AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 6 sur 10
Norvège
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Dwayne Maddison
Gryffondor
Gryffondor

Re: Norvège

Message par : Dwayne Maddison, Dim 20 Oct 2013, 13:52




Vraiment désolé pour le retard et désolé pour la qualité, je ferai mieux au prochain, promis ! :mm:

Mes oreilles ne m'avaient pas trompé, ma mère venait de me rejoindre à l'extérieur de la "cabane". Elle refermait la porte, histoire de ne pas laisser entrer le froid. Ça serait plus utile si l'on souhaitait se réchauffer une fois la petite promenade d'extérieure terminée. Je sentais le plancher craquer à chacun des pas de Johanna, je pouvais entendre qu'elle marchait lentement, certainement pour éviter de renverser la moindre goutte de chocolat chaud sur le sol, ou pire en plein sur son fils. J'aurai moyennement apprécié, même si je me doutais bien que ça n'aurai pas été fait exprès. Je me tournais légèrement afin de pouvoir la voire, elle me tendait la tasse qu'elle venait de me préparer.

Tiens Dway'. On marche par là-bas ?


Je suivais son regard et tombait sur ce qui aurait pu ressembler à un chemin, si la neige ne le recouvrait pas entièrement. Je ne savais pas où on allait tomber en suivant cette direction, mais je supposais que se perdre n'était pas imaginable. Je notais dans un coin de ma tête que je me devais de prendre des points de repère, si l'on commençait à s'éloigner de la cabane ; je ne pouvais pas faire confiance au sens de l'orientation d'une femme. Il s'agirait d'une grave erreur de ma part. Tout comme ma mère, je portais la boisson chaude à ma bouche, en aspirant une petite gorgée afin d'éviter toute brûlure inutile. Le peu de liquide que j'avais bû m'avais déjà apporté un petit peu de chaleur, je pouvais sentir le bien fait du chocolat chaud. Ma mère et moi avions commencé à bouger le long du chemin quant elle me posa une question.


Alors, est-ce que tu as déjà pensé à ce que tu voudrais faire après Poudlard ?

Je savais que tôt ou tard la question allait tomber. J'avais déjà préparé une réponse toute faîte, qui m'avait semblé bonne, lors du long voyage qui nous avait conduit ici. J'inspirais lentement puis commençait ma tirade qui, malheureusement, ne ressemblait plus à celle que j'avais prévu.

C'est délicat. J'envisage plusieurs choses pour mon avenir, mais toute son assez incertaine. J'ai plusieurs carrière en tête : professeur d'histoire de la magie ? d'enchantement ? Ou encore me diriger vers le ministère et les Aurors ? Pourtant, j'ai l'impression que je ne serai jamais à la hauteur de ces jobs, serveur dans un bar est une solution aussi.. même si elle est loin d'être glorieuse..

Je me taisais, je n'avais pas dis ce que j'avais prévu. Comme si le stress de la situation m'avait poussé à sortir la vérité, ce que je ne souhaitai pas dire mais qui était quand même sorti. Après tout, ce n'était pas plus mal. Elle était maintenant au courant de mes doutes, les peurs que j'avais sur mon avenir. Me taisant, je rajoutai une dernière chose.

Malgré tout ça, je suis sûr d'une chose. J'aimerai venir vivre ici, en Norvège.. Pour quelques années, j'aimerai en apprendre plus sur moi.. sur ce que je suis. Puis, ce pays n'est pas comme l'Angleterre, il est plus ouvert à.. certaines choses.

Je restais plutôt vague. Elle n'était pas au courant, elle ne comprendrait certainement pas mes paroles. Je faisais ma tête innocente, essayant de cacher au maximum que je cachais un lourd secret.

Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Norvège

Message par : Personnage, Lun 28 Oct 2013, 17:41


Johanna écouta la réponse de son fils avec attention, cherchant à déceler dans ce qu'il lui racontait, le non-dit. Dwayne ne semblait pas totalement fixé sur ce qu'il lui plaisait vraiment. Il hésitait entre professeur et un poste au sein du ministère. Ce qui avait l'air de le bloquer, c'était le manque de confiance qu'il avait en ses capacités, si bien qu'il avoua aussi avoir pensé à devenir serveur. Il n'y avait, certes, pas de saut métier, mais ce n'était tout de même pas ce qu'il y avait de plus intéressant, ni de plus prestigieux. Serveur, c'était un boulot que l'on faisait en attendant de trouver mieux. Professeur ou membre du ministère, en revanche, c'était déjà plus valorisant.
Après une courte pause, Dwayne ajouta que, quoi qu'il fasse, il souhaitait venir vivre quelques années en Norvège. Johanna fut étonnée par sa détermination. Son fils ne savait pas encore quel métier était le mieux pour lui, mais il semblait certain d'avoir trouvé le pays qui lui convenait le mieux. Que pensait-il découvrir sur lui dans ce pays froid ? Ils n'avaient même pas d'ancêtres Norvégiens. Du moins, pas à sa connaissance. Et puis plus ouvert sur quoi ?... Les paroles de son garçon avaient éveillé en Johanna de nombreuses questions, si bien qu'elle ne savait plus par quoi commencer.

La mère de famille rassembla ses esprits et décida d'être méthodique. La première question qu'il fallait résoudre, c'était de savoir ce que Dwayne allait faire à sa sortie de Poudlard. Ensuite, seulement, elle pourrait lui demander pourquoi la Norvège en particulier.
Johanna s'était un peu renseigné sur les formations existantes, pour se mettre à jour. Cela faisait longtemps qu'elle avait quitté Poudlard, les orientations n'étaient plus qu'un vague souvenir. Et puis, elle n'avait jamais vraiment eu à se creuser la tête pour se trouver une voie : elle avait rencontré Willian et qu'ils s'étaient rapidement mariés. Johanna avait donc conscience de la valeur toute relative de ses conseils. Ce qu'elle pourrait apporter de mieux à son fils, c'était un oeil critique. Il était encore jeune, il n'avait sans doute pas totalement le sens des réalités. Et puis, le faire parler et le pousser à exposer ses idées l'aiderait sans doute à y voir plus clair.
Dans ses recherches, Johanna avait vu, et c'était déjà le cas à son époque, que peu de filaires possédaient réellement une formation. En général, les jeunes sorciers se trouvaient un mentor, ils étaient employés comme stagiaires et apprenaient sur le tas.

Après quelques minutes de réflexion, pour trouver comment formuler et aborder les choses, Johanna répondit finalement :
- Professeur ou employé au ministère me semble des bonnes idées, tu es tout à fait capable d'atteindre ces postes, tu as eu de bons résultats à tes BUSE. Elle adressa un sourire encourageant à son fils et poursuivit : Il n'existe pas de formations spécifiques pour devenir professeur, le mieux c'est d'accumuler de l'expérience en pratiquant un autre emploi. Par exemple, pour devenir professeur d'histoire, tu pourrais commencer par devenir bibliothécaire ou travailler dans des archives à Gringotts ou au ministère. Durant ton temps libre, il faudra que tu étudies pour accumuler suffisamment de connaissances afin de pouvoir les transmettre par la suite à tes élèves. Tu pourrais aussi voyager, pour découvrir d'autres cultures, c'est très enrichissant et je pense que ce serait un vrai plus lors de l'entretien d'embauche. Pour devenir professeur d'enchantement, mmmh, tu pourrais essayer de trouver un emploi de stagiaire dans la confection d'objets magiques, cela te permettrait d'utiliser de nombreux sortilèges. Et pour le ministère, tu peux entrer en bas de l'échelle et monter petit à petit. C'est la validation des compétences acquise, la motivation et la détermination qui permettent de monter les échelons. Si c'est plus particulièrement le métier d'auror qui t'intéresse, il me semble que pour cela, il existe une formation. Johanna fit une pause avant de conclure : Hormis la formation d'auror, quoi que, il y en a peut-être une similaire en Norvège, tu peux faire tout ça où bon te semble. Mais dis-moi, pourquoi la Norvège en particulier ?
Revenir en haut Aller en bas
Dwayne Maddison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Norvège

Message par : Dwayne Maddison, Mar 29 Oct 2013, 12:23




Je gardais le silence, nous étions tout deux debout au milieu de toutes cette neige. Il y en avait beaucoup, certainement plus que tout ce que j'avais pu en voir depuis ma naissance. Fallait dire qu'en hiver, Londres n'était pas plongé dans la neige comme c'était le cas ici.. Et encore, fallait bien réaliser que l'hiver était déjà passer par ici. Je n'imaginais même pas comment les hivers devaient être rudes par ici.. Je le saurai très bientôt, c'était sûr. J'avais fini de parler depuis quelques minutes déjà, je n'avais plus rien à ajouter pour le moment. Ma mère, elle, semblait plonger dans ses pensées, réfléchissant certainement aux meilleures choses à dire à son enfant. Je me doutais bien qu'elle avait du mal à accepter que son fils partent loin d'elle. J'étais son première enfant, dans la logique des choses j'étais, avec ma soeur, la personne qu'elle aimait le plus au monde. Elle ouvrait la bouche, un dernier regard autour de moi puis je reposais mon attention sur elle.

Professeur ou employé au ministère me semble des bonnes idées, tu es tout à fait capable d'atteindre ces postes, tu as eu de bons résultats à tes BUSE.

Je souriais, en réponse à son sourire. J'avais légèrement prévu sa réponse, j'avais supposé qu'aucune mère n'aurait dit à son fils qu'il n'était pas capable d'être à la hauteur de ses ambitions. Toutes mères se devaient d'encourager son enfant dans la voie qu'il souhaite poursuivre, quand elle reste dans la limite du raisonnable bien sûr.

Il n'existe pas de formations spécifiques pour devenir professeur, le mieux c'est d'accumuler de l'expérience en pratiquant un autre emploi. Par exemple, pour devenir professeur d'histoire, tu pourrais commencer par devenir bibliothécaire ou travailler dans des archives à Gringotts ou au ministère. Durant ton temps libre, il faudra que tu étudies pour accumuler suffisamment de connaissances afin de pouvoir les transmettre par la suite à tes élèves. Tu pourrais aussi voyager, pour découvrir d'autres cultures, c'est très enrichissant et je pense que ce serait un vrai plus lors de l'entretien d'embauche. Pour devenir professeur d'enchantement, mmmh, tu pourrais essayer de trouver un emploi de stagiaire dans la confection d'objets magiques, cela te permettrait d'utiliser de nombreux sortilèges. Et pour le ministère, tu peux entrer en bas de l'échelle et monter petit à petit. C'est la validation des compétences acquise, la motivation et la détermination qui permettent de monter les échelons. Si c'est plus particulièrement le métier d'auror qui t'intéresse, il me semble que pour cela, il existe une formation.

Ces conseils étaient précieux. Et même si je ne comptais pas entreprendre de formation tout de suite, je me devais des les noter dans un coin de ma tête. Ils me seraient utiles en temps voulu. Je n'y avais jamais vraiment réfléchit, mais il était vrai que le système d'université n'existait pas vraiment dans le monde des sorciers. L'apprentissage se faisait grâce à la pratique, chaque élève sortait de Poudlard avec les mêmes bases. Chacun en faisait ce qu'il souhaitait par la suite. L'absence d'université pouvait être considéré comme un mauvais point, mais pourtant ce n'était pas vraiment le cas. Grâce à cela, tout les métiers restaient accessibles à tout le monde, peu importe les capacités intellectuelles. Certaines personnes ont du mal pour étudier, mais pourrait tout de même faire de bon Aurors. Ce n'était pas une si mauvaise chose.

Hormis la formation d'auror, quoi que, il y en a peut-être une similaire en Norvège, tu peux faire tout ça où bon te semble. Mais dis-moi, pourquoi la Norvège en particulier ?

La question qui fâchait. Je m'y attendais aussi, ma précédente intervention avait amener une multitude de question chez ma mère. Je me devais d'y répondre, maintenant. Dire la vérité n'était peut-être pas la bonne chose à faire, j'allais la détourner très certainement. Je ne répondais pas de suite, essayant de monter un mensonge digne de ce nom. Pour cacher ma réflexion, je me remettais à marcher. Je parlais un peu plus fort que toute à l'heure, au cas où ma mère ne me suivrait pas dans ma démarche. Je passais les détails quant à ma formation future, de toute manière ce n'était pas forcément le plus important.

Hé bien.. C'est un pays vachement plus ouvert que le nôtre. Ils ont acceptés des choses que nous nous obstinons à ne pas admettre. L'exemple le plus concret c'est que, par exemple, les loups garous sont reconnus comme des êtres vivants normaux ici. Ils ne sont pas rejeté par la société. Ils ne sont pas tous considéré comme des monstres. Tu sais, ils sont comme toi. Me rendant compte de mon erreur, je rajoutai rapidement. et moi.

Je me taisais dés à présent. J'observais le ciel, il commençait à faire nuit pourtant il était très tôt. Évitant de me poser des questions, je me retournais vers ma mère.

Tu en pense quoi, toi ?

Je ne rajoutai rien. Je voulais juste avoir son avis sur ce que j'étais. Ce n'était peut-être pas une très bonne idée. Et si elle me disait que les Loups Garous n'étaient que des monstres assoiffé de sang et incapable de se maîtriser ? C'était faux, mais c'était la pensée générale. C'était la raison de mon voyage. En Norvège, il existait des tribus capables de se transformer à volonté, des hommes capables de maîtriser la bête et de rester lucide. Je voulais devenir comme eux. Malheureusement, ça ne se faisait pas en deux jours. Il fallait des dizaines d'années.


Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Norvège

Message par : Personnage, Mar 05 Nov 2013, 20:51


La réponse de Dwayne tarda à venir. Il semblait réfléchir et Johanna se demanda bien à quoi. Il se remit à marcher et sa mère le suivit, perplexe et curieuse de ce qu'il allait lui répondre. Finalement, il expliqua son choix par le fait que c'était un pays plus ouvert et tolèrant, sur la cause des loups-garous notamment. Dit comme cela, Johanna ne trouvait pas vraiment la lubie de son fils étonnante. C'était propre à la jeunesse que de rechercher la paix et la tolérance. Lorsque l'on vieillissait on se faisait à l'idée que la vie n'était pas parfaite et qu'il existait des injustices partout.
Son fils semblait vouloir défendre la cause des loups-garous, comme certains défendaient celles des elfes de maison. Johanna trouvait étrange que son choix se porte sur les loups-garous -connaissait-il quelqu'un qui souffrait de cette "maladie" ?-, mais comme dit précédemment, c'était bien de son âge de vouloir changer le monde. Jusqu'à présent, elle n'avait encore jamais décelé en son fils une personnalité aussi altruiste. Cet intérêt pour les autres était bien le signe qu'il grandissait.

Pour autant, Johanna n'était pas rassurée à l'idée que son fils aille se frotter à des créatures aussi dangereuses. Même s'ils ne représentaient aucune menace tant que la lune n'était pas pleine et qu'il existait la potion tue-loup qui les rendait inoffensifs, il ne valait mieux pas tenter le diable. Un accident était si vite arrivé ...
- Tu en pense quoi, toi ?, demanda finalement Dwayne, probablement en quête d'une approbation.
Johanna lui fit un sourire rassurant. Elle aussi se laissa le temps de répondre, pour bien doser ses mots. Elle ne voulait surtout pas le contrarier dans ses choix, aussi choisi-t-elle de le soutenir dans sa démarche.
- C'est très bien que tu t'intéresses aux autres Dway. Je ne vois pas d'objection à ce que tu ailles en Norvège. Mais si, comme tu le dis, c'est un pays où il y a beaucoup de loups-garous, il faudra que tu faces très attention les nuits de pleine lune. On te trouvera un appartement bien protégé, comme ça tu pourras te barricader.

Bien qu'elle ne le montre pas, Johanna avait conscience que savoir son fils dans un pays infesté de loups-garoux serait difficile à supporter. Chaque mois, elle s'inquièterait pour lui : peur qu'il soit tué ou contaminé. Être loup-garou, ce n'était pas une vie. Même s'il disait que c'était mieux accepté dans d'autres pays, ce devait être difficile. Ne serait-ce que pour la douleur que chaque transformation devait engendrer. Et puis, il y avait le risque de tuer on contaminer à son tour. Comment vivre avec des morts sur la conscience ?
Johanna n'avait jamais personnellement connu de loups-garous, mais, en tant que passionnée d'histoire, elle avait souvent lu des livres ou des articles sur le célèbre Rémus Lupin. Loup-garou depuis son enfance, il avait fait de grandes choses dans la lutte contre l'ancien mage noir Voldemort. Ses actions avaient donné aux loups-garous une meilleure image, même si la méfiance restait toujours.
- Pourquoi tu t'intéresses aux loups-garous ?, demanda Johanna après quelques minutes à marcher en silence, Tu en connais ?
Revenir en haut Aller en bas
Dwayne Maddison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Norvège

Message par : Dwayne Maddison, Ven 08 Nov 2013, 22:13




Si problème, dis moi Wink 

Ma dernière phrase résonnait, en moi, comme un appel à l'aide, comme une question qui me permettrait de savoir si avouer ma différence à ma famille était une bonne chose ou si, à l'inverse, je ne ferai que m'enfoncer dans mon exile. Je fuyais le regard de ma mère, la laissant assimiler tout ce que j'avais pu lui répondre. De temps en temps, je posais mon regard sur elle afin d'observer la raison qui la poussait à ne pas me répondre au tac-au-tac. Bien entendu, je ne pouvais pas la cerner de visu mais je pouvais essayer de la deviner. Elle semblait pensive, comme si elle réfléchissait aux mots qu'elle allait prononcer. Ou peut-être qu'elle se disait tout simplement que son fils était fou de vouloir vivre dans un pays comme la Norvège. La deuxième solution était probable, même si, en connaissant ma mère, je savais que cette idée n'effleurerait même pas son esprit.

Après quelques instants, qui m'avaient semblés une éternité, ma mère avait ouvert la bouche. Sa réponse ne m'étonnait guère. Après tout, il était dans le rôle d'une mère de soutenir ses enfants lorsque ceux-ci pensent à leur avenir. Je souriais en l'écoutant, tout d'abord sincèrement puis, vers la fin, le sourire devint forcé. Je n'avais pas pris mal ce qu'elle m'avait dit, après tout je ne savais même pas si elle connaissait des vrais lycans en dehors de son fils. J'étais tout de même heureux, car sa phrase n'était pas remplie de préjugé du genre "tu va vivre avec des sauvages" ou des choses de cet acabit là. Elle était resté plutôt soft, ne parlant que des nuits de pleine lune. M'enfin, je ne risquais pas grand chose. Les lycans ne se font pas de mal entre eux la nuit, ils se font plutôt du bien.

Tout en continuant de m'efforcer à ne pas croiser son regard, j’acquiesçais les paroles de ma mère d'un signe de tête, en signe d'approbation et de remerciement quant à son soutien. Très rapidement, ma mère me posait, à son tour, une nouvelle question. J'essayais de répondre au plus vite, afin de ne pas montrer que j'inventais un mensonge.

- Je ne m'intéresse pas à eux spécialement. C'était juste à titre d'exemple quoi. Maintenant, en côtoyé dans leurs vies de tout les jours peut-être un bon apprentissage, je suis sur que j'en sortirai grandis.

Cette fois-ci, je l'avais regardé bien dans les yeux. Oui, j'avais du toupet de mentir à ma mère de cette façon, mais j'étais obligé. Lui annoncer ma différence était bien trop dure pour moi. Pour ne pas rester immobile, je laissais mes bras aller d'avant en arrière, chaque fois qu'elles arrivaient au niveau de mon ventre, elle se tapait dessus puis repartait vers l'arrière. Mon regard était dirigé vers le ciel, il faisait noir et bientôt la lune ferait son apparition. Heureusement, elle ne serait pas pleine. Enfin, je n'avais pas vérifié, mais je supposais que ça ne serait pas pour aujourd'hui, j'avais dû me faire mordre il y a euh.. presque un mois ?

Je sentais mon cerveau faire des liens, petit à petit. Je savais qu'entre chaque pleine lune, il devait y avoir 28 jours. Hors, si je comptais bien cela faisait maintenant.. 28 jours que j'avais été mordu. La nuit, cette nuit.. celle de ma première transformation, elle serait pour aujourd'hui, pour ce soir. Tout d'abord, l'excitation. J'avais envie de devenir ce monstre pour voir ce que ça faisait. Puis, la peur. Tout d'abord, la peur de la douleur car je savais que la mutation allait être douloureuse. Ensuite, peur pour ma mère. Elle était là, à côté de moi, alors que la lune risquait d'apparaître d'une minute à l'autre. J'avais peur, je ne savais pas quoi dire. Le meilleur réflexe aurait été d'aller me cacher dans la maison, à l'abris des rayons de la lune mais je n'avais pas la présence d'esprit pour me faire la remarquer.

- Maman ! Cours. Rentre vite.

Ma voix avait été assertive, j'avais donné un ordre à ma mère tout en restant polis. Je ne voulais pas qu'elle me pose de question, je ne voulais pas qu'elle s'en pose. Je savais que la situation allait obligatoirement lui imposer des questions, je ne savais pas quoi faire. Devais-je rester là ? Non, trop dangereux pour elle. Devais-je m'en aller le plus loin possible de la cabane ? Sûrement. Pourtant, je ne bougeais toujours pas, fixant ma mère à la recherche d'une aide qu'elle ne pouvait pas me fournir. Énergiquement, je poussais ma mère en direction de la maison, pour la forcer à débuter une course.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Norvège

Message par : Personnage, Dim 17 Nov 2013, 10:32


Dwayne répondit à la question d'une voix détachée :
- Je ne m'intéresse pas à eux spécialement. C'était juste à titre d'exemple quoi. Maintenant, en côtoyer dans leurs vies de tous les jours peut-être un bon apprentissage, je suis sur que j'en sortirai grandi.
Johanna acquiesça à ces sages paroles.
- Tu as sans doute raison, répondit-elle.
Son fils sembla se perdre un instant dans la contemplation des lieux. Il faisait sombre et Johanna ne savait pas très bien si c'était seulement à cause des nuages ou parce que le soleil avait disparu derrière l'horizon. La neige avait l'avantage de conserver une faible clarté. Une lumière bleutée qu'il n'y avait pas jusqu'à présent. Aussi, n'avaient-ils pas encore besoin de lumière supplémentaire. Elle se fit la réflexion que, peut-être, elle aurait dû amener sa baguette, mais elle réalisa que son fil avait la sienne. Une lumière pour deux, c'était suffisant.

Alors qu'elle était en train d'admirer la singularité des lieux -jamais elle n'avait vu autant de neige, pas même à Poudlard-, la voix de Dwayne la ramena à la réalité.
- Maman ! Cours. Rentre vite.
Ces mots firent sursauter Johanna. Courir, pour quoi faire ? Qu'avait-il vu ?
- Qu'est-ce que ?..., les derniers mots moururent sur ses lèvres lorsque son fils la poussa en direction de la cabane. Tout comme ses paroles, cela surprit la quinquagénaire. Elle fut déstabilisée et fit quelques pas maladroits dans la neige avant de retrouver son équilibre. Mais que lui prenait-il ? Ce n'était pourtant pas dans ses habitudes de la pousser ainsi. Il avait toujours fait preuve de respect envers elle. Excepté quelques fois où la colère lui avait fait dire des choses qu'il ne pensait pas -du moins elle l'espérait-.

Au lieu d'écouter son fils, Johanna s'approcha de Dwayne et lui prit le bras. Elle n'était pas brusque, ce geste avait pour but de l'apaiser.
- Qu'est-ce qu'il y a Dway ? Tu as vu quelque chose ? Tu veux qu'on rentre ?
Dans la tête de Johanna aussi les liens se faisaient. Cette clarté bleutée, elle ne pouvait venir que de la lune, pas du soleil. La nuit avait donc dû tomber. Les nuages cachaient le satellite terrestre, elle ne pouvait donc pas voir si elle était pleine ou non, mais son instinct lui disait que si son fils avait si peur, c'était peut-être parce qu'ils courraient un danger. Si, comme il l'avait dit les loups-garous étaient nombreux en Norvège, il ne valait mieux pas rester dehors tant qu'ils ne connaissaient pas avec certitude l'état de la lune.
- Est-ce que c'est la pleine lune ce soir ? Demanda Johanna. Dans sa voix, perçait l'inquiétude, même si elle ne voulait pas le montrer à son fils. Viens Dway, ajouta-t-elle en tirant doucement sur la manche de son garçon pour qu'il la suive. On va rentrer au chalet, c'est plus prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Dwayne Maddison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Norvège

Message par : Dwayne Maddison, Ven 22 Nov 2013, 09:51




Ma mère ne bougeait pas, elle ne partait pas. Que faisait-elle ? Elle aurait de comprendre qu'elle ne devait pas rester, je ne m'en étais jamais pris "physiquement" à elle, j'avais pensé qu'elle aurait compris que ce geste indiquait une grande urgence. Elle s'approchait de moi, la Lune commençait à laisser apparaître ses premiers rayons, j'étais encore à l'abri pour quelques minutes, peut-être même seconde. Pourquoi se rapprochait-elle ? Pire, elle me prenait le bras. Il fallait qu'elle me lâche et qu'elle parte se mettre à l'abris, bien que je doute qu'elle soit à l'abri dans cette maison de bras. A vrai dire, je n'en avais aucune idée. Je ne m'étais encore jamais transformé.

Qu'est-ce qu'il y a Dway ? Tu as vu quelque chose ? Tu veux qu'on rentre ?

Mon regard ne se concentrait que sur les nuages, à la recherche de la Lune. Elle allait bientôt se montrer, je regardais ma mère. Elle observait le ciel, elle aussi. On aurait dit qu'elle avait compris la situation, j'avais envie de crier une nouvelle fois mais ma langue était comme paralysé.

Est-ce que c'est la pleine lune ce soir ? Sa voix n'était plus la même. Viens Dway, On va rentrer au chalet, c'est plus prudent.

Non ce n'était pas plus prudent, elle allait s'enfermer avec le monstre. Je ne savais pas comment lui dire qu'elle devait partir sans moi, comment faire comprendre à sa mère qu'elle devait laisser son fils s'en aller pour la nuit. Je n'avais pas le temps de lui expliquer, c'était trop tard. Je maudissais la peur que j'avais eu de lui annoncer ma véritable nature. Tout aurait été plus simple si je n'avais pas été ce monstre. La Lune était dans l'axe. Je fermais les yeux et me mettait à pleurer, je savais ce qui allait se passer. Soit elle allait mourir, soit elle deviendrait comme moi. Tout ne dépendrait que d'elle. Les larmes coulaient toutes seules, je n'osais plus la regarder en face. J'aurai aimé lui dire que je l'aimais, lui dire aurevoir mais j'étais comme bloqué.

Finalement éclairés par les rayons de la lune, ma transformation allait commencer. Je gardais les yeux fermés, signe de ma lâcheté. La douleur était intense, je me mordais les lèvres à sang pour ne pas crier. Ça ne marcherai que quelques instants. Je tombai à genoux sur le sol enneigé, mes mains s'enfonçant dedans. Je ne ressentais pas le froid, je forçais sur l'entierté de mon corps pour éviter de montrer ma douleur. Finalement, je ne pus la retenir. Mon cri brisa le silence de l'endroit, la neige présente sur certaines branches d'arbres tomba au sol. Je ne savais pas ce que faisait ma mère, je ne pouvais plus maîtriser mon corps. Chacun de mes os craquaient, si ma mère était proche elle pouvait entendre le craquement. Ils se brisaient pour mieux se resouder après. Ils étaient plus dur, plus grand, plus fort. Mes vêtements se déchiraient, la couverture tombait. Des poils commençait à me pousser sur tout le corp, mon visage devenait une gueule, s'allongeant d'une dizaine de centimètres. Je continuais à crier, jusqu'à ce que je ne puisse plus. Je dormais. Le monstre, lui, sévissait.

Enfin. J'étais de sortie. Première fois que je sortais de cette être humain. Je criais, laissant sortir ma joie. J'avais faim, faim de cruauté. Je voulais torturer. Je voulais manger, mais sans tuer. Le plaisir n'en serait que plus grand. Je ne savais pas par où commencer. Mon odorat surdévellopé, me permettait de sentir la chère fraîche à des centaines de mètres. Cependant, une odeur était fort proche de moi. Dieu qu'elle sentait bon, j'allais me faire un plaisir de la détruire. Je la cherchais du regard et je la trouvais finalement. Je ne savais pas mesurer la distance qui nous séparaient, mais peu importe. J'étais un Loup, je la couvrirai en un seul saut. Avec ce qui ressemblait à un sourire cruelle, je laissais à l'humaine le soins d'entrevoir mes canines, instrument de sa mort.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Norvège

Message par : Personnage, Sam 30 Nov 2013, 14:51


Dwayne ne bougeait pas et sa paralysie commençait à sérieusement inquiéter Johanna. Mais qu'avait-il vu enfin ? Son incompréhension augmenta lorsqu'elle vit des larmes rouler le long des joues de son garçon. Un chagrin silencieux, il ne sanglotait pas, seules les larmes coulaient.
- Dway, chéri, mais enfin, dis-moi ce qui se passe ?
Sa main était toujours accrochée au bras de son fils et elle sentit que son corps était parcouru de soubresauts. Son visage se tordit, mais ce n'était plus seulement sous l'effet du chagrin. Johanna mit quelques secondes avant d'identifier cette expression. Elle comprit lorsqu'il s'écroula à terre, se libérant de son emprise, et poussa un cri déchirant. C'était la douleur. Johanna regarda autour d'elle, à la recherche d'un sorcier qui aurait pu faire souffrir son fils ainsi. Mais l'endroit était désert, il n'y avait qu'eux.
CRAC ! Ce bruit fit sursauter la mère de famille. Il fut suivi de plusieurs autres semblables. C'était les os de Dwayne qui étaient en train de se briser un à un. Johanna regarda ce spectacle avec horreur. C'était maintenant elle qui était paralysée. Elle ne pouvait pas croire ce qu'elle voyait, elle ne voulait pas l'admettre. Son garçon ne pouvait pas être un loup-garou.
La couverture qu'il portait tomba au sol, laissant apparaître son corps en pleine transformation. Ses vêtements déchirés laissaient entrevoir sa peau, peu à peu recouverte d'une fourrure épaisse. Le visage de son fils se déforma et devint méconnaissable. À cette vision, Johanna, qui était restée paralysée, retrouva l'usage de ses jambes. Elles se mirent à courir toutes seules en direction du chalet.

Abandonner son enfant, quoi de plus horrible ? Même si elle ne pouvait rien pour lui, et que c'était elle qui était en danger, elle se sentait horriblement coupable de s'enfuir ainsi. Mais ses jambes ne semblaient plus répondre à sa volonté, elles continuaient obstinément à la mener vers la cabane. La neige rendait sa progression difficile et sa panique la faisait chuter sans arrêt. Sa couverture était tombée. Elle courait, tombait, se relevait, rampait dans la neige. Elle se débattait tant bien que mal avec l'épais manteau hivernal, tout comme son esprit se débattait avec les émotions qui se bousculaient en elle.
Comment cela avait-il pu arriver ? Comment son fils pouvait être un loup-garrou ? Pourquoi personne ne l'en avait informé, il avait bien dû consulter un médicomage. Était-elle une mauvaise mère pour ne jamais avoir vu un tel changement chez son enfant ? Et lui, pourquoi l'avait-il amené ici un soir de pleine lune ? Lui avait-elle fait quelque chose de mal pour qu'il la confronte ainsi à la mort ? Voulait-il se venger ?
Johanna avait toujours pensé être une bonne mère et avoir inculqué de bonnes valeurs à ses enfants. Pourtant, en cet instant, tout cela était remis en question. Si elle se retrouvait dans cette situation, c'était forcément qu'elle avait commis une erreur quelque part. Mais où ? ...
Des larmes coulaient le long de ses joues. Elle était fatiguée, mais pas seulement de courir. Le chalet ne semblait pas se rapprocher, elle n'y arriverait pas. Elle aurait voulu s'arrêter, souffler et attendre la fin. Mais son corps ne semblait pas d'accord avec cela.

Le hurlement d'un loup se fit entendre et la terreur de Johanna fut décuplée. Sa détermination également, car ses mouvements se firent plus rapides, plus précipités, mais pas plus efficaces. Ses sens étaient en éveils guettant l'attaque du loup. Elle aurait sûrement dû se retourner, pour voir s'il était à ses trousses, mais elle ne pouvait se résoudre à voir son fils dans un tel état. Il fallait qu'elle garde de lui le souvenir d'un gentil garçon, pas celui d'un horrible monstre.
Sans qu'elle ne l'ait entendu arriver, il se retrouva prêt d'elle, ses babines retroussées, un regard meurtrier. Johanna laissa échapper un cri d'effroi. Son propre fils allait l'attaquer, la torturer, la tuer. Elle le supplierait sans doute, essaierait en vain de le ramener à la raison, de faire revenir en lui son humanité. Elle lui criait de se rappeler qu'elle était sa mère, qu'il ne pouvait pas la tuer. Mais cela ne servirait probablement à rien. On ne pouvait pas résonner un loup-garou, c'était dans leur nature. Alors elle mourrait, tuée par son propre fils. Mais c'était toujours mieux que de devenir loup-garou à son tour. Elle ne voulait plus voir ça, elle ne voulait plus souffrir, tout cela devait s'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas
Dwayne Maddison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Norvège

Message par : Dwayne Maddison, Sam 30 Nov 2013, 15:44




L'humaine courrait, espérait-elle réellement éviter sa mort ? Si j'aurais su parler, je lui aurai dit que ça ne servait à rien. Je lui aurai expliqué que sa vie allait se terminer, alors qu'elle n'avait même pas eu le temps de dire aurevoir à qui que ce soit. Elle était là, devant moi. Tombant, se relevant, perdant une nouvelle fois l'équilibre à cause de la peur. Il ne me restait plus qu'à la finir, une morsure ou deux et ça serait terminé. Je bondissais, une fois puis une deuxième fois. Je l'avais dépassée, je me retournais et lui montrait mes dents. Lentement, je m'approchais d'elle. Je voulais faire durer le plaisir, je ne devais pas me précipiter. C'était comme quand un humain mangeait son plat préféré, il prenait son temps de manière à savourer le goût. J'allais savourer, aucun doute là-dessus. Personne ne pouvait s'interposer, son heure était venue.

Pour commencer, je lui donnais un coup de patte en plein dans les jambes, afin de la coucher une nouvelle fois au sol. Ensuite, je me plaçais au dessus d'elle, mon haleine pénétrant dans ses narines. L'odeur ne devait pas être à son goût, j'imagine. J'approchais de plus en plus, la reniflant. D'un nouveau coup de patte, je lui cassais le bras droit. Le crac caractéristique résonnait dans le silence de l'endroit, quel bonheur. J'aurai presque pu fermer les yeux, comme quand un humain savourait son vin à 2000 gallions. Je me délectais des cris, sans pour autant atténuer ma faim, ma soif de sang. La première morsure ne se faisait plus attendre, je plongeais sur l'autre bras, celui qui n'était pas blessé, et y enfonçait mes crocs acérés. Elle était à moi. J'allais la terminer.

Une fois la lune disparue..

J'étais en plein milieu d'une forêt, nu. Je ne me souvenais de rien depuis ma transformation. Les événements précédent avaient encore du mal à me revenir à l'esprit. Je me souvenais de la douleur et puis.. de ma mère. Que lui était-il arrivé ? Je ne pouvais pas lui avoir faire ça. Elle avait du s'enfuir, s'enfermer dans la cabane. Il n'y avait aucune autre option. J'avais peur, peur de ce que j'avais pu lui faire. Je courrais le plus rapidement possible, vers je ne sais où, la neige freinant mon avancée. Je ne connaissais pas l'endroit, comment allais-je retrouver mon chemin ? Ma baguette ? Je ne l'avais pas sur moi, elle avait du rester près de la cabane. Plus je traînais, plus j'avais peur. Les extrémités de mon corps ne répondaient presque plus aux ordres de mon cerveau, le froid me faisait mal.

Je ne savais pas combien de temps il m'avait fallut, mais j'avais fini par retrouver la cabane. Je la voyais, la porte fermée et la lumière allumée. L'espoir renaissait en moi. Je courrais aussi vite que je le pouvais encore, l'idée de revoir ma mère en vie me servant de radiateur. Sur mon chemin, je croisais mes vêtements déchirées sur le sol. Je prenais ma baguette puis continuait mon chemin. C'était à ce moment que ma vie avait changée. Sur ma route, un corps. Une image horrible, il n'en restait que quelques morceaux. Si je ne connaissais pas la personne par coeur, je n'aurai jamais su reconnaître qui était cette personne. Au fond de moi, je savais. Mais je n'acceptais pas cette idée. Je continuais sur ma lancée, ne prêtant pas attention à ce que j'avais vu. Je rentrais dans la cabane et la cherchait. Elle devait être là, elle était forcément là. Il n'y avait aucune autre fin possible. Je criais son nom, son surnom aussi fort que je le pouvais. Aucune réponse. Cette blague n'était pas drôle.

Au bout d'une dizaine de minutes de recherche je réalisais. Je réalisais que ce corps que j'avais croisé, inerte et déchiqueter, n'était autre que le fruit de ma transformation. Je réalisais que ce corps appartenait à la personne que j'aimais le plus au monde. J'avais tué ma propre mère. Je ne pouvais pas avoir faire ça, ce n'était pas possible. Il devait y avoir encore un espoir. Je m'agenouillais, mes rotules nues se frottant contre le parquet de la cabane. Dans mes mains, je tenais ma tête. Je sentais les larmes coulées sans pouvoir les arrêter. Qu'avais-je fais ? Comment allais-je faire pour continuer à vivre sur cette terre, en sachant que j'avais tué la personne qui m'avait mis au monde ? Non, ce n'était qu'un rêve, un terrible cauchemard qui allait s'arrêter. Dîtes moi que ce n'était qu'un rêve..

FIN DU RP.
Revenir en haut Aller en bas
Luna Velvet
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Norvège

Message par : Luna Velvet, Dim 22 Juin 2014, 17:06


[ RP avec Laura Graisse  Ange  ]

Pendant les vacances de février, Luna logeait à Poudlard, elle n'avait pas eut envie de repartir à Hampshire pour y retrouver Librocaste. Malheureusement, la blonde avait reçut une lettre de son paternel. Suspicieuse, la jeune femme l'ouvrit et plus elle lisait le parchemin, plus elle se sentait en colère. Son très cher père lui demandait de venir sur le champ dans le manoir de Winchester. N'aimant pas le fait de recevoir un quelconque ordre de ce dernier, la jeune femme ne répondit pas à la lettre. Un jour avant la rentrée des classes, la blonde reçut un nouveau colis. Ne pensant pas qu'il pouvait provenir de son père, la fille aux cheveux d'or l'ouvrit et prit l'objet, il s'agissait d'un portoloin.

Velvet eut la désagréable sensation d'avoir un crochet dans le nombril. Lorsqu'elle atterrit dans la pièce, la blonde mit quelques instants à reprendre ses esprits. Après une minute, la jeune femme s’intéressa au bureau qui l'entourait et elle reconnut la pièce. Il s'agissait du  bureau de Librocaste. Ce dernier se tenait justement assit dans son siège de cuir et de bois. Agressive, Luna se mit face à l'homme qu'elle méprisait de tout son être.

- Qu'est-ce que tu me veux ?

Le tutoiement envers les aînés n'était pas toléré dans les grandes familles de sang pur comme les Velvet. La blonde, en utilisant ce vocabulaire savait qu'elle allait attirer la colère du vieil homme. Et c'était exactement ce qu'elle voulait, faire sortir son paternel de ses gonds. Sa réaction ne se fit d'ailleurs pas attendre. Il se leva d'un coup et gifla avec force la blonde qui tomba à terre. Le coup qu'elle reçut la sonna et lui fit mal, mais elle parvint tout de même à se relever, tenant sa joue d'une main. Sa colère prenant encore le dessus, Luna eut un rire froid qui lui glaça son propre sang.

- Ce sera toujours par la violence que tu résoudras tes problèmes ?

Le regard de Librocaste se durcissait en même temps que le sourire de l'adolescente s'agrandissait. Elle savait qu'il n'était pas à bout. Il semblait tout juste échauffé. N'ayant plus trop mal à sa joue, Luna put la lâcher et elle se redressa entièrement pour faire face à l'homme qui l'avait autrefois effrayé. D'un geste à peine visible, la jeune femme regarda si elle possédait bien sa baguette, au cas où la discussion prenne un tournant inquiétant. Elle l'avait, la sorcière soupira un bon coup, elle pourra toujours se protéger avec son bout de bois.

- C'est du moins comme ça que j'élimine les parasites, comme ta chère mère par exemple...

La voix gelée de son père la fit frisonner. Elle n'avait pas l'habitude de l'entendre parler. Généralement, ses phrases étaient concises et cassantes. Luna mit quelques minutes à comprendre ses paroles. Il comparait Cécile, la maman de Luna, à un parasite. La colère de la blonde se transforma en fureur. Comment pouvait-il osé ? Sentant que son côté sombre prenait de plus en plus de place, la fille aux cheveux d'or ne fit rien pour lutter. Ses jolis yeux ambrés presque miels semblaient désormais noirs.

- Un parasite ? Maman n'était pas un parasite. Elle était mieux que tu ne le seras jamais !

La fureur montait de plus en plus en elle. Elle savait qu'elle n'allait bientôt plus avoir le contrôle de son corps. La blonde décida donc avec le peu d'esprit qui lui restait de partir pour retourner à Poudlard et être loin de cet homme vil et malsain. Alors qu'elle tourna le dos à son père, elle ne le vit pas lever sa baguette, ce ne fut qu'arrivée devant la porte et qu'elle explosa que Luna vit que son père venait d'utiliser la magie contre elle. Les projections de bouts de bois lui ouvrèrent la peau à plus ou moins profondément au visage ainsi qu'aux bras. La blonde se retourna vivement pleine de rage.

- Encore ? Tu n'en as pas marre ? Franchement, si c'est comme ça que tu m’accueille, autant me tuer !

La phrase de la jeune femme paressait irréaliste. Jamais en temps normal elle n'aurait dit une telle chose. Pas à cause de la peur mais plutôt à cause des conséquences de ses paroles, conséquences auxquelles elle n'avait pas pensé sous le coup de la colère. La sorcière vit un sourire mauvais s'étirer sur le visage de Librocaste. Le genre de sourire qui ne laissait rien présager de bon. Luna chercha à nouveau sa baguette, une fois qu’elle eut la main dessus, la jeune femme la brandit face à elle. Bien trop souvent, la blonde n'avait pas paré les sorts de son père. Mais ce soir, tout était différent, la blonde ne saurait pas vraiment l'expliquer mais elle savait que ce soir allait être important. Elle vit alors son père se relever et prendre toute la prestance qu'il pouvait avoir.

- c'est demandé si gentiment ! Avad...

- Sectumsempra !

Dans la précipitation, Luna prononça le premier sortilège qui lui vint à l'esprit. Ce fut en entendant un bruit sourd que la blo,de comprit que son sortilège avait marché. Ne sachant plus où elle avait vu ce sort, Luna se dirigea vers Librocaste pour voir l'entendue des dégâts. L'homme à terre semblait se vider progressivement de son sang. Elle ne fit rien pour arrêter hémorragie qui allait être fatale pour celui qui était son père. Elle tenait enfin sa vengeance. Soudain, elle l'entendit gémir.

- Luna... je t'avais demandé de venir pour revoir ton éducation.

Le vieil homme très affaiblit toussa et cracha même du sang, il essaya de reprendre la parole avec un timbre à peine audible. Luna ne voulait pas vraiment savoir pourquoi elle était venue à la base. Son "éducation" comme disait Librocaste n'était que violence et la jeune femme ne voulait plus en entendre parler. Tout ce qu'elle voulait, s'était partir de cet endroit et laver ses plaies qui allait commencer à s'infecter. La jeune femme n'éprouvait même pas de remord, seulement un soulagement, comme si elle était débarrassée d'un poids qu'elle avait trop longtemps gardé.

- Mais au final... tu es encore plus cruelle que moi, je n'ai rien à refaire.

Quelques secondes après, Luna savait que la vie avait quitter le corps de son père. Elle ne réalisait pas encore ce qu'elle venait de faire, et elle se sentait étrangement libre. Aucune trace que culpabilité n'était présente sur son visage, la blonde semblait presque sourire, délivrée. Cependant, elle agissait comme une automate, régulière et ne faisant pas attention à ce qui l'entourait. La jeune femme semblait avoir un but précis, et c'est ainsi qu'elle partit dans sa chambre et ouvrit la fenêtre.

La blonde prit son balais et sans but, elle s'éloigna progressivement de tout, du manoir Velvet, d'Hampshire et même de l'Angleterre. Prenant conscience de ce qu'elle venait de faire, la jeune femme décida de s'éloigner le plus possible de Lui. Comme pour pouvoir échapper à son acte et ne pas subir de peine ou même de ne pas se retouver à nouveau confrontée à la mort qui lui avait déjà prit un être cher à son coeur.

Volant depuis de nombreuses heures déjà, la blonde sentit le vent et le froid pénétrer ses habits trop légers. Elle décida de s'arrêter. Luna savait qu'elle avait quitter l'Angleterre mais elle ne serait incapable de dire où elle se trouvait actuellement. Mais cependant, elle était sûre d'être gelée et d'avoir besoin de chaleur. Marchant dans la tempête avec difficulté, la jeune femme trouva une maisonnette et elle se précipita à l’intérieur. L'habitation semblait vide, voir presque abandonnée, elle trouva un emplacement pour la cheminée. Les mains tremblantes et bleues à cause du froid, Luna eut du mal à prendre sa baguette et faire un feu.

Pendant presque une heure, la blonde agenouillée près de la cheminée tentait de se réchauffer. Quand elle sentit à nouveaux tous les membres de son corps, la jeune femme essaya de se relever. Son corps endolori par le long voyage qu'elle venait de faire et par le froid refusa de se mettre sur ses deux jambes. Elle utilisa alors un charme d'attraction pour récupérer une des couverture qui reposait sur le canapé. Prenant pleinement conscience de son acte et du fait qu'elle avait tué son propre père, Luna ne trouva pas d'autre solution que de pleurer. Personne ne pouvait la voir, elle était seule, alors elle pouvait bien laisser libre-cour à ses émotions. Elle voulait d'ailleurs restée seule, jusqu'à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Norvège

Message par : Invité, Mar 01 Juil 2014, 11:29


Après la Roumanie et tant d’autres pays, c’était en Norvège que la Serdaigle se rendait. Cette fois encore, elle avait trouvé une excuse pour y aller. Pour le business. C’est ce qu’elle répondait à tous ceux qui voulait en savoir plus sur les raisons de son départ. Elle ne voulait pas  s’étaler sur ce sujet, surtout pas devant tout le monde qui allait, sans aucune gène, rependre des rumeurs partout où ils iraient. Elle aurait pu n’en avoir rien à faire, mais c’était une partie de son passé d’ont elle n’était pas très fière bien qu’elle ne regrettait  rien. Ca gars, qu’elle allait voir là bas, elle y allait bien pour le business : il lui devait de l’argent et c’est même lui qui lui avait demandé de venir quand elle le lui avait réclamé. Pas besoin de préciser que Laura avait accepté sans aucune hésitation. Bien sûr, c’était un Moldu qu’elle allait voir. Elle n’avait fréquenté aucun sorcier durant son absence de quelques mois. Ayant déjà prit l’avion pour aller à Las Vegas, la blonde n’hésita pas à le reprendre pour venir en Irlande. Quand elle se posa, enfin, la journée était déjà bien entamée et comme prévu, il faisait froid. En descendant du grand avion, la Serdaigle resserra sa cape autour de ses épaules. Le pays semblait encore une fois plongé dans une tempête permanente. Par précaution et bien que ses faux billets d’avions soient tout à fait crédibles, la blonde avait prit le soin de prendre un vol moins fréquenté qui n’était pas atterri à l’endroit où Laura devait aller. En fait, elle n’avait pas prévu qu’il atterrirait si loin. Elle ne pourrait pas voir Simon aujourd’hui mais avec un peu de chance, il l’attendrait encore demain et tous les autres jours qui suivraient tant qu’il n’aurait pas reçu une lettre de la blonde lui disant qu’elle ne venait  pas. Et cette lettre elle ne comptait pas la lui envoyer. Derrière elle, les dernières personnes encore présentes dans le bolide en sortaient avec une grimace et le plus souvent, en enfilant une deuxième veste. Certains commençaient d’ailleurs à regarder Laura d’une manière étrange. Elle ne comprit pas vraiment pourquoi sur le coup mais décida de ne plus s’attarder là très longtemps. Peut-être que c’était pour ça d’ailleurs, c’était la seule qui semblait, dans le petit aéroport, n’attendre personne.


La blonde marcha alors longtemps sur la route où glissaient des bourrasques de neige. Elle n’avait pas laissé le temps aux Moldus de l’avion de se poser plus de questions ou même de venir l’aborder. Le froid commençait peu à peu à traverser ses vêtement, et même à la pénétrer jusqu’aux os. Elle sentait ses jambes devenir lourdes, son souffle se raccourcir, elle commençait à ne plus sentir ses pieds. La blonde poussa un juron de colère. Simon lui avait dit qu’il faisait froid, mais il aurait pu la prévenir que ce froid devenait insupportable à long terme. Elle regretta le fait de ne pas avoir choisi un aéroport dans la ville, elle aurait pu trouver Simon en quelques minutes et ne pas souffrir de ce froid cinglant, du moins, pas trop longtemps. A côté d’elle, Laura voyait défiler les maisons à moitié dissimulées par la neige, mais d’où parvenait une lueur réconfortante qui ne lui donnait qu’une envie : aller frapper pour leur demander de se mettre ne serait-ce que quelques minutes au chaud. Mais elle savait que c’était risqué. En étant restée plusieurs mois au côté des Moldus, elle savait que la plupart avaient une grande curiosité et qu’il valait mieux pour un sorcier ne pas s’étaler sur les réponses si l’on ne voulait pas risquer d’être dévoilé. C’est pour ça qu’elle ne se risqua pas à entrer dans une maison fréquentée par des Moldus. Elle devrait marcher encore quelques minutes dans la souffrance de ses membres qui refusaient totalement à présent de l’écouter.


Quand Laura trouva une petite maison abandonnée, elle ne se posa aucune question et se dépêcha d’y aller. La porte n’était même pas complètement fermée. C’est en poussant la porte que l’es-Serdaigle regretta son geste. Là aussi, un feu brûlait dans la cheminée. Ce ne serait pas été un souci s’il n’y avait eu personne dans la maison, mais quelqu’un était là, agenouillée devant la cheminée des couvertures sur les épaules. Cette personne semblait pleurer. Elle n’avait pas encore remarqué Laura et celle-ci hésita d’ailleurs à repartir à nouveau, mais son envie de se réchauffer était bien trop grande pour qu’elle arrive à quitter la maison. Après être rentrée, elle referma la porte de manière à ce que la jeune femme l’entende mais ne s’approcha pas tout de suite du feu. Mieux valait rester prudente. Rien que l’atmosphère qui régnait dans la maison la réchauffa quelque peu. La blonde alla s’asseoir sur le vieux canapé qui trônait dans un coin de la pièce et poussa un soupir de soulagement en s’asseyant. Laura avait le sentiment que ses jambes commençaient enfin à revivre après le voyage qu’elle venait de faire. Par simple précaution, la Serdaigle prit le soin de garder sa baguette à portée de main, les Moldus étaient capables de tout et même si cette jeune blonde ne semblait pas être chez elle et semblait encore moins être dangereuse, Laura avait appris que l’apparence était souvent trompeuse.

HRPG: Je sais, il est tout petit à côté du tiens, et je suis loin d'être certaine qu'il y a la qualité que tu attends, mais tant pis, fais avec vieille peau Ange
Revenir en haut Aller en bas
Luna Velvet
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Norvège

Message par : Luna Velvet, Mar 01 Juil 2014, 13:05


Venant de toi je suis déçue, mais bon j'ai pas fais mieux...

Au fur et à mesure que les heures passaient, la blonde réussit tant bien que mal à calmer ses sanglots. Les larmes coulaient encore mais avec beaucoup moins d'intensité. La jeune femme était désormais très fatiguée, à cause de son long voyage mais aussi au niveau emotionel. Toujours vers la cheminée la sorcière commençait à tomber dans un sommeil qui serait comme un échappatoire, où elle ne penserait plus à rien et où elle ne serait d'une enveloppe vide ne ressentant aucune émotion. C'est ainsi qu'elle s'endormit.

Quand elle se réveilla, Velvet allait encore plus mal. La vert et argent n'avait cessé de faire des rêves à propos de Librocaste. Comment elle s'en sortirait, en qui pouvait elle avoir confiance, auprès qui elle se confierait. Mais pouvait-elle se confier à quelqu'un. Auparavant, la franco-anglaise ne disait jamais à personne ce qui se passait dans sa vie ou même ce qui c'était passé. Alors pourquoi maintenant‚ devrait-elle s'ouvrir aux autre, alors qu'elle venait d'accomplir un acte des plus fou et presque barbare. Luna se maudit d'avoir réussi à se réveiller. Elle semblait encore plus perdue qu'avant. Très fragile émotionnellement‚ la blonde se remit à pleurer. Elle détestait pleurer‚ elle se sentait faible et à ce moment-là‚ la sang pur savait que c'était vraiment le cas.

Soudain le froid hivernal entra à nouveau dans la maison abandonnée. Luna ne se posa pas trop de questions et les larmes continuait de couler désormais en silence. La porte claqua et la Serpentard leva vivement la tête. Elle espérait de tout coeur qu'il ne s'agisse pas des propriétaires. La tempête faisait rage‚ et elle ne voulait pas être jetée dehors. Alors elle se faisait toute petite. Même si la personne l'avait vue la blonde n'avait pas envie de se faire remarquer. Elle semblait au plus mal et elle ne voulait pas la compassion habituelle et hypocrite des hommes en général.

Mais la personne ne paraissait pas être d'ici non plus. Luna regarda si elle avait sa baguette à portée de main et elle la trouva sur le rebord de la cheminée‚ à la vue de la jeune femme qui était visiblement un peu plus vieille. (tu vois c'est toi la vieille peau !) La blonde resserra sa main sur le bout de bois magique et essuyé son visage baigné de larmes avec le revers de la manche. Son geste fut inutile puisque son visage se retrouva quelques minutes plus tard à nouveau humide. La plus petite des deux blondes regarda son aînée. Elle avait l'impression de l'avoir déjà vue‚ mais elle ne savait plus vraiment où. La jeune femme se dit que c'était sans importance et qu'elle avait des problèmes bien plus grave à régler. Elle se mit donc dos à la cheminée et regarda la femme.

Les interrogations de la sorcière reprirent. Devait-elle interpréter l'arrivée de la blonde comme une délivrance ? Luna ne put empêcher un rictus sarcastique de se former sur ses lèvres. Elle ne croyait pas aux signes subliminaux que la Terre ou qu'un Dieu éventuel pourrait lui envoyer. Ici elle était seule face à elle même et elle pratiquait la magie. Les croyances n'étaient que les illusions des moldus. Ils voulaient se raccrocher à quelque chose de supérieur. Et bien que Luna ait du respect pour eux, elle ne pouvait pas s'empêcher de se demander pourquoi ils pensaient encore de nos jours qu'une force surnaturelle les guideraient pour leur bien. Dans le monde il n'y avait pas de bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Norvège

Message par : Invité, Dim 27 Juil 2014, 20:04


En entrant, Laura n'avait pas vu la baguette sur le rebord de la cheminée. Alors comme ça, l'autre blonde était aussi une sorcière. Coïncidence ? Dur à croire, mais cette présence ne fit qu'accentuer les craintes de l'ex-Serdaigle. Déjà qu'une personne moldue n'était pas la bienvenue, une sorcière l'était encore moins. La blonde serra un peu plus sa baguette dans sa main quand celle assise devant la cheminée se retourna vers elle et l'observation sans un mot. Le silence était pesant. Laura sentit un brin de colère monter en elle: elle détestait qu'on l'observe, surtout sans dire un mot. Mais la britannique n'avait elle toujours pas tourné son égard vers elle et restait les yeux fixes sur le vieux mur en face du canapé. La seule chose qu'elle distinguait du coin de l'oeil, c'était les cheveux blonds de l'autre femme. Pas blonds comme elle (qui avait plus les cheveux chatains très clair en vérité), non, ils étaient blonds à tel point qu'ils tiraient un peu sur le blanc.

Après de longues, même interminables minutes, Laura posa son regard sur la sorcière et l'observation à son tour. Cheveux comme dit plus haut, de beaux yeux que Laura avait du mal à distinguer et apparemment plus jeune qu'elle mais son visage semblait tellement fatigué et marqué de vécu qu'on arrivait à peine à voir la différence (non c'est toi, la preuve, t'es censée être jeune mais t'es vieille en même temps !). Mais ce qui attira le plus le regard de la Serdaigle, c'était le feu qui brûlait gracieusement dans la vieille cheminée en pierre (ouais parce que toi on s'en fous complètement ! ). Elle maudit silencieusement l'autre fille assise dos à ce merveilleux feu et en profita pour la traiter de tous les noms. C'était un truc qui avait le don de lui faire du bien: insulter et maudire les autres, même dans sa tête. Au bout d'un moment et avant qu'elle ne saute sur l'autre pour enfin lui faire sortir un mot de la bouche, elle se décida à parler le plus calmement possible.

Quoi !?


Le calme et la patience, c'est le genre de truc que Laura pouvait aussi bien avoir, à revendre même, pour certaines choses; mais pour d'autres, rien, nada, inerte. Et la, c'était plutôt le cas. Dire que cette c*nne squattait la cheminée à elle toute seule... Déprimant.
Revenir en haut Aller en bas
Seth McSoul
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Norvège

Message par : Seth McSoul, Dim 01 Fév 2015, 16:26


(RP avec Severus pour l'animation "Un chasseur sachant chasser")
- Je t'ai emprunté ton libre-arbitre pour le début -


L'ouverture du Grand Zoo était imminente. Seth, qui avait toujours rêvé de croiser de dangereuses créatures magiques, avait failli s'évanouir en apprenant la nouvelle. Là-bas, il verrait sans doute des sphinx, des dragons, des phénix, des... hiboux ? Puis une nouvelle annonce était arrivée pour accompagner la première : des captures de bêbêtes en environnement hostile, ou non, afin de les apporter au zoo. « Oh mon dieu, je vais pouvoir devenir dresseur comme dans Pokémon !!! » avait immédiatement pensé le garçon – culture moldue, tu peux pas test.

Puis des groupes de chasseurs s'étaient formés partout à Poudlard, à Pré-au-lard ou sur le Chemin de Traverse : ça y est, c'était la folie ! Alors que la chasse des animaux moldus était répugnée par la plupart des gens normaux, celle des créatures magiques attirait les sorciers comme des petits moutons. Seth s'était évidemment, comme beaucoup de ses camarades, cherché un partenaire pour partir à la recherche de bestioles à capturer. Pour les élèves de Poudlard, cela pouvait apporter plus d'entraînement et d'apprentissage.

Le Poufsouffle se tourna bien sûr vers Sev' – Severus Storm de son petit nom –, nouvel ami sympatoche et déjà véritable confident. Ainsi, le Blaireau et le Serpent s'étaient réunis et avaient discuté de leur cible.

- Le Chaporouge... Une créature qui s'amuse à assommer les touristes sur les lieux couvert de sang. Dangereux, mais pas trop non plus : exactement ce qu'on veut, non ?

Et ils avaient commencé à rechercher les lieux où il était possible de trouver ces bêtes. En Europe du Nord, dans les cachots des châteaux ou les champs de bataille désertés. Ça tombait bien : un jour, Seth était parti en voyage en Norvège où un guide leur avait présenté un château abandonné où des légendes avaient été bâties, selon lesquelles des créatures mystérieuses attendaient les visiteurs pour les agresser...

Une fois sur place – devant le château en question –, les deux garçons s'introduisirent dans la bâtisse et cherchèrent des escaliers pour descendre aux sous-sols.

- Nous y voilà, dit Seth une fois parvenu dans les cachots qu'il avait ouvert d'un coup de #Alohomora. Bon, on se sépare et le premier qui voit la bête prévient l'autre, ça te dit ?

Il n'était même pas certain que des Chaporouges vivaient ici, mais c'était l'occasion de prendre des risques. De plus, ce voyage avait permis aux deux sorciers de s'améliorer en Transplanage. Seth avait déjà eu l'occasion de s'entraîner à l'utiliser depuis qu'il avait eu son examen, mais jamais pour aller aussi loin et, heureusement, tout avait bien fonctionné – normal, vu les cerveaux dont ils étaient dotés.

1. Seth se sépare pendant à peine quelques secondes de Severus lorsqu'il entend un bruit à côté de lui... Il se retourne alors, et se retrouve face à une ombre douteuse. Puis la couleur rouge apparaît dans son champ de vision, sur le bonnet d'une espèce de gobelin étrange. Trouvé !
2. Seth fouille le cachot de fond en comble. Il n'y a rien d'anormal, ici. Décidément, les légendes peuvent être vraiment décevantes lorsqu'on y prête trop d'attention...
3. Seth n'a même pas le temps de se séparer de Severus lorsqu'un cri de cochon égorgé retentit. Un Chaporouge apparaît sur une poutre au plafond et tente de sauter sur les épaules Poufsouffle, qui l'esquive de quelques centimètres. Seth a évité l'attaque, et la créature se trouve désormais juste devant eux...
4. Un bruit retentit. Seth se retourne brusquement, surpris, mais un simple rat passe sous ses pieds. Il est sans doute fier de sa tromperie, le fourbe.
Revenir en haut Aller en bas
Maître de jeu
avatar
PNJ
Arbitre neutre
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Norvège

Message par : Maître de jeu, Dim 01 Fév 2015, 16:26


Le membre 'Seth McSoul' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé 4 faces' :
Revenir en haut Aller en bas
Severus Storm
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Norvège

Message par : Severus Storm, Dim 01 Fév 2015, 17:34


Severus n'avait que vaguement entendu parlé de l'ouverture d'un zoo regroupant maintes créatures magiques. L'information s'était répandue auprès des sorciers du Royaume-Uni par la Gazette du Sorcier et d'autres journaux. Poudlard n'avait pas été épargné. Les élèves commençaient à discuter de ce projet entre eux et avec les professeurs. L'étudiant de dernière année à Serpentard s'était donc renseigné plus en avant sur la question. Depuis son arrivée dans le collège de sorcellerie de Poudlard, il s'était pris d'une certaine motivation et d'une vive curiosité pour les cours de Soins aux Créatures Magiques. En plus des bonnes notes et de son enthousiasme, le jeune homme avait remarqué qu'il était doué avec les créatures magiques en général. Severus devait acquérir plus d'expériences et de connaissances dans ce domaine s'il voulait en faire un potentiel futur métier. Il ne pouvait donc pas passer à côté de l'aventure qui s'offrait à lui.

Cette aventure? Participer à l'ouverture du Grand Zoo en capturant des créatures magiques. Ce fut l'idée de Seth.


- Le Chaporouge... Une créature qui s'amuse à assommer les touristes sur les lieux couvert de sang. Dangereux, mais pas trop non plus : exactement ce qu'on veut, non ?

Le Blaireau était désormais un sacré complice de Severus. C'est pourquoi, lorsqu'il lui avait parlé de son projet de se rendre en chasse, le Serpent avait accepté avec enthousiasme et curiosité. Seth avait le don d'éveiller chez lui intérêt et action. Jamais Severus ne s'ennuyait avec lui.

Après s'être renseignés sur les lieux, Seth et Severus étaient tombés d'accord sur un pays en particulier: la Norvège. Les légendes, batailles, lieux hantés et ensanglantés ne manquaient pas dans ces contrées reculées. Le jeune homme n'était jamais allé en Norvège. Le voyage serait passionnant et grisant. Seth était vraiment quelqu'un d'incroyable !


- Nous y voilà, dit Seth une fois parvenu dans les cachots qu'il avait ouvert d'un coup de #Alohomora. Bon, on se sépare et le premier qui voit la bête prévient l'autre, ça te dit ?

Severus hocha la tête pour confirmer qu'il était d'accord avec son ami. C'était parti pour la chasse aux Chaporouges. Concentré à l'idée de rencontrer cette créature magique, Severus avait sa baguette à la main tendue devant lui. Tout pouvait arriver dans des cachots sombres et désertés depuis des siècles. Attentifs, tout deux s'avancèrent droit devant eux, tous les sens aux aguets. Soudain, derrière lui, un bruit de grincement retentit. Seth venait d'ouvrir la porte d'un cachot et de fouiller à l'intérieur. Cependant, il revint bredouille. Severus s'aventura à son tour vers des cachots situés dans un couloir exigu.

1 - Severus aperçoit un mouvement dans le fond à gauche du cachot. Instinctivement, le jeune homme se précipite vers l'ombre. Ses sens ne l'avaient pas trompé: un Chaporouge.
2 - Le jeune homme rentre dans le premier cachot qui se présente à lui. Rien.
3 - L'étudiant pénètre dans un cachot entre-ouvert par une porte défoncée. * Qu'avait-il bien pu se passer en ces lieux pour que les portes sont dans cet état-là? * se demanda-t-il. Severus n'eut pas le temps de réfléchir plus en avant à la question. Il sent un mouvement derrière lui. Se retournant vivement, il constate qu'il ne s'agit pas de Seth mais d'un Cachoroupe. Parfait !
4 - Le vent siffle à ses oreilles. S'engouffrant entre les pierres, une mélodie angoissante retentit, provoquée par ce phénomène. Severus voit se dessiner une drôle d'ombre devant lui. Alors qu'il s'avance, un corbeau hurle et fonce dans sa direction. Le Serpentard a à peine le temps de s'écarter brusquement.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Norvège

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 10

 Norvège

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.