AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Boutique d'Animaux Magiques
Page 1 sur 2
Réserve
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Réserve

Message par : Actarius Bright, Dim 15 Mai 2011 - 17:21



La Réserve

Coincée entre deux murs dans le fond de l'arrière-boutique, agrandie grâce à la magie pour pouvoir accueillir un maximum d'animaux de grandes ou de petites tailles, se trouvait la réserve de la Boutique d'Animaux.

Construite afin de permettre à la boutique d'accueillir bien plus d'animaux qu'elle ne le faisait déjà, cette nouvelle pièce permettrait aussi au propriétaire et à ses associés de s'approprier certaines espèces protégés à l'avance; dans le but de raccourcir le temps d'attente des clients, pour certains, bien assez spéciaux.

La réserve est une pièce haute de plus de cinquante mètres en apparence, lorsqu'elle est soumise à un œil qui l'observe de l'intérieur. S'étendant sur plusieurs dizaines de mètres, voire centaines de mètres, c'est une pièce sobrement peinte portant des chaines renforcées sur les murs et plusieurs cages réservées à l'accueil des espèces considérées dangereuses telles les loups, les panthères ou même les dragons.


Permis de Construire par Sara Shake
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 89
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Réserve

Message par : Mangemort 89, Dim 22 Mai 2011 - 22:56


Après une courte nuit, à tout péter un peu partout dans le monde des sorciers, 89 se retrouvait à décuver, une bouteille à la main, sur un banc.
Ah! au moins elle savait qu'elle était à Hollow, ramenée par 00. D'ailleurs, à part la boite à chèvre qui a fini dans l'arrière train de Gyaltsen - le chat hin - la belle Mangemorte ne se rappelait plus trop ce qui s'était passé dans ce bar...

La première chose qu'elle avait fait en rentrant au Bastion, c'était d'aller faire pipi derrière un arbre. Ouai envie pressante, valait mieux ne pas tenter une course jusqu'aux toilettes dans le manoir...

La bouteille était presque vide maintenant, et 89 s'ennuyait à nouveau. Y'avais même pas eu de nouvelles de la part des horreurs... Trop occupés à parler de leur machine à café sans doute.
Passons! Des bruits, ou plutot des voix firent tourner la tête de la machiavélique. C'était ses collègues, 55 et 88. Ah! Voila un moyen de se divertir!

Yooo les vilains! Vous faites quoi? Pas grand chose.. Vous v'nez 'vec moi, faut que j'ailles péter 2-3 trucs par ci par là.

Un grand sourire signifiant "s'iiiiiiil te plaaaaaiiiiiiiiiiiit", venait de s'afficher sur son masque.

Les deux autres se regardèrent et acquiéssèrent. Sans plus attendre 89 les prit par la main et POC! Les 3 cagoulés arrivèrent derrièret la boutique d'animaux magiques.

89 sortit la tête de la ruelle et se mit en mode "niiiinja"! Un coup à droite, un coup à gauche, la voix était libre. Le string en place, la bouteille en main, elle bu un chouilla (chouilla à la Elena) et fit signe aux Mangebitous de la suivre.
Pointant la baguette sur la porte de la réserve, 89 s'écria :

"fétoupété maxima"!

La porte, la façade, tout péta dans un nuage de débris, de poussière et de détonnation. 89 était aux anges et bu pour féter ça!
Elle renversa la bouteille, et ohh.. y'en avait puuuuuuuuuuu! MARDE!
C'était les zanimaux là?! pas le bar hin?! Fait chier! Bon, allons se chercher un ptit truc à voler, histoire de pas repartir les mains vides avant de tout faire sauter.

Pendant ce temps... ils foutaient quoi les collègues? Ah, ba ils suivaient!

89 arriva devant des cages, des cartons, des..

POUAAHHHHHH! MAIS C'EST QUOI CETTE ODEUR DE RAT PUANT???!!!

Elle en choppa un, pour le rammener à son maître, p'tit cadeau!
Elle partit en direction d'une boule de poils rose et le mit dans sa poche. Hop laaa! Un p'tit boursouflet, ni vu ni connu!

Contente, 89 se tourna vers ses collègues et les regarda foutre le bordel.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 88
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Réserve

Message par : Mangemort 88, Dim 22 Mai 2011 - 22:58


« écoute 55 je sais que tu n’aimes pas quand je fume, mais je fume. »

Sur ce, elle se mit à chanter une chanson assez étrange

« On fume, si on fume, c’est qu’on est debouuut ! Dumbledore s’écume, mettons le à genoux !! »

L’air, elle l’avait piqué à une manifs de moldus qui réclamaient elle ne savait encore quoi. Les moldus ne sont jamais contents de toute manière. Ils avaient toujours des revendications à vous cassez les oreilles. Alors qu’en fait, il suffisait de profiter de la vie…. Profiter ouaaais ! en fumant des herbes étranges par exemple. C’pas quand on est mort qu’on fume. Au contraire, c’est l’herbe qui vous mange une fois mort. 55 et 88 étaient ensembles depuis un moment. 55 avait déjà participé à la fête, mais 88 avait du les rejoindre un peu plus tard. Elle n'était pas sûre de pouvoir sortir avec tous les joins qu'elle avait fumé en vrai.

« tiens regarde y’a la miss 89. Elle a l’air bien elle aussi. Prends une taf ou six sinon tu seras le seul normal est ça sera pas cool. Allez, soi coooooool ! »


Souriant à sa coullègue, elle la suivit sans hésiter. Ils se trouvaient désormais à l’arrière de la tikibou. C’est qu’elle la connaissait bien la tikibou 88. Elle y avait travaillé passé un temps. C’est là ou son dévergondage avait commencé d’ailleurs…. Quand on commence à entrer dans la vie active, tout se dégrade de toute manière.

« 55, si tu m’aides à tout casser, t’auras droit à une belle récompense. Comme tu les aimes. » fit-elle avec un regard tout coquin qu’il puisse être.

Que pouvait-elle bien faire comme vacherie ? Pas mal de truc en fait. Encore que la reserve n’était pas son endroit préféré pour foutre le zouc. Et encore moins pour zouquer le foutre.

« Allez collègue, on s’amuse. C’est pas tous les jours qu’on peut martyriser un bâtiment. Et ce soir c’est soir de fête. Imagine la tête des gens quand ils vont se rendre compte de ce qu’il se pastis ! c’est fabuleux, époustouflant ! Ne trouves-tu pas cette action si magnifique ? Allez moi j’me lance. Ça fait bien longtemps… la dernière fois que j’suis v’nue ici, je sais plus quel collègue a déchiqueté un oiseau. Et devine quoi ??? bah il était bien content. INCENDIO ! » lanca-t-elle d’un coup.

Coup si surprenant qu’elle se surpris elle-même. Surtout lorsqu’elle vit la moitié de la pièce prendre feu. Bah ouais, parce que la 88, quand elle voulait tout déchiré, elle y allait pas avec des pincettes. Le feu ça brule, et encore mieux quand c’bien utilisé. Et le incendio, elle le maitrisait bien la pitchoune. Décidant d’utiliser sa spécialité ultime, elle pointa sa baguette au sol :

« Parquet turn patinoire ! »

Le parquet du sol se transforma alors en une magnifique patinoire de glace. Le prochain qui passerait par là passerait un sale quart d’heure. Chute libre mesdames et messieurs je vous présente…..
La boutique des animaux magiques ! et sa réserve et sale état.

[en attente du rp de 55, demain. respect please ! zoubi]
Revenir en haut Aller en bas
Actarius Bright
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Aigle royal
Fourchelang
Occlumens
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Réserve

Message par : Actarius Bright, Lun 23 Mai 2011 - 18:14


Sombre et monotone nuit. C'était ainsi depuis bien longtemps de toute façon. Il n'avait point le temps de s'occuper, comme il le faisait avant, et de la boutique, et de l'école. Son attention était toute portée sur sa tâche de Garde-Chasse alors. Quoique ces derniers temps, les infractions, les élèves qui violaient les lois et pénétraient la forêt interdite étaient devenues plutôt rares.

Ce soir là, Actarius flânait tranquillement dans les rues de Loutry, Fafnir sur ses épaules. La "solitude" régnant dans son cœur et sa maison l'avait décidé à sortir, visiter le quartier où il avait établit son manoir. C'était d'ailleurs la première fois qu'il marquait, par sa présence, les rues de Loutry St Chaspoule. Il avait eut l'occasion d'observer le voisinage depuis les airs grâce à ses dons d'Animagi mais jamais ne l'avait-il fait ainsi, à pied, découvert au monde des moldus qui l'entourait. Rare était les sorciers dans ce secteur là en effet.

Il était cependant loin de se douter que sa soirée serait troublée... Lui qui désirait prendre du recul, c'était franchement raté. En effet, la bague qu'il portait à son annulaire droit se mise à le brûler très intensément, signe que l'une de ses propriétés avaient subit ou plutôt, subissaient des dégâts. Dans le cas présent, c'était de toute évidence la Boutique d'Animaux Magiques vu la chaleur dégagée par l'anneau. Au moins, il savait que les sorts de protections installés autour de la boutique fonctionnait. Quoiqu'il aurait bien aimé ne jamais y être confronté; ne jamais avoir à intervenir pour protéger le bien dont il avait "hérité" de son ancienne patronne Eladora.
Heureusement, avait-il toujours sa baguette principale ainsi que les trois autres sur lui. Sale habitude qu'il avait chopé qui pouvait s'avérer utile. Pas une minute de plus, une baguette magique lui sortit de la manche droite tandis qu'il s'en saisissait et transplanait aussitôt. C'est dire qu'il ne s'était aucunement occupé de vérifier qu'aucun moldu ne le voyait lorsqu'il disparu, Fafnir toujours sur son épaule.

Quelques instants plus tard, le sorcier apparut dans l'ombre d'une ruelle non loin de la boutique. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il aperçut de gros volutes de fumées monter dans le ciel, au dessus de ce qui semblait être sa boutique. Il ne connaissait pas dix mille sorciers capables de provoquer ce genre de chose... Ce n'était certainement pas des enfants de cœur. Et, s'ils s'étaient enfuis, il lui serait plus facile de les voir, sous sa forme d'aigle et surtout s'il prenait de la hauteur... Sauf s'ils avaient transplané quoi... L'espoir fait vivre! Aussi se retrouva t-il à voler, Fafnir à son coté, pour finalement atterrir sur le toit d'une habitation d'où il avait une vue sur la boutique, mais aussi sur les alentours. Surprise!! Trois ombres noires, cagoulés... Pouvait pas rêver mieux! Il avait la baguette qui le démangeait de toute façon. Mais avant, il sortit la chaine à son cou, la serrant dans sa paume et y insuffla suffisamment de magie pour que le mécanisme se mette en route, prévenant ainsi tous les phénix de ce qui se passait à la boutique. Ils sauraient le retrouver.

P'tin...!

Une baguette dans chaque main, une grimace assassine sur le visage, Actarius envoya un premier sortilège sur ses adversaires qui festoyaient, du haut de son perchoir; un Leggluten maxima en informulé alla ainsi ensorceler le sol afin de les immobiliser sur place. Vu comment ces derniers jacassaient, il doutait fort qu'ils se rendent compte de ce qu'il se tramait au dessus d'eux. Mais ce ne faisait que commencer. Le jeune homme enchaina tout de suite, de sa seconde baguette, avec un Ango Nubes, faisant apparaître un épais nuage de fumée qu'il fit planer autour des Mangemanges. Pour ce qui est du reste, il envoya un Radicis Perfidum qui, si il lui mobilisait la baguette (le sortilège), lui permettrait d'entraver ses adversaires et peut-être même de les tuer, même s'il n'avait, contrairement à eux, pas vocation à cela. C'était déjà ça... En plus de les étouffer, il allait aussi les étrangler et leur broyer les os grâce à la force de ses racines, leur perforer la peau grâce aux épines.

Il n'avait jusque là lancé aucun sortilège de protection, sachant qu'il s'était fait aussi discret que possible depuis son toit, voisin à celui de la réserve maintenant en flamme. S'il doutait que l'un des trois mages noirs aient pu le voir, il ne prit tout de même aucun risque et se recula un peu, s'accroupit en gardant ses cibles dans son champ de vision et prit tout de même soin maintenir son sortilège des Racines, ce qui aurait rendu son intervention inutile sinon. Le Phénix espérait bien que la cavalerie ne tarderait pas. Parce qu'il était bien certain que ces trois sortilèges là n'arrêteraient pas bien longtemps les mangemorts et surtout, qu'il aurait beaucoup de mal si jamais il y avait une confrontation directe...

[J'ai envie de tapper du M&M's :D]
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 55
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Réserve

Message par : Mangemort 55, Lun 23 Mai 2011 - 21:38


« Whouuuuu ! »

Avec quelques lattes de Jok’s offertes par la belle 88, et quelques gorgées dérobées à la sulfureuse mangeminou, 55 Commençaient à planer ! S’tait trop cool ! N’allaient pas croire que le mage noir était défoncé avec ci peu ! A l’occasion de quelques raids à droite et a gauche, les Mangemorts avaient transformés Hollow Bastion en une teuf géante où seuls les détenteurs du passe VIP, la marque des ténèbres, pouvaient participer !

Nan mais vous vous n’imaginez pas la sensation de plénitude absolue, une sorte de Nirvana, que l’on ressent quand on transplane en planant déjà tout la haut…
Et Tiens d’ailleurs ou qu’s’est donc que la vache les avaient emportés ? Le lieu lui rappelait vaguement quelque chose, mais comme faisait nuit et qu’il voyait un chouilla trouble il ne pu remettre un nom sur son environnement !

Et, entre autre, il avait une magnifique ( ?) vue sur le postérieur de 89, qui penchée au coin d’une rue observait si la voie était libre ! Franchement la mangeminou avait un magnifique derrière, aussi rebondit que rond… deux belles pommes dans lesquelles, 55 eut envie de croquer ! Seulement il allait se devoir s’en passer car déjà elle se redressa, stoppant l’exhibition de ses formes ! Pi dans tous les cas plus tard dans la soirée il allait se faire plaisir avec la belle et au combien convoitée 88 !

Le trio avançait dans la rue et s’arrêtèrent devant une vitrine miteuse, d’où se dégageait une odeur d’écurie ! 55 Buga un instant, 89 tenait sa baguette face à celle-ci ! Mais comme elle était concentré sur le sort qu’elle allait lancer, elle faisait plus attention a sa bouteille ! Le mangemort la lui déroba donc, et lui lança :

« Fais tourner ma grosse, t’as l’habitude ! Soit pas radine ! »

(Dans leur QG, y’a pas que les bouteilles qui tournent, mais c’est une autre histoire !)
Le passage dégagé 55 suivait les deux beautés de la forteresse maudite ! Chacune vaquait à ses occupations, piquant deux trois bestiaux a droite et enflamment les réserves de sciures pour les cages à Gauche !

55, lui s’éclatait à foutre des coups de pieds dans les cages contenant des chats, des rats, pi tirer les cages des hiboux suspendues au plafond, pour qu’elles s’éclatent au sol dans les hululements sourds de ses occupants !

Mais bientôt il fut coupé dans son action ! Il ne pu plus bouger !

« Et c’est quoi l’arnaque ??? Jpeux plus bouger ! Jui comme enraciner dans le sol…. Bon c’est ptetre l’alcool, mais quant même ! Tin c’est quoi ? UN sortilège de protection de la boutique ! »

Mais ce ne fut bientôt pas le seul problème… Une espèce de brume noirâtre les entoura ! Bon bientôt elle s’éleva au dessus de leur tête, le feu persistant dans la réserve, réchauffant l’atmosphère comme dans un four, et c’est bien connu que l’air chaud bah ça s’élève !!

Ah bah tout fini par s’expliquer ! Y’avait l’autre Piaf qui était gérant de la boutique qui les avait surpris !

« Hey toi là bas ! Tu penses pas que t’es un peu mesquin d’attaquer des gens par derrière ! »

Mais c’était pas tout ! Voila que maintenant il balançait des racines tueuses…. Fallait rapidement se dépatouiller de tout ça !!

« F**k Off ! T’en a rien à battre de tuer tes bestiaux nan ?? »

Le souci de 55 était tout autre ! Fallait réfléchir méthodiquement… mais c’était difficile, la fumée commençait à inonder la pièce…

55 avait du mal à mettre ses idées en place, alors il fit un peu comme il le sentait, au plus simple :

« Incendio ! »

Zouuuu les racines épineuses s’embrasèrent se tordant, comme de douleur sur le sol arrêtant leur attaque meurtrières sur les trois méchants ! Mais fallait faire vite, y’avait dja assez de fumé comme ça ! Pi il commençait à avoir chaud aux pieds, il était moite… ouais 55 transpirait des pieds, il n’aimait pas porter les vieilles rangers des Cagoulés ! Mais c’était la tenue obligatoire !! Pi en fait il s’en foutait là, si fallait se battre contre une Mer** a plume autant être a l’aise, faute d’être conscient !!!

55 fit un grand de écart de ses chausses à une forte cage en ferraille contenant 3 boursoufflets, un jaune, un bleu et un violet -Les pauvres choses insignifiantes se seraient fort les unes contre les autres, ils firent un peu de peine au Mangemort. Mais pourquoi se mettait-il sur une cage ? Bah parce que 88 avait transformé le sol en patinoire et qu’il allait se casser la gueule !
(Note que ce sont les chaussures qui touchent le sol et pas les pieds, 55 peut se dégager du sortilège mouahahaaa) !!

De sa cage il n’avait qu’a tendre le bras pour choper la main de 88, qui elle-même était a porté de 89 ! Il leur gueula donc :

« Attrapez-vous les mains bande de gousses !!! Il est temps de se casser ! »

Toutes deux s’exécutèrent et s’attrapèrent sans bouger de leur place… leurs jambes restaient statiques sur le parquet, 88 attrapa la main de son compagnon qui se rata deux fois à l’attraper, a cause de la fumée, de sa vue un peu trouble (mais moins qu’avant), et des larmes qui perlaient aux coins de ses globes oculaires à cause de la chaleur qui desséchait sa cornée !

« Hey !!! Jprends aussi les Boursoufflets ! Ca me fra un souvenir ! Pi c’est bientôt l’anniversaire de Mômes !!! »

*Poc*

Grace à 55, les trois boursoufflets et les deux autres mangemorts échappaient à une intoxication par la fumée, ou à un destin tragique à la Jeanne d’Arc ! Seules les trois paires de godasses, fixées au sol risquaient de se faire incinérer !
Intérieurement le mangemort rigolait, Actarius truc much, allait galérer à éteindre sa boutique !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Réserve

Message par : Invité, Ven 22 Juil 2011 - 15:23


Ayant fini son verre, Alicia se leva et rejoignit Elhora. Les deux jeunes femmes saluèrent les personnes présentes dans la salle puis sortirent de la Tête de Sanglier. Enfin, Alicia attrapa la main de sa nouvelle collègue et transplana dans la réserve de la boutique. Heureusement que les sortilèges protecteurs installés par Actarius la reconnaissait à présent qu'elle était elle aussi gérante.

A l'origine, Alicia s'était dit qu'elles commenceraient la visite par l'arrière-boutique, mais autant commencer par le plus intéressant ! Et puis, comme cela, elles visiteraient la boutique en ayant une espèce d'itinéraire. Alicia retira sa main de celle d'Elhora et se mit vers le centre de la pièce. Modifiée par magie, la réserve avait une longueur de plusieurs centaines de mètres et d'environ cinquante mètres de hauteur, si ce n'était plus. A vrai dire, Alicia n'était pas très douée en ce qui concernait les mesures de distances, aussi, elle avait un gros doute. Ce qu'elle savait avec certitude, c'est que la pièce contenait d'énormes cages capables d'accueillir des dragons lorsque c'était nécessaire. Ils y gardaient aussi des loups, des panthères et autres créatures dangereuses. L'ancienne Serpentard se tourna vers la nouvelle recrue, le sourire aux lèvres.

- Bienvenue dans la réserve de la boutique ! Dit-elle avec entrain. Ici, nous accueillons les animaux les plus dangereux, ou ceux que nos clients nous demandent de leur livrer. Expliqua t-elle. Dans les cages que tu vois derrière moi, il y a généralement des loups ou des panthères. Et parfois même des dragons... Ajouta t-elle avec un sourire malicieux en direction de la fan de ces gros reptiles.

Alicia se tût, laissant ainsi Elhora découvrit cette partie de la boutique. La jeune femme était fière de voir que plus rien ne restait de l'attaque des mangemorts. Ils s'étaient donnés du mal, mais Actarius et elle avaient tout remis en état. Ca avait été un travail de titan mais le résultat en valait la peine. De plus, tout remettre en état lui avait permit de calmer sa colère. Les mages noirs avaient attaqués en traîtres, comme d'habitude, mais ils avaient pratiquemment détruit la nouvelle pièce qu'était la réserve à l'époque. Et ça, elle ne le pardonnerait jamais. Aussi, elle avait pris un malin plaisir à se venger de cette attaque sur le dernier mage noir qui était venu les attaquer. Actarius, Rily et elle avaient défendu la boutique avec brio ce jour là.
Revenir en haut Aller en bas
Elhora Woods
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Cobra royal



Re: Réserve

Message par : Elhora Woods, Ven 22 Juil 2011 - 20:23


Enfin Elhora découvrait ce lieu qui était désormais son lieu de travail ; enfin, à temps partiel. Pour le moment, la visite se déroulait dans la réserve : soit, en quelques sortes, le vif du sujet. C'était grandiose. Et encore, selon l'ancienne Serdaigle, ce simple mot ne pouvait exprimer la magnificence des lieux ; elle en restait bouche bée, soudainement sans voix. Alicia, qui avait certainement l'habitude de se trouver dans un si grand espace réservé aux animaux, se plaça au centre de la pièce et de là, s'adressa directement à la nouvelle recrue dans le but de commenter l'endroit ou elles se trouvaient toutes deux.

L'écoutant d'une oreille on ne peut plus attentive, la nouvelle vendeuse se laissa guider par ses pas dans l'enceinte du bâtiment et regarda à l'intérieur de chaque cage, comme si elle s'eut trouvée au Zoo. Ainsi, elle admira plusieurs panthères, loups autres animaux en tout genre. À la vue de tant d'espèces, l'envie qu'avait la jeune sorcière de posséder un maximum de créature s'accentua. En effet, son projet principal à court terme était de se procurer rapidement un Phénix, animal légendaire qui, pour l'avoir étudié lors de ses ASPICs, la fascinait presque autant que les dragons (sont projet à long terme justement). L'oiseau pas encore acheté, Elhora pensait déjà à ce qu'elle pourrait acquérir et elle se dit qu'une panthère ou un loup serait une bonne idée ; s'en suivrait un équidé quelconque, suivit lui-même d'un autre félin... Enfin, elle n'y était pas encore et, sur ce coup là, on pouvait dire qu'elle allait -très- vite en besogne. S'arrachant difficilement de la contemplation d'une meute de loups et plus précisément de la dernière portée de trois bébés, la jeune femme bascula soudainement la tête pour évaluer la hauteur du bâtiment. Il était immense, et pour les avoir côtoyés assez longtemps, l'amoureuse des dragons se dit qu'en effet, les grands reptiles devaient être à l'aise en ces lieux bien que, en ce jour, il n'y en eut aucun.

Se tournant tout sourire vers son employeur, la jeune sorcière lui demanda qui s'occupait des animaux. Avaient-ils des soigneurs ou bien les vendeurs occupaient aussi ce poste? En ce cas, s'aurait été une aubaine pour Elhora qui avait toujours rêvé de s'occuper véritablement d'animaux dangereux et sauvages.

Et, dis-moi, mis à part les panthères, vendez-vous, enfin, vendons-nous... Se corrigea-t-elle malicieusement avant de continuer. ... D'autres grands félins? J'ai trouvé un catalogue qui trainait chez Actarius la dernière fois, et je n'en ai pas vu. Finit-elle par demander, aussi excitée qu'une petite fille se trouvant dans une animalerie ; quoique, après tout, c'est ainsi qu'elle se voyait : émerveillée par la moindre petite bête.

Évidemment, plus qu'un simple renseignement, si la jeune femme demandait cela c'est parce qu'elle avait une idée derrière la tête ; elle avait toujours, une idée derrière la tête et ses questions étaient rarement désintéressées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Réserve

Message par : Invité, Ven 22 Juil 2011 - 21:36


Alicia resta tranquillement au milieu de la réserve, admirant le résultat du travail qu'elle avait été amené à faire par la force des choses. Puis elle sourit en entendant la question d'Elhora. Cette partie là de son travail allait la rendre folle de joie. Car ils n'y avaient aucuns autres soigneurs que le personnel de la boutique à s'occuper des animaux. Ce qui faisaient que les vendeurs développaient des liens étroits avec la plupart des animaux. Bien sur, ils avaient tous leurs préférés, mais tous les êtres de la boutique avaient le droit aux mêmes soins et au même amour. Bon, sauf en ce qui concernait le phénix vert sur lequel Alicia avait flashé. Elle attendait encore pour l'acheter, mais tôt ou tard, elle aurait ce superbe spécimen à ses cotés. Elle le sentait...

- Hum... C'est-à-dire que... Alicia s'amusait à faire tourner Elhora en bourrique, juste pour la taquiner et la faire languir un peu. En fait, on s'occupe nous mêmes des animaux. Personne d'autre que nous ne peut leur apporter des soins. Enfin, jusqu'à ce qu'ils soient vendus... Et quand nous aurons un dragon, tu pourras t'en occuper si tu le souhaite. Quant aux félins, nous n'avons que les panthères pour le moment. Mais ça peut changer d'ici peu car le catalogue et en cours de ré-écriture ! Allez, on continue la visite ! Ajouta-elle avec entrain.

Les deux jeunes femmes partirent ensuite dans l'arrière boutique et Alicia lui expliqua le système de l'annuaire sur lequel était noté des numéros d'éleveurs qu'elles devaient appeler lorsqu'une commande particulière avait lieu, comme pour les dragons par exemple. Puis la gérante lui montra le cahier de compte sur lequel était noté chaque achat ainsi que le nom de chaque acheteur. Enfin, l'ancienne Serpentard l'emmena dans la boutique et lui fit voir les différents rayons et lui expliqua qu'Actarius avait mit en place un sortilège permanent pour que chaque personne présente dans la boutique sente son odeur favorite. Revenant vers le comptoir, Alicia lui montra ce dont Elhora se servirait le lendemain, à savoir la caisse et le catalogue.

- Tu as quelques questions peut-être ? Lui demanda t-elle gentimment. De toute manière, je ne te laisserais pas seule demain. Je ne ferais pas le même coup qu'Actarius... Ajouta t-elle en murmurant.

Ah, oui, il avait fait fort ce jour là ! Il l'avait abandonné à la merci des clients pour aller batifoler avec Antonia ! Heureusement qu'Alicia était débrouillarde !
Revenir en haut Aller en bas
Elhora Woods
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Cobra royal



Re: Réserve

Message par : Elhora Woods, Sam 23 Juil 2011 - 22:09


Tout en écoutant son employeur, Elhora ne pouvait s'empêcher de contempler les grands animaux qui vivaient temporellement dans les cages. Lorsqu'Alicia prit la parole, l'ancienne Serdaigle fut ravie de remarquer le sourire qu'elle affichait ; une telle réaction ne devait être synonyme que de bonnes nouvelles en déduisait-elle, optimiste. Et en effet, la sorcière n'aurait jamais pu rêver d'une telle réponse. En plus de les vendre, la jeune femme allait pouvoir s'occuper de chacun d'entre eux -ou presque. Aussi, si telle ou telle race demeurait hors de la portée de son budget, la jeune adulte pouvait au moins espérer s'en occuper ici, à la boutique. À la perspective de pouvoir côtoyer un dragon tout en restant en Angleterre, la nouvelle recrue sourit brièvement à sa nouvelle patronne ; les effusions de sentiments n'étant pas son fort, elle préférait rester neutre la plupart du temps. Retrouvant donc son expression dénudée de sentiments la jeune femme suivit sa collègue à travers les dédales du magasin.

Lors de la visite, les deux jeunes femmes firent tout le tour de la propriété et ainsi, Elhora pu constater à quel point les lieux étaient grands, voire en fait, carrément immenses. Écoutant attentivement tout ce qu'on lui apprenait, la jeune magicienne réalisa combien tout ce commerce était bien organisé. Chaque chose avait sa place et y était, bien rangé et les animaux, tous rayonnant de santé semblaient très heureux dans ce havre de paix qui demeurait à leur disposition. Et, justement, après qu'Alicia ait montré l'annuaire des éleveurs -dont Elhora nota soigneusement la page concernant les dragons- ainsi que le carnet des comptes, les deux sorcières se rendirent sur leur lieu de travail principal : la boutique en elle-même composée de son dédale de rayons. Les deux jeunes femmes flânèrent sans se presser et Alicia expliqua d'où provenait cette agréable odeur qui régnait dans toute la pièce, puis elles se rendirent au comptoir à l'entrée du magasin. Là, la gérante expliqua le fonctionnement de la caisse et du catalogue à la nouvelle vendeuse avant de lui demander si elle avait des questions. Cette dernière, bien qu'écoutant son interlocutrice était obnubilée et intéressée par tout autre chose : à l'entrée du magasin, bien en évidence (par soucis de marketing surement) se trouvait la volière réservée aux magnifiques phénix. Distraite par un groupe de spécimens en particulier, Elhora avait du mal à en détacher son regard et c'est comme sortie d'un rêve qu'elle prit la parole une premier fois.

-Hein? Quoi? Qu'est-ce que tu as dis Alicia? Si j'ai des questions? Euh... Non enfin...

Reprenant ses esprits la jeune sorcière s'en voulut d'avoir été si distraite et reprit, histoire de montrer à son interlocutrice qu'elle écoutait bel et bien ce qu'elle disait.

-Non, je n'ai pas de question.. Enfin si, mais après. D'abord, je voulais te dire que cela me plairait beaucoup de m'occuper d'un éventuel dragon... Commença-t-elle avant de se rectifier. Quoique... Soigner chacune des espèces présentent ici est aussi un grand bonheur, tu l'aura deviné... Sinon, à propos du catalogue, si il y a plus de choix, c'est qu'il y aura plus d'animaux et donc, la nécessité de plus d'espace... C'est gigantesque ici, mais je ne crois pas avoir vu d'emplacement vide, apte à recevoir des animaux... Laissant sa phrase en suspend, la jeune adulte essaya tant bien que mal de formuler la suivante.

En effet, depuis qu'elle était arrivée, elle n'avait vu que des cages occupées et elle se demandait comment les gérants allaient se débrouiller pour loger d'autres types de créatures. Certes, cela la préoccupait, mais, les volatiles qu'elle avait en ligne de mire l'intéressant beaucoup plus, elle reprit en s'avançant vers eux, hésitante.

-Euh... Je rêve ou ce phénix est vert? Et celui-ci... Il est.. Quasiment blanc? Oh et le rouge est magnifique, quoique c'est là leur couleur naturelle... je n'arrive pas à croire que vous ayez autant de speci...

S'arrêtant en pleine phrase, Elhora eut le souffle coupé à la vue de l'animal qu'elle avait devant elle, bien camouflé dans la pénombre de sa cage. Recouvrant un semblant ses esprits, elle la termina en un souffle murmuré.

-mens.

Les yeux écarquillés, le souffle court, la jeune femme s'approcha au plus près de la cage jusqu'à poser sa tête calée entre deux barreaux, et se tenant à deux autres avec ses mains, se fichant pas mal qu'un quelconque volatile puisse s'attaquer à elle ; ce n'était pas dans leur nature après tout. Elle voulait être sure que ses yeux ne lui jouaient pas des tours car, à quelques pas d'elle, un animal dont elle n'aurait jamais cru l'existence possible lissait ses plumes, à l'abri de tous les regards, dans l'ombre qu'il s'était trouvé. Telle la contradiction incarnée, le phénix, allait à l'encontre de tous ses congénères : son plumage, d'un noir de jais, tirant parfois sur le pourpre ainsi que ses griffes, colorées comme l'argent le rendait unique. À l'inverse de tous les autres, celui-ci n'était ni éclatant, ni flamboyant et semblait s'en cacher, épris de honte de dégager une aura si lugubre. Prise de pitié et de tendresse pour l'animal, qui, à l'image du petit canard paraissait rejeté de tous, Elhora essaya d'attirer son attention. Ayant l'habitude d'être ignorer, l'oiseau ne s'en préoccupa d'abord pas, puis résigné, finit par lever la tête. La fixant de son regard intelligent, il sembla étonné et un moment, le voile de tristesse qui couvrait son visage disparut, remplacé par une lueur d'espoir. Les gens désirant des phénix pour leur coeur pur devait redouter une telle ''erreur de la nature'' ce qui attrista u,n moment la vendeuse.
Bien sur, elle l'aurait pris elle, si elle en avait eu les moyens, mais comme ce n'était absolument pas le cas, la sorcière détourna les yeux de ce sombre animal et se retournant vers sa collègue, la questionna du regard.

-Qu'advient-il des animaux dont personne ne veut? Finit-elle par lui demander, la voix tremlante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Réserve

Message par : Invité, Lun 25 Juil 2011 - 12:43


Alicia écouta attentivement sa nouvelle recrue qui lui posait une question tout à fait pertinente. Seulement, Elhora n'avait peut-être pas encore tout vu dans le magasin. En effet, rien que la réserve pouvait accueillir au moins deux autres espèces. Quant aux rayons du magasin, un sort d'agrandissement, et la question serait réglée rapidement.

- A vrai dire, on agrandit la boutique au fur et à mesure. Mais la réserve peut déjà accueillir deux espèces en plus. Quant aux éventuels dragons qu'on pourrait avoir, je compte vraiment sur toi sur ce coup là. Je ne les apprécies pas particulièrement, et jusqu'à présent, ça a toujours été ton cousin qui s'est chargé d'eux. Il serait donc bon que j'apprenne à mon tour. Et avec toi et ton cousin, je suis sûre d'apprendre correctement ! Dit-elle à la jeune femme tout en lui faisant un clin d'oeil.

Puis Licia suivit la nouvelle vendeuse qui se dirigeait vers les phénix. La jeune femme ne put s'empêcher de câliner le phénix vert sur lequel elle avait flashé. La dernière fois qu'elle avait vérifié son compte, elle n'avait pas assez de gallions pour ce l'acheter. Il lui faudrait vérifier au plus vite si elle ne voulait pas le voir partir. La jeune femme ne put que sourire en voyant Elhora détailler tous les phénix présents. Tout comme elle-même l'avait fait en venant travailler à la boutique la première fois.

- Oui, incroyable non ? Je crois que c'est dût à une mutation génétique ou je ne sais plus trop quoi...

Alicia cessa de parler en voyant Elhora s'approcher du phénix noir. Elle ne savait pas depuis combien de temps ce pauvre animal attendait de trouver un maître. Aussi, la question de la vendeuse ne la surprit pas plus que cela. Elle aussi c'était posé la question et la gérante se reconnaissait un peu dans les réaction qu'Elhora avait en ce moment.

- Ils restent ici. Dit-elle en soupirant. Jusqu'à leur mort...

Alicia laissa sa phrase en suspend. Parce que cela impliquait que les phénix qui ne seront jamais vendus resteront ici à tout jamais. Ce qui n'avait rien de très réjouissant pour eux...


Dernière édition par Alicia Rogue le Lun 25 Juil 2011 - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elhora Woods
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Cobra royal



Re: Réserve

Message par : Elhora Woods, Lun 25 Juil 2011 - 14:36


Avant de rejoindre Elhora près des oiseaux de feu, Alicia, restée non loin, surpris la nouvelle recrue par ce qu'elle lui apprit. *Deux espèces supplémentaires ? C'est donc vraiment immense* Pensa-t-elle admirative, en levant un instant la tête vers le plafond pour essayer, en vain, de jauger l'étendue des lieux. En entendant sa patronne parler de sa réticence à s'occuper des dragons, la nouvelle vendeuse sourit brièvement du coin des lèvres. Il est vrai que soigner de telles créatures demeurait un métier à risque, mais le jeu en valait la chandelle, la magicienne en était convaincue. D'une oreille distraite, la jeune femme entendit soudain son interlocutrice qui dans son dos, justifiait les étranges coloris des deux oiseaux présents parmi les spécimens typiques.

-Une mutation génétique... Oui, sans doute : les phénix ne sont pas des perroquets, ils ne sont pas censés se décliner en plusieurs coloris... Commenta Elhora à voix basse, sans même s'en rendre compte tellement elle était obnubilée par le sombre animal.

Détaillant le phénix qu'elle avait sous les yeux, la jeune sorcière ne se préoccupait pas du reste et, ce n'est qu'en entendent à nouveau la voix de sa supérieur qu'elle sortit du cours de ses pensées et de son observation pour se retourner. Faisant ainsi face à Alicia, l'ancienne Serdaigle resta bouche bée et totalement pétrifiée quant aux propos que son interlocutrice avait laissés en suspens.

-Jusqu'à leur mort... Répéta-t-elle en un souffle, hébétée par une telle vision. Mais... Ajouta-t-elle en se tournant vers les phénix, animaux immortels, soudain prise par une dure vérité. ...Les phénix ne peuvent pas mourir... Finit-elle par lâcher les yeux rivés sur les dits animaux, paisiblement immobiles dans leur volière.

Faisant de nouveau volte-face, Elhora scruta sa collègue du regard pour y déceler une quelconque réaction tandis que, pesant ses mots, elle continua :

-Les phénix sont des animaux sauvages à la base alors, quand vous voyez qu'ils n'intéressent personne, pourquoi ne pas les relâcher ? À cause du commerce ? Finit-elle par laisser planer, hésitante de ce qu'elle avançait.

Après tout, Alicia et Actarius étaient deux grands amoureux des animaux, aussi, cela l'étonnait fortement qu'ils puissent laisser un oiseau en cage toute sa vie. Certes, les relâcher à la nature devait être une perte considérable de bénéfice, n'empêche, selon la jeune magicienne, cela demeurait la meilleure solution pour eux. Finalement, plongeant son regard dans ceux du magnifique volatile au sombre plumage, la jeune adulte lui murmura que dès qu'elle le pourrait, elle le sortirait de sa cage et l'animal, hochant la tête, sembla lui certifier qu'il avaitt compris, ce qui, quelque part, surpris Elhora. Mais se reprenant, elle sourit du coin des lèvres, heureuse d'être tombée sur un oiseau si unique de par sa visible préférence à demeurer solitaire, loin de ses congénères.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Réserve

Message par : Invité, Lun 25 Juil 2011 - 19:04


Alicia hocha gravement la tête. Elhora venait de comprendre où elle voulait en venir. Les phénix resteraient dans leur cage pour l'éternité. Comme pour tous les autres animaux. Mais à la limite, il valait mieux pour eux qu'ils restent à la boutique plutôt qu'ils ne se fassent tuer au dehors. Ici, ils étaient choyés, protégés, aimés et nourris. Que ce soit les phénix ou les autres animaux. La question suivante, Alicia ne s'y attendait pas vraiment. Et pourtant elle aurait dût se douter qu'Elhora, une passionée des animaux, lui demanderait une telle chose. Elle regarda la jeune femme dans les yeux, afin qu'elle puisse voir qu'elle était sincère.

- A vrai dire, je préfère savoir les phénix ici plutôt que dehors où ils risqueraient d'être attaqué ou autre. Lui dit-elle calmement. C'est égoiste, mais à mon avis, ils sont mieux ici... Enfin, la plupart sont mieux ici... Ajouta t-elle en jetant un regard au phénix noir.

Avec un regard triste, Alicia se dit qu'il était temps de laisser Elhora tranquille. Elle lui avait tout expliqué et la reverrait le lendemain matin. Avec un sourire, Alicia la salua, tout en lui disant qu'elle était dans la réserve si elle avait d'autre question. Et que dans le cas où elle n'aurait plus rien à demander, elle la reverrait le lendemain matin, à l'ouverture de la boutique. Après l'avoir salué, la jeune gérante repartie dans la réserve et se mit à soigner les loups qu'ils avaient dans les cages.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Irina Levski
avatar
Serpentard
Serpentard

Re: Réserve

Message par : Irina Levski, Ven 30 Déc 2011 - 2:04


[Autorisation d'Alicia pour poster ici... Voir précédemment au Comptoir]

Alicia avait mené la marche, laissant Irina et Clélia la suivre jusqu'à la réserve. Les trois jeunes femmes avaient traversé l'arrière-boutique, gorgée d'animaux, et avaient ensuite déboulé devant une petite porte. Elle avait l'air de renfermer une pièce d'aspect plutôt petite. La jeune blonde ne pensait en aucuns cas que ça serrait une réserve, mais plutôt un débarras... Mais, lorsqu'elles rentrèrent dedans, il n'y avait aucuns rapports avec un débarras ! C'était une pièce avec un plafond très haut, au moins une cinquantaine de mètre, avec des cages un peu partout et des murs renforcés. Tout était là, dans cette pièce, pour accueillir les animaux les plus dangereux, ou en tout cas ceux qui étaient soumis à certaines règles de sécurité.

Les trois jeunes femmes passèrent devant une cage ou se trouvait une louve noire qu'Alicia caressa au passage. Ensuite, la jeune femme se présenta. Irina avait donc raison ; c'était bien la soeur d'Actarius. Sur tout le temps de sa présentation, la belle blonde n'avait pu se détacher du regard azur de sa... hmm, belle-sœur. Elle était décidément une très belle femme. Voyant qu'elle attendait sans doute de meilleures présentations, Irina se lança, hésitante.


- Hmm, bien... Comme l'a dit Clélia, je suis Irina. Irina Levski. Heuu... Elle lança un regard à sa soeur, qui l'encouragea en lui souriant. La jeunette regarda vers Alicia, respira profondément et se lança dans ses explications. Et bien, Clélia m'a trouvée au milieu de la forêt de Loustry alors qu'elle se promenait et m'a ramenée chez eux. Depuis, je suis un peu comme leur petite soeur...

Elle ne savait pas si elle devait directement énoncer son histoire... Toute son histoire. Et surtout son calvaire et l'enfer qu'elle avait vécu.... Encore une fois, Irina alla puiser son courage dans le regard de celle qu'elle considérait maintenant comme sa mère, sa grande-soeur ou encore sa meilleure amie. Et, comme à son habitude, Clélia la rassura. Une petite caresse amicale sur l'épaule et un sourire voulant tout dire. Pour la seconde fois, la belle blonde reprit ses aises et recommença, s'assurant d'abord que la porte menant à la boutique était bien fermée et que personne ne pourrait les déranger...

- Mon histoire est loin d'être plaisante à vrai dire... Il y a un peu plus d'un an maintenant, à la fin de ma septième année d'enseignement à Poudlard, j'ai vu mon père venir me rechercher alors que je n'avais pas encore reçu mon diplôme. Au départ, je prenais cela pour une simple visite. Mais le père aimant et compatissant que je connaissais avait disparu et avait laissé place à un homme qui m'était inconnu... Il m'a ramené de force en Russie, et m'a séquestrée dans le grenier de la maison. J'étais seule au monde, les seules personnes que je voyais encore étaient mes parents. Mon père, pour me battre ; ma mère pour prendre soin de moi.... Ou en tout cas essayer. Elle m'apportait les rations de nourriture que mon père m'autorisait, et quelques fois, elle venait me donner en cachette des rations en plus... J'ai vécu comme cela pendant plus d'un an, sans vraiment savoir pourquoi... Mon père disait qu'il avait réapprit certaines choses que j'avais faites ici, mais je ne sais pas quoi... Au début, j'étais là seule à me faire frapper, mais plus le temps passait plus mon père devenait fou. Je ne voyait plus le temps passer, jour et nuit pour moi étaient des notions bidons... Puis, un jour, ma mère en a eu marre... Elle réprima un sanglot, et une larme perla le long de sa joue. Elle a tué mon père, de sang froid, et m'a ensuite emmenée dans la forêt de Loustry... Puis elle a disparu, et je suis depuis sans nouvelles d'elle. Elle se cache peut-être, ou alors elle s'est faite arrêter... Je ne sais pas, et je n'ai pas envie de savoir... Je lui en veux d'avoir épouser un homme pareil, mais je lui suis reconnaissante de m'avoir sauvée...

Toute cette histoire, ce passé lourd à porter... Irina revoyait encore les scènes... Son père la battant, sa mère larmoyante à chaque fois qu'elle lui apportait un repas, son épuisement moral et physique, la pièce dans laquelle elle s'était réveillée... Et Clélia, sa sauveuse. Elle était perdue dans ses pensées, dans ses souvenirs douloureux... Elle ne sait pas combien de temps elle resta là, le dos courbé, à repenser à tout cela les larmes aux yeux. 2 minutes, peut-être 5 ou même 10... Le temps lui semblait s'être arrêté.

Lorsqu'elle retrouva ses esprits, la jeune femme releva les yeux vers sa belle soeur, attendant une quelconque réponse de sa part, perdant ensuite son regard sur les loups qui étaient là. Cet animal l'avait toujours fascinée, et elle aurait tant aimer en avoir un à elle. Se baladant de cage en cage, ses yeux s'arrêtèrent net sur la louve noire qu'Alicia avait caressée en rentrant. La louve lui rendit son regard et Irina sentit quelque chose ; une sorte de décharge électrique... Bizarre, mais assez plaisante toute fois. Une sorte de fil invisible la trainait vers la cage. Elle était magnifique, et Irina comptait bien repartir avec...

[Nul, mais j'ai pas trop d'inspi, tu 'en voudra pas heiin]
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Réserve

Message par : Jessy Brown, Dim 6 Juil 2014 - 17:46


RP unique | Flashback (21 ans)

_ _ Cela faisait peu de temps que Jessy s’était posée, avait allégé son tour du monde incessant. Elle avait récupéré son travail à la Ménagerie Magique mais n’y travaillait qu’à mi-temps pour profiter de ses soirées et de ses journées libres en sorties et en voyages dans des contrées plus proches que l’Amérique ou l’Asie. Elle logeait de nouveau chez ses parents, comme il y avait si longtemps, avant qu’elle entre à Poudlard. À vrai dire, bien qu’elle fasse confiance à sa famille et apprécie sa compagnie, cet état était un calvaire pour elle. Elle avait obtenu l’autonomie, durement mais sûrement, et la rangeait désormais au placard. Mrs et Mr Brown faisaient de leur mieux pour qu’elle se débrouille seule et pour la laisser occuper les lieux à sa guise, mais elle n’avait pour le moment pas suffisamment d’or pour se procurer une habitation convenable à Londres. D’un côté, elle se rendait compte qu’elle était un poids pour eux et qu’elle devait se bouger pour avoir ce qu’elle souhaitait - soit s’assumer financièrement -, mais, de l’autre, elle profitait de sa jeunesse et des milliers de choses qu’elle avait encore à découvrir tant du côté de la magie que de celui des créatures, domaine qui l’intéressait pour sa carrière à venir. Pour le moment, ce second côté l’emportait ; mais peut-être qu’une opportunité l’attendait et lui permettrait de s’établir pour de bon au sein de la capitale.

_ _ Au cours de ses voyages, elle avait appris à s’ouvrir et à apprécier des cultures différentes, tant sorcières que moldues. Elle avait pris connaissance de l’existence d’animaux qu’elle ne connaissait pas, appris à s’en occuper de diverses façons… mais elle avait également observé des paysages à couper le souffle, réalisé que les Moldus n’étaient pas si faibles et que leurs capacités s’approchaient étrangement de celles de la sorcellerie ; elle s’était intéressée à une magie plus sombre que d’ordinaire et avait rencontré des personnes - avec ou sans pouvoirs - qui lui avaient été utile sur les plans physique et moral. Que de bons souvenirs, en somme. C’est pourquoi elle ne souhaitait pas s’arrêter en si bon chemin : elle tentait une réhabilitation progressive, qui durerait on ne sait combien d’années mais qui lui conviendrait. Et c’était ce qui comptait.

_ _ Réveillée par sa pierréveil, comme chaque jour depuis ce qui lui semblait être une éternité, elle se leva de son petit lit douillet et observa une chambre sens dessus dessous où traînaient des centaines de vieux bibelots. Il y avait fort longtemps, cet endroit avait été son havre de paix. Elle y avait emmené ses amies et joué avec des objets ensorcelés. Désormais, elle se sentait à l’étroit. Dans les ruines obscures d’un passé brillant, dans le fantôme solitaire d’une famille qui ne s’était pourtant, semblait-il, pas vraiment étiolée. Elle passait son temps hors d’ici pour ne pas suffoquer. Même si, quand elle y était, sa mine n’était pas toujours noire. S’étirant et baillant pour la troisième fois, elle descendit l’escalier de bois grinçant. En bas, dans le salon, partout, c’était la même chose. La pièce assez spacieuse était encombrée. Il y avait là un canapé doux mais déchiré de toutes parts, surmonté d’une toile en cachemire de travers et de plusieurs boîtes en carton. À côté se trouvait une cage argentée, étincelante mais couverte de crasse ; elle ne contenait que des petites plumes d’écarlate et d’or. Autrefois, c’était un lieu chaleureux où l’on ne cessait d’entendre les cris joyeux de leur oiseau, Phoenix ; aujourd’hui, cela n’y ressemblait plus en rien, en rien.

_ _ Sans trop s’attarder, Jessy traversa la pièce jusqu’à une petite table sur laquelle elle prépara un léger petit déjeuner. Cela dura quelques minutes, puis elle s’assit en silence et le dégusta, la tête vide. Une fois ceci fait, elle remballa tout son matériel et monta à l’étage pour se doucher, s’habiller et se maquiller tout en discrétion. Elle attacha ses cheveux en un chignon coiffé-décoiffé, car il avait fait chaud cette semaine et ils étaient pires qu’une écharpe posés sur ses épaules. Enfin, elle consulta sa montre sans se presser, saisit son sac à main et sortit rejoindre le brouhaha et la pollution londoniens. Là, elle se sentit bien.

_ _ Un coup d’œil par-dessus les toits des maisons du quartier lui assura qu’il était encore tôt. En effet, les rayons du soleil rougeoyants peignaient le ciel grisâtre d’un côté. La brunette admira le spectacle un instant puis fut bousculée par quelqu’un. Subitement ramenée sur Terre, détachée de la toile de l’infini, elle se mit à fixer le sol tout en marchant. Lorsqu’elle fut arrivée dans un coin vide, elle transplana et, dans un craquement sonore, apparut à l’extrémité du Chemin de Traverse. Il n’y avait pas grand-monde à cette heure-ci, du moins pas autant qu’en après-midi. Souriante, elle fit quelques pas, sautilla presque, jusqu’à arriver devant la façade colorée de la Ménagerie Magique. Elle ouvrit alors la porte de l’établissement et entra dans un joli tintement.

_ _ Elle passa la salle principale, salua ses collègues qui étaient déjà présents et alla dans l’arrière-boutique. Elle y déposa ses affaires puis retourna dans la salle aussi vite qu’elle était venue. Comme d’habitude, elle aida à nourrir les créatures, se chargeant cette fois-ci des chouettes, hiboux, phénix, augurey et jobarbilles. Jusqu’à présent, elle n’avait fait que travailler au milieu des clients. Du moins, elle n’était que très peu allée dans la réserve. Ce jour-là, elle décida d’aider à nourrir les animaux qui y roupillaient. Quittant une nouvelle fois la pièce, elle se rendit dans l’arrière-boutique sans s’y arrêter puis ouvrit la porte.

_ _ C’était un endroit des plus vastes. Le plafond s’élevait bien en hauteur, presque tel celui de la Grande Salle de Poudlard, et les murs gris s’étendaient sur une grande distance. On lui avait expliqué que cette place n’était due qu’à la magie, mais décidément ! Quelles étaient donc les limites de la magie ? Tout amusée, comme à chaque fois qu’elle venait en ces lieux, elle balaya les cages du regard. Les loups musculeux au pelage soyeux disposaient déjà de leur viande, de même que les p… Mais quel est ce bruit ? Un sifflement étrange, quoique peu audible, raisonnait aux alentours. Jessy fronça les sourcils. Il lui semblait que quelqu’un parlait, plus précisément ; mais elle ne reconnaissait pas du tout le son de la voix. Intriguée, elle s’avança à pas feutrés entre les cages. Des animaux sauvages se retournèrent sur son passage, se léchant les babines ou montrant les crocs, tandis que d’autres suivaient sa route d’un œil distrait ou s’allongeaient sur le sol moelleux. Laissant de côté les grands prédateurs, elle poursuivit sa quête. D’autres voix à glacer le sang s’élevèrent et elle put percevoir un « J’ai fffaim… ». Elle tourna à un coin puis s’immobilisa brusquement. Tout d’un coup, elle ne se sentit plus très à l’aise.

_ _ Bouche bée, elle crut reconnaître les auteurs de ces sons. C’était… tout à fait incroyable. De ce fait, elle n’y songea pas longtemps. Il lui semblait bien qu’il n’y avait personne d’autre qu’elle dans la réserve. Non, aucun autre sorcier, aucun autre humain. Avait-elle entendu des voix car elle avait trop travaillé ? Elle en doutait fort, surtout qu’elle ne travaillait qu’à mi-temps dans la Ménagerie. Et qu’elle venait à peine de commencer sa journée. Était-elle devenue folle ? Elle le craignait ; pourtant elle avait l’air parfaitement normal. La normalité était relative, mais elle ne se sentait pas particulièrement déséquilibrée. Une bouffée de chaleur l’envahit et elle chancela un instant, pour se rattraper sur une chaîne rouillée non loin. Sa respiration devint saccadée et s’accéléra. Que lui arrivait-il ? Attends… plus rien. Il n’y avait plus aucun bruit. Rassurée, elle se détacha du mur et reprit contenance. Ce n’était qu’un instant d’égarement ; il fallait retourner à son travail. Nourrir les animaux. Ceux de l’entrée avaient déjà eu leur lot, alors elle poursuivit sa ronde pour savoir si c’était le cas de tous. Au niveau de grandes vitrines contenant de longs et épais serpents couleur kaki, elle ne put s’empêcher de frissonner. Un courant d’air. Elle secoua sa tête puis observa ce qu’ils avaient à disposition. Pas de viande fraîche, c’était mal. Un sourire se dessina sur ses lèvres, mais elle le perdit vite.

_ _ L’une des créatures à écailles s’approcha de la vitre, plantant ses yeux noirs dans ceux chocolat de Jessy. Elle ouvrit sa gueule d’une façon qui parut agressive à la brune et la fit reculer, puis sortit sa fine langue noire pour lui adresser ces paroles :

_ _ « J’ai faim. »

_ _ Les yeux écarquillée, elle le fixa un instant sans bouger. Euuuh… C’est bien un… un serpent qui me parle, là ? Elle ouvrit sa bouche puis la referma. Voyons, c’était ridicule. Elle n’allait pas se mettre à parler aux animaux. Elle prenait soin d’eux, certes, mais elle connaissait des gens à qui adresser quelques paroles si elle le souhaitait. Éclatant d’un rire nerveux, elle brisa leur échange de regards pour se procurer de la viande dans un seau non loin. Cela semblait être trois lapins - ou des cadavres de lapins. Ils ne provenaient pas de ceux qui n’avaient pas pu être vendus, non, ils n’étaient pas cruels au point de donner leur carcasse à d’autres espèces. À moins que. Chassant ses pensées, elle se retourna et eut une vision d’horreur. Les trois énormes bestioles étaient tournées vers elle, à moitié relevées. La voyant de nouveau, elles répétèrent leur phrase d’une voix aiguë.

_ _ Elle se décida enfin à leur répondre.

_ _ « Vous… vous me parlez ?

_ _Bien sssûr.

_ _Nous avons faim.

_ _Nous le répétons à chaque fois que quelqu’un passsse et que nous ne sssommes pas nourris ! »

_ _ Okaaay. Elle peinait à y croire, mais cela semblait être la vérité. Au gré des mouvements des gueules de serpents, des sons jaillissaient ; des sons différents de ceux que créaient les humains par les mouvements de leurs cordes vocales, mais des sons audibles et discernables. Plus bizarrement, ils parlaient sa langue. Anglais. C’était très étrange. Elle se demandait si ce n’était pas un coup monté quand une réalité fracassante lui revint à l’esprit. Il était possible de parler aux animaux, enfin aux serpents. Tout le monde le savait dans le monde magique, mais le tenait généralement loin de soi. La pauvre vendeuse soupira. C’était du fourchelang, la langue de ces créatures. Était-ce donc elle qui conversait avec eux en usant de sifflements et en comprenant les leurs ? Comment pouvait-elle le faire, elle ne s’en était jamais rendue compte ? Les interrogations tournoyaient dans sa tête, mais nombre d’entre elles furent résolues lorsqu’elle se rappela de ses années à Poudlard. Elle avait eu l’occasion d’en apprendre un peu à ce sujet, à travers des livres, entre autres. Mais c’était loin tout ça…

_ _ L’un des serpents, le plus sombre, renchérit en sortant l’ancienne Serdaigle de ses songes. Elle garderait ses réflexions pour plus tard, se renseignerait pour savoir si ce symptôme n’était lié qu’à ce don. Elle tenterait également de se rappeler si un animal lui avait déjà parlé, et si elle n’avait encore jamais vu ce genre de créatures se comporter ainsi. En attendant, elle n’avait d’autre choix que de les nourrir, et de faire comme d’habitude dans la mesure du possible. Souriant pour faire bonne figure, elle s’avança vers la vitrine qu’elle ouvrit précautionneusement pour y déposer aussitôt les chairs fraiches, puis referma. Si elles l’avaient pu, les écailles vertes auraient souri. Jessy sembla néanmoins voir du bonheur dans leur attitude, quand elles se jetèrent sur leurs proies pour les engloutir d’une traite. Elle trouva la situation amusante, maintenant que la peur était passée. Toutefois, elle n’avait pas le temps de les contempler ou de discuter. Tournant les talons, elle prit la direction de la porte. La main sur la poignée, elle crut entendre un cri de remerciement qui lui fit chaud au cœur.

_ _ Le lendemain, la sang-pur se leva de meilleure humeur. Tous les soucis de maisonnée disparurent, et elle ne songea qu’à retourner à la boutique. Une fois tous les préparatifs effectués, elle put quitter la petite habitation située au cœur des quartiers sorciers de Londres et se retrouver sur le Chemin de Traverse en deux temps trois mouvements. Elle pénétra l’échoppe et salua tout le monde comme chaque jour. Elle traversa l’arrière-boutique en jetant au passage son sac sur un canapé puis retourna dans la réserve. Son cœur rata un battement au moment où elle revit les serpents, tournés vers elle comme s’ils l’attendaient. Ils lui adressèrent quelques mots de leurs voix froides et elle prit cette fois le temps de discuter avec eux tout en apportant de la nourriture à leurs voisins. Elle apprit qu’ils étaient des mambas noirs arrivés il y avait moins d’une semaine et qui se plaisaient dans la ménagerie, bien que le service fût parfois un peu long. Plusieurs minutes s’écoulèrent et elle dut se résoudre à partir, tout en se promettant de revenir le plus régulièrement possible.

_ _ Un début d’après-midi humide fut la pause de la jeune fille, qui l’occupa comme souvent à arpenter la ruelle commerçante. Elle admirait les nombreux objets exposés derrière les vitres des boutiques. Son envie de s’acquérir telle ou telle chose était forte, mais sa volonté d’économiser un peu l’était encore plus. Elle se rappelait chaque jour que  si elle souhaitait un logis, elle devait le payer. Mais elle s’arrêta tout à coup, les yeux rivés sur une devanture poussiéreuse. C’était une librairie. Mille et un ouvrages s’alignaient sur des meubles, tous emplis de papiers et de mots sans nul doute très intéressants. N’hésitant pas une seule seconde, elle entra. Elle accorda un regard à la pièce spacieuse qui semblait vide puis s’éloigna vers les rayons. Après une longue recherche, elle trouva un bouquin traitant des ‘‘dons’’ que pouvaient posséder certains sorciers. Elle ne s’informa pas de son contenu, allant simplement à la caisse pour payer un vieux sorcier voûté, puis sortit, rangea le livre dans son sac et retourna travailler comme si rien ne s’était passé.

_ _ Au fil des jours, des mois, des années, ses doutes s’envolèrent. Elle parvint à tenir des conversations entières avec les mambas, jusqu’à ce qu’ils disparaissent, soient remplacés et ainsi de suite. Son livre fut vite dévoré puis brûlé pour ne laisser aucune trace car, bien qu’elle possède le don de parler la langue des serpents, il était trop associé à la magie noire pour qu’elle en parle à quelqu’un. Une fois, elle fut bien obligée de le dire à ses parents pour savoir si la faculté venait d’eux, mais n’obtint aucune réponse utile. Déçue, elle n’évoqua plus ce fait et poursuivit sa vie plus ou moins normalement. Du moins, elle essaya.


Dernière édition par Jessy Brown le Mer 12 Oct 2016 - 23:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Finrod Elensar
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Fourchelang


Concours RPG: Renata Harshing est morte!

Message par : Finrod Elensar, Sam 7 Mar 2015 - 16:42


Le bruit de la clé dans la serrure réveilla les quelques créatures encore endormies. La lumière qui passa par la porte ouverte mis fin au sommeil des plus gros dormeurs. Une silhouette grande, encapuchonnée et pas très rassurante se trouvait dans l’encadrement de la porte. Baguette magique à la main, elle la tendit. Et sans un mot, les rayons de la réserve de la Boutique d’Animaux Magiques se trouvèrent illuminés. Finrod Elensar, le gérant, était arrivé de bonne heure pour se préparer à une autre journée de travail qui s’annonçait être comme les autres. L’entrée des employés se trouvait sur le côté de la boutique, dans une petite ruelle perpendiculaire au chemin de Traverse. Les lumières de la boutique se reflétaient sur les pierres grises se trouvant devant la vitrine. C’était un jour de mars assez gris, il pleuvait de temps à autre quelques gouttes fines. Le sorcier n’y avait pas échappé et l’eau ruisselait sur sa robe noir tombant sur le parquet du magasin. Il avait ramassé le courrier qui était adressé à la boutique. Des commandes, des lettres de remerciements et des plaintes, rien de bien différent de d’habitude. Mais quelque chose attira son attention : « la Gazette du Sorcier ». Cela était étrange, car la boutique n’avait pas souscrit d’abonnement. Était-ce un de ses employés qui se faisait livrer ce quotidien ? Impossible. C’était la première fois qu’il voyait un exemplaire arriver dans la boutique. Le gérant décida malgré tout de jeter à coup d’œil aux nouvelles du jour. L’indication « édition spéciale » l’intrigua. C’était avec surprise et stupeur qu’il apprit la triste nouvelle. La directrice de Poudlard était décédée. Son remplaçant avait été rapidement mis en place et les changements s’annonçaient draconiens. Sous le choc de la nouvelle, il chercha un endroit où s’asseoir.

L’anglo-roumain n’avait jamais connu Renata Harshing en tant que Directrice de l’Académie magique, ni même autrement. Mais au vu des derniers évènements, l’attaque de Poudlard repoussée, l’espèce de guerre froide entre les deux ordres qui donnait du fil à retordre au Ministère qui avait décidé, depuis peu, de mettre en place une campagne pour lutter contre les sorciers masqués perturbant la paix public, il était difficile de ne pas être au courant de la situation actuelle dans laquelle se trouvait la société magique et des principaux protagonistes dont faisaient partie la défunte. Le lien qui unissait étroitement le Ministère et Poudlard pouvait être mis à mal avec la venue d’un homme, bien qu’ancien employé important de ce dernier, à la poigne de fer qui semblait vouloir former une armée de jeunes sorciers. Il fallait savoir de quel côté le russe allait se ranger. Le combat contre les mages noirs prenait une tournure différente. La venue de l’Auror Austin à la boutique, avait montré la prise de position du Ministère. Mais les autorités magiques étaient-elles suffisamment fortes pour mener à bien les opérations pour débarrasser le monde des mages noirs ? Finrod n’était pas contre cet ordre, au contraire, le secret magique n’était pas nécessaire et l'interdiction de l'usage de la magie noire était ridicule selon lui. Il fallait arrêter de vivre comme des vagabonds, de vivre comme si les sorcières et les sorciers devaient avoir honte de ce qu’ils étaient alors que ces vulgaires êtres sans magie se pavanaient, imaginant maîtriser le monde mais ne se doutant pas que des personnes bien plus puissantes qu’eux se terraient dans l’ombre.

La mort de Renata Harshing prouvait au monde des sorciers que même les plus hauts placés n’étaient pas intouchables et officier dans une des places fortes les plus sécurisées du Royaume-Uni voire du monde entier, ne rendait pas immortel pour autant. Le gérant de la BAM n’avait plus les idées très claires. Il n’avait pas souhaité la mort de cette femme brillante, la disparition soudaine d’un être aussi doué et intelligent était toujours une perte considérable pour la connaissance magique, mais une personne qui s’opposait à la liberté magique et à sa révélation n’apportait rien de bon selon l’ancien vert et argent. Toujours assis sur sa chaise, il ne faisait pas attention au bruit des animaux qui avaient faim ou qui demandaient tout simplement un peu d’attention. Finrod releva la tête, une expression qui mélangeait joie, passion et folie était dessinée sur son visage. En fin de compte, il n’était pas si choqué que cela. Même peut-être ravi? Non.. Enfin ceci était entre sa conscience et lui-même. Mais cette affaire l'intéressait. L’article ne précisait pas s’il s’agissait d’une mort naturelle ou criminelle. Mais cela semblait quelque peu étrange qu’une personne autant impliquée dans les affaires officielles du pays et du monde magique puisse mourir relativement jeune d’une manière aussi banale. Quoique des fois, la vie nous réserve bien des surprises. Mais l’esprit et la manière de vivre de cette femme de pouvoir n’étaient pas décadence et produits illicites, bien au contraire. Du moins, de ce qu’en savait Finrod. Chacun possède la vie qu’il souhaite mener. Lui était bien gérant d’une boutique célèbre sur le chemin de Traverse, mais personne ne se doutait qu’il profitait de son temps libre pour analyser, fouiller et s’exercer à la magie noire. Exceptée sa chère amie Eléane Lestrange, en digne héritière de cette famille puissante, aidait le sorcier dans ses recherches secrètes. Mais était-ce un fait des Mangemorts s'attaquant à un haut personnage ou bien une autre histoire qui ferait sortir des abîmes les secrets les plus sombres de la grande et brillante Renata Harshing?

Après ces quelques minutes de réflexion, le jeune homme se releva, le journal dans la main. Il marcha dans les rangées de la réserve. Les créatures réagirent à sa présence mais lui était perdu dans ses pensées. Comment Renata Harshing était-elle morte ? Si cela était un meurtre, pourquoi et qui en était le commanditaire ? Quelle direction allait prendre la célèbre Académie de sorcellerie pour l’éducation des jeunes sorcières et sorciers ? Le seul moyen pour Finrod d’avoir des réponses était de se rendre à Poudlard, mais cela était impossible. Aucun ancien élève n’était autorisé dans le château sauf sur invitation ou après une demande spéciale. Il avait aussi des obligations avec son emploi qui ne lui permettraient pas de tenter une intrusion et encore moins de la préparer, surtout que cela demandait l’aide de l’intérieur. *Non mauvaise idée. * conclu le jeune Elensar. Puis il se rappela la correspondance qu’il entretenait avec cette Qi Tsune. Peut-être qu’elle était au courant de quelque chose vu qu’elle était encore élève là-bas. Ou peut-être fallait-il entrer en contact avec d’autres élèves plutôt faibles d'esprit? Prêt à divulguer ce qui se tramerait dans l’enceinte du château. Le gérant avait finalement atteint le comptoir. Il déposa la gazette sur celui-ci. Les yeux vert-émeraudes scrutaient les portraits utilisés pour illustrer l’article. Ce fameux Sergeï Kholov était intrigant, il y avait quelque chose dans son regard qui n’annonçait rien de bon. Quoique cela dépendait de quel côté on se ttrouvait.

La pluie s’était calmée mais les nuages n’avaient pas laissé place au soleil pour autant. Le chemin de Traverse commençait à se remplir de sorcières et de sorciers. Chacun allait découvrir la mort de la Directrice de Poudlard ainsi que son remplaçant. Les semaines qui suivront et les conclusions de l’enquête seront primordiales, car elles définiront le climat dans lequel la société magique britannique évoluerait. Finrod comptait suivre de près la suite des événements. Mais chaque chose en son temps. D’un coup de baguette, le panneau indiquant l’état de la boutique passa de « fermé » à « ouvert ». La journée de travail pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Réserve

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 Réserve

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Boutique d'Animaux Magiques-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.