AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac
Page 44 sur 45
Promenade au bord du Lac
Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 43, 44, 45  Suivant
Azénor Philaester
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor

Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Azénor Philaester, Lun 27 Fév 2017 - 22:59


wow ahoké


J'ai entendu dire un jour, qu'on peut entendre son âme si on ferme les yeux sur le monde et qu'on s'apprécie soi-même. Maman me disait toujours que l'important, c'était ce dont je me croyais capable. Que le regard des autres n'était qu'illusion dans un désert ardant. Ils ferment les yeux. Et au son de ma voix ils s'abandonnent. Très vite je les sens apaisés, plongés dans leur propre atmosphère intérieure. Et moi je les regarde du coin de l’œil, observe leur froncement de sourcils, leur pincement de lèvres. Tout ce qu'ils m'avouent sans mot, et sans le vouloir.

Plongés dans leurs intérieurs le plus profond, je ne me permets pas de m'y introduire. Je me contente de les regarder, un sourire aux lèvres. Le soleil couchant, entre rose et orangé, la Lune ne vas pas tarder à prendre la place de l'Astre de feu. Le vent souffle doucement sur nos peaux à nues. Et je me mets à genoux devant ce paysage féérique. Des plaines à l'horizon, et un espoir qui renaît de ses cendres. Je croise les bras, inspire un bon coup. Je ne ressens pas la fraîcheur de la brise glacée, trop occupée à alterner mon regard entre mes élèves et l'au revoir du Soleil.

J'ai rarement John dans cet état là. Je crois que ça a marché, ou que c'est en train. Je crois que tranquillement il est en train de trouver ce qu'il cherchait. Une sorte de paix intérieure. Et peut-être qu'il s'est trouvé lui-même. Je me souviens ne pas avoir compris ce qui m'étais arrivé. J'y étais juste...Arrivé. Je m'étais retrouvée nez à nez avec mon alter égo. Et je ne me suis jamais sentie aussi pure et apaisée. Je n'étais plus moi mais lui, nous ne faisions qu'un et l'harmonie était si charnelle que j'avais l'impression d'enfin me sentir libre. Mais John, peut-être lui a réussit la première étape. Trop de questions qui hantent les pensées. C'est compliqué de s'en détacher. Surtout quand on est du genre à prévoir.

Et le petit ange. Les yeux fermés elle pense elle aussi. Mais que voit-elle. La liberté? L'inverse. Ressasser le passé ça ne sert à rien. Mais c'est pas comme si on pouvait s'en empêcher. Et puis il n'y a rien de plus présent que le passé. Que vois-tu petite Alice. Arriveras-tu à te défaire de cette emprise qu'est la folie qui t'as rongé. Nous sommes des mains tendues. Mais c'est à toi de dire non. C'est à ton tour de contrôler. Alors prend l'emprise sur ton esprit et écrase les trous noirs. Souris comme tu en as envie. As-tu réussis toi petit aigle, à faire le vide dans ton petit esprit amoché par l'expérience?

Chacun leur tour, ils ouvrent les yeux. Je les accueille avec un sourire complice. Je les regarde successivement. Cela fait quelques longues minutes qu'ils sont plongés dans leur trouble intérieur, si bien que la lune pointe enfin le bout de son nez, haut dans le ciel. Je les sens sonnés, comme s'ils avaient découvert quelque chose à quoi il ne s'attendait pas. Et j'en suis curieuse, je voudrais savoir, ce qu'il s'est passé. John sursaute, étonné, et Alice ne fait pas un bruit. Chacun sa façon de réagir face à la rencontre. Mais ce n'est que le début. Et à en croire leur réaction, je crois que c'en est un parfait. Je sens en eux la possibilité d'aller très loin. Je sens de la motivation, de l'envie, de la persévérance. Et je serais l'épaule sur laquelle ils pourront s'appuyer.
Un large sourire aux lèvres, je les regarde chacun leur tour, j'attends des réponses. Puissent-ils savoir comment mettre des mots sur ce qu'ils viennent de vivre.
- Alors, racontez-moi.









Revenir en haut Aller en bas
John McGrath
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : John McGrath, Jeu 2 Mar 2017 - 21:37


Il n'y a qu'un pas entre la réalité et le songe. Vous savez, cet infime mouvement qui nous fait traverser la barrière de l'impossible. Là, où nous créons non plus avec nos mains, mais avec notre esprit affuté. Sans limites, sans restrictions. Un monde où nous sommes maîtres des étoiles tant enviées. Un monde où braver le mystère des profondeurs océaniques est accessible à chacun. Là où nous pouvons nous perdre à tout jamais et se sentir chez soi malgré. Votre Monde. Notre Monde. Bien entendu, il s'agit des Songes.

Parfois, les Songes deviennent nos ennemis et nous privent eux aussi de contrôle. Nous plongeant dans les abysses et nous privant de la création suprême. Là où notre esprit est torturé, nos rêves le seront également. Pour être fort et vivre d'Espoir, il faut à tout prix être maître de son esprit et ne jamais abandonner son travail d'artisan de l'imaginaire. Les choses peuvent mal tourner, mal se passer, mais vous êtes seuls maîtres et tous ont la force de se rapproprier ce qui leur revient de droit.

Vous connaissez à présent la vérité. La véritable force de John. C'est un Rêveur, par conséquent un Créateur. On ne naît pas meneur, on ne naît pas fort. On se façonne nous même au fil des ans. Notre forge doit toujours être un endroit de chaleur, où l'on peut se revigorer. Ne vous laissez pas brûler par la difficulté de la tâche. Jamais.

Qu'avait-il réellement vu ? Comment pouvait-il l'expliquer ? C'était à la fois très personnel et confus pour lui-même. Il avait senti cette sensation. Qu'il cherchait tant, qu'il voulait tant mordre à pleine bouche. La Liberté. Bien sûr, il ne pouvait qu'être hagard. Voulant y retourner, continuer de raviver ce souvenir si proche. Cette sensation d'accomplissement. Mais il n'y était plus. Après tout, il y avait un certain danger et pour aller plus loin, il avait besoin d'apprendre, s'exercer. Maîtriser son fort intérieur.

Bien sûr, il était troublé. Jamais il n'était allé aussi loin. Il aurait aimé. Mais sans les mots et la présence d'Azénor, la chose n'aurait jamais pu être possible. Alice. Alice y était elle aussi pour quelque chose. Le jeune homme avait envie de bien faire, pour pousser celle-ci à s'améliorer elle aussi et donner le meilleur de soi-même. Aussi étonnante que la chose pouvait paraître, John comprenait assez bien les gens. Même s'il avait un mal fou de tisser de véritables liens avec qui que ce soit.

Il fallait de toute façon se lancer. S'il voulait donner l'exemple, il fallait y aller jusqu'au bout. Tâchant de sourire, même si ce sourire était dénué d'arrogance, mais plein de simplicité franche, il n'y avait pas non plus de taquinerie ou farce dans sa voix.

- Comment décrire un truc comme ça...

Il passa les deux mains dans ses cheveux désordonnés, essayant en vain de les plaquer en arrière.

- C'était... J'ai senti quelque chose. Quelqu'un ? Je n'ai pas pu le voir, ni vraiment comprendre ce que c'était. Mais c'était là. C'était là et ça voulait faire partie de moi. Comme si... J'avais deux moi en moi !

Un rire. Il se sentait presque bête.

- J'en sais trop rien. P'tet une silhouette vague puis... Je sais pas pourquoi... J'étais en forêt, chez moi et... Comment dire ça. Non mais j'vais trouver ! Les couleurs... Certaines couleurs, sont disparues, c'était super bizarre, je me fiche pas de vous !

Comme s'il venait de se souvenir de ses manières habituelles, il y avait presque une note de crainte dans sa voix, comme s'il redoutait qu'elles ne le croient pas.

Le voilà qui fronce un peu les sourcils, l'air presque boudeur.

- Commencez pas à sourire bêtement, ou je vous lâcherai pas de tout le mois !

La simili menace semblait être destinée à Azénor, on savait jamais à quoi s'attendre avec elle, dans la tête de l'Irlandais.
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Alice Grant, Sam 4 Mar 2017 - 10:55


Apparemment, John aussi est sorti de la torpeur. Il semblait tout aussi hébété... pour un premier exercice, c'était déjà quelque chose. T'as l'impression d'avoir décollé, d'être partie loin, loin, très loin, et en même temps que tout était juste à côté de toi. Non, en toi. Alors les vérités étaient simplement en nous? Il suffisait de les affronter? Une chose est sûre, sans les deux rouges et ors, elle n'aurait jamais osé se rendre dans les tréfonds de son esprit. Mais ce qu'elle y avait trouvé... n'était pas si mal. Elle rassemblait le moindre détail de ce qu'elle avait ressentit et vu, afin de ne rien perdre, comme quand on sort d'un rêve qu'on ne veut pas oublier. Pas de Pays Imaginaire. Pas de trace de lapin, de lièvre, de papillon, de chenille ou même de loir. Non, rien de toute cette illusion. Il y avait les questions sur ses valeurs. Sa personnalité. Puis, il y eut quelque chose, derrière la porte lumineuse... quelque chose qui se tenait là, tout au fond d'elle... qui semblait l'appeler...

Azénor vous sourit. Ah, ça, oui, elle pouvait sourire. Elle venait de leur faire vivre quelque chose d'unique, d'indéfinissable, comme trop étendu pour poser des mots dessus... voyons... subconscient? Vérité? Facette cachée? Son petit "palais mental", tu l'avais déjà vu, dans tes délires, mais jamais aussi organisé, jamais... avec la porte. Dans le couloir, ou d'habitude il n'y avait rien. Rien d'autre que le haut plafond, ou le sol bas, et les murs, décorés de tes rêves les plus enfouis. Peut-être avait-elle toujours été là. Mais, en tout cas, c'était la première fois que tu la voyais. La porte, la poignée dorée, et surtout, la lumière. Sans parler de ce qu'il y avait derrière...
- Alors, racontez-moi.

Tu laisses le gryffondor s'exprimer le premier. Après tout, t'as toujours l'angoisse d'être la seule à avoir simplement halluciné, une fois encore. Mais, tu sais bien que cette fois, ça n'a rien à voir avec ce qu'il reste de ton grain de sel... Il sourit, mais sans animosité.
- Comment décrire un truc comme ça...
La question était partagée. Ses mains rencontrèrent sa tête.
- C'était... J'ai senti quelque chose. Quelqu'un ? Je n'ai pas pu le voir, ni vraiment comprendre ce que c'était. Mais c'était là. C'était là et ça voulait faire partie de moi. Comme si... J'avais deux moi en moi !
Il rit. Tu ricanes légèrement toi aussi. T'as la même impression, qu'il y a quelque chose d'énorme derrière la porte, quelque chose d'aussi grand que toi au moins. Qu'il n'y a pas qu'une simple petite pièce. Mais tout un univers. Dominé par une présence.

- J'en sais trop rien. P'tet une silhouette vague puis... Je sais pas pourquoi... J'étais en forêt, chez moi et... Comment dire ça. Non mais j'vais trouver ! Les couleurs... Certaines couleurs, sont disparues, c'était super bizarre, je me fiche pas de vous !
... Bon, apparemment, lui aussi en avait vu, des choses. Qu'est-ce que t'es contente de ne pas être seule à faire l'entrainement! Et, lui non plus n'avait encore pas beaucoup d'idées sur l'animal... il semblait avoir peur d'être... ben, comme toi, pris pour un dingue.
- Commencez pas à sourire bêtement, ou je vous lâcherai pas de tout le mois !
Tu t'empresses de le rassurer.
- Non, t'en fais pas... j'ai... j'ai sentis quelque chose, moi aussi.
Tu repenses aux émotions rassemblées il y a quelques instants.
- C'était... lumineux... enfin, dans un endroit lumineux. Et ça m'attirait vraiment... à l'inverse, ça m'appelait. J'ai pas vu grand chose à part ça, sinon, juste une plume... attendez.
Tu fermes les yeux, tente de te remémorer l'aspect.
- Une plume noir, je crois. Peut-être avec des reflets... enfin, c'était assez... impressionnant. Comme si ça avait toujours été en moi... mais que je ne l'avais jamais vu.
Tu souris, passe une main gênée derrière ta nuque, regarde Azénor et John à tour de rôle.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Azénor Philaester, Mer 8 Mar 2017 - 1:14



Le rouge c'est rouge. Ah oui c'est ce que l'on croit. Mais peut-être que les yeux bleus voient ton vert en jaune mais qu'ils appellent cela du vert alors que les yeux marrons voient le vert en vert alors qu'il est leur rouge, mais que tu appelles cela du vert. Alors comment peut-on être sur de ce qu'on voit.

Des non-dits, du langage corporel, non verbal. Bien plus vrais que la vérité elle-même. Les enfants sont confus, un peu perdus, dans le même état d'après la clarté. Ils viennent tous deux tout juste de découvrir une petite parcelle de qui ils sont vraiment. Ils viennent de voir la lumière qui les sauvera de l'obscurité de la vie extérieure, fourbe et intransigeante.

John se confesse, tentant de décrire au mieux ce qu'il a enfin vu, ressentit. Mais comment décrire une telle chose. C'est comme vouloir définir une odeur. Celle de quelqu'un. Ça n'a pas de mot, c'est bien plus au dessus de l'encre noire. Confus, honnête et songeur, c'est comme ça que je le vois. Et encore une plaisanterie de plus, pour cacher sa gêne cette fois. Le garçon a pour habitude d'être plutôt solitaire. Et de se cacher derrière une carapace indestructible qu'est l'humour. Mais t'es-tu déjà confié à quelqu'un McGrath. As-tu déjà déballé ton histoire à qui sera une oreille pour l'entendre. As-tu déjà parlé de tes sentiments. Ou trop fier peut-être pour le faire. Cela étant aujourd'hui tu as réussis, et tu as dis ce qu'il fallait. Et ça veut tout dire, j'veux dire, t'es sur la bonne voie chenapan.

C'est agréable la façon dont Alice décrit ce qu'elle vient de vivre. C'est comme si elle avait enfin rencontré la vérité dans un monde où elle n'était que spectatrice. C'est exaltant de voir des enfants découvrir, surtout quand on connaît leur passés. Parce que découvrir c'est aller de l'avant, quelque part. Elle aussi un peu confuse, essayant de replonger en son esprit pour trouver les mots justes. Mais c'est plutôt impossible de décrire son profond intérieur, encor une fois. Le petit ange met sa main derrière sa nuque, nous regarde à tour de rôle, nous les deux lions. Je sourie avant d'amorcer ces quelques mots.
- Eh bien mes chers compagnons, vous venez de franchir un grand pas. De la manière dont vous me décrivez ou pas d'ailleurs votre expérience, je ne peux que penser que vous avez vécu quelque chose. Une personne vide d'esprit n'aurait pas ressenti grand chose et aurait nier l’efficacité de l'exercice dès son commencement. Alors c'est un bon début. Mais ce n'est pas tout. Ce n'est même finalement pas grand chose. Mais vous avez au moins pu vous rendre combien votre esprit est grand.

Je regarde ma montre. Le couvre feu est dans vingt minutes. J'en avertie les élèves et nous prenons la direction du château, chacun un petit peu coincé des ses pensées.



on se fait une suite quelque part un autre jour-inrp?
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Hugh Dey, Jeu 23 Mar 2017 - 15:06


[PV Nash Weezer]

Pourquoi que j’étais en train de me balader tout seul comme un con au niveau du lac ? Hum… Pour décompresser sans doute. En fait c’était rigolo, je me rendais compte que c’était à peu près la seule question que je me posais chaque fois que je me retrouvais quelque part. Et généralement j’avais aucune idée de ce que je foutais là. Donc soit j’avais un gros problème avec la picole, soit ma narratrice manquait clairement d’idées pour justifier ma présence en de tels lieux.

Bon sauf que là, fallait pas trop que je la détracte, parce qu’elle avait dit que je devais décompresser. Elle était pas sûre, mais ma foi, je pouvais pas trop la contredire. Une petite balade au bord du lac, ça finissait toujours par faire décompresser un peu. Alors je marchais comme ça, juste à côté du lac, les bras bien tendus sur les côtés. Parce que j’étais au bord et que je m’efforçais de marcher sur une ligne. Ca me permettait de rester concentré, et je faisais tout pour ne pas tomber. Les yeux rivés sur mes pieds.

En même temps je risquais pas grand-chose à tomber. C’était pas comme si y avait un gouffre d’un côté ou de l’autre. D’un côté y avait l’herbe sur laquelle j’étais. De l’autre y avait de l’eau, et je risquais tout au plus de mouiller mes chaussettes. Oui, d’accord, pour vous ce n’était sans doute pas très grave de mouiller sa chaussette. Mais pour moi c’était difficile. Parce que, pensez à ma journée après. Ca faisait flip flap flop quand je marchais. Ca me donnait froid. Je pouvais même finir par attraper un rhume.

Non finalement, je décidais que c’était trop dangereux et… Bah je m’éloignais un peu du bord du lac. Je le relevais les yeux. Et c’est qu’il se passa un truc. Oui parce que, jusqu’à maintenant vous vous faites sans doute chier en me lisant. Mais nan, si j’ai écrit tout ça c’était pour une raison particulière. Mes yeux venaient de tomber sur un élève non loin. Un garçon. Un garçon dont le profil m’était familier. Sans que je sache encore pourquoi. Alors, sans même me contrôler, je levais le bras et je lançais tout fort et dans sa direction :

« Hé ! Hé ! Hééé ! »

Et même que j’allais le voir.
Revenir en haut Aller en bas
Nash Weezer
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Nash Weezer, Jeu 23 Mar 2017 - 21:22


Et donc on est au printemps. Piou piou les oiseaux. Ouais je les entends dès le matin. Et les arbres sont censés fleurir, et les fleurs pousser. Plein de couleurs qui devraient arriver. Aujourd'hui ou demain. La semaine prochaine. Mais pour l'instant, je vois que des flaques d'eau, un ciel gris, un vent froid, une atmosphère humide, une pluie glacée. Et parfois un vieux mélange avec la neige. C'est le nord de l'Angleterre. La tristesse de mars. Et j'espère que les couleurs et le soleil arriveront vite. Ça fait sourire. Ça donne une meilleur humeur.

Puis dans la salle commune y'a une autre atmosphère. Les fesses sur les chaises. Les mains sur les têtes. Les yeux sur les livres. Les cerveaux mis en marche. Et ils révisent, tous, tout. Parce qu'en ce moment y'a plein d'examen, de partout. Et je sais pas, ils ressentent le besoin de réviser ce qu'ils savent déjà, chaque soir. Parce que c'est des serdaigles, ils veulent l'excellence. Bizarrement, je fais parti de cette puutain de maison, mais j'en ai aucune caractéristique. Aucune envie de travailler, de réviser, ou d'apprendre. J'suis débile. Idiot. Immature. Mais j'ai pas envie de travailler pour ces examens, ça s'explique pas. J'ai pas la tête aux cours.

Donc je me retrouve dehors, à rien faire, à zoner, traîner les pieds. Le vent souffle et le ciel reste gris. Pas de pluie, je me sens alors rassuré. Bah ouais, si y'a bien un truc que je peux pas supporter c'est la pluie mixée au vent, le pire des cauchemars. Mais l'herbe est encore humide, alors je fais gaffe à où je pose mes pieds, pour pas glisser ou remplir mes baskets de terre. Puis je me tâte. Fumer ou non. Je me dis que y'a personne pour m'arrêter, ou m'en empêcher, que je peux sans problème. Mais finalement je renonce à l'idée, je renonce à asphyxier ce qu'il y a autour de moi. Et au loin je vois le lac, quelques gens. je fais pas gaffe jusqu'à ce qu'on gueule en ma direction. Un petit hé qu'on me cris à plusieurs reprises. Je me retourne, je sais pas d'où vient cette voix.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Hugh Dey, Mar 28 Mar 2017 - 15:22


J’étais en train de courir comme un c*n avec le bras en l’air, et je poussais mes petits cris. On aurait presque dit une mouette qui venait de piquer un sandwich. Fière de sa prise. Fin sauf que j’avais pas d’ailes ni de pieds palmés mais c’était dans l’idée quoi. Pis chipotez pas, si j’avais envie de dire que je ressemblais à une mouette, je ressemblais à une mouette. Même si c’était moins appétissant qu’une mouillette. Une mouillette, c’était une petite mouillée, mais ça commençait à devenir sale, alors je stoppais là mes pensées.

Je les arrêtais en même temps que j’arrêtais de courir. Parce que le mec il s’était retourné. Et tout dans ma tête avait freezé. Je le regardais, des pieds à la tête, mais surtout la tête, et je gardais la bouche ouverte. C’était bizarre. Il avait une tête que je connaissais. Mais qui remontait à longtemps. Avec moins de rides, pas de barbe. Et une expression différente. Mais la tête, c’était sûr que je la connaissais.

« T’as eu où le polynectar ? »

Mais à l’instant où je disais ces mots-là, je me rendais compte que c’était pas possible que ce soit du polynectar. Le polynectar aurait donné mon apparence exacte. Et c’était pas mon apparence exacte. J’avais l’impression d’être devant le miroir avec vingt ans de moins. Et en bien plus propre. Parce qu’à son âge, je me lavais pas.

« Attends nan… Tu connais ton papa ? »

Ouais, autre question. Et la plus importante. Dites moi que c’était pas moi son père. Marre d’avoir des gosses à tour de bras.
Revenir en haut Aller en bas
Nash Weezer
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Nash Weezer, Mer 29 Mar 2017 - 21:44


Et puis au final, une fois retourné, je vois que y'a quelqu'un qui court vers moi. Première fois que ça m'arrive. Même un hibou volerait pas vers moi. M'enfin, peut-être qu'il court vers quelqu'un à côté de moi. Je le regarde, de plus en plus près, il se rapproche. Meerde. Il me dit un truc. Je réfléchis cinq secondes. Et ça fait tilte. Le concierge de Poudlard. Je recule d'un pas. Là je comprends mieux pourquoi il me fonce dessus. Qu'est-ce que j'ai fais encore ? Je commence à paniquer, je me dis qu'il va me dégommer pour x ou y raison ou un coup de sang, un coup de tête. Non, c'est pas possible, j'ai rien fait de mal, ça fait longtemps que j'ai pas fait de conneries, oui ça me manque mais j'essaie d'être un peu plus responsable, un peu plus mature. Hum. Pas très explicite tout ça.

Il arrive à mon niveau. Pas d'agression. Pas de cris. Pas de regard noir. Ça faisait plaisir aux premiers abords. Il avait pas l'air d'être énervé ou d'avoir des trucs à régler. Il me regardait juste, bizarrement, un peu trop bizarrement. Puis il me parle de polynectar. Je me tais, c'est vrai que j'en ai déjà fabriqué mais j'évite d'ouvrir ma gueeule dans ces discussions. Du coup j'hoche la tête l'air de rien savoir. L'air de rien comprendre. Puis genre il se stoppe, il se bloque lui même, doit y'avoir un cataclysme dans sa tête, un truc de fou, j'aimerais presque être dedans pour voir ce qui s'y passe. On m'a déjà parlé de ce mec et ses aspects qui changent parfois, ses cheveux qui prennent une petite couleur fantasque. Belle capacité. Puis c'est lui qui me bloque en parlant de mon père. Si je le connais qui me dit. Puis j'hausse les épaules.

Ouais je le connais bien ouais. Comme un père quoi. C'quoi vos questions cheloues ?

Puis moi je vois pas où il veut en venir.
Je vois pas sous sa barbe.
Je vois pas nos ressemblances.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Hugh Dey, Dim 2 Avr 2017 - 22:33


Je commençais déjà à flipper en attendant sa réponse. J’avais trente-huit balais. Trente-huit. Et comme ma première fois c’était à vingt ans, ça voulait dire que mes plus grands gosses pouvaient avoir dix-huit ans. Ouais. En gros, tous les élèves de Poudlard pouvaient être mes gosses. Tous. Et lui, il me ressemblait.

Bien sûr, il était moins gros que moi à l’époque. Parce que quand j’étais à Poudlard, j’étais le petit gros dont on se moquait. Pis après, comme j’avais arrêté de me laver, j’étais surtout le mec puant qu’on évitait d’approcher. Donc il me ressemblait, les kilos et l’odeur en moins. A moins que…

Ca faisait plusieurs fois que je commençais à oublier à quoi je ressemblais vraiment de base. Parce qu’à force de me transformer, je me demandais si les traits que j’avais, c’était bien les miens, ou si c’était des traits que je prenais parce qu’instinctivement je voulais ressembler à ça. Bordel… Ca se trouvait, lui, je l’avais croisé dans les couloirs, et c’était moi qu’en avait fait une version plus âgée. Je déglutissais bruyamment.

Ouais je le connais bien ouais. Comme un père quoi. C'quoi vos questions cheloues ?

Bon. Je soupirais, de soulagement. Et je lui collais même une main sur l’épaule.

« C’est bien. » Un sourire, encourageant. « Je suis content que ta mère ait pu faire sa vie avec quelqu’un. C’est important un père. » Sauf pour moi. Moi je voulais le buter le mien. Mais ça on s’en foutait, pas vrai.

« Bon, comment tu t’appelles ? On t’a jamais dit que tu me ressemblais ? »

Voilà, enfin dans le vif du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Nash Weezer
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Nash Weezer, Sam 8 Avr 2017 - 21:57


Il était pas serein, il avait l'air d'avoir une sorte d'excitation terrifiante, ou bien je me méprenais carrément. Pas un air méchant, mais chaque question qu'il posait avait un air de piège. Est-ce qu'il voulait me piéger ? je me méfiais Tours du personnel, j'avais pas non plus la meilleur réputation du château avec les petites conneries que je faisais de temps en temps. Bref, je l'écoutais parler, il parlait avec un sourire encourageant sur le visage. Drôle de situation.

Alors il me disait que c'était bien, il me disait qu'il était content que ma mère ait pu faire sa vie avec quelqu'un. Je me grattais l’œil en souriant et regardant le ciel, un petit rire. Puis il me racontait qu'un père c'était important. Il avait oublié de dire qu'une mère aussi c'était important. Je croisais les bras, ouais c'était important, après tout le monde n'avait pas cette chance, mais je voulais pas revenir sur ma situation familiale, c'était pas trop trop propice et puis peut-être que ça l’intéressait pas. Je lui donnais mon nom, je pouvais au moins faire ça.

- Ouais, je m'appelle Nash.

Puis il faisait allusion au fait qu'on se ressemblait. Pause. Je tournais la tête, je me questionnais, j'observais ce mec, un peu plus barbu, je clignais des yeux.

- Pas du tout.


Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Nyx Spero, Sam 13 Mai 2017 - 1:57


RP avec Matt Jayer


Une journée de plus achevée. Longue, épuisante, presque interminable pour elle. Nyx ne supportait plus grand-chose en ce moment. Les gens, les cours, sa vie tout simplement. Elle soupira. Marchant dans les couloirs du château, son sac toujours sur son épaule. Elle était pensive. Ses pensées vagabondèrent dans sa tête. Elles n’arrêtaient jamais. Toute la journée, elles se bousculaient. Nyx devait se vider la tête et pour cela, il n’y avait qu’une seule solution : fumer.

Nyx dépassa les grandes portes du château après avoir vérifié que personne ne l’observait. La voie était libre, pour son grand bonheur. Pour une fois, elle n’avait pas à lancer un sort pour devoir pénétrer hors du château. Un jour de chance peut-être ? Nyx rigola face à cette remarque. La chance… Ça faisait un moment qu’elle n’existait plus pour elle. Cependant, elle le vivait bien, elle n’en avait pas besoin. Nyx savait ce qu’elle faisait, et c’était l’essentiel.

Direction du Lac. Voilà ce qu’elle faisait pour l’instant. Une fois arrivée, elle posa son sac sur la pelouse, et s’assit à côté de celui-ci. Le Lac était calme. Les étoiles brillaient dans le ciel. La Lune illuminait l’horizon. Une vue spectaculaire s’offrait à elle. Elle n’était jamais déçue lorsqu’elle se rendait hors du château pour se changer les idées.  

Elle fouilla ensuite dans son sac, à la recherche de son paquet de cigarette. Une bouteille de Whisky Pur Feu était cachée dans son sac, mais elle ne voulait pas boire ce soir. Elle n’aimait pas boire seule. Elle préférait fumer pour se détendre. Une fois son paquet trouvé, elle prit une cigarette. Une cigarette qui n’était pas composée de tabac, mais plutôt de produits illicites. Nyx l’alluma grâce à sa baguette après l’avoir amené à sa bouche, et une douce odeur s’échappa de la celle-ci. Une odeur qui vint lui chatouiller les narines. Elle prit plusieurs bouffées, qu’elle laissa pénétrer dans ses poumons, avant de recracher lentement la fumée.

Nyx continua de fumer, pensive. Elle n’avait toujours rien reçu de la part de ses parents concernant son amende par le ministère, où elle devra sûrement y être convoquée. 20 Gallions n’étaient rien pour elle. Ses parents avaient de quoi payer. Cependant, elle allait sûrement bientôt recevoir une beuglante de leurs part. Ce n’était qu’une question de jours. Ils mettraient encore la faute sur la maison Serpentard, « la maison des délinquantes » disaient-ils. Nyx soupira. Elle continua de fumer lentement, en regardant le spectacle que lui offrait le Lac de nuit, en sentant l’effet de la drogue monter doucement en elle…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Matt Jayer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Matt Jayer, Sam 13 Mai 2017 - 5:50




Rencontre sous l’œil de nos lunes...
Pv ~ Nyx Spero



[HRP] Celui qui n'aime pas les doubles sens peut changer de page ! ♥ [/HRP]

Réviser réviser et réviser, en ce moment je n'avais que cela en tête et s'en était assez. Marre d'avoir le nez dans les grimoires, d'avoir les doigts noirs à cause de l'encre. Marre de cette odeur de poussière qui voguait dans l'air de la bibliothèque. Marre tout simplement de ne pouvoir se prélasser. Tant et si bien qu'après le repas dans la grande salle, sans rien dire à personne, priant le dieu Serpent, je pris une serviette dans ma valise et marchai en direction du Lac de notre beau château. ~ C'est qu'à force de rester les fesses par-terre à bouquiner, j'ai carrément l'impression d'avoir les carreaux du sol imprimé sur le derrière. ~ Une chance, personne en vue sur le chemin, je pu ainsi parvenue jusqu'à l'étendue d'eau sans grand problème bougeant rapidement mon fessier pour pouvoir mettre le plus rapidement possible mon corps de rêve à l'eau. Ni une ni deux, les vêtements de côté, un orteil en guise de test « Fraîche la saleté » Je vins déposer ma peau contre l'eau divine, étendant par la même occasion mes muscles comprimés depuis le temps que je m'évadais dans les révisions sans avoir le temps à autre chose et sans arrières-pensées.

Plouf.

Le bruit du premier plongeons, râpant mon torse sur le sol avant de remonter pour ne pas frôler avec le reste. Vous imaginez l'état après ? N'empêche que ça fait du bien de nager, faire du sport, s'étaler, nu, la vie quoi. Bref. Nageant vers le bord pour rester plutôt proche d'une zone où je pouvais avoir pied, j'observais les étoiles de temps à autre, la lune parfois, aussi. Mais que l'eau me faisait du bien, les choses qui pouvaient frôler mes pieds me faisaient elles, des sensations plutôt étrange, je ne me sentais pas vraiment en sécurité mais qu'importe, qu'importe qui viendrait ici même, pourrait voir deux lunes ce soir, hors de question de gâcher un plaisir pareil pour un quelconque inconnu.

Puis là, une odeur qui me chatouille le nez. Non pas que je consomme de tels aromates mais, mes client(e)s parfois oui, lors d'échanges des plus interdits. « Il y a quelqu'un ? » J'espérais que ma voix porte, pas trop quand même, il ne faudrait pas que les mauvaises personnes me remarquent. Inutile d'avoir des punitions supplémentaires, réviser sans arrêt suffit à réduire les envies de finir enfermé. M'approchant de mes affaires, je restais accroupie pour cacher ce qu'il fallait tout en étant prêt à attraper ma baguette s'il le fallait. Laquelle diriez-vous, je vous laisse deviner.


~ ❤ ~


Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Nyx Spero, Sam 13 Mai 2017 - 13:08


Une bouffée de plus.
Un souffle de plus.
Des poumons qui souffrent.
La tête qui en veut plus.
Toujours plus.
Un corps qui ne sait pas ce qu’il veut.
Cigarette à la bouche.
Douce odeur caressant les narines.

Nyx était toujours assise dans la pelouse, pas loin du Lac. Un Lac qui était calme. Ou du moins, il le paraissait. Le reflet de la lune sur celui-ci. Le château illuminé par celle-ci. Poudlard était d’une beauté insoutenable la nuit. Elle était bien, là, assise dans la pelouse, accompagné de son petit remontant. Rien de bien spécial pourtant. Juste de la tranquillité, voilà tout. La solitude. Nyx appréciait beaucoup ses moments de solitude et elle ne les échangerait pour rien au monde.

Elle ramena une nouvelle fois sa cigarette à sa bouche en y prenant une bouffée. Encore une. Une habitude pour elle à présent. Triste ? Non, pas pour Nyx. Elle n’était pas esclave de cette chose. Elle pouvait arrêter du jour au lendemain, mais elle n’en avait juste pas envie. Elle avait besoin de cette sensation de légèreté. De liberté.

Les ASPICS arrivaient à une vitesse impressionnante. Elle n’avait toujours pas commencé à réviser. Elle ne savait même pas si elle allait si mettre un jour, mais elle s’en moquait. Acceptable lui suffisait. Cependant, si elle continuait comme ça, tout ce qu’elle allait réussir à avoir, serait juste un Troll. Nyx le savait très bien. Elle n’écoutait plus en cours. Enfin, ça faisait un bon moment à présent. Rien d’exceptionnel. Mais, maintenant que la fin approchait, c’était encore pire. Arriver en cours déchirée. Dormir.

Nyx soupira. Elle savait qu’elle devait faire un dernier effort. Une dernière ligne droite pour pouvoir tout quitter ensuite. Son cocon familial. Ce cocon qui la détruite au fil des années. Une famille qui n’acceptait pas le fait qu’elle était une Serpentard. Une Serpentard dans une famille de Gryffondor. Nyx ne savait toujours pas quoi en penser. Elle avait sûrement pris des gênes Serpentard de la part de quelqu’un. Mais, la question était de qui ? Nyx était jusque allée se demander si elle n’avait pas été adoptée…

- Il y a quelqu’un ?

Une voix. Une voix qui l’a fit ressurgir de ses pensées. Avait-elle bien attendu ? Ou c’était seulement son imagination qui lui jouait des tours ? Quelques instants plus tard, la réponse était devant elle. Il y avait quelqu’un dans le Lac. Enfin, quelqu’un qui en sortait. Grâce à la lune, Nyx pouvait voir qui se trouvait à quelques mètres d’elle. Un jeune homme assez… charmant. Nyx le regardait, un regard amusé. Il avait l’air d’être bien battit et assez mignon de loin.

Nyx prit une nouvelle bouffée en le regardant, plutôt amusée par la situation qui se présentait devant elle. Elle décida enfin de se lever. Ses paupières commençaient à se faire lourdes, mais ça ne la dérangeait pas, elle avait l’habitude. Elle se dirigea calmement vers la personne qui était sorti du Lac. Le jeune homme était accroupi. Nyx se retenait de rire. Elle n’avait pas l’habitude de rencontrer des gens dans ce genre de situation, mais ça ne la dérangeait pas le moins du monde. Une fois assez proche de lui, elle décida de prendre la parole, un petit ton moqueur, joueur, mais toujours calme :

- Un bain de minuit seul ? Pas très original tout ça… Encore une idée de Gryffondor à tous les coups…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Matt Jayer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Matt Jayer, Ven 19 Mai 2017 - 4:35




Rencontre sous l’œil de nos lunes...
Pv ~ Nyx Spero



Quelques instants après, une ombre vint à se lever, du sexe féminin, enfin, la soirée allait peut-être devenir intéressante en plus d'être relaxante. Belle idée que j'ai eu de rester en position accroupie, voilà qu'elle s'avançait vers moi. Et moi ? Je restais là sans bouger. Crétin. « Un bain de minuit seul ? Pas très original tout ça... Encore une idée de Gryffondor à tous les coups... » Outch, pire qu'un coup dans les je vous laisse deviner quoi. Voilà que le joli minois venait à m'insulter. Bon, non je ne déteste bien entendu pas les lions, certains et certaines sont des plus alléchants mais quand même. Le serpent c'est agile, ça s'engouffre et se faufile... Les lions, ça  trop de poils, ça bave et ça grogne. « Venimeuse la demoiselle, sûrement quelqu'un de ma maison ? Et oui chérie, je suis un Serpentard. Matt et tu es ? » Je n'allai pas m'avancer en tenue d’Adam pour la saluer.

Et pourtant,
J'aurais fait plus que me montrer.
Pour de l'argent,
Nul limite ne pourrait m'arrêter.

Depuis quand faire bronzer son divin fessier relevait de l'idée d'un Rouge et Or. Légèrement vexé par cette première approche de la belle, sans chercher à faire attention, je faisais demi-tour pour me remettre à l'eau. Dans le pire des cas, elle aurait vu la lune deux fois dans la soirée, pas de quoi en faire une histoire. « Souhaiterais-tu te joindre à moi ? Je pense que le Lac est bien assez grand pour nous deux. Quoique pour certain, il l'est peut-être trop. »

Soupire.

N'allez pas me dire qu'après des jours de révisions, vous résisteriez. Ou je ne suis pas normal. Qu'importe, laissant dépasser mon buste de l'eau, j'attendais une réponse, positive ou négative tout en l'observant. Elle avait l'air fatiguée mais, nul doute que je serais dans la possibilité de la réveiller si le besoin venait à se sentir. Sa chevelure semblait être plus foncé que blondinet, une brune peut-être. Avec le manque de lumière, cela restait compliqué à deviner. Ses yeux... Il allait me falloir attendre de la voir de près pour en connaitre la couleur... Ah...

Cette rencontre a comme qui dirait titillé le serpent qui est en moi, viens donc te faire mordre...

Si douce d'apparence.



~ ❤ ~


Revenir en haut Aller en bas
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Nyx Spero, Ven 19 Mai 2017 - 12:24


- Venimeuse la demoiselle, sûrement quelqu’un de ma maison ? Eh oui chérie, je suis un Serpentard. Matt et tu es ?

Une simple réponse. Une réponse claire, nette et précise. La Serpentard rigola face à cette réponse. Il avait de l’humeur le petit. De l’humeur en plus d’être mignon. Elle appréciait beaucoup. Nyx le regarda retourner dans l’eau, ne se gênant pas d’observer ce qu’elle avait sous les yeux : Un corps bien battis. Prenant une nouvelle bouffée de sa cigarette magique, suivant des yeux ce jeune homme qui se retourna vers elle une fois de nouveau dans le Lac. Ses yeux contemplant chaque centimètre du corps qu’elle avait devant elle.

- Souhaiterais-tu te joindre à moi ? Je pense que le Lac est bien assez grand pour nous deux. Quoi que pour certain, il l’est peut-être trop.

Sourire au coin face à la proposition du jeune homme. Un bain de minuit avec ce corps musclé ne serait pas de refus, en effet. Mais à la place, Nyx continua de fumer, en prenant place au bord du Lac. Assise dans la pelouse, cigarette à la bouche, continuant à l’observer sans gêne. Une rencontre plutôt intéressante.

- Proposition plutôt intéressante… mais, vois-tu, je suis déjà occupée, dit-elle en levant son bras pour montrer sa « cigarette ».

Sourire au coin. Elle regarda ce jeune homme. Matt c’est exact ? Elle ne l’avait jamais vu avant. Cependant, il était un Serpentard et non un Gryffondor. Nyx rigola en repensant à ce qu’elle lui avait sorti. Il était sûrement vexé à l’heure qui l’était. Qui ne le serait pas ? Elle soupira, avant de reprendre la parole.

- Enchantée Matt. Tu peux m’apeller Nyx si tu le souhaites, dit-elle avec un sourire narquois. Ah oui, et désolée de t’avoir échangé pour un Gryffondor chéri, ce sont des choses qui arrivent…

Un ton provocateur, ironique, joueur. Quoi de mieux pour commencer une rencontre dans les meilleures conditions possibles. Nyx resta là, sur la pelouse, fumant. Elle ouvrit deux boutons de sa chemise. Elle commençait à avoir chaud. Son décolleté affiché sans gêne. Montrer son corps ne la gênait pas. Loin de là. Mais ce soir, elle préféra rester sage parce que si elle décidait d’entrer dans ce Lac, elle ne serait plus bien longtemps…

Douce rencontre de nuit.
Provocations se faisant ressentir.
Deux Serpents cherchant à semer leurs venins.
Un jeu commençant.
Un seul Serpent triomphant.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Rachel Ester Pasca, Mer 28 Juin 2017 - 21:37


HRP : Nous vous invitons à répondre à la suite des posts pour écrire la réaction de votre personnage s'il tombe sur l'un des tracts.

Un sort conditionnel a été lancé sur les prospectus par Morrìgan (ressemble à un journal lambda jusqu’à ce qu’un sorcier/moldu en rapport avec la magie ou autre le touche)

RP unique
Se déroule au petit matin

Quand on est là-haut
Perdus aux creux des nuages
On regarde en bas pour voir
Son amour qui nage
Et l'on voudrait bien changer
Ses ailes en nageoires
Les arbres en plongeoir
Le ciel en baignoire


Etait-elle oiseau ou poisson ? Parce que dans le fond elle aimait autant voler que nager. Nager, c'était les vacances quand elle étais gamine, c'est-à-dire le bonheur, la liberté... C'était toujours ça...Tout était différent, on n'était plus sur terre...Adieu les soucis ! Et voler, c'était intense ! On pouvait ressentir tous les éléments en même temps. Et jamais vous ne serez plus léger que parmi les nuages.

Ce soir pourtant, l'air de rien, elle choisissait un camp. Elle choisissait de voler, comme un phénix. Un jour réussirait-elle à en devenir un. Un vrai de vrai. Le premier fait de glace et non de feu. Le premier à mourir de froid et à renaître dans la neige. Le premier à infliger un autre type de brûlure. Un jour peut-être.

Alors Ester transforma ses derniers prospectus. Elle ferait certainement en sorte d'être présente, lorsque quelqu'un tenterait de les déloger du ciel. Car ainsi, elle pourrait les admirer entrain de qu’ils s’embraser tel de vrais Phénix.



L'Étincelle




Cher.e.s étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel.



Ces derniers jours ont été une grande épreuve. La prise en otage de certain d'entre vous, l'attaque au sein même de l'école de magie la plus réputée au monde, et la disparition d'un directeur qui ne vous protège plus par son absence. Ce message est pour celles.ceux qui doutent, celles.ceux qui ont peur, celles.ceux qui sont dégoûté.e.s, celles.ceux qui se rebellent, celles.ceux qui n'en peuvent plus de ces situations.

Nous vous demandons de vous relever de ces épreuves. Cette expérience face aux attentats ne vous ont pas rendu plus faible. Seulement, pour certain, plus vulnérables encore par la fatigue et l'habitude. Nous vous demandons de ne pas céder à toute avance des mages-noirs autant dans la vie que dans vos esprits, dans vos cœurs comme dans vos corps. Certains ont été blessés, certains sont indemnes. Mais votre résistance font de vous des combattants contre l'injustice, le doute et la peur. Certain d'entre vous ont-il déjà reçus des cours sur les Patronus, ou en ont peut-être déjà enseigner ce thème: un formidable bouclier, défenseur contre la peur. Et bien, cher étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel, nous vous demandons de lever ces boucliers face à la peur d'un attentat nouveau. Nous vous demandons de résister aux Mangemorts, véritables Détraqueurs de notre société. Mais n'oubliez pas, étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel, que les Mangemorts sont de piètre Détraqueurs. Il est plus facile de se battre contre un homme, une femme, un adolescent emplit de haine et chercheur d'un faux pouvoir que de se battre contre la peur elle même et son baiser de mort. La peur de la faiblesse ont fait d'eux des illuminés capable de tuer leurs familles, et de se briser eux-mêmes. Cher ami.e.s, l'humanité n'est pas une faiblesse. C'est une force qui se nourrit de ce que nous avons de plus commun. De plus ancien. Chaque pas vers la solidarité, vers le courage et vers la tolérance vont vous rapprocher d'une magie ancienne, plus combative et plus forte encore. Les meilleurs boucliers ne se forment pas avec plusieurs baguettes ? Les Patronus ne viennent pas en aide grâce à vos meilleurs souvenir ? Ceux-ci ne sont pas emprunt d'amour ? D'amitiés ? De compassion ? D'empathie ?

Étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel. Nous ne vous demandons pas de vous battre sous un même étendard. Nous ne vous demandons pas de vous battre sous les feux du Phénix. Nous vous demandons de vous battre et de résister pour vous, et avec vos propres armes. Vous qui formez l'individualité dans la société. Vous, qui, par vos actions individuelles, sauvez l'Humanité et votre intégrité,  telle une fourmilière. Si chacun d'entre vous se bat pour lui… Alors c'est toute la société qui se rassemblera sous une seule et même force, une seule et même puissance : Votre renoncement à la peur, au doute, afin de participer au combat contre les ténèbres qui vont si souvent vous priver de quelque chose, de quelqu'un, et même parfois de votre propre vie. Que vos baguettes se lèvent. Que les Patronus se rassemblent. Luttons tous contre l'obscurité pour être encore libre de nos propres choix, et nos propres vies. N'oubliez pas, si vos baguettes vous ont choisies, ce n'est pas pour être esclave des ténèbres, mais pour être manipulés par vous et par vous seuls. Pour vos propres capacités, vos propres pensés. Brandissez là, faite lui confiance. Vous vous protégerez mutuellement.





L'Ordre du Phénix.

Codage de Louna ©


Edit Lizzie : Bonjour Rachel. Conformément au Règlement RPG, en zone RPG, votre post doit contenir un minimum de 600 caractères, citations et formulaires exclus. Celui-ci en fait 0. Merci de bien vouloir éditer votre message pour le compléter et de faire plus attention à l’avenir. Cordialement.


Dernière édition par Rachel Ester Pasca le Jeu 29 Juin 2017 - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Promenade au bord du Lac

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 44 sur 45

 Promenade au bord du Lac

Aller à la page : Précédent  1 ... 23 ... 43, 44, 45  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: Le Lac-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.