AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le CrocoDeal du moment :
Etui de protection pour iPad
Voir le deal
15 €
-27%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer Alienware M15 – (15,6″ – 16Go RAM ...
1599 € 2199 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle
Page 56 sur 56
Table Gryffondor
Aller à la page : Précédent  1 ... 29 ... 54, 55, 56
Lola Panetta
Gryffondor
Gryffondor

Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Lola Panetta, le  Mar 6 Fév - 3:34

Who I am
Je marchai dans les couloirs et me rendis dans la Grande Salle où pleins d'élèves étaient déjà installés. J'avais tenté de trouver le calme dans la Salle Commune mais impossible de travailler tranquillement. Et je n'avais aucune envie de me retrouver à la bibliothèque à cette heure-ci. J'avais donc décidé d'aller à l'endroit où personne ne me remarquerait.

Je m'approchai de la table des Gryffondor et m'assis sur un bout de banc où personne ne me dérangerait.
Je sortis de mon sac un parchemin, une plume et un encrier.

Tout d'abord, je ne sus quoi écrire.

Comment parler à quelqu'un qui n'est même plus vivant ?

Mon père m'avait envoyé maladroitement un hibou qui me disait que cela aurait été bien si je pensais un peu à ma mère. Si je cessais de me morfondre sur mes soi-disant ASPIC's dont je n'espérait plus beaucoup de bonnes notes. Que j'étais meilleure que je ne le pensais et qu'elle aurait aimée être là pour me le dire d'elle même.

Maman... Maman pourquoi es-tu partie ?

Pourquoi nous as-tu laissée ?

Pourquoi m'as tu laissée moi ?

Qu'ai-je fais pour que tu m'en veuilles à ce point ?

M'en voulais-tu d'avoir quitté le cocon familial pour ce monde étrange et mystérieux dont tu ne connaissais rien?

Es-ce donc pour cela que tu es partie ?

Où d'ailleurs ?

Où ?

L'on m'a raconté des tas de choses. Comme quoi, si tu étais partie, c'était parce que tu étais malade. Puis, l'on insinuait que tu avais été empoisonnée.

Ta mort avait été si brusque, si soudaine, que toute la famille en a perdu la tête. Surtout Papa. Papa a été tellement triste qu'il ne m'envoyait plus aucune nouvelle pendant sept mois. Sept mois où je n'ai pu savoir ce qu'il se passait dans le monde Moldu (ou votre monde comme tu le disais si bien), que par les journaux sorciers.

Avant de mourir, tu m'as parlé de Grand-Mère. Grand-Mère ? Je ne t'avais jamais entendue parler d'elle.
Mais j'ai demandé à des amis à Grand-Père ainsi qu'à tes amis d'enfance. Mais aucun n'a pu m'en dire plus.

C'est le vieux Caporal Shwarz qui m'en a parlé. Il est venu à la maison pendant les vacances parler avec Papa. Et c'est là, lorsqu'il m'a vue, il a prononcé ce nom: "Azalïa..."
Je lui ai demandé de qui il s'agissait et il m'a parlé de Grand-Mère. C'eût été une grande femme, avec un coeur d'une immense bonté.

"Bien que j'eusse connu plus d'un Homme bon, m'a-t-il dit, Azalïa était sûrement la plus belle, la plus altruiste des femmes de ce monde, oh ça oui! Et... Et tu lui ressemble tellement..."

On aurait tout aussi bien pu dire qu'il avait vu un revenant !
Il m'a ensuite raconté que toutes sortes de choses étranges arrivaient à Grand-Mère. Que sa vie avait été comme magique... Comme magique ?

Maman? M'aurais-tu caché des choses ? Ce n'aurait pas été la première fois mais j'aurais aimé en savoir plus...



Voilà ce que je devais écrire. Et je l'ai écrit. Je l'ai fait. Je lui parle. Car j'ai besoin de lui parler. J'aurais tant aimé voir sojn visage une dernière fois...


Je soupirai et posai ma plume, attristée. Je n'en montrais quasiment rien pourtant...
Et j'essuyai une larme qui avait coulé sur ma joue...


Codage par Libella sur Graphiorum
Regulus McKerrell
Regulus McKerrell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Regulus McKerrell, le  Mar 27 Fév - 15:44

Regulus était installé dans la grande-salle depuis maintenant assez longtemps pour avoir l'impression que le bois du banc entamait son fondement. Bien que d'un naturel chaleureux et parfois même apaisant, ce lieu présentait un inconfort certain pour qui y faisait une demi-journée de présence sans penser à se lever. Si le gryffondor ne se remuait pas, ne serait-ce que pour soulager son anatomie douillette, c'est parce qu'il était concentré à un devoir et qu'il s'était juré de le terminer. En soit, il n'était pas si compliqué ni long mais ce n'était pas la grisaille qu'affichait le plafond magique qui allait décupler la motivation des élèves. Un coup on trempe sa plume pour gratter le papier avant de faire disparaître les mots récemment apparus sous les ratures, un coup on bat la mesure avec ses doigts sur la table jusqu'à ce que le regard irrité d'un voisin nous fasse cesser et enfin on farfouille dans le courrier qu'un hibou nous a parachuté sur la tronche il y a de cela quelques heures déjà. Une fois ce cycle achevé, on le recommençait autant de fois qu'on le trouvait nécessaire pour faire passer le temps.

Et le temps passait. Le travail lui n'avançait pas et semblait abandonné. Regulus aurait eût du mal, à ce moment précis, à vous dire de quelle matière il avait hérité la corvée tellement il s'en était éloigné. Il leva brièvement la tête quand une élève s'installa au bas bout de la table et la regarda déballer ses propres affaires. Il fit un effort considérable pour redresser son dos voûté pour jeter une œillade à l'ensemble de la table et le rouge et or se rendit compte que tout le monde était occupé à quelque chose, qu'il ne se trouvait pas une seule personne à déranger et qu'il avait fait le tour des distractions à portée qui ne bouleverseraient pas sa flemme en lui demandant de se lever.  
Sur un si triste constat, il fût obligé de se pencher sur sa besogne qu'il acheva laborieusement, en s'essoufflant à chercher un livre dans son sac, sans même avoir cure du rendu sale et désorganisé de sa feuille. Ceci dit, vous saluerez les mains de cet élève qui pour une fois ne se retrouvent pas pleines d'encre. Cela tombe d'autant mieux que sa flemme n'aurait pu souffrir l'utilisation d'un Tergeo. Là-dessus Regulus se mit en marche vers la sortie, ayant préalablement jeté méthodiquement ses affaires dans son sac.

Il s'arrêta tout de même à la vue de la gryffondor visiblement sa cadette qui essuyait une larme ayant coulé sur sa joue. Se sentant trop optimiste pour croire que l'on ne pouvait remédier à la tristesse d'un autre par moins que quelques paroles, Regulus s'arrêta à côté  de ladite élève. Il fit un effort pour que sa voix ne traîne pas comme elle en avait l'habitude et:

"Qu'est-ce qui ne va pas ?"

Certes, ces phrases toutes faites que l'on sort quand quelqu'un ne va pas bien souffrent d'un cruelle carence en originalité mais ont de le don d'être claires. Il fallait juste prier pour ne pas se faire rabrouer trop sèchement, après tout il n'y avait peut-être là qu'une larme égarée. À voir.
Lola Panetta
Lola Panetta
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Lola Panetta, le  Sam 3 Mar - 11:34



Lola fut sortie de ses pensées par un jeune homme qui se plaça derrière elle en disant.

"Qu'es-ce qui ne va pas ?"

Elle se réprimanda elle-même de n'avoir su cacher ses larmes et se tourna vers l'élève derrière elle. Elle vit ce garçon  de trois ans de  plus qu'elle. Il était grand, brun et avait déjà une barbe qui devait être piquante.

Lola tourna son parchemin pour le cacher des regards indiscrets et sourit au Gryffondor tristement.

Ses yeux bouffis la trahiraient, mais comment était-elle censée faire autrement ?

Pleurer comme une première année et chercher le réconfort ? Impossible. Elle avait grandit. Fini le temps où l'on pouvait se jeter dans les bras des septième année parce qu'on était mignons. Fini le temps où celui-ci paraissait long. Aujourd'hui, tout n'était que course. De la Salle Commune aux salle de cours.

Malgré l'épanouissement que la jeune femme trouvait dans ce paradis qu'était Poudlard, elle ne ressentait plus rien. Plus rien depuis que sa mère... Depuis que... Non. Ne pas y penser. Garder cela pour soi. C'était ce qu'elle se disait.
N'en parler à personne et se laisser emporter par le vent.

Des moutons, il fallait être un mouton.

Lola regarda le jeune homme dans les yeux et répondit avec un sourire :

"Non non... Ca... Ca va !"

Sa voix se cassa à la fin de la phrase et elle dû se mordre la lèvre pour ne pas pleurer.

Le sang coula dans sa gorge et dissuada ses larmes d'affluer.

Elle laissa ainsi sa lèvre fendue.

Souffrir lui faisait du bien. Etrange ? Non. Sa mère avait souffert elle aussi. Elle se disait que souffrir à sa place était une bonne chose. Son cancer l'avait ravagée. En deux mois elle était partie. En deux mois sa voix douce ne résonnait plus dans la maison. En deux mois le coeur de son père avait été brisé.
Regulus McKerrell
Regulus McKerrell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Regulus McKerrell, le  Lun 5 Mar - 16:53

Elle avait dissimulé un papier à la vue de n'importe quel œil se baladant trop près et lui avait sourit comme un enfant qui voudrait cacher un secret. Ç'aurait pu faire sourire Regulus si cet "enfant" n'avait pas les yeux gonflés et ne semblait pas lutter contre quelque chose. Le gryffondor ne fut pas totalement surpris par la réaction de sa condisciple. On a tous des choses à cacher et on se voit toujours mal afficher ses émotions quand on entend faire croire que l'on est inébranlable et que l'on peut encaisser à volonté. Mais si l'on n'a plus la force de se retenir, il est évident que les choses ne vont plus depuis quelques temps déjà, puissiez-vous le dire aussi haut que vous croyez nécessaire pour vous en convaincre. L'air de tristesse qui avait accompagné la phrase sûrement destinée à faire lâcher l'affaire au jeune homme sentait plus l'abattement que le petit chagrin et cela, tout le monde aurait pu s'en rendre compte.

Il prit la liberté de s'installer à côté d'elle en laissant une distance respectueuse d'un bon bras et en se jurant d'y aller doucement. Il était assez bizarre de constater que Regulus avait l'air de redouter ce qui peut advenir. L'éducation dispensée par une mère mijaurée, psycho-rigide et un père orgueilleux et hautain jusqu'au pot-de-chambre ne préparait pas aux démarches de compassion, de compréhension de l'autre ou -pire encore- d'entraide. Mais maintenant qu'il est dedans, autant faire au mieux.

"Loin de moi l'idée d'être contrariant mais tu le caches très bien."

La remarque sortie d'elle-même avait des airs de pique. Elles généralement inconnues pour le réconfort qu'elles prodiguent. Il pesta silencieusement contre le bout de cervelle chargé de contrôler sa parole et poursuivit.

"Si tu me disais ce qui ne va pas ?"

C'est à peu près là qu'il se rendit compte qu'ils ne se connaissaient pas et qu'elle n'avait aucune raison de lui répondre -sinon celle de se décharger d'un poids- et que l'on pouvait assez facilement juger culotté de se faire la Mère Thérésa d'une minute. Il garda tout de même une mine confiante, c'était bien le meilleur moyen d'être convaincant.
Lola Panetta
Lola Panetta
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Lola Panetta, le  Ven 16 Mar - 20:49



La tentative de dissimulation de sa peine n'avait certainement pas fonctionné. De toute façon, il est impossible de dissimuler la perte. Il est impossible de rester fort lorsqu'on ne vit plus qu'à moitié...

Le Gryffondor s'assit à côté d'elle et Lola se concentra sur une fissure dans le bois de la table afin de ne pas le regarder.

Des souvenirs lui revinrent en mémoire. Un coin de cour. Des enfants âgés d'au maximum 10 ans. Tous la regardent. Des larmes coulent sur ses joues. Elle a un oeil au beurre-noir. Ils s'enfuient. Une femme approche. Elle reste debout face à la petite fille et la toise.

"Pourquoi pleures-tu ? Rien ne sert de pleurer voyons. Arrête. Tu es faible Lola. Tu es faible."

Ces mots résonnèrent à ses oreilles. "Tu es faible"... Serait-ce avoir mal, avoir peur, être faible ?

"Oui je suis faible"pensa-t-elle"Etre faible... est le pire des fléaux... Je... Je ne dois pas être faible...

Alors que la jeune fille se concentrait pour rester forte, elle entendit son voisin lui parler d'une voix se voulant douce.

"Loin de moi l'idée d'être contrariant, mais tu le cache très bien."

Elle ne répondit pas. Elle serrait les poings, se mettant de l'encre sur les doigts. Elle fixait encore cette fissure lorsqu'il lui dit.

"Si tu me disais ce qui ne va pas ?"

Lola leva vers son aîné ses yeux imbibés de larmes puis baissa les yeux en regardant ses mains, fragiles et délicates comme celles de sa mère. Elle regarda fixement l'alliance de sa mère qu'elle avait gardée.

"J'ai... J'ai perdu ma mère l'an dernier... D'un cancer... Je... Non... Laisse tomber... Je ne sais pas pourquoi je te racontes ça... Je suis trop faible... C'est tout..."

Elle se retourna vers la table, croisa les bras et posa sa tête dessus. Embêter les autres avec ses problèmes n'était certainement pas la meilleure solution...
Regulus McKerrell
Regulus McKerrell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Regulus McKerrell, le  Mer 21 Mar - 18:04

Regulus la regardait faire. D'abord elle fuyait son regard puis elle consentit à lever les yeux vers son voisin qui cessa de la fixer, ne souhaitant pas l'intimider ou donner une impression d'insistance. Les mirettes du jeune homme remarquèrent un anneau, une alliance. Il allait de soi qu'elle n'était pas mariée, aussi l'objet piqua sa curiosité. Il ravala les questions qui lui étaient venues jusqu'au bout de la langue, retenues de justesse, qui auraient le faire passer pour plus intrusif qu'il ne l'était.
Le rouge et or écoutait avec attention et patience les propos de la jeune fille qui annonçaient des faits bouleversants et même dévastants, pour n'importe qui et avant tout les concernés. Cela expliquait qu'elle prenne le temps ou même qu'elle ait hésité à se livrer. Car à l'évidence elle n'avait pas déchargé son cœur de son plus gros tourment depuis une bonne année. Ou alors pas assez. Elle avait fait preuve d'une telle retenue, tout ce temps ? Il était évident qu'il serait malvenu de saluer cette performance, même sur le ton de la plaisanterie. Le plus surprenant, et même percutant au sens de Regulus, c'était qu'elle soit à ce point convaincue de sa faiblesse. Qu'y a-t-il de concevable dans le fait de taxer l'expression sincère de la tristesse provoquée par la perte de la personne la plus précieuse à vos yeux, de faiblesse ? Le regard des autres n'a pas lieu d'être une priorité dans cette situation.

"Je suis désolé pour ta mère, vraiment. Mais, je ne crois que tu sois faible."

Excessivement humaine peut-être ?

"C'est normal que tu sois secouée. Personne ne reste insensible -ou fort, comme tu veux- face à la mort. On n'y est pas préparé."

Il la regarda, la tête sur les bras, peut-être en train de dissimuler quelques autres larmes ou pour tenter de faire lâcher l'affaire à Regulus. Il décida de lui laisser quelques secondes de réflexion en se demandant ce qu'il ferait si sa propre mère venait à décéder. Il afficherait un espèce d'abattement d'usage en présence des endeuillés mais la vieille peau ne mérite rien de sincère, non. En fait, à bien y réfléchir, elle pourrait partir sans faire trop de désordre dans le cœur de son aîné.
Lola Panetta
Lola Panetta
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Lola Panetta, le  Mer 9 Mai - 8:55

"On y est pas préparé..."
Non, Lola n'avait jamais été prête à voir sa mère étendue paisiblement dans un cerceuil, être emmenée dans un incinérateur, puis à avoir dans ses mais un pot de verre contenant les cendres de son corps.
Elle n'avait pas pleuré, elle savait que lorsque l'on blessait le corps, l'âme restait intacte. Sa mère était toujours là.
Sa famille l'avait insultée d'insensible car elle souriait lorsde la cérémonie, que sa mère soit en paix.
Mais avec le temps, la tristesse et le manque prenaient le dessus. Son père ne faisait plus rien. Il ne vivait plus. Il allait au travail, rentrait, dormait. Mais lorsque sa fille était là, il cachait tout ça en lui disant qu'il était heureux pour sa femme et pour Lola qui grandissait et devenait intelligente, belle, mature et surtout forte d'esprit.
Par moment, il disait "elle ait fière de toi mon étoile..."

Lola releva la tête et la tourna vers Regulus, les yeux baignés de larmes.

[b]《Je ne sais plus comment faire... Mon père... Mon père se meurt et j'ai mal...》 [b]

Puis elle sentit ses larmes couler, sans pouvoir les arrêter.
Que pouvait-il bien penser d'elle...
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Ulysse Daiklan, le  Mer 20 Juin - 19:19

RP unique pour l'Ordre du Phénix
Suite d'ici
Suite ici

Puis recommencer. Encore, toujours plus.

Écraser, puis s’avancer, dans les dédales du château. Jusqu’à la grande salle. Je leur fait confiance mes p’tits lions, pour voir tout ça. Pour en parler et créer l’émeute. Cette fois, la cape d’invisibilité, prêtée par ma donneuse de mission, est de mise. Vérifier que personne ne soit là. Puis pousser la grande porte.

Là où j’ai l’habitude de manger, de voir l’effervescence. Cette fois nul ne prends de plaisir, vu que je suis seul. L’envie de me poser sur un banc, et réfléchir à ce que j’ai vu de multiples fois, dans cette même salle. Il est loin le temps de l’insouciance et de mes onze ans. Je faisais des sorts et de la magie, pour mieux y croire. J’ai dix-sept ans, et je fais des sorts, de la magie, pour ce en quoi je crois.

Je me lève, collant l’affiche au cœur de la table des lions. Le Aranea Telam et l’Atshum Draconis toujours de mise, je regarde encore une fois l’affiche qui traînait dans mon éternel sac de cuir. La seule chose qui me réchauffe le cœur contre le reste qui me le plombe. Quand ceux en quoi tu crois, est en contradiction avec ce que tu veux être.


Mais tant pis, c’est nécessaire. Même si l’excuse est le pardon, les actions restent les mêmes. Remettre le tissu, et repartir, ailleurs. Demain matin, nul ne pourra passer à coté de la table des Gryffondors.

Demain matin, ceux des autres maisons qui rejoindrons notre table.

Je ne leur dirais rien.

Même si c’est mon rôle, rétablir l’ordre. L’Éphémère a un but. Demain matin, encore.

Je fermerais les yeux.


Hors-RP:
 
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Lizzie Cojocaru, le  Mer 20 Juin - 23:21

Post unique en réaction à l'affiche (1/3)

Honnêtement, Poudlard, ce n’est plus ce que c’était. De mon temps, on voyait les couloirs grouiller de petits badges pour faire les fanboys des Mangemorts, et maintenant, officiellement, on propagande pas, officieusement, y a des flammes qui flambent tous les quinze jours. C’est plutôt amusant, en vrai. Mais bon. Cela me met dans une position intéressante. Je l’aurais peut-être pas reconnu toute seule, moi, le Morgan. Faut dire qu’il se ressemblait pas à lui du tout. Mais y avait eu une lettre, une lettre qui disait tout, et du coup je me léchais les babines en songeant à tout ce qui allait changer.

Juste pour clarifier : non, je ne me réjouissais pas du fait que mon colocataire ait probablement été torturé par l’Ordre Noir. Pas du tout. C’est un p’tit c*n, mais il m’est sympathique quand même. La vérité, c’est qu’ici, ce n’est pas une affaire personnelle. C’est une affaire idéologique. Ils ont commis l’erreur de vouloir prouver l’étendue de la méchanceté des Mangemorts, et pour cela, ils ont mis en péril l’identité de l’un des leurs. C’est plutôt triste. J’espère qu’il était d’accord avec les affiches, au moins. Qu’il était réellement l’un des leurs. Sinon, c’était une exposition juste complètement inconsidérée.

De toute façon, moi, j’étais pas là pour juger. Juste pour exécuter. J’avais pioché dans la réserve de Polynectar, parce que c’est clairement utile pour les petits copains, et je m’étais habillée d’un visage inconnu. Petit ajustement d’uniforme, et j’étais à présent un mioche de cinquième année, super mignon, super chaton. Mais avec la même panthère tapie à l’intérieur. Lorsque j’avisais la table de ma nouvelle maison, je reconnaissais l’une de ces foutues affiches, et lui préparais un petit sortilège.

Son installation était des plus astucieuses, et j’étais curieuse de savoir qui l’avait mise en place. Ceci dit, je ne comptais pas la retirer ou la faire disparaître, non. Seulement porter une information à la connaissance du monde. Et laisser les rumeurs et les Aurors faire le reste. Terminant mon affaire, je disparaissais dans l’oubli, prête à endosser une nouvelle identité.

Table Gryffondor - Page 56 LdxAj
Elhëna Felagünd
Elhëna Felagünd
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Elhëna Felagünd, le  Lun 3 Déc - 14:04

DES MILLIERS DE REGARDS ET UNE SEULE MAIN
— pv. Evan.

/!\ CONTENU SENSIBLE /!\

Mes doigts tourmentés s'agitent délicatement autour du verre. Un jus de de grenade - oui. J'apprécie plus particulièrement ce fruit exotique depuis mon réveil. J'aime sa couleur écarlate qui me rappelle celui du cœur. La passion au bout des lèvres pulpeuses. Le goût étranger à mes papilles d'enfant, j'ai l'impression de pouvoir rêver quelques instants. Et mon cerveau est une bombe à retardement. Une bombe. À retardement.

Un tic-tac horriblement familier qui résonne en permanence dans ma tête mécanisée. Un mal de crâne qui en deviendrait presque lassant. Je n'en peux plus. Je dors deux heures par nuit, et je n'ose sortir de mon dortoir endormi. Deux heures par nuit, c'est le temps que je mets à me réveiller. C'est aussi l'unique moment de calme que j'ai dans la journée. Partout où je vais, les gens me regardent et j'ai ce sentiment d'être détestée. On ne me lâche jamais du regard. Je sens leurs yeux me violer. — Mon fauteuil roulant sur le côté, je me sens seule. Éperdument seule.

Lïnwe me parle d'une certaine Wildsmith qui me sera probablement indispensable dans quelque temps. Alors je lui souris, parce que je sais qu'il se donne du mal pour que j'aille mieux. Seulement, je ne suis pas certaine que ce soit la bonne solution. Mais je lui souris, parce que je ne veux pas le vexer, lui faire du mal. Il a souffert - lorsque je n'étais plus là. Et maintenant que je le suis, j'ai peur d'avoir commis la plus grosse erreur de ma vie.

Pour bien comprendre le personnage :
 
Evan
Evan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Evan, le  Jeu 13 Déc - 22:01




Des milliers de regards et une seule main...
With Elhëna


LA d'Azenor, tu as le miens Linou Wink

TW : Contenu sensible

~

Le monde tourne, inlassablement. Pour tous, il est composé de choix et d'épreuves. Certaines d'entre-elles détruisent par la douleur, façonnent un monde bien différent de celui connu, fade, insipide, dans lequel l'on se sent dès lors prisonnier. Alors que certains choix eux, dénotent d'une volonté de combattre, de surmonter toute forme de souffrance, de peur, devant une abnégation sans faille, pour donner de nouvelles couleurs enchantées à la vie.

J'avais tenté de me suicider deux fois, j'en savais quelque chose. La douleur dans le corps, dans l'esprit, qui hante encore et encore dès lors que le jour se lève, ou qui empêche de dormir au point d'en avoir des cernes énormes sur la gueule, je connaissais par cœur. C'était bien des années de ma vie. Et je remarquais que dès lors que le bonheur me fuyait, cette pente douloureuse revenait sans cesse faire tourner son aiguille dans les limbes de mon esprit.

Mais si j'avais appris une chose derrière les ombres muettes qui guettent tout penseur solitaire, c'est que peu importe à quel point la vie nous fait parfois tomber plus bas que terre, qu'il y a toujours des Demain qui reviennent avec la saveur d'un soleil, des sourires qui viennent recomposer le tableau fragmenter de l'être, quand bien même la saveur d'avoir tout perdu peut avoir tout remué en nous.

J'avais touché le fond, et j'en étais revenu. Et j'avais revu le bonheur.

Alors, quand j'ai su par Azénor qu'une élève en fauteuil roulant allait intégrer l'école, je m'étais tout de suite proposé pour l'aiguiller, pour être là afin d'accompagner quelques un de ses pas (bon ses roues pour le coup xD), et mettre tout en œuvre pour lui donner confiance en elle dans cet univers qu'elle n'accepterait peut-être pas totalement.

Je n'avais pas tous les détails, je ne savais pas comment elle en était arrivé là, je savais juste qu'elle était la sœur de Lïnwe, brillant élève de Gryffondor que j'avais toujours respecté. Une chose était sûre, je n'appréhendais pas du tout la rencontre, bien au contraire. Je ne serais ni là pour la prendre de haut, encore moins exprimer de la pitié envers elle. J'essaierais de l'aiguiller, de l'aider du mieux que je peux, simplement. Avec mon vécu et mon présent toujours tourmenté, je ne pouvais que la comprendre, quand bien même elle ne verrait pas au premier regard que mon corps comporte bien trop de cicatrices pour que mes sourires ne soient pas emprunts d'une part de douleur.

J'avais gagné la grande salle dans mon accoutrement de professeur, et ne tardais pas à apercevoir l'élève qui tenait un verre entre ses doigts comme si elle y jetait ses pensées et fuyait ce qui l'entourait. J'allais naturellement vers elle, m'arrêtant à ses côtés, lui tendant une main amicale accompagnée d'un sourire tendre.

«Bonjour ! Elhëna j'imagine ? Evan Lival ! Je suis le professeur de Métamorphose de l'école ! Je me suis proposé pour t'aider à prendre tes marques dans l'école, à t'intégrer comme il le faut ! Et je pourrais même t'aider en magie si besoin ! » terminais-je avec un sourire plus enjoué encore.

J'allais m'asseoir face à elle, scrutant un peu son visage aux joues creusées, qui criait à sa place un manque réel d'activités. Son regard qui semblait plus peiné que souriant, comme si ce qui la rattachait à la réalité était un mince fil qui se perdait parfois au gré des émotions quotidienne jusqu'à disparaître et faire qu'ils n'étaient habité d'aucun éclat. Si autant son état physique me faisait me sentir impuissant sur ce qu'elle avait pu vivre, je restais confiant que n'importe qui dans ce monde pouvait devenir un grand sorcier et s'en sortir s'il se donnait les moyens d'y arriver. Et je comptais bien tout faire pour qu'elle aussi soit de ceux-là.

« Pour commencer, as-tu la moindre question, sur moi ou sur l'école ? Ou toute autre chose même ? »
Elhëna Felagünd
Elhëna Felagünd
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Elhëna Felagünd, le  Sam 5 Jan - 18:55

DES MILLIERS DE REGARDS ET UNE SEULE MAIN
— pv. Evan.

Je me perds un instant dans les reflets du verre, ne prêtant plus attention aux horribles gens qui m'obsèdent. Je me dis qu'un jour, tout redeviendra normal - c'est le seul espoir que j'ai pour avancer. Le seul. Alors je n'ai pas le choix, je dois y croire. Je dois croire aux mots de la Directrice. Elle m'a beaucoup parlé, la dernière fois. Elle a pris du temps pour moi et ça m'a fait du bien pour la première fois. Je n'étais pas rassurée. Mais déjà soulagée. Soulagée de ne plus me croire seule, perdue dans les méandres d'une réalité trop binaire pour moi.

Sur le côté, une voix m'interpelle. C'est un grand homme brun qui m'accoste comme si j'avais fait quelque chose de mal. Je ne fais que respirer et je ne parle à personne d'autres ici qu'à Lïnwe, Miss Benbow et le petit garçon de Serdaigle. Mais je remarque bien vite qu'il veut m'aider. Je soupire un instant, non pas de déception mais de tristesse. Il connaît mon nom. Mon nom. Il connaît déjà mon nom alors que lui, je ne le connais absolument pas. Je n'ai encore vu aucun de professeurs et eux, ils me connaissent tous. Je ne connais aucun de ces élèves et eux, me regardent tous. Ils savent qui je suis. Je suis la fille au fauteuil roulant. J'aimerais tant être aussi populaire que mon frère avec son association, plutôt que d'être ciblée de doigts incorrects comme une victime. Oui, je vous assure. Il doit y avoir une étiquette sur mon front.

— Merci Monsieur. Euh... Je ne sais pas quoi répondre. Que dois-je apprendre ? Si ce n'est tout, de nouveau ? J'ai à la fois des tonnes de questions, que je n'arrive pas à poser. « Suis-je la seule ici à... à être comme ça ? » mes derniers mots avaient été susurrés, comme une langue en panique.

HRP : tu as aussi mon LA, évidemment ! Désolé pour cette attente, mon activité devrait revenir davantage au cours du mois.

Evan
Evan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Evan, le  Lun 14 Jan - 21:58






L'Espoir. S'il est une chose que l'on peut voir en chaque être humain, peu importe sa condition, homme, femme, enfant, qu'il soit noir, blanc, asiatique, l'espoir est un sentiment autant porteur que fédérateur, autant transcendant qu'il peut être destructeur. Mais, toujours, il a le mérite d'être là pour aider à avancer, parce que dès lors qu'il n'y a plus de lueurs d'espoir à accrocher aux branches monde, le monde devient désenchanté.

Et c'est ce que je voyais, là, naviguant au fond de ses prunelles mystérieuses que je croisais pour la première fois, quelques gouttes d'espoir qui flottaient au milieu d'une mer nuageuse dont j'ignorais autant l'étendue que la noirceur réelle. Et, si ma vie avait été un bien trop long chemin entre l'Espoir d'un côté et le Chaos de l'autre, je me promettais pour elle, de faire en sorte de la transporter sur l'autel du premier afin qu'elle ait toutes les chances de son côté pour réussir dans l'école et même après cela.

Il n'y a que ceux qui cessent de croire en leurs rêves qui ne les réalisent jamais, que ceux qui baissent les bras qui n'ont plus la force de se battre.

J'étais intimement persuadé que je pourrais lui être d'une grande aide, du moment qu'elle ne me ferme aucune porte, mais il fallait pour cela que je gagne d'abord sa confiance, et j'étais prêt à lui faire entrevoir certaines de mes blessures pour pouvoir découvrir un peu plus l'horizon nébuleuse des siennes.

Je saisis dans sa voix hésitante, dans la latence suspendue à ses lèvres, une certaine froideur aussi bien palpable que logique, d'une distance certainement apposée comme barrière de l'esprit après son accident. Pourtant, mon regard ne cille pas, je la fixe, habillant mes lèvres d'un parfum de sourire léger, jusqu'à ce qu'elle n'abatte une question terminée à demi mots, me faisant pencher la tête sur le côté pour lui offrir mes émeraudes intriguées. Je murmurais.

« Comme quoi ? Comme une élève pouvant apprendre et sortir diplômée de cette école ? Comme une sorcière en devenir avec pour seules limites celles que tu t'imposeras ? Si telle était ta question, alors la réponse est non, vous êtes toutes comme cela. Il n'appartient qu'à nous de se donner les moyens de se battre sur tous les aspects de la vie. Maintenant, si part comme ça, tu entendais ton état, qui, pour moi n'est rien d'autre qu'un facteur superficiel qui n'entrera jamais en ligne de compte dans tout ce que je pourrais t'apprendre, oui, tu es la seule. Est-ce que ça me fera avoir de la pitié pour toi ? Clairement pas. On porte tous un fardeau sur ses épaules. Certains sont plus lourds que d'autres, mais je n'ai ni à te favoriser ni à te rabaisser. Je suis là pour que tu aies toutes tes chances, comme pour chacun des autres élèves de l'école. Et si on doit travailler des points plus longuement tous les deux pour que tu y arrives, on le fera. Mais n'oublie jamais qu'à mes yeux, tu es toute autant capable en magie que n'importe quelle personne dans cette école, y compris moi. La Volonté est la seule valeur qui fait la différence. Maintenant... »

Je marquais une brève pause, comme espérant la voir sourire après mes mots destinés à lui redonner confiance en elle. J'imaginais qu'à sa place à son âge, j'aurais certainement passé plus de temps à broyer du noir qu'à me nourrir des branchages de l'optimisme, pour autant, je m'étais promis de ne pas la laisser sombrer à cette facilité. Et si un seul élève osait se moquer d'elle en ma présence, il servirait d'exemple... Sortant de ma pensée, un mince sourire fleurit à mes lèvres avant que je reprenne.

« Maintenant... J'aimerais que tu me parles un peu plus de toi... Car au fond je ne sais presque rien... Tu peux me parler de n'importe quoi, de ta vie d'avant, de tes passions, de ce que tu aimes faire, de ce que tu voudrais faire aussi... Mais, surtout, j'aimerais que tu me dises quelles étaient tes prédisposition magiques avant ton... Accident... » Légère hésitation, puisque je n'étais pas certain au fond de ce qui l'avait amenée dans le fauteuil. « Et comment tu appréhendes tout ça aujourd'hui... Et, hésite pas à me demander quoi que ce soit, même si tu trouves cela stupide... Je suis là pour t'aider... »
Elhëna Felagünd
Elhëna Felagünd
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Elhëna Felagünd, le  Mar 29 Jan - 16:36

DES MILLIERS DE REGARDS ET UNE SEULE MAIN
— PV. EVAN.

Je lève la tête. De tous les regards que j'ai croisé, le sien était le plus complexe et le plus honnête à la fois. Ampli d'une bonté profonde. Il n'y avait pas de pitié comme pouvait l'avoir Madame la Directrice. Il n'y avait pas de préjugé. Pas de culpabilité ni de peine. Pas de sarcasme. Pas de regard coupable. Pas de dégoût ni de déception. Il n'y avait que cette bonté obscure dans ses iris rayonnantes. Il ne me prenait ni de haut ni de bas ; ne me désignait guère du doigt ; ne me mettait aucune étiquette ; ne me rangeait dans aucune catégorie pré-établie.

Il n'y avait que l'élève et le professeur. Deux êtres humains au milieu d'un brouhaha étudiant. J'en avais oublié un instant les coups de fourchettes discriminatoires et les regards hideux tournés vers moi. Et il y avait là quelque chose de rassurant. Pour la première fois depuis mon réveil, je fus rassurée. C'était comme si je franchissais le seuil de la maison et que toutes les mauvaises choses de la vie restaient sur le pas de la porte.

Je ne sais pas si c'est le manque de volonté qui me veut inquiète quant à mes capacités mais peut-être le manque de convictions. Il y avait là, une nuance à saisir. Si seulement ils pouvaient tous êtres comme lui. Si seulement l'existence ne se réduisait qu'à certaines bonnes notions. L'amour, le bonheur, la liberté, la loyauté et l'altruisme.

Le professeur Lival me pose alors la pire des questions possibles aujourd'hui. Devant des dizaines de regards qui flanchent au millier. Je me sens soudainement mal à l'aise. Comme prise de panique muette. Mes mains tremblent sous la table. J'essaie de comprendre. De me souvenir. De parler. Mais ces têtes autour de moi m'angoissent au rythme de l'horloge. — Qu'est-ce que j'aimais faire, avant ? Comment étais-je ? Lïnwe dit qu'on était toujours fourrés ensemble. Il y a, à la fois, beaucoup trop d'émotions, beaucoup trop de vestiges mémoriels qui agressent mon crâne fragile et un trou noir géant, béant - dans cette fissure temporelle.

Je bredouille quelques mots incompréhensibles... je ne sais même pas si j'étais performante à l'école, avant. « Je n'ai fait que deux ans et un trimestre à Poudlard pas de quoi être réellement capable de produire de la vraie magie. Je recommence une vie avec vous, Evan. Je recommence une vie. Je repars de zéro.

Evan
Evan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Evan, le  Mer 27 Mar - 15:08






Navré pour le retard




Je ne savais pas comment faire, au fond, il n'y avait pas de manuel spécifique pour aiguiller quelqu'un qui avait perdu et oublier une part de sa vie. Aussi, le naturel était le seul que j'avais sorti, que je voulais lui montrer, car elle comme n'importe qui, devait avoir droit à autant d'attention que faire se peut. Mais je ne savais pas finalement, si je n'allais peut-être pas trop vite à me lancer dans mes longues tirades optimistes.

Même si c'était dans mes fondements, et que peu importait à qui j'avais affaire, d'un bouffon emmerdant comme Azaël jusqu'à elle, là, devant moi et perdue entre deux mondes, je restais le même et armé de l'intime conviction qu'avec quelques encouragements je pouvais insuffler une volonté à cet autre pour qu'il en devienne capable de déplacer des montagnes.

C'est lorsque l'on prend confiance en soit et que l'on découvre qui l'on est vraiment, que l'on accepte qui l'on est, que les barrières volent en éclats et que le monde redevient plus beau. Que le soleil caresse le visage et en trouve une nouvelle odeur, que les nuits se colorent de rêves de renouveau et donnent à l'éveil au chevet de l'aube, un sourire rempli d'envies retrouvées.

C'est tout ce que j'espérais, voulais, pour la demoiselle face à moi. Si j'arrivais à lui redonner le sourire, et l'envie de croire en demain, alors je ne doutais pas un seul instant qu'elle serait tout autant capable que les autres pour accomplir de grandes choses, peut-être même plus.

Et là, à la regarder, c'est ce que je voyais. Pas une élève en fauteuil roulant au visage creusé par ses propres tourments. Par un visage dépourvu de sourires car tous enfouis au fond de coffres scellés par son esprit. Mais une élève pouvant devenir brillante au même titre que n'importe qui. Et je l'imaginais un instant professeure plus tard, ou Auror. Allez savoir. Les seules limites que nous avons après tout, ne sont-elles pas celles que nous nous imposons ?

Rapidement, je vois que mes mots et mes questions semblent devenir une amphore dans laquelle elle se sent enfermée, comme si elle se battait pour reconstituer le puzzle de sa vie, ou qu'elle n'y arrivait pas tout simplement. Je patientais pourtant, ne lui demandant pas d'arrêter, voulant la voir essayer d'affronter un peu ce qui lui faisait mal. Car même si ça devait être une douleur mentale pour elle, elle ne pourrait qu'en ressortir plus forte si elle était capable de juger ses peurs ou ses démons les yeux dans les yeux.

Finalement, ses lèvres s'entrouvrent pour laisser quelques mots fragilisés, comme si elle se réfugiait derrière après avoir accepté d'avoir perdu le combat que j'avais fait naître avec mes questions. Se plaçant à un nouveau départ après une évocation de passé magique très furtif. Je lui souriais, voyant derrière l'effort que je lui avais demandé une projection de sa part que je sentais nourrie d'une gorgée d'optimisme.

« Je vois... On va la recommencer ensemble alors ! Il n'y aucune raison que tu ne te sentes pas chez toi ici ! Et je vais tout faire pour ! Si certains élèves ont su poser quelques difficultés à l'école, la majorité ne mord pas, du moins je crois, j'ai un doute pour les Serpentard ! » fis-je avec un léger rire, dans le but de la détendre un peu.

« Tu sais, il n'y a ni âge ni condition pour apprendre la magie. Si tu n'as plus de souvenirs de tes deux premières années, on pourra réviser les bases, ce n'est pas un problème ! On pourra voir ça en dehors de tes cours si tu veux ! »

L'apaiser, ne pas la presser, qu'elle se sente en sécurité pour réapprendre à son rythme était le plus important. J'imaginais que le temps passé dans le coma devait être encore bien présent dans sa tête, et il ne fallait pas qu'elle se mette trop de pression sur ses épaules en comparaison avec les élèves qui n'avaient loupé aucune année.

«Tu veux aller redécouvrir une partie du château en en faisant le tour ? Ou tu as envie de voir tout autre chose ? Envie d'essayer de voir ton niveau en sortilège peut-être ? »

Sourire greffé sur le visage, j'espérais réveiller sa curiosité ou son intéressement. Même si elle avait peut-être simplement envie de ne rien faire pour ce jour-ci. Mais il fallait bien commencer à prendre la vie des bons côtés, même si elle ne les voyait plus vraiment, et pourquoi pas directement aujourd'hui ?
Elhëna Felagünd
Elhëna Felagünd
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Elhëna Felagünd, le  Dim 7 Avr - 21:40

DES MILLIERS DE REGARDS ET UNE SEULE MAIN
— PV. EVAN.

Je pense fort à Lïnwe. À ce qu'il a fait pour moi. Ce qu'il a pu faire et ce qu'il n'a pas pu faire. À ce qu'il m'a dit. Ce dont il a m'a mis en garde. Ce dont il ne me dit pas. Il pense beaucoup à ma place, alors que j'aimerais penser pour moi-même. Je ne sais comment lui dire.

Je pense parfois aux souvenirs échappés de mon passé. Ma mémoire flanche comme une ruche d'abeilles sur sa pauvre branche. Et quand je souhaite y voir plus clair, il y a comme un gros bourdonnement dans ma tête. Alors, je m'étourdis sur mon siège, ou mon banc.

Je pense aux mots du professeur qui résonnent dans ma tête cristalline. Je vois alors une grotte immense, rocailleuse et avec un lac au bout. On entend les gouttelettes de mon cerveau ricocher contre les parois.

Contrairement à ce que laisse supposer Evan, je ne crois pas que tous les élèves soient aussi bienveillants qu'il ne l'est avec moi. Beaucoup d'entre eux ont peur, me rejettent instinctivement ou par méfiance, me méprisent ou ricanent sous mes yeux. La faiblesse des Hommes commencent à l'âge adolescent, je le remarque de jour en jour.

Je ne remercierai jamais assez l'enseignant de me soutenir ainsi. C'est important pour moi, que quelqu'un d'autre que mon frère s'occupe, ou se soucie de moi. « J'aimerais pouvoir poser un diagnostique sur ce que je sais faire. » Ce sera bien plus efficace que le procédé inverse. Et j'ai le choix, pour une fois. J'ai le choix. Enfin.

NOTE HRP : t'as mon LA pour bouger ! Elhëna préfère donc tester ses pouvoirs plutôt que de faire un tour.

Contenu sponsorisé

Table Gryffondor - Page 56 Empty
Re: Table Gryffondor
Contenu sponsorisé, le  

Page 56 sur 56

 Table Gryffondor

Aller à la page : Précédent  1 ... 29 ... 54, 55, 56

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.