AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 5
Page 4 sur 4
Département de la coopération magique internationale
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Département de la coopération magique internationale

Message par : Evan, Ven 12 Mai - 10:37







LA d'Elly

J'étais perdu. Une âme errante entre deux monde.

Alhena, mère de mes enfants, après qui j'avais longtemps couru, longtemps espéré, sans voir réellement de signes d'elle qui éclairaient mes envies. Jusqu'à cette nuit en Finlande, où je lui avais dévoilé, qui j'étais réellement. Et encore ? Qu'avait-elle apporté cette nuit là ? D'autres questions, d'autres soupçons de flou. Elle me disait tantôt de l'attendre, tantôt de lui courir après, tantôt que je souffrirais, tantôt qu'elle me détruirait. L'impression d'être un pantin dans notre famille décomposée, que j'espérais recomposer...

Et l'autre monde était Elly. Celle qui m'avait aidé à oublier tout le reste. Que j'avais revu bien des années après l'avoir eue comme élève. Je l'avais aidée, je l'avais charmée, et, jusque chez elle, aimée. Elle avait été l'opposé d'Alhena, m'offrant une proximité que je recherchais, une douceur autre, une compréhension autre qui s'était avérée être une souffle d'air sur ma vie écorchée. Comme la balance d'équilibre à ma noirceur.

Et là, ces deux mondes se faisaient face, et le mien explosait en des morceaux irréparables, que je voyais voler sans ne pouvoir les retenir de mes mains.

Ses mots son confus quand l'ascenseur s'ouvre. A-t-elle compris ? Certainement, elle n'est pas idiote. Je ressens sa gêne au point qu'elle amplifie la mienne, et je me retrouvais à errer au milieu d'une escalade de ressentiments que j'avais déjà bien du mal à contrôler. Elle me dit d'y aller seul, alors que c'était elle qui avait tenu à ce qu'on le fasse. Mon sentiment de malaise m'envoya un frisson que je ne pus contenir.

- Ok... Si tu veux les voir vas-y... A plus tard alors...

Des mots mornes lâchés tristement. Je ne savais plus. Qu'étions-nous Alhena ? Dit le moi... Crache le moi au visage si tu le veux. Mais qu'étions-nous à part un espoir après lequel je courrais comme si je voulais attraper un manteau de brume qui ne cessait de s'effacer ?

L’ascenseur s'ouvre. Et c'est qui elle ?

*WHAT ?! Aya ? Que fait-elle là ?*

Je me demande la raison de sa présence. Mais très vite le rideau se tire en même temps qu'elle fait ricocher ses mots. J'écoute ses félicitations qui puent la moquerie à dix lieues. Comment connaissait-elle Alhena elle ? Je lui envoyais un regard surpris, et laissait un salut timide sortir à son attention.

Etais-je la pièce de trop ? Devrais-je partir en courant et tout oublier ? J'avais l'amère sensation qu'il y avait beaucoup de choses qui se jouaient, autre que juste le fait d'avouer, recenser, ma paternité.

- Vous vous connaissez ? lançais-je rhétoriquement à Aya, alternant mon regard sur les deux femmes.

Et comme la cloche qui viendrait faire voler en éclats les dernières fragrances de liberté, me coupant définitivement de l'air qui déjà se raréfiait, il arriva. Lui, je ne sais pas son nom. Son petit frère j'imagine... J'avais oublié son prénom d'ailleurs et j'avais tout sauf envie de m'en rappeler.

J'avais vu Elly qui était partie à sa rencontre, s'accrochant à son cou comme s'il était un porte manteau... Cette image me piqua un peu plus au cœur, me délivrant un sentiment de haine profonde envers cet inconnu. J'avais envie de m'avancer à lui et de lui décrocher une droite dont il se souviendrait.

Le regard qu'elle m'envoya peu après termina de détruire ma journée, comme si un ouragan s'était abattu et avait décidé d'emporter tout ce qui était important. D'un côté j'avais Alhena qui semblait au bord de la syncope et Aya qui était une pièce du puzzle dont je ne savais trop le rôle. Peut-être que je préférais ne pas savoir d'ailleurs. Et de l'autre celle qui avait été ma porte de sortie, mon univers flamboyant ces dernières semaines, que je venais de voir s'éloigner...

Je bouillais intérieurement, à tel point que je ne savais comment réagir. Je ne voulais pas qu'Alhena ni Aya ne répondent à ma question, car je préférais ignorer la réponse. Et je ne voulais pas que l'autre là soit trop proche d'Elly non plus. Grosse ambiance dans le Ministère ! Sortons les saucisses/merguez et faisons un barbec' !

Et voilà que le chevalier servant vient défendre Elly, sortant des griffes menues là où moi je pouvais lui sortir les crocs et éviscérer sa carcasse au point de faire un collier avec ses organes et d'éparpiller ses membres aux quatre coins du Ministère... Il était hors de question que je laisse partir Elly ainsi, sans lui donner un semblant d'explications. Et s'il fallait pour ça que je lui refasse sa gueule d'ange à l'autre, je ne m'en priverais pas.

Alors je m'approchais d'eux, fixant le présumé petit frère droit dans les yeux avec un air de défi qui voulait lui dire "Joue pas au con avec moi petit, il y a des feux qui brûlent plus que d'autres." Sans un sourire, je m'adressais à lui avec un ton parfaitement anodin qui n'exprimait aucune rage bien que j'avais envie de le dégager bien comme il faut.

- Une réunions de crise ? Ok... Avant cela, je vous l'emprunte pour lui parler un peu. Et tant pis si ça dérange quelqu'un... Je me retournais alors vers Elly, affichant une mine désolée. Tu veux bien m'accorder un peu de temps ?

Elle me fit un signe de tête en guise d'approbation, et je m'écartais alors de quelques mètres, histoire de pouvoir parler à la belle sans que qui que ce soit entende, et surtout pas l'autre qui se prenait pour je ne sais qui. Elle me rejoignit peu après, et je la dévisageais un instant, voyant ses yeux légèrement humides que j'avais envie d'assécher de ma main. Je m'éclaircissais la gorge avant de lui parler d'une voix dans laquelle devait se ressentir ma gêne.

- Hey...

Je posais ma main droite sur son épaule, comme pour la réconforter, et je reçus un regard plein de haine de sa part, me rappelant la première fois que j'avais voulu nouer un contact avec elle. Comme si j'étais redevenu ce parfait inconnu et homme qu'elle méprisait sans le connaître, qu'elle souhaitait que je ne la touche plus. Je laissais une longue expiration sortir en embrassant ses yeux des miens.

- Je suis désolé... Sincèrement... Je ne savais pas comment te l'apprendre, comment te le dire... Bien que clairement, je n'imaginais pas le faire comme ça ! pouffais-je un instant comme pour essayer de faire redescendre la pression. Je ne me voyais simplement pas te l'annoncer pendant notre dîner... C'était... Tellement merveilleux cette soirée avec toi... Je ne voulais pas tout détruire en t'annonçant que j'étais père de trois enfants... Je ne le sais moi-même que depuis peu de temps...

Je me taisais un instant, le visage fermé, envoyant mon regard vers les autres protagonistes. Il y avait le type là, qui semblait ne pas quitter Elly des yeux, peut-être que si je les lui arrachais que ça me soulagerait d'un poids... Et Alhena et Aya non loin, dont je ne pouvais m'empêcher d'imaginer qu'elles avaient été proches, tant l'ironie de l'arrivée d'Aya m'avait sauté aux yeux. Je reportais alors mon attention sur Elly.

- Ma vie est très compliquée ces temps-ci... Je ne cherche pas d'excuses... Mais ce que tu as appris là, au final j'avais l'intention de te le dire plus tard... Mais ça n'enlève rien à ce que j'ai pu te dire ou à ce qui a pu se passer entre nous... J'espère juste que, avec le recul, tu sauras me donner le temps de t'expliquer plus en détail...

Je déposais alors un baiser sur son front, furtif, avant de me retirer sans qu'elle ne puisse me repousser. Et je la laissais là, passant devant l'autre type, retournant près d'Alhena et Aya et tant pis si elles m'avaient vu. Je n'étais plus à une tempête près, un peu plus ou un peu moins de poussière sur ma journée ne changerait pas grand chose au point où ça en était.

- Bon, du coup je vais signer les papiers seul si j'ai bien compris ?

Je fuyais le regard d'Alhena. Je ne pouvais m'empêcher de dévisager Aya. J'avais connu la jeune femme en tant qu'élève, et avait partagé une longue conversation avec elle autour de deux bouteilles de whisky. Manquerait plus qu'elle m'annonce qu'elle et Alhena étaient ensemble, et cette journée finirait de m'achever. J'avais envie de partir, de m'enfuir, loin de l'Angleterre. Aller dans un pays où je pourrais tout déverser, ma colère, ma haine, mes doutes, mes peines. Oublier cette journée où tout venait de s'écrouler...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Département de la coopération magique internationale

Message par : Alhena Peverell, Sam 13 Mai - 18:42


LA d'Aya-Evan

C'était un jeu entre la terre et le ciel
Elles s'étaient amusées à penser que le monde pouvait être parfait
Les minutes tangent et se suspendent dans le vide, pourtant l'histoire est déjà finie
Vous gravitez autours du mensonge, de ce moment où vous n'avez jamais voulu sortir la tête hors de l'eau
C'est plus facile de vivre dans un rêve

_________________Say something, I'm Giving up on you, disent ses yeux


Ta respiration se coupe. Ta chair frisonne avec la sienne
Le monde est mort avec toi
Bienvenue dans la réalité étrangère

Et ses iris t'assènent une gifle mentale,
crève
_________________J'ai chopé la vie et toi la haine
_________________________Pourquoi ?

Dis-nous Alhena, pourquoi tu ne dis rien ?
N'était-elle pas toute ta vie ? N'était-elle pas celle qui t'avais poussé au dessus du précipice
Vous marchez sur une corde invisible qui se craquèle sous vos pas
Alors tu t'es mis à courir et elle t'a prit la main pour aller encore plus loin

Tu t'apprêtes à dire quelque chose, mais on retient ton attention, là au loin, un baiser
Une énième cicatrice qui se rajoute au tableau
Tu comprends
Ta main se resserre et la détresse envahit le corps
Et Elle, elle comprend à son tour
Tu reviens à Vénus, ta chair tremble
Perdu
Tu as tout perdu

Seul un souffle s'échappe de tes lèvres
Tu voudrais l'embrasser mais tu ne peux pas
Votre bulle a déjà éclaté

Puis
Un cri intérieur, un silence impuissant
qui fait taire les plus grands
Attends
Non
Tu ne sais plus quoi penser, ta gorge se dessèche et tu voudrais juste hurler
faire exploser le ministère entier
Tu la regardes alors qu'Il revient
Pardon
Tu n'es même pas foutue de me retenir
Et ta main se lâche
Parce qu'elle est comme le vent
Impossible à attraper
Que tu ne lui appartiens pas et qu'il n'en est pas autrement pour elle.
Alors l'acide amer se dessine. Il est temps de jouer à autre chose. Tu sais que la rancoeur et la haine prendra le dessus sur votre couple. Tu sais que l'auto-destruction vient d'être mis en place et que la roue s'est remise à tourner.
Jamais rien vu d'aussi mortel que ses tirs au hasard

Elle part
avec ta passion

Le coeur déchiré tu te tournes vers lui. Tes pensées s'envolent en mots. Tu es au bord du gouffre, peut-être que tu es déjà tombée après tout ?
Tu t'approches
Va crever, résonne le regard de Elle
Tu erres au milieu des êtres froids, sans aucune protection, sans une autre avec qui tu pouvais regarder les autres de haut
Alors tu ne fais que cracher un venin

Il semblerait que tu ne me respectes pas assez pour être vrai, Lival.
Je ne suis pas un jeu.
Je ne suis pas en bois.
Moi aussi je ressens, peut-être beaucoup trop pour que je l'avoue.
Mais je suis bien humaine, faite de chair et d'os.
Et je n'ai pas menti, je n'ai pas fait semblant contrairement à toi, parce que je t'ai respecté et je t'ai repoussé.
Tu m'as prise pour acquis cette nuit là, tu as capté des lèvres que tu pensais tiennes.
Alors après tu as voulu jouer avec le feu,
Cela se voit dans tes yeux,
Cela se voit dans tes gestes,
En quelques secondes, il ne faut pas être merlin pour comprendre que
Tu l'aimes elle.
Et je ne suis que pantin,
Femme du passé qui a donné vie à tes enfants.
Non, mes enfants.
Rien d'autre.
Juste un mirage, un miroir brisé.

Et tu viens de gâche mon existence

Les gestes accompagnent les paroles. Tu récupères les actes de naissance. Un dernier regard aux gens, tu ne veux plus jamais les croiser ou alors tu feras tout pour les battre à mort. Salive amère, tu ravales ta colère envers eux. Tu observes la porte du bureau non loin. Ta main hésite entre une gifle et l'indifférence
Tu choisis alors de tuer avec d'autres mots
Puisque tu n'as su en dire aucun auparavant

Tu n'es pas prêt. En fait, je commence à croire que tu ne le seras jamais. Peut-être même que c'est mieux comme ça. Ne t'approche plus jamais d'eux, ils ne sont pas des jouets mais des êtres vivants.

Elles ont échoués, Ils ont trébuchés, tu t'es butée à un mur
Tu la hais d'être ici, tu le hais d'être lui, tu te hais d'avoir à choisir
Parce que tu sais déjà comment va se terminer l'histoire
et tu ne veux pas la perdre
Tu ne peux pas
Parce qu'elle est celle qui t'aide à
respirer

Adieu
Meurs
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-garou
Legilimens



Re: Département de la coopération magique internationale

Message par : Aya Lennox, Mar 16 Mai - 10:24


Tout déglinguer
tout envoyer bouler, du revers de la main.
L'envie de pleurer, chouiner,
gorge nouée
palais sec.

Vous me dégoûtez.
Je le vois, dans son regard, qu'il ne comprend pas.
Qu'il ne sait pas, lui non plus.
Qu'elle ne lui a rien dit.

Je vois dans ses yeux l'étonnement. Je vois la réaction brute à ma moquerie.
Je vois le créateur de Ses mensonges. L'Homme pour qui elle va sûrement me quitter un jour ou l'autre.

Parce qu'on y retourne toujours. On replonge toujours dans la gueule du Loup
et tu le sais.

Je pensais, et mes mots sont secs à la question d'Evan.
Es-tu si aveugle que ça ?
__C'est pour ça que tu vas me quitter, Alhena ?

Est-ce que c'est ça, l'Amour & la Violence ?
La Colère & le Dégoût ?

Si c'est ça, alors je n'en veux pas,
je n'en veux plus.

Ce Nous a fait bien des malheureux.
Et aujourd'hui, c'est moi qui bouffe le sol.
Ne me relève pas.

Elle se tient là, face à moi, et quand je la regarde, je vois venin dans ses yeux. Le mien coule entre mes crocs, je serre la mâchoire. Avaler.
Partir.
Les mots font mal Peverell, encore plus lorsqu'on ne pensait jamais les entendre.
L'idée qu'elle puisse être mère, qu'elle ait enfanté la vie
me débecte d'un coup.
La plus belle chose qu'elle ait pu faire devient colère à mes yeux.
Passé mes nuits à retracer les courbes de l'amour sur ton ventre
pour finalement me retrouver là ;
à me demander
pourquoi.

Je sais, que tu voudrais parler.
Je sais que tes yeux me crient d'attendre,
de ne surtout pas me retourner.
C'est le cri des condamnés
des sans cesse
abandonnés.
Comme toi et moi.
Mais
Non. et
Tu n'es même pas foutue de me retenir.

Encore une fois mes tissus se serrent.
J'aimerais ne pas me retourner. Rester.
Lui arracher la joue, la battre à mort de me faire ça
et de ne rien dire pour m'obliger à rester.
Elle préfère me regarder partir, bourrasque fragile. Comme si j'étais faite pour ça, partir et toujours abandonner.

Alors crie, crie ta haine
crie ta p.tain de rancune. Le cri que tous les enfants capricieux ont toujours poussé.
Retourne-toi et frappe le sol, laisse-toi rouler.
Tu ne peux faire que ça. Crier ta haine, ta déception, ton chagrin amer
tous nés de ton absence de soupçons.
Il fallait la croire, au moins elle et tu l'as fait.

Et aujourd'hui mon f.utu cœur tombe en poussière entre ses doigts.
Tu ne le sais pas encore.
Mais un jour, toi aussi elle t'abandonnera.

Il est revenu et j'ai envie qu'elle le blesse.
J'ai envie qu'il sache, ce que ça fait.
De se sentir trahi, blessé.
Comme la blonde qu'il a rattrapé.
Que du bonheur.

Se barrer, faire virevolter les jambes, ne pas s'excuser.
Ne pas s'excuser d'être en colère. De juste vouloir tout plaquer.
Je vous hais tous, allez crever.
Planètes, astres, corps célestes, corps chauds de vie.
Je vous souhaite tous d'imploser, comme ma chair qui s'épaissit, mes tissus en nécroses.
Vous m'avez volé un semblant de bonheur et l'avez mâché jusqu'à la bouillie.


Aya est partie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis Lhow
avatar
Auror
Auror
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Département de la coopération magique internationale

Message par : Artemis Lhow, Mar 30 Mai - 18:09


Alors que je m'apprêtait à partir en compagnie d'Elly qui semblait s'être mise en de bien beaux draps. N'ayant eu le temps d'esquisser le moindre geste, l'homme qui se trouvait en compagnie des deux autres femmes s'approcha de nous et m'adressa un regard qui avait tout pour me déplaire. Quant à ses propos, je lui aurai bien fait ravaler ces derniers à coup de baguette dans le nez si Elly n'avait pas acquiescé avant de s’éloigner avec lui.

Pour qui se prenait-il celui-là à me parler ainsi au beau milieu du ministère ? Avait-il seulement conscience de là où il se trouvait et des gens qui l'entouraient ? Une simple phrase aurait suffit pour qu'il se retrouve au trou et lui se pointe la bouche en cœur en me signifiant très clairement d'aller me faire voir ? Mon sang bouillonnait déjà en mes veines mais il ne fit qu'un tour lorsque cette pourriture posa sa main sur l'épaule de ma belle. Il semble partir dans un long monologue et plus celui-ci dur, plus mon sang bouillonne... jusqu'à ce qu'il dépose sur son front un unique baisé avant de s'en détourner.

J'explose intérieurement, littéralement. Alors qu'il me passe devant, l'envie m'est forte de lui tordre le cou, mais ignorant royalement ce dernier, je me retourne vers Elly, des envies de meurtres à l’esprit. Alors qu'elle reviens vers moi, son regards est éteint, comme mon cœur qui ne bat plus. Posant doucement ma main sur son bras, je l'entraine au travers de couloir loin de cet amas d'infâmes êtres quelques simples mots passant au travers de mes lèvres.

« Je pense que tu as certaines choses à m'expliquer ... »

Artemis et Elly quittent les lieux

Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Département de la coopération magique internationale

Message par : Evan, Mar 6 Juin - 16:42







Parfois, un choix change un monde, lui donne l'énergie nécessaire pour qu'il avance, pour qu'il s'écrive. Celui que j'avais fait en était un, en me rapprochant d'Elly. J'avais trouvé cette oxygène nécessaire pour avancer, aussi mon choix de lui promettre des réponses était une évidence.

Évidemment, Alhena avait pas été joyeuse dans l'affaire. La vérité était que je m'en foutais. J'écoutais à moitié ses mots sans la regarder, je me doutais bien qu'elle n'aurait pas compris mon geste, alors à quoi bon. Qu'elle s'en aille. Je m'inquiétais davantage du loustic qui semblait un peu trop protecteur envers Elly.

Alhena me fit des sermons avant de se barrer, merci d'être venue, bonne journée à toi aussi. Au revoir et à jamais comme on dit ! Pis Aya qui semblait ne pas tout comprendre non plus partit aussi, après quelques préventions qu'elle m'envoyait. Si bien que je me retrouvais un peu seul comme... Comme un con.

Car de l'autre côté y avait ce type, le brun là que je connaissais pas du tout, mais juste le fait qu'il était proche d'Elly me faisait ne pas le piffrer. Genre s'il pouvait y avoir une coupure de courant quelques secondes et que tout soit plongé dans le noir, j'en profiterais pour le tuer discrètement.

Car je le regardais là, s'approcher d'Elly comme s'il était celui qu'elle voulait. Cette idée même me donnait envie de le refroidir sur place et de sauter à pieds joints sur son cadavre pour lui dire que jamais il ne l'aurait pour lui tant que je serais là. Que je me battrais pour elle et que s'il était en travers de mon chemin, il risquait d'y passer.

Je me voyais bien lui refaire la tronche, même à mains nues, lui faire ravaler ses dents, le démolir, savoureuse pensée. Pour qu'il se tienne loin d'Elly. Je les observais s'en aller, mon regard sur la belle que j'espérais revoir rapidement. Et lui, si je le croisais en dehors du Ministère, il avait pas intérêt à me chercher... C'est sur cette pensée que je quittais à mon tour les travées du Ministère.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Département de la coopération magique internationale

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 4

 Département de la coopération magique internationale

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 5-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.