AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 11 sur 12
Vieille histoire irlandaise
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant
Maître de jeu
PNJ
Arbitre neutre

Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Maître de jeu, Sam 14 Fév 2015 - 11:31


Le membre 'Morgan Delaube' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Alicia Wind
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hermine blanche
Chercheuse en Enchantements


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Alicia Wind, Dim 25 Oct 2015 - 17:09


Une rencontre intéressante
Pv Isceliot Circoile

Salle du Temps, Département des Mystères.


Alicia était chargée de s'occuper de la Salle du Temps pour un délai indéterminé. Le temps des recherches étant totalement aléatoire, la jeune femme ne savait pas donc quand elle serait assignée à une prochaine salle. De toute évidence, cela ne lui posait pas le moindre problème. La Salle du Temps était une pièce rectangulaire absolument magnifique: la lumière y est dansante et scintillante comme des pierres précieuses. Tout les objets liés au temps y sont entreposés comme les fameux Retourneurs de Temps ou encore des horloges. Au fond de cette pièce se trouve une cloche de cristal qui produit la lumière avec à l'intérieur, un oiseau qui nait, grandit et meurt à l'infini. Derrière, on y trouve la porte menant à la Salle du Futur.

L'Hermine était donc en train d'analyser une horloge récemment arrivée. En effet, celle-ci avait une forme particulièrement intéressante qui avait attiré l'attention de son mentor, Chris. Celui-ci lui avait donc demandé de rechercher les différents composants de cette horloge si particulière, ainsi que les sortilèges dont elle a bénéficié. Au cours de ses recherches, certains composants magiques ainsi que certains sortilèges lui étaient totalement inconnus. Alicia partit donc faire son compte-rendu à Chris qui lui expliqua qu'une conférence sur les objets magiques et sortilèges avaient lieu ce jour-même en Irlande, dans quelques heures. Le Langue-De-Plomb lui conseilla alors de s'y rendre pour l'aider dans sa recherche et ainsi, percer les différents secrets de cette mystérieuse horloge.

PLOP !

Quelques heures après avoir discuté avec son mentor, l'Animagus était arrivée en Irlande. D'après les informations qu'elle avait pu recueillir, la conférence se déroulerait dans un vieux théâtre perdu dans un petit village. Les Moldus n'y verront qu'un bâtiment en ruines avec un écriteau "Défense d'entrer. Lieu dangereux". Le village était située près de son manoir, qui se situait plus haut dans les collines. Malheureusement, Chris attendait son rapport de pied ferme une fois la conférence terminée et il n'était pas tendre avec les retardataires. Tant pis, une petite visite au manoir se fera une prochaine fois !

An Cnoc (Knock en français) était un petit village fort sympathique. Bien que son manoir était à proximité, Alicia n'avait jamais mit les pieds en ce lieu, ce qu'elle trouva dommage et elle se promit d'y retourner pour en savoir un peu plus. Aujourd'hui, pas question de jouer les touristes et la jeune femme se dirigea donc avec hâte vers le théâtre. De l'extérieur, il avait une apparence vraiment peu accueillante mais l'intérieur était absolument somptueux. Comme tout théâtre qui se respecte, c'était une pièce haute et circulaire mais surtout lumineuse avec toutes les bougies accrochaient au plafond. Les sièges avaient cependant disparus, permettant aux différents inventeurs de pouvoir exposer sans trop de gêne. Il y avait de tout niveaux objets qui étaient plus farfelus les uns que les autres ! Cependant, un seul objet attira l'attention de l'Hermine.

Cet objet, c'était une horloge. Sauf que cette horloge ressemblait drôlement à celle arrivait au Département des Mystères quelques jours plus tôt. La même forme hexagonale avec en son centre, une sorte de boule de cristal qui contenait à l'intérieur un cadran et une aiguille. Croisant les bras sous sa poitrine, Alicia écouta attentivement l'homme qui expliquait que son horloge permettait d'aller dans des dimensions parallèles et que sa jumelle avait disparu. Soupirant, la Pouffy lâcha une phrase tellement peu discrète que les quelques personnes à côté d'elle eurent la "chance" d'entendre:

- T'en fais pas, ta copine est au chaud au Département et il est pas question qu'on te la rende avec des idées pareilles...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Invité, Lun 26 Oct 2015 - 16:54





UNE RENCONTRE INTÉRESSANTE

______________________
RP avec Alicia Wind

La foule et son agitation ! Les éclats de rires accompagnés des claquements, des sifflements, des chuintement caractéristiques des sortilèges ! Isceliot n'en était habituellement guère friand, préférant à toute cette houle le confort des lieux moins fréquentés. Cependant, ici régnait une atmosphère foncièrement positive qui se répercutait sur les sourires de toutes les personnes fréquentes et qu'accompagnaient les odeurs appétissantes des buffets.

Tandis qu'il se déplaçait au sein des autres sorciers, le fabricant d'objets magiques appréciait les yeux pétillants qui suivaient la trajectoire d'une étrange flamme liquide au-dessus de leurs têtes ; les rires des enfants devant lesquels un homme venait de faire faire la démonstration d'un tout nouveau sortilège qui détachait instantanément toutes les attaques du moindre pantalon visé ; la mine attentive de ce couple de quadragénaires qui buvait les paroles d'un inventeur vantant les mérites de sa cuillère anti-débordement.
Une petite explosion à sa droite le fit sursauter et l'amena à rapidement s'écarter ainsi que la foule autour de lui en un seul et même mouvement, alors que s'avançait dans leur direction une étrange flaque noire dont les rebords prenaient la forme d'une myriade de minuscules mains s'agrippant au sol pour la tracter vers les invités. Amusé mais néanmoins prudent, il s'en éloigna au plus vite, baladant son regard en quête d'un objet qui retiendrait particulièrement son attention.

Ce sont finalement les mots échappés d'entre les lèvres d'une jeune femme, non loin, qui l'interpellèrent. Il lui avait semblé entendre la majuscule dans le mot Département. Se glissant entre les badauds qui le séparaient d'elle, Isceliot aperçut alors les cheveux blonds comme le blé et la petite silhouette qu'ils couronnaient. Cette jeune femme travaillait au Ministère ? À moins qu'elle ait parlé d'un autre type de département ? Soit. Mais de quoi parlait-elle ? Derrière elle cependant, aux côtés d'un homme doté d'un chapeau de forme à ruban rouge et d'une robe de sorcier ornée de nombreux symboles, se trouvait l'horloge, et l'Anglais comprit aussitôt qu'elle était le sujet du commentaire.
Cet objet était remarquable non seulement par son apparence peu commune, mais aussi par le soin apporté à l'équilibre des forces qui l'animaient. Sans l'avoir examinée plus de quelques secondes et bien incapable de définir ses effets, le fabricant sentait pourtant d'ors et déjà l'extrême finesse avec laquelle la magie évoluait au sein des mécanisme de cette œuvre d'art.
Cette jeune femme avait connaissance d'un modèle similaire ? Voilà qui était délicieusement intéressant.

Les mains jointes dans le dos, Isceliot vint se poster non loin de la belle inconnue, pour lui adresser un sourire engageant suivi d'un léger signe de tête en guise de salutation. Ses yeux gris nuage cherchaient les siens, et lorsqu'il s'exprima avec juste assez de force pour être entendu d'elle, ce fut d'une voix caressante, légèrement grave et dotée d'un accent typiquement anglais.

«
Bonjour, mademoiselle. J'ai cru vous entendre mentionner une seconde horloge, semblable à celle-ci. Est-ce bien le cas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Alicia Wind
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hermine blanche
Chercheuse en Enchantements


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Alicia Wind, Mar 27 Oct 2015 - 16:50


Une rencontre intéressante
Pv Isceliot Circoile

Le commentaire d'Alicia ne passa pas inaperçu auprès des personnes aux alentours puisque les spectateurs à côté d'elle lui lancèrent quelques regards courroucés. N'y prêtant guère attention, cela ne servant à rien de créer toute une polémique qui n'avait pas lieu d'être, la Poufsouffle reportant son attention vers l'horloge.
L'inventeur continuait à vanter les mérites de sa création, expliquant que la possibilité d'entrer dans des mondes parallèles pouvaient apportés beaucoup de choses en matière de recherches dans différents domaines. Fronçant les sourcils, Alicia notait intérieurement les arguments du créateur pour en faire un rapport détaillé. La jeune femme doutait fortement que ça plaise à ses collègues, surtout que ce genre d'objets pouvaient tombés entre de mauvaises mains et là, c'était la catastrophe assurée ! Il allait falloir mettre ce créateur sous surveillance ainsi que ses inventions et surtout cette horloge.

- Bonjour, mademoiselle. J'ai cru vous entendre mentionner une seconde horloge, semblable à celle-ci. Est-ce bien le cas ?

Cette interpellation surprit la jeune femme, qui ne s'entendait absolument pas que quelqu'un vienne la voir après son petit commentaire. Se tournant vers l'inconnu, l'Animagus lui rendit son sourire tout en remarquant ses yeux qui étaient d'un gris nuage, une couleur qu'elle jugea très belle et assez atypique. Les mains derrière le dos, l'homme attendait une réponse de sa part, réponse qu'elle ne tarda pas à lui donner tout en se tournant légèrement vers l'étrange objet.

- Effectivement, il y a sa jumelle au Ministère. Elle est arrivée il y a quelques jours et a une fonction qu'il va falloir mettre sous surveillance mais ce n'est mon but premier en venant ici.

Reportant son regard vers le jeune homme qu'elle détailla discrètement. Il devait avoir environ entre 25 et 30 ans. A sa posture, on devinait aisément qu'il venait d'un milieu aristocratique mais n'avait pas cette arrogance. Enfin du moins, ce n'était pas ce que dégageait son aura. L'inconnu était plutôt bel homme, il fallait l'avouer avec ses cheveux blonds mi-longs et sa barbe de deux jours ainsi que ses yeux qui ne laissaient pas indifférente la jeune femme.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Invité
avatar
Invité

Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Invité, Mer 28 Oct 2015 - 17:58





UNE RENCONTRE INTÉRESSANTE

______________________
RP avec Alicia Wind



Le Ministère. Cette fois il en avait la certitude, cette jeune femme travaillait au gouvernement. Et elle disposait bel et bien d'une seconde horloge semblable à celle actuellement exposée ici. De plus en plus alléchant. La discussion engagée, Isceliot s'approcha d'un pas supplémentaire, s'offrant sans gêne à l'examen visuel de la jeune femme et créant entre eux deux un espace d'intimité suffisant pour parler.
Ses vêtements étaient de qualité, parfaitement taillés pour sa silhouette mince dans laquelle on devinait qu'il l'entretenait de quelques exercices sans parvenir malgré tous ses efforts à se muscler plus qu'il ne l'était. Il n'avait tout simplement pas la bonne morphologie.
À son cou reposait une fine chaînette argentée qui retenait un anneau légèrement plus clair. Si la jeune femme était attentive à ce détail, peut-être avait-elle distingué le discret éclat irisé qui s'y était glissé le temps d'un battement de cil. Quant à ses mains, une unique bague habillait son index gauche.

«
Je vois. J'espère ne pas empiéter sur les raisons qui vous amènent ici, mais j'aimerais entendre parler de cet objet. » lui avoua-t-il avec franchise. Il parlait d'un ton tout à fait courtois, dans lequel rien ne laissait présager que la beauté de son interlocutrice le perturbait. L'une de ses mains se posa sur sa propre poitrine en guise de présentation. « Étant moi-même un artisan dans le domaine des objets magiques, je porte un intérêt aiguë à une horloge si... singulière. Je vous serais fortement reconnaissant si vous acceptiez de m'en apprendre un peu plus. Que diriez-vous d'un peu de compagnie le temps de visiter ces étals ? Je pourrais peut-être répondre à certaines de vos questions, et vous aux miennes ? »

Pourquoi ne questionnait-il pas le propriétaire de l'horloge, dans ce cas ? Bien évidemment parce qu'en sa qualité d'employée du Ministère, il imaginait la jeune femme spécialement minutieuse dans l'analyse d'un tel objet, alors que le mage qui haranguait la foule lui laissait la triste impression d'exagérer son témoignage afin d'être l'objet de lus d'attention qu'il ne le devrait. Qui plus est, l'homme était là, posté à son étal, quand la jolie blonde risquait à tout moment de s'éclipser, avalée par la foule mouvementée qui évoluait autour d'eux comme un banc de poissons.


Revenir en haut Aller en bas
Alicia Wind
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Hermine blanche
Chercheuse en Enchantements


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Alicia Wind, Mer 11 Nov 2015 - 18:39


Une rencontre intéressante
Pv Isceliot Circoile

Alors qu'elle continuait à l'examiner discrètement, le jeune homme s'avança d'un pas pour pouvoir continuer la discussion engagée quelques secondes plus tôt. Cachant sa gêne derrière un sourire timide, Alicia remarqua un anneau à son cou qui avait un léger éclat irisé que peu de personnes devait remarquer au vu de sa délicatesse. L'Animagus avait cependant un sens de l'observation et un esprit d'analyse assez important au vu de son métier et cela lui permettait de remarquer le moindre petit détail.
Presque instinctivement, la Wind toucha sa propre bague qui était sur son majeur droit. C'était un anneau avec un simple rubis en son centre: il s'agissait du cadeau d'Annabella à l'occasion de l’obtention de sa formation d'Animagie il y a de cela 2 ans. C'était donc une bague avec une certaine valeur sentimentale dont la Poufsouffle ne se séparait jamais.

« Je vois. J'espère ne pas empiéter sur les raisons qui vous amènent ici, mais j'aimerais entendre parler de cet objet. Étant moi-même un artisan dans le domaine des objets magiques, je porte un intérêt aiguë à une horloge si... singulière. Je vous serais fortement reconnaissant si vous acceptiez de m'en apprendre un peu plus. Que diriez-vous d'un peu de compagnie le temps de visiter ces étals ? Je pourrais peut-être répondre à certaines de vos questions, et vous aux miennes ? »

Il était donc créateur d'objets magiques ? Intéressant et cela expliquait son intérêt pour l'horloge qui était assez particulière. Acquiesçant, la jaune et noire lui demanda simplement d'attendre quelques instants avant de se diriger vers l'exposant. Arrivée à sa hauteur, la jeune femme parlementa avec celui-ci quelques minutes et retourna ensuite vers son interlocuteur après avoir obtenu ce qu'elle voulait.

- Je me prénomme Alicia Wind, dit-elle avec un grand sourire, et à qui ai-je l'honneur ? Si vous êtes créateur d'objets magiques, vous êtes venu exposer ou observer les créations de vos confrères ? Pour ce qui est de l'horloge, je veux bien répondre à vos questions dans la mesure où elles ne rentrent pas dans le secret de mon métier.

En attendant une réponse de la part du créateur, l'Hermine jetait quelques coups d’œils aux autres expositions. Les sorciers avaient le don d'inventer des choses incroyables avec n'importe quoi, comme les horloges qui permettent de voyager dans des dimensions parallèles...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Azphel, Sam 2 Jan 2016 - 20:38


PV Valentina Boccini
Vacances en Irlande.

* * *


¤ ¤ T ¤ ¤Cela faisait plus d'un an qu'Azphel partageait la vie de Valentina et un tout petit peu plus qu'il avait regagné l'Angleterre, sans ambition et sans prétention. La belle italienne avait pourtant rapidement chamboulé son quotidien et réinsufflé le bonheur de vivre qui avait longtemps manqué au sorcier. Le retour à Poudlard avait été une étape supplémentaire, à la fois enrichissante pour leur relation et clairement intéressante professionnellement et magiquement...

¤ ¤ ¤Le sorcier se rappelait avec nostalgie tout ce que cette année lui avait apporté et la chance qu'ils avaient d'être tombé l'un sur l'autre. Ils partageaient le même amour, la même fascination pour la magie noirs, et de multiples désirs, tant idéologiques que matériels ou sexuels. Ils se correspondaient vraiment.
Malgré cela, une page importante se tournait, notamment dans la vie de Valentina alors qu'Azphel, lui, entamait une autre année de service à Poudlard. L'Italienne venait de quitter l'école après plusieurs années de bons et loyaux service et elle en était plus affectée qu'il ne l'aurait pensé. Elle lui avait montré au moment de partir de l'école à quel point elle était attachée à ses élèves, et l'étape professionnelle semblait bien plus compliquée à franchir pour Tina qu'il ne l'aurait cru.

¤ ¤ ¤La belle, pourtant pétillante par nature, manifestait quelques signes de mélancolie, des regards un peu plus vides qu'à l'ordinaire. Azphel savait qu'elle nourrissait quelques projets personnels pour se relancer, mais elle était dans un cycle contraire à ses habitudes et il fallait que le temps passe pour qu'elle se sorte de là. Jugeant qu'il y avait bien mieux pour eux que de rester tout le temps au même endroit à se laisser consumer par des pensées délétères, Il leur avait organisé un voyage, une virée dans les coins les plus reculés d'Irlande, à la découverte d'une nature et de panoramas rafraîchissant.
Ils avaient quitté Londres et le Raven's Sanctuary le samedi en début de matinée et gagné l'Irlande et ses paysages bucoliques pour une semaine.

¤ ¤ V ¤ ¤Ils étaient arrivés dans la ville de Limerick, dans le Sud de l'Irlande. Une ville charmante qui contenait entre autre le King John's Castle, qu'Azphel supposait être un ancien refuge de sorciers et hypothétiquement un endroit où la magie avait laissée des souvenirs. Il n'avait pas prévu d'itinéraire fixe, simplement gribouillé quelques noms de villes qui valaient la peine d'être vu et d'endroits à visiter, pour le reste, se détendre et oublier l'atmosphère de Londres et de Poudlard était le principal critère.

¤ ¤ ¤Les deux sorciers se posèrent à un hôtel dans le centre ville et y laissèrent leur bagage. Le climat était relativement doux, quoi qu'un peu humide et l'hiver ne paraissait pas très vivace dans cette partie du pays. On pouvait même dire que c'était propice à des balades, dans la ville comme la forêt et il espérait avoir ce temps tout au long de la semaine.

- Je te propose d'aller faire un tour au château, calmement, accompagnés de nos baguettes. On ne sait jamais, mais je ferais bien une excursion hors visite, histoire de voir s'il n'y aurait pas des choses intéressantes à trouver.

¤ ¤ ¤Même en y trouvant des choses liées à la magie, la visite de château ne devrait pas leur prendre plus de quelques heures. Tant mieux, il souhait bien être rentré pour la fin d'après-midi, laisser la belle se prélasser dans un bain bouillant, avant d'aller s'offrir un dîner romantique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Valentina Boccini, Dim 3 Jan 2016 - 22:29



-Balade irlandaise -
[RP Privé avec Azphel ♥]

____________________


Je n'avais pas revu les terres irlandaises depuis mes dix-huit ans. A cette époque, j'avais entrepris un voyage autour du monde. Le but était d'ouvrir mes sens sur les différentes pratiques de la magie et d’accroître mes connaissances en la matière. J'avais passé presque huit mois dans les vertes collines de Galway, à l'est de l'île. Revenir ici était à la fois délicieux et terrifiant. J'avais tellement changé, en huit ans ! Ma toute jeunesse était révolue, j'étais désormais une femme adulte. Encore loin de la vieillesse et des rides, certes, mais tout de même... La principale différence entre mes périples était la présence, plus que rassurante et bienvenue, d'Azphel. Cela faisait déjà plus d'un an que nos chemins s'étaient croisés : j’espérais sincèrement que nos destinés n'auraient plus jamais à se départir l'une de l'autre. Je voulais voir nos destins aussi confondus que nos sentiments réciproques.

Bien qu'il ne m'en ai rien dit, je devinais bien ce qui avait poussé Azphel a organiser cette petite virée amoureuse. Le plaisir de se retrouver seuls tous les deux, très certainement, mais il y avait autre chose. Un motif plus tabou et pourtant tout aussi présent. Ma dépression. Malgré les barrières, les camouflages, l'homme qui partageait mon existence ne pouvait pas manquer certains détails qui échapperaient à tout autre que lui. Les regards distants, chacun de mes mots d'absence, les heures passées pelotonnée sur la terrasse, une tasse et une clope à la main, à attendre simplement, à penser aussi. Les sourires étaient devenus forcés et factices. Le temps ne jouait pas en ma faveur.

Question d'avenir, très certainement, bien que déjà fixé et réglé comme une horloge. Mélancolie, regret des bons moments passés dans un château qui faisait partis de moi. Séparation douloureuse avec quelques élèves un peu trop aimés. La mine fatiguée et les eux cernée, j'avais tout de même suivis Azphel à l'autre bout du Royaume-Unis. L'hôtel que le sorcier avait choisis était parfait, ni trop ni pas assez, dans le centre de Limerick. C'était bien plus au sud que Galway et le climat était plus doux. Ce n'était pas pour me déplaire.

- Je te propose d'aller faire un tour au château, calmement, accompagnés de nos baguettes. On ne sait jamais, mais je ferais bien une excursion hors visite, histoire de voir s'il n'y aurait pas des choses intéressantes à trouver.

La voix du Serpent me fit sursauter, me tirant brusquement de ma rêverie. Je restais un moment immobile, stupéfaite, à essayer d'assimiler les mots, de leur donner un sens. Je finis par comprendre les propos du mage noir.

-Oui, d'accord. Je te suis alors.

Une bien étrange docilité. Pourtant je ne me sentais pas de proposer autre chose. Son programme était alléchant et l'idée de me balader dans le château, d'essayer de retirer un peu de puissance magique de ce lieu. J'allais le suivre, oui. Et j'espérais qu'il ne relèverait pas mon étrange calme. Je n'avais pas envie de parler, pas envie d'exprimer le mal être qui me rongeait les côtes, le coeur et l'âme. C'était trop douloureux.

Je laissais en effet Azphel me guider hors de l'hôtel. Nous transplanâmes juste derrière le King John's Castle, à l'abris des regards indiscrets des moldus trop curieux. Main dans la main, baguette dans l'autre; nous empruntâmes l'entrée arrière du bâtiment pour faire la visite à contre-courant du flot de touristes. L’architecture anglo-normande fortifiée était plutôt impressionnante ici et laissait parfaitement deviner les assauts qui avaient eut lieu.

-De ce que j'en sais, le château abrite un site archéologique, un peu plus loin. On pourrait peut-être y faire un tour ?

*Tu es une si piètre menteuse, quand tu es fatiguée...* La ferme ! J'essayais de repousser le corbeau au plus profond de moi et d'ignorer sa voix de la raison. Je voulais seulement avoir encore l'occasion de me taire et de faire semblant d'admirer le décors qu m'entourais.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Azphel, Mar 5 Jan 2016 - 17:44


PV Valentina Boccini
Vacances en Irlande.
* * *


¤ ¤ T ¤ ¤Il y avait dans l'attitude de Tina quelque chose en moins, une absence de vie qui passait furtivement dans ses regards, des sourires qui mettaient plus de temps à se former sur ses lèvres. Azphel aurait aimé connaître un sortilège capable de balayer la mélancolie et la tristesse, mais faute de compétence en la matière, l'Irlande devait l'aider à réinsuffler un peu de vie et d'envie dans le coeur de Tina. Il est des maux que les plus sincères des sourires ne peuvent effacer, des peines profondes que des mots ne peuvent panser. Seul le temps balaie en profondeur les tourments, et le sorcier se sentait, en ces jours, plus un soutien moral à Valentina que sa moitié qu'il était pourtant au quotidien.

¤ ¤ ¤Limerick avait un certain charme, quoi que le centre ville était des plus banal et se modernisait ; mais dans sa cathédrale, son château fort et sa périphérie, on y trouvait tout ce qui faisait le charme et la réputation de l'Irlande, son passé historique et ses paysages verdoyants. Ils gagnèrent donc le château avec une idée claire derrière la tête, celle de le visiter réellement, et ne pas se contenter de suivre le troupeau de moldus soucieux d'ajouter quelques clichés supplémentaire à leur ordinateur.

- Je m'étais renseigné sur l'âge du château, mais pas sur la présence de fouilles, dit Azphel alors qu'il pénétrait dans l'édifice. Ça peut être... très intéressant en effet, conclut-il malicieusement en adressant un clin d'œil à Tina.

¤ ¤ ¤Les visites d'Azphel et de Tina, pour la grande majorité, n'étaient motivées que par des objectifs bien précis, en général destinées trouver une présence de magie dans des endroits moldus connus, et, tant qu'à faire, de magie noire. À chaque fois qu'il y pensait, il se surprenait de voir à quel point cette façon de penser était naturelle pour eux et à quel point leurs pensées concordaient. Azphel n'avait jamais cru en l'âme sœur, ce genre d'attraction écrite n'était pas pour lui, mais il devait admettre en regardant sa sorcière qu'elle s'en approchait dangereusement.
Valentina était un péché qui aurait tenté n'importe quel religieux, mais lui aurait valu l'enfer en guise de purgatoire.

¤ ¤ T ¤ ¤L'âme d'Azphel était perdue depuis bien longtemps, et de toute façon, le concept d'une vie après la mort lui paraissait improbable, hormis par l'intermédiaire d'Horcruxe ou d'un quelconque objet de magie noire, c'était d'ailleurs en partie ce qui motivait toutes ses recherches et ce qui le fascinait.

¤ ¤ ¤S'enfonçant dans le King John's Castle, ils arrivèrent jusqu'au site de fouilles. Des moldus s'y affairaient en grand nombre en surface, tous plus ou moins occupés à creuser la terre ou choyer des pierres. Une cavité s'enfonçait dans le sol et semblait mener sous le château. les deux mages noirs échangèrent un sourire et prirent la direction du soubassement, non sans lancer un Oubliettes sur un moldu qui les rattrapa dans l'escalier.
À mesure qu'ils descendaient, la fraîcheur des pierres se faisait ressentir jusque dans leurs os. Ils n'eurent pas besoin d'éclairer autour puisque les archéologues avaient accroché des lanternes sur les murs, qui baignaient les profondeurs d'une lumière jaune étouffée par la saleté des lampes. Les sous-sol étaient un véritable labyrinthe, des chemins se présentaient tous les dix mètres pour partir dans toutes les directions.

- Je dirais qu'on devrait essayer de rejoindre le centre, ou de longer un côté, on verra bien où on atterrira.

¤ ¤ ¤Ils s'enfoncèrent plus en avant et passèrent devant des cercueils de pierres vides et des fresques murales représentant ce qui s'apparentait à des scènes de chasse. Azphel guida un lumos pour bien les observer, mais il n'y avait rien d'intéressant dans les dessins, rien qui ne fasse vraiment penser à la magie.

- Ça a l'air banal ici pour le moment. Dommage que les cercueils soient vides, j'aurais bien testé quelques sorts pour voir si on pouvait pas ramener un de vieux quelques minutes dans le monde des vivants, histoire d'écouter son histoire.

¤ ¤ ¤Se détachant du mur, ils reprirent leur marche en avant, le sorcier glissant sa main dans celle de Tina et guidant sa baguette de l'autre. Les dédales se ressemblaient trait pour trait et il eut longtemps la désagréable impression qu'ils tournaient en rond, mais finalement, ils arrivèrent dans une grande pièce rectangulaire, parfaitement éclairée par de multiples lumières fixées aux murs. En son centre, un cercueil en pierre scellé se tenait, en parfait état, recouvert de feuille d'or. S'en approchant, il put voir que le couvercle était couvert de runes anciennes.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Valentina Boccini, Lun 11 Jan 2016 - 21:32



-Voyage en Irlande-
[RP Privé avec Azphel - LA accordé]

____________________


Les lieux n'étaient pas démunis d'un certain charme, presque palpable, une atmosphère qui laissait deviner de trop nombreuses histoires, le croisement même de milles biographies, la rencontre de différentes générations, un concentré pur du passé. Nous arpentions les ruines sans nous presser, jetant des coup d'oeil tantôt intéressés, tantôt moqueurs. L'endroit semblait bien loin d'être imprégné de magie. Nous gardions cependant le cap, marchant tranquillement. J'en profitais pour penser, ou plutôt broyer du noir, dans un silence qui n'avait rien de naturel. Au moins étais-je certaine qu'Azphel ne m'en voudrait pas. Mon humeur était triste, certes, mais il pouvait sans nul doute sentir de toutes les fibres de son corps que cela n'avait rien à voir avec lui.

- Ça a l'air banal ici pour le moment. Dommage que les cercueils soient vides, j'aurais bien testé quelques sorts pour voir si on pouvait pas ramener un de vieux quelques minutes dans le monde des vivants, histoire d'écouter son histoire.

Je hochais simplement la tête, un vague sourire amusé accroché aux lèvres. L'idée n'était pas mauvaise en soit mais je doutais que des cadavres soient encore tranquillement allongés dans les différents cercueils. Il devait plutôt s'agir de cendres et peut-être d'un os ou deux. A moins que les irlandais n'ait utilisé les mêmes méthodes d'embaumement que les égyptiens bien des siècles plutôt, ce dont je doutais fermement. Je ne contredisais cependant pas le mage noir. De toute façon, comme il l'avait dit, les cercueils avaient été vidés.

Nous avançâmes encore un peu dans le dédale de couloirs avant que, comme si une puissance supérieur avait entendu les prières intérieurs de mon compagnon, nous ne tombâmes sur un cercueil un peu particulier. Il scintillait comme au premier jour, comme si le temps, la poussière et l'humidité n'avaient pas de prises sur lui. Mon regard s'alluma tel un brasier presque instantanément. Les runes qui couvraient le couvercle m'étaient inconnues. Je n'avais pas prit cette option lors de mes études, favorisant l'Astronomie et la Divination...

-J'aurais peut-être du prendre Runes, à Poudlard...

Je fis glisser d'un geste sec ma baguette d'ébène dans ma main. J'étais prête à parier que cette antre éternelle n'était pas identique aux centaines d'autres : elle cachait un secret. Un détail attira mon regard.

-Hé regarde ! "Nul n'a réussit à l'ouvrir". , en achevant ma lecture, j'eut un petit rire. Pauvres moldus... #Lashlabask !

Les étincelles argentées firent exploser les chaînes qui étaient soigneusement entourées autour du cercueil. Sans attendre plus, j'aidais Azphel a les retirer. Nous les laissâmes à terre, profitant de cette occasion pour examiner un peu plus le sarcophage. Il était plus imposant encore vu de près. Son éclat doré se reflétait dans la semi-obscurité de la pièce, faisant miroiter de vagues reflets sur les murs de pierres. Une petite plaque qui avait du porter un nom était présente, mais les lettres avaient été effacées, comme frottées pendant des heures. Le couvercle semblait lourd, mais il n'était pas scellé par magie, un simple sort suffirait à l'ôter et à découvrir les secrets de ce cercueil.

Sorcier ? Moldu ? Que cachait cette tombe ? Qui avait pu protéger l'endroit au point qu'aucun des moyens modernes des sans-pouvoirs ne soit venus à bout de cet ouvrage ? Une légende néfaste, une malédiction, avait-elle tenue les irlandais, si superstitieux, à distance ? Le seul moyen de le savoir était sans aucun doute d'essayer. Je jetais un regard à Azphel. Il dévorait des yeux le couvercle couvert de runes. Amusée par le comportement presque enfantin de mon homme face à sa découverte, j'allais planter un baiser sur ses lèvres avant de faire face au cercueil.

-#Locomotor couvercle du cercueil !

De la pointe de ma baguette, je guidais le couvercle qui dans un grincement strident, se détachait lentement mais surement de son socle.

-Chéri, aurais-tu l'amabilité d'insonoriser les lieux pendant que je déplace ceci ?

Autant ne pas ameuter des tonnes de moldus curieux pendant nos recherches. Je finis par réussir à déplacer l'objet et le reposais magiquement et précautionneusement à côté, dévoilant l'intérieur de la tombe...



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Azphel, Mer 13 Jan 2016 - 20:09


PV Tina
Vacances en Irlande.
* * *


¤ ¤ T ¤ ¤LLa découverte de la tombe, posée là en plein centre des galeries souterraine comme un trésor qui devait rester secret des profanes, avait quelque chose de mystique. Sur le sorcier, leur découverte agissait comme un aimant, l'appelant de tout son mystère, de tout son contenu potentiel. Il jeta un œil sur les lèvres charnues de sa compagne, à demi entrouvertes. Il devinait l'excitation qui faisait battre son coeur en ce moment, qui avait relégué ses tracas bien loin derrière la possibilité d'être au devant d'une trouvaille formidable.

¤ ¤ ¤Rien ne leur disait, pourtant, que ce joyaux de pierre couvert de runes était autre chose que le caveau d'un illustre moldu, un comte ou peut-être baron, certainement. Mais la découverte était là et c'est ce qui leur importait. Face aux mystères, aux secrets enfouis, noirs, sombres, ou même d'une brillance futile, les deux sorciers étaient animés d'une lueur ombrageuse, un plaisir malsain de l'inconnu et de son potentiel. C'était de l'adrénaline, quelque chose qui relançait le coeur pour des émotions incontrôlées, des palpitations de plaisir pour l'éventuel, le possible. Il savait que Tina vivait de ce même feu, tout comme il l'avait toujours comprise d'un regard et vice versa.

¤ ¤ ¤Les deux âmes sombres étaient dans l'incapacité de déchiffrer ces gravures anciennes, mais qu'importait, il n'y avait pas de porte qui ne cédait devant eux. Les énigmes ne duraient qu'un temps, la pierre n'était qu'un réceptacle parmi tant d'autre, un matériau qui se fissurait face à la magie. Ils débarrassèrent la tombe de ses chaines et restèrent un instant à contempler cette ultime demeure scellée, leur visage baignés de reflets d'or sous lesquels ils palissaient. Tina lui offrit un baiser furtif, parfumé d'excitation.

¤ ¤ V ¤ ¤Un autre geste calculé de la belle et le couvercle se détacha. Azphel obtempéra à son conseil et s'aventura un court instant dans les dédales pour faire taire les murs. Il n'y aurait que le caveau qui verrait leur secret. Et quel secret.
Ce qui s'apparentait à de la brume s'extirpa du cercueil, dans une vapeur blanchâtre qui les entoura rapidement. Les deux sorciers partagèrent un regard suspendu. Le coeur d'Azphel battait lourdement, il devinait que celui de Tina lui répondait sourdement.

- Les moldus ont peut-être réussi à enfermer du brouillard,  dit-il très sérieusement.

¤ ¤ ¤Baguettes pointées en avant, il s'avancèrent pour découvrir un corps statufié. Pétrifié, était peut-être plus approprié. La silhouette à l'intérieur était celle d'une femme, vêtue d'un plastron de cuir. Le visage de pierre était assez jeune et reflétait une beauté qui avait dû époustoufler bien des hommes. Ses cheveux étaient longs et venaient couvrir sa poitrine, sur laquelle ses deux mains étaient jointes autour d'un bâton en bois ouvragé. Sur celui-ci montaient en spirale des runes identiques  à celles sur le couvercle. Sous les pieds de la jeune femme, des livres anciens étaient entassés. Azphel fit le tour pour aller voir de plus près de quoi il retournait.

Il sortit deux épais grimoires poussiéreux, faits de cuir relié, ils devaient avoir plusieurs centaines d'années. Il les déposa sur le rebord de cercueil et ouvrit le premier, laissant défiler entre ses doigts des pages aux multiples gravures et aux histoires variées.

- Je ne suis pas sûr, mais ça ressemble à des contes... On dirait que cette femme était une sorcière, ou qu'elle était prise pour tel en tout cas. Il semblerait qu'elle était bien vue puisqu'il l'ont laissée là avec son bâton... Ou peut-être que c'était pour scellé ce dont-ils avaient peur ? supposait-il en relevant les yeux vers Tina.

¤ ¤ T ¤ ¤Les textes parlaient de miracles, de guérisons bénignes, et de réparation d'habitations. Présentée de la sorte, la femme semblait avoir été l'homme à tout faire du village, moitié maçonne, moitié guérisseuse. Ça ressemblait à s'y méprendre à de la magie, tout de même.

- On dirait que son bâton était une arme, affirma-t-il en tournant le livre qu'il regardait vers Tina, une gravure représentant une femme qui tenait un bâton en train d'attaquer un chevalier. Quant à savoir si c'était une arme magique... Il se pourrait que ce soit une sorcière qui ait choisi de vivre parmi les moldus, tu ne penses pas ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Valentina Boccini, Mer 20 Jan 2016 - 10:12



-Voyage en irlande-
[RP Privé avec mon chat]

____________________


De toutes les horreurs de ce monde, qu'il soit magique ou moldu, il n'y avait q'une seule chose qui m'effrayais réellement. Les créatures dangereuses, les mages noirs, la mort... c'était devenu tellement banal... je ne m'en faisait pas pour ça. Non, ma peur était plus sinueuse, plus mystique. Et de tout ce qui pouvait sortir de cette tombe ouverte, il fallait que cela soit ma pire phobie. La brume s'épaississait à vue d'oeil, et serpentait, s'enroulant autour de nous, m'enserrant progressivement la gorge, griffant mes joues, me dévorant les yeux. Elle agrippait à mes vêtements, me tirait vers le bas, vers le sol  où elle pourrait enfin me submerger, se glisser en moi pour détruire tout ce que j'étais.

Je ne respirais plus, le souffle bloqué. Je posais mes mains sur mes yeux, essayant désespéramment de cacher à mon cerveau la présence de cette brume effroyable, meurtrière, gardant un silence prudent. Azphel était sans doute déjà aspiré par sa découverte; avant de le rejoindre, je devais me battre contre ma faiblesse. Je la voyais, ce p*tain de brouillard, dans ma tête. Je soufflais enfin. J'allais m'en débarrasser à ma manière. Je l'imaginais lentement quitter la pièce, tel un immense serpent, en quête d'une nouvelle victime. Quand j'ouvrais les yeux, les dernières traces de brume s'évanouissaient. J'étais plus calme, bien qu'encore sur la défensive. Après cet intense combat, j'allais pouvoir rejoindre Azphel sur sa découverte. Nauséeuse, je m'approchais du cercueil, lui adressant un regard encore fragilisé.

Je cru tout d'abord à une sculpture avant de me rendre compte qu'il s'agissait d'un véritable corps. Nul moldu n'aurait pu se conserver ainsi, à la perfection. Un charme était derrière cette perfection. C'était une femme, très belle qui plus est, et se dégageait d'elle une aura de grâce et de froideur. Elle avait un passé qu'il me serait incroyablement doux de découvrir. Je jetais un regard au serpent qui partageait ma vie. Sa beauté, à lui, bien vivante, me stupéfia. Dans l'obscurité de cette antre, il révélait sa vraie nature.

L'ombre creusait ses traits, accentuait le noir de ses cheveux, affinait son visage, accroissait son charme. Son oeil vert brillait follement, aspirant la magie comme l'on sirote un cocktail. Il buvait la puissance, il s'en nourrissait aussi surement que je me nourrissais de sa présence. Si l'envie de découvrir les secrets de ce lieu ne me taraudais pas, je me serais glissée au creux de ses bras, aurais levé mon visage dans son cou, et aurais transplané à l'hôtel sans attendre pour faire l'amour jusqu'à la fin du monde. Taisant le feu qu'il venait d'allumer par son simple sourire inconscient, je me détournais. Il me fallait me concentrer, maintenant.

- Je ne suis pas sûr, mais ça ressemble à des contes... On dirait que cette femme était une sorcière, ou qu'elle était prise pour tel en tout cas. Il semblerait qu'elle était bien vue puisqu'il l'ont laissée là avec son bâton... Ou peut-être que c'était pour scellé ce dont-ils avaient peur ?

Il m'expliqua ensuite que dans le livre qu'il tenait dans ses mains, malgré les tâches d'humidité et la fragilité de ses attaches, il avait réussit à voir sur une illustration que le bâton que la femme morte pressait encore contre elle, le protégeant dans la mort, était une arme, sûrement magique. Je voulais en savoir plus. Un déclic dans mon esprit se fit. *Je vois que tu y as pensé aussi. On cherchera ça plus tard, on les subtilisera quand il détournera la tête ailleurs. * Il faudra qu'on lui en parle, quand même. *Tu deviens gâteuse ? On garde ça pour nous. Il faudrait partager...* Je veux partager avec lui ! Le corbeau se mit à bouder. Je l'ignorais, le repoussant au fond de mon esprit et refermant la porte de sa cage.

J'adressais un regard à Azphel. Il me connaissait assez pour savoir que je ne pouvais pas m'empêcher d'examiner sans cesse. D'un geste de la main, je soulevais magiquement le bâton. Les mains de la femme le retenait fermement. J'allais devoir le sortir manuellement, en le faisant coulisser. Hors de question, cependant, de toucher cet objet à mains nues. Si un maléfice l'avait touché, je ne comptais pas en être imprégnée. Je déchirais donc un bout de mon t-shirt, dévoilant mon nombril. Le plaçant dans ma main, je saisissais le bâton, cette arme mystérieuse, protégée par le tissu.

Je n'eut pas à lutter longtemps, cette fois, pour dégager de la poigne de la femme endormie pour toujours cette arme surprenante. De près, il était encore plus beau. Splendide oeuvre de bois, il était sculpté et décoré de runes dorées. Je crois que j'avais saisis ce qu'était ce bâton. Je haussais les sourcils. Il me fallait tester. Enlever le tissus. Je plongeais un regard hésitant dans celui, affamé de savoir, de l'homme que j'aimais. Nul doute, il voulait en savoir plus. Je faisais donc glisser le bout de t-shirt et attrapais à mains nues l'arme de la morte. Les runes se mirent à scintiller. Je fronçais les sourcils.

- #Wingardium Leviosa

J'avais raison. Le bout de tissus que j'avais fait chuter au sol s'éleva lentement. Et cela ne venait pas de mon don pour exercer la magie sans instrument. Ce bâton était une baguette magique. J'adressais un sourire resplendissant à Azphel.

-Pas de doute, c'était une sorcière. C'est une baguette. Je ne sais pas à quelle époque elle vivait, mais ils aimaient déjà le décorum, nos amis sorciers...

Je posais le bâton dans la main du directeur des Serpentard, me hissant sur la pointe des pieds, je lui mordillais la lèvre, lui jetant au passage un regard brûlant. Nos découvertes m’enivrais, certes, mais le feu du désir flamboyait toujours en moi. Je me détournais cependant, après lui avoir confié l'arme de la sorcière. J'avais lu le manuscrit d'Albert l'Ancien, acheté il y a un an et demi à la Boutique d'Accessoires de Magie Noire. Je connaissais la formule, le procédé. Si Azphel me prêtait un peu de son énergie, je pourrais sans mal redonner vie à la sorcière morte, et en savoir un peu plus sur ses secrets.

-Tu as déjà pratiqué la Nécromancie ? Si tu allies ton énergie à la mienne, je devrais pouvoir redonner un semblant de vie à cette femme. je désignais le cadavre. J'aimerai en savoir plus.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Azphel, Mer 27 Jan 2016 - 12:51


(libre arbitre accordé)
PV Tichat
Vacances en Irlande.
* * *


¤ ¤ T ¤ ¤Trop concentré sur la beauté mystérieuse de leur découverte, Azphel n’avait pas remarqué le malaise qui avait assailli Tina, l’agression que l’épaisse couche de brume avait porté à une des mages noirs les plus dévouée de son temps. Les livres avaient captivé l’attention du sorcier, et la sorcière parfaitement conservée captura la course de son regard émeraude brûlant d’excitation. Il remarqua cependant le regard azur de la blonde, embué d’une fine couche larmoyante, celle d’un combat mené en solitaire face à une crainte, ce qui n’était pas courant chez elle. Rien ne faisait peur à l’animagus, c’est ce qui plaisait tant au Directeur des serpents, cette force tranquille imperturbable qui sommeillait en elle. Elle venait pourtant de trembler sous les assauts du spectre rampant.

Azphel fronça les sourcils quand elle le rejoignit et qu’il lui découvrit cette fragilité insoupçonné chez elle. D’un regard elle le rassura et il n’insista pas ; si Tina montrait qu’elle allait bien, c’est que c’était vrai, tout simplement. Les yeux de la belle retrouvèrent rapidement de leur force et leur intensité en croisant le sien ; il crut y lire des promesses et des envies, au milieu d’un désir ardent, celui d’aller plus loin dans leur découverte, celui de partager encore et toujours, le bon et le meilleur, le réel et le mystique, la pensée et le charnel.



La sorcière entreprit de déplacer ce qui servait apparemment d’arme, alors qu’Azphel reposait les grimoires (à terre, dans l’optique de les emmener avec eux). En un regard, ils conclurent des risques de l’entreprise de s’emparer d’un tel objet magiquement enfermé dans une tombe plusieurs fois centenaire. La belle ne perdit pas de temps pour déchirer son T-shirt par le bas pour s’offrir une protection, le geste ne la rendait que plus sexy encore et il y avait quelque chose de fascinant qui se dégageait d’elle. Une nature animale électrisante. Le bâton n’opposa pas de résistance et se révéla incroyablement beau dans les mains si puissantes de Tina ; il se dégageait des deux une sensation de puissance fantastique, une menace évidente, tapie dans l’obscurité de l’existence de l’italienne. 


¤ ¤ T ¤ ¤Le couple échangea un regard fasciné et Tina prit le bâton à pleine main, animant celui-ci d’une force magique évidente, les runes gravées tout autour s’illuminant de lumières incandescentes qui se réfléchirent légèrement sur les murs assombris du caveau. Elle exécuta un Leviosa pour faire s’élever le bout de tissu et un frisson perceptible parcourut tout le corps du sorcier. Le bâton l’excitait, ou peut-être que c’était la sorcière, peut-être les deux. La Serpentard justement, vint lui tendre l'arme et le frisson s’accentua quand il l'empoigna. Azphel connaissait bien les bâtons, pour avoir été un des rare à en manier un depuis la légende défunte Fol Oeil… Il accueillit le mordillement de sa lèvre comme la promesse de prolonger l’intensité de leur découverte à l’hôtel, sans chercher le sommeil, mais juste l’éveil des sens..



- Je connais la nécromancie oui.. et ta passion pour celle-ci. Je n’ai jamais été jusqu’à éveiller une créature si ancienne pourtant…


Les yeux émeraude d’Azphel passèrent de l’intrigante sorcière pétrifiée au regard émerveillé et passionné de Tina. Ils iraient au bout, il le savait. Aucune autre personne sur terre n’aurait partagé ses intentions et son désir de savoir, d’essayer, de chercher et de comprendre, autant que Valentina. Animer la sorcière pouvait puiser de leurs forces mais… qu’y avait-il d’intéressant à ne pas tenter, à ne pas pousser plus loin les curiosités de la magie ? La magie est un océan de possibilités, d’opportunités à explorer, et seule la magie noire et sa pratique permettent de s’approcher des limites de sa grandeur.



- Essayons cela pour voir, déclara le sorcier alors qu’il faisait tourner le bâton entre ses mains, transformant les runes en des trainées de lumières longilignes.



Tina savait ce qu’elle faisait, il en était certain, et ce qui se préparait lui faisait moins peur qu’un combat singulier avec un sorcier. Le mage noir posa soigneusement le bâton contre le mur avant de rejoindre sa sorcière, glissant sa main dans la sienne. L’italienne ferma les yeux et respira profondément, incanta une formule ancienne, des phrases proscrites, que seuls les coeurs sombres sont en droit de murmurer. Azphel sentit une partie intérieure de lui se réveiller, une concentration de force, de volonté, se mouvoir, se transmettre de sa chair à travers leur main, vers Tina, vers ses paroles, qui elles-mêmes s’échappaient en direction de la tombe, frappant la statue parfaitement conservée de la sorcière enterrée là.

¤ ¤ T ¤ ¤Une lumière de vie semblant s’animer dans le cercueil se faufila tout autour de la silhouette pétrifiée de la sorcière, avant de disparaître lentement en elle. A mesure que l’action se déroulait, Azphel ressentit comme un vidage intérieur, une fuite des forces de son corps qui partait s’insinuer dans la sorcière devant eux. L’effet prit fin soudainement, comme l’on met un terme à un baiser, mais les deux sombres âmes qu’étaient Azphel et Tina gardèrent leur main liées dans l’expectative, à attendre que ne se rompe le charme qui avait scellé la sorcière Irlandaise.



La peau de pierre qui la recouvrait se volatilisa d’elle-même, tel une couche de sable se retirant avec le ressac silencieux de la mer, dévoilant un visage pâle et fatigué sous sa cuirasse de combattante, un visage mort qui se raccrochait à une vie fugace, dépendante de la force des deux sorciers venant en libérateurs pour profaner sa dépouille, lui intimant de s’éveiller pour réfréner leur curiosité insatiable. Les regards émeraude et azur des deux sorciers brillaient d’une soif de découverte proche du fanatisme.
Très lentement, les mains de la sorcière dans le tombeau s’animèrent d’une vie précaire, se séparèrent pour venir refermer des doigts frêles autour de sa prison de pierre. Elle se redressa petit-à-petit, avec une dextérité mortelle, son visage d’une blancheur cadavérique rayonnant malgré les âges passés et les effet de la mort et de l’enfermement. S’il était évident qu’ils avaient affaire là à un cadavre, la sorcière avait pourtant été parfaitement conservée, un signe évident de maîtrise magique, même de la part de ceux qui l’avait emprisonnée là. Azphel estima, vu la finesse de ses traits, qu’elle devait avoir au maximum trente ans lorsqu’elle était morte.



- Qui êtes-vous ? demanda-t-elle, d’une voix sortie d’outre-tombe, caverneuse.


La sorcière les dévisagea et estima son environnement d’un regard circulaire, comprenant très rapidement la situation et à qui elle avait affaire. Des sorciers.. murmura-t-elle.


- Oui, dit simplement Tina. Nous sommes tombé sur vous par hasard et avons… elle échangea un regard avec Azphel, voulu savoir ce qui vous était arrivé, et comment vous vous êtes retrouvée enfermée ici.



Un silence plana, la sorcière les considéra, puis regarda son arme posée contre le mur.


- J’étais une sorcière… à une autre époque, si j’en crois votre accoutrement, trop léger pour supporter les batailles de mon temps. De ce temps par ailleurs, je crois pas que nous n'étions capables de réveiller des sorciers partis pour le grand voyage. Comment se nomme cette prouesse et que puis-je faire maintenant que je suis-là?


Nouveau regard plein de silence entre Azphel et Tina.


- Vous n’êtes pas réellement là,expliqua Azphel calmement. Votre…. réveil, ne dépend que de notre force magique à tous les deux, c’est temporaire, nous ne tiendrons que quelques minutes. Vous avoir redonné vie nous coûte beaucoup de force. En notre temps nous appelons ce pouvoir de la Nécromancie et c’est… de la magie noire…

- Noire vous dites ? C’est pour cette raison que mon Seigneur m’a condamnée... Et pourtant, pourtant… La sorcière ne finit pas sa phrase, son regard laiteux se perdant sur le sol. ...Pourtant personne ne faisait parler la néant grâce à la magie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Valentina Boccini
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Corbeau
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Valentina Boccini, Jeu 25 Fév 2016 - 15:15




-Balade irlandaise -
[RP Privé avec Azphel ♥]


____________________



Nécromancie : manifestation magique occulte, souvent associée à la magie noire, ou rituel permettant au sorcier d’entrer en communication avec les morts.

L’ombre fallacieuse du danger fût bien vite écartée par la poigne douce d’Azphel. C’était sa façon à lui de me donner son accord. J’allais pratiquer mon art le plus cher, la matière devenant l’esclave de ma puissance. Aux yeux des sorciers de notre génération, les Mangemort étaient de brillants mage noirs parce qu’ils tuaient aisément. Je ne m’exprimerai que par un mot sur le sujet : fadaise. Le véritable pouvoir d’un mage noir n’était pas de tuer et de détruire mais de contrôler la mort, de pouvoir faire aller et venir une âme entre les deux états, d’acheminer une âme à travers des corps différents… mon talent résidait là. Je n’excellais pas dans les différentes connections de la magie : j’étais un danger dans l’art de préparer des potions, l’histoire de la Magie n’avait plus avec moi ni queue ni tête… mais quand il était question de puissance et d’endurance, j’avais acquis, sans vouloir me vanter, un très bon niveau. Au vus de l’énergie colossale de mon compagnon, animer pout quelques minutes la sorcière assoupie serait un jeu d’enfant.

Après que nous eûmes concentré nos puissances, je récitais, comme un de ces poèmes enfantin apprit à force de répétitions, des vers autrement plus sombres. Les mots de la formule d’Albert l’Ancien étaient, à leur manière, d’une beauté splendide. Je connaissais ces phrases sur le bout des doigts et les jettais avec force sur le corps de notre sorcière ancienne. La magie opérait. La masse de chair et d’os, que le sang n’alimentait plus, finit par se redresser. Ce n’était pourtant pas une forme matérielle, sa renaissance relevait plus de l’illusion que du fait réel mais ce n’était cependant pas qu’un reflet. Cela tenait de la gerbe d’étincelles fuyant la baguette. Présente, mais furtive et innofensive.

La magie noire n’avait pas de limites pour ceux qui l’adorait.

Azphel engagea avec le cadavre animé une conversation où je n’intervenai de prime abord qu’au départ. Brève présentation, mais discuter et maintenir le sort me vallait un souffle irrégulier. Il y avait en nous de quoi tenir une poignée de minutes. La dernière fois était avec Léon. Son énergie ressemblait tant à la mienne qu’il m’avait été aisé de la maîtriser. Celle d’Azphel avait la teinte émeraude de ses yeux : elle complétait ma propre force mais je devais d’avantage batailler pour l’assiéger. Peu importe, la défunte se montrait loquace et un sourire marquait les lèvres du loup. Ils causaient noirceur de l’art magique et je me sentais concernée. De l’époque de cette mage, la nécromancie n’était pas. Bien triste vie… ainsi avait elle était tuée pour fait de magie noire ?

- Sans vouloir vous offenser, Lady Caire… je venais d’appercevoir sur le dos du couvercle du cercueil son nom gravé presqur effacé : Lady Illiana Caire. Quek était cet acte magique qui vous a vallu la mort ? Je suis bien curieuse d’en savoir plus…

Feu Lady Caire hocha lentement la tête. Comme si elle comprenait ma curiosité et acceptait ce qu’Azphel venait de lui annoncer : elle était toujours morte et nous ne faisions que troubler momentanement son repos éternel. Les premières courbatures dues au sort commençaient à me tirailler les bras. Il ne nous restait que tout au plus deux minutes. Je la pressais du regard mais pas des mots, cela n’aurait fait que la troubler.

-Je n’en suis pas fière, vous savez. J’ai jeté un sortilège d’amnésie à la fille de mon Seigneur qui m’avait vu préparer une potion de Tue-Loup pour un lycan caché du village.. Le Seigneur l’a découvert et m’a condamnée.

Je restais un instant dubitative. Un sortilège d’amnésie considéré comme un sort de magie noire ? L’époque à laquelle Illiana avait vécut était terrible ! Les sorciers avides de puissance et de connaissance tels qu’Azphel et moi n’auraient pas supporté cette vie enchaînée aux principes d’une société ignorante et trouillarde. Sans doute aurions nous été de ces révolutionnaires qui finissent par mourir en martyrs et dont on oublie toujours le nom.

- Je vois. Merci de votre réponse. De nos jours, le sort d’amnésie est une formule banale, l’on s’en sert surtout pour protéger le Secret Magique. Les moldus, les humains sans pouvoirs, ignorent tout de l’existence des sorciers. J’ignore si c’était également le cas à votre époque..

Je jetais un coup d’oeil à Az. La flamme dans ses pupilles vacillait autant que la mienne. Si nous voulions concerver assez d’énergie pour tout remettre en place, et rentrer, je devais lever le rituel.

- Lady Caire… nous vous remercions pour vos réponses mais on va devoir dissiper le sort. Je vous souhaite un repos tranquille… je vais sceller à jamais votre tombeau. Adieu, Illiana.

Azphel la salua à son tour et je prononçais la formule inverse, celle qui faisait retrouver au cadavre toute sa mortelle contenance. Je me tournais vers le loup-garou. Il avait les traits plus tirés qu’à son arrivée mais il resplendissait quand même, malgré la prodigieuse quantité d’énergie qu’il nous avait fallut pour faire revenir à la vie cette sorcière d’époque. L’échange avait été pour le moins enrichissant et sans doute notre couple de ténèbres allait il se pencher sur les différences entre les anciennes limites de la magie noire et celles que nous franchissions aujourd’hui. Comme je l’avais promis, je réinstallais magiquement le plateau qui servait de couvercle au tombeau. Puis d’un sort alliant métamorphose et contrôle de la matière, je transformais le tombeau entier en pierre. Même le corps à l’intérieur ne pouvait plus être qu’une statue de granit. Je gravais ensuite de la pointe de ma baguettr un symbome, un A croisé d’un T. Ma manière de montrer que le couple du loup et du corbeau était passé par là.

J’allais ensuite me blottir dans les bras de l’ancien élève et actuel directeur de Serpentard. Je tremblais de tout mon corps, affaiblie. La quantité d’énergie que nous avions utilisée était colossale mais je ne pouvais qu’admirer les merveilles que nous faisions à deux. Les lèvres frôlant son cou, je murmurrais au loup :

- Tu nous ramènes à l’hôtel, toi, le bâton les grimoires et moi ? On y sera mieux pour étudier cet héritagem

Un bref baiser en guise de paiement, et je le laissais reprendre le contrôle.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Azphel, Mer 2 Mar 2016 - 18:57


PV Tichat
Vacances en Irlande.
* * *


¤ ¤ T ¤ ¤Le caveau était maintenant parfaitement imprégné de magie noire ; elle se répercutait en rebondissant sur les murs et quiconque aurait pénétré l’endroit aurait pu être étourdi par la puissance de la magie qui opérait. Caire, puisque tel était son nom, se tenait dans son cercueil scellé de magie, assise, les mains resserrées sur les bords de son propre cercueil. Ses yeux étaient vidés de vie et la Nécromancie ne leur permettait de retrouver la moindre lueur, mais Azphel avait pourtant vu sur elle de l’espoir en les découvrant, l'espoir que la folle puissance qui venait de l'extirper de son sommeil plusieurs fois centenaire puisse la ramener dans le monde des vivants. Hélas, c’était impossible, et de toute façon, pas souhaitable. Les deux noirceurs ne se seraient coltiné la responsabilité d’avoir réveillé une sorcière de jadis. Qui aurait pu prédire ce qu'elle aurait alors été capable de faire ?
 Le risque aurait été trop grand.


Tina était fascinée autant que lui, peut-être autant que Caire qui montrait cependant son étonnement. La magie que Azphel ressentait était assez impressionnante, c’était la première fois qu'il servait de conducteur pour la réalisation d'un sortilège, et qu’il prêtait de lui-même de la sorte. Il sentait comme une puissance supérieure qui puisait en lui, qui passait à l’intérieur de Tina pour donner vie à cette sorcière d’un autre temps. L’acte avait quelque chose de fascinant et de terriblement excitant.

Quand la sorcière exposa le méfait qui lui valu la mort, Azphel ressenti de la compassion pour elle. Ainsi la sorcière n’avait voulu qu’aider un lycan, et pour cacher son acte de charité, elle avait essayé de jeter un sortilège d’amnésie, ce qui l’avait condamnée. L’idée paraissait saugrenue, bien qu’elle correspondait à l’époque des chasses aux sorcières, et se risquer à défendre un loup-garou dans une seigneurie moldue n’était pas la meilleure des idées…


- Quelques Seigneurs acceptaient les conseils de sorcières, et nombre d’entre nous se sont fait passer comme tel, même si nous étions douées de pouvoir magique qui échappaient à leur entendement, et qui pouvait nous mettre en danger. Nous savions que nous devions nous contenter d’utiliser la magie pour les soins, là où elle serait utile aux moldus, mais que dès lors qu’on ferait quelque chose qui échapperait à leur compréhension, on risquerait nos vie. A trop vouloir aider, je me suis attiré les foudres de la rationalité.


¤ ¤ T ¤ ¤Le bleu translucide des yeux de Tina perça les émeraudes d’Azphel. Sans se parler il comprit ce qu’elle avait à lui dire : il n’y avait plus assez de temps pour continuer à bavarder avec la Dame, ce que l’Italienne formula oralement quelques secondes après. Bien que le regard de Lady Caire dépérissait, on pouvait y lire comme un vide total d’espoir. Azphel se contenta d’un hochement de tête pour la saluer, alors qu’elle regagnait sa dernière position pour l’éternité. Avec un accent italien, Tina récita la formule contraire pour stopper leur rituel et abandonner à jamais la sorcière dans un sommeil sans fin. Le sorcier avait l'impression qu'une partie de ses forces resterait à jamais en elle, c’était comme s'il s’était vidé de lui-même, à travers Tina, jusque dans la dépouille sous leurs yeux.



Un autre sort de la sorcière et le cercueil de pierre se solidifia, refermant à jamais les secrets de lady Iliana Caire dans une pierre qu'aucun sort ne fragiliserait. Tina s’approcha du couvercle où les runes brillaient encore à moitié et pointa sa baguette dessus, insérant à même la pierre, pour l’éternité, un symbole de leur passage, un A et un T mélangés. Les deux âmes noires se rejoignirent pour se prendre dans les bras, à la fois fatigués et ravis par cette débauche de magie, cette splendeur obscure qu’ils avaient animé conjointement. Des yeux de Tina perlait un mélange d’épuisement et de fascination, un éclat qu’il ne connaissait que trop bien.





Azphel réceptionnait les lèvres de son âme soeur avant de ramasser les grimoires poussiéreux posés sur le sol et le bâton qui avait appartenu à la sorcière. Il rejoignit sa belle et passa son bras autour de sa taille. Visualisant l’intérieur de leur chambre d'hôtel, ils transplana dans la foulée.

La chambre paraissait trop contemporaine, peinte de blanc avec une literie des plus classiques, bien que l'établissement affichait trois étoiles. Trop moldu, trop vingt-et-unième siècle. La magie ici n’opérait pas et les deux amants qui venait de se matérialiser étaient sans conteste ce que l’endroit avait connu de plus malsain et de plus grand à ce jour.

Le mage noir déposa les grimoires sur le petit bureau face au lit, et le bâton le long du mur avant d’aller dans la salle de bain qui comprenait une douche plus une baignoire. Il fit couler un bain chaud qu’il remplit avec un produit moussant et odorant avant de regagner la pièce prisncipale. Tina avait les yeux plongés dans un grimoire.


- Nous lirons ça plus tard bébé, viens te détendre, lui dit-il en prenant le livre de ses mains. Nous allons au restaurant après et… nous testerons le confort de ce lit douillet.


¤ ¤ T ¤ ¤Il se déshabillèrent et passèrent l'heure suivante à se délasser dans l’eau bouillante, la laissant agir comme un revigorant, les reposant de leurs forces laissées dans les ruines du château. Lady Caire avait dû avoir une vie en balance, toujours à surveiller ses arrières et avancer prudemment pour ne pas faire d’erreur. La pratique de la magie était tout de même plus libre maintenant, et même s'ils ne pouvaient afficher leur noirceur au grand jour, Tina et Azphel étaient au moins libres de leurs opinions.

Le bain leur fut salutaire et ils en ressortirent quelque peu clinquants et vifs. Ils s’habillèrent sobrement avant de rejoindre le restaurant de l'hôtel, visiblement pas mauvais puisqu'il était presque complet. On leur proposa la carte ainsi qu’un apéritif et Azphel commanda une bouteille de champagne, qu’il ne payerait en aucune manière. Son choix se porta sur un plat végétarien, une salade avec des légumes biologiques et Tina prit un plat similaire. Quand les deux premières flûtes furent remplies par le serveur, il trinquèrent sobrement, les yeux dans les yeux.


- A cette journée enrichissante et heureuse en trouvailles !

Les bulles chantèrent en descendant dans sa gorge.
On a de la chance mine de rien, de pouvoir aujourd’hui se promener comme cela, sans se soucier de ce qui va nous arriver. Bon, on s’en soucie un peu, mais ça ne nous fait pas peur !



Depuis leur rencontre, s’il y avait bien une chose qui n’avait jamais existé entre Azphel et Tina, c’était la peur. Ils n'avaient peur de rien, pas froid aux yeux, ils étaient prêts à tout, autant en matière de magie que sur le plan charnel, il leur fallait tout découvrir, oser, arpenter tous les chemins, pour être sûr d’avoir tout exploré, d’avoir tout vu.. éveillé tous les sens. C’était là le moteur de leur existence, individuellement tout autant que le symbole de leur couple, deux serpents entrelacés, deux lettres superposées, comme deux âme intimement liées.

L’Irlande s’apparentait maintenant à un joyau, avec cette journée devenue exaltante, alors qu’elle n’était au départ qu’une étape banale sur un long voyage, un point sur une carte ; maintenant une ombre supplémentaire dans leur vie.



Le repas fini, la bouteille terminée, ils regagnèrent la chambre et feuilletèrent les grimoires, scrutèrent le bâton finement sculpté.
- Ce serait une belle arme pour toi, mon amour.

Elle serait douée avec, il le savait. Lui-même conservait, dans la cave de son manoir londonien, un bâton similaire qui lui avait servi à commettre des actes atroces, son premier meurtre et… de nombreux autres après. Il ne s’en était plus servi depuis son départ d’Hollow Bastion, mais peut-être, bientôt ressortirait-il sous la lumière des ténèbres. 
Il reposa l’arme et agrippa fougueusement les lèvres de sa moitié, la poussant sur le lit, se superposant à elle.

- Demain nous irons explorer un autre endroit de ce beau pays.



Il l’embrassa passionnément, avant d’ôter impatiemment ses vêtements et de se ruer sur les courbes exquises du corps de Tina. La magie devait se reposer, il était temps de combler l’appétit des Dieux.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Vieille histoire irlandaise

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 11 sur 12

 Vieille histoire irlandaise

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.