AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier
Page 1 sur 9
Les Chambres
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Philéas Byrne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Les Chambres

Message par : Philéas Byrne, Dim 15 Mai 2011 - 20:11




Les Chambres


Différents styles pour différents moments...
_

_




Dernière édition par Luke Belt le Dim 8 Fév 2015 - 16:17, édité 8 fois (Raison : Modification du message)
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Ceffyl
Serdaigle
Serdaigle

Re: Les Chambres

Message par : Andrew Ceffyl, Jeu 2 Juin 2011 - 15:00


Il ne restait plus que trente jours au sorcier aux cheveux bouclé de repos avant de devoir reprendre les cours, c'est pour cela qu'il avait décidé de prendre un peu de vacances à Pré-au-Lard. Il aurait pu ainsi faire des visites historiques dans ce village devenu mythique et aussi pour peut-être faire des rencontre avec des élèves de Poudlard qu'il côtoyait lors de sa première année. Mais avant toute chose, il devait trouver un endroit pour dormir, son père lui avait parlé il y a un certain temps qu'un ancien élève du nom de Philéas qu'il connaissait de vue, était le gérant d'une auberge nommait La Tête de Sanglier. Sur le chemin le menant à l'auberge, Andrew lissait avec attention un guide de tourisme indiquant quelque site de révolution pour les droits des gobelins.

Arrivait à l'auberge, le jeune Gallois s'assit sur un tabouret au comptoir quelques minutes pour lire un passage d'un livre qu'il avait pris dans ses bagages intitulé Comment capturé un Chaporouge pour les incrédules dans l'espoir de les étudiait quant une voix roque fit sorti ses pensées de son paragraphe.

Excusez moi, vous désirez quelque chose ?

Oh, pardon, je voudrais une ...(quand Andrew leva les yeux et remarqua un homme ridait il ne put sans péchait de penser que l'ancien étudiant avais très mal vieillit.) chambre, euh Philéas tu as beaucoup changé.

Non, moi c'est M.Lyffant, je m'occupe de l'auberge pendant les absences de M.Byrne.

L'étudiant était un peu soulageait pour l'Irlandais qui ne devrait sûrement pas avoir cette tête là. M. Lyffant le guida vers l'étage dans une chambre chaleureuse avec pour décoration les chambres d'antan qui donnaient un tout autre aspect que celle des rumeurs


Merci je pourrais avoir un jus de citrouille glacé s'il vous plait.

Le remplaçant poussa un espèce de grognement et parti de la chambré d'Andrew, qui se remit sur le lit à lire son bouquin.
Revenir en haut Aller en bas
John Dawson
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Gorille


Re: Les Chambres

Message par : John Dawson, Jeu 2 Juin 2011 - 15:38


Plus que quelques jours avant la reprise des cours, John Smith s'avançait vers l'auberge mythique qui a servi autrefois comme entrée à Poudlard lors de la grande bataille, après avoir pris une bouteille de Bièraubeure au Trois Balais. Il entra, mais ne trouva pas Philéas Byrne comme d'habitude, mais il y avait un vieil homme à l'air grincheux, il se dirigea vers lui et demanda:

Excusez-moi monsieur, mais pouvez-vous me dire où est passé Philéas ?

Le vieux se retourna et répondit d'une voix roque:

Mr Byrne n'est pas là pour le moment, que puis-je faire d'autre pour vous ?

Oui, je voudrais une chambre Mr ...

Lyffant ,vous pouvez m'appeler Mr Lyffant, répondit l'homme,la chambre N 7 est disponible, je vais porter vos bagages.

Dès qu'ils atteignent la chambre, le vieux laissa tomber les valises et demanda de sa voix dure:

Vous voulez quelque chose d'autre ?

Non, merci.

Mr Lyffant regarda John d'une manière bizarre avant qu'il ne retourne vers des clients qui l'attendaient, avec un grognement. John referma la porte et se laissa tomber sur le lit, il pensa longtemps au regard que lui avait jeté le remplaçant avant de se perdre dans d'autres pensées et de s'endormir.
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Les Chambres

Message par : Philéas Byrne, Jeu 2 Juin 2011 - 17:15


[PV avec Andrew Ceffyl]


Le chaos, c'était tout bonnement le chaos !
Lorsque qu' Ogham avait amené à Philéas un message de son père lui expliquant qu'un prototype avait eu des ratées, le jeune aubergiste n'aurait pu imaginer qu'il s'agissait d'un doux euphémisme. C'était pourtant bien face à un salon ravagé qu'il avait fait face en arrivant ce matin là. A l'origine du sinistre, il y avait le prototype d'un nouveau modèle de jeu de bavboules en pierres volcaniques censé lancer des étincelles colorées au joueur perdant. Bien évidemment, comme avec un modèle sur cinq conçu par Raji, les choses ne s'étaient pas déroulées comme prévues...
Il leur fallut donc toute la matinée pour remettre en ordre la pièce principale de la vaste demeure familiale. Une fois cette tâche accomplie, le jeune sorcier pu emprunter le réseau de cheminées pour retourner chez lui à Pré-au-Lard.

Une fois nettoyé et changé, Phil' prit une rapide collation en compagnie de Tranchefoule. Puis il se mit en route vers La Tête de Sanglier où son vieil ami l'attendait.

"Bonjour Adhémar, désolé d'avoir été si long !" souffla-t-il en entrant à l'homme dégarni qui se trouvait sous la tête empaillée." Tout s'est bien passé ?" demanda-t-il en ôtant sa cape sombre.

Reposant le verre qu'il tenait, l'homme à la redingote élimée adressa un sourire franc au jeune homme.
"Ne t'inquiète pas pour moi, j'ai trouvé... de quoi m’occuper." dit-il d'une voix exagérément détachée en regardant vers le livre poussiéreux qui reposait derrière le comptoir." Il faudra que l'on discute de tout ça un de ces jours !" déclara-t-il en posant son regard perçant sur son interlocuteur.

"Pourquoi pas, mais ce n'est ni l'heure ni le lieu idéal pour ça." lui rétorqua le gérant en jetant un regard vers les quelques clients présents.

"Passe donc me voir dès que tu auras le temps, l'allée des embrumes est beaucoup plus propice pour aborder les sujets de ce type." lui confia le libraire avec un sourire qui lui donnait l'air dément.
"Quoiqu'il en soit, je suis ravi que tu sois sorti de ta prostration ! " déclara Adhémar en prenant ses quelques affaires. "Au fait tu as deux nouvelles chambres d'occupées, j'ai tout noté dans le registre. L'un d'eux à commandé un jus de citrouille."

Puis sa phrase terminée, il fit un bref mouvement de tête et sorti dans les rues de Pré-au-Lard. Le jeune Byrne se plongea alors dans la lecture du registre pour savoir lequel des deux clients avait demandé une consommation. En lisant le nom inscrit, il ne pu contenir une moue de surprise. Était-ce vraiment lui, ou s'agissait-il d'un homonyme ?

S’empressant de servir un grand verre de jus de courge glacé, l'animagus attrapa un plateau de bois et s'élança vers l'escalier qui menait à l'étage.
Une fois sur le pallier, il s'approcha de la chambre n°4 et toqua. Puis il entra une fois qu'il y fut invité et se trouva nez à nez avec Andrew. La dernière fois qu'il l'avait vu remontait à quelques années déjà, au cours d'un voyage en Transylvanie. Pourtant il y a 6 ans de cela, ils étaient dans le même dortoir et s'entendait plutôt bien. Le jeune Ceffyl était d'un an son cadet, mais il partageait sa passion pour les études et la lecture ce qui les avait amené à se croiser régulièrement à la bibliothèque.

"Ça alors, pour une surprise ! Je ne m'attendais pas à te croiser dans le coin, tu es de passage pour les vacances ?" lui demanda Philéas le visage souriant.

C'était assez étrange pour l'aubergiste de faire face à ce revenant. Car en réalité, ils étaient des connaissances plus que des amis. Il n'était pas rare à Poudlard de perdre de vue des camarades de classe en raison de départs ou de décès. Et c'est certainement ce qui se serait passé avec le gallois si son père n'avait pas été l'entraineur du meilleur ami de Philéas. C'est en gardant contact avec ce dernier, que le sorcier au teint hâlé avait été souvent amené à recroiser Andrew. Malheureusement, il n'avait pu se rendre en Europe de l'est depuis un moment et n'avait donc pratiquement plus eu de nouvelles d'eux depuis deux ans.
Une question qu'il ne pu retenir lui passa alors en tête.

"Et sinon, comment va Jarek ? "
Revenir en haut Aller en bas
John Dawson
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Gorille


Re: Les Chambres

Message par : John Dawson, Jeu 2 Juin 2011 - 20:23


Deux heures de sommeil étaient suffisantes pour que John Smith se remettes en forme, puisque c'était encore le matin, John descendit les marches de l'auberge et demanda Mr Lyffant,

" Bonjour, est-ce que je peux vous apporter quelque chose ?"demanda le remplaçant de sa voix roque.

"Oui, pouvez-vous m'apporter un verre de jus de citrouille et deux croissants ?"

"Bien sûr." répondit l'homme à la voix grincheuse et repartit apporter le repas.

Quelques minutes après il revint avec la commande de John Smith, ce dernier prit son repas et sortit faire un tour au village.

Mais avant, il devait jeter un coup d'œil dans la maison de Philéas. Mais dès qu'il eut frappé à la porte, il sut que le propriétaire de la maison n'y était pas. Il passa le reste de la matinée dans les rues du village.

Il repartit vers l'auberge, il ouvra la porte et entra, il repéra alors Philéas dans un coin isolé en compagnie de son remplaçant, John Smith se faufila entre les clients et prit place dans un coin qui lui permettait d'entendre la conversation. Il entendit quelque chose à propos de l'Allée des Embrumes, de Mr Lyffant qui a trouvé de quoi s'occuper et des deux nouveaux clients. Ensuite Adhémar sortit de l'auberge.

John suivit l'homme hors de l'auberge, il le vit disparaitre dans une rue adjacente, il courut vers la rue et arriva au moment où Adhémar transplanait, John réflechit et se décida de transplaner vers l'Allée des Embrumes. Après le passage dans les tènèbres, il rouvri les yeux, mais avant qu'il ne put faire quoique ce soit, une main surgit de nulle part l'attrapa et une autre se referma sur sa bouche et l'attirait dans une boutique ...
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Ceffyl
Serdaigle
Serdaigle

Re: Les Chambres

Message par : Andrew Ceffyl, Jeu 2 Juin 2011 - 23:02


Il était en train de faire une série de gestes avec sa baguette de bouleau, cette étrange danse est sensée aidait le Gallois a hypnotissé les Chaporouge, lorsqu'il partira dans les montagnes aux alentour du village dans le but d'en apprendre le plus possible sur leur aptitude physique à la chasse le temps qu'il apprend par coeur en quelque minute, il s'entraîna pour réaliser l'enchainement le plus vite possible en situation réelle. Mais quand soudain on frappa à sa chambre il trébucha et dans son élan, se cogna la tête dans la porte.

"Oui, entrez c'est ouvert" dit-il en se frottant frénétiquement le crane

"Ça alors, pour une surprise ! Je ne m'attendais pas à te croiser dans le coin, tu es de passage pour les vacances ?" lui demanda Philéas le visage souriant.

Oui, je compte restais ici pendant toutes les vacances et je pourrais peut-être étudiait quelques créatures magiques.

En voyant le plateau avec le jus de citrouille glacé posais dessus, Andrew le prit pour en boire une gorgée ce qui lui redonna encore plus mal au crane. L'Irlandais avais bien changé, mais il n'avait pas pris de ride ni était devenu une espèce de vendeur grassouillet et étrange comme M.Lyffant.

"Et sinon, comment va Jarek ? "

"Jarek, il va bien, mon père m'a dis que toute l'équipe s'entendait parfaitement et je crois me rappelais qu'il avait toujours ta baguette, quand il est venu nous dire au revoir quand on as dus déménager"

Andrew referma son livre et le rangea dans un sac à dos bien rempli, pour partir enquête de découverte.

Je m'excuse de ne pas pouvoir restais plus longtemps, mais je dois partir pour trouver des Chaporouges dans les montagnes .


Il sorti de la chambre avecun grand sourir tout en le saluant et en descendant les escaliers en emportant son verre.
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Les Chambres

Message par : Philéas Byrne, Ven 3 Juin 2011 - 2:12


Le gérant prit appuie contre le pied du lit pour écouter les propos d'Andrew, ce dernier ne semblait pas avoir changé : toujours aussi fantaisiste et habité par cette soif d'apprendre. Seul cet œuf de pigeon qui saillait sous les boucles de son front, n'était pas là la dernière fois.

Mais les nouvelles de son ami transylvain sortirent l'aubergiste de sa réflexion, il avait étrangement perdu l'habitude de parler de lui. Ils avaient pourtant passé quatre années à trainer ensemble et s'étaient ensuite vu le plus régulièrement possible, cependant celui qui avait été un rouge & or semblait appartenir à une autre vie. Le jeune Byrne en vint même à se faire la remarque qu'il ne pourrait jamais le présenter à Ray' quand les échos de voix du gallois parvinrent à ses oreilles.

"Jarek, il va bien, mon père m'a dit que toute l'équipe s'entendait parfaitement et je crois me rappeler qu'il avait toujours ta baguette, quand il est venu nous dire au revoir quand on a dû déménager."

"Oui, je sais. Je devais aller la récupérer l'été dernier en quittant Poudlard. Mais j'ai du annulé mon séjour pour aller rencontrer de la famille en France." à l'évocation de ce séjour dans l’hexagone, le visage du jeune sorcier se ferma. "Du coup j'ai dû renoncer à cette vieille promesse, mais ce n'est que partie remise." glissa-t-il avec un clin d’œil. " Puis cela m'a éviter de rentrer chez moi avec une bombabouse artisanale dans mon sac comme la dernière fois. Au fait, merci ! L'odeur est partie au premier lavage mais mes vêtements sont restés phosphorescents pendant au moins un mois." dit-il à son cadet en riant.

C'est alors que le plus jeune des deux sorciers du se retirer pour partir explorer les montagnes voisines.

"Je m'excuse de ne pas pouvoir rester plus longtemps, mais je dois partir pour trouver des Chaporouges dans les montagnes . " expliqua-t-il en se dirigeant vers la porte son verre à la main.

C'était tout lui, il ne tenait pas en place. L'animagus lui emboita le pas et s'arrêta sous l'encadrement de la porte, avant de prendre la parole suffisamment fort pour qu'Andrew l'entende dans l'escalier.

"Un conseil, penses à prendre une croix et gardes ta baguette à la main, les chaporouges ne sont pas des tendres. Et laisse mon verre en bas, où ces charmantes créature auront de quoi reteindre leurs couvre-chefs."

Philéas redescendit ensuite pour s'occuper de ses autres clients, amusé par cette rencontre inattendu, il se jura d'aller rendre visite à la famille Ceffyl.
Revenir en haut Aller en bas
John Dawson
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Gorille


Re: Les Chambres

Message par : John Dawson, Sam 4 Juin 2011 - 15:26


Après son transplanage, John fut attiré dans une boutique de l'Allée des Embrumes, il se débattit un peu avant de savoir que celui qui le tenait était plus fort que lui. Il se laissa alors entrainer vers l'arrière boutique, on le projeta dans un coin et dès qu'il se fut relevé il prit sa baguette en bois de cerisier chinois mais il fut désarmé. Son agresseur prit la baguette en vol, le jeune homme regarda l'homme afin d'essayer de le reconnaitre, c'était Adhémar,
il rit d'une manière qui ne présageait rien de bon:

Tu me suivais. Son ton n'avait rien d'une question, c'était une affirmation.

John chercha réponse la plus offensante qu'il pouvait trouver.

Oui, et alors? Tu te prends pour qui vieil homme? Je peux raconter ça à Philéas.

Je me prends pour quelqu'un qui essaye de se défendre contre quelqu'un qui le suivait, en plus de ça tu n'es pas en position de donner des menaces. répondit le vieux dans un ton qui trahissait sa colère.

John su alors qu'il avait réussi à avoir Mr Lyffant

Dis moi de quoi vous parliez, quand tu étais avec Philéas?

Ce n'est pas votre affaire répondit Adhémar entre ses dents.

John remarqua la colère dans les yeux du vieux, il décida d'anticiper:

Sinon, pourquoi tu m'as regardé d'une manière bizarre à l'auberge quand tu t'en allais ?

Adhémar Lyffant parut faible à cet instant, il croisa le regard perçant de John Smith et répondit dans un ton totalement différent:

Vous avez le même regard, répondit le vieux d'une voix faible, et demanda comment tu t'appelles fiston?

John devint perplexe et se demanda à quoi jouait Mr Lyffant et décida de repasser à l'attaque:

Je ne vous direz rien avant que vous me rendiez ma baguette espèce de ...

Mais avant que John ait pu finir sa phrase, une douleur fulgurante lui transperça le corps, il entendit alors la voix du vieil homme en colère:

Donne moi ton nom

Non, tant que tu ne m'auras pas donné ma baguette.

John leva la tête vers le vieux qui souriait maintenant, le vieux lui lança sa baguette près de lui et dit:

Tu as du caractère petit

Et il s'en alla, mais avant qu'il put ouvrir la porte, John dit:

Je m'appelle John Smith.

Adhémar répondit:

On se reverra bientôt, John Smith.

Adhémar Lyffant sortit de la boutique, en laissant John Smith étendu sur le sol.

Edit Céleste : Bonjour Dumblerogue. Je voulais te faire remarquer qu'au delà de faire attention au libre arbitre des autres joueurs dans tes posts, tu ne peux pas non plus t’approprier un PNJ inventé par un autre membre et le faire jouer à ta guise. En effet, cela ne correspond peut être pas du tout à l'image que voulait en donner l'inventeur du personnage. Merci de ta compréhension. Cordialement.


Dernière édition par Céleste Otaway le Sam 4 Juin 2011 - 22:10, édité 1 fois (Raison : cohérence)
Revenir en haut Aller en bas
Raymond
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :



Re: Les Chambres

Message par : Raymond, Mer 19 Oct 2011 - 8:45


Raymond lissa ses mèches blondes devant l'unique miroir de la chambre derrière la porte de la petite salle de bain. Il caressa sa barbe de trois jours en évaluant qu'il pouvait se passer de ses lames magiques pour la soirée et déboutonna sa chemise. Tout en enjambant son sac de voyage défait, le sorcier attrapa un T-shirt bleu pâle qu'il enfila avant de s'affaler sur le lit à balledaquins. Il s'autorisa enfin à pousser un long soupir. Premier après midi de travail accomplit avec succès. L'auberge était close, Philéas n'était toujours pas rentré. Comment faisait-il avant ? Est ce que l'auberge affichait fermée tout un après midi ? Le coussin sur lequel le jeune homme avait posé la tête était frais et moelleux. Il s'installa confortablement en laissant filer sa pensée sur les aventures extraordinaires qu'avaient pu vivre Philéas pendant son absence. L'aubergiste l'avait accueillit généreusement mais il sembla au mage bleu qu'il cachait quelque chose. Ray décida d'être vigilant et attentif à ce sujet mais ce n'était pas son point fort. De nature distraite, on pouvait le berner aussi facilement qu'un nouveau né.
Cherchant des yeux le ciel qu'on ne pouvait que deviner à travers les filtres lumineux de la ville, le sorcier se donna du courage pour se redresser dans le lit. Il inspecta la chambre en se fellicitant d'avoir trouvé mieux que le petit studio hors de prix qu'il occupait en France. La chaise de la commode qui lui servirait de bibliothèque et de bureau racla sur le paquet lorsqu'il prit place pour griffonner sur un parchemin quelques esquisses.
Du pain, des légumes, des épices, le nouveau serveur étudiait la carte de l'auberge avec sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Les Chambres

Message par : Philéas Byrne, Mer 19 Oct 2011 - 13:55


Philéas ressentit une pointe de soulagement en voyant le tourbillon clair obscur laisser place à un camaïeu de brun. Au moins, il arrivait encore à transplaner correctement. Prenant appuie contre le mur à sa droite il tenta d'avancer, mais il sentait la jambe droite de son pantalon qui lui collait à la cuisse. Distrait par ce contact chaud et moite, il se déconcentra quelques secondes et perdit l'équilibre.

Produisant un bruit sourd qui résonna dans le couloir vide, l'Irlandais s’étala de tout son long sur le parquet en bois. Il était suffisamment expérimenté pour savoir ce que cela voulait dire, il s'était montré négligeant, il avait bien compris qu'il venait de se désartibuler. Il était maintenant urgent pour lui de pouvoir se soigner et il savait où trouver de quoi le faire. Serrant les dents, il sentit la cuisante sensation affligée par la blessure de sa cuisse qui se rappelait à son bon souvenir.
Au prix d'un nouvel effort et de quelques contorsions reptiliennes, il parvint à se trainer sur la surface qui exhalait une puissante odeur de cire d'abeille. Il s'arrêta contre le mur de gauche et s'y adossa pour reprendre son souffle.

La vue de la piste luisante qu'il avait laissé depuis le mur d'en face lui arracha un grognement léger. Lui qui avait consacré une bonne partie de la veille à cirer son parquet pourrait à nouveau passer quelques heures à quatre pattes pour tout remettre en ordre. Agacé, il se jura de ne pas rejouer les fées du logis moldu et de régler ce désagrément d'un coup de baguette. Mais ce n'était pas ce qu'il avait de plus urgent à faire. Il devait d'abord mettre la main sur cette satanée fiole.

Tout cela parce qu'il avait voulu quitter Londres et son Ministère sous l'émotion d'une nouvelle qui l'avait troublé. Il savait pourtant qu'on ne pratiquait pas ce genre de déplacement sans avoir la tête à ce qu'on faisait, mais c'était justement parce qu'il était préoccupé qu'il n'y avait pas pensé. Pas plus qu'il n'avait fait preuve d'une détermination suffisante pour rallier l’Écosse.
Et voilà comment il s'était lamentablement échoué à Pré-au-Lard. Heureusement pour lui, il n'avait à déplorer la perte d'aucun membre, seule une partie de sa cuisse droite était aux abonnés absent. Il lui fallait donc parvenir à la chambre qu'il occupait dans son auberge pour récupérer son flacon d'essence de dictame, il ne pouvait décemment se contenter de rester là et d'être retrouvé exsangue le lendemain matin. Sans parler du fait que Ray' devait l'attendre et qu'il aurait surement besoin d'aide pour fermer l'auberge.

Pourtant, le silence qui émanait du rez-de-chaussée laissait à penser que le blondinet s'était parfaitement débrouillé tout seul. Le propriétaire des lieux se mit donc à espérer qu'aucune chambre n'avait été loué, de crainte qu'un pensionnaire ne le trouve dans cette fâcheuse posture. Retrouver l'un des employés en train de se vider de son sang dans les couloirs était rarement une chose à laquelle aspirait les clients.

Alors que la tête commençait à lui tourner, Phil' décida de se presser un peu. Il se traina sur quelques nouveaux mètres et s'arrêta une fois la porte de sa chambre en vue. Il fouilla à l'intérieur de sa veste et y trouva sa tige d'amandier. Il la pointa sur la porte de sa chambre et celle-ci s'ouvrit à la volée dans un claquement sonore. De là où il était, il ne pouvait voir le fiole en verre teinté. C'est donc à l'aide d'un Accio que le sorcier aux yeux noirs allait attirer à lui l'objet de sa convoitise, mais il perçut un mouvement sur la commode qui était dans l'angle. A peine quelques secondes plus tard, une boule blanchâtre apparu près du chambranle en poussant le flacon du bout de son nez.
Un sort de lévitation plus tard, Grimm et l'essence de dictame étaient aux côtés du jeune Byrne.

    - Diffindo ! souffla-t-il à mi-voix.


La coupure nette qui se dessina sur son pantalon anthracite laissa entrevoir l'entaille franche dans sa chair dont le sang s'écoulait avec générosité. Des points noirs vinrent ponctuer le champ de vision du jeune homme qui bascula la tête en arrière en regardant en l'air. C'est un coup de dent du rongeur au pelage bleu, qui l'aida à rester conscient. La main couverte d'un vernis translucide et rougeoyant, il décapuchonna la fiole et s'apprêtait à déverser l'essence quand ses doigts furent pris de tremblement. Philéas resta figé ainsi en attendant de retrouver suffisamment de lucidité et de dextérité pour se soigner correctement, préférant éviter d’aggraver son état qui n'était déjà pas reluisant.
Revenir en haut Aller en bas
Raymond
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :



Re: Les Chambres

Message par : Raymond, Mar 25 Oct 2011 - 23:52


Un bruit sourd contre la porte interrompit Ray dans ses croquis. Il cessa son activité, la plume suspendue, retenant sa respiration, attentif au moindre son. Un silence glacial accompagna un autre bruit sourd et soudain un raclement sinistre hérissa les poils sur les bras du jeune marmiton. Il se redressa en essayant de faire le moins de bruit possible et de façon contradictoire appela :
- Philéas ? Est-ce que c’est toi ?

Aucune réponse. Le sorcier ouvrit la porte et jeta un coup d’œil dans le couloir sombre. Il leva son pied comme s’il s’était brûlé lorsqu’il sentit sa chaussette s’imprégner d’un liquide tiédasse et lourd. Ses yeux s’habituant à l’obscurité, le juron s’échappa de ses lèvres en même temps qu’il captait l’image fantomatique d’une longue traînée de sang.
- Non d’un sinistros!

Un autre bruit sourd aiguilla le jeune homme bien que la traînée sombre s’en chargeait à merveille. Raymond sentit son cœur tambouriner dans sa poitrine imaginant déjà ce qu’il allait faire.

- Philéas ! Cria-t-il tandis que ses pas s’accéléraient dans le couloir lugubre en direction de la porte entrouverte.


L’aubergiste gisait sur le sol dans une marre de sang ses cheveux noirs étaient moites sur son front en sueur. Ray s’inquiéta d’abord de stopper l’hémorragie en faisant illico demi-tour pour se saisir de sa poudre hémostatique, vestige de ses quelques cours de médicomage. Le menton relevé, le teint pâle presque gris, Philéas semblait pourtant reprendre ses esprits. Il serra le poing sur une petite fiole ronde. Raymond sans réfléchir l’aida à déboucher la fiole et le laissa terminer son geste.

- Désartibulé … ? Murmura Ray d'une voix fantomatique en observant le muscle saillant et sanguinolant dans la déchirure du pantalon anthracite. C’était assez rare chez les sorciers du niveau de Philéas. D'autant plus rare que terriblement inquiétant.

Il essuya le front de son ami avec un pan de son t-shirt en écartant la petite boule de fourrure bleue qui semblait inquiète pour son maître. Puis il saisit son visage entre ses mains fraîches pour le ramener.

- Hey… tu m’entends ? Phil !
Le voyant reprendre des couleurs, Ray se rappela la dernière fois que c'était arrivé. Comme si ça s'était produit la veille. Brusquement il secoua la tête.
" Ne comptes pas sur moi pour t'embrasser une seconde fois !

Que s'est il passé ?


Dernière édition par Raymond le Mer 26 Oct 2011 - 8:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Les Chambres

Message par : Philéas Byrne, Mer 26 Oct 2011 - 2:00


Il y eut un moment de flottement, quelques secondes ou minutes durant lesquelles le silence de la Tête de Sanglier imprégna l'esprit de l'irlandais. Il en vint même à penser qu'il délirait, lorsqu'il crut apercevoir les plumes d'un phénix. Mais ce fut un autre genre d'oiseau qui lui vint une nouvelle fois en aide.
Ray' s'assura d'abord que son associé ne passe pas de vie à trépas en usant de sa poudre hémostatique, puis il aida Philéas à s'appliquer quelques gouttes d'essence de dictame.

Alors que son sang cessait de s'écouler sur le parquet qui lui avait donné tant de fil à retordre la veille, l'animagus entreprit de répondre aux questions de son ami.

    - Ouais..., je crois que je me suis bien raté cette fois ! lâcha-t-il en tentant de sourire sans grande conviction.


Pour un échec, s'en était bien un. Le plus troublant pour le sorcier était qu'il pensait mériter ce qui lui arrivait, cette sensation lui collait à la peau plus fermement que son pantalon imbibé de sang. Il avait faillit. Se perdant à nouveau dans ses pensées plus ou moins réjouissantes, il sentit le contact des mains froides de son ami sur son visage. Plongeant son regard noir bien plus froid qu'à l'accoutumé dans celui du vivet blond, il se concentra sur ses paroles réconfortantes.

    - Surement pas ! Jeannot serait capable de nous surprendre en surgissant d'une chambre, un appareil photo à la main, pour nous faire chanter ensuite. répondit-il en riant légèrement.


Cela lui faisait toujours un drôle d'effet de repenser à ses compagnons d'aventure, y compris Raymond jusqu'à ce matin. Un mélange d'amusement, de tristesse et de mélancolie qui faisait resurgir des souvenirs incomplets. Mais puisque pour une fois l'un d'eux était réellement là, le gérant de l'auberge opta pour la vérité nue.

    - Céleste m'a aidé à trouver de nouvelle information sur ma mère... commença-t-il avant de se taire une seconde. Et apparemment, elle serait libre depuis 4 ans déjà. Libre... ou morte peut être. ajouta-t-il ensuite avec un détachement qui l'étonna lui même. Je crois que j'ai assez mal réagit à la nouvelle ! termina-t-il en riant.


Son rire était différent de son rire cristallin habituel, plus creux, plus instable. Il donna une atmosphère encore plus dérangeante à ce couloir maculé de sang. Mais soudainement, le blessé tourna la tête sur le côté et sanglota en regardant dans la direction opposé à son ami. Cela dura une minute ou deux et il s’efforça de respirer à plein poumon pour retrouver une certaine contenance. S’effondrer devant ses proches devenait une habitude qui lui était insupportable. Il soupira longuement et reprit le cours de son récit, temps qu'il en avait encore le courage.

    - Faut vraiment que j'arrête de faire ça, c'est lourd ! lança-t-il comme un reproche envers lui même. J'ai carrément gerber devant elle... j'y crois pas... s'interrompit-il en levant les yeux au ciel. Rien que d'en parler je me sens encore nauséeux, à moins que ce ne soit l'essence de dictame ? demanda-t-il sur le ton de la plaisanterie en feignant d'ignorer l’hémorragie qu'ils venaient de juguler.


Il attrapa Grimm qui se tenait toujours prêt d'eux et essaya en vain de faire disparaitre les traces de sang qui ternissaient les parties blanches de son pelage. Malgré la proximité de sa baguette, il ne tenta pas de l'utiliser. Les sortilèges ménagers étaient pourtant devenus l'une de ses spécialités, mais il ne sembla même pas envisager cette option. Préférant attendre que passe cette désagréable sensation qui assiégeait son estomac.

    - Le plus drôle c'est que si notre devin préféré était parmi nous, il m'aurait déjà donné une demi-douzaine de remède contre la nausée et au moins autant d'anecdotes farfelues sur sa famille pour les accompagner ! confia-t-il à son ancien voisin de dortoir, qui faisait parti des rares chanceux à avoir bien connu Jeannot.


Changer de sujet quelques minutes fut profitable au jeune auror, qui pu retrouver suffisamment de lucidité pour revenir sur son épineux problème.

    - Je ne sais même pas comment je vais annoncer ça à ma famille... Je vois la scène d'ici... J'ai vraiment pas envie de me reprendre la tête avec mon père, pas maintenant. termina-t-il en posant son front dans le creux de sa main.


Il ne remarqua même pas que son tatouage était plus visible que jamais, dessinant d'étranges marques amarantes sur l’intérieur de son poignet.
Revenir en haut Aller en bas
Raymond
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :



Re: Les Chambres

Message par : Raymond, Jeu 27 Oct 2011 - 23:10


Ray se laissa glisser sur les talons, genoux à terre, soulagé. Il s’était attendu à pire. Bien que l’évocation de la mère de Philéas réveilla en lui une indicible douleur. Qu’est ce qui était pire que la mort ? Ne pas savoir ? L’absence inexpliquée, injustifiable. Elle avait quitté la prison sans même prévenir son propre fils ni sa famille ? Cela paraissait peu probable au jeune homme.

- Tu le saurais si elle était morte. D’une manière ou d’une autre, tu l’aurais déjà appris. Je penche plutôt sur le fait qu’elle n’ait pas osé te prévenir, ou que quelqu’un ou quelque chose l’en a empêché.

Sous l’oeil réglisse de l’aubergiste, le jeune sorcier hésita à poursuivre ne voulant pas s’éterniser sur les cachoteries de la famille Byrne. Après tout, il n’en savait pas grand-chose. La dernière fois qu’ils y avaient été confrontés tous deux ils avaient eu à faire face à un grimoire maléfique qui avait faillit tuer l’héritier. Il rit distraitement à l'évocation de leur péripéties avec Jeannot.
- Je me demande ce qu'il devient lui. S'il ne s'est pas empoisonné lui même avec ses breuvages étranges.

D’ailleurs, en y repensant, il sembla au jeune mage que le tatouage de son ami ondoyait comme ce jour où il avait provoqué un incendie. Philéas se prit la tête dans la main cachant son poignet et interrompant l’observation du serveur.


- Peut être sont-ils déjà au courant et qu’ils ne savaient pas comment te l’annoncer ?
Dans une tentative pour le rassurer, Ray se rendit compte que ce n’était pas tout à fait encourageant d’envisager qu’ils n’aient pas osé lui faire part d’une telle information. Cela dit devant le trouble de l’auror, le geste aurait été compréhensible. Après un long silence pendant lequel il se félicita d’avoir aggravé l’ambiance sinistre en se demandant ce qu’il pouvait bien faire pour lui remonter le moral, il demanda enfin à brûle pourpoint en sortant de son sac en peau de moke une bande de gaze enroulée pour protéger la plaie.

- Qu’est ce que tu as sur le poignet ? On dirait un tatouage ?
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: Les Chambres

Message par : Philéas Byrne, Jeu 27 Oct 2011 - 23:51


L'hypothèse de Raymond jeta une nouvelle ombre sur les pensées de Philéas, l'idée ne lui avait même pas traversée l'esprit et elle était pourtant loin d'être idiote. Après tout c'était souvent par l'intermédiaire de sa grand-mère, qu'il avait avancé dans sa quête de vérité sur les traces de sa mère. Et il était tout à fait possible qu'elle ai apprit la nouvelle avant lui. Et la nausée du jeune métisse se réveilla alors qu'il envisageait que les choses se soient déroulées de cette façon.

Saisit, il ne releva même pas la question de son ami. Il fallut quelques secondes à son cerveau pour traiter l'information. Tournant la tête au ralentit vers son interlocuteur, il prit la parole sur un ton amusé.

    - La vache ! Tu m'avais pas dis que t'avais profité de ces cinq ans pour faire un stage sur le réconfort à Guantanamo ! finit-il avant de rire sans entrain. Quand à cette marque elle est apparue lorsque le grimoire a prit feu. Je crois que c'est juste un effet secondaire sans grande importance... Du moins il me semble qu'elle n'ai jamais rien fait jusqu'à présent, elle est seulement plus ou moins visible selon les circonstances. En même temps c'est pas la période de ma vie dont je me souviens le mieux ! confia-t-il en sachant que son ami savait ce dont il parlait.


L'animagus écarta la jambe ouverte de son pantalon pour faciliter la tâche du blondinet. Il semblait savoir ce qu'il faisait et Philéannanas s'en remit donc à lui. Profitant de ce moment de quiétude pour commencer à faire le tri dans ses pensées.

    - Je ne sais même pas si je vais rester parmi les aurors... Au mois ça me laisserait du temps pour me remettre en contact avec Eloi, je suis sûr qu'il doit être au courant de quelque chose. lâcha-t-il sur le ton de la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Raymond
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :



Re: Les Chambres

Message par : Raymond, Mer 2 Nov 2011 - 9:05


- La vache ! Tu m'avais pas dis que t'avais profité de ces cinq ans pour faire un stage sur le
réconfort à Guantanamo !

La remarque cynique de Philéas toucha plus que de raison l’infirmier de fortune qui suspendit un instant son geste. Se retenant de serrer plus fort, il était inutile de se venger sur un blessé, Ray fixa les prunelles sombres de l’irlandais d’un regard appuyé. Il relâcha la pression en poussant un long soupir. La mauvaise humeur de son ami était justifiable, compréhensible, c’était inutile d’en rajouter. Au prix d’un petit effort, il se tût et continua d’enrouler la bande soigneusement autour de sa cuisse attentif au fil de sa pensée.

- Je ne …
Commença Raymond en entendant le nom d’Eloi. Il s’interrompit.
" je ne pense pas que ce soit une bonne idée " Voilà ce qu'il allait dire. Après tout il était peut être bien vexé. Voilà qu’il n’osait plus parler, dire ce qu’il pensait, réconforter. Il s’empêtrait dans des pensées qu’il jugeait trop invasives dans la vie de Philéas qu’il venait à peine de retrouver.
De quel droit lui dirait-il ce qu’il devait faire ou pas ? Avait-il seulement une idée de ce qu’impliquait le fait d’être auror en ces temps troublés ? De toutes les difficultés qu’avaient du traverser Philéas, seul ? Il était bien assez grand pour se défendre, il n’avait pas besoin de lui. Son regard se perdit sur la bande parfaitement repliée qu’il venait de fixer. Philéas jeta un coup d’œil dans le couloir, le jeune mage suivit des yeux la longue traînée sombre qui commençait à coaguler, son regard d’azur déterminé revint sur l’aubergiste.
- Je viens avec toi. J’ai deux mots à lui dire à ce crétin !
Il se redressa et pour ne pas lui laisser loisir de répliquer, ajouta en lui tendant le bras pour l’aider à se relever.

- Je t’ai préparé quelque chose à manger, tu m’en diras des nouvelles !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les Chambres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 9

 Les Chambres

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.