AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 6 sur 7
Salle des préfets
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Riri Vacuitas
Serdaigle
Serdaigle

Re: Salle des préfets

Message par : Riri Vacuitas, Ven 30 Déc 2016 - 17:31


Il avait sursauté après que mon sac soit tombé au sol. Ce n'était pas grave ça aurais pus surprendre n'importe qui. Je savais pas trop si Peter était à l'aise ou non. En fait je me disais qu'il était forcement à l'aise, c'est vrais. Pourquoi devrions nous être mal à l'aise. Nous allons juste parler de nos rôle et rien d'autre. Mon interlocuteur fini par cligner des yeux, de la main droite il désigna une chaise à coté moi. Des mots accompagnèrent ses gestes. Se souciait-il de mon bien-être ? C'était une attention très amicale que Peter faisait là. Levant un sourcils de surprise avant de m'y asseoir rapidement. Croisant les mains et posant les coudes sur mes cuisses. A partir de maintenant je devais attendre que le préfet vert me réponde. Je prit enfin la peine de regarder les tableau qui nous entouraient. Certain semblaient énervé, d'autre curieux, et d'autres souhaitaient visiblement dormir. Je n'en avais pas grand-chose à faire, j'étais là pour améliorer nos affaires, pas arranger les leurs, un soupir de ma part se fit donc entendre. Soupirant à cette dernière pensé. Je fini par réorienter mon regard dans celui de Peter. Attendant impatiemment sa réponse.

___________

HRPG : Tu m'excusera pour ce post très court. C'est parce que Riri ne fait pas grand chose
Je pensais également t'avoir déjà répondu Razz
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Sam 31 Déc 2016 - 14:19


Suite au geste de son interlocuteur, Riri eut l'air étonné. Peut-être n'avait-il pas l'habitude de travailler avec des gens qui considéraient qu'il était d'abord un être humain avant d'être au service de l'Ecole ? Toujours était-il qu'il avait fini par s'asseoir. Mais pas de n'importe quelle manière. Le préfet Vacuitas avait adopté une position étrangement à l'écoute par rapport à l'air limite martial qu'il avait arboré en entrant dans la salle des préfets. Il s'était même mis à admirer les tableaux décorant les murs, mais ne semblant pas se soucier plus que cela que leur réunion ait perturbé la sieste de plus d'un des anciens préfets accrochés au mur.

Peter se détendit, désormais il avait son bras droit sur l'ancestrale table de chêne. Un rayon de soleil vint, à travers la fenêtre, se poser sur sa bague en argent, projetant ainsi un reflet au plafond. Le préfet des serpentards s'éclaircit alors la gorge, il allait abréger le suspens vis-à-vis de son collègue :

- Alors, pour être très franc avec toi, je ne me souviens plus de toutes les punitions que j'ai données. On en donne tellement. Tu te rends comptes que j'ai du commencer dans le Poudlard Express le premier jour ?

A ces mots, Peter marqua une très courte pause, l'évènement lui revenait alors en tête et un élément les intéressait tout particulièrement :

- D'ailleurs c'était une serdaigle ! Elanha Luernios ! Elle a fait explosé une vitre en ratant un autre élève avec un sortilège offensif. Elle a reçu une corvée à effectuer.

Peter marqua une autre pause, cette fois-ci un peu plus longue pour structurer ses pensées :

- Sinon globalement ce sont avec tes premières années que j'ai un contentieux. Une fille du nom de Cassandra je crois a bouché les toilettes avec une amie, je lui ai retiré 10 points pour pratique d'une activité douteuse. Un groupe de cinq serdaigles a semblé faire un sittin' une fois contre je ne sais plus quoi, ils ont également reçu des corvées pour rassemblement de plus de trois personnes. Oh et puis un serdaigle a mis un coup à un poufsouffle, il a du assister l'infirmière pour violence.

Peter se gratta le menton tout en se concentrant pour savoir s'il avait oublié quelque chose ou quelqu'un.

- Voilà, cela me semble être tout. Et de ton coté ?
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Riri Vacuitas, Mer 4 Jan 2017 - 8:38


Un éclaircissement de gorge suite à un éclaircissement de bague. Il débita dans un premier temps sa première punition donnée. Dans le Poudlard express. Un sourcils se leva, j'étais étonné, je pensais que ce train n'était pas dans notre terrain de jeu. Je devais être bigleux pour avoir mal lus le règlement à ce point. Une serdaigle du nom d'Elanha, connais pas. A si, je l'ai croisé rapidement dans des cours mais rien de plus. A ce jour je ne l'ai plus recroisé. Pas grave. Il m'explique alors pourquoi et ce qu'il à fait. Il à eu raison je trouve, et acquiesce d'un hochement de tête. Toujours dans la même position je l'écoute tout en me demandant si sa liste est courte. Il continue sa route en m'expliquant que « mes » premières années font n'importe quoi, qu'ils défient les lois, ne marchent pas droit, mais je ne peut rétablir l'ordre en un claquement de doigt. Il me sort des nom mais je ne les connais pas, ni de loin ni de près. Tout façon qui es-ce que je connais dans ce château immensément vide mais remplis d'intrépide ? Je l'écoute toujours. Mon regard blasé, mais mes lèvres réagissent à ce qu'il dit. Je suis surpris je n'étais pas au courant de tout ça.

* Un coup à un poufsouffle ? Dommage, si le jaune avait répondu, cela aurait cassé un préjugé mais pour le moment … ça ne fait que le renforcer. D'un autre coté ce n'est pas très étonnant quand on sait qu'on les as tous éliminé dès le premier tour de la coupe. *

« Voilà, cela me semble être tout. Et de ton coté ? »

Suite à cette phrase je plante mon regard dans un tableau au hasard. Prenant une longue inspiration tout en reculant dans le siège jusqu’à y être complètement adossé. Je pose alors une main encadrant ma mâchoire. Je réfléchie rapidement aux nom, les faits. Je n'ai pas autant d'acte de préfet que lui. Mais une fois j'ai du agir de manière plus violente. Cela peut paraître extrême. Le regard toujours perdu je commençais ma phrase.

« Aileen O'leary … Oui c'est ça. En sois elle n'avait rien fait, je suis presque sur qu'elle était innocente. Mais tant pis, elle à joué et elle a perdue. » Plantant alors mon regard dans celui du Préfert (best jeux le de mot ?), sans changer de position et prenant une voix nettement plus sérieuse. « Visiblement une gryffondor du nom de Nya O'Neal avait rendu saoul un serpentard de première année. Mordann, ce jeune à tout cassé dans la salle des armures à l'aide d'un sort. Il ne se contrôlait plus c'était évident. Cependant, Aileen à vus ou à comprise ce qui s'était passé. D'après ses dires elle à essayée d'arranger les choses. Cependant quand je suis arrivé je ne pouvais pas le prouvé. Ce qui m'a fait pensé qu'elle était innocente c'est le fait qu'elle prenne plus la défense de la rouge, plutôt que la sienne. Comme-ci que les preuves allaient forcement l'innocenter, mais pas son amie. N'aiment pas prendre de décision sur des sanctions lorsqu'il ne s’agit pas de ma maison. J'ai préféré aller chercher un avis neutre, Hugh Dey le concierge. C'est donc lui qui à punit Nya et Aileen. Il n'a pas essayé de comprendre qui était innocent puisqu'elle ont ensuite essayé de me faire porter le chapeau. Il à bien compris que c'était faux mais n'a pas essayé de comprendre qui était innocent. En même temps, quand quelqu'un cherche à défendre un coupable, cela peut-être prit pour de la complicité non ? »

Prenant une petite pose, relevant les yeux pour réfléchir avant de dire un peux moins fort.

« Il nous a ouvert la porte en caleçon quand même … Ce n'est pas une tenue quand même ... »

Puis les rebaissant et allongeant moi aussi le bras sur la table. Je pris un regard plus détaché et une voix bien plus neutre pour parler du deuxième cas bien plus grave. J'avais déjà pas mal parlé, mais ce n'était pas fini.

« La deuxième est Ellana Lyan. Je l'ai surprise entrain de tabasser une gryffondor au sol qui n'avait aucun moyen de se défendre … Elle à été vraiment violente, la victime à eu plusieurs os de cassé. Afin de la mettre hors d'état de nuire sur le champ et qu'elle cesse son acte. Je lui ai lancé un sort qui l'a faite vomir. C'était uniquement dans ce but. J'ai par la suite rapproché cet acte à une hypothétique punition. Ce qui fait que je ne lui en ait pas donné. Considérant qu'elle l'avait déjà eu. Mais entre temps, Aileen était également arrivée … Elle m'a attaqué sans chercher à comprendre ce qu'il se passait. Tenter de soigner la rouge et soignant la verte. En sois ça n'a rien de mal. Seulement elle n'a pas du tout cherché à comprendre à ce qu'il se passait. Puisqu'elle à ensuite invité les deux personne à s'opposer à moi. Ce qui est une aberration complète. Un protego et j'avais évité, mais quand même … Je trouve ça stupide. J’avais pris le temps de regarder un petit peu, d'être sur de ne pas me tromper entre la victime et l’agresseur. Mais elle … Non. Je ne l'ai pas punis pour ça, estimant qu'elle a agit en pensant bien agir.
Ensuite je me suis assuré que la gryffonne n'était pas morte, puis je l'ai amené à l'infirmerie pour qu'elle soit soignée.
A la base, je voulais juste rendre le livre d'histoire à Asclépius ... 

C'est tout.
»

Fixant mon regard sur un autre tableau quelque part. Je pense que nous avions fait le tour. Mais nous n'en resterons pas là ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Mer 4 Jan 2017 - 14:10


Après la question de Peter, Riri s'enfonça confortablement dans son siège avant de commencer son exposé des raisons qu'il avait eues de vouloir le retrouver ici. Le voyant agir de la sorte, Peter ne put s'empêcher de penser que le préfet de serdaigle était quand même bien mieux assis pour discuter. Les yeux dans le vague, pour changer, le préfet des bleu et bronze commença le récit de ses altercations avec des serpentards.

Et ça commençait bien ! Peter qui avait arboré jusque là un style détendu de façon à ce que leur rendez-vous se passe bien ne pu s'empêcher de se crisper légèrement dès les deux premiers mots "Aileen O'Leary". Peter appréciait cette serpentard, bien qu'ils ne se connaissent pas plus que cela. C'était d'ailleurs elle qui lui avait révélé certains agissements du préfet membre de l'élite de Sergeï, un jour qu'ils étaient dans la salle commune. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien avoir fait ? Ou peut-être était-ce cet incident là qu'il allait relater ?

- ... Mais tant pis, elle à joué et elle a perdue.

Peter leva instinctivement un sourcil dans un air d'interrogation et de défi. Riri devait se montrer sérieux, on ne punissait pas les gens parce qu'ils essayaient de flirter avec la limite des fonctions de préfet ... Mais le préfet des aigles planta son regard dans celui de Peter et continua son récit. Apparemment, c'était le concierge, Hugh Dey, qui avait puni la rousse, alors qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ? Mais le préfet termina sur une note qui ne plut pas tant que ça à son collègue serpentard :

- En même temps, quand quelqu'un cherche à défendre un coupable, cela peut-être prit pour de la complicité non ?

Là il semblait évident qu'il y avait un désaccord entre Peter et Riri sur le principe même de culpabilité et de complicité. Mais Peter ne releva pas, cela reviendrait peut-être dans la conversation plus tard. Et puis son collègue reprenait déjà la parole pour lui narrer un second récit, non sans se plaindre au préalable que Hugh Dey ait réglé l'affaire en caleçon ! Cela n'étonna en aucune manière le jeune élève de serpentard pour qui le concierge devait tout simplement avoir perdu la boule depuis belle lurette. Il s'était même surpris à se demander une fois si son poste n'était pas du au seul fait qu'il avait des informations compromettantes sur Sergeï Kholov ...

Mais ces histoires de caleçon furent bien vite éclipsées par la seconde histoire dont la protagoniste n'était autre qu'Ellana, avec qui le préfet revenait d'une balade romantique à Pré-au-Lard le week-end précédent ... Son impartialité de préfet en prenait un coup, quoiqu'il en soit il ne comptait pas révéler à son collègue la nature de sa relation avec la blonde (d'autant qu'il ne savait pas exactement où ils en étaient). Alors c'était ça le dessous de l'histoire qu'il avait entendu dans la salle commune ? Son amie aurait battu quelqu'un ? Enfin, étant donné ce que Peter savait sur ses parents, il était possible que cela ait déteint sur elle ... Il ne semblait pas vouloir y croire mais, intérieurement, se résignait à la terrible vérité ...

- C'est tout.

Peter émergea de ses pensées et regarda autour de lui comme si une assemblée attendait qu'il prenne la parole pour annoncer une décision. Il fallait dire que deux ou trois portraits d'anciens préfets s'étaient animés et semblaient désormais captivés par leurs histoires. Peter prit une profonde inspiration et reporta son attention sur son collègue. Il ne savait pas trop quoi faire, ce qu'il venait d'apprendre sur Ellana le bouleversait, ils avaient d'ailleurs un rendez vous le lendemain ...

- Eh bien ... comment dire ... Riri, saches que j'avais déjà eu vent de la seconde histoire. Mais pas en ces termes. Cela me semble plus clair. Et en tant que préfet, j'accorde plus de crédit à ta version, quoi qu'il arrive mais ... Mais enfin, quel sortilège tu as utilisé pour faire vomir cette fille ? Et dans quel état était cette gryffondor au juste ?
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Riri Vacuitas, Jeu 5 Jan 2017 - 9:35


Je regardais toujours Peter. On ne se connaissais presque pas, nous nous étions croisé rapidement. Étonnant que nous soyons dans une tel situation. Nos rôle de préfet oui, mais drôle de façon de faire je trouve. Nous faisons ça en privé, nous aurions pus inviter les autres. Bref. Il repris la parole, cherchant un peu ses mots, peut-être qu'il ne s'attendait pas à quelque chose d'aussi gros ? En m'expliquant qu'il avait déjà eu vent de mes antécédent. Je trouvais que cela avait un peu le goût de piège, probablement Aileen qui depuis notre première rencontre veut me faire porter le chapeau. Pas très malin … Elle aurait du être rouge comme son amie. Je me fais probablement des films. C'est possiblement Ellana qui cherche à se venger. Dans les deux cas, ça ne m’intéresse pas, et ce n'est pas ça qui changera ma vie. Difficile d'être la lois quand sois même nous n'aimons pas obéir au doigts et à l’œil. Être dans le cercueil des choses que nous souhaitons enterrer … Il continue et explique qu'il m'accorde plus de crédit puisque je suis préfet, je trouve ça un peut facile mais soit. Il pourrait très bien défendre ses serpents de manière aveugles, mais il ne le fait visiblement pas. Je ne trouve pas cela décevant mais plutôt encourageant, mature. Il est donc capable de prendre du recule, il n'est pas crédule. Il est rare que j'apprécie des gens, surtout en les connaissant peu. Je suis content de bien l'aimer pour quelque chose. Puis il pose des questions, comme pour chercher la raison qui justifie ma cause. S'il veut, ça ne change rien. Je prend une grande inspiration avant de m'exprimer.

« C'était un Gastronauseus. Hé bien, elle était au sol, toussais du sang et avait des cote et la mâchoire cassé. L'infirmière l'a réparée ensuite.
Le sort choisit n'est pas forcement le plus juste ou le plus adapté. Mais je devais la garder consciente tout en évitant qu'elle utilise sa baguette contre la rouge ou moi … La neutraliser … Agir vite et proprement est quelque chose de compliqué … Bref.
 »

Puis mon regard partis ailleurs, volait puis.

« Tu ne trouve pas qu'être prefet, c'est un peu s'oublier sois même ? Je veux dire, je n'ai jamais apprécié les codes, les lois, les règles qui touchaient autre choses que le bien de chacun. Et je me retrouve maintenant à devoir les faire appliquer, et toi aussi. Surtout que la description de serdaigle fait comprendre qu'ils sont tous des marginaux, le directeur le premier ! »

Sur ces mots je repensais à cette soirée dans la salle commune durant laquelle le directeur tapait au clair de lune. Réveillant tout les enfants présent, réveillant les souvenir flou d'Anna, et fumant une cigarette. L'ambiance y était bonne même si je ne m'y étais pas mêlé. Juste une fille s'était interposé et ma sœur aussi … Mais c'était le dernier de mes soucis et en sois. J'aimais cette liberté de vie, cette liberté d'esprit. Les seules règles présente étaient le respect d’autrui. Les autres étaient absente.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Jeu 5 Jan 2017 - 13:53


*Au fond de toi tu savais bien qu'elle était pas nette cette fille ...*

Riri, lui avait directement répondu aux interrogations de son collègue serpentard, lequel n'était pas très attentif, perdu totalement dans ses pensées à l'idée de son rendez-vous du lendemain. Et puis il connaissait le style de son collègue, le vice-champion de duel de Grande-Bretagne avait la baguette légère. Autour d'eux, les portraits avaient commencé à se désintéresser de ce qui occupait les deux préfets ce jour-là.

- … Bref.

Encore une fois, le changement d'intonation de son collègue tira Peter hors de ses pensées. Peter prit un instant pour replacer son regard sur Riri. Apparemment, celui-ci n'en avait pas énormément de remords par rapport à toutes ces histoires. Il laissait plutôt son regard vagabonder le long des murs. Il se laissa même aller à des considérations plus philosophiques :

- Tu ne trouve pas qu'être préfet, c'est un peu s'oublier sois même ? Je veux dire, je n'ai jamais apprécié les codes, les lois, les règles qui touchaient autre choses que le bien de chacun. Et je me retrouve maintenant à devoir les faire appliquer, et toi aussi. Surtout que la description de serdaigle fait comprendre qu'ils sont tous des marginaux, le directeur le premier !

Bon, il était clair que Riri avait fait une croix sur le sujet qui les avait occupé jusque là. Peter prit une moue résignée. Il laissa tomber toute considération nouvelle sur Aileen et Ellana. Il poussa un soupir, c'était vrai que ce n'était pas tous les jours de tout repos. Après ça, Peter profitait clairement des largesses qu'offraient la fonction. Et puis, pour Peter, cette fonction avait représenté dès le premier jour un travail sacré.

- Les serpentards ne sont pas plus soumis à l'autorité, tu sais ... Après je pense que les règles, c'est essentiel, c'est qui met tout le monde au même niveau. Et si on était pas là, personne ne ferait respecter les règles, c'est comme si elles n'existaient pas. Alors heureusement que quand on est préfets nos personnalités s'effacent sinon soit on n'appliquerait pas les règles de façon uniforme, soit on serait au-dessus des autres ...

*Et ça, ça veut dire que tu vas devoir parler à Ellana ...*
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Riri Vacuitas, Lun 9 Jan 2017 - 16:32


Un soupir pour en finir avec ce sujet. Nouvelles paroles peu frivole. J'avais parlé de la fonction du préfet, Peter avait répondu que ce n'était pas parfait pour eux non plus, cependant nous étions le reflet de la lois, pas pour autant que l'on avait du respect. Cela commençait à tourner court, nous avions probablement fait le tour. Je l'avais écouté, pas simplement entendu mais bien écouté. Alors je prit une voix sérieuse et un air désintéressé.

« Les règles de vie commune sont indispensable à la vie commune justement. Mais les autres, sont-elles réellement utiles ? Peut-être que s'effacer c'est ne plus être sois. Agir pour quelqu'un d'autre sans prendre notre vision en compte … être seulement un outil de reconnaissance ... Instaurer l'ordre ne veut pas dire s'y soumettre. Les Serdaigles ne sont pas soumit à l'autorité, ils la remettent en cause. Je dois bien avouer que moi aussi. Je n'aime pas lancer des sorts gratuitement, mais des fois on à pas le choix. Dans ce cas c'était pour le bien de quelqu'un. Mais punir quelqu'un parce qu'il à mal serré sa cravate ou parce qu'ils sont un groupe de 4 amis. Je n'en vois pas l’intérêt.
Peut-être est-il plus important de plus se prendre en compte pour écouter le besoin commun et aller dans son sens plutôt que d'instaurer les règles d'un. Cela amène à réfléchir a bien plus grosse échelle …
 »

Puis sur ces mots, je prit mon envole ! En fait je me levais simplement de mon siège. J'avais envie de réviser quelques sortilèges. Ma cape reprenant sa forme droite, les manches tombante, la couleur bleu éclairé par le soleil. Je ramassa mon sac au sol, le passant autour de mon cou en bandoulière. Je regardais Peter. Peut-être qu'il avait encore quelque chose à me dire avant de partir ?

« C'est tout pour moi, et toi ? »

D'une voix froide et de mon regard neutre. Retour à la réalité, retour à la vie ennuyé. Ces derniers temps je parlais plus qu'avant. En général, je me limitais à quelques mots pour répondrez aux gens en cours ou au détour d'un couloirs. Mais depuis peu, avec certaines personnes je parlais longtemps. Étais-ce un signe de sentiment ? Ou d'attachement ? Probablement pas d'ouverture puisque je ne parlais pas de moi dans ces cas. Il fallait que je repense à tout ça, que je me recentre un peux sur moi même. Que je me concerte avec moi même, régler quelques problèmes. Mais aussi régler ces problèmes ...

* ... Bientôt mon anniversaire en plus. *
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Mar 10 Jan 2017 - 13:30


Peter écouta patiemment Riri lui exposer son point de vue de la fonction de préfet. Ils ne seraient probablement pas d'accord là-dessus. Hors de question pour Peter d'impliquer ses sentiments personnels et ses méthodes dans l'exercice de ses fonctions de préfet. Autour d'eux, les anciens préfets, dans leurs cadres s'étaient totalement détournés de leur conversation. Le croustillant était parti, il ne restait que des considérations philosophiques sur l'action des préfets et ils avaient déjà très probablement du avoir ces réflexions eux-mêmes en leurs temps. Le préfet de serpentard, qui était sympathique à Peter, n'eut pas droit à une nouvelle réponse de sa part.

Devant l'absence de réaction de Peter, Riri se leva et ramassa son sac. Il était sur le départ. Leur discussion n'avait pas été très longue. En soi cela n'était pas nécessaire.

- C'est tout pour moi, et toi ?

Peter, toujours légèrement pensif, hocha légèrement la tête en signe d'approbation et se leva à son tour.

- Oui, je pense que nous en avons fini. C'est avec certains membres de ma maison que j'ai à discuter à présent ...

Il tendit alors sa main à son collègue afin qu'ils se saluent comme il se devait. Et il ajouta d'une voix posée :

- Et si un jour tu as besoin de quelque chose, tu sais où me trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle des préfets

Message par : Riri Vacuitas, Jeu 12 Jan 2017 - 2:21


Il se leva également. Également d'accord avec mes derniers mots, nous avions fait le tours des maux et avons même parlez d'idéaux. Il était physiquement à mon niveau et me tendis alors une main amicale bien que je ne comprenne pas l'importance de ce geste. Mais c'est un garçon modeste et je dois bien avouer est souvent à l'ouest avec toute les mesures sociale qui nous rendent la vie dure. Une deuxième phrase, évoquant le remèdes aux problèmes. Il semblait être quelqu'un de confiance, comme ceux en qui la société ne met pas de méfiance et qu'elle jette avec indifférence. Peut-être quelqu'un de principe et d'honneur, même dans les plus sombres heures ? Je ne pouvais pas lui accorder ma confiance pour autant, la vie m'avait apprise qu'en agissant avec confiance ou finissait pas être trahis en toute bienveillance. Je lui sera alors la main. Yeux dans les yeux avant un court adieu. Puis je la relâche en prenant en considération ses mots. Un sourire en coin et puis je m'en vais loin. Pas de mots en plus, rien de plus. Sortir de la salle pensée pas échappée. Je me dis que j'aurais peut-être du lui dire que c'était également vrais, qu'il pourrait m'appeler s'il en avait besoin également. Cependant je m'étais déjà un peu ouvert, et l'idée de l'être encore plus ne m’enchantait pas énormément. Et ces mots chantaient dans ma tête, j'aurais peut-être du lui proposer mon aide, lui dire qu'en cas de besoin je pouvais venir pour faire fuir ceux qui veulent assouvir une envie mener par leur propre plaisir de voir les autres souffrir. L'aider à affronter divers problème sans pour autant dire que je l'aime sincèrement. Je l'apprécie il n'est pas aussi mauvais que les autres humains vivant pour leur propre bien malsain. J'aurais peut-être du lui dire que c'était également réciproque, qu'il pouvait également venir. Peut-être que

* J'aurais du *

Départ de Riri
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Salle des préfets

Message par : Azénor Philaester, Jeu 30 Mar 2017 - 23:52


pv ft. Peter // suite de ce rp


Between us ~



Il était distrait, la dernière fois que l'on s'est vu. Pas plus tard qu'hier, dans les couloirs du château. On s'est donné rendez-vous, ici même dans la Salle des Préfets. Je l'attends de pieds fermes. Un coup d’œil à ma montre. Dans cinq minutes il sera en retard. Malgré son caractère disons étourdis, je doute qu'il ne prenne pas l'affaire au sérieux. Alors j'ose espérer qu'il respectera l'horaire fixée. Il a intérêt.
J'entre dans la Salle, et personne. Heureusement. Car ce que nous allons bientôt commencer ne doit pas être vu. N'y voyez pas quelque chose de pervers ou de déplacé, surtout pas. Je me suis portée volontaire pour aider le préfet des verts et argents. Le pousser dans sa démarche et lui apprendre l'Art de l'Occlumancie par la Légilimancie. Seulement voilà, personne n'est censé être au courant de mon titre de legilimens. Alors un accord devra être fixé entre nous.

Je ne sais pas s'il sait vraiment ce qui l'attend. Dans quelques minutes je m'introduirai dans son esprit, et j'aurai à ma portée absolument toutes les moindres facettes de ce qu'il pense, ressent, de ce qu'il a vécu, de ses peurs, de ses déceptions. Tout. Le jeune Peter n'aura aucun secret pour moi. Et j'espère qu'il en a conscience et qu'il est prêt à s'y risquer. Car je ne préfère pas perdre mon temps.

Je m'installe dans un fauteuil lambda, et j'attends patiemment que McKinnon fasse son apparition. Un silence pèse dans la Salle. Je me rends vite compte que je n'étais jamais venue ici. Certainement pas élève, puisque jamais promue préfète. pas étonnant me diriez-vous. Qui voudrait d'une petite fille à moitié cancre mais non pas sympathique, pour surveiller ses congénères. Mais quel étrange paradoxe. Car petite fille a pas tant grandit que ça. Malgré mes apparences de femme forte et respectable, j'ai gardé mon âme, mes souvenirs d'enfant. Je les chérie et c'est ce qui me permets de tenir. Un sourire aimable scotché au lèvres, me rappelant mes crampes causées par des rires à longueur de journée. Je savais faire ça, rire. Parce que je pensais que ça faisait oublier.

Et puis une idée me taraude, pendant que plongée dans mes souvenirs, je ne vois plus le temps passer. Et je me dis qu'il va être en mesure lui aussi, de m'atteindre. Un Protego est vite lancé, vite arrivé; quand on sait ce qui nous attend. Mais ce n'est pas le but. Je ne suis pas là pour qu'il découvre mes envies les plus funestes mais pour découvrir les siennes. Alors Peter devra être fort. Concentré. Il devra savoir comment faire. Pour ma cacher la vérité. Me mentir, alors qu'on ne me ment pas, à moi.

Je croise mes doigts, rouvre mes yeux sur la vie.
Un coup d’œil à ma montre.
Il ne devrait pas tarder.



j'te donne mon LA pour bouger, te dire Bonsoir, ce que tu veux dans la limite du raisonnable !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Dim 2 Avr 2017 - 18:54


En acceptant le rendez-vous de dix-huit heure, il y avait une chose à laquelle Peter n'avait pas pensé, c'était qu'il risquait d'avoir faim. Mais on ne disait pas non à une dame, a fortiori lorsqu'elle était belle, et a fortiori quand elle représentait une autorité. Peter avait donc snobé royalement son repas du soir pour se diriger vers la Salle des Préfets, lieu de ce rendez-vous mystérieux avec la directrice des gryffondors. Il était question de légilimencie (puisque c'était comme cela que ça disait), et rien que ça ça fichait la frousse ! Mais, on ne disait pas non à une dame. Et puis, à coté de cela, quelle expérience ! Peter, qui avait eut cours jusque dix-sept heure n'était pas repassé par sa Salle Commune, qui n'était pas du tout à proximité du lieu de rendez-vous. Rien que l'idée de crapahuter dans tout le Château le fatiguait et il allait avoir besoin de toute son énergie ...

Lorsqu'il arriva à hauteur de la lourde porte en chêne, il prononça le mot de passe, connu seulement des préfets et s'engouffra par l'ouverture qui lui était alors faite. Plus ou moins en face de lui, se tenait son rendez-vous, assise sur une chaise quelconque. Elle était déjà là. C'était un rien désarçonnant ... Lorsqu'une personne se trouve déjà dans une pièce et que vous y entrez à votre tour vous ne pouvez que ressentir l'impression que la pièce lui appartient, qu'elle est dominée. Et ici, si on ajoutait le fait que la sorcière était un membre du corps éducatif de l'Ecole ... Peter pila donc sur les freins lorsqu'il la vit et, assez maladroitement, la salua d'un hochement de tête respectueux.

- Bonsoir, Madame Philaester.

Elle le salua elle aussi, mais elle semblait, en revanche, bien plus à l'aise que le jeune sorcier. Peter s'approcha alors de la table et déposa son sac au pied d'une chaise mais n'osa pas s'asseoir. A la place, il positionna ses longs doigts fins sur le dossier d'un siège et fixa la sorcière, attendant qu'elle lui explique la marche à suivre.

- Euh ... Eh bien me voilà ! Par quoi est-ce qu'on commence ?

Le préfet tenta un sourire engageant du plus mauvais effet, afin de clôturer son introduction.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Salle des préfets

Message par : Azénor Philaester, Ven 7 Avr 2017 - 22:05



Ça se hâte de l'autre côté de la porte, Peter arrive donc. Il entre comme convenu dans la pièce où je me trouve déjà, il me salut, peut-être maladroitement. Il n'adopte pas une attitude vraiment rassurée, je pense qu'il a un peu peur à l'idée de se dévoiler de A à Z à un adulte qu'il ne connait finalement pas réellement. Mais quand on y pense, bah c'est normal, et tout le monde de censé réagirait je pense de la même manière. Un sourire encore une fois maladroit, et il inaugure la conversation:
- Euh ... Eh bien me voilà ! Par quoi est-ce qu'on commence ?

Je me lève doucement, je prends un genre d'air dramatique pour faire de la situation quelques chose d'entre le grave et le sérieux. Mais il n'en est rien, finalement, je vais juste m’aventurer dans ses pensées, partir à la chasse de ses pires souvenirs et des ses plus beaux jours, tandis qu'il tentera de m'en empêcher. Au début il n'y arrivera pas, c'est sur. Vu la facilité avec laquelle j'ai pu lire dans ses pensées fraîches en un regard. Mais le McKinnon n'est pas une cause perdue, loin de là. Je crois en lui, vraiment. Mais ce sera dur. Personne n'a dit que c'était facile. Mais ça forge une jeunesse, ça crée de l’expérience.
Je m'avance alors vers lui, les bras croisés. Je prends un ton grave, mais je lui offre quand même un semblant de sourire, quand même, faut pas en faire trop.
- C'est simple. Vous savez pourquoi nous sommes là. Je vais m'introduire dans votre tête, et m'y balader à ma guise. Votre mission est de m'y empêcher. Bien entendu vous n'y arriverez pas dès le début. Mais Peter il faut que vous persévériez. C'est le but. La formation sera longue, fatigante. Très fatigante. Concentrez-vous. Fermez votre esprit. Dupez-moi. Inventez autre chose, c'est primordial.

Je le laisse accuser réception. Je me permets de retirer la chaise sous ses doigts. Nous voilà en posture optimale. L'un devant l'autre. Nos baguettes en mains. Avant de lancer mon sort, je le regarde une dernière fois.
- Vous êtes prêt?

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Sam 8 Avr 2017 - 23:52


LA d'Azénor pour l'informulation du sortilège


Apparemment, la tension présente chez Peter était palpable. Même les personnages des tableaux et différentes photographies présents sur les murs devaient la ressentir. La Directrice elle-même dût s'en rendre compte, car elle essaya une nouvelle fois de mettre Peter à son aise. Tâche compliquée car, du même coup, elle tentait de mesurer ses propos et de bien lui faire comprendre qu'il ne s'agissait nullement là d'un exercice facile. Et entre gravité et sympathie, elle semblait installer une drôle d'ambiance. Peter décida de finir par s'asseoir alors qu'elle récitait une nouvelle fois les règles et le déroulement du jeu :

- C'est simple. Vous savez pourquoi nous sommes là. Je vais m'introduire dans votre tête, et m'y balader à ma guise. Votre mission est de m'y empêcher. Bien entendu vous n'y arriverez pas dès le début. Mais Peter il faut que vous persévériez. C'est le but. La formation sera longue, fatigante. Très fatigante. Concentrez-vous. Fermez votre esprit. Dupez-moi. Inventez autre chose, c'est primordial.

Peter prit une profonde inspiration. Qu'allait-il trouver cette fois-ci pour essayer de fermer son esprit ? Et encore, cela allait-il marcher ? Il sortit sa baguette de la poche de sa robe de cours et la posa sur l'ancestrale table en bois. La Directrice reprit alors la parole pour annoncer le départ de l'exercice.

- Vous êtes prêt ?

Peter hocha la tête silencieusement en signe d'approbation. Il venait de trouver sa parade. Cette fois-ci pour l'empêcher d'entrer dans sa tête, il allait se réciter intérieurement ses tables de multiplication. Azénor Philaester informula alors contre lui un sortilège de légilimens. Face à elle, le préfet des vert et argent ferma les yeux.

*Deux fois deux, quatre. Trois fois deux, six. Quatre fois deux, huit ...*

Cette mesure de protection toute récente allait durer le temps qu'elle allait durer ...
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Salle des préfets

Message par : Azénor Philaester, Lun 10 Avr 2017 - 6:11



Fébrilité, peut-être. Une parade ou protection en tout genre. Un signe de tête, le voilà prêt, moi aussi. Je pointe alors ma baguette sur lui pour informuler un #Legilimens. C'est trop mignon, des tables de multiplications. Mais je vais au dessus, je les transperce même, d'une facilité plus ardue que l'ordinaire, mais tout de même.
Je me balade dans son esprits, j'aperçois des flashs, des bribes de souvenirs et des images de sa vie. Je le vois devenir préfet, je le vois regarder les filles, je le vois même me regarder moi, au détour d'un couloir, tournant sa tête pour ne pas en perdre une goutte. Amusant. Mais je continue, plus loin, dans la recherche d'un souvenir qui pourrait m'intéresser. Je le vois lui, plus petit, dans une école moldue, se faire harceler par des camarades tout aussi dépourvu de magie qu'un canard en plastique.
Je sais que Peter revit ses moments avec moi, et je ne veux pas lui faire ressentir de la peine, ou de la tristesse. Je souhaite simplement lui montrer que si moi j'ai accès à ses informations, le monde entier -tout est relatif- aussi. Je m'en vais plus loin encore dans en son âme de jeune préfet.

Une chevelure rousse, des belles robes, un faciès que je reconnais immédiatement. Peter dans avec Merry, la jeune jumelle de mon préfet. Je reconnais cette soirée. Le Bal des Fantômes. J'y ai moi-même été conviée. J'avais aperçu Peter accompagnée de Harper sans vraiment m'en soucier, mais voilà que je revis son souvenir, à sa manière à lui. Se rapprochant de la belle, ils se lient en un baiser pour continuer la soirée en beauté.
Mais je m'engouffre pas plus, laissant à Peter l'occasion de respirer, de souffler un peu.

- Vous et Merry? Tien donc, je n'étais pas au courant!

Je sourie légèrement. Je n'en sais pas plus dans la situation. Même s'ils avaient l'air d'être fou l'un de l'autre pendant la soirée, à ce que Peter m'a inconsciemment montré, je ne les vois pas traîner ensemble dans les couloirs. Peut-être préfèrent-ils être discrets. Ou n'être rien du tout.
Tout cela étant, Peter n'a pas réussit à me troubler, mais on le savait déjà. Il aurait été incroyable qu'il arrive l'air de rien à berner un legilimens pour la première fois. Alors l''entraînement sera long, nous y passerons des heures. Et ce sera fatiguant, aussi bien pour lui que pour moi. Mais le danger au dehors ne pardonne pas.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle des préfets

Message par : Peter McKinnon, Mar 11 Avr 2017 - 22:38


Comme il s'y était attendu, la méthode de protection psychique du préfet ne tint pas la longueur. La Directrice de Gryffondor parvint sans peine à pénétrer son esprit. En soi, comment en aurait-il été autrement ? Il n'était qu'un petit sorcier de dix-sept ans et n'avait pas encore affronté de personnes possédant des capacités magiques hors du commun, si ce n'était ces deux mangemorts peut-être ... Peter observa encore quelques secondes la sorcière qui braquait sa baguette sur lui, avant d'être emporté avec elle dans les tréfonds de sa mémoire.

Au début de la "visite" de la tête du préfet, tout allait très vite. Enormément de visages et d'évènements apparaissaient de façon trop succincte que pour que l'on ne puisse les identifier clairement. La sorcière devait être en train de chercher ce qu'elle souhaitait voir. C'était comme si elle avait la télécommande d'un télévision moldue du XXIe siècle, comme Peter en avait déjà vu dans les musées. Et puis, peu à peu, le moniteur se stabilisa. Peter revit une enveloppe qu'il connaissait bien, son insigne de préfet en tomba. Et puis, bien que l'image s'était posée, une multitude de visages et de corps féminins défilèrent devant ses yeux, y compris celui de la légilimens qui était en train de lui remuer la mémoire ... Moment délicat entre tous, heureusement pour le préfet, un flash et c'en était fini des courbes avantageuses de la Directrice. Et puis la gêne fit place à des souvenirs bien plus désagréables ... Le préfet se surprit à espérer que l'expérience s'arrête vite malgré sa volonté de bien paraitre devant la sorcière rouge et or. En parlant de la maison au lion, l'image changeait après ce qui avait semblé une éternité, et Peter se retrouvait dès à présent avec sa belle, à cette soirée qui aurait pu durer toute une vie !

- Vous et Merry ? Tien donc, je n'étais pas au courant !

Peter avait repris ses esprits sur sa chaise. Il se sentait légèrement essoufflé et sentait perler un rien de sueur sur son front. Etait-ce sous l'effet de la légère lutte qui avait eu lieu à l'intérieur de sa tête, de certains souvenir déplaisant, ou encore d'autres plus gênants ? Peter se massa la nuque en essayant d'arborer un air plus détendu.

- Oh ? Vous connaissez Merry ?

*Question idiote, crétin ...*

- Et bien oui, on se fréquente. Enfin, je veux dire, c'est ma copine.

Prenant un air légèrement plus anxieux, il regarda la dame dans les yeux. Elle était vachement douée ! Et d'un coup, tout un tas de souvenirs qu'il aurait préféré garder à l'abri du corps enseignant refirent surface. Ses deux rencontres avec des mangemorts, l'époque où il se faisait de l'argent en volant les plantes de l'Ecole et en les revendant au marché noir ...

- Est-ce qu'on va recommencer ?
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Salle des préfets

Message par : Azénor Philaester, Lun 24 Avr 2017 - 18:00


navrée pour le retard ..

Peut être un peu gêné, que je sois entré dans sa tête dans aucune retenue, accédant à chaque petit souvenir que lui même aurait pu mettre de côté pour un moment. Il se masse la nuque, confus en ses mots, encore une fois. Alors comme ça ils sont ensemble, le McKinnon et la Harper. Jumelle de mon préfet. Intéressant. C'est sympa de découvrir les petites potins concernant mes élèves. Je souris légèrement, j'essaie de le mettre à l'aise, pour un début. Histoire qu'il arrive à me contrer.

Control your emotions, discipline your mind ~

Je le vois me regarder, presque regrettant. J'ai l'impression qu'il se demande presque ce qu'il fait ici, si tout ça n'était pas qu'une grande erreur et qu'il aurait simplement du se débrouiller avec quelqu'un de...moins proche professionnellement. Le voilà me demandant si l'on va recommencer. Plutôt deux fois qu'une. Je lui fais savoir ce qu'il sait déjà par un signe de tête, de haut en bas.

Peter est un serpentard. Ils ont leur réputation, ambitieux il ne s'est pas retrouvé chez les verts et argents par hasard, il n'y a qu'à voir son directeur de maison, vicieux et mystérieux. Alors sans doute a-t-il des secrets qu'il préférerait garder pour lui. Mais qui n'en a pas. Pire encore, qui suis-je pour juger un gamin alors que moi-même je me suis prise en train d'imaginer des inconscients scénarios.

Je le laisse reprendre ses aises un instant, puis après lui avoir demander son état, je plonge en des yeux ouverts, informule un legilimens en pleine poitrine.
Je le sens, je le sens qu'il essaye. Tu sais de contrer, Peter je te sens. Alors en un rictus, parce que tu y arriveras, je te contre, relativement facilement. Coup de chance ou réel début de résultat qui le saurait. L'expérience nous le dira. Alors je m'en vais par dessus ton mensonge pour le balader ailleurs et partout. Des bribes d'images encore, des flashs toujours, des souvenirs qui t'appartiennent. Je ne m'attarderais sur les mauvais souvenirs, pas encore. J'irais les chercher quand tu n'auras pas le choix de continuer, puisque partis trop loin nous serons. Alors je te vois devenir préfet un moment. Recevoir ton insigne que tu portes fièrement sur ta robe de sorciers agrémentée d'un serpent vif et intimidant. Un regard pour Merry, du jus de citrouille, et une image masquée qui m'interpelle. Mais je ne m'en approche pas encore, j'attendrais que tu sois près. J'attendrais Peter que tu me fasses confiance. Je te vois me regarder dans un couloir, te retourner sur mon passage avec un léger sourire. Sourire que je ne peux m'empêcher d'arborer à mon tour. Peut être trouves-tu cette situation gênante mais il n'en est point ne t'inquiète pas. J'en passe en un rictus et je m'en vais chercher une autre information. Je te vois dans différents endroits du château, un garçon à l'apparence ordinaire mais tu caches quelques bribes n'est-ce-pas. Je te relâche, te relâche. En un soupir aussi.

- Je pense que nous sommes bien partit pour aujourd'hui. J'ai constaté une légère amélioration quant à votre tentative de fermeture d'esprit. Bien sur ce n'est pas comme si vous auriez pu y arriver des le début. Vous êtes libre pour la journée, disons que j'attends votre hiboux pour une nouvelle leçon?

Un sourire à son attention, j'attends sa réponse puis en un léger signe de main des plus polis, je me retire des lieux. Direction mes appartements, sourire aux lèvres malgré moi. Merry et Peter, je n'aurais jamais pensé.


[hrp: on continue le rp hein, en disant " x jours plus tard " ?]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Salle des préfets

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 7

 Salle des préfets

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.