AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-8%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur réversible mobile BEKO BX112H (3400 watts – 12000 BTU)
599.99 € 649.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks
Page 2 sur 16
Dans une nuit Brumeuse
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant
Sara Shake
Serdaigle
Serdaigle

Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Sara Shake, le  Ven 12 Aoû 2011, 13:00

La brume tourbillonnait autour des deux jeunes femmes, tandis qu'un coup de vent faisait voleter leur cape sombre. Remarquant qu'elles avaient toutes les deux un point commun, Sara eut un petit sourire. Plus tôt, son interlocutrice lui avait dit qu'elle se baladait pour être seule. Pourquoi s'était-elle vêtue d'un vêtement noir, dans ce cas ? Il y avait forcément une explication. Et la jeune Magenmage mettrait tout en oeuvre pour savoir laquelle. S'il s'agissait d'une hors-la-loi, d'une de ceux qui avaient détruit sa précieuse boutique ? Crispant les doigts sur sa baguette magique, elle fixa la jeune femme devant elle, attendant une réponse à sa dernière question.

« Je vous l'ai déjà dit, j'avais besoin de solitude. Et puis, je souhaitais mener ma petite enquête personnelle au sujet des récents évènements dont vous parliez à l'instant, car... "on" suppose que ce ne sont pas les Mangemorts qui ont fait tout ce carnage, contrairement à ce que veulent les indices. »

Un frisson parcourut l'échine de la jeune femme. Son cerveau avait du mal à enregistrer ce qu'avait dit Rily. Qu'avait-elle donc évoqué, là ? L'attaque des prétendus Mangemorts à différents endroits, dont les docks. Son interlocutrice avait dit qu'elle enquêtait personnellement sur ces évènements. Qui était-elle pour dire cela ? Sûrement pas un membre secret du Ministère. Surtout qu'elle avait dit que « on » supposait que ce n'étaient pas les mages noirs les coupables de l'affaire - Sara savait pertinemment que ce n'étaient pas eux. Qui était ce « on » dont elle parlait ? Perdue dans ses pensées, elle n'entendit pas ce que l'autre lui dit.

Soudain, une lumière rouge jaillit de la baguette de Rily et passa à quelques millimètres au-dessus de l'épaule de la Magenmage. Pétrifiée, non touchée par le sort mais par la surprise, cette dernière ouvrit doucement la bouche en un cri muet. L'autre jeune femme recula d'un pas, comme si elle avait peur. Que lui était passé par la tête en lançant ce sortilège ? Voulait-elle attaquer Sara ? En tout cas, elle l'avait raté, fort heureusement. La jeune femme était distraite, perdue dans ses pensées, et ça aurait pu lui être fatal. Serrant sa baguette encore plus fort, elle s'approcha dangereusement de la jeune femme.

« Puis-je savoir ce qui vous a pris ? Vous essayez de m'attaquer ? Une entorse grave envers le Ministère de la Magie ! Vous pourrez être arrêtée et mise en prison pour cela ! »

Légèrement impressionnée par la Magenmage, la jeune femme expliqua rapidement ce qu'il s'était passé. En fait, elle avait vu une forme sombre s'élever derrière Sara. Pensant que c'était un danger, elle avait réagi et lancé un sortilège de Stupéfaction. Malheureusement, il ne s'agissait que d'un sac poubelle, emporté par un coup de vent. Soupçonneuse, la jeune femme regarda derrière elle, toujours en vue de Rily, et constata qu'en effet, un sac poubelle gisait sur le sol, à quelques pas d'elle, un gros trou au milieu du « corps ». Malgré cette explication, la jeune femme n'était toujours pas convaincue.

« Vous avez dit que vous menez une enquête personnelle sur les évènements. » dit-elle, voulant passer au sujet qui la tracassait. « Puis-je savoir pour quelle organisation vous travaillez, jeune demoiselle ? »

Sa baguette était toujours pointée sur Rily. Les doutes de la Magenmage étaient grands : son interlocutrice était un agent, peut-être même d'une société secrète, qui n'était pas étrangère à Sara. L'Ordre du Phénix. Sa soeur y était, du moins, elle pensait qu'elle y était encore.
Rily Dacker
Rily Dacker
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Rily Dacker, le  Mar 16 Aoû 2011, 11:58

Argh, zut, mince, crotte, flûte, et tout un tas de gros mots censurés, malheureusement. C'était ce que Rily pensait. Bon sang, ce coin lui donnait la chair de poule à présent! Perdue, son assurance de celle qui sait ce qu'elle est venue chercher. C'était le seul truc qui lui permettait d'empêcher ses dents de claquer et se genoux de s'entrechoquer. Mais bon, il fallait qu'elle garde la tête droite et qu'elle ne flanche pas. Son geste, pour peu débile soit-il, avait troué un sac poubelle ainsi que la patience de la Magenmage face à elle. Ben tiens, elle était dans de beaux draps, maintenant...

Puis-je savoir ce qui vous a pris ? Vous essayez de m'attaquer ? Une entorse grave envers le Ministère de la Magie ! Vous pourrez être arrêtée et mise en prison pour cela !

Le ministère aurait sans doute bien plus de raison de la mettre en prison que pour une simple attaque envers l'un de ses membre si elle lui tombait dans les pattes! Aussi expliqua-t-elle à la jeune femme son geste, en s'efforçant de ne pas faire trembler sa voix. Elle crevait de trouille, mais elle ne se le serait avouer pour rien au monde. Qu'elle était maladroite, la pauvre!

- Vous avez dit que vous menez une enquête personnelle sur les évènements, passa Sara, et Rily sentit tous ses espoirs, aussi minuscule soitent-ils, fondrent comme neige sous soleil. Puis-je savoir pour quelle organisation vous travaillez, jeune demoiselle ?

Aïe, aïe, aïe. Qu'est-ce-qu'elle allait bien pouvoir inventer comme mensonge? La jeune femme se mordilla la lèvre. Elle se savait convaincante lorsque la nécessité l'emportait, mais elle n'était pas sure de pouvoir s'inventer une organistation, un journal, ou un reportage à faire comme ça, en claquant des doigts! * Réfléchis, réfléchiiiis! * s'ordonnait-elle, en vain. Consciente que chaque secondes faisait monter le doute en son interlocutrice, elle tenta le tout pour le tout.

- Mes parents... collaboraient avec un petit journal peu connu, et maintenant qu'il ne s'y interesse plus, j'ai décidé de les aider un peu, moi aussi, et puis cette affaire m'intéresse. Cela s'ajoutant au fait que les docks me plaisaient bien pour m'apaiser les nerfs, je suis venue.

Son mensonge ne lui paraissait pas trop gros à avaler, mais elle se doutait bien que Sara n'y croirait pas, ou seulement partiellement. Si elle posait des questions, Rily allait s'enfoncer sans pouvoir même espérer s'en sortir... Mer**! C'était vraiment pas son jour! La solution de secours lui paraissait toute trouvée: transplaner. Mais elle n'était pas lâche. Non, seulement prudente. Mais ce serait quand même lâche... * Fais chier! Je pouvais pas rester sagement chez moi?! * s'énerva la Phénix. D'autant qu'elle n'avait rien contre Sara. Seul le hasard les poussait l'une contre l'autre, et ce n'était pas pour plaire à Rily, qui s'en serait volontier passé. Elle grimaça sous sa capuche. Son joli petit mensonge allait-il convaincre la Magenmage? C'était dur à croire. La jeune femme espérait de tout son coeur que ce "petit" problème allait se résoudre, elle en avait marre et elle craignait pour sa peau, aussi...

Sara Shake
Sara Shake
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Occlumens


Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Sara Shake, le  Dim 21 Aoû 2011, 15:35

La Magemage avait demandé à son interlocutrice à quelle organisation secrète cette dernière appartenait. Evidemment, les doutes portaient sur l'Ordre du Phénix mais juste pour la forme, elle avait décidé de demander cela, histoire de l'accuser d'appartenir aux Mangemorts. Sara savait pertinemment que la jeune femme n'en faisait pas partie mais ça, celle-ci ne pouvait pas savoir que la gentille blonde devant elle était elle-même partisane des mages noirs. Elle esquissa un sourire et, la baguette toujours pointée sur Rily, attendit sa réponse.

« Mes parents... collaboraient avec un petit journal peu connu, et maintenant qu'il ne s'y interesse plus, j'ai décidé de les aider un peu, moi aussi, et puis cette affaire m'intéresse. Cela s'ajoutant au fait que les docks me plaisaient bien pour m'apaiser les nerfs, je suis venue. »

L'inconnue avait mis du temps avant de répondre. Peut-être cherchait-elle une excuse, afin de sauver sa peau ? Ou bien était-elle réellement innocente et avait peur de la jeune femme ? Dans ce cas, Sara se félicitait : il fallait bien devenir menaçant quelques fois, si on voulait obtenir ce qu'on voulait. Enfin, même si l'explication de la jeune femme pouvait tenir la route, la Magenmage n'était pas dupe. Elle soupira mais ne baissa pas son bras.

« Vous ne m'avez pas convaincue. Je suis dans l'obligation, de nouveau, de vous demander de m'accompagner au Ministère. Pour vérifier vos dires. Je n'ai pas le temps de procéder à une interrogation plus poussée en ces lieux... »

Elle n'eut pas l'occasion de terminer sa phrase car un crac sonore l'interrompit. Ne sursautant pas, car étant habituée à ce bruit, la jeune femme fut étonnée de voir son elfe de maison apparaître devant elle. Sara ne quitta pas sa proie des yeux et demanda à son serviteur ce qui l'amenait par ici. Apparemment, sa fille ne se sentait pas bien et réclamait sa mère. Un peu gênée qu'une inconnue entende cette conversation, la jeune femme mit un terme à cette dernière et s'adressa à elle :

« Le devoir m'appelle. Sachez que nous n'en resterons pas là. Vous me paraissez louche. Nous nous reverrons, Rily... »

Sur ces paroles, la Magenmage transplana, emportée par son elfe de maison. Elle était sûre d'une chose : elle reverrait cette jeune femme bientôt...
Rily Dacker
Rily Dacker
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Rily Dacker, le  Mar 23 Aoû 2011, 10:54

La Phénix était rigide, sous sa cape. Et elle espérait que celle-ci était suffisamment ample pour dissimuler cette rigidité peu commode, et un peu louche. C'était l'angoisse de l'attente qui la paralysait ainsi, l'attente de celle qui espère de tous son coeur que son petit et minable mensonge permettra de la tirer plus ou moins d'affaire. Le soupir que lâcha Sara -sans toutefois cesser de la pointer du bout de sa baguette – acheva de la pétrifier. C'était terriblement plus efficace que la maléfice du saucisson!
- Vous ne m'avez pas convaincue, déclara Sara, sans surprise.
- J'en étais sure... soupira Rily, désespérée.
- Je suis dans l'obligation, de nouveau, de vous demander de m'accompagner au Ministère. Pour vérifier vos dires. Je n'ai pas le temps de procéder à une interrogation plus poussée en ces lieux...

La jeune femme ne put retenir un petit gémissement, à peine audible. Fichue, elle était fichue! Il se fallait d'un miracle pour qu'elle en réchappe. Rily songea sérieusement à transplaner, mais ça aurait parut louche qu'elle s'échappe de cette façon. Elle était coincée. Et elle avait peur. Un miracle, pitié, un miracle!!

Elle n'eut pas besoin de répéter. Un CRAC! sonore se fit entendre, et Rily sursauta. Son cœur pulsant à cent à l'heure, à la limite de la crise cardiaque, elle vit apparaître un elfe de maison, juste devant Sara. Sans la quitter des yeux, cette dernière questionna l'elfe, qui lui apprit que sa fille réclamait sa mère pour quelques problèmes de santé. Stupéfaite, Rily en oublia de respirer. Lorsqu'elle se rappela que ces poumons avaient plus ou moins besoin d'air pour la faire vivre, elle prit une grande inspiration. Bon sang! Elle l'avait, son miracle!

- Le devoir m'appelle. Sachez que nous n'en resterons pas là. Vous me paraissez louche. Nous nous reverrons, Rily...

Un nouveau crac! et elle se retrouva seule dans la ruelle, les derniers mots prononcés par Sara retentissant dans sa tête. C'était une bien malheureuse promesse qu'elle venait de lui faire. Soudainement agitée de spasme, ses jambes devenu coton, elle s'effondra. Elle venait d'avoir la peur de sa vie, ça, elle en était sure! Mais c'était aussi le genre de situation qu'elle se savait aimé, et elle devinait qu'à peine rentrée au calme, elle voudrait retourner chercher un peu d'action dans ce genre. Mais elle n'était pas sure que son coeur soit d'accord...
Avec un immense effort de volonté, elle se releva, pivota et transplana, laissant les docks déserts.

{ RP Sara Shake/ Rily Dacker terminé }
Alexander Severus
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Alexander Severus, le  Dim 16 Oct 2011, 19:09

RP avec Léo Hampton. Une nuit d'étoiles.
Seule et terriblement chagrinée. C'était la pure et simple définition d'Eleonore. Mais tout d'abord faisons le point. Eleonore est une fille - sans blagues?! - qui à 11 ans intégra Poudlard. Son enfance fut terrible mais elle l'a surmonta avec plus ou moins des difficultés. Là, elle y découvrit des personnes merveilleuses et d'autres moins attrayantes pour dire vrai. Puis a 17 ans, elle avait passé ses BUSE, et elle les décrocha avec un A! Sa dernière année terminée, Eleonore dut trouver un travail pour assurer son entretien. Elle n'avait ni toît ni boulot, mais elle en trouva un bien vite. Elle fut gardienne pendant le mandat de Rabastan. Cependant, elle ne savait pas encore que les autres gardiens étaient des mangemorts... Finalement le ministère fut détruit et Eleonore encore une fois au chomage... Encore une fois seule, elle parvint a déposer ses candidatures a divers boulots interessants mais tous ou presque refusèrent son admission. Jusqu'au jour où, Eleonore fut réadmise comme gardienne, mais cette fois sous le mandat d'Acty, le nouveau ministre de la magie. Là elle fut interrogée comme les "anciens gardiens" suite a la destruction du ministère. Mais elle fut déclarée comme innocente. Entre temps, Eleonore était devenue une belle et heureuse femme qui vivait son boulot. Puis elle devint vite Phénix mais personne n'était au courant de ça dans son entourage a part Rily. Lors d'un voyage en Russie elle avait rencontrée son amie d'enfance, la belle et courageuse Kaya qui lui avait offert une place dans sa maison à Londres. Puis la Wonderlnd avait décroché un poste auprès de Peyton et Anthony dans la nouvelle boutique de Quidditch. Aussi, elle avait eu pendant quelques temps une chambre dans une auberge uqi fit faillite presue aussitôt. Elle fut donc dédommager par un appartement offert dans Pré Au Lard. Mais a cet instant, Eleonore se sentait plus que jamais seule. Bien sur elle avait la compagnei de ses amies, Kaya, Gloire, Rily et d'autres encore, elle avait aussi Taïgo et l'elfe de Kaya qui la faisait toujours sourire mais il lui manquait cette présence...masculine. Seule une fois, Eleonore fut comblée, lors de ses premières années a Poudlard où elle s'était amouraché d'Evan qui du partir quelques temps plus tard. Et là, elle était seule.

Mais aujourd'hui était un autre jour. Un jeune homme lui avait donné rendez vous, où plutôt Eleonore lui avait donné rendez vous.. Cela faisait si longtemps que la jeune femme ne se rappellait plus de la situation du début. Mais peu importe, c'était du passé et Eleonore était très excitée a l'idée de rencontrer le "Léo Hampton" du rendez vous. La Wonderland habillée d'un jean simple et emmitoufflée dans un mantea de fausse fourrure marchait tranquilement, son bonnet enfonçé sur sa tête vers une direction encore inconnue. Le rendez vous était sur les Docks. Eleonore regarda sa montre tout en marchant dans une petite allée étroite. C'était l'heure et il faisait déjà nuit. Elle leva alors la tête d'un geste impatient et remarqua que des étoiles se dessinaient déjç dans le ciel noir. Elle remarqua aussi que plus elle avançait moins elle voyait le chemin qui lui restait à faire. En effet il y avait de la brume presque imperceptible du point de vue de la jeune femme qui continuait de marcher. Bientôt éclairée par la lumière que produisait sa baguette bien enfonçée dans sa manche, Eleonore arriva à bon port. Il n'y avait personne sur le Docks mais néanmoins, Eleonore s'arrêta, tout sourire et s'asseya sur ce qui s'avré être un banc. Bientôt la jeune femme pourrait voir la Lune aussi belle que le Soleil.
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Dim 16 Oct 2011, 20:30

    Leo, un jeune homme d’une vingtaine d’année, aux yeux verts se promenait ici et là dans les rues plus ou moins fréquentées de Londres. Cela faisait longtemps que Leo n’avait pas passé une journée à flâner dans les rues commerçantes. Il avait fait le tour de beaucoup de magasins, entre ceux qui vendent des balais, des vêtements, des accessoires, il y a de quoi faire. Mais à présent la lumière douce du soleil se faisait de plus en plus rare, elle devenait orangée laissant place à une demi-lune d’un blanc vif et très lumineux. Le jeune homme se rappela alors que quelques instants plus tôt, une charmante demoiselle lui avait donné rendez-vous sur les docks pour faire connaissance, et c’est avec plaisir qu’il accepta. Elle était belle, charmante, douce, et marrante, une femme qui devait plaire à beaucoup d’hommes. Après cette première rencontre, le jeune homme avait senti son cœur faire des bonds, signifiant quelque chose mais il ne savait pas quoi encore.

    Il faisait frais à présent, le soleil avait disparu laissant place aux nombreuses étoiles parsemées dans le ciel avec pour reine la lune. Le jeune homme était habiller en costume, noir comme à son habitude, des chaussures noires, une petite veste noire elle aussi. Les cheveux au vent, et une petite touche de parfum pour embellir le tout. Il se trouvait maintenant à l’opposé du rendez-vous. Ni une ni deux, il transplana.

    /*\ CRAC /*\

    Il était à présent sous un réverbère vert qui clignotait. Le transplanage l’avait quelque peu décoiffé, et il paraissait un peu moins bien habillé, mais qu’importe, l’apparence ne fait pas tout. Le jeune homme marcha, puis arriva sur les docks, un banc, quelques réverbères, une femme assise attendant sûrement quelque chose ou quelqu’un. C’était elle, il l’avait de suite reconnue, même de dos. Il s’approcha doucement, sans faire de bruit, posa sa main sur l’épaule de la jeune femme et ajouta avec une voix douce :

    Leo –« Vous attendez quelqu’un chère demoiselle ? »

    Il lui fit face désormais, elle était belle. Mais il ne fallait pas trop s’emballer non plus, peut être ceci n’était qu’illusions…
Alexander Severus
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Alexander Severus, le  Dim 16 Oct 2011, 21:16

Rien. Le silence, les étoiles, une fine brise. Plus rien. Eleonore constata qu'un lampadaire clignotait. Mais elle s'en fichait. Elle attendait autre chose que cette lumière qui semblait peu à peu s'éteindre. Au bout de quelques minutes, Eleonore parut vouloir quitter le banc et s'enfuir a toutes jambes mais elle ne put le faire. Une main douce venait de toucher son épaule, une voix aussi douce que la main résonna dans l'air. Frissonnant, Eleonore se retourna et écouta ce qu'avait a dire le beau jeune homme qui s'offrait à elle. Bizarrement, ses yeux verts interpelèrent la Wonderland qui se mordit la lèvre inférieur..Oulà pas si vite... Néanmoins, d'une voix très basse et intimidée, Eleonore répondit au jeune homme.

<< Oh, euh bonsoir... Oui j'attends quelqu'un, mais ça doit être vous. >>

Oui c'était lui, la même description, Eleonore d'ailleurs jugea que c'était un exploit pour elle de ne pas s'etre évanouit devant ce bel homme. Bref, elle le regarda une dernière fois puis lui tourna le dos et alla se rasseoir sur le banc toujours dos au bel homme. Elle riait intérieurement, pas en tant que sadique mais plutôt...En fat elle riait de la situation, le jeune homme devait surement petre gêné, voir plus, qu'Eleonore lui ai tourné le dos et de l'avoir laisser en plan. Mais ce n'était pas comme ça qu'allait commencer le rendez vous..Alors Eleonore se poussa un peu plus du banc pour laisser de la place a Léo. Un silence gênant s'installa alors. Eleonore qui n'avait jamais eu de rendez vous de ce genre, ne sut quoi faire, c'était si embarassant qu'elle en perdit les mots. Il fallait bien trouver un sujet de conversation..Parce ue pour l'instant, Eleonore ne savait rien sur Léo, ce qu'il faisait...Bref tout était confus dans sa tete.

<< Euh... Comme tu l'as sans doute deviné, je suis Eleonore... Et euh.... Tu vas bien? >>
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Dim 16 Oct 2011, 22:19

    La jeune femme fut surprise de voir Leo ici. A peine s'était-elle retournée pour voir son visage qu'elle se rassit aussi tôt. Puis doucement elle se décala et laissa une place au jeune homme après avoir prononcer ces quelques mots :

    Eleonore - « Oh, euh bonsoir... Oui j'attends quelqu'un, mais ça doit être vous. »

    Puis le jeune homme s'installa à côté d'elle, elle portait une veste en fausse fourrure, un jean à la mode et un bonnet. Elle devait avoir froid. Tandis que Leo se frotta les mains pour se les réchauffées, la jeune femme ajouta :

    Eléonore - « Euh... Comme tu l'as sans doute deviné, je suis Eleonore... Et euh.... Tu vas bien? »

    Leo - «  Oui, une si belle femme, il n'y a que toi. Et bien écoute, ça va. Journée plaisante, à me promener dans les rues, j'aime passer mes après midi dehors quand le temps le permet. Et toi ? Comment tu vas ? »

    La jeune femme paraissait quelque peu tendue, elle semblait un peu gênée, elle cherchait ses mots. Le ciel s'était assombrit et la lune semblait d'autant plus rayonnante. La douce lumière blanche venait ravivé la couleur claire de la peau de la jeune femme. Cela lui donnait un petit côté mystérieux tout aussi appréciable.
Alexander Severus
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Alexander Severus, le  Lun 17 Oct 2011, 18:54

<< Oui, une si belle femme, il n'y a que toi. Et bien écoute, ça va. Journée plaisante, à me promener dans les rues, j'aime passer mes après midi dehors quand le temps le permet. Et toi ? Comment tu vas ? >>

Flattée était le juste mot pour qualifier l'état dans lequel se trouvait Eleonore. Léo venait de s'asseoir aux côtés de la jeune femme qui trépigna intérieurement d'impatience à l'idée de pouvoir en connaitre d'avantage sur l'homme qui lui semblait encore inconnu. Eleonore se tritura les mains maladroitement, comme pour montrer sa nervosité a répondre. Néanmoins elle ne fit pas attendre le jeune homme de peur qu'il prenne la fuite, ce qui serait vraiment bête étant donné qu'Eleonore trouvait Léo très séduisant et attirant.

<< Merci pour ce compliment, Léo. C'est vrai qu'en ce moment il ne fait pas très chaud! Et c'est trop bizarre..Moi ca va bien. J'ai souvent froid ces temps ci mais avec mon bonnet tout va bien. >>

Oui trop froid. Et cet endroit faisait vraiment trop peur. D'ailleurs Eleonore jeta un rapide coup de tête par dessus son épaule, en effet elle avait entendu un grinçement suivi de quelque chose qui était surement tombé a terre. Mais apparement le compagnon d'Eleonore ne l'avait pas entendu c'est pourquoi elle ne s'attarda pas sur ce moindre détail plusque inutile. Sa tête remise au bon endroit, Eleonore releva encore une fois celle ci. Les étoiles se faisaient de plus en plus brillantes et nombreuses. Et la lune semblait grossir peu à peu, la Wonderland s'étira alors et fut parcourut de frissons incontrolables. A bien y réfléchir, a cette heure là, la Wonderland devrait être dans son lit lisant un peu son livre du moment et caressant Taïgo qui somnolait a ses côtés. Mais cette fois ci, elle ne succomberait point au charme du sommeil qui l'attirait, quand même, tel un aimant. Mais Léo semblait etre distant a sa façon, c'est pourquoi l'ancienne Gryffondor se retourna vers ui et posa so coupe sur le dossier du banc pour etre complétement face à lui.

<< Aussi non... Donc tu as fini ta scolarité a Poudlard de ce que j'en ai comprit et tu envisages des projets pour la suite? >>
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Lun 17 Oct 2011, 20:42

    Alors que la jeune fille se retourna pour essayer de voir d'où pouvait bien provenir le petit bruit inquiétant qu'elle semblait avoir entendu elle posa son bonnet sur le banc et se mit de manière à faire en quelque sorte face au jeune homme. Ses yeux pétillaient, Leo remarqua de suite sa curiosité et le fait qu'elle voulais en savoir plus sur lui, et notamment de ce qu'il voulait faire plus tard. C'est donc tout naturellement qu'elle lui demanda :

    Eleonore
    - « Aussi non... Donc tu as fini ta scolarité a Poudlard de ce que j'en ai comprit et tu envisages des projets pour la suite »

    C'est effectivement ça, il avait enfin fini ses études dans la grand école de Poudlard et il voulait maintenant se lancer dans la vie active, à savoir trouver un job. Des projets pour l'avenir ? Hum... bonne question ça, qu'est-ce que le jeune homme pouvait bien répondre à ça ? Bien sûr il aurait voulu faire partie du ministère de la magie comme sa mère, mais pour l'instant aucun poste ne s'était libéré pour le moment. Et pourquoi pas tenter une campagne dans le but de devenir Ministre ? Que de rêves fou et pour le moment impossible à réaliser.

    Leo - «  Eh bien, je vis au jour le jour, et pour l'instant le peu de candidature que j'ai fais parvenir n'ont pas portées leur fruit alors bon, je ne fais rien pour le moment, on verra avec le temps si des postes se libèrent. Mais une chose est sûre, je vais faire en sorte de pouvoir me payer un appartement, car vivre avec mes parents la plus part du temps devient lassant. »

    C'est vrai que désormais il lui fallait trouver un appart à lui, rien qu'a lui, ou il pourra entré et sortir comme bon lui semble, inviter qui il veut quand il veut. Mais avant ça, il faut un Job, or Leo n'en a pas pour le moment....

    Il faisait de plus en plus froid a mesure que la nuit tombait, et cela se ressentait au niveau des extrémités, plus particulièrement les pieds, qui sont inactif depuis tout à l'heure. C'est alors que doucement, il se leva, invita la jeune femme à en faire de même et lui proposa d'aller marcher un peu, histoire de se réchauffer et de ne pas finir en glaçon.
Alexander Severus
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Alexander Severus, le  Lun 17 Oct 2011, 21:46

Ainsi il habitait encore chez ses parents.. Courant pour quelqu'un venant tout juste de se lançer dans la "vraie" vie. Apparemment le pauvre Léo n'avait pas de boulot... En tout cas si Eleonore voyait une place au ministère qui se libérerait elle irait envoyer une chouete a Léo pour lui en faire part. Mais c'était vrai, qu' en ce moment il n'y avait plus beaucoup de postes a pourvoir dans le monde magique et Eleonore s'en désoler...Enfin elle, elle avait deux boulots donc elle n'avait pas a se plaindre, de plus elle avait deux toits... Cependant elle s'éprit de compatie vis a vis du jeune homme qui venait de se lever. Eleonore qui ne voulait plus poser de questions, réfléchit un peu puis suivit Léo. Cet endroit devenait vraiment trop inquiétant, d'ailleurs de la brume s'accumulait sur les Docks. Tout doucement, Eleonore rattrapa Léo qui marchait un peu plus vite qu'elle et par un élan d'affection s'approcha par sa droite et posa sa tête sur l'épaule droite de Léo. Elle souffla puiscontinua de marcher, collée a Léo.

Une goutte. Une goutte d'eau perla sur le visage d'Eleonore. Celle ci releva la tête et cela lui suffit pour remarquer qu'il commençait a pleuvoir. Elle aurait voulu hurler aux nuages d'arrêter de faire pleuvoir, ce n'était pas le moment! Pas du tout! Une seconde goutte toucha la main d'Eleonore qui mit celle ci dans la main de Léo. Espérait elle quelque chose? Elle n'eut pas le temps de penser à ça, parce qu'elle se tourna face a Léo puis elle le regarda droit dans les yeux. ses cheveux commençaient a petre mouiller mais Eleonore resta plantée comme ça. Espérant de ne pas ennuyer son compagnon. Les gouttes d'eau se firent de plus en plus régulières mais Eleonore s'en fichait, plus rien ne compter. Meme pas les bruissements qui se rapprochaient des deux jeunes gens. Alors elle parla d'une voix mélodieuse. Accompagnée de la pluie, on aurait dit qu'Eleonore chantait.

<< Tu ne t'ai jamais dis qu'il fallait se poser un jour ou l'autre? D'arrêter de faire des choses qui ne servent à rien et de continuer? Moi je passe a un stade de ma vie où je cherche du réconfort...Là où j'ai besoin d'avancer, mais pas seule cette fois. >>
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Mar 18 Oct 2011, 21:13

    Il se mettait à pleuvoir, quelques gouttes par-ci par-là, assez pour mouiller la veste du jeune homme, assez pour rendre humide ses cheveux, alors qu’ils marchaient tranquillement en direction de je ne sais où, la pluie se fit de plus en plus régulière, la brume de plus en plus épaisse, on distinguait de moins en moins bien la lumière des réverbères qui longeaient la rue… Il faisait de plus en plus noir, et de plus en plus froid, mais malgré ça, la jeune femme s’arrêta, et fit face à Leo. Elle avait les yeux brillants, les mains chaudes, le visage si parfait…

    Tout semblait être idyllique, la jeune femme, le cadre qui se prêtais à la situation à merveille, et cette légère pluie qui venait s’écoulée sur les belles joues d’Eleonore… Le jeune homme était aux anges.

    Puis il s’approcha d’elle, la prit dans ses bras, plongea son regard dans le sien, et l’embrassa. Ce fut un instant indescriptible, on aurait dit que rien n’avait d’importance à part elle, tout ce qui pouvais se passer en dehors d’eux deux n’avait aucune importance aux yeux du jeune homme. Ses lèvres étaient si douce, et si chaude… Rien de comparable dans ce monde. Il avait trouvé quelqu’un qui lui irait, une femme qui serait toujours là à ses côtés, une femme sur qui compter.


Alexander Severus
Alexander Severus
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Alexander Severus, le  Mer 19 Oct 2011, 12:41

Le temps détraqué, un homme trempé, le lampadère clignotant, une femme frissonnante et des étoiles. Des étoiles par millions, par milliards... Et une lune aussi majestueuse que l'était le Soleil a son sommet. Il ne manquait plus qu'une musique romantique, mais non, Eleonore détestait ça, elle préférait tout de même vivre au jour le jour, sans s'inquiéter de ce qui pouvait se passer autour d'elle ou d'eux plus exactement. Car Léo venait d'enserrer la jeune femme puis venait de s'emparer de ses lèvres. Au lieu de rester là, sans rien faire, Eleonore aurait pû se dégager ou crier à l'aide mais elle s'arrêta de bouger. Seules ses lèvres exécutèrent des mouvements plus ou moins complexes. Puis le baiser s'arrêta, Eleonore ne recula pas sa tête, se contenta de sourire et de fermer les yeux. Il lui fallut 1 demie minute pour comprendre ce qui venait de passer.

A présent, Eleonore ne penserait plus a elle, elle ne serait plus seule. Il y avait Léo qui comptait encore plus que Taïgo. D'ailleurs en parlant de ce dernier, Eleonore crut voir par dessus l'épaule de Léo que lepetite chat venait de sortir des buissons. C'était donc lui qui lui avait fait peur en faisant des bruits suspects. Sous le coup de la nervosité et de la situation elle éclata d'un rire en voyant son chat qui repartait alors vers un arbre. Surement alerté par un oiseau tombé du nid. Elle riait non pas par la cause de la situation, a savoir le baiser de Léo, mais de son chat qui lui avait fait peur en se cachant tout près d'elle. Puis, elle serra la main de Léo encore plus fort, la pluie redoubla, elle songea alors a rentrer. Mais elle n'allait tout de même pas laisser en plan Léo qui venait tout juste de lui prouver qu'il tenait à elle. Alors elle s'arrêta de rire puis lança une discussion sa voix essayant de perçer la pluie qui tombait drû.

<< Euh... On fait quoi maintenant? >>
Roxanne Jones
Roxanne Jones
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Roxanne Jones, le  Dim 25 Déc 2011, 18:06

{Post unique, pour Evanna}
Londres, quelques semaines plus tôt

C'était une nuit brumeuse qui s'était abattue sur la capitale. Elle faisait office de couverture pour l'herbe gelée comme pour les montres de la nuit. La lune brillait pourtant de mille feux dans cette pénombre. Ses rayons perçaient à travers la brume comme une lame dans du beurre mou. Aussi silencieusement qu'eux, un sorcier, enroulé dans une longue et fine cape noire, semblait glisser sur le sol. Ses pas ne craquaient pas sur les feuilles mortes, et sa respiration ne se faisait pas entendre dans le silence de la nuit. Son aura de détraqueur faisait se cacher toute créature vivante loin de lui.

Le sorcier s'arrêta au détour d'un virage. Il venait de quitter vastes rues éclairées de Londres pour s'introduire dans le dédale des vieux quartiers. Ici, la lumière ne rentrait que très peu, quelque soit le temps. Les hautes et lugubres bâtisses qui se suivaient avalaient la lumière avant que celle-ci ne puisse toucher le sol. Profitant de ces ténèbres, Elwaen Vandrake avançait le long des maisons tout en regardant à l'intérieur s'il n'y avait rien susceptible de l'intéresser.

Il n'était pas un médiocre voleur, comme il en courait les rues. S'il faisait ceci, c'était par soif de pouvoir. Depuis qu'il avait quitter l'Ordre, il ressentait le besoin de devenir puissant, plus qu'il ne l'était. Cette richesse magique, il la voulait pour lui, mais également pour faire fructifier le projet qu'il avait en tête avec une certaine finlandaise. Il n'avait pas tenu sa complice au courant des méfaits qu'il accomplissait une fois la nuit tombée, et elle avait la décence de ne pas demander les origines des manuscrits et autres grimoires qu'il rapportait. C'était d'un accord tacite qu'ils avaient décidé que ce qui ne se faisait pas ensemble, ne concernait pas l'autre, qu'ils ne lui étaient pas redevable.

Elwaen tiqua en regardant à travers une fenêtre. Il vit dans le salon mal éclairé par la lune une petite table en bois drapée d'un napperon fait main. Dans le gros fauteuil accolé à cette table se trouvait le sac de pelotes de laine ainsi qu'une aiguille. En faisant glisser son regard le long de la pièce, il vit plusieurs cannes, des gros manteaux bordés de fausses fourrure. Tout indiquait ici la présence d'une personne d'un certain âge. Il sortit alors de sous sa cape une potion, trouvée dans un grimoire précédemment dérobé, contenue dans un flacon translucide. Elwaen le décapsula et un petite fumée verte s'en échappa pour venir chatouiller le verre des carreaux. À son contact, la fumée s'emporta et vira au rouge. Elwaen sourit. Il se souvenait encore des indications du livre : fumée rouge, sorciers. Fumée noire, simples moldus.

Prenant garde à ne pas être vu par des passants, Elwaen se plaqua contre la porte d'entrée de la maison, baguette en main. Il posa sa main libre sur la poignée et formula un enchantement à voix basse, la pointe de la baguette posée sur le gant de cuir qui recouvrait la main sur la poignée. Un léger cliquetis plus tard et la porte était ouverte. Elwaen regarda son gant dont émanait un petit halo grisonnant. L'enchantement permettait au gant d'ouvrir automatiquement chaque porte dont il touchait la poignée, qu'elle soit verrouillée ou non. Une sorte de passe-partout en somme.

Le sorcier pénétra dans la maisonnée et referma la porte derrière lui dans le plus grand silence. Il prenait garde à ne pas bousculer d'objet pour ne pas réveiller les habitants de la maison. D'un geste de sa baguette, la longue cape noire vint se rétrécir jusqu'à disparaître dans le col du sorcier. C'était là un autre enchantement qu'il avait découvert grâce à des précédentes visites. Le sort qu'il avait jeté sur ses chaussures le faisait marcher à quelques millimètres du sol, afin de ne pas laisser de trace. Il avait l'impression de marcher sur des nuages, et sa perception de l'équilibre s'en trouvait fortement dérangée. Il avait prit le temps, avant de commence à l'utiliser, de s’entraîner à marcher avec. Les chutes ne s'étaient pas faites rares, et les bleus encore moins.

Il passa à côté d'une table sur laquelle se trouvait un tas de bibelot mal vieilli. À côté, une pile de parchemins patientait, attendant qu'on les prenne. Un crépitement fit sursauter Elwaen qui se retourna d'un bond, la baguette brandit en direction du bruit. Il se trouva ridicule à menacer un feu mourant. Il abaissa sa baguette et se concentra à nouveau sur la table.

En soulevant le tas de feuille par un coin, il sentit un poids s'enlever. Regardant au dessus, il vit avec effroi la grosse boule de verre qui devait servir de presse-papier rouler vers le bords de la table. Le bonhomme de neige à l'intérieur ne semblait pas apprécier le fait d'être ballotté ainsi et brandissait son balai en direction d'Elwaen, signifiant par là toutes les injures qu'il n'était pas à même de prononcer. Le cambrioleur bondit sur ses pieds pour rattraper la boule avant qu'elle ne touche le sol et ne fasse un boucan du diable. Il atterrit sur le flanc dans un bruit sourd. Un nuage de poussière s'était soulevé sous son poids et ses retombées vinrent chatouiller les narines d'Elwaen. En entendant le plancher grincer au dessus de sa tête, il se battit avec lui-même pour ne pas éternuer. Il attendit dans cette position plusieurs minutes, pour s'assurer que personne ne l'avait entendu. Comme aucun sorcier en colère ne descendit l'escalier miteux qui siégeait au fond de la bâtisse, Elwaen se redressa tout doucement et reposa la boule en faisant un geste dédaigneux au bonhomme de neige.

En repassant devant la porte d'entrée, Elwaen arriva dans une sorte de bureau. Il y avait une simple table sur laquelle se trouvait de gros grimoires et une lampe à huile relativement vielle aux vues de ses nombreuses déformations. Sur les murs, il n'y avait que des livres et de nombreux ouvrages qui reposaient sur de lourdes étagères d'un brun sombre. Elwaen sortit sa baguette et, pensant à des mots significatifs, il balaya la pièce d'un sort de recherche. Plusieurs livres se virent alors recouvert d'une fine lumière bleutée qui scintillait comme un petit feu sur l'étagère.

Il tendit la main pour en saisir un et le déposa sur le bureau. Il l'ouvrit pour le feuilleter et s'assit sur la chaise de bois qui était derrière le meuble.

Les minutes s'écoulaient et Elwaen s'était trouvé pris au piège de sa lecture. Il y avait dans ce livre toutes sortes de potions, de sorts et autres manipulations magiques qui permettraient au sorcier d'acquérir plus de puissance qu'il n'aurait voulu, du moins il le pensait. Pris dans sa lecture, il n'avait pas fait attention aux bruits de pas au dessus de lui. Une voix chevrotante résonna dans la maison et fit sursauter Elwaen.

« Qui est là ? Montrez-vous ! »

Le sorcier se leva brusquement, faisant racler la chaise sur le sol. Pétrifié par ce qu'il venait de faire, et qui venait de trahir sa présence, il se maudit dans toutes les langues qu'il connaissait. La voix reprit alors, plus ferme.

« Montrez-vous, vauriens ! »

Elwaen se glissa silencieusement le long du mur qui le protégerait de l'escalier. Il entendit des pas clopinant descendre difficilement les marches. Il resserra la prise sur sa baguette, prêt à se défendre s'il le fallait.

« Je sais que vous êtes là. »

Elwaen voulut jeter un coup d’œil dans l'encadrement de l'escalier. Alors qu'il penchait la tête un rayon rouge lui frôla le visage et lui brûla une courte mèche de cheveux. Le cambrioleur vit rouge. Il prit le temps de modérer sa respiration et se planta alors dans l'escalier, baguette droit devant lui. Il vociféra presque tous les maléfices qu'il connaissait sans réellement viser. Des éclairs de toutes les couleurs, plus ou moins violents, jaillissaient de sa baguette alors qu'il montait les marches une à une. Il termina par un Reducto qui toucha son adversaire en pleine poitrine et qui l'envoya valser à l'autre bout du couloir.

Elwaen alluma la pointe de sa baguette pour y voir plus clair. Il marcha sur la baguette de la personne qui vivait ici, et la cassa en deux. Il pointa sa baguette en direction du visage de son adversaire une fois qu'il l'eut rejoint. C'était une vielle femme. Sa peau était tuméfiée par des bleus et du sang coulait de sa bouche.

Il venait à peine de se rendre compte de ce qu'il venait de faire. L'assurance et la colère quitta son visage à l'instant où il croisa le regard vide de la vielle femme. Il commençait à paniquer. Ne sachant plus ce qu'il devait faire, il s'enfuit en transplanant.

La maison retrouva alors son silence. Le « crac » du transplanage ayant avalé ce qu'il restait de vie dans le couloir... .
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Sam 14 Jan 2012, 21:55

[RP avec Klarh Findirs, désolée si je dérange mais comme le post d'Elwaen stipule "RP unique" je me permets de commencer un nouveau RP]

Je traînais les pieds sur les quais gris, au bord du la Tamise monotone. Une paysage de brouillard et grisaille, un tableau monochrome. J'évoluais dans une photo en noir et blanc, seule tâche de couleur petite et perdue dans l'immensité grisâtre. Gris, gris, gris, gris... Répétitions, non : rengaine. Il n'y avait que ce mot autour de moi, et il était partout. Les vêtements que je portais, à savoir un pull orange, un jean et une veste verte pomme, tranchait avec la monotonie ambiante. Pourtant j'aurais du être discrète, depuis quelques temps ma garde-robe aurait du se résigner au noir qui permettait de se fondre dans la masse de la ville. Cela aurait été plus sûr, plus raisonnable. J'aimais trop les couleurs pour y renoncer. Et puis la sécurité. Certes, il me fallait faire attention mais lorsque l'on se destinait à une vie... active dans le sens du terme que je trouvais le plus juste, on ne faisait pas ce choix par souci de sécurité. C'était confortable de se réveiller tous les matins sans se poser la question de si on allait mourir aujourd'hui, pourtant comment bien vivre si l'on ne gardait pas la mort en tête ? Mais trêve de tergiverses: je ne portais pas des habits colorés par choix philosophique ou résignation à la mort. Simplement parce que j'étais une gamine capricieuse et irresponsable. J'adorais la couleur, les couleurs, toutes et surtout les vives! Les pastels étaient jolies mais trop fade à mon goût, je leur préférais les couleurs flashy qui arrachaient les yeux. Pas très compatible avec ma... profession ? Taper sur les méchants mangemorts était-il considéré comme un métier à part entière ? Disons pas très compatible avec mes missions humanitaires. C'était drôle de penser comme cela, ça faisait très super héroïne sauveuse de monde au quotidien. Un peu comme si j'étais quelqu'un de bien. J'éclatais de rire, couvrant les murmures du vent et la rumeur du centre-ville.

A cette, sept heures, on entendait la circulation et on voyait les lumières des yeux des transports moldus et celles des réverbères et autres lampes qui allumaient la ville comme une grande ampoule composée de milliers de petites luminescences. La nuit était tombée depuis un bout de temps, l'hiver se reconnaissait à ses jours courts. Trop courts sûrement pour les gens occupés. Je n'étais pas occupée, ces derniers temps j'étais même désœuvrée... Mes études à Poudlard étaient terminées, j'avais quitté le Château mes ASPICS en poche et il me fallait entrer dans la "vie active" telle que les adultes l'entendaient. Ce n'était pas des plus simples, beaucoup d'autres jeunes sorciers cherchaient eux aussi du travail et je n'avais pas la moitié de leurs compétences. Je ne me faisais pour l'instant pas de souci, comptant sur mon dynamisme et ma motivation pour me faire sortir du lot. J'avais passé ces dernières semaines à chercher du boulot par ci par là, j'obtenais la plupart du temps des jobs de courtes durées qui me faisaient gagner de l'argent mais ne m'assuraient pas d'avenir. Je donnais souvent des coups de main à mon père pour son boulot, il m'apprenait volontiers quelques ficelles du métier sans lever le voile sur les gros secrets de la fabrication de balais. Il savait pertinemment que je ne voulais pas passer ma vie dans ce domaine et que mon implication dans sa boutique n'était que passagère.

J'avais eu dans l'après-midi un entretien d'embauche soldé d'un "on vous recontactera" et n'avait pas eu mieux à faire que de rester traîner dans le coin. Mes pas m'avaient menés aux docks de Londres et j'avais regardé le paysage se transformer par le changement jour-nuit. Plus de gris dorénavant, le noir de la nuit et le jaune des lampadaires. Le temps s'était écoulé tandis que mes pensées glissaient sur la surface de la Tamise. Il était dorénavant trop tard pour rentrer chez moi, je doutais qu'il y est un train pour la campagne du Shropshire à cette heure-ci. A quand le permis de transplanage ?

Je sentis une pression sur ma tempe, un souffle sur ma nuque. Mon pouls s’accéléra instantanément. Je me tétanisai, n'osant plus bouger un membre. Il y avait quelqu'un dans mon dos, tout près de moi. Je ne m'en étais pas rendue compte... Alors que j'étais habituellement si méfiante et même carrément paranoïaque! Comment avais-je pu ne pas détecter cette présence!? Une seule explication: la magie. Mais si le type qui était derrière moi était sorcier, qu'est-ce qu'il attendait bon sang ? J'avais largement le temps d'agir contre lui! Je brandis ma baguette pour lancer un sort. Le geste ne s'effectua pas. Ce que j'avais pris pour une paralysie de peur était l'emprise d'un enchantement... Bloody hell c'est pas possible de se foutre dans un tel pétrin! rageais-je. L'homme qui me menaçait de sa baguette pointée sur ma tempe me contourna et entra dans mon champ de vision. L'homme ? Non, une femme.

Une femme au visage défiguré par une cicatrice bizarre ravageant le côté gauche du haut de la pommette au menton, ou la peau semblait excessivement fripée et faisait comme des bourrelets crevassés. Contraste répugnant avec le reste de son apparence : la femme était plutôt du genre à soigner son image. Maquillage provocateur et tenue osée. Un personnage haut en couleur dans la nuit brumeuse. Elle me fixait d'un regard mauvais... la formule consacrée n'était-elle pas "un regard mauvais qui ne laissait aucun doute quant à ses intentions" ? Sauf que là, je ne savais pas exactement ce qu'elle avait derrière la tête, sinon me faire un truc déplaisant. Elle avait une attitude en accord avec son apparence de grosse perverse. Je ne supportais pas son regard sale sur moi, je lui aurais crevé les yeux. Elle fit un pas pour se rapprocher de moi, commençant à sussurer des paroles probablement vulgaires -- je n'y fis guère attention.

J'aurais été en fâcheuse posture avec ce que je savais faire durant ma scolarité. Les deux derniers mois m'avaient cependant vu progresser et entre les entraînements que je recevais et ceux que je m'astreignait moi même, j'avais enfin passé mes résistances magiques. J'étais entré dans un nouveau domaine de possibilités qui m'avait longtemps été inaccessible: les sortilèges informulés. J'informulais un Finite Incantatem et dès que le sortilège fut levé je donnais un généreux coup de pied de face. Direct dans la poitrine, ouch! La femme lâcha un râle enjolivé de quelques jurons étouffés et se tint la poitrine, pliée en deux. Je ne lui laissais pas le temps de réagir:

- Ango nubes!

Trop compliqué de le lancer en informulé, j'avais énoncé cette fois-ci le sort à haute et intelligible voix. Un nuage de fumée sortit de ma baguette, se dirigeant sur la femme qui avait déjà des difficultés à respirer. La consistance de cette sorte de brume concentrée la fit tousser, ses poumons ne pouvaient plus reprendre de l'oxygène... Mais une bulle d'air se créa autour de sa tête: le sortilège de Têtenbulle lui permit de recouvrer de l'air et donc des forces. A peine put-elle de nouveau parler qu'elle lança un Infourno, je me protégeais d'un Protecto informulé. Mine de rien, j'avais acquis un peu d'expérience ces derniers temps et je pouvais réagir assez vite pour survivre.

- Stupéfix! dis-je et mon sortilège ricocha contre le bouclier invoqué sur le champ par mon adversaire.

Elle baissa la garde pour riposter avec un Sphaera... --je lançais immédiatement Incarcerem-- ...ignis . Elle fut touchée par mon sort, plus rapide que le sien. Tandis que la pu... la fille de joie (pour rester polie même si l'émotion que j'éprouvais était éloignée de la joie) était mise hors d'état de nuire, fermement ligotée, la boule de feu déjà émise par la baguette m'allait droit dessus. Je l'esquivais en me jetant sur le côté et elle mourut dans l'eau de la Tamise (la boule de feu et non la femme, je ne tuais pas des gens comme ça ...). La sorcière se débattait avec les cordes mais les noeuds étaient serrés et elle ne pouvait pas s'en détacher. Je récupérais sa baguette pour l'empêcher de continuer son manège et, lui maintenant fermement la tête contre le sol de goudron, vérifiai ses avants-bras.

Pas de marque bien sûr. J'eus un petit soupir qui ne gâchait pas ma satisfaction d'avoir remporté le combat et échappé à ce que me réservait l'esprit tordu du déchet en mini-jupe qui ne cessait de déblatérer des grommellements stupides. Des menaces et des injures pour ce que j'en comprenais. Mais mon problème n'était pas là: qu'est-ce que je devais faire ? J'avais capturé une vermine, certes, mais elle n'était pas mangemorte et pas vraiment dangereuse puisque j'avais réussi à l'avoir. Que convenait-il de faire ? La garder, le relâcher avec un bon avertissement ? L'apporter aux autres ou la déposer incognito chez les Aurors ? Je ne pouvais tout de même pas l'emmener là-bas ? Et je ne pouvais certainement pas rester ici ou quelqu'un finirait par me découvrir avec le saucisson boudiné... Je l'assommais à l'aide de la magie et la déplaçais dans l'ombre, nous étions cachées de la vue d'éventuels passants. Jusqu'à maintenant, il n'y avait eu personne (je ne considérais pas la sal...e chose endormie comme une sorcière digne de ce nom) mais qui savait, je risquais d'avoir de la compagnie...


[HRPG: Le combat n'étant pas vraiment un combat RPG puisque je me bats contre un PNJ, je n'ai pas appliqué la règle des trois sorts minimum. Si problème, MP. Wink ]
Klarh Findirs
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Klarh Findirs, le  Mar 17 Jan 2012, 17:53

" Mais messire, ne comprenez-vous donc pas que vous êtes fait pour répandre la Voix... ?"

" Hu ? J'ai déjà dit non, merci..."

Roulant un grondement menaçant depuis le fond de sa gorge, il fit comprendre à cet inconnu qu'il n'était pas vraiment conseillé de continuer à l'embêter ainsi. Être ainsi interpellé dans la rue pour être assailli de propos religieux abracadabrants et incohérents était assez désagréable. Il fallait tout de même féliciter le fou qui avait prit son courage à deux mains pour adresser la parole à un parfait inconnu mesurant dans les deux mètres, le tout en muscles, dégageant une aura assez intimidante, d'autant plus qu'il n'était pas de bonne humeur.

Non, il ne voulait pas être un prêcheur de cette pseudo-secte. Surtout qu'au vu des arguments que l'homme avait énoncé, son poste pouvait davantage s'apparenter à celui d'un inquisiteur qui "encourageait vivement" les gens à se joindre à eux... En utilisant son image et ses gros bras, en somme. Du coup, cela le répugnait encore plus, déjà que les idéaux de ce groupe étaient assez tordus.

Une autre soirée à Londres en perspective, et quand on ne s'éloignait pas de lui à cause de sa présence massive, il fallait à tout prix qu'on lui gâche sa promenade. S'il s'agissait de rencontres intéressantes, à la limite, mais là c'était abusé à quel point la chance s'acharnait à lui présenter des personnes aussi...immondes.

Il fallait s'éloigner, peut-être s'approcher davantage de l'eau, et si la moindre chose vivante venait encore l'énerver, il lui suffisait de prendre sa forme d'énorme crocodile marin, donner un bon coup de mâchoire et finir la pauvre victime en l'entraînant dans les fonds glacés de la Tamise, histoire de lui faire connaître une mort atroce.

Souriant à cette idée, il préféra se rassurer en se disant qu'il n'était pas comme cela : il ne tuait que lorsqu'il avait une bonne raison, ou qu'il était vraiment en colère... ou affamé. Grognant, amusé, il ne restait donc jamais sérieux dans sa tête ? Si... Tout de même, il savait faire la part des choses, et puis à vingt-huit ans, s'il n'était pas capable de faire taire l'esprit gamin qui hantait chaque personne, il ne se donnait pas longtemps à vivre. D'ailleurs, cet "esprit" devait avoir hiberné pendant son enfance, laissant place beaucoup plus tôt à l'adulte, afin de faire face aux difficultés de la traque, aux chocs physiques et émotionnels que cela engendrait, et toutes ces choses qui vous abattent un enfant.

Quoi qu'il en soit, il n'était pas là pour faire de grandes considérations philosophiques, mais plutôt pour apprécier la soirée, le silence de la capitale, le clapotis de l'eau, les cris et éclats de combats, ainsi que toutes ces choses aussi agréables...

Une seconde... combats ? Il avait bien entendu des éclats de voix, et des incantations.


- Ango nubes !

Un combat en pleine zone moldue, mais qui étaient ces inconscients ? Il fallait cesser ça immédiatement, mais surtout comprendre ce qui se passait : il s'agissait sans doute de quelque chose de grave, et en tant qu'Auror, il se devait d'intervenir (quoique, Auror ou pas, de toute manière...).

Empruntant la pente qui se trouvait là, afin de rejoindre l'origine du combat, il y eut comme un léger flash après une parade magique plutôt bien réussit, et Klarh put enfin voir deux silhouettes (deux femmes, au vu des...ahem...courbes ?) s'offrir à un combat endiablé.


- Sphaera...Incarcerem !...ignis !

L'une des deux femmes tomba au sol, ligotée de toutes parts, tandis que la boule de feu à peine créée traça tout droit, sa cible l'évitant d'un plongeon sur le côté. Se plaquant à un mur, Klarh l'esquiva également, peu enclin à se laisser griller les poils de la barbe... Dans un "Fshhh" rapide, le projectile enflammé termina sa course dans l'eau, un peu plus loin.

Baguette en main, il était sur le point d'intervenir, mais comme la "gagnante" n'avait utilisé qu'un sort de capture, il pouvait peut-être en apprendre davantage, et agir si elle comptait faire du mal à l'autre personne (parce que sur le coup, il ne savait pas trop qui était la victime, et qui était l'agresseur).

Les premières choses que vérifia la jeune femme furent les avant-bras de son paquet tout ficelé : alors comme ça, elle semblait en savoir un rayon sur les mangemorts... Bon d'accord, c'était à la portée de tout le monde, mais en général, les gens réagissaient différemment lorsqu'ils arrivaient à survivre de justesse à une telle agression.

D'un coup de baguette magique, la jeunette lança un sort pour assommer sa cible, provoquant une brève réaction chez Klarh : elle avait agit rapidement, mais sans rien formuler de dangereux comme un Avada Kedavra ou autre sort plus ou moins mortel... Et enfin, à sa plus grande surprise, il la vit traîner le saucisson dans une ruelle adjacente, à l'abri des regards.

Réveillé d'une pseudo-léthargie par l'adrénaline du combat, Klarh avait du mal à se dire que c'était terminé, loin de là, et même s'il n'allait peut-être pas échanger quelques sorts avec quiconque, il lui fallait savoir ce qui s'était passé. Quittant son couvert, il se dirigea vers celui des deux femmes, aussi discrètement que sa carrure le lui permettait...

La ruelle était assez étroite, sombre, et probablement humide... Ahem...Avant de se montrer, il eut une idée plutôt ingénieuse : la victorieuse s'attendait sans doute à avoir de la compagnie, déboulant du seul accès possible.

C'est donc avec un mouvement brusque qu'il transplana, derrière la jeune femme encore debout, plaçant une main au bras tenant la baguette, pour l'empêcher de réagir, l'autre sur son épaule toute frêle (faut dire que comparé à lui-même, les non-frêles étaient légion). Prenant une voix calme, se voulant apaisante, il lui glissa doucement :


" Tu peux m'expliquer c'qui s'passe ? Rassure-toi je n'suis pas armé..."

Bon, bien sûr qu'il était armé, qu'il lui suffisait d'une fraction de seconde pour tirer sa baguette, mais pour l'instant, ses deux mains contre la jeune femme lui indiquait bien qu'il n'avait pas son arme en main...

Il la laissa même se retourner : pas comme s'il voulait cacher son identité, ce serait assez compliqué pour lui, mais bon...


" Eh mais... J'te connais toi ! " fit-il remarquer avec la délicatesse du taureau en pleine charge.

Cette jeune femme, c'était une élève de Poudlard, Ali...Ahri...Aby... Quelque chose comme ça. Tous deux avaient eu une longue discussion au sommet de la montagne qui surplombait Pré-au-Lard. Que faisait-elle ici ? La femme ligotée au sol l'avait-elle attaquée ? Et comment une simple élève connaissait un sort aussi violent que l'Ango Nubes ?

Relâcha lentement son étreinte sur le bras de la jeunette, pour la mettre en confiance, il se posa tout plein de questions, mais préféra les conserver dans sa tête plutôt que de les poser toutes d'un coup... Les explications allaient venir, non ?

[En cas d'soucis, MPay !]
Contenu sponsorisé

Dans une nuit Brumeuse - Page 2 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 16

 Dans une nuit Brumeuse

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.