AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 2 sur 7
Salle des préfets
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Léo Warnez
Serdaigle
Serdaigle

Re: Salle des préfets

Message par : Léo Warnez, Mer 27 Juin 2012 - 18:07


Le monde ne tournait plus quand Rilla regardait Léo, ils ne se connaisaient pas enfin très peu. Il était nouveau et elle préfète, elle faisait fragile et petite, lui un grand gringalé de 16 ans. Elle était une élève modèle et encore plus que Léo, Léo était un bon élève il était passioné par l'histoire de la magie et le soin des créatures magiques il lisait beaucoup mais il était pas si parfait que Rilla l'était et ... en plus elle était émotionnelle chargé sous une grosse armure de rire et sourire, lui un garçon avec la gourmette de sa petite soeur décédée et qui laisse parraitre même le moindre petit sentiment.

Léo pensa alors : " Je parle de ma soeur à une fille que j'ai rencontré il y a peu de temps, c'est quoi le problème là Léo ?!"
Il lacha sa main et ferma le poing tellement fort qu'un à un ses doigts se craquèrent, il baissa rapidement les yeux vers sa main puis remonta le regard vers Rilla en espérant qu'elle n'avait pas vu la tension de Léo.

"Discuter" sa nouvelle amie voulait "discuter", il priait qu'elle ne voulait pas discuter de sa soeur ! Il détestait parler, c'était toujours dure pour lui d'entretenir une discussion sur Zoé.

Rilla montrait du doigt la salle des préfets, il ne savait pas si tout les élèves avaient l'accès d'y aller.
- Salle des préfets c'est pas LA salle de préfets, moi aussi j'ai le droit d'y entrer ?
Léo fit un franc sourire, il était content que Rilla ne soit pas partie comme une voleuse
- Mais je serai ravi de discuter de tout et rien avec toi..

Léo passe son vieux sac à dos dans son dos pour avoir les mains libres au cas où si Rilla partirai à nouveau ! On n sait jamais, il ne voulait pas prendre le risque de la voir s'échapper encore une fois.

Il prit un air sérieux pour la peut être première fois à Rilla, il s'approcha d'elle. Il pouvait sentir la respiration lente et délicate de la merveilleuse jeune fille et elle pouvait sentir la sienne. Il laissa un doux soupire s'échapper qui frappa la peau parfumé de Rilla.

- Avant d'aller dans la salle des préfets tu pourrai me dire pourquoi tu es parti quand tu as vu la gourmette ? Ça te dérangerai si j'avais une petite amie ?
Après avoir poser sa question, Léo avança doucement vers la salle des préfets pour ne pas rester dans les couloirs déserts et sombre, ce n'était pas un endroit pour une discussion avec une fille pareille ! Il sourit pour engager le pas de Rilla.

Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Salle des préfets

Message par : Rilla Blythe, Mer 27 Juin 2012 - 20:04


Ravalant la déception qu'elle ressentait à présent qu'il lui avait laché la main, Rilla répondit calmement à la question que Léo venait de lui poser.
- Oh euh! Comme tu es avec moi ça devrait aller. Les autres penseront que je t'ai convoqué ou quelque chose comme ça.

Puis elle lui adressa son plus charmant sourire quand il affirma qu'il serait ravi de discuter avec elle, tout en se demandant de quoi elle pourrait bien discuter avec lui. Elle avait formulé l'invitation sans réfléchir, cherchant inconsciemment une proximité avec le jeune homme. Mais à présent, qu'il avait répondu favorablement à sa proposition, elle sentait qu'elle n'avait pas fini d'être troublé par ce dernier.

Et elle ne croyait pas si bien songer, car l'instant d'après il la devançait en lui posant une question particulièrement embarassante. Rilla se sentit rougir jusqu'à la racine des cheveux. Ignorant volontairement la première question, elle parvint à répondre calmement bien qu'à voix basse à la seconde question:
- Bien sûr que non, pourquoi cela me dérangerait?

Elle songea alors que sa remarque aurait eut plus de poids si elle n'avait pas viré rouge tomate. Haussant mentalement les épaules, elle répondit au sourire du jeune homme et lui emboita le pas. La minute d'après ils pénétraient dans la salle des préfets. Elle referma la porte derrière eux, puis resta immobile ne sachant plus que faire.

- Euh, tu peux t'asseoir si tu veux,
proposa-t-elle dans le but de briser le silence et de gagner du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Léo Warnez
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Léo Warnez, Jeu 28 Juin 2012 - 3:37


Après un signe de tête pour répondre à Rilla, il s'avança jusqu'à la salle de préfets. La pièce était majestueuse, les grands portraits des fondateurs étaient postés devant lui,la tables des préfets était ronde surement pour qu'aucun préfet soit mieux à part dans un coin de table Une grande statue de triton impressionna Léo, il passa alors les doigts contre la sculpture de pierre. Il retourna le regard vers Rilla.

- Cette salle est vraiment magnifique..

Rilla rougit comme une tomate quand Léo posa la question si ça la dérangerai s'il avait une copine. Il savait très bien qu'elle n'avait pas répondu à la première question mais il en fit abstraction pour ne pas Rilla fasse une crise d'angoisse ou quelque chose comme ça. Léo avait rapidement remarquer que Rilla était attiré par celui-ci et pour ne rien cacher.. Rilla plaisait à Léo. C'était pas encore une question de sentiment mais d'une forte attirance malgré le peu de temps passé avec la blondinette.

Il s'assit sur une banquette après l'offre de la jolie Serdaigle, il tapa contre le tissu pour qu'elle vienne s'assoir à côté de lui.
Il avait peur que Rilla refuse de s'assoir près de lui même si elle était attiré par le séduisant Serdialgle, peut-être que c'était trop rapide pour elle de s'approcher d'un homme. Elle était plus jeune que lui, de très peu mais quand même, Léo ne voulait pas être brusque avec elle.

- Tu viens ?

Léo assit et Rilla encore debout, il fit quelque chose un peu déplacé mais dans la nature de l'homme. Il baissa les yeux vers sa jupe même elle portait sa robe de sorcier ses formes étaient dessiné et bien visible. Rapidement il les regarda. Son regard remonta à vitesse grand "V" vers le radieux visage de la demoiselle. Il s'en voulut beaucoup d'avoir fait cette chose indécente mais totalement naturel.. Il espéra encore une fois que Rilla n'ait rien vu..

- Je ne sais pas, tu es partie en furie alors je me suis dis que ça pouvait te.. te déranger.. Répondit-il timidement.
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Salle des préfets

Message par : Rilla Blythe, Jeu 28 Juin 2012 - 18:20


Un éclat de fierté étincela dans le regard azur de la jeune fille tandis qu'un sourire se dessinait sur ses lèvres. Elle se sentait fière de voir que la salle plaisait à Léo comme si cette dernière lui appartenait en propre.
Elle le laissa découvrir une partie de son univers de préfète avant de lui proposer de s'asseoir, ce qu'il fit.

A présent, elle se tenait debout, immobile, se sentant gauche, intimidée. Ne sachant plus que faire. Se demandant pourquoi elle n'arrivait pas à être tout à fait à l'aise avec le jeune homme, et pourquoi malgré cela elle recherchait sa compagnie.

Alors qu'elle s'enfonçait dans ses pensées, la voix de ce dernier l'en sortit vigoureusement. Il n'avait prononcé que deux mots, deux petits mots que son geste rendit particulièrement intime. Il voulait qu'elle vienne s'asseoir à ses côtés. Une nouvelle fois Rilla s'empourpra, une nouvelle fois elle se sentit embarassée.

La serdaigle hésitait. Bien sûr qu'elle mourrait d'envie de s'asseoir près du jeune homme, mais en même temps elle redoutait une telle proximité, encore une fois sans trop savoir pourquoi.

Après quelques secondes d'hésitation, et sans regarder Léo, elle prit une décision, coupant la poire en deux. Elle alla s'asseoir à l'une des extrémités de la banquette, mettant le plus de distance possible entre eux deux.

Les jambes jointes et légèrement de biais, les mains jointes sur ses cuisses et la tête baissée, elle était l'image même de la petite fille sage de bonne famille.

Alors qu'elle se concentrait sur sa respiration tout en espérant trouver quelques choses de drôle ou de spirituel à dire, Léo parla, et ses paroles tout comme le ton de sa voix la prirent au dépourvu. Ainsi il tenait à savoir, ainsi elle aussi pouvait l'intimider.

Rilla tourna la tête vers le jeune homme, osant enfin le regarder. De longues secondes s'écoulèrent avant qu'elle ne parvienne enfin à murmurer:
- Non, c'est juste que... Elle n'acheva pas sa phrase, à la place, elle osa une question qui fit rosir ses joues alors qu'elle la posait. Cela te ferait-il plaisir que cela me dérange?
Pour la première fois depuis leur rencontre elle ne détourna pas le regard, guettant sa réaction, cherchant à lire sur son visage la réponse à sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Léo Warnez
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Léo Warnez, Jeu 28 Juin 2012 - 20:51


Quand Léo vit Rilla à l'opposé de la banquette il fut un peu surpris, il ne pensait pas que l'offre de s'assoir à côté de lui était vulgaire et déplacée.. Ce n'était pas comme s'il lui faisait des avances ou d'autres trucs du genre. Il s'approcha de quelque centimètres pour ne pas paraître embarrassé auprès de Rilla si quelqu'un passé . Il espéra qu'elle n'allait pas le rejetter ou d'aller carrément à l'autre bout de la pièce.

- Ça dépend ! Si ça te dérange au point de partir et ne plus m'adresser la parole alors oui ça me gène, si c'est juste parce que tu serai jalouse pour X raison alors ça pourrai me faire plaisir ! C'est toujours agréable !

Il rit mais reprit rapidement la parole pour ne pas que Rilla change pas de sujet
- Tu disais ? C'est juste que quoi ? Dit-il séchement.

Pour la première fois, Rilla enfonça son regard dans celui de Léo. C'était plaisant de voir qu'elle se sentait de plus en plus à l'aise avec lui. Enfin pas assez pour que la jeune Serdaigle s'installe à coté lui sans se sentir violer. Léo se demandait ce qu'il avait de spécialement impressionnant. Il n'était pas une grosse masse, il n'avait pas des blessures de guerres sur le visage ou autre part d'ailleurs qui pouvait la faire fuire, il n'était pas froid ni désagréable. Ok bon, elle le trouvait mignon mais il ne fallait pas faire un fromage pour si peu... Elle l'avait hurler dans la salle commune des Serdaigles quand le garçon était là, c'était embarrassant oui mais c'était fini cette histoire !

- Moi je t'ai dis que je n'avais pas de copine, et je n'ai ni ex-copine récente alors je te pose la question ! As-tu un petit ami ou un ex avec qui c'est difficile ?
Il rougit légèrement après avoir poser ces questions si personnelles.
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Salle des préfets

Message par : Rilla Blythe, Ven 29 Juin 2012 - 15:51


Après s'être rapproché d'elle sur la banquette, Léo admit que la jalousie de Rilla lui ferait plaisir, et cette dernière en fut ravie même si elle n'était pas sûre de comprendre l'exacte portée de ce qu'il sous entendait, ni de ce que son rapprochement physique signifiait.
Alors qu'elle se perdait en conjectures plutôt agréables, bercée par le rire du jeune homme, elle fut très vite ramenée à la réalité par le ton de ce dernier qui la surprit. L'étonnement se lu alors sur son visage, mais elle se reprit bien vite et lui répondit doucement.
- C'est juste que rien du tout. Je ne voulais pas qu'elle soit jalouse, si elle il y avait c'est tout.

Elle n'était pas tout à fait honnête, mais qu'importe. Elle ne se voyait pas se livrer comme ça au jeune homme, d'autant plus que les réponses la perturbaient énormément. Elle n'était ni prête à les prononcer ni à les entendre. La jeune fille se félicita donc pour les réponses qu'elle parvint à lui apporter malgré tout, espérant qu'il les trouve satisfaisantes sinon tant pis, il devrait s'en contenter malgré tout, car à elle la réponse paraissait on ne peut plus satisfaisante.

Mais la réponse du convenir au jeune homme car il enchaina avec de nouvelles questions. Cette fois c'était lui qui était intimidé. Rilla ne put s'empêcher de sourire, appréciant que les rôles soient inversés, même si cela ne devait guère durer.
- Non, je n'ai personne. Je ne pense pas être faite pour... l'amour, dit elle simplement bien qu'un peu mal à l'aise.

Le souvenir d'Aloys s'imposa alors à elle, et elle le repoussa comme on cherche à éviter quelque chose de gênant. Elle ne savait pas pourquoi elle avait pensé au serpentard. Certainement à cause du rêve qu'elle avait fais il y a peu, songea-t-elle alors comme pour e rassurer. Et aussitôt elle cessa d'y penser, essayant plutôt de capter le regard de son interlocuteur. Priant pour que ses joues n'aient pas rosies comme elles commençaient à en avoir la fâcheuse habitude depuis quelque temps.
*Il doit me trouver bizarre,* pensa-t-elle un peu tristement.

Cherchant à ramener le sujet sur un terrain un peu plus neutre, moins dangereux, tout en continuant d'en apprendre davantage sur le jeune homme, elle lui demanda à son tour:
- Tu viens d'où? Tu étais dans une école moldu avant?
Elle espérait que ce genre de discussion l'aiderait à complètement reprendre la maitrise d'elle même, de ses émotions... Elle espérait que le jeune homme s'en satisferait et ne poserait pas des questions plus indiscrètes tout en espérant à la fois qu'il le fasse. Elle ne se comprenait plus, elle ne se reconnaissait plus, et elle appréhendait l'image qu’elle renvoyait à Léo.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle des préfets

Message par : Phoebe Monroe, Dim 3 Fév 2013 - 15:49


{PV Axelle Higgs}

Le feu dans la cheminée crépitait, c'est surement ce bruit qui réveilla Phoebe. Apparemment, il s'était endormi sans le vouloir le nez sur son livre de Métamorphose. Il était complètement exténué, il avait tellement peur de rater ses ASPIC's qu'il se donnait lui-même plus de devoirs que ce qui est demandé. Il en faisait complètement trop mais pour lui c'était bien clair, il devait travailler plus que les autres non-seulement pour arriver à son but mais aussi du fait de ses origines : lui, le petit gars de Saint-Andrew un village en Ecosse descendant d'une cracmol et d'un moldu ... Il devait travailler plus que les autres ! De toutes manières, dans sa tête tout est déjà tracé et à la fin, il sera célèbre.

Les yeux à peine réveillés, le préfet referma son livre et regarda l'horloge. Il était presque minuit et normalement, il ne part pas se coucher avant cette heure fatidique et il ne connaissait pas entièrement la définition du sortilège de disparition. Mais la chaleur du feu de cheminée et le calme complet de la Salle Commune incitait vraiment son corps au sommeil. Il pouvait même entendre un son cristallin de boîte à musique ... Mais il n'y avait aucune boîte à musique aux alentours, comment peut-il alors y avoir une musique. Écarquillant les yeux, le jeune sorcier se leva et inspecta la salle, rien en vue. Puis il comprit que la musique ne venait pas de la Salle Commune mais elle était présente à l'extérieur.

La porte s'ouvrit, c'était Phoebe qui l'avait poussé. Il voulait vraiment savoir d'où venait exactement cette mélodie, il voulait posséder la boîte à musique qui la produisait. A vrai dire, il ne savait pas d'où venait cette envie irrésistible de possession, peut-être que cette mélodie réveillait quelque chose en lui. D'ailleurs, il ne se souciait même pas d'avoir des ennuis parce qu'il se promenait dans les couloirs à l'heure du couvre-feu. Il n'aurait qu'à dire qu'il faisait un petit peu de surveillance, c'est une excuse que l'on ne peut donner que lorsque l'on est préfet.

Ses yeux bleu-verts étaient dilatés, ses idées confuses et sa respiration lente et irrégulière. Il ne pensait pas être possédé, il était tout à fait conscient de ce qu'il faisait et d'après ce qu'il a vu en cours, une possession se manifeste par des trous de mémoires et des évènements inexpliqués, alors que là il était simplement à la recherche de la source de cette musique envoûtante. L’Écossais arriva devant une porte, cette fois-ci il en était sûr : c'est de là que vient la musique. Il connaissait cette salle, il y venait par moment, c'était la salle des préfets, il se souvient qu'il y était venu il y a quelques jours pour afficher une petite annonce comme quoi préfet devraient avoir plus de droits.

La porte s'ouvrit sans un bruit, il n'y avait pas grand chose d'exceptionnelle à l'intérieur. Par précipitation, sans même allumer une bougie, Phoebe se mit à chercher partout dans la pièce, la musique était vraiment forte désormais. Il ne trouvait rien pourtant, aucune trace d'objet quelconque pouvant produire la musique. Son coeur battait vraiment très fort, il n'avait pas parcouru la moitié du château pour rien ? Derrière la musique, il entendit un bruit.

« Il y a quelqu'un ? »

La peur de se faire remarquer était présente en lui, alors qu'en temps normal il aime se faire remarquer mais là les circonstances étaient différentes, de telle sorte qu'il venait de parler en chuchotant.
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Axelle Higgs, Jeu 7 Fév 2013 - 5:01


Partager un dortoir, ce n'était pas toujours l'idéal. Encore moins quand l'une d'entres elles pleurnichait sa misérable vie d'adolescente perturbée. Dernièrement, la patience de la préfète était pratiquement inexistante et c'est sans doute pourquoi elle s'approcha, baguette en main, de l'étudiante. Cette dernière ne remarqua pas la présence de sa chère préfète à ses côtés. L'effet de surprise fût donc amplifié lorsqu'elle feula d'une voix forte :

- TA GUEULE ! On vit tous des malheurs, alors arrête de nous emmerde.

Tant pis pour les personnes qui dormaient, mais il était fort à parier qu'elles ne dormaient pas. Cela n'empêcha pas les jeunes filles de sursauter. Ne leur accordons aucune attention, Axelle se pencha vers la pauvre adolescente. Sa baguette s'était illuminé, montrant au passage ses récentes blessures.

- Je te laisse cette nuit pour brailler comme une gamine, je vais aller dans la salle commune. Fais gaffe, poursuivit la sorcière d'un air mauvais.

D'un nox à peine chuchoté, elle éteignit sa baguette magique et fit volte face près de son lit où elle attrapa quelques items, dont sa couverture, son oreille et sa cape d'invisibilité. Sait-on jamais, d'un coup qu'un tour à la cuisine de Poudlard l'aiderait à calmer ses esprits. Du coup, elle lança un accio bottes, une fois dans la salle commune. Étendue confortablement dans un sofa, Axelle sombrait peu à peu dans un sommeil récupérateur, enfin espérait-elle. Bien décidée à performer malgré les récents évènements, la sorcière s'en mettait beaucoup sur les épaules. Il y avait cette mélodie toute douce qui l'aidait à inspirer et expirer lentement. Ça venait d'où ça ?

Ouais, un instant, d'où ça vient ?

Axelle se releva sur ses coudes, un petit air à la fois interrogateur et endormi sur son visage. Reprenant ses esprits, la curiosité venait de piquer la jeune femme. Elle lança un regard vers son dortoir, incertaine. Oh, et puis non, elle n'avait pas le temps. Se chaussant de ses souliers, la sorcière attrapa sa cape d'invisibilité qu'elle posa sur ses épaules. Rabattant le capuchon sur son visage et s'emmitouflant dans le tissus doux sur la peau, Axelle quitta la salle commune.

Guidée par une force inconnue, la sorcière se dirigeait avec une certaine assurance vers le cinquième étage. Sa respiration était tout à coup plus irrégulière et elle ressentait de plus en plus le désir de trouver la source de cette mélodie. Elle courrait presque dans les corridors, évitant fantôme et même le nouveau préfet Liam Ru... Qu'est-ce qu'il fabriquait d'ailleurs, celui-là ?

Le prétexte de la ronde étant fort peu probable compte tenu de ce que portait Axelle, il valait mieux ne pas interroger Liam. Ce soir, chacun ses secrets. Le jeune garçon ne semblait pas chercher la mélodie puisqu'il se dirigeait en sens inverse de la provenance du son. En tournant vers la droite, Axelle atterrit près d'une porte. C'était une salle qu'elle connaissait bien, il s'agissait de la salle des préfets.

Toujours vêtue de sa cape, Axelle y entra et referma rapidement la porte. La musique était forte dorénavant et la sorcière était persuadée d'en trouver la source. Elle se dirigea vers le fond de la pièce et, à travers la pénombre, elle aperçu un espèce d'oeuf rond et brillant. Est-ce que c'était ça ? Le prenant dans ses mains, les plans de la jeune préfète furent rapidement contre-carrés.

La porte s'ouvrit.

Dans un souffle, Axelle s'appuya sur le mur, l'oeuf dans ses mains collés contre sa poitrine. Elle espérait qu'il parte, mais au contraire, il s'attarda. Sa voix s'éleva, demandant s'il y avait quelqu'un. Retenant sa respiration, les pupilles sans doute autant dilatées que celles de Phoebe, Axelle attendit, fébrile. Mais le doute s'installait, elle ne croyait plus avoir réellement la source de la musique dans ses mains ? En le touchant un peu plus, cela ressemblait plutôt à un vif d'or endommagé.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle des préfets

Message par : Phoebe Monroe, Sam 9 Fév 2013 - 15:10


Le silence devenait pesant, les oreilles de Phoebe était à l’affût de touts bruits pouvant indiquer que quelqu'un se rapprochait de la salle des préfets ou que quelqu'un venait d'y pénétrer. Figé dans une position digne d'un chien de chasse, le préfet finit par douter de ses sens et de lui-même, était-ce le fruit de son imagination ou non ? Quoi qu'il en soit, plus il se concentrait sur ce qu'il se passait à l'extérieur moins la musique l’obsédait. Il attendit encore quelques secondes dans une position statique, sans faire de bruit, pour voir si un autre bruit se manifestait. Dès qu'il eut la certitude que ce n'était pas le cas, il essaya de se reconcentrer sur le son de la mélodie.

Mais d'où venait-elle ? Phoebe avait fouillé pratiquement toute la salle mais en vain. Restant assis par terre, il essayait de faire le point sur ce qui se passait. Cette mélodie, il voulait la posséder mais pourquoi ? En temps normal il ne désire jamais un objet abandonné ou appartenant à quelqu'un d'autres mais il ressentait le besoin de l'avoir rien qu'à lui, d'être le seul à pouvoir entendre cette musique. Cela en devenait essentiel pour lui, il ne remontra se coucher uniquement quand il trouvera la source de cette musique. Il était maladif, son coeur battait à un rythme assez supérieur à la normal tout comme sa respiration, ses pains tremblaient, c'était une horrible situation.

N'en pouvant plus, le préfet décida de se remettre à chercher. Il fit encore une fois le tour de la salle, déplaça des meubles, fouilla des tiroirs, des armoires mais il ne trouvait toujours rien. Prit par l'énervement et sans se soucier du bruit que cela pouvait causer, Phobe envoya une chaise de l'autre côté de la salle à l'aide d'un coup de pied rageur. Il essaya de reprendre le contrôle de lui-même, les mains empoignant ses cheveux. Qu'est-ce que cela pouvait être énervant de ne pas réussir à trouver quelque chose que l'on désire à tout prix !

Il l'entendait, elle l'appelait, elle voulait tout autant que lui d'être posséder , de l'avoir pour propriétaire ... Non, ce n'est pas normal, qu'était-il en train de faire. Il venait de saccager la Salle des Préfets simplement pour retrouver la source d'une musique, était-il devenu fou ? En l'espace de même pas une demie-heure il venait de compromettre son poste de préfet qu'il chérissait tant, des années de travail ... Il devait se reprendre et retourner dormir même si cela lui déchirait les entrailles. La tête baissée, il rangea vite fait la pièce à coup de baguette magique et se dirigea vers la porte pour partir. En marchant à travers la salle, il sentit une légère étoffe lui effleurait le doigt.

« Qu'est-ce que c'est ? »

Ce n'était pas son imagination, il avait bien effleuré quelque chose. Pourtant il n'y avait rien mis à part du vide. Il repassa dans le sens inverse et cette fois-ci sa main complète avait touché quelque chose et il savait que c'était du tissu. Mais alors comment pouvait-il toucher quelque chose qui n'existe pas ou qu'il ne voit pas ? Il observait continuellement ce qui se trouvait devant lui, c'est-à-dire rien enfin en apparence. La réponse à l'énigme qui lui faisait face aurait très bien put être facile pour la plupart des sorciers mais Phoebe n'avait jamais eu à faire face à une telle situation.

Prenant sa respiration, il repassa sa main mais cette fois-ci il s'accrocha à l'étoffe. Petit à petit il eut quelques idées, il se pourrait bien qu'il devait faire face à une cape d'invisibilité bien que ce serait complètement hallucinant. Il se pourrait même que la source de la mélodie se cache derrière ! Avec un sourire d'excitation il tira sur la tissu pour voire ce qui se cachait derrière ...
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Axelle Higgs, Lun 25 Fév 2013 - 23:37


{Désolée du retard :3}

Quand le préfet était entré dans la pièce, Axelle avait retenu son souffle. Un incroyable spectacle s'était dessiné sous ses yeux pendant que le Gryffondor avait presque saccagé la pièce. Sous sa cape d'invisibilité, Axelle restait immobile, évitant au besoin les projectiles. Dans les mains de la Serpentard, se trouvait sans doute ce que le garçon était venu chercher. Bien sûr, elle pouvait se tromper, mais c'est ce que son subconscient lui dictait. C'était définitivement une drôle de soirée.

Stoppant son saccage, le préfet soupira. Toujours debout au milieu de la pièce, bien cachée sous sa cape, sa condisciple resta silencieuse, retenant doucement sa respiration. À coup de baguette magique, le jeune homme entreprit de ranger la pièce. Ensuite, il quitterait sans doute et Axelle aurait gagné ! Gagné quoi, au juste ? Ça elle ne le savait pas, mais c'était l'impression qu'elle avait.

Rapidement, le garçon s'affairait dans la pièce. Alors qu'il y a deux instant il était dans une rage folle, voilà qu'à présent il semblait presque regretter son geste. Et la musique qui continuait de jouer, comme pour narguer davantage le garçon. Baissant légèrement les yeux, Axelle baissa sa garde et ce fût exactement à ce moment-là que la cape d'insivilié effleura la doigt de Phoebe. Ce fût assez pour l'alerter :

- Qu'est-ce que c'est ?

Eh Mer**. Pendant un instant, Axelle pensa à fuir, enfin se déplacer de quelques pas, mais elle semblait tout à coup figée sur place. Son regard azuré planté de celui de Phoebe, même s'il ne la voyait pas. Néanmoins, ses lèvres s'étirèrent en un fin sourire. Ses yeux brillaient d'excitation et avant même que la sorcière puisse réagir, il tira sur le tissus, dévoilant Axelle Higgs dans tout sa splendeur. Les cheveux en bataille, elle ne portait qu'un long débardeur noir, ainsi qu'un mini-short vert en guise de pyjamas.

- Salut.

C'était sûrement ce qu'il y avait de plus approprié.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle des préfets

Message par : Phoebe Monroe, Ven 1 Mar 2013 - 14:31


Le léger tissu avait laissé place à la silhouette d'une jeune fille qui n'était pas inconnue aux yeux de Phoebe mais malheureusement ni son nom ni son prénom ne lui revenait à l'esprit, le jeune homme n'avait pas ce qu'on appelait la mémoire des prénoms. Ce qui surprit réellement l’Écossais c'est que la demoiselle était bien plus grande et bien plus âgée que d'après ses souvenirs. A chaque fois qu'elle pensait devant lui dans les couloirs il la voyait avec quelques années de moins, comme si elle avait prit quelques années en l'espace d'une seule ce qui, techniquement, est impossible. Le jeune sorcier resta quelques secondes à observer la jeune fille, apparemment elle n'avait pas réussi à s'endormir vu l'état de ses cheveux et le pseudo pyjama qu'elle portait actuellement. Elle est peut-être elle aussi à la recherche de la source de la musique qui occupait l'esprit du jeune homme. Dans ce cas-là, ça ferait d'elle une rivale potentielle pour Phoebe car il ne veut pas avoir à partager la musique avec quelqu'un d'autres, il veut la posséder tout seul.

« Salut. »

Si les circonstances étaient différentes, Phoebe n'aurait pas put s'empêcher d'exploser de rire face à la remarque tellement innocente de la jeune fille. Ce comique de situation était vraiment pesant mais il n'eut pas envie de casser le silence qui était survenu après que le jeune fille eut parlée. Il ne la regardait même pas à vrai dire, son regard était absorbé par autre chose ...

Au coeur des mains de la jeune fille trônait une sorte d'oeuf métallique doré, malgré la musique qui était de plus en plus forte, Phoebe ne put détacher son regard de cet objet et s'occuper à rechercher la source de cette musique. Peut-être parce que la musique venait de cet oeuf ... Si ces suppositions étaient vrais cela confirmait que la jeune fille était venue ici parce qu'elle a été attirée par la musique. Dans ce cas, Phoebe va devoir la jouer finement s'il souhaite récupérer l'oeuf mystérieux car si elle veut posséder la musique autant qu'il le veut elle ne va pas se laisser faire. Quelques secondes passèrent et le préfet se rendit compte qu'il ne lâchait pas du regard l'oeuf et que ses yeux étaient ronds comme ceux d'un enfant devant une devanture de magasin de bonbons. Il leva la tête et afficha un air interrogateur à la jeune fille.

« T'es qui toi déjà ?.. Et puis qu'est-ce que tu fais là ? »

Les questions que Phoebe venait de poser aurait très bien put sortir de la bouche de la jeune fille et elle pourrait très bien lui retourner ces questions mais il ne l'avait jamais vu dans cette pièce auparavant et si elle n'était pas préfète elle ne devrait pas se trouvait ici et il aurait alors l'occasion de prendre l'oeuf tout en l'emmenant dans le bureau de son directeur de maison, le petit plan était génial. Pendant qu'il venait de parler il s'était approché doucement de la jeune fille non pas pour lui faire des approches mais pour récupérer l'oeuf au cas où son plan ne marcherait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Axelle Higgs, Lun 11 Mar 2013 - 21:54


Le silence plana et le yeux de Peobe n'osèrent même pas se lever vers les regard azuré de la jeune sorcière. Était-il si intimidé ? Pas vraiment. Elle était peu habituée à ce qu'on ne le regarde pas : que ce soit pour sa beauté ou alors son insolence. Hey ! regarde-moi ! eut-elle envie de dire, mais elle s'abstenu, préférant garder le silence. Le regard de Phoebe Monroe était toujours plutôt plongé sur l'oeuf que tenait Axelle dans le creux de ses mains. Ses yeux étaient ronds et ses pupilles dilatées. Dans les mains d'Axelle se trouvait ce qu'il désirait le plus au monde.

Finalement, il releva la tête :


- T'es qui toi déjà ?.. Et puis qu'est-ce que tu fais là ?
- J'suis Axelle et je viens faire la même chose que toi, apparemment, répondit-elle sur le même ton.

Le garçon s'était doucement approché et Axelle le stoppa :

- ...Sauf que moi j'ai tout les droits d'être dans cette salle, contrairement à toi.

C'est vrai, Axelle était préfète et pas lui. Si c'était le cas, elle le saurait puisqu'elle connaissait tout ses collègues. Elle avait donc cet avantage sur Monroe qui lui permettrait de conserver l'oeuf. Elle désirait connaître ses pouvoirs.


[hrpg: désolé, c'est court, mais je crois que ça conviens tout de même]
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle des préfets

Message par : Phoebe Monroe, Jeu 21 Mar 2013 - 11:27


Les malheurs. C'est ce sentiment que l'on ressent quand on est insatisfait, que l'on a besoin d'avoir une vie meilleure, d'être meilleur. Certaines personnes peuvent se contenter de ce qu'ils possèdent, de ce qu'ils sont. Phoebe n'y arrive pas, il en veut toujours plus, il veut vivre une vie qui vaut la peine d'être vécue. Sa situation avait la capacité de lui satisfaire mais uniquement pour une mince durée. Son avidité de reconnaissance l'empêcher d'être heureux, il ne savait jusqu'où ça irait, jusqu'où il pourrait aller pour lui-même. Toutefois, il avait envie d'être heureux, il enviait ces personnes qui se satisfaisaient de leur situation. Mais comment faisaient-ils ? Phoebe n'arriverait jamais à vivre dans la médiocrité, dans une vie morne faîte d'une routine sans goût et de petits évènements sans intérêt. Il avait un manque et il cherchait à le combler.

Le petit oeuf que tenait la préfète aux cheveux d'ébène produisait une musique, mais ce n'est pas tout, cette musique avait un effet particulier sur Phoebe. Elle le mettait dans un état second, un état de béatitude complète. Si cet oeuf était la clef du bonheur pour Phoebe ? Voila pourquoi il le convoitait tant, ça faisait maintenant plus d'une heure qu'il avait tout oublié, qu'il se sentait comblé. Rien ni personne ne l'empêchera de posséder ce qu'il a toujours cherché depuis sa tendre enfance, pas même cette importune.

    « J'suis Axelle et je viens faire la même chose que toi, apparemment. »


Stoppé dans son approche, le professeur fut assez surpris d'entendre de la propre bouche de la jeune la raison de sa venue ici. Evidemment, il s'en était bien douté mais lui ne l'aurait jamais dit à voix haute. En fin de comptes, c'était une bonne chose qu'elle ait joué franc-jeu, cela débloquera la situation. Toutefois, il n'arrivait pas à échafauder un plan dans sa tête, chose qu'il fait souvent de telles situations mais la mélodie l'embrouillait l'esprit. L'annonce du nom de la jeune ne l'aidait guère en réalité, il ne savait toujours si elle avait les capacités de s'affronter à Phoebe mais une chose était c'est qu'elle avait une certaine forme de cran pour se tenir tête haute face à lui.

    « ...Sauf que moi j'ai tout les droits d'être dans cette salle, contrairement à toi. »


Cette fille ne connaissait apparemment pas la nature exact du jeune homme, en effet il était le digne préfet de Gryffondor, enfin il croît ... Sa mémoire commençait à lui faire défaut, il ne savait plus ce qu'il faisait il y a quelques heures, même ce qu'il a fait depuis des mois. Cherchant dans sa mémoire il ne trouvait rien, il se trouvait face à un blanc absolu. Il ne put s'empêcher d'émettre un fin rire clair et narquois pour souligner le fait qu'elle ignorait son titre qui lui donnait le droit de se trouver ici. Ce rire fut coupée net, Phoebe venait de placer sa baguette dans le côté d'Axelle, il n'avait plus du tout l'air de rire. Ses pupilles dilatées étaient dénuées d'humanité. Il s'humecta lentement les lèvres avant de prendre la parole.

    « Passes-moi l'oeuf immédiatemment. »


Sa baguette était tellement oppressée qu'elle projetait d'étincelantes étincelles rouges qui créaient de légères marques cramoisies sur le t-shirt d'Axelle.
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Axelle Higgs, Jeu 11 Avr 2013 - 8:14


[hrpg: Encore désolé du retard, mais j'ai essayé
de compenser avec un long rp]


Les secondes s'écoulèrent lentement, Phoebe semblait absent alors qu'auparavant c'était tout le contraire. Il ne se présentait pas et cela énervait Axelle qui désirait des réponses, quelque chose. Allez, réagit ! Ses yeux azurés le toisèrent tandis qu'il émit un rire fin, narquois, signe qu'il revenait à la réalité. Ce n'était pourtant pas approprié. Puis, sans crier gare, sa baguette se trouva pointée sur les côtes de la sorcière, l'insolence l'entraînant à enfoncer un peu plus sa baguette dans la chair de la préfète. D'un regard à demi noir à demi farouche, elle foudroya le jeune homme qui se dressait devant elle.

- Passes-moi l'oeuf immédiatement, ordonna-t-il d'une voix autoritaire.

Du bout de bois émana des étincelles roues, reflétant l'humeur du sorcier, qui brûlèrent légèrement le chandail de la Serpentard. Cette cernière encaissa la fine douleur, soutenant le regard du Gryffondor. Elle ne savait toujours pas qui il était, ni à quelle maison il appartenait. Une moue dédaigneuse sur le visage, signifiant qu'elle ne céderait pas si facilement. Elle releva le menton lançant un "hmpf !" arrogant à l'intention de son interlocuteur (si nous pouvions dire cela), puis Axelle reprit la parole :

- Ton nom et ta maison avant, allez ! protesta-t-elle d'une voix se voulant ferme.

Sa propre baguette se trouvait coincée dans sa main droite, tout comme l'oeuf dans l'autre main, abaissé au niveau de la poitrine. Ses mains étaient tellement crispée que les jointures devinrent rouges, puis blanches. La demoiselle ne se laisserait pas faire si facilement. Tout à coup, son bras gauche se mit à démanger. Était-ce dû à la présence de l'oeuf ou... ? Pourquoi, par Merlin, la sorcière tenait tant à ce bidule ? Ce bidule qui l'avait appelé de sa salle commune alors qu'elle tentait vainement de trouver un sommeil récupérateur, chose dont elle avait grandement besoin.

Et pourquoi donc le garçon qui se trouvait face à elle avait-il été le seul à se retrouver dans cette pièce ? Quels liens les unissaient et avaient-ils d'autres personnes qui entendaient cette mélodie ? Le sorcier qui se dressait devant elle semblait vouloir à tout prix cet oeuf et peu enclin à partager quoi que ce soit, Axelle était prête à le parier. Le contenu de l'oeuf devait donc être important. En fait, avoir l'oeuf dans sa main semblait presque dorénavant un besoin essentiel et l'idée de devoir le rendre la fit légèrement frémir. Que se passerait-il si Phoeboe lui arrachait ? Allait-elle... mourir ?

Les questions se bousculaient dans la tête de la jeune femme, mais il était impossible d'y répondre. Son cerveau était brumeux et commençait même à divaguer, comme en témoigne les dernières question. Garder sa concentration devenait difficile, d'autant plus que l'inconnu se fait oppressant et menaçant. D'ailleurs, Axelle le trouvait un peu vieux pour être un élève.

Axelle hésita à ajouter qu'elle était préfète, préférant jouer cette carte un peu plus tard, mais voulait tout de même menacer l'individu. Aussi, lança-t-elle en finesse :


- Fais pas chier, sinon ça risque de mal tourner. Tu t'en prends à la mauvaise personne...
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle des préfets

Message par : Phoebe Monroe, Mer 8 Mai 2013 - 12:00


{Vraiment désolé pour ce retard immense ...}


L'effrontée qui lui faisait ne semblait pas se laisser impressionner par les menaces que lui offrait Phoebe, elle se contentait de soutenir son regard en ajoutant des expressions du visage exprimant qu'elle ne va pas se laisser faire. C'était ridicule, pourquoi s'obstinait-elle à vouloir lui faire face ? Ce n'était qu'une enfant et lui... Il ignorait l'âge qu'il avait... Si on lui avait demandé il aurait répondu dix-sept mais le problème c'est qu'il n'a pas l'impression d'être âgé d'à peine dix-sept. Il se croyait plus expérimenté que la jeune fille qui lui faisait face alors qu'elle devrait avoir à peu près le même âge que lui. Pourquoi avait-il cette impression ? Pourquoi avait-il le ressentiment que sa mémoire était altérée ? Il avait beau fouiller dans ses cellules grises, à chaque fois qu'il pensait avoir mis la main sur un souvenir à l'aspect réel il se retrouvait face à une sorte de néant.

Ton nom et ta maison avant, allez !
Hum... Phoebe Monroe de Gryffondor...


Il n'appréciait pas vraiment le fait de décliner son identité à une personne inconnue, encore moins à une personne désagréable qui possédait un oeuf que le jeune homme voulait saisir. D'ailleurs, il ne comprenait même pas à quoi l'oeuf pouvait bien servir. Mais surtout pourquoi Axelle fut la seule à l'entendre alors que la mélodie qu'il jouait était assez forte pour qu'il ait pu l'entendre depuis la Salle Commune de Gryffondor. Il n'était sûr de rien mais surtout, il ressentait une désagréable impression quand il pensa à la Salle Commune, l'impression qu'il n'y avait pas vraiment été, que ce n'avait été qu'une image que son esprit avait projeté.

Derrière son prénom, Phoebe ne connaissait rien d'Axelle. Il ne comprenait pas pourquoi ils étaient dans cette pièce, ni même pourquoi il n'y a qu'eux deux. Pourquoi lui ? Pourquoi elle ? Y avait-il un quelconque lien entre eux ? Beaucoup de questions sans réponses qui méritaient pourtant d'être réfléchies convenablement. Au fur et à mesure de sa réflexion, il trouvait que la musique se faisait de plus en plus forte, comme si elle essayait d'attirer son attention pour ne pas qu'il pense à autre chose. C'était à présent un vacarme dans la Salle des préfets et il fut difficile pour lui d'entendre la réplique d'Axelle :

Fais pas chier, sinon ça risque de mal tourner. Tu t'en prends à la mauvaise personne...

Mais quelle abrutie celle-là ! Elle n'avait rien de mieux à faire ? Très franchement pourquoi se mêle-t-elle d'affaires qui ne la regarde pas, d'affaire de personnes plus importantes qu'elle, d'affaires de professeurs ... Professeur ... Il en était un ! Mais que faisait-il ?! Il pointait sa baguette en direction d'une élève ! Cette fois-ci, la mélodie n'augmenta pas en crescendo car le son augmenta d'un coup. Elle n'avait plus l'air de se trouver à l'extérieur mais à l'intérieur de sa tête. Elle lui brisait les tympans, voir même le corps entier. Il la comprenait maintenant, elle lui demandait d'arracher l'oeuf des mains de la brune de gré ou de force. Il ne pouvait pas discuter, ni même se contrôler, c'est comme si tout à coup son corps ne lui appartenait plus. Avec fureur, il mit les mains sur l'oeuf et c'est alors qu'il ressentit une sensation des plus étranges : il ne voulait plus jamais le lâcher. Pourtant, il n'était pas le seul à le posséder à présent : Axelle avait toujours les mains rivées sur lui.

Donnes-moi ça ! Tout de suite !!

Une sorte de lute s'était mise en marche. Les deux personnes étaient unies par l'oeuf mais chacun voulait le posséder pour des fins personnels. Phoebe tirait de toutes ses forces, on pouvait voir ses veines à travers sa peau. Il ne lâcherait pour rien au monde. Pourtant, il fut contraint à le faire, ses mains glissèrent de la surface de métal et il ne ressentit plus le contact avec l'oeuf. A cause de l'élan qu'il avait emmagasiné, il tomba violemment à la renverse. Il fit tomber au passage une ou deux chaises et il e cogna le derrière de la tête contre la tête centrale.

Revenant vite fait à ses esprits, il comprit que cette fois-ci c'était perdu, il n'avait plus aucune chance pour posséder un tel trésor mais bizarrement il ne ressentait plus cet étrange besoin. Il ne se souciait pas de savoir si l'oeuf était toujours entre les mains d'Axelle ou tombé sur le sol. La seule chose qui l'intéressait maintenant c'était de s'en aller de cette maudite pièce le plus rapidement possible. Se relevant et lançant un dernier regard plein de reproches à l'adresse d'Axelle, il finit par s'en aller en vitesse pour rejoindre son appartement de fonction, l'esprit toujours aussi embrouillé.

{Fin du Rp}
Revenir en haut Aller en bas
Trystan J. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Trystan J. Harper, Lun 13 Mai 2013 - 4:47


Un nouveau rôle
– PV Charli Proulx


Spoiler:
 

Préfète des Gryffondors... Voilà que ça faisait maintenant, tout juste deux jours et demi que j’avais été promu à ce nouveau poste, mais j’en étais encore à me demander si j’avais bien fait de l’accepter ou non. En fait, en y réfléchissant bien, je n’étais pas du tout le genre de fille à suivre les règlements à la lettre – bien loin de là même, alors en quel droit je me pouvais de l’imposer aux autres élèves des Rouge et Or? Après tout, si je n’arrivais pas moi-même à respecter ces règles, comment allais-je parvenir à convaincre les autres de le faire? C’était perdu d’avance à mon sens... Toutefois, je devais admettre que pour le côté social du poste, ça par contre c’était sans doute déjà dans la poche. J’avais toujours eu une certaine facilité à tisser des liens et le fait de me retrouver en plein cœur de la communauté des Gryffons, entouré par tous ces visages connus ou non, je devais admettre que ça me plaisait beaucoup. J’allais, sans trop de problèmes, pouvoir prendre en charge les nouveaux et les intégrer parmi les plus anciens. Enfin... j’espérais bien être à la hauteur.

Mais ce n’était pas tout... il y avait également l’aspect non négligeable de se retrouver parmi les «influents» de Poudlard. Pas que j’aimais être au-dessus des autres, mais ça pouvait toujours s’avérer fort utile pour ma quête de réponses et de puissance – car si je voulais un jour retrouver les meurtriers de mes parents et leur faire payer pour leurs gestes, je me devais de mettre toutes les chances de mon côté. Et disons simplement que les Préfètes avaient des privilèges que de simples élèves n’avaient pas... Privilèges que je comptais bien utiliser à mon avantage d’ailleurs. Toutefois, en recevant ce poste deux jours plus tôt, j’avais compris qu’avec le taré de directeur qu’on avait chez les Gryffondors, il ne me serait pas de tout repos de le garder. C’était alors, surtout cet aspect du contrat qui me faisait hésiter d’avoir pris la bonne décision en acceptant... En repensant à la rencontre chaotique que ce pervers d’Hugh m’avait réservée... En fait, non. Je préférais ne pas y penser du tout. C’était mieux ainsi.

Avançant d’un pas rapide dans les couloirs du château, j’étais perdu dans mes pensées – mon regard argenté fixé sur le sol de pierre à quelques mètres devant moi et ne portant aucunement attention à ce qui m’entourait. Je n’avais donc que vaguement conscience des quelques élèves qui allaient et venaient à mes côtés ainsi que du pâle éclairage qui filtrait par les fenêtres. Éclairage témoignant du temps pluvieux qu’il faisait à l’extérieur. Ça faisait d’ailleurs plus d’une semaine que de menaçants nuages sombres avaient pris d’assaut le ciel et venaient nous cracher sur la tête leur surplus d’humidité. Il ne m’était donc pas nécessaire de vous dire que j’en avais plus qu’assez de ce temps de Mer** qui venait nous obliger à rester enfermer entre quatre murs et brimer notre moral. Vivement que le soleil revienne enfin se montrer le bout du nez et vite!

Manquant soudainement de renverser un jeune élève de premières années qui venait en sens inverse, je lui marmonnai un «Oups, pardon...» quelque peu distrait, alors que je réalisais être finalement arrivé à destination. Devant moi ce dressait fièrement l’armure en fer qui gardait la porte donnant sur la salle des Préfètes – salle qui avait été d’ailleurs sujet de nombreuses histoires circulant toujours parmi les élèves de l’école... En particulier à propos de la fameuse salle de bain qu’elle renfermait. Maintes légende ou anecdotes qui avaient tôt fait de raviver la curiosité ainsi que l’imaginaire parfois sur développer des jeunes sorciers de Poudlard. Cependant, bien que l’on m’ait auparavant mentionné le mot de passe pour accéder à cette pièce privée, je n’y avais encore jamais mis les pieds et était impatient de voir enfin ce qu’elle renfermait. Était-ce aussi spectaculaire qu’on le racontait? C’est bien ce que je m’apprêtais à découvrir à l’instant, alors que je formulais le mot de passe et poussait la porte de chêne massif.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle des préfets

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 7

 Salle des préfets

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.