AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 1
Page 6 sur 6
Bureau du Ministre de la Magie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Personnage
PNJ
Personnage

Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Personnage, Sam 1 Avr - 13:10


C'était une belle journée, le week-end approchait, comme les prochaines vacances. Les moldus se pressaient néanmoins dans les rues, comme à leur habitude. Ils ne savaient pas prendre le temps de regarder, sinon cela ferait bien longtemps qu'ils auraient découvert le monde magique. Passant devant une grande baie vitrée légèrement teinté , le sorcier s'arrêta pour observer son reflet durant quelques secondes avant de reprendre la route. Une sensation de gêne l'envahissait depuis le matin, mais il connaissait amplement la cause et il savait que d'ici quelques heures, tout ceci ne serait que de l'histoire ancienne. Entrant dans une cabine téléphone, il composa alors le numéro 6-2-4-4-2. Une voix neutre résonna alors pour lui demander son identité et l'objet de sa visite. Aaron Jiménez, je viens voir le Ministre de la Magie. La cabine s'enfonça alors dans le sol tandis que la voix l'invitait à se rendre au bureau de sécurité. Un léger sourire traversa alors son visage tandis qu'il rejoignait le ministère de la magie.

Tirant une montre à gousset de son veston, il regarda l'heure. Si tout se déroulait comme prévu, il pourrait dans quelques minutes à peine rejoindre Petrus sans encombre. Comme à son habitude, les lieux étaient bondés. Des centaines de sorciers s'affairaient dans l'atrium. Finalement, ils étaient comme les moldus, courant d'un côté à l'autre, inconscient de ce qui était en train de se jouer. Les minutes passèrent alors, 15 heures sonnèrent, puis 15 heures 10. Installé sur un banc, faisant mine de lire le dernier numéro de la Gazette qu'il avait récupéré dessus, le sorcier regardait régulièrement l'heure. Il allait finir par passer pour suspect s'il restait ainsi trop longtemps. Le soulagement le traversa alors en voyant un patronus apparaître au milieu de l'atrium. POUDLARD EST ATTAQUÉ ! AIDEZ NOUS ! Le temps se figea dans le Ministère jusqu'à ce que le chaos n'éclate. Une alarme se déclenchea alors, l'état d'urgence était sonné. De nombreux employés avaient des membres de leur famille au château, ils allaient courir en tout sens, cédant à la panique. Fermant le journal avec soin, Aaron se leva et passa devant le poste de sécurité. Personne ne faisait attention à lui, comme prévu. Nul doute que des Aurors seraient envoyés en renfort pour aider leurs collègues déjà présents. Tandis qu'il se frayait un chemin vers les ascenseurs une voix criarde se fit entendre au milieu des cris de la foule. Le sorcier n'y porta pas attention jusqu'à ce qu'il comprenne que c'était lui qu'on appelait. Refermant ses doigts sur sa baguette, il se retourna alors, prêt à engager le combat. Cela ne devait pas se passer maintenant !

Il reconnut alors Vivian Strugatsky qui venait dans sa direction, plume papote et parchemin la suivant à la trace. Il ne manquait plus qu'elle ! Elle risquait de tout gâcher s'il ne s'en débarrassait pas rapidement. Se composant un visage froid, il attendit qu'elle le rejoigne et à peine fut-elle à portée de voix, qu'elle débita de nombreuses questions.

- Que faites vous au Ministère de la Magie ? Ne deviez-vous pas être retourné au Brésil comme monsieur Kholov l'avait annoncé ? Etes-vous au courant de cette attaque ?
- Je ne répondrais à aucune de vos questions, maintenant dégagez, j'ai rendez-vous avec le Ministre de la Magie.

La déclaration d'Aaron sembla faire l'effet d'une douche froide à Vivian qui se figea, bouche ouverte sans rien ajouter de plus. Satisfait, il s'engagea alors dans le premier ascenseur. Se retournant, il croisa le regard de la sorcière qui s'était remise et il n'aimait pas ce qu'il pouvait lire dedans. De la suspicion. Ce n'était pas bon signe, il allait devoir faire vite. Écrasant le bouton, il laissa les portes se fermer et ferma les yeux. Il était temps pour lui de se vider l'esprit. Il n'aurait sûrement qu'une chance, il ne pouvait pas se permettre d'échouer. Une lueur déterminée brillait dans son regard tandis que les portes s'ouvrirent. À cet étage aussi, tout le monde courait en tout sens, tout le monde sauf lui. À grandes enjambées, il entra dans le bureau du Ministre de la Magie et verrouilla la porte derrière lui.

En train de fermer sa cape, Petrus s'arrêta en plein mouvement en voyant son vieil ami devant lui.

- Aaron ? Qu'est ce qui tu fais ici ? Tu tombes très mal, l'école est attaquée, il faut que j'y aille avant que ma garde rapprochée ne m'enferme à double tour.
- Cela ne sera pas nécessaire ...

Fronçant les sourcils, Petrus baissa alors les bras en affichant une mine d'incompréhension.

- Comm... ?
- PETRIFICUS TOTALUS !

Le sortilège projeta le ministre de la magie à travers la pièce et il s'écrasa lourdement contre le mur avant de tomber au sol immobile. Souriant de toutes ses dents Aaron, s'approcha de son "ami". Seuls les yeux de Petrus bougeaient en tout sens. Il était comme un insecte pris au piège dans une toile et il allait se faire dévorer.

- Si tu savais depuis quand j'attendais ce moment. Misérable avorton.

Pointant sa baguette sur le sorcier, il lui adressa un dernier regard avant de prononcer le sortilège de mort.

- AVADA...
Revenir en haut Aller en bas
Petrus Sudworth
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Petrus Sudworth, Sam 1 Avr - 13:13


Un océan de paperasses avait envahi le bureau de Petrus Sudworth. Son assistante avait classé les différents dossiers par piles nettes et distinctes, chacune agrémentée d'un post-it de couleur rose attribuant un nom. Disposant uniquement d'un petit coin de bureau pour travailler, le Ministre de la Magie devait se pencher sur le côté et finissait par avoir mal au dos à se tenir ainsi. Poussant un soupir, il se redressa et sentit ses vertèbres craquer. Ce soir, il demanderait à sa femme de le masser, elle qui avait des doigts de fée. Oh, elle demanderait très sûrement un service en échange, pour plaisanter, mais Petrus aimait bien ces petits chantages entre eux. A cette évocation, il ne put s'empêcher de sourire. Étirant les bras, il décida qu'une petite pause ne lui ferait pas de tort.

Petrus se leva de sa chaise soit disant confortable et fit les cent pas dans la pièce pour se dégourdir les jambes. Ces derniers temps, il n'avait plus eu l'occasion de pratiquer du sport et il le sentait. Il était un peu plus fatigué qu'auparavant et ses muscles manquaient cruellement de tonus. Les charges de Ministre... depuis qu'il avait pris ses fonctions, il avait hérité de nouvelles rides. Si celles-ci plaisaient à Mme Sudworth, pour sa part, elles ne présageaient rien de bon. Hélas, il était bien dans la peau du Ministre de la Magie, convaincu que ses idées étaient bonnes, même s'il ne remportait pas la majorité des vivats. De toute façon, quel Ministre attirait 100% de partisans ? Aucun, ou alors c'était un conte de fées.

Et il était bien placé pour savoir que le monde actuel était tout sauf un conte de fées. Les organisations criminelles étaient toujours présentes, certaines semant la terreur, d'autres plus discrètes mais tout aussi coupables d'être hors-la-loi. Il n'était pas facile de les gérer et de les arrêter, comme s'ils s'évanouissaient à chaque méfait. Jusque là, les enquêtes étaient pauvres mais ses Aurors ne lâchaient rien, ne ménageaient pas leurs efforts pour protéger la Communauté Magique, quoi que celle-ci pouvait en dire. Récemment, pas plus tard que la veille, Sergeï lui avait demandé d'attribuer des Aurors à Poudlard, par peur d'insécurité de la part des parents d'élèves. Petrus comprenait parfaitement ces derniers et il n'avait pas hésité à dépêcher des membres sur les lieux. C'était étonnant de la part du Directeur de l'école, d'avoir fait une telle démarche, mais s'il voulait conserver une bonne image, il devait bien se mouiller.

Pensif, le Ministre de la Magie prit appui sur son bureau et contempla les piles de documents sans réellement les voir. C'est alors qu'une alarme se déclencha, alarme vrombissante dans tout le Ministère. Se redressant vivement, il se tourna lorsque la porte de la pièce s'ouvrit et que son assistante, l'air paniqué, lui annonça que Poudlard était attaqué. Dans le couloir régnait une vive agitation, compte tenu de la situation. Poussant un juron dans sa barbe, Petrus se passa la main dans les cheveux et lança quelques ordres à son assistante qui se précipita vers les ascenseurs. La porte se referma toute seule, comme d'habitude - il devait penser à changer les gonds. Le sorcier fit rapidement le point : il y avait des Aurors à Poudlard, comme le lui avait demandé Sergeï. Pour l'heure, ils pouvaient tenir la distance mais qui savait combien de personnes y avait-il pour attaquer l'école ? Étaient-ce les Mangemorts ?

Tandis que les questions se bousculaient dans son esprit, Petrus prit une décision. Il ne pouvait pas rester calfeutré dans son bureau en attendant sagement le verdict. Décidé à prendre part à la défense de sa chère école, il tapota la poche de son pantalon et fut rassuré de sentir sa baguette magique. Rapidement, il prit sa cape qui était suspendue au porte-manteaux et tenta de l'agrafer rapidement. Dans son excitation, il eut du mal à mener à bien cette tâche et fut surpris lorsqu'il vit qu'Aaron se tenait devant lui. Il en suspendit son geste et jeta un coup d’œil à la porte qui était fermée. Il ne l'avait même pas entendu entrer, avec cette alarme et l'agitation.

- Aaron ? Qu'est ce qui tu fais ici ? Tu tombes très mal, l'école est attaquée, il faut que j'y aille avant que ma garde rapprochée ne m'enferme à double tour.
- Cela ne sera pas nécessaire...

Les bras encore en l'air retombèrent le long de ses flancs tandis que Petrus fronçait les sourcils, ne comprenant pas ce que voulait dire son vieil ami.

- Comm... ?
- PETRIFICUS TOTALUS !

Le sortilège atteignit le Ministre de plein fouet et projeta celui-ci contre le mur, après un beau vol plané à travers la pièce. Au sol, Petrus était immobile et endolori, mais il ne pouvait pas bouger un seul membre. Une douleur sourdre pulsait dans son dos et sa tête n'était que tambour. Néanmoins, il était resté conscient, seuls ses yeux étant capables de bouger. Il vit alors Aaron s'avancer vers lui, sa baguette magiques levée. Petrus ne comprenait pas ce qui lui prenait. Et comment était-il arrivé ici ? Il aurait dû être prévenu de son arrivée ! Bien sûr, avec l'agitation...

- Si tu savais depuis quand j'attendais ce moment. Misérable avorton.

Il ne put écarquiller les yeux. Lentement, une idée germait dans l'esprit du Ministre mais c'était totalement insensé... Quoique, en voyant la baguette dirigée vers lui, il n'eut plus beaucoup de doutes sur son sort et sur l'identité du prétendu Aaron. Ne voulant pas faire plaisir au sorcier qui se présentait devant lui, il garda les yeux ouverts, espérant être digne, en attendant l'inévitable.

- AVADA...
Revenir en haut Aller en bas
Rosie Peltz
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Rosie Peltz, Sam 1 Avr - 19:29


| Libre arbitre d'Albus Lupin & Luia Luminos.
Permission d'intervenir. |

Ça s'était fait brusquement, sans idée arrêtée d'apporter la sûreté, dans le magma nouveau de leurs expériences vierges. La sirène criait dans la bâtisse, crachant depuis des oreilles cuivrées son chant erratique que l'on ne pouvait ignorer. Ils s'agitaient entre les cloisons grises distinguant leurs espaces intimes, jetant des tiroirs, nouant les lacets de leurs bottines crasseuses.

Rosalynn finit de s’apprêter. Mais, à ce moment, une femme qui entrait lui causa une surprise. Elle avait reconnu madame Strugatsky. Celle-ci, avec sa mine de femme respectable, vint poser ses mains sur la tranche d'une cloison et s'aboucher avec la brigade, clamant, sur un lit d’inquiétude, que Jimenez s'aventurait en direction de l'officine exécutive. Rosie, malheureusement, ne put en entendre davantage. Elle jetait des coups d’œil dans le couloir, causant à voix basse : « Luminos, Lupin, suivez-moi au bureau de Sudworth ».

La porte métallique se referma, faisant crisser ses formes rondes déployées comme par une attraction sensuelle ; ce fer peint de noir et luisant sentait l'odeur tiède de la malice entendue. Surgissait des entrailles de l'ascenseur le vacarme assourdissant de la foule enivrée de frayeur dont l'intérêt se portait sur une école lointaine. « Lupin, dit la femme à la chevelure, je veux que personne n'entre ni ne sorte de cet étage. Luminos, tu m'accompagnes jusqu'à la porte ». La femme respirait maladroitement avec une familiarité froide et austère ; elle était une grande maigre, ravagée, qui servait les tyrans, les paupières noirs et le regard orageux. Elle désirait refuser de s'accomplir. Elle voulait simplement faire une visite de politesse dans son esprit submergé par des idées stupides de marbre, d'Inde, de Suisse et de poitrine féminine.

Rapidement, l'ascenseur recracha ses prisonniers qui s'emparèrent du couloir tout entier. La Peltz, sous l'effronterie de ses gestes, accourait jusqu'à l'embouchure de la tête étatique, le directoire. Mais la vue de la porte close la paralysa. Il y avait dans cette intimité totale la satiété empâtée et gargouillant, les bouffissures de vice gavant les gorges ouvertes ; et, au milieu de cet effondrement de jure, la face innocente de Rosalynn Michelle Peltz. « Bombarda ».

La porte sortit violemment de ses gonds, s'effondra avec poussière sur le sol dallé du bureau fantasmagorique de Petrus Sudworth. L'entrée soudaine des spectateurs dans cette pièce eut l'effet de la découpe d'une souche s'offrant pour la première fois à l'éclat du soleil, auparavant complètement abouchée à son prolongement. Dans cette intimité saisie au vif surgit la silhouette élancée de Jimenez menaçant de sa férule le cœur de l'institution, Sudworth, qui embrassait mollement le sol comme une poupée de chiffon.

Elle ne comprenait pas encore ça. Son être raisonnable se dissipa instantanément, ne laissant plus dans le champ de sa pensée que les mécanismes quotidiens et les bouillonnements de son visage par l’œil jamais observé. Peut-être n'avait-elle pas envie de se disputer, car on ne savait jamais ce qu'on pourrait aimer un jour. Mais cette entr'vision ne laissait guère de place à la distinction entre la pensée, le goût et la raison. Aussi dit-elle :

« AVADA KEDAVRA », en direction d'Aaron Jimenez.


Dernière édition par Rosie Peltz le Dim 23 Avr - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Personnage, Dim 2 Avr - 17:31


Aaron était parfait sur le timing. Il ne devait pas trop s'attarder, mais sa besogne était presque terminée. Les employés étaient tellement focalisés sur l'attaque que personne ne remarquerait la légère lueur verte brillant de sous la porte du bureau du Ministre de la Magie. Si tôt cela terminé, il quitterait les lieux. Il savait déjà où on le retrouverait. A Poudlard, groggy, dans l'appartement qu'on lui avait attribué. Il ne se faisait pas de soucis pour ça. Tout avait été calculé.

Le Brésilien avait l'impression que ce qui semblait être une lueur de compréhension avait traversé le regard de Sudworth, mais c'était trop tard. Il ne pouvait plus rien faire pour sauver sa vie et personne ne pouvait le sauver. Alors qu'il allait prononcer le dernier mot de la formule de mort, une explosion eu lieu. Non seulement cela l'empêcha de terminer de prononcer le sortilège, mais en plus le souffle de l'explosion le projeta contre un mur. Pour un peu, il tuait le Ministre de la Magie en l'écrasant sous son poids, mais non.

Une lueur verte inonda alors le bureau avant qu'il ne soit frappé de plein fouet. Ça en était terminé d'Aaron Jiménez ....
Revenir en haut Aller en bas
Petrus Sudworth
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Petrus Sudworth, Dim 2 Avr - 17:38


Même s'il avait les yeux ouverts, Petrus ne pouvait pas cacher que tout au fond, derrière sa barrière de dignité, la peur régnait. Après tout, il n'avait que 38 ans et il lui manquait beaucoup de choses à faire encore pour le monde Magique. Il aurait de loin préféré mourir baguette en main, plutôt que d'être immobilisé et tué comme un vulgaire animal. Il valait tout de même mieux que ça, mais son adversaire n'était qu'un lâche.

Il ne voulait surement pas prendre le risque de mettre une baguette dans la main du Ministre de la Magie. Petrus se débrouillait pas si mal en tant que combattant. Enfin, ça c'était quand il ne se retrouvait pas immobilisé dès la première seconde. Son sang bouillonnait dans ses veines, la colère allant rejoindre sa dignité. S'il avait pu parler, il n'aurait pas hésité à provoquer le sorcier. A défaut, il tentait de faire passer ses sentiments dans son regard. Son regard ne vacilla pas en attendant l'Avada, ce fut par contre le cas quand sa porte explosa.

Le soulagement prit alors l'avantage sur le reste de ses sentiments. Sans faire de chichi, Rosie Peltz entra dans le bureau du ministère et lança à Aaron le sortilège qu'il voulait administrer à Petrus quelques minutes auparavant. Cela pouvait paraître radical, mais les Aurors étaient des soldats d'élite, ayant reçu un entrainement spécial. Sur le moment le Ministre de la Magie pensait à autre chose qu'à réprimander son employée. Cela serait plus dur de démêler le vrai du faux, mais les Aurors auraient du travail comme ça.

A l'instant où le sort atteignit le Brésilien, Petrus retrouva instantanément sa liberté. Se remettant sur ses pieds, grimaçant un peu, il s'approcha de Rosie et posa sa main sur son épaule. La serra fortement en guise de remerciement, il retrouva vite son rôle de Ministre.

- Merci Miss Peltz. Si ça n'est pas déjà fait, il faut sécuriser la zone, je veux que l'étage entier soit évacué, personne n'entre sans mon autorisation.

Allant près du cadavre, il fouilla ses poches pour en sortir deux flasques. En débouchant une, il renifla légèrement le contenu avant de froncer le nez.

- Polynectar. Dit-il.

Rebouchant la flasque, il posa le tout sur son bureau et se releva. Il fit alors signe à la sorcière de s'approcher. Même s'il savait déjà à qui il avait affaire, il lui fallait un témoin. Il était hors de question de laisser les journalistes spéculer sur le moindre détail. Silencieux, il regarda alors la transformation opérer.

Constatant que son idée était fondée, Petrus hocha la tête, solennel. Prenant la baguette du sorcier, il la posa sur le bureau à côté des deux fioles.

- Je compte sur vous pour garder cette information tant qu'on n'en saura pas plus. Rien ne doit sortir du bureau. Vous pouvez en parler aux Aurors, mais c'est tout. Le premier qui fait fuiter l'information se retrouvera au chômage avant même d'avoir eu le temps de dire Lumos. Je vous laisse relayer l'information et vous mettre au travail. Bon courage à vous.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Sergeï Kholov
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Sergeï Kholov, Dim 2 Avr - 20:00


Mais était-ce vraiment la fin du Rp ?




Non seulement cela l'empêcha de terminer de prononcer le sortilège, mais le souffle de l'explosion le projeta contre un mur. Pour un peu, il tuait le Ministre de la Magie en l'écrasant sous son poids, mais non.

Une lueur verte inonda alors le bureau avant qu'il ne soit frappé de plein fouet. Ça en était terminé d'Aaron Jimenez ....


Mais était-ce vraiment lui ? Bien qu'on ne savait pas grand chose du Brésilien, il avait plus tendance à être décalé vis à vis du monde qu'être un meurtrier. En vérité, le véritable Aaron se trouvait seul dans un appartement. En se retrouvant écrasé contre le mur, le sorcier avait été totalement désorienté.

Il avait tout prévu, de A à Z, cela ne pouvait pas échouer, pas si prêt du but. La porte avait explosé, donc la ou les personnes ayant fait cela savaient qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas. Ou ça avait raté ? Aaron qui n'avait pas avalé son thé ? Non, c'était dans ses habitudes. Il n'était pas professeur de Potions, même s'il connaissait les plantes, il n'était pas assez bon pour détecter le somnifère. De toute manière, le Brésilien n'était au courant de rien, donc c'était une piste à exclure.

Sur le chemin, il avait seulement eu affaire à Strugatsky qu'il avait envoyé paître ... Était-ce elle qui aurait donné l'alerte ? Si c'était le cas, il la tuerait de ses propres mains, sans aide de la magie. Si c'était des Aurors, il serait fait prisonnier, il pourrait toujours s'enfuir. La troisième possibilité était qu'il ne soit pas le seul à vouloir s'en prendre au Ministre de la Magique auquel cas, ils allaient devoir faire la queue.

Retrouvant ses esprits, il eu seulement le temps de voir l'insigne des Aurors brillant avant qu'un éclair vert inonde le bureau avant de le frapper de plein fouet. Ouvrant de grands yeux, pensant que ça n'était pas possible, c'était ainsi que termina la vie de Sergeï Kholov.

Quelques minutes plus tard, en fouillant son corps encore chaud, Petrus trouva les fioles contenant le polynectar. Les effets de la potion ne tardèrent pas à se dissiper, la limite de temps étant atteinte, pour laisser apparaître l'ancien directeur de Poudlard qui pensait avoir tout prévu. Tout aurait pu bien se passer pour lui, si seulement il n'avait pas été si arrogant avec une seule sorcière. Ça, le Russe ne le saura jamais.


---


HRPG : In RP, les seules personnes au courant de la mort de Sergeï Kholov sont : Petrus, Rosie, Luia et Albus. Merci de ne pas mentionner cette mort dans vos RP pour les autres membres.

Le sortilège de l'impérium est levé !
Revenir en haut Aller en bas
Petrus Sudworth
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Petrus Sudworth, Sam 13 Mai - 16:06


Pv Rosie

Tournant comme un dragon en cage, Petrus fulminait en ne cessant de regarder l'horloge qui était accrochée à un mur de son bureau. L'attaque devait à présent être terminée, pourtant aucune trace de Peltz ! Devant superviser le retrait du corps de Kholov, le ministre de la magie n'avait pas pu rejoindre la bataille. Cela n'aurait pas été prudent étant donné qu'il aurait probablement été la cible principale, mais s'il y avait bien une chose qu'il détestait, c'était de devoir attendre ! Le sorcier avait dû superviser l'attaque de loin, envoyer les renforts, voir les disponibles de chacun, ordonner à ceux étant en congés de ramener leurs fesses au plus vite. Il avait aussi fait évacuer le corps de l'ancien directeur de Poudlard en toute discrétion.

Il était bien placé pour savoir que les employés parlaient entre eux. Convoquant Druella Chatterton en toute urgence, il lui avait résumé la situation en quelques phrases dès son arrivée. C'était elle qui avait pris les choses en mains, évacuant le corps de l'ancien Directeur de Poudlard en toute discrétion. A la tête du département depuis des années, elle le faisait tourner avec brio. Petrus n'avait jamais rien eu à redire de son travail, contrairement à celui de quelques Aurors, mais avec une remontrance, tout s'arrangeait. Le bureau libéré, il parla de la stratégie à adopter pour la suite avec Druella. Partageant la même vision des choses, ils se mirent rapidement d'accord avant qu'elle ne prenne congé. A présent, le ministre attendait le retour de Rosie. Il avait demandé aux renforts allant à Poudlard de lui dire de revenir au plus vite quand la situation serait de nouveau sous contrôle.

Petrus aurait pu laisser Druelle donner ses directives, mais c'était une affaire trop importante. Il devait être le premier à encadrer l'opération. Les prochaines semaines allaient être éprouvantes, les médias allaient surement mettre une pression monstre pour glaner des informations. Il avait demandé à des employés de coincer Strugatsky en prétextant qu'il fallait qu'elle réponde à des questions. Ils auraient la paix pendant quelques heures afin de l'empêcher de publier un premier papier donnant une pseudo vérité. Petrus était prêt à lui donner l'exclusivité de l'affaire, si elle était prête à attendre que les Aurors démêlent le vrai du faux. Les deux attaques étaient surement liées, le hasard n'existait pas, mais ils devaient en être surs. Ils devaient surtout comprendre comment tout ça avait été possible.

Poussant un soupir, Petrus alla se servir un verre avant de s'asseoir. Se massant les temps en fermant les yeux, il avala ensuite l'alcool d'un trait. Il ne devait pas se laisser gagner par la fatigue. Grimaçant en sentant une douleur à ses côtes, il posa la main dessus et massa doucement. Il n'avait pas eu le temps de faire un tour à l'infirmerie, cela serait louche, il demanderait à Léna de l'ausculter, elle savait tenir sa langue elle au moins. Repoussant le verre, se lâchant les côtes, il se leva pour reprendre sa marche, espérant que Rosie ne tarderait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Rosie Peltz
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Rosie Peltz, Lun 15 Mai - 0:48


| Libre-arbitre d’Albus Lupin et d’Elly Wildsmith |

Ce ne fut pas seulement à ces agitations, à cause desquelles elle avait eu autrefois la tristesse de voir des connaissances la quitter et rentrer plus tôt, que désormais elle prit part, mais les entrevues qu’elle faisait avec son supérieur, et qui en l’empêchant de venir au Square de Hanovre l’avaient privées de lui, les jours où elle restait seule le long de la pelouse ou devant les chênes à l’écorce arrachée. Elle manifesta un extrême désir d’aller voir ces squares pourfendus par les passants portant leurs pas comme des escarmouches. Ils ne l’intéressaient pas du tout. Mais elle pensait que pour y aller et en revenir elle traverserait cette allée d’immeubles art déco s’achevant sur des chênes où elle avait tant admiré Patrick et sa chemise en coton d’Egypte.

Les tiroirs s’écrasèrent au sol, promptement recouverts par une pluie de feuilles tâchées d’encre. Une agitation régnait dans la pièce, parcourait l’entièreté de la surface des meubles, emportait les membres dans une danse saccadée : les femmes jouaient le Sacre du Printemps, portées par la symphonie de Stravinski dont les fuites donnaient du souffle aux braises fumant sous leurs pieds. « Luminos, mettez-moi la main sur cette liste des employés de Poudlard. Pas un nom ne doit nous échapper. » De larges parchemins parcoururent la pièce. « Guidez Wildsmith avec le plan du château, tous les recoins doivent être contrôlés. »

Ayant quitté l’officine, elle attendit l’appel de ses pairs. Les os fins de sa mâchoire se révélèrent sous sa peau ocre. Le doigt tremblait légèrement, comme poussé par une brise marine. Le corps chavira, tomba par-dessus bord, s’enveloppa d’eau salée, s’attarda sur les vagues, qui frappèrent son visage inerte, et disparut. Oh ! elle était toujours souriante, satisfaite de la vision du pendu, de cette justice indiscutable qui fondit sur le coupable avant même que la machination n’eût posé des mots sur ses lèvres.

Les nouvelles arrivèrent de Wildsmith et de Lupin (patronus). Ses yeux se voilèrent doucement, il y avait désormais en eux le regard franc de sa mère. Qu’un enfant tienne de son père et de sa mère est de connaissance commune. Reste-t-il que la distribution des qualités et des défauts dont il hérita se fait si étrangement que l’incarnation d’une qualité morale se retrouve souillée par les remous d’une ambition mesquine.

Rosalynn emprunta l’ascenseur. Tandis que dans sa démarche nonchalante elle laissait flotter les boucles de sa chevelure, l’on jetait sur elle des regards d’admiration auxquels elle répondait coquettement par un sourire. Enfin, elle arriva, le visage plus sévère, au bureau ministériel qu’elle avait quitté il y a quelques heures.

« Monsieur le Ministre, dit-elle en se prenant les bras, oubliant les formalités, je me permets de vous toucher deux mots sur la situation actuelle… Sachez qu’aucune perte n’est à déclarer pour l’instant. Des élèves ont été blessés par les pièges. Un auror est également dans un état critique. Des Mangemorts, Mr. Sudworth… Mais pas que ! Des élèves ont agressé les Aurors sur place avant que les Mangemorts ne les acculent, ils furent pris au piège. Si je puis me permettre une première analyse : le comportement de l’Ordre des Ténèbres me semble intriguant. Aucune mort n’est à déplorer, le secret magique n’a pas été bouleversé, ils auraient pu tuer les Aurors sur place mais ne l’ont pas fait, les retenant seulement… Comme s’il s’agissait d’un acte gratuit – ou plutôt d’un service rendu… Enfin, les élèves ayant attaqué les Aurors se sont ravisés brusquement, tantôt agressifs, tantôt apeurés. Les grilles du château ont été fermées, aucun accès ne fut possible pour l’équipe restée au Ministère. La marque des Ténèbres flotte au-dessus de Poudlard. Il s'avère également qu'une personne masquée est intervenue lors du combat avec les Mangemorts – elle est, hélas ! parvenue à s’enfuir. »

Certaines particularités d’élocution qui existaient à l’état de faibles traces dans la conversation de Rosalynn ne lui appartenaient pas en propre, car quand l’on eut connu sa mère, l’on les eu retrouvées chez elle bien plus accentuée. C’était quelque chose de sautillant et d’éphémère dans les derniers mots d’une phrase grave, quelque chose de précieux et de pudique à la fin d’une phrase enjouée.

« Étrange concours de circonstances, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Petrus Sudworth
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Petrus Sudworth, Mer 27 Déc - 22:35


RP Unique

Ce soir, Petrus est assis dans son salon. Il pense. Un verre à la main, il se remémore les événements des derniers jours. L'attaque des inferi qui a fait de nombreux blessés et morts. L'attaque des inferi qu'il n'a ni réussi à prévoir, ni à arrêter. Il n'a pas pu éviter le drame qui s'est produit. Il n'a rien pu faire contre cette catastrophe. Et pourtant, c'était bel et bien son rôle.

Alors maintenant, il songe. Il songe à lui en tant que Ministre. A ses devoirs envers ses citoyens. Il a l'impression d'avoir trahi toutes les personnes qui comptaient sur lui. Il a l'impression d'avoir failli à sa tâche de Ministre. Il a l'impression d'avoir failli en tant qu'Humain. Un Ministre est censé être fort. Il est censé assurer la sécurité de tous. Mais il n'a rien fait de tout ça. Et le voilà encore à faillir à sa tâche en restant chez lui à songer plutôt qu'à s'activer.

Mais après tout, Petrus le sait, il est avant tout un homme. Un homme qui n'est pas infaillible. Mais cette défaite, n'est-ce pas le signe qu'il faut tout arrêter ? Qu'il faut laisser la place à quelqu'un qui saura rassembler tout le monde en ces temps troubles ? Quelqu'un qui saura éviter que ce genre d’événement arrive ? N'est-ce pas le temps de passer la main ?

Petrus fait tourner le liquide rouge qui se trouve dans son verre. Rouge... Comme le sang versé. Il réfléchit. Il faut prendre une décision. Cela pourrait être déterminant pour le Monde Magique... Mais est-ce une bonne idée de partir et de quitter son poste ? Il faut tourner le problème sous tous les angles. Il va sans doute y passer encore quelques heures. Assis sur ce fauteuil.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Luke Belt, Sam 13 Jan - 0:21


RP avec Alhena

La porte de l'ascenseur s'ouvrit sur le niveau un, désert, du Ministère de la Magie. Cet étage, que je connaissais peu, était désormais mien depuis quelques heures. La tête haute, je sortis d'un pas assuré de la cabine et traversai avec prestance l'imposant couloir menant au bureau du Ministre de la Magie.

Je posai ma main sur la poignée, finement ciselée, de la porte en bois massif. La plaque l'ornant avait déjà été changée pour y inscrire mon nom, symbolisant mon entrée dans l'Histoire du monde sorcier. Une bouffée de grandeur s'empara de tout mon être. J'avais toujours su que j'accomplirais de grandes choses, il s'agissait de mon destin. Un jour, à Poudlard, on enseignerait la façon dont j'ai révolutionné la communauté sorcière. Mes doigts de pianiste glissèrent le long du métal froid, savourant l'instant. La consécration était enfin arrivée.

La porte s'ouvrit, me laissant accéder à la spacieuse pièce. Je balayai l'espace du regard, m'appropriant les lieux. Un large et impressionnant bureau trônait au centre. La personne qui s'y installait ne pouvait que voir son charisme et sa prestance s'y décupler, l'idéal pour négocier des contrats. Les murs étaient quant à eux parés de hautes bibliothèques regorgeant de savoirs, de textes, de lois, de précieux grimoires. Une cheminée se trouvait également là, en face de l'entrée, entourée de deux confortables fauteuils Louis XV. Tout était tel que dans mes souvenirs. Peu de choses avaient changé depuis la dernière fois où j'y avais mis les pieds, le visage couvert par un masque noir, il y a de ça de nombreuses années. Un fin sourire se dessina sur mes lèvres à ce souvenir. La situation était plutôt ironique...

Ma contemplation des lieux achevée, je m'installai sur l'un des deux fauteuils, devant le feu crépitant, savourant cette sensation inouïe de pouvoir. Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Alhena Peverell, Sam 13 Jan - 2:15


PV Luke
LA mutuel

Des perles de pluie blanches, qui s'écoulent sur sa gorge. Le regard fané par les questions. Lèvres rouge sang qui respirent la froideur. Lourds cheveux ébènes, talons noirs qui résonnent. Elle lève la tête, le souffle blanc qui s'évapore entre ses dents. Les épaules contractées, elle pénètre dans le hall avec amertume.

Une bien étrange sensation, situation. Après des années à se cacher, elle se dévoile et s'apprête à mettre la machine en route. La brune traverse jusqu'à l'ascenseur, sans se préoccuper des regards. Peut-être qu'il y a du mépris, ou encore de la curiosité. Une montée en puissance, faite dans le plus grand silence, ça ne laissait pas de marbre.

Les portes se referment. Son rythme cardiaque avait accéléré, c'était bien nouveau pour elle. L'arrivée à Poudlard avait été bien plus douce. Là c'était différent, elle était devenue Directrice de la Justice Magique. Jamais de sa vie, elle avait pu penser accéder à un tel poste. Mais c'était chose faite, et bien qu'elle allait certainement avoir des comptes à rendre, elle était fière de ce qu'elle avait accompli.

Ses pas la mènent au niveau un, plus précisément devant le bureau de Luke. Elle hésite quelques instants avant de frapper. Prenant une grande respiration, elle se résigne à ne pas rester plantée là. Elle avait une réputation à tenir. Après quelques instants, elle entend une voix grave lui permettant d'entrer. Ne se faisant pas prier, elle se glisse immédiatement à l'intérieur, refermant la porte derrière elle.

Un fin sourire se dessine sur ses lèvres et elle s'avance vers lui. Il se tient dans son fauteuil, près d'un feu qui embrase les couleurs de la pièce. Lentement, elle se penche et dépose un baiser sur sa joue. Bonjour Belt. Elle se recule pour prendre possession du deuxième siège. Son regard vient alors se perdre dans les flammes. La danse des braises et le destin d'un monde, entremêlé dans une même cheminée.

Il faudra faire une conférence bientôt...
Mais elle n'était en aucun, venue parler de ça. C'était une simple idée évoquée dans le vide, qui devait se frayer un chemin avant d'être exécutée. Sa voix suave aborde le sujet délicat :

Penses-tu que nous avons fait le bon choix ? J'ai irrémédiablement peur, que cela projette les enfants sur le devant de la scène.

Parce que dans le fond, malgré les apparences les plus trompeuses, elle est restée mère effrayée...
Peut-être bien, que rien ne pourra changer cela. Parce qu'ils seront toujours tout, ils seront ceux qui doivent passer avant toute vie. Et si elle n'était pas faite en partie de pierre, la peur de les perdre depuis leur naissance, la ferait trembler encore.
Alors il était temps de ne plus être seule, et d'écrire l'histoire avec leur père. C'était ça, la famille.
Non ?

_Foutus liens du sang
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Luke Belt, Sam 31 Mar - 17:03


Alhena ne tarda pas à me rejoindre dans mon bureau, ce qui ne m'étonna pas. Peu importe l'apparence qu'elle se donnait, elle n'était pas sereine. Personne ne l'aurait été à sa place. Ce n'est pas tous les jours que l'on fait son apparition sur une scène politique en temps crise et encore moins à une position aussi haute dans la hiérarchie. Pour ma part, bien que stressé par la suite des événements, j'accusais plus facilement le coup des résultats de l'élection. J'appartenais en effet au milieu depuis une dizaine d'années et chacune de mes actions avait toujours eu pour but de gravir les échelons, aussi bien pour flatter mon égo que pour changer les choses de l'intérieur. On n'est jamais mieux servi que par soi-même.

Le baiser de la jeune femme, auquel je répondis d'un sourire sincère, me détendit légèrement. Cette marque d'affection que beaucoup auraient qualifiée d'infime comptait en réalité beaucoup pour moi. Ces gestes avaient toujours été rares et me rappelaient à présent que je n'étais plus seul. Quelle ironie du sort. Je ne savais pas vraiment comment nous en étions arrivés là, mais au fil de nos hasardeuses et maladroites rencontres, un lien de confiance, d'amitié peut-être, s'était petit à petit tissé, sans que je ne comprenne pourquoi. Et aujourd'hui nous étions là, ensemble à la tête du pays.

La sorcière évoqua rapidement l'idée d'une conférence, puis bascula sur le véritable sujet de sa venue, exprimant ses craintes envers ses enfants. Ou plutôt nos enfants, devrais-je penser, mais j'avais encore du mal à les considérer comme tel. Il me faudrait du temps pour m'adapter.

- Ce n'est pas leur projection sur la scène médiatique qui m'inquiète à vrai dire. Ce sera forcément le cas. La vraie question est : de quelle manière seront-ils projetés ? questionnai-je, sans attendre de réponse. Cela va finir par s'ébruiter que je suis leur père et la presse à scandale risque de s'emparer de l'affaire pour la tourner à leur sauce... Or, tu sais aussi bien que moi que dans notre milieu les enfants hors mariage sont très mal vus. J'en ai fait les frais.

Je marquai une pause, mon regard plongé dans les flammes dansantes. J'avais déjà pensé à la chose de nombreuses fois depuis que nous avions commencé notre campagne électorale, mais je n'avais encore jamais abordé le sujet avec la principale concernée. Peut-être que la serpentard aussi y avait déjà songé ? Cela ne m'aurait pas étonné. Il était néanmoins grand temps que nous en discutions sans tourner autour du pot.

- Je pense que si nous voulons conserver une bonne couverture médiatique et éviter d'être déshonorés, nous devons arranger notre propre mariage, terminai-je finalement, mes pupilles fixées dans les émeraudes de la jeune femme.

Nous étions bien loin des contes de fée, avec les demandes agenouillées, un joli coffret qui s'ouvre dévoilant une somptueuse bague. Nous sauvions les meubles dans un univers empreint de bien nombreuses traditions.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Alhena Peverell, Lun 23 Avr - 15:12


Elle soupire. Ses doigts s'agitent sur l'accoudoir de son fauteuil. Elle n'est pas sereine vis-à-vis de leur discussion mais, elle ne va pas s'en cacher. C'est quelque chose d'important pour elle, bien plus important que l'image qu'elle peut renvoyer à Luke. Déglutissant, ses émeraudes se fraient un chemin vers les flammes qui brûlent dans la cheminée. Il y a une odeur de bois qui envahit la pièce, et ça la détend d'une certaine manière.
Et puis, le blond prend la parole. Cela la fait froncer des sourcils, ces mots lui paraissent pas nécessairement incongrus mais plutôt, peu rassurant. Il n'a pas tort et ça l'effraie. C'est ce qui l'angoisse et ça ne lui fait pas plaisir. Le seul bon point dans l'histoire, c'est qu'il se pose les mêmes questions qu'elle. Au moins, elle n'est pas face à un type qui n'en a rien à faire de l'image que peuvent porter leurs enfants.

Lentement, elle se recule dans son siège et croise les jambes. Son regard observe son nouvel ami, se demandant dans le fond, quel genre d'homme il est. Elle le connaît sans le connaître au final, et c'était assez déplorable. Ils sont sur le point de se lancer dans une énorme affaire, avec des événements à rebondissements les plus imprévus. Ils ne peuvent compter que l'un sur l'autre pour protéger leur progéniture, et pourtant... Ils ne se connaissent pas.

En attendant les mots de Luke, le coeur de la jeune femme s'arrête un instant. Clignant des yeux, elle se pose des questions. En aucun cas, elle est certaine de ce qu'elle vient d'entendre. Venait-il vraiment, de lui dire que la bonne chose à faire, c'est de se marier ? Alhena n'a jamais envisagé une telle solution. Peut-être même qu'après ses premières fiançailles, elle n'a jamais pensé que ça pouvait se reproduire.
Pourtant, sa réponse est déjà toute prête :

Le mariage doit être programmé pour quelle date ?

Elle inspire un grand bol d'air frais juste après. Alhena est d'accord et ça n'annonce rien de bon. Elle ne sait même pas comment elle va faire pour gérer tout ça, un avenir aussi bizarre et si tissé de mensonge. Être libre des apparences n'est désormais plus une option qu'elle peut envisager, il fallait faire avec maintenant.
Regardant ailleurs, son visage reste de marbre. Elle se demande quel genre de robe elle va devoir porter, comment elle va annoncer la chose dans le futur. Et pour vivre ? Comment vont-ils faire ? C'est tellement de question qui se soulèvent.
Des questions basiques, mais qui ont une importance fondamentale dans sa vie.
Et ça ne lui plait pas tant que ça.


Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Luke Belt, Ven 27 Avr - 21:26


Le jeune homme fronça les sourcils à l'entente de la réponse d'Alhena. Il s'était attendu à tout un tas de réactions, à de longues discussions, mais certainement pas à cette question, qui lui paraissait quelque peu brusquée, trop rapide. Soit elle avait aussi déjà réfléchi à la question de son côté, soit... elle n'osait pas prendre le temps d'y penser ? Il avait beau ne pas vraiment connaitre la sorcière, une telle réaction ne lui ressemblait pas. En outre, elle ne semblait pas franchement à l'aise. Quelque chose chose clochait.

Sans piper mot, le Serpentard s'appuya contre le dossier de son fauteuil et observa son amie. Il avait déjà bouleversé sa vie une fois, la laissant élever seule des enfants dont il ignorait l'existence jusqu'à il y a quelques mois, alors il ne souhaitait pas lui imposer en plus de tout cela un mariage.

- Ce n'est pas quelque chose à prendre à la légère ou à programmer à la va vite. Je pense que nous devons y réfléchir, en discuter. Cela aura de lourdes - mais positives je l'espère - conséquences sur le bien-être de nos enfants et notre carrière, certes, mais aussi et surtout sur notre avenir personnel.

Le Ministre avait prononcé ces mots autant pour son amie que lui-même. Même s'il savait pertinemment que, sur le papier, il s'agissait de leur meilleure option, il arrivait parfois que sa rationalité se laisse emporter au profit de ses émotions. Tout un tas de questions sans réponses se bousculaient dans son esprit. Serait-il capable d'assumer sa charge de père ? Ses enfants accepteraient-ils son retour alors qu'il avait été totalement absent de leur vie durant toute une décennie ? Arriverait-il à créer des liens avec eux ? Et si jamais il rencontrait quelqu'un en étant marié avec Alhena, ou inversement, que se passerait-il ? Comment géreraient-ils la situation ?

Le jeune homme, le regard perdu dans les braises, ne cachait pour une fois pas son trouble. S'ils devaient finir par vivre ensemble, autant qu'ils apprennent à se connaitre sans les masques.

- Est-ce que tu veux quelque chose ? Un verre de vin, une liqueur ? Demanda finalement le fourchelang.

Que ce soit pour faciliter la discussion, fêter leur élection ou bien faire tout simplement preuve de courtoisie, tous les prétextes étaient réunis pour sortir des verres.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Alhena Peverell, Jeu 17 Mai - 16:28


Elle reste perplexe. Ses sourcils se tordent en une expression particulière. La jeune femme n'est pas certaine de comprendre la situation. C'est lui qui propose quelque chose, elle lui répond qu'elle est d'accord mais c'est lui qui reste indécis. C'était comme si elle était venue le voir pour lui dire qu'elle était occupée et qu'il devait repasser plus tard. Cela n'avait pas une très grande cohérence.
Elle hausse des épaules et soupire d'exaspération. Elle ne se doutait simplement pas, que ça allait être le début d'une longue série de soupire d'exaspération le concernant.

Déglutissant, elle pose son bras sur un des accoudoirs pour soutenir sa tête. Ses yeux, lentement, se concentraient sur le feu. Elle essayait de réfléchir pour lui faire comprendre clairement le fond de sa pensée. C'était assez compliqué et pourtant si simple à dire. Cela n'avait rien à voir avec l'amour quoi que ce soit. C'était quelque chose qui ressemblait à de la résignation. Une épée de Damoclès qu'elle avait toujours eue au-dessus de la tête.

Un verre de vin, si tu as. Merci à toi.

Ses doigts claquent contre le tissu. Elle n'était pas impatiente, mais son cerveau tournait à toute vitesse. Probablement beaucoup trop pour l'occasion, mais c'était comme ça. Elle ne pouvait jamais faire autrement, elle était prisonnière de sa tête.

Je crois, que tu ne t'attendais pas à cette réponse. Mais... c'était plutôt évident venant de ma part. Tu le sais déjà, je viens d'une vieille famille de sorciers où les traditions sont présentes depuis toujours. Depuis que je suis jeune, j'étais programmée à un avenir construit sur mesure. Un mariage, une famille carrée. Renoncer à une certaine liberté, renoncer à l'amour, renoncer à ma vie... C'est devenu facile. Je me suis toujours dit que ça devait arriver un jour ou l'autre. Je m'y suis faite, alors bon... Probablement qu'aujourd'hui, je ne m'en soucie plus vraiment et que ça ne me tuera pas plus qu'autre chose.

Elle croise les bras et relève la tête vers lui.

Ce que je veux dire par là, c'est que je ferais tout pour le bien-être de mes enfants. Et je pense que devenir ta femme, ça ne doit pas être si horrible que ça. Cela dépendra simplement de toi...

La désillusion, le sacrifice. Peut-être que c'était ce qui la perdait dans le fond. Comme ça, on devait se dire que le premier était une force et que le deuxième, c'était quelqu'un chose qu'elle ne possédait juste pas. Et pourtant, personne ne pouvait soupçonner qu'elle était comme ça. Les gens avaient des jugements, des idées, des insultes.
Mais personne ne la connaissait, lui encore moins.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Bureau du Ministre de la Magie

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 6

 Bureau du Ministre de la Magie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 1-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.