ce masque. Et ces gants tout gras et plein de sang.

Alors il lui répond que « tout va bien » parce qu'il ne veut pas choquer. Il ne veut pas faire pleurer. Il veut juste apporter quelque chose de bon dans sa propre vie et dans celle d'Ellana. Parce qu'il a peur, lui aussi. De ne plus jamais être à la hauteur.

« puisque j'ai mal partout » et un sourire qui se veut rassurant
« et que mon esprit a l'habitude » et ne parlons pas du corps qui depuis peu se fait tordre de douleur-
cela fait déjà bien longtemps que l'esprit est torturé : c'est une habitude à prendre effectivement.

Mais le corps
a mal depuis peu
ce genre de brûlures sur les bras
et le dos - attenté par un professeur
et ses traits rouges piquant à vif la peau
comme un courant électrique tueur
qui forme un labyrinthe pleureur
sur la peau.

« Mais ne pensons pas à cela. Pensons aux jours devant nous. Olumire. Pensons à ces jours de petite marchande. Pensons à ces jours d'échecs insensés. Pensons à ces heures perdues dans le lac blanc. Pense à toi. A ce que tu peux apporter ici. Et à nous. Bâtisseurs de lien fraternel. Je ne suis pas très bon parleur Olumire... mais ouais, je suis content de t'avoir trouvé ivre dans le couloir, hier. »

Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Vanille Fleury, le  Mar 6 Juin 2017 - 6:09

Comme une cascade vive.
Douce symphonie.
Ses mots m'enveloppent.
Son regard parle.
Et mon cœur écoute...


Entre ses bras rassurant je me perds, m'oublie un peu pour lui porter attention. Parce que j'en ait besoin, que nous en sommes dépendant. Et ce matin, alors que les oiseaux réveillent d'une nuit qui avait pourtant commencer avant le première vers de boisson de la boisson néfaste, je veux être une autre, je veux être là. Même si ma volonté se perd, que mon envie est stupide, je veux pouvoir partager un moment, un instant, une larme mais pourtant... J'ai connu le mensonge, les songes, la tromperie, j'ai vu les parles argentée coulée sur les joues ensanglantées, j'ai entendu les cris, les voix brisées, la douleur et les sanglots étouffés. J'ai perdu une innocence que j'aurais tant aimé garder, me suis plusieurs fois perdue dans une folie qui donnant naissance aux remords, me poursuit encore. J'ai oublié le son de mon rire, la ton de ma voix, pour me transformer en un spectre à l'écho brisé.

Il va bien... Me le dis, je sais qu'il ment, qu'il ne devrait pas mentir, qu'il en a parfaitement le droit. Mais je ne dis rien, je relève pas, me contentant d'enfouir mon visage dans son coup, comme si je pouvais disparaitre, comprendre et être... Mais les paroles cachée ne refont pas surface, par honte ? Par doute ? Par précaution ? Je ne sais pas, ne cherche pas à savoir, je veux juste y croire une seconde de plus, penser que s'il sert fort mes petites mains nous pourrons nous envoler. Rêve insensé, j'y crois quand même, parce que je n'ai plus le choix, qu'il ne me reste plus que ça.

La voix s'élève à nouveau.
J'écoute, sans doutes.
La douleur fait mal.
Mais y penser est douloureux.
Il faudrait pouvoir... Oublier...


Il ne veut plus penser, alors je chasse les sombre idée de ma tête, j'essaie, ce n'est pas simple, mais pour lui, pour une fois, je fait cet effort, pour nous. Il a raison, nous avons tord de penser comme des adultes, nous ne sommes que des enfants, des gamins torturés, sans doute, mais toujours des petits. Et qu'importe l'ivresse qui prend parfois, le flacon s'il faut se l'échanger. Nous jouons un jeu dangereux mais un jeu auquel nous avons puisque nous ne sommes encore que des gamins. Alors comme une enfant je m'assieds, jambes en tailleurs, un doigt passe sur les cicatrices qui les recouvrent puis un haussement d'épaule. je suis une poupée, un pantin lacéré avec lequel on ne veux plus jouer. Mais je suis toujours là, peut-être au fond du grenier, mais je suis toujours là...

Je prend le drap blanc qui cette nuit m'a protégée, avant de délicatement le poser comme un toit au dessus de nous, au dessus de moi. Je crée mon monde sans interdiction, pas de règle pas de lois, ici les enfants seront rois. Regard vers Lombrère, je lui prend doucement les doigts. Moi aussi Lombrère, je suis heureuse, tu sais ? Je n'attendais plus rien de ce soir, mais je t'ai trouvé... Mais quitte à boire, perdons-nous ensemble. Je serais la petit frère, comme une brise, comme un souffle, jamais oppressante mais juste assez pour ravivez le feu et la bougie... Toujours... Les mots doux, qui apaisent, comme je te donne, comme tu me rends. Donner, recevoir... Et puis sans cesse aimer...
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lïnwe Felagünd, le  Sam 17 Juin 2017 - 0:31

Un moment inattendu. Perché d'entre les branches de cette semi-réalité. Et ce monde aussi mystérieux qu'utopique et plein d'espoirs s'élevant comme des nuages dans le ciel blanc des draps aux lavandes. Et cette senteur de rage viscérale. Grande comme une montagne de monument étoilé. Cette rage viscérale de vouloir vivre. Vouloir survivre. Parmi tant d'autres enfants, perdus. Alors cette âme fraternelle à côté de lui, se relève en tailleur comme pour un rite enfantin.

Une mise en sacrifice des pensées
qu'on met de côté en ce nouveau nid
comme une renaissance
comme un phénix
une question d'existence

le cœur enseveli par la souffrance
qu'il perçoit chez sa nouvelle sœur -
qui se croit poupée
poupée de porcelaine brisée
et tailladée par un adulte comme punition

alors que c'est un petit trésor
plein de vie et plein d'histoire
d'envie et de passion cachées

alors que c'est un coffre à jouets
et non pas une seule et unique poupée

alors que c'est une boîte à bijoux
renfermant sérénité espoir juvénile
de diamants oubliés et d'une coiffe perlée.

c'est un rêve un rêve unique
à elle seule, mais elle ne comprend
elle ne comprend pas.

Formant de ses bras, un toit de lait au-dessus de leurs têtes. Pour que plus rien ne tombe. Pour que plus rien ne soit misère et mauvaise ombre. Un toit pour une maison. Leur maison. Leur monde. Savants à l'idéologie édifiante. Home sweet home. Ils étaient chez eux. C'était marqué au fer blanc dans leur esprit. Mais un fer blanc ni brûlant ni glacé. Seulement et simplement tiède. Doux. Apaisant comme le miel. Et que pour une fois, il pourrait y voir un croissant de lune et un sourire solaire.

Et puis une promesse après la sienne. Une promesse miroitée dans le lac aux rivages blancs. Alors il l'enlace derrière son dos. Comme une Olumire et un Lombrère. Qui s'assemblent. S'unifient. Comme une Lumière et son Ombre.

« Si j'avais un pouvoir, j'aimerai... j'aimerai pouvoir te laver le corps.
T'enlever ces cicatrices d'une simple caresse.


et une pensée intérieure...

J'aimerai pouvoir faire de mes mains une crème réparatrice.
De mon sourire un baume au cœur sans paresse. »
fit-il d'une voix légère et sincère
comme perdu dans un rêve éloigné.

Et à côté, une bouteille d'hydromel agrémentée de cerise noire des bois. Apparition soudaine. Comme un souhait satisfait. Comme une comptine bercée. Comme un petit matin, au petit déjeuner. « Une petite goutte ? »

Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Vanille Fleury, le  Jeu 22 Juin 2017 - 9:18

Comme si nous avions pu changer d'univers.
En un instant, un éclair, disparaître de ce monde d'hommes fous bien trop dangereux.
Cachés dans les draps blancs, un secret, un refuge fraternel.
Enlacée entre ses bras, je ferme les yeux.
Mes oreilles se bouchent aux mensonges humains.
Et je me laisser dérivé dans la douceur d'une nouvelle symphonie.
Je ne suis plus seule.

Puis il m'offre des mots, phrases qui viennent délicatement se poser.
Sur mon cœur, mon âme. Et je tourne la tête.
Ma main aux petit doigts d'enfant, couverts d'une peau de bébé encore entière.
Je passe doucement mes doigts sur sa joue.
Le puce revient, repart, comme si j'appliquais une crème au vertus apaisants.
Puis la main descend du coin de l’œil à son cou.
Comme une larme invisible, une douce poussière d'étoiles.
Paume qui se déplace sur son cœur.
Et j'entends les doux battements de celui qui maintient en vie.

Tes mots, Lombrère, tes mots soulagent
tu sais j'avais cessé d’espérer...
Mais tu es là comme hier, fidèle quand vient le petit matin.

Sourire. Silence.
Je veux être...
Je veux être avec ta main dans la mienne,
tes mots posés sur mon cœur...


Puis je lâche tout, recule pour observer
La nouvelle interrogation venue de la soudaine apparition.
Les lèvres s'étirent, nez qui se plisse un peu.
Je prends délicatement le flacon entre mes doigts.
Comme s'il s'agissait d'un trésor inestimable.
Alors ouvert et porté aux lèvres, comme un biberon, gorgées j'avale.
Pas trop, un peu plus, rester lucide, savourer le gout qui s'éparpille dans la gorge.
Un gout sucré, un gout de vie, d'éternité...

Puis je lui remets le liquide.
Un peu gênée de m'être servie ne premier.
La vie prend un nouveau tournant, possibilité de direction
Lombrère, comme l'Ange, comme la Fée, comme tant d'autre.
Qui m'éclaire une voix nouvelle, un chemin dont je ne peux m'écarter.
Je dois poursuivre ma destinée, retrouve la lumière.
Équilibre du parfait mélange, des deux enfants à l'obscurité lumineuse.

La lumière filtre à travers le tissus blanc,
et la douce odeur des plantes est toujours présente.
Émane t-elle également de moi à présent ? De nous ?
Comme si la pièce avait été conçue exprès pour cela,
comme si elle avait pu nous attendre.
En vérité ce n'est guère impossible...

Tout aurait pourtant pu mal finir,
lorsque l'on rentre ivre dans le noir,
les mauvaises rencontrent guettent.
Mais au contraire, j'ai trouvé, je l'ai trouvé,
lui. Qui délicatement me complète.
Sourire aux étoiles...
Merci.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - 1/8 vélane


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Lïnwe Felagünd, le  Lun 10 Juil 2017 - 18:36

Proposer une goutte de ce nectar. Ce délicieux cocktail aux étoiles s'élevant dans le ciel à travers les nuages de soie à trois mille lieux. Proposer d'avaler, ensemble, ce bonheur inespéré. Prendre à deux mains, l'espoir qu'on leur donne, de se retrouver. Ensemble. Pour l'éternité. Garder à l'esprit que leur sang y sera à jamais lié. Une véritable parole pendant qu'elle lui retire délicatement une larme invisible. Une larme de pensée fragile. Douloureuse. Une larme qu'il n'a jamais pu écarter seul. Une larme qui n'a jamais pu voir. Une larme salée au goût de dépression.

Une main complémentaire à sa bouche. Une main au cœur. Le rouvrir, est-il possible de le rouvrir ? Aux autres. A la bonté humaine. Est-il possible de se lever le matin, sans pleurer devant la glace. Sans briser ce miroir. Sans déposer ce masque sur ce visage. Sans se briser les mains contre le mur. Sans baisser la tête. Sans se dire : m*erde, encore une journée...

Sa tête tombant légèrement sur l'épaule de sa nouvelle sœur. Car oui, il l'a adoptée. Sans réfléchir. Sans rien faire que de suivre son cœur. A nouveau. Comme il le faisait il y a bien longtemps. Lorsque les champs de blé étaient roses, le ciel vert et les arbres bleus. Il apprend de nouveau à aimer. « Est-il possible d'avoir le cœur chaud et léger ? » Le sien est triste, froid, lourd et gris.

Une gorgée
supplémentaire
pour mieux faire passer
ce triste passé

maintenant qu'il
a trouvé
une épaule
une âme
du sang

un nouveau corps
une renaissance

un amour
idéal
fraternel

et il aimerait
il aimerait tant
passer toutes
ses journées

dans ses bras
Olumire
Olumire...

« que ferais-je sans toi ? »
maintenant qu'il t'a
que fera-t-il sans toi ?

je crois
je crois qu'il sourit
pour la première fois
depuis tant de matins

je crois que si il y avait
un miroir
craquelé ou sans saleté
il s'y regarderait
et que pour la première fois
il n'éprouverait pas ce
dégoût
pour la vie

que pour la première fois
il voudrait vivre
aujourd'hui.


Je te laisse conclure le RP (on peut le finir comme ça, sur un ton suspensif, ça me va carrément bien! mais je pense qu'on est arrivé au bout du RP pour le coup).

Un énorme plaisir que d'écrire pour/avec toi. C'était génial !
J'espère qu'on se refera ça. (:
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Vanille Fleury, le  Dim 16 Juil 2017 - 10:49

Un lien que les yeux aveuglé de ceux que l'on nome les grands n'auraient pas pu comprendre. Car dépassant toute alchimie, c'est une explosion d'émotion comme de sens, les yeux de ce frère inespéré dans les miens, un cadeau que l'existence apporte en retard, essayant de se faire pardonner de toute les douleurs qu'elle à pu infliger auparavant. On pense qu'il est trop tard, peut-être la partie est-elle déjà perdue, mais pourtant le cœur bat, délicatement, un peu plus vite. Cette nouvelle page de la vie que l'on veut confier à un être qui s'est déjà fait une place au fond de nous, dans un espace que peu peuvent attendre, que certains n'ont jamais pu rêver. Ce matin j'ai voulu, t'ouvrir mon cœur Lombrère...
En grand, tu sais, comme pour laisser passer la lumière, j'ai eu peur aussi, peur d'avoir mal, que le monde s'effondre à nouveau autour de moi sans que je ne sache à quoi me raccrocher, mais je crois, en toi, en nous. Dans un avenir qui se dessine petit à petit au fur et à mesure que mon affection grandit comme une bulle qui petit à petit enfle en moi.

J'ai besoin de retrouver tes bras, de me cacher dans ton ombre, me sentant illuminée de ta lumière. En une poignée d'instant volée à la vie, tu as été pour moi tellement plus que des centaines d'autres, délicat sourire qui étire les lèvres, mon regard s'éclaire, sa tête à chancelé, s'est posée sur mon épaule comme une douce marque de confiance, mes doigts ont caressé sa nuque, entourant son corps comme pour le protéger lui assurer que tant que je serais à ses côtés je ne laisserais rien lui arriver, que même par delà les étoiles je trouverai le moyen de veiller sur lui. Je crois... Le mien est ainsi avec toi.
Une belle affirmation qui fait trembler ma voix, douceur pour chasser la douleur, je ferme les yeux.

Ne laissant rien gâcher ce moment où tous les anges descendent du ciel pour admirer la beauté d'un instant de magie pure.
Les deux enfants brisés unis d'un amour fraternel frôlant le rêve même si pourtant tout est bien réelle.
Pas d'heure, les minutes cesse de défiler, comme si le temps s'était tous simplement arrêter.
Je laisse ma voix tremblante de vérité exprimer une partie infime de cette métamorphose qui m'habite
je t'aime Lombrère un souffle perdu dans les draps blancs
berceau pour les enfants que la vie a voulu faire grandir trop vite
un inavoué secret dévoilé pourtant depuis bien longtemps puis
les yeux se ferment.

Waw ! C'était presque magique...
Oui il faut vraiment continuer ça, merci, merci beaucoup !

[Fin du RP]
Contenu sponsorisé

Secrets et Connaissance - Page 16 Empty
Re: Secrets et Connaissance
Contenu sponsorisé, le  

Page 16 sur 17

 Secrets et Connaissance

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Salle sur Demande-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.