AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 11 sur 17
Petite promenade en France
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 17  Suivant
Heather Wells
Serpentard
Serpentard

Re: Petite promenade en France

Message par : Heather Wells, Jeu 12 Fév 2015 - 12:50


L'abraxan était là, juste devant eux, et la garde chasse s’apprêtait à lui lancer un sortilège mais son pieds glissa sur elle ne savait quoi. Elle parvient à se rattraper en frçant sur ses muscles, ce qui réveilla malheureusement sa blessure au mollet. Une douleur aiguë remonta alors dans sa jambe lui faisant pousser un cri de douleur qui fit également fuir la créature.

Proulx envoya ensuite un sortilège à Wilson, la directrice de Gryffondor, afin qu'elle vienne les aider. Heather la connaissait peu car ne lui avait jamais vraiment parlé, elles ne faisaient que se croiser. Lorsqu'elle arriva en transplanant, ils purent se remettre en route et continuer leur recherche. Intriguée par une forme étrange au loin, la jeune femme ne vu qu'en tournant la tête au dernier moment qu'un abraxan se trouvait sur leur route. Surprise, elle sursauta et glissa de nouveau. Elle se rattrapa alors comme elle put à Wilson, mais ne fit qu'entraîner cette dernière avec elle dans le fossé. Et Proulx, qui se marrait de son côté, se fit attaquer par la créature pas vraiment amicale. L'Irlandaise voulut se relever mais la douleur dans son mollet fut trop importante et elle chuta de nouveau. La texture étrange et visqueuse, malodorante surtout, qui amortit sa chute se trouva être du crottin d'abraxan. La jeune femme était dégoûtée, partagée entre l'envie de pleurer et celle de vomir, mais dans un sursaut de lucidité, toucha la créature avec un sortilège. Proulx et Wilson enchaînèrent ensuite tandis qu'elle se relevait. Beurk, ses vêtements, ses cheveux, tout était dégoûtant ! Mais comme l'abraxan fut rapidement capturé, ils la déposèrent au zoo avant que la garde chasse ne file chez elle pour une bonne grosse douche.

Fin du RP.
Revenir en haut Aller en bas
Arabella McCormick
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Arabella McCormick, Mer 25 Mar 2015 - 10:29


RP avec Andy Potter et Astrid N. Reckless

Depuis quelques temps, Arabella avait envie d'élargir ses horizons. Il était temps pour elle d'explorer de nouveaux pays! Elle en avait discuté avec d'autres Gryffondors: Andy et Astrid. Le jeune homme avait proposé de se rendre en France. Arabella n'y était jamais allée. Il y avait forcément une forêt intéressante dans laquelle s'aventurer dans ce pays! Et puis, après tout, de nombreuses légendes se déroulaient en France: ils pourraient peut-être partir sur leurs traces.

Un beau jour de printemps, les trois amis décidèrent de partir pour la France. La jeune fille avait déjà préparé son sac depuis quelques jours, il ne lui restait plus qu'à se préparer elle-même. Arabella avait attaché ses longs cheveux blonds en queue de cheval pour ne pas être dérangée. Elle ne tenait pas spécialement à se faire remarquer, aussi s'était-elle habillée comme une adolescente tout à fait normal: jean brut serré, t-shirt gris et jaquette noire. Par-dessus le tout, elle avait enfilé une veste en cuir. En se regardant dans le miroir, elle se sentit tout ce qu'il y a de plus banal... Au moins, personne ne risquait de l'arrêter dans la rue. Elle glissa sa baguette dans son sac à dos et partit retrouver ses amis à la gare, où ils prirent un premier train pour Londres. Une fois dans la capitale, ils changèrent de train, et enfin, après de nombreuses heures plus qu'ennuyeuses, les trois Gryffondor se retrouvèrent au milieu de nul part, en Bretagne. Finalement, la région ressemblait beaucoup à l'Ecosse: Arabella s'y sentit instantanément chez elle! Ils étaient au bord de la mer, dans un petit village de pêcheur. Même si le coin était sympa, la jeune fille ne voulait pas s'y attarder: l'aventure les attendait!

-Alors, qu'est-ce qu'on fait?! Vous avez faim? On pourrait manger quelque chose et préparer une expédition dans la grande forêt, là-bas, dit-elle en pointant en direction des terres. Ou alors, on pourrait essayer de trouver une grotte dans la falaise! Je parie qu'il y a des endroits par ici où de la magie a été pratiquée!

Elle espérait que ses compagnons étaient aussi motivés qu'elle. Il était hors de question de s'ennuyer une seule seconde! Il fallait aussi qu'ils trouvent un endroit où dormir. Arabella avait emporté une tente, au cas où... Elle ouvrit son sac pour observer ses provisions, et récupérer son moke. Elle l'avait caché pendant toute la durée du trajet: quoi de plus bizarre aux yeux d'un moldu qu'un lézard qui change de taille?!
Revenir en haut Aller en bas
Astrid N. Reckless
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Astrid N. Reckless, Mer 25 Mar 2015 - 20:58


Accompagnée de deux camarades Gryffondor ; Andy et Arabella, je programmais de fouler le sol français pour la première fois. Cette dernière souhaitait élargir ses horizons, Andy avait proposé la France et j'avais été partante, j'adorai voyager, et en brave casse-cou, partir pour de nouvelles aventures. Il avait été difficile de convaincre Ellie, mon grand-père, de me laisser m'y rendre. Mais au final à coup de sourires et d'arguments en béton armé, j'avais fini par le convaincre. « Pour parfaire mon français », ma gueule, je parlais déjà parfaitement cette délicieuse langue, « Pour décompresser au sujet des Aspic's » déjà plus crédible, mais j'avais tout le loisir de me détendre à Poudlard et à Londres, « Pour devenir plus indépendante », et bien ça, ça risque pas d'arriver ! En fait, j'avais surtout envie de m'éclater avec de chouettes sorciers, je connaissais pas trop Arabella et Andy, mais ils avaient l'air sympa. Je bataillai à fermer mon sac de sport, gros comme le ventre d'un demi-géant, oui, je m'y prenais encore à la dernière minute, rien de surprenant. Tout en fouillant dans mon armoire, j'avalai le jus d'orange qu'Ellie m'avait monté avec un croissant une demie-heure plus tôt. J'enfilai un short en jean bleu clair ainsi qu'un sweat gris à capuche. J'attachai mes cheveux en un chignon rapide, quelques mèches rousses encadrant mon visage. Je laçai mes bottines marrons et je mis rapidement une veste avant de jeter mon sac sur mon épaule et de dévaler les escaliers pour embrasser ma mère puis me faire accompagner à la gare par Ellie. Et suite à de longues heures de trains pendant lesquelles je m'étais endormie, on finit enfin par arriver en Bretagne, dans un petit coin paumé. C'était un joli petit village de pêcheur, au bord de la mer, où il devait y faire bon d'y vivre. Le coin me semblait pas si inconnu, presque comme un souvenir lointain, il parait que mon père était français, j'avais peut-être mis les pieds dans son pays d'origine quand j'étais enfant... Arabella semblait toute excitée, ce qui me fit instantanément sourire.

« Alors, qu'est-ce qu'on fait?! Vous avez faim? On pourrait manger quelque chose et préparer une expédition dans la grande forêt, là-bas », dit-elle en pointant en direction les bois. « Ou alors, on pourrait essayer de trouver une grotte dans la falaise! Je parie qu'il y a des endroits par ici où de la magie a été pratiquée. »

J'éclatai de rire devant sa motivation et son enthousiasme que je partageai. On était assis sur un banc, mon sac était à mes pieds, dans une rue quelconque, au fond, je m'en fichais.

« Je meurs de faim ! » M'exclamai-je, en me souvenant du croissant que je n'avais put eut le temps de dévoré. « Chaque chose en son temps, hein ? Je propose qu'on aille manger un bout d'abord, on aura le temps de tout faire, je pense. Commençons par l'expédition en forêt, on pourrait même camper là-bas. Et le lendemain, on irait explorer la falaise, non ? Qu'est ce que vous en pensez ? »

Suite à leurs réponses, je me levai d'un bond et j'empoignai la lanière de mon sac, pour me mettre en route vers une petite auberge qu'on avait croisé et qui m'avait l'air sympa.

« Allez ! Bougez ! »
Dis-je pleine s'enthousiasme, en poussant la porte de l'établissement.

HRPG : J'vous file mon libre arbitre si vous en avez besoin :3

Revenir en haut Aller en bas
Andy Potter
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Andy Potter, Sam 28 Mar 2015 - 23:07


C'était la première fois que je revenais en France depuis longtemps. Mes parents aillant déménagés en Angleterre durant ma première année à Poudlard, cela faisait donc six ans et demi que je n'étais pas revenu. Je ne pensai pas revenir avant la fin de l'année, mais je ne pouvais dire non à Arabella quand elle m'avait proposée une petite excurss=ion avec une autre fille que je ne connaissais absolument pas, mais que j'avais déjà vu dans les couloirs. Elle s'appelait Astrid et elle aussi était en septième année chez les Griffondor.

Elles avaient l'air plutôt sympa et une petite sortie entre Gryffondor ne pouvait pas me faire de mal après tout. Je ne savais pas vraiment ce qu'on était censé chercher principalement, mais pour l'instant je devais avouer que j'étais exténué du voyage et que je mourrais de faim. C'est donc tout naturellement que j'enlevai mon sac de sur mes épaules pour y sortir un des sandwichs préparés avec soin par les elfes de maison de Poudlard avant de mordre dedans pendant qu'Arabella s'exclama :

- Alors, qu'est-ce qu'on fait?! Vous avez faim?

-Et bien, il me reste bien quelques sandwichs, mais ça ne va jamais me suffire... Dis-je la bouche pleine, juste avant d'avaler.

-Je meurs de faim ! Répondis Astrid.

Alors que je continuai de manger mon sandwich tranquillement, je laissai les filles discuter du programme. Après tout j'étais en minorité et je ne savais que trop bien que de contredire une fille n'engendrait que des problèmes pour moi.

- On pourrait manger quelque chose et préparer une expédition dans la grande forêt, là-bas. Ou alors, on pourrait essayer de trouver une grotte dans la falaise! Je parie qu'il y a des endroits par ici où de la magie a été pratiquée. Dit soudainement Arabella.

- Chaque chose en son temps, hein ? Je propose qu'on aille manger un bout d'abord, on aura le temps de tout faire, je pense. Commençons par l'expédition en forêt, on pourrait même camper là-bas. Et le lendemain, on irait explorer la falaise, non ? Qu'est-ce que vous en pensez ?

Décidant d'ouvrir ma bouche pour essayer de me faire entendre, je dis nonchalamment :

- Et bien, je propose que nous passions notre première nuit dans une auberge et qu'une fois avoir bien dormi et après s'être rempli la pense, nous explorions la forêt puis la falaise le lendemain... Ça vous va ? Demandai-je aillant peur de me faire chambrer par ses deux filles pleines d'énergie, mais surtout aillant envie d'être la cheffe. Oui je l'avais remarqué. Elles avaient toutes les deux des âmes de dominantes. Merlin, faite que je rentre chez moi en un seul morceau...
Revenir en haut Aller en bas
Arabella McCormick
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Arabella McCormick, Dim 29 Mar 2015 - 19:41


Au moins, tout le monde était d'accord sur un point: il fallait manger, et vite! Il y avait une petite auberge non loin de là et Astrid voulait y aller. Andy quant à lui proposait de dormir là... Pffff, apparement, Arabella devrait attendre un peu pour l'aventure...

-Andy, est-ce que je t'ai déjà dit à quel point tu peux être ennuyeux? dit-elle, le sourire aux lèvres. Il ne fallait pas vexer le garçon, juste le secouer un peu! On est ici pour s'amuser! On aura tout le temps de dormir quand on sera morts... Pourquoi est-ce qu'on n'irait pas tout de suite dormir dans la forêt?! Ne me dis pas que tu as peur de ce qui pourrait nous arriver?

Sa camarade féminine semblait déjà plus motivée par une nuit en forêt que le jeune garçon! Bah, après tout, peut-être qu'avec l'estomac bien rempli, il changerait d'avis.

-Je te suis Astrid, je pourrais manger un boeuf tout entier, tellement j'ai faim! elle regarda son moke un instant et continua: je crois que Henry a faim aussi, mais je doute qu'ils acceptent de lui servir une gamelle d'insecte...

En marchant jusqu'à l'auberge, Arabella préparait ses meilleurs arguments en faveur d'une nuit à la belle étoile. Elle était véritablement ravie qu'Astrid soit sur la même longueur d'onde qu'elle. Pour ce qui était de Andy, elle était sure de réussir à le convaincre. Elle savait qu'il se rendait parfois dans la Forêt Interdite: il y avait là-bas toutes sortes de créatures effrayantes! Ils ne pourraient pas croiser pire ici, dans ce petit coin reculé de France... Elle laissa son esprit dériver quelque peu, rêvant de toutes sortes de rencontres plus incroyables les unes que les autres.

-Tu sais Andy, si ça peut te rassurer, je doute qu'il y aie une colonies d'acromentules dans cette forêt. Quoi qu'il en soit, ce ne sont jamais que de très grosses araignées, lui dit-elle avec un clin d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas
Astrid N. Reckless
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Astrid N. Reckless, Dim 5 Avr 2015 - 8:41


Andy était loin d'être sur la même longueur d'onde que moi et Arabella. Ou alors, il avait dit ça par pur plaisir de nous contredire. Mais, sérieusement, dormir dans une auberge ? Le comble de l'ennui !

« Andy, est-ce que je t'ai déjà dit à quel point tu peux être ennuyeux ? »

Derrière l'épaule d'Arabella, je ne pus qu'adresser à l'unique mec du groupe un signe de tête vigoureux pour approuver les paroles de la blonde. J'écoutai d'une distraite oreille Arabella essayait de convaincre Andy tout en essayant de taire les manifestations de mon ventre qui mourrait de faim... Puis, jetant mon sac sur mon épaule, on se mit en marche silencieusement.

« Tu sais Andy, si ça peut te rassurer, je doute qu'il y aie une colonies d'acromentules dans cette forêt. Quoi qu'il en soit, ce ne sont jamais que de très grosses araignées. » Intervient Arabella, dans une tentative de le convaincre de passer cette nuit à la belle étoile.

Je grimaçai, pas d'acromentules ? Dommage. Quoi qu'il en soit, je laissai la blondinette amadouer Andy, si ses cajoleries, arguments et tout le tralala ne marchait pas, je m'occuperai personnellement de la manière forte. Là, j'étais trop affamée. Poussant la porte de l'établissement, j'allai droit vers une table reculé de l'auberge pour qu'on puisse parler tranquille, Andy et Arabella me rejoignant rapidement. Lorsque le serveur arriva, je commandai un steak-frites avec un grand verre de Coca-Cola et une tarte au chocolat d'un français parfait mais avec un léger accent britannique.

« Alors Andy, la nuit à la belle étoile te tente toujours pas ? »
Lui dis-je avec mon plus beau sourire.

La mauvaise réponse et hop, il n'aurait plus ses doigts pour manger ! Ses doigts ? Ahem non, ses mains. Voir ses bijoux de famille... Non, trop cruel.

Revenir en haut Aller en bas
Andy Potter
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Andy Potter, Lun 6 Avr 2015 - 1:17


Alors qu'Arabella me faisait la morale sur le fait que j'étais une personne ennuyeuse et qu'Astrid était derrière elle en train de hocher la tête à tout ce qu'elle disait, je ne pouvais me sentir que comme un enfant qu'on était en train de gronder parce qu'on l'avait attrapé la main dans le sac.

-Je ne suis pas ennuyeux Arabella, c'est juste que pour notre première nuit nous pouvons très bien dormir dans un hôtel histoire d'être frais comme des gardons avant de partir explorer. Sinon, je ne vois pas pourquoi irait manger dans un restaurant à ce moment-là. Autant manger dans la forêt du coup. Répliquai-je en levant les yeux au ciel.

Mais en voyant le regard des deux jeunes filles, je comprenais très vite que nous mangerions à l'auberge ce qui me laissait peut-être une infime chance d'y dormir au moins une nuit.

-Tu sais Andy, si ça peut te rassurer, je doute qu'il y ait une colonie d'acromentules dans cette forêt. Quoi qu'il en soit, ce ne sont jamais que de très grosses araignées. Dit Arabella pour me convaincre de passer la nuit dans la forêt.

- Je n'ai pas peur des acromentules ! M'exclamais-je outré. Juste des petits insectes comme les papillons de nuit. Dis-je dans ma lancer avant de mettre ma main devant ma bouche.

Mais quel imbécile je faisais ! Elles n'avaient pas besoin de savoir que le courageux gryffondor que j'étais avait peur de misérables petits papillons de nuit. *Quoi que, elles ne sont pas toutes petites...* Pensais-je en repensant au moment où j'en avais eu une dans la bouche alors que j'allais croquer dans ma part de pizza. Je frissonnai en repensant à se souvenir que j'aurai préféré effacer de ma mémoire. Mais pour mon plus grand malheur, il fallait que je me rappelle de la sensation des ailes du papillon en question dans ma bouche.

Alors que je repensai à cette histoire qui me faisait toujours autant frissonner de dégoût, je n'avais pas remarqué que l'on était déjà à l'intérieur de l'auberge. Astrid était déjà assise. Je laissai passer Arabella devant moi avant de la suivre et de prendre place à côté d'elle.

Alors que l'on venait de s'installer depuis cinq bonnes minutes, un serveur vint prendre notre commande :

- Bonjour et bienvenu dans notre humble auberge. Que puis-je vous servir ? Demanda-t-il en français.

Alors qu'Astrid choisissait ce qu'elle a commandée, je ne pouvais qu'être heureux d'être revenue en France. Aillant grandi dans une des grandes villes de ce pays jusqu'à mes onze ans, je connaissais très bien la langue et je savais donc parfaitement la parler. De plus, même si mes parents ont déménagé en Angleterre, nous parlons toujours le français à la maison.

- Un steak-frite, un grand verre de Coca-Cola et une tarte au chocolat. Commanda Astrid dans un parfait français.

- Je vais prendre un triple hamburger avec des frites et un morceau de steak bien saignant à côté. En boisson je vais prendre un grand verre de Coca et en dessert je vais prendre un fondant au chocolat.

Je sortais alors de ma poche Myron, mon dragon miniature, pour le poser sur mes genoux. Je me tournai alors vers Arabella qui était toujours en train de choisir sa commande.

« Alors Andy, la nuit à la belle étoile ne te tente toujours pas ? » Me demanda la jeune fille qui a déjà commandée en me foudroyant du regard.

Je pouvais très bien sentir que si je disais non, elle allait faire toute une scène. Mais le problème, c'est que plus je me retrouvai loin des petits insectes répugnants, mieux je me portai. Et si je pouvais faire en sorte que ce moment soit déplacé d'une seule nuit et bien soit, j'y risquerai d'y laisser ma peau. Malheureusement pour la jeune fille, j'étais moi aussi du genre têtu.

- Non. Soupirai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Arabella McCormick
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Arabella McCormick, Dim 12 Avr 2015 - 14:56


Pauvre Andy... Il était le seul garçon de l'expédition, et en plus, il devait lutter contre deux filles particulièrement obstinée! Quand Arabella avait parlé des acromentules, il n'avait pas particulièrement apprécié:

-Je n'ai pas peur des acromentules ! Juste des petits insectes comme les papillons de nuit.

Arabella ne put s'empêcher de pouffer de rire! Avoir peur des papillons de nuit, et puis quoi encore?! En tout cas, le garçon paraissait convaincu. Il y avait peu de chance de le faire changer d'avis. La jeune fille se résigna quelque peu et entra dans l'auberge. Ils s'installèrent tous les trois à une table et un serveur vint prendre leur commande. Arabella réalisa alors qu'elle était la seule du groupe qui ne savait pas vraiment parler français... Elle écouta Astrid et Andy commander, ne comprenant pas un traitre mot de ce qu'ils disaient... Ah si, le jeune homme avait demandé un hamburger, voilà un mot connu! Elle se lança donc, avec un français plus qu'hésitant:

-Euh... Une hamburger, please?

Le serveur ne sembla pas convaincu par sa prestation, mais il nota la commande et repartit. La conversation en anglais pouvait donc reprendre. Astrid tenta une nouvelle fois sa chance avec Andy:

-Alors Andy, la nuit à la belle étoile ne te tente toujours pas ?

Le pauvre devait se sentir un peu harcelé, mais ma foi, il fallait ce qu'il fallait pour le faire changer d'avis! Malheureusement, le garçon répondit que non, il n'était toujours pas tenté... Arabella se décida donc à tenter la menace de la solitude...

-Dans ce cas, nous irons toutes les deux. Tu n'auras qu'à nous rejoindre demain matin, et on explorera la forêt tous ensemble. Enfin, si une bête féroce ne nous as pas dévorées bien sur...
Revenir en haut Aller en bas
Astrid N. Reckless
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Astrid N. Reckless, Mer 6 Mai 2015 - 20:42


« Non. » Souffla t-il.
Non ? Au risque de paraître comme une gamine capricieuse -ce que je ne suis pas, évidemment-, je précise que je détestai que l'on me réponde « non ». Bon, certes, on le harcèle un peu (beaucoup?) mais ce n'est pas une raison pour se montrer si rabat-joie ! « Sérieux ? » Fis-je, mi-découragée, mi-agacée par sa mauvaise foi. Je regardai, perdue dans mes pensées, le dragon miniature posé sur les genoux du Gryffondor. On étaient décidément beaucoup trop têtu tous les trois. Mais pourquoi refusait-il à ce point pour dormir à la belle étoile ? Qu'est ce qu'il craignait au juste ? « Dans ce cas, nous irons toutes les deux. Tu n'auras qu'à nous rejoindre demain matin, et on explorera la forêt tous ensemble. Enfin, si une bête féroce ne nous as pas dévorées bien sur... » Dit finalement Arabella, tentant sans doute de convaincre le jeune homme d'une autre manière. Je fis mine de réfléchir, mon menton dans ma paume. Une bête féroce... j'étais intriguée à l'idée des découvertes que nous pourrions faire dans cette forêt. Ça s'annonçait excitant. Si, évidemment, on réussissait à convaincre Andy de se joindre à nous, l'idée de nous séparer me plaisait pas plus que cela. « OK, je suppose que ça nous arrange tous. La chochotte dormira tranquillement dans une auberge et nous nous passerons une nuit à la belle étoile sympa, ça me va ! Les bêtes féroces, j'en fais mon affaire, vu qu'on a pas un vaillant chevalier sous la dent pour nous protéger. » Conclus-je, avec un regard appuyé vers le brun. Le serveur finit par arriver, déposant notre commande et s'en allant aussitôt. Ça m'avait l'air appétissant. « Bonne appétit ! » M'exclamai-je. Je commençai à manger silencieusement. Les frites étaient pas mal. Je secouai la tête devant le repas d'Andy ; ah, ces mecs, de vrais goinfres ! De mon côté, je m'abstiendrais de commentaire, vu que je pouvais être une vraie gloutonne lorsque je m'y mettais. « Au pire, tu auras juste notre mort sur la conscience, Andy... » Marmonnais-je, avec l'intention de le faire culpabiliser. J'avalai d'un trait ma boisson, ne m'étant pas rendue compte que j'étais assoiffée. « Qu'est ce qui te fout la trouille, sérieux ? On passera juste une nuit -rien qu'une nuit!- dans une forêt. C'est les bébêtes, les insectes ? Ah, les papillons de nuit... Désolé, mais c'est ridicule. Bon, je te juge pas ni rien hein, je flippe bien dans un simple hôpital... mais ça ne m'empêche d'aller me faire soigner, et heureusement ! » J'engloutis ma dernière frite. « Tu sais quoi ? T'es un courageux Gryffondor, nan ? Hé bien, on ira acheter du produit contre les insectes et on dormira à la belle étoile et tu seras fier de dire que tu l'as fais ! » Me tournant ensuite vers Arabella, je lui dis le plus sérieusement du monde : « On peut toujours le torturer à coup de rictusempara si il refuse ! ». J'haussai les épaules nonchalamment. « Tu veux un dessert ? Ou une boisson ? » Ajouté-je, ayant remarquer le mal qu'elle avait eut à commander un simple hamburger.
Revenir en haut Aller en bas
Andy Potter
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Andy Potter, Sam 23 Mai 2015 - 18:50


-Dans ce cas, nous irons toutes les deux. Tu n'auras qu'à nous rejoindre demain matin et on explorera la forêt tous ensemble. Enfin, si une bête féroce ne nous as pas dévorées bien sûr... Commença Arabella.

« OK, je suppose que ça nous arrange tous. La chochotte dormira tranquillement dans une auberge et nous nous passerons une nuit à la belle étoile sympa, ça me va ! Les bêtes féroces, j'en fais mon affaire, vu qu'on a pas un vaillant chevalier sous la dent pour nous protéger. »

- Je ne suis pas une chochotte Astrid. Je suis juste insectophobe... Dis-je juste avant que le serveur ne vienne.

Ma dernière phrase fut murmurée tandis que mes joues se tintèrent d'un joli rose à cause de la honte. Pourquoi avait-il fallut que Merlin me donne cette phobie qui est si loin d'être masculine. Après n'était-ce pas un des principaux stéréotype des femmes que d'avoir peur des insectes et des rongeurs ?

Tandis que le serveur venait de partir après avoir posé nos assiettes sur la table, je prenais celle avec le morceau de viande pour la poser sur mes genoux. A peine l'assiette était elle posée que Myron, mon Opalœil des antipodes miniature, s'est jeté sur celle-ci pour déchiqueter le steak bien saignant et le manger en moins d'une minute. Comment est-ce qu'un si petit dragon pouvait-il mangeait autant en un temps record ? Je regardais mon assiette contenant mon hamburger. Celui-ci avait l'air très appétissant.

- Bonne appétit. Murmurais-je en mangeant mon triple hamburger.

Pendant que je mangeais, j'entendis Astrid murmurer quelque chose disant que j'aurais une mort sur la conscience ou un truc comme ça... Il ne fallait pas que je tombe dans leur piège. Je repensais donc à ce fameux moment aillant traumatisé mon enfance. C'est bon, mon appétit était coupé. Dégoûté, je poussais mon assiette contenant un dernier morceau de mon repas loin de moi avant de me mettre à réfléchir. D'un côté j'avais une peur bleue de tous ses insectes et je ne leur serais d'aucune utilité. Mais de l'autre, je ne pouvais tout simplement pas laisser deux belles jeunes filles se balader seules la nuit dans une forêt. Ma réflexion fut coupée par les douces paroles de la lionne se trouvant face à moi.

« Qu'est ce qui te fout la trouille, sérieux ? On passera juste une nuit -rien qu'une nuit!- dans une forêt. C'est les bébêtes, les insectes ? Ah, les papillons de nuit... Désolé, mais c'est ridicule. Bon, je te juge pas ni rien hein, je flippe bien dans un simple hôpital... mais ça ne m'empêche pas d'aller me faire soigner et heureusement ! » Commença Astrid avant de rajouter après un temps de silence. « Tu sais quoi ? T'es un courageux Gryffondor, nan ? Hé bien, on ira acheter du produit contre les insectes et on dormira à la belle étoile et tu seras fier de dire que tu l'as fait ! >>

Je prenais mon verre de coca pour en boire la moitié d'un coup. Mon choix été fait et je sentais que j'allais le regretter. J'allais les accompagner dormir dehors, dans la forêt contenant mes pires ennemis. Après tout Astrid avait raison, il fallait que je surmonte cette peur totalement ridicule.

- C'est bon, je viens avec vous, je ne tiens pas à avoir votre mort sur la conscience... Mais à deux conditions, que vous m'assurez de ne pas le faire une mauvaise blague la nuit et que vous me trouviez une potion qui repousse les insectes toute la durée de notre excursion.
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Petite promenade en France

Message par : Morgan Delaube, Dim 12 Juil 2015 - 15:26


RP en compagnie du gros poilu de Ririk Mkv... Mkrv.... De Rurik.


Ce soir, c'était le grand soir. Sa première fois. Morgan avait beaucoup d'appréhension. Est-ce que cela allait faire mal ? Sans aucun doute. Mais est-ce qu'il y aurait du sang ? Peut-être. Remarquez, avec son imposant partenaire, il ne pourrait rien lui arriver de mal. Le Jaune et Noir s'y était préparé toute la semaine, sous les conseils de son professeur de Médicomagie. Celui-ci lui avait même fournit les potions. Il en avait bu une chaque jour de la semaine avant le jour fatidique. A ce qu'il paraît, ça aidait à mieux se contrôler. M'enfin, il n'avait toujours pas expérimenté, du coup il ne pouvait pas encore avoir d'opinion.

A l'heure donnée, le Blaireau se rendit jusqu'au portail de Poudlard, le plus discrètement possible. Sous les conseils du médicomage, il avait prit de vieux habits qui ne seraient pas une grande perte s'ils venaient à se faire déchiqueter. Du coup, le français était habillé d'un vieux short marron avec un t-shirt blanc sale qui datait de Mathusalem. Il avait préféré ne pas prendre sa baguette, pour ne pas la casser. Il y tenait trop. Le Russe lui avait demandé où le Septième année voulait aller pour sa première fois, prétextant un moyen de le rassurer. Sans hésiter, il avait choisi la France, son pays d'origine. Puis, c'était beau la France, non ?

Le Poufsouffle triturait nerveusement une de ses mèches de cheveux. Il allait devoir bientôt se les couper, ça repoussait trop vite ses trucs-là. Enfin bon, il verrait ça plus tard, surtout au vu de ce qui l'attendait niveau pilosité. Après quelques minutes d'attente, le né-moldu vit une masse de muscle s'approcher de lui. Déglutissant rapidement, il ne souffla qu'un petit :

-Bonsoir, monsieur.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Petite promenade en France

Message par : Invité, Dim 12 Juil 2015 - 22:38



Rurik faisait les cent pas dans son bureau, réfléchissant : tout avait été préparé correctement, rien ne devait partir en cacahuète... De toute manière, cette fois-ci, il ne risquait pas de mordre qui que ce soit, vu qu'il serait avec quelqu'un qu'il avait déjà mordu... Le jeune Morgan Delaube.

Choisir le lieu pouvait sans doute permettre au jeunot de se détendre un peu. Au plus il serait appréhensif, au pire les choses se passeraient. Pour le russe, sa première transformation n'avait pas été très problématique, il s'était enfoui dans un sentiment de fatalité plutôt paisible, cela n'avait pas posé le moindre problème, mais cela n'était pas forcément la meilleure des choses, au vu des quinze années qui ont suivies, coupé du monde de la magie.

Oui, tout devait bien se passer, il devait aider ce pauvre élève dont il avait changé la vie à tout jamais. Il lui avait donné rendez-vous devant le portail de l'école un peu avant le coucher du soleil, afin de leur donner suffisamment de temps avant l'apparition de la pleine lune.

- Bonsoir, monsieur.

Lui accordant un léger sourire qui se voulait rassurant (mais qui devait ne pas l'être...), le professeur s'approcha et ouvrit le portail. Il était censé pouvoir partir vers Sainte-Mangouste à n'importe quel moment, d'où la possibilité pour lui d'ouvrir l'entrée même en dehors des heures d'ouverture pour les passages vers Pré-au-Lard.

« Laisse moi deviner... Appréhensif et un brin terrifié ? C'est une bonne chose... J'ai réussi à trouver un point de transport pour aller là où tu voulais. En espérant qu'on ne relance pas de vieilles légendes moldues par accident. »

Sortant un objet à moitié rouillé de sous sa veste, il pointa sa baguette dessus et formula "Portus". Le Portoloin était un ustensile de cuisine, une sorte de pince en fer pour prendre des trucs dans les plats et se servir... Celui ci avait passé un bon moment coincé derrière un placard après y être tombé par accident. Cela ferait un très bon objet passe partout et ne donnant pas envie aux moldus d'y toucher.

« Pas envie de me désartibuler, je préfère voyager par Portoloin, même si la France est pas aussi loin que la Russie. » grogna-t-il.

Était-ce dû au fait qu'il allait s'agir d'une nuit de pleine lune ou bien son ton était-il plus "animal" que d'habitude ? Probablement pas, il était toujours en train de grogner, tellement que même son loup n'avait plus besoin de le faire face à quoi que ce soit. En y réfléchissant, il ne savait pas si c'était un comportement qu'il avait développé suite à sa transformation, quinze ans auparavant... Il se souvenait difficilement des détails en prison à part les coups donnés et reçus. Bah, tant pis, il remettrait ces considérations à une prochaine fois.

Le jeune loup-garou avait voulu aller en France, plus précisément dans ce qui était l'ancien "Gévaudan", dans une forêt ayant apparemment abrité une ancienne bête qui aurait fait de nombreuses victimes, une bête parfois décrite comme un loup, comme un homme-loup... Un loup-garou, probablement. Le monde sorcier français n'était pas vraiment sa spécialité, il ne savait donc pas quelle était la véritable explication de cette légende, mais ça devait probablement être un loup-garou. Quelle originalité de la part du jeunot, mais bon, autant lui faire plaisir en allant dans son pays d'origine.

Le mafieux n'était allé qu'à quelques reprises dans une grande ville au sud de la France, pour mieux organiser l'établissement de son réseau de drogue. La concurrence locale avait été féroce et se trouvait être très ancrée dans cette cité phocéenne. Il n'avait pas abandonné et n'avait pas voulu lancer une guerre. Les alliances étaient plus profitables pour ce genre de lieux, et permettaient du coup de ne pas avoir de soucis avec les autorités locales en cas d'effondrement de branches du réseau. Tout bénef' pour lui, donc...

...Et il était encore en train de penser à ses autres affaires, c'était pas bon du tout, il devait se concentrer sur Morgan !

« Dépêche toi de... »

Pas le temps, il s'était perdu dans ses pensées pendant quelques secondes, n'ayant pas le temps de prévenir le jeune homme, il brandit le Portoloin, et au vu de la différence de taille, il toucha ce qu'il put atteindre avec l'ustensile de cuisine, à savoir la joue du louveteau avant que tous deux soient violemment attirés par l'effet de ce type de transport. Le voyage fut rapide, et en quelques instants, ils atterrirent avec absolument aucune délicatesse dans une clairière entourée de grands arbres. Habitué, le russe parvint à tomber sur ses deux pieds, entendant un bruit de chute à ses côtés... Son bras s'était tendu pour tenter de rattraper le Delaube, mais cet idiot avait décidé de tomber en arrière, à l'opposé de la prise du russe... Tant pis pour lui.

« Bordel, il fait beaucoup plus chaud, ici, non ? »

Le russe n'aimait pas du tout quand il faisait trop chaud, ça lui donnait envie de s'arracher tous ses vêtements et de transplaner directement jusqu'au nord glacial de la Russie pour piquer une tête en brisant la glace dans le premier lac gelé qu'il trouverait. Évidemment, il ne le fit pas...

« Je connais pas du tout cet endroit, alors si tu veux visiter, compte pas sur moi pour t'indiquer le chemin, je sais juste qu'on peut sortir de la forêt... euh... par là... »

Du bras, il désigna une direction vague, dans une angle à quarante-cinq degrés. Il devait y avoir un village ou une ville pas trop loin, mais suffisamment pour qu'une fois transformés en loups, ils puissent rester dans la forêt, même s'ils perdaient un petit peu le contrôle malgré la potion Tue-loup.

« Je pense pas qu'il nous reste beaucoup de temps avant que la lune ne se pointe, j'propose plutôt d'aller un peu plus profondément dans la forêt... »

Sa "proposition" n'en était pas vraiment une, en fait, vu qu'il commença à se diriger vers le cœur de la forêt, où les arbres se rapprochaient et où la végétation se densifiait. Le jeune loup-garou avait intérêt à le suivre, de toute manière il n'avait pas d'autre choix, il devait être tellement effrayé que suivre Rurik sans réfléchir devait être la seule chose qu'il pouvait faire.

Après dix bonnes minutes de marche à un pas rapide et aisé (l'habitude de se mouvoir dans la forêt... Ce n'était visiblement pas le cas du jeunot), il s'arrêta. Vérifiant le ciel à travers les branches de quelques arbres, il estima qu'il leur restait encore un petit moment avant la fatidique transformation.

« On va rester là... Au risque de passer pour un prof dans cette situation, tu as des questions ? »

S'il devait le rassurer un minimum, c'était le moment ou jamais. D'un coup de baguette, il lança un sortilège contre un arbre, dans le creux au niveau des racines, tout ce qu'il y déposerait se camouflerait, invisible à l'œil nu. D'un second coup de baguette, il lança un sortilège conditionnel sur les tatouages de sa main droite, afin de repérer ce lieu à son réveil. Il la planta ensuite dans la terre, à l'endroit où il avait lancé le sort.

« Moi je préfère me débarrasser de mes affaires avant, c'est mieux d'avoir un truc à se mettre sur le dos quand on retrouve sa forme humaine. C'est toi qui voit... »

À ces mots, il retira sa veste, ainsi que son haut et les jeta contre l'arbre enchanté. Les deux disparurent en quelques secondes, le temps que l'enchantement fasse effet. Grognant de satisfaction, le russe fut content de constater qu'il était possible de sentir un peu d'air contre sa peau nue... Pas assez à son goût, mais c'était déjà ça de pris. Il ne se débarrassa pas tout de suite de son pantalon, ne souhaitant pas mettre mal à l'aise le jeune Delaube : si le jeune homme décidait de faire comme lui, ils iraient probablement chacun d'un côté de l'arbre et attendraient la transformation, ou un truc dans le genre... Il n'était pas très pudique, mais il n'était pas exhibitionniste non plus.

Attendant une réaction de la part du jeune homme, l'imposant sorcier passa sa main droite le long de son bras gauche, examinant minutieusement le tatouage, se délectant de ces détails à chaque fois qu'il les voyait. Ses yeux et ses doigts s'arrêtèrent néanmoins à l'endroit où il s'était fait mordre... Il n'y avait plus qu'à espérer qu'ils ne feraient aucune victime cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Petite promenade en France

Message par : Morgan Delaube, Lun 13 Juil 2015 - 15:28


C'était bien Mkrovsk qui approchait, lui et sa carrure d'ours. Après son "bonsoir", celui-ci lui fit un sourire. S'il voulait paraître rassurant, c'était râpé. M'enfin, ils étaient du même côté, du coup Morgan était sûr à 200% qu'il ne lui arriverait rien. Du moins, c'est ce qu'il espérait. Au pire, s'il ne finissait pas en un seul morceau, ça ne serait pas une première, Rurik lui avait déjà chipé un bout de hanche donc bon. Le Blaireau hocha la tête à la question de son professeur, et ce permit un petit sourire lorsqu'il parla de "vieilles légendes". Oui parce que, le Français avait choisi une forêt où soit disant on avait vu la bête de Gévaudan, qui n'était sans doute qu'un vieux loup-garou. C'était grâce à son cours d'Etude des moldus qu'il s'en était souvenu. Puis, le Parc du Gévaudan n'était pas très loin de chez lui, et il aimait bien voir les loups qui habitaient dedans.

Le Jaune et Noir avait suivi mécaniquement le médicomage. En fait, c'était ça qui était bien de pouvoir dormir les yeux ouverts. Il avait remarqué déjà tout petit qu'il arrivait à faire ça, et c'était comme un moment d'absence en fait. Genre il faisait la dernière action qu'il avait enregistré avant de débrancher, en l'occurrence "suivre Rurik". Du coup, on pouvait croire qu'il était réveillé et qu'il écoutait, ce qui n'était en fait absolument pas le cas. Le corps était là mais pas l'esprit. Son esprit avait de l'avance, il était déjà en France, transformé en loup, en train de se faire les griffes sur un arbre ou de dévorer un moldu imprudent. Le benjamin Delaube était un grand stressé. Dans sa tête, il y avait trop de "et si..?". Et si le tue-loup ne marchait pas ? Et si Mkrovsk n'arrivait pas à l'arrêter ? Et s'il mordait, voire pire, tuait quelqu'un ? Et s'il se faisait tuer ? Et si quelqu'un découvrait son secret ?

Heureusement, ce qu'il prit pour une claque le réveilla. Le pire fut lorsqu'il se sentit aspiré par le nombril, cette horrible sensation où on avait l'impression de se faire compresser de toute part. Il avait bien fait de ne pas manger avant de partir, sinon le Poufsouffle aurait dégoupillé de partout. En plus, le pauvre élève se cassa monumentalement la figure. Limite, s'il y avait une caméra, il serait passé en replay sur vidéo gag. Heureusement qu'il n'y avait pas de caméra. Le né-moldu se releva en s'époussiérant un peu pour essayer de récupérer un aspect présentable.

-Il fait plus chaud qu'en Angleterre, ça c'est sûr, mais je trouve que c'est agréable. dit le septième année. C'était sa première phrase complète de la journée, avec sujet verbe complément.. Woah, chapeau bas. Vu qu'il était bien lancé, il reprit : Vous inquiétez pas, je connais un peu la région. Puis de toute façon, on est pas perdu. Après cette mini-tirade, le blond se mit en route, suivant Mkrovsk de pas trop loin, mais en gardant une petite distance quand même. C'était son prof après tout. Ils s'arrêtèrent bien vite (du moins pour Morgan) après d'un autre arbre. Le professeur se mit à parler, lui demandant s'il avait des questions, puis il se déshabilla après avoir jeté quelques sortilèges.

Le Pouffy détourna le regard. Sait-on jamais, si le médicomage décidait qu'il avait vraiment chaud et qu'il fasse sauter le bas aussi. Morgan préféra attendre encore un peu pour se déshabiller. Il était vachement pudique et ne supportait pas d'être torse-nu. Il réfléchit tout de même à la demande de son professeur. Avait-il des questions ? Bien sûr, des milliers même. Mais il préféra n'en poser qu'une :

-Je préfère attendre un peu pour mes habits... Vous faîtes parti d'une meute ? Miss Boccini nous a parlé de la Norvège lors du voyage que j'ai fait avec elle durant un de ses cours. Du coup je me demandais si.. En fait, sa question était un peu stupide. Si le Russe était avec lui ce soir, c'est qu'il ne faisait parti d'aucune meute. Ou alors il avait demandé à le prendre à part pour lui faire une proposition après sa première transformation. Qui sait ?

Voyons la lune commençant à se lever, le benjamin Delaube déglutit et commença à se déshabiller. Néanmoins, il garda son caleçon, fallait pas abuser non plus. Il les mit dans le "trou invisible" de son prof, évitant bien sûr de le regarder. Parce que bon, fallait avouer qu'il était plutôt pas mal. Le Blaireau était même sûr que des femmes tueraient pour le voir nu. Enfin bon, c'était pas la première fois non plus. Il en avait déjà vu bien assez le soir de sa morsure. Genre la pleine lune en plein jour. Quelle belle métaphore. Il arrivait encore à faire de l'humour avant le moment critique, quel bel esprit, bravo le Blaireau.

Enfin bon, ça lui passa bien vite quand les premiers rayons de lune transpercèrent les nuages. Le lycanthrope sentit un frisson lui traverser la colonne. Il bascula la tête en arrière et tomba à genoux, poussant un long cri douloureux. Ses os se brisèrent un à un dans d'affreux craquement, accompagné par un sombre requiem de hurlement. C'était pas joli à voir. Des crocs poussèrent dans la bouche de l'élève, et un pelage brun clair parcouru son corps. Ses jambes s’arquèrent sans parler de ses muscles qui gonflèrent légèrement. Youpi, pour une fois qu'il avait du muscle, fallait que ça soit sous forme lupine.

Un long rugissement grave s'échappa de sa gorge, comme un avertissement pour les personnes aux alentours. C'était sa première nuit, et il n'avait pas envie de commettre un meurtre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Petite promenade en France

Message par : Invité, Mer 15 Juil 2015 - 1:15


En fait, c'était plutôt bizarre d'entendre quelqu'un lui répondre : le russe avait l'habitude de se plaindre assez souvent, surtout juste avant une transformation, afin de penser à autre chose que la douleur qui allait bientôt le pousser dans une rage incommensurable.

- Vous inquiétez pas, je connais un peu la région. Puis de toute façon, on est pas perdu.

C'était justement ça le problème : s'ils n'étaient pas perdus, alors il était beaucoup plus simple de tomber sur eux, c'était pour cela qu'il s'était engagé plus profondément dans la forêt. L'idée de croquer quelques français ne l'enchantait guère... Il ne voulait pas avoir un arrière goût de camembert ou de cuisses de grenouilles...

Après s'être mis un peu plus à l'aise, le russe nota que le jeunot évitait de le regarder et ne put s'empêcher de sourire d'un air à la fois malsain et amusé : s'il était aussi timide seulement sur fait de voir son professeur torse-nu, alors qu'est-ce que ça risquait d'être le lendemain matin, lorsqu'ils reprendraient leurs apparences normales et que le jeune homme aurait besoin d'aide ? Rurik se souvenait très bien que le lendemain de sa première transformation, faire le moindre pas lui avait été impossible, il était resté plusieurs heures en position fœtale dans un coin, de toute manière beaucoup trop traumatisé pour bouger.

- Je préfère attendre un peu pour mes habits... Vous faîtes parti d'une meute ? Miss Boccini nous a parlé de la Norvège lors du voyage que j'ai fait avec elle durant un de ses cours. Du coup je me demandais si...

Il s'arrêta... Il se demandais siiii ? Bon, la prochaine fois qu'il essaie de finir ses phrases, quoi !

« Non, je suis un solitaire, on pourrait dire. Je pourrais t'emmener en Norvège si tu veux, je sais qu'il y a des communautés de toutes origines, histoire de te donner une idée, de faire tes propres choix, je te dois bien ça. Mais moi je préfère ne pas me rattacher à quoi que ce soit. Disons qu'au vu de certains détails, c'est mieux ainsi. On en reparlera une autre fois, t'en fais pas... »

Il valait mieux rester vague sur ce point là. Et surtout écarter le sujet pour l'instant, car il sentait que la lune percerait à travers le feuillage à tout instant : il la sentait même s'il ne la voyait pas. Au vu des nombreuses années d'expériences, il pouvait se transformer avant même de fixer l'astre d'argent, sa présence dans le ciel était suffisante. Il préférait néanmoins résister encore un peu plus longtemps pour ne pas que Morgan se retrouve avec un loup-garou enragé à ses côtés, avant qu'il ne soit lui-même affecté par leur malédiction commune.

Finissant de se déshabiller sans forcément retirer son caleçon, le jeune Delaube se prépara silencieusement à subir ce qui allait se passer. Rurik le fixait, tout aussi silencieux. Ce n'était pas à ce moment là qu'il devait essayer de le rassurer ? D'être présent à ses côtés ? Et comment faire ça sans que ça paraisse bizarre au vu de l'absence de vêtements ? De plus, le russe n'avait aucun intérêt pour les attributs physique du jeunot, il essayait de discerner l'expression de son visage, chose assez difficile, voire impossible vu que l'élève évitait toujours de le regarder. Impossible de savoir dans quel état il se trouvait... probablement terrifié.

Retirant tout ce qu'il portait encore, Rurik s'étira longuement le cou, faisant craquer légèrement ses cervicales : l'appréhension qui s'était répandu dans tout son corps lors de ses premières transformations s'était depuis longtemps transformée en excitation indescriptible. Il n'était pas nécessaire de garder son boxer, car sinon il serait inutilisable au petit matin. Et un loup-garou enragé à cause d'un morceau de tissu aux trois-quarts déchiré au niveau de l'entrejambe... ça pouvait faire des victimes...

Alors oui, il allait souffrir le martyre, lui donnant l'impression de mourir, sentant chaque parcelle de son corps se déchirer de nombreuses fois pour changer d'apparence, mais cela était le prix à payer pour les capacités de la bête. Sa force physique, déjà considérable, allait être décuplée, ses sens habituellement en alerte allaient être aiguisés à un niveau bien au delà de ses espérances et il obtiendrait quelque chose qui le fascinait tout en le terrifiant en même temps : le pur instinct animal. Cela n'était absolument pas comme lorsqu'il était sous forme humaine, le monde était perçu autrement. C'était grisant. Tellement grisant qu'il se laissait souvent submerger par tout ceci malgré le contrôle de soi qu'il était parvenu à acquérir au fil des années.

Lorsque Morgan tomba à genoux, il comprit que c'était le moment, même pas la peine de vérifier le ciel.

** C'est le moment de... libérer la bête ** songea-t-il.

Un éclair le traversa la colonne vertébrale, se répandant le long de tous ses membres, sur tout son corps, comme un horrible fourmillement. C'était là qu'il fallait serrer les dents, les fesses, tout ce qui pouvait se serrer, en fait... Tombant face contre terre lorsqu'une violente douleur remplaça les fourmillements, le russe posa un poing sur le sol, pour tenter de se relever, en vain. Son cri rauque changea de son lorsque sa tête s'allongea en une sorte de museau, il glissa à nouveau à terre, perdant tout contrôle sur son corps qui se transformait. Ses jambes prirent des proportions différentes dans un concert de craquements d'une douleur le faisant presque tourner de l'œil. Ses bras, déjà bien épais, prirent beaucoup plus de volume et son corps se couvrit de poils d'un noir de jais, sa mâchoire, plus douloureuse que jamais, accueillit de nouvelles "dents", de longs crocs tranchants...

Sa transformation dura quelques minutes de plus que celle du jeune homme, son corps avait la même faiblesse qu'avec le Polynectar : il ne supportait pas les modifications aussi conséquentes. La potion changeant son apparence avait de grandes chances de le propulser dans un état d'inconscience qui la rendait un peu inefficace, mais la lycanthropie ne pouvait pas être évitée, il devait lutter pour se garder conscient, ne préférant pas imaginer ce qu'il pouvait se passer s'il ne luttait pas, sans doute la bête prendrait totalement le contrôle, lui arrachant tout espoir de lucidité pour éviter les catastrophes.

Il se redressa enfin, tout engourdi, ses yeux,  toujours aussi clairs, injectés de sang, un mince filet de bave s'échappant de sa gueule, témoin de l'état de rage avancé que la transformation avait causé. Les effets du Tue-Loup s'y pouvaient rien, la potion était inefficace face au choc de la transformation, tout s'arrangerait d'ici quelques instants, mais pour le moment, il ne pensait qu'à tuer.

Devant lui se trouvait une silhouette, elle n'était pas de taille humaine, mais elle demeurait plus petite que lui, une habitude ? Il n'avait jamais rencontré de loup-garou aussi grand que lui pour l'instant, ce n'était impossible, mais comme pour sa forme humaine, cela restait rare.

L'autre lycanthrope semblait déboussolé, il le sentait... Qu'était-ce ? La peur ? D'habitude c'était l'odeur de ses proies lorsqu'il se montrait, lorsqu'il leur bondissait dessus, réduisant leur espérance de vie à quelques secondes. La masse devant lui se tourna lentement, dévoilant tout un tas d'attributs physiques propres à leur race... Mais il n'en avait rien à foutre, il voulait du sang, il voulait déchirer de la chair avec ses crocs, avec ses griffes, sentir le flot de sang brûlant s'échapper de l'être vivant devant lui. Dans un bond, il se rua sur celui qui était son élève, celui qu'il s'était juré d'aider, de protéger depuis son erreur. Quel échec.

Quelque chose lui entailla la peau, il n'y prêta pas attention, beaucoup trop focalisé sur sa cible, qui ne devait pas comprendre ce qui lui arrivait. Lui aussi savait griffer ! Un bon coup le long de la face de sa "proie" pour lui faire cesser ses débattements inutiles, et il ouvrit grand la gueule, donnant au passage un bon coup de boule à l'autre loup-garou pour le plaquer contre un arbre. Oh oui, ce petit louveteau avait beau être devenu grand et massif, la différence de gabarit n'avait pas trop changée, s'étant tout de même un peu amenuisée, mais Rurik gardait l'expérience du combat, l'esprit brutal et combatif, les années de bataille, le goût du sang, l'aisance dans son corps de loup-garou.

Ses crocs frottaient contre la gorge de l'autre loup... Cela faisait quelques secondes qu'il s'était figé. Ce n'était pas de l'hésitation, c'était l'horreur de la réalisation qui s'était abattu sur lui. Que faisait-il ? Pourquoi n'arrivait-il toujours pas à se contenir durant les premières minutes qui suivaient ses transformations ? Cela l'exaspérait ! Sa mâchoire se referma brutalement dans le vide, les larges pattes pleines de griffes qui lui servaient habituellement de mains attrapèrent l'autre-loup garou par les épaules et le décollèrent de l'arbre pour aller le jeter un peu plus loin, rien de bien insurmontable pour le Delaube transformé, qui n'eut aucun mal à garder son équilibre.

Rurik, totalement déboussolé, se sentant soudainement horriblement mal à l'aise, s'appuya sur le même arbre, grognant rageusement contre lui-même. Un violent coup de griffe vint arracher un morceau de tronc à l'arbre. Cela n'arrangea pas vraiment grand chose, mais ça avait au moins déversé un peu de sa rage sur un truc qu'il ne regretterait sans doute pas d'avoir réduit en pièces...

Secouant sa tête lupine pour se remettre les idées en place, sentant qu'il n'était pas très loin de péter à nouveau un fusible, il souffla longuement. La potion Tue-Loup était en train de l'empêcher de faire une énorme bêtise. Il se tourna à nouveau vers son pauvre élève tout aussi poilu que lui : une méchante marque sanglante en forme de griffe sur le haut de la tête, il n'était pas suffisamment amoché pour que sa vie soit en danger, et le lendemain matin, un coup de baguette ferait disparaître tout ceci sans laisser la moindre cicatrice.

Lentement, essayant d'adopter une attitude non hostile, il se rapprocha de Morgan. Impossible de parler sous cette forme, mais le langage corporel et par signaux des animaux leur suffisait amplement. Le jeune lycanthrope allait sans doute lui en vouloir, mais il voulait au moins le rassurer sur le fait que ça ne se reproduirait pas. Sauf en cas d'événement vraiment enrageant, la potion et son expérience devraient lui permettre de conserver le contrôle. La vue du sang, son odeur, cela ne le poussait pas dans une rage sans nom, c'était une très bonne chose !

Maintenant, si son élève voulait bien lui pardonner ces quelques minutes de débordement, il pourrait commencer à le guider, l'accompagner pour découvrir les bons côtés de la transformation, tout en gardant un œil sur lui pour pas qu'il ne se laisse trop aller.

Revenir en haut Aller en bas
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Petite promenade en France

Message par : Morgan Delaube, Mar 28 Juil 2015 - 14:15


La bête n'y comprenait plus rien. Qu'est-ce qu'elle foutait là, en plein milieux d'une forêt ? Rectification, que faisait la bête sous un lycanthrope qui tentait de le buter ? C'était un jeu ? Il adorait les jeux. Aussi il tenta de jouer lui aussi, avec ses griffes, sur les épaules de son assaillant. Sauf que ce jeu faisait vachement mal. Surtout le coup de boule. Le loup-garou le sentit passer, ce qui l'assomma un peu. Sans parler des branches de l'arbre sur lequel il était posé qui lui rentrait dans le dos. Ca faisait vachement mal ! Plus jamais il ne jouerait avec lui ! Le MrHyde du Blaireau tenta de se défendre, mais il était en infériorité, l'autre était beaucoup plus grand et musclé que lui. Puis d'un coup, il le lâcha. Attendez, c'était ça le jeu ? Mettre son adversaire en position d'infériorité ? Ou alors il voulait juste montrer que c'était lui le mâle alpha. Ouais, c'était peut-être ça.

Bon, maintenant qu'il était libre et avait repris ses esprits, le poilu couina un peu. Sa tête lui faisait mal, très mal. Fallait qu'il extériorise. Ouais, extériorisons sur la biche qui était en train de s'enfuir. Le né-moldu s'accroupit avant de se mettre à quatre pattes pour poursuivre l'animal. Bon, il fuyait aussi un peu l'autre brute, mais ça fallait pas l'dire. Sauf que bien sûr, bah il arrivait pas à se contrôler. Du coup, en voulait faire jouer ses muscles pour tourner, il ne réussit qu'à se prendre un arbre en pleine face, ce qui le fit choir en arrière. Le temps qu'il se relève, la biche était déjà loin. Il était nul ce jeu-là aussi. Pourquoi il pouvait pas jouer à un jeu et gagner hein ? Pourquoi c'était toujours les autres qui gagnaient et pas lui ?

Du coup, fallait qu'il trouve autre chose, un truc où il était sûr de gagner. Bon, il avait peut-être une idée... Utilisant son museau, le loup-garou retourna jusqu'à Mkrovsk. Une fois le prof en face de lui, le jaune et noir lui aplatit un grand coup de griffes sur le museau et s'enfuit en courant. Ouais, il était peut-être grand, mais ça voulait aussi dire qu'il était moins rapide et moins agile. Bref, le Blaireau (enfin, le loup plutôt), courait à travers les arbres, espérant que l'autre le poursuivait mais sans l'attraper. Bah ouais quoi, le Poufsouffle voulait gagner.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Petite promenade en France

Message par : Invité, Sam 1 Aoû 2015 - 15:08


Le cœur battant, le loup-garou version XXL baissa le regard sur sa version réduite, mais pas miniature pour autant. Brusquement, le jeune lycanthrope se rua dans une direction, courant après une biche. Il n'était pas totalement lucide s'il laissait son instinct lui dicter après quoi courir. La potion Tue-Loup était pourtant censée faire effet. Peut-être que la première transformation était un peu plus difficile à contrôler... Rurik ne s'en rappelait pas, lui-même n'ayant pas pris de potion pour la sienne, s'étant tout simplement enfermé dans un bunker abandonné en pleine toundra russe.

Son ouïe super développée lui fit entendre alors un bruit sourd, synonyme de collision avec un arbre : le jeunot n'était pas habitué à ce nouveau corps. C'était compréhensible. Quelques instants plus tard, le loup-garou revint auprès de son professeur, l'air un peu plus calme. Avec un peu de chance, le choc lui avait fait retrouver ses esprits.

Un violent coup de griffe en plein museau le fit pousser un grognement de douleur. C'était une vengeance ou quoi ? Le Delaube devenait violent ? Lorsqu'il le vit détaler comme un chiot joueur, il se laissa entraîner par son instinct et le coursa aussitôt : il devait l'arrêter, cet idiot faisait n'importe quoi, il avait besoin que quelqu'un le fasse redescendre sur terre... À la moindre odeur étrangère, au moindre passant, ne serait-ce qu'à l'autre bout de la forêt, le jeune loup-garou pouvait faire quelque chose de regrettable, et mettre en danger sa vie, mais aussi le secret magique.

** J'aurais dû l'enchaîner dans un sous-sol... ** songea-t-il.

Chassant la moindre pensée de son esprit, il se concentra plutôt sur la course-poursuite : le jeune garçon transformé n'avait que l'avantage de la surprise et de ces quelques instants d'avance. Cela ne lui suffirait pas face au russe. Le médicomage maîtrisait parfaitement son corps de lycanthrope et ses sens aiguisés ne le perturbaient plus. L'on pouvait penser que sa masse musculaire l'encombrerait, mais le constat était le même que sous sa forme humaine : la maîtrise de son corps lui permettaient de mettre à contribution cette force physique pour lui permettre de se mouvoir rapidement. Une fois lancé à toute vitesse sur ses quatre pattes, Rurik filait entre les arbres, bondissant par dessus les souches, se propulsant sur les troncs lorsqu'il fallait prendre un virage. Bien vite, il fut sur les talons de l'autre poilu, et dans un dernier bond, il lui sauta dessus, l'arrêtant net... ou du moins les faisant rouler au sol tous les deux sur quelques mètres.

Vif comme l'éclair, l'imposant loup-garou se retrouva au dessus, ses yeux clairs et froids plongés dans ceux du Poufsouffle. Comment on faisait pour réveiller un loup-garou un peu trop submergé par son instinct puéril ? Son museau lui faisait mal et le sang qui coulait de la griffure s'infiltrait dans sa gueule, le goût menaçant de le rendre fou à tout instant. Néanmoins, il resta focalisé sur son élève, le fixant toujours dans les yeux. "La fenêtre de l'âme", hein ? Ça l'aidait pas des masses... Pas vraiment de moyen d'utiliser la légilimancie pour tenter de percer le blocage dans l'esprit de Morgan.

** Bordel mais reprends-toi, t'es un être humain, un sorcier, pas un stupide animal... ** songea-t-il en grognant.

Plaquant l'autre au sol, sans l'attaquer cette fois-ci, les deux se fixèrent un petit moment. Comment pouvait-il l'aider à faire quoi que ce soit s'il n'était pas réceptif à quoi que ce soit ? Déjà que lui et la pédagogie ça faisait deux, alors dans ce cas là, c'était vraiment pas dans ses cordes... Mais pourtant, là, il avait envie de s'y mettre à fond.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Petite promenade en France

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 11 sur 17

 Petite promenade en France

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.