AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 3 sur 17
Petite promenade en France
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 17  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Petite promenade en France

Message par : Kyara Blanchet, Mar 19 Juin 2012 - 21:55


[Pv : Aziliz Alhüin]

*Crac*

Dans un craquement sonore Kyara apparue devant le manoir Divenchy. Poussant un petit soupir elle ajusta son sac et ses lunettes de soleil avant d'ouvrir le grand portail d'un coup de baguette. Dans un grincement sonore il s'ouvrit donc permettant ainsi à la jeune fille d'entrer sur la propriété familiale. Soupirant une nouvelle fois elle traversa rapidement la cour dallée avant d'ouvrir la porte et d'entrée dans la demeure. S'arrêtant sur le sol elle marqua une petite pause l'oreille à l'affût du moindre bruit, n'entendant rien elle s'autorisa un petit sourire avant de gravir les marches trois à trois et de se rendre dans sa chambre.

Bien qu'elle adorait son pays d'origine, Kyara détestait venir ici, en fait elle venait le moins que possible du fait de la présence de sa mère et de ses frères. Elle n'aimait pas les voir et s'était réciproque, pourtant elle était bien obligée d'y faire un tour de temps en temps du fait qu'elle n'avait pas de maison sur Londres. En fait c'était un peu une SDF là-bas, elle dormait le plus souvent aux quartiers de l'Ordre, mais savait que ça n'était pas une bonne chose bien que personne ne lui eut fait de commentaire. Aussi, les autres fois elle transplaner directement dans sa chambre le soir après son service afin de dormir quelques heures avant de filer dès le matin sans tarder. C'était un bon moyen jusqu'à ce que sa mère, où ses frères elle ne savait pas protégé la maison empêchant ainsi qu'on transplane à l'intérieur. Kyara était donc à présent obligé d'arrivé dehors et d'entrée par la grande porte, les risques pour tomber sur eux.

Aujourd'hui donc elle avait eu de la chance. Entrant dans sa chambre elle se laissa tombé sur son lit et contempla pendant quelques secondes le plafond. En fait elle ne savait pas pourquoi elle était venue ici aujourd'hui, mais en tous les cas, elle n'allait pas elle ne comptait pas rester enfermée toute la journée. Surtout qu'il faisait un temps radieux ! Idéal pour se promener donc. Se relevant elle prit un de ses chapeaux se trouvant suspendu sur un porte manteau avant de récupérer son sac et de sortir de sa chambre en faisant claqué sa porte.

Après quelques secondes d'hésitation Kyara sut où se rendre, cela faisait d'ailleurs un petit moment qu'elle n'était pas allée là-bas. Le sourire vissée aux lèvres elle entama donc les deux kilomètres la séparant de son ancien club de vacances. Sa mère ne s'embêtait pas lorsque Kyara était enfant l'été elle la mettait dans un club de vacances moldu afin d'avoir la paix. Contrairement à ce qu'aurait pu pensé sa génitrice, la Phénix s'intégra très bien et passa quelques étés heureux en la compagnie des autres enfants moldus. Bien sûr il lui était interdit de révéler ses véritables origines et malgré le fait qu'elle adorait passer outre les ordres de sa mère, elle avait tenu sa langue.

Se remémorant le souvenir de ses étés, elle franchit le grillage en en tour de main avant de s'installer à une des balançoires. Du fait que ça n'était pas encore les vacances elle ne trouverait personne ici et aurait donc la paix c'est qui était parfait en soi. Se balançant elle souriait aux souvenirs qui revenaient naturellement, c'est fou ce qu'elle avait pu s'amuser ici. Elle se souvenait aussi que la balançoire était l'activé préférée des jeunes, ils pensaient qu'en se balançant assez haut ils arriveraient à voler. Secouant la tête Kyara continuait son activité en se laissant porté par les sensations du vent qui lui fouettait le visage à chacun de ses allées et la ralentissait à chacun de ses retours.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aziliz Alhüin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens



Re: Petite promenade en France

Message par : Aziliz Alhüin, Mer 20 Juin 2012 - 9:48


La France, pays de son enfance, pays du bonheur, pays sans tourments. La jeune femme revenait de temps à autres dans l'endroit qui était or dans son coeur. Elle n'y voyait que bons souvenirs, amusements, de l'insouciance... En même temps, c'était l'enfance. Les problèmes, tout ca, on ne connait pas. Les choses sont vu tellements différemment... Aziliz était heureuse de revenir. Cela faisait neuf ans, à présent, qu'elle avait quitté ce beau paysage. Elle y était revenue, quelques fois, mais jamais bien longtemps. Elle n'en avait plus le temps, il fallait qu'elle reste sur place, en Angleterre afin de retrouver ces informations qui lui manquait, encore et encore et dont elle était en quête depuis sa sortie de Poudlard.

La métamorphomage avait transplané près de son habitation française. La jeune femme avait commencé un grand ménage à la recherche d'on ne savait quoi, elle même ne savait pas, mais d'un indice, quelque chose... Mais le temps, comme d'habitude, ce temps qu'elle n'arrivait pas à dompter lui faisait défaut. La brunette n'eut même pas le courage de rentrer à l'intérieur. Ce dont elle avait besoin, c'était... De respirer, de réfléchir, de penser. Son humeur était bien difficile à comprendre. La franco-anglaise n'était ni triste ni joyeuse, n'avait ni envie de sourire ni de pleurer. C'était plat.

La journaliste, toujours en accord avec la nature, avait continué ses explorations, si on peut dire, en plein milieu naturel. Elle continuait encore à travailler son physique, chercher de nouveaux défis et tout cela sans magie. Parce qu'elle avait vécu comme cela depuis toujours, c'était un besoin qui lui était bien plus que nécessaire. Les personnes étaient peu au courant. Chloé et Céleste était des personnes réellement au courant de cette manière de voir des choses, de cette manière de se retrouver.

Après... Cela se voyait. Physiquement d'abord. La jeune femme était de taille normale et son corps était construits de muscles fin. Son ventre, dont elle était particulièrement fière, était plat. Sans trop voir les abdos, on pouvait deviner qu'elle travaillait sa musculature. Puis, durant les entraînements et combats et même dans la vie de tous les jours. Aziliz avait de nombreux réflexes et une souplesse à tout épreuve, ce qui l'aavait déjà tirée de nombreuses situations gênantes et en créant parfois.

L'ancienne serdaigle se dirigeait à présent là où ses jambes voulait bien la mener. Elle réfléchissait tellement qu'elle regardait à peine où elle mettait les pieds. Puis, quand l'occlumens décida de savoir où ses pieds la menait, elle regarda devant elle, afin de reconnaître l'endroit. Facile. C'était un chemin qu'elle avait emprunté durant les vacances scolaires d'été surtout. Lorsque sa mère travaillait, la jeune femme était bien mieux accompagnée et allait au club de vacances moldus.

Des moments joyeux, qu'est-ce qu'elle en avait passé. Les adultes, d'abord, étaient des crèmes dans ses souvenirs. Des personnes très patientes et qui aimait les enfants. Cela se voyait tellement. Certains passeraient leurs temps à parler entre eux avec une tasse de café froid. Non, eux, s'amusaient avec les enfants, parlaient avec eux et leur apprenaient une multitude de choses. Parfois banales, certes. Mais ils apprenaient quand même, sur la vie, ce qui les entourait... Que de belles choses. Puis les enfants, à l'époque, avec qui elle partageait des souvenirs. Certains l'avait plus marquée que d'autres, comme partout ailleurs, comme c'était la vie. Ils avaient un petit groupe avec lequel elle faisait les quatre cent coups.

Alors qu'Aziliz se dirigeait vers les balançoires, moments magiques de son enfance, et s'attendait à les voir... vides puisque ce n'était pas les vacances scolaires mais une jeune femme aux longs cheveux ondulés était assise dessus. Celle-ci avait d'ailleurs remarqué la présence de l'ancienne Serdaigle qui se diriga vers elle. Au fur et à mesure que la brunette s'approchait de l'inconnue, son visage lui paraissait familier. Ses grands yeux verts... Elle tomba des nues.

    Non, me dis pas que... Kyara, c'est toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Petite promenade en France

Message par : Kyara Blanchet, Mer 20 Juin 2012 - 21:19


Se balançant d'avant en arrière Kyara se retrouvait dans son corps de petite fille de dix ans dont la seule préoccupation était de s'amuser et de passer du bon temps avec ses petits camarades. La phenix fronça alors les sourcils en voyant uns silhouette s'approchait au loin et arrêta de se balançait attendait que le nouveau venu approche. Cela devait surement être quelqu'un qui s'occupait d'entretenir le centre quand il était fermé. Kyara ne venait pas de commettre un crime, juste une infraction sur un lieu privé, mais elle savait qu'avec quelques excuses elle n'aurait pas de problème. Et au pire un petit coup de baguette et tout rentrerait dans l'ordre, en théorie elle aurait dû se passer de la magie pour ne pas en dépendre, mais là ... Elle se voyait mal se retrouver au commissariat de police hahaha.

La personne se révélait être en fait une femme, de taille moyenne et fine avec les cheveux châtains. Plus elle approchait et plus Kyara fronçait les sourcils, bizarrement elle avait l'impression de connaitre cette personne. Lorsqu'elle fut assez proche de Kyara pour l'entendre elle prit alors la parole la mine apparemment stupéfaite.

- Non, me dis pas que... Kyara, c'est toi ?

Ce fut la voix qui fit tilter la Phenix, elle aurait pourtant dû la reconnaître, cette démarche, ce physique, cette voix. Ouvrant de grand yeux Kyara se leva alors de la balançoire regardant encore pendant quelques secondes son amie d'enfance avant de lui sauter dessus et de la serrer dans ses bras.

- Aziliz !!

Se détachant d'elle, Kyara s'éloigna d'un pas le sourire aux lèvres tout en la détaillant de haut en bas. Aziliz était son aînée de quatre ans, mais malgré cette différence d'âge cella avait de suite coller entre elles. Kyara n'aurait jamais cru être aussi proche d'une moldue et pourtant cela avait été le cas. Elles se racontaient tout, enfin presque tout, malgré toute l'amitié que l'ancienne serpentard lui portait, elle n'avait jamais trahie son secret. De nombreuses fois elle avait eu envie de lui dire, mais c'était mordue la langue. D'une part, car Aziliz aurait probablement fuit en courant, mais d'autre part, car sa mémoire aurait été effacé et qu'elle aurait oubliée Kyara.

Souriant de plus belle elle se souvenait que bien souvent c'était la jeune femme qui était à la tête de leurs petites expéditions commandos et que ravie Kyara suivait sans se poser de questions. Elle aurait fait n'importe quoi pour épater sa camarade et rester son amie. Elles avaient passées de super moment ensemble et le destin avait décidé de les réunir ici, le lieu de leur première rencontre.

- Ouah, quel hasard ! Alors dis-moi tu es devenue quoi après toutes ses années ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aziliz Alhüin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens



Re: Petite promenade en France

Message par : Aziliz Alhüin, Ven 22 Juin 2012 - 17:07


Le monde était petit. Tout petit. Minuscule. Et les habitants de ce monde était des fourmis. Même pas, des acariens. Bref, tout cela pour dire que le monde était tellement petit que l'on pouvait retrouver des gens n'importe où ou à n'importe quel moment. Comme à ce moment là. C'était quand même étrange, que, presque sur un coup de tête, la jeune femme se soit rendue en France. Et qu'en plus, elle y revoyait Kyara après des années. C'était quoi ? Une farce ? Quelqu'un avait pris son apparence ou quoi ? Mauvaise réponse. Le destin et le hasard s'étaient liés. Pour le bohneur des des deux jeunes femmes.

Kyara était une amie d'enfance, celle qui partageait toutes les vacances avec Aziliz. Une moldue. La journaliste avait beaucoup de fois voulu lui dire toute ces vérités... Mais savait que cela était interdit et ne voulait pas perdre cette personne qui était si importante dans son coeur et risqué de lui faire subir un sentiment déplaisant tel que la tristesse. Pourtant, cela ne les avait pas empêchées de vivre de pures moments pleins de magie. Souvent, son amie la suivait sans rechigner dans ce qu'Aziliz avait décidé de faire. Pourtant, cette dernière essayait d'avoir des idées de façon à ce que les jeux plaisent à la plus jeune.

D'ailleurs, celle-ci avait sauté dans les bras de la franco-anglaise. C'était sans surprises... Elle avait toujours eu de l'affection à donner, la journaliste savait qu'elle en recevait peu... Elle la regarda. Kyara avait toujours son petit visage de poupée et ses yeux vert flamboyants. Elle était en train de se diriger vers une beauté de femme époustouflante. Ce n'en était pas encore une mais ce n'était plus une adolescente. Qu'importe, elle était elle-même.

Lorsqu'elle lui demanda ce qu'Aziliz était devenue, la jeune femme s'assit sur la seconde balançoire. Elle sentit sa baguette magique, dans sa poche arrière de jean. Elle voulut tout lui dire, la vérité, la pur et simple vérité. Car après tout, si elles s'étaient retrouvées, c'est qu'il y avait bien une raison, non ? La co-gérante se retint. Inutile de mettre celle qu'elle avait tant de plaisir à retrouver dans l'embarras et... Les problèmes.

Alors, elle lui raconta les principales lignes de sa vie. Racontant avec le sourire que sa mère avait disparue et que la jeune femme avait donc déménagé chez son père anglais, qu'elle connaissait à peine. Puis qu'à présent elle s'occupait d'une boutique d'équipements de sports et qu'elle était journaliste dans un petit journal anglais. Enfin petit... Elle ne lui précisa pas que celui pour lequel elle écrivait des articles était plutôt connu dans son monde. Elle n'alla pas plus loin. La métamorphomage la regarda et lui ordonna qu'à son tour, elle lui debite sa vie. Cela faisait tellement de bien, parfois, de voir des personnes du passé resurgir. On se rendait compte à quel point on pouvait avoir changé.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Petite promenade en France

Message par : Kyara Blanchet, Ven 22 Juin 2012 - 23:50


S'installant chacune sur une des balançoire Kyara recommença à se balancer doucement tout en écoutant son amie lui racontait sa vie. Elle fut navrée d'apprendre que sa mère était décédée, apparemment Aziliz gérait, car elle lui avait annoncé la nouvelle dans un sourire. Ainsi elle aussi avait dû quitter la France. Elle s'occupait donc d'une boutique de sport et en plus était journaliste. Kyara ne lui demanda pas le nom du journal pour lequel elle écrivait, ça n'était pas vraiment polie elle le savait, sauf qu'elle ne connaissait pas du tout les noms des journaux moldus. Aussi, ne préférant pas ne s'enfonçait en terre inconnue elle garda le silence jusqu'à ce qu'elle lui demande à son tour ce qu'elle était devenue.

Kyara s'accorda quelques secondes avant de lui répondre. Après tout elle préférait d'abord préparait sa réponse afin de ne laisser aucune failles. C'était un peu l'inconvénient d'avoir une amie moldu. Ne pas pouvoir tout raconter en détail ... déjà elle vivait un peu cela du fait de son appartenance à l'Ordre. En effet Kyara n'avait pas le droit de divulguer à personne qu'elle faisait partie d'une organisation illégale. Il fallait donc faire constamment attention de ne pas malencontreusement lâcher une information. Elle avait encore de la chance, elle vivait seule, enfin entre autre, aussi elle n'avait pas à justifier ses déplacements fréquents. En gros cela ne la changeait pas trop de d'habitude sauf qu'il y avait plus de choses à cacher. Se balançant encore pendant quelques secondes en silence Kyara prit alors la parole.

- Et bien ma mère m'a obligé à suivre ma scolarité à Londres dans une école huppée. J'en suis sortie diplômer avec succès et à présent je suis co-gérante d'un bar. Le boulot est pas mal, mais niveau fréquentation je te le déconseille.

Kyara n'avait pas vraiment tord en disant ça, les clients du Bar des Ténèbres n'étaient pas tous des enfants de coeur. Elle ne voyait pas du tout Aziliz dans ce genre d'endroit. En tous les cas elle espérait qu'elle ne lui proposerait pas de venir faire un tour un jour. Encore à la limite si elle lui demandait, Kyara pourrait toujours lui dire le nom du bar, après tout cela ne révélerait pas du tout son appartenance au monde magique. À moins qu'elle ne connaisse l'existence du bar ce qui était impossible !

Se balançant Kyara souria aux nouveaux souvenirs du passé qui l'avaient envahi. Elle avait perdue tout contact avec les autres enfants qui étaient venus ici. Elle doutait qu'elle ne les revoient un jour, après peut-être que son amie avait gardé contact elle ? Après tout elle était assez aimée à cette époque.

- Sinon tu as gardé contact avec d'autres enfants ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aziliz Alhüin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens



Re: Petite promenade en France

Message par : Aziliz Alhüin, Mar 3 Juil 2012 - 9:21


Kyara était restée silencieuse lorsqu'Aziliz avait déballé sa vie. Celle-ci avait tellement peur de faire ou dire une bêtise. Un petit réflexe pourrait tout changer. Alors que les deux jeunes femmes venaient de se retrouver, il aurait été stupide de tout gâcher. De plus, cela aurait été complètement... irréparable. La métamorphomage surveillait donc tout ses propres faits et gestes et il était d'ailleurs fatiguant de se contrôler sans cesse. Déjà qu'elle devait taire son appartenance à un groupe disons... Très recherché et pas forçément aux vues de bons rapports du point de vue extérieur.

En effet, Aziliz était toujours étonnée de voir ce que l'on pouvait dire de son groupe. Certes, ce qu'ils faisaient pour se faire entendre n'était pas de plus brillant. Mais est-ce que quelqu'un d'extérieur avait déjà cherché à comprendre leurs motivations intérieures, personnelles, tout au fond de leurs coeurs ? Non jamais. Donc evidemment, cela s'annoncer difficile pour faire entendre raison à ceux qui les traités de mages noirs sans coeur.

Son amie fut brève et lui dit qu'elle avait passé son diplôme et qu'elle l'avait obtenu avec d'exellents résultats. A présent, celle-ci était co-gérante d'un bar. La brunette savait que la moldue avait toujours eu une certaine facilité avec le contact, tout comme elle. Il parraissait donc evident qu'elle travaille dans un lieu comme celui-ci. Aziliz pensa directement à la possibilité de s'y rendre voir Kyara bosser puis elle adorerait voir ce que les moldus appelait une mauvaise fréquentation. Alors, elle se lança :

- Comment se nomme le bar dont tu me parles ?

Sans savoir pourquoi, la journaliste tu le fait qu'elle passerait peut-être faire un tour. Elle ne savait pas pour quelles raisons mais elle avait l'impression que, pour le moment, cela gênerait Kyara. Puis, celle-ci demanda à Aziliz si celle-ci avait gardé contact avec d'autres enfants. Ce qui n'était pas le cas et c'est ce qu'elle fit savoir à sa jeune amie. Elle lui dit que cela avait été très compliqué depuis qu'elle avait été vivre chez son père et qu'elle n'était revenue sur sa terre natale que peu de fois.

Aziliz repensa à tout ces moments et observa aux alentours. Le parc n'avait pas changé, le centre non plus. C'était incroyable. Des flots de souvenirs remontaient en elle. Ils étaient principalement en présence de Kyara. En effet, il était rare que celles-ci soit séparées... A part lorsqu'elles faisaient de grosse bêtises qui valaient une punition. Aziliz observa son amie. C'était bizarre de la voir ainsi, après tant d'années. Cela faisait si mal au coeur de se dire qu'elles étaient inséprables pendant les vacances, vivaient tout le temps accrochées l'une à l'autre en faisant les quatre cent coups...
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Petite promenade en France

Message par : Kyara Blanchet, Mar 3 Juil 2012 - 11:04


Le vent fouetter les cheveux de Kyara, tandis que la haut dans le ciel, le soleil continuait sa course folle interminable. Il faisait beau et chaud, en gros elles avaient de la chance d'avoir un temps pareil. Cela manquait à Kyara, le soleil, il fallait avoué qu'à Londres il faisait plus souvent mauvais que beau temps. Pour ceux voulant bronzer c'était raté, ils avaient comme moyen soit de voyager soit d'aller dans des endroits spéciaux moldus. Des centres d'UV si Kyara avait bien tout suivit, c'était un moyen de bronzer quand on le désirait.

Kyara qui était pâle de nature ne disait pas non de prendre quelques couleurs de temps en temps, mais elle n'avait pas du tout confiance aux moldus. Enfin à leurs méthodes bizarres, pour elle ça n'était pas naturel que d'entrer dans une espèce de machine pour en ressortir bronzer. Reniflant légèrement Kyara continua de se balancer doucement profitant de l'instant lorsque Aziliz reprit la parole.

- Comment se nomme le bar dont tu me parles ?

Kyara se figea en plein vol en entendant cette question. Et crotte de crotte il avait fallu qu'elle lui pose la question. Bon de toutes les manières elle pouvait très bien dire la vérité. En partant il y avait peu de chance pour qu'elle recroise la jeune femme et cette dernière ne trouvera jamais le bar de toutes les manières. Après elle ne savait pas si du côté moldu un bar se nommait ainsi. Si c'était le cas et qu'elle s'y rendait et bien elle penserait surement que Kyara lui avait menti. La Phénix garda le silence encore quelques secondes avant de lui répondre.

- Le Bar des Ténèbres, je doute que tu ne connaisses.

Aziliz enchaîna alors lui expliquant qu'elle n'avait gardé contact avec personne, c'était dommage. En même temps elle comprenait qu'elles avaient eu de la chance de se retrouver ici. Le destin avait décidé de les réunir à nouveau. Kyara aurait été heureuse que de tomber sur un autre ancien camarade, mais elle n'était pas sûre de pouvoir reconnaître cette personne. Elle avait bien la photo de groupe qui se faisait comme chaque année, mais cette dernière était rangée dans son album photo. Quelques photos moldus parmi d'autres s'animant magiquement.

Kyara n'avait pas posé la question avant, mais dû fait que son amie c'était renseigné sur son lieu de travail, il était normal qu'elle en fasse de même pour la forme. Elle ne connaîtrait probablement pas le nom du journal où elle travaille, mais au pire en s'arrêtant à un kiosque elle trouverait peut-être.

- Et comment se nomme le journal où tu bosses ? Qui sait peut-être que je le lis !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aziliz Alhüin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens



Re: Petite promenade en France

Message par : Aziliz Alhüin, Mar 14 Aoû 2012 - 4:03


La franco-anglaise pércuta bien après que le mot magique fut exprimé. Le Bar des Ténèbres. La jeune femme y avait fait une rencontre bien amusante... C'était bien peu probable que les moldus et les sociers aient, par hasard, le même noms d'enseigne, non ? Lorsque Kyara lui demanda le nom du journal où Aziliz travaillait, celle-ci sauta sur l'occasion.

C'est un petit journal, le Chicaneur. C'est local, je doute que tu connaisses.

Local... C'était un des journeaux les plus lu en Angleterre, dans le monde de la sorcellerie. Et Aziliz en était particulièrement fière. Elle prenait un plaisir certain à rédiger pour celui-ci. Ce qu'elle ressentait lorsqu'elle recevait des critiques, bonnes ou mauvaises mais généralement constructives étaient jouissif.

L'occlumens se prit à penser une minute que si Kyara connaissait ce journal, si ce bar était bien celui de l'allée des Embrumes, alors celle-ci serait une sorcière ? Tout serait tellement plus simple. La jeune femme n'aurait plus à réfléchir à ses gestes et paroles. Bien que rien n'empêche leur amitié, il serait plus génial de pouvoir se voir dans ce monde qui leur appartiendrait à elle deux.

C'était n'importe quoi. Les pensées d'Aziliz divaguaient complètement. Sinon, comment les jeunes amies ne s'en seraient-elles pas rendues compte plus tôt ? Durant ces semaines d'été qu'elles ne passaient jamais séparées ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Petite promenade en France

Message par : Kyara Blanchet, Mar 14 Aoû 2012 - 15:36


Attendant une réponse, Kyara se mit à réfléchir à quoi répondre lorsqu'Aziliz lui apprendrait le nom du journal où elle bossait. Elle avait peur qu'en disant ne pas connaitre le nom, il s'avère qu'en fait c'est un journal super connu et elle passerait pour une inculte. Il était tout aussi risqué que de dire qu'elle connaissait et que par la suite son amie commence à lui demander son avis sur tel où tel article. Le plus simple était donc de ne prétendre pas connaitre, même si elle risquait d'être ridicule suivant ce qu'elle lui dire, mais bon .... Même dans le monde magique, Kyara n'était pas très journaux. En fait elle n'en suivait vraiment qu'un le Chicaneur. Nom pas des plus communs. C'était un journal assez intéressant qui présentait le monde magique sous un autre regard. À chaque nouveau numéro Kyara se tordait de rire. Elle ne connaissait pas les auteurs, mais ils avaient tous un don ! Tendant les jambes, Kyara reprit de la vitesse pour s'envoler encore plus haut lorsqu'elle entendit la réponse de son amie d'enfance.

- C'est un petit journal, le Chicaneur. C'est local, je doute que tu connaisses.

Ouvrant de grand yeux, Kyara stoppa net la balançoire, se faisant au passage mal au pied avant de sauter et de se placer devant Aziliz. Surprise elle fronça les sourcils et se passa plusieurs fois la main dans les cheveux tout en cogitant. Non ... ça n'était pas possible. Son amie n'était quand même pas une sorcière ?! Elle aurait découvert si quelqu'un possédait aussi des pouvoirs lorsqu'elle était petite, c'était obligatoire, elle n'avait pas pu louper cela quand même ! Et pourtant ... Ouvrant la bouche, Kyara allait directement lui demander si elle était une sorcière, mais un doute subsistait encore, il fallait qu'elle pose une question moins directe. Ainsi en cas de réponse négative, elle pourrait toujours changer de sujet où bien dire que ça n'était rien d'important, quelque chose dans le genre.

- Ne me dis quand même pas que tu es allé à Poudlard ?

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aziliz Alhüin
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens



Re: Petite promenade en France

Message par : Aziliz Alhüin, Mar 28 Aoû 2012 - 21:59


Sa réponse eut un effet déconcertant. Kyara, qui était paisiblement en train de jouer à la balançoire tentant de monter le plus haut possible, s'arrêta brusquement afin de se placer devant la jeune femme. Son amie passa plusieurs fois la main dans ses cheveux tout en pensant. En effet, Aziliz commençait à comprendre la situation sans pour autant vouloir l'accepter. C'était tout bonnement pas croyable... Elles n'avaient que quatre ans d'écart après tout, elles se seraient croisées dans l'enceinte de...

- Ne me dis quand même pas que tu es allée à Poudlard ?

Aziliz n'eut que pour réponses les gestes de son corps. Une bouche ouverte, un sursaut, des clignements de cils. Un saut sur ses deux pieds... Et enfin un cri. Non, mais comment cela était -il possible ? Donc les jeunes femmes s'étaient croisées sans se voir ? Jamais elles n'avaient compris que leur amitiée n'était pas un seul coup de pouce du destin ? Qu'elles étaient faites pour se retrouver et ne jamais se quitter, en réalité ? Que ces années d'absences étaient là pour signifier que rien n'avait changé ?

Les deux jeunes femmes s'assirent sans discontinuer de parler. Elles avaient tant de choses à se dire à présent. En pouvan le dire tout naturellement, qui plus est. Il n'y avait plus à se cacher, simplement à apprécier.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Petite promenade en France

Message par : Kyara Blanchet, Mer 29 Aoû 2012 - 19:42


En réponse à la question de Kyara, Aziliz ouvrit la bouche, sursauta et cligna des yeux avant de sauter sur ses pieds et de pousser un cri. Il n'en fallut pas plus pour comprendre la réponse de son amie. Faisant à peu près la même tête qu'elle, Kyara n'en revenait pas. Que quelqu'un lui fasse le calcul de probabilité pour qu'une amie d'enfance se trouvant dans un camp d'été moldu se termine à Poudlard pour faire ses études ! C'était quasiment impossible et pourtant, la preuve était faite ! Elles n'avaient quand même eu pas de chance de ne jamais se croiser dans les couloirs de l'école. Il était vrai qu'il y avait pas mal d'élève et quand on ne s'entend pas à croiser une personne on fait forcement moins attention à ce qui nous entoure.

Stupéfaite, la jeune femme s'installa alors aux côtés de son amie et elles se mirent à parler sans discontinuer. Après des années à devoir cacher sa véritable nature à quelqu'un à qui on tenait cela faisait du bien de parler sans crainte. C'était libérateur. Kyara et Aziliz se transformèrent alors en vrai moulin à paroles, néanmoins le temps finit par les obliger à s'arrêter, le jour était en train de tomber petit à petit et même si les alentours ne craignaient pas il ne valait mieux ne pas rester dans le coin. Se levant des balançoires, elles décidèrent alors de se revoir le lendemain histoire de terminé de rattraper le temps perdu. Lorsqu'elles se furent mise d'accord sur l'heure, elle se saluèrent avant de prendre chacune une direction différente.

Un sourire aux lèvres, Kyara shoota alors dans un cailloux tout en songeant que parfois le hasard faisait vraiment bien les choses, le hasard ou le destin, c'était au choix. Poussant un petit soupir de contentement la jeune femme prit alors conscience qu'à partir de maintenant elle pourrait voir beaucoup plus souvent son amie d'enfance ce qui était top ! Souriant elle continua donc sa route sans se douter que malheureusement elle ne reverait Aziliz qu'une dernière fois avant que celle-ci ne décède, mais ça c'est une autre histoire.

Fin du rp


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Ailyne Lawson, Ven 14 Déc 2012 - 23:15


[RP PV ~ Nala et Ailyne]



Le soleil venait à peine de se lever, et on sentait dans l'air froid du matin, une odeur singulière et reconnaissable entre tous. Ailyne ouvra ses yeux, encore toute endormie, et daigna de se lever pour ouvrir le rideau et regarder dehors. Une épaisse couche de neige s'étendait sur le sol. La neige faisait pétiller les yeux de la brunette, toute excitée à l'idée de se rendre à l'extérieur. Mais l'odeur si particulière attira son attention et lui dessina un énorme sourire sur son visage au trait doux. Elle détourna le regard de la fenêtre et descendit à pas de loup, les marches de la seconde demeure des Lawson.

Cette famille habitait en effet en Angleterre, dans le village de Loon, près de Londres, depuis les 7 ans de la jeune fille. Mais avant, ils habitaient cette maison en France, chargée de souvenirs. Chaque année, elle faisait remonter des peines qui tentaient d'être oubliés. Mais tout remontait une fois la porte de la maison passée. Les rires, les joies, la famille unie qu'ils étaient. Et tout ça étaient douloureux... Bien trop douloureux.

La française se trouvai à présent dans le salon, et elle y trouva sa mère, faisant brûler de l’encens. Lyne adorait cette odeur, elle annonçait le début du séjour en France, et bien qu'il soit dur d'être ici, l'adolescente s'y sentait plus chez elle que n'importe où. Elle connaissait chaque recoin de la maison qu'elle assimilait à un souvenir. Son âme était faîtes pour être ici.


- Tu es réveillée ?
- Ça va Maman ? dit la jeune fille en déposant un baiser sur le front de sa mère. Tu as bien dormi ?


Elles parlèrent longtemps de tout et de rien. La prochaine venue du parrain d'Ailyne, de l’évènement qu’organisait la petite ville, en passant par les études à Poudlard.

- J'ai oublié de t'annoncer ! Cet après-midi, ta cousine vient nous rendre visite ! Elle arrivera vers 14 heures.

A ces mots, la jeune fille sauta de sa chaise et se leva d'un bond en criant comme une folle. Elle sifflotait tout heureuse, et abandonna sa mère pour aller se préparer. Elle chantonna des paroles incompréhensibles, et essaya une robe verte foncé, ajouta des collants noire bien chaud ainsi que des bottes de la même couleur que la robe. Elle se regarda une fois, deux fois, trois fois dans le miroir et sourit. Elle se coiffa rapidement et s'assit sur son lit, comptant déjà les heures restant à sa venue.
Revenir en haut Aller en bas
Nala O'Hams
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Nala O'Hams, Dim 16 Déc 2012 - 16:04


Nala s'était levée bien avant l'aube, s'extirpant de ses draps douillets pour arpenter le Manoir de ses parents, où elle passait ses vacances de Noël.

La jeune fille n'aimait pas vraiment cette période de l'année. A chaque fois, elle quittait Poudlard et ses amis pour retourner en France, là où était désormais toute sa famille. Le Manoir des O'Hams était immense et magnifique. La plupart des gens qui y entraient s’émerveillaient devant les moulures du plafond, les dorures qui couraient sur les murs, les immenses tapis persan qui recouvraient le sol et les chandeliers de cristal.

Mais ce n'étais pas vraiment un endroit chaleureux, le marbre était froid, les immenses pièces étaient vides et glaciales. Les elfes de maisons, avec leurs taies d'oreillers et leurs immenses yeux globuleux, lui donnaient des frissons dans le dos.

Elle fini enfin par arriver à l'autre bout du Château, aux cuisines. Cet endroit lui était familier. Elle y avait passée toute son enfance. La vapeur des marmites fumantes qui embaumaient l'air, la chaleur des immenses fours, l'activité bourdonnante des cuisinières, tout cela l'apaisait énormément.

Attrapant une belle pomme rouge dans un panier de fruit, elle s'assit sur le coin d'une des gigantesques tables qui meublait la pièce et se mit à mastiquer avec application, ne lâchant pas des yeux les allers et venues des domestiques qui préparaient déjà le petit déjeuné.

Lorsque l'aube pointa enfin le bout de son nez, la cuisine sentait les croissants et le café chaud, signe que Madame O'Hams n'allait pas tarder à se réveiller. N'étant pas vraiment enjouée à l'idée de croiser sa mère, la jeune fille fila dans sa chambre afin de se préparer à sortir.

Nala devait retrouver sa cousine l'après-midi même. C'était la seule chose capable de la faire sourire aujourd'hui. Ailyne Lawson était la fille de son oncle. C''était le frère de sa mère et c'était un homme assez aisé mais qui contrairement à la mère de Nala, préférait vivre modestement. Il n'étais pas du genre à faire étal de sa richesse.

Voilà une qualité que la jeune Verte & Argent appréciait beaucoup. D'ailleurs sa cousine était elle aussi pleine de qualités, toujours souriante, optimiste et drôle.
La jeune fille étant enfant unique, elle avait toujours considéré Ailyne comme une soeur. Elle ne la croisait d’ailleurs pas souvent à Poudlard, étant dans des maisons différentes.


Retirant sa chemise de nuit, la jeune Serpentard s'approcha de sa penderie pour y prendre des vêtements bien chaud. Elle avait bien remarqué qu'il neigeait dehors et n'avais pas très envie d'attraper froid.

E lle attrapa un jean noir en hâte, enfila un chemiser immaculé, se vêtit d'une chaude veste en cuir et enroula autours de son cou une énorme écharpe en laine d'un blanc aussi éclatant que la neige qui recouvrait la pelouse du Parc.

Une fois habillée, elle descendit dehors en évitant de glisser sur le perron gelé. Se raccrochant à la rambarde, elle parvint à gagner le Jardin sans tomber sur les fesses. La jeune femme jeta un coup d'oeil à sa montre. Il était 13H57. Il lui restait juste trois minutes pour arriver au Manoir de sa cousine. Ce serait largement suffisant.

Se dirigeant vers l'immense portail doré qui fermait la propriété, elle fit apparaître un bouquet de fleurs qui naquît en quelques secondes sur la neige. De belles roses toute blanche, aux pétales délicatement nacré. Elle s'en saisit et poursuit sa route.

La poignée du portail fonctionnait un peu comme un Portoloin, il suffisait de le toucher du bout des doigts et de murmurer sa destination pour y être aussitôt.

A peine la jeune fille avait-elle posée sa main sur le métal froid qu'elle se trouvait désormais face au Manoir des Lawson. La belle maison était toute illuminée. Elle hâta le pas et frappa la lourde porte ouvragée de l'entrée principale.

Tam... Tam... Tam...


Nala était très pressée de la revoir, cela faisait une éternité qu'elles n'avaient pas passées de temps ensemble et les après-midi en compagnie d'Ailyne avait fini par lui manquer énormément. Un sourire s'épanouie sur son visage, certainement le premier vrai sourire qu'elle avait depuis qu'elle était rentrée en France.



Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Petite promenade en France

Message par : Ailyne Lawson, Jeu 27 Déc 2012 - 18:07


La jeune Lawson laissa son esprit vaquer dans d'autres horizons. Au fond de sa mémoire se cachait le souvenir d'un manoir froid, qu'Ailyne détestait étant petite. Le manoir des O'Hams... Il était grand, trop grand, et aucune des pièces n'avaient la moindre chaleur humaine. La poufsouffle se demanda comment Nala avait pu survivre dans ce manoir. La petite maison de campagne d'Ailyne, elle était chaleureuse. On s'y sentait tout de suite à l'aise. Alors que chez les parents de la Serpentard, on ne savait pas comment se positionner. La française avait le cœur compressé chaque fois qu'elle y entrait.

Elle songea à sa maison. Après le drame, tout avait été plus dur, Ailyne faisait des cauchemars incessants toutes les nuits, d'ailleurs, ça n'avait jamais changé, plus personne ne souriait, les visages étaient tristes et distants, les souvenirs étaient présents dans chaque pièce, dans chaque recoin de la maison.

Ailyne chassa les terribles pensées qui allaient sans doute suivre, et se concentra sur l'image de sa cousine qui riaient sur une des photos magiques qui trônaient sur son bureau.

Un bruit sourd, venant de l'extérieur, vint aux oreilles de l'adolescente qui sourit en regardant l'heure. Ponctuelle, comme toujours. Elle dévala les escaliers, croisa Ally, encore toute endormie, lui fit un rapide bisous et ouvrit la porte de la demeure. Elle courut vers le portail et ouvrit la grande porte métallique.

Si on prenait le temps d'observer l'extérieur de la maison, on pouvait voir un jardin bien entretenu, de nombreuses fleurs, de belles plantes, une pelouse bien tondue, de grands arbres, des coins ombragés. Le tout créait une atmosphère agréable. Le jardin n'était pas trop grand, mais pas trop petit non plus.

- Nala !

La jeune fille lui sauta dans les bras.


- Entre ! Entre ! Tout le monde t'attendait ! Comme je suis heureuse !


Elle lui adressa un grand sourire, comme elle le faisait toujours, et guida sa cousine en lui tenant la main, vers la porte de la maison française.

Revenir en haut Aller en bas
Nala O'Hams
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Petite promenade en France

Message par : Nala O'Hams, Sam 5 Jan 2013 - 14:08


[Je suis désolée d'avoir mis autant de temps, fêtes de fin d'année obliges, j'ai été trèèèès occupée ces derniers temps ! Désolée, désolée, milles fois désolée !]


Le regard de Nala se promena rapidement sur le jardin qui bordait la petite maison. Il était tellement beau et fleurit ! A l'exact opposé des Jardins du Manoir O'Hams, qui étaient composés de hais durement taillées. Où tout n'était que géométrie.

La jeune fille n'eut pas le temps de se perdre plus longtemps dans la contemplation du bel extérieur des Lawson puisqu'à peine avait elle frapper trois petits coups à la porte que déjà sa cousine lui ouvrait avec enthousiasme.

- Nala ! La jeune fille lui sauta dans les bras. Entre ! Entre ! Tout le monde t'attendait ! Comme je suis heureuse !

La Vert & Argent sourit à sa cousine, un peu mal à l'aise. Elle n'avait pas du tout l'habitude de telles effusions d'affections. Depuis qu'elle était toute petite, elle avait été élevée par une gouvernante très professionnelle qui interdisait les contacts physiques. Sa mère n'étais qu'une inconnue qui vivait comme une Déesse capricieuse au Manoir et son père était aux abonnés absents. Mais cela n'empêcha pas la jeune fille de prendre sa cousine dans ses bras, et de l'étreindre en retours.

- Ailyne ! Je suis tellement contente moi aussi ! Nala recula de quelques pas pour la dévisager et poursuivis. Mais tu ne t'arrêtera jamais de grandir ? C'est dingue, tu fait presque ma taille et pourtant je porte des talons !

Nala suivis sa cousine à l’intérieur. Elle avait hâte d'entrer se mettre au chaud et aussi de saluer les autres membres de la famille Lawson. C'était tellement rare qu'elle vienne ici. Elle ne se rappelait déjà plus de la disposition des meubles. Pourtant la jolie maison de campagne d'Ailyne était de ces maisons qu'on oublie difficilement. Cette baraque était tellement charismatique et agréable qu'elle faisait généralement partie des meilleurs souvenirs des gens qui venaient ici.

La Serpentard n'échappait pas à la règles. Elle avait tant de petits souvenirs ici. Lorsqu'elle était plus jeune, elle venait quelques fois avec sa mère, lors de grandes réceptions mondaines. C'était assez courant dans la famille.

Mais la famille de Nala étant essentiellement composée de fiers et vaniteux Serpentard, la plupart des réceptions auxquelles elles étaient conviées se passait dans des manoirs semblables au sien. Immense, vide et froid. La maison des Lawson était l'une des rare maison à ne pas être aussi peu accueillante.

Un frisson parcourus le dos de la jeune femme. Elle avait toujours détestée les grandes réceptions mondaines. Encore plus maintenant qu'elle avait atteint sa majorité et que la quasi totalité de sa famille tentait de la marier avec de riches et lointains cousins éloignés. Les seules réceptions où elle pouvait éventuellement se faire une joie de venir, c'était uniquement lorsque Ailyne était également de la partie.

Ensemble elles se moquaient de l'étiquette et en profitait pour faire les quatre cent coups. Elles n'obéissaient jamais aux règles et pouffaient de rire devant l'arrogance et la bêtise de certains membres de leur famille.

Un sourire fleurit à nouveau sur le visage de la jeune fille et elle demanda à sa cousine d'une voix enjouée :

- Alors, comment allons-nous donc pouvoir nous occuper cette après-midi ?

Elle avais hâte, tellement hâte d'oublier quelques heures tout les problèmes qu'elle avait en ce moment avec sa famille. La jeune fille était à peine arrivée que déjà, elle avait le sentiment que l'énorme poids qui lui écrasait la poitrine commençait à se faire moins lourd. Cette journée allait être une bouffée d'air frais, elle le sentait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Petite promenade en France

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 17

 Petite promenade en France

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.