AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 19 sur 20
Petite promenade en France
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant
Louis Varik
Serpentard
Serpentard

Re: Petite promenade en France

Message par : Louis Varik, Jeu 12 Avr 2018 - 17:12



Renaissance



Contenu éventuellement un tout petit peu sensible...


- Dis-moi quel goût ça a.

Jo venait de saisir le jeune Serpentard par le col et de l'attirer vers elle. Ses jambes écartées se resserrèrent autours de la taille de Louis.
Sans plus attendre, il la souleva et la serra contre lui avant de faire volte face et de déposer la belle brune sur la table de la cuisine.
Les visages s'approchèrent et d'un tendre baiser, les lèvres du jeune homme essuyèrent la joue de la belle Gryffondor.

- Pas mauvais... ça manque un peu de sel...

Un nouveau baiser dans son cou,

- Si ça ne te dérange pas, je vais goûter à nouveau pour être certain.

Puis Louis retrouva les lèvres de Joséphine, mordillant délicatement celle inférieure avant de glisser ses mains sous le pull qu'elle lui avait emprunté.
La sensation de toucher avec son corps le refit frémir, ils s'étaient lâchés à peine quelques heures plus tôt et pourtant cette douceur lui manquait déjà. Ses larges paumes profitèrent de chacun des centimètres sur le corps de sa belle et le vêtement faisait maintenant office de barrage au plaisir éprouvé.
D'un geste doux, le pull fut enlevé et révéla à nouveau la sublime nudité de Jo. Un long soupir marquant son envie naissante et Louis retrouva bientôt ses mains baladeuses qui parcouraient toute la surface du corps maintenant allongé sur la table de la cuisine.
Ses lèvres descendirent le long du coup de Jo, s’attardèrent quelques instants sur sa poitrine avant de descendre vers son bas-ventre.
Un baiser sur la cuisse droite, un autre sur la gauche, un soupir d'impatience se qui s'échappe de la bouche de Joséphine...


Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Josephine Campbell, Jeu 12 Avr 2018 - 23:31


!!!! Pas d'enfant !!!!


Elle ne s'était pas attendu à ce qu'il la soulève de cette manière. Elle laissa échapper un petit soupir de surprise tout en ne le lâchant pas des yeux. Il comptait faire quoi exactement ? La manger pour de vrai ? En tout cas, il avait l'air déterminé. Une fois sur la table de la cuisine Louis ne perdit pas de temps.

- Pas mauvais... ça manque un peu de sel...

Jo ne bougea pas d'un pouce. Elle ne pensait pas qu'il le ferait. Il venait vraiment de lui lécher la joue pour lui enlever la préparation qu'il venait de faire.

- Si ça ne te dérange pas, je vais goûter à nouveau pour être certain.

*Ben quoi y en a encore ?*

Non, pas du tout. Cette fois, c'était vraiment elle qu'il avait envie de goûter. Il s'attaqua d'abord à ses lèvres qu'il prit plaisir à torturer puis au pull qu'elle lui avait volé et qui semblait de trop pour tout le monde. Elle avait envie qu'il la touche, elle avait besoin de sentir sa peau contre la sienne, laisser ses mains aller où bon leur semblait. Parce qu'elle était entièrement à lui. Elle voulait qu'il le sache et qu'il n'en doute jamais. Lui seul pouvait faire ce dont il voulait d'elle et provoquer toutes ces émotions. Est ce qu'il pouvait le voir lorsqu'il regardait au plus profond d'elle ? Est ce qu'il pouvait voir tout ce qu'il avait créé chez elle ?

Allongée sur la table, Jo ferma les yeux savourant la lente descente que le jeune garçon avait entreprit. Cette table ... Elle la connaissait depuis toujours. Jamais elle ne s'était douté qu'un jour, elle ferait une telle chose dessus. Elle ne regarderait plus de la même façon maintenant... Plus jamais.

Un baiser sur chaque cuisse. Elle voyait très bien où il voulait aller et elle ne lui opposerait aucune résistance, au contraire. Il savait très bien ce qu'il faisait et lorsqu'il commença le plus doux des baisers, Jo fut surprise, encore une fois, de tout ce que cela pouvait provoquer chez elle. Une déflagration de sensations intenses qui l'obligeait à exprimer son plaisir par quelques gémissements qui s'échappaient de temps à autre de sa bouche.

Une main qui s'agrippait à la table, l'autre qui caressait les cheveux blonds de Louis. Il n'y avait plus rien autour, plus rien n'existait et ne pouvait les atteindre. Il n'y avait que le "nous" qu'ils formaient et auquel Jo avait prit part et prit goût plus vite qu'elle n'aurait pu l'imaginer.

Les papillons dans son ventre étaient de plus en plus nombreux et de plus en plus agités. Ils suivaient le rythme qu'imposait le jeune garçon. Bien que totalement nue, Jo avait extrêmement chaud et cette chaleur, c'était rependue à une telle vitesse qu'elle en fut elle-même surprise. Et puis après un petit moment, une sensation, quelque chose de grand et de fort qui vous rend totalement fou et qui prends possession de vous pendant quelques secondes. Vous n'êtes plus maître de rien. La seule chose à laquelle vous pouvez penser, c'est à la personne qui procure ce plaisir.

- Louis...

La respiration haletante, le corps parcouru de frissons, Jo peinait à revenir à elle. Elle ouvrit finalement les yeux et trouva ceux du jeune garçon qui la scrutaient sans retenue. Elle s'assit alors sur la table et sans dire un mot défit le peignoir qu'il portait. Ce dernier tomba sur le sol dévoilant le corps sublime de Louis.

- Maintenant, c'est toi et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Louis Varik, Mar 24 Avr 2018 - 12:57



Renaissance



Contenu éventuellement un tout petit peu sensible...
Désolé pour le retard...


Le corps de Jo fut parcouru d'un long frisson pendant que ses gémissements fendaient le doux silence de l'habitation. Elle se tenait couchée sur la table face à lui, sa nudité exposée la rendait encore plus attirante aux yeux de Louis et l'envie de la couvrir de baiser reprenait le dessus.
Ses yeux trouvèrent ceux de la Gryffondor et il s'y perdit durant ce qui lui semblait de longues minutes. A nouveau il se fit happer dans l'immensité bleue qu'ils représentaient. Ses pensées ne furent dirigées que vers la belle brune durant ce moment et rien d'autre n'avait plus d'importance à ce moment précis.
Puis elle se redressa et sans prévenir défit le nœud du peignoir encore sur les épaules du grand blond. Louis ne put masquer plus longtemps l'envie de plus en plus insistante qui le rongeait à ce moment.

- Maintenant, c'est toi et moi.

Il prit le visage de Jo entre ses mains avant de nouveau fondre vers le cou dénudé de celle-ci. Alors qu'il couvrait la jolie brune de baisers, ses mains recommencèrent à parcourir son corps entièrement nu.
Une caresse indécente sur la poitrine, un timide soupir de plaisir et ses lèvres attrapèrent celles qui venait de prononcer ces mots qui résonnaient dans sa tête.

* Oui, c'est toi et moi... Et pour mon plus grand plaisir je t'assure...*

L'envie de Joséphine augmentait au fur et à mesure que les corps s'enlaçaient et que les baisers se perdaient.
Un pas en avant pour se retrouver entre les jambes de sa belle et la voir s'étendre une nouvelle fois sur la table qu'elle occupait.
Doucement la langoureuse danse qu'ils avaient initiée plus tôt dans la journée reprit, le plaisir éprouvé souffla sur les braises ardentes qui consumait Louis pour raviver le brasier atténué par leur aventure dans le lac.
Le rythme s'accéléra doucement, il mordilla son oreille avant de lui chuchoter :

- Ça ne fait que peu de temps et tu me manquais déjà...!




Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Josephine Campbell, Jeu 26 Avr 2018 - 12:16


!!!!! Pas d'enfant !!!!!


L’assurance qui l’avait parcouru l’espace d’un instant, lorsqu’elle dit sa dernière phrase et déshabilla Louis, fondit comme neige au soleil quand ce dernier plongea sur elle. Ses baisers dans son cou et ses mains audacieuses lui faisaient quitter terre tant et si bien qu’elle était totalement incapable d’ouvrir la bouche pour autre chose que de laisser échapper quelque soupirs.

La sensation de son corps contre le sien la fit frémir alors qu’une de ses mains était passée derrière sa nuque se promenant dans ses cheveux blonds. Les yeux clos, Jo promenait ici et là son autre main sur le corps du jeune homme, comme pour mémoriser toutes ses courbes et apprécier la douceur et le contact de sa peau.

L’envie de Louis était telle que lorsqu’ils ne firent qu’un une nouvelle fois, la jeune fille dû étouffer un gémissement de plaisir dans l’épaule du garçon qui avait commencé à donner le rythme.

- Ça ne fait que peu de temps et tu me manquais déjà… !

Alors, à lui aussi ça faisait ça ? Elle n’était pas la seule à éprouver cette sensation. Et est-ce que lui aussi se sentait totalement entier lorsqu’ils faisaient cette danse ? Une danse toute nouvelle pour elle, mais à laquelle elle avait vite pris gout.

Il lui avait mordillé l’oreille et un frisson la parcouru, si bien que lorsqu’une mèche de ses cheveux blonds tomba dans son cou, Jo ne put s’empêcher de laisser échapper un rire tant elle était à fleur de peau.

Elle prit son visage entre ses mains et chercha son regard. Elle passa son pouce sur ses lèvres avant de lui murmurer.

- Maintenant que je t’ai trouvé, je ne veux plus qu’on soit séparés.

Le rythme avait quelque peu diminué lorsqu’elle avait prononcé ses mots puis avait repris de plus belle par la suite. Les mains de Jo partirent se promener dans le dos de Louis puis sur ses fesses jusqu’à ce qu’elle sente enfin cette explosion de sensations lui parcourir tout le corps qui fut bientôt accompagnée par celle de Louis, au vu du râle qui s’échappa de sa bouche.

Ce dernier posa sa tête sur la poitrine de Jo qui peinait à retrouver une respiration plus calme. Elle passa ses bras autour de son cou et ferma les yeux profitant ainsi de leur deux corps entrelacés.

Est-ce qu’elle arriverait à garder encore longtemps pour elle ce qu’elle ressentait à l’égard de Louis. La sensation de bien être lorsqu’elle était avec lui, et le manque qu’elle éprouvait en son absence. Est ce qu’il avait conscience qu’elle n’avait d’yeux que pour lui et qu’il avait réussi en un tour de main à abattre les barrières et le sale caractère qu’elle avait en elle depuis toujours ?

Elle caressait lentement ses omoplates profitant du calme qui régnait à présent dans ces lieux.

*Alors, tu te lances ou pas ?*

- Louis, il y a quelque chose que je voulais te dire…

Une brève pause avant de se jeter à l’eau.

- Je…

Elle n’eut pas le temps de continuer qu’un bruit peu gracieux, émanant de son estomac l’interrompit.
Elle avait été tellement absorbée par ce qu’ils venaient de faire, qu’elle en avait presque oublié la faim qui la rongeait depuis un petit moment. Elle fut secouée par un rire nerveux qui n’avait pour d’autre but que de masquer sa gène.

Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Louis Varik, Jeu 17 Mai 2018 - 16:33



Renaissance



Désolé pour le retard...


Les ébats étaient maintenant terminés, l'explosion de sensation était telle que l'envie de la belle brune fut immédiatement remise au goût du jour. Il n'attendait que cela, recommencer, encore et encore jusque'à ce que la soif de la Gryffondor disparaisse enfin de son esprit. Malheureusement ce n'était pas possible, elle prenait tellement de place dans sa tête que toutes les autres idées qui tentaient de faire irruption étaient immédiatement mises de côté pour laisser place à l'immensité bleue des yeux de Joséphine.
Louis se dit que seule une intervention extérieure pourrait lui faire refaire surface et émerger au sein de cet océan de sensations.

- Louis, il y a quelque chose que je voulais te dire…

*Bingo! La voilà cette intervention...*

- Je…

A peine avait-elle commencé sa phrase que son estomac rappela à tout le monde qu'à la base, ils étaient dans la cuisine pour manger.
Sans attendre la suite de l’intervention de Jo, Louis se redressa, prit sa baguette et d'un bref mouvement de poignet retira les poissons du feu pour les faire léviter dans la cuisine.
Il tourna le dos à la belle brune allongée sur la table et finalisa la préparation de leur repas.
A cet instant, de nombreuses questions vinrent se bousculer dans sa tête, était-ce pour éviter d'entendre ce qu'elle avait à dire qu'il agissait de la sorte? Ou bien avait-il peur de la décevoir en ne répondant pas à une question qui était importante pour elle?
Peu de réponses pour trop de questions...
Le jeune serpent se retourna, deux bols à la main, un large sourire pour illuminer son large visage.

- A table...



Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Josephine Campbell, Lun 28 Mai 2018 - 11:30


Jo regardait Louis en train de terminer le plat qu’il avait commencé à préparer un peu plus tôt. Il était dos à elle, et alors qu’elle parcourait son corps du regard sans aucune gêne, elle se demandait s’il évitait son regard à cause de ce qu’elle avait faillit dire. Est-ce qu’il avait compris et afin d’éviter une situation délicate faisait comme si de rien était ? Ou bien, peut être qu’au contraire il n’avait pas du tout capté l’importance de ce qu’elle allait lui dire ?

* Et sinon, il va rester comme ça, tout nu, encore longtemps ?*

Pas que c’était désagréable à regarder bien au contraire, mais Jo avait peur d’être distraite et de louper sa bouche à chaque coup de fourchette. Elle n'avait peut-être pas besoin de passer pour une imbécile aujourd'hui non ?

Lorsque Louis se tourna face à elle, le sourire aux lèvres, elle ne put s'empêcher d'y répondre, c'était tellement difficile d'y résister. Cependant elle était encore tiraillée et indécise sur ce qu'elle devait lui dire ou non et son sourire en portait peut-être un peu les traits.
Elle descendit de la table, ramassa le pull de Louis qu'elle s'était approprié (ben oui, c'est comme ça...) et l'enfila à la hâte. Elle ramassa au passage le peignoir que le jeune garçon avait sur lui, il y a encore quelques minutes et l'échangea contre les deux bols.

- Je ne voudrais pas que tu attrapes froid, j'ai d'autres projets pour toi ce week-end.

Elle lui offrit un sourire espiègle avant de sortir de la cuisine et de s'asseoir sur le canapé en tailleur. Elle avait envie d'une ambiance plus douce et feutrée et c'était exactement ce qu'elle pouvait avoir au salon, là ou les flammes dansaient encore dans la cheminée. Elle se sentait toute détendue et ne pensait pas avoir déjà ressentit ce sentiment de quiétude jusque-là. Elle était là dans l'endroit qu'elle appréciait le plus au monde avec la personne qui lui peignait le cœur de mille couleurs.

Elle fut bientôt rejointe par Louis vêtu du fameux peignoir avec des couverts à la main.

Au premier coup de fourchette, elle lâcha un "orgasmique" suivit d'un baiser de remerciement. Jo évoqua ensuite la journée du lendemain, évitant soigneusement de revenir sur ce qu'elle voulait lui dire il y a à peine quelques minutes. Cela lui brûlait les lèvres et pour que Louis ne se rende compte de rien, elle déballait un flot de paroles en évitant de le regarder dans les yeux. Ce qu'elle avait dans le bol était tout bonnement passionnant et elle était en train de lui énumérer tout ce qu'il était possible de faire ici.

Lorsqu'elle eu fini, elle n'avait plus rien à regarder dans son bol tristement vide et qu'elle se rendit compte que Louis n'avait pas ouvert la bouche depuis plusieurs minutes, elle tenta un regard vers lui.

- Alors tu veux faire quoi ? Ou si tu veux on reste ici au calme, Papa a plein de livres qui pourraient t'intéresser.

*En même temps avec sa blessure, ce n'était peut-être pas le moment de faire un tour du monde...*

- Tu veux aller te coucher ?

Passer du coq à l'âne, sa spécialité...
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Louis Varik, Lun 4 Juin 2018 - 12:20



Renaissance



Désolé pour le retard...


- Je ne voudrais pas que tu attrapes froid, j'ai d'autres projets pour toi ce week-end.

Jo venait de lui tendre le peignoir précédemment posé à ses pieds, dernière preuve de leurs ébats tout juste terminés.
Le sourire espiègle au coin de ses lèvres emporta à nouveau Louis bien loin de la maison dans laquelle ils se trouvaient, là où il n'avait pas pour habitude de se réfugier, cet endroit calme et paisible qu'il visitait bien trop rarement, là ou seule Jo était capable de l'y emmener.
La belle brune se dirigea vers le salon, s'assit en tailleur et sembla absorbée par ce qu'elle avait dans son assiette, à tel point qu'elle ne s'était pas rendu compte qu'un morceau de son filet d'anguille venait de lui échapper pour retomber dans son bol, éclaboussant au passage le seul vêtement qu'elle portait.

*Mon pull...*

Louis la regarda, elle paraissait éviter son regard, de manière assez visible puisque son débit de parole était tout simplement impressionnant.
Le jeune serpent qui n'avait pas pour habitude d'être très bavard se fit immédiatement happer dans sa torpeur habituelle et plongea à nouveau dans le dédale de pensée qu'il avait tant l'habitude de parcourir.  
Son esprit était complètement fermé, seul le visage de la Gryffondor importait. Il la regardait parler, parler et encore parler, ses lèvres l'attiraient sans cesse et l'idée d'y déposer les siennes devenait de plus en plus compliquée à rejeter.
Machinalement, il porta un morceau de poisson à sa bouche, il avait l'impression de vivre dans un film muet, tout autour de lui était animé mais il était incapable de discerner le moindre son tellement la jeune fille face à lui l'absorbait.
Puis vint le dur retour à la réalité :

- Tu veux aller te coucher ?

*Pourquoi veut-elle déjà aller dormir? Elle a dit quoi avant?*

- Euh... Oui... Enfin, non, pas vraiment.

* Mais qu'est-ce que tu racontes? Tu as passé les derniers jours à dormir, pourquoi tu ne profiterais simplement pas...?*

- Désolé, non pas du tout.

N'ayant aucune idée de ce qui venait d'être raconté durant les 10 dernières minutes, le grand blond fit la moue avant de revenir sur le sujet qui avait sans doute amené ce léger malaise tout à l'heure dans la cuisine. Il baissa la tête, à la manière d'en enfant qui s'apprêtait à se faire gronder puis ajouta :

- Tout à l'heure... Tu voulais me parler? J'ai été grossier, désolé.

Puis, d'une petite voix, les yeux toujours baissés, il murmura :

- Tu voulais me dire quoi?



Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Josephine Campbell, Mar 5 Juin 2018 - 12:10


- Euh… Oui… Enfin, non, pas vraiment. Désolé, non pas du tout.

*D’accord… Mais pourquoi tu dis rien ?*


Surement parce qu’elle ne lui avait pas laissé l’occasion d’en placer une, tout simplement. Qu’est ce qu’elle devait faire… lui déballer ce qui lui brulait les lèvres depuis quelques minutes déjà comme ça ? Sans introduction ? De but en blanc, ne lui laissant aucune chance d’y échapper ? Ou bien devait elle se taire et faire comme si de rien était et continuer de parler encore et encore…

Elle était un peu perdue et ne savait pas comment s’y prendre. D’autant qu’elle ne savait pas du tout quelle réaction il allait avoir. Est-ce qu’elle allait tout gâcher ? Pourtant, il semblait tenir à elle… Peut-être pas de la même façon qu’elle. Ou peut-être que c’était trop tôt pour lui…

Jo le vit soudainement baisser la tête et la moue qu’il lui fit par la suite réveilla un nuage de papillon dans son ventre. Il ne devait pas se rendre compte une seconde de tout l’effet qu’il lui faisait… Il pouvait lui demander n’importe quoi, elle serait incapable de refuser.

- Tout à l’heure… Tu voulais me parler ? J’ai été grossier, désolé. Tu voulais me dire quoi ?

Il baissait les yeux, comme s’il craignait quelque chose.

Le cœur de Jo rata un battement avant de s’emballer de plus belle. Elle sentit le rouge lui monter aux joues. Ce qu’il était beau et l’attitude qu’il adoptait à cet instant la faisait littéralement fondre. Le décalage entre l’image qu’il donnait de lui à travers son physique imposant et son regard de glace et son comportement peu assuré du moment la saisissait de plein fouet.

- Euh…

Il ne pouvait pas la voir et pourtant elle baissa à son tour la tête, voyant par la même occasion qu’elle n’avait pas épargnée ce pauvre pull qu’elle s’était approprié. Elle passa négligemment la main sur la tâche, pensant peut être qu’elle arriverait à la faire disparaitre de cette façon…

- Ce n’était pas important… c’était juste…

Coup d’œil vers la cheminée… Peut-être qu’elle allait l’aider à trouver ses mots… Et ben non, les cheminées jusqu’à preuve du contraire, ça ne parlait pas…

Elle avait son bol dans les mains et le faisait tourner entre ses doigts. Elle devait le ramener à la cuisine… Tout de suite…

*C’est ce qu’on appelle prendre la fuite ça…*

Elle commença à se lever et se ravisa à la dernière seconde. Elle tourna la tête vers Louis  et le regarda quelques instants. Dans sa tête seuls ces mots tambourinaient : « Dis-lui tout ».

- Louis, je suis tombée amoureuse de toi.


Finalement c’était sorti tout seul. Un peu surprise sur le coup d’avoir réussi à dire tout cela d’une traite et sans plus de difficulté que cela, elle décida ne pas s’arrêter en si bon chemin. C’était trop tard maintenant… Elle passa une main sous le menton du jeune garçon et lui leva le visage afin de croiser leurs regards.


- Il n’y a pas un moment où je ne pense pas à toi. Pas une seconde. Tu es dans ma tête nuit et jour. Et au départ, ça me faisait peur. J’avais peur d’avoir mal, j’avais peur de changer, de ne plus me reconnaitre. Mais en fait, je n’ai jamais été aussi moi depuis que je suis avec toi. Je me sens complète à tes cotés… Tu me rends heureuse comme jamais. Je ne pensais pas pouvoir ressentir cela un jour et pourtant…

*Et pourtant voilà… Qui aurait pu penser que prendre une commande au bar de l’Occamy aurait pu changer ta vie*


- Peut-être que ce n’était pas ce que tu avais envie d’entendre. Mais… c’était important pour moi de te le dire…
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Louis Varik, Lun 18 Juin 2018 - 16:31



Renaissance



Désolé pour le retard...


Jo s'était levée, elle paraissait stressée et semblait avoir perdu toute l'assurance et la sérénité qui était de mise quelques instants auparavant.
Elle se retourna et fixa le grand blond. Il ne savait pas si elle le regardait dans les yeux ou si son regard essayait d'échapper au sien. C'était assez déstabilisant.
Puis, une moue au coin des lèvres, le débit de parole reprit d'un traite :

- Louis, je suis tombée amoureuse de toi. Il n’y a pas un moment où je ne pense pas à toi. Pas une seconde. Tu es dans ma tête nuit et jour. Et au départ, ça me faisait peur. J’avais peur d’avoir mal, j’avais peur de changer, de ne plus me reconnaître. Mais en fait, je n’ai jamais été aussi moi depuis que je suis avec toi. Je me sens complète à tes cotés… Tu me rends heureuse comme jamais. Je ne pensais pas pouvoir ressentir cela un jour et pourtant… Peut-être que ce n’était pas ce que tu avais envie d’entendre. Mais… c’était important pour moi de te le dire…

Le jeune serpent resta quelques instants bouche bée, regardant la belle brune face à lui dont les joues empruntaient la couleur pourpre qui lui allait si bien.
Perdu dans son beau regard océan, un fatras de sentiments, d'idées et d'informations prit l'entièreté de son attention.
Il avait l'impression qu'une éternité venait de se passer entre le moment ou elle lui avait ouvert son cœur et celui ou il devait répondre.

- Euh... Je... C'est con... Ouais... C'est même complètement con!

* Mais c'est toi l'idiot! Tu n'as pas envie de lui dire que toi aussi tu es éperdument tombé amoureux d'elle? De la rassurer? Non bien-sur, Monsieur Louis doit faire dans l'original *

Ses yeux ne quittèrent pas ceux de la belle Gryffondor, il était de plus en plus absorbé par ce regard hypnotisant qui l'emmenait loin de tout ce qu'il pouvait connaître.
Elle paraissait un peu sonnée par cette réponse inattendue, et son petit air timide et gêné renforça l'envie de Louis de la prendre dans ses bras et de déposer ses lèvres sur les siennes.

* Et bien vas-y idiot, tu attends quoi? *

- Mais en fait euh...

Il s'approcha du beau visage face à lui et saisit délicatement le menton de Joséphine avant de déposer sur ses lèvres un doux baiser passionné.
L'impression que le temps s’arrêtait reprit, mais cette fois pour une raison bien plus agréable que la réflexion précédente.
Il rouvrit les yeux, déposa ses lèvres sur sa joue, puis dans le creux de sa nuque avant de remonter près de son oreille.
D'un léger murmure, à peine audible, le Serpentard ajouta :

- Tu me rends fou... Et ça fait bien longtemps que je suis tombé amoureux de toi!

Puis il mordilla le lobe de son oreille. S'ensuivit une réaction assez inattendue dans ce genre de situation.
Jo venait d'éclater de rire suite à ce dernier contact. Profitant de cette faiblesse découverte, Louis saisit la belle brune et, d'un geste rapide, l'allongea dans le canapé avant de se retrouver à califourchon sur elle, un sourire mutin au coin des lèvres, entravant les poignets de sa victime...

- Alors comme ça tu as des zones sensibles au chatouillement?

Sans se faire attendre, il plongea alors à la manière d'un faucon sur le corps de Joséphine, y déposant un nombre incalculable de baisers qui déclenchèrent l'hilarité de cette dernière...




Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Josephine Campbell, Mer 20 Juin 2018 - 18:00


« Complètement con ».

Décidément, elle ne s’était pas attendu à ça une seule seconde. Elle sentit son cœur s’accélérer et une montée de larmes venir dans ses yeux. Aussitôt elle détourna le regard, cherchant un point à fixer pour se concentrer de ne pas pleurer. Mais elle était bien trop agitée et nerveuse pour rester en place. Elle espérait seulement qu’il ne faille pas qu’elle ouvre la bouche sinon elle n’aurait pas pu empêcher sa voix de trembler.

*T’es dans de beaux draps maintenant ! De toute évidence les sentiments que tu éprouves ne sont pas réciproques. Et maintenant on fait quoi ? Parce que là tu as vraiment l’air d’une gourde.*

- Mais en fait euh…

Regard qui file dans la direction de Louis pour ne plus le lâcher. Mais en fait quoi ? Elle s’était fait des fausses idées ou bien il avait été déçu par quelque chose… ou bien tout simplement il ne voyait pas leur relation de la même manière… Puis elle sentit sa main se poser sur son visage et en un rien de temps les lèvres du jeune garçon se posèrent sur les siennes.

Elle était totalement perdue, elle ne savait plus quoi penser et de toute façon, là, elle était incapable de penser quoi que ce soit. C’était comme ça à chaque fois. Lorsqu’ils s’embrassaient plus rien n’avait d’importance.

*Alors quoi ? ça veut dire quoi tout ça ?*


Puis le baiser s’acheva, et Louis fit glisser ses lèvres jusqu’à son oreille.

- Tu me rends fou… Et ça fait bien longtemps que je suis tombé amoureux de toi !


Elle ne savait pas s’il avait pu entendre le soupire qui s’échappa de sa bouche. Cette sensation de fourmis dans la tête et le soudain relâchement de ses muscles, c’était ça que faisait le soulagement mélangé au bonheur infini ?

Jo se mit à rire lorsque Louis lui mordilla le lobe de l’oreille. Et peut-être que le fait qu’elle soit chatouilleuse y soit pour quelque chose. Mais toute cette tension qu’elle avait ressentie un peu plus tôt n’y était pas pour rien non plus. Elle sentit une vague de bonheur l’envahir qui fut telle qu’elle ne put empêcher les larmes qu’elle avait réussi à contenir jusque-là de s’échapper. Heureusement, elles passeraient surement pour des larmes suite au rire qu’elle n’arrivait pas à contrôler.

- Alors comme ça tu as des zones sensibles au chatouillement ?

Oui énormément et quelque chose lui disait qu’il n’allait pas tarder à le découvrir. Qu’il lui saisisse les poignets, et qu’il se positionne juste au-dessus d’elle de cette manière était surement le préambule à une future attaque. Et elle avait vu juste. Lorsqu’il plongea sur elle, Jo se demanda s’il n’avait pas un certain talent à trouver tous les endroits qui susceptibles de la faire rire.

Elle avait beau se débattre, rien n’y faisait, il semblait qu’il n’avait aucune envie de la lâcher et qu’il comptait bien profiter de l’ascendant qu’il avait sur elle. Lorsqu’il souleva le pull pour pouvoir entrer en contact directement avec sa peau, Jo en profita pour se libérer et lui relever la tête qui avait commencé tout doucement à descendre vers son ventre. Elle lui tapota le bout du nez avec son index comme si elle avait pris sur le fait un enfant près à faire une bêtise. Avec un sourire provocateur sur les lèvres elle murmura :

- Ah ah… Qu’est-ce que tu vas faire là ?

Elle le savait très bien. Et ce qu’elle en avait envie…
Pour seul réponse, elle eut un baiser sur chaque cuisse avec un regard pénétrant qui ne la quitta pas jusqu’à ce que Louis se penche et atteigne son objectif. Jo poussa immédiatement un soupire et ferma les yeux.

******************************

Un peu plus tard, la jeune Gryffondor était allongée sur le ventre sur le canapé. Elle regardait le pull de Louis, négligemment jeté sur sol un peu plus loin, que finalement elle n’avait pas trop porté et qui avait été torturé tout au long de la soirée. Le jeune garçon, totalement nu, était à moitié sur elle, afin de ne pas l’écraser et lui laisser la possibilité de respirer, son visage posé sur le sien. Son ventre brulant, reposait sur une partie de son dos et elle se demandait si c'était les battements de son coeur qu'elle sentait non loin de son épaule.
Bien qu’elle soit nue, Jo n’avait pas froid… leurs ébats précédents y étant certainement pour quelque chose et la présence du jeune homme à ses côtés également. Elle était en train de se demander si la couleur des cheveux du Serpentard était identique au blé mûr dans les champs en été. Mais de là où elle était, elle ne pouvait pas voir grand-chose. Elle sentait son souffle régulier sur son épaule et se demandait si Louis ne venait pas de fermer l’œil. Elle tenta de se dégager tout doucement mais sentit aussitôt une main ferme la retenir par la hanche.
Jo se mit sur le côté pouvant ainsi contempler le garçon en face d’elle.

- Je ne m’en vais pas, je voulais simplement te regarder.

Elle passa une main dans ses cheveux et regarda attentivement une mèche. Non, ils sont plus clairs que le blé.
Ses yeux glissèrent alors vers ceux de Louis qui ne l’’avait pas quitté du regard et qui devait surement se demander  à quoi elle pouvait bien penser. Elle se contenta de lui sourire et de l’embrasser sur le nez.
Ce n‘était peut-être pas utile de lui faire savoir qu’elle se posait des questions totalement stupides.

Elle posa alors sa main sur le bras du jeune garçon, pour profiter du contact et de la douceur de sa peau, puis sur son dos pour arriver finalement sur son pansement, elle resta un moment les yeux braqués dessus.

- Louis, maintenant que je t’ai trouvé, jamais je ne te quitterai.

Puis elle se rapprocha de lui pour retrouver la chaleur de ses bras. Elle inspira autant que possible son odeur. Puis ajouta :

- Tu es d’accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Louis Varik, Jeu 5 Juil 2018 - 17:02



Renaissance



Désolé pour le retard...



- Louis, maintenant que je t’ai trouvé, jamais je ne te quitterai. Tu es d’accord ?

Le jeune serpent observa Jo venir se blottir à nouveau dans ses bras.
Un soupire suite à cette question. Bien entendu, il ne voulait plus quitter la belle brune, il voulait profiter d'elle au maximum, profiter de sa présence, de sa douceur, de son rire et de son sourire.
Louis ne put s'empêcher de fermer les yeux, comme chaque fois qu'il plongeait dans l'océan de pensées qui inondait son esprit.
Est-ce qu'il était maître de ses décisions? Non, il le savait. Mais elle?

- Ecoute Jo...

Est-ce qu'il fallait le lui dire là maintenant? Elle ne semblait jamais avoir remarqué quoi que ce soit.
Même lors de leurs premières rencontres, là où les absences étaient plus présentes.

- Je...

Le moment partagé actuellement était idyllique, il ne voulait surtout pas briser cet instant en la compagnie de celle qui le rendait fou.
Qui savait ce que leur réserverait l'avenir?
Non, il était sans doute plus sage de garder tout ça pour lui, ne rien divulguer pour le moment et continuer à profiter tant qu'il en était encore possible.
Il remua sa tête hirsute avant de murmurer,

- Oui, bien entendu je suis d'accord!

Puis vint le silence, celui qui l'accompagnait habituellement, celui qui le réconfortait mais mettait mal à l'aise ceux qui le partageaient.
Combien de temps s'était écoulé depuis sa réponse? Il s'était calqué sur la respiration lente et posée de la Gryffondor et plongea son nez dans sa chevelure. Cette odeur fit rejaillir de nombreux souvenirs de son esprit.
Le premier verre offert, la photo et la bataille de boules de neige sur le chemin de Pré-Au-Lard, les vestiaires, leur première rencontre dans la tour d'astronomie, la séance de dessin,...
Même si à bien y repenser, bon nombre de leurs rencontres s'était terminé prématurément ou de manière curieuse, Louis n'échangerait ces souvenirs pour rien au monde.
Le jeune garçon s'échappa de son état de torpeur, inhala une dernière fois les fragrances de la rouge et or,

- Tu nous vois comment dans quelques mois? Années? je veux dire... Quand on aura un boulot etc.

Le regard plongé dans celui de Jo, il adorait s'y perdre, se demandant tout ce qui se cachait dans ces magnifiques yeux azures...



Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Josephine Campbell, Mer 11 Juil 2018 - 17:44


- Ecoute Jo… Je…

Le cœur qui accélère. La peur d’une réponse qu’elle redoutait. Non, ils ne pourraient pas resté ensemble ? Mais pourtant, il avait bien dit un peu plus tôt qu’il était amoureux d’elle non ? Qu’est ce qui les empêcherait d’être ensemble ?

Alors qu’elle allait lever la tête pour le regarder et essayer de comprendre il ajouta en un murmure :

- Oui, bien entendu je suis d’accord!

Une vague de chaleur prit possession de son corps et un large sourire se dessina sur son visage. Aussitôt elle resserra son étreinte autour du jeune homme et ne put s’empêcher le lâcher un soupire d’aise. Au final, elle s’était peut être inquiétée pour rien. Et il n’avait aucune raison de lui cacher quoi que ce soit… Ils resteraient ensemble. Il était d’accord et c’est tout ce qui importait là tout de suite. Il ne savait pas à quel point il pouvait la rendre heureuse.

La chaleur du corps de Louis et la sensation de bien-être qui l’habitait l’amena pendant un moment au pays des songes sans qu’elle ne puisse en déterminer la durée exacte. Ce n’était pas le sommeil profond, elle s’était juste contentée de somnoler.

- Tu nous vois comment dans quelques mois ? Années ? Je veux dire… Quand on aura un boulot etc.

Jo ouvrit les yeux, le regard encore un peu dans le vide, pas encore totalement échappé des rêves qu’elle venait de faire. Il la fixait de son regard de glace et elle eut la sensation encore une fois qu’il essayait de trouver quelque chose dans son regard, comme si quelque chose lui échappait et qu’il essayait de comprendre et cherchait la réponse dans ses yeux. Mais, il n’y avait rien à y trouver, sauf l’amour fou qu’elle éprouvait pour lui.

- Comment je nous vois ? Je ne sais pas…

Regard déviant. Si bien sûr, elle se l’était imaginé plusieurs fois déjà. Seulement elle n’osait pas avouer qu’elle l’avait déjà fait. Peut-être qu’il la prendrait pour une folle furieuse ou alors une désespérante romantique, ce qu’elle était et qu’elle venait de découvrir…

- Peut-être que par moment, je te saoulerais avec mes questions…


*****************************

Jo regardait Louis en train de lire assis dans un fauteuil. Ça faisait un moment qu’elle l’avait pas quitté des yeux, les fesses par terre, son carnet à dessin posé sur ses genoux.

- Tu te maries avec moi ?

Sans même, lever le nez de son livre la réponse du garçon ne se fit pas attendre.

- Non.

Jo haussa les épaules et se contenta d’un :

- Bon, d’accord.

Non, elle n’était pas vexée, elle trouvait même la situation assez drôle. Elle reprit la parole presque aussitôt :

- Tu ne crois pas qu’on devrait acheter des rideaux pour le salon ?


*********************************

- Et puis même que parfois, je t’agacerais avec mes manies…

************************************

Jo était debout sur le grand lit qui meublait la chambre. Elle terminait, une palette et un pinceau à la main, de peindre des branches de lierre sur le mur juste au-dessus de la tête de lit. Elle se mit à souffler sur la peinture encore fraiche et les feuilles de lierre se mirent à bouger. Elle avait utilisé de l’encre magique qui donnait vie aux choses qu’elle peignait. Elle allait rajouter une petite touche de vert foncé lorsqu’elle entendit la porte d’entrée se claquer, suivit peu de temps après par un « Aïe » et un juron. Oups… Un peu plus tôt, elle avait commencé à vider un carton dans l’entrée qui contenait tout un tas de babioles… et elle avait peut être abandonnée toutes ces choses sur le sol quand l’envie de peindre le mur de leur chambre lui avait traversé l’esprit. De toute évidence, Louis ne s’était pas attendu à trouver autant de bazar dès l’entrée… Ses pieds en avaient surement fait les frais… Jo fit la grimace… ca commençait bien… Cela ne faisait pas déjà un jour que son naturel à en mettre partout avait déjà repris le dessus sur sa bonne résolution d’être moins… bordelique. La Gryffondor posa alors avec hâte son pinceau et sa palette sur la table de nuit, crépissant au passage son vieux pull vert de peinture. Elle sauta du lit avec la grâce d’un éléphant puis se mit à courir direction l’entrée pour y retrouver le grand blond en train de se masser la plante du pied. Ce fut uniquement grâce à sa dextérité qu’il ne tomba pas par terre quand elle se jeta dans ses bras trop heureuse de le retrouver après quelque heures de séparation et essayant par mille baisers de se faire pardonner de lui avoir indirectement fait mal au pied.

*******************************************

- Je sais que j’ai pas mal de défauts…

***************************************

Tous les deux étaient installés sur une couverture au bord de l’eau. Une partie d’échec version sorcier était en cours. Louis gagnait, évidemment… Jo n’arrivait pas à prévoir plus de deux coups en avance donc il ne fallait pas s’attendre à une victoire. Elle profita qu’il ait le dos tourné pour lui servir une bière au beurre, pour déplacer quelque unes de ses pièces. Elle crut qu’il n’avait rien remarqué lorsqu’il reporta son attention sur le jeu, quelques secondes après. Mais elle se rendit compte lorsqu’elle eut terminé son verre qu’elle s’était mis le doigt dans l’œil. Une fois le verre vide posé par terre, il la porta sur son épaule comme un sac à patate et la jeta à l’eau en lui rappelant que ce n’était pas bien de tricher.


*********************************

- Mais ma vie, je ne la vois pas sans toi.

****************************************

Jo était plantée devant Louis, sa valise à la main.

- Je viens avec toi.

Elle avait dit cela sur un ton ferme, brandissant fièrement ses papiers lui permettant de le suivre… il allait dans quel pays déjà ?

- Je croyais que tu ne voulais pas t’éloigner de ta famille et que tu y étais très attachée ?

Jo lui fit un sourire niais et lui répondit :

- Je suis avec toi, donc ça ne me fait pas peur.


****************************************

- Et j’ai envie de faire et de découvrir tellement de choses avec toi…

***************************************

Ils étaient dans une sorte de marché. Où exactement elle ne savait pas, mais une chose était sûr, le dépaysement était total. Ce qu’il y avait sur les étalages ne ressemblaient pas du tout à ce qu’elle avait l’habitude de voir à Londres. Là, elle et Louis étaient devant des caisses contenant des insectes et d’autres choses non identifiées, grillés, sautés ou fris. Ils s’étaient lancé le défi de gouter à tout ce qu’avait exposé la petite marchande sans jamais rien recracher. Arrivés aux mygales, Jo passa son tour et dû déclarer forfait. Un sourire lubrique s’afficha sur le visage de Louis., Ils n’avaient pas parlé du gage… Elle avait oublié ce petit détail… restait à savoir ce qu’il lui préparait… Mais quelque chose lui disait que ça n’allait pas être totalement désagréable.

****************************************

- Te montrer que je t’aime…


**************************************

Pour une fois c’était elle la première levée, Louis dormait encore et elle venait de terminer de prendre sa douche. Il y avait de la buée sur le miroir face à elle. A l’aide de son doigt elle écrivit un « L+J= ❤️ ». Elle savait que cela allait disparaitre au bout de quelques secondes, mais quand le jeune garçon prendrait sa douche à son tour et que de la condensation se formerait, les inscriptions allaient réapparaitre de nouveau. Avec un peu de chance, il le verrait. De toute façon s’il ne voyait pas celles-là, il ne manquerait surement pas les autres sur les petits bouts de papiers qu’elle avait dissimulés à peu près partout dans le logement.

********************************************

- Tous les jours…

******************************************

Jo regardait les feuilles d’épinards posées devant elle sur le plan de travail depuis quelques minutes. Elle jeta un coup d’œil à sa montre avant de revenir vers la plante qu’elle jugeait toxique. Elle poussa un soupir et se mit au travail. Un peu plus tard, elle remuait à l’aide d’une cuillère la préparation qu’elle venait de faire, deux doigts pinçant son nez pour éviter de respirer l’odeur qui lui donnait la nausée. Elle avait horreur des épinards… mais elle savait que Louis aimait cela donc, elle pouvait bien prendre sur elle quelques heures, le temps que l’odeur ne disparaisse totalement.

************************************

- Et que je te désire…

*************************************************

La porte du bureau n’était pas fermée. Elle voyait Louis assit sur sa chaise de dos. Il avait l’air de travailler, ou lire ou… faire un truc qu’elle ne saisissait pas, une fois de plus. Elle franchit le seuil et s’approcha à pas de loup. Une fois derrière lui, elle passa ses bras autour de son cou et lui déposa un baiser juste en dessous de l’oreille. Elle finit par s’installer innocemment sur ses genoux et le regarda avec un air faussement malheureux.

- Louis, je m’ennuis, tu veux bien jouer avec moi ?

Non, le fait qu’elle porte cette nuisette noire un peu transparente n’était pas du tout provocateur.


*****************************************

- Enormément…

*************************************

Jo leva doucement le drap et le descendit doucement jusqu’en haut de la cuisse laissant apparaitre le magnifique fessier de Louis. Il était sur le ventre, la tête posée sur son oreiller. Il semblait dormir profondément... Elle se mit alors à le croquer, la lumière de l’aurore donnant de magnifiques effets de lumière. Elle était assise sur le lit en tailleur vêtue d’une chemise du jeune garçon qu’elle s’était auto-approprié. Lorsqu’elle eut fini, elle posa son dessin et son crayon sur le sol et se colla de tout son long contre lui. Au départ, les caresses ne se limitaient qu’aux bras puis atteignirent doucement son torse et son dos. Puis vint les bisous dans le cou qui se transformèrent en baisers langoureux lorsque Louis la fit basculer sous lui.

***********************************

- Follement…

******************************

Il y avait un brouhaha terrible dans le bar où ils se trouvaient, d’ailleurs elle n’arrivait pas à suivre tout ce qu’il se disait à leur table et elle devait bien l’avouer, le bruit n’était pas la seule raison. Elle ne savait pas pourquoi, mais là à cet instant une chose l’obsédait… plutôt une seule personne. Louis. Il n’était pas bien loin, il était même assit juste en face d’elle mais ils étaient séparés tous deux par deux trois amis avec qui ils passaient la soirée. Elle ne savait pas pourquoi elle avait cette folle envie ce soir, là, maintenant… Mais plus le temps passait et plus cela la rendait folle. Lorsque le jeune homme se leva pour s’éclipser aux toilettes, elle le suivit. Elle se faufila à sa suite dans les toilettes hommes et lui tapa sur l’épaule pour lui faire savoir qu’elle était là.
Lorsqu’il se retourna il sembla surpris. Elle posa un doigt sur ses lèvres pour lui indiquer de ne pas faire de bruit, puis elle le prit par la main et l’entraina dans une cabine et verrouilla la porte.


******************************************

- Je veux vivre avec toi. Avoir une vie avec toi. Je me sens tellement bien à tes cotés. Tout parait si simple et si facile. Je ne pensais pas être à la fois si semblable et si différente de quelqu’un au point de lui correspondre à ce point.

Jo passa une main dans les cheveux de Louis. Elle caressait une de ses mèches et le regardait tendrement.

- Et toi, tu nous vois comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Louis Varik, Mar 17 Juil 2018 - 17:28



Renaissance



Désolé pour le retard...



- Comment je nous vois ? Je ne sais pas… Peut-être que par moment, je te saoulerais avec mes questions… Et puis même que parfois, je t’agacerais avec mes manies… Je sais que j’ai pas mal de défauts… Mais ma vie, je ne la vois pas sans toi. Et j’ai envie de faire et de découvrir tellement de choses avec toi… Te montrer que je t’aime… Tous les jours… Et que je te désire… Énormément… Follement… Je veux vivre avec toi. Avoir une vie avec toi. Je me sens tellement bien à tes cotés. Tout parait si simple et si facile. Je ne pensais pas être à la fois si semblable et si différente de quelqu’un au point de lui correspondre à ce point.


Chacune des phrases fut séparée comme s'il s'agissait d'un film qu'elle laissait tourner dans sa tête, comme si chacun des mots utilisés était rempli de sens et d'une signification qui lui envoyait un flux d'image ininterrompu.
Elle parlait et ses yeux brillaient. Au fond de lui, Louis ne put s'empêcher de ressentir une immense satisfaction la voyant s'émerveiller de la sorte suite à une simple question. D'un autre côté, une étrange mélancolie s'empara du jeune serpent. Le sourire pétillant et les yeux plein de vie de la belle brune le fit à nouveau rentrer dans son habituelle torpeur avant de se perdre dans le dédale de son esprit.

- Et toi, tu nous vois comment ?

Tentant tant bien que mal de dissimuler ses rêveries, le jeune garçon prit le visage de Jo entre ses mains et plongea ses yeux argents dans l'immensité bleue du regard de la Gryffondor.

- Je nous vois comment?

Répéter la question lui offrit un léger répit... Comment se voyait-il dans le futur? Avec elle? Il ne le savait pas, il l'espérait vraiment mais c'était impossible pour le moment de lui faire cette promesse.
Tout ce que Louis savait c'était que son souhait de prolonger les moments passé en la présence de la jolie brune devenait de plus en plus insistant.

- Tes manies, tes questions, tes défauts... Je les adore. Je veux les partager avec toi. Ca fait partie de toi, de ta petite personne et je ne souhaite pas les voir disparaître...

Un léger voile apparu devant ses yeux, rendant la vision pourtant si agréable de Joséphine légèrement floue. Le jeune homme savait que ça se produisait lorsqu'il entrait dans son état mélancolique.
Il se releva et, avec l'aisance que lui permettait son imposant gabarit, passa un bras sous les genoux de Jo, l'autre derrière sa taille et souleva la jeune fille avant de la blottir contre lui.

- Profitons... D'accord?

Sachant parfaitement que cette réponse ne satisferait pas la curiosité de celle qui se lovait dans ses bras, il ajouta :

- Mais je nous vois vivre de jolies choses... Je me vois partager tout ce que je peux avec toi, je nous vois voyager. Voyager ici, dans ton esprit, à l'étranger. Je nous vois nous embrasser, encore et encore mais surtout profiter... C'est tout ce que je veux. Un sourire face à moi, des larmes parfois mais des yeux qui pétillent pour toi!



Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Josephine Campbell, Jeu 19 Juil 2018 - 14:27


Louis avait saisi le visage de Jo entre ses mains et il la regardait intensément. Elle aimait lorsqu'il faisait ça. Elle avait toujours cette impression d'être une chose précieuse à ses yeux qu'il avait peur de briser et qu'il fallait manipuler avec douceur. Elle avait une sensation similaire lorsque parfois, il lui embrassait les mains. C'était comme si quelque part, il la remerciait d'être là ou d'exister, simplement. Peut-être qu'elle était loin du compte au final... Mais elle espérait au fond d'elle qu'il y avait ne serait ce qu'un peu de vrai dans ses divagations.

- Je nous vois comment ?
Une pause encore. Comme s'il cherchait ses mots. Pourquoi ? Parce que le poids des mots avait beaucoup d'importance à ses yeux ou parce qu'il ne savait pas quoi dire pour ne pas la blesser ?

- Tes manies, tes questions, tes défauts... Je les adore. Je veux les partager avec toi. Ca fait partie de toi, de ta petite personne et je ne souhaite pas les voir disparaître…

Il ne répondait pas à sa question... et quelque chose venait de se passer dans son regard. Elle avait déjà vu cela plusieurs fois sans ne jamais chercher à en savoir plus. Par peur d'être trop intrusive. Pendant un moment, Louis n'était plus avec elle. Il était totalement ailleurs et une certaine tristesse était présente dans ses yeux.

Jo tendit la main vers son visage pour le faire revenir auprès d'elle, mais n'eut pas le temps d'aller jusqu'au bout de son geste. Le jeune garçon venait de se mettre debout. Pendant un moment, Jo se sentit totalement impressionnée. Par sa taille déjà, parce que là sur son canapé, elle était beaucoup plus petite que d'habitude et lui sur ses deux jambes passait pour un géant. Et puis aussi, parce qu'il était totalement nu face à elle. Alors oui, au cours de leurs derniers ébats, elle avait pu apercevoir ce corps magnifique qu'était le sien, mais là, elle pouvait en profiter pleinement, de haut en bas, et quelque chose dans le bat de son ventre commençait à s'animer. Qu'est-ce que c'était ? L'envie de lui tout simplement. Une envie qui une fois comblée ne tardait pas pour repointer le bout de son nez. Est ce qu'il pouvait le voir ça ? Qu'elle était complètement avide de lui ?

Et lui qu'est ce qu'il pouvait bien lui trouver ? Elle n'arrivait toujours à réaliser et à comprendre qu'il puisse s'interesser à elle, elle qui se sentait absolument quelconque. Elle ne se sentait pas digne de lui.

Le rouge monta aux joues de la jeune fille lorsqu'il se pencha sur elle pour la prendre dans ses bras. Elle était totalement nue elle aussi, et même si cette proximité n'était rien comparée à ce qu'ils venaient de partager par trois fois, elle avait peur qu'il se rende compte soudainement que quelque chose chez elle puisse lui déplaire.

- Profitons... D'accord?

Encore une fois, il ne répondait pas à sa question et semblait éviter de le faire. Pour quelle raison agissait-il de la sorte ?

- Mais je nous vois vivre de jolies choses... Je me vois partager tout ce que je peux avec toi, je nous vois voyager. Voyager ici, dans ton esprit, à l'étranger. Je nous vois nous embrasser, encore et encore mais surtout profiter... C'est tout ce que je veux. Un sourire face à moi, des larmes parfois mais des yeux qui pétillent pour toi!

Cette fois-ci, la main de Jo trouva la joue de Louis. Un sourire naquit sur ses lèvres avant de coller les siennes à celle du jeune homme. Un doux baiser. Un moyen pour elle de lui faire savoir de toute l'intensité des sentiments qu'elle éprouvait à son égard. Puis sans qu'elle ne puisse l'expliquer une larme vient à couler de ses yeux alors que sa bouche descendait lentement le long de son cou pour finalement cacher son visage à la base de ce dernier.

- Qu'est-ce que tu ne me dis pas ?

Elle avait murmuré ses mots à moitié étouffés par l'étreinte qu'elle ne desserrait pas.
Puis elle releva la tête et passa lentement son index sur le visage de Louis, comme pour découvrir ce qui pouvait bien se cacher là dessous.

- Pourquoi par moment, tu sembles si triste ? Ton esprit s'égare pendant quelques instants et je vois que ton regard change. Qu'est-ce qu'il y a au fond de toi que tu ne me dis pas ? Je peux tout entendre. Absolument tout... Je t'aime tellement…

Et pour tenter de lui en faire prendre conscience, Jo déposa un tendre baiser sur ses lèvres avant de replonger son regard dans le sien.




Merci de ne pas poster à la suite, Louis va bientôt venir 😊
Revenir en haut Aller en bas
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Louis Varik, Lun 1 Oct 2018 - 12:02



Renaissance



Désolé pour le retard... Vraiment, vraiment pardon!


- Qu'est-ce que tu ne me dis pas ? Pourquoi par moments, tu sembles si triste ? Ton esprit s'égare pendant quelques instants et je vois que ton regard change. Qu'est-ce qu'il y a au fond de toi que tu ne me dis pas ? Je peux tout entendre. Absolument tout... Je t'aime tellement…

Un doux baiser venait se déposer sur les lèvres du jeune garçon. Un baiser rassurant, réconfortant, mais dérangeant aussi.
Il l'invitait à parler, à se confier et à rentrer dans sa tête. Cette forteresse qu'il tentait tant bien que mal de rendre impénétrable.
Pourquoi faisait-il ça? Pourquoi se cacher derrière cette façade froide et hostile?
C'était des questions auxquelles Louis n'avait lui-même pas vraiment de réponse. Il savait pertinemment bien quels sujets il ne souhaitait pas aborder, quels subterfuges mettre en place pour détourner les attentions.
Mais Jo était différente, elle représentait à ses yeux une immensité encore non découverte. Une multitude de possibilités qu'il aimerait découvrir.
Et elle était là, face à lui. Ses yeux bleus plongés dans les siens. Ce regard le faisait fondre. Il se souvint de la maladresse qu'il avait fait naître lors de leur première rencontre à l'Occamy Doré.
Alors que faire? Se livrer complètement? S'ouvrir entièrement à elle?

- Jo... Va t'habiller s'il te plait... Chaudement!

Louis déposa la belle brune à même le sol. Elle semblait minuscule à ses côtés.
Il fit volte-face, enfila son pantalon et reprit son pull négligemment posé sur le canapé. Jo disparut par l'embrasure de la porte et revint environ 20 minutes plus tard, emmitouflée sous une bonne dizaine de couches.
Louis ne put s'empêcher de sourire lorsqu'il remarqua que la dernière d'entre elles était une de ses propres chemises que la Gryffondor avait sans doute été chercher dans sa valise.

- Non mais à ton aise, sers-toi...

Un large sourire éclaira le visage de Joséphine, elle s'approcha du jeune serpent et s'agrippa à son bras comme une petite fille se rendant dans un parc d'attractions.

- Accroche toi!

CRACK

La sensation éprouvée après un transplanage n'était jamais la plus agréable, mais Louis commençait tout doucement à s'y habituer.
Jo par contre semblait avoir un peu de mal et tituba quelques secondes. Juste avant de grelotter lorsqu'une bourrasque glaciale les traversa.
Devant les deux adolescents s'étendait une longue plaine sans fin. Il avait plu ces derniers jours, l'herbe et les roches taillées par les vents violents étaient encore trempées.
Le ciel lourd et gris laissa danser quelques flocons qui venaient terminer leur valse à leurs pieds.

- Bienvenue chez moi...

Louis venait de murmurer ces mots, il ne savait pas si Jo les avait entendus tant les vents couvraient les bruits alentour.


Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Josephine Campbell, Lun 8 Oct 2018 - 15:15


S'habiller chaudement ? Mais pour aller où ?

Jo laissa Louis la déposer par terre sans rien dire, puis ce dernier lui tourna le dos pour s'habiller. Jo fronça alors les sourcils. Il allait l'amener quelque part, mais pour faire quoi ? Est ce que c'était pour lui montrer un endroit qui lui tenait à cœur ? Ou bien lui présenter quelqu'un ? Elle le regardait alors qu'il était toujours dos à elle, pensant peut être trouver une réponse entre ses omoplates. Mais non ! Après tout, peu importait. Il allait peut-être se livrer à elle et c'était le principal.

Sans rien dire, la jeune fille monta à l'étage direction sa chambre. Elle ouvra la porte de son armoire et resta plantée un moment devant, le regard dans le vide. Au bout de quelques minutes, rappelée par le froid qui commençait à la pénétrer, elle secoua machinalement la tête pour se réveiller et enfila un pantalon. L'étape suivante était sans aucun doute la plus périlleuse, surtout lorsque comme Jo, on n'a pas spécialement de tête et qu'on aime se compliquer la tâche plus que nécessaire. Elle avait entrepris d'enfiler sa paire de chaussettes debout, ce qui n'était pas spécialement une bonne idée lorsqu'on a un équilibre approchant le néan. La première trouva sa place à son pied sans trop de complication. Quant à la deuxième...

BOUM

Plus de peur que de mal, le sac de Louis aillant amorti sa chute... En espérant que rien ne soit fragile à l'intérieur... Jo ouvrit le sac et vérifia juste en surface. Il n'y avait l'air d'avoir que des vêtements à l'intérieur... Ou en tout cas, rien de fragile. Ouf...
Le regard de Jo resta cependant accroché à la chemise qu'il y avait tout au-dessus... La pauvre allait être froissée... Alors qu'elle s'apprêta à l'étendre correctement sur un ceintre. Jo s'arrêta devant son miroir, la chemise à la main. Et si elle l'enfilait ? Juste pour voir ?

*Mais, c'est pas à toi !*

Oui, mais le pull n'avait pas dit non ! En même temps... on ne lui avait pas spécialement demandé son avis non plus. Elle enfila la chemise et se regarda un instant dans le miroir. Elle ne pus s'empêcher d'étaler un sourire niais sur son visage avant de renifler le col. Ça sentait bon Louis.. Impossible de l'enlever alors...

Lorsqu'elle rejoignit le garçon dans le salon, ce dernier était déjà tout habillé. Dommage... Elle aimait bien la vue de Louis tout nu. Mais en même temps... elle était restée là-haut combien de temps exactement ?

- Non mais à ton aise, sers-toi...

Elle ne dit rien, mais la tête qu'elle faisait sous-entendait un "oh mais ne t'inquiète pas pour moi". Jo s'accrocha au bras de Louis et le serra fort tout contre elle, son sourire béat toujours sur le visage. Elle espérait quoi en agissant ainsi ? Se greffer à lui jusqu'à la fin de ses jours ?

*oh ça pourrait être cool!!*

Pour qui ? Pour lui ou pour elle ?

Mais ce qui la rendait si heureuse là, c'était qu'elle allait peut-être avoir la chance d'en découvrir plus sur son amoureux ou en tous cas qu'il se livre à elle. Elle était incapable de le cacher. Elle était excitée comme une puce. S'il faisait ça, c'est qu'il avait confiance en elle non ?

- Accroche toi!

CRACK

OH... est ce que un jour elle pourrait passer son permis de transplanage ? Aujourd'hui encore, elle n'en était pas certaine. C'est qu'elle n'aimait pas trop ce mode de transport pour tout dire... Pour le peu de fois qu'elle l'avait utilisé, la sensation que cela lui laissait derrière n'était jamais trop agréable. Le vertige... Les nausées... Elle qui était plutôt adepte de sensation en règles générales... le transplanage avait toujours fait figure d'exception.

Jo avait desserré son étreinte du bras de Louis et se contenta de lui tenir la main. Elle ne savait pas trop si elle allait rendre ce qu'elle avait mangé un peu plus tôt et inspira profondément en fermant les yeux pour éviter de le faire.
Un coup de vent glacial lui fouetta soudainement le visage, provoquant un frisson qui remonta tout son dos. Instinctivement, elle se cacha le visage dans le bras de Louis espérant trouver un peu de chaleur, la sienne venait de la quitter quelques secondes plus tôt.

- Bienvenue chez moi...

Est ce qu'elle avait bien entendu ? Ou alors était ce son imagination mêlée au bruit de vent ? Elle rouvrit les yeux et admira devant elle la grande étendue d'herbe et de roches qui lui faisait face. Elle resta quelques secondes ainsi sans dire un mot, à contempler le paysage, oubliant un moment le vent qui lui balayait les cheveux et qui lui glaçait le sang.

Elle fit un pas en avant happée par la plaine qui s'étalait devant elle, un sourire s'étirant sur son visage. C'était assez étrange, quelque part, ce paysage avait quelque chose d'inquiétant, mais c'était peut-être ça aussi qui le rendait si attrayant.

Machinalement, Jo baissa la tête et découvrit à ses pieds une petite fleur. Elle n'était pas une spécialiste des plantes, mais celle-ci, elle la connaissait tout particulièrement. C'était une de ses préférées. Un perce-neige. Et a chaque fois qu'elle en voyait un, elle repensait à ce que lui disait son grand-père à chaque fin d'hiver.

- Louis, tu sais ce que devient la neige quand elle fond ?

Jo se pencha et cueillit la petite fleur blanche. Elle se mit à rire lorsqu'elle vit la tête qu'il lui faisait. Il devait vraiment la prendre pour une folle.

*ça se transforme en eau... pas besoin d'aller à Poudlard pour savoir ça...*

Une fois le rire passé, elle reprit son sérieux et un sourire malicieux naquis sur ses lèvres.

- Elle fond pour se transformer en printemps ! Tu vois ?

Puis elle approcha la fleur du visage du garçon et lui chatouilla la pointe du nez avec les pétales. Puis se mit sur la pointe des pieds pour lui voler un baiser. Un baiser qui ne comptait pas en rester là puisque ses deux mains entouraient bientôt le visage de Louis.
Pourquoi est ce qu'elle avait dit ça ? Parce qu'elle s'était fait une spécialité de raconter n'importe quoi ? Ou parce qu'elle cherchait quelque part à le rassurer ou à détendre l'atmosphère.

*Le rassurer avec une histoire toute moisie de neige qui fond ?*

Apres s'être légèrement détaché de lui, Jo murmura à celui qui faisait battre son cœur :

- Montre moi ton chez toi Louis.

*Montre moi qui tu es*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Petite promenade en France

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 19 sur 20

 Petite promenade en France

Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.