AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 3 sur 9
Allemagne, la bière, la joie !
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Kyara Blanchet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kyara Blanchet, Jeu 19 Juil 2012 - 22:40


Le silence tomba suite aux questions de Kyara. Elle se doutait qu'il devait être en train d'analyser ce qu'elle lui avait dit et de réfléchir probablement à ce qu'il comptait lui répondre. Kyara en profita pour se replonger dans ses pensées. Elle avait donné la vie et avait tenté de se donné la mort. Une vie pour une vie en quelque sorte, c'était d'une certaine façon amusant. Son chagrin ne la quitterait jamais comme un boulet accroché à son pied, elle devra tirer se dernier jusqu'à la fin. Elle devrait donc s'y faire et espéré qu'avec le temps sa peine diminuerait. Elle avait réussit à tenir jusqu'à la veille, en se changeant les idées bien comme il faut elle pourrait réussir ... du moins elle l'espérait. Le plus simple à faire était de se consacrer entièrement à l'ordre et au bar et de ne penser à rien d'autre. Était-ce raisonnable de s'attacher aux gens alors qu'à tout moment ils pouvaient vous être arrachés ? Songeuse elle médita sur cela pendant quelques minutes, avant que la voix d'Aloys ne la tire de ses pensées.

- Ouais, c’est vrai que ça n’a pas été facile. Je me suis senti un peu impuissant. Et comme toi, je m’en voulais de t’avoir laissé, et d’avoir laissé le bar sans défense. Mais bon, c’est du passé. C’est les moments difficiles qui nous forgent. Je fume depuis pas très longtemps, mais je ne fume pas trop. C’est de temps en temps. Je sais que t’es pas trop sur ces trucs-là, mais ça me relaxe un peu. Avec le travail, les cours, la famille et la pression. Comme d’hab. J’imagine que d’autres ont de plus graves soucis, et des vies plus intenses. Chacun gère comme il peut. Et si tu veux savoir, mes parents ne savent pas que je suis au bar, donc ils ne sont pas au courant. Après, des informations vont filtrer dans les journaux, et là, ils risquent de s’apercevoir de la supercherie. J’improviserai le moment venu !

Se sentir impuissant, Kyara comprenait tout à fait cette émotion, elle s'était sentie impuissante à de nombreux moments de sa vie, et cela continuait encore. On pouvait avoir un mental d'acier, il y aura toujours quelque chose qui nous ferat un jour où l'autre être déstabilisé. En s'entraînant tant physiquement que mentalement on devenait plus fort, mais après tout ils n'étaient que des hommes ...

Elle n'y croyait pas trop à son histoire du fait qu'il ne fume pas trop. Il avait déjà fumé hier, il fumait aujourd'hui, qu'elle soit grillée sur place s'il ne fumait véritablement pas beaucoup. Il lui mentait donc, soit après tout elle n'avait rien à y redire niveau mensonge ... Pour faire simple elle mentait tous les jours, c'était pour cela qu'elle ne voulait pas trop s'attacher à des personnes extérieures, tôt où tard la vérité finissait à éclater. Kyara faisait bien sur tout pour que cela n'arrive pas, mais cela l'éloigner forcement des gens qu'elle l'aimait. C'était une vie pas toujours facile, mais il n'empêchait que c'était avant tout un choix. Kyara ne regrettait pas d'être dans l'Ordre, elle avait trouvé une famille là-bas, avait fait de belles rencontre. C'était grâce à l'Ordre qu'elle connaissait Kaya et que maintenant elle était marraine.

Kyara shoota dans un caillou avant de sourire en apprenant que lui aussi caché son emploi de serveur. Kyara avait fait pareil pour sa mère et ses frères. La vérité avait finit par éclater au grand jour et cela ne s'était pas super bien passé, mais au final elle avait gardé son job. De toutes les manières il aurait fallu qu'ils viennent la chercher avec une armée afin de la déloger.

- Sinon, tu as vraiment fait accoucher Kaya ? Ca devait être quelque chose ! Surtout après ce qui venait de se passer ! Un accouchement, c’est pas tous les jours qu’on en vie un Mais je ne doute pas que tu t’en es très bien sortie. C’est une fille ou un garçon ?

Il ne la croyait donc pas quand elle lui avait appris la nouvelle ? C'était logique en y pensant. Après tout cela devait être bizarre que d'entendre bébé et Kyara dans la même phrase. En tous les cas il avait raison, c'était quelque chose que d'assister à un accouchement, il fallait être solide surtout lorsqu'on ne s'y attendait pas et qu'on n'avait pas d'expérience. Kyara avait suivit les ordres de Kaya ce qui n'avait pas était simple niveau compréhension, car elle n'arrêtait pas de crier, logique en soit ... Shootant dans un autre caillou elle se remit à sourire avant de répondre à Aloys.

- On a quelques points communs en fait, membres de serpentard, serveurs au bar des ténèbres, obliger de mentir afin de pouvoir y bosser. Oui, moi aussi j'ai du mentir à ma famille, même si un de mes frères la découvert trop tôt à mon gout et à essayer de me donner une bonne leçon ...

Elle laissa passé quelques secondes se rappelant de leur combat avant de reprendre.

- Et oui, j'ai vraiment fait accoucher Kaya, c'était assez stressant comme expérience, m'enfin ça forge le caractère quoi. C'est un petit garçon, Noah et je l'adore, il est trop chou. Je ne pensais pas m'attacher un jour à un enfant et pourtant c'est arrivé ..

Kyara s'arrêta alors net, si elle était morte, elle aurait laissé Noah ... Enfin pas vraiment du fait que l'enfant était encore trop jeune pour se rendre compte que Kyara veillait sur lui. Donc en fait cela n'aurait pas fait de changement. Personne n'aurait su que Kyara était morte, ils auraient pensés qu'elle avait disparu sans laisser de trace ... Secouant la tête elle se remit en marche.

- Pardon une légère absence. Sinon cela se passe comment avec tes parents ? Ton père veut toujours que tu rentres au ministère de la magie ? Pardon, cela ne me regarde pas c'est juste que tu as l'air plus libre, on dirait que tu as changé ... enfin passons, j'ai la légère tendance de m'imaginé des choses ...

Pourtant Kyara pensait sc qu'elle disait, il semblait beaucoup plus libre lorsqu'il lui avait parlé du fait que ses parents n'étaient pas au courant ni pour le bar ni qu'il fumait et qu'il comptait improvisé. Il lui avait semblé que lors de leur conversation au magic cookie il était plus soumis en quelque sorte ... Enfin elle devait encore se trompé, cela ne serait pas la première fois, peut-être même qu'elle était en train de délirer. Poussant un soupir elle secoua la tête avant d'attendre une réponse d'Aloys qui risquait de se fermer comme une huître à présent ...
Revenir en haut Aller en bas
Franck Stein
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Franck Stein, Sam 21 Juil 2012 - 16:06


    « -On a quelques points communs en fait, membres de serpentard, serveurs au bar des ténèbres, obliger de mentir afin de pouvoir y bosser. Oui, moi aussi j'ai du mentir à ma famille, même si un de mes frères l’a découvert trop tôt à mon gout et à essayer de me donner une bonne leçon ... »


C’était vrai. Aloys sourit. Les deux jeunes compères se ressemblaient bien finalement. Du moins, il prenait, ou avait pris le même chemin pour arriver là où ils en étaient. Enfin, à quelques détails près bien entendu. Chaque nouveau moment passé en compagnie de Kyara avait son lot de surprise. Aloys en apprenait un peu plus sur elle à chaque fois. Il savait qu’elle n’était pas en bons termes avec sa mère, et ses frères. Mais, le jeune sorcier n’avait guère imaginé qu’il puisse avoir mentit afin de travailler au Bar Des Ténèbres. C’était amusant et troublant de se dire, que contrairement à Zeph et Emma, car Aloys savait que leur présence au bar n’allait pas à l’encontre de la volonté de leurs parents, que Kyara et lui-même, deux Serpentards, semblaient comme s’y cacher. Le Bar était un lieu où ils avaient eu le courage, ou la lâcheté, de se réfugier. Le Bar des Ténèbres – Serpentard. Etrange coïncidence ?

Il se demanda quelques instants quelle leçon avait pu lui avoir donné son frère. Venant de la bouche de Kyara, encore une fois, c’était troublant. Ça faisait un peu enfant qui se fait gronder par un de ses parents. Enfin, Aloys décida de ne pas insister sur le sujet…surement qu’il s’agissait d’un mauvais souvenir.

    « -Et oui, j'ai vraiment fait accoucher Kaya, c'était assez stressant comme expérience, m'enfin ça forge le caractère quoi. C'est un petit garçon, Noah et je l'adore, il est trop chou. Je ne pensais pas m'attacher un jour à un enfant et pourtant c'est arrivé… »


Aloys laissa son regard voguer sur le sol qui défilait sous leurs pas. Néanmoins, après avoir fait quelques mètres, il n’entendit plus le bruit des pas de son amie. Il s’arrêta, et remarqua qu’elle n’était plus à ses côtés, mais, stoppée, un peu plus loin derrière, l’air effrayé. Aloys la rejoint alors, attendant une quelconque réaction. Peut-être, en se rappelant de Noah, avait-elle compris la bêtise qu’avait été sa tentative de suicide. Secouant la tête, elle se remit en marche. Aloys la regardait, un peu perplexe.

    « -Pardon une légère absence, s’excusa-t-elle. Sinon cela se passe comment avec tes parents ? Ton père veut toujours que tu rentres au ministère de la magie ? Pardon, cela ne me regarde pas c'est juste que tu as l'air plus libre, on dirait que tu as changé ... enfin passons, j'ai la légère tendance de m'imaginer des choses »


Oups ! Le sujet qu’il ne fallait pas aborder. Aloys se crispa. Il ne s’attendait pas vraiment à devoir parler de ses parents. Deux choix s’offraient à lui : Dire la vérité. Mentir. Etant donné que la première option était inenvisageable, il ne lui restait plus que la seconde. Il avait beau apprécier Kyara, lui faire confiance, il lui était impossible de parler, à qui que ce soit, même pas Zeph, des révélations qu’on lui avait ; sa confrontation avec son père. Pfiou, une véritable galère en somme. Kyara lui aurait pleins de questions gênantes, et ça, Aloys ne pouvait se le permettre. Ainsi, il en était désolé, mais il s’apprêtait à mentir à la jeune sorcière.

    « -Félicitation pour ton accouchement, Kyara. C’est vraiment extraordinaire ce que tu as fait. Je suis fier de toi, dit-il en lui lançant un léger coup de coude dans les côtes. Un petit silence s’installa quelques instants. Le mensonge arrivait. Sinon, ouais, j’essaye de me libérer un peu, de suivre tes conseils. Mais devant eux, je n’en mène pas large, c’est toujours les chefs. Et, mon avenir n’a toujours pas changé pour l’instant. J’ai encore un peu de temps peut-être pour les faire changer d’avis ! Pour l’instant, j’essaye de me concentrer sur le présent, et de profiter un peu. Tu vois, les petits cookies n’ont pas été sans conséquences !, lui dit-il d’un clin d’œil.


Aloys l’avait flatté pour qu’elle ne continue pas sur le sujet. Il espérait que cela fonctionnerait. Car, même si Aloys avait entendu ce qu’elle lui avait dit au Magic Cookies, il en serait au même niveau s’il n’avait pas appris la vérité. Toutefois, Il lui était reconnaissant pour ce qu’elle essayait de faire pour lui.

L’heure passait, et midi approchait. Les deux jeunes gens profitaient du bon soleil. C’était cool. Il y avait des moments où l’on fumait pour se changer les idées, et parfois, l’on fumait pour être bien, et pour être en adéquation totale avec la tranquillité et la chaleur de la journée.

    « -Sinon, tu vas faire quoi toi cette aprem ? », lui demanda-t-il

Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kyara Blanchet, Dim 22 Juil 2012 - 16:21


- Félicitation pour ton accouchement, Kyara. C'est vraiment extraordinaire ce que tu as fait. Je suis fier de toi.

En entendant les paroles d'Aloys on aurait pu pensé que c'était Kyara qui venait d'accoucher, alors que bon il n'y avait pas matière à féliciter. Après tout, les sages femmes faisaient cela plusieurs fois par jour et on ne les féliciter pas, on féliciter plus la mère qu'une autre personne. Bon c'était vrai qu'elle n'avait aucune expériences, mais elle avait suivit les conseils de Kaya donc ça n'avait pas été bien sorcier. Elle ne méritait pas des félicitations, mais leva quand même les yeux au ciel lorsqu'il lui donna un petit coup de coude. On avait l'impression qu'il féliciterait une gamine de cinq ans qui avait fait un joli dessin sans dépasser.

- Sinon, ouais, j’essaye de me libérer un peu, de suivre tes conseils. Mais devant eux, je n’en mène pas large, c’est toujours les chefs. Et, mon avenir n’a toujours pas changé pour l’instant. J’ai encore un peu de temps peut-être pour les faire changer d’avis ! Pour l’instant, j’essaye de me concentrer sur le présent, et de profiter un peu. Tu vois, les petits cookies n’ont pas été sans conséquences ! Termina t-il dans un clin d'oeil

Songeuse Kyara hocha la tête, elle ne s'entendait pas à ce qu'il change du jour au lendemain en même temps. Elle était déjà contente qu'il commence à penser de lui-même. Il valait mieux faire cela en douceur, progressivement que d'un coup. Au point de vue des nerf ses parents c'était la meilleure chose à faire. Il avait bien raison que de se concentrer sur le présent et de profiter de sa jeunesse. Cela passait vite, très vite, du jour au lendemain on pouvait se rendre compte qu'on n'était plus des enfants, mais pas encore des adultes non plus. Aloys était perdu dans ce stade, petit à petit il commençait à se démarquer et à penser par lui-même. Enfin pas penserpar lui-même du fait que c'était déjà le cas, mais de penser à lui. Il commençait à vouloir atteindre ses envies et ses rêves et autre.

Un petit sourire aux lèvres, elle continua d'avancer avant de lever la tête vers le ciel. Le soleil était bientôt à son zénith ce qui signifiait qu'Aloys allait partir dans pas longtemps. Étrangement elle se sentait bien et apaiser, tournant la tête elle observa pendant quelques secondes Aloys songeuse avant de se re concentrer sur sa marche.

- Sinon, tu vas faire quoi toi cette aprem ?

Très bonne question, elle ne savait pas elle-même. Déjà retourné chez elle afin de prendre une douche et de manger quelques choses, même si elle avait déjeunée il n'y avait pas longtemps, elle avait à nouveau un petit creux. Après avoir fait cela, elle ira probablement voir Noah et Kaya histoire de prendre des nouvelles. Enfin cela dépendrait si elle n'avait pas une tête de cadavre ... Kaya était un peu trop observatrice au gout de la brune. Tout en réfléchissant sur ce qu'elle pouvait faire d'autre elle regarda Aloys soufflé une dernière bouffée de cigarette avant de l'écraser sur le sol.

- Rentrer à la maison et ensuite aller voir Kaya et Noah je pense. D'ailleurs tu vas bientôt prendre ton service, il me semble que tu voulais passé au repère ? Autant y aller de suite non ?

Hochant la tête Aloys désigna alors une ruelle sombre et après avoir vérifié que personne ne les épiaient, les deux jeunes gens transplanèrent dans un craquement sonore.

~Fin du rp~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Invité, Sam 12 Oct 2013 - 16:56


{ Autorisation d'Akize T. Xiraz pour introduire son personnage }
Début du mois d’octobre. L’automne battait de son plein et l’hiver approchait à grandes envolées. L’air se rafraîchissait et les premiers arbres commençaient à perdre leurs feuilles. Le temps était humide et changeant, on ne savait jamais à quoi s’attendre. Et c’était particulièrement vrai dans cette contrée retirée d’Allemagne profonde, dans ce petit village à forte prédominance sorcière. Déjà, les gens cessaient de trop s’attarder dans les petites ruelles de cette bourgade à l’allure de carte postale et leur préféraient les chaleureux intérieurs de leurs chaumières, où ils restaient sans doute blottis au coin d’un feu, lorsqu’ils ne se réfugiaient pas dans une bonne vieille taverne traditionnelle où c’était l’alcool qui réchauffait leur cœur.

C’était dans ce décor que, ne lui demandez pas comment, Victor s’était retrouvé. Il n’était revenu à lui que quelques jours plus tôt et avait l’impression de se réveiller au lendemain d’une cuite qui avait durée plusieurs mois. Dans sa tête, c’était le black-out complet. Il ne se rappelait plus de rien ; quelques bribes de souvenirs, tout au plus. Il y avait cette blondasse qui l’obsédait, ces araignées géantes qui le hantaient et puis ce couple, cette rousse et ce vagabond, qu’il n’arrivait pas à resituer. Le moins qu’on puisse dire, c’était que c’était un sacré bordel dans sa caboche ! En plus de ça, il ne savait pas comment il avait fait son compte, mais il était blessé. À son bras surtout, à sa jambe un peu moins. Ses plaies semblaient déjà assez vieilles, mais elles ne voulaient pas cicatriser. Ce n’était pas très joli à voir en tout cas.

Perdu, le sang pur errait dans les ruelles désertes de cette localité qui lui était inconnue. Il lui semblait bien qu’il était en Allemagne, mais il n’en était même pas sûr. Il lui semblait en effet que l’allemand était la langue qu’il avait entendue parler, au détour d’une impasse. Il fut un temps, il baragouinait quelques mots. Mais cette époque lui semblait bien loin et ce n’était même pas sûr qu’il sache encore commander un repas dans ce langage étrange. Il lui faudrait pourtant bien essayer, car il mourrait de faim. Il avait la dalle et il avait l'impression que cela faisait des jours qu’il n’avait rien avalé. Impossible de se souvenir de la dernière fois qu’un aliment était passé dans sa gorge, mais en tout cas sa salive était pâteuse et son estomac criait famine. Il fallait pourtant croire que ça ne remontait pas à si loin que ça, sinon il serait déjà mort…

Justement, par la grâce de Merlin, ce qui lui semblait être une auberge se présenta face à lui. Il ne réfléchit pas un instant au fait qu’il était sans le sou et pénétra dans l’établissement. Il ne remarqua même pas les regards indignés qui se retournaient sur son passage. Alors quoi, il n’était pas assez bien pour cette p*tain de baraque ? Il puait, c’était ça ?! Et bien, qu'on lui propose un bain, plutôt que de le reluquer comme le dernier des clochards ! Dans un effort surhumain, Victor se hissa sur l’une des chaises hautes qui étaient installées face au bar et, dans un allemand plus qu’approximatif, commanda un plat du jour ainsi qu’une 'Maß' de ce qui semblait être une variante locale de la Biéraubeurre. 1,069 litre, il lui faudrait bien ça pour le remettre sur pieds !

Tandis qu’il attendait qu’on lui serve son repas, le jeune sorcier jeta un regard circulaire à la pièce et, non sans surprise, tomba nez-à-nez avec un visage connu :


« Al’… Alex ? lança-t-il, incrédule, à un individu qui se trouvait tranquillement installé à une table non loin de là et qui ne demandait rien à personne. C’est bien toi ?! Mon vieil ami... ! », la voix enjouée.

Il s’était levé et s’avançait vers le pauvre garçon en vacillant dangereusement. Il n’était visiblement pas dans son état normal et savait à peine ce qu’il faisait. Frappant du poing sur la table, il prit place sur une chaise en face de lui. « Ça alors… Si je m’attendais à le trouver-là ! », renchérit-il à mi-voix, comme s’il s’adressait à lui-même. Il ne faisait aucun doute que, vu de l’extérieur, Victor devait faire franchement peine à voir et que, pour le jeune homme qu'il était en train d'importuner, la situation devait être carrément flippante. Mais notre pauvre bourg n’était pas vraiment en état pour s’en rendre compte lui-même. Il savait à peine qui il était lui-même, alors il ne fallait pas trop lui en demander non plus !
Revenir en haut Aller en bas
Akize T. Xiraz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Python royal


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Akize T. Xiraz, Sam 12 Oct 2013 - 18:11


Autorisation de Victor Wyrman pour son libre arbitre


La journée battait de son plein, en voulant sortir de mon appartement, une personne m'agressa violemment alors que je n'avais rien fait de particulier sauf descendre des escaliers tout en douceur, je n'avais pas envie de tenter un combat ou autre devant ce vieillard - qui me faisait pitié - alors je traversa le couloir pour atteindre la porte d'arrivée, prit mon balai et je m'envola pour l'Allemagne, le pays de la bière ! Je n'avais pas tellement envie de boire de la bière mais de rencontrer de nouvelle personne et me faire des amis, tout en me gardant discret sur l'existence de la magie. Je partit donc en toute discrétion en traversant Londres.

Arrivé là bas, qu'est-ce que je voyais ? Des bars, des bars et encore des bars ! C'était flagrant le nombre de bar qu'il existait en Allemagne, mais je décida d'aller dans un de ces bars, visiter et voir comment c'est, si c'est pareil que l'Angleterre ou pas du tout. En entrant, je vis que le monde était là et que peu de place assise était présente, ce qui fut carrément dommage, j'eut donc l'idée de chercher une place, et je trouva une place assez convenable vu qu'elle était prévue pour deux personnes. Jusqu'au moment où un homme étrange m'aborda.

« Al’… Alex ? C’est bien toi ?! Mon vieil ami... ! »

La situation était totalement flippante, qui était ce Alex ? Me ressemblais t-il ou cet inconnu était totalement bourré ? Je n'osa pas répondre, qui était cet inconnu ? Je détestais déjà voir des inconnus m'abordait, mais se tromper de prénom, c'était tout simplement insupportable. Sans le connaître, je détestais la personne qui se tenait devant moi. À moins que je me trompe totalement, mais j'aurai du mal à le pardonner de m'aborder sans un signe de bonjour. Jusqu'au moment où celui-ci frappa contre la table puis s'assois en face de moi. L'inconnu se mit à ressortir quelque chose d'insensé.

« Ça alors… Si je m’attendais à le trouver-là ! »

Les mêmes questions ressortaient de ma tête, qui est-il ? Pourquoi me confondait-il avec quelqu'un ? Est-ce que j'avais un frère jumeau quelque part ? Des questions qui n'avaient aucune réponse pour l'instant, l'inconnu avait l'air tellement bourré qu'il aurait bien pu se tromper. Du moins, je l'espérais. Je ne voulait pas d'un frère jumeau. Je me décida de l'aborder, de savoir de quoi il voulait parler.

« De quoi parlez-vous ? Je ne suis en aucun cas Alex, je m'appelle Akize. Vous devriez rentrer chez vous monsieur, vous n'avez pas l'air très sobre. »

Je resta assis sur ma chaise, attendant que l'inconnu réponde à ma question avant de se décider de partir, car il me gênait de moins en moins, ses paroles m'intriguaient fortement mais si j'avais peur de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Invité, Dim 13 Oct 2013 - 2:36


Alors voilà, c’était comme ça que Victor, ordinairement d’un naturel des plus taciturnes, avait pris place à la table d’un parfait inconnu, persuadé qu’ils se connaissaient. Contrairement aux apparences, le jeune homme n’avait pourtant pas bu la moindre goutte d’alcool. Pas à sa connaissance du moins… Mais ça ne saurait tarder, car c’est le moment que choisi le tavernier pour lui apporter la magistrale ‘Maß’ de bière sorcière. Celui-ci semblait passablement embarrassé pour le client que ce clodo était en train d’importuner, mais il ne fit aucune remarque. Victor, quant à lui, ne se rendit d’ailleurs compte de rien. Il fallait dire que, pour le coup, il était vraiment dans son monde et qu’il avait franchement du mal à mettre de l’ordre dans ses idées. Il avait juste une p*tain de dalle et il ne se gêna d’ailleurs pas pour siphonner près de la moitié de sa chope de bière d’une seule traite. Par le nez de Voldemort, ça faisait juste un p*tain de bien ! Il ne manqua d’ailleurs pas de lâcher un rot proportionnel à la quantité de liquide qu’il venait d’ingurgiter, bien que son maintien le poussa tout de même à mettre aussitôt la main devant la bouche et à s’excuser.

En effet, il y avait des choses qui ne s’oubliaient pas, quel que soit l’état dans lequel vous vous trouviez :


« Dé- désolé… bégaya-t-il, confus. Je ne sais pas ce qui m’arrive. Tu ne bois rien, toi ? Je ne t’ai même pas proposé de trinquer avec moi ! À O’Riley !!! », après quoi il avala une gorgée supplémentaire, heureux d’avoir remis un nom sur cette jolie blonde qui ne le quittait plus.

Dans le même temps, notre sang pur (ou plutôt ce qu’il en restait) n’eut de cesse de fixer le prétendu Alex droit dans les yeux. Il avait beau être dans un état second, il y avait quelque chose qui clochait. Ses cheveux, peut-être ? Sans doute était-il allé chez le barbier… Mais ça avait l’air bien plus profond que ça. Toutefois, cela ne perturba Victor qu’un instant et, très vite, son esprit se remit à divaguer vers des contrées bien plus obscures encore.

Profitant de ce petit moment de répit, le blondinet entreprit de calmer le jeu :

« De quoi parlez-vous ? lui avait en effet rétorqué son compagnon d’infortune. Je ne suis en aucun cas Alex, je m'appelle Akize. Vous devriez rentrer chez vous monsieur, vous n'avez pas l'air très sobre.


– Arrête de me faire marcher ! le coupa Victor. J’suis peut-être pas dans le meilleur des états, mais je sais encore ce que je dis. J’ai toute ma tête et je ne suis on ne peut plus sobre… enfin, je l’étais jusqu’ici en tout cas », même si au fond de lui un véritable doute était en train de s’installer.

Qui était ce prétendu Alex en fait ? Il lui semblait à la fois très familier et complètement inconnu… Et surtout, il ne parvenait plus à savoir comment ils s’étaient rencontrés. Qui était-il ? Quelle sorte de lien les unissait ? Quelle était la dernière fois qu’ils s’étaient vus ? Pour tout dire, il ne se rappelait pas ne l’avoir jamais vu. Mais c’était quand même bizarre… Était-il en train de perdre complètement pieds ? Il n’était pourtant pas fou et jurerait avoir déjà vu cette tête quelque part ; il n’était d’ailleurs pas vilain, pas vraiment du genre qu’on oubliait. Il devait pourtant bien avoir un ami du nom d’Alex, ce n’était pas possible autrement. Vraiment ? Il tâcha en tout cas de s'en persuader. Quoi qu’il en soit, Victor semblait de plus en plus mal à l’aise et il se renfrognait à mesure que les minutes passaient. Il refusait l’idée d’être bel et bien en train de délirer.


« Excuse-moi, lança-t-il alors, la tête baissée sur sa chope. Enfin, excusez-moi je veux dire. Je ne suis pas dans mon état normal, après quoi il releva la tête : Vous devez m’aider », fixant une fois encore son interlocuteur droit dans les yeux, l’air déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Akize T. Xiraz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Python royal


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Akize T. Xiraz, Dim 13 Oct 2013 - 13:15


Décidément, c'était pas mon jour, ni à celui qui prétend que je suis Alex d'ailleurs. Pourtant, il avait l'air tellement déterminé qu'un frisson parcourut mon dos pour s'arrêter à ma coiffure, ce qui m'obligea à la remettre en ordre. Mes cheveux, c'était toute ma vie, si ils étaient décoiffés, je ne put me retenir de les remettre en ordre.

Une bière de grosse taille arriva à notre table, sûrement pour l'inconnu en face de moi qui commençait à m'inquiéter. Je regarda la grandeur de la bière, qui se nommait plutôt bidon, vu la taille qu'elle faisait, jusqu'au moment où l'inconnu me regarda, puis sortit quelque chose.

« Dé- désolé… Je ne sais pas ce qui m’arrive. Tu ne bois rien, toi ? Je ne t’ai même pas proposé de trinquer avec moi ! À O’Riley !!! »

O'Riley ? Madame O'Riley ? Autrement dis Solange, se connaissaient-ils ? C'était très étrange, déjà cette obsession de m'appeler Alex alors que mon prénom était Akize, et maintenant parler de Solange. Avaient-ils un lien ? Tant de questions sans réponse se trottinait dans ma tête. Cela venait de plus en plus intéressant, mais de plus en plus énervant, alors je m'activa et sortit quelque chose.

« Non, je n'ai pas tellement envie de dépenser de l'argent dans l'alcool devrais-je dire, même si c'est tentant et tellement irrésistible, l'alcool, drogue et le sexe, je fais tout pour ne pas montrer que c'est mon truc, alors que j'adore ça. Comment connaissez-vous O'Riley, nouvelle professeur de Soins aux Créatures Magiques ? »

En effet, j'avais tout fait pendant ma scolarité à Poudlard de passer de bonne figure alors que dans mon cerveau, c'est tout l'inverse, mais je n'avais plus envie de cacher cette maladie, si on peux l'appeler comme ça, que j'avais. J'avais envie de sortir avec tout le monde, que ce soit des hommes et des femmes, voir même tout ce qui bouge, j'étais à fond dedans. Cependant, je n'étais pas un pédophile, je n'avais pas envie de faire avec une fille qui n'est pas majeur, sauf si l'envie était tellement folle que c'était insoutenable. Et c'est au moment là que je dit que je m'appelle Akize T. Xiraz, et que ce vagabond devrait partir. Mais il n'avait pas l'air de m'écouter.

– Arrête de me faire marcher ! me coupa t-il. J’suis peut-être pas dans le meilleur des états, mais je sais encore ce que je dis. J’ai toute ma tête et je ne suis on ne peut plus sobre… enfin, je l’étais jusqu’ici en tout cas »

Décidément, il ne voulait pas me croire et rester dans son opinion de me connaître alors que c'était totalement faux, mais comment-faire pour lui faire voir qu'on ne se connaît pas ? Ce vagabond, ou plutôt cet inconnu, avait l'air de ne plus se souvenir de rien, ou devrais-je dire de s'inventer une vie, je ne le connaissais pas du tout. Du moins, j'espérais... Il commençait sérieusement à me faire peur - même si c'était intriguant -, quelle était son histoire ? Pourquoi m'as t-il adresser la parole ?

« Je vous rassure monsieur, que je ne vous connait pas du tout. Qui êtes-vous ? »

Cette situation devenait de plus en plus inquiétante, alors que les disputes éclataient par des personnes ivres ou alors que les coups d'armes devenait de plus en plus fréquent, je ne me sentais plus du tout dans mon univers.

« Excuse-moi, lança-t-il alors, la tête baissée sur sa chope. Enfin, excusez-moi je veux dire. Je ne suis pas dans mon état normal, après quoi il releva la tête : Vous devez m’aider »

Pourquoi me demandait-il de l'aide ? Mais d'où venait toutes ses questions à la c*n, j'en avais marre de paraître de bonne figure, je pris la bière et j'en but d'un coup sec, puis reprit la conversation, alors que je repoussa la bière vers l'inconnu même si elle était complètement vide.

« En quoi devrais-je vous aider ? Je préfère sortir dehors, la tension monte ici, suivez-moi. »

Je n'étais pas ivre, du moins par pour l'instant. Je voulais juste savoir ce qu'était ce monsieur. Alors qu'un passant m'aborda et me provoqua de plus en plus, je lui mit un coup de poing qui le fit reculer et il tomba par terre, décidément, il ne fallait pas me chercher aujourd'hui. Arrivé dehors, je me retourna et il m'aborda.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Invité, Dim 13 Oct 2013 - 15:33


Dans cette petite auberge du fin fond de l’Allemagne, les choses commençaient à dégénérer peu à peu. Tandis que l’alcool montait à la tête de l’assemblée, les esprits s’échauffaient et les accrocs se multipliaient, au point que le personnel de la taverne fut obligé d’intervenir à grand renfort de sorts en tous genres et qu’ils en négligeaient la cuisine. Pourtant, on ne pouvait pas dire que Victor était rassasié avec sa seule chope de bière et il attendait son repas avec grande impatience. Nom d’un Scrout à Pétard, comment avait-il fait son compte pour se mettre dans un tel état ?! De toute sa vie, il ne se rappelait pas avoir jamais eu aussi faim ; enfin, pour le coup, il ne se rappelait pas de grand-chose de toute façon… En dehors de cette ambiance pour le moins électrique, le cadre était idyllique, ce qui induisait un contraste tout à fait singulier. La salle principale, vaste et cosy à fois, était faite de chaux et de poudres de bois, et le mobilier était tout aussi rustique. Les gens en moins, on se serait cru dans un véritable conte de fée, tout droit sorti des livres des frères Grimm.

Entre nos deux convives, le contraste était au moins aussi fort qu’entre le cadre du pub et l’ambiance qui y régnait. D’un côté, on avait Victor qui était sale et qui portait de véritables haillons. Cela faisait visiblement un bail qu’il ne s’était pas douché, ses cheveux étaient sans dessus dessous et du sang caillé rendait son apparence générale encore plus effrayante. En face de lui, il y avait le susnommé Akize qui, bien propre sur lui, avait une apparence impeccable, de ses cheveux parfaitement coiffés à ses chaussures cirées, en passant par son costume irréprochable. Mais qu’il se rassure, Victor n’était pas vraiment dans son état normal. Il avait beau ne pas avoir la moindre idée de la façon dont il avait bien pu se retrouver comme ça, il aura vite fait de se reprendre en main… Du moins, si on lui en donnait l’occasion, car il n’était pas sûr qu’il parvienne à se sortir seul de ce mauvais pas.

Malgré un malaise évident dans les deux parties, la conversation allait bon train et les deux jeunes gens faisaient connaissance :

« Non, je n'ai pas tellement envie de dépenser de l'argent dans l'alcool devrais-je dire, avait déclaré le Poufsouffle lorsque Victor lui avait proposé de le rejoindre. Même si c'est tentant et tellement irrésistible, l'alcool, drogue et le sexe, je fais tout pour ne pas montrer que c'est mon truc, alors que j'adore ça ».

Cette confidence laissa Victor coi, peu habitué à tant de franchise. Son camarade avait beau avoir l’air très propre sur lui, il cachait bien son jeu. Mais c’était bien connu, c’était ceux qui cachaient le mieux leur jeu qui étaient les plus vicieux.

« Comment connaissez-vous O'Riley, nouvelle professeur de Soins aux Créatures Magiques ? continua le jeune homme qui n’avait sans doute pas remarqué le trouble qu’il avait jeté dans l’esprit de son interlocuteur, comme si ce n’était pas déjà assez le chaos comme ça dans sa tête.


– O’Riley, professeure ?! s’exclama Victor en faisant mine de s’étouffer. Alors là, impossible, il doit y avoir erreur sur la personne ! Crois-moi, la femme que j’ai connue aurait eu vite fait de débaucher tous ses élèves avant même de leur avoir enseigné quoi que ce soit ! Quoi que, maintenant que tu le dis, elle avait déjà un certain penchant pour les trolls et leurs troubles urinaires lorsque je l’ai connue… Nan, mais sérieusement, je doute que quiconque soit assez fou pour lui confier une classe ! Impossible que ce soit elle… ».

En vérité, on ne pouvait pas dire que Solange et lui s’étaient particulièrement bien connus et il n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle était devenue. Il ne savait même pas ce qui lui était arrivé, à lui, depuis la dernière fois qu’ils s’étaient vus, alors il ne fallait pas trop lui en demander. Pour être tout à fait honnête, il ne lui restait d’ailleurs que quelques bribes de leur rencontre et il était peut-être en train de fabuler complètement. Il se rappelait d’une douce odeur de cigarette et du goût subtile de l’eau de vie de châtaigne noyée dans l’hydromel. Il se souvenait de sa délicate chevelure blonde et des fantasmes que lui inspiraient ses courbes. Et il n’avait bien sûr pas non plus oublié le coup de poing magistral qu’elle lui avait assigné dans le ventre. Parce que, oui, sous ses airs de femme sans honneur, elle ne manquait pas de caractère !

Une fois encore, il divaguait et c’est Akize que le ramena sur terre :

« Qui êtes-vous ? lui avait-il demandé, le plus simplement du monde, et c’était une excellente question : qui était-il ?


– Je suis Al-, commença-t-il, avant de s’interrompre aussitôt, se rendant compte de sa bêtise. Il n’était pas Alex. Mon nom est Victorius Alexander Wyrman, Victor pour les intimes. Oui, je suis un Wyrman et, non, je n’ai pas été à Serpentard, mais ça ne veut rien dire ».

Il savait donc encore qui il était, et c’était déjà ça. Il était néanmoins troublé par le lapsus qu’il avait failli commettre. Alex, vraiment ? C’était donc lui Alex ? Était-il possible qu’il ait pris à ce point l’habitude de mentir et de dissimuler sa véritable identité qu’il en soit rendu à donner une existence propre au personnage qu’il s’était construit, au point d’avoir l’impression de le rencontrer au détour d’un bar ? Décidément, il n’était pas dans son assiette et il avait grand besoin de remettre un peu d’ordre dans ses idées. Ce n’était malheureusement pas toute la bière qu’il venait d’ingurgiter qu’il l’aiderait dans cette tâche, bien au contraire. En plus de son esprit inconstant et de son terrible black-out, il avait désormais la tête qui commençait à tourner. C’était du joli… Victor ou comment se mettre une mine quand on est déjà bon à ramasser à la petite cuillère !

En parlant de bière, quel ne fut pas son effroi lorsqu’il vit le blondinet saisir SA chope et la vider sous ses yeux, sans le moindre scrupule. C’était pourtant SA bière et, comme son nom l’indiquait, elle était à LUI ! M*rde alors ! Il y avait quand même vraiment des gens sans gêne dans ce monde. Il ne pouvait pas s’en commander une, non ? Il n’y avait pas de justice. C’était lui qui mourrait de soif et qui crevait la dalle, oui ou m*rde ? Hein ? Enfin, il avait au moins eu la décence de tout afonner, car pour rien au monde Victor n’aurait bu derrière lui. Il trouvait ça tout bonnement dégueulasse. Ce n’était pas comme s’ils avaient gardé les Hippogriffes ensemble, il y avait des choses qui ne se faisaient pas ! Notre Gryffondor avait beau fulminer intérieurement, il ne dit rien. Il décida de laisser passer. En même temps, il n’était pas vraiment en position de se défendre, c’était tout de même lui qui était venu l’importuner… Mais il n’en pensait pas moins.

Le plus innocemment du monde, Akize fit comme si de rien n’était et poursuivit leur échange :

« En quoi devrais-je vous aider ? lui demanda-t-il de manière on ne peut plus légitime. Je préfère sortir dehors, la tension monte ici, suivez-moi ».

Honnêtement, Victor n’avait pas franchement envie de sortir. Il était bien assis là où il était et, pour avoir fréquenté l’Allée des Embrumes et ses pubs glauques au possible pendant des années, il n’était pas franchement dérangé par l’ambiance qui régnait dans cette taverne. En comparaison, l'atmosphère qui y régnait était presque bon enfant. Plus encore, il avait faim, genre vraiment faim, et il attendait son plat avec impatience. S’il sortait, qui savait quand il serait servi ? D’un autre côté, il était complètement fauché et ce serait peut-être l’occasion de s’esquiver sans payer, vu que son nouvel ami ne semblait pas vraiment enclin à l’inviter. Seul bémol, il n’aurait toujours pas mangé et c’eut été plus audacieux de s’enfuir une fois repu, même si c’eut été également nettement moins discret. Dilemme, quand tu nous tiens !

Au fond, il n’avait pas franchement le choix et s’il voulait compter sur Akize pour reprendre le contrôle de sa vie, il devait bien se soumettre à sa volonté. Tant bien que mal, il se leva donc et s’avança vers la sortie, en tâchant de ne pas trop tituber. Boire n'était décidément pas une bonne idée quand on était à jeun. Au passage, son camarade parvint à s’attirer des ennuis avec un sorcier ivre mort, mais il les régla aussitôt comme un véritable gentleman (ou pas), au moyen d’une bonne droite. C'était certes radical, mais ça avait le mérite d'être efficace ! Bref, ils feraient mieux de ne pas trop s’éterniser... Dehors, il faisait toujours aussi froid et humide, et Victor regretta aussitôt l’intérieur chaleureux qu’ils venaient de quitter. En même temps, ils pouvaient difficilement y retourner à présent.

S’abritant du vent en s’appuyant contre la façade de la bâtisse, notre sang pur reprit la conversation là où ils l’avaient laissée :


« Écoute, commença-t-il. Je ne sais pas ce qui m’est arrivé, je ne me souviens de rien. Je ne sais même pas ce que je fous ici, dans ce bled paumé. On est bien en Allemagne, n’est-ce pas… ? Qu’est-ce que tu fous ici, toi ? Ne me demande même pas ce que j’ai fait durant ces derniers mois, j’en ai pas la moindre idée ; dans ma tête c’est le vide complet. Un peu comme au lendemain d’une vilaine cuite. Pour tout te dire, je ne sais même pas quelle date on est. J’ai quelques souvenirs, quelques flashs, mais je n’arrive pas les reconnecter. Si tu voyais le bordel qu'il y a dans mon tête... Je suis désolé que ce soit tombé sur toi, mais ça ne peut pas être un hasard qu’on se soit rencontré. Parce que t’es bien anglais, n’est-ce pas ? Alors voilà, tu vois bien dans quel état je suis, je peux pas rester comme ça. Tu dois m’aider, tu dois me sortir de là ».
Revenir en haut Aller en bas
Akize T. Xiraz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Python royal


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Akize T. Xiraz, Dim 27 Oct 2013 - 17:31


– O’Riley, professeure ?! s’exclama Victor en faisant mine de s’étouffer. Alors là, impossible, il doit y avoir erreur sur la personne ! Crois-moi, la femme que j’ai connue aurait eu vite fait de débaucher tous ses élèves avant même de leur avoir enseigné quoi que ce soit ! Quoi que, maintenant que tu le dis, elle avait déjà un certain penchant pour les trolls et leurs troubles urinaires lorsque je l’ai connue… Nan, mais sérieusement, je doute que quiconque soit assez fou pour lui confier une classe ! Impossible que ce soit elle… ».

Et pourtant c'était bien vrai. Mme O'Riley était revenue à Poudlard. Mais je préférait le laisser dans son délire que de le contredire. Je ne voulais pas non plus raconter ma vie, encore moins la vie de Solange même si visiblement, ils se connaissaient tout les deux. À moins qu'il soit en train de me mentir depuis le début, ce qui me rendrait fou de rage, même si je ne serais pas étonné. Depuis le début, je doute de lui. Peut-être que je me faisais des idées pour rien? En tout cas, je m'en foutais totalement. Je voulais tout de même l'aider, même si, quoi qu'il arrive, il en voulait pas la peine. Mais, ce n'est pas tous les jours qu'on rencontre une personne ivre devant nous nous demandant gracieusement de l'aide. Alors, ce fut un cas à part, et pour les gouttes d'alcool que j'ai but dans sa bière sans aucune permission de personne, même pas de lui, j'accepta de l'aider. Et c'est à ce moment là que je lui posa la légitime question, qui il est? Quelle est cette personne qui est venu m'adresser? Fallait-il se méfier de lui? En tout cas, la réponse n'allait rien m'apporter sur mes doutes, loin de là.

– Je suis Al-, mais se reprit de suite. Mon nom est Victorius Alexander Wyrman, Victor pour les intimes. Oui, je suis un Wyrman et, non, je n’ai pas été à Serpentard, mais ça ne veut rien dire.

Ces paroles me faisaient douté. Pourquoi s'est-il repris? Tant de questions. Cela m'énervait énormément d'avoir plein de questions en tête. Je repensa au tout début, lorsqu'il me croyait Alex. Et c'est à ce moment là, que je me souvenais d'une chose. Lorsque j'étais gosse, on m'appelait souvent Alex. Une bande de fou me prénommait comme ceci car, d'après certaines sources, un ami à moi leur avait dit un faux prénom et leur avait déclaré mon identité, comme quoi j'étais super méchant, alors que ce n'était en aucun cas la réalité. Alors, du jour au lendemain, c'te bande m'aimait bien. Sans que je ne sache pourquoi, il m'avait intégrer dans leur bande et me prénommait donc Alex.

Je reçut ce souvenir comme un choc, et si il n'avait toujours pas changé, ce que je n'espérais pas. Ou alors, j'allais me tromper et il allait me prendre pour un fou. Ce que je ne voulait pas non plus. Est-ce que je devais continuer à lui parler? Encore ses fameuses questions. Mais je ne voulais pas lui déclencher toutes mes questions d'un coup, ils sont beaucoup trop nombreuses et il pourrait croire que je voudrais une mauvaise influence sur lui. Alors, sans vouloir m'affoler sur lui, je lui demanda en quoi je devais l'aider et lui proposa de sortir, la tension montait de plus en plus. Alors qu'on marcha dehors, celui-ci reprit la parole une fois de suite, répondant à la question que je lui avais manifestement posé.


- Écoute, commença-t-il. Je ne sais pas ce qui m’est arrivé, je ne me souviens de rien. Je ne sais même pas ce que je fous ici, dans ce bled paumé. On est bien en Allemagne, n’est-ce pas… ? Qu’est-ce que tu fous ici, toi ? Ne me demande même pas ce que j’ai fait durant ces derniers mois, j’en ai pas la moindre idée ; dans ma tête c’est le vide complet. Un peu comme au lendemain d’une vilaine cuite. Pour tout te dire, je ne sais même pas quelle date on est. J’ai quelques souvenirs, quelques flashs, mais je n’arrive pas les reconnecter. Si tu voyais le bordel qu'il y a dans mon tête... Je suis désolé que ce soit tombé sur toi, mais ça ne peut pas être un hasard qu’on se soit rencontré. Parce que t’es bien anglais, n’est-ce pas ? Alors voilà, tu vois bien dans quel état je suis, je peux pas rester comme ça. Tu dois m’aider, tu dois me sortir de là.

On peux dire que lui déballait les questions comme bon lui semblait. Cela ne me dérange pas, mais je n'allais pas y répondre de toute manière. Il veux de l'aide, on est pas dans un interrogatoire. Je n'avais pas envie de répondre à ces questions, et de toute manière, je suis sûr que si j'aurai déballé toutes mes questions, aucunes aurait été répondues. Alors, tout en restant calme malgré le bruit pesant qui provenait de l'intérieur du bar, je répondit.

- Je veux bien t'aider, d'accord, répondis-je, mais promet-moi de ne rien essayer. Je ne te connais pas, donc tu peux bien être un meurtrier, mais, j'ai une baguette et je peux bien me défendre, surtout que tu en as visiblement pas. Tu ne te souviens plus de rien ? T'es sûr de ne plus te souvenir de quelque chose ? Est-ce que ce prénommé Alex existe ?
Revenir en haut Aller en bas
Kimberly Lightstorm
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kimberly Lightstorm, Mer 16 Avr 2014 - 10:51


RP avec Ethan Wood.

L'amitié a un prix.


L'Allemagne, un pays que Kimberly voulait absolument visiter. Et c'est grâce à son père qu'elle put le faire enfin !
C'est un pays à la charnière de l'Europe occidentale et de l'Europe centrale situé entre le Benelux et la France à l'ouest, la mer du Nord, le Danemark et la mer Baltique au nord, la Pologne et la République tchèque à l'est et la Suisse et l'Autriche au sud. On distingue en Allemagne plusieurs grands espaces : la grande plaine du Nord, les montagnes moyennes du centre, le plateau bavarois et la vallée du Danube au Sud. Le pays est traversé par plusieurs grands fleuves, dont le Rhin, le Danube et l'Elbe.
A son plus grand bonheur, le père et la fille étaient seuls pour cette expédition, le reste de la famille ayant d'autres affaires "importantes" les concernant; Kristen et Lorelei étaient restées en Angleterre dans le Manoir Lightstorm, pour la plus grande joie de Kimberly. Elle pourra enfin profiter de son père et discuter avec lui, sans que sa mère ou sa sœur aînée ne les interrompent par des réflexions désobligeantes...
Monsieur Lightstorm était en mission pour le ministère, il devait simplement rencontrer quelques sorciers dans cette région pour les prévenir d'une éventuelle menace et tenter de collaborer pour une alliance avec le ministère de la Magie Anglaise...
Kal Lightstorm est un homme grand, aux cheveux grisonnant, les yeux rieurs et les rides fatiguées, il est quelqu'un de très sociable et au Ministère c'est un atout non négligeable pour partir en tant que Médiateur dans les pays étrangers. De toute façon, son nom avait une renommée et presque tous les sorciers avaient entendu parler de lui... Ce fut donc, le cœur léger et la mine réjouie qu'il rejoignit sa fille qui l'attendait à l'hôtel :
-"Ma fille ! Dit-il joyeusement.Tout s'est passé à merveille ! Allons donc manger quelque part !".
Elle se changea et mit sa jolie robe rouge et ses bottines noires, se coiffa avec un pic et se fit un chignon en laissant tomber ses mèches en cascades sur ses épaules, un petit coup de lipstick rouge bonbon et un parfum à la vanille, la gryffondor était fin prête !
La fille au bras de son père, rêvassait en se délectant des bonnes odeurs dans une ruelle de la ville de Berlin, la capitale du Pays. Ils trouvèrent un restaurant et dînèrent tranquillement, la fille profitant de son père en le faisant rire et en lui racontant ses petites anecdotes à Poudlard. Tous les deux passèrent une excellente soirée. Le dessert de Kimberly en intrigua plus d'un, elle demanda des profiteroles et des bananes qu'elle caramélisa à l'aide de la magie, en toute discrétion bien sûr ! Car ils avaient dîner dans un restaurant "moldu".
Marchant tous les deux en bavardant, Monsieur Lightstorm fût interpeller par un autre sorcier que Kimberly reconnu comme étant un collègue de travail de son papa. Elle soupira, et se doutait bien que les deux finiraient par finir dans un bar...
Et elle ne se trompait pas ! Les deux sorciers, heureux de se voir entre amis et sans leur femmes, trouvèrent une sorte de "tanière biscornue" au coin d'une ruelle. Kimberly boudait et suivait son père et son collègue en maugréant des paroles incompréhensibles. Tous les trois entrèrent dans une réplique "quasi-parfaite" du Chaudron Baveur. Il y avait de la musique et les sorciers et les sorcières portaient des toasts et faisant s'entrechoquer leurs verres... Kimberly poussa un soupir exaspérer, mais, elle comprenait que son père veuille "décompresser avec son pote", elle se posa donc à l'écart, dans un fauteuil, dans un coin où elle pouvait voir les allées et venues des gens et surtout, là où était son cher papa.
*Pourvu qu'ils se dépêchent* Se disait-elle.
Elle commanda une bièraubeurre et sirota en laissant passer le temps. Quand la porte s'ouvrit, elle reconnut alors une silhouette familière pour l'avoir croisé plusieurs fois au Château. Mais surtout, pour avoir avoué "une blague" pendant le cours de métamorphose. En effet, ce jeune homme avait littéralement fait "disparaître" la jupe de la prof !
Baissant la tête et se passant une main dans les cheuveux, elle espérait qu'il ne la remarquerait pas.
Mais c'était trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Ethan Wood, Sam 19 Avr 2014 - 9:43


C'était les vacances de Pâques, enfin si je pouvais appeler ça des vacances, quatre jours sans cours.. C'était tout de même la belle vie ! J'étais pas du genre à me goinfrer de chocolats pendant cette période vu qu'elle précédait l'été où tout le monde souhaite montrer ses atouts. C'était vraiment vicieux, on travaille tout l'hiver pour avoir un corps de rêve et en deux semaines, on passe son temps à manger du chocolat et on reprend le double de ce qu'on avait perdu en trois mois ! Non, c'était pas pour moi ça, quelques chocogrenouilles ça passe mais deux paquets entiers d'oeufs de Pâques.. Bref ! Tout ça pour dire que ma famille avait eu la bonne idée de partir en Allemagne pour quelques jours.

Et c'est pour ça que je me retrouvais assis sur un siège dur avec des ressorts qui me piquaient le dos et deux mec qui me bavaient sur chaque épaule, beaucoup trop lourds et costauds pour que je les déplace. L'avion ! Une invention moldue pour le moins ingénieuse mais qui, comme toute chose, avait de multiples défauts. Comme les voyageurs saoulants, les hôtesses de l'air froides, les équipements vétustes et ces horribles sacs à vomi qui te donnent envie de vider le contenu de ton estomac, partout, sauf là. Qui a eu l'idée d'utiliser des sachets en carton qui puent la pisse pour permettre au voyageur de se mettre à l'aise ? Tout le monde a déjà vomi dans l'avion, mais jamais personne n'a vomi dans ce sac. Et vu que j'étais coincé entre deux sumos, non c'était pas exagéré, je pouvais pas bouger et à peine respirer, alors j'avais pour unique vue le sac à vomi, et plus je le regardais et plus j'avais envie de l'utiliser.

Vous vous demandez sûrement pourquoi je n'ai pas transplané au lieu de suivre mes parents et mes frères et soeurs en avion ? Tout simplement parce-qu'ils voulaient que ce voyage se passe en famille. Et là pour le coup, à moins que ces deux géants soient mes cousins éloignés, je ne profitais absolument pas du cadre chaleureux et familial que ma mère m'avait promis. Mais je ne me plaignais pas, j'encaissais. J'avais juste un peu peur de la suite de ce voyage qui s'annonçait des plus "fabuleux". Mais bon, si ce voyage en avion avait été le pire de toute ma vie, j'avais déjà atteint mon maximum alors je ne pouvais espérer que du bien pour la suite. Mais hélas, je me trompais.

On arrive à destination, on descend du bus et direction l'aéroport pour récupérer les bagages. Entre temps, en bon équilibriste que je suis, je me casse la tronche et m'étale de tout mon long sur le sol à cause de mon lacet défait. Première déception, les filles bien roulées que j'avais remarquées s'en vont en ricanant, signe que je n'ai plus aucune chance. Bien, ma soeur et ma mère seront les seules femmes de ce week-end. On se dirige vers le tapis roulant qui est censé nous rendre nos bagages mais on apprend qu'elles sont restées à Londres et que le prochain avion ne part que le lendemain, génial ! Seconde déception, on rentre tous à l'hôtel qui en fait, ressemble plus à une auberge de jeunesse qu'autre chose. Papa engueule maman, elle nous avait promis un hôtel cinq étoiles et on se retrouve à dormir dans un pieu puant la sueur, on ose à peine toucher les bras et on se caille toute la nuit. Le lendemain, tout le monde est enrhumée et papa à quarante de fièvre, adieu La porte de Brandebourg et L'île aux musées. On passe tous la journée dans la chambre à aider maman qui est aux petits soins pour Papa. Même si elle nous dit qu'on visitera demain, je sais qu'on passera la week-end, un thermomètre dans la bouche.

Troisième déception, je me lève et cherche en vain une télé qui est introuvable. Je me renseigne à l'accueil et découvre qu'il n'y en a pas. Je me crêpe le chignon avec l'hôtesse d'acceuil et remonte dans ma chambre, une main rouge sur la joue droite. La nuit tombe et on a toujours rien fait, je décide de sortir de ce trou à rat et m'éclipse dans les rues allemandes à la recherche d'un petit bar où je pourrai me remettre les idées en place.

Au coin d'une rue, une petite enseigne chaleureuse m'accueille et les rires bourrus que j'entends venir de l'établissement m'incitent à jeter un coup d'oeil. L'endroit sent l'alcool à plein nez et j'aime ça, en écoutant quelques conversations je découvre que c'est un bar sorcier. Heureusement, qu'ils parlent anglais ! Et je m'affale sur le comptoir et commande une bière, deux, trois, quatre... Un peu trop mais je suis toujours sobre. Au loin, une petite tâche rouge croise mon regard et alors que je plisse les yeux pour essayer de mieux discerner le visage de la jeune femme bien roulée, je découvre Kimberly Lightstorm, accompagnée de son père et de je-sais-pas-qui. De toute façon, je m'en fiche. Je commande une bière de plus, prend dans une main la mienne et dans l'autre celle de Kimberly, puis me dirige vers la Gryffondor. Elle avait l'air de s'ennuyer, tant mieux, je vais lui tenir compagnie.

- Lighstorm ! Qui aurait cru qu'une fille comme toi traînerait dans un bar aussi peu recommandable, qu'est-ce qui t'amène par ici ? Entre-temps, j'avais serré la main des deux hommes qui l'accompagnait, Messieurs. J'attendais donc qu'elle fasse les présentations.


Dernière édition par Ethan Wood le Jeu 1 Mai 2014 - 23:10, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kimberly Lightstorm
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kimberly Lightstorm, Dim 20 Avr 2014 - 7:49


RP avec Ethan Wood.

L'amitié a un prix.


A sa plus grande exaspération, Kimberly fut contrainte de lever la tête, Ethan était debout devant elle avec deux bières. Son père enchanté de rencontrer un ami de Kim', serra avec enthousiasme la main du jeune homme et l'invita à s'asseoir près d'elle sous le regard meurtrier de la gryffondor... Elle dut alors faire les présentations dans les règles de la politesse, d'une voix monocorde elle répondit à Ethan :
-Je suis ici avec mon père. D'un signe de la main qui allait de l'un à l'autre. Papa, Ethan Wood, et lui c'est un ami de mon père...
Elle soupira de lassitude et consentit à prendre la chope que lui avait apporté le serdaigle. S'il fallait passer un bon bout de soirée ici, autant en profiter pour discuter avec un condisciple de Poudlard de la même tranche d'âge. Tous les deux se connaissaient grâce à Violaine, qui était leur seul point commun. Ils savaient pas grand chose l'un sur l'autre, à part les rumeurs de couloirs de l'école et leurs maisons respectives, ça s'arrêtait là. Tout sourire le père de Kimberly prit une seconde fois la main du Wood :
-Enchanté mon garçon ! Bien, très bien ! Alors les jeunes, je vais vous...Nous allons vous laisser tranquilles et , on va se mettre un peu plus loin. Puis, en voyant le regard de sa fille cadette. Allons Kimby, ma puce, je ne serais pas très loin. Profites donc de passer un bon moment avec ton petit copain...
-Ce n'est pas mon petit copain ! Papa ! Mais...Attends !
Et sans entendre les protestations de sa fille, les deux sorciers s'éloignèrent vers le bar en se donnant des tapes dans le dos.
Agacée par le comportement de son père, elle prit la chope et la bue jusqu'à la moitié.
*Non mais franchement !*
Elle inspira alors un grand coup et reprit contenance, elle ne savait pas pourquoi, mais, elle ne voulait pas du tout, mais alors pas du tout rester près de ce garçon...Et pourtant, c'était vraiment le seul qui était âgé de moins de 30 ans dans ce bar. L'alcool coulait à flot et l'ambiance était à la fête. Dans sa petite robe rouge, Kimberly était ravissante, avec ses cheveux noirs qui tombait en cascades sur sa nuque et son chignon, elle en avait fait se retourné des têtes, qui heureusement, n'avait pas continuer à la reluquer en voyant son père. Le papa de Kim', bien qu'âgé et grisonnant, intimait le respect et puis, même ici, en Allemagne, le nom des Lightstorm était connu. Quand on connaît un peu l'histoire de la seconde guerre mondiale et de ce fameux Hitler qui prônait la légitimité d'une seule race, on peut aisément en déduire que les Lightstorm (la famille la plus pure de Londres) aient contribuer à la tâche ardue de cet homme complètement fou... Secouant légèrement la tête pour ne pas s'éterniser sur le passé horrible de sa famille, Kimberly toisa son confrère de Poudlard.
Il était très décontracté et son sourire, sa dégaine et sa silhouette faisait languir certaines sorcières qui étaient à proximité et qui enviaient désespérément la place de Lightstorm.
-Alors, qu'est ce que le fameux Ethan Wood vient faire aussi loin de Londres ?
Dit-elle en croisant les jambes et en buvant une grande gorgée de bière. Et c'est là qu'elle remarqua ses yeux, étonnamment beaux et mystérieux, pas étonnant que son amie Violaine ai craqué pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Ethan Wood, Dim 20 Avr 2014 - 11:07


Kimberly ne semblait pas aux anges de me voir arriver, dommage. Moi qui pensait lui faire plaisir. Elle procéda rapidement aux présentations et je découvris rapidement qu'un des deux hommes qui l'accompagnaient n'était autre que son père. J'espérais ne pas avoir dérangé l'atmosphère familiale du petit trio mais rapidement les deux sorciers s'en allèrent nous laissant tous les deux seuls, un verre de bière dans la main. Une phrase avec attiré mon interrogation et ma surprise, profite donc de passer un bon moment avec ton petit copain... Quoi ? Est-ce qu'il parlait vraiment de moi ? Je ne savais pas ce que lui avait dit Kimberly à propos de moi mais j'espérais qu'elle n'ait pas raconté à tous ses proches ce que son père venait de dire. J'étais à deux doigts de me lever pour rectifier le tir et rétablir la vérité aux deux vieillards mais je me rabaissai, après tout, du moment que nous n'étions que tous les deux ici, personne n'entendrait ces stupides rumeurs et puis, je ne voulais pas déformer l'image du bon petit garçon que se faisait le père de Kim à mon propos.

Kimberly était ravissante ce soir, vêtue d'une robe rouge et assez courte, beaucoup de gens se tournaient vers nous. Avaient-ils entendu quelque chose ? Non, il fallait que j'arrête d'être parano, il n'y avait rien d'étonnant que des garçons s'intéressent à Kim, après tout, je devais aussi avouer qu'elle était splendide. Mais mon coeur était déjà pris alors j'arrêtai de suite de la reluquer, mais elle continua et s'arrêta principalement sur mes yeux. Étant donné que nous avions récupéré notre valise dans la matinée, j'avais eu la "chance" de me changer pou enfiler de nouveaux vêtements. C'est pourquoi j'étais vêtu d'un pull en fil torsadé beige, d'un bermuda blanc et d'une paire de mocassins en daim beige.

C'était étrange de plonger mon regard dans le sien, nous ne nous étions jamais vraiment fréquentés tous les deux et là, par un pur hasard, on partage une table et on trinque ensemble comme de vieux amis. Mais ça ne me dérangeait pas, je préférais être en compagnie de Lightstorm plutôt que ans l'hôtel miteux que j'avais quitté un peu plus tôt. Heureusement, Kim' eut la bonne idée de briser le silence qui s'était installé entre nous et devenait de plus en plus gênant, si on continuait ainsi, les gens nous prendraient VRAIMENT pour un couple !

- Alors, qu'est ce que le fameux Ethan Wood vient faire aussi loin de Londres ?

- Ah ! C'est une longue histoire.. Mes parents ont décidé de faire un petit voyage à Berlin pour ce week-end de Pâques et j'ai obtempéré mais ça c'est pas passé exactement comme on l'espérait... Bref ! Et toi Kimberly, qu'est-ce qui t'amène par ici ?

Je ne voulais pas tout lui raconter, c'était assez barbant dit comme ça et je ne voulais pas l'endormir avec toutes mes belles paroles, je lui laissais donc la parole, j'avais bien une petite idée derrière la tête sur sa présence ici mais je préférais attendre sa version avant de reprendre la parole. Puis, je bus une petite gorgée de ma bière. Kimberly, elle, en était à la moitié, elle avait tout avalé d'une traite ! Sans pouvoir m'en empêcher, j'éclatai de rire, mais heureusement, mon rire fut rapidement rattrapé par le bruit des machines à café, à bière et personne ne me remarqua.

- Désolé, c'est juste que je ne t'imaginais pas comme ça, dis-je en montrant son verre à moitié vide.


Dernière édition par Ethan Wood le Jeu 1 Mai 2014 - 23:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kimberly Lightstorm
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kimberly Lightstorm, Lun 21 Avr 2014 - 5:55


L'atmosphère s'apaisa et tout se passait tranquillement pour les deux "Poudlariens", Ethan exposa brièvement le pourquoi de sa présence et un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'il regardait Kimberly boire d'un trait la moitié de son verre. Il eut alors un rire franc qui fut heureusement couvert par les bruits environnants. Les yeux ronds, Lightstorm posa son verre, d'un air interrogateur elle le scruta. Wood s'empressa alors de répliquer qu'il ne pensait pas que Kim' "était comme ça".
*Comme quoi ?*
Elle consentit alors à lui rendre son sourire, il est vrai que d'habitude elle ne boit pas aussi vite, mais, la réflexion plus qu'absurde de son père l'avait quelque peu énervée.
*Comment papa peut-il penser que c'est mon petit ami ? N'importe quoi !*
La gryffondor avait eu un amoureux, il n'y a pas si longtemps, mais, cela s'est mal fini et la jeune fille ne voulait en aucun cas revivre un tel désastre. L'amour est un poison, Kim' aimait le dire, c'est un sentiment puissant qui peut détruire une vie en une seconde et a contrario, un acte magique tout aussi dévastateur... En fait, Lightstorm s'était promise qu'elle ne retomberait plus jamais dans un piège aussi grotesque que l'amour avec un grand A.
-J'accompagne mon père qui est en voyage pour le Ministre, il devait rencontrer quelques sorciers allemands pour discuter de ce qui se passe en ce moment avec les mangemorts.
Dit-elle à Wood pour expliquer sa présence ici.
-Et comme par hasard, il tombe sur son collègue et je me retrouve ici à devoir attendre qu'ils aient fini de "discuter", mais, si tu veux mon avis, ils veulent se saouler pendant que leurs femmes sont à Londres...
Elle avait dit ça le plus naturellement possible, en effet, elle pouvait accorder à son père un moment de répit, avec Madame Lightstorm, la mère de Kim', cela aurait été plus difficile, et puis, son père était du genre "cool" quand il avait un coup dans le nez. Pourvu qu'ils puissent rentrer sans qu'elle ait à le porter.
Concernant la remarque d'Ethan sur le fait qu'il ne pensait pas qu'elle était "comme ça", elle aussi avait une question pour lui. En fait, elle voulait connaître le pourquoi de sa "blague" en cours de Métamorphose...
- Moi non plus je ne pensais pas que tu étais "comme ça". Comment tu as pu accepter un pari aussi absurde ? En plus avec Violaine dans les rangs...
Une autre gorgée vint terminer sa phrase et le verre était maintenant vide. Fixant son interlocuteur, elle faisait bien évidement référence au jour où Miss Quinn se retrouva les fesses à l'air, sa jupe ayant complètement disparue. Une blague qui tourna vite au vinaigre, Harshing était aussi présente et le tonnerre ne tarda pas à gronder pour balayer les élèves et les faire avouer...
*Comment Violaine arrive t-elle à laisser passer un tel acte de ta part ?*
Elle le toisait à présent, attendant une réponse. Sa préfète était pour elle comme un sœur qu'elle n'aura jamais. Kim' aimait beaucoup Violaine, toujours prompt à la soutenir ou à lui venir en aide, mais au fond, toutes les deux avaient vécues un tas d'aventures où elles avaient failli y laisser leur peau de sorcière...
-Tu sais que tu as de la chance de sortir avec Corrigan j'espère ?.
Interrogea t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Wood
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Ethan Wood, Jeu 1 Mai 2014 - 22:01


- J'accompagne mon père qui est en voyage pour le Ministre, il devait rencontrer quelques sorciers allemands pour discuter de ce qui se passe en ce moment avec les mangemorts. Et comme par hasard, il tombe sur son collègue et je me retrouve ici à devoir attendre qu'ils aient fini de "discuter", mais, si tu veux mon avis, ils veulent se saouler pendant que leurs femmes sont à Londres...

Alors comme ça le père de Kimberly faisait partie du Ministère ? J'avais bien fait de la jouer petit enfant sage en sa présence, mieux valait avoir une bonne réputation auprès des membres du Ministère, maintenant que les Mangemorts étaient de retour, tout le monde se méfiait de tout le monde et je ne voulais pas devenir une cible potentielle du Ministère en me montrant arrogant et malpoli. Lightstorm.. Ce nom me disait vaguement quelque chose mais rien de concret ne se formait dans ma tête quand je pensais au père de Kimberly. Peut-être l'avait-on étudié en cours d'Histoire de la Magie ? Non, je ne me souvenais pas d'un cours traitant sur les employés du Ministère. De toute façon, j'avais autre chose à penser suite à la prochaine phrase de Miss Lightstorm.

- Moi non plus je ne pensais pas que tu étais "comme ça". Comment tu as pu accepter un pari aussi absurde ? En plus avec Violaine dans les rangs...

Là, la conversation prenait une toute autre tournure. Je détestais les gens qui se mêlaient des affaires des autres et visiblement, Kimberly fourrait son nez là où elle n'avait rien à dire. Je fronçai les sourcils et croisai les bras, m'appuyant un peu plus sur mon siège. Je ne savais pas quoi lui répondre, soit je m'énervais et ça partait en "clash" comme on disait, soit je m'expliquais calmement et lui faisais indirectement comprendre que ça ne la regardait absolument pas. J'hésitai quelque peu et optai finalement pour la seconde option, la présence de la jeune femme m'était assez agréable et je ne voulais pas déjà retourner à l'hôtel où ma petite famille m'attendait.

- Écoute Kim', je ne veux pas te vexer mais ce sont mes affaires d'accord ? Je sais très bien que j'ai agi comme un idiot et que j'ai fait du mal à Violaine et je regrette ce que j'ai fait maintenant. Mais j'aimerai seulement qu'on arrête d'en parler d'accord ? J'ai honte d'avoir fait ce que j'ai fait mais tu ne sais pas ce qui se passe et tu n'es en aucun cas impliquée dans cette affaire, finis-je par trancher d'un ton assez froid.

Je n'avais pas pu me retenir d'agir de la sorte, je bouillonnais intérieurement et les paroles de Kimberly m'avaient fait beaucoup de mal. À chaque fois que je repensais à cet incident, c'était comme un coup de poignard dans mon coeur. Mon coeur était déchiré en deux et deux personnes possédaient un morceau. D'un côté il y avait Violaine, ancienne collègue préfète qui au début ne m'intéressait absolument pas mais que j'ai appris à connaître au fil du temps dont je suis désormais, terriblement amoureux. De l'autre côté, Cliodhna Quinn mon actuel professeur de métamorphose et ancienne aventure. Je l'avais rencontré lors d'une soirée pour le Nouvel An organisée par le Chaudron Baveur et les Trois Balais et malgré le fait que nous nous étions promis d'arrêter, elle hantait toujours mes nuits.

- Tu sais que tu as de la chance de sortir avec Corrigan j'espère ?

Je soupirai. Je n'avais pas du tout apprécié la manière dont la jeune femme avait tourné sa question, je ne savais pas si celle-ci sonnait comme un reproche ou une simple question anodine mais vu ses dernières accusations, je me doutais qu'elle voulait me donner tort. Je m'approchai de la table et déposai ma bière sur celle-ci après avoir aspiré une grande gorgée, si la Gryffondor continuait notre conversation de la sorte je ne tarderai pas à la quitter, après tout, il y avait bien d'autres bars sorciers à Berlin, non ?

- Qu'est-ce que tu cherches Lighstorm ? Tu veux que je t'avoue tous mes torts ? Que je te fasse la liste de mes défauts maintenant, tout de suite ? Oui, j'ai beaucoup de défauts mais comme tout le monde et je te rassure tu n'es pas plus parfaite que moi ! Alors oui, je sais que j'ai plus de chance de sortir avec Violaine que d'elle de sortir avec moi mais à preuve du contraire, elle est heureuse avec moi et personne ne m'a jamais contredit sur ce point. Je marquai une pause et repensai à la dernière fois que je l'avais surprise avec Violaine, et puis, c'est quoi ton problème ? Tu fais que la regarder comme si... T'es toujours scotchée à elle et tu  fais que l'observer de la tête au pied à chaque fois que tu la regardes comme si tu la redécouvrais... Pour tout te dire, ton attitude avec elle ne me plaît pas mais pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Kimberly Lightstorm
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Kimberly Lightstorm, Sam 3 Mai 2014 - 0:52


Elle remarqua que les questions posées ne plaisaient pas, et à juste valeur, les réponses n'en furent pas moins froides et signifiaient quasiment à la sorcière de changer de sujet.
- Écoute Kim', je ne veux pas te vexer mais ce sont mes affaires d'accord ? Je sais très bien que j'ai agi comme un idiot et que j'ai fait du mal à Violaine et je regrette ce que j'ai fait maintenant. Mais j'aimerai seulement qu'on arrête d'en parler d'accord ? J'ai honte d'avoir fait ce que j'ai fait mais tu ne sais pas ce qui se passe et tu n'es en aucun cas impliquée dans cette affaire.
Le sorcier né moldu avait fini par répondre d'un ton cassant, pour passer à autre chose, mais, Kimberly n'en avait pas fini avec lui et la seconde remarque de la gryffondor échauffa l'esprit du serdaigle.
- Qu'est-ce que tu cherches Lighstorm ? Tu veux que je t'avoue tous mes torts ? Que je te fasse la liste de mes défauts maintenant, tout de suite ? Oui, j'ai beaucoup de défauts mais comme tout le monde et je te rassure tu n'es pas plus parfaite que moi ! Alors oui, je sais que j'ai plus de chance de sortir avec Violaine que d'elle de sortir avec moi mais à preuve du contraire, elle est heureuse avec moi et personne ne m'a jamais contredit sur ce point. Le jeune sorcier marqua un temps de silence avant de reprendre aussitôt, et puis, c'est quoi ton problème ? Tu fais que la regarder comme si... T'es toujours scotchée à elle et tu fais que l'observer de la tête au pied à chaque fois que tu la regardes comme si tu la redécouvrais... Pour tout te dire, ton attitude avec elle ne me plaît pas mais pas du tout.
Son cœur fit un bond lorsque Ethan cracha la dernière phrase. Mais, elle n'allait pas se laisser démonter pour autant, au moins, il avait eu le cran de lui répondre franchement, une qualité qui se perd beaucoup chez la gente masculine en ce moment. Kimberly avait l'impression que les garçons mentaient de plus en plus, pour soit disant "protéger" ceux qu'ils aimaient. Elle n'était pas d'accord avec eux, la vérité est un droit et un devoir pour celui qui la dit. La jeune sorcière n'avait que trop vécu dans un monde où tout le monde lui mentait, et les conséquences aujourd'hui n'en était que plus néfastes.
-Au moins tu as dit ce que tu avais sur le cœur, je t'en suis reconnaissante, et puis, de toute façon, ça me regarde pas que tu ais envie de reluquer Miss Quinn, mais tout de même...Elle finit par hausser les épaules, après tout, si ça lui chante...
Elle lança un regard à son verre désespérément vide et jeta un coup d’œil vers son père qui était un peu plus loin au fond du bar, ça y est, il était déjà bien soûl maintenant qu'il chantait à tue-tête... Lightstorm souffla exaspérée et plongea son regard dans celui du serdaigle pour dire :-"Je sais que j'ai parfois un comportement suspicieux qui peut gêner et puis si tu le dis, c'est que tu as compris... Mais, ne crois pas que ce soit un interrogatoire, c'est juste que... Repensant à ce qu'il disait à propos de sa façon de "regarder" Violaine, elle resta silencieuse une bonne minute... C'est comme la sœur que je n'ai jamais eue, et puis je la trouve jolie, et de toute façon, j'aime regarder ce qui est beau, ce qui est ton cas apparemment. Fit-elle avec un sourire malicieux en se remémorant Miss Quinn sans jupe...
Lightstorm se leva en tirant légèrement sur sa petite robe rouge au risque d'être trop courte et de dévoiler ses dessous... D'un signe de la main, elle fit à Ethan qu'elle allait revenir très vite. Elle n'avait pas mentit. Tous les hommes se trouvant au bar s'étaient écartés pour la laisser passer, et ils insistèrent pour payer ses boissons. La sorcière revint alors avec deux bonnes grosses chopes de bières bien frappées.
-Bon alors, trinquons ! Tant qu'à faire, autant passer une bonnes soirée, non ? Désolée pour le mauvais démarrage, tu verras, je sais aussi me lâcher... Elle engloutit alors une bonne gorgée du liquide alcoolisé après avoir fait tinter son verre sur celui d'Ethan.
Elle sortit sa baguette pour la pointer vers le Jukebox qui se trouvait là, et le mit en marche. Une musique sortie alors de l'appareil et elle sourit à son camarade.
-T'as une chanson préférée peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Allemagne, la bière, la joie !

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 9

 Allemagne, la bière, la joie !

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.