AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 5 sur 10
Norvège
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard

Re: Norvège

Message par : Valens Fenwick, Jeu 2 Aoû - 19:19


Alors que le serpentard invoquait la lumière solaire dans toute sa splendeur afin de détruire leur "ombre" du sorcier, il pesta un juron simulant que quelque chose allait de travers. Leur victime, terrifiée, désorientée et plus aussi incrédule qu'auparavant avait bien cru voir sa dernière heure arrivée. Soufflant, le jeune homme secoua doucement la tête devant l'individu attaché devant lui.

- Non, non, non cela ne va pas, nous avons raté un détail, il nous faut recommencer...


Le sorcier manqua de s'étrangler en entendant cette annonce faite sur un ton aussi froid que calculateur, sans âme. Il tâcha en vain de protester malgré la panique qui le gagnait visiblement.

- Recommencer? Comment ça recommencer? Elle a faillit me tuer!

Haussant un sourcil, le tortionnaire finit par hausser les épaules en rappelant un détails important, tout en précisant sa pensée.

- Et bien oui, c'est bien cela l'objectif, vous vous souvenez? Observer comment elle peut vous mettre en morceau afin de déterminer la meilleure solution entre un suicide et une vaine lutte. Seulement nous avons oublié un détail qu'il m'a forcé à interrompre temporairement cette expérience purement empirique. Nous nous doutions que la scène allait être difficile à soutenir du regard. Pas autant que de la vivre, j'en conviens, mais tout de même. Néanmoins, l'un d'entre nous aurait pu passer outre son aversion. Non le problème c'est la lumière. Puisque nous restons dans la lumière et que nous vous regardons, vous et votre ombre, plongés dans les ténèbres, nous n'y voyons rien. Il va donc nous falloir chercher une tête réduite adéquate, pouvant voir davantage dans l'obscurité et depuis l'obscurité, afin de pouvoir avoir une analyse suffisamment précise de cette expérience. Un chercheur tel que vous doit comprendre l'importance de l'enregistrement des expériences.

Eberlué, les yeux écarquillés par l'horreur de la situation, le sorcier commença à se mélanger les pinceaux.

- Bien entendu... Je veux dire non. Ok pour les expériences mais vous ne pouvez pas recommencer après m'avoir sauvé. J'ai affronté la mort et vous réessayeriez à nouveau? Bande de malades! Arrêtez donc, me tuer est vain.

Soupirant comme s'il enseignait à un enfant peu dégourdi, le vert et argent expliqua toujours avec ce détachement calme qui ne servait qu'à entretenir la panique de leur détenu.

- Puisque vous nous avez informé que nous étions tous les trois condamnés, votre mort est aussi inéluctable que la nôtre, vous ne croyez pas? Autant qu'elle serve à quelque chose. C'est plutôt le fait de ne pas vous voir écorcher vif et agoniser sur ce froid carrelage entre des serres ténébreuses qui me semble vain.

Face à l'imparable logique des arguments de son interlocuteur, du moins dans le contexte que le sorcier avait lui même établis afin de les tromper, quelque chose céda en ce dernier. Savoir qu'un destin approchait potentiellement et être en contact avec la cause de son trépas imminent étaient deux choses différentes. Sa vengeance valait-elle le massacre du grand sorcier qu'il était? Le monde devait-il perdre l'être inestimable qu'il était destiné à être?

- Arrêtez! Arrêtez! Il existe... une solution. La malédiction peut être rompue. JE peux la rompre, moi et moi seul! Arrêtez!
- Et qui nous dit que vous ne nous jouez pas un sale tour? Qui nous dit que vous ne vous libèrerez pas vous uniquement? Qui prendrons-nous comme cobaye le cas échéant?
- Oh c'est bon, crétin, c'est une seule malédiction qui a été lancé, pas trois. Soit on l'annule pour tout le monde, soit pour personne. Il n'y a pas de choix intermédiaire.

Valens regarda sa complice dans les yeux un instant. Devaient-ils lui faire confiance? Et à quel point? Avec quelles mesures de sécurité? Le sorcier semblait à point, néanmoins la ruse n'était pas exclue, ne devraient-ils pas le travailler un peu plus au corps avant?
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Norvège

Message par : Kyara Blanchet, Jeu 2 Aoû - 21:45


Kyara était contente que tout ne se soit passé comme sur des roulettes. À présent le sorcier allait surement les délivrer de cette malédiction et ils devront le livrer aux Aurors ... Même si aux yeux de Kyara, la mort serait la meilleure des solutions, cela serait aussi la plus facile. Il sera mieux à croupir de longues années à Azkaban afin de repenser à ses crimes. De toutes les manières, Kyara et Valens n'étaient pas meurtrier. Tuer pour défendre sa vie était une chose, tuer pour faire payer des crimes en était une autre. Ainsi la meilleure des solutions était de le livrer ... Passant derrière le sorcier, Kyara jeta un coup d'oeil à ses bandages qui étaient entièrement amplis de sang. Retenant une grimace, elle détacha alors le regard de ses blessures préférant ne pas y penser. Il faudrait que cela tienne jusqu'à la fin de cette histoire et pas avant. Entendant Valens qui poussa un soufflement elle le regarda intriguer. Secouant doucement la tête il prit alors la parole.

- Non, non, non cela ne va pas, nous avons raté un détail, il nous faut recommencer...

Entendant ses mots, Kyara ouvrit de grand yeux ronds et faillit parler avant de comprendre que cela devait être une ruse du jeune homme. Poussant un soupir intérieur, elle bénie le fait que d'être derrière le prisonnier sinon elle se serait faite avoir. Pourquoi ne l'avait-il pas prévenu bon sang de bonsoir ?! Il voulait qu'il ait une crise cardiaque où quoi ? Fermant les yeux elle se calma alors afin d'écouter la réponse du sorcier.

- Recommencer? Comment ça recommencer? Elle a faillit me tuer!

Parfait, le but de Valens allait être atteint dans peu de temps. D'une voix neutre il lui expliqua alors que l'expérience n'avait été satisfaisante, qu'ils n'avaient rien appris du tout et qu'une tête réduite serait nécessaire. Chic alors, Kyara avait besoin d'en acheter une ! Ôtant qu'elle s'en charge comme cela après elle la garderait. Elle faillit éclaté de rire en entendant le sorcier les traiter de malades. C'était vraiment l'hôpital qui se moquait de la charité là !

Au final le sorcier obtempéra, avouant que lui seul pouvait rompre la malédiction ce qui était vrai. Bon à la limite il aurait tout aussi put mentir, car cela aurait été une raison parfaite afin qu'ils ne laissent pas son ombre le tuer. Relevant la tête, Valens regarda alors Kyara dans les yeux attendant une réponse. Cette dernière doutait un peu du fait que ça n'était pas plusieurs, mais une seule malédiction. Il pouvait très bien mentir, prétextant cela avant de lever sa propre malédiction et de les laisser se faire capturer par leur ombre.

Poussant un soupir, elle ne savait que croire. Haussant les épaules elle le montra à Valens avant de se placer à ses côtés afin que le sorcier puisse la voir. Il ne lui inspiré pas du tout confiance ... mais quand elle disait pas du tout, c'était vraiment le cas. Il ressemblait aux personnes qui vous plantez un couteau quand vous avez le dos tourné. Secouant la tête elle se tourna alors vers Valens pour dire.

- Il ment, pourquoi cela ne serait en fait qu'une seule malédiction ? Cela n'est pas logique, s'il faut il veut nous faire croire cela et ne seras le seul à être libérer. Je le sens pas sur coup. Je vais chercher la tête réduite.

Repassant devant le sorcier, elle fit alors mine de s'éloigner afin de lui montré qu'elle était très sérieuse. Tirant sur ses liens le sorcier se mit alors à hurler.

- Non ! NON ! Je dis la vérité !! Je ne mens pas !! Cette machine date, il a fallu des années pour qu'elle marche !! Elle n'est pas parfaite ! Je vous jure que je ne mens pas !!!

Revenant auprès du sorcier elle se fit alors septique avant de reprendre.

-Comment faut il procéder alors ?
-Il faut prononcer la formule à l'envers, réunir une nouvelle fois tous les ingrédients et ajouter nos cheveux. Seule ma voix peut nous délivrer, mais je n'ai pas les ingrédients, il m'a fallut des années pour les réunir.
- Là vous mentez, on a trouvé vos ingrédients et il faudrait être stupide pour ne pas en faire un stock au vu de la complexité pour en trouver certains.

C'est fou comme le bluff marché bien des fois ! Grimaçant le sorcier qui espérait gagné du temps grommela alors pendant quelques secondes. Se tournant vers Valens une nouvelle fois elle lui demanda.

- Donc il faut qu'on se rende à nouveau la-bas, le plus tôt serait le mieux non ?
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Norvège

Message par : Valens Fenwick, Lun 6 Aoû - 19:23


[HRP : Désolé, pas top, mais pas inspiré et je ne veux pas bloquer plus longtemps Wink ]

Le poussant dans ses derniers retranchements, Kyara parvint à faire craquer le sorcier. En désespoir de cause, ce dernier accepta de lever la malédiction lancée sur eux trois... ou sur eux deux en fonction du point de vue. L'idée de penser sérieusement qu'une ombre, son ombre ou non, allait être l'instrument de son agonie enregistrée pour la postérité ne lui semblait visiblement pas une perspective d'avenir enviable. Utilisant tous les arguments et les maigres garanties qu'il avait en réserve pour tenter de les convaincre, il finit par accepter de mauvaise grâce de les aider et de s'aider soi même par la même occasion.

Toutefois, Valens était prêt à en jurer, aucun des deux ne faisait véritablement confiance à ce scélérat. Lui tourner le dos était hors de question et ils ne le quitteraient probablement pas d'un pouce. De plus, muni d'une connaissance que l'individu ignorait qu’elle fut leur, ils surveilleraient ses travaux à la recherche du moindre détail pouvant révéler une fourberie. Ils avaient besoin de lui, ils le savaient et, malheureusement, le sorcier le savait également. Le rapport de forces était donc ambigu et instable. Un duel de volonté s'était engagé et le serpentard espéré l'avoir suffisamment ébranlé pour que le sujet ne prenne pas le risque de tout perdre sur un lancer de dés.

Les deux maudits n'avaient rien appris de nouveau dans les aveux du sorcier, cependant ils avaient réussi à le convaincre de plusieurs choses importantes. L'ombre, leur manque de connaissance et leur volonté de les faire précéder par lui dans la mort s'ils n'avaient pas le choix. Ces trois éléments réunis le poussaient à la coopération. De mauvaise grâce, certes, mais à coopérer malgré tout. A présent, ils devaient retourner là où se trouvait le matériel adéquat. Pourtant, y aller directement ne semblait guère judicieux. Même avec un otage, si des sbires s'y trouvaient, la réaction du sorcier face à l'espoir restait imprévisible. Valens décida alors de confier une mission à Hugin.

- Hugin?
- Oui maître?
- J'ai besoin de votre aide.
- Oui maître!
- vous vous souvenez du bureau avec tous les dossiers?
- Maître?
- Dans l'entrepôt, le truc en bois sous la montagne de rouleaux et de feuillets...
- Oui maître!
- Pourriez-vous transplaner relativement discrètement en dessous...
- Oui maître?
- Du bureau et vous y cacher le temps de regarder...
- Oui maître?
- Si d'autres personnes sont présentes et revenir nous le dire?
- Oui maître!
- Soyez prudent!
- Oui maître!

Deux craquements plus tard, séparés d'une minute à peine, le petit être revint afin de faire son rapport.

- Hugin a vu une autre personne. L'autre personne n'a pas vu Hugin. Mais l'autre personne a cru entendre Hugin et fouille la pièce à présent. Hugin pense qu'il est méfiant.
- Merci mon brave.

Satisfait, l'elfe et son maître reprirent leurs occupations respectives. Dans le cas du serpentard, c'était d'élaborer un modus operandi.

- Une personne, ils ont du le laisser au cas où on repointerait notre nez. Il n’appellera probablement pas ses amis sans être sûr que quelque chose se trame mais il n'hésitera pas s'il le pense. Que fait-on? Essayons nous de le neutraliser avant qu'il ne donne l'alarme? Ou comptons nous sur notre "ami" pour lui dire que ce serait fortement déconseillé?

Cette seconde alternative lui déplaisait visiblement. Trop de choses pouvaient déraper.
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Norvège

Message par : Kyara Blanchet, Mar 7 Aoû - 15:00


Le dénouement était proche, dans quelques heures ils allaient être libre enfin, dans quelques heures le calme reviendrait. Kyara pourra rentrer chez elle et faire une cure de sommeil, crotte pour le Bar, elle poserait une journée de repos. Cela serait la première fois donc il n'y aurait pas de raison qu'on lui refuse et de toutes les manières qu'elle vienne où pas au bar ne ferait pas une grande différence. Si elle se décidait de quand même allé travailler, elle s'endormirait probablement sur le comptoir donc ne servirait à rien à part à pourrir la réputation du bar. C'était donc décidé, après cette aventure, elle rentrerait chez elle et dormirait jusqu'à pas d'heure ! Et le premier qui osera la réveiller terminera en carpette ! Souriant à cette pensée, elle regarda alors Valens appelait son elfe de maison et lui donner des consignes pour la suite.

C'était une bonne idée que d'envoyé l'elfe en reconnaissance, même s'il apparaissait et disparaissait dans un craquement sonore, du fait de sa petite taille, il n'aurait pas de mal à se dissimuler. De plus, Valens; Kyara et le sorcier ne pouvait tout simplement pas se rendre dans l'entrepôt sans auparavant avoir effectué une reconnaissance. S'il fallait une armée les attendaient patiemment la-bas et face à une armée ils étaient impuissant. Ils se feraient alors cueillir et Kyara ne voulait pas penser à ce qu'il pourrait advenir par la suite .... Elle savait juste que le sorcier aurait trois fois plus envie de leur faire payer ce qu'ils lui avaient fait subir.

Sans dire mot, Kyara regarda alors l'elfe disparaître dans un craquement sonore. Tout en se craquant les doigts, la brune prit son mal en patience, normalement il ne devrait pas être trop long, à moins qu'il ne se fasse coincé la bas. Non, il ne fallait surtout pas parler de malheur où elle allait porter la poisse sur l'elfe loufoque de Valens. Il fallait positivé. Pour attendre, elle compta donc les secondes dans sa tête et au bout d'à peine une minute l'elfe réapparut et fit un rapport à son maître. Ainsi ils apprirent qu'il y avait une autre personne dans l'entrepôt qui faisait le guet. Surement attendant le retour de son cher maître, maintenant qu'il fouillait la pièce, il devait être plus méfiant s'il avait entendu du bruit. Ils devaient donc trouver un plan pour le neutraliser, sans faire trop de bruit. Il y avait peut-être aussi des hommes de mains

- Une personne, ils ont dû le laisser au cas où on repointerait notre nez. Il n'appellera probablement pas ses amis sans être sûr que quelque chose se trame mais il n'hésitera pas s'il le pense. Que fait-on? Essayons nous de le neutraliser avant qu'il ne donne l'alarme? Ou comptons nous sur notre "ami" pour lui dire que ce serait fortement déconseillé?

Kyara ferait plus confiance à un mangemort qu'au sorcier présent dans la pièce ! Elle doutait fortement qu'il ne les aides à faire croire que tout aller bien. En le laissant parler, il pouvait très bien faire passer un code secret et donner ainsi l'alerte. S'aider du sorcier était donc à exclure de l'avis de Kyara. Alors qu'elle réfléchissait à comment procéder, la jeune femme eut l'illumination pour ainsi dire.

- On ne peut pas se servir de lui et si on transplane avec il risque de donner l'alerte, donc il faut le bâillonner pour le voyage. Ensuite pour le sorcier, je pense qu'on peut envoyer nos elfes de maison. Edwin et Hugin en transplanant en même temps détourneront l'attention du sorcier, le temps qu'on arrive et l'immobilise. Je fais amplement confiance à Edwin pour se débrouiller comme un chef. Si c'est bon pour toi, on baîllonne notre ami et on y va.

Attendant une réponse, elle appela alors Edwin qui apparue auprès d'elle un grand sourire aux lèvres et en attente des ordres. Se tournant vers Valens, Kyara attendit alors de connaitre son avis avant de passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Norvège

Message par : Valens Fenwick, Dim 12 Aoû - 14:58


Le serpentard médita sur les paroles de sa coéquipière. Les risques encourus à se servir de leur prisonnier étaient bien trop grands. En conséquence, celle ci signala que leurs elfes de maison pouvaient provoquer une diversion capable de détourner l'attention du garde en faction. Profitant de l'effet de surprise, ce sorcier qui veillait sur les lieux pouvait être neutralisé rapidement. Dès lors, il suffirait de pousser leur captif à procéder au rituel pour rompre la malédiction rapidement. Nul doute que ce dernier, fin renard essayerait de gagner du temps, le temps que les autres hommes de main puissent se rendre compte que leur comparse ne répondait plus et rappliquent.

Jetant un coup d'oeil méfiant au sorcier, il transmit en chuchotant ses doutes à Kyara.

- Je suis d'accord avec votre plan. Cependant, nous n'aurons pas un temps illimité une fois la situation sous contrôle. Il va falloir faire vite... et le pousser à se presser aussi. Parce que je crains qu'il n'essaye à dessein de gagner du temps. Pour lui, qu'il finisse le rituel avant ou après l'arrivée des renforts ne change rien. Pour nous par contre... D'autant plus que ne sachant que peu de chose sur ce foutu rituel, j'ignore comment savoir s'il essaye de nous arnaquer ou non. Cela peut être naturellement long ou plus court mais rallongé volontairement avec des étapes inutiles ou des précautions superflues. Il faudrait une sorte de... compte à rebours pour le motiver. Sans pour autant le faire cafouiller. Vous souhaitez refaire le coup des bougies à un autre rythme ou avez vous une meilleure idée?

Tandis que son acolyte appelait son elfe de maison, le vert et argent fit de même en appelant le sien afin de lui donner ses consignes.

- Hugin!
- Oui maître?
- J'ai besoin que vous retourniez là bas, au même endroit, à la même position et que vous attiriez son attention.
- Son attention maître?
- Oui, il faut que, sans que vous ne vous fassiez prendre ou voir, le sorcier que vous avez vu regarde dans ta direction sans plus se soucier de ce qui se passe derrière lui.
- Il doit regarder dans la direction de Hugin. Sans voir Hugin.
- C'est ça, trouvez quelque chose de déroutant, qui ne peut pas manquer de le surprendre.
- Hugin doit surprendre le sorcier.
- Oui, nous arriverons juste après pour le neutraliser.
- Hugin a compris. Hugin a tout à fait ce qu'il faut au maître! Hugin connait le captureur de regard parfait qui marche même sur les foules!

Et brusquement, l'elfe disparu dans un craquement sans plus attendre, voulant surement à la fois montrer son efficacité et ne pas se laisser passer devant par son concurrent elfique. Restant songeur quelques instants, le regard de Valens devint perplexe. Parfait, ce n'était pas vraiment le genre de mots que Hugin employait à l'accoutumée. Il usait de comparatif, voir même de superlatif, toutefois la perfection était, le jeune homme le pensait, quelque chose d'hors d'atteinte pour cet elfe surmotivé. S'était-il finalement assagit ou...

Dardant soudainement son regard émeraude dans les yeux verts de sa complice, le reste de son visage se décomposa. Rapidement, il lui dit.

- Je n'aime pas ça, j'ai un mauvais pressentiment. Bâillonnons-le et rejoignons-le au plus vite, j'ignore complètement quelle est son idée, mon elfe est parti avant de me le dire. Et il va falloir s'attendre à tout...

Joignant le geste à la parole, il se mit en devoir de sortir des bandes de tissus pour bâillonner et aveugler leur prisonnier. Quand leurs préparatifs furent achevés, ils transplanèrent.


CRAC!
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Chercheuse en Dragonologie
Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Norvège

Message par : Kyara Blanchet, Mar 14 Aoû - 23:25


Quoi qu'il arrive, Kyara et Valens devaient agir rapidement. Nul doute que le sorcier au contraire tenterait tout ce qu'il peut afin de gagner du temps et de permettre à ses hommes de se rendre compte qu'il y avait un problème. Elle ne savait pas s'ils avaient des ordres bien précis, quelque chose comme "si vous n'avez pas de nouvelles toutes les 24 heures venaient à ma recherche". Mais, dans la mesure où le sorcier présent semblait être une personne assez arrogante fière d'elle et bourré de principe de bourgeois il était fort peu probable qu'il n'ait donné de telles consignes. Ce qui ne serait pas plus mal en soit. Sortant de sa réflexion, Valens lança alors un regard méfiant au sorcier avant de se rapprocher de Kyara et de lui répondre en murmurant.

- Je suis d'accord avec votre plan. Cependant, nous n'aurons pas un temps illimité une fois la situation sous contrôle. Il va falloir faire vite... et le pousser à se presser aussi. Parce que je crains qu'il n'essaye à dessein de gagner du temps. Pour lui, qu'il finisse le rituel avant ou après l'arrivée des renforts ne change rien. Pour nous par contre... D'autant plus que ne sachant que peu de chose sur ce foutu rituel, j'ignore comment savoir s'il essaye de nous arnaquer ou non. Cela peut être naturellement long ou plus court mais rallongé volontairement avec des étapes inutiles ou des précautions superflues. Il faudrait une sorte de... compte à rebours pour le motiver. Sans pour autant le faire cafouiller. Vous souhaitez refaire le coup des bougies à un autre rythme ou avez vous une meilleure idée?

Valens avait en effet raison, ils n'avaient aucun moyen de savoir si le sorcier allait les rouler dans la farine où pas, ce qui en soit n'étonnerait pas du tout Kyara. Encore heureux qu'ils ne devaient pas boire une potion pour lever la malédiction. Si cela avait été le cas, Kyara aurait été prête à parier, que le sorcier n'aurait pas fait un contre sort, mais une potion vous envoyant dans la tombe en quelques minutes seulement ... Mettre une limite de temps était en effet une bonne idée, par contre il fallait au préalable voir tous les ingrédients afin d'évaluer environ combien de temps pourrait mettre le sorcier. Dommage que la préparation n'était indiquéesur aucun des papiers que Valens n'avait ramené sinon ils auraient pu suivre étape par étape la marche à suivre.

Sans attendre de réponse de sa part, il appela alors son elfe de maison et lui expliqua ce qu'il allait devoir faire. Se tourna vers Edwin, Kyara lui ordonna de donner un coup de main à l'elfe de Valens et après s'être incliné, il disparut précédé de peu par Hugrin. Satisfaite, la jeune femme se mit à sourire lorsqu'elle remarqua l'expression faciale de son camarade. Valens n'avait pas l'air des plus rassurés. Fronçant les sourcils, elle attendit alors qu'il s'explique, ce qu'il ne tarda pas à faire.

- Je n'aime pas ça, j'ai un mauvais pressentiment. Bâillonnons-le et rejoignons-le au plus vite, j'ignore complètement quelle est son idée, mon elfe est parti avant de me le dire. Et il va falloir s'attendre à tout...

Aie ... grimaçant Kyara hocha alors la tête avant de regarder son camarade bâillonner et aveugler le prisonnier qui tenta en vain de se débattre. Lorsque ce fut chose faite, Kyara se plaça à côté de l'homme et lui agrippa fermement le bras avant de transplaner avec Valens.


Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Norvège

Message par : Mélina Kuders, Mer 10 Avr - 16:55


[Pv Désirée B. Black ]

La Norvège ... Pays des fjords et du saumon, situé à l’ouest de la péninsule scandinave ... Pays dans lequel Mélina avait décidé de poser ses valises pour quelques semaines, quelques mois ou encore quelques années. Rien n'était fixé, tout dépendrait de ce qu'elle aurait à y gagner ou à y perdre. L'ancienne poufsouffle voyageait au gré de ses envies, loin des contraintes d'une vie quotidienne ordinaire, plus de restaurant, de Ministère ou encore d'organisation secrète. La trentenaire avait tout lâché, tout ce qu'elle avait entrepris et qui avait été un échec aussi bien sentimental que professionnel. Elle était encore dans la fleur de l'âge et elle n'avait pas assez d'une main pour compter le nombre de morts parmi ses proches, son père était le dernier en date. L'homme qui comptait le plus pour elle, le seul homme sur qui elle avait pu toujours s’appuyer lorsqu'elle était au bord du gouffre ... C'était le seul qui la comprenait sans même une parole, leur relation père-fille allait plus loin que celui du sang, ils étaient très fusionnels, surtout après la mise à prix de la tête de la jeune femme, il avait refermé un cocon autour de sa fille, afin qu'elle soit protégée et qu'elle trouve les forces nécessaires pour refaire surface ... ce qu'elle avait fait, en dépit de certains de ses amis aurors.
Comment se reconstruire, comment vivre sans lui, lui qui avait fait tant pour elle, elle n'avait plus de larmes pour le pleurer. De toute manière, à quoi serviraient-elles ? A la réchauffer ou à l'apaiser ... foutaise, Mélina avait décidé de se réconforter dans sa colère, si douce et si puissante qui lui permettait de vivre, mais pas seulement, elle lui avait permis une meilleur maitrise de son don de métamorphomage, par rapport à sa maitrise de ses sentiments et depuis son départ de l'Angleterre, elle en avait fait largement usage, prenant tour à tour différentes apparences qui lui étaient très utiles pour se fondre dans la masse ou obtenir ce qu'elle voulait en prenant l'apparence de la personne qui lui permettrait d'obtenir ce qu'elle voulait sans essuyer de refus. Son don était devenu un véritable art de la manipulation et de la dissimulation. Il était loin derrière elle, le temps où elle était une petite fille sage, loyale et juste.
Elle avait pris l'habitude de paraitre aux yeux des autres, sous une apparence différente de la sienne. Elle prenait aussi bien l'apparence d'une femme que d'un homme ... selon ses envies et ses humeurs afin de laisser le moins de traces possibles dans la mémoire des personnes qu'elle pouvaient croiser au cours de son périple.
Périple qui allait la conduire dans le Nord, du Pays. Après avoir passé une quinzaine de jours, au cœur de la Capitale norvégienne : Oslo, elle estima qu'il était temps d'aller poser ses bagages dans le nord et plus précisément à Trondheim, 3ème ville du pays, au climat plutôt doux. Cette ville chargée d'histoire attirait sa curiosité et partir à la découverte de ce patrimoine norvégien lui permettait d'oublier tout le reste et de ne penser qu'à son bien être. Pour s'y rendre, elle avait pris l'option du train, ce n'était pas un TGV comme on pouvait en voir en France, mais elle s'en fichait, elle avait tout son temps. Comme depuis son départ du Royaume Uni, elle prit une nouvelle apparence, celle d'une jeune femme d'une vingtaine d'années, blonde aux cheveux courts et aux yeux noisettes qui n'avait rien de très attirante ni très repoussante, elle avait un visage banal qui n'attirait l'attention de personne et qui ne marquerait aucun esprit. Son baluchon sur le dos, elle embarqua dans le train, à sa montée, elle montra son billet au contrôleur qu'elle salua d'un sourire et alla s'installer d'un compartiment déjà bien rempli. Apparemment, c'était les vacances, il y avait trois ou quatre familles déjà installées et plongées dans leurs occupations. Il y avait aussi deux hommes seules et une jeune femme. Mélina prit soin de se tenir à l'écart de tout ce petit monde afin de pouvoir dormir tranquillement bercé par le roulement du train. Elle déposa ses bagages au dessus d'elle et prit place sur le fauteuil près de la fenêtre et le train se mit en branle ... laissant défiler un paysage de toute beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Désirée B. Black
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Norvège

Message par : Désirée B. Black, Sam 13 Avr - 21:14


Le train sifflait annonçant au retardataire de ce dépêcher, s'ils ne voulaient pas attendre le prochain... Qui ne serait pas avant le lendemain. Une jeune femme courrait sur le quai suivis de près par 80 kg de boule de poile noire avec une sorte de cravatte blanche dans ses poiles. Le train amorçait un premier tour de roue juste au moment ou la jeune blondinette se jetait dans l’entrebâillement d'une porte encore ouverte. Le contrôleur du train fût surprit part l'arriver plus que sauvage de la jeune femme et de l'animal.

Le Contrôleur = Men hva gjør du! Du får ikke i et tog i bevegelse og savner det meste av veien!

Grogna dans une langue que la jeune femme ne comprenait pas, elle lui présentat donc les deux billets de train. Un pour elle et l'autre pour le jeune terre-neuve, qui lui servait de compagnon. Pendant que l'homme contrôlait les papiers et les billets la jeune demoiselle sorti de la poche de son sac de voyage une petite corde d'escalade d'environ un mètre avec à un bout une attache qu'elle clipsa au collier rouge de l'animal.

Le contrôleur = Gå glipp av neste gang for å få en flekk tid behage. Hold og takk for hunden din til et bånd som scoring her!

Le contrôleur semblait la disputé un peu pour son arriver fracassante, mais il lui rendit ses papiers et ses billets. Puis lui montra un panneau avec l'image d'un chien tenu en laisse. Elle lui sourit et lui montra la corde qui liait le chien à elle. Puis le contrôleur lui fit signe de la main de foutre le camps. Elle ne se fit pas prier...

Faisant glisser sur ses épaules un sac de voyage elle saisi la laisse du jeune chien et rentra dans le couloir qui s’ouvrait devant elle. Toute les places semblaient prise sauf peut-être une ou un homme et une petit fille étaient installés. Elle avait amorcé l'ouverture des portes de la cabine mais l'homme se leva et referma les portes avec un signe de négation de la tête. "Super !! Le trajet va être agréable assit dans le couloir" pensa t-elle, mais le terre-neuve pris les devant de la marche et traversa le 3eme wagon avant qu'il ne s'arrête devant une cabine ou il n'y avait su'une seule occupante.

Désirée prit une profonde inspiration avant d'ouvrir la porte de la cabine. Elle passa la tête part l’entrebâillement de la porte, ainsi que le jeune terre-neuve, mais il ne dit rien laissant sa maîtresse ouvrir la bouche. Elle se gratta la gorge, pour ce l'éclaircir d'abord mais aussi pour signaler sa présence au cas ou la jeune femme se trouvant dans la cabine ne l'avait pas encore entendu. Puis d'une voix agréable prit la parole. Tout en ne sachant pas le moins du monde si la jeune femme comprendrait ou non ce qu'elle allait lui dire...

Désir' = Bonjour !! Est ce qu'ils nous seraient possible de nous installer parmi vous dans cette cabine... S'il vous plait !!

Attendant la réponse de la jeune femme, elle se mit machinalement à caresser le jeune chien.

Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Norvège

Message par : Mélina Kuders, Ven 26 Avr - 16:20


Regardant le paysage, elle essayait de ne pas tenir en compte du bruit environnant, afin de pouvoir se reposer. Son séjour dans la capitale norvégienne fut intense et peu reposant, comme à son habitude, elle n'a pas pu rester en place, résultat des courses quelques ampoules, des courbatures et des crampes dans les mollets. Il ne faut pas croire que visiter des grandes villes étaient un sport différent de la grimpette au sommet de montagnes aussi vertigineuses les une que les autres ... il fallait juste avoir les bonnes armes pour limiter les bobos.
Bref, tranquille dans son coin, elle sentit quelqu'un qui lui tirait le bras, machinalement, elle retira son bras, feignant de dormir pour qu'on lui fiche la paix ... mais c'était un peine perdue, l'enfant qui était planté devant elle, la fixait avec insistance. Elle refit le même geste, mais de façon plus violente. C'était pas un petit garnement qui allait lui gâcher son voyage, elle tourna la tête dans sa direction, le visage dur, cependant, elle n'eut pas le résultat escompté, le garçon pointa du doigt son tatouage qu'elle possédait sur le poignet, un phénix, signe de son passé, elle pourrait très bien l'effacer, mais elle en était très fière et elle aimait bien ses bêtes à plumes, elle était fascinée par leur pouvoir. Le garçon fixait toujours ... Mélina n'appréciait pas du tout ce mioche et elle décida que cela suffisait, à son tour, elle le regarda fixement ... alors ses pupilles changèrent de couleur, une belle couleur rosé, ses cheveux virèrent aussi au rose. Le sale gosse poussa un cri et fit un bond en arrière, puis partit en pleurant dans les jupes de sa mère. La jeune femme, un sourire en coin, reprit son apparence initiale, prit ses affaires et décida d'aller s'installer, un peu plus loin ... là où aucun marmot n'irait envahir son espace.
Après s'être faufilée, entre des dizaines de bagages, de personnes au milieu du chemin, elle trouva un coin tranquille, elle posa ses bagages et s'affala sur le siège de la même manière qu'elle l'aurait fait, si elle avait été chez elle, sur son canapé, son voyage s'annonçait pleins de rêves où le silence serait omniprésent ... que du bonheur, pensait-elle. Lorsqu'elle entendit un bruit qui n'annonçait rien de bon, l'ouverture de la porte du compartiment. Mélina lança un grand soupir, elle se demandait toujours pourquoi elle, pourquoi on pouvait pas lui foutre la paix, au moins une petite heure, tellement cette situation l'agaçait qu'une mèche de sa chevelure blonde vira au mauve. La maitrise de son don pouvait parfois quelques défaillances, dans certaines cas, tout don avait son revers. Elle vit apparaitre une jeune femme avec un chien ... qu'elle poisse se dit-elle !!! L'intruse ouvrit la bouche ...

Désir' = Bonjour !! Est ce qu'ils nous seraient possible de nous installer parmi vous dans cette cabine... S'il vous plait !!
A ces paroles, Mélina fit une grimace qu'on ne pouvait ignorer, non seulement, cette blonde parlait la même langue qu'elle, mais en plus, elle allait supporter la présence d'un ignoble chien qui ne sentait pas la rose.
Dans un long soupir, elle l’accueillit avec une extrême froideur :

Mademoiselle ? Ce train ne m'appartient pas et à moins que vous n'ayez pas de billet, vous avez le droit de vous asseoir, où bon vous semble. Je vous demanderai juste une faveur, faites en sorte que votre bête à poils ne s'approche pas de moi, je n'aime pas les animaux et malheureusement, ils ont toujours tendance à vouloir faire copain copain avec moi et à me coller comme de la glue.

Elle ne put s'empêcher de faire quelques commentaires supplémentaires afin d'être le plus désagréable possible et qu'elle lui fiche la paix ... durant le trajet.

Vous avez de la chance que je parle votre langue, n'importe quelle autre personne vous aurez ignoré, même si votre demande est plus qu'évidente, j'étais votre dernier espoir d'être assise, n'est-ce pas ? Dites-moi, vous n'êtes pas un peu jeune pour voyager aussi loin de chez vous, on dirait que vous êtes habillé comme une écolière, vous êtes peut être encore à l'école ? C'est dangereux de voyager seule par les temps qui courent, vous ne comptez pas sur votre molosse pour vous protéger tout de même ?

Une sourire en coin, ses yeux pétillaient, elle savait que ses paroles avaient un impact sur la demoiselle et elle était certaine qu'elle l'ignorerait et qu'elle pourrait dormir tranquille ...

hrpg : désolée du retard, si quelque chose ne te va pas, fait signe :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Désirée B. Black
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Norvège

Message par : Désirée B. Black, Mer 29 Mai - 23:47


Désoler pour l’immense retard, j'avais du mal a te répondre...

Melina = Mademoiselle ? Ce train ne m'appartient pas et à moins que vous n'ayez pas de billet, vous avez le droit de vous asseoir, où bon vous semble. Je vous demanderai juste une faveur, faites en sorte que votre bête à poils ne s'approche pas de moi, je n'aime pas les animaux et malheureusement, ils ont toujours tendance à vouloir faire copain copain avec moi et à me coller comme de la glue.
Désir' = Je vous remercie... Mais ne vous en faite pas mon chien comme vous dite sait se tenir et est très bien dresser, il n'est pas méchant et n'a vraiment pas l'habitude de sauter sur les gens et je tacherais qu'il ne face pas exception avec vous.

La jeune femme n'avait pas manger de clown au petit déjeuner certes, elle avait eu beaucoup de chance de tomber sur une personne qui comprenait parfaitement sa langue et la parlait aussi bien qu'elle mais elle ne s'était pas attendu a tombé sur une jeune femme aussi froide. Bref, cela ne l'empêcherait pas d'être de bonne humeur et de se comporter comme une parfaite miss, loyal, calme et diplomate qu'elle est toujours. Faisant entrée son chien dans le compartiment elle l'attacha ferment à l'accoudoir du train complètement en diagonale de la jeune femme. Puis déposa son sac dans le compartiment à bagage au dessus de sa tête une fois cela fait. Elle s'assit de manière stratégique entre Ice blue et la jeune femme qui la regardait fixement maintenant. Dune voix toujours aussi aimable elle lui dit de nouveau :

Melina = Vous avez de la chance que je parle votre langue, n'importe quelle autre personne vous aurez ignoré, même si votre demande est plus qu'évidente, j'étais votre dernier espoir d'être assise, n'est-ce pas ? Dites-moi, vous n'êtes pas un peu jeune pour voyager aussi loin de chez vous, on dirait que vous êtes habillé comme une écolière, vous êtes peut être encore à l'école ? C'est dangereux de voyager seule par les temps qui courent, vous ne comptez pas sur votre molosse pour vous protéger tout de même ? 
Désir' = En effet vous étiez bien ma dernière chance d'avoir une place assise dans ce train. Mais contrairement à ce que vous penser, même si les autres passager ne comprenait certainement pas ma langue, ils ont tous très bien compris le pourquoi tu comment j'ouvrais la porte de leur compartiment et ils m'ont tous sens exception refuser.

Il était inutile de s'étaler sur les fait, elle n'avait certes comprit aucun commentaire de chacun des passager mais leur gestes, ne méritait pas plus d'explication. Désirée, parait peut-être jeune et la réflexion sur son école en conclut bien la chose... Mais pour être honnête cela lui avait seulement tiré un large sourire. Elle avait l'habitude de ne pas faire son age, elle avait prit l'habitude et le prenait toujours avec la bonne humeur...

Désir' = Non ce n'est pas aussi dangereux que cela, ne vous inquiétez pas pour moi, je sais très bien me défendre. De plus je ne les fais certainement pas mais j'ai vingt-un ans je ne suis donc plus à l'école depuis déjà pas mal de temps.

Il fallait quelle face tout de même attention à ce qu'elle disait et ce qu'elle faisait les moldus sont parfois trop curieux, mais elle n'avait pas vraiment l'impression que la jeune femme avait une grande envie de taper la causette... Elle était donc mal tomber, mais c'était dans sa nature plus on la rejetait et plus elle voulait en savoir plus sur la personne qui l’entourait...

Désir' = Je peux vous retourner votre question vous êtes vous aussi bien loin de votre pays... Vous êtes ici pour affaire !?

Elle avait machinalement relancer la conversation, non pas qu'elle voulait savoir ce qu'elle faisait dans la vie mais s'était surement par simple politesse... Ou seulement pour emmerder la jeune femme qui semblait bien curieuse a son égare sens vraiment sembler vouloir elle même se dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Mélina Kuders
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Re: Norvège

Message par : Mélina Kuders, Jeu 18 Juil - 16:20


Mélina avait eu l'effet inverse de ce qu'elle voulait, la jeune femme devait avoir l'habitude de croiser des personnes peu aimables. Elle allait devoir se rendre à l'évidence, elle aurait droit à la causette ... De toute manière, si elle en aurait voulu autrement, elle aurait dû lui refuser l'accès au compartiment. Cependant, même si elle était d'humeur renfrognée, elle n'était pas du genre à refuser à des personnes de s'asseoir alors qu'ils ne trouvaient pas de place, surtout dans un transport ouvert à tous, du moment qu'on paie son billet. Les gens, de nos jours, oubliaient souvent qu'ils n'étaient pas seuls et que vivre en communauté, imposaient quelques règles de savoir vivre.  La vie ne lui avait pas fait de cadeaux et elle en avait tiré un certain nombre de leçons, mais elle honorait encore des notions essentiels de vivre ensemble.
La jeune femme qui lui faisait face, avait beaucoup de sang froid, elle la rassura en lui expliquant que son chien n'était pas sauvage et n'avait jamais mordu personne, mais qu'elle ne se fasse pas de soucis, elle ferait en sorte qu'elle ne l'approche pas. D'ailleurs, l'ancienne phénix ne pouvait que constater que le molosse était déjà coucher et que le sommeil le guettait déjà. Elle l'enviait un peu de pouvoir dormir à la demande, de n'avoir qu'à se soucier de manger et d'avoir comme seul autre objectif, recevoir des papouilles de sa maitresse. Trop dur la vie de chien !!!
Elle lui dit aussi qu'elle n'était pas si jeune que ça, enfin la passagère avait 21 ans et tout à fait apte à se défendre, comme quoi, il ne fallait pas se fier aux apparences. Non, sans se démonter, elle débuta à son tour les questions :

Désir' = Je peux vous retourner votre question vous êtes vous aussi bien loin de votre pays... Vous êtes ici pour affaire !?

Mélina sourit :
Non, je suis en Norvège, pour mon plaisir personnel, cela fait près de 8 mois déjà que je parcours le pays. Ce pays me fascine et c'est tellement reposant d'être loin de l'agitation du quotidien que je pouvais subir chez moi. Je ne dépends plus de personne et plus personne ne dépend de moi. C'est ce qu'on appelle la liberté, n'est-ce pas ? Cependant, un jour ou l'autre, je sais que je rentrerai lorsque ... Mélina fit une pause ... je trouverai cela nécessaire que je me lasserai. Et vous, vous êtes dans le coin pour faire un peu de tourisme ?

Mélina se demanda à quel monde, elle pouvait appartenir et pour se faire une idée assez rapide, il suffisait qu'elle sorte le journal du jour. Ce qu'elle fit et elle le mit de tel manière que la passagère puisse voir distinctement les gros titres qui étaient forts intéressants, d'ailleurs. Le journal local qui était l'équivalent de la gazette du sorcier, parlait d'un homme très dangereux qui avait échappé à la vigilance des autorités publiques, mais qu'ils mettaient tout en œuvre, pour capturer le fugitif en collaboration avec le Ministre moldu. Cela la faisait bien rire de voir comme parfois, la maitrise de certains individus demandait le soutien de personnes dépourvues de pouvoirs magiques que certains méprisaient tant et pourtant ....
Revenir en haut Aller en bas
Dwayne Maddison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Norvège

Message par : Dwayne Maddison, Ven 27 Sep - 13:33




PV : Personnage

Les vacances de Pâques étaient une très bonne occasion pour partir à l'étranger. Habituellement, je passais toutes mes vacances dans l'enceinte de l'école que je fréquentais l'année. Cette fois-ci, ça ne se passera pas comme ça. Ma mère et moi avions prévu de nous en aller loin de l'Angleterre, tout les deux, afin de faire le point sur mon avenir. Afin de discuter, tranquillement, ensemble de ce que je souhaitais faire plus tard. Elle connaissait bien le monde magique, elle pourrait facilement me conseiller. Je n'avais pas d'idée fixe, je ne savais pas trop vers quoi me diriger. J'avais bien l'idée de devenir enseignant à Poudlard, mais j'hésitais sur la matière que je voulais enseigner. J'avais toujours été fasciné par l'histoire de la magie, malheureusement j'avais peur que cette matière ne deviennent trop ennuyeuse avec le temps. D'où mon hésitation avec l'enchantement, matière qui ne cessait de se renouveler. De nouveaux sorts étant découvert chaque année. J'espérais pouvoir trouver mes réponses en discutant avec ma mère.

Elle m'avait demandé l'endroit où je souhaitais m'en aller, je n'avais pas hésité très longtemps. C'était en Norvège que je voulais me rendre. Pourquoi me direz-vous ? Bien que ça me semblait évident, je ne pouvais pas blâmer les personnes qui n'étaient pas aux  courants de la grande histoire de ce pays. En effet, la Norvège était le premier - et seul - pays au monde à s'être "lycanthropisé". Les Loups Garous étaient des gens normaux là-bas, ils étaient considérés.. Ce qui n'était pas le cas en Angleterre. Ce pays me fascinait, je voulais le voir de plus près. Le ministre de la magie du pays était même un Loups Garous reconnus de tous.. Le pays avait des dizaines d'années d'avance sur l'Angleterre dans ce domaine là. Bien entendu, je n'avais pas justifié mon voyage comme cela auprès de ma mère, elle n'était pas au courant de ce que j'étais.. La raison était simple ; l'Angleterre n'était pas la Norvège, chez nous être Loup Garou n'était pas une bonne chose. Nous étions traités comme des monstres.. ce que nous n'étions pas forcément. Certains Lycans étaient capables de se maîtriser durant les transformations, pour moi ce n'était pas encore possible. J'étais un jeune Lycan, mordu depuis plus ou moins un mois, je n'avais encore jamais subit de transformation. J'espérais apprendre le plus rapidement possible la technique, même s'il fallait quelques années pour la maîtriser.

Pour ma mère, nous partions en Norvège car je souhaitais voyager en Europe. J'avais choisis la Norvège "au hasard". Je pensais qu'elle m'avait cru, en tout cas elle n'avait pas bronché et avait accepté ma requête. Nous avions mit quelques heures avant d'arriver dans le pays souhaité, à l'endroit voulu. Nous étions dans une cabane située dans les montagnes. Nous n'avions aucun voisin, c'était tout ce que l'on voulait. Être au calme, dans un pays calme et où les sorciers n'étaient pas présent en nombre. La Norvège n'était pas un grand pays, la proportion de sorciers par rapport aux moldues étaient la même qu'en Angleterre, ce qui nous amenait à conclure que les sorciers étaient loins d'être beaucoup. Une cinq centaine maximum. Je n'avais pas recherché le chiffre exact dans mes livres d'histoires. Il faisait froid, beaucoup plus froids qu'à Londres. Ma mère et moi n'osions même pas mettre les pieds dehors. Je préférais rester à l'intérieure, bien au chaud auprès du feu de cheminée que nous avions allumés lors de notre arrivée. La cabane dans laquelle nous étions installées étaient assez grande, je ne savais pas combien l'avait payé ma mère mais ça ne devait pas être donné.. Après tout, mon père gagnait beaucoup d'argent, plus qu'il n'en usera tout au long de sa vie, ce n'était pas ce voyage qui allait le ruiner.

La pièce principale faisait une quinzaine de mètres carrés. Elle était composé d'un salon et d'une petite cuisine en coin. La cuisine et le salon étaient séparés par une sorte de bar. Il n'y avait pas de télévision, certainement à cause des difficultés de capter quelques choses à cette altitude et dans ces conditions météorologiques. Les trois fauteuils présent dans la pièce étaient rassemblés autour d'une cheminée, dans laquelle nous avions allumés un feu un peu plus tôt. Il n'y avait rien d'autre comme mobilier, quelques cadres accrochées au mur, sans plus. La pièce était extrêmement vide, c'était dommage d'ailleurs. En fouillant un peu, on avait tout de même réussi à chopper une vieille radio qui fonctionnait à moitié. De plus, les choses que l'ont captaient n'était pas forcément compréhensible, tout le monde ne parlait pas l'anglais par ici.

A l'extérieure, la tempête débutée un peu plus tôt commençait à s'atténuer pour finalement s'estomper. Ma mère et moi étions installés au coin du feu afin de se réchauffer. Je trouvais dommage de venir ici, pour ne jamais profiter de la vue. Je m'approchais de la fenêtre et y déposait mes deux mains en visière, pour ensuite y déposer ma tête. J'espérais mieux voir ce qu'il se passait à l'extérieure grâce à ce geste.


Maman, la tempête s'est arrêtée. On sort un petit peu prendre l'air ? On prendra une couverture et un cacao chaud chacun pour le froid.. Allez dis oui.. S'teuuuuuu plaît.

Je m'étais retourné lorsque j'avais commencé à parler. Je souriais à ma mère, je venais de jouer les jeunes enfants suppliant leur maman afin d'avoir ce nouveau jeu de vidéo qui venait de sortir. Souvent, les mamans craquaient. J'espérais que la mienne allait le faire. Comme ça, on pourrait discuter tranquillement de mon avenir, les fesses posées dans la neige et un cacao chaud entre les mains. J'avais comme intention d'entamer la discution sur mon avenir dans la soirée, que ça soit ici à l'intérieure ou encore à l'extérieure de la cabane, cela dépendrait de la décision de ma mère. Je réfléchissais aux mots que j'allais utiliser.. En effet, en plus de mon avenir, je comptais aborder un sujet des plus délicats avec ma mère : ma récente transformation en Loup Garou. En effet, même si je savais que faire partie de ce genre de groupe n'était pas bien vu, j'avais réussi à me convaincre que l'avouer à ma mère était la meilleure solution. Elle saurait comment m'aider, comment faire pour m'apprendre à vivre avec cette chose en moi. Même si je donnais l'image d'un garçon bien dans sa peau, je ne l'étais pas du tout. J'avais peur, peur de ce que j'étais devenu, de ce que je pourrais faire une fois dans cette état. Je ne m'étais encore jamais transformé, je ne savais même pas quand serait ma première fois. Les pleines lunes, c'étaient une fois tout les six mois, non ?  
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Norvège

Message par : Personnage, Sam 28 Sep - 21:39


Johanna était assise dans un fauteuil confortable, devant la cheminée d'un chalet de Norvège, en compagnie de son fils, Dwayne. Dehors, une tempête faisait rage, mais dedans la chaleur et le crépitement du feu rendaient le moment particulièrement agréable. L'ancienne Serdaigle ferma les yeux pour mieux sentir la chaleur qui émanait de l'âtre. C'était appréciable, surtout en comparaison du froid qu'ils avaient dû affronter pour arriver ici. En cet instant, Johanna se sentait comblée, c'était un moment de plénitude.
La sorcière jeta un coup d'oeil à sa progéniture. Son petit garçon avait tellement grandi. Le temps passait vite. Trop vite. Son visage tenait maintenant plus de celui d'un homme que de celui d'un petit garçon. Les rondeurs de l'enfance avaient disparu pour laisser place à des trais saillants. Une mâchoire bien dessinée, un regard déterminé. Son garçon était majeur, et bientôt, il quitterait Poudlard, pour entrer dans la vie active ou pour poursuivre une formation. Ce départ imminent du château était d'ailleurs la raison de leur venue ici. Il était temps que Dwayne choisisse sa voie.

C'était son fils qui avait choisi leur destination. Il avait dit vouloir voyager en Europe, et son choix s'était porté sur un pays nordique. Johanna avait été étonnée, elle aurait pensé que Dwayne préférerait la chaleur de l'Espagne ou de l'Italie. Elle-même aurait apprécié le sud de la France. Mais elle avait accepté le choix de son garçon sans discuter, après tout, ce week-end était pour lui.
C'était Johanna qui avait sélectionné le lieu où ils résideraient. Dwayne et elle s'étaient mis d'accord sur un endroit calme et isolé. Cela représentait plusieurs avantages. Premièrement, ils ne seraient pas importunés, deuxièmement, ils pourraient pratiquer la magie sans peur d'être surpris par un moldus.
Le chalet qu'elle avait loué pour le week-end avait tout le confort nécessaire. Il était bien assez grand pour deux. Le seul reproche que l'on pouvait lui faire, c'était le peu de mobilier à disposition. Trois fauteuils seulement, c'était peu. Heureusement qu'ils n'étaient que deux.

Le silence régnait depuis quelques minutes déjà. Johanna profitait du moment, elle n'avait pas besoin de plus. Son fils, en revanche, semblait avoir besoin de bouger. Il se leva pour s'approcher d'une fenêtre et regarder dehors. Dwayne n'avait jamais aimé le calme. Petit, il était toujours à courir partout. Elle le revoyait très bien gambader dans le grand jardin familial, à la poursuite de créatures imaginaires ...
- Maman, la tempête s'est arrêtée. On sort un petit peu prendre l'air ? On prendra une couverture et un cacao chaud chacun pour le froid.. Allez dis oui.. S'teuuuuuu plaît.
Johanna regarda son fils, un sourire en coin. Voilà qui tenait plus du caprice d'un enfant que de la réaction d'un adulte. Son bébé n'avait pas tout à fait fini de grandir, elle avait encore un peu de temps.
- Mmmmh, d'accord. Je vais préparer le chocolat chaud, tu t'occupes d'ensorceler deux couvertures pour qu'elles ne prennent pas l'eau ? Tu sais lancer un  Impervius ?

Johanna n'utilisait quasiment plus la magie. Avec un mari et une fille moldu à la maison, elle disposait de tous les appareils électroménagers derniers cris. C'était finalement bien pratique, elle trouvait même cela plus facile d'utilisation que la magie. Elle n'avait jamais été très douée en sortilèges. Ni même dans les autres matières d'ailleurs. À part en histoire de la magie. Passion qu'elle continuait à entretenir avec les livres scolaires que lui ramenait son fils. Elle s'intéressait même à l'histoire moldue depuis que sa fille était en âge d'aller à l'école.
Parfois elle regrettait un peu d'avoir délaissé ses pouvoirs, ce n'était pas digne d'une sorcière. Mais elle enfouissait vite ce sentiment de culpabilité en se disant qu'elle faisait cela pour sa fille. Elle voulait éviter qu'elle leur envie, à elle et à son frère, ces pouvoirs dont elle n'avait malheureusement pas hérité.
Revenir en haut Aller en bas
Dwayne Maddison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Norvège

Message par : Dwayne Maddison, Dim 29 Sep - 12:11




J'attendais maintenant la réaction de ma mère, je sautillais légèrement sur place. Je n'aimais pas quant l'environnement autour de moi était calme, il me fallait de l'action, du bruits.. ce genre de chose qui faisait que l'on se sentait vivant. Je reportais mon regard vers la fenêtre, une nouvelle fois, afin de tenter de voir ce qu'il se passait dehors. Comme lors de ma première tentative, je ne voyais rien. Derrière moi, j'entendais la voix de ma mère. Elle me répondait. Sa voix résonnait légèrement dans la pièce, sûrement à cause du manque de mobilier.

Mmmmh, d'accord. Je vais préparer le chocolat chaud, tu t'occupes d'ensorceler deux couvertures pour qu'elles ne prennent pas l'eau ? Tu sais lancer un  Impervius ?

Ma première réaction fut un sourire, ce dernier disparut assez rapidement lorsque j'entendais ma mère me demander si je savais exécuter le sortilège d'imperméabilité. Elle se foutait de moi ou bien ? J'étais dans ma dernière année à Poudlard, il valait mieux que je sache lancer un sortilège si basique, il ne manquerait plus que ça. J'avais envie de lui rétorquer que c'était peut-être elle qui ne savait pas l'utiliser, mais je me retenais. La phrase pourrait être mal interpréter, je ne voulais pas lui faire de peine. En y réfléchissant, il était vrai que je ne savais pas du tout quel niveau avait ma mère en magie. Je ne l'avais jamais vu l'utiliser, ou en tout cas que très peu de fois. Je n'avais jamais su pourquoi elle avait cette réticence.

Tu m'as pris pour un cracmol ou quoi ? J'vais te montrer ce que je sais faire. J'avais un air de défi dans ma voix, que je faisais disparaître pour la suite. Laissant mon côté enfantin reprendre le dessus.. Pas trop chaud le chocolat hein.

J'avais beau avoir 17 ans, j'en restais néanmoins un enfant. Après tout, si la majorité sorcière était de 17 ans, celle légale était à 18. Je n'étais pas encore un adulte aux yeux de la lois moldues. Je savais que c'était esquiver la réalité, mais je ne me sentais pas encore prêt pour être un adulte actif. Après tout, Poudlard nous avait formé à beaucoup de chose, mais pas assez en profondeur. Je ne savais même pas s'il existait des universités sorcières, comme chez les moldus, mais pour sorcier quoi. Ma mère se levait et se dirigeait vers la petite cuisine afin d'y préparer les chocolats chauds. Je la suivais du coin de l'oeil, puis me mettait à la tâche. Je prenais deux couvertures, les déposait sur le sol, bien étendue, puis sortait ma baguette. 17 ans, je pouvais utiliser la magie en dehors de l'école ; le pieds. Je marmonnais la formule magique une fois puis une deuxième. Je jetais un regard vers ma mère, toujours en train de faire les chocolats chauds.

J'ai laissé la couverture sur le divan. Je t'attends déjà dehors.

J'ouvrais la porte et traversait l'entrée. Je me retrouvais à l'extérieure, il neigeait légèrement. C'était assez inhabituelle à cette époque de l'année, enfin ça l'était pour l'Angleterre. En ce qui concernait la Norvège, je n'en savais pas grand chose. Paraîtrait que ce pays était réputé pour être plutôt froid, maintenant je pouvais m'en rendre compte. Je frissonnais, j'enfilais ma couverture imperméabilisée par mon sortilège. Je me dirigeais vers les marches en bois qui menait à l'entrée de la cabane, déposant mes pieds sur la petite couche de neige qui avait fait son nid. Je m'amusais à faire des dessins avec mes pieds, sans y faire attention ce fut une lune qui prit forme. Le bruit caractéristique d'une porte qui s'ouvre, sans me retourner je savais que c'était ma mère qui sortait, elle aussi, de la cabane.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Norvège

Message par : Personnage, Jeu 3 Oct - 20:29


Johanna savait qu'elle n'aurait pas dû douter des compétences de son fils. Poudlard était une bonne école et même s'il n'était pas le meilleur de sa classe, il ne faisait aucun doute qu'il devait maîtriser les sortilèges basiques. Mais, il n'était pas facile pour Johanna de réaliser que son petit était capable de se débrouiller tout seul. C'était l'instinct maternel que de vouloir tout faire pour ses enfants.
Comme elle aurait pu s'y attendre, Dwayne réagit au quart de tour, sa fierté piqué au vif :
- Tu m'as pris pour un cracmol ou quoi ? J'vais te montrer ce que je sais faire.
Les sourcils de Johanna se soulevèrent et un sourire se dessina au coin de sa bouche. Voilà qui était on-ne peu plus clair, qu'il montre donc.
La mère de famille s'apprêtait à se lever pour aller effectuer sa part du travail, lorsque son fils ajouta d'une voix redevenue enfantine :
- Pas trop chaud le chocolat hein.
- Oui mon chéri, répondit Johanna, un sourire amusé sur les lèvres.

En passant devant Dwayne, Johanna lui ébouriffa les cheveux d'un geste affectueux. Elle rejoignit ensuite la cuisine où elle sortit du lait, du cacao en poudre une casserole ainsi que deux grandes tasses. Par habitude, elle prépara le chocolat-chaud façon moldu, en vessant le lait dans la casserole puis en allumant la plaque électrique. Elle n'avait pas sa baguette sur elle de toute façon, elle devait encore se trouver dans sa valise. Bien qu'elle ne s'en serve plus, elle avait pour habitude de l'emmener partout avec elle. Lorsqu'elle faisait de grands voyage du moins, si c'était pour aller faire des courses, elle ne s'encombrait pas. Elle-même ne savait pas d'où venait ce besoin de ne jamais s'éloigner trop loin ni trop longtemps de sa baguette. Surtout qu'elle n'en avait plus trop d'utilité. Peut-être était-ce l'habitude, à moins que ce ne soit parce que l'objet en bois était un peu une partie d'elle. Après tout, c'est sa baguette qui l'avait choisi.
- J'ai laissé la couverture sur le divan, la voix de son fils la sortie de ses pensées, Je t'attends déjà dehors.
- J'arrive !
Plus que quelques minutes et le lait serait chaud. Johanna mit du cacao dans chacun des bols -un peu plus pour son fils que pour elle- puis y versa le lait. Quelques minutes de plus et elle avait fini de mélanger, à la main, bien sure.

Johanna revêtit la couverture, que lui avait préparé son fils, à la manière d'un châle, puis attrapa les deux tasses contentant le chocolat. Elle se dirigea ensuite vers la porte, d'un pas lent et précautionneux pour ne rien renverser.
- Tiens Dway', dit Johanna en tendant sa tasse à son fils. On marche par là-bas ?, proposa-t-elle en désignant un petit chemin bordé d'arbres. En fait, ledit chemin était totalement recouvert de neige, il n'était donc plus visible, mais la topographie des lieux laissait penser que ce devait être une petite allée.
La température était glaciale. Le pale soleil de Norvège n'arrivait pas à réchauffer l'atmosphère. Il était déjà bas dans le ciel, pourtant il était à peine 15h. Les journées étaient encore courtes, d'ici une petite heure, il ferait sûrement nuit.
Johanna resserra la couverture autour d'elle et enroula ses doigts autour de sa tasse. Cette répandait une douce chaleur. La mère de famille trempa ses lèvres dans la boisson chaude pour en évaluer la température. Elle était trop chaude pour être bue à grande gorgée, mais c'était pile la température idéale pour se réchauffer. Après en avoir bu une gorgée, elle entama la conversation :
- Alors, est-ce que tu as déjà pensé à ce que tu voudrais faire après Poudlard ?
Revenir en haut Aller en bas
Dwayne Maddison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Norvège

Message par : Dwayne Maddison, Dim 20 Oct - 13:52




Vraiment désolé pour le retard et désolé pour la qualité, je ferai mieux au prochain, promis ! :mm:

Mes oreilles ne m'avaient pas trompé, ma mère venait de me rejoindre à l'extérieur de la "cabane". Elle refermait la porte, histoire de ne pas laisser entrer le froid. Ça serait plus utile si l'on souhaitait se réchauffer une fois la petite promenade d'extérieure terminée. Je sentais le plancher craquer à chacun des pas de Johanna, je pouvais entendre qu'elle marchait lentement, certainement pour éviter de renverser la moindre goutte de chocolat chaud sur le sol, ou pire en plein sur son fils. J'aurai moyennement apprécié, même si je me doutais bien que ça n'aurai pas été fait exprès. Je me tournais légèrement afin de pouvoir la voire, elle me tendait la tasse qu'elle venait de me préparer.

Tiens Dway'. On marche par là-bas ?


Je suivais son regard et tombait sur ce qui aurait pu ressembler à un chemin, si la neige ne le recouvrait pas entièrement. Je ne savais pas où on allait tomber en suivant cette direction, mais je supposais que se perdre n'était pas imaginable. Je notais dans un coin de ma tête que je me devais de prendre des points de repère, si l'on commençait à s'éloigner de la cabane ; je ne pouvais pas faire confiance au sens de l'orientation d'une femme. Il s'agirait d'une grave erreur de ma part. Tout comme ma mère, je portais la boisson chaude à ma bouche, en aspirant une petite gorgée afin d'éviter toute brûlure inutile. Le peu de liquide que j'avais bû m'avais déjà apporté un petit peu de chaleur, je pouvais sentir le bien fait du chocolat chaud. Ma mère et moi avions commencé à bouger le long du chemin quant elle me posa une question.


Alors, est-ce que tu as déjà pensé à ce que tu voudrais faire après Poudlard ?

Je savais que tôt ou tard la question allait tomber. J'avais déjà préparé une réponse toute faîte, qui m'avait semblé bonne, lors du long voyage qui nous avait conduit ici. J'inspirais lentement puis commençait ma tirade qui, malheureusement, ne ressemblait plus à celle que j'avais prévu.

C'est délicat. J'envisage plusieurs choses pour mon avenir, mais toute son assez incertaine. J'ai plusieurs carrière en tête : professeur d'histoire de la magie ? d'enchantement ? Ou encore me diriger vers le ministère et les Aurors ? Pourtant, j'ai l'impression que je ne serai jamais à la hauteur de ces jobs, serveur dans un bar est une solution aussi.. même si elle est loin d'être glorieuse..

Je me taisais, je n'avais pas dis ce que j'avais prévu. Comme si le stress de la situation m'avait poussé à sortir la vérité, ce que je ne souhaitai pas dire mais qui était quand même sorti. Après tout, ce n'était pas plus mal. Elle était maintenant au courant de mes doutes, les peurs que j'avais sur mon avenir. Me taisant, je rajoutai une dernière chose.

Malgré tout ça, je suis sûr d'une chose. J'aimerai venir vivre ici, en Norvège.. Pour quelques années, j'aimerai en apprendre plus sur moi.. sur ce que je suis. Puis, ce pays n'est pas comme l'Angleterre, il est plus ouvert à.. certaines choses.

Je restais plutôt vague. Elle n'était pas au courant, elle ne comprendrait certainement pas mes paroles. Je faisais ma tête innocente, essayant de cacher au maximum que je cachais un lourd secret.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Norvège

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 10

 Norvège

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.